Version classiqueVersion mobile

Le duc et la société

 | 
Frédéric Boutoulle

Chapitre I - La puissance ducale de 1075 à 1152

Texte intégral

  • 1  Higounet 1963, 233-259, Faravel 1991, 165-166.
  • 2  Richard 1903. Dillange 1995 ne fait que reprendre A. Richard sans rien apporter de neuf à nos ques (...)
  • 3  Trabut-Cussac 1972, Barnabé 2003.
  • 4  Gardelles 1972, 9-12.
  • 5  Gardelles 1972, 12.

1La société qui se dévoile lorsque les textes commencent à percer la pénombre documentaire est portée par une croissance dont Ch. Higounet, avec les artigues et les sauvetés, a pointé les principaux effets tout au long des xie et xiie siècles1. Elle est dominée par ceux que les scribes appellent principes, c’est-à-dire le duc et l’aristocratie laïque. Or, pour l’historien, les maîtres du pays restent de grands inconnus à propos desquels courent quelques idées reçues érigées en acquis par l’autorité de certains de nos prédécesseurs. À propos du duc, la référence reste la centenaire Histoire des comtes du Poitou d’A. Richard avant 12032 ; nous ne disposons de rien de comparable aux travaux de J.-P. Trabut-Cussac ou de P. Barnabé sur la fin du xiiie siècle pour connaître la puissance ducale en Bordelais et Bazadais avant cette période3. Cela n’a pas empêché J. Gardelles en introduction de sa toujours précieuse étude sur Les châteaux de la Gascogne anglaise de 1216 à 13274 de présenter la naissance des châteaux (xie-xiie s.) comme la conséquence de “la décomposition du pouvoir du suzerain, plus nette ici que dans d’autres régions” et d’une “usurpation des droits régaliens par les possesseurs de grands châteaux”. Considérant en outre “les rapports toujours très étroits entre la possession de la forteresse et l’exercice des pouvoirs régaliens”, J. Gardelles explique le caractère “inconsistant” de bon nombre de châtellenies par une origine privée. Si l’on suit ces déductions, l’autorité ducale, parce que lointaine, était forcément molle, les seigneuries proliférant sur les ruines du domaine public assurément châtelaines, le processus de désagrégation évidemment anarchique5.

  • 6  Fossier 1982, 380-384.
  • 7  Salrach 1998, 355.

2Plus près de nous, dans sa vaste synthèse sur l’Enfance de l’Europe, R. Fossier place la Gascogne dans l’ensemble de régions, qui de la Provence à la Lorraine, a suivi de la fin du xe au xie siècle le “modèle mâconnais”, caractérisé par un glissement précoce de l’autorité comtale au profit des viguiers et des maîtres des forteresses ; à “partir de regroupements fonciers opérés en dehors de tout contrôle comtal, [ces nouveaux maîtres] ont pu édifier des complexes militaires pour drainer à leur profit les services féodaux et les réquisitions publiques”6. C’est encore l’opinion de J.‑M. Salrach : s’appuyant sur les articles de Ch. Higounet, l’auteur considère que dans la Gascogne de la seconde moitié du xie siècle, en raison des suites de la crise de succession (1032-1058), de l’éloignement de la cour ducale et du maintien d’une solide allodialité, des puissants ont émergé depuis des châteaux allodiaux ; ayant de faibles liens de dépendance vassalique avec le duc, ces châtelains auraient eu une mentalité “étrangère aux relations féodo-vassaliques”7.

  • 8  Debord 1984, 104-124.
  • 9  Leyte 1996.
  • 10  Brand’honneur 2001, 120-132.

3De manière récurrente, la Gascogne passe donc pour être un ensemble géographique dans lequel la puissance ducale a été précocement effacée, les seigneuries banales largement autonomes et l’aristocratie faiblement féodalisée. Ce schéma, nourri de “ la dislocation du pagus” de J.-Fr. Lemarigner et des travaux de G. Duby, concorde avec celui d’A. Debord sur l’évolution du pouvoir comtal dans les pays de la Charente au xie siècle8. Il suscite cependant quelques réserves. La distance par exemple n’est pas un critère suffisant pour mesurer l’efficacité du pouvoir ducal et, comme le montrent les seigneuries d’église, le château ne constitue pas le seul vecteur d’exercice des pouvoirs dits banaux. En outre, dans la détermination de la puissance ducale gasconne, aux côtés des liens féodaux, des châteaux, des fondations religieuses, de la paix de Dieu ou des coutumes, un aspect fondamental n’a pas été appréhendé, à savoir l’étendue du domaine, ce territoire soumis directement à l’autorité ducale, sans interposition seigneuriale, et dont l’étude dans les principautés de ce temps a souvent été éludée9. Enfin, le principe d’un affaiblissement du pouvoir comtal au xie siècle est aujourd’hui, à la suite des travaux de D. Barthélemy, remis en question pour la France de l’Ouest : par exemple, dans le Rennais de M. Brand’honneur, il apparaît que le comte est resté maître de son comté, conservant le contrôle des châteaux et la fidélité des châtelains10.

4Pour sortir de ce qui ressemble à un affrontement de principes, il nous faut revenir aux sources et tenter d’appréhender, sans négliger aucun aspect, les fondements de la puissance ducale en Gascogne bordelaise du xie et du début du xiie siècle. Dans un premier temps, nous relèverons les actions prises par les ducs d’Aquitaine dans notre région, de Guy Geoffroy à Louis VII. Puis, pour ne pas simplement paraître réactualiser l’Histoire des comtes du Poitou d’ A. Richard, nous nous attacherons aux moyens de la domination sociale en étudiant le domaine ducal, les châteaux qui l’organisaient et les revenus qui en étaient tirés. Le moins que l’on puisse dire d’ores et déjà est que l’image d’un pouvoir ducal à l’agonie ne tient pas.

Les ducs d’Aquitaine, ducs de Gascogne, de Guy Geoffroy à Louis VII (1070 à 1152)

Guy Geoffroy : un intérêt dicté par les circonstances

  • 11  Verdon éd. 1979, 123 (1044) ; Ste-Croix, n° 80 (1043). En 1058, Guy Geoffroy possédait déjà la Gas (...)
  • 12  Sur les circonstances de l’accession de Guy Geoffroy en Gascogne, Higounet 1963, 53-55 , Mussot-Go (...)
  • 13  Verdon éd. 1979, 133.
  • 14Comes et dux Vasconie (La Réole, n° 43, 1070-1080), comes Vasconie (Ste-Croix, n° 22, 1079), Burde (...)
  • 15  Mussot-Goulard 1982, 16, 117, 125-130. Cependant, le comte de Toulouse, Guilhem IV, allié à Bernar (...)
  • 16  À l’exception de ce G. Burdegalensium comite, mentionné dans un acte du cartulaire de Vaux (n° XI, (...)

5Dans les années 1070, le Bordelais et le reste de la Gascogne étaient entre les mains de Guy Geoffroy, duc d’Aquitaine depuis 1058 sous le nom de Guillaume VIII, qui avait acquis cet ensemble dans des circonstances encore obscures et semble-t-il en deux temps. D’abord après avoir épousé, en 1040, Aïna, la veuve de son demi-frère Eudes, duc d’Aquitaine et de Gascogne (1036-1040), qui dans une donation en faveur du monasterium de Soulac s’intitulait comtesse de Bordeaux et de Périgueux11 ; puis en écartant son rival, Bernard Tumapaler, le comte de Gascogne, au terme d’un affrontement dont on ne connaît pas les étapes et qui se termina soit avant 1063, soit au plus tard en 107012. Mais, en 1059, selon la Chronique de Saint-Maixent, le comte de Toulouse Guilhem IV, probablement allié à Bernard ou tirant profit de la lutte entre les deux partis défit l’ost de Guy Geoffroy à Bordeaux13. L’éviction de Bernard permit à Guy Geoffroy de reconstituer l’unité de la Gascogne à son profit. Comme son titre de “duc et comte de Gascogne” en témoigne14, il dominait d’abord l’ancienne Gascogne majorale (Agenais, Bazadais, Lectourois, Labourd, Béarn, Dacquois et diocèse d’Aire), alors que le vieux titre ducal, associé au comté de Bordeaux depuis le vie siècle, lui donnait une suzeraineté sur les comtés mineurs de Bigorre, Fezensac-Armagnac et Astarac15. Le plus souvent cependant, la titulature de Guy Geoffroy pour les actes passés en faveur d’établissements de la région mettait en avant le titre ducal aquitain ou le comté poitevin, signe que ceux-ci passaient en priorité dans l’esprit des contemporains16.

  • 17La Réole, n° 14, 32, 153 ; l’usage de la perche apparaît encore dans quelques actes de la fin du x (...)
  • 18La Réole, n° 14, alodo meo vel vinea qui est in pago Basadinse, in vicaria Gamaginse, in villa que (...)
  • 19  Higounet-Nadal 2000. La nodation consiste à faire des nœuds sur un ou plusieurs lacs de cuir penda (...)

6La crise de succession, ouverte entre 1032, année de la mort du dernier des Mittarides directs, Sanche Guilhem, et 1040, s’est déroulée sur un arrière-plan de transformation de la puissance publique qui ne se lit que de manière indirecte. Dans les systèmes de mesure, la perche linéaire utilisée de part et d’autre de l’an Mil aux environs de La Réole, fut peu à peu remplacée par de nouvelles unités, fondées sur les volumes de grain ou des redevances (modiées, dénerées), un système bien en place dans les années 107017. Sauf provisoirement en Blayais, le mode de localisation des biens s’appuyant sur des cadres publics superposés (pagus, vicaria, villa) connut le même sort18. L’activité des scriptoria, qui avait été relancée pendant le principat du duc de Gascogne Guilhem Sanche (960-996), s’est aussi interrompue ; les établissements qui avaient timidement commencé à livrer des textes (La Réole, Saint-Seurin, Sainte-Croix) n’en conservent plus jusqu’aux années 1070. Enfin, on ne peut que relever sans vraiment l’expliquer l’apparition de la très particulière coutume locale de nouage de lacs de cuirs ou de “nodation” des actes, une pratique encore inconnue pendant le premier tiers du xie siècle et pourtant bien en place durant les années 107019.

  • 20  Voir en annexe de ce chapitre, le relevé des actes ducaux de Guy Geoffroy et Guilhem IX (fig. 9 à (...)
  • 21  Dubuisson 1876, 160. Cette donation a été attribuée en faveur de Saint-Seurin par Besly [1647] 199 (...)

7Des ducs d’Aquitaine qui se sont succédés en Gascogne, Guy Geoffroy est celui qui a laissé le plus de traces de son action en Bordelais et en Bazadais avec dix-huit “témoignages directs” (concessions ducales, participations à des donations et à des jugements rapportés dans des documents élaborés pendant son règne) et neuf “témoignages indirects” (rapports de faits similaires dans des textes ultérieurs)20. De manière assez nette, ces actions sont tardives. La donation, en 1070, du palatium Burdegale en faveur de l’abbaye de Saint-Sever, située dans le diocèse d’Aire, ouvre la série21. Suit celle dont bénéficia l’archidiacre de Bordeaux Eyquem Sanche, en 1075. À la même époque se place l’arbitrage rendu par le duc en faveur du prieur de La Réole, Gautier (1070-1080), dans le castrum de Taillecavat en Entre-deux-Mers bazadais. En 1077, Guy Geoffroy donna les dîmes d’une partie de ses domaines et d’autres biens à l’abbaye poitevine de Maillezais puis, en faveur de Montierneuf, la terre d’Artiguestremeyre à la pointe du Médoc.

  • 22  Pontal 1995, 182, Higounet 1963, 93.
  • 23Vie de Saint Gérard, 39-43 ; GCSM, n° 1, 13. Cette date a été contestée par A. Richard, qui, s’app (...)
  • 24GCSM, n° 13.
  • 25GCSM, n° 2, 13. Il n’y a pas lieu de contester la tenue de deux conciles à Bordeaux en 1079 et en (...)

8La forte concentration de témoignages pendant les années 1079 et 1080 est à mettre sur le compte de la tenue de deux conciles à Bordeaux et de l’intérêt politique que porta Guy Geoffroy à favoriser la fondation de La Sauve-Majeure. Le duc était à Bordeaux, le 12 octobre 1079, lors du concile présidé par les légats pontificaux Hugues de Die et Amat d’Oloron au service de la réforme “grégorienne” ; il y confirma la possession de Soulac à Sainte-Croix de Bordeaux que les moines de Saint-Sever disputaient encore aux Bordelais22. De retour à Poitiers dans les jours suivants, Guy Geoffroy y rencontra Gérard de Corbie qui, cheminant vers le sud, venait lui demander un lieu pour s’établir : le duc chargea son prévôt de conduire l’ancien abbé de Saint-Vincent de Laon en Entre-deux-Mers, à La Sauve-Majeure, où les religieux se fixèrent le 28 octobre 107923. Guy Geoffroy revint en Bordelais assez rapidement, puisqu’avant le 25 mars 1080 (n. st.) il avait octroyé à la fondation de Gérard de Corbie l’immunité et d’autres privilèges qu’il confirma le 20 juin suivant24. Il assista au second concile de Bordeaux, le 6 octobre 1080, sous la présidence des deux légats, assemblée dans laquelle le duc confirma de nouvelles dispositions en faveur de La Sauve-Majeure25.

  • 26  Boutoulle et al. 1996, Treffort 2000, id. 2004, Debord 1984, 181.
  • 27  Higounet 1963, 92-93, Pontal 1995, 178.
  • 28  Par ailleurs, on peut lier la tenue du concile de 1080, où comparut l’hérésiarque Béranger de Tour (...)

9C’est un point acquis, les générosités renouvelées de Guy Geoffroy s’expliquent par la politique d’accommodements commencée depuis 1075 vis-à-vis d’Amat d’Oloron et Hugues de Die, légats de Grégoire VII (1073-1085)26. Il s’agissait d’abord de sauver sa succession puisque le futur Guilhem IX, né en 1071, était né du mariage avec Hildegarde, la fille du duc de Bourgogne que Grégoire VII jugeait de trop proche parenté. Le duc cherchait probablement aussi à conforter l’archevêque de Bordeaux, Josselin de Parthenay, désigné par le bras séculier en 1058 et suspendu pour cela lors du concile d’Autun en 107727. Ainsi la tenue de deux conciles à Bordeaux, en 1079 et 1080, ne marque pas seulement l’arrivée officielle de la réforme contre les investitures laïques dans la région : elle exprime aussi le renforcement de la pression des légats sur ce double front, ce qui ne devait tranquilliser ni Guy Geoffroy, ni son archevêque28. Le duc resta apparemment une grande partie de l’année 1080 à Bordeaux où, au cours d’une réunion avec l’aristocratie locale, il fit renouveler par Auger de Rions la donation de ses droits sur l’alleu de Haut-Villars (le site de La Sauve) et, depuis sa récente turris, confirma la donation de l’abbaye de Saint-Ferme à Saint-Florent de Saumur.

10Pendant les années suivantes les indices de son activité dans la région vont décroissant. En 1081, c’est dans les mains du duc que le capitaneus de Vertheuil, Girard fils d’Arcfred, fit une importante donation en faveur de Saint-Pierre de Vertheuil. C’est peut-être en cette occasion ou peu auparavant qu’il fonda la communauté de clercs qui vivait dans cette église : une bulle d’Alexandre III fait d’un comte Guillaume (en qui nous voyons Guillaume VIII) le fundator ecclesie. Avant 1086, il revient à La Sauve-Majeure pour confirmer ce qu’il avait donné à l’abbaye, et c’est peut-être alors qu’Arnaud de Cénac donna la dîme de Tregeyt, non ipsius comitis presentia constrictus.

Guilhem IX (1086-1126) : un intérêt fluctuant

  • 29Vasconie dux et comes (Ste-Croix, n° 3, 1096), comes Vasconie (La Réole, n° 64, 1103), Gasconum co (...)
  • 30  Voir fig. 11, en annexe de ce chapitre.

11La titulature de Guilhem IX néglige moins ses titres gascons (comte de Bordeaux, comte de Gascogne, duc de Gascogne)29. Cependant, le fils de Guy Geoffroy ne semble pas avoir été plus attaché à cette région que son prédécesseur avant ses cinquante ans. Entre 1087 et 1126 nous avons relevé deux fois moins d’actes témoignant de ses interventions30.

  • 31GCSM, n° 17 (1087, filius ejus puer nomine Guilelmus), GCSM, n° 20 (1089, comes Pictavensis, in pu (...)
  • 32St-Seurin, n°26.
  • 33GCSM,20.
  • 34  AD 33, G 335, f 1. Datée grâce à la mention du prévôt Gaillard.

12Jusqu’en 1090, la titulature ducale insiste surtout sur la jeunesse de Guilhem IX31. Né le 22 octobre 1071, le nouveau duc n’avait pas quinze ans à la mort de son père. C’est sur le compte de cette inexpérience qu’il faut mettre l’abaissement de l’autorité ducale dont témoignent quelques actes. Un certain Guilhem Ferran, profitant de la disparition simultanée de l’archevêque Josselin de Parthenay (mort en juin 1086) et de Guy Geoffroy, avait contesté une donation faite par ses parents arguant que son consentement avait jadis été arraché “par la peur du duc” (timore ducis). Excommunié pour cela, il rendit finalement à Saint-Seurin ce qu’il avait pris, le 3 décembre 108832. Ce cas ne devait pas être isolé, les périodes de transition ayant souvent été caractérisées par une fragilité de l’autorité publique, a fortiori lorsqu’après un long règne la succession était assurée par un adolescent. Dans cette période, Guilhem IX suivit surtout les traces de son père. En 1089, à La Sauve-Majeure, il renouvela la confirmation des dons paternels en faveur de ce monastère et accorda l’immunité à l’ensemble des possessions de l’abbaye33. C’est peut-être à l’occasion de ce séjour bordelais qu’il vint à Saint-André confirmer les donations de ses prédécesseurs, Sanche et Guy Geoffroy, afin de poursuivre la reconstruction de la cathédrale34. À une date indéterminée, mais avant 1096, le duc confirma et précisa l’immunité de l’alleu de La Sauve-Majeure, appelée pour la première fois “sauveté”.

13La décision prise en faveur de Sainte-Croix de Bordeaux au tout début de l’année 1096 marque un tournant dans sa politique régionale. Guilhem IX fut sollicité par l’abbé de Sainte-Croix, Foulques, pour confirmer la donation de Soulac décidée lors du concile d’octobre 1079. Foulques lui demanda également de recevoir sous sa tutelle et sa protection (sub tutela et defensione) non seulement l’autel de Sainte-Marie de Soulac et ses dépendances, mais également les “lieux” de Sainte-Croix et Saint-Macaire avec leurs honores. Guilhem IX acquiesça une première fois, le 22 mars dans sa tour de Bordeaux, puis, à nouveau le 25 mars dans la cathédrale Saint-André. Jusqu’à cette charte, ni Guilhem IX, ni ses prédécesseurs n’avaient de façon officielle ou non suspecte pris sous leur protection un établissement du Bordelais ou du Bazadais. Même Guy Geoffroy, pourtant particulièrement généreux avec La Sauve-Majeure n’avait pris une telle décision, dégageant au contraire la nouvelle fondation de toute tutelle laïque.

  • 35Nortier 1986.
  • 36Boutoulle 1998.
  • 37AD 33, H 516; AHG, I, n°XCVII à CXVI.
  • 38Ste-Croix, n° 2, 80, AHG, I, n° XCVII à CXVI.

14La demande de l’abbé de Sainte-Croix n’est pas sans poser quelques questions. La possession de Soulac longtemps disputée par l’abbaye de Saint-Sever, avait finalement été reconnue à Sainte-Croix en 107935. Pour Saint-Macaire dont il n’avait pas été question jusque-là, le problème est plus complexe36. Pendant une bonne partie du xiie siècle, un long contentieux a opposé les moines de ce monastère à l’abbé de Sainte-Croix de Bordeaux qui revendiquait leur obédience37. Quoique les actes de la première moitié du xie siècle attestant de la réunion de Saint-Macaire à Sainte-Croix aient été falsifiés, à la fin du xie siècle vraisemblablement38, les réclamations de Sainte-Croix semblent avoir été fondées : du temps de Guy Geoffroy et de l’archevêque Josselin de Parthenay, le seigneur de Benauges reprochait à l’abbé de Sainte-Croix de ne pas faire assez d’efforts pour acquérir des biens en faveur du monastère de Saint-Macaire.

  • 39  Après l’appel de Clermont, Urbain II parcourut les états de Guilhem IX, par Limoges, Charroux et P (...)
  • 40  Marquette 1997.
  • 41  Boutoulle 2001.

15Les motivations du duc se situent sur un autre plan. En cette fin mars 1096, Guilhem IX attendait Urbain II, traversant ses états après avoir prêché la croisade au concile de Clermont, le 27 novembre 1095. Le pape arriva à Bordeaux à la fin du mois d’avril39. Il y consacra la cathédrale Saint-André le 1er mai, puis passa par Bazas où il consacra la cathédrale, le 2 ou le 3 mai avant d’arriver à Toulouse, le 7 de ce mois40. Le privilège ducal peut donc être interprété comme un geste de bonne volonté vis-à-vis d’un pape avec qui les relations n’étaient pas au mieux. Le duc manifesta en effet pendant toute la tournée pontificale une certaine distance : il ne l’a pas réellement accompagné dans la traversée du duché et, contrairement à une partie importante de l’aristocratie du Bazadais et de l’est du Bordelais, Guilhem IX ne se croisa pas de suite41. Il reste que ce soudain intérêt fut pour le moins sélectif : aucun autre monastère de la région ne reçut une telle protection. Sainte-Croix présentait en effet, et elle seule, de réels enjeux dans la politique ducale. Avec les lieux que le duc prenait sous sa protection il contrôlait deux des portes du comté de Bordeaux, Soulac au nord, à l’entrée de l’estuaire de la Gironde, Saint-Macaire, au sud, à la limite du Bazadais.

  • 42Hist. pontif. p. 29 et 32.
  • 43  Voir infra, p. 326, 337.
  • 44  Pradalié 2005.

16Guilhem IX a certainement trouvé l’opportunité de faire pièce à l’expansionnisme de la maison d’Angoulême. À un moment que nous ne saurions déterminer, le comte d’Angoulême Guillaume V Taillefer (1080-1120) avait épousé Vitapoy, fille d’un Amanieu Gasconis , dont il eut trois fils, Vulgrin (son successeur), Raimond et Foulques. Cette union, rapporte l’auteur de l’Historia pontificum, valut au comte d’Angoulême le castellum de Benauges qu’il tenait ex parte uxoris sue42: Amanieu le Gascon est donc probablement Guilhem Amanieu II de Benauges. Or les comtes d’Angoulême contrôlaient déjà avec Blaye et Fronsac43, deux importantes clés des accès nord et est de Bordeaux. C’est une des raisons pour lesquelles les relations entre les ducs d’Aquitaine et les comtes d’Angoulême, bonnes dans la première moitié du xie siècle s’étaient détériorées sous Guy Geoffroy. Guilhem IX, fidèle aux orientations prises par son père, a poursuivi l’abaissement d’une maison dont l’expansion fragilisait le contrôle du Bordelais. Le problème peut-être déjà ancien, car nous ne savons pas précisément à quelle date eut lieu le mariage entre Vitapoy et Guillaume V Taillefer, fut certainement réactivé par l’intérêt que le duc Guilhem IX portait aux droits de sa femme, Philippie-Mathilde épousée en 1094, qui lui permettait de porter ses regards sur l’héritage du comte Guilhem IV de Toulouse44.

  • 45Hist. Pontif, p. 29 : sane castellum Benaugium quod ex parte uxoris sue juris sui erat et castellu (...)
  • 46St-Jean-d’Angely, n° CLXXXII, p. 220-221.Vuillelmo ducatum tenente in Aquitanie qui eo tempore, ar (...)

17Les décisions de Guilhem IX concernant Sainte-Croix et Saint-Macaire doivent très certainement être mises en rapport avec les événements décrits par l’Historia Pontificum et une charte du cartulaire de Saint-Jean-d’Angély. L’Historia Pontificum nous apprend que le comte d’Angoulême, Guillaume Taillefer, réunit une armée et récupéra les castella de Benauges et de Saint-Macaire, que ses hommes lui avaient enlevés45. La notice du cartulaire de Saint-Jean-d’Angély précise et nuance la relation de cet événement. En 1096, lit-on, Guilhem IX assiégea la forteresse de Saint-Macaire ; il dépeupla un castrum par le fer et le feu et prit, en outre, “une forteresse très bien défendue” (arcem munitissimam)46.

  • 47  Richard 1903, 412.
  • 48  Boutoulle 2002.

18Les deux textes divergent sur le responsable de la reddition de Saint-Macaire. A. Richard, qui avait souligné cette contradiction, livre une interprétation des faits encore admise de nos jours. Selon lui, le duc et le comte auraient mené une expédition commune en 1096, Guilhem IX se chargeant de Saint-Macaire, Guillaume Taillefer portant son effort sur Benauges47. En fait, rien n’indique qu’ils aient agi de concert. Il semble au contraire que les Angoumois soient descendus seuls dans un premier temps, pour faire valoir les droits de la comtesse Vitapoy sur la succession de Benauges, alors que Guilhem Amanieu venait de prendre la croix48. La conquête des deux castella par les Angoumois a dû provoquer une prise de conscience au plus haut niveau. Guilhem IX ne pouvait en effet tolérer que le comte d’Angoulême tînt une clé de plus en Bordelais, au moment où, profitant du départ du comte de Toulouse à la croisade, il projetait de se jeter sur ses états. Quoi qu’il en soit, la prise de Saint-Macaire a ramené les moines du crû dans l’obédience de Sainte-Croix en même temps qu’elle permit au duc d’écarter les comtes d’Angoulême de ce secteur. En effet dans les années qui suivirent cette mémorable expédition, aucun texte n’atteste d’une quelconque action angoumoise en Benauges ou sur la vallée de la Garonne.

  • 49La Réole, n° 64.
  • 50AHG, XII, n°CXXII.
  • 51Hist. pontif. p. 33; Richard 1903, 358-359.
  • 52GCSM,42.

19Guilhem IX se manifesta ensuite moins souvent en Bordelais et en Bazadais. En 1103, il réunit la cour de Gascogne au port de Tivras sur la rive droite de la Garonne, à la limite de l’Agenais et du Bazadais49. En 1108, il assista à la donation du lieu de Mansirot au monastère de Sainte-Foy-de-Conques par les frères de Lesparre, pour fonder un monastère et implanter une sauveté ; le duc confirma la donation après l’archevêque de Bordeaux, Arnaud Géraud de Cabanac. Le 2 juin 1116, depuis Bordeaux, il donnait à La Sauve-Majeure l’église de Bougue dans le diocèse d’Aire avec le jus comitalis et la sauveté50. À une date que nous ne saurions préciser, il s’empara du castrum de Blaye, détruisit la tour et les murs51. Mais entre 1121 et 1126, une importante réunion de l’aristocratie régionale, au cours de laquelle les principes et les barones prêtèrent le serment de respecter la sauveté de la Sauve-Majeure, se tint en l’absence, notable, du duc52. De manière générale, pendant les trente années qui s’écoulèrent entre 1096 et sa mort, survenue le 12 février 1126, l’intérêt ducal pour le Bordelais semble être allé déclinant.

Guilhem X (1126-1137) : un règne bref

20Pendant les dix années de son règne, le duc Guilhem X se manifesta rarement dans la région et les seules initiatives à mettre à son actif sont liées à une grave crise religieuse dont il porte une part de responsabilité.

  • 53Comes ejusdem civitatis (Ste-Croix, n° 35, 1126-1131) ; filia comitis Pictavorum et Vasconum (Ste- (...)
  • 54GCSM, n° 43.
  • 55Ste-Croix, n° 92 (sans date).
  • 56Ste-Croix, n° 7 (sans date).
  • 57Hist. Pontif. p. 33.

21À l’instar de ses prédécesseurs, Guilhem X était présenté comme “comte de Bordeaux” ou “comte de Gascogne”53. En Bordelais et Bazadais, il resta fidèle à la politique de son père dans ses relations avec les établissements ecclésiastiques. Passant par La Sauve-Majeure à Pâques 1128, il confirma tout ce que Guilhem IX avait accordé54. Comme ce dernier, il fut plus généreux envers Sainte-Croix : il confirma après son père la sauveté de La Lande-de-Corn dépendante de l’abbaye bordelaise55; il affranchit aussi Sainte-Croix de la coutume de la Pouyade et de la Fromentade56. En revanche, il ne put empêcher le comte d’Angoulême de reprendre position à Blaye : à la tête d’une grande armée, Vulgrin II (1120-1140) s’empara du castrum que Guilhem le Jeune avait démantelé et, “contre la volonté du duc”, le réédifia pour le rendre inexpugnable57.

  • 58  Higounet 1963, 96-97.
  • 59Id., 96.
  • 60  Le 30 mars 1135, en récompense du soutien apporté au parti d’Innocent II, Pierre l’abbé de Saint-R (...)
  • 61  Marquette 1962.
  • 62AHG, XV, p. 26.
  • 63GCSM, n° 710.
  • 64GCSM, n° 594, Guillelmo Auxiensi archiepiscopo qui tunc episcopum Basatense commendatum tenebat pr (...)

22Pendant ce règne interrompu à trente-huit ans sur la route de Saint-Jacques de Compostelle, le Bordelais pâtit du choix ducal lors du schisme d’Anaclet. Le duc, à l’initiative de Girard de Blaie, évêque d’Angoulême depuis 1102 et légat depuis 1107, suivit le parti de l’antipape Anaclet, élu contre Innocent II en février 113058. Malgré le concile d’Etampes (1131) et le courant général qui se dessinait en faveur d’Innocent II en Occident, Guilhem X s’obstina. À la mort de l’archevêque de Bordeaux, Arnaud Géraud de Cabanac, en 1131, il imposa l’évêque d’Angoulême à sa place. Dès lors, l’église cathédrale de Bordeaux devint “le quartier général du schisme”59. Cependant, le duc finit par suivre les exhortations de Bernard de Clairvaux, de l’abbé de Saint-Romain de Blaye et du prédicateur Geoffroy du Loroux avant le 30 mars 113560. Isolé et excommunié, l’archevêque se soumit à son tour. Notons qu’en Bazadais, le schisme avait réactivé le conflit commencé en 1111 entre l’évêque et son confrère d’Agen sur la possession de la haute vallée de l’Avance61. Ancien abbé de La Sauve, élu en 1126, Geoffroy qui avait suivi Girard de Blaie dans le schisme fut excommunié en 1134 et contraint de partir pour Jérusalem62. La présence, en 1131, de près de soixante-dix milites à Casteljaloux n’est certainement pas étrangère au regain de tension dans cette région63. Alors que l’évêché était “tenu en commende” par l’archevêque d’Auch, l’évêque d’Agen, Raimond Bernard, qui avait adopté le parti d’Innocent II, attaqua et incendia Bazas en 113664. Dans ce nouvel épisode comme dans le reste du conflit, nulle mention d’une intervention ducale…

Aliénor d’Aquitaine et Louis VII : un éloignement croissant (1137-1152)

23Les dispositions que Guilhem X dicta au moment de mourir (le 9 avril 1137) sur son héritage et sur le mariage de sa fille, Aliénor, furent exécutées par le nouvel archevêque de Bordeaux, Geoffroy du Loroux, élu canoniquement après le 30 mars 1135. Le roi Louis VI, aussitôt informé, accepta les domaines du défunt et choisit son fils Louis le Jeune, son successeur désigné, pour épouser la jeune duchesse.

  • 65  Higounet 1963, 65.
  • 66  À partir de l’index des RHF: t. XII, p. 62 (Vie de Louis VI le Gros), p. 84 (Chronique de Morigny(...)
  • 67GCSM,1278.
  • 68GCSM,1279, Gallia II, col. 280.

24Pendant quelques jours, Bordeaux retrouva une place de premier plan dans la politique ducale. L’événement eut d’ailleurs un retentissement bien plus large puisque, comme le souligne Ch. Higounet, “pour la première fois depuis le temps de Charlemagne et de Louis le Pieux, après trois siècles d’éclipse, la royauté se montrait en ville”65. De tous les événements évoqués dans la région, entre les années 1070 et les premières années du xiiie siècle, il s’agit même du plus signalé dans les chroniques contemporaines66. Venant de Limoges et accompagné de près de cinq cents milites, le prince Louis établit son campement sur la rive droite, face à la cité ; le dimanche 25 juillet, en présence des Grands (optimates) de Gascogne, Poitou et Saintonge, Geoffroy du Loroux célébra le mariage dans la cathédrale. Avant le départ de son fils, pour récompenser le clergé aquitain de son soutien et Geoffroy du Loroux au premier chef, Louis VI avait accordé la libertas aux évêques et aux abbés de la province de Bordeaux d’être élus canoniquement, sans l’obligation de l’hommage et de fidélité (absque hominii juramenti seu fidei per manum)67. Arrivé à Bordeaux et depuis son palais, Louis le Jeune reprit à la lettre la teneur de cette disposition révolutionnaire68.

  • 69  Chibnall éd. 1978, VI, 550 ; Pradalie 2005, 19.
  • 70  AD 33, G. 268, f 1 et 2 (la lettre n’est pas datée) ; Gallia II , col. 814. Higounet 1963, 97- 99.
  • 71RHF, t. XV (Epistolae S. Bernardi), p. 598, 599; Gallia II, col. 814 (facta haec concordia Burde (...)
  • 72Ste-Croix, n° 18.

25Le jeune couple ne demeura pas longtemps sur les bords de la Garonne. Le 2 août, au lendemain de la mort de Louis VI, Louis VII fut investi du duché d’Aquitaine à Poitiers. Dès lors, et comme leurs prédécesseurs ducs d’Aquitaine, le roi et la reine manifestèrent un intérêt lointain pour la région. En 1137, Louis descendit à Poitiers et s’attarda à Talmont sans aller plus au sud. En juin 1141, cherchant à faire valoir les droits qu’Aliénor tenait de son grand-père, il tenta de s’emparer de Toulouse et fit une incursion en Gascogne69. À une date difficile à déterminer, Louis adressa une lettre au prévôt de Bordeaux, aux proceres et aux cives de la cité, pour les informer de sa décision d’imposer la règle de saint Augustin au chapitre cathédral, afin de soutenir l’action réformatrice de l’archevêque en butte à la résistance de ses chanoines70 : ce conflit, qui provoqua l’excommunication du chapitre, l’interdit sur la cathédrale et l’absence forcée de l’archevêque sept années durant, fut soldé par l’entremise de Bernard de Clairvaux, de passage à Bordeaux et de l’abbé de Saint-Romain de Blaye, le 2 juillet 114571. En 1147, peu de temps avant de partir pour la seconde croisade et alors qu’il était encore à Paris, le roi-duc répondit à une demande venue du Bordelais. Des “pauvres frères religieux” avaient fondé un nouveau monastère (novellum locum) à Lignan en Entre-deux-Mers bordelais72. Avec l’accord d’Aliénor, le roi plaça la communauté sous sa protection, lui donna la terre et les bois environnants pour y construire les bâtiments monastiques ; il lui enjoignit de se soumettre à la règle de son choix (canoniale ou monastique) et à un abbé.

  • 73  On ne connaît des participants à la deuxième croisade qu’Arnaud de Blanquefort (GCSM, n° 418) et l (...)
  • 74RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 486 : ut quam citius poteritis ad praesens et omni occasione re (...)
  • 75RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 499 : quatinus unum de nobilibus illius terre poneremus, qui re (...)

26L’absence du roi pendant la seconde croisade (1147-1149)73 provoqua une crise dont témoignent quatre lettres conservées dans la correspondance de Suger, abbé de Saint-Denis et régent. En 1147, le sénéchal de Poitou, Guillaume de Mauzé, informait Suger que des meurtres étaient commis par “les ennemis et les bourgeois de Bordeaux” : il lui demandait de nommer un prévôt dans les plus brefs délais, sans quoi “Bordeaux et la région risquaient d’échapper à tout contrôle”74. L’année suivante, Geoffroy de Rancon, envoyé en Aquitaine par Suger, rapportait dans une autre lettre que le praetor, nommé par le régent, n’était pas parvenu à ramener la paix et qu’en Bordelais les dégâts étaient importants. Après en avoir discuté avec l’archevêque et les “barons de cette terre”, Geoffroy demandait au régent de lui permettre de désigner un représentant de la noblesse locale pour “relever les habitations et les remparts des forteresses”75.

  • 76RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 514 : Sed de prepositura Burdegale civitatis quid erit ? Locus (...)
  • 77RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 515 : Sed et de ministerialibus Aquitanie a domino rege constit (...)
  • 78RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 515.
  • 79  Boutoulle 2004a, 2005c. Allusions aux unités de mesure du Bordelais, au chantier de la cathédrale (...)
  • 80  Hypothèse avancée par Richard 1903, t. II, 104, et Higounet 1963, 67, entre le séjour à Limoges (N (...)

27Le régent ne prit apparemment pas les dispositions qu’on attendait de lui. En 1149, l’archevêque attendait toujours la nomination d’un prévôt à Bordeaux76 ; il précisait à Suger dans une nouvelle missive qu’il serait fait bon accueil à la personne désignée77. Cependant, la crise avait pris une dimension régionale : le 15 août 1149, le vicomte de Gabarret, Pierre III (et vicomte de Béarn depuis 1136), fut appelé à l’occasion d’une assemblée tenue à Mimizan, en pays de Born, devant les archevêques de Bordeaux et d’Auch, de nombreux évêques et proceres de la Gascogne, au sujet des déprédations qu’il venait de mener dans “la terre du roi” et contre la cité de Dax, de proprietate regis78. Lors de cette assemblée, et pour venir à bout des troubles, furent édictés les statuts d’une paix de Dieu recueillis dans le cartulaire de la cathédrale de Dax et qui, de toute évidence, ont aussi concerné le Bordelais79. Le couple royal fit probablement une dernière apparition à Bordeaux, fin 1151-début 115280, quelques semaines avant que le concile de Beaugency ne prononce le divorce, le 21 mars 1152.

  • 81  Quoique placée par l’éditeur en 1137, aucun élément dans le texte ne confirme cette datation. Le r (...)
  • 82  Sassier 1992.

28Nous ne savons pas à quel moment du règne de Louis VII les moines de La Réole lui adressèrent une requête, malheureusement non datée, qui a été versée dans le cartulaire du prieuré81. Comptant sur son autorité (invincibilis rex), les bénédictins se plaignaient des exactions commises par l’aristocratie locale et notamment par le vicomte de Bezeaumes. Ils en firent part au roi une première fois, alors qu’il était de passage dans la région (per adventum vestrum). Celui-ci et son prévôt interdirent alors au vicomte de rançonner les Réolais (supra interdictum vestrum et prepositi vestri qui hoc ei prohibuit). Mais, le roi parti, les exactions reprirent de plus belle. Si cette lettre est bien datée, comme nous le croyons, du règne de Louis VII, le vocabulaire utilisé par les moines à l’encontre du roi (considérant le prieuré et ses dépendances de jure vestro ou eux-mêmes servi vestri) souligne bien l’attachement de leur église à la personne royale, un thème dont Yves Sassier a montré la diffusion auprès de nombreux établissements méridionaux (Clermont, Brioude, Maguelonne) et qui, à La Réole, a peut-être résonné d’un écho particulier à la faveur des liens existant avec l’abbaye-mère où écrivait Hugues de Fleury82.

29Si la politique du roi-duc en Bordelais-Bazadais a certainement éveillé des espoirs particuliers, alimentés par ses premières sollicitudes et la réception de thèmes liés à une idéologie royale en gestation, ses résultats restèrent bien limités. Les manifestations du roi furent surtout dictées par le souci de conforter l’autorité de l’archevêque auquel il devait beaucoup, mais il se désintéressa du reste ; la mésentente grandissante avec la reine ne devait d’ailleurs pas l’engager à changer de cap. Il rompit avec la politique de ses prédécesseurs en ne confirmant aucun des privilèges de La Sauve-Majeure (pourtant pourvue en prieurés en Orléanais et en Champagne), ni ceux de Sainte-Croix, alors que les Plantagenêts n’ont pas manqué d’honorer ces établissements par des confirmations. L’argument selon lequel le roi aurait favorisé les fondations de type cistercien, plus proche de l’ “air du temps”, pour se détourner des plus anciennes, ne résiste pas non plus à l’examen des faits. Le monastère de Lignan qu’il avait tenu pour ainsi dire sur les fonts baptismaux avorta pour des raisons que l’on ignore : les bâtiments et les terres furent rattachés à Sainte-Croix.

30Ainsi, des années 1070 à 1152, les témoignages des actions des ducs d’Aquitaine en Bordelais et Bazadais ont connu une évolution globalement décroissante. Des périodes où le pouvoir fut particulièrement fragilisé sont nettement apparues, comme la jeunesse de Guilhem IX ou la croisade de Louis VII. Nous n’avons relevé, comme actes d’autorité contre l’aristocratie locale, que la prise des châteaux de Blaye et Saint-Macaire par Guilhem IX. Certes, compte tenu du caractère lacunaire de nos sources, il restera toujours des interrogations sur les autres manifestations de la puissance ducale dont nous n’avons pas gardé la trace. Mais les témoignages qui nous sont parvenus ne trompent pas : l’absence du duc était une donnée structurelle.

Le domaine ducal

  • 83  Higounet 1968, 566, Vincent 2000, 116, Aurell 2003, 213.
  • 84  Trabut-Cussac 1972.

31Ce constat que nos prédécesseurs avaient déjà fait a amené les historiens à penser qu’un duc aussi peu présent ne devait pas avoir de ressources foncières et fiscales importantes. De Ch. Higounet à M. Aurell le domaine comtal de l’arrière-pays de Bordeaux passe pour avoir été restreint, voire inexistant, en raison “du grand nombre de possesseurs du sol et d’églises”83. Cette déduction persistante pose un premier problème : elle ne permet pas d’appréhender l’origine du domaine ducal du xiiie siècle, organisé en prévôtés recouvrant des territoires non négligeables84. Elle procède ensuite d’une double logique discutable. L’absence de séjour durable et d’actions marquantes répétées n’auraient été causées que par l’inconsistance des revenus ducaux ; par conséquent, le duc ne pouvant s’opposer à ce que les puissants grignotassent ses miettes, son domaine se serait trouvé d’autant plus amoindri, ce qui, in fine, ne l’aurait pas encouragé à revenir davantage. Au terme de cette mécanique cyclique, irréversible et non dépourvue d’un certain fatalisme, les ducs d’Aquitaine en Bordelais auraient été condamnés à décliner aussi inexorablement que les derniers Mérovingiens et à attendre qu’une nouvelle dynastie (les Plantagenêts en lieu et place des Carolingiens) ne réanime leur vacillante autorité.

  • 85  C’est le terme de domaine qu’utilise le traité de Paris de 1259 (“e aussi de Bordiaus, de Baione, (...)
  • 86  Constat similaire en Champagne (Bur 1977, 311). La récente édition du cartulaire de Bigorre, qui r (...)
  • 87  Pour l’enquête de 1236-1237, voir infra p. 63, n. 127 et Rec. feod.. Nous n’avons pas intégré la l (...)

32Ce schéma ne peut plus être soutenu. Non seulement le domaine ducal (seigneurie directe ou directe ducale85) peut être assez précisément reconstitué, mais en plus, tel qu’il apparaît au milieu du xiie siècle et malgré des amoindrissements non contestables, cet ensemble faisait encore du duc le seigneur territorial le plus important de la région86. Nous pouvons tenter d’en évaluer l’importance à l’aide de deux moyens. D’abord par un relevé des localités où le duc à séjourné, rendu la justice ou dont il a donné des droits entre la fin du xe et le début du xiiie siècle (châteaux, levées de coutumes, péages, fondations d’établissements religieux, donations de villa ou d’église). Reportées sur une carte, cette première série d’informations livre une sorte de nuage de points auquel les riches données sur les prévôtés ducales, glanées dans l’enquête de 1236-1237 et dans la série des Recognitiones feodorum de 1274, donnent une plus large dimension territoriale (fig. 5)87.

En Bordelais88

  • 88  Le lecteur est invité à se reporter aux figures 5 et 6 pour localiser les lieux cités.
  • 89GCSM,20.
  • 90St-Seurin, n°17 (1086-1091).
  • 91  Cette sauveté était limitée par le Peugue et la Devèze, deux ruisseaux traversant la ville. C’est (...)
  • 92GCSM, n° 20.

33Le duc avait dans la cité la “puissance comtale” (comitalis ditio)89. Les donations de Guy Geoffroy et de Guilhem IX pour Maillezais et La Sauve-Majeure montrent qu’à Bordeaux le duc était seigneur justicier, qu’il contrôlait l’atelier monétaire et qu’il percevait les coutumes du port (fig. 6). Sauf l’église Saint-André qui eut une part des revenus monétaires, les établissements religieux de Bordeaux n’ont, semble-t-il, reçu aucune prérogative publique dans la ville ; le contentieux qui opposait entre 1086 et 1091 les chapitres de Saint-Seurin et de Saint-André sur ce qu’ils percevaient dans la cité n’évoque rien d’autre que des droits paroissiaux, des dîmes et les droits de sépulture90. Dans la cité, échappaient donc au duc et à ses agents la sauveté de Saint-André, à l’angle sud-ouest et débordant probablement sur une partie du suburbium91 ainsi que la mansio des moines de La Sauve, placée sous l’immunité de leur abbaye et que nous n’avons pas pu localiser92.

Fig. 5. Le domaine ducal du XIe au début du XIIIe siècle en Bordelais et en Bazadais : essai de restitution.

Fig. 5. Le domaine ducal du XIe au début du XIIIe siècle en Bordelais et en Bazadais : essai de restitution.

Fig. 6. Bordeaux du XIe à la fin du XIIe siècle.

Fig. 6. Bordeaux du XIe à la fin du XIIe siècle.
  • 93  Boutoulle 2003b, 61-65.
  • 94  Du Buisson 1876, 160.
  • 95AHG, XLI, p. 321.
  • 96  Boutoulle 2003b, 62.
  • 97  Jean-Courret 2005, 298, 325, 355.

34Jusqu’en 1070, lorsqu’il s’arrêtait à Bordeaux, le duc séjournait dans un palais urbain situé dans la paroisse Saint-Projet et appelé La Salle93. Connu par une donation de Guy Geoffroy à l’abbaye de Saint-Sever, datée du 3 mai 1070, ce palais comprenait, outre la Grande Salle, un portique (atrium), des chambres (cubiculis), un puit et des dépendances94. La capella palatii, apparemment dissociée du reste, fut donnée au prieuré Saint-Martin-du-Mont-Judaïque par le même duc en 1072 ou 107795. Malgré le démembrement du palais il subsista longtemps une forte vocation publique dans ce secteur de la cité avec l’atelier monétaire, la tenue d’assises et une concentration de padouens unique intra-muros96. Par l’analyse morphologique, E. Jean-Courret vient de montrer que ce palais s’inscrivait dans l’empreinte d’un enclos fortifié intérieur à la cité, s’étendant sur un peu plus de quatre hectares, de la Devèze au sud de la place Saint-Projet, mis en place après le viie siècle97.

  • 98  Marchegay éd. 1879, n° VII, Boutoulle 2003b, 64-65.
  • 99GCSM,1278, 1279, RHF, t. XV, p. 515.

35La tour ducale citée pour la première fois à notre connaissance en 1080, dans une donation de Guy Geoffroy en faveur de Saint-Florent de Saumur, remplaça donc l’ancien palais98. Située à l’extérieur de l’enceinte, au plus près des appontements du Peugue que remontaient les embarcations chargées de marchandises, la tour dite de l’Arbalesteyre avait une fonction plus fiscale et ostentatoire que militaire, car c’est à ses pieds que l’on percevait les coutumes. Si l’ensemble de bâtiments qu’elle polarisait fut reconnu comme un palatium par Louis le Jeune, il n’en demeurait pas moins inconfortable : les lettres adressées à Suger en 1149 témoignent de son délabrement et de la nécessité d’en renforcer les défenses (munitio turris)99.

  • 100GCSM,402.
  • 101St-Seurin, 9.
  • 102GCSM, n° 13, 17, 410.

36À l’extérieur, le prieuré Saint-Martin-du-Mont-Judaïque, entre la cité et Saint-Seurin, a été fondé à la suite de la donation de cette église (basilica) par Guy Geoffroy. L’espace compris entre la porte Judaïque et l’aula Saint-Amand relevait également du même duc100. Son prédécesseur, le duc de Gascogne Sanche Guilhem, avait offert aux chanoines de Saint-Seurin les champs et les landes situés à l’ouest de Saint-Seurin, jusqu’à Eysines et Silva Grossa, les palus de Pont-long, ainsi qu’un droit d’usage à la Forêt (silva que nuncupatur Forest)101. Guy Geoffroy donna à La Sauve-Majeure la villa et les pêcheries de Bruges102.

  • 103Ste-Croix, n° 2.
  • 104St-Seurin, n° 9.
  • 105St-Seurin, n° 350 : nostris immunitatem domini et genitoris nostri Caroli bone memorie, serenissim (...)
  • 106St-Seurin, n° 107.
  • 107GCSM, n° 402 : Don par le duc d’une terre que est in suburbio civitatis Burdegala a porta Judea us (...)
  • 108Drouyn 1874, 419.
  • 109Gallia II, col. 815; RHF, t. XV, Epist. S. Bernardi, p. 599, n. b.

37Les sauvetés de Sainte-Croix et du Taillan sont nées des donations du comte Guilhem le Bon103. Celle de Saint-Seurin ne vient peut-être pas de la donation du duc de Gascogne Sanche Guilhem, car il n’est question dans ce texte que de droits fonciers et d’usage sur les palus environnants104, mais de l’immunité conférée jadis par les premiers carolingiens à la cathédrale et ses “monastère sujets”, dont Saint-Seurin105. Au début du xiie siècle encore, Saint-Seurin était placé sous la juridiction de l’archevêque de Bordeaux, puisque Arnaud Géraud de Cabanac, archevêque entre 1103 et 1131, donna aux chanoines la perception des cantaria sur le vin vendu dans les tavernes106. Notons que c’est dans cette partie du suburbium de Bordeaux, à une centaine de mètres au sud de la porte Judaïque, qu’était localisée l’aula Saint-Amand (ou domus beati Amandi) mentionné en 1075107. Cette ancienne aula peut être soit la “motte de l’archevêque”, située quelques dizaines de mètres en avant du rempart et mentionnée sur documents de la fin du Moyen Âge108, soit la domus épiscopale mentionnée en 1145 et située à l’intérieur de la cité, contre le rempart109.

  • 110  Bruges (Brojia), Corbiac à Saint-Médard-en-Jalles (Curbiac), Mérignac (Mairinac), Lodors près de S (...)
  • 111Rot. chart., 135.
  • 112Rot. litt. claus., 398; rot. litt. pat., 63.

38La dotation du prieuré Saint-Martin-du -Mont-Judaïque montre que la silva des Arcs, située au sud de la cité, entre deux ruisseaux, était ducale. La même donation présente une liste de res en Bordelais dont les dîmes furent transférées au prieuré Saint-Martin (et decimam omnium rerum mearum que mihi jure exeunt in pago Burdegalensi). La majeure partie de ces vingt-neuf domaines était disposée en auréole au nord-ouest et sud-ouest de Bordeaux, de Saint-Médard-en-Jalles à Saucats110. C’est dans le même secteur que les premiers Plantagenêts puisaient au début du xiiie siècle des biens-fonds ou des revenus pour gratifier des fidèles : Bègles était encore dans la directe (dominicum) du roi Jean111, comme la Forêt de Bordeaux, les paroisses de Léognan et Gradignan112.

  • 113  AD 33, G 334, 335.
  • 114  Elle s’étendait sur les paroisses de Barsac, Bommes, Budos, Castres, Cérons, Illats, Preignac, Pod (...)
  • 115  AD 33, G. 334-335.
  • 116St-Seurin, n° 349 et 351 (confirmations par Jean sans Terre et Aliénor).
  • 117GCSM, n° 21.

39Le domaine ducal se prolongeait vers le sud des Graves, en Cernès, et vers les Landes de Bordeaux. Il avait été amputé par la donation de Sanche Guilhem au chapitre de Saint-André de la villa de Cadaujac, cédée avec le tiers des péages entre Mortagne et Langon113. Au milieu du xiiie siècle, le roi-duc avait établi la prévôté de Barsac, dont l’étendue apparaît à travers les Reconnaissances féodales de 1274114. En Buch, au début du xie siècle, un domaine ducal est attesté dans l’ancienne cité des Boïens. Le duc de Gascogne, Guilhem Sanche, donna le tonlieu de Buch à l’église Saint-André de Bordeaux115; l’archevêque en avait également obtenu une part (nous ne savons quand) et la confirmation de ses droits à l’extrême fin du xiie siècle116. Guilhem IX autorisa La Sauve-Majeure à d’acheter des sèches et d’autres poissons apud Boyas117. Au nord du bassin, les chanoines de Saint-André avaient reçu la villa de Lège.

  • 118  Nous n’avons pas localisé Sorbeirs, Tillac, Menusa et Lupa. Notons que ces biens se trouvent princ (...)
  • 119Pat. rolls, 1216-1225, 245, 275-276 ; Honor du castrum de Belin (Rec. feod. n° 648). 
  • 120  Du Buisson 1876, 136, 146. Nous remercions M. Jean Cabanot pour nous avoir permis de consulter ses (...)
  • 121Du Buisson 1876, 198.
  • 122Shirley éd. 1852, 57.
  • 123Pat. rolls, 1216-1225, 245, 275-276.
  • 124Rec. feod., n°417, 681, 683, 688; Bios in Born (Rec. feod., n°695), Pontenx in Born (Rec. feod. (...)

40Dans les Landes, la dotation du prieuré Saint-Martin-du-Mont-Judaïque énumère d’autres domaines : il s’agit de Lüe (Lua), Escource (Scorza), Sabres (Sabra), Sonencs (Bourricos, Solenz), Trensacq (Trensiac)118. En 1220, le roi-duc avait la haute main sur le castrum de Belin, où il y avait un prévôt royal119. En Born, l’église Sainte-Marie de Mimizan dépendait de l’abbaye de Saint-Sever depuis une donation du duc de Gascogne, Guilhem Sanche, confirmée par ses fils Bernard Guilhem (999-1010) et Sanche Guilhem (1010-1032)120. Entre 1126 et 1137, Guilhem X donna à Saint-Sever la dîme de deux nasses sur l’étang de Mimizan121. Le castrum d’Uza a été fondé et peuplé par Richard Cœur de Lion entre 1189 et 1199122. Biscarrosse apparaît dans une donation d’Henri III en 1220 (Biscarossa)123. Enfin, d’après les reconnaissances de 1274 la justice de Mimizan s’étendait sur les paroisses de Biscarrosse, Bias, Sainte-Eulalie et Saint-Julien124.

  • 125GCSM, n° 1.
  • 126Ste-Croix, n° 18.
  • 127  PCSM, p. 126-127. Cette enquête est connue par deux versions. La première, en latin, a été placée (...)
  • 128  Il s’agit d’abord de toutes les paroisses qui étaient astreintes collectivement au paiement de div (...)
  • 129  PCSM, p. 131, Item domnus Henricus vendidit in hoc anno, vicecomitisssa de Benauias parrochias de (...)
  • 130  PCSM, p. 129 ; Piat 1996, 167 et n. 3.

41C’est en Entre-deux-Mers que la seigneurie ducale apparaît le mieux. En 1079, le prévôt de Bordeaux était en mesure de conduire Gérard de Corbie à travers la région jusqu’à la forêt de La Sauve-Majeure pour y fonder une abbaye125. En 1147, Louis VII et Aliénor fondaient à leur tour un monastère de “pauvres frères religieux” à Lignan126. La prévôté de l’Entre-deux-Mers, créée au début du xiiie siècle, apparaît distinctement à travers la grande enquête de 1237 relative aux excès des baillis ducaux127. Plus de quarante paroisses relevaient alors du roi (qui sunt propria domini regis pro maiori parte), d’Ambarès à Langoiran et Lestiac128. Cette vaste directe s’étendait probablement plus au sud-est, en direction de Saint-Macaire. En effet, la même enquête laisse apparaître que les paroisses de Cadillac, Loupiac et Sainte-Croix-du-Mont avaient été vendues par le sénéchal Henri de Trubleville à la vicomtesse de Benauges129. Selon la même source l’Entre-deux-Mers bordelais était divisé en deux circonscriptions judiciaires, de part et d’autre du Lubert (a Luberto et infra); les justiciables de l’Ultra Lubertum devaient se rendre à La Sauve, les autres à Bordeaux. Le nom du Lubert a été porté par deux ruisseaux, quasiment situés sur le même méridien : l’actuel Lubert (qui s’écoule du nord au sud, de Créon au Tourne) et le Gestas (qui coule vers le nord, de La Sauve à Vayres)130.

  • 131Ste-Croix, n° 1, 2, 4, 19, 20, 70, 93.
  • 132  Nortier 1986, 99-126.
  • 133AD 33, G 609: venerabilis comes Pictavensis, fundator ecclesie vestre.
  • 134  Villard éd. 1969, n° 5. Confirmé par Guilhem IX en 1119 (n° 61), Guilhem X en 1126 (n° 76), le pap (...)
  • 135Pat. rolls, 1216-1225, 242-243.

42Au nord de Bordeaux, les possessions ducales n’avaient pas la même consistance. En Médoc, peu avant l’an Mil, le comte Guilhem le Bon avait donné à Sainte-Croix de Bordeaux les villae de Soulac, Macau et du Taillan, qui devinrent des sauvetés131. Les moines de Saint-Sever avaient acquis des droits sur l’église Sainte-Marie de Soulac des ducs de Gascogne Guilhem Sanche et Bernard Guilhem, ce qui provoqua une longue lutte entre les deux abbayes bénédictines132. Guy Geoffroy, qui passe pour être le fondateur de l’abbaye Saint-Pierre de Vertheuil, assista à une donation du capitaneus de Vertheuil133. Sur la pointe du Médoc, près de Soulac, le même duc donna la localité d’Artiguestremeyre à Montierneuf134. Enfin, en 1220, le seigneur de Lesparre prétendait que le droit d’échouage sur les rivages de sa seigneurie lui avait été concédé par Richard Cœur de Lion135.

  • 136Kurze éd. 1895, 30.
  • 137BN, ms. lat., 17733, f. 18.
  • 138Hist. pontif., p. 23. Mussot-Goulard 1982, 188-189. Depoin éd. 1921.
  • 139RHF, t. VI (Diplômes de Pépin d’Aquitaine) 663 ; Recueil des actes de Charles le Chauve, t. I, n°  (...)
  • 140Ste-Croix, n° 80. Il s’agissait cependant d’un hereditas, possédé ex jure hereditario; Sanctus La (...)
  • 141Gallia I, Inst. col. 323: primum illius terre primatem, Oliverium scilicet vicecomitem.

43C’est au nord de la Dordogne que le recul de la directe a été le plus important. Le castrum de Fronsac, fondé par Charlemagne en 769, serait resté dans les mains des comtes de Bordeaux jusqu’à la fin du xe siècle136. Selon la Chronique de Guîtres, le consul de Bordeaux Guilhem (le Bon) l’aurait donné avec son honor à Aiz, le premier des vicomtes de Fronsac puis confirmé à ses petits-fils, jure hereditario, sans rien s’y réserver137. De fait, selon l’Historia pontificum la “très noble comtesse” Alausie, épouse du comte d’Angoulême Audouin II (1028-1031), avait transmis à son mari le castrum de Fronsac et d’autres castella situés dans les environs : Alausie était certainement une fille du vicomte Grimoard, plutôt que du duc Guilhem Sanche comme on le croit habituellement138. Les rois Pépin d’Aquitaine et Charles le Chauve séjournèrent à Castillon-sur-Dordogne en 818 et 842139. En 1043, la comtesse de Bordeaux et du Périgord, Ama, donna au monastère de Sainte-Marie-de-la-Fin-des-Terres (Soulac) une terre située Inter Dordonia, à Medrins, localité qui correspond certainement à Saint-Laurent-des-Combes (Sanctus Laurentius de Meirins), à six kilomètres de Castillon140. Or, que ce fût en Fronsadais ou en Entre-Dordogne, les ducs ne firent plus rien valoir avant la fin du xiie siècle, période de retour de la puissance ducale. En 1079, l’archevêque de Bordeaux qualifiait même, en présence du duc Guy Geoffroy, le vicomte de Castillon Olivier de “premier de cette terre” (primus illius terre primatus)141.

  • 142  Lopès 1668 [1882-1884], 483 ; Jullian 1890, t. II, 160. Font-Réaulx 1915-1916, 148. Secundum instr (...)
  • 143  Jullian 1890, t. II, 159 (Sidoine Apollinaire) ; Boutoulle 2004c.
  • 144Hist. pontif., 16, Debord 1984, 111.
  • 145  Beech éd. et al. 1995, 105, n.191, 131 (l. 165).
  • 146Hist. pontif., p. 22.
  • 147Hist. pontif., p. 32.

44En Bourgeais, un secteur malheureusement sous documenté, Charlemagne et Louis le Pieux auraient été en mesure, d’après une donation perdue et dont l’analyse a été rapportée par Lopès, de céder à la cathédrale une cellula dédiée à saint Vincent et située in castro quod dicitur Burgus142. Ce castrum d’origine antique n’est plus mentionné avant le règne de Jean sans Terre et aucun texte n’évoque directement ou indirectement dans ses environs des possessions ducales143. Quant au castrum de Blaye, également d’origine antique et dont Charles Martel s’est emparé en 735, le comte d’Angoulême Guillaume IV le reçut en bénéfice du duc d’Aquitaine, Guillaume V, après 993144. Théâtre d’un plaid entre les ducs d’Aquitaine et de Gascogne avant le 8 avril 1028145, le castrum de Blaye fut ensuite l’objet d’une guerre entre les fils du comte Guillaume IV d’Angoulême, au terme de laquelle il fut partagé146. Nous l’avons vu, pendant le règne de Guilhem IX et Guilhem X le castrum Blaviae resta une pomme de discorde entre les ducs d’Aquitaine et les comtes d’Angoulême, Guillaume V Taillefer puis Vulgrin II147.

En Bazadais

  • 148  Marquette 1984, 5 ; Boutoulle 2005b.

45Le domaine ducal en Bazadais se laisse moins approcher qu’en Bordelais. Les documents, on le sait, sont moins nombreux que dans le diocèse voisin. De plus, la situation politique y était compliquée par l’évolution de l’autorité épiscopale. Les vicissitudes de l’évêché de Gascogne (977-1059) avaient conduit l’évêque, dans des circonstances obscures, à exercer l’autorité publique non seulement dans la cité, comme à Agen, mais aussi dans des parties du diocèse où comitatus et episcopatus étaient confondus148. Il est donc difficile de savoir à quel titre les prélats intervenaient notamment pour arbitrer les contentieux : se déplaçaient-ils en qualité d’évêques ou faisaient-ils valoir des droits attachés à l’ancienne fonction comtale ?

  • 149AHG, XV, p. 27.
  • 150  Marchegay éd. 1879, n° III ; GCSM, n° 678. Le détroit de Langon est énoncé en 1274 (Rec. feod., n° (...)
  • 151La Réole, n° 103, 104, 124, 126, où ne sont cités que des droits sur l’église Saint-Cybard.
  • 152AHG, XV, p. 27 ; Marquette 1962, 145-157.
  • 153Rec. feod, n° 456.
  • 154Rôles gascons, t. II, n° 1567, concecisse terram scilicet de La Val et de Musti et de Lavazan et q (...)
  • 155Rot. chart. 74 b (confirmation par Jean sans Terre, le 22 août 1200).
  • 156Rot. litt. claus., 186 : mandamus vobis quod habere permittatis dilecto et fideli nostro Baudoino (...)
  • 157  La prévôté de Bazas n’apparaît pas avant 1243 (Rôles gascons, n° 830, 1589).
  • 158  Aillas, Artiguevielle, Sainte-Marie de Bernos (où existait un lieu-dit Viras Comtals), Brouqueyran (...)
  • 159Rec. feod., n° 311 à 316, 345, 358.

46À Bazas, en 1140, d’après une transaction consignée dans le Liber rubeus de la cathédrale et rapportée par la Chronique, l’évêque Forton aurait partagé la justice et la seigneurie sur la ville avec les chanoines, par moitié (ascivit canonicos ad justiciae seu dominatus urbis Vazatensis medietatem)149. Toujours au sud de la Garonne, l’évêque avait des droits dans le castrum de Langon (1080)150 et à Meilhan-sur-Garonne (1154)151. Casteljaloux, que se sont longtemps disputé les évêques de Bazas et d’Agen, devait aussi faire partie de la seigneurie épiscopale152. À la fin du xiiie siècle, les évêques possédaient le castrum de Lerm153. Cependant, le duc n’était pas absent du Bazadais méridional. Entre 1169 et 1189, Richard Cœur de Lion donna à l’abbaye de Fontguilhem la terre de Lavail (?), Lavazan et Musset ; il autorisa ses hommes francs (francales) à l’imiter154. Richard donna également Couture et Labarthe (ou Labarde) à un certain Arnaud Gasc155. En 1215, le roi Jean attribua à un de ses fidèles la perception des revenus publics sur les “francs du Bazadais”156, ces communautés particulièrement bien décrites par les Reconnaissances de 1274 et qui vivaient dans la prévôté de Bazas157. En 1274, cette circonscription comprenait une quinzaine de paroisses autour de Bazas, de Brouqueyran à Bernos158. Nous ne savons pas depuis combien de temps les rois-ducs tenaient ce territoire : le possédaient-ils de leurs prédécesseurs ? L’avaient-ils pris à l’évêque de Bazas et quand ? C’est la même incertitude à propos des paroisses de Mazerac et Castets-en-Dorthe, dépendantes en 1274 du prévôt de La Réole159. S’agissait-il de localités situées depuis longtemps dans la directe ducale ou des lambeaux de l’ancienne seigneurie du prieuré bénédictin ? Nous ne pouvons nous prononcer.

  • 160  Malherbe 1975, 716.
  • 161La Réole, n° 135 ; lieux-dits non localisés.
  • 162GCSM, n° 180 (1104-1126) et n° 564 (1134-1138).
  • 163GCSM, 1164.
  • 164Rec. feod. n°208. Sur ce roi, voir de Mandach éd. 1970, 111.
  • 165  Marchegay éd. 1879, n° VI et VII.

47En 977, l’évêque de Gascogne Gombaud et son frère, le duc Guilhem Sanche, ont fondé le monastère de Squirs (appelé ultérieurement La Réole) et l’ont donné, avec toutes ses dépendances, à l’abbaye de Fleury-sur-Loire160. La lettre que les moines de La Réole ont adressée au roi Louis VII en 1152 évoque, dans les environs de la Réole, des domaines ruraux possédés par le roi-duc, des “alleux royaux” (les curiae de Pujcraber, Falgra, que de allodio vestro sunt), ainsi que l’église de Saint-Pierre-d’Aurillac (Aureliane, de jure vestro)161. Le fondateur de l’abbaye de Blasimon, à la fin du xe siècle est inconnu. Cependant, au début du xiie siècle l’évêque de Bazas et son chapitre tenaient des cours de justice à Blasimon et Castelviel162, peut-être en raison d’une juridiction sur ces lieux appartenant au pagus Vasatensis. L’évêque Fort Guérin semble également avoir fondé le monastère augustin de Bellefond peu avant 1140163. En 1274, l’abbé de Saint-Ferme déclarait aux enquêteurs du roi-duc qu’il ne connaissait pas l’origine de son établissement mais attribuait sa création à un légendaire roi de Bordeaux, nommé Frémont164. Il faut peut-être voir derrière cette tradition le souvenir d’une fondation par un duc de Gascogne et comte de Bordeaux, d’autant que lorsque l’évêque de Bazas et le seigneur de Gensac ont donné cette abbaye à Saint-Florent de Saumur, en 1080, ils le firent dans la tour de Bordeaux, en présence de Guy Geoffroy 165.

  • 166La Réole, n° 43.
  • 167La Réole, n° 135.
  • 168La Réole, n° 64.
  • 169Rec. feod. n°231, 325, 354.
  • 170Rot. chart. 223b (1216); Pat. rolls, 1216-1225, 275-276; Shirley éd. 1862, 196.
  • 171GCSM, 66.
  • 172GCSM, 193, 373, 623, 628, 860, 974. Et peut-être fourni un des croisés de 1095-1099 (Boutoulle (...)
  • 173  AD 33, H 4, f 4-6 : decima parrochie Sancti Vincencii, que est in honore de Roazan (1241).

48Le même duc rendit justice dans le castrum de Taillecavat166. À trois kilomètres de là, en Agenais, la villa de Saint-Eyrard, près de Duras, avait été donnée aux moines de La Réole par un comte de Poitiers anonyme, peut-être Guy Geoffroy ou son successeur167. Nous avons vu que Guilhem IX avait présidé la cour de Gascogne sur le port de Tivras168. Or, les paroisses situées entre Taillecavat et Tivras (Civert, Artus et Sainte-Croix de Lévignac) étaient, en 1274, rattachées à la prévôté de la Réole169 . À la fin des années 1210, le roi-duc disposait des terres et des castra de Rauzan et Pujols, en Entre-deux-Mers bazadais, localités sur lesquelles nul avant lui n’avait manifesté la moindre prérogative publique170. Rauzan n’était pourtant pas une paroisse négligeable : entre 1107 et 1133 une donation fut confirmée apud Roazan171; une famille de Rauzan comptait des milites parmi ses membres172. Ou bien Rauzan, Pujols, ainsi que les paroisses qui furent rattachées aux honores de leurs castra au xiiie siècle étaient situées dans l’ancienne directe ducale ou bien elles furent détachées d’une seigneurie voisine (vicomté de Civrac-Castets, Blasimon173).

Bilan provisoire

  • 174  Debord 1984, 376-377.
  • 175  En dépit de la lumineuse mise au point de M. Marquette (Marquette 1979).

49Au terme de ce tour d’horizon trop impressionniste, quelques mots tout d’abord sur la méthode suivie. Nous ne pouvons que constater l’inégalité géographique des résultats, notamment en Bazadais où la distinction entre comitatus et episcopatus n’apparaît pas assez clairement. La démarche souffre également d’évidentes fragilités. Quoique l’on ne dispose pas de cas explicites de saisie de seigneurie avant la fin du xiie siècle (provisoires dans ce cas), on ne peut pas toujours postuler qu’une localité où le duc est apparu ou sur laquelle il a donné des biens relevait systématiquement de lui antérieurement174. Rappelons en outre que les sondages menés dans les séries documentaires du xiiie siècle ne nous permettent pas de prétendre à l’exhaustivité cartographique, d’autant qu’une bonne partie des données de cette période n’a pas encore été totalement éclaircie, en particulier sur les différentes communautés d’hommes francs et la nature de leurs liens avec le duc175 : en ce sens, on ne peut pas réduire aux seules prévôtés les espaces relevant du roi-duc. Et il reste encore bien des interrogations sur les origines des seigneuries apparues dans le courant du xiiie siècle.

50Quelques enseignements apparaissent néanmoins. La figure 5 le montre, les données des xie et xiie siècles recoupent ou prolongent assez fréquemment les flaques occupées par les prévôtés royales du xiiie siècle. Cette coïncidence donne à voir, de manière rétrospective, ce que devaient être les territoires relevant directement du duc au xie siècle. En Bordelais par exemple, sur la rive gauche de la Garonne, se dessine un bloc consistant de la Jalle au Ciron, comprenant le Cernès, et qui devait se prolonger vers l’ouest à travers les Landes peu peuplées pour toucher les pays de Buch et de Born. Sur la rive droite, sauf la haute vallée de l’Euille, pays de Benauges, l’Entre-deux-Mers était dans le domaine ducal. La carte laisse également imaginer comment a évolué cette vaste seigneurie. Les enclaves qui mitent les prévôtés du xiiie siècle en leur centre ou à leur marge, découlent pour une large part de la logique qui fait apparaître les données antérieures, c’est-à-dire des cessions de territoires en faveur d’établissements religieux ou de laïcs. Le processus de réduction de la directe sur un siècle et demi a donc été puissant. Cependant, à la fin du xie siècle et au xiie siècle encore, celle-ci était encore consistante. Le “modèle mâconnais” que R. Fossier applique au Bordelais pour cette période n’est donc pas réellement opératoire.

51Si l’on ne peut que regretter de ne pas pouvoir analyser les modalités et la périodisation du recul de ce domaine aussi finement que P. Barnabé a pu le faire à partir de la fin du xiiie siècle, du moins, pour la période qui nous retient, le processus semble avoir suivi dans ses grandes lignes un zonage particulier. Au nord de la Dordogne, passé le xie siècle, le duc a perdu un terrain considérable au point de n’y avoir rien conservé. Les donations de Charlemagne, Louis le Pieux ou Guilhem le Bon concernant l’Entre-Dordogne, le Fronsadais ou le Bourgeais, montrent qu’anciennement ces territoires étaient pourvus de fiscs et de castra royaux et comtaux ; entre le xe et la fin du xie siècle, ceux-ci avaient massivement changé de mains. Il en fut de même à l’est de l’Entre-deux-Mers bordelais, où le recul de la directe a créé une sorte de zone tampon à l’ouest de la limite diocésaine et, à un moindre degré, en Médoc, au nord de la Jalle.

  • 176  Barthélemy 1990, 16-51.

52Le détachement des marges ne surprend pas, il répond même à un tropisme assez fréquent176. Dans ce cas particulier, les ressorts du mouvement restent obscurs : nos connaissances avant la fin du xie siècle sont trop lacunaires pour savoir si ce processus répondait plutôt à une volonté de protection contre des adversaires venus du nord ou de l’est (par l’érection de seigneuries castrales ultérieurement confiées à des fidèles), ou s’il partait d’un désintérêt précoce pour des zones marginales. Une chose semble assez claire cependant : la partie visible du phénomène, celle que l’on distingue par les textes et que nous avons portée sur la carte, résulte de donations ducales et non d’usurpations massives. Il en fut probablement de même pour le reste.

Les droits ducaux

  • 177  Ourliac & Gilles éd. 1990, 63, 85 ; Ourliac [1988] 1993, Ourliac [1992] 1993 ; Ravier & Cursente é (...)

53Nous ne disposons pas pour connaître l’étendue des pouvoirs ducaux en Gascogne bordelaise d’un texte les livrant d’un bloc, à l’instar des fors de Bigorre rédigés entre 1106 et c. 1112 ou des fors de Béarn (for général, for d’Oloron)177. Notre documentation, faite d’une quarantaine d’actes témoignant des actions ducales recueillies dans la région entre les années 1070 et 1150, nous offre, à défaut d’une vision théorique, un aperçu de la pratique. Par sécurité ou pour trouver des compléments, nous avons dû recouper ces informations avec les données issues d’autres régions proches, notamment avec les Fors de Bigorre. Ce texte présente en effet le double avantage de n’avoir pas été altéré par des remaniements ultérieurs et de concerner un comté, certes méridional, mais bien gascon.

Ost et châteaux ducaux : des pouvoirs militaires flous

  • 178  Verdon éd. 1979, 133-135, qui Guillelmus apud Burdegalam occidit circa centum milites nobiles per (...)
  • 179St-Seurin, n° 23.
  • 180Les fors anciens de Béarn, p. 89, 111, p. 519 (For d’Ossau, article 7), BN ms. lat. 8878, f. 290 : (...)
  • 181  Debord 2000, 105.

54Dans le récit du coup de main du comte Guilhem IV de Toulouse sur Bordeaux, la Chronique de Saint-Maixent rapporte qu’une centaine de milites de l’ost du duc Guy Geoffroy furent tués par trahison178. Plus tard, un miles ayant passé une partie de sa vie dans “la milice séculière au service du duc” (sub ducis Willelmi imperio seculari milicia) abandonna un alleu à Cenon en faveur de Saint-Seurin179. Également attesté en Gascogne comtale pour le seigneur de Mugron en 1070 ou dans les fors d’Ossau au début du xiiie siècle, remarquablement bien décrit dans les fors de Bigorre, l’ost ducal reste malheureusement mal appréhendé en Bordelais à la fin du xie et au début du xiie siècle180. Si en Aunis, le duc Guilhem IX, se réservait le droit d’y appeler tous les hommes libres, même “ceux des alleux des chevaliers” (etiam de allodiis militum), rien ne prouve en Bordelais que les hommes des seigneuries locales aient été concernés par l’ost ducal181.

  • 182  PCSM, p. 128 ; predictam XL librarum questam debent soli homines domini regis et illi qui tenent a (...)
  • 183  PCSM, p. 128
  • 184  Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 8, 38, 39.
  • 185  Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 15.

55Pour appréhender son organisation avant le xiiie siècle, notre seul recours est l’application rétrospective des données fournies par l’enquête de 1236-1237 et leur comparaison avec ce qui se passe plus au sud. D’après les Coutumes de l’Entre-deux-Mers mises par écrit en cette occasion et en vertu d’une organisation militaire réputée ancienne (de antiqua consuetudine), les personnes tenant des res du roi-duc parmi lesquelles figuraient des alleutiers devaient participer pour partie à l’exercitus182. Toujours selon le même document, les milites devaient un service militaire, modulé selon leur res, d’un ou deux milites ou encore d’un écuyer en armes183. Ce système liant l’exercitus à des biens est décrit dans les fors de Bigorre pour les hommes libres astreints à fournir un miles en guise de service184. Quant au service militaire des rustres, les mêmes fors précisent les cas où les libres et les censitaires devaient suivre le comte en expeditio, à savoir en cas d’invasion, lors du siège d’un château comtal ou en cas de bellum déclaré185. Il n’est donc pas incongru de croire les dispositions militaires réputées “d’antique coutume” dans l’enquête de 1236-1237 déjà en vigueur au début du xiie siècle en Bordelais.

  • 186Hist. pontif., p. 33 : contra voluntatem praedicti ducis et universae fortitudinis illius reedific (...)
  • 187  Gardelles 1972, 10-11.

56Sauf l’Historia pontificum à propos de la prise de Blaye par le comte d’Angoulême contre le duc Guilhem X, aucun texte à notre connaissance n’atteste directement d’un contrôle ducal sur le droit de fortifier186. En dehors de deux cas aisément repérables, les châteaux ducaux restent aussi difficiles à appréhender187.

  • 188Marchegay éd. 1879, n° VII, Ste-Croix, n° 3, RHF, t. XV, p. 515, Gardelles 1972, 105-106, Boutoull (...)
  • 189La Réole, n° 43.
  • 190GCSM, n° 555.

57La tour de Bordeaux, appelée ultérieurement Arbalesteyre, est mentionnée à partir de 1080 jusqu’en 1149188. Le seul château sous le contrôle du duc connu par les textes en Bazadais est Taillecavat, où Guy Geoffroy tint un plaid entre 1070 et 1084189. C’est par déduction que l’on peut considérer comme ducales cinq autres fortifications. Entre 1095 et 1106, un contentieux fut exposé au castrum de Salleboeuf, en Entre-deux-Mers bordelais190. Considérant qu’aucun des individus portant ce patronyme n’est classé parmi les barones ou les principes et que nous nous trouvons au cœur du domaine, ce castrum qu’aucun texte ne mentionne par la suite était certainement ducal.

  • 191  Nous ne pensons pas que le lieu-dit Tour soit Saint-Christoly en Médoc, à l’époque dans la seigneu (...)
  • 192  PCSM, p. 129, 131, à cet endroit le texte de l’enquête détaille aussi les exactions commises par l (...)
  • 193  Didierjean 1988, Marquette 1990.

58Tour-Castel, que nous préférons localiser à l’extrémité occidentale de l’Entre-deux-Mers bordelais, à Cenon, a été le siège d’une turris et d’un castrum attestés dès les années 1079-1095 où vivait un groupe de milites dirigé par un captal191. Le castellum de Langoiran, que les textes signalent à partir des années 1121-1140, est situé dans une paroisse que l’enquête de 1237 déclare avoir appartenu au roi192 ; or, dans la palu de Langoiran, Fr. Didierjean a découvert par prospection aérienne l’empreinte d’un site castral dont le plan n’est pas sans rappeler celui d’Andonne193. Il a livré du matériel du xiie siècle. La fouille programmée qui débutera en 2007, sous la direction de S. Faravel et J.-L. Piat, permettra d’en savoir plus.

  • 194GCSM, n° 527.
  • 195  Piat 1995, 78-79, Boutoulle & Piat 2006.

59La turris de Bisqueytan, mentionnée pour la première fois entre 1155 et 1182 et dont une part relevait du comte de Poitiers, était située à la pointe orientale de la directe de l’Entre-deux-Mers bordelais194. Les fouilles conduites par J.-L. Piat à Bisqueytan nous valent de mieux connaître l’organisation et l’ancienneté du site195. Il était fortifié par une puissante enceinte barrant un éperon calcaire de trois mètres de large, construite aux environs de l’an Mil et contre laquelle s’adossa une tour rectangulaire à la fin du xie siècle (vingt mètres sur dix avec des murs de deux mètres cinquante à trois mètres d’épaisseur). Dans la première moitié du xiie siècle, la tour fut réduite à une tour carrée de onze mètres sur dix mètres cinquante, raidie de contreforts plats. À l’arrière, dans un périmètre vraisemblablement clos par une palissade en bois à l’aplomb de la falaise, une chapelle castrale fut érigée entre le milieu du xie siècle et le début du xiie siècle, le chantier s’achevant vers la fin de ce siècle avec la pose des chapiteaux du portail. Les remaniements ultérieurs du logis en altèrent la lecture, mais il ne semble pas antérieur au milieu du xiie siècle. À l’intérieur de l’enceinte, des silos creusés dans la roche témoignent en négatif de l’existence de constructions plus légères. Les données de la fouille, infiniment moins laconiques que ce que les textes nous disent de Bisqueytan, donnent consistance à la turris ducale et la situent dans un environnement castral occulté par la documentation écrite.

  • 196  Gardelles 1972, 232.
  • 197  Rabanis éd. 1847-1848.

60En dehors de l’Entre-deux-Mers, la tour de Vertheuil appartenait peut-être à cette catégorie. Quoique n’étant pas citée par les textes dans l’ensemble de notre champ chronologique, cette tour n’en présente pas moins des caractéristiques architecturales permettant de la dater, selon J. Gardelles, du début du xiie siècle ou de la fin du xie siècle196. En 1081, le capitaneus de Vertheuil qui, en présence de Guy Geoffroy, fit une donation à l’église Saint-Pierre de Vertheuil devait en être le gardien197.

  • 198  Gardelles 1972, 49-50.

61D’autres châteaux ducaux nous échappent certainement et cela au sein même des secteurs très correctement documentés. En effet, à l’inverse des châteaux seigneuriaux que les maîtres, par souci ostentatoire, ne manquaient pas d’évoquer pour afficher leur rang, les forteresses ducales restent dans l’ombre, leurs gardiens n’ayant pas sauf exception disposé d’une aussi large latitude. Ainsi, il n’est pas impossible qu’une localité comme Rauzan, pour les raisons que nous avons déjà évoquées, ait abrité un castrum ducal. Malgré ces lacunes, ce corpus d’une demi-douzaine de sites livre lui aussi quelques enseignements. Sauf la tour de Bordeaux, les châteaux ducaux étaient situés plutôt dans l’intérieur des terres et sur des routes terrestres dont ils assuraient le contrôle. Vertheuil était à vue de la voie Soulac-Bordeaux, Taillecavat, Salleboeuf, Bisqueytan et Tour-Castel installés sur des voies traversant l’Entre-deux-Mers ou à proximité de carrefours. Tel qu’il apparaît à Bordeaux, Vertheuil et Bisqueytan, ce type de tour maîtresse avec ses contreforts plats et ses étages séparés de planchers reproduisait un modèle né en Anjou que les ducs d’Aquitaine avaient diffusé dans leur duché pendant tout le xie siècle (La Rochefoucauld, Broue, Pons, Montguyon)198.

La protection et la justice ducale

  • 199GCSM, n° 17.
  • 200Ste-Croix, n° 3.
  • 201GCSM, n° 1278 et 1279.
  • 202Ste-Croix, n° 18.

62Pour les moines de La Sauve-Majeure, le duc Guy Geoffroy était un defensor ecclesiarum199; ce titre accordé un an après sa mort, s’appuyait évidemment sur les grandes faveurs qu’ils lui devaient. Son fils exprima ce devoir plus nettement encore, et ce de son vivant. Dans la charte du 25 mars 1096 (n.st.) qui plaçait Sainte-Croix, Saint-Macaire et leurs honores sous sa protection (sub munitione et defensione nostra jure perenni suscipimus), Guilhem IX précisait, dans le préambule, qu’il avait reçu la mission de protéger les églises et les abbayes par “sa garde et sa défense” 200. Dans leur confirmation des libertés des églises de la province de Bordeaux, Louis VI et Louis VII soulignaient cette mission : il appartenait à “l’office royal de conserver la liberté des églises et de les défendre contre leurs ennemis”201. Nous l’avons vu, en 1147, Louis VII mit “sous sa protection” l’établissement des frères de Lignan (sub nostra protectione securum et illibatum manere precipimus)202.

  • 203GCSM, n° 16, Si quis aliquam iniuriam monachis seu clientibus suis intulerit aut calumpniam rebus (...)
  • 204GCSM, n° 14 et 19 : omnes peregrini et qui ad orationem illuc venerint in tota via eundo et redeun (...)

63Si l’on en croit un règlement édicté pendant l’abbatiat de Gérard de Corbie, les défenseurs de l’abbaye de La Sauve devaient faire exécuter les décisions judiciaires prises en faveur des moines et de leurs clients contre tout agresseur ou déclencher une procédure extra-judiciaire (une faide en l’occurrence)203. Les moines de La Réole, sensibles à ce thème, ont tenté d’alerter le roi Louis VII sur les exactions de leurs voisins, apparemment sans succès. Ce concours pouvait être militaire : la prise de Saint-Macaire par Guilhem IX en 1096 s’est déroulée aussitôt après la mise sous protection ducale de Sainte-Croix et de ses dépendances. La défense ducale recouvrait également les voies qui convergeaient vers ces établissements : ainsi Guy Geoffroy et Guilhem IX prirent-ils sous leur protection tous ceux qui, empruntant les routes traversant “leurs terres”, se rendaient à la foire de La Sauve-Majeure le jour des saints Simon et Jude (quicumque venerit in tota terra ubi ego dominatum habeo eundo et redeundo securus sit) ; les pèlerins jouissaient de la même protection204.

  • 205GCSM, n° 14 : nullus comes nullaque comitalis personna ullam justiciam aut quicquam juris habeat s (...)
  • 206GCSM, n° 13 : quicquam juris vel advocationis sive dominationis audeat exhibere, non violentiam cu (...)
  • 207GCSM, n° 20.

64L’immunité de La Sauve-Majeure accorde une place importante à la justice du comte-duc. La justicia était clairement associée au jus comitalis205: sa dominatio permettait de lever des tonlieux, prendre des cautions (vadimonia), tenir des plaids ou exercer la justice (justicia), “juste ou injuste”206. L’immunité donnée en 1089 par Guilhem IX à la mansio des Sauvois à Bordeaux est encore plus explicite : dans la cité, l’autorité comtale (comitalis ditio) permettait de poursuivre les malfaiteurs ; les causes majeures (magnae rei), telles que les forfaits ou les homicides, relevaient de sa juridiction207. Principale autorité de la région, le duc eut à intervenir dans les contentieux qui lui étaient adressés. Le prieur de La Réole adressa une plainte devant Guy Geoffroy, à Taillecavat contre un certain Guilhem Pelet qui lui contestait la possession de deux parts de l’église de Sainte-Gemme ; le duc n’eut pas à juger, le défendeur, “convaincu par le jugement des prud’hommes, en cour du comte” (convictus proborum judicio, coram comite) promit ne rien contester à l’avenir.

  • 208GCSM, n° 395 : in presentia Willelmi Aquitanie comitis, nobis omnibus non ipsius comitis presentia (...)
  • 209St-Seurin, n° 26 : placitavi, et utrisque partibus audita querimonia recte affirmaverunt dono patr (...)
  • 210La Réole, n° 64 : cujus querimoniis comes condescendens, Bernardo vicecomite, legatos sine mora tr (...)

65C’est aussi en présence du duc Guy Geoffroy qu’Arnaud de Cénac abandonna la dîme du moulin de Tregeyt, après une plainte de l’abbé de La Sauve208. Guilhem Ferran, alors enfant, contestant un don de ses parents en faveur de Saint-Seurin, dut aller au plaid devant Guy Geoffroy, l’archevêque Josselin et le vicomte de Dax ; “impressionné par le duc”, il avait été contraint d’abandonner ses poursuites (avant de les reprendre en 1086, à la mort de Guy Geoffroy)209. Dans tous ces cas, et cela ne surprend pas, la justice ducale ne s’est pas auto-saisie. Ainsi, ce n’est qu’après un appel des moines de La Réole contre le vicomte de Bezeaumes que le duc Guilhem IX put commencer à agir. Il envoya dans un premier temps des légats au défendeur afin qu’il réparât lui-même les torts210 ; mais, ce dernier n’ayant pas réagi, le duc évoqua l’affaire devant la cour de Gascogne au port de Tivras en 1103. Agréant à la requête du duc, le vicomte abandonna la levée du tonlieu qu’il revendiquait (vicecomes comiti se satisfacturum).

  • 211  Ce n’est pas une vision si éloignée de la justice comtale des articles 6, 14, 21, 25, 28 et 37 des (...)

66Ces affaires ne donnent qu’une image détournée de la justice ducale. Il ne s’agit à chaque fois que d’arbitrages sur des problèmes qui lui étaient soumis. Pour ce type de conflits, le duc n’usait pas de la contrainte, ne prononçait pas de sa propre autorité les sentences judiciaires ; les rédacteurs soulignent seulement sa présence. Le seul cas de contrainte exercée à l’encontre d’une des deux parties s’abattit sur une personne plus impressionnable, l’enfant Guilhem Ferran. Le duc n’avait manifestement pas les moyens de contraindre et, comme nous le verrons, il n’était pas la seule autorité saisie dans ce type d’affaires211.

Les autres prérogatives ducales : hébergements, monnaie et fiscalité

  • 212GCSM, n° 477.
  • 213Anc. Coutumes La Réole, n° 1, 38.
  • 214  PCSM, p. 129.
  • 215  Dans les fors de Bigorre, cette prestation reposait aussi bien sur les hommes libres que sur les m (...)

67Concernant les hébergements ducaux, la seule référence rencontrée avant 1150 est indirecte. Une donation passée en faveur de La Sauve-Majeure révèle incidemment que lorsque le comte venait à La Sauve, une fois par an, l’abbé faisait participer les dépendants à son hébergement par le versement d’une poule et d’un pain212. D’après les Anciennes coutumes de La Réole, reprenant en 1186-1187 des dispositions plus anciennes, le duc devait en temps de paix recevoir une procuratio annuelle pour lui et sa famille au prieuré, ses milites et ses sergents étant hébergés en ville ; en cette occasion, le clavaire du prieuré pouvait réquisitionner les porcs et les poules de la ville213. Enfin, les dépositions recueillies dans l’enquête de 1236-1237 prétendent que le comte de Poitiers avait autrefois obtenu le droit d’être hébergé chez les paysans de l’Entre-deux-Mers si, lorsque requis par la clameur de Biahora pour traquer les ennemis de la paix, il ne pouvait gagner un castrum ou une villa avant la nuit214. Moins discrets sur ce point, les fors de Bigorre confirment l’existence d’aubergades comtales sur les communautés paysannes et les établissements religieux, ; limitées dans ce cas (une par an), elles semblent moins lourdes qu’en Bordelais où l’enquête de 1236-37 ne signale aucune limitation de fréquence vis-à-vis des prestataires les plus humbles215.

  • 216Higounet 1963, 52 et 306-308.
  • 217AD33, G 335: terciam partem camere seu monete.
  • 218  D’après une confirmation de la reine Aliénor passée en 1199 et 1204 l’archevêque de Bordeaux avait (...)
  • 219  Boutoulle 2003b, 62. Des monétaires vivant dans le voisinage et dont le cartulaire de Saint-Seurin (...)

68À l’origine, le duc contrôlait l’atelier monétaire de Bordeaux dont les deniers sont connus depuis l’époque mérovingienne216. Le duc Sanche Guilhem accorda à la cathédrale Saint-André le tiers de ces revenus, ce que Guy Geoffroy et Guilhem IX ont confirmé217 ; l’archevêque en reçut un autre tiers du même Sanche Guilhem et de son successeur Eudes218. Cet atelier mal connu est resté dans la paroisse Saint-Projet, rue Porte-Médoque, jusqu’au milieu du xiiie siècle219.

  • 220GCSM, n° 104, 127, 788-792.
  • 221GCSM, n° 287, 289, La Réole, n° 61, 62, 106 (1138-1145), St-Seurin, n° 103 ; Anc. coutumes de La R (...)
  • 222  Saint-Ciers-la-Lande (auj. Saint-Ciers-sur-Gironde) et Saint-Palais (Baigne n° LXXIII), GCSM, n° 5 (...)
  • 223GCSM, 68, 158, Liber rubeus, p. 64-65.
  • 224La Réole, n° 94 (1095-1099).
  • 225  Langon, GCSM, n° 688 (1126-1155) ; Balendraut, La Réole, n° 118 (1170-1182).
  • 226  AD 33, G 83. Pour la datation, voir Gallia II, col. 928.
  • 227GCSM, 287: si moneta cambiaretur, redderetur morlani XII ad triginta duos Burdegalensium.

69Le denier bordelais circulait dans le diocèse et sur une partie du Bazadais. Il est mentionné dans les confins orientaux du Bordelais à Dardenac, Daignac, Lussac220, mais aussi en Bazadais autour de La Réole à la fin du xie siècle, à Gironde-sur-Dropt entre 1126 et 1155, à Saint-Vivien (de Monségur) puis un peu plus tard à Langon221. Il n’y était pas seul. L’angoumois est attesté dans le nord du diocèse en 1118 ou à Vayres entre 1126 et 1155222. Le poitevin, qui bénéficiait de l’aura des comtes de Poitiers et des mines d’argent de Melle entrait plus profondément en Bordelais, en Entre-deux-Mers (Guillac vers 1079-1095) ou plus au sud encore dans le diocèse de Dax223. En Bazadais le périgourdin concurrençait le bordelais à la fin du xie siècle224. Le denier morlan commençait à étendre son influence avant le milieu du xiie siècle : il apparaît à Langon dans le second quart du xiie siècle225. Le toulousain n’est attesté que pour une donation en faveur de l’église de Condom entre 1062 et 1068, pour des biens situés à Caudrot, en Bazadais226. On ne connaît le taux de change du bordelais et de ces monnaies qu’avec le morlan, plus fort ; entre 1140 et 1155, en une période de mutations monétaires il valait 2,6 bordelais227.

  • 228La Réole, n° 94 (1095-1099) : si vero Burdegalensium moneta non fuerit de medietate tunc temporis, (...)
  • 229GCSM, n° 301, 268 (1128-1140), 570 (1126-1155), Ste-Croix, n° 83 (1132-1138), La Réole, n° 76 (114 (...)
  • 230Ste-Croix, n° 83 : monete tunc existente, IV denariorum (4 parties d’argent fin au lieu de 12, soi (...)
  • 231GCSM, 287: si moneta cambiaretur redderetur morlani XII ad triginta duos burdegalensium .
  • 232GCSM, 281.
  • 233Ste-Croix, n°83: monetam quatuor denariorum aut sexdecim marcas argenti reddant. GCSM, 286, r (...)

70D’une certaine manière, la production du denier bordelais ne parvenait pas à satisfaire les besoins de l’économie. Ainsi, en Bazadais, au moment du départ pour la première croisade, on envisageait de payer la moitié d’un gage en deniers bordelais, l’autre en périgourdin228. En une période de forts besoins d’argent, le stock monétaire se révélait donc insuffisant. De plus, dans le second quart du xiie siècle, la confiance des utilisateurs du denier bordelais a été ébranlée par les mutations monétaires. C’est dans le courant des années 1130 que l’on relève de semblables pratiques229. Cinq prêts sur gage évoquent clairement une diminution du titre (si moneta mutaretur vel diminueretur) : la proportion d’argent fin dans l’alliage fut ramenée à la moitié, voire au tiers230. Signe de défiance vis-à-vis du denier bordelais, en Bazadais, on envisageait des remboursements de prêts en monnaie de Morlaas, en cas de nouvelle mutation231; on se tournait aussi vers la monnaie “renforcée”232, voire vers des marcs d’argent fin233.

  • 234AD33, G 335, f 1: navium liberum ab omnis theloneis a Mauritania usque ad Lingonem.
  • 235AD33, G 335: terciam partem thelonei de Boies.
  • 236GCSM, 13: libertatem ut semper singulis annis liceat eis per Gerundam fluvium navigio transcen (...)
  • 237AHG, XLIX, n° IX : semel in anno unoquoque navis unius vinerarie consuetudinem.
  • 238Ste-Croix, n° 7 (1127-1137) : unoquoque anno omnes consuetudines trium modiorum salis que mihi con (...)
  • 239  Boutoulle 2003c.
  • 240GCSM, n° 21 (1087-1127) : ut si quando apud Burdegalam vel Boyas pisces emerent, debitum sibi nequ (...)
  • 241Villard éd. 1973, n°61.

71Pour compléter ces revenus largement amputés par d’anciennes concessions le duc devait compter sur le trafic commercial renaissant. Les donations en faveur de l’église Saint-André révèlent que Guilhem X et ses prédécesseurs (jusqu’à Sanche Guilhem au moins) contrôlaient les tonlieux sur la Gironde et la Garonne entre Mortagne et Langon234. À Buch, près des pêcheries ducales, le duc avait le seul tonlieu attesté sur la côte atlantique ; l’église de Saint-André en reçut le tiers235. Guy Geoffroy donna en outre aux moines de La Sauve la liberté de traverser le fleuve pour venir à Bordeaux chercher dix muids de sel ou d’autres marchandises236. La dotation du prieuré Saint-Martin-du-Mont-Judaïque présente la première mention connue de la coutume sur les vins perçue à Bordeaux (vinarie consuetudo) et qui fut, entre le xiiie et le xve siècle, le plus important des postes de recettes du roi-duc en Gascogne237. Sur le sel, Guilhem X levait deux coutumes, appelées Pouyade et Fromentade qui, d’après une exemption dont bénéficia Saint-Croix, s’élevaient à trois muids238. Le salin ducal était localisé sur les berges de la Garonne, au débouché de la Rousselle239. Le poisson vendu à Bordeaux était taxé d’un debitum versé au duc240. Enfin, Guy Geoffroy put donner un four en faveur de Montierneuf de Poitiers, situé sous une tour241.

  • 242Larrea 1998, 253.
  • 243GCSM, 13.
  • 244St-Seurin, n° 131 ; GCSM, n° 63 (sinodales autem redditiones et paratas et justicias ab temporibus (...)
  • 245  Cursente 1998, 141 ; Cursente 2004, 86 ; Pon & Cabanot 2004, 74-75.
  • 246AHG, III, n° II (p. 44), t. 49, n° IX (p.320), AD 33 H 2013 : do... videlicet omnis annone et vini (...)
  • 247  La cathédrale de Dax bénéficia du même privilège, Cabanot & Pon éd. 2005, n° 2.
  • 248AHG, XLIX. Il n’est plus possible de comparer la transcription faite par A. Cluzan avec l’original (...)
  • 249AHG, XLIX, n°IX.

72Particulièrement présente à Bordeaux et dans les ports, la fiscalité ducale apparaît moins bien dans le reste du pays où il est difficile de s’assurer de la rémanence d’un impôt public242. Guy Geoffroy percevait bien un cens sur la curtis de Bruges qu’il donna pour le luminaire de La Sauve-Majeure, mais dans l’immense majorité des occurrences, le cens n’est rien de plus que le loyer de la tenure243. De même, si l’on rencontre bien des paratae comme en Navarre, elles étaient levées par l’archevêque de Bordeaux sur certaines églises du diocèse244. En revanche, il y eut bien une décimation ducale, probable héritage de l’ancien impôt public245. La dotation de Saint-Martin-du Mont-Judaïque montre qu’à Bordeaux le duc percevait la decima sur le vin et la viande vendus dans la cité en vertu d’un jus reddituum246 ; nous l’avons vu, Guy Geoffroy abandonna également celle qui lui venait de toutes ses res situées en Bordelais (et decimam omnium rerum mearum que mihi jure exeunt in pago Burdegalensi)247. Les vingt-neuf localités dans lesquelles était levée cette pseudo-decima (et probable decimum) sont énumérées dans une mauvaise interpolation de la version datée de 1077248; le texte détaille en outre leur produit, tantôt en sous (huit cent vingt-six au total), tantôt en quartières de civade (cent quarante-neuf), tantôt en quartières de froment (huit), tantôt en porcs (dix). Pour les localités que nous sommes parvenu à identifier, on note que la decima des plus proches de Bordeaux était versée en argent et en quartières de civade, alors que les plus éloignées devaient une somme en argent (variant entre vingt et cent sous)249.

  • 250AHG, XXI, n°I ; Mouthon 1993, 157 ; Piat 1996, 169.

73Les impressions glanées de ce texte, surtout à partir de la peu fiable interpolation de la version de 1077, nous ramènent encore une fois à l’archevêque, car aux xiiie et xive siècles les quartières de l’archevêque, levées sur une fraction de dîme des paroisses non immunistes, étaient acquittées en froment, avoine, seigle, mil ou en espèces250. Faute de textes (la seigneurie épiscopale est pour l’instant une des seigneuries ecclésiastiques les plus mal connues des xie - xiie siècles), il est encore difficile de dépasser le stade des présomptions sur une probable origine ducale des paratae et des quartières archiépiscopales.

Les fiefs ducaux

  • 251Ut meorum cuilibet feodalium prefate beate Martini basilice quicquid meis de beneficiis videlicet (...)
  • 252  Deux versions du même privilège. GCSM, n° 14 : ut quicumque de me fevum tenuerit et eidem ecclesie (...)
  • 253Conques, n°481: quicquid deinceps ab aliquo in terra mea ad ipsam beate Fidis salvetatem datum f (...)
  • 254GCSM, 402.
  • 255AHG, XLIX, n° IX.

74Les fiefs relevant du duc sont évoqués à l’occasion de trois autorisations d’aliénation. Guy Geoffroy permit d’abord à ses “féodaux” de céder à Saint-Martin-du-Mont-Judaïque les bénéfices (beneficia) qu’ils tenaient dans ses fiscs251. La Sauve-Majeure reçut le même privilège : le duc autorisa tous ceux qui tenaient un fief (fevum) à le donner librement à l’abbaye, pour que celle-ci le possédât “allodialement”252. En 1108, Guilhem IX accordait à la sauveté de Mansirot, dépendante de Sainte-Foy-de-Conques, le droit de recevoir des biens in terra sua et l’affranchissement de tout lien vis-à-vis de lui253. En 1075, Giraud de Cabanac, le père du futur archevêque Arnaud Géraud, tenait féodalement (feudaliter) du duc une terre dans le suburbium de Bordeaux, entre la porte Judaïque et l’aula Saint-Amand254. On peut considérer qu’une part de la cour (curtis) de Bruges était dans le même cas, car Eyquem Guilhem de Blanquefort et Guilhem Seguin ont dû donner à La Sauve-Majeure tout ce qu’ils y avaient, à l’ordre du duc (jussu ac precatu ejus)255.

  • 256GCSM, 19 (1087-1095).

75Au-delà de cette poignée de cas, à notre grand regret les fiefs ducaux n’apparaissent pas explicitement ; il n’est même pas possible de faire la part de ceux-ci dans les biens acquis par la Sauve à la suite de l’autorisation de Guy Geoffroy. On ne sait pas non plus quelle était la nature du servicium que le duc attendait de ses tenants fiefs, en dehors du service de cour, ni sur quoi étaient fondées, à ce niveau, les relations féodales. Nous y reviendrons, il semble certain que les châtelains qui “tenaient leurs châteaux” (principes castella tenentes) étaient dans la fidélité ducale, mais nous appréhendons mal ce par quoi leurs relations étaient scellées256.

La légende de l’intronisation ducale à Saint-Seurin

  • 257St-Seurin, 7 (1160-1180), legem ut quicumque comes in hac patria constitueretur apud hunc locum (...)

76Dans la préface qu’il plaça en frontispice de sa compilation pour fonder les prétentions de son église, Rufat, le sacriste de Saint-Seurin de Bordeaux (1160-1180), rapportait que de manière coutumière (talis lex et consuetudo) le comte de Bordeaux, nouvellement constitué ou partant au combat, devait poser son glaive sur l’autel de Saint-Seurin avant de le reprendre avec un étendard257. Ce geste, marquant le patronage du saint sur la personne du comte et sur le comté, remontait selon le cartulariste à l’époque des saints Amand et Seurin : le premier aurait remis au second les fonctions de comte et d’archevêque Bordeaux, pour les placer sous son autorité (utrum archiepiscopatum et comitatum sancto Severino tradidit sub illius esse dominio). Aussi, en reconnaissance de ce patronage éminent, le comte devait verser, à la fête de saint Seurin, un cens pris sur les revenus de sa villa d’Arunckil (localisation indéterminée) fait de quatre quartières de froment, une carada de vin pur, cinq porcs, une vache, un cerf, un setier de sel et une livre de poivre.

  • 258  Contrairement à l’opinion de R. Mussot-Goulard 1982, 164. Les pièces du cartulaire qui rapportent (...)
  • 259  Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 1 et 2.
  • 260  Dufour éd. 1992, n° 220 ; Suger 1929, 116.
  • 261  Geoffroi du Vigeois, éd. Delisle 1877, 482-483 et ordo ad benedicendum ducem Aquitanie (RHF, XII, (...)
  • 262  Boutoulle à paraître a.

77Ce rite d’investiture du comté de Bordeaux n’est certainement pas aussi ancien que Rufat le prétend258. À notre connaissance, aucun duc de la période n’a honoré Saint-Seurin d’une manière ou d’une autre ou fait savoir qu’il tenait son pouvoir de cette église. En Bigorre, au début du xiie siècle, les modalités d’accession au pouvoir du nouveau comte ne prévoyaient qu’un échange de serments et de cautions avec la population du pays259. Du reste, même la prise de l’étendard de Saint-Denis par le roi de France au nom du comté du Vexin, telle que Louis VI et Suger l’ont rapportée, n’est pas antérieure à l’ost de 1124260. La prétention exprimée par Rufat s’inscrit certainement dans la construction du rite d’intronisation au duché d’Aquitaine que Richard Cœur de Lion a inauguré en 1171 ou 1172, avec prise de la lance et de l’étendard à Poitiers, puis passation de l’anneau de sainte Valérie à Limoges261. De toute évidence, le chapitre de chanoines de Bordeaux a cherché à créer une nouvelle étape sur la route du sacre ducal en associant dans un nouveau rite d’intronisation ses patrons Seurin et Amand à saint Martial et sainte Valérie262.

Les agents du duc et son entourage

Viguiers, prévôts et gardiens

  • 263  Boussard 1956, 312-330. Sur les pays voisins voir Debord 1984, 178-180.

78Le duc séjournant assez irrégulièrement en Bordelais et en Bazadais, il lui fallait être représenté par des officiers au premier rang desquels les prévôts et les viguiers que l’immunité de La Sauve-Majeure place entre les vicomtes et les milites (non comes, non vicecomes, nec prepositus, nec vicarius, nec miles). Or, en dehors des ponctuels éclairages lancés par J. Boussard dans le cadre des possessions d’Henri II, ces agents et leurs attributions dans la région n’ont pas été étudiés263.

Fig. 7. Prévôts et viguiers de Bordeaux de 1077 à la fin du xiie siècle.

Prévôts de Bordeaux

Viguiers de Bordeaux

- Raoul, de 1077 à 1079-1095 (AHG, XLIX, n° IX, GCSM, n° 1, 14, 395)

- Guilhem Hélie II en 1086-1091 (St-Seurin, n° 17)

- Sénébrun W. en 1086-1091 (St-Seurin, n° 17)

- Gaillard entre 1087 et 1095 (GCSM, n° 9, AD 33, G 335, f 1).

- Guilhem, entre le 25 mars 1096 et 1122-1131 (Ste-Croix, n° 3 et 92, Conques, n° 481, St-André, f 84 v, GCSM, n° 557)

- Pierre II, fils de Guilhem entre 1122 et 1155 (Ste-Croix, n° 7, 96 et 110, St-Seurin, n° 72, 87, 136, GCSM, n° 412)

- Guilhem Hélie de Biazensac entre 1155 et 1182 (GCSM, n° 1275)

- Pierre de Lamotte en 1170 (St-Seurin, n° 103)

- Hélie Viguier entre 1178-1183 et 1206-1222 (Ste-Croix, n° 83, GCSM, n° 137)

- Wulfran en 1079-1080 (GCSM, n° 1)

- Guilhem Hélie II en 1079-1080 (GCSM, n° 13, 410)

- Pierre, oncle de Guilhem Hélie, de 1079-1095 à 1095-1106 (GCSM, n° 839, n° 406, n° 436)

- Guilhem Hélie III entre 1102-1130 et 1137-1151 (St-Seurin, n° 22, GCSM, n° 407, Ste-Croix, n° 104)

  • 264GCSM, 1.
  • 265GCSM, 18.
  • 266  Voir le schéma de filiation des Bordeaux, p. 362-363.
  • 267GCSM, 870, 871.

79Le premier prévôt de Bordeaux connu, Raoul, est cité en 1077. En octobre 1079, il était avec Guy Geoffroy, à Poitiers, lorsque Gérard de Corbie et ses compagnons vinrent demander un lieu pour fonder une abbaye ; il conduisit lui-même les moines vers la forêt de La Sauve-Majeure264. On le suit à trois reprises des années 1079-1087, toujours aux côtés du duc, agissant en qualité de témoin ou de nodateur. Il s’agit peut-être de Raoul de Saint-Éloi, cité entre 1087 et 1095 en compagnie de Guy Geoffroy et portant le nom du futur faubourg méridional de la cité265. De Raoul à Pierre II (disparu avant 1147) nous relevons six prévôts et quatre viguiers. Sauf le viguier Wulfran et le prévôt Gaillard que l’on ne parvient pas à rattacher aux autres, les prévôts et viguiers de Bordeaux appartenaient dès les années 1080 à la même famille, celle des Bordeaux266 ; Guilhem Hélie II cumula les deux fonctions. Quant au seul viguier de Bourg connu, un nommé Andron, cité dans les années 1106-1119, il ne semble pas être attaché au duc, peut-être l’était-il à l’archevêque267.

  • 268Verdon éd. 1979, 197.
  • 269RHF, t. XV, p. 514. De praepositura Burdegalae civitatis quid erit? Locus enim vacat et terra lab (...)
  • 270GCSM, n° 1, 14, 395 (Raoul) ; GCSM, n° 19, AD 33, G 335 f 1 (Gaillard) ; Ste-Croix, n° 3 ; Conques(...)
  • 271RHF, t. XV, p. 515.
  • 272GCSM, 20.
  • 273GCSM, 557; GCSM, 377: fecit clamorem ad prepositum Burdegalensum et judicio convicti sunt (...)
  • 274GCSM, 19.
  • 275GCSM, 481: apud Burdegalam, ante Willelmum clericum de Lopa qui justiciam de Lopa a preposito (...)
  • 276St-Seurin, n° 72.

80Quoiqu’octroyée selon des modalités pour nous obscures mais finalement privatisée, la charge de prévôt n’avait pas entièrement échappé au duc. La Chronique de Saint-Maixent rapporte que Louis VII, aussitôt marié à Aliénor, s’était empressé de créer des prévôts dans sa terre (statuens prepositos terre sua)268. La demande de l’archevêque Geoffroy du Loroux en 1149, en une période de vacance de la charge, suggère bien que la désignation du prévôt incombait au régent en l’absence du roi269. Avec les viguiers, les prévôts assuraient un service de cour : ils apparaissent fréquemment aux côtés des ducs Guy Geoffroy, Guilhem IX ou Guilhem X270. Ils veillaient à l’état des fortifications271. En matière judiciaire, le prévôt devait poursuivre les malfaiteurs272 et présider des plaids : entre 1106 et 1119, un opposant à La Sauve-Majeure abandonna ses poursuites “dans la cité de Bordeaux, convaincu par un jugement devant le prévôt Guilhem” (in Burdegale civitate convictus judicio ante prepositum Willelmum)273. Aussi le prévôt Gaillard dut-il jurer de respecter la sauveté de La Sauve-Majeure274. Dans le cadre de son ressort, des clercs avaient reçu délégation pour juger en son nom : entre 1126 et 1155, un certain Guilhem tenait du prévôt de Bordeaux la justice de la villa de Loupes en Entre-deux-Mers bordelais275. Enfin, si l’on en juge par la présence de sept monétaires dans l’entourage du prévôt Pierre II à l’occasion d’un plaid, l’atelier monétaire et ses revenus ne lui étaient pas étrangers276.

  • 277Ste-Croix, n° 36.
  • 278GCSM, n° 557 (1106-1119), St-André, f 84v., Boutoulle 2003c.

81Nous connaissons moins les attributions des viguiers qui n’apparaissent qu’en qualité de donateurs, témoins ou nodateurs. Ils avaient peut-être la garde de la porte Begueyre (Vicaria), citée à partir des années 1173-1180277 ; cette porte ouvrait sur La Rousselle, un quartier périurbain où la famille de Bordeaux était anciennement implantée et près duquel, en 1119, le prévôt Guilhem fonda l’hôpital Saint-Jacques278.

  • 279RHF, t. XV, p. 499.
  • 280RHF, t. XV, p. 499 : in fortitudine autem clientes quod vobis visum fuerit de terra nostra an de v (...)
  • 281  Rabanis éd. 1847-1848.
  • 282La Réole, n° 94, 150 (Bertrand de Taillecavat, miles), n° 130, 131, 144 (Gautier de Taillecavat, m (...)

82Les gardiens des tours et des castra ducaux ne semblent pas avoir bénéficié de conditions identiques. Le seul custos connu de la tour de Bordeaux, un nommé Martin, avait été nommé à ce poste peu avant 1147 (qui deputatus fuit custos turris)279. À sa mort, la tour revint à l’archevêque, alors représentant du duc sur place ; dans la lettre qui en informe Suger, Geoffroy du Loroux évoque des “clients” (clientes) vivant avec Martin et dont l’entretien (procurationes) était assuré sur les revenus ducaux280. On imagine que le capitaneus Giraud, fils d’Arcfred, qui donna le manse et la justice de Vertheuil en présence de Guy Geoffroy, tenait son office du duc281. À Taillacavat, nul gardien n’apparaît explicitement, mais des individus ayant porté le patronyme (dont un miles) sont attestés à la fin du xie et au début du xiie siècle ; la géographie de leurs possessions recouvre celles du duc (Sainte-Bazeille, Saint-Eyrard, Tivras)282.

  • 283GCSM, n° 52 (1079-1095), n° 55 (1095-1106), n° 61 (1095-1102), n° 342 (1106-1119), n° 347 (1106-11 (...)
  • 284  Son épouse, Centicurrunt apparaît à 2 reprises, mais aucun enfant du couple n’est signalé (GCSM, n (...)
  • 285GCSM, 3, 61, 85, 88, 130, 136, 159, 160, 321, 428, 502, 517.
  • 286GCSM, 136.

83Acteur ou témoin d’une dizaine d’actes entre les années 1079-1095 et 1106-1109, le captal de Tour-Castel, Arnaud Guilhem, est moins évanescent283. Cependant, ses donations ne portent que sur des biens-fonds et des fiefs tenus de lui à Poiporcint, Garifont, Floirac (Bonnefont) et en d’autres localités non déterminées (Rufiac ou Breza). Quoiqu’un grand nombre de personnes aient porté le même patronyme que lui, il ne semble pas avoir fait souche284 ; aucune parenté n’est signalée entre lui et les autres Turri donateurs de fiefs et d’alleux en faveur de La Sauve-Majeure285. Il y avait cependant parmi ceux-ci des milites, notamment ce miles de Turre nomine Raimundus signalé dans les années 1102-1106286.

  • 287GCSM, n° 224. En 1209, Bernard d’Escoussans rendait hommage au roi-duc pour les terres et les tène (...)
  • 288  Voir notre schéma de filiation des Escoussans, n° 11, p. 368.
  • 289GCSM, 6, 9.
  • 290GCSM, 6, 8, 9, 26, 27, 29, 33, 39, 231, 276. À quoi il faut ajouter l’église de Saint-Germain, (...)
  • 291GCSM, n° 42.
  • 292GCSM, n° 30.
  • 293GCSM, n° 33, 34.
  • 294GCSM, n° 272.

84Au moment où le castellum de Langoiran émerge de la documentation, entre 1121 et 1140, il est sous le contrôle de Guilhem Séguin d’Escoussans et, bien qu’inconnues, les modalités de son installation devaient être assez fermes pour que ses héritiers conservassent le château jusqu’en 1345287. Guilhem Séguin d’Escoussans appartient à une famille de gros alleutiers que l’on suit dès les années 1079-1095288. Son père Bernard Ier d’Escoussans et ses oncles faisaient partie des milites du seigneur de Benauges, Guilhem Amanieu II (milites ejus)289. Ils avaient des alleux sur le haut du plateau, des dîmes, des églises et des padouens (à Sermignan, Sainte-Sidoine et La Sauve-Majeure)290. Un moment chaperonné par son oncle, Guilhem Séguin Ier agit de façon autonome à partir des années 1106-1119 et fut des barones ac principes qui, entre 1121 et 1126, confirmèrent la sauveté de La Sauve-Majeure291. Il pouvait en effet accorder un droit d’usage sur les bois environnant l’abbaye292. À Sermignan, où sa famille avait conservé des possessions, il prit l’initiative de lever un péage (vectigal) sur les hommes allant au marché de La Sauve293. Il accueillit également un ermite sur une terre donnée auparavant aux bénédictins, espérant peut-être passer pour soutenir les implantions monastiques. L’entreprise tourna court : les Sauvois, certainement inquiets de la popularité que pouvait connaître un anachorète si près de leur abbaye, obtinrent son éviction294.

  • 295  Bonnassie 1990, 285.

85De cette revue des gardiens des tours et des châteaux ducaux, l’impression dominante est celle d’un traitement inégal. Le titre de capitaneus ou de captal qui rappelle le castlà catalan, semble n’avoir pas été porté de tous (au moins à Bordeaux et à Langoiran) 295. Seul Guilhem Séguin d’Escoussans put transmettre le castellum à ses héritiers, mais il est vrai que l’absence de descendance peut, aussi bien que la volonté ducale, expliquer l’incapacité des autres à le faire. Comme on le note à Tour-Castel et à Langoiran, ces hommes étaient aussi de gros alleutiers ; leur puissance foncière semble même avoir été antérieure à leur accession au captalat.

  • 296RHF, t. XV, p. 499-500, Sciat amicitia vestra, quod partibus Burdegalensibus nuper affuimus et cum (...)
  • 297St-Seurin, n° 72 (1124), cuidam juveni Petro, a Guillelmo Amanevi, Guillelmi prepositi filio, cons (...)
  • 298GCSM, n° 10.

86En plus des ministériaux (ministri comitis), le duc disposait dans le pays d’un personnage qu’une lettre adressée à Suger en 1148 appelle praetor : Geoffroy de Rancon à qui le roi avait confié la surveillance de l’Aquitaine sans titre de sénéchal faisait savoir au régent qu’il avait, de concert avec l’archevêque de Bordeaux, réuni les barons du Bordelais et, qu’avec Geoffroy du Loroux, ils récusaient le “gouverneur” (praetor) qu’il venait de nommer. Ils revendiquaient tous les deux le droit d’en désigner un nouveau parmi les nobles296. Cette fonction, que l’on peut d’autant plus confondre avec celle de prévôt que les deux correspondants de Suger lui écrivaient en une période de vacance de la prévôté, nous semble cependant distincte. En 1124, ce qu’une notice du cartulaire de Saint-Seurin appelle, peut-être par romanisme, le “consulat” du prévôt Pierre Ier, était “tenu” d’un certain Guilhem Amanieu, qui ne peut être que le châtelain de Benauges et vicomte de Bezeaumes297. Or, du vivant de Guy Geoffroy, Guilhem Amanieu II de Benauges présidait à la place du duc des réunions de l’aristocratie à Bordeaux298. Au-delà de ces deux responsabilités, nous ignorons quelles étaient les attributions de ces praetores, semble-t-il provisoirement désignés dans le baronnage local pour suppléer le duc.

L’entourage ducal

  • 299GCSM, n° 13.

87L’entourage ducal apparaît pour nous dans les listes de témoins ou dans les intervenants agissant avec les ducs. Malheureusement, les témoignages indirects ou tronqués de l’action ducale ne nous livrent pas toujours les informations que l’on recherche : pour ne citer qu’un exemple, nous ne savons pas où et en présence de qui Guy Geoffroy confirma le 20 juin 1080 tout ce qu’il avait accordé entre le 29 octobre 1079 et le 25 mars 1080 (n. st.), à La Sauve-Majeure 299.

88Les textes hiérarchisent quelquefois les laïcs fréquentant le duc : ainsi lorsque Guilhem IX confirma la sauveté de La Sauve-Majeure, entre 1087 et 1090, le scribe releva d’abord les châtelains (principes castella tenentes), puis les nobles et les chevaliers (nobiles ipsius regionis et milites). Connaissant le rang de la grande majorité de ces individus, nous avons pu les classer en trois ensembles (fig. 8). Un premier groupe est constitué des officiers ducaux, des seigneurs locaux et des milites du Bordelais et du Bazadais, témoignant d’un rayonnement local. Les grands seigneurs de la région (vicomtes et châtelains) représentent un second groupe. La dernière catégorie est représentée par les seigneurs extérieurs à la région : ils attestent d’un plus large rayonnement ducal.

Fig. 8. L’entourage ducal de Guy Geoffroy à Guilhem X en Bordelais et Bazadais.

Fig. 8. L’entourage ducal de Guy Geoffroy à Guilhem X en Bordelais et Bazadais.

89Si, proportionnellement, aucun de ces groupes ne l’emporte franchement sur les deux autres, le premier paraît le plus constant. Comme dans la plupart des grandes principautés territoriales, la cour des ducs d’Aquitaine dans cette région était surtout composée des agents ducaux et de leurs descendants (Bordeaux) ainsi que par les représentants de la moyenne aristocratie nobiliaire issus des seigneuries mitant la directe ducale, dans les Graves (Ornon, Cabanac, Centujan) ou l’Entre-deux-Mers (Tour, Lignan, Montremblant, Laubesc, Rions). Les châtelains du Bordelais et du Bazadais n’ignoraient pas la curia ducale : sous Guy Geoffroy et Guilhem IX, sauf les vicomtes de Castets et de Fronsac, pas un ne manque à l’appel. Enfin, parmi les grands seigneurs extérieurs à la région se déplaçant de temps en temps et, apparemment, de moins en moins, les Gascons (Béarn, Dax, Tartas, Lomagne, Armagnac, Marsan) semblent avoir été plus représentés que les Aquitains (Lusignan, Thouars).

  • 300Avec Guy Geoffroy: AHG, XLIX, n°IX; Gallia I, inst., col. 323; GCSM, 1b, 13, 13 b. Avec Guil (...)
  • 301RHF, t. XV, p. 515.

90Sauf Bernard de Belhade, aucune des personnalités que nous avons rencontrées n’émerge réellement du lot : les plus constants des châtelains, des agents ducaux ou des autres seigneurs de la région n’ont pas été repérés plus de trois fois auprès de chaque duc. En réalité le soutien le plus fidèle des ducs en Bordelais révélé par la fréquence de ses apparitions depuis Guy Geoffroy n’est pas un laïc, mais l’archevêque de Bordeaux300. Nous l’avons déjà noté, avec Louis VII cette collaboration fut même officialisée, puisque pendant la croisade et en l’absence de prévôt, c’est Geoffroy du Loroux qui envoya des comptes rendus de la situation à Suger, le pressait de nommer un prévôt, ou s’inquiétait de l’état de la tour. En 1149, Geoffroy présida également l’assemblée de paix de Mimizan destinée à défendre la “terre du roi” contre les déprédations du vicomte de Gabardan, étendant ce faisant son cadre d’action sur des parties de la province d’Auch301.

Conclusion

91Certes, en s’emparant du Bordelais et du Bazadais, Guy Geoffroy n’arrivait pas dans une région dotée d’une armature publique comparable à celle de la Normandie. Certes encore, nulle législation n’y établissait distinctement les devoirs des gens du pays vis-à-vis de leur duc et comte à l’instar des fors méridionaux. Les fors de Bigorre dont nous nous sommes parfois servi pour recouper les informations avec un autre comté gascon du début du xiie siècle éclairent plus largement le dominium comtal bigourdan, sa justice, sa capacité à faire la loi, l’articulation de ses relations avec les communautés et les milites. Moins fascinante que ce monument du droit médiéval, notre documentation ne donne pas pour autant l’image du pouvoir ducal très différente de l’exemple bigourdan.

92En Bordelais, quoique le duc d’Aquitaine fût nomade et le plus souvent absent, il n’y a pas lieu de stigmatiser une quelconque “anarchie féodale”. Le duc n’a pas eu à déployer de manière récurrente d’importants moyens contre des châtelains qui, sans être si nombreux, fréquentaient la curia ducale. Les périodes de crise du pouvoir ducal, limitées à la minorité de Guilhem IX et à la croisade de Louis VII, ne l’ont pas fait chavirer. Les fondements de son autorité ne reposaient pas sur les châteaux, comme chez les comtes de Barcelone après 1060, mais sur un domaine comtal qui, bien qu’amoindri par un processus d’amputation ancien et contrôlé, faisait du duc (et de loin) le premier seigneur territorial de la région. Cela lui permettait de conserver un lien direct avec la paysannerie qu’il semonçait à l’occasion ou dont il attendait des hébergements. Le caractère peu palpable ou fuyant de la fiscalité ducale à l’intérieur des terres au regard de ce qu’on distingue d’elle à Bordeaux et sur le fleuve ne doit pas tromper ; à l’image du transfert de la résidence bordelaise vers la tour dominant les appontements de la Garonne, cet écart révèle moins un processus de désagrégation qu’une adaptation, un redéploiement vers les péages et les coutumes plus en prise sur l’essor du trafic commercial.

  • 302  Fossier [1982] 1989, t. 1, p. 388, Débax 2005, 11.

93Avec une autorité comtale singulièrement moins effacée que dans le Midi méditerranéen, un vaste domaine et la féodalisation des châtelains, le Bordelais se révèlerait finalement plus proche du “modèle poitevin” de R. Fossier que de son “modèle mâconnais” si les châtelains du cru avaient la même envergure que les Lusignan ou les vicomtes de Thouars302. Postuler à l’inverse de l’existence d’un modèle gascon serait tenir pour négligeables les différences naturelles entre par exemple une Bigorre où la montagne imprime sa marque et un Bordelais aux liens plus distants avec l’Espagne. Nous verrons si, au regard des spécificités et des rapprochements livrés par les chapitres suivants, se confirme l’esquisse d’un nouveau système.

annexe

les témoignages des actions ducales en bordelais et bazadais de guy geoffroy à guilhem ix

Fig. 9. Témoignages directs des actions du duc d’Aquitaine Guy Geoffroy en Bordelais et Bazadais (donations, participations à des jugements).

Cote

Date et lieu

Titulature

Actions et lieux concernés

Du Buisson éd. 1876, 140

3 mai 1070, La Castelle

Dux Aquitanie et comes totius Vasconie

Donation du palais de La Salle à Bordeaux en faveur de l’abbaye de Saint-Sever.

GCSM, n° 402

1er décembre 1075, in camera sua Burdegale

Dux gratia Dei

Donation à Eyquem Sanche, chanoine de Saint-André, d’une terre in suburbio civitatis Burdegale près de la porte Judaïque.

Villard éd. 1973, n° 5

1077

Willelmus dux Aquitanorum et comes Pictavorum

Donation d’Artigue-Extremeyre.

AHG, III, n°II, t. 49, n°IX et AD 33, H 2013

1072 ou 1077

Gratia Dei dux Aquitanorum

Donation à Saint-Martin de Maillezais de l’église Saint-Martin (du Mont-Judaïque), de biens et de droits à Bordeaux (une dîme, une coutume, la chapelle du palais), une silva, un rustre, des moulins et la dîme des domaines du Bordelais. Autorisation d’aliénation des bénéfices tenus de lui.

La Réole, n° 43

1070-1081, in castro Taillecavat

Comes et dux Vasconie

Arbitre un contentieux entre le prieur de La Réole, Auger, et Guilhem Pelet sur l’église de Sainte-Gemme.

Ste-Croix, n° 22 ; RHF, XIV (epis. Amati), 763

12 octobre 1079, Burdegala, in concilio..in matre ecclesia

Nobilissimus Aquitanorum dux et comes Vasconie

Assiste au concile tenu sous la direction des légats pontificaux et confirme l’abandon de l’église de Soulac par les moines de Saint-Sever en faveur de Sainte-Croix de Bordeaux.

Gallia C., t. II inst., col.323

octobre 1079, in concilio

Princeps

Appose son signum à l’immunité donnée par l’archevêque Josselin à l’abbaye de Saint-Émilion.

GCSM, n° 13

(abrégé en 2, 15 et 410 pour la partie finale)

Entre le 29 octobre 1079 et le 25 mars 1080 (n.st.)

Egregius Pictavensium comes duxque totius Aquitanie

Donation de l’alleu de La Sauve-Majeure, l’immunité du lieu de Trajet, un passage sur la Garonne et une curtis à Bruges.

GCSM, n° 13b

20 juin 1080

Dux

Confirmation de la donation précédente.

GCSM, n° 2b

29 oct 1079-1080

-

À la prière du duc, l’archevêque Josselin, retire aux archevêques, archidiacres ou archiprêtres tout droit dans la villa de La Sauve-Majeure.

GCSM, n° 1b.

29 oct 1079-1080, Burdegala, congregata nobilium conventione

Comes

Préside une nobilis conventio où Auger de Rions renouvelle le don de ses droits sur l’alleu de La Sauve-Majeure.

GCSM, n° 14

29 oct. 1079-1080, La Sauve

Pictavensium comes

Donation d’un marché annuel et accord d’un sauf-conduit pour ceux qui s’y rendent ; autorisation d’aliénation des feva ducaux ; donation de l’immunité à toutes les possessions de l’abbaye et d’un gîte aux moines chaque fois qu’ils chercheraient à rencontrer le duc.

Marchegay éd. 1879, n° 6 et 7 et Gallia, C. I, instr. col.189

1080 (peut-être en juin), Burdegala, in turre sua

Dux Aquitanorum comes Pictavensium

Confirmation de la donation du monastère de Saint-Ferme à Saint-Florent de Saumur par l’évêque de Bazas, Raimond et Raimond de Gensac.

GCSM, n° 2 (abrégé en 13)

6 octobre 1080, Burdegala in concilio

Equitanie dux

Confirmation de la charte des légats pontificaux plaçant La Sauve-Majeure sous la sujétion de Rome.

GCSM, n° 17

1079-1087

Comes pictavensis dux Aquitanie

Récapitulation des donations effectuées par le duc en faveur de La Sauve-Majeure comprenant en plus un marché hebdomadaire.

Rabanis éd. 1847-1848

1081

Gloriossimus princeps atque totius Aquitanie dux

Girard, fils d’Arcfred, capitaneus de Vertolio, donne, dans les mains du duc, un manse, une agrière, la justice, le détroit, un hébergement et le padouen en faveur de l’église Saint-Pierre de Vertheuil.

La Réole, n° 137

1084

Dux Aquitanie

Appel au duc par le prieur de La Réole, Geoffroy, pour obtenir que l’évêque de Dax reconnaisse les droits du prieuré sur Saint-Caprais de Pontonx, dans le diocèse de Dax.

GCSM, n° 395

1079-1087

Aquitanie comes

Donation de la dîme de Tregeyt par Arnaud de Cénac, en présence du duc.

Fig. 10. Témoignages indirects des actions du duc d’Aquitaine Guy Geoffroy en Bordelais et Bazadais (concessions, actions militaires, participations à des donations et à des jugements rapportés dans des documents postérieurs).

Cote

Date et lieu

Titulature

Action et lieux concernés

Verdon éd. 1979, p. 133

1059

Dux

Le comte Guilhem de Toulouse a tué par trahison une centaine de milites nobiles faisant partie de l’ost du duc à Bordeaux.

St-Seurin, n° 23

1073-1085

Dux

Donation par un miles, Amanieu, après être longtemps resté sub ducis Willelmi imperio seculari milicia.

St-Seurin, n° 16

1081, Burdegala

Totius Aquitanie Dux

Décès d’Othon de Montaud, nobilis Wasconum, venu à Bordeaux rencontrer le duc.

AD 33, G.335

1089-1090

Guillelmus pater meus

Guilhem IX, duc d’Aquitaine, confirme les donations du comte Sanche et de son père, c’est-à-dire le tiers de la monnaie et des péages, les curtes de Lège, Cadaujac, Verneuil (Bernuras), Sarporars, le tiers du péage de Buch (Boies), une exemption de péage entre Mortagne et Langon.

St-Seurin, n° 26

1088

Aquitanie dux

Confirmation d’une donation par Guilhem Ferran passée autrefois devant le duc Guilhem.

Ste-Croix, n° 3

25 mars 1096

Clarissimus genitor noster venerande memorie Guillelmus Gaufridus vocatus

Privilège accordé par Guilhem IX à Sainte-Croix de Bordeaux, dans lequel est rappelée la donation de Soulac par Guy Geoffroy lors d’un synode tenu devant les légats Amat et Hugues de Dié (1079).

Villard éd. 1973, n° 61

1119, Poitiers

Pater meus

Confirmation par Guilhem IX du don d’Artigue-Extremeyre et à Bordeaux, d’un four sub turre.

AHG, I, n° XCVII, 212

1120

Comes Pictavensium

Évocation par les moines de Saint-Macaire d’une sentence en leur faveur par l’archevêque Josselin et le comte Guy (Guy Geoffroy), concernant la libertas de leur monastère.

AD 33, G. 609, Wiederhold éd.1913, n°109, p. 154-156

1179

Venerabilis comes Pictavensis

Fondation de l’abbaye Saint-Pierre de Vertheuil (fundator ecclesie vestre).

Fig. 11. Témoignages des actions du duc d’Aquitaine Guilhem IX en Bordelais et Bazadais.

Cote

Date et lieu

Titulature

Action et lieux concernés

GCSM, n° 17

1087, Bordeaux

Puer... Comitatum patris atque ducatum optinuit

Confirmation des donations de Guy Geoffroy en faveur de La Sauve-Majeure.

GCSM, n° 20

1089, La Sauve, puis Bordeaux

Comes Pictavensis, in puericia mea Aquitanie ducatum Deo donante

Confirmation des donations de Guy Geoffroy en faveur de La Sauve-Majeure ; donation d’une mansio, à Bordeaux, délivrée de toute comitalis ditio. Donation de l’immunité aux possessions de La Sauve, où qu’elles soient.

AD 33, G 335, f 1

1089-1090, Bordeaux (Saint-André)

Totius Aquitanie Dei omnipotentis natu atque hereditario jure patris mei ac parentum meorum dux et dominus

Confirmation des donations de ses prédécesseurs Sanche Guilhem et Guy Geoffroy à l’église Saint-André de Bordeaux, du tiers du tonlieu de Buch, des curtes de Lège, Cadaujac, Bernuras et Sarporars, du tiers de la monnaie de Bordeaux, du tiers de tous les tonlieux et de la liberté du passage pour un navire entre Mortagne et Langon.

GCSM, n° 19

1087-1096

Gratia Dei Aquitanie dux, Pictavensis comes

Confirmation des donations de Guy Geoffroy à La Sauve-Majeure. Donation de la sauveté à La Sauve-Majeure (avec les dispositions attachées à ce statut). Donation de la securitas sur les routes pour les pèlerins ou les marchands venant à la foire, et aux bourgeois de La Sauve.

Ste-Croix, n° 3

25 mars 1096 (n.st.), Bordeaux, in turri castellarii, puis devant l’autel Saint-André

Divina ordinante providentia Aquitanie similiter et Vasconie dux et comes

À la demande de l’abbé Foulques, placement sous la protection du duc de l’abbaye de Saint-Croix, de Saint-Macaire et de leurs honores.

St-Jean-d’Angély, n° CLXXXII

-

Ducatum tenente

Prise de l’arx et du castrum de Saint-Macaire.

GCSM, n° 555

1095-1102, Bordeaux

Comes

Abandon d’une justice à Valentignan, en faveur de La Sauve-Majeure devant le duc.

La Réole, n° 64

1103, Tivras

Pictavensium comes Vasconie gubernaculo presidente, comes Vasconie

Abandon par le vicomte de Bezeaumes d’un tonlieu levé indûment dans le bourg de La Réole, devant Guilhem IX et la cour de Gascogne.

Conques n° 481

30 novembre 1108

Dux Aquitanie

Confirmation de la sauveté de Mansirot, dépendante de Sainte-Foy-de-Conques et autorisation de donner des biens à travers sa terra.

Villard éd. 1973, n° 61

1119, Poitiers

Willermus Aquitanie dux

Confirmation du don d’Artigue-Extremeyre et à Bordeaux, d’un four sub turre par Guy Geoffroy.

AD 33, H 2313 et 2314

Avant le 10 février 1126

Dux

Donation par le comte Guilhem et son fils du même nom du clos Mauron à l’hôpital Saint-Jacques de Bordeaux.

Hist. Pontificum, p. 33

1120-1127

Guillelmus

Prise et destruction du castrum de Blaye.

GCSM, n° 21

1087-1126, La Sauve, ante sacras

Dux

Concession du droit d’acheter sans debitum des poissons à Bordeaux ou à Buch.

Notes

1  Higounet 1963, 233-259, Faravel 1991, 165-166.

2  Richard 1903. Dillange 1995 ne fait que reprendre A. Richard sans rien apporter de neuf à nos questions.

3  Trabut-Cussac 1972, Barnabé 2003.

4  Gardelles 1972, 9-12.

5  Gardelles 1972, 12.

6  Fossier 1982, 380-384.

7  Salrach 1998, 355.

8  Debord 1984, 104-124.

9  Leyte 1996.

10  Brand’honneur 2001, 120-132.

11  Verdon éd. 1979, 123 (1044) ; Ste-Croix, n° 80 (1043). En 1058, Guy Geoffroy possédait déjà la Gascogne, qu’il avait acquise armis et industia, mais il avait alors répudié la fille d’Audebert (Verdon éd. 1979, 131).

12  Sur les circonstances de l’accession de Guy Geoffroy en Gascogne, Higounet 1963, 53-55 , Mussot-Goulard 1982, 187-204, Pradalie 2005, 11.

13  Verdon éd. 1979, 133.

14Comes et dux Vasconie (La Réole, n° 43, 1070-1080), comes Vasconie (Ste-Croix, n° 22, 1079), Burdegalensium comite (Grasilier éd. 1871, n° XI, 1079-1083).

15  Mussot-Goulard 1982, 16, 117, 125-130. Cependant, le comte de Toulouse, Guilhem IV, allié à Bernard Tumapaler, disputa l’Astarac et l’Agenais à Guy Geoffroy (Jaurgain 1898, t. 1, 387, Pradalie 2005).

16  À l’exception de ce G. Burdegalensium comite, mentionné dans un acte du cartulaire de Vaux (n° XI, 1074-1083).

17La Réole, n° 14, 32, 153 ; l’usage de la perche apparaît encore dans quelques actes de la fin du xie siècle, elle n’est plus mentionnée par la suite (GCSM, n° 133, 134, 330, 402).

18La Réole, n° 14, alodo meo vel vinea qui est in pago Basadinse, in vicaria Gamaginse, in villa que dicitur Montevinitore ; Anc. coutumes La Réole, n° 1, p. 718, quod fundatum est in partibus Vasconie in pago Alliardensi super Garone fluminis.

19  Higounet-Nadal 2000. La nodation consiste à faire des nœuds sur un ou plusieurs lacs de cuir pendant au bas de la charte. Les nodateurs sont les acteurs principaux de l’acte (donateur, confirmant, engagiste) et, dans certains cas les témoins, les cautions etc. Par exemple, La Réole n° 7, 10-12, GCSM n° 4, 53, 94, 560, 652. Derniers exemples de cette coutume, GCSM n° 1032 (1155-1182), Ste-Croix n° 120 (1165-1170), 88 (1165), 86 (1165-1170), 82 (1188), 9 (1210-1213), St-Seurin n° 137 (1181), 141 (1183). Justifié par la coutume ou la lex, GCSM n° 402 (usuali lege Burdegalensium), GCSM n° 355 (usuali terre lege), St-Jean d’A. n° 297 (de more suo).

20  Voir en annexe de ce chapitre, le relevé des actes ducaux de Guy Geoffroy et Guilhem IX (fig. 9 à 11) ainsi que la fig. 5.

21  Dubuisson 1876, 160. Cette donation a été attribuée en faveur de Saint-Seurin par Besly [1647] 1999, 355 et Richard 1903, 309, alors qu’avec son abbé et ses moines, le monasterium bénéficiaire ne peut être la collégiale de Saint-Seurin.

22  Pontal 1995, 182, Higounet 1963, 93.

23Vie de Saint Gérard, 39-43 ; GCSM, n° 1, 13. Cette date a été contestée par A. Richard, qui, s’appuyant sur la Chronique de Saint-Maixent, proposait 1077 pour l’arrivée de Gérard à La Sauve-Majeure (Chronique St-Maixent, p. 143, Richard 1903, 345). Or, à l’exception de trois textes ne concernant pas directement La Sauve, les premiers actes datés du Grand Cartulaire ne remontent pas au-delà de 1079 et 1080. Nous retiendrons donc 1079.

24GCSM, n° 13.

25GCSM, n° 2, 13. Il n’y a pas lieu de contester la tenue de deux conciles à Bordeaux en 1079 et en 1080 (Higounet 1963, 93). Le premier est attesté par le cartulaire de Sainte-Croix de Bordeaux (Ste-Croix, n° 22) et, compte tenu de l’importance de cette confirmation pour les moines de Sainte Croix et de la présence de signes de validation corrects, rien ne permet de soutenir que ce soit un faux.

26  Boutoulle et al. 1996, Treffort 2000, id. 2004, Debord 1984, 181.

27  Higounet 1963, 92-93, Pontal 1995, 178.

28  Par ailleurs, on peut lier la tenue du concile de 1080, où comparut l’hérésiarque Béranger de Tours, à la présence à Bordeaux d’un foyer favorable à ses idées : d’après la Chronique de Saint-Maixent, lors du concile de Poitiers, un disciple de Béranger faillit être tué, un certain Aquem Sancius en qui il est possible de reconnaître l’archidiacre de la cathédrale de Bordeaux et futur abbé de La Sauve (Verdon éd. 142). L’auteur de la Chronique ne le retient pas dans la liste des abbés après Gérard de Corbie (p. 153).

29Vasconie dux et comes (Ste-Croix, n° 3, 1096), comes Vasconie (La Réole, n° 64, 1103), Gasconum comitis (La Réole, n° 60, 1086), comes Burdegalensis (GCSM, n° 359, vers 1090-1121), comes Burdegalensis (GCSM, n° 555, 1095-1102), comite Willelmo Burdegalensium pago (St-Jean-d’Angély, n° 298, 1092), palatinus comes Pictavis et dux Aquitanie (AHG, XII, n° CXXII).

30  Voir fig. 11, en annexe de ce chapitre.

31GCSM, n° 17 (1087, filius ejus puer nomine Guilelmus), GCSM, n° 20 (1089, comes Pictavensis, in puericia mea Aquitanie ducatum Deo donante).

32St-Seurin, n°26.

33GCSM,20.

34  AD 33, G 335, f 1. Datée grâce à la mention du prévôt Gaillard.

35Nortier 1986.

36Boutoulle 1998.

37AD 33, H 516; AHG, I, n°XCVII à CXVI.

38Ste-Croix, n° 2, 80, AHG, I, n° XCVII à CXVI.

39  Après l’appel de Clermont, Urbain II parcourut les états de Guilhem IX, par Limoges, Charroux et Poitiers ; après un détour par l’Anjou il revint à Poitiers le 30 mars, poursuivit sa route vers Saintes le 13 avril, arriva à Bordeaux à la fin du mois d’avril, RHF, t. XII, 66 (n. d) ; Aurélien éd. 1880, 292 ; Crozet 1937a et b.

40  Marquette 1997.

41  Boutoulle 2001.

42Hist. pontif. p. 29 et 32.

43  Voir infra, p. 326, 337.

44  Pradalié 2005.

45Hist. Pontif, p. 29 : sane castellum Benaugium quod ex parte uxoris sue juris sui erat et castellum Sancti-Macarii, cum homines illius terrae infideles ei abstulissent, illuc perducto electo exercitu, ad magnum sui honorem in proprius usus recuperavit.

46St-Jean-d’Angely, n° CLXXXII, p. 220-221.Vuillelmo ducatum tenente in Aquitanie qui eo tempore, arcem Sancti Macharii obsidione premebat, et in brevi castrum ferro et incendio depopulavit et arcem munitissimam cepit.

47  Richard 1903, 412.

48  Boutoulle 2002.

49La Réole, n° 64.

50AHG, XII, n°CXXII.

51Hist. pontif. p. 33; Richard 1903, 358-359.

52GCSM,42.

53Comes ejusdem civitatis (Ste-Croix, n° 35, 1126-1131) ; filia comitis Pictavorum et Vasconum (Ste-Croix, n° 105, 1138).

54GCSM, n° 43.

55Ste-Croix, n° 92 (sans date).

56Ste-Croix, n° 7 (sans date).

57Hist. Pontif. p. 33.

58  Higounet 1963, 96-97.

59Id., 96.

60  Le 30 mars 1135, en récompense du soutien apporté au parti d’Innocent II, Pierre l’abbé de Saint-Romain de Blaye reçut une confirmation des privilèges de son église. B.N ms, lat. 12773, pp. 66-68 ; Wiederhold éd. 1913, 54.

61  Marquette 1962.

62AHG, XV, p. 26.

63GCSM, n° 710.

64GCSM, n° 594, Guillelmo Auxiensi archiepiscopo qui tunc episcopum Basatense commendatum tenebat pro episcopo qui profectus erat in Jerusalem ; GCSM, n° 591, n° 663, fecit clamorem archiepiscopo Auxiensi qui tunc Vasatesem sedem regebat. AHG, XV, p. 26.

65  Higounet 1963, 65.

66  À partir de l’index des RHF: t. XII, p. 62 (Vie de Louis VI le Gros), p. 84 (Chronique de Morigny), p. 195 (Grandes Chroniques de France), p. 212 (Chronica regum francorum), p. 435 (Geoffroy du Vigeois), p. 456 (Chronica Dolensis coenobii), t. XIII, p. 330 (ex alteris Roberti). Chronique St-Maixent, p. 197. En Bordelais, ce fut une date référente : une donation de Guilhem Hélie de Bordeaux fut datée primo anno quo Lodovicus rex Francorum duxit in matrimonium filiam comitis Pictavorum et Vasconum (Ste-Croix, n° 105).

67GCSM,1278.

68GCSM,1279, Gallia II, col. 280.

69  Chibnall éd. 1978, VI, 550 ; Pradalie 2005, 19.

70  AD 33, G. 268, f 1 et 2 (la lettre n’est pas datée) ; Gallia II , col. 814. Higounet 1963, 97- 99.

71RHF, t. XV (Epistolae S. Bernardi), p. 598, 599; Gallia II, col. 814 (facta haec concordia Burdegale in domo domini archiepiscopi).

72Ste-Croix, n° 18.

73  On ne connaît des participants à la deuxième croisade qu’Arnaud de Blanquefort (GCSM, n° 418) et le seigneur de Blaye, Geoffroy Rudel II (Rosenstein 1988).

74RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 486 : ut quam citius poteritis ad praesens et omni occasione remota praepositum de vestris sapientem et probum Burdello mitatis. Quod nisi feceritis, in rei veritate sciatis Burdellum et omnem illius regionem nisi Deus fecerit, irrecuperabiliter amittendam ; nam fideles regionis illius mihi hoc scripserunt quod inimici et burgenses in ipsa civitate occidebant.

75RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 499 : quatinus unum de nobilibus illius terre poneremus, qui restitueret domos que valde dirutae sunt, et moenia fortitudinis.

76RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 514 : Sed de prepositura Burdegale civitatis quid erit ? Locus enim vacat et terra laborat et in hoc et in aliis vestram praestolamur voluntatem, quam petimus nobis scripto significari.

77RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 515 : Sed et de ministerialibus Aquitanie a domino rege constitutis et his qui sub eis sunt prepositis lator presentium frater N. de his quidem et de aliis que novit vobis expediet : cui volumus ut credatis, sicut et nobis ; quippe is est quem nostris et qui vera vobis dicet, ut pote fidelis et amicus pro posse suo, in omnibus que ad regem pretinent. Per ipsum que placuerit nobis remandetis.

78RHF, t. XV (Epistolae Sugerii), p. 515.

79  Boutoulle 2004a, 2005c. Allusions aux unités de mesure du Bordelais, au chantier de la cathédrale Saint-André et à la levée de l’impôt de paix dans le diocèse de Bordeaux.

80  Hypothèse avancée par Richard 1903, t. II, 104, et Higounet 1963, 67, entre le séjour à Limoges (Noël 1151) et à Saint-Jean-d’Angély (2 février 1152).

81  Quoique placée par l’éditeur en 1137, aucun élément dans le texte ne confirme cette datation. Le roi à qui elle est adressée n’a pas de titulature (Domine gloriose invincibilique rex ). On ne peut donc pas exclure que cette missive ait été adressée à l’un des successeurs de Louis VII, Henri II voire Richard Ier, si l’on en juge par la mention du prévôt (qui peut être celui de la Réole, installé dans les années 1180), et par l’insistance des droits ducaux sur le prieuré et ses dépendances. Cependant, Raimond Guilhem de Longbilarn, dont les moines se plaignent dans la lettre, apparaît dans des textes datés des années 1126-1155 (GCSM, n° 663, 669, 652). Nous retiendrons donc le règne de Louis VII pour dater cette lettre.

82  Sassier 1992.

83  Higounet 1968, 566, Vincent 2000, 116, Aurell 2003, 213.

84  Trabut-Cussac 1972.

85  C’est le terme de domaine qu’utilise le traité de Paris de 1259 (“e aussi de Bordiaus, de Baione, de Gascoingne et de tote la terre que nos tenons deca la mer Danglaterre el roiaume de France en fiez e en demaine”, Chaplais, 1964, n° 302, p. 210).

86  Constat similaire en Champagne (Bur 1977, 311). La récente édition du cartulaire de Bigorre, qui révèle au sud de la Gascogne un domaine comtal consistant, conforte ces reconsidérations.

87  Pour l’enquête de 1236-1237, voir infra p. 63, n. 127 et Rec. feod.. Nous n’avons pas intégré la liste des possessions de Sainte-Croix de Bordeaux qui, dans une confirmation d’Alexandre III, passent pour avoir été données par le comte Guilhem le Bon (quicquid Guillelmus bonus, Burdegale comes, fundator ejusdem monasterii rationabiliter eidem monasterio concessit, Ste-Croix, n° 29, 1165) : on relève parmi celles-ci des églises situées en Agenais (Sainte-Marie d’Allemans, Saint-Jean de Montauriol, Saint-Maurice), une en Entre-deux-Mers bazadais (Saint-Aubin de Blaignac, qui a pu, à l’origine dépendre de Saint-Macaire) et une église du Bordelais très sûrement postérieure aux années 970 en raison de sa titulature, Saint-Georges de L’Isle.

88  Le lecteur est invité à se reporter aux figures 5 et 6 pour localiser les lieux cités.

89GCSM,20.

90St-Seurin, n°17 (1086-1091).

91  Cette sauveté était limitée par le Peugue et la Devèze, deux ruisseaux traversant la ville. C’est une bulle d’Alexandre III (1173) qui l’énonce pour la première fois (juridictionem in urbe vestra et in suburbio ab una latori usque ad aliam, AD 33, G 267, f 2, AHG, XIII, p. 358). Ses origines sont obscures ; on la rattache traditionnellement à l’immunité accordée par Charlemagne et Louis le Pieux à l’église “mère” de Bordeaux : Font-Réaulx 1915-1916, Jaubert 1948, Higounet 1963, 108-109. Un lieu-dit La Croix, situé dans le suburbium de Bordeaux, près de Saint-André, tire certainement son nom d’une croix de la sauveté (GCSM, n° 402).

92GCSM, n° 20.

93  Boutoulle 2003b, 61-65.

94  Du Buisson 1876, 160.

95AHG, XLI, p. 321.

96  Boutoulle 2003b, 62.

97  Jean-Courret 2005, 298, 325, 355.

98  Marchegay éd. 1879, n° VII, Boutoulle 2003b, 64-65.

99GCSM,1278, 1279, RHF, t. XV, p. 515.

100GCSM,402.

101St-Seurin, 9.

102GCSM, n° 13, 17, 410.

103Ste-Croix, n° 2.

104St-Seurin, n° 9.

105St-Seurin, n° 350 : nostris immunitatem domini et genitoris nostri Caroli bone memorie, serenissimi Augusti in qua continebatur qualiter ipsam sedem que est in honorem Sancti Andre et Sancti Jacobi apostolorum, cum monasteriis sibi subjectis que dicuntur Blavia (…), necnon et Sancti Severini ubi etiam requiscit ipse sanctus, constructum in suburbio ipsius civitatis, cum omnibus appendiciis.

106St-Seurin, n° 107.

107GCSM, n° 402 : Don par le duc d’une terre que est in suburbio civitatis Burdegala a porta Judea usque ad aulam Sancti Amandi et est terra illa longitudinis XXIIII perticarum. Distance linéaire proposée sur la base d’une perche de douze pieds. La domus Beati Amandi cum platea sibi adjacente est encore mentionnée dans un acte des années 1227-1261 (St-André, f 100, n° 68).

108Drouyn 1874, 419.

109Gallia II, col. 815; RHF, t. XV, Epist. S. Bernardi, p. 599, n. b.

110  Bruges (Brojia), Corbiac à Saint-Médard-en-Jalles (Curbiac), Mérignac (Mairinac), Lodors près de Sainte-Croix (Lodors), Talence (Talencia), Birambits à Bègles (Villamviz), Gargon, Mons et Pont-de-la-Maye à Villenave d’Ornon (Gargon, Mons, Maia), Léognan (Leuna), Gradignan (Grezinam), Mailleau à Martillac (Maio), Civrac à Saint-Selve (Civrac) et Saucats (Scaudaz). Localisations effectuées par Cassagne 1991, 13, n. 59. Nous n’avons pas identifié les localités de Duras, Dolga, Generans, Colonias.

111Rot. chart., 135.

112Rot. litt. claus., 398; rot. litt. pat., 63.

113  AD 33, G 334, 335.

114  Elle s’étendait sur les paroisses de Barsac, Bommes, Budos, Castres, Cérons, Illats, Preignac, Podensac, Poussignan, Pujols, Sauternes, Saint-Morillon, Saint-Jean d’Estompes et Virelade. Rec. feod, n° 179, 183, 185, 188, 189, 564, 613, 614, 617, 618, 623, 624, 625, 626 (pour Poussignan), 627, 628, 629, 630, 631, 632, 633, 634, 635, 636, 637, 638, 639, 640, 657, 658, 662, 661, 674, 675, 676, 677. En plus, les hommes de la comtau de Castres payaient un cornagium in villa Burdegale (Rec. feod., n° 660) ; redevances portées par le custos de la forêt de Gradignan au castrum de Bordeaux (Rec. feod. n° 16 et 615) ; les hommes francs de Saint-Jean d’Estompes (Labrède) devaient pour l’exercitus apporter 6 deniers chacun au castet de Bordeaux (Rec. feod. n° 678) ; même obligation pour les hommes francs de Cabanac (n° 679) ; les hommes francs de Saint-Morillon devaient stare coram castellano Burdegale (Rec. feod. n° 677).

115  AD 33, G. 334-335.

116St-Seurin, n° 349 et 351 (confirmations par Jean sans Terre et Aliénor).

117GCSM, n° 21.

118  Nous n’avons pas localisé Sorbeirs, Tillac, Menusa et Lupa. Notons que ces biens se trouvent principalement au nord du diocèse de Dax, dans ce qui est devenu l’archiprêtré de Canaux (le nom de Canals est dans la liste). Cabanot & Pon éd. 2004, n° 157, n. 920 ; Marquette 2004.

119Pat. rolls, 1216-1225, 245, 275-276 ; Honor du castrum de Belin (Rec. feod. n° 648). 

120  Du Buisson 1876, 136, 146. Nous remercions M. Jean Cabanot pour nous avoir permis de consulter ses notes sur le fonds de Saint-Sever.

121Du Buisson 1876, 198.

122Shirley éd. 1852, 57.

123Pat. rolls, 1216-1225, 245, 275-276.

124Rec. feod., n°417, 681, 683, 688; Bios in Born (Rec. feod., n°695), Pontenx in Born (Rec. feod., n°692), Mezos in Born (Rec. feod., n°691).

125GCSM, n° 1.

126Ste-Croix, n° 18.

127  PCSM, p. 126-127. Cette enquête est connue par deux versions. La première, en latin, a été placée dans le petit cartulaire de La Sauve-Majeure, rédigé vers le milieu du xiiie siècle (PCSM, p. 126-135) ; les auteurs de la Gallia en ont fait une transcription incomplète (Gallia II, inst. col. 289-293). Il existe une seconde version tout aussi partielle, en gascon, intitulée Privileyges de la terra de Entre-dos-Mars, élaborée au xive siècle. Elle est issue du fonds de la Sauve-Majeure et actuellement conservée à la Bibliothèque municipale de Bordeaux, sous la côte Ms. 363 . Cette version à laquelle il manque les dépositions des jurati a été publiée dans les AHG, III, p. 101-127.

128  Il s’agit d’abord de toutes les paroisses qui étaient astreintes collectivement au paiement de diverses redevances, portées à la tour de Bordeaux (Baurech, Bouliac, Bonnetan, Cambes, Camblanes, Camiac, peut-être Capian, Cénac, Croignon, Cursan, Fargues, Floirac, Haux, Langoiran, Latresne pour partie, Lestiac, Lignan, Loupes, Nérigean, Mélac, Le Pout, Ambarès (Quinsac en Bares), Sadirac, Salleboeuf, Saint-Caprais, Saint-Genès-de-Lombaut, Saint-Denis, Saint-Hilaire, Saint-Germain, Saint-Loubès, Saint-Quentin, Tabanac, Tresses pour partie et Le Tourne). On peut, d’autre part, compléter cette liste en adjoignant les paroisses dont les curés ont rapporté, devant les envoyés du roi-duc, les excès des baillis dans leurs paroisses respectives ; il s’agit de Baron, Beychac, Caillau, Cameyrac, Cenon, Espiet, Grézillac, Montussan, Pompignac, Tizac, peut-être Sainte-Eulalie en Bares et Yvrac. Les reconnaissances de 1274 montrent que le prévôt avait juridiction sur les paroisses de Baurech, Beychac (où une cambre del rei est signalée, destinée à permettre aux hommes francs de Beychac d’héberger le roi), Bonnetan, Bouliac, Cambes, Camarsac, Camblanes, Cénac, Cursan, Fargues, Floirac, Latresne (pour le quartier de Puysalat), Lignan, Loupes, Pompignac, Madirac appelée aussi Corcoirac, Mélac, Nérigean (pour le lieu-dit Curinhas), Le Pout, Quinsac, Sadirac, Salleboeuf (pour le lieu-dit Avignan), Saint-Caprais, Saint-Genès-de-Lombaut, Saint-Germain, Saint-Quentin, Sainte-Eulalie en Bares, Tabanac, Tresses, Le Tourne : Rec. feod., n° 531, 537, 541, 542-543, 588, 589, 592, 601, 604, 612, 631, 646, 647, 665, 669.

129  PCSM, p. 131, Item domnus Henricus vendidit in hoc anno, vicecomitisssa de Benauias parrochias de Cadilhac, de Lopiac et Sancte Crucis de Monte homines domni regis francos et ab omni servitute liberos.

130  PCSM, p. 129 ; Piat 1996, 167 et n. 3.

131Ste-Croix, n° 1, 2, 4, 19, 20, 70, 93.

132  Nortier 1986, 99-126.

133AD 33, G 609: venerabilis comes Pictavensis, fundator ecclesie vestre.

134  Villard éd. 1969, n° 5. Confirmé par Guilhem IX en 1119 (n° 61), Guilhem X en 1126 (n° 76), le pape Adrien IV en 1157 (n° 91), Aliénor en 1199 (n° 112) et Jean sans Terre (n° 113).

135Pat. rolls, 1216-1225, 242-243.

136Kurze éd. 1895, 30.

137BN, ms. lat., 17733, f. 18.

138Hist. pontif., p. 23. Mussot-Goulard 1982, 188-189. Depoin éd. 1921.

139RHF, t. VI (Diplômes de Pépin d’Aquitaine) 663 ; Recueil des actes de Charles le Chauve, t. I, n° 11, p. 27.

140Ste-Croix, n° 80. Il s’agissait cependant d’un hereditas, possédé ex jure hereditario; Sanctus Laurentis de Meirins: AHG, XLIV, p. 15.

141Gallia I, Inst. col. 323: primum illius terre primatem, Oliverium scilicet vicecomitem.

142  Lopès 1668 [1882-1884], 483 ; Jullian 1890, t. II, 160. Font-Réaulx 1915-1916, 148. Secundum instrumentum continet qualiter Carolus divina providentia Imperator Augustus, dum appropinquaret civitatem Burdegalam ubi vocatur Burgus super fluvium Dordonie, donavit episcopatui Burdegal. quandam cellulam ex sua proprietate, sitam in Castro quod vocatur Burgus, constructam in honore sancti Vincetii cum omnibus sibi pertinentibus ad gubernationem Matris ecclesie Burdig. sive praesulum. Quartum instrumentum continet donationem factam per Lodovicum imperatorem Augustum Ecclesie Burdig. de cellula ex sua proprietate, sitam in Castro Burgi in honore Sancti Vincentii martyris, prout donaverat Dominus Carolus. Il demeure un doute sur l’existence de ces donations de Charlemagne et de Louis le Pieux. Mais la suite de l’inventaire que rapporte Lopès évoque une immunité (quintum instrumentum continet litteras immunitatis), dont on a conservé plusieurs copies.

143  Jullian 1890, t. II, 159 (Sidoine Apollinaire) ; Boutoulle 2004c.

144Hist. pontif., 16, Debord 1984, 111.

145  Beech éd. et al. 1995, 105, n.191, 131 (l. 165).

146Hist. pontif., p. 22.

147Hist. pontif., p. 32.

148  Marquette 1984, 5 ; Boutoulle 2005b.

149AHG, XV, p. 27.

150  Marchegay éd. 1879, n° III ; GCSM, n° 678. Le détroit de Langon est énoncé en 1274 (Rec. feod., n° 332).

151La Réole, n° 103, 104, 124, 126, où ne sont cités que des droits sur l’église Saint-Cybard.

152AHG, XV, p. 27 ; Marquette 1962, 145-157.

153Rec. feod, n° 456.

154Rôles gascons, t. II, n° 1567, concecisse terram scilicet de La Val et de Musti et de Lavazan et quicquid aliud acquirere poterunt in francalibus meis jus meum eis dedisse.

155Rot. chart. 74 b (confirmation par Jean sans Terre, le 22 août 1200).

156Rot. litt. claus., 186 : mandamus vobis quod habere permittatis dilecto et fideli nostro Baudoino de Cassel terram quam ei dedimus scilicet Francas de Besades.

157  La prévôté de Bazas n’apparaît pas avant 1243 (Rôles gascons, n° 830, 1589).

158  Aillas, Artiguevielle, Sainte-Marie de Bernos (où existait un lieu-dit Viras Comtals), Brouqueyran, Cudos, Escaudes, Gajac, Saint-Jean-de-Godes supra Cironem (?), Maillas, Marimbault, Pinsac (?), Pompéjac, Sauviac, Saint-Laurent-de-Sauros, Taleyson, Tontoulon et Trazitz : Rec. feod, n° 244, 245, 246, 247, 248, 249, 250, 251, 306, 322, 338, 340, 341 (où l’honor de Bazas est évoqué), 355.

159Rec. feod., n° 311 à 316, 345, 358.

160  Malherbe 1975, 716.

161La Réole, n° 135 ; lieux-dits non localisés.

162GCSM, n° 180 (1104-1126) et n° 564 (1134-1138).

163GCSM, 1164.

164Rec. feod. n°208. Sur ce roi, voir de Mandach éd. 1970, 111.

165  Marchegay éd. 1879, n° VI et VII.

166La Réole, n° 43.

167La Réole, n° 135.

168La Réole, n° 64.

169Rec. feod. n°231, 325, 354.

170Rot. chart. 223b (1216); Pat. rolls, 1216-1225, 275-276; Shirley éd. 1862, 196.

171GCSM, 66.

172GCSM, 193, 373, 623, 628, 860, 974. Et peut-être fourni un des croisés de 1095-1099 (Boutoulle 2001).

173  AD 33, H 4, f 4-6 : decima parrochie Sancti Vincencii, que est in honore de Roazan (1241).

174  Debord 1984, 376-377.

175  En dépit de la lumineuse mise au point de M. Marquette (Marquette 1979).

176  Barthélemy 1990, 16-51.

177  Ourliac & Gilles éd. 1990, 63, 85 ; Ourliac [1988] 1993, Ourliac [1992] 1993 ; Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, p. 79.

178  Verdon éd. 1979, 133-135, qui Guillelmus apud Burdegalam occidit circa centum milites nobiles per traditionem qui erant de exercitu Goffredi ducis.

179St-Seurin, n° 23.

180Les fors anciens de Béarn, p. 89, 111, p. 519 (For d’Ossau, article 7), BN ms. lat. 8878, f. 290 : quando abbas hostem fecerit comiti Wasconie idem dominus de Mugron vexillum abbatis deserat. Cité par Mussot-Goulard 1982, 216 ; Nortier éd. 1986, n° XII, p. 125 ; Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 8, 15, 16, 26, 30, 31, 34, 36.

181  Debord 2000, 105.

182  PCSM, p. 128 ; predictam XL librarum questam debent soli homines domini regis et illi qui tenent allodium domini regis secundum quantitatem qua tenent nisi illud allodium debeat exercitum qui liberet eum ab hujus prestatione. Voir infra p. 196.

183  PCSM, p. 128

184  Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 8, 38, 39.

185  Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 15.

186Hist. pontif., p. 33 : contra voluntatem praedicti ducis et universae fortitudinis illius reedificavit (à propos du castrum de Blaye, 1120-1127). Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 3 et 4 sur le principe de reddibilité des châteaux au comte.

187  Gardelles 1972, 10-11.

188Marchegay éd. 1879, n° VII, Ste-Croix, n° 3, RHF, t. XV, p. 515, Gardelles 1972, 105-106, Boutoulle 2003b.

189La Réole, n° 43.

190GCSM, n° 555.

191  Nous ne pensons pas que le lieu-dit Tour soit Saint-Christoly en Médoc, à l’époque dans la seigneurie de Lesparre (GCSM, t. II, p. 1036), ni Puy-de-Tours en Entre-deux-Mers bazadais (en 1274, l’honor de Tour est situé en Bordelais, Rec. feod, n° 205). Les biens de la Sauve-Majeure située à Turris ont été présentés, dans la partie du cartulaire obéissant à une organisation géographique, entre des groupes de possessions situées à Cenon et dans la paroisse voisine de Floirac (GCSM, n° 396, 397). Les biens donnés par le captal ou les milites de Tour sont situés en Entre-deux-Mers bordelais : GCSM, n° 52 (1079-1095), n° 55 (1095-1106), n° 61 (1095-1102), n° 88 (1079-1095), n° 160 (1079-1095), n° 342 (1106-1119), n° 347 (1106-1119), n° 396 (1090-1121), n° 398 (1106-1119), n° 401 (1102-1130), n° 564 (1106-1119), n° 517 (1126-1155).

192  PCSM, p. 129, 131, à cet endroit le texte de l’enquête détaille aussi les exactions commises par le seigneur de Langoiran.

193  Didierjean 1988, Marquette 1990.

194GCSM, n° 527.

195  Piat 1995, 78-79, Boutoulle & Piat 2006.

196  Gardelles 1972, 232.

197  Rabanis éd. 1847-1848.

198  Gardelles 1972, 49-50.

199GCSM, n° 17.

200Ste-Croix, n° 3.

201GCSM, n° 1278 et 1279.

202Ste-Croix, n° 18.

203GCSM, n° 16, Si quis aliquam iniuriam monachis seu clientibus suis intulerit aut calumpniam rebus eorum fecerit et ab illis defensoribus inquisitus iuxta quod proceres iudicaverint facere noluerit, statim ultionem expectent et vindictam in illum pervasorem facient.

204GCSM, n° 14 et 19 : omnes peregrini et qui ad orationem illuc venerint in tota via eundo et redeundo securi sint, similiter et mercatores qui ad feriam vel ad mercatum illuc venerint.

205GCSM, n° 14 : nullus comes nullaque comitalis personna ullam justiciam aut quicquam juris habeat sed omnia ad comitale jus pertinentia semper ipsa ecclesia possideat ; GCSM, n° 17 : justicia proprie ad ipsum comitem pertinebat.

206GCSM, n° 13 : quicquam juris vel advocationis sive dominationis audeat exhibere, non violentiam cuilibet inferre, non theloneum aut vadimonium capere nec judicium aut justiciam juste vel injuste exercere.

207GCSM, n° 20.

208GCSM, n° 395 : in presentia Willelmi Aquitanie comitis, nobis omnibus non ipsius comitis presentia constrictus.

209St-Seurin, n° 26 : placitavi, et utrisque partibus audita querimonia recte affirmaverunt dono patris matrisque mee numquam me amplius recuperaturum. Ideoque, quamvis parvulus tenera etate et sensu, non timore Domini sed timore ducis nostri supradicti, volens nolens dimisi.

210La Réole, n° 64 : cujus querimoniis comes condescendens, Bernardo vicecomite, legatos sine mora transmissit, ut de hoc et de aliis multis que adversus eum male egerat, satisfactionem plenarium sibi faceret.

211  Ce n’est pas une vision si éloignée de la justice comtale des articles 6, 14, 21, 25, 28 et 37 des fors de Bigorre, avec un comte qui reçoit les plaintes, ne juge pas et perçoit les amendes de 65 sous.

212GCSM, n° 477.

213Anc. Coutumes La Réole, n° 1, 38.

214  PCSM, p. 129.

215  Dans les fors de Bigorre, cette prestation reposait aussi bien sur les hommes libres que sur les monastères (Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, §14, 17, 19).

216Higounet 1963, 52 et 306-308.

217AD33, G 335: terciam partem camere seu monete.

218  D’après une confirmation de la reine Aliénor passée en 1199 et 1204 l’archevêque de Bordeaux avait reçu des ducs Eudes et Sanche un tiers de ces revenus (terciam partem camere vende et monete Burdegelensis, St-Seurin, n° 351), ce que confirment des notices du cartulaire de Saint-André des années 1220 (St-André, f 62-63).

219  Boutoulle 2003b, 62. Des monétaires vivant dans le voisinage et dont le cartulaire de Saint-Seurin a conservé la trace, l’un, nommé Jordan, est présenté comme monetarius de Sancti Severino (St-Seurin, n° 64, 1103-1131). Peut-être en raison d’une réactivation du vieil atelier de Saint-Étienne, Higounet 1963, 301.

220GCSM, n° 104, 127, 788-792.

221GCSM, n° 287, 289, La Réole, n° 61, 62, 106 (1138-1145), St-Seurin, n° 103 ; Anc. coutumes de La Réole, n° 49-53 (1187-1188).

222  Saint-Ciers-la-Lande (auj. Saint-Ciers-sur-Gironde) et Saint-Palais (Baigne n° LXXIII), GCSM, n° 548.

223GCSM, 68, 158, Liber rubeus, p. 64-65.

224La Réole, n° 94 (1095-1099).

225  Langon, GCSM, n° 688 (1126-1155) ; Balendraut, La Réole, n° 118 (1170-1182).

226  AD 33, G 83. Pour la datation, voir Gallia II, col. 928.

227GCSM, 287: si moneta cambiaretur, redderetur morlani XII ad triginta duos Burdegalensium.

228La Réole, n° 94 (1095-1099) : si vero Burdegalensium moneta non fuerit de medietate tunc temporis, reddantur nobis de Petragoricensium moneta.

229GCSM, n° 301, 268 (1128-1140), 570 (1126-1155), Ste-Croix, n° 83 (1132-1138), La Réole, n° 76 (1141). Attesté également un peu plus tard entre 1178 et 1204 (70 sous nove monete, Ste-Croix, n° 83b.).

230Ste-Croix, n° 83 : monete tunc existente, IV denariorum (4 parties d’argent fin au lieu de 12, soit un tiers du titre) ; La Réole, n° 76, in vadimonium dedit pro CCC sol, nummorum de medietate (la moitié du titre soit 6 deniers au lieu de 12).

231GCSM, 287: si moneta cambiaretur redderetur morlani XII ad triginta duos burdegalensium .

232GCSM, 281.

233Ste-Croix, n°83: monetam quatuor denariorum aut sexdecim marcas argenti reddant. GCSM, 286, reddat duas marcas fini argenti . Sur l’équivalence du marc voir aussi GCSM, 553.

234AD33, G 335, f 1: navium liberum ab omnis theloneis a Mauritania usque ad Lingonem.

235AD33, G 335: terciam partem thelonei de Boies.

236GCSM, 13: libertatem ut semper singulis annis liceat eis per Gerundam fluvium navigio transcendere quo libuerit decem modios salis pro adquirenda annona ceterisque sibi necessariis.

237AHG, XLIX, n° IX : semel in anno unoquoque navis unius vinerarie consuetudinem.

238Ste-Croix, n° 7 (1127-1137) : unoquoque anno omnes consuetudines trium modiorum salis que mihi contingunt, scilicet La Poyada et Fromentade et omnes reliquas consuetudines. Le toponyme Puyaduy de las Salineyras est attesté au xive siècle : Drouyn 1874, 139. Boutoulle 2003c.

239  Boutoulle 2003c.

240GCSM, n° 21 (1087-1127) : ut si quando apud Burdegalam vel Boyas pisces emerent, debitum sibi nequaquam redderent et apud Boyas sepias vel alios quoslibet pisces emendi liberam facultatem haberent.

241Villard éd. 1973, n°61.

242Larrea 1998, 253.

243GCSM, 13.

244St-Seurin, n° 131 ; GCSM, n° 63 (sinodales autem redditiones et paratas et justicias ab temporibus antiquis constitutas nobis et archidiaconis nostris, 1107).

245  Cursente 1998, 141 ; Cursente 2004, 86 ; Pon & Cabanot 2004, 74-75.

246AHG, III, n° II (p. 44), t. 49, n° IX (p.320), AD 33 H 2013 : do... videlicet omnis annone et vini, carnis quoque et universorum meorum apud Burdegalam secundum jus redditum ex integro decimam.

247  La cathédrale de Dax bénéficia du même privilège, Cabanot & Pon éd. 2005, n° 2.

248AHG, XLIX. Il n’est plus possible de comparer la transcription faite par A. Cluzan avec l’original qu’elle a utilisé, une “copie du xiie siècle” dont on a perdu la trace. C’est d’autant plus frustrant que, d’une part l’autre version de la donation ducale, transcrite dans le tome 3 des AHG à partir d’une copie du xviiie siècle (AD 33, H 2013), ne comporte pas cette liste de res et de revenus et que, d’autre part, la leçon dont s’est servie A. Cluzan comporte un blanc laissant planer une ambiguïté sur la nature de cette decima (que mihi jure exeunt in pago Burdegalensi videlicet de quinze(…)bueto de quo exeunt. C solidos de Lodors, X solidos et due quarterie de civada de Brogia…). Une large partie de ces localités reste difficile à localiser (Cassagne 1993).

249AHG, XLIX, n°IX.

250AHG, XXI, n°I ; Mouthon 1993, 157 ; Piat 1996, 169.

251Ut meorum cuilibet feodalium prefate beate Martini basilice quicquid meis de beneficiis videlicet fiscis concedere voluerit, libere concedere liceat et contra ejus donationem nullius unquam contradictio valeat.

252  Deux versions du même privilège. GCSM, n° 14 : ut quicumque de me fevum tenuerit et eidem ecclesie dare voluerit licenter faciat quod ipsa ecclesia semper allodialiter possideat; GCSM, n° 17: quicumque huic loco ex comitali fevo aliquid voluerit conferre, concessit ipse comes ecclesie Silve Maioris illud semper allodialiter possidere.

253Conques, n°481: quicquid deinceps ab aliquo in terra mea ad ipsam beate Fidis salvetatem datum fuerit ingenue concedo, dono securitatem semper et ingenuitatem per totam terram mea.

254GCSM, 402.

255AHG, XLIX, n° IX.

256GCSM, 19 (1087-1095).

257St-Seurin, 7 (1160-1180), legem ut quicumque comes in hac patria constitueretur apud hunc locum, ob honorem Sancti Severini, gladium suum super altare ipsius poneret et cum vexillo et eodem gladio comitatum a santo Severino reciperet et per omne tempus quicquid magni vel in prelio vel in alio negotio facturus esset per auctoritatem et licentiam talis patroni faceret.

258  Contrairement à l’opinion de R. Mussot-Goulard 1982, 164. Les pièces du cartulaire qui rapportent la prise des armes sur l’autel de Saint-Seurin par les ducs de Gascogne du début du xie siècle sont des forgeries de Rufat (n° 6 et 9).

259  Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 1 et 2.

260  Dufour éd. 1992, n° 220 ; Suger 1929, 116.

261  Geoffroi du Vigeois, éd. Delisle 1877, 482-483 et ordo ad benedicendum ducem Aquitanie (RHF, XII, 452-453) ; Richard 1903, t. 2, 152-153 ; Aurell 2003, 134 ; Treffort 2000, 422 ; Barrière 1999, 14 ; Rouche 1979, 381-382 

262  Boutoulle à paraître a.

263  Boussard 1956, 312-330. Sur les pays voisins voir Debord 1984, 178-180.

264GCSM, 1.

265GCSM, 18.

266  Voir le schéma de filiation des Bordeaux, p. 362-363.

267GCSM, 870, 871.

268Verdon éd. 1979, 197.

269RHF, t. XV, p. 514. De praepositura Burdegalae civitatis quid erit? Locus enim vacat et terra laborat et hoc et in aliis vestram praestolamur voluntatem, quam petimus nobis scripto significari.

270GCSM, n° 1, 14, 395 (Raoul) ; GCSM, n° 19, AD 33, G 335 f 1 (Gaillard) ; Ste-Croix, n° 3 ; Conques, n° 481 (Guilhem) ; Ste-Croix, n° 7 (Pierre).

271RHF, t. XV, p. 515.

272GCSM, 20.

273GCSM, 557; GCSM, 377: fecit clamorem ad prepositum Burdegalensum et judicio convicti sunt ante prepositum; St-Seurin,72.

274GCSM, 19.

275GCSM, 481: apud Burdegalam, ante Willelmum clericum de Lopa qui justiciam de Lopa a preposito Burdegalensis tenebat.

276St-Seurin, n° 72.

277Ste-Croix, n° 36.

278GCSM, n° 557 (1106-1119), St-André, f 84v., Boutoulle 2003c.

279RHF, t. XV, p. 499.

280RHF, t. XV, p. 499 : in fortitudine autem clientes quod vobis visum fuerit de terra nostra an de vestra mittere placeat qui tamen de regalibus viri procurentur; p. 515, nec ipse nec ceteri qui cum eo erant clientes, procurationem prout opportet habere poterant.

281  Rabanis éd. 1847-1848.

282La Réole, n° 94, 150 (Bertrand de Taillecavat, miles), n° 130, 131, 144 (Gautier de Taillecavat, moine), n° 82 (Senhoret de Taillecavat, son épouse Elie, leurs fils Donat, moine, Bertrand et Rufat, 1170-1182).

283GCSM, n° 52 (1079-1095), n° 55 (1095-1106), n° 61 (1095-1102), n° 342 (1106-1119), n° 347 (1106-1119), n° 396 (1090-1121), n° 398 (1106-1119), n° 401 (1102-1130), n° 564 (1106-1119).

284  Son épouse, Centicurrunt apparaît à 2 reprises, mais aucun enfant du couple n’est signalé (GCSM, n° 342, 397).

285GCSM, 3, 61, 85, 88, 130, 136, 159, 160, 321, 428, 502, 517.

286GCSM, 136.

287GCSM, n° 224. En 1209, Bernard d’Escoussans rendait hommage au roi-duc pour les terres et les tènements qu’il tenait de lui (Rot. litt. claus., 170).

288  Voir notre schéma de filiation des Escoussans, n° 11, p. 368.

289GCSM, 6, 9.

290GCSM, 6, 8, 9, 26, 27, 29, 33, 39, 231, 276. À quoi il faut ajouter l’église de Saint-Germain, donnée à l’abbaye de Vaux (cart. Vaux, n° XII).

291GCSM, n° 42.

292GCSM, n° 30.

293GCSM, n° 33, 34.

294GCSM, n° 272.

295  Bonnassie 1990, 285.

296RHF, t. XV, p. 499-500, Sciat amicitia vestra, quod partibus Burdegalensibus nuper affuimus et cum domino archiepiscopo locuti fuimus, et cum baronibus terre illius, quam valde disturbatam invenimus. Praetorem autem quem misistis, noscat amicitia vestra, numquam in pace sustinerem: sed dominus archiepiscopus et nos consilium habuimus, quatinus unum de nobilibus illius terre poneremus, qui restitueret domos quae valde dirutae sunt et moenia fortitudinis.

297St-Seurin, n° 72 (1124), cuidam juveni Petro, a Guillelmo Amanevi, Guillelmi prepositi filio, consulatum tenenti.

298GCSM, n° 10.

299GCSM, n° 13.

300Avec Guy Geoffroy: AHG, XLIX, n°IX; Gallia I, inst., col. 323; GCSM, 1b, 13, 13 b. Avec Guilhem IX: AD 33, G 335, f 1; Conques,481. Avec Guilhem X : GCSM, n° 43 ; Ste-Croix, n° 92.

301RHF, t. XV, p. 515.

302  Fossier [1982] 1989, t. 1, p. 388, Débax 2005, 11.

Table des illustrations

Titre Fig. 5. Le domaine ducal du XIe au début du XIIIe siècle en Bordelais et en Bazadais : essai de restitution.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Fig. 6. Bordeaux du XIe à la fin du XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 8. L’entourage ducal de Guy Geoffroy à Guilhem X en Bordelais et Bazadais.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search