Version classiqueVersion mobile

Le duc et la société

 | 
Frédéric Boutoulle

Introduction générale

Texte intégral

La société des laïcs

  • 1  Cursente éd. 1992, 288, d’après Lacave et al. éd. 1899.

1Dans nos représentations de la société féodale, celle des xie et xiie siècles, les chefs des principautés, comtes et ducs, n’occupent pas la place d’honneur. Coupables d’avoir dépossédé la royauté de ses prérogatives régaliennes aux ixe et xe siècles, ils n’ont pas eux-mêmes su juguler la prolifération des pouvoirs locaux au profit d’une multitude de seigneuries ayant privatisé l’autorité publique. Entre autres symboles de ce recul, le meurtre du comte de Gascogne par Raimond Paba, un chevalier (miles) du Bazadais, dans le premier tiers du xie siècle1 ou les difficiles tractations du duc d’Aquitaine, Guillaume V (c. 993-1030), face aux puissants châtelains de son comté que nous détaille le Conventum Hugonis. Cette vision des choses, ce fut d’abord celle de l’historiographie positiviste et post-positiviste focalisée sur les événements, les personnages et les institutions du passé. Elle a été renforcée par les travaux des historiens qui, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, se sont attachés à modéliser et à périodiser la révolution châtelaine des xe et xie siècles.

  • 2  Macé 2000, Chawuou 2001, Aurell 2003, Davy 2004, Bec 2004.

2Les réflexions de ces dernières années ont amendé les côtés trop systématiques de ce schéma grâce à l’élargissement du champ du politique et par l’intégration à celui-ci de la société, l’économie et les mentalités, des champs que les historiens marqués par l’école des Annales avaient souvent investi indépendamment du premier. Ces approches renouvelées, particulièrement fécondes sur le Bas Moyen Âge, permettent de dépasser l’écran des institutions, et de voir les théories politiques, les idéaux des élites et les réseaux des acteurs sociaux. En amont, change aussi le regard sur les comtes et les ducs du Moyen Âge central. Citons parmi les derniers travaux ceux de Laurent Macé qui a mis en évidence les réseaux et les thèmes politiques construits autour des comtes de Toulouse ou ceux de Gilduin Davy sur la puissance normative des premiers ducs de Normandie2.

3C’est dans ces perspectives que se place notre étude. Dépourvus de comte propre depuis la fin du xe siècle et intégrés après le milieu du xie siècle aux larges possessions des comtes de Poitiers et ducs d’Aquitaine, le Bordelais et son voisin le Bazadais passent pour avoir souffert d’une absence précoce et durable de l’autorité princière. Il est vrai qu’à l’inverse des zones plus méridionales, Bigorre et Béarn, tôt dotées de fors, nul texte ici ne délimite les droits et devoirs des habitants vis-à-vis de leur comte avant le xiiie siècle. Il serait inexact de dire que ce regard sur le politique dans deux comtés sans comtes a constamment orienté nos réflexions. Comme souvent, c’est en cours de route, au fil de la mise en ordre de la documentation compulsée, que se sont dessinées les lignes de force d’un travail qui, à ses débuts, n’avait pas d’autre ambition que de combler un pan méconnu de l’histoire méridionale du Moyen Âge central, celui de la Gascogne bordelaise des xie et xiie siècles. Mais peu à peu, face aux discordances entre un thème récurrent de l’historiographique régionale et ce que nous enseignent les sources, a pris corps cette interrogation : pourquoi, dans des territoires où il s’arrête rarement, le duc d’Aquitaine de la seconde moitié du xie ou du xiie siècle a pu rester en Bordelais une figure majeure et conserver une autorité finalement peu contestée ?

  • 3  Barthélemy 1993, Bonnassie 1990, Chédeville 1973, Duby [1953, 1971] 1982, Debord 1984, Fossier 196 (...)
  • 4  Boutruche 1947, Trabut-Cussac 1972, Marquette 1975-1979.
  • 5Mussot-Goulard 1982.
  • 6Boutruche 1947, Higounet 1968, id. 1976, id. 1979.
  • 7  Fossier [1982] 1989, Salrach 1998, 354 ; Debord 2000, 23 n. 11, où les travaux de R. Boutruche sur (...)

4Cette partie de Gascogne est en effet une de ces régions où, faute d’investigations aussi poussées que pour bien de ses voisines, la société et l’organisation des pouvoirs du Moyen Âge central restent largement inconnus3. Cet ensemble ne manque pourtant pas de travaux de fond, mais qu’il s’agisse des études de Robert Boutruche, sur le Bordelais pendant la guerre de Cent Ans (1947), de Jean-Paul Trabut Cussac, sur l’administration ducale de la Gascogne anglaise (1972), ou de Jean-Bernard Marquette, sur le lignage des Albrets (1975), ils couvrent principalement la fin du Moyen Âge, du milieu du xiiie siècle aux xive et xve siècles4. En amont, Renée Mussot-Goulard a pu exploiter les données antérieures au xie siècle des cartulaires de la région, mais sa thèse sur Les princes de Gascogne ne va pas au-delà du milieu de ce siècle5. De manière plutôt paradoxale, les grands spécialistes “bordelais” des xie et xiiie siècles qu’ont été R. Boutruche, historien de la seigneurie et de la féodalité, et le précurseur que fut Charles Higounet sur l’occupation du sol et le peuplement ont laissé en friche un terrain qu’ils n’ont investi qu’à la marge. L’Alleu en Bordelais du premier comme les quatre articles du second sur l’aristocratie de la fin du xie siècle et du xiie tiennent lieu de références locales6, toujours citées dans les synthèses de Robert Fossier à Josep Maria Salrach, alors qu’ils n’ont pas le volume des grandes thèses contemporaines sur la Catalogne, la Provence, l’Auvergne, le Chartrain, ou les pays de la Charente7.

  • 8  Boussard 1956, 312 “en Gascogne à cette époque les textes sont d’une telle pauvreté et les archive (...)
  • 9  Marquette 1979.
  • 10  Faravel 1991, id. 1999. Signalons aussi, dans un cadre généalogique, les recherches de Michel Sman (...)

5Ce décalage a surtout des raisons documentaires. Non que les archives manquent ainsi que le voudrait la réputation de désert textuel que l’on accole habituellement à la Gascogne pour justifier l’absence de travaux8, mais parce que le principal des cartulaires de notre région, le Grand cartulaire de La Sauve Majeure à la publication duquel Ch. Higounet s’est consacré depuis le début des années 1960 a été menée à bien par Mme Arlette Higounet, en 1996, soit huit ans après la disparition de son époux. Dans l’intervalle, et dans le sillage des travaux sur les sociétés méridionales du Moyen Âge central dont Ch. Higounet fut un des initiateurs, J.-B. Marquette a révélé l’importance au milieu xiiie siècle du groupe des “hommes libres du roi”, formé d’alleutiers en butte au resserrement de la puissance ducale9. Sur un autre registre, en suivant l’évolution de l’occupation du sol et du peuplement du Bazadais septentrional, Sylvie Faravel a pointé, derrière la structurelle pérennité de l’habitat dispersé, la faible capacité des seigneuries à modifier la texture de l’habitat et de la société, comme si, à l’inverse des pays voisins de la Charente étudiés par A. Debord, la “révolution châtelaine” du xie y avait eu moins de prise10. Au regard de ces contributions, la société et l’organisation des pouvoirs des xie-xiiie siècles de cette région semblent avoir échappé aux schémas traditionnels.

  • 11  Richard 1903. Dillange 1995 ne s’en démarque pas. Il n’en va pas de même pour le Poitou : dernière (...)
  • 12  Schmitt & Iogna-Prat 2003, 423 ; Guerreau 2001, 267-270.

6Pour comprendre les spécificités relevées ou pressenties de la Gascogne bordelaise des xie et xiie siècles, il n’eût pas été opportun de focaliser notre regard sur les seuls ducs, à la manière des itinéraires du xixe siècle ou des Comtes de Poitiers d’Alfred Richard, un ouvrage qui reste à ce jour la dernière étude d’envergure entreprise sur les actes ducaux dans la Gascogne sous les premiers ducs d’Aquitaine11. Certes, compte tenu de l’ancienneté de cette enquête, avons-nous dû reprendre le dossier. Mais, pour ne pas paraître sacrifier au culte des grands hommes et mieux en apprécier le pouvoir, il faut élargir le regard vers la société, vers les groupes sociaux, non seulement pour en saisir les relations avec le duc mais aussi pour tenter d’en appréhender les structures propres. Il est vrai que depuis Marc Bloch et l’école des Annales, malgré la fragmentation accrue des champs disciplinaires, le besoin de saisir la société passée dans sa globalité garde toute son actualité et les emprunts aux sciences sociales, sociologie et anthropologie, y contribuent fortement12.

  • 13  Cursente 1992, id. 1998, id. 2004.
  • 14  Cursente 1998, 26-37.

7Ainsi, au sein d’une bibliographie fournie, les travaux de Benoît Cursente sur la Gascogne méridionale du Moyen Âge central ont révélé une société singulière. S’attachant à déterminer aussi bien la texture de l’habitat que l’organisation de la société B. Cursente a pu démontrer le caractère relatif des académiques divisions ternaires et toute la complexité de l’édifice social, à travers l’existence d’une large strate d’indétermination entre l’aristocratie et la paysannerie dans laquelle évoluaient aussi bien les “abbés laïcs” que les “hommes des casaux”13. Cette consistante couche de maisons dominantes a constitué le socle d’une société originale, surtout circonscrite au bassin de l’Adour, qui s’est perpétuée depuis le “temps des cartulaires” (1050-1250) jusqu’à la fin de l’Ancien Régime14.

  • 15  Iogna-Prat 1998, Guerreau 2001, 28 ; Baschet 2004, 149 et sq.
  • 16  Debord 1984. C’est aussi le titre de la thèse dont le présent ouvrage est issu.
  • 17  Cursente 2004.

8Notre étude embrassera la société des laïcs qui représentait, chacun le sait, l’écrasante majorité de la population. Quoique les cartulaires nous l’eussent permis, nous n’avons pas poussé la logique exposée ci-dessus jusqu’à son terme, en intégrant le clergé15. Pourtant, l’objet de cette recherche n’en est pas isolé. Quelle que soit l’admiration que l’on éprouve à la lecture de la thèse d’A. Debord, il faut bien admettre que la “société laïque” du xie siècle est une fiction16. La distinction entre ordo clericalis et laïcs a tardé à suivre les injonctions grégoriennes et qu’il s’agisse de la gestion du système ecclésial (à travers le patronage sur les églises et la perception des dîmes), des recrutements monastiques ou canoniaux, l’interpénétration des deux versants de la société n’avait rien de superficiel17.

  • 18  Débax 2003, Ravier & Cursente éd. 2005. Les actes des plus anciens du cartulaire de la commune de (...)
  • 19  Bull 1998 et Mazel 2002.

9Ajoutons que faute de disposer de cartulaires laïcs à l’image de celui des Trencavel ou de celui des comtes de Bigorre, nous ne pouvons pas ignorer les règles reproduites dans les seigneuries monastiques ou canoniales pour imaginer comment les laïcs arbitraient les conflits, géraient leurs domaines ou exerçaient le pouvoir sur les hommes18. Aussi, quoi que nous ayons renoncé à accorder à l’ensemble de l’Ecclesia la place qu’elle occupait dans la société régionale, poussant même l’ingratitude jusqu’à délaisser le petit monde des moines et des chanoines auquel nous devons l’essentiel de nos sources, nous ne négligerons ni les seigneuries ecclésiastiques ni les connivences entre l’Église et les laïcs, tissées notamment à partir de l’aristocratie19.

  • 20  Guerreau 2001, 26. Cf. infra chapitre 2.

10La société des laïcs que l’on peut appréhender par les textes couvre un large spectre. Pour la présenter à travers ses composantes, nous ne pouvons pas nous appuyer sur les distinctions déterminées par la richesse, les textes permettant difficilement d’apprécier les patrimoines. De même, les fonctions et les métiers sont rarement cités. Il ne paraît pas davantage pertinent de limiter les investigations à telle ou telle catégorie. Comment en effet appréhender l’aristocratie en faisant abstraction de l’autorité ducale ou des gens qui ressentaient sa domination ? Comment apprécier l’évolution du sort de la paysannerie sans connaître la nature et les changements des pouvoirs seigneuriaux ? C’est pourquoi l’on ne peut pas non plus dissocier l’étude de la société de celle des pouvoirs. La relation entre dominant et dominés définit justement le concept de dominium qu’Alain Guerreau place, après M. Bloch, au cœur de la société féodale20. Or, sauf en Bazadais septentrional, grâce aux éclairages de S. Faravel, l’exercice du pouvoir, dans ses formes et son organisation, est peu ou mal connu et l’autorité seigneuriale des xie, xiie et xiiie siècles, la façon dont elle était pratiquée, les lieux ou les espaces de commandement, demeurent dans l’ombre...

  • 21  Par exemple, Higounet 1968, id. 1979.
  • 22  Aurell 2005.
  • 23  Merton [1957] 1965.

11Notre recherche couvre donc deux champs parallèles. Nous nous sommes attaché à étudier les laïcs, d’abord à travers les différents groupes sociaux pour reprendre une notion fréquemment utilisée dans les années soixante21. Il s’agit certes d’un concept fourre-tout ; mais c’est précisément parce qu’il peut englober des réalités contrastées qu’il se prête à l’appréhension de catégories auxquelles les textes nous renvoient sans leur assigner de contours précis22. Du reste, l’aristocratie, la paysannerie et la bourgeoisie, que nous aborderons successivement, constituaient des parties de la société reconnues comme telles par une palette de termes (rustici, burgenses, nobiles, milites, principes..) et faites d’individus ayant de fréquentes interactions (des solidarités paysannes aux relations féodales), deux caractères qui correspondent aux critères de Robert K. Merton pour définir les groupes sociaux23. La notion de “groupe latent” peut également entrer en considération : il a existé au sein des groupes susdits bien des intérêts communs, allant même jusqu’à déterminer, situation extrême, la mise en place d’organisations chargées de les défendre (par exemple les communes urbaines).

  • 24  Wickham 2004.
  • 25  Guerreau 2001, 26.

12Les pouvoirs que les cartulaires nous donnent à voir entrent dans plusieurs registres. Il s’agit principalement de l’autorité seigneuriale, du duc à celle du seigneur de paroisse, que depuis G. Duby on appelle “seigneurie banale”24. En dehors d’éclairages ponctuels, la “seigneurie foncière” n’a pas été abordée telle quelle car il nous aurait fallu de plus larges investigations sur les patrimoines et les modes d’occupation du sol. Aussi, même si nous ne passerons pas sous silence la rente paroissiale dont on ne cesse de réévaluer l’importance en ces siècles centraux, nous laisserons aux travaux ultérieurs le soin d’aborder l’ensemble des aspects du dominium, en tant que concept englobant simultanément le pouvoir sur les hommes et le pouvoir sur la terre25.

Le temps des cartulaires

13Les sources disponibles sont principalement textuelles. Sans négliger les apports d’une l’archéologie médiévale en plein essor, nous nous appuierons surtout sur la documentation écrite qui, sur le sujet et la période que nous nous proposons de parcourir, présente une relative homogénéité. Comme dans le reste de l’Occident chrétien des xie et xiie siècles, la société du Bordelais est surtout dévoilée par les cartulaires ecclésiastiques, composés par des établissements cherchant à conserver la mémoire des biens acquis en aumône. Ces cartulaires fixent pour ainsi dire notre point de départ : c’est en effet dans les années 1070, à la faveur de l’arrivée dans la région des prescriptions “grégoriennes”, que l’on commence à disposer d’un flot ininterrompu de textes. Avant cette période les documents sont trop peu nombreux et difficilement exploitables, faute d’une datation serrée. Le terminus ad quem a été plus difficile à déterminer. L’année 1154, qui a vu l’accession au trône d’Angleterre d’Henri II Plantagenêt, le second époux d’Aliénor d’Aquitaine, n’offre pas une périodisation assez longue pour mesurer les changements survenus depuis les années 1070. D’autres dates “politiques” auraient pu être envisageables, comme la mort d’Henri II (1189), celle de son fils Jean sans Terre (1216) ou de son petit-fils Henri III (1272). Il aurait également été possible de choisir un terme documentaire en s’arrêtant aux belles séries de la chancellerie anglaise pour être en mesure de dresser un tableau final consistant (Rôles Gascons de 1242-1243, Recognitiones feodorum de 1274).

  • 26Foedera, conventiones 1821, Rotuli litterarum clausarum 1833, Rotuli litterarum patentium 1835, Ro (...)

14Si nous l’avons finalement fixé à 1199, ce n’est pas seulement parce que cette année qui clôt quasiment le xiie siècle correspond à celle de la mort de Richard Cœur de Lion, fils et premier successeur d’Henri II Plantagenêt (1189-1199). Il s’agit d’une flexure documentaire majeure. Certes, les cartulaires ecclésiastiques, gros pourvoyeurs de textes pendant le xiie siècle, continuent à en fournir ensuite, quoi qu’accordant une place de plus en plus importante aux actes de gestion du temporel (baux à cens, censiers, reconnaissances etc.). Mais avec le début du règne de Jean sans Terre commencent surtout les premières séries éditées de la chancellerie anglaise (Rotuli chartarum, rotuli litterarum patentium etc …) publiés au xixe siècle par Th.‑D. Hardy26. Les séries anglaises fournissent un flot continu de mandements, d’ordres de paiement, quittances etc., à destination du Bordelais (nous en avons compté près de trois cents jusqu’en 1225), qui changent assez radicalement l’angle d’observation. Sans nous priver des informations rétrospectives apportées par ces riches séries, il nous a semblé nécessaire de ne pas les considérer de la même manière que celles qui sont issues des cartulaires ecclésiastiques. D’autant que, et c’est une raison tout aussi importante, la société régionale changea aussi nettement à partir du moment où, en 1205 et 1206, s’émancipa et s’affirma la bourgeoisie des grandes villes (Bordeaux, La Réole), imprimant dès le début une marque singulière au nouveau siècle.

  • 27  Pour une présentation plus détaillée des sources, consulter la version originale de la thèse (t. I (...)

15Les quelques mille sept cent quatre-vingt-un actes retenus pour cette étude viennent de trente-sept établissements religieux, régionaux ou extérieurs à la région. La grande majorité (85 %) est issue de quatre grands fonds ecclésiastiques présentés sur la figure 127.

Fig. 1. Les principaux fonds documentaires ecclésiastiques.

Fonds

Localisation des sources

Nombre d’actes antérieurs à 1200

Couverture géographique

La Sauve-Majeure (abbaye bénédictine fondée en 1079)

- Grand cartulaire xiie-xiiie s., éd. Higounet 1996

- Petit cartulaire xive s. éd. Smaniotto 1988

- Liasses des AD 33

1059

10

Entre-deux-Mers bordelais et bazadais, plus, ponctuellement, environs de Bordeaux, Entre-Dordogne, Bourgeais, Pays Mêlé

Saint-Seurin (chapitre de chanoines, restauré fin xe s.)

Cartulaire xiie-xiiie s., éd. Brutails 1897

200

Environs de Bordeaux, ouest de l’Entre-deux-Mers bordelais. Plus, ponctuellement, Langonnais, Médoc

La Réole (prieuré bénédictin fondé en 977)

Copie moderne d’un cartulaire disparu, éd. Grelet-Balguerie 1864

149

Moyenne vallée de la Dordogne, Pays Mêlé, Entre-deux-Mers bazadais

Sainte-Croix de Bordeaux (abbaye bénédictine restaurée fin xe s.)

Copie moderne d’un cartulaire disparu, éd. Ducaunès-Duval 1892

125

Environs de Bordeaux, ouest de l’Entre-deux-Mers bordelais. Plus, ponctuellement, Médoc, Cernès

Cours et Romestaing (commanderies templières fondées c. 1160)

Cours : quatre cartulaires ou fragments de cartulaires + actes isolés

Romestaing : cinq cartulaires + actes isolés

65

Pays Mêlé

  • 28GCSM, n° 1169. L’abbaye de La Sauve-Majeure de sa fondation à nos jours, 1996. Le grand cartulaire (...)
  • 29Baigne 1868, St-Jean-d’Angély 1901, Garde 1916.
  • 30  Il s’agit des fonds régionaux d’Arveyres, Benon, Guîtres, Faize, Fontguilhem, Grayan, l’Isle-en-Mé (...)

16L’abbaye de La Sauve-Majeure, avec ses deux cartulaires, fournit à elle seule 59 % du corpus, ce qui représente une contribution à la mesure de l’importance de sa congrégation (fig. 2) : une bulle de Célestin III datée de 1197 énumère soixante-seize prieurés dans dix-sept diocèses de l’Angleterre à l’Aragon28 ! Les établissements urbains (Saint-Seurin et Sainte-Croix de Bordeaux, Saint-Pierre de La Réole) ont également fourni de beaux cartulaires. L’apport des commanderies voisines de Cours et Romestaing, arrivées sur le tard, n’est pas non plus négligeable. Mais à côté de ces larges pourvoyeurs il faut noter la modestie voire la nullité de la contribution de la grande majorité des établissements religieux. Si l’on excepte le fonds inédit de Saint-Florent de Castillon que nous présentons en annexe, “gonflé” par une vingtaine de sèches analyses, les quinzaines d’actes recueillis des fonds de Saint-Romain de Blaye, La-Lande-de-Pomerol, Saint-Jean-d’Angély et Saint-Étienne de Baigne pour leurs possessions dans la région29, la grande majorité des établissements religieux ayant livré des textes (vingt-huit sur trente-sept) limitent leur apport à quelques unités30.

Fig. 2. Établissements religieux et principaux fonds documentaires en Bordelais et Bazadais au XIIe siècle.

Fig. 2. Établissements religieux et principaux fonds documentaires en Bordelais et Bazadais au XIIe siècle.
  • 31Gallia II, col. 322-323.
  • 32  BN ms. lat. 12773, p. 65 à 86.
  • 33AD 33 4 J 73.
  • 34Rabanis éd. 1848 ; AD 33, G 609 ; Wiederhold éd 1913,109 p. 154-156.
  • 35Gallia I col. 1220-1221, instr. col. 188-190.
  • 36  Du Bourg éd. 1883, 444.

17Ainsi, nous n’avons conservé du fonds de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame de Faize, fondée en 1137 par le vicomte de Castillon, que quatre copies publiées dans la Gallia31. Du cartulaire de l’abbaye augustinienne Saint-Romain de Blaye, encore signalé en 1681, il ne reste que des copies de quatorze actes, réalisées par les mauristes32. Le cartulaire de la cathédrale Saint-André, surtout composé de textes du xiiie siècle, n’en présente que quatre du xiie siècle33. Moins dotée encore, l’abbaye augustinienne de Saint-Pierre de Vertheuil, en Médoc, n’a laissé que deux textes (publiés), la copie d’un vidimus de 1571 rapportant une donation passée devant le duc Guy Geoffroy, en 1081, et une bulle d’Alexandre III datée de 1179, connue elle aussi par un vidimus de 147934. Même situation pour l’abbaye cistercienne de Fontguilhem, située dans la paroisse de Masseilles en Bazadais : la Gallia Christiana, notre seule source, nous a transmis la charte de fondation et deux lettres des évêques de Bazas, Geoffroy et Forton35. La commanderie templière d’Arveyres, fondée en Entre-deux-Mers bordelais peu avant 1170, n’a laissé que sa charte de dotation36.

  • 37  Bazas, Blasimon, Bonlieu, La Rame, Le Rivet, Montarouch, Pleineselve, Sainte-Geneviève de Fronsac, (...)
  • 38  BN 12773, p. 88 ; Teisseyre 1982a et 1982b. ; Gallia I, col. 1219, t. II, col. 885 ; Traissac 1961
  • 39  Tallet & Lamartinière éd. 1906.
  • 40BN ms. lat. 12773, 88.
  • 41Barckhausen éd. 1890, 403, n. 1.
  • 42AHG, XV, p. 28-29.

18Il reste enfin une quinzaine d’établissements religieux fondés avant la fin du xiie siècle n’ayant pas laissé de textes dans nos limites chronologiques37. Ainsi n’avons-nous rien des abbayes bénédictines Saint-Maurice de Blasimon et Saint-Sauveur de Blaye, de l’abbaye augustinienne de Saint-Vincent de Bourg ou des abbayes cisterciennes de Bonlieu et du Rivet38… Parfois, c’est parce que le fond ne couvre pas la période que nous avons retenue. Ainsi, des vingt-cinq pièces du cartulaire du prieuré de moniales Sainte-Geneviève de Fronsac, dépendant de Saint-Ausone d’Angoulême, sont datées de 1209 à 126939. On l’a déjà noté, de nombreuses disparitions de cartulaires sont à déplorer comme ceux de Saint-Romain de Blaye, Saint-Sauveur de Blaye40, celui de l’hôpital Saint-Jacques de Bordeaux qui contenait au moins deux cent vingt-neuf folios ou le Grand Sancius de la collégiale Saint-Seurin de Bordeaux41. Il en est de même du Liber rubeus de la cathédrale de Bazas, encore utilisé au xviie siècle42. Il n’est d’ailleurs pas interdit d’espérer qu’à l’exemple du Liber rubeus de la cathédrale de Dax certains cartulaires refassent surface un jour.

  • 43Gallia I col. 1220-1221, Instrumenta col.188,190.
  • 44Gallia II, inst., col. 323 et 324.
  • 45Gallia II, col. 887-888
  • 46  A D 33, H 12 f 1 (vidimus de 1281-1282) ; Recueil des actes de Henri II, t. I, 118, GCSM, n° 1109, (...)
  • 47Tock 1993.

19Des chartriers ne nous sont pas parvenus : nous n’avons pas trouvé la trace des “anciennes chartes” utilisées par les auteurs de la Gallia pour reconstituer la série des abbés de Fontguilhem43, de Saint-Émilion (mention de sept “anciennes chartes”44), ou de Faize (au moins quatorze textes)45 . Du reste, les pertes ont également touché les grands fonds : ainsi avons-nous cherché en vain les privilèges de l’abbaye de La Sauve-Majeure, octroyés par Henri II, Aliénor d’Aquitaine ou Othon de Brunswick, connus par des copies ou des analyses du xviie siècle et qui ne figurent pas dans les cartulaires46. Mais les négligences ou l’indélicatesse n’expliquent pas tout. Au-delà des réticences individuelles, un effet de génération a certainement joué ; ainsi aucune des quatre abbayes cisterciennes de la région (Fontguilhem, Faize, Bonlieu et Le Rivet) n’a apparemment laissé de cartulaire, soit en raison de la modestie de leur temporel, soit parce qu’un tel travail ne paraissait pas conciliable (du moins à l’origine) avec l’idéal de cénobitisme des premiers frères de saint Bernard47.

  • 48Clanchy [1979] 1993, Geary 1996, Zimmerman 2003, Chastang 2001.
  • 49  Cursente 2003, Barthélemy 1997.
  • 50  À l’heure où nous achevons cet ouvrage, signalons les récents travaux de P. Henriet sur le cartula (...)

20Il est une autre hypothèque qu’il serait souhaitable de lever sans tarder. Les cartulaires régionaux ont jusqu’alors plutôt été considérés comme de neutres recueils de chartes en attente d’un tamisage plus ou moins fin et dont on peut extraire une sélection de données textuelles sur la société, les peuplements, les lignages ou les seigneuries, dans le droit fil du positivisme. La récente thèse de Pierre Chastang à partir des cartulaires du Bas Languedoc, oriente plutôt la recherche sur les conditions de “l’encartulairement” en se plaçant dans le champ de l’histoire, de la culture et de la mémoire de leurs rédacteurs48 : les liens étroits apparaissent entre la production mémorielle, le contexte politique et les changements sociaux survenus entre la fin du xie siècle et le xiiie siècle. Sur ce point, B. Cursente a montré que les cartulaires de la Gascogne méridionale avaient enregistré à la fin du xie et au début du xiie siècle une forte proportion d’actes narratifs aux finalités mémorielles et idéologiques précises49. Plus au nord, rien de tel : les cartulaires du Bordelais et Bazadais sont dans l’attente d’une approche aussi novatrice50. Sans parler des éditions de la fin du xixe siècle, la plus récente, celle du Grand cartulaire de la Sauve Majeure constitue déjà en elle-même un travail d’édition considérable pour être assorti d’une réflexion sur les conditions de l’“encartulairement”. Aurait-on d’ailleurs pu la conduire raisonnablement ? Jusqu’aux récents travaux d’Hélène Couderc-Barraud, nous manquions en effet d’études neuves sur chacun des établissements religieux producteurs de cartulaires, surtout pendant les périodes de réalisation : le poids de la réforme dite grégorienne, la réception de la règle de saint Augustin ou l’influence du droit savant n’ont pas encore été suffisamment mesurés.

  • 51  Iogna-Prat 1991, 27.

21On pourra objecter que tant que ce travail d’étalonnage de la matière première n’aura pas été fait, tant que l’on n’aura pas réfléchi sur l’ampleur du tri et de la réécriture des actes ayant présidé à la constitution des cartulaires, on ne devrait pas prendre les données textuelles pour argent comptant. À propos des fonds clunisiens, Dominique Iogna-Prat a bien pointé les faiblesses de la méthode suivie par Georges Duby pour restituer la société du Mâconnais à partir des recueils de Bernard et Bruel51. Mais, outre que les traitements sériels auxquels nous avons soumis la documentation limitent (nous avons la faiblesse de le croire) les risques d’une approche passive, il faut bien à un moment donné commencer quelque part. Et tout bien pesé, on ne peut apprécier les conditions d’encartulairement qu’avec un arrière-plan événementiel et une vision assurée de l’évolution des rapports de pouvoirs que nous nous proposons justement de mener. En somme, face à d’aussi riches perspectives, on ne peut considérer la présente étude que comme une première étape vers de futures recherches sur les cartulaires régionaux.

22Nature et ventilation des sources

  • 52  Cursente 2003.
  • 53Ste-Croix, n° 1, Malherbe 1975, 715-730, Nortier 1986.
  • 54Ste-Croix, n° 2 ; La Réole, n° 109,110, 112 ; AD 33, G. 334, f 1 et 2. À quoi il faut ajouter les (...)

23Nos sources sont, d’un point de vue diplomatique, surtout des notices : les chartes représentent 9 % du fonds de La Sauve et 25 % dans celui de La Réole pour ne citer que deux exemples. Le caractère narratif d’une part importante de ces textes ne surprend pas, il a déjà été relevé52. Certes, il laissera toujours planer des doutes sur la réalité des transactions à la base de quoi les actes ont été rédigés, mais nous n’en faisons pas un critère de suspicion suffisant pour mettre en doute leur authenticité et les considérer comme des faux indignes de considération. Ainsi, les notices rapportant la fondation de Sainte-Croix de Bordeaux et de Saint-Pierre de La Réole, comme de celles qui relatent la dispute entre les moines de Sainte-Croix et de Saint-Sever sur la possession de Soulac, comportent-elles des interpolations d’actes authentiques53. Stricto sensu, nous avons relevé peu de faux ou forgeries ne pouvant être attribués à leurs auteurs et manifestement élaborés dans un contexte particulier, dans les années 108054. Enfin, d’un point de vue typologique, ces actes sont en majorité de donations : ainsi dans le fonds de La Sauve, les “donations” représentent 65 % des actes, les contentieux 19 %, les ventes 2,5 %, autant que les dons à cens ou les investitures. Il est vrai que ces catégories peuvent paraître artificielles : ainsi dans les donations trouve-t-on une large variété de situations (donations en alleu, avec reprise en fief, réserve d’usufruit…) ayant à construire des liens sociaux particuliers.

Fig. 3. Répartition chronologique des actes datés dans les principaux cartulaires de la région.

Fig. 3. Répartition chronologique des actes datés dans les principaux cartulaires de la région.
  • 55  Même constat à Cluny, Iogna-Prat 1993, 42-44.
  • 56  Barthélemy 1993, 9-126 ; Chastang 2001, 424.
  • 57  Gardelles 1990.

24La couverture chronologique, telle que l’on peut la reconstituer à la suite d’un travail de datation de la part importante d’actes non datés (sur la base des intervenants présents), fait nettement ressortir, à travers la part prépondérante de La Sauve-Majeure, l’essor de la production textuelle de la fin du xie siècle et l’importance de la première moitié du xiie siècle (fig. 3). Cependant, faute de connaître l’état des chartriers avant la rédaction des cartulaires (nous n’avons conservé que très peu d’originaux55), les modalités du tri et les critères de sélection des actes, il est difficile d’interpréter ces données. Les injonctions grégoriennes sur la “restitution” des biens d’église, particulièrement bien relayées par les légats Amat d’Oloron et Hugues de Die lors des deux conciles tenus à Bordeaux (1079 et 1080), expliquent certainement le premier gonflement, comme en Vendômois ou en Languedoc par exemple56. Mais des raisons plus particulières ont également joué : ainsi à La Sauve, peut-on interpréter l’importance des dons dans la première moitié du xiie siècle comme la conséquence de la popularité de l’abbaye en cette période, liée au renom de son fondateur et à la personnalité de l’abbé Pierre VII d’Amboise (1126-1155) qui fit procéder à l’élévation du corps de Gérard de Corbie et lancer le chantier de la nouvelle abbatiale57.

25La couverture géographique est inégale (fig. 2 et 4). Les ensembles sur lesquels nous sommes les mieux renseignés sur une longue période sont les environs de Bordeaux grâce aux établissements bordelais (Sainte-Croix, Saint-Seurin), l’Entre-deux-Mers bordelais (La Sauve-Majeure, Sainte-Croix), le nord et le sud de l’Entre-deux-Mers bazadais (La Sauve-Majeure, La Réole), une partie du Pays Mêlé (La Sauve-Majeure, Cours et Romestaing), le haut-Médoc (Saint-Seurin, Sainte-Croix), une partie du bas-Médoc (Sainte-Croix, L’Isle) et une part du Cernès (La Sauve-Majeure, Sainte-Croix). L’Entre-Dordogne comme le Fronsadais sont éclairés de façon ponctuelle (Guîtres, Saint-Florent, Pomerol, Saint-Émilion, Faize).

26Il reste donc de vastes zones sur lesquelles nous saurons peu de choses. Pour certaines, une faible occupation humaine explique l’absence d’implantation d’établissements susceptibles d’offrir des sources. Le pays de Born livre peu d’informations avant la fin du xiiie siècle, les Landes du Bordelais et du Bazadais ne sont pas plus éclairées, comme le pays de Buch (sauf l’embouchure de l’Eyre grâce à Saint-Seurin et La Sauve). Pour d’autres parties de la région dans lesquelles les densités humaines n’étaient pas négligeables à en juger par le tissu paroissial, les sources qu’avaient pu émettre des établissements religieux du cru ne nous sont pas parvenues : nous ne connaissons le Blayais que par les petits fonds des abbayes saintongeaises, les établissements de Blaye étant pour l’essentiel “défaillants”. Nous n’apprendrons pas grand-chose du Bourgeais à cause de l’absence des archives de Saint-Vincent de Bourg. La partie centrale de l’Entre-deux-Mers bazadais couverte par d’autres établissements pour nous muets (Saint-Ferme, Blasimon) est terra incognita comme le Bazadais à l’ouest du Beuve, qui a souffert de la disparition des archives de Bazas et du Rivet.

  • 58  Base de données constituées avec un logiciel 4D. Nous remercions vivement M. Yves Toullec pour sa (...)
  • 59  Guerreau 2001, 206-208, 303-305.
  • 60  Compte tenu de la longueur de certains abbatiats à la Sauve-Majeure, en particulier Pierre VII (11 (...)

27Ne pouvant, compte tenu des lacunes documentaires, prétendre à l’exhaustivité et pour tirer le meilleur parti de ce corpus limité, nous avons préféré verser les actes dans une base de données informatisée afin d’éviter l’importante déperdition d’information qu’entraînerait une lecture cursive ou un grappillage aléatoire58. Outre l’approche traditionnelle, consistant à accumuler et organiser des données sur tel ou tel lignage ou sur telle ou telle localité, cet outil offre l’opportunité de mieux percevoir les systèmes de représentation associés à quelques termes au large champ sémantique et sur lesquels butte l’historiographie (fevum, alodium, miles, rusticus, nobilis…)59. En somme de tenter de mener une statistique lexicale dépassant les comptages pour appréhender les cooccurrences et les segments répétés susceptibles de rendre moins opaque l’armature sémantique à laquelle nous sommes confronté. Cet outil permet aussi de régler un autre problème. Fréquemment, pour dater un acte qui ne l’est pas ou pour vérifier les propositions de datation de nos prédécesseurs, il n’y a pas d’autre recours que le repérage des intervenants (acteurs, témoins, cautions…). La base de données permet, à partir d’un index des personnes fondé sur plusieurs champs (noms, fonctions, parentés) et tenant compte de la grande variabilité des formes de nom, de rechercher rapidement les autres manifestations de tel ou tel individu, donc de le situer dans une fourchette chronologique permettant in fine de dater les textes où il apparaît. Ainsi, dans le Grand cartulaire de La Sauve où seulement 11 % des actes retenus sont datés au millésime et, dans l’édition Higounet, 39 % par abbatiat, la méthode basée sur les manifestations des moines et de laïcs référencés dans la base permet d’augmenter le taux d’actes datés par fourchettes chronologiques à 94 % de ce fonds60.

  • 61  La Chronique de Sainte-Colombe de Bordeaux rapportée dans le tome XVIII du Recueil des historiens (...)

28Les compléments attendus des sources narratives sont dans le cas de la Gascogne bordelaise plutôt modestes. Ce genre documentaire se limite à deux vitae du même personnage, une historia et deux chroniques d’utilisation délicate61.

  • 62Henschen & Papebroch éd. 1675, t. I, p. 414-423; Mabillon, Acta sanctorum p. 851-863 ; Patrol. La (...)
  • 63  Traissac 1996, 29.
  • 64  Henschen & Papebroch éd. 1675, t. I, 423-431. Traissac 2006.

29Le fondateur de La Sauve-Majeure, saint Gérard de Corbie a fait l’objet de deux vitae. La Vita prima a été rédigée pendant l’abbatiat de Pierre VII d’Amboise par un moine anonyme de l’abbaye (1126-1155)62. Elle devait appuyer la demande de canonisation du fondateur de La Sauve, lancée après l’élévation de son corps, le 21 juin 112663. Surtout consacrée à l’enfance et aux pérégrinations de son héros, c’est une œuvre qui apporte peu d’informations sur la société du Bordelais et du Bazadais : un quart du texte seulement est consacré à la vie de Gérard à la Sauve et à ses miracles post mortem. La Vita secunda, plus courte, a été composée entre 1180 et 1190 par un moine de la Sauve, nommé Chrétien ou Christian, certainement en vue de la canonisation du fondateur de La Sauve, proclamée le 27 avril 119764. Elle détaille davantage la vie de Gérard à La Sauve, se défie de certains miracles et dresse un état de l’organisation de l’abbaye à la fin du xiie siècle.

  • 65  Aurélien éd. 1880, Marquette 1997.
  • 66  Aurélien éd. 1880, 274, Quod sacrilegus legislator eorum Mahumetus auctor totius, qui nunc habetur (...)
  • 67Aurélien éd. 1880, 137, quia scolari deditus exercitio, non tam scribendi quam docendi; 296, sicu (...)
  • 68Chronique de Bazas, 1874, transcrite par E. Piganeau à partir de copies conservées aux archives mu (...)

30Le Baptista Salvatoris est une histoire de la relique de saint Jean Baptiste et sa (re)découverte à Bazas peu avant la consécration de la cathédrale par Urbain II65. Son auteur est un chanoine anonyme de Bazas arrivé en Gascogne et à Bazas, en 1136, après un séjour à Tolède où il avait pu lire “la loi de Mahomet”66; à Bazas, il dirigea l’école épiscopale puis accompagna l’évêque Fort Guérin à Rome pour contrer les prétentions de l’évêque d’Agen sur les confins orientaux du diocèse67. Son ouvrage, écrit à la demande du chapitre, fut repris par un chanoine de la cathédrale, Jean d’Ibarola, en 1530, et imprimé à Bazas chez Claude Garnier. De son propre aveu, d’Ibarola, a “corrigé et arrangé avec le plus de soin possible” l’unique exemplaire du Baptista à sa disposition sous le prétexte qu’il était “déchiré en mille endroits, embrouillé, tronqué, plein de fautes et d’une orthographe pitoyable”. En 1880 dom Aurélien réédita l’édition de 1530 avec une traduction. Cette source, dans laquelle il est difficile de repérer les ajouts d’Ibarola, offre de précieuses données sur le Bazadais du xie siècle et du premier tiers du xiie siècle. Le Baptista salvatoris a largement été utilisé par un autre chanoine de Bazas, Jérôme Géraud Dupuy, pour rédiger une chronique au début du xviie siècle, le Titulus Vasatensium68. Empruntant de larges passages au Baptista, la chronique de Dupuy l’a aussi prolongé au-delà de la consécration de 1096 en utilisant des sources aujourd’hui perdues comme le Liber rubeus de la cathédrale de Bazas.

  • 69  BNF, ms lat. 17733 ; Depoin éd. 1921.

31La Chronique de Guîtres est un texte composite rédigé à la fin du Moyen Âge, connu par deux manuscrits du xve et du xvie siècle69. Son auteur, anonyme, y a compilé des traditions et des faits venant de sources variées, issues d’archives perdues de ce monastère ou de la mémoire familiale des vicomtes de Fronsac, entre lesquels il a glissé des considérations personnelles ainsi que des emprunts à la geste des Quatre fils Aymon. Après une première partie consacrée à la fondation légendaire de l’abbaye par Yon de Gascogne et une seconde où l’auteur relate les circonstances de l’installation des premiers vicomtes de Fronsac (fin xe siècle), le texte présente les dispositions prises par les vicomtes et leur entourage lors de la dotation de l’abbaye, pendant le règne de Robert le Pieux. Parce qu’elle apporte des informations inédites sur un secteur et une période mal documentés, cette chronique mal connue suscite beaucoup d’intérêt ; elle soulève aussi bien des réserves, car il est particulièrement difficile de se prononcer sur le degré d’historicité de chaque strate d’information. Les travaux de recoupements et de validation des données factuelles sont à notre sens loin d’être achevés. Aussi ne peut-on utiliser cette Chronique qu’avec circonspection.

  • 70Historia pontificum, 1957.
  • 71  Verdon éd. 1979.
  • 72  R. de Hoveden, éd. Stubbs 1867.

32En complément, des sources narratives extérieures à la région fournissent quelques mentions d’événements survenus en Bordelais et en Bazadais, comme l’Histoire des comtes et des évêques d’Angoulême70, la Chronique de Saint-Maixent71, les Gesta Henrici secundi ou la Chronique de Roger de Hoveden72.

  • 73  Barraud 1996 à 2003. Selon D. Barraud en 1996 et 1997 “le Moyen Âge fait toujours l’objet d’opérat (...)
  • 74  À côté de l’opération programmée dirigée par I. Cartron et D. Castex sur le site de Jau-Dignac-et- (...)

33Il fut un temps pas si lointain où la documentation écrite constituait pour l’historien du Bordelais médiéval sa seule source d’information. Alors que jusqu’en 1996 les comptes rendus d’activité du Service régional d’Archéologie regrettaient la pauvreté des apports de l’archéologie médiévale pour le Bordelais et le Bazadais, le lancement depuis cette date de quelques opérations programmées et la multiplication de fouilles préventives, particulièrement à Bordeaux, nous placent dans des conditions radicalement différentes73. Pour notre période, ce renouvellement concerne principalement les aménagements de Bordeaux et, à l’extérieur, de quelques résidences aristocratiques (Bisqueytan, Pineuilh) présentées à l’occasion du colloque de Pau74.

Trois ensembles de pays gascons

  • 75  La récente (re)découverte du cartulaire de la cathédrale de Dax complète à propos les informations (...)
  • 76  Boutoulle 2005.

34Il nous reste à présenter le cadre de cette étude. Ce que nous appelons la Gascogne bordelaise est constitué des deux diocèses de Bordeaux et de Bazas réunis à la Révolution française pour constituer l’essentiel du département de la Gironde (fig. 4). Les cartulaires qui y ont été rédigés confèrent à cet ensemble sa singularité au regard de la relative sècheresse des sources du Périgord, de l’Agenais et du diocèse d’Aire avant le milieu du xiiie siècle75. La réunion des deux diocèses dans cette étude, comme dans le cadre départemental, n’est pas artificielle. Présentant l’un et l’autre des paysages similaires, ils ont, en plus d’avoir été fréquemment réunis au cours de l’histoire, été placés dans l’aire d’influence de Bordeaux, comme en témoigne par exemple la diffusion du denier bordelais en Bazadais du xie au xiiie siècle76. Notre étude intégrera donc les parties du Bazadais ou du Bordelais qui n’ont pas été englobées par le département de la Gironde, comme les anciennes paroisses de la rive gauche de l’Avance (entre Houeillès et Meilhan-sur-Garonne) ou le pays de Born, aujourd’hui Landais. Sans retenir l’archidiaconé de Sainte-Foy, aujourd’hui girondin mais autrefois agenais, la région étudiée recouvre cinq cent quatre-vingt-treize communes sur une superficie d’environ douze mille cinq cents km2.

Fig. 4. Les pays du Bordelais et du Bazadais.

Fig. 4. Les pays du Bordelais et du Bazadais.
  • 77  Sur les différentes acceptions territoriales de la Gascogne médiévale, Mussot-Goulard 1982, Boutou (...)
  • 78  Du Buisson 1876, 155 , Mussot-Goulard 1982, 136.
  • 79St-Jean-d’Angély, n° CCXCIX.
  • 80  Aurélien éd. 1880, 273, tandem in occidua Gasconiae parte portui appulerunt quem Solacum.
  • 81Recueil des actes de Henri II, t. I, 432-433 ; Epistolae S. Thomae Cantuar. Archiep. RHF, t. XVI, (...)

35La Gascogne à laquelle appartenaient Bordelais et Bazadais n’était ni l’ancienne Gascogne comtale (ou majorale) ni la province de Gascogne (ou province ecclésiastique d’Auch) parce que l’une et l’autre ne recouvraient que le Bazadais77. Le Bordelais, dont le chef-lieu commandait une province ecclésiastique comprenant la Saintonge, l’Angoumois, le Périgord et le Poitou, en était donc exclu. En revanche, Bordelais et Bazadais faisaient partie de la Gascogne linguistique : de nos jours encore, une forte concentration d’isoglosses calées sur le cours de la Garonne montre que l’on est sur une zone de contact. Le duché de Gascogne recouvrait également les deux diocèses. Avec le titre ducal, le comte de Bordeaux qui en était titulaire contrôlait plus ou moins directement un territoire s’étendant jusqu’aux Pyrénées : ainsi qu’il apert de la charte de fondation de Saint-Sever (988), le duc avait une suzeraineté théorique sur la Bigorre, l’Agenais, le Fezensac ou le Lectourois78. C’est pourquoi, dans le cartulaire de l’abbaye poitevine de Saint-Jean-d’Angély, les possessions de Vayres, en Bordelais, étaient-elles placées in Vuasconia79. Pour l’auteur du Baptista Salvatoris, Soulac, où aurait accosté la Dame de Bazas rapportant la relique du sang du Précurseur, était un port de la côte occidentale de la Gascogne80. Lorsque Aliénor d’Aquitaine ou Henri II Plantagenêt écrivaient une charte ou des lettres depuis La Sauve-Majeure et Saint-Macaire, en Bordelais, ils reconnaissaient être in Vasconia81.

  • 82  Roudié 2005, Bost 2005, Enjalbert 1960. La douceur générale des températures n’empêche pas les exc (...)
  • 83  Vielliard éd. 1938, 18-19.
  • 84  Cirot éd. 1912, paupertas terre.
  • 85St-Seurin, n° 159 ; Baurein [1784-1786] 1999, t. III, 190-191 ; Sargos 1997, 31-32.

36Baignés par un climat océanique dont Ausone a chanté la douceur, le Bordelais et le Bazadais font partie du bassin aquitain82 : ils présentent des paysages variés que l’on peut rassembler en trois familles. Une bonne moitié de la région est constituée de pays détritiques : ce sont les landes (du Bordelais et du Bazadais), le pays de Born et le Buch. De Vendays au nord, à Bazas et Casteljaloux à l’est, s’étend le sablonneux plateau landais aux molles ondulations et dont l’altitude, qui n’excède pas une quarantaine de mètres en Médoc, s’élève progressivement vers le sud-est (soixante-treize mètres à Hostens, quatre-vingt-neuf mètres à Captieux, cent trente-quatre au Douc de Paou à Lerm-et-Musset). Avant d’être drainés et plantés de pins au xixe siècle, ces sols podzoliques et fortement lessivés ne constituaient pas un milieu entièrement répulsif. Certes, les modestes rivières (l’Eyre et le Ciron) et les petits ruisseaux n’assuraient pas un bon drainage du plateau parsemé de lagunes. Les remontées de la nappe phréatique engorgeaient de façon plus ou moins permanente de vastes secteurs. Grâce au drainage, on distingue moins aujourd’hui la lande humide des plateaux à pente très faible où la nappe affleure, et la lande tourbeuse où l’engorgement est permanent. Aussi était-il recommandé dans le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, écrit vers 1139, de prendre garde aux “énormes mouches que l’on appelle guêpes ou taons et aux risques d’enlisement dans les sables”83. C’est certainement cette partie de la Gascogne qu’en 1206 le roi Alphonse VIII de Castille jugea trop pauvre pour mériter d’être conquise84. Cependant, la lande n’était pas qu’un vaste marécage : une agriculture pouvait se développer sur la lande sèche et à la limite des forêts galeries bordant les fleuves. L’association seigle-millet, caractéristique de l’agriculture landaise avec ses deux cultures annuelles, est attestée au milieu du xiie siècle à Caudéran, aux portes de Bordeaux85. La lande constituait, en outre, un terrain de parcours pour les bestiaux et ses végétaux (molinies, bruyères, fougères) fournissaient une litière entrant dans la composition de l’engrais.

  • 86  Jullian 1887-1890, t. III, 190 ; Higounet 1963, 79 et 210.
  • 87  Baurein [1784-1786] 1999, t. III, 351.
  • 88Ste-Croix, 1 (977-988) villam que vocatur Solaco (…) cum aquis dulcis de mare sallysa usque ad mar (...)

37À l’ouest, le plateau landais est délimité par un imposant cordon dunaire de quatre à dix kilomètres de large, dont la mise en place remonte à l’âge du bronze. Les dunes séparées par des creux interdunaires (les lettes) forment des systèmes variés pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres d’altitude. Les plus anciennes sont les dunes paraboliques sur lesquelles se sont développées, grâce à un horizon humique assez épais, des forêts mixtes de chênes et de pins, dont on tirait, depuis l’Antiquité, du bois et de la poix (forêts de La Teste, en Buch, ou de Biscarrosse en pays de Born)86. Pour les gens du pays il s’agissait de “montagnes” (montagne de La Teste87), dénomination dont on a la trace à Soulac dès les années 977-98888.

  • 89  Montaigne [1580-1595] 1969, l. I, 253, Baurein [1784-1786] 1999 , t. II, 63, t. III, 37, 353, 399.
  • 90Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny, t. I, 234 ; Jal 1999, 487-493.
  • 91  Baurein [1784-1786] 1999, t. I, 206.
  • 92Conques, p. 349.

38Dans ce milieu en perpétuelle évolution, les dunes avancent selon un rythme variable (cinq à quinze mètres par an) en recouvrant terres et villages. Le processus d’ensablement, surtout connu à l’époque moderne grâce entre autres aux témoignages de Montaigne et de Baurein (sur Soulac et le Porge)89 était déjà actif au Moyen Âge. Les procès-verbaux des visites des prieurés clunisiens montrent qu’au milieu du xiiie siècle, le prieuré de Saint-Nicolas de Grave, fondé en 1087, était ensablé et partiellement inaccessible90. Le prieuré d’Artiguestremeyre, voisin de Soulac, avait disparu sous le sable à la fin du Moyen Âge91, comme le prieuré et la sauveté de Mansirot, fondés en 1108, inter mare et stagnum 92.

  • 93  Baurein [1784-1786] 1999, t. II, 57.

39L’engraissement du cordon dunaire, alimenté par les énormes volumes de matériaux charriés par la dérive littorale, a profondément altéré l’arrière-pays. L’avancée des barkhanes et l’action des flèches littorales ont contrarié les embouchures de petits fleuves côtiers descendant du plateau landais. Cela a provoqué des inondations dans les dépressions à l’arrière des dunes et créé un chapelet de lacs et d’étangs, s’égrenant du lac d’Hourtin, au nord, à l’étang d’Aureilhan, au sud. Leur ennoyage est observable à l’échelle historique : le lac de Sanguinet a recouvert la station gallo-romaine de Losa ; en 1765 il a fallu abandonner l’église de Lacanau devant la montée des eaux, pour en construire une autre, sur une zone non inondable93.

40La seule ouverture non encore colmatée reste l’embouchure de l’Eyre, qui se jette dans le Bassin d’Arcachon. Cette vaste lagune de cent cinquante kilomètres carrés, composée de vasières découpées par une multitude de chenaux et de schorres, a elle aussi été altérée par la dynamique marine. Le cordon littoral, qui progresse vers le sud pour former aujourd’hui la presqu’île du cap Ferret, a transformé l’estuaire de l’Eyre en un delta pendant l’Antiquité et infléchi vers le sud-ouest les passes communiquant avec l’océan. L’antique Boios, installée au fond de l’estuaire, a été contrariée par l’ensablement de la basse vallée du fleuve, le recul du rivage et par la création de marais : au vie siècle de notre ère elle avait perdu son rang de chef-lieu de cité.

  • 94  Veyssy 2005.

41La Garonne, la Dordogne et leurs affluents (Isle, Dropt, Ciron) s’écoulent dans des vallées délimitées par des terrasses alluviales formées lors des dernières périodes glaciaires. Le réseau hydrographique s’écoule vers l’ouest jusqu’à une ligne partant de Guîtres, sur l’Isle, à Langon, sur la Garonne. La Garonne et la Dordogne se détournent ensuite vers le nord-ouest puis s’incurvent plus franchement vers le nord en se rejoignant dans un estuaire qui, en raison de ces spécificités hydrologiques, présente la singularité d’avoir une appellation propre94. Dans cette partie de leur cours, les deux fleuves sont particulièrement larges. Jusqu’à la construction du pont de pierre à Bordeaux (1811-1822), il n’y avait pas d’autres moyens que le bac pour franchir la Garonne.

  • 95  Par exemple, GCSM, n° 413 (vers 1106-1119, Bruges, usque ad mare), n° 721 (1182-1194, Le Tourne, i (...)
  • 96  Montaigne [1580-1595] 1969, t. I, 253.
  • 97  Gé et al. 2005.
  • 98  Baurein [1784-1786] 1999, t. I, 90, cooperta aquis.

42Outre une forte turbidité, l’estuaire de la Gironde présente un ample balancement des eaux ; le marnage atteint cinq mètres du Verdon à Cadillac et le flot remonte profondément sur cent soixante-dix kilomètres à l’intérieur des terres, jusqu’à Castillon-la-Bataille (autrefois Castillon-sur-Dordogne) et Castets-en-Dorthe. Les oscillations de la “mer”, une appellation attestée depuis l’Antiquité, facilite encore la remontée ou la descente des embarcations95. La faible pente détermine également les méandres de la Dordogne et de l’Isle. Les basses vallées constituent un milieu instable, fréquemment inondé96, même si c’est entre le xiie siècle et la fin du Moyen Âge, avec le relèvement du niveau des plus hautes mers de vives-eaux, qu’ont été immergées les plates-formes portuaires de Bordeaux97. À l’entrée de l’estuaire, la paroisse de Lilhan, attestée en 1274, était recouverte par les eaux et désertée au xvie siècle98. Dans cet environnement les îles sont mouvantes : Bourg-sur-Gironde était autrefois appelée Bourg-sur-Mer avant que l’île qui lui faisait face ne fût rattachée à l’Entre-deux-Mers, repoussant l’embouchure des deux fleuves à quelques kilomètres vers l’ouest.

43Les terroirs des vallées se développent sur des alluvions de texture variable. Sur les hautes et moyennes terrasses, les limons et les graves peuvent offrir de fortes potentialités agricoles, pour la vigne en particulier, alors que les épandages de graves grossières étaient laissés aux bois (Bosc Majou à Loupiac-de-La-Réole, Forêt de Bordeaux). En revanche, les palus, ces zones humides aux sols hydromorphes, s’étendent dans des cuvettes où l’altitude est inférieure au niveau de la mer. Avant leur assèchement, à partir de la fin du xvie siècle, les palus abritaient des biotopes variés, bois, prairies humides ou schorres à la salinité croissante vers l’aval.

  • 99  Modet 1992, 75.
  • 100St-Seurin, n°9.
  • 101Coquillas 2001, 51.

44Les palus occupent de vastes surfaces, de la pointe de Grave à Saint-Jean-de-Blaignac et Fontet99. Les eaux continentales, retenues par le bourrelet alluvial, s’y accumulent l’hiver en se mêlant parfois aux eaux fluviales apportées par les crues ou les marées à fort coefficient. Ainsi, entre 1010 et 1032, les terres données aux chanoines de Saint-Seurin dans la palu de Bordeaux étaient “recouvertes l’hiver par le flot de la mer100. En bas Médoc et en Blayais, les palus et les marais ont été mis en place sur d’anciens golfes et chenaux de la Gironde colmatés lors de la dernière transgression marine, provoquant de profonds remaniements à l’échelle historique. Entre l’Antiquité et le Moyen Âge, les îles de Talais et de Jau, correspondant à des affleurements de calcaire éocène ont été reliées au continent ; le golfe au fond duquel le vicus de Saint-Germain d’Esteuil, probable chef-lieu des Medulli, a été comblé par l’alluvionnement, comme les anciens chenaux de la Gironde101.

  • 102Bernard 1968.
  • 103Une escave in Garonem fluvio (GCSM, 245, 1079-1095), Loupiac (n°745-887, 1181-1194), Castillon (...)
  • 104  St-Romain-de-Mazerac (La Réole, n° 69, 1121-1143), Pessac-sur-Dordogne (GCSM, n° 654, 1095-1121), (...)
  • 105  Castillon (vers 1096-1106, GCSM, n° 956 ), Caudrot (n° 949, 1079-1095), St-Loubès (n° 436, 1095-11 (...)
  • 106St-Seurin, n° 34, 40, 115.

45La Garonne et la Dordogne ont toujours constitué les deux plus importantes voies d’échange de cette région102. Des embarcations que nos textes appellent navis, ancêtres des modernes gabarres et filadières, suivaient alternativement le flot et le jusant en se jouant des courants, particulièrement brutaux dans les phases de basculement ou en période de vives-eaux. En amont, le trafic était occasionnellement gêné par les pêcheries sédentaires (les escaves103) et à un moindre degré par les “nasses”104. Les ports sur lesquels s’appuyait la navigation (portus)105 n’étaient le plus souvent que de modestes havres de fortune aménagés au confluent des esteys, sur les berges mal aplanies et recouvertes, en raison de la nullité de la circulation résiduelle de l’eau, par une épaisse couche de vase. La remontée de la marée le long de ces modestes cours d’eau permettait à de petits ports de vivoter à l’intérieur des terres. Celui de Saulesse sur la Jalle de Blanquefort, attesté dès le xie siècle, était situé à six kilomètres de la confluence avec l’estuaire; il faisait face au port de Vimeney mentionné à la même époque, sur l’autre rive de la Jalle106.

46La partie orientale de la région est faite de plateaux calcaires, marneux ou assis sur des formations continentales (molasses et sables). Les altitudes se relèvent vers l’est et le sud sans dépasser cent soixante-trois mètres, point le plus élevé, à Cours-les-Bains. Les paysages du Blayais, Bourgeais, Fronsadais, Entre-Dordogne, Entre-deux-Mers, Pays-Mêlé, présentent des similitudes. Les plateaux y sont disséqués par de petits affluents en vallées plus ou moins larges : en Entre-deux-Mers septentrional, elles sont délimitées par des falaises taillées dans le calcaire stampien, alors qu’en Entre-deux-Mers central ou en Pays Mêlé, la molasse a donné des modelés plus amples. Cet ensemble présente une mosaïque de sols aux potentialités diverses. Les affleurements de sable de la Double saintongeaise ou du Landais sont aujourd’hui encore recouverts de bois. Sur les calcaires ou les molasses, on trouve principalement des sols lessivés à pseudogleys (boulbènes), de couleur claire, boueux en hiver, secs et se délitant en été ; avec les terreforts (sols bruns calciques), les boulbènes étaient laissés à la forêt qui s’étendait en de vastes massifs. Malgré les défrichements menés dans le sillage de l’installation de l’abbaye de La Sauve-Majeure (1079), il reste encore de vastes lambeaux de la Grande Forêt dont elle a pris le nom.

47Nous organiserons notre présentation en deux temps d’inégale durée. Tout d’abord, nous accorderons au “temps du dévoilement” toute l’importance qui lui revient. Il s’agit de voir, en plus d’une éventuelle spécificité locale, comment se présente la société et les pouvoirs seigneuriaux de la Gascogne bordelaise lorsque les textes commencent à les révéler et, ce faisant, de mieux apprécier leurs évolutions ultérieures. De manière à offrir à ce premier observatoire le maximum de profondeur nous l’avons étendu sur trois quarts de siècle, jusqu’au milieu du xiie siècle, soit jusqu’à l’arrivée des premiers Plantagenêts. Nous consacrerons donc le premier chapitre à l’autorité ducale à travers les actes des quatre ducs entre 1075 et 1152 (Guy Geoffroy, alias Guilhem VIII, Guilhem IX, Guilhem X, puis Aliénor d’Aquitaine et son premier époux, le roi Louis VII) afin de cerner la réalité de leur “absence”. Puis, il conviendra de voir comment, au niveau local, le dominium seigneurial assurait l’encadrement du pays, ce qui nous conduira à étudier, dans un troisième chapitre, les deux pôles de cette relation de pouvoir, c’est-à-dire le groupe aristocratique et les dominés, en l’espèce la paysannerie. Du large panel de liens sociaux qui structuraient la société, nous retiendrons dans un quatrième chapitre les modes de résolution des conflits et les relations féodales.

48La deuxième moitié du xiie siècle formera le décor des deux derniers chapitres. Avec le premier, nous reviendrons vers l’histoire politique pour voir comment avec les premiers Plantagenêts (Henri II et Richard Cœur de Lion) s’est produite ici aussi l’affirmation des pouvoirs princiers observée un peu partout à la même époque. Puis, dans ce temps du roi-duc, nous nous retournerons vers la société en nous focalisant sur ses transformations afin de voir leurs éventuelles relations avec l’action ducale.

Notes

1  Cursente éd. 1992, 288, d’après Lacave et al. éd. 1899.

2  Macé 2000, Chawuou 2001, Aurell 2003, Davy 2004, Bec 2004.

3  Barthélemy 1993, Bonnassie 1990, Chédeville 1973, Duby [1953, 1971] 1982, Debord 1984, Fossier 1968, Poly 1976. Plus récemment, Lauranson-Rosaz 1987, Larrea 1998, Cursente 1998, De Gournay 2004.

4  Boutruche 1947, Trabut-Cussac 1972, Marquette 1975-1979.

5Mussot-Goulard 1982.

6Boutruche 1947, Higounet 1968, id. 1976, id. 1979.

7  Fossier [1982] 1989, Salrach 1998, 354 ; Debord 2000, 23 n. 11, où les travaux de R. Boutruche sur le Bordelais sont classés parmi les “grandes études régionales” aux côtés de celles de D. Barthelemy, P. Bonnassie, M. Bourin etc.

8  Boussard 1956, 312 “en Gascogne à cette époque les textes sont d’une telle pauvreté et les archives ont subi tant de destructions qu’il est à peu près impossible de savoir les agents de l’administration seigneuriale”, Salrach 1998, 354.

9  Marquette 1979.

10  Faravel 1991, id. 1999. Signalons aussi, dans un cadre généalogique, les recherches de Michel Smaniotto sur les familles de l’aristocratie régionale, malheureusement peu diffusées (Smaniotto 1983, 1988, 1996, 1999).

11  Richard 1903. Dillange 1995 ne s’en démarque pas. Il n’en va pas de même pour le Poitou : dernièrement Treffort 2004, Bec 2004.

12  Schmitt & Iogna-Prat 2003, 423 ; Guerreau 2001, 267-270.

13  Cursente 1992, id. 1998, id. 2004.

14  Cursente 1998, 26-37.

15  Iogna-Prat 1998, Guerreau 2001, 28 ; Baschet 2004, 149 et sq.

16  Debord 1984. C’est aussi le titre de la thèse dont le présent ouvrage est issu.

17  Cursente 2004.

18  Débax 2003, Ravier & Cursente éd. 2005. Les actes des plus anciens du cartulaire de la commune de Bordeaux sont des franchises de 1199 : Barckhausen éd. 1890 ; AHG, I, n° LXXXIX p. 190, n° CXLVIII ; AHG, II, p. 263, 282, Baurein [1876] 1999, t. I., p. 127. Le plus ancien des actes du premier cartulaire laïc, celui d’Élie Carpentey le changeur, est daté de 1259 (AHG, XLIII).

19  Bull 1998 et Mazel 2002.

20  Guerreau 2001, 26. Cf. infra chapitre 2.

21  Par exemple, Higounet 1968, id. 1979.

22  Aurell 2005.

23  Merton [1957] 1965.

24  Wickham 2004.

25  Guerreau 2001, 26.

26Foedera, conventiones 1821, Rotuli litterarum clausarum 1833, Rotuli litterarum patentium 1835, Rotuli de oblatis et finibus 1835, Rotuli chartarum 1837, Rotuli de liberate ac de misis 1844, Rotuli litterarum clausarum vol. II 1844, Royal and other historical letters 1862.

27  Pour une présentation plus détaillée des sources, consulter la version originale de la thèse (t. I, p. 29-70).

28GCSM, n° 1169. L’abbaye de La Sauve-Majeure de sa fondation à nos jours, 1996. Le grand cartulaire a été édité par Ch. et A. Higounet en 1996, mais une édition inédite de M. Smaniotto présente le double avantage d’avoir daté par fourchette chronologique la grande majorité des actes du Grand cartulaire non datés et d’avoir également édité les actes du Petit cartulaire de La Sauve qui ne sont pas des doublons du Grand.

29Baigne 1868, St-Jean-d’Angély 1901, Garde 1916.

30  Il s’agit des fonds régionaux d’Arveyres, Benon, Guîtres, Faize, Fontguilhem, Grayan, l’Isle-en-Médoc, Le Luc (Verdelais), Pomerol, le Temple de Bordeaux, Saint-André, Saint-Émilion, Saint-Ferme, Saint-Florent-de-Castillon, Saint-Jacques-de-Bordeaux, Saint-Martin-du-Mont-Judaïque, Saint-Romain de Blaye, Saint-Vivien, Vertheuil, Villemartin. Auxquels il faut ajouter les fonds “extérieurs”, de Baigne, Chancelade, Cluny, Grandselve, Marmoutier, Montierneuf, Sainte-Foy-de-Conques, Saint-Jean-d’Angély, Saint-Pierre-de-Condom, Saint-Sernin-de-Toulouse, Saint-Sever, Vaux-sur-Mer.

31Gallia II, col. 322-323.

32  BN ms. lat. 12773, p. 65 à 86.

33AD 33 4 J 73.

34Rabanis éd. 1848 ; AD 33, G 609 ; Wiederhold éd 1913,109 p. 154-156.

35Gallia I col. 1220-1221, instr. col. 188-190.

36  Du Bourg éd. 1883, 444.

37  Bazas, Blasimon, Bonlieu, La Rame, Le Rivet, Montarouch, Pleineselve, Sainte-Geneviève de Fronsac, Saint-Pierre de Comprian, Saint-Sauveur de Blaye, Saint-Vincent de Bourg, et des établissements extérieurs possessionnés dans la région de Le Bornet, Charroux, Nanteuil, Saint-Eutrope de Saintes, Saint-Martial de Limoges, Virazeil.

38  BN 12773, p. 88 ; Teisseyre 1982a et 1982b. ; Gallia I, col. 1219, t. II, col. 885 ; Traissac 1961.

39  Tallet & Lamartinière éd. 1906.

40BN ms. lat. 12773, 88.

41Barckhausen éd. 1890, 403, n. 1.

42AHG, XV, p. 28-29.

43Gallia I col. 1220-1221, Instrumenta col.188,190.

44Gallia II, inst., col. 323 et 324.

45Gallia II, col. 887-888

46  A D 33, H 12 f 1 (vidimus de 1281-1282) ; Recueil des actes de Henri II, t. I, 118, GCSM, n° 1109, (confirmation de Richard Ier de l’acte de son père), Dulaura [1689] 2003, 119, 233, 286 ; AD 33, H 266, f 61 (analyse moderne) ; Migne 1853, col. 1019-1020.

47Tock 1993.

48Clanchy [1979] 1993, Geary 1996, Zimmerman 2003, Chastang 2001.

49  Cursente 2003, Barthélemy 1997.

50  À l’heure où nous achevons cet ouvrage, signalons les récents travaux de P. Henriet sur le cartulaire de Rufat, le premier cartulaire de Saint-Seurin mis au net dans les années 1160-1199, qui ouvrent la voie à d’autres recherches sur ce recueil et les autres cartulaires de la région (Henriet à paraître).

51  Iogna-Prat 1991, 27.

52  Cursente 2003.

53Ste-Croix, n° 1, Malherbe 1975, 715-730, Nortier 1986.

54Ste-Croix, n° 2 ; La Réole, n° 109,110, 112 ; AD 33, G. 334, f 1 et 2. À quoi il faut ajouter les forgeries du sacriste de Saint-Seurin, Rufat, destinées à faire admettre l’ancienneté du rite d’investiture au comté de Bordeaux (St-Seurin, n° 7 et 9).

55  Même constat à Cluny, Iogna-Prat 1993, 42-44.

56  Barthélemy 1993, 9-126 ; Chastang 2001, 424.

57  Gardelles 1990.

58  Base de données constituées avec un logiciel 4D. Nous remercions vivement M. Yves Toullec pour sa participation à la réalisation de cet outil. Même si l’évolution des techniques l’a fait rapidement vieillir, l’exploitation des sources textuelles que cette base nous a permis de conduire dépasse de loin ce que l’on peut tirer des traditionnels indices.

59  Guerreau 2001, 206-208, 303-305.

60  Compte tenu de la longueur de certains abbatiats à la Sauve-Majeure, en particulier Pierre VII (1126-1155) ou de Pierre VIII (1155-1182), et de la difficulté à resserrer davantage un grand nombre de datations, nous avons pris le parti d’homogénéiser les périodes à usage statistique au quart de siècle.

61  La Chronique de Sainte-Colombe de Bordeaux rapportée dans le tome XVIII du Recueil des historiens des Gaules et de la France est d’une grande sécheresse et ne présente, en une dizaine de lignes, que les principaux événements d’histoire politique (p. 245). De même, la Chronique dite Saintongeaise écrite par un clerc de Saint-Seurin de Bordeaux dans les années 1205-1220 suit le pseudo Turpin tout en insérant de très intéressantes traditions locales relatives à l’époque carolingienne : De Mandach 1970, Clémens 1996.

62Henschen & Papebroch éd. 1675, t. I, p. 414-423; Mabillon, Acta sanctorum p. 851-863 ; Patrol. Lat. éd. Migne, 1847 ; Traissac 1996.

63  Traissac 1996, 29.

64  Henschen & Papebroch éd. 1675, t. I, 423-431. Traissac 2006.

65  Aurélien éd. 1880, Marquette 1997.

66  Aurélien éd. 1880, 274, Quod sacrilegus legislator eorum Mahumetus auctor totius, qui nunc habetur, paganismi, id eos agere sanxerit, sicut etiam in decretis legum ejus me Toleti legisse memini, à propos de la vénération de saint Jean Baptiste par les musulmans. ID, 292, tempore quod ad oras ingressus sum Gasconicas, anno videlicet a Verbo incarnato millesimo centesimo tricesimo sexto.

67Aurélien éd. 1880, 137, quia scolari deditus exercitio, non tam scribendi quam docendi; 296, sicut etiam veridica didici relatione in eadam Lateranensi aula dum cum antistite nostro Domino Fortone contra praefatum Raymundum Agenensis praesulem illic demorarer.

68Chronique de Bazas, 1874, transcrite par E. Piganeau à partir de copies conservées aux archives municipales de Bazas, disparues depuis.

69  BNF, ms lat. 17733 ; Depoin éd. 1921.

70Historia pontificum, 1957.

71  Verdon éd. 1979.

72  R. de Hoveden, éd. Stubbs 1867.

73  Barraud 1996 à 2003. Selon D. Barraud en 1996 et 1997 “le Moyen Âge fait toujours l’objet d’opérations limitées malheureusement souvent sans prolongements” ou “le Moyen Âge demeure toujours un peu le parent pauvre de la recherche archéologique en Aquitaine”.

74  À côté de l’opération programmée dirigée par I. Cartron et D. Castex sur le site de Jau-Dignac-et-Loirac (haut Moyen Âge), signalons pour les xe-xiiie siècles, les opérations préventives conduites par J.-L. Piat (Bisqueytan à Saint-Quentin-de-Baron, Sainte-Croix de Bordeaux, Saint-Émilion), S. Faravel (Saint-Félix-de-Foncaude et Langoiran avec J.-L. Piat), Fr. Gerber et H. Silhouette (quais de Bordeaux), W. Migeon (Bordeaux, notamment place Pey-Berland), ou Fr. Prodéo (Pineuilh, malheureusement en dehors de notre secteur d’étude). Barraud et al. 2006.

75  La récente (re)découverte du cartulaire de la cathédrale de Dax complète à propos les informations de cette période sur la Gascogne : Liber rubeus 2004.

76  Boutoulle 2005.

77  Sur les différentes acceptions territoriales de la Gascogne médiévale, Mussot-Goulard 1982, Boutoulle 2006.

78  Du Buisson 1876, 155 , Mussot-Goulard 1982, 136.

79St-Jean-d’Angély, n° CCXCIX.

80  Aurélien éd. 1880, 273, tandem in occidua Gasconiae parte portui appulerunt quem Solacum.

81Recueil des actes de Henri II, t. I, 432-433 ; Epistolae S. Thomae Cantuar. Archiep. RHF, t. XVI, 346-347.

82  Roudié 2005, Bost 2005, Enjalbert 1960. La douceur générale des températures n’empêche pas les excès : ainsi la sècheresse de 1233-1234 fut durement ressentie (St-Seurin, n° 215, PCSM, p. 134).

83  Vielliard éd. 1938, 18-19.

84  Cirot éd. 1912, paupertas terre.

85St-Seurin, n° 159 ; Baurein [1784-1786] 1999, t. III, 190-191 ; Sargos 1997, 31-32.

86  Jullian 1887-1890, t. III, 190 ; Higounet 1963, 79 et 210.

87  Baurein [1784-1786] 1999, t. III, 351.

88Ste-Croix, 1 (977-988) villam que vocatur Solaco (…) cum aquis dulcis de mare sallysa usque ad mare dulcia, cum montaneis, cum pineta. Ces forêts étaient des espaces de chasse : Conques, p. 349.

89  Montaigne [1580-1595] 1969, l. I, 253, Baurein [1784-1786] 1999 , t. II, 63, t. III, 37, 353, 399.

90Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny, t. I, 234 ; Jal 1999, 487-493.

91  Baurein [1784-1786] 1999, t. I, 206.

92Conques, p. 349.

93  Baurein [1784-1786] 1999, t. II, 57.

94  Veyssy 2005.

95  Par exemple, GCSM, n° 413 (vers 1106-1119, Bruges, usque ad mare), n° 721 (1182-1194, Le Tourne, inter mare et viam) ; Villemartin, n° 165 (1213-1226, Castillon, vers la mar). Si elle se justifie en aval par la remontée aujourd’hui encore des eaux salées jusqu’à hauteur du Bec d’Ambès en période d’étiage (Veyssy 2005), l’appellation de mar plus en amont ne peut s’expliquer que par des conditions hydrologiques différentes durant l’Antiquité.

96  Montaigne [1580-1595] 1969, t. I, 253.

97  Gé et al. 2005.

98  Baurein [1784-1786] 1999, t. I, 90, cooperta aquis.

99  Modet 1992, 75.

100St-Seurin, n°9.

101Coquillas 2001, 51.

102Bernard 1968.

103Une escave in Garonem fluvio (GCSM, 245, 1079-1095), Loupiac (n°745-887, 1181-1194), Castillon (tractu sagenarum, St-Florent, n°1). Parmi les poissons pêchés sur la Garonne, citons l’esturgeon ou créac (Anciennes coutumes La Réole, n° 43) ainsi que la lamproie (lamprezas bonas et recentas, St-Seurin, n° 103).

104  St-Romain-de-Mazerac (La Réole, n° 69, 1121-1143), Pessac-sur-Dordogne (GCSM, n° 654, 1095-1121), Ardesnes (1155-1182, GCSM, n° 977), Montfaiton (n° 976, 1155-1182), Langon (n° 689, 1155-1182), Roired, (mallis in nassa, n° 62, 1121-1152), Angles (La Réole, n° 66, 1084-1111).

105  Castillon (vers 1096-1106, GCSM, n° 956 ), Caudrot (n° 949, 1079-1095), St-Loubès (n° 436, 1095-1106), Cavernes pars de Balenton (n° 437-953, 1102-1121), Pessac pars (n° 654, 1095-1121), Vimenus ? (St-Seurin, n° 117, 1168-1181), Cadillac (GCSM, n° 244, vers 1102-1121), Le Tourne (GCSM, n° 252 à 256, 1079-1095, n° 721, 1182-1194), Parempuyre (St-Seurin, n° 151, 1186), Saint-André-portus Algerii (GCSM, n° 867, vers 1106-1119), Bordeaux (n° 17, 1079-1095), Port del Begeyran dans la palu de Bordeaux (St-Seurin, n° 336, 1288), port de Saulicia (St-Seurin, n° 35, 1027-1032, n° 40, 1122-1144), Génissac (GCSM, n° 977 et 996, 1155-1182, 1194-1204), Branne (GCSM, n° 631, 1140-1155).

106St-Seurin, n° 34, 40, 115.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Établissements religieux et principaux fonds documentaires en Bordelais et Bazadais au XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 3. Répartition chronologique des actes datés dans les principaux cartulaires de la région.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 4. Les pays du Bordelais et du Bazadais.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search