Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1Valérie Fromentin, Estelle Bertrand, Michèle Coltelloni-Trannoy, Michel Molin, Gianpaolo Urso

(Re)lire Cassius Dion aujourd’hui

  • 1 A Study of Cassius Dio, Oxford, 1964.

2L’Histoire romaine écrite en grec par le sénateur Cassius Dion (160 ou 163 - c. 235 p.C.), une œuvre monumentale en quatre-vingts livres couvrant plus de dix siècles d’histoire, est une source d’importance capitale pour les spécialistes du monde romain. Elle demeure néanmoins insuffisamment connue et exploitée malgré la réhabilitation amorcée il y a un demi-siècle par Fergus Millar dans un livre d’allure modeste (239 p.) mais qui a fait date1 en prenant délibérément le contrepied du “mainstream” des études dioniennes et en révélant un “autre” Cassius Dion. L’Histoire romaine avait été jusque-là victime des préjugés négatifs de la science positiviste à l’égard de l’historiographie de langue grecque d’époque impériale et du primat accordé aux auteurs latins (Tite-Live, Tacite). Sa lecture était dominée par la question des sources, qui avait asséché toutes les autres pistes d’investigation possibles. Fergus Millar, au contraire, évacuant d’emblée la Quellenforschung, s’est intéressé, plus largement, à la méthode de travail de Dion et à la genèse de l’œuvre, en insistant sur l’originalité de son projet historique. Il fut aussi le premier à comprendre que Dion (comme Polybe et Denys d’Halicarnasse) est avant tout un historien politique, qui appréhende et analyse le devenir de Rome principalement à travers celui de ses institutions. Il a cherché également à replacer l’homme et l’historien dans leur contexte, à réconcilier les multiples facettes du personnage (le sénateur romain deux fois consul, le païen lettré contemporain de Philostrate, le notable provincial témoin et reflet tout à la fois de la renaissance des cités grecques micrasiatiques aux iie-iiie s. p.C.), à délimiter son horizon mental et à inventorier son bagage culturel.

3Cependant, force est de constater, cinquante ans plus tard, qu’en dépit de l’inflation massive de la bibliographie, Cassius Dion demeure un auteur sous-étudié et que le livre de Millar n’a pas eu seulement un impact positif. Certaines des pistes ouvertes par le savant anglais ont été labourées à l’excès, et en particulier tout ce qui concerne le passage institutionnel de la République à l’Empire – sans doute parce que Dion est le seul à en donner un récit continu –, tandis que des pans entiers de l’œuvre sont encore négligés. La question de la monarchie (césarienne, augustéenne), qui occupe une place prédominante dans la bibliographie, a relégué au second plan d’autres aspects de l’Histoire romaine, comme celui de la conquête romaine et de l’expansion de l’empire, pour lequel Dion continue de pâtir de l’ombre que lui font Polybe et Tite-Live ; et il en va de même pour les règnes des premiers successeurs d’Auguste, pour lesquels Tacite demeure la source privilégiée. Si la méthode de travail de Dion est désormais mieux connue et revalorisée, en revanche ni sa technique narrative ni sa formation rhétorique ni sa culture littéraire n’ont donné lieu à des études systématiques et exhaustives, alors même que la question des rapports entre rhétorique et histoire, naguère réduite à l’opposition entre “vérité historique” et “fiction rhétorique”, a été profondément renouvelée ces dernières décennies. Ces lacunes ont pour causes principales l’état fragmentaire sous lequel nous est parvenue une partie importante de lHistoire romaine (les trois premières et les deux dernières décades) et le fait que Millar – qui ne pouvait tout faire – a écarté de son étude les trois premières décades, pourtant si importantes pour l’histoire de la Rome républicaine, cité du Latium devenue puissance méditerranéenne : ses successeurs, le plus souvent, ont prudemment marché dans ses pas. Une défiance de principe vis-à-vis des deux grands témoins de la tradition indirecte, Xiphilin et Zonaras, réputés l’un et l’autre inégalement fiables, et l’absence d’édition scientifique moderne de Zonaras ont également freiné et retardé la réalisation d’enquêtes transversales menées à l’échelle de lHistoire romaine tout entière.

La première synthèse sur Cassius Dion depuis cinquante ans

  • 2 Ces chercheurs sont demeurés fidèles à la règle posée par Jean Irigoin et François Hinard, les de (...)
  • 3 Programme Blanc SHS 3 004 04 (octobre 2011 - mars 2016) : Dioneia - Lire Cassius Dion - Cinquante (...)

4Ce constat a conduit une équipe internationale, réunissant des philologues et des historiens, pour la plupart engagés depuis plusieurs années dans lédition de l’Histoire romaine dans la Collection des Universités de France, aux Belles Lettres2, à soumettre – avec succès – à l’Agence Nationale de la Recherche en 2011 un projet collectif (Dioneia)3 dont le but était double : dresser un “bilan du cinquantenaire” et ouvrir de nouvelles pistes visant à combler les déficits les plus criants de la bibliographie.

5La présente monographie est le résultat de cette enquête menée pendant quatre ans lors de six ateliers thématiques et de deux journées d’études, et le fruit d’une collaboration, inédite et exemplaire, entre spécialistes de plusieurs disciplines, tendant à produire une vision globale du projet de l’historien sévérien : il ne s’agit donc pas de la simple juxtaposition de 46 contributions individuelles mais bien d’une synthèse à plusieurs voix, conçue comme un outil de travail alliant analyses de détail et études d’ensemble et suggérant des pistes d’investigation.

6Si cette synthèse, organisée en trois grands chapitres (I. Tradition et réception du texte, II. Écrire l’histoire de Rome sous les Sévères, III. Cassius Dion, historien du pouvoir) est largement tributaire des travaux antérieurs, elle contient aussi, du moins l’espérons-nous, quelques avancées significatives.

7Les différentes contributions consacrées à la tradition et à la réception du texte concourent à reconstituer pour la première fois les étapes et les circuits de la transmission de l’Histoire romaine durant l’Antiquité et à Byzance, un domaine laissé largement en friche par U. P. Boissevain dans son editio maior (1895-1901). Ce travail a été rendu possible, d’une part, grâce aux progrès réalisés depuis le début du xxe s. dans le domaine de l’ecdotique des textes grecs en général, et des historiens grecs en particulier et, d’autre part, grâce aux éditions et études de fond publiées depuis une vingtaine d’années sur certains des témoins indirects, tardo-antiques et byzantins, jusque-là négligés (Pierre le Patrice, Jean d’Antioche). Nous avons également réexaminé, à nouveaux frais et de manière extensive (à l’échelle de tous les livres de lHistoire romaine concernés), la méthode de travail de Zonaras et de Xiphilin, leurs principes de sélection, leurs procédés rédactionnels, et pu ainsi donner une image plus précise et plus nuancée de leur fiabilité respective.

8S’agissant du projet historiographique de Dion et de ses lignes de force, nous avons consacré un nombre important de contributions à l’intérêt de l’historien sévérien pour les questions institutionnelles. Ici, cependant, nous l’abordons pour la première fois de manière globale, à l’échelle de lœuvre entière, et en combinant les approches lexicale, contextuelle, structurelle et historique. L’approche lexicale, par exemple, a permis de mieux apprécier un aspect déjà connu des compétences de Dion, sa connaissance fine des institutions politiques, et d’évaluer sa posture à cet égard. Non pas celle d’un antiquaire, mais d’un historien, pour qui le choix des termes est commandé par un souci d’intelligibilité et subordonné à une vision générale : la cohérence de son projet est perceptible jusque dans le détail du vocabulaire institutionnel. L’approche historique s’est focalisée sur les livres, moins explorés, consacrés aux deux périodes qui encadrent le principat d’Auguste, fin de la République et règne des premiers empereurs julio-claudiens. Elle a montré à quel point, là aussi, le choix de l’information et son élaboration formelle répondent à une interprétation globale, et désignent pleinement Dion comme un “historien du pouvoir”. S’agissant de la structure générale de l’œuvre, les travaux menés conjointement sur les livres républicains et sur les livres impériaux ont dégagé une construction du récit à la fois originale par rapport aux autres grands historiens de Rome et cohérente avec cette perspective politique : Dion met notamment en place une temporalité complexe, qui s’affranchit des contraintes du récit annalistique (en multipliant les entorses au déroulement linéaire du temps) et des règles de la “biographie impériale”, afin de souligner, à l’échelle du temps long, l’importance des mutations institutionnelles. Dans ce dispositif narratif, ce ne sont pas les livres qui constituent des unités historiquement signifiantes mais les décades de livres, qui scandent les grandes périodes d’une histoire millénaire, envisagée avant tout, comme chez Polybe, Denys d’Halicarnasse et Appien, comme celle des transformations et adaptations successives d’une πολιτεία. Cette vision globalisante et cette structuration forte rendent caduque l’hypothèse, longtemps dominante, selon laquelle Dion aurait voulu simplement écrire la suite de l’histoire de Tite-Live : son ambition était au contraire d’insérer la période impériale, et en particulier “l’histoire de son temps”, dans une évolution qui puisait son sens dans le passé républicain, ce qui impliquait qu’il recommencât ab Urbe condita.

9Nos travaux sur l’Histoire romaine aboutissent également à réévaluer la place qu’y occupe la rhétorique (entendue à la fois comme art oratoire et comme formation littéraire), en révélant l’étendue de la palette technique de Dion et sa pleine connaissance des codes d’un genre, l’histoire, “rhétorisé” dès l’origine. Ainsi, par exemple, la réflexion sur la πολιτεία romaine et ses mutations n’est pas uniquement prise en charge par les commentaires de l’auteur mais diffractée entre plusieurs locuteurs, acteurs ou spectateurs des événements relatés : la multiplication des discours au style direct à des moments charnière ou de crise sert à révéler, à travers la diversité des points de vue exprimés, les ambiguïtés inhérentes à tout pouvoir politique et permet au lecteur de se forger sa propre opinion. Quant à l’imitation des “classiques” grecs et romains, inévitable chez les lettrés de l’époque de la Seconde Sophistique, elle ne se résume pas chez Dion à limitatio Thucydidis déjà relevée par Photius, ni à l’usage des citations ou à la reprise de schémas narratifs, mais s’avère moins ornementale et plus porteuse de sens que ne le laissaient présager les travaux antérieurs. Son utilisation rigoureuse et réfléchie du lexique politique (δηµοκρατία, δυναστεία, µοναρχία) – qu’il hérite de la pensée philosophique grecque mais réactualise – constitue l’un des éléments structurants du récit et une clé essentielle de son interprétation. Il en va de même avec les énoncés sentencieux et généralisants empruntés au vieux fonds de la “sagesse grecque” contenus dans les commentaires d’auteur et dans les discours : ces lieux communs, recontextualisés et resémantisés, donnent au récit une profondeur supplémentaire et une dimension anthropologique universelle qui rappelle Thucydide mais surtout Plutarque. Plus surprenant, des historiens comme Tite-Live ou Denys d’Halicarnasse, qui n’avaient été étudiés jusque-là qu’en tant que sources potentielles de l’Histoire romaine, semblent avoir été aussi – ou plutôt – pour Dion des modèles ou contre-modèles littéraires avec lesquels il a voulu rivaliser ou prendre ses distances, les discours étant le cadre où transparaît le plus nettement cette relation d’émulation.

10Nous avons aussi réexaminé – sur certains points seulement – la question des sources de l’Histoire romaine. Nos analyses ont révélé, pour l’époque royale et républicaine, l’emploi systématique de sources pré-liviennes et la mise en valeur de “traditions disparues”, aussi bien en matière d’histoire institutionnelle (origine de la République, histoire des magistratures…) qu’en matière d’histoire événementielle. La même indépendance caractérise les rapports entre Dion et la source majeure de l’historiographie du Haut-Empire, c’est-à-dire Tacite. Enfin, l’utilisation de sources documentaires, issues de la pratique, et surtout des acta senatus, bien que discontinue, s’avère substantielle.

11Plusieurs contributions tendent à évaluer le point de vue de Dion sur les conquêtes et la politique étrangère de Rome, thématiques jusque-là moins défrichées. La réflexion de Dion sur l’impérialisme romain se révèle étroitement articulée à sa pensée politique. Il voit en effet dans la taille considérable atteinte par l’empire au terme des grandes phases d’expansion des iie et ier s. liées à l’ambition rivale des imperatores, l’un des facteurs majeurs de la ruine de la République, dont les institutions sont inadaptées à contrôler ce vaste espace. Le Principat, régime qui s’impose comme le plus à même de gérer les territoires et d’en assurer la stabilité, est lui aussi menacé par les risques conjoints des ambitions expansionnistes des empereurs, des assauts des ennemis aux frontières mais aussi de la rupture des équilibres au sein de la société, par exemple entre civils et militaires, et de la dégradation de la fonction impériale et de son exercice. On ne lit dans l’Histoire romaine nul éloge de l’hégémonie romaine sur le monde habité, nulle adhésion non plus à l’idéologie triomphale des imperatores et des empereurs. Tout au contraire, la perspective de l’historien est résolument critique : critique des ambitions immodérées de gloire des imperatores à la fin de la République aussi bien que des empereurs Trajan ou Septime Sévère, critique des conséquences de l’impérialisme de Rome sur les peuples vaincus, critique des effets des victoires.

12Enfin, nous proposons, à la lumière des dernières découvertes épigraphiques, une actualisation du “dossier biographique” de l’historien qui reconstitue les étapes d’une carrière marquée par un retour tardif aux charges de gouvernement, en la comparant à celle d’autres grands sénateurs du temps engagés comme lui dans l’écriture. L’enquête menée sur les deux dernières décades de l’œuvre montre que Dion est conscient des difficultés actuelles de l’Empire, notamment en matière de politique fiscale, et prend position dans les débats de son temps sur la légitimité des guerres sévériennes.

Remerciements

  • 4 Voir supra n. 2.

13Il nous reste à remercier, au terme de cette entreprise, tous ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à sa conception et à sa réalisation, à commencer par le regretté François Hinard, sine quo non, qui a joué un rôle pionnier et décisif dans le renouveau des études dioniennes en France4.

14Notre gratitude va également aux collègues, français et étrangers, extérieurs à l’équipe Dioneia, qui ont accepté de participer à nos journées d’études et d’enrichir cette monographie de leurs contributions : Clifford Ando, Giovanni Brizzi, Chiara Carsana, Michel Christol, Jérôme France, Frédéric Hurlet, Cesare Letta, Laura Mecella, John Rich, John Scheid, Giuseppe Zecchini.

15Nous remercions chaleureusement le directeur des Éditions Ausonius, Olivier Devillers, qui a accepté de publier cette monographie dans les meilleurs délais, et Nathalie Pexoto, qui en a assuré d’un bout à l’autre la fabrication avec la rigueur et la patience aimable qui la caractérisent.

  • 5 Le LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux (ANR-10-LABX-52 / LaScArBx) est un programme de rech (...)

16Ce livre, et les recherches dont il est issu, n’aurait jamais existé sans les institutions qui les ont soutenus et financés : nous remercions l’Agence Nationale de la Recherche et son département SHS, qui ont tant fait pour Cassius Dion ; l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, qui a décerné en 2011 le prix Plottel au programme Dioneia ; les quatre établissements partenaires du projet, CNRS et universités, et tout spécialement les personnels de nos laboratoires qui ont assuré la gestion administrative et financière du programme et son soutien logistique ; le LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux5, qui a fourni aux membres bordelais de l’équipe (enseignants-chercheurs, doctorants et post-doctorants) un environnement et des conditions de travail exceptionnels.

17Nous tenons à exprimer notre reconnaissance à deux membres de Dioneia, Dominique Briquel et Marianne Coudry, pour leur implication sans faille dans ce projet : la réussite de cette aventure, qui fut autant humaine qu’intellectuelle, leur doit beaucoup.

18Enfin, nous remercions vivement le professeur Fergus Millar qui nous a fait l’honneur de préfacer ce livre.

Notes

1 A Study of Cassius Dio, Oxford, 1964.

2 Ces chercheurs sont demeurés fidèles à la règle posée par Jean Irigoin et François Hinard, les deux initiateurs de cette entreprise éditoriale : associer systématiquement les compétences d’un philologue et celles d’un historien, tant pour la traduction que pour la notice générale et les notes. Cet héritage intellectuel a inspiré la méthode de travail de l’équipe, déjà expérimentée par certains de ses membres dans le cadre d’un premier programme ANR Éclats d’Histoire. Dion Cassius et l’historiographie fragmentaire de Rome, dirigé par F. Hinard (2006-2010).

3 Programme Blanc SHS 3 004 04 (octobre 2011 - mars 2016) : Dioneia - Lire Cassius Dion - Cinquante ans après Fergus Millar : bilans et perspectives (porteur du projet et partenaire 1 : Valérie Fromentin, Université Bordeaux-Montaigne - UMR 5607 Ausonius ; partenaire 2 : Michèle Coltelloni-Trannoy, Université Paris IV-Sorbonne - UMR 8167 ; partenaire 3 : Michel Molin, Université Paris 13-Villetaneuse - EA 2356 ; partenaire 4 : Estelle Bertrand, Université du Maine - UMR 6566).

4 Voir supra n. 2.

5 Le LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux (ANR-10-LABX-52 / LaScArBx) est un programme de recherche financé par les Investissements d’avenir et géré par l’ANR.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search