Version classiqueVersion mobile

L’été indien de la religion civique

 | 
Nadine Deshours

2. L'exception athénienne ?

I - Un mouvement de restauration de fêtes ou de cultes abandonnés

Texte intégral

1Les aléas politiques ou financiers de l’histoire athénienne ont abouti à l’abandon de certaines fêtes à plusieurs moments de la période hellénistique (d’abord, pour quelques-unes, à l’époque des Diadoques et, pour d’autres, durant le iiie siècle). Cependant, durant les deux générations qui avaient suivi l’éviction de Démétrios Poliorcète en (287/286) et après le départ de la garnison macédonienne (229), les Athéniens étaient revenus à leurs cultes ancestraux, dans l’esprit de Lycurgue. De même, à partir du moment où leurs relations d’alliance sont bien établies avec les Romains, c’est-à-dire dès Pydna et la “Restitution de Délos” (beaucoup plus tôt que pour les autres cités de Grèce continentale), ils entreprennent de restaurer des cultes traditionnels abandonnés. Ils rendent cette entreprise manifeste dans un grand nombre d’inscriptions. Elles nous permettent d’avoir connaissance de ce qui ressemble fort à une politique concertée, comme à l’époque de Lycurgue et comme après la domination macédonienne. Il s’agit pour les Athéniens de revenir aux rites qu’ils ont accomplis traditionnellement depuis l’époque archaïque et c’est là, en somme, ce que les Grecs appellent “être pieux”, “respecter les dieux”.

Fig. 1. Athènes : l’agora aux IIe et Ier s. a.C. (d’après Travlos 1971, p. 23, fig. 31).

Fig. 1. Athènes : l’agora aux IIe et Ier s. a.C. (d’après Travlos 1971, p. 23, fig. 31).

Athènes-Delphes et retour

Restauration de la Pythaïde pour Delphes

Sources

— Les listes de participants aux Pythaïdes

2Publication 

3G. Colin, FD III.2, 2-54 ; Colin 1905 b (Les listes des participants à la Pythaïde sont gravées sur les murs du trésor des Athéniens à Delphes).

4S. V. Tracy 1982 + S. V. Tracy, Hesperia 51 (1982) 63-64 n° 6 ; cf. SEG 32.218.

5- Pythaïde de Timarchos (archonte en 138/137) : Syll.3, 696 (la moins somptueuse et la moins nombreuse).

6- Pythaïde de Dionysios (archonte en 128/127) : Syll.3, 697 (particulièrement somptueuse avec plus de 500 participants). Sont chantés les hymnes à Apollon (CID III).

7- Pythaïde d’Agathoclès (archonte en106/105): Syll.3, 711 (la plus nombreuse de toutes).

8- Pythaïde de Théoclès (archonte en 103/102) : SEG 32.218.

9- Pythaïde d’Exécratès ? (archonte en 102/101) : SEG 32.218.

10- Pythaïde de Médeios du Pirée (archonte en 101/100) : SEG 32.218.

11- Pythaïde de Théodosios (archonte en 100/99) : SEG 32.218.

12- Pythaïde de Proclès (archonte en 99/98) : SEG 32.218.

13- Pythaïde d’Argeios (archonte en 98/97) : SEG 32.218 : nettement moins nombreuse que la précédente.

— Les Hymnes à Apollon

14Premier hymne, composé par Athènaios pour la Pythaïde de 128/127 a.C. :

15G. Colin, FD III.2, 137 ; A. Bélis, CID III, 53-83 (B. Le Guen 2001, n° 8).

16Cf. J. Bousquet, Bull. 1993, 271.

17Deuxième hymne, composé par Limènios, fils de Thoinos pour la Pythaïde de 128/127 a.C. :

18G. Colin, FD III.2, 138 ; A. Bélis, CID III, 84-129 (B. Le Guen 2001, n° 9).

19Cf. J. Bousquet, Bull. 1993, 271.

— Honneurs pour des Athéniens en rapport avec la Pythaïde

    • 1 Dans Colin 1906 (p. 270-273), cette inscription portait le n° 48.

    Après la deuxième Pythaïde de 128/127, décret des Delphiens en l’honneur des technites d’Athènes pour leur participation gratuite à la théorie : G. Colin, FD III.2, 47 et p. 291 add. (H. Pontow, Syll.3, 698-699, B. Le Guen n° 10)1.

  • Décret des amphictions confirmant les privilèges des technites d’Athènes “entre 121 et 117, peut-être 118/117 ou plutôt 117/116” (Fr. Lefèvre) ; G. Colin, FD III.2, 69 (H. Pontow, Syll.3, 704 E) ; Fr. Lefèvre, CID IV, 117 (B. Le Guen n° 11).

  • Après la Pythaïde de 106/105, décret des Delphiens en l’honneur de Chrysis, prêtresse d’Athéna Polias : J. Kirchner, IG II2, 1136.

  • Après la Pythaïde de 98/87, lettre des Delphiens aux technites athéniens : G. Colin, FD III.2, 48 (H. Pontow, Syll.3, 711 L) ; Tracy 1975 a, p. 60-67 (B. Le Guen n° 14).

  • 2 La nature exacte des faits et la date sont controversées, cf. Osborne 1996, 215-217 ; Lévy 1978.
  • 3 Baurain 1997, 223.
  • 4 Daux 1940, 40 (Cylon), 41 (Solon, Première Guerre sacrée), 44-45 (Guerres Médiques).

20Athènes et Delphes entretiennent depuis l’époque archaïque une relation privilégiée qui remonte à l’intervention de l’oracle de Delphes lors de la tentative de Cylon pour établir la tyrannie (c. 640-630)2, se poursuit avec le législateur Solon, personnellement attaché au dieu, et se traduit par la participation d’Athènes à la Première Guerre sacrée (dans la première décennie du vie siècle3) aux côtés des Thessaliens. Cependant, c’est avec la commémoration des victoires athéniennes sur les Perses au ve siècle que la présence des Athéniens dans le sanctuaire d’Apollon Pythien devient éclatante, notamment avec l’érection du Trésor des Athéniens4.

  • 5 Cf. fig. 3, p. 112.
  • 6 Agora 3, 730 (l’inscription qui date du ive s. a.C. a été trouvée au nord de la stoa d’Attale, près (...)
  • 7 Sur son tracé, cf. Travlos 1988, 177-190 et fig. 228, 231-241, 243-244 et supra, fig. 2, p. 101.
  • 8 Boethius 1918, 46-51.
  • 9 Daux 1936, 520-283 ; 708-729.
  • 10 Daverio Rocci 2002.
  • 11 Plut., Thésée, 8.3-11.3 ; cf. Calame 1996, 404-405.

21Ce lien ancien entre la cité et le sanctuaire oraculaire se matérialise dans un rituel lorsque les Athéniens organisent une Pythaïde. Il s’agit d’une procession solennelle en l’honneur d’Apollon Pythien qui parcourt la Voie sacrée entre Athènes et Delphes (soit 170 kilomètres environ). Alors que, originellement, elle partait probablement de la Tétrapole de Marathon où le culte d’Apollon Pythios était plus ancien, à l’époque hellénistique tardive et, peut-être, auparavant, la procession commençait vraisemblablement au Pythion d’Athènes, près de l’Ilissos et du sanctuaire d’Aphrodite aux Jardins5 ; le passage par Athènes résulta de l’effort de la cité pour faire accroire l’ancienneté de ses rapports avec l’Apollon de Delphes. En somme, il s’agissait d’emprunter l’itinéraire qu’avait suivi Apollon lui-même, venu de Délos et faisant escale à Athènes dans son voyage vers Delphes. Nous ne connaissons pas de description de la Voie sacrée comme conduisant d’Athènes à Delphes (malgré l’inscription du ive s. a.C. : “Voie sacrée par laquelle la Pythaïde se rend à Delphes”6) ; dans nos sources littéraires (Pausanias, pour l’essentiel), elle est décrite comme menant à Éleusis en passant par l’actuel Daphni, le sanctuaire d’Aphrodite, l’Aigaléos, puis le pont sur le Céphise7. Il est plus difficile de reconstituer la suite du chemin jusqu’à Delphes. Une fois à Éleusis, pour aller en Béotie, il est possible de passer par Éleuthère en empruntant l’itinéraire qui est encore aujourd’hui le plus couramment utilisé8 ou par Phylè, forteresse située dans le Parnès, d’où l’on observait les présages qui permettaient d’organiser la Pythaïde9. Une raison religieuse pourrait faire préférer la première possibilité : des Athéniennes et des Delphiennes, également appelées Thyades dans les deux cités, participaient à des fêtes communes en l’honneur de Dionysos qui avaient lieu sur le Parnasse. Or le culte de Dionysos le plus significatif à Athènes provient d’Éleuthère, d’où partait la procession des Grandes Dionysies en direction du sanctuaire urbain du dieu où se trouvait le théâtre10. Les Athéniens assuraient aussi que Thésée avait purgé le chemin emprunté par la Pythaïde des personnages monstrueux qui en barraient l’accès (Sinis, Skyrôn, Kerkyôn, Procuste)11 : la légende les place sur la route côtière qui longe le golfe saronique entre Mégare et l’Isthme et cette localisation implique que la Pythaïde ne partait pas directement vers le nord. Peut-être, en somme, suivait-elle la côte jusqu’à l’actuel embranchement vers Thèbes pour, à la sortie d’Éleusis, bifurquer ensuite vers Éleuthère.

  • 12 Bélis 1992.

22Les Pythaïdes étaient l’occasion d’exécuter des hymnes en l’honneur d’Apollon, dont les textes ont été gravés sur le Trésor des Athéniens et dont les auteurs ont pu être identifiés : Athènaios pour l’Hymne I et Limènios pour l’Hymne II. Alors que leur contenu poétique manque d’originalité, la musique du premier, très sophistiquée, impliquait une exécution par des musiciens professionnels12.

  • 13 Hh à Apollon, 214-272.
  • 14 Colin 1905a, 2-3.
  • 15 Colin 1905b, 3-4 ; Sourvinou-Inwood 1991, 217-243.

23Apollon Pythien, le dieu auquel la Pythaïde rendait hommage, n’apparaît pas comme une divinité très ancienne, même à Delphes, son principal lieu de culte, où toutes les variantes de la légende s’accordent à dire qu’il est arrivé tardivement. L’Hymne homérique13 en fait un dieu des Doriens, venu de Thessalie en Grèce centrale. Il s’établit sur le site de son futur sanctuaire en chassant le dragon Python qui donnait alors son nom à la ville, Pythô. Il prit pour prêtres des Crétois de passage ; puis, en se métamorphosant en dauphin (à cause du jeu de mots sur Delphes/dauphin, Δελφοί/δελφίς), il les conduisit depuis leur navire jusqu’au port de Crisa. De là, ils montèrent ensemble jusqu’à Delphes en chantant un péan14. D’ailleurs, plusieurs récits mythiques (sans fondement historique) affirmaient qu’Apollon n’était pas non plus le fondateur de l’oracle delphique, mais qu’il y avait succédé à plusieurs divinités : la Terre, Thémis, Poséidon ou la Titanide Phœbé selon les versions15.

  • 16 Colin 1905b, 5. Sur le Pythion d’Oinoè, cf. Travlos 1988, 218 (Jacoby, FGH Philochore 328 F 75), su (...)
  • 17 FD III.2, 18-22 ; Karila-Cohen 2005a, 76.
  • 18 Colin, FD III.2, p. 24-26.
  • 19 Daux 1940, 49 ; FD III.2, p. 25.

24En Attique, le culte d’Apollon Pythien est encore plus récent ; il est présent d’abord sur la côte est, dans la Tétrapole (Oinoè, Marathon, Probalinthos, Tricorinthos), région où se placent aussi les premiers rapports de l’Attique avec Délos et qui a un lien privilégié avec Delphes, comme en témoigne l’existence d’un Délion à Marathon et d’un Pythion à Oinoè et à Icaria16. La Tétrapole avait continué à envoyer une Pythaïde à Delphes du temps où Athènes avait cessé d’accomplir ce rite ; des décrets de promantie delphiens en témoignent17. Dans la Pythaïde athénienne rénovée, les pythaïstes représentant la Tétrapole continuait à former un groupe distinct18. Cependant, comme l’attestent les minces contributions athéniennes dans les listes de souscription pour la reconstruction du temple après le tremblement de terre de 373 a.C., il n’y a pas eu à Athènes de ferveur populaire pour le dieu de Delphes : la Pythaïde a officiellement un caractère aristocratique et d’ailleurs la charge de pythaïste entraînait des dépenses assez considérables19.

  • 20 Karila-Cohen 2005a, 70.
  • 21 Daux 1936, 525.
  • 22 Syll.3, 296 ; cf. Mikalson 1998, 34 ; Daux 1936, 530-531 ; pour une mise au point sur le nombre des (...)
  • 23 FD III.2, 47, l. 4-6 (Le Guen 2001, n° 10).

25Au iiie s., la Pythaïde de l’époque classique disparaît à cause des bouleversements qui affectent Athènes, de l’occupation de son territoire et aussi de la mainmise des Étoliens sur Delphes20. Or “la Pythaïde constitue entre l’Attique et Apollon Pythien un lien religieux, de caractère tout à fait singulier dans l’histoire du sanctuaire delphique”21. On comprend, dès lors, que les Athéniens ont souhaité la restaurer, dès que ce fut possible, comme l’un des fleurons de leur tradition religieuse. La Pythaïde de 138/137 est la réitération d’une procession solennelle qui avait disparu vers 320, mais n’était pas attestée avant le ivsiècle, où deux Pythaïdes au moins sont connues : l’une en 355 et la seconde en 326/32522. Pour la restaurer, en 138/137, les Athéniens ont dû procéder à une recherche historique (historiai), comme le précise le décret delphien en l’honneur des technites : ψα[φι]ξαμένου τοῦ δάμου τοῦ Ἀθηναί[ων] πέμπειν τὰν Πυθαΐδα ποθ᾿ἁμὲ δι᾿ἐτῶν πλειόνων, τοῖς τε χρησμοῖς καὶ ταῖς ἱστορίαις [ἀ]κολούθως (“le Peuple des Athéniens ayant décidé d’envoyer jusqu’à nous la Pythaïde après un grand nombre d’années d’intervalle, conformément aux oracles et aux renseignements pris”)23.

  • 24 Daux 1936, 527 ; Str. 9.2.11 (404). Philochore (FGH 328 F 158) note qu’autrefois cette observation (...)
  • 25 Boethius 1918, 6.

26La périodicité de la procession était irrégulière à l’origine : avant de décider d’organiser une Pythaïde, les Athéniens guettaient un signe du dieu, un éclair, depuis l’autel de Zeus Astrapaios, placé entre le Pythion et l’Olympeion, durant trois pannychies par mois et durant trois mois successifs. Des observateurs scrutaient le ciel en direction du Parnès au-dessus d’une colline appelée Harma, près de Phylè. Cependant le signe attendu n’était pas fréquent car le proverbe athénien “lorsqu’il y a un éclair depuis l’Harma” signifiait “rarement”24. En fait, cela revenait à dire que les Athéniens se réservaient l’initiative d’organiser la théorie25.

  • 26 Karila-Cohen 2005a, 73.

27La composition de la Pythaïde restaurée varie selon les années. Le succès de la première (en 138/137) a assuré sa réitération (à intervalle irrégulier), puis sa transformation en fête ennéétérique. La théorie de 128/127 est particulièrement éclatante, témoignant d’“une effervescence religieuse”, comme le décret restaurant les Thargélies qui date de l’année précédente (LSS 14) et le décret éphébique IG II2, 100626. La Pythaïde restaurée comprenait de 300 à 500 participants, y compris les archontes, le héraut de l’Aréopage, le stratège des hoplites, le prêtre d’Apollon, un devin, deux exégètes, les éphèbes (en corps) et les cavaliers, les archithéoroi de diverses théories, des canéphores et des pyrophores représentant les familles aristocratiques et la Tétrapole de Marathon, d’autres Pythaïstes tirés au sort et, enfin, d’autres personnages notables comme la prêtresse d’Athéna Polias honorée par les Delphiens parce qu’elle avait participé à la Pythaïs de 106/105 (IG II2, 1136).

  • 27 Karila-Cohen 2005a, 80-81.
  • 28 FD III.2, 48, l. 8-10 (Le Guen 2001, n° 14) ; cf. Mikalson 1998, 270.

28La signification politique de la Pythaïde est évidente : envoyer à Delphes une procession éclatante permettra à Athènes de montrer au monde grec entier, dont le sanctuaire est toujours le centre, qu’elle connaît une période prospère et qu’elle retrouve l’éclat d’autrefois. Cependant, sa signification ne s’arrête pas à l’idéologie : grâce à une étude prosopographique, K. Karila-Cohen a pu mettre en évidence sa signification religieuse. En effet, les génè détenteurs depuis l’époque archaïque de sacerdoces dont la cité ne les a pas départis y sont représentés : les Kéryces, attachés au culte des Déesses éleusiniennes, les Eunéides auxquels la prêtrise de Dionysos Melpoménos est réservée, les Érysichthonides (également théores) sont liés au culte d’Apollon délien, et les Pyrrhacides qui sont aussi théores27. Des citoyens en provenance de l’ensemble de l’Attique participent à la Pythaïde. Cependant, une région est surreprésentée : la Tétrapole de Marathon qui, contrairement à la cité athénienne avait continué depuis le ive siècle (?) à envoyer des Pythaïdes à Delphes, tout comme le dème d’Erchia (dans la Mésogée) et celui d’Icaria (au nord du Pentélique). La fonction de la Pythaïde était d’apporter les prémices (aparchai) à Apollon “pour la santé et la sécurité de tous les citoyens, enfants, femmes, amis et alliés”28 et de rapporter à Athènes le feu sacré du sanctuaire.

  • 29 Colin 1905b, 6-7 ; Karila-Cohen 2005b, 224-226.
  • 30 Paus. 1.31.3 ; Str. 8.7.1 (383).

29Le véritable aition de ce rite réside dans une imitation du voyage d’Apollon depuis Délos jusqu’à Delphes, mais une seconde explication est venu s’y ajouter, affirmant l’existence d’une relation spécifique entre Athènes et l’Apollon Pythien. En effet, la tradition de l’époque archaïque connaissait deux versions indépendantes de l’origine des Athéniens. D’une part, le mythe d’Érichthonios faisait descendre tous les Athéniens de leur premier roi, fils de la Terre et d’Héphaïstos, les identifiant fortement comme “autochtones”. D’autre part, les Athéniens se disaient “Ioniens”, c’est-à-dire descendants d’Ion, un des fils d’Hellèn. Au vs., lorsque les croyances religieuses se heurtèrent à la montée d’un certain rationalisme, l’incompatibilité de ces deux croyances (qui, jusqu’alors, avaient heureusement coexisté) devint problématique. Dans l’Ion, Euripide se fit le propagandiste de la solution trouvée par les Athéniens pour les rendre compatibles, c’est-à-dire acceptables dans le nouveau contexte : alors que la tradition faisait descendre Ion de l’éponyme des Grecs, Hellèn, il fit de lui un athénien, un autochtone, né de Créuse, fille d’Érechthée et d’Apollon29. D’après Pausanias, Ion avait son tombeau dans le dème de Potamoi (au sud de Prasiai) et passait, d’après Strabon, pour le fils de Xouthos, lequel (dans une version différente de la légende) avait épousé la fille d’Érechthée et fondé la Tétrapole30.

  • 31 Daux 1940, 56.
  • 32 Karila-Cohen 2005a, 74.

30Cependant, il faut bien reconnaître une part de vérité au jugement de G. Daux auquel l’étude prosopographique de K. Karila-Cohen vient apporter un argument supplémentaire : “Apollon Pythien n’a jamais été pour l’État athénien un dieu national (…). Ses propagandistes ont été des poètes, des prêtres, des aristocrates, une manière d’élite intellectuelle et sociale. Les traditions relatives à la Pythaïde de la Tétrapole marathonienne et l’organisation des Pythaïdes de 138/137, 128/127, 106/105 et 98/97 a.C. montrent qu’une aristocratie sacerdotale et politique présidait au développement des relations entre les sanctuaires attiques et celui de Delphes. Le culte d’Apollon Pythien à Athènes garde, de Pisistrate à Sarapiôn, un caractère officiel ou ‘distingué’ : il est promu par des hommes d’État et des écrivains”31. D’ailleurs, une grande partie des dépenses devait être assumée par les participants32.

  • 33 Après la Pythaïde de128/127 : FD III.2, 47 (B. Le Guen, n° 10).
  • 34 En 125/124 : FD III.2, 69 (Le Guen 2001, n° 11).
  • 35 Après la Pythaïde de 106/105 : IG II2, 1136.
  • 36 Après la Pythaïde de 98/87 : FD III.2, 48 (Le Guen 2001, n° 14).

31Il n’en reste pas moins que le succès de la Pythaïde fut total, aussi bien du point de vue de l’accueil reçu à Delphes, que du point de vue religieux à Athènes. Les Delphiens manifestèrent leur reconnaissance pour les fêtes organisées par les Athéniens par un décret en l’honneur des technites d’Athènes pour leur participation gratuite à la deuxième Pythaïde33, par un décret renouvelant les privilèges des technites d’Athènes34, par un décret en l’honneur de Chrysis, prêtresse d’Athéna Polias35 et enfin par une lettre aux technites athéniens36.

Fig. 2. Le début du trajet de la Pythaïde (d’après Travlos 1988, p. 181, fig . 228). On ignore la localisation du Pythion d’où partait la procession.

Fig. 2. Le début du trajet de la Pythaïde (d’après Travlos 1988, p. 181, fig . 228). On ignore la localisation du Pythion d’où partait la procession.

32N° 1. Delphes

33IG II2, 1136 = Syll.3, 711 K.

34Décret de Delphes en l’honneur de Chrysis, fille de Nikètas, prêtresse d’Athéna Polias à Athènes pour sa participation à la Pythaïde de 106/105.

35Date : 106/105.

36Publication

37J. Kirchner, IG II2, 1136 (H. Pontow, Syll.3, 711 K) ; S. V. Tracy, Hesperia Suppl. 15(1975), n° 3.

38S. V. Tracy attribue ce texte au “graveur de IG II2, 1028” dont il a étudié toute la production connue.

39Bibliographie

40Colin 1905b, 91.

41Goff 2004, 185-187.

42Texte utilisé : S. V. Tracy.

43l. 1 [....c. 7…..Ἀθ]ηναίωι τῶ[ι προ]ξένωι τ[ὸ ἀντίγραφον]
[ὅπω]ς εἰδῆτε. uac. <ἔ>ρρωστε uac. Ἐπειδὴ τοῦ δά[μου]
τοῦ Ἀθηναίων ἀγαγόντος τὰν ΠυθαçÔiδα τ[ῶι]
[Ἀ]πόλλωνι τῶι Πυθίωι μεγαλομερῶς καὶ ἀ[ξί]-
l. 5 [ως] τοῦ τε θεοῦ καὶ τ<ᾶ>ς αὐτοσαυτοῦ ἀρετᾶ[ς]
[π]αρεγενήθη μετὰ τᾶς ΠυθαçÔiδος καὶ ἁ τὰς Ἀ-
θάνας ἱέρεια Χρυσὶς Νικήτου θυγάτηρ καὶ τά[ν]
τε ἐπιδαμίαν καὶ ἀναστροφὰν ἐποιήσατο
καλὰν καὶ εὐσχήμονα καὶ ἀξίαν τοῦ τε δά-
l. 10 μου τοῦ Ἀθηναίων καὶ τᾶς ἁμετέρας πόλιος.
ἀγαθᾶι Τύχαι, δεδόχθαι τᾶι πόλει τῶν Δελ-
φῶν, uac. ἐπαινέσαι Χρυσίδα Νικήτου Ἀθηναίου
θυγατέρα καὶ στεφανῶσαι αὐτὰν τῶι τοῦ
θεοῦ στεφάνωι ὧι πάτριόν ἐστιν Δελφοῖς. [δε]-
l. 15 δόσθαι δὲ αὐτᾶι καὶ ἐκγόνοις παρὰ τᾶς πόλ[ιος]
προξενίαν, προμαντείαν, προδικίαν, ἀσυλίαν,
ἀτέλειαν, προεδρίαν ἐμ πᾶσι τοῖς ἀγώνοις οἷς ἁ
πόλις τίθητι, καὶ γᾶς καὶ οἰκίας ἔγκτησιν καὶ
τἄλλα τίμια πάντα ὅσα καὶ τοῖς ἄλλοις προξέ-
l. 20 νοις καὶ εὐεργέταις τᾶς πόλιος ὑπάρχει. uac. ἄρχο[ν]-
τος Ξενοκράτης τοῦ Ἀγησιλάου, βουλευόντων
τὰν δευτέραν ἑξάμηνον Τιμολέωνος τοῦ ᾿Eμμ[ε]-
νίδα, Νικοδάμου τοῦ Στράτωνος, uac. γραμματε[ύ]-
οντος δὲ βουλᾶς Ἄρχωνος τοῦ Καλλικράτε-
l. 25 ος.
[ ]Δελφῶν ἁ πόλις
in corona
Χρυ-
σίδα
Νικήτου
l. 30 Ἀθηναί-
ου θυγα-
τέρα.

44Notes

45Dans la Sylloge3, H. Pontow propose une restitution plausible de l’intitulé : Δελφῶν οἱ ἄρχοντες καὶ ἁ πόλις Ἀθηναίων τᾶι βουλᾶι καὶ τῶι δάμωι χαίρειν. τοῦ γενόνοτος ὑφ᾿ ἁμῶν δόγματος Χρυσίδι Νικήτου θυγατρί, τᾶι ὑμετέραι πολίτιδι, ὑπογεγραφάμες τῶι δεῖνι τοῦ δεῖνος Ἀθη]ναίωι κτλ.

46L. 26 D’après S. V. Tracy, il n’y a pas de dittographie (contrairement aux éditions précédentes, mais le mot a été corrigé et surchargé).

47Traduction

48l. 1 (L’intitulé manque)………à un tel, proxène athénien (des Delphiens) la copie afin que vous en preniez connaissance (uac.). Salut (uac.). Attendu que, lorsque le Peuple des Athéniens a conduit la Pythaïde pour Apollon Pythien, la prêtresse d’Athéna, Chrysis, fille de Nikètas a aussi accompagné la Pythaïde avec magnificence et d’une manière digne du dieu et de sa propre valeur à elle et (qu’)elle a effectué un séjour et une résidence à la fois beaux, convenables et dignes du Peuple des Athéniens et de notre cité, à la bonne Fortune ! plaise à la cité des Delphiens (uac.) de décerner l’éloge à Chrysis, fille de Nikètas, Athénien et de la couronner de la couronne du dieu, selon l’usage ancestral des Delphiens. Que lui soit accordés par la cité, à elle et à ses descendants, la proxénie, la promantie, la priorité dans les procès, l’asylie, l’exemption de taxes, la proédrie dans tous les concours que la cité organise et le droit de posséder terre et immeuble ainsi que tous les privilèges que détiennent les autres proxènes et évergètes de la cité (uac.). Sous l’archontat de Xénocratès, fils d’Agésilaos alors que présidait le Conseil du second semestre Timoléôn, fils d’Em[…], Nicodamos, fils de Stratôn (uac.), et qu’était secrétaire du Conseil Archôn, fils de Callicratès.
La cité des Delphiens
(dans une couronne)
En l’honneur de Chrysis, fille de Nikètas, Athénien.

49Commentaire

  • 37 Syll.3, 297B ; cf. Humphreys 2004, 96-97.
  • 38 Goff 2004, 185-187.

50Un tel décret de proxénie est parfaitement banal à Delphes. À la suite de la Pythaïde de Lycurgue de 326/325, deux citoyens athéniens qui y avaient pris part, Glaukètès d’Oion et l’orateur Démade avaient ainsi reçu la proxénie des Delphiens37. Son originalité réside dans le fait que les Delphiens accordent à une femme d’Athènes les privilèges (proxénie, promantie etc.) qui sont habituellement décernés aux hommes. La fonction exercée par Chrysis, fille de Nikètas qui, membre de la famille des Étéoboutades, a revêtu la prêtrise prestigieuse entre toutes d’Athéna Polias, explique l’octroi de tels honneurs. De même que les hommes en reçoivent pour leurs activités dans la sphère politique, les Grecs en décernent volontiers aux femmes pour des services rendus dans la sphère religieuse. Si quelques monuments concernant des femmes (des statues, des portraits, des inscriptions relatant des bienfaits) relèvent de l’initiative privée des hommes de la famille, la plupart résultent d’une décision du Conseil et du Peuple38.

  • 39 IG II2, 3453 (c. 360 a.C.). Lysimachè, fille de Dracontidès avait un frère secrétaire des trésorier (...)
  • 40 Ridgway 1987, 405.
  • 41 Holtzmann 2003, 220-221.
  • 42 Hdt 5.72.
  • 43 Hdt 7.142-143 ; cf. Oliver 1950, 8.
  • 44 Hdt 8.41.
  • 45 LSG 8 = IG II2, 1078, l. 16-18 : φαιδυντὴς τοῖν Θε-[οῖν] ἀγγέλει κατὰ τὰ πάτρια τῆι ἱερείαι τῆς (...)
  • 46 Cf. infra, p. 143-146.
  • 47 Lycurg., Sur la prêtresse (discours 4, fr. 3 [Souda s.v. συσσημαίνεσθαι], CUF 1932, éd. F. Durrbach (...)

51Ces privilèges sont-ils purement formels parce qu’ils sont attribués à une femme ? On pourrait le penser s’il s’agissait d’une autre femme que la prêtresse d’Athéna Polias. D’autres femmes détentrices de cette prêtrise qui était viagère et conférait donc à celle qui l’exerçait la permanence dont ne jouissaient pas les magistrats de la cité ont reçu des honneurs : Lysimachè au ive s. qui fut honorée d’une statue après sa mort39, une autre prêtresse dont le nom est perdu fut représentée sur un relief40. Sa fonction exige qu’elle prenne part aux sacrifices en l’honneur de la déesse, préside aux fêtes qui lui sont consacrées et participe à d’autres ; elle reçoit solennellement les hiéra en provenance d’Éleusis41. Au-delà de ces fonctions religieuses, quelques anecdotes nous montrent que, seule parmi les femmes d’Athènes, la prêtresse d’Athéna Polias pouvait parfois jouer un rôle politique d’une manière non institutionnelle, simplement parce qu’elle avait une autorité considérable conférée par son rapport étroit avec la déesse à laquelle les Athéniens pensaient leur sort lié. Ainsi, lorsque, en 508 a.C., le roi Cléomène de Sparte tenta d’entrer dans le sanctuaire (qui était le lieu de pouvoir par excellence à l’époque archaïque et sous la tyrannie de Pisistrate), la prêtresse l’en chassa42. Lorsque, devant la menace perse, Thémistocle avait convaincu ses concitoyens de quitter le sol de l’Attique pour se réfugier sur les navires et à Salamine, la prêtresse était intervenue avec finesse pour soutenir l’homo novus contre l’interprétation de l’oracle delphique sur le rempart de bois qu’avaient donnée les chresmologues (la défaite d’Athènes si elle engageait une bataille navale près de Salamine)43. Les Athéniens prétendaient qu’un grand serpent vivait sur l’Acropole, comme gardien du sanctuaire auquel ils apportaient en offrande des gâteaux de miel. La prêtresse avait fait savoir que, cette fois, le gâteau était resté intact parce que le serpent avait dû s’enfuir, ce qui indiquait, disait-elle, que la déesse trouvait plus sage qu’elle-même et les Athéniens quittent l’Attique, comme ils en avaient décidé. Bien que sceptique sur l’existence du serpent, Hérodote ne manque pas de raconter en détail l’intervention de la prêtresse parce qu’elle pouvait comforter les Athéniens dans leur décision44. La prééminence religieuse du sacerdoce d’Athéna Polias sur les autres se manifeste dans l’annonce officielle de l’arrivée à Éleusis des hiéra que le phaiduntès qui appartenait au personnel sacré du sanctuaire des Deux déesses était tenu de faire à la prêtresse d’Athéna Polias45, laquelle participait aux côtés de la prêtresse de Déméter et Corè d’Éleusis à la procession du 19 de Boédromiôn, d’Athènes à Éleusis46. L’exercice de ce sacerdoce vaut à sa détentrice un privilège qu’aucune femme ne possède à Athènes : la possibilité d’introduire une action en justice si elle a été lésée. En outre, elle peut (comme les autres prêtres) apposer son sceau sur les registres47.

  • 48 Connelly 2007, 60.
  • 49 Georgoudi 2003, 191-192.

52Ce sacerdoce était si prestigieux que nous possédons un grand nombre de témoignages concernant celles qui l’ont exercé : nous pouvons identifier 35 prêtresses entre la fin du ve s. et le iie s. p.C.48 ; Phidias a probablement figuré la prêtresse aux côtés de l’archonte-roi sur la frise des Panathénées, près de l’Assemblée des dieux49.

  • 50 Georgoudi 2003, 192-203.
  • 51 Deubner 1932, 17-22.
  • 52 Connelly 2007, 61.

53Les obligations de la prêtresse comportaient la participation à un grand nombre de fêtes : aux Chalkeia (le 30 de Pyanepsiôn), elle commençait avec les arrhéphores le tissage du péplos pour les Panathénées ; aux Arrhéphories (en Skirophoriôn), elle confiait aux arrhéphores les objets sacrés que les petites filles devaient transporter ; aux Plyntéries (probablement le 25 de Thargèliôn), elle supervisait le lavage de la statue (xoanon) de la déesse (qui avait lieu sur l’Acropole et non au Phalère), même si les rites eux-mêmes, chargés d’un sacré particulièrement inquiétant, étaient confiés aux Praxiergides50 et aux Kallintéria (probablement le 19 de Thargèliôn), sa décoration51. Aux Skira (le 12 de Skirophoriôn), elle conduisait la procession jusqu’à Skirôn, sur la route d’Éleusis avec le prêtre de Poséidon-Érechthée et celui d’Hélios52. Elle présidait, en outre, à tous les sacrifices pour la déesse poliade, en particulier ceux des Panathénées.

  • 53 Parker 1996, 290-293.
  • 54 Turner [1983]1997, 265-268 avec le stemma de Chrysis p. 266.
  • 55 IG II2, 3484. Cf. Connelly 2007, 1 ; Turner [1983] 1997, 265-268.

54Comme la prêtresse d’Athéna Polias appartenait au génos des Étéoboutades, on peut supposer que les honneurs qui lui étaient rendus s’adressaient moins à sa personne qu’à l’ensemble du génos53. Cependant Chrysis n’avait pas obtenu ce sacerdoce par filiation patrilinéaire (contrairement à la plupart de ses collègues) : c’est sa mère qui était une Étéoboutade. L’arrière-arrière grand-père de Chrysis (Nikétas II c. 232 a.C.) avait été épimélète des Mystères et son grand-père (Protagoras), prêtre de l’Asclépios de la Ville en 165/16454. Lorsque la Pythaïde rentra à Athènes, ses cousins, Dionysios, Nikétès et Philylla lui érigèrent une statue, afin que perdure le souvenir du rôle que Chrysis avait joué55.

  • 56 SEG 15.104, l. 18-19 sous l’archontat de Théodôridès (127/126).

55L’existence d’un tel décret suffit à prouver à quel point les Delphiens agréaient les marques de piété qu’Athènes témoignait solennellement à Apollon Pythien. Si les Athéniens avaient pris l’initiative d’intensifier leurs rapports avec l’Apollon de Delphes dès la défaite des Étoliens et s’ils avaient largement contribué avec l’accord des Romains à rendre son autorité à l’amphictionie sur le sanctuaire, les Delphiens n’étaient pas en reste. Des textes analogues ont dû exister pour honorer les éphèbes qui ont escorté les Pythaïdes : une inscription athénienne, en tout cas, affirme que le séjour à Delphes de ceux qui escortaient la procession de 128/127 “a été digne des deux cités”56. Le décret honorifique pour la prêtresse s’ajoute aux éloges d’Athènes contenus dans les décrets pour les technites athéniens et contribue ainsi à l’expression officielle de la reconnaissance des Delphiens et du succès de la politique religieuse athénienne à l’égard du sanctuaire delphique.

La “réforme” des Thargélies

56À Athènes, la Pythaïde renouvelée fait partie d’un programme plus large de restauration de cultes adressés à Apollon, comme l’atteste un règlement daté de l’archontat de Lykiscos (129/128). L’attention qui est portée au dieu dans la cité se traduit notamment par des explications sur les différentes épiclèses d’Apollon. Elles reflètent la définition même de l’identité des Athéniens, qui réunit trois composantes : ils descendent du héros Ion, ils sont autochtones et, enfin, ils sont liés à Délos et à l’Apollon Délien.

57N° 2. Athènes

58LSS 14.

59Règlement relatif au culte d’Apollon et à la “réforme” des Thargélies.

60129/128 (archontat de Lykiscos).

61Publication 

62W. Peek, AM 66(1941), 181-195 n° 2 B et C avec ph. pl. 67-69 ; Fr. Sokolowski, LSS 14 (SEG 21.469).

63cf. J. et L. Robert, Bull. 1942, 30, p. 329-330.

64Bibliographie

65Colin 1905 ; Karila-Cohen 2005.

66Sur la fête des Thargélies :

67Deubner 1932, 179-198.

68Fiehn, RE, s. v. Thargelia, 1287-1304.

69Nilsson 1961, 80-81.

70Calame 1996, 308-310.

71Parke-Wormell 1956, II, 175-176, n° 432.

72Pour la date :

73Meritt 1961, 237.

74Sur le contexte :

75Daux 1936, 521-563.

76Date

77La date a été établie par le premier éditeur, grâce à la restitution du nom de l’archonte éponyme : 129/128.

78Texte utilisé : Sokolowski

79La partie supérieure de la stèle porte une dédicace chorégique (le fragment A de l’édition princeps de W. Peek).

80B

81l. 1 Ἐπὶ Λυ[ίσκ]ου [ἄ]ρχο[ν]τος [ἐπὶ τ]ῆς Κεκρ[οπ]ίδος ἐνά[τ]η[ς] πρυ[τα]-
ν[εί]ας, [ἧι] ΗΓ -10- νου Βερενικίδης [ἐγραμμάτευεν]
--------------

82C

83l. 1 Ἔδοξεν τ)eι βολ)eι καὶ τῶι δήμωι.
Ξε[ν]ο ... Σωπατρίδου Σουνιεὺς εἶπεν. ἐπειδὴ πατριόν
[ἐ]στ[ιν καὶ ἔ]θος τῶι δήμωι τῶι Ἀθηναίων καὶ ὑπὸ τῶν προγόνων
π[α]ραδε[δ]ομένον περὶ πλείστου ποεῖσθαι τὴν πρὸς τοὺς θεοὺς
l. 5 [εὐσέβειαν] καὶ διὰ ταῦτα πολλα(ῖ)ς (πεζαῖς) καὶ ἐπὶ ναυσὶ στρατεί(αι)ς τὴν
κλε[ιν]οτάτων ἔργων καὶ κατὰ γῆν καὶ κατὰ θάλατταν εὐδοξία[ν]
καὶ [εὐλογίαν κέκτ]ηνται ἀρχόμενοι διὰ παντὸς ἀπὸ (τοῦ Διὸς τοῦ) Σωτῆρος
[τῆς π]ρὸς τοὺς θεοὺς ὁσιότητος, ὑπάρχει δὲ καὶ ὁ Ἀπόλλων ὁ Πύθιος
ὢν τοῖς Ἀθηναίοις Πατρῶιος καὶ ἐξηγητὴς τῶν ἀγαθῶν, ὁμοίως δὲ
l. 10 καὶ κοινῆι Σωτὴρ πάντων τῶν Ἑλλήνων ὁ τῆς Λητοῦς καὶ τοῦ Διὸς
[υἱός, τούτ]ο[υ] δὲ διὰ τῶν χρησμῶν προσ[τ]ε[ταχ]ότος αὐτοῖς λ[ι]ταν[εῦ]-
[σ]α[ι τὸν] θεὸν τὸν ἐπικαλούμενο<υ>ν Πατρῶιον καὶ ποιουμένους τὰς
[πατρί]ου[ς θυσί]ας ὑπὲρ τοῦ δήμου τοῦ Ἀθηναίων τοῖς τοῦ ἐνιαυτοῦ
[καιροῖς τῶι Ἀπ]όλ[λ]ωνι [θ]ύοντας ὡς πάτριόν ἐστιν τῶι δήμωι. δι᾿ ὧν
l. 15 πρ[όσοδ]ον ποιησάμενος πρὸς τὴν βουλὴν Τίμαρχος Σφήττιος ταμίας
βουλῆ[ς τούς τε] χ[ρησμ]οὺς καὶ τὰ ὑπάρχοντα ἀνενεώσατο τ[ίμ]ια
πρ[ῶ]τον δ[ιὰ νόμων τεταγμέν](α) τῶι θεῶι. ὅπως οὖν ἥ τε βουλὴ καὶ ὁ δῆμος
φαίνωνται οὐ μόνον διατηροῦντες τὰ πάτρια, ἀλλὰ καὶ προσεπ[αύ]ξον(τες)
τάς τε θυσίας καὶ τὰς τιμὰς καλῶς καὶ εὐσηβῶς, ἵνα καὶ παρὰ τῶν θεῶ[ν]
l. 20 κτήσωνται τὰς καταξίας χάριτας. ἀγαθ)eι Τύχει, δεδόχθαι τ)eι βουλ)e[ι]
τοὺς λαχόντας προέδρους εἰς τὴν ἐπιοῦσαν ἐκκλησίαν χρηματίσαι περὶ
τούτ[ων], γνῶμην δὲ ξυμβάλλεσθαι τῆς βουλῆς εἰς τὸν δῆμον ὅτι δοκεῖ
τ)eι βουλ)eι. τὰ [μὲ]ν [ἄλλα π]ρ[ά]τ[τε]ιν τῶι Ἀπόλλωνι κατὰ τοὺ(ς) ἀπὸ Τ[- c. 5]ΤΟΥ
χρησμοὺ(ς), θῦσαι τ᾿ ἐπὶ τοῖς προεψηφισμένοις ὑπὲρ αὐτοῦ τόν τε βασιλέα,
l. 25 τόν τε ἄρχοντα καὶ τὸν [κα]θ᾿ ἕκαστον ἐνιαυτὸν ἐσόμενον καὶ τοὺς (στρ)ατηγούς,
<καὶ τοὺς στρατηγούς> ἐ[πιτελ]έσαι τάς τε θυσίας καὶ τὰς πομπὰς τὰς ἐν τῆι Θαργη-
λίων ἑορ[τῆι] ἐν Κήποις καθ᾿ἔ[τος] ἀγομένου(ς) ἱε[ρεῖ]α ὅτι κά[λ]λι[σ]τ[α] καὶ ἐπὶ τὸ ἑξ[ῆ]ς πεμ-
ΓΙΝΛΥ - - - -ΚΡΑΤΟΝΔΕΟ - - -ΝΕΙΝΤΕΚΑΙΗΕΠΙΤΩΝ- - - - - - -- -
Ἑλλήνω[ν]- - - - - -- -ΟΛΙΝΘΕΙ πάντας τοῖς - - - -- - - - - - - - - -- -- -
l. 30 TAMEI - - - - - - - - - - - - - - - - - --- - - ΑΝ ταῦτα σύμπαντα ὁ μὲν ἐπὶ τοῦ [τ]α[μιεί]-
ου γενόμε[ν]ος - - - - -- -- ΤΗ- - - ΟΙΗ - ΙΤΟΥ- - - - - - - - - ΘΕΝΤΑΣΕΗ
ΕΧ - - -- - - -τοντα θυσάν[τω]ν τε οἱ ἱερεῖς καὶ ἱέρειαι (κ)αὶ δόντων ΟΙ
ΚΗ-ΑΤΙ - - - - - - ΑΓΑΙΣ τ[ι]θέτωσαν ἐπὶ τῶν βωμῶν καὶ εὐχέ[σθ]ωσαν Θαργη-
λίοις τε εἴπαντες τὰς εὐχὰς πομπευέτωσαν ὁ μ[ὲ]ν ἱερεὺς τοὺ Ἀπόλλωνος
l. 35 τοῦ Πυθίο[υ κα]ὶ ἐξηγηταὶ καὶ οἱ ἄλ[λ]ο[ι] ἱερεῖς καὶ οἱ ἐ[ν]νέα ἄρχοντες καὶ ὁ ἱερο[φάν]-
της καὶ ὁ [δαιδ]ο[ῦ]χος καὶ οἱ μετὰ τούτων ἥκοντες καὶ οἱ ἀγωνοθέται τοῦ
[ἀγ]ῶν[ος τοῦ πρ]ὸς τοῦ Πυθίου τε(λουμνέ)ου καὶ οἳ ἂν χο[ρ]η[γ]οὶ [ὧσιν καὶ] οἱ ἱεροποιο[ὶ καὶ]
ΟΙ-ΛΗΓ- - - - - - --ΙΗΗ- - Λ-ΕΝΑΙΑΝΕΡΧΟΝΤΑΙΑΤ- - ΛΙΛΟΝΚΑΙ

84 Suivent six lignes illisibles.

85l. 45 τη[.] βου [- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -]ατων ἐπὶ
τῶν ε[- - - - - -- - -- - - - - - - - -αἱ δὲ παρθένοι φερέτω]σαν τὸ ἱερὸν κα-
νοῦν [τῶι θεῶι - - - - - - -- - - - - - - - - - -] ὅ[τ]αν κατὰ τὰ πάτρια ἀφέσι-
μοι ἡμ[έραι - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -]καὶ τὸν κοσμη-
τὴν καὶ π[- - - -- -- --- - -- - - - - - - - - - - - -τῶι] Ἀπόλλωνι τῶι Ἀλεξικάκωι.
l. 50 ὁμοίως δὲ καὶ [ἀνίεσθαι ἀπὸ τῶν ἔργων τοὺς οἰκέτας] καὶ τοὺς δημοσίους πάν-
τας <καὶ> λειτουργείας ἀπ[ὸ πάσης uac. ] θυέ[τωσαν ὁ βασιλ]εὺς καὶ ὁ ἱερεὺς καὶ ὁ κῆρυξ
τῆς ἐξ Ἀρείου πάγου βου[λῆς καὶ οἱ θεσμοθέται] κατὰ τάδε. ὁ μὲν ἱερεὺς
τοῦ Ἀπόλλωνος τοῦ Πυθίου ἐπιμελέσθω [τῆς καθηκ]ούσης θυσίας ἐν [Κήπ]οις
ἐπὶ τοῦ Πυθίου τ(έλ)ειαν σῦν (παραστήσας) καὶ τῶι τε Ἀ[πόλλωνι τῶι Ἀ]λεξικάκωι καὶ τῶι Πατρῶιωι
l. 55 βοῦν, καὶ τῶι Ἀπόλλωνι τῶι Πυθίωι (βοῦν, λαμ)[βάνων τὰς] αὐτὰς μερίδας καθὰ καὶ πρότερον,
καὶ ὁ ταμίας δὲ τῶν στρατιοτικῶν ἀπὸ τῶν τοῦ ἔτ[ου]ς προσόδων θυέτω βοῦν
ὑπὲρ τοῦ δήμου τοῦ Ἀθηναίων [καὶ παί]δων καὶ γυναικῶν καὶ ὑπὲρ τοῦ δήμου τοῦ
Ῥωμαίων καὶ διδότω τὸ θῦμα τοῖς ἱεροπο[ιοῖς. θυέ]τω(σαν) δὲ καὶ οἱ ταμίαι τῶν σιτω-
νικῶν καὶ ὁ ταμίας τῆς βουλῆς, θυέτω[σαν δὲ κ]αὶ οἱ πρυτάνεις οἳ ἂν τυγχάνωσιν
l. 60 πρυτανεύοντες τὸ ἑξαμηνιαῖον [πάν]τες, [ἀ]ποδότω δὲ ὁ ταμίας τῶν στρατιωτικῶν
εἰς τε τὴν θυσίαν καὶ τὴν πομπήν, ὁμοίως [δ]ὲ καὶ οἱ θεσμοθέται π[άν]τες καὶ οἳ ἂν μέλ-

86 (λ)[ωσιν θ]ε[σμ]οθέτα[ι] ε[ἶναι πάντες] καὶ οἱ[- - - - -
ΕΙ------ΩΣΙ--------

87Traduction

88B Sous l’archontat de Ly[kisc]os, sous la neuvième prytanie (exercée par) la tribu Cécropis, pour laquelle était secrétaire Bérénikidès, fils d’Hég--- [était secrétaire] ...

89C

90l.1 Il a plu au Conseil et au Peuple. Xé[n]o…, fils de Sôpatridès, du dème de Sounion a fait la proposition. Attendu que c’est une tradition, un usage pour le peuple athénien et un héritage transmis par ses ancêtres que d’accorder une grande importance à la [piété] envers les dieux et, attendu que, par ce moyen, (les Athéniens), en commençant toujours leurs manifestations de piété à l’égard des dieux par (Zeus) Sôtêr, se sont acquis réputation et renommée en raison de grands exploits (accomplis) sur terre et sur mer au cours de nombreuses expéditions notamment maritimes ; attendu qu’il se trouve qu’Apollon Pythios est aussi Patrôos pour les Athéniens et exégète des biens, et (attendu que) le fils de Zeus et de Lètô (est) également le sauveur de tous les Grecs en commun, et (étant donné) qu’(Apollon Pythios) leur a prescrit par ses oracles de prier le dieu appelé Patrôos, alors qu’ils accomplissent aussi les sacrifices traditionnels pour le salut du Peuple athénien en sacrifiant à Apollon dans les occasions (prescrites) durant toute l’année, comme il est traditionnel pour le Peuple, pour ces raisons, Timarchos du dème de Sphettos, trésorier du Conseil, ayant introduit une proposition devant le Conseil, a renouvelé les oracles et les honneurs existant au titre des prescriptions (faites) par les lois à l’origine pour le dieu.

91 Afin que le Conseil et le Peuple montrent de façon évidente que, non seulement ils préservent les traditions, mais encore qu’ils donnent plus d’éclat aux sacrifices et aux honneurs d’une manière belle et pieuse, afin de recevoir des dieux les grâces qu’ils méritent.

92l. 20 À la bonne Fortune ! plaise au Conseil que les proèdres tirés au sort pour la prochaine séance de l’Assemblée mettent en débat cette question et qu’ils introduisent devant le Peuple la proposition du Conseil, à savoir : il plaît au Conseil qu’on accomplisse tous les rites pour Apollon conformément aux oracles [--- ?], et qu’on sacrifie en plus des (sacrifices) déjà décidés en son honneur par décret et que l’archonte-roi, l’archonte (éponyme en fonction), et son successeur chaque année et les stratèges <et les stratèges> fassent les sacrifices, qu’ils accomplissent les sacrifices et les processions de la fête des Thargélies aux Jardins en escortant chaque année les victimes le mieux possible et ensuite…

93 Que les prêtres et les prêtresses fassent les sacrifices, remettent [--- ?] et qu’ils placent [les parts des victimes] sur les autels et qu’ils fassent les prières et, ayant dit les prières aux Thargélies, que défilent en procession le prêtre d’Apollon Pythios, les exégètes, les autres prêtres, les neuf archontes, le hiérophante, le dadouque et ceux qui les accompagnent, les agônothètes du concours qui a lieu près du Pythion, ceux qui seront

94l. 35 chorèges et les hiéropoioi [et------]

95 Suivent six lignes non déchiffrées

96 Que les jeunes filles portent la corbeille sacrée [pour le dieu ---------] lorsque, selon la tradition, le jour férié [---------] et le cosmète et [------] pour Apollon Alexikakos.

  • 57 Cf. Ph. Gauthier, Bull. 1997, 220.

97 En outre, que les esclaves des particuliers et de la cité aient congé pour toutes leurs tâches (uac.) et que l’archonte-roi, le prêtre, le héraut de l’Aréopage et les thesmothètes assument complètement le service des sacrifices publics conformément à ce qui suit. Que le prêtre d’Apollon Pythios ait la charge du sacrifice qui convient dans les Jardins, dans le domaine voisin du Pythion : une truie adulte pour Apollon Alexicacos, un bovin pour (Apollon) Patrôos, un bovin pour Apollon Pythios, en prélevant les mêmes parts qu’auparavant et que, sur les sommes disponibles de l’année, le trésorier de la caisse des fonds militaires sacrifie un bovin au nom du Peuple des Athéniens, des enfants, des femmes et au nom du Peuple romain et qu’il confie la victime aux hiéropoioi. Que les trésoriers de la caisse pour l’approvisionnement en céréales et le trésorier du Conseil fassent les sacrifices, et aussi tous les prytanes qui seront en fonction durant le semestre, que le trésorier de la caisse des fonds militaires57 donne de l’argent pour le sacrifice et la procession, de même que tous les thesmothètes (en fonction) et tous ceux qui seront thesmothètes (à l’avenir).

98Notes

99B l. 1 Λυ[ίσκ]ου rest. Peek (dans son commentaire p. 193-194).

100C l. 3 [ἐ]στ[ιν καὶ ἔ]θος rest. Peek.

101l. 5 [εὐσέβειαν] rest. Peek ; καὶ διὰ ταῦτα πολλα(ῖ)ς (πεζαῖς) καὶ ἐπὶ ναυσὶ στρατεί(αι)ς Sokolowski.

102l. 7 [εὐλογίαν κέκτ]ηνται rest. Wilhelm.

103l. 11-2 ἀ[μ]ελή[σαν]τας Peek ; ἀ[ρ]έσασθαι Wilhelm ; λ[ι]ταν[εῦ]-[σ]α[ι rest Sokolowski.

104l. 13 [πατρί]ου[ς θυσί]ας rest. Peek.

105l. 14 [καιροῖς τῶι Ἀπ]όλ[λ]ωνι [θ]ύοντας rest.

106l. 15 πρ[όσοδ]ον rest. Peek.

107l. 16 βουλῆ[ς τούς τε] χ[ρησμ]οὺς Wilhelm ; χο[ρηγ]οὺς Peek. τ[ίμ]ια Wilhelm.

108l. 17 δ[ιὰ νόμων τεταγμέν](α) ; πρ[ος] τὸν <θ>[εὸν καὶ τὰ νομιζόμεν]<α> Wilhelm.

109l. 18 προσεπ[αύ]ξον(τες) Wilhelm.

110l. 23 τὰ [μὲ]ν [ἄλλα π]ρ[ά]τ[τε]ιν; τ[οῦ ἀβά]του Peek.

111l. 26 <καὶ τοὺς στρατηγούς> del. Peek ; ἐ[πιτελ]έσαι rest. Peek.

112l. 27 ἑορ[τῆι] ἐν Κήποις καθ᾿ἔ[τος] ἀγομένου(ς) ἱε[ρεῖ]α Wilhelm.

113l. 35 τοῦ Πυθίο[υ κα]ὶ ἐξηγηταὶ καὶ οἱ ἄλ[λ]ο[ι] ἱερεῖς rest. Peek.

114l. 36 [δαιδ]ο[ῦ]χος rest. Peek ; <ἄρ>χοντες Peek ; ἥκοντες Wilhelm.

115l. 52 βου[λῆς καὶ οἱ θεσμοθέται] Wilhelm.

116l. 53 [τῆς καθηκ]ούσης θυσίας rest. Peek ; ἐν [Κήπ]οις rest. Wilhelm.

117l. 54 τ(έλ)ειαν σὺν Peek ; (παραστήσας) Wilhelm.

118l. 55 (βοῦν, λαμ)[βάνων τὰς] αὐτὰς μερίδας Wilhelm.

119l. 56 τοῦ ἔτ[ου]ς rest. Peek.

120l. 57 [καὶ παί]δων rest. Peek.

121l. 58 τοῖς ἱεροπο[ιοῖς. θυέ]τω(σαν) Wilhelm.

122l. 59 θυέτω[σαν δὲ κ]αὶ rest. Peek.

123l. 60 [πάν]τες, [ἀ]ποδότω rest. Peek.

124l. 61-62 μέλ-(λ)[ωσιν θ]ε[σμ]οθέτα[ι] ε[ἶναι πάντες] rest. Peek.

125Commentaire

  • 58 Colin 1905b, 10-12 ; voir toutes les localisations envisagées dans Garland 1984, 87. Sur la zone de (...)
  • 59 Sokolowski ad LSS 14, p. 39.

126La stèle sur laquelle est inscrit le nouveau règlement des Thargélies provient probablement du Pythion d’Athènes dont l’emplacement reste discuté : il devait se trouver près du sanctuaire de Zeus Olympien comme le dit Thucydide (2.15.4) et comme l’a confirmé notamment la découverte d’une dédicace à Apollon Pythios par le petit-fils du tyran Pisistrate (lui même très lié à la Tétrapole où Apollon Pythios était aussi vénéré)58. Elle porte un décret de 60 lignes dont l’effacement a rendu le déchiffrement difficile. Au moment de la publication, J. et L. Robert (Bull. 1942, 30) tinrent le texte pour trop mal établi par W. Peek pour être lu et la plus grande partie des lignes 5 à 18 pour “incompréhensible”. Par la suite, le texte fut amélioré par Ad. Wilhelm dont les corrections sont, pour la plupart, reprises par Fr. Sokolowski et reproduites ici. Le texte auquel Ad. Wilhelm parvient est typique de l’époque que nous étudions à la fois par son contenu récapitulant des rites traditionnels, puis ajoutant des innovations et par sa formulation qui confine au grandiloquent, notamment dans les considérants59. Malgré les lumineuses améliorations du savant autrichien, la syntaxe reste assez rude et plusieurs expressions obscures. Son intérêt exceptionnel nous interdit, cependant, de l’écarter de notre corpus.

  • 60 Peek 1941, 193-194.

127L’intitulé du décret (B), qui se présentait détaché du reste du texte, est très mutilé : W. Peek a pu y restituer le nom de l’archonte, Lykiscos, éponyme en 129/12860. Le début de la partie C conserve la nature de la procédure (“Il a plu au Conseil et au Peuple”) et une partie du nom du proposant : “Xé[n]o…, fils de Sôpatridès, du dème de Sounion”.

128Plan de la partie B de la stèle

129l. 1-2 Fin de l’intitulé.

130l. 2-17 Considérants : les raisons pour lesquelles les Athéniens veulent renouveler les honneurs traditionnels prescrits pour Apollon.

131l. 18-20 Formule hortative : le but du décret est de manifester que la cité non seulement conserve les traditions, mais encore donne plus d’éclat aux honneurs et aux sacrifices afin d’obtenir plus de faveurs des dieux.

132l. 20- 62 Décisions.

133l. 23-26 Comment faire les sacrifices traditionnels à Apollon.

134l. 26-33 Dispositions pour les Thargélies.

135l. 33-49 (?)  Procession des Thargélies.

136l. 50- 62 Sacrifices pour Apollon Pythios, Apollon Alexicacos et Apollon Patrôos.

137La restauration de la Pythaïde à partir de 138/137 rejaillit sur le culte civique d’Apollon et, l’année précédent la deuxième Pythaïde, en 129/128, les Athéniens votent un décret réglant le culte d’Apollon dans leur cité. Le dieu y apparaît avec plusieurs épiclèses : Pythien, Patrôos et Alexicacos. Parmi ces différentes formes d’Apollon, la première, originaire de Delphes et source de nombreux oracles concernant notamment les cultes civiques athéniens, reçoit un culte à Athènes dans le sanctuaire du Pythion, tandis que la seconde, l’Apollon Patrôos est une divinité civique traditionnelle, tout comme l’Apollon Alexicacos.

  • 61 Syll.3, 711L, l. 13 ; Karila-Cohen 2005a, 72.
  • 62 Karila-Cohen 2005a, 72 ; cf. infra, p. 000.
  • 63 Benvéniste 1969, 212-214 et 220 ; Roussel 1976, 95-97 ; Chantraine, DELG, s. v. πατήρ 863-864 ; De (...)
  • 64 Arist., AP, 55.3 ; cf. Hansen 1993, 255-256.

138Rares sont les textes officiels à fournir des précisions sur la nature des divinités vénérées ; mais, dans un passage clairement lisible, le décret de l’archontat de Lykiscos révèle que “Apollon Pythien est Patrôos pour les Athéniens” (l. 8-9). Cette identification est également alléguée dans les documents concernant les Pythaïdes dont elle justifie l’existence puisqu’elle explicite le lien spécifique d’Athènes avec Delphes61. Elle est déjà présente dans la version du mythe adoptée par Euripide dans l’Ion et qui fait d’Apollon le père du héros, ancêtre commun à tous les Ioniens62 : elle est donc conforme à la tradition attique, au moins depuis le ve siècle. Les Athéniens vénèrent Apollon Patrôos essentiellement dans le cadre des phratries, ces associations religieuses dont les membres se disent frères, ou plutôt confrères (φράτερες), leur parenté n’étant pas biologique, mais mythique. Les Apatouries, célébrées en l’honneur du dieu protecteur des phratries en Pyanepsiôn (octobre-novembre) réunissent ainsi les ὁμοπάτορες, ceux qui ont le même père mythique63. C’est durant cette fête que les pères introduisent leurs fils dans leur phratrie et, à l’époque classique, elle jouait, pour cette raison, un rôle essentiel dans le renouvellement du corps civique : on ignore si c’était toujours le cas à l’époque hellénistique tardive, mais rien n’interdit de le penser. En tout cas, au ive s. a.C., être citoyen athénien impliquait de vénérer Apollon Patrôos comme l’indiquent notamment les questions posées lors de la docimasie à l’entrée en charge d’un magistrat : (est-ce qu’) “il participe à un culte d’Apollon Patrôos et de Zeus Herkeios et où sont ses sanctuaires” ?64.

  • 65 Travlos1971, 96-100 et pl. 125-129 ; Goette 2001, 79 ; cf. supra fig. 1, p. 96.
  • 66 [Plut.], X orateurs, 843 f ; cf. Humphreys 2004, 94, n. 42.

139En plus des Apatouries célébrées dans le cadre des phratries, la cité organise des fêtes en l’honneur d’Apollon Patrôos, notamment les Pyanepsies (en octobre-novembre) et les Thargélies (en mai-juin). Le dieu a son temple sur l’agora, dans le secteur nord-ouest, près d’un petit temple témérairement identifié au vu d’une inscription qui, en fait, n’a pas été trouvée in situ comme celui de Zeus Phratrios et d’Athéna Phratria65 ; son autel a été doré à l’époque de Lycurgue66.

140La réforme du culte d’Apollon Patrôos et, en particulier, des sacrifices à l’occasion des Thargélies est justifiée par des considérants très précis et très développés, comme c’est souvent le cas dans les décrets de l’époque hellénistique tardive. Le motif qui a inspiré le proposant du décret est double : démontrer l’existence d’un lien religieux atypique entre Athènes et Delphes à travers le culte d’Apollon Pythien et mettre en évidence le rôle éminent d’Athènes dans le salut “de tous les Grecs en commun”, par le relais d’Apollon.

  • 67 Cf. supra, p. 98.
  • 68 Cf. supra, p. 97, 98.
  • 69 l. 24 ; pour la Pythaïde, FD III.2, 47, l. 4-6, cf. infra, p. 99.
  • 70 Cf. infra, p. 155-177.

141Le lien entre Athènes et Delphes remonte à l’époque archaïque, mais s’est consolidé avec la victoire grecque dans la Deuxième guerre médique. Athènes a, certes, pris une grande part à la victoire grâce à sa flotte, mais elle a admirablement orchestré la publicité du rôle qu’elle avait joué, notamment sur le site même du sanctuaire delphique : la construction du Trésor des Athéniens, consacré comme dîme du butin pris sur les Perses, en est la manifestation la plus éclatante67. L’année suivant la gravure de notre décret, les Athéniens inscriront sur son mur sud le texte des hymnes exécutés durant la Pythaïde de 128/127 afin d’en pérenniser le souvenir et peut-être aussi l’efficacité religieuse68. La réforme du culte civique d’Apollon Pythien va de pair avec la restauration de la Pythaïde également commanditée par des oracles du dieu69. Ces deux entreprises affirment le caractère exceptionnel d’Athènes qui est la seule cité à entretenir ainsi un rapport privilégié avec le dieu de Delphes, alors même qu’elle contrôle, dans le même temps, le sanctuaire d’Apollon de Délos avec le reste de l’île. Ce lien exceptionnel est d’autant plus remarquable que l’Apollon Pythien s’est manifesté comme le sauveur de tous les Hellènes dans les Guerres médiques (l. 10). Pour les Athéniens, accroître les honneurs qui lui sont rendus revient donc, à la fois, à rappeler à tous le rôle d’Athènes dans la victoire sur les Barbares, obtenue grâce à l’appui du dieu (l. 5-6) et à faire de leur cité la dépositaire de l’hellénisme. Ces préoccupations sont également présentes dans les décrets éphébiques70.

  • 71 Holleaux 1890, 25.
  • 72 Plut., Propos, 717 d.

142Une partie des rites évoqués dans le décret de réforme des Thargélies est traditionnelle (πάτριος [l. 2, 14], τὰ πάτρια [l. 18], κατὰ τὰ πάτρια [l. 47), κατὰ καὶ πρότερον [l. 55], κατὰ καὶ ἔμπροσθεν [l. 56])71, mais des innovations sont aussi introduites, ou du moins des restaurations, notamment, semble-t-il, la fête civique des Thargélies, qui était avec les Pyanepsies l’une des deux célébrations majeures en l’honneur d’Apollon à Athènes. À l’époque classique, les Thargélies comprenaient un sacrifice, une procession, un concours littéraire. Elles avaient lieu en Thargèliôn, le 7, chiffre sacré rappelant le jour de naissance d’Apollon72. Elle commençait par un rituel cathartique : la veille, le 6, deux pharmacoi avaient parcouru toute la ville pour y collecter les souillures ; sur leur passage, les Athéniens les avaient frappés avec des branches de figuiers, puis les boucs-émissaires avaient été expulsés de la ville, emportant ainsi toutes les souillures qui, sinon, auraient pu nuire à la cité, en particulier en provoquant des épidémies (le loimos est déclenché par une souillure religieuse) ou en empêchant les céréales de venir à maturité. Helladios décrit le rituel et en donne l’aition :

ἔθος ἦν Ἀθήναις φαρμακοὺς ἄγειν δύο, τὸν μὲν ὑπὲρ ἀνδρῶν, τὸν δέ ὑπὲρ γυναικῶν, πρὸς τὸν καθαρμὸν ἀγομένους. καὶ ὁ μὲν τῶν ἀνδρῶν μελαίνας ἰσχάδας περὶ τὸν τράχηλον εἶχε, λευκὰς δ᾿ἅτερος. συβάκχοι δέ φησιν ὀνομάζοντο. τὸ δὲ καθάρσιον τοῦτο λοιμικῶν νόσων ἀποτροπιασμὸς ἦν, λαβὸν τὴν ἀρχὴν ἀπὸ Ἀνδρόγεω τοῦ Κρητός, οὗ τεθνηκότος ἐν ταῖς Ἀθήναις παρανόμως τὴν λοιμικὴν ἐνόσησαν οἱ Ἀθηναῖοι νόσον καὶ ἐκράτει τὸ ἔθος ἀεί καθαίρειν τήν πόλιν τοῖς φαρμακοῖς.

  • 73 Helladios in Photios Bibl. 8. 279.534 a (éd. R. Henry CUF 1977) ; cf. Deubner 1932, 179-188 ; Parke (...)

C’était la coutume à Athènes de chasser deux boucs émissaires (pharmacoi), l’un au nom des hommes, l’autre au nom des femmes, qui étaient chassés dans un but cathartique. Le bouc-émissaire des hommes portait un collier de figues noires, celui des femmes de figues blanches. D’après l’auteur, on les appelait subacchoi (“bacchants aux figues”). Ce processus cathartique était apotopraïque pour les épidémies ; son origine remonte au Crétois Androgée dont la mort d’une main criminelle à Athènes avait causé une épidémie chez les Athéniens et c’est à partir de là que la coutume s’était imposée de toujours purifier la cité au moyen des boucs-émissaires73.

  • 74 Mikalson 1998, 272-273 ; Deubner 1932, 188-198.

143Cette première phase cathartique terminée, une seconde s’ouvrait, marquée par des consécrations faites à Apollon. Le 7, on faisait cuire dans une marmite (chytra ou chytros) les prémices des céréales qui donnent leur nom (thargélia) à la fête. On les emportait dans la procession pour les offrir à Apollon, puis avaient lieu les sacrifices en l’honneur du dieu74.

  • 75 CID IV, 114 (= Le Guen 2001, n° 10).

144Les attendus du décret sont particulièrement circonstanciés et rappellent en plusieurs points le décret delphien en l’honneur des technites athéniens75 : ainsi les rapports entre les Athéniens et les dieux sont présentés clairement comme un équilibre, voire un échange entre le respect de la tradition (πατριόν, [ἔ]θος, ὑπὸ τῶν προγόνων παραδεδομένον, l. 2-4) et les faveurs qui en résultent, les victoires militaires étant la traduction la plus nette de l’excellence de ces relations (l. 5-7). Cet argument ne laisse pas de surprendre car, à l’évidence, dans le dernier tiers du iie siècle, Athènes ne brille pas par ses victoires militaires ; l’allusion vaut, en fait, pour l’époque des Guerres médiques, moment où Athènes a établi à la fois sa suprématie militaire et culturelle (si la puissance militaire appartient au passé, en revanche Athènes a réussi à conserver son prestige culturel).

  • 76 Mikalson 1998, 273 et Chaniotis 1995, 153-154.
  • 77 Dem., Couronne, 141 ; cf. De Schutter 1987, 124 et n. 122.
  • 78 Plat., République, 4.427 c : οὗτος γὰρ δήπου ὁ θεὸς περὶ τὰ τοιαῦτα πᾶσιν ἀνθρώποις πάτριος ἐξηγητὴ (...)

145Du point de vue religieux, il est rappelé comment les différentes épiclèses d’Apollon sont liées entre elles, à Athènes, dans la version locale du mythe et dans le système des fêtes civiques : Apollon est à la fois Patrôos (comme père d’Ion), Pythios, Alexicacos (Pausanias mentionne une statue d’Alexicacos près du sanctuaire de Zeus Patrôos sur l’agora [1.3.4]) et Sauveur de tous les Grecs76. La formule que nous lisons l. 8-9 est employée presque textuellement par Démosthène : τὸν Ἀπόλλω τὸν Πύθιον ὃς Πατρῷος ἐστι τῇ πόλει77. L’“exégète des biens” fait allusion aux oracles du dieu de Delphes et à son rôle dans la législation et dans la vie religieuse en général (ainsi Platon dit de lui que “ce dieu, interprète traditionnel de la religion (ἐξηγητὴς πάτριος), s’est établi au centre et au nombril de la terre pour guider le genre humain”78).

  • 79 Tracy 1982a ; Karila-Cohen 2005a, 73.

146Les Thargélies sont l’une des fêtes les plus anciennes du calendrier attique et comportent notamment l’offrande des prémices à Apollon avant la récolte proprement dite. Elles ont donc une analogie avec la Pythaïde qui a également lieu au mois de Thargèliôn (mai-juin) puisque les Athéniens apportent à Apollon lors de la Pythaïde les aparchai (même si au iie s., elles ne consistent plus en céréales, parmi les premières arrivées à maturité, mais en une somme d’argent)79.

147La fête comporte une procession et des sacrifices, comme son nom l’indique : “les sacrifices et les processions” (l. 26) ou “le sacrifice et la procession” (l. 61). Le règlement prescrit plusieurs sacrifices :

  • un sacrifice en l’honneur d’Apollon (sans épiclèse) conforme aux oracles (l. 23-24) dont une lacune empêche de connaître la nature et qu’accomplissent l’archonte-roi, l’archonte éponyme et les stratèges (l. 24-26).

  • un sacrifice accompli par les prêtres et les prêtresses (l. 32-33)

    • 80 Le sens de cette expression n’est pas clair : elle pourrait refléter le fait que la cité s’abstient (...)
    • 81 Sur les hiéropoioi : Garland 1984, 117. Organisés en collège de dix citoyens, dont certains exerçai (...)

    aux Thargélies, une procession à laquelle participent le prêtre d’Apollon Pythios, les exégètes, les autres prêtres, les neuf archontes, le hiérophante, le dadouque et ceux qui les accompagnent habituellement (pour les Mystères d’Éleusis)80, les agônothètes du concours qui a lieu près du Pythion, les chorèges et les hiéropoioi81 (l. 32-37),

  • un sacrifice près du Pythion par le prêtre (qui reçoit comme casuel les parts traditionnelles) : une truie adulte à Apollon Alexikakos (l. 54), un bovin à Apollon Patrôos (l. 54-55), un bovin à Apollon Pythios (l. 55).

  • un sacrifice (?) par les trésoriers du fonds de blé et le trésorier de la boulè

  • les sacrifices des prytanes.

  • 82 Colin 1905b, 12-13.

148Le sanctuaire du Pythion est le lieu le plus important dans le déroulement des Thargélies : c’est là qu’aboutit la procession du 6, là que se déroulent le sacrifice ainsi que les concours de rhapsodies et de chants accompagnés de cithare82.

  • 83 Parker 1996, 95-96 ; Amandry 1977.
  • 84 Simon 1983, 78 et Pl. 23.2 (CVA Copenhagen 4 pl. 47).

149Les concours appartenaient à la fête de l’époque classique ; les trépieds commémorant les victoires aux concours de dithyrambe des Thargélies au ve s. en témoignent. Ils constituaient probablement le second festival civique le plus important, après les Dionysies. Ils comprenaient deux épreuves où s’affrontaient cinq chœurs d’hommes adultes et cinq chœurs de paides, représentant cinq des dix tribus83. Les tribus qui remportaient des épreuves dédiaient des trépieds à l’Apollon Pythios dans son sanctuaire, ce que montre probablement un cratère attique à figures rouges où une Nikè apporte un trépied au-dessus de l’autel84.

Conclusion

  • 85 IG II2, 3064-3069 et peut-être aussi 3063, 3070, 3071, 3072 (entre 384/383 et le milieu du ive sièc (...)

150Ce décret ne marque certainement pas une “restauration” des Thargélies, car il est improbable que la fête ait été véritablement interrompue. Plusieurs passages du texte le montrent : οὐ μόνον διατηροῦντες τὰ πάτρια, ἀλλὰ καὶ προσεπ[αύ]ξοντες τάς τε θυσίας καὶ τὰς τιμὰς (l. 17-18), λαμ)[βάνων τὰς] αὐτὰς μερίδας καθὰ καὶ πρότερον (l. 55). Ce sont peut-être les concours qui avaient cessé d’être célébrés car nous possédons une série continue de quarante années de dédicaces chorégiques, puis qui s’interrompent ensuite, peut-être parce que Démétrios de Phalère abolit la chorégie à la fin du ive s.85.

Fig. 3. Athènes : région de l’Olympeion et de l’Ilissos (d’après Travlos 1971, p. 291, fig. 379).

Fig. 3. Athènes : région de l’Olympeion et de l’Ilissos (d’après Travlos 1971, p. 291, fig. 379).

151Ce règlement appartient à la série de textes bâtis sur l’opposition entre des dispositions conformes à la tradition et des innovations (qu’il sert à introduire).

  • 86 Parke-Wormell 1956, I, 320-377.
  • 87 FD III.2.47, l. 2.

152L’allusion à des oracles (l. 23-24) est également caractéristique de ce type de textes, car pour introduire une innovation dans la tradition il faut demander l’assentiment des dieux, singulièrement celui d’Apollon Pythios, qui était principalement consulté sur ce type de sujets, comme H. W. Parke et D. E. W. Wormell l’ont montré86. Il s’agit, en fait, de donner plus d’éclat à une fête qui en avait peut-être perdu. Cette initiative s’inscrit, d’une part, dans le contexte créé à la fois par le retour au premier plan d’Athènes dans l’amphictionie delphique, une fois les Étoliens battus par les Romains, et par le contrôle d’Athènes sur Délos et sur ses cultes et, d’autre part, dans le désir des Athéniens d’augmenter les honneurs traditionnels dus aux dieux (αὔξειν δὲ προειρειμένα τὰ νόμιμα καὶ τὰ πάτρια τῶν θεῶν)87.

  • 88 Cf. infra, p. 276-293.

153L’intérêt porté à Apollon Patrôos ne dépend peut-être pas entièrement de celui que les Athéniens manifestent pour l’Apollon de Delphes. En effet, une politique de régénération des cultes civiques accorde logiquement une importance particulière à ceux qui sont en rapport direct avec la définition du statut de citoyen et avec la reproduction du corps civique. Rappeler le caractère traditionnel des Thargélies et donner plus d’éclat à certains des rites qui les composent, c’est aussi affirmer que le corps civique se renouvelle toujours en fonction des mêmes principes, ce qui implique que demeurent la différence radicale de statut entre citoyens et non-citoyens et la cohésion qu’elle produit à l’intérieur du corps civique. Dans le dernier tiers du iisiècle, la publication des règlements des Molpoi à Milet participe probablement d’une motivation analogue88.

La restauration des Théseia

154Elle peut être datée de 165/164, c’est-à-dire de la “Restitution” de Skyros en même temps que de Délos ; cependant, le premier décret en l’honneur d’un agônothète qui nous soit parvenu est légèrement postérieur à cette date (161/160).

155Bibliographie

156Deubner 1932, 224-226.

157Garland 1992, 82-98 (sur le culte de Thésée au vs.).

158Mikalson 1998, 252.

159Calame 1996, 153-156.

160Bugh 1990.

161Dontas 1983.

162Herter H. 1973 : RE Suppl. 13, 1045-1238, s.v. Theseus.

163Luce 1998.

164Kennell 1999.

165Schmalz 2006 (sur l’emplacement du Prytanée).

166N° 3. Athènes

167IG II2, 956.

168Décret en l’honneur de l’agônothète des Théseia et catalogue des vainqueurs.

169Date : 161/160 (archontat d’Aristolas).

170Publication

171U. Koehler, IG II, 444 (Michel 884) ; J. Kirchner, IG II2, 956.

172Cf. Ad. Wilhelm, Beiträge, 216, n. 203.

173Texte utilisé : Kirchner

174 L’intitulé manque.
[Ἀντ]ίδημος Κλεϊπ[πίδου - - - - - -εἶπεν. ἐπειδὴ]
[Νικ]ογένης Νίκωνο[ς ΦιλαçÔiδης χειροτονηθεὶς]
[ὑπὸ τ]οῦ δήμου Θησεί[ων ἀγωνοθέτης εἰς τὸν ἐνιαυ-]
[τ]ὸν τὸν ἐπὶ Ἀριστόλα [ἄρχοντος τήν τε πομπὴν]
l. 5 [ἔπεμψεν ε]ὐσ[χ]ήμ[ον]α [καὶ τ]ὴν θυσ[ίαν συνετέλε-]
[σεν τῶι Θησεῖ κ]ατὰ [τὰ π]άτρια καὶ τῆς λαμπά[δος καὶ]
[τοῦ γυμν]ικοῦ ἀγῶνος ἐποιήσατο τὴν ἐπ[ιμέλειαν]
[προ]ν[ο]ηθεὶς τοῦ μ[ηθένα τῶν ἀγωνιζομένων [ἀδι-]
[κήμ]α[τι] περιπεσεῖν. ἔθηκεν δὲ καὶ ἆθλα τοῖς ἀγω[νι-]
l. 10 [σαμέν]οις σπουδῆς οὐθὲν ἐλλείπων κατὰ τὰ ἐψηφισ-
[μέ]να [τ]ῶ[ι] δήμωι. παρεσκεύασεν δὲ καὶ ταῖς φυλαῖς
[τ]αῖ[ς νι]κώσαις ἆθλα τῶν τε ἱππέων καὶ τῶν ἐπιλέ-
[κτων], ὁμοίως δὲ καὶ τοῖς ἐκ τῶν ἐθνῶν τάγμασιν, καὶ
[τα]ῦτα ἀνέθηκεν. ἔδωκεν δὲ καὶ τ)eι βουλ)eι καθέσιμον
l. 15 [δρ]αχμὰς uac. ΧΗΗ uac. καὶ τοῖς πρυτάνεσιν εἰς θυσίαν vac. Η vac.
ἀνέθηκεν δὲ καὶ στήλην ἐν τῶι τοῦ Θησέως τεμέ-
νει εἰς ἣν ἀνέγραψε τοὺς νικήσαντας, καὶ εἰς ταῦ-
τα πάντα ἀπολογίζεται ἀνηλωκὼς ἐκ τῶν ἰδίων
ὑπὲρ τὰς δισχίλιας ἑξακοσίας ἐνενήκοντα δραχμάς.
l. 20 καὶ περὶ ἁπάντων ὧν ὠικονόμηκεν ἀπενήνοχεν λό-
γους εἰς τὸ Μητρῶιον καὶ πρὸς τοὺς λογιστὰς καὶ τὰς
εὐθύνας ἔδωκεν. ὅπως οὖν καὶ ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος
μνημονεύοντες φαίνωνται τῶν εἰς ἑαυτοὺς φιλοτι-
μουμένων καὶ ἑτοίμως διδόντων εἰ(ι)ς τὰς ἐπιμελείας,
l. 25 ἀγαθ)eι Τύχει, δεδόχθαι τ)eι βουλ)eι τοὺς λαχόντας προ-
[έ]δρους εἰς τὴν ἐπιοῦσαν ἐκκλησίαν χρηματίσαι
[π]ερὶ τούτων, γνώμην δὲ ξυμβάλλεσθαι τῆς βουλῆς
[ε]ἰς τὸν δῆμον ὅτι δοκεῖ τ)eι βουλ)eι, ἐπαινέσαι
[Νικογ]ένην Νίκωνος ΦιλαçÔiδην καὶ στεφανῶσαι αὐτὸν
l. 30 [χρυσῶ]ι στεφάνωι κατὰ τὸν νόμον εὐνοίας ἕνε-
[κεν καὶ] φιλοτιμίας ἣν ἔχων διατελεῖ περί τε τὴν
[βουλ]ὴ[ν] καὶ τὸν δῆμον τὸν Ἀθηναίων. ἀναγορεῦσ[αι]
[δὲ τὸν] στέφανον Διονυσίων τε τῶν ἐν ἄστει καινο[ῖς]
[τ]ρ[αγωιδ]ο[ῖ]ς καὶ Παναθηναίων καὶ Ἐλευσινίων καὶ Πτολε-
l. 35 [μαίων το]ῖς γυμνικοῖς ἀγῶσιν. ἀναγ[ράψ]αι δὲ τόδε τὸ ψή-
[φισμα τὸν γ]ραμματέα τὸν κατὰ πρυτανείαν εἰς στήλην
[ἐν ἧι καὶ ο]ἱ νενικηκότες. uac.
uac.
ἡ βουλὴ
ὁ δῆμος
Νικογένην
Νίκωνος
Φιλαiδην.
Suit la liste des vainqueurs.

175Traduction

  • 89 kata ta patria.
  • 90 épilectoi.
  • 91 tagmata.
  • 92 Cf. Fröhlich 2004, 69-71.
  • 93 Un nouvel agôn tragique fut institué aux Grandes Dionysies après la libération de la cité par Démét (...)

176l. 1 [Anti]dèmos, fils de Cleïp[pidès] […] a fait la proposition. [Attendu que Nic]ogénès, fils de Nikôn, [(du dème) de Philaïdes, ayant été élu] par le Peuple [agônothète] des Théseia pour l’année où Aristolas était archonte (161/160), [a escorté la procession] d’une manière convenable et [accompli] le sacrifice [en l’honneur de Thésée] selon l’usage ancestral89 et qu’il s’est chargé d’organiser la course aux flambeaux et le concours gymnique, en ayant à l’esprit le souci qu’aucune irrégularité ne frappe [les participants aux concours], (qu’)il a aussi fourni des récompenses pour ceux qui ont concouru sans négliger aucune (marque de) zèle, conformément aux décrets du Peuple et (qu’)il a aussi fait fabriquer les récompenses pour les tribus victorieuses aux épreuves des cavaliers et du corps d’élite des cavaliers90 ainsi que pour les escadrons91 d’étrangers et les a consacrées, (attendu qu’)il a aussi remis uac. 1200 uac. drachmes comme indemnité de séance pour le conseil et vac. 100 vac. aux prytanes pour un sacrifice et (attendu qu’)il a fait placer une stèle dans le sanctuaire de Thésée sur laquelle il a fait graver (le nom des) vainqueurs, et, (que), pour tout cela, il paie en prenant sur ses propres biens plus de 2690 drachmes et (que), pour toutes ces (dépenses) dont il assurait la gestion, il a déposé ses comptes au Métrôon et auprès des vérificateurs et s’est soumis à reddition de comptes92. Afin donc que le Conseil et le Peuple montrent qu’ils gardent le souvenir de ceux qui ont fait preuve d’amour des honneurs à leur égard et qui se consacrent volontiers aux magistratures, à la bonne Fortune, plaise au Conseil que les proèdres tirés au sort pour la prochaine réunion de l’Assemblée mettent cette question en débat, et qu’ils introduisent une proposition du Conseil devant le Peuple, comme quoi le Conseil décide de décerner l’éloge à Nicogénès, fils de Nikôn, (du dème) de Philaïdes et de le couronner d’une couronne d’or selon la loi, pour prix de la bienveillance et de l’amour des honneurs dont il n’a cessé de faire preuve à l’égard du Conseil et du Peuple des Athéniens. Que la couronne soit proclamée dans le concours des tragédies nouvelles des Dionysies urbaines93 et dans les concours gymniques des Panathénées, des Éleusinia et des Ptolémaia. Que le secrétaire de la prytanie fasse graver ce décret sur la même stèle que (le nom) des vainqueurs. uac.
uac

177l. 38 Le Conseil
(et) le peuple
(en l’honneur de) Nicogénès,
fils de Nicôn,
(du dème) de
Philaïdes.
l. 43 Sous l’archontat d’Aristolas, voici les vainqueurs des concours des Théseia :
(Suivent les noms des vainqueurs...)

178N° 4. Athènes

179IG II2, 957.

180Décret en l’honneur de l’agônothète des Théseia et catalogue des vainqueurs.

181168/167 selon J. Kirchner, mais l’inscription gravée sous l’archonte Anthestèrios est datée de 157/156 par S. V. Tracy (1990, p. 240).

182Publication

183J. Kirchner, IG II2, 957.

184Cf. SEG 16.99 ; 40.169, 1640 (sur les épreuves du concours) ; 46.137 (sur la localisation du Théseion) ; Ch. Kritzas, AD 50(1995) B[2000] 16 précise que les fragments ont été recollés au Musée (EM 7751), cf. SEG 48.113.

185Texte utilisé : Kirchner

186 L’intitulé manque.
Δημότιμος Πυθοδώρου Αἰγιλι[εὺς εἶπεν. ἐπειδὴ Θεο- - - - - -- - - - -- - - - -- - - - -]
χειροτονηθεὶς ὑπὸ τοῦ δήμου Θησε[ίων ἀγωνοθέτης εἰς τὸν ἐνιαυτὸν τὸν ἐπὶ Ἀν-
θεστηρίου ἄρχοντος τήν τε πομπὴν ἔ[πεμψ]εν [εὐσχήμονα- - - - - καὶ τὴν]
θυσίαν συνετέλεσεν τῶι Θησεῖ κατὰ τὰ πάτρια καὶ τ[ῆς λαμπάδος καὶ τοῦ γυμνικοῦ]
l. 5 ἀγῶνος καὶ τοῦ ἱππικοῦ ἐποιήσατ[ο τ]ὴν ἐπιμέλειαν ἴσω[ς. ἔθηκεν δὲ καὶ ἆθλα
κα[λὰ] καὶ εὐσχήμονα τοῖς ἀγωνισαμ[ένοι]ς κατὰ τὰ ἐψηφισμέ[να τῶι δήμωι φιλοτι-
μίας οὐθὲν ἐλλείπων. παρεσκεύασ[εν] δὲ καὶ ταῖς φυλαῖς [ταῖς νικώσαις ἆθλα]
τῶν ἱππέων ὁμοίως δὲ καὶ τοῖς ἐκ τῶ[ν] ἐθνῶν τάγμασιν, κ[αὶ ταῦτα ἀνέθηκεν]
κατασκευάσας ὁπλοθήκην ἀξίαν τοῦ δοθέντος ἑαυτώι τ[όπου. ἔδωκεν δὲ καὶ τ)eι βουλ)eι καθέ-]
l. 10 σιμον δραχμὰς uac. ÂΗ uac. καὶ τοῖς πρυτάνεσιν εἰς θυσίαν uac. [- - -]uac. ἀνέθηκεν δὲ καὶ]
στήλην ἐν τῶι τοῦ Θησέως τεμένει εἰς ἣν ἀνέγραψεν τ[οὺς νικήσαντας, [- - - - -8-- - - - -]
τὴν σκιάδα ἐπιδείξας τῆι βουλῆ[ι] τὰς γενομένας πε- - - - - -- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -
- - -10- - - - - Γ - - - - -ΑΤΟ καὶ εἰς πάντ[α - - -7- - -]ΜΕΝ- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -
[- - - - -- - - - -- - - - -ἐπιμε]λεί[ας. ἀγαθ)eι Τύχει, δεδόχθαι τ)eι βουλ)eι τοὺς λα]-
l. 15 [χόντας προέδρους εἰς τὴν ἐπι]οῦσαν ἐ[κκλησίαν χρηματίσαι [π]ερὶ τούτων, γνώμην δὲ ξυμ]-
[βάλλεσθαι τῆς βουλῆς εἰς τὸν δ]ῆμον ὅτι δοκεῖ [τ)eι βουλ)eι, ἐπαινέσαι Θεο- - - - -- - - - -]
[καὶ στεφανῶσαι αὐτὸν χρυσῶι σ]τεφάνωι κατὰ τ[ὸν νόμον εὐνοίας ἕνεκεν καὶ φιλοτιμίας ἣν]
[ἔχων διαλτελεῖ περί τε τὴν βουλὴ]ν τε καὶ τὸν δῆμον τὸ[ν Ἀθηναίων. ἀναγορεῦσαι δὲ τὸν στέφανον]
[Διονυσίων τῶν ἐν ἄστει τραγω]ιδῶν τῶι καινῶι ἀγ[ῶνι καὶ Παναθηναίων καὶ Ἐλευσινίων καὶ Πτο]
l. 20 [λεμαίων τοῖς γυμνικοῖς ἀγῶ]σιν, τῆς δὲ ἀναγορεύσε[ως ἐπιμεληθῆναι τοὺς στρατηγούς. ἀναγράψαι]
[δὲ τόδε τὸ ψήφισμα τὸν γραμ]ματέα τὸν κατὰ πρυτανείαν [εἰς στήλην ἐν ἧι καὶ οἱ νενικηκότες.
uac.
ἡ βουλὴ
ὁ δ[ῆ]μο[ς]
Θεο- -
Suit la liste des vainqueurs.

187Traduction

  • 94 kata ta patria.
  • 95 tagmata.
  • 96 L.S.J. : le mot vient de καθίζω.

188l. 1 Dèmotimos, fils de Pythodôros (du dème) d’Aigilia [a fait la proposition. Attendu que Théo-, fils d’untel, du dème de …], ayant été élu comme agônothète des Théseia par le Peuple pour l’année de l’archontat d’Anthestérios, a escorté la procession [d’une façon convenable ………. et] accompli le sacrifice pour Thésée selon l’usage ancestral94 et qu’il s’est chargé d’organiser la course aux flambeaux et le concours gymnique, dans le respect de l’équité, (attendu qu’) [il a fourni des récompenses] belles et appropriées pour ceux qui ont concouru, conformément aux décrets du Peuple, sans négliger aucune (marque d’)amour des honneurs et (attendu qu’)il a aussi préparé les récompenses pour les tribus victorieuses aux épreuves des cavaliers, ainsi que pour les escadrons95 d’étrangers et les a consacrées, ayant fait fabriqué une hoplothèque digne du lieu qui lui a été accordé, (attendu qu’)il a aussi remis 1200 drachmes comme indemnité de séance pour le Conseil96 et uac. cent uac. drachmes aux prytanes pour un sacrifice uac. […] uac. et (qu)’il a fait placer une stèle dans le sanctuaire de Thésée sur laquelle il a fait graver (le nom des) vainqueurs… la tholos…. ayant montré au Conseil les [---?] advenus, à la bonne Fortune ! plaise au Conseil que les proèdres tirés.
l. 14 au sort pour la prochaine réunion de l’Assemblée mettent ce sujet en débat, et qu’ils introduisent une proposition du Conseil devant le Peuple comme quoi le Conseil décide de décerner l’éloge à Théo- ?, fils d’untel, (du dème) de ? et de le couronner d’une couronne d’or selon la loi, pour prix de la bienveillance et de l’amour des honneurs dont il n’a cessé de faire preuve à l’égard du Conseil et du Peuple des Athéniens. Que la couronne soit proclamée dans le concours des tragédies nouvelles des Dionysies urbaines et dans les concours gymniques des Panathénées, des Éleusinia et des Ptolémaia. Que les stratèges se chargent de la proclamation. Que le secrétaire de la prytanie fasse graver ce décret sur la même stèle que (le nom) des vainqueurs.
uac.
l. 22 Le Conseil
(et) le peuple
(en l’honneur de) Théo- ?,
fils de ?,
(du dème) de ?
l. 43 Sous l’archontat d’Anthestèrios, voici les vainqueurs des concours des Théseia :
(Suivent les noms des vainqueurs.)

189N° 5. Athènes

190IG II2, 958.

191Décret en l’honneur de l’agônothète des Théseia et catalogue des vainqueurs.

192J. Kirchner : c. 155/154.

193Publication

194J. Kirchner, IG II2, 958.

195Photographie dans J. Kirchner-G. Klaffenbach, Imagines, 1948, n° 104.

196Date

197J. Kirchner : c. 155/154.

198Tracy (1990, 241) : 153/152 ou 149/148.

199Cf. Chr. Habicht, “The eponymous Archons of Athens” ; Hesperia 57(1988), 237-247.

200Texte utilisé : IG II2, 958.

201 L’intitulé manque.
Κόνων Κόνωνος Κειριάδης [εἶπεν. ἐπειδὴ] Μιλτιά[δης]
ΖωçÔiλου Μαραθώνιος χειροτο[νηθεὶς ὑπὸ τοῦ] δήμ[ου]
[Θη]σε[ίων ἀγωνοθέ]της ε[ἰ]ς τ[ὸν] ἐνια[υτὸν τὸν ἐ]πὶ Φαιδρί-
[ο]υ ἄρχον[το]ς [τήν τε πομπὴν ἔπ]εμψε[ν εὐσχήμ]ονα καὶ τὴν
l. 5 θυσίαν συνετέλεσε[ν τῶι] Θ[η]σεῖ κατὰ τ[ὰ πάτρια κ]αὶ τῆς λαμ-
πάδος καὶ τοῦ γυμ[νικοῦ ἀγ]ῶνος ἐποιή[σατο πᾶσα]ν ἐπιμέλειαν
[προνοηθεὶ]ς τοῦ μ[ηθένα τῶ]ν ἀγωνιζομ[ένων] ἀδικήματι περι-
π[εσεῖν. ἔθηκεν] δὲ καὶ ἆ[θλ]α τοῖς ἀγωνισα[μέν]οις σπουδῆς οὐ[θὲ]ν
ἐλλ[είπων κατ]ὰ τὰ ἐψηφισμένα τῶι δήμ[ωι]. παρεσκεύασε[ν δὲ καὶ]
l. 10 ταῖς φ[υλαῖς τα]ῖς νικώ[σ]αις ἆθλα τῶν τε ἱππέων καὶ τῶν ἐπ[ιλέκτων],
ὁμο[ίως δὲ κ]αὶ τοῖς ἐκ τῶ[ν] ἐ[θ]νῶν τάγμ[ασιν, καὶ τ]αῦτα ἀν[έθηκεν].
ἔδω[κεν δὲ κ]αὶ τ)e[ι] βουλ)e[ι καθέσ]ιμον [δρ]αχμὰς uac. ΧΗΗ uac. καὶ τοῖς πρυ-
τάν[εσιν εἰς] θυσίαν Η uac. ἀν[έθη]κεν δὲ καὶ στήλην ἐν τῶι τοῦ
Θησ[έως τε]μένει εἰς ἣν ἀν[έγρ]αψε τοὺς νικήσαντας, καὶ εἰς ταῦτα
l. 15 ἅπ[αντα] ἀπολογίζετα[ι ἀνη]λωκὼς ἐκ τῶν ἰδίων ὑπὲρ τὰς τρισ-
χίλ[ι]ας [τ]ριακοσίας ἐνε[νή]κοντα δραχμάς. καὶ περὶ ἁπάντων
ὧν ὠικο[νό]μηκεν ἀπεν[ή]νοχεν λόγους εἰς τὸ Μητρῶιον καὶ
πρὸς τοὺ[ς λ]ογιστὰς καὶ [τὰ]ς εὐθύνας ἔδωκεν. ὅπως οὖν καὶ
ἡ βουλὴ κα[ὶ] ὁ δῆμος μνημονεύοντες φαίνωνται τῶν εἰς
l. 20 ἑαυτοὺς φ[ι]λοτιμουμένων καὶ ἑτοίμως διδόντων εἰς τὰς
ἐπιμελείας, uac. ἀγαθ)eι Τύχει δεδόχ[θαι τ])eι βουλ)eι τοὺς λα-
χόντας προέδρους εἰς τ[ὴ]ν ἐπιοῦσ[αν ἐκκλ]ησίαν χρηματί-
σαι περὶ τούτων, γνώμην [δ]ὲ ξυμ[βάλλεσθ]αι τῆς βουλῆς
εἰς τὸν δῆμον ὅτι δοκεῖ τ[)eι βο]υλ[)eι, ἐπαινέσαι Μ]ιλτιάδην
l. 25 ΖωçÔiλου Μαραθών[ι]ον καὶ στε[φαν]ῶσαι αὐτὸν χρυσῶι στεφά-
νωι κατὰ τὸν νόμ[ον] εὐνοίας ἕν[εκε]ν καὶ φιλοτιμίας ἣν ἔχων
διατελεῖ περί τε τὴμ [β]ουλὴν καὶ [τὸν] δῆμον τὸν Ἀθηναίων.
δεδόσθαι δὲ αὐτῶι κ[αὶ] τόπον ἀν[α]θέσει τῆς ὁπλοθήκης ἐν τῆι
στοᾶι τοῦ Ῥωμαίου. ἀναγορεῦσαι δὲ τὸν στέφανον Διονυσίων
l. 30 τε τῶν ἐν ἄστει καινοῖς τραγωιδοῖς καὶ Παναθηναίων καὶ Ἐλευ-
σινίων καὶ Πτολεμαίων τοῖς γυμνικοῖς ἀγῶσιν. ἀναγράψαι δὲ
τόδε τὸ ψήφισμα τὸν γραμματέα τὸν κατὰ πρυτανείαν εἰς
στήλην ἐν ἧι καὶ οἱ νενικ[η]κότες. uac.
uac.
ἡ βου[λὴ]
ὁ δῆμο[ς]
Μιλτιάδη[ν]
ΖωçÔiλου
Μαραθώνιον.
Suit la liste des vainqueurs
.

202Traduction

  • 97 kata ta patria.
  • 98 tagmata.
  • 99 Pour les sommes en drachmes : X signifie 1000 et H, 100 ; cf. Larfeld 1902, 544.

203l. 1 Conôn, fils de Conôn, (du dème) de Keiriadai [a fait la proposition]. Attendu que Miltiadès, fils de Zôïlos, (du dème) de Marathon ayant été élu par le Peuple agônothète des Théseia pour l’année où Phaidrias était archonte, a escorté la procession d’une manière convenable et accompli le sacrifice pour Thésée selon l’usage ancestral97 et (qu)’il s’est chargé d’organiser la course aux flambeaux et le concours gymnique, en s’assurant qu’aucune irrégularité n’affecte les concurrents, (qu’)il a fourni des récompenses à ceux qui ont concouru, sans négliger aucune (marque de) zèle, conformément aux décrets du Peuple et (attendu qu’)il a aussi fait fabriquer les récompenses pour les tribus victorieuses des épreuves des cavaliers et des concours pour les troupes d’élite ainsi que pour les escadrons98 d’étrangers et les a consacrées, (attendu qu’)il a aussi remis (uac.) 1200 (uac.) drachmes comme indemnité de séance pour le Conseil99 et (uac.) 100 (uac.) drachmes aux prytanes pour un sacrifice, (qu’)il a fait placer une stèle dans le sanctuaire de Thésée sur laquelle il a fait graver (le nom des) vainqueurs, et, (attendu que), pour tout cela, il paie en prenant sur ses propres biens plus de 3390 drachmes et (que) sur tous ces points dont il assurait la gestion, il a déposé ses comptes au Métrôon et auprès des vérificateurs et s’est soumis à reddition de comptes. Afin donc que le Conseil et le Peuple montrent qu’ils gardent le souvenir de ceux qui ont fait preuve d’amour des honneurs à leur égard et se consacrent volontiers aux magistratures (uac.), à la bonne Fortune ! Plaise au Conseil que les proèdres tirés au sort pour la prochaine réunion de l’Assemblée mettent ce sujet en débat, et qu’ils introduisent une proposition du Conseil devant le Peuple comme quoi le Conseil décide de décerner l’éloge à Miltiadès, fils de Zôïlos, du dème de Marathon et de le couronner d’une couronne d’or selon la loi, pour prix de la bienveillance et de l’amour des honneurs dont il n’a cessé de faire preuve à l’égard du Conseil et du Peuple des Athéniens. Qu’on lui accorde, en outre, un lieu pour l’érection d’une hoplothèque dans le portique de Rhômaios. Que la couronne soit proclamée dans le concours des tragédies nouvelles des Dionysies urbaines et dans les concours gymniques des Panathénées, des Éleusinia et des Ptolémaia. Que le secrétaire de la prytanie fasse graver ce décret sur la stèle où se (trouvent) également (le nom) des vainqueurs. (uac.)
(uac.)
l. 34 Le Conseil
(et) le peuple
(en l’honneur de) Miltiadès,
fils de Zôïlos, (du dème) de Marathon.
(uac.)
l. 39 Sous l’archontat de Phaidrias, voici les vainqueurs aux concours des Théséia.
(Suit la liste des vainqueurs).

Fig. 4. Athènes. Proposition de localisation de divers sanctuaires à l’est de l’Acropole par G. C. R. Schmalz (d’après Schmalz 2006, p. 35, fig. 1).

Fig. 4. Athènes. Proposition de localisation de divers sanctuaires à l’est de l’Acropole par G. C. R. Schmalz (d’après Schmalz 2006, p. 35, fig. 1).

204N° 6. Athènes

205IG II2, 1014 + 959 = SEG 40, 121.

206Décret en l’honneur d’un agônothète des Théseia.

207Date : 109/108 (archontat d’Iasiôn).

208Publication

209J. Kirchner, IG II2, 1014 + 959.

210Bibliographie

211Tracy, Nikephoros 4(1991), 135-136 (SEG 40.121 ; SEG 41.61).

212Texte utilisé : IG II2, 1014 + 959 = Tracy 1990, p. 184

213 Ἐπὶ Ἰάσονος ἄρχοντος τοῦ μετὰ Πολύκλει[τον ἐπὶ τῆς –c. 3-ίδος τετάρτης πρυτανεί-]
ας, ᾗ Ἐπιφάνης Ἐπιφάνου Λαμπτρεὺς ἐγρα[μμάτευεν· περὶ Θησείων--c. 10-
Καλλικράτου Στειριεὺς γράμματα τάδε π[αρέδωκεν εἰς τὴν βουλὴν καὶ τὸν δῆ-
μον. Πυανοψιῶνος ἕκτη ἱσταμένου, πέ[μπτηι τῆς πρυτανείας· βουλὴ ἐν βουλευτη-
l. 5 ρίωι· τῶν προέδρων ἐπεψήφιζεν Δεξίχαρις Φι[- - - -11- - - -. ἀντιγραφεὺς Στρά-]
τιος Φηγαιεὺς.
ἔδο[ξεν τῆι βουλῆι καὶ τῶι δημῶι]. uac.
[Θε]μιστοκλῆς Ὀλ[βίου Κηφισιεὺς εἶπεν. ἐπειδὴ- - - - -c. 25- - - - -- - - - -- - - - -]
ος χειροτονηθεὶ[ς ὑπὸ τοῦ δήμου Θησείων ἀγωνοθέτης εἰς τὸν ἐπὶ Ἰάσονος ἄρχον]-
l. 10 τος ἐνιαυτὸν το[ῦ μετὰ Πολύκλειτον τήν τε πομπὴν ἔπεμψεν εὐσχήμονα]
καὶ τὴν θυσίαν σ[υνετέλεσεν τῶι Θησεῖ κατὰ τοὺς νόμους καὶ τὰ ψηφίσματα]
τοῦ δήμου, προε[νοήθη δὲ- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -- - - - -]
καὶ ἐποιήσατο τὴ[ν ἐπιμέλειαν τῆς λαμπάδος καὶ τοῦ γυμνικοῦ ἀγῶνος προνοηθεὶς τοῦ μηδέν]
ἀδίκημα γενέσθ[αι τοῖς ἀγωνισαμένοις- - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - ὁμοί-]
l. 15 ως καὶ τῆς τῶν [- - - - -- - - - - - - - - ἔθηκεν δὲ καὶ ἆθλα καλὰ καὶ εὐσχήμο-]
να τοῖς ἀγωνισ[αμένοις κατὰ τὰ ἐψηφισμένα τῶι δήμωι σπουδῆς οὐδὲν ἐλλείπων. παρεσ-]

214 κεύασεν δὲ κα[ὶ ταῖς φυλαῖς ταῖς νικώσαις ἆθλα τῶν ἱππέων καὶ τῶν ἐπιλέκτων],
ὁμοίως δὲ κα[ὶ τοῖς ἐκ τῶν ἐθνῶν τάγμασιν, καὶ ταῦτα ἀνέθηκεν. ἔδωκεν δὲ καὶ τ)eι βουλ)eι]
[καθέσιμο]ν δ[ραχμὰς- - - - - - - - - - - - ]

215Traduction

216 Sous l’archontat d’Iasôn qui avait succédé à Polycleitos, alors que la tribu ---- ?---- exerçait la quatrième prytanie, sous laquelle Épiphanès, fils d’Épiphanès, (du dème) de Lamptrai était secrétaire. --- ?, fils de Callicratès (du dème de) Steiria transmit cette lettre au Conseil et au Peuple. Le 6 de Pyanepsiôn, le cinq de la prytanie. Conseil (réuni) dans la salle du Conseil. Parmi les proèdres, Dexicharis, fils de Phi------ a mis aux voix, Stratios (du dème de) Phègaia était secrétaire. Il a plu au Conseil et au Peuple. uac.
l. 9 Thémistoclès, fils d’Olbios [(du dème) de Képhisia a fait la proposition. Attendu que --25--] untel, élu [par le peuple comme agônothète des Théseia pour l’année où Iasôn était archonte à la suite de Polycleitos, a escorté la procession d’une manière convenable] et accompli le sacrifice [en l’honneur de Thésée conformément aux lois et aux décrets] du Peuple, (attendu qu’)il a eu à l’esprit de [-----–] et (qu’)il s’est chargé [d’organiser la course aux flambeaux et le concours gymnique] en s’assurant qu’aucune irrégularité n’affecterait [les concurrents ---- (attendu qu’)il a consacré des récompenses belles et appropriées pour les concurrents [conformément aux décrets, sans négliger aucune marque de zèle à l’égard du Peuple] et (qu’il) a aussi fait fabriquer [des prix pour les tribus victorieuses dans les concours des cavaliers et dans les concours des troupes d’élite], ainsi que pour [les escadrons d’étrangers et (qu’)il les a consacrés, (attendu qu’)il a aussi [remis --- drachmes comme indemnité quotidienne pour le Conseil]..... cetera desunt.

217Commentaire

  • 100 Reisch, RE s.v. agonothetes, 1894, 870.

218Les Théseia restaurées nous sont connues par une série de décrets honorant l’agônothète qui les organise (et, vraisemblablement, organise ce seul concours car il ne s’agit pas de l’agônothète de la cité, mais de celui des Théseia100) :

  • 161/160 (archontat d’Aristolas) : IG II2, 956 Décret en l’honneur de Nicogénès, fils de Nikôn de Philaïdes.

  • 157/156 (archontat d’Anthestérios) : IG II2, 957  Décret en l’honneur de Théo- ? (cf. Tracy 1990, 240).

  • 153/152 ou 151/150 (Kennell 1999, 257-258) ou 149/148 (archontat de Phaidrias) : IG II2, 958 Décret en l’honneur de Miltiadès, fils de Zôilos de Marathon (cf. Tracy 1990, 241).

  • 109/108 (archontat d’Iasiôn) : IG II2, 959 + 1014 (cf. Tracy 1990, 183-185). Le nom de l’agônothète est perdu.

219Les numéros 956, 957 et 958 sont gravés, chacun, sur une stèle de deux mètres de haut et de 50 cm de large ; le numéro 958 est couronné d’un fronton surmonté de trois acrotères. Il est précisé dans le décret que les stèles devaient être érigées dans le sanctuaire (téménos) de Thésée (956, l. 16-17 ; 957, l. 11 ; 958, l. 13-14). Une autre série (IG II2, 960-965) présente également des honneurs pour des agônothètes et des listes de vainqueurs aux Théseia. Malheureusement ces derniers décrets sont impossibles à dater ; on peut, cependant, supposer qu’ils sont postérieurs aux précédents.

  • 101 Mikalson 1998, 252 ; Bugh 1990, 25 ; sur Skyros, cf. infra, p. 122.
  • 102 Tracy 1990, 183-185.
  • 103 Mikalson 1998, 253.
  • 104 Graindor 1922, 205-207.

220La première célébration des Théseia restaurées eut lieu en 165/164 afin de marquer la “Restitution” à Athènes non seulement de Délos, mais aussi de Skyros101. Il faut ajouter aux trois décrets (956 à 958) en l’honneur des agônothètes des Théseia un quatrième texte que J. Kirchner plaçait à la même période : IG II2, 959 et que S. V. Tracy date désormais de 109/108. Le raccord de S. V. Tracy avec IG II2, 1014102 permet de constater que les Théseia n’ont pas été célébrées seulement durant une brève période, peu de temps après leur instauration : on voit, au contraire, qu’elles se sont maintenues au moins pendant plus d’une génération, comme le confirme aussi leur mention dans les décrets éphébiques du tournant des iie et ier siècles, jusqu’en 99/98103. De plus, elles sont attestées du début de l’époque impériale à la seconde moitié du iiie siècle p.C.104.

  • 105 Pélékidis 1962, 229.
  • 106 Kennell 1999 ; Habicht 1988 ; cf. SEG 49.120. Voir aussi la discussion chez Bugh 1990, 24-35.
  • 107 Hormis les fêtes pour Dionysos : Kerenyi 1976, ch. 5.

221N. Kennell a dénombré les festivals et les a redatés en tenant compte des corrections apportées par Chr. Habicht à la liste des archontes : il parvient ainsi à la conclusion que les inscriptions IG II2, 956, 957 et 958 ne sont pas les témoignages d’un festival pentétérique qui aurait eu lieu régulièrement en 161/160, 157/156 et 151/150 (comme on l’admettait généralement)105, mais un festival triétérique dont nous posséderions les témoignages pour 161/160, 157/156 et 151/150106. Rares sont les fêtes qui aient un rythme triétérique. Rares sont les fêtes triétériques, mis à part dans le culte de Dionysos. Du point de vue religieux, l’éphébie constituait une imitation de la geste héroïque de Thésée et, dans l’éphébie lycurguéenne qui durait deux ans les éphèbes participaient à une série de rituels que l’on interprétait comme des épisodes de la vie du héros. Dans ce contexte (ou dans l’imitation du modèle lycurguéen), il serait logique que les Théseia aient lieu tous les deux ans. En revanche, le rythme triétérique ne semble pas spécifiquement accordé au culte de Thésée. Peut-être avait-il simplement semblé raisonnable du point de vue financier107.

  • 108 Paus. 1.17.1 ; Plut., Thésée, 36.2. Cf. Bugh 1990, 20 avec la bibliographie n. 3.
  • 109 SEG 33.115.
  • 110 Cf. supra, p. 90 et infra, p. 170-171.
  • 111 Dontas 1983 ; Luce 1998, 14-19 ; Schmalz 2006, 35 et n. 12.

222La fête des Théseia honore Thésée, le héros athénien par excellence : comme les Athéniens sont autochtones, ils n’ont pas de héros fondateur. Cependant, au début de l’hégémonie athénienne, Cimon annexe Skyros dont il chasse les habitants et d’où il prétend rapporter les os de Thésée : à partir de ce moment (476/475) le fils d’Égée reçoit un culte héroïque sur son tombeau. Le Théseion est situé “au centre de la cité” d’après Plutarque108. Sa localisation est longtemps restée problématique, jusqu’à ce que G. Dontas découvre un décret en l’honneur de Timocritè, prêtresse d’Aglauros, daté de 247/245 a.C. dont le lieu de trouvaille a révélé l’emplacement de l’Aglaurion, sur la pente est de l’Acropole109. On savait que, comme le Théseion, le Basileion, le Boucolion et le Prytanée se trouvaient dans le même secteur que le sanctuaire d’Aglauros (fille de Cécrops qui, conformément à un oracle delphique et à l’instar de Thésée, avait sauvé la cité : elle s’était jetée du haut du rempart de l’Acropole pour mettre fin à la guerre qui opposait les Athéniens au Thrace Eumolpos, fils de Poséidon). C’est dans l’Aglaurion que, à l’époque d’Aristote, les éphèbes prêtaient serment et que, à l’époque hellénistique tardive, avait lieu le sacrifice d’inauguration marquant le début de l’éphébie110. Il faudrait donc aussi situer le Théseion dans ce secteur, à l’est de l’Acropole, près de la rue des Trépieds, là où la stèle pour Timocritè fut mise au jour111.

  • 112 Deubner 1932, 224-226.
  • 113 Eur., Suppliantes, 349-355.

223On offre à Thésée dans son sanctuaire un sacrifice le 8 de Pyanepsiôn, date supposée de son retour après sa victoire sur le Minotaure112 et veille de la grande fête des Pyanepsies en l’honneur d’Apollon. Le personnage, considéré comme historique, est alors vénéré comme l’auteur du synœcisme d’Athènes (ce qui, finalement, fait de lui un héros fondateur, sans que le mythe de l’autochtonie s’en trouve pour autant délaissé ou marginalisé) et même, d’une façon encore plus surprenante, puisqu’il est un roi dans le mythe, comme le créateur de la démocratie (ainsi dans les Suppliantes d’Euripide113).

  • 114 Mikalson 1998, 253.
  • 115 IG II2, 1496, l. 98-101 (Panathénées), 134-135 (Théseia).

224Les Théséia étaient célébrées depuis l’époque classique (probablement dès 475), mais elles furent abandonnées, le mythe ne reprenant du sens qu’à la fin de la domination macédonienne, lorsque le territoire athénien fut rétabli dans son intégrité114. Les Théseia revêtaient une grande importance à l’époque classique, car les comptes des trésoriers d’Athéna montrent que, en 322/321, leur organisation avait été plus coûteuses que celles des Petites Panathénées de l’année précédente115. On ignore en quoi elles consistaient à ce moment-là et, en particulier, si elles comportaient des concours, mais on sait qu’elles étaient annuelles.

  • 116 Sous Commmode, en184/185, une inscription impériale (IG II2, 1125 + 2291 A = SEG 50.155, l. 41) le (...)
  • 117 Cf. infra p. 176-177.

225Thésée, auteur du synœcisme, est aussi le modèle de l’éphèbe116 car il a dû pour faire valoir ses droits sur le trône d’Athènes, faire la preuve de sa légitimité royale, de son courage guerrier et de sa détermination à épouser les intérêts de la cité, à travers une série de travaux consistant dans l’élimination de monstres ennemis de la civilisation. Or, les Athéniens ont besoin dans cette seconde moitié du IIsiècle de revivifier leur système de valeurs civiques : vénérer Thésée, c’est reconnaître en lui le héros que doivent imiter les éphébes afin de se montrer dignes de leurs prédécesseurs et conformes au modèle que l’institution perpétue, même si elle ne joue plus de rôle dans l’accession au statut de citoyen, et même si, paradoxe ultime, véhicule du patriotisme civique, elle s’est ouverte aux étrangers117.

226Une inscription de l’époque de Commode montre clairement le sens que les Athéniens attribuaient à la geste de Thésée en tant que modèle de l’éphébie auquel ils restaient toujours attachés, même à une époque si tardive :

  • 118 SEG 50.155, l. 35 à 49 (trad. S. Follet in Follet-Peppas-Delmosou 2000, 13-14).

Réfléchissez aussi à la façon dont Thésée, alors éphèbe lui-même, a accompli les plus grands exploits, abattu Sinis (?) et la force de son père Périphétès, a fait disparaître Corynétès et les brigands de Mégaride (?) et, avec Skiron, Procuste. Il était éphèbe, en effet, lorsqu’il s’est embarqué pour la Crète avec les deux groupes de sept jeunes gens pour affronter le Minotaure, a délivré sa patrie du tribut le plus infamant et a rendu ainsi les plus grands services à ses concitoyens et aux éphèbes. Qui donc pourrait égaler les hauts faits de ce héros ? Quel éphèbe pourrait imiter des exploits tels que ceux-là, en apprenant que ses actions ont montré à la fois tant de force et tant de noblesse ? Mais la compétition pour la valeur ne consiste pas maintenant, comme pour lui, à affronter des bêtes fauves, il ne s’agit pas de combattre Cerbère (?) ; nous rivalisons entre nous pour être dignes de lui, nous nous engageons dans la lutte, et nous voulons imiter (?) notre cosmète, qui a obtenu la charge de veiller sur nous, les éphèbes, en choisissant toujours la conduite la plus noble118.

  • 119 Wilhelm 1905.

227Les Théséia comprenaient un programme complet d’épreuves que les listes de vainqueurs nous permettent de connaître : les concours commençaient avec des épreuves pour les joueurs de trompette, des courses au flambeau, l’euandria, l’euhoplia, l’hoplomachia, le lancement du javelot et des épreuves hippiques119. Les concurrents sont soit les troupes d’élite appelées hoi epilectoi et la cavalerie athénienne (qui concourent par tribu), soit des troupes étrangères, hoi en tois ethnesin (qui combattent par escadron et non par tribu). Toutefois la cavalerie ne participe pas au concours avant IG II2, 958 et, par la suite, c’est seulement l’unité des Tarantinoi qui prend part aux épreuves. Les concurrents sont répartis en plusieurs catégories : paides, éphèbes, vice-éphèbes, néaniskoi, andres. Les paides participent en tant que membres d’une palestre, celle de Timéa ou d’Antigénès, les néaniskoi (jeunes hommes) en tant que membres d’un gymnase, par exemple le Lycée.

  • 120 IG II2 956, l. 18 ; 958, l. 14-15.

228Les décrets en l’honneur des agônothètes des Théseia reconnaissent aux magistrats honorés le mérite d’avoir assumé une magistrature supposant des dépenses importantes ; d’ailleurs les stèles ne sont pas érigées aux frais de la cité, mais à ceux des citoyens honorés120. L’agônothète est chargé de se procurer les récompenses et de les faire fabriquer. L’ordre des mérites invoqués pour l’agônothète est significatif : la cité lui est d’abord reconnaissante d’avoir assuré le déroulement de la fête conformément à la tradition, puis d’avoir versé généreusement les sommes d’argent nécessaires, puis d’avoir rendu ses comptes. En somme, la cité reconnaît au bienfaiteur le mérite d’avoir payé à sa place tout en la laissant exercer son contrôle sur l’organisation et le financement d’une fête civique.

Culte de Dionysos : la restauration de concours de théâtre au Pirée, à Éleusis et à Salamine et les processions en l’honneur du dieu

Sources

229Le Pirée

230128/127 : SEG 15.104, l. 25-26.

231118/117 : IG II2, 1008, l. 13-14.

232116/115 : Hesperia 16(1947) p. 171 , l. 19.

233106/105 : IG II2, 1011, l. 12.

234100/99 : IG II2, 1028, l. 16-17.

23594/93 : IG II2, 1029, l. 11.

236Construction du second théâtre du Pirée (à Zéa) au milieu du iie s. : IG II2, 2334 (Migeotte, 1992, n° 20).

237Éleusis

238IG II2, 949, 31-34 de 165/164.

239Salamine

240IG II2, 1227. l. 31-32 de 131/130.

241IG II2, 1008, l. 82.

242IG II2, 1011, l. 58.

  • 121 Whitehead 1986, 206-207.
  • 122 Plat., République, 5.475d ; Humphreys 2004, 140.
  • 123 Whitehead 1986, 219-220 ; Goette 2001, 186 (théâtre du début du ive s. a.C. à Halimonte) : une quin (...)
  • 124 Migeotte 1992, n° 19.
  • 125 Thc. 8.93.1. Migeotte 1992, 45.
  • 126 Migeotte 1992, n° 28 (face B : fin du iiie s. a.C.- face A concernant le transfert : début du iie s (...)

243Dionysos fait partie, avec Zeus, Apollon, Aphrodite et Artémis du petit groupe des divinités olympiennes fréquemment vénérées dans les dèmes121. Comme leur nom l’indique, les Dionysies rustiques (τὰ κατ᾿ ἀγροὺς Διονύσια) ne se déroulaient pas en ville, mais dans le cadre des dèmes. Originellement, elles avaient lieu en Poseidéôn (décembre-janvier). Par la suite, si l’on en croit un passage de Platon où il vitupère ceux qui ne manquent aucune représentation théâtrale, ni en ville, ni à la campagne, les fêtes des dèmes ont dû acquérir une complète autonomie et se fixer à des dates différentes ; le décalage permettait aux chorèges des dèmes de solliciter pour les festivals ruraux les meilleurs parmi les auteurs et les acteurs122. Certains dèmes disposaient d’un théâtre de pierre dès l’époque classique, notamment Thoricos, Rhamnonte, Icaria, Halimonte et le Pirée (où il y en avait deux, l’un à l’ouest de Mounichie et l’autre à l’ouest de Zéa, plus tardif)123. Le premier, le plus grand, est attesté chez Thucydide. La date du second avait été fixée par les archéologues du milieu du iie s. a.C. à cause de la forme des lettres inscrites sur certains blocs architecturaux. Une souscription organisant la construction d’un théâtre au Pirée confirme cette datation par la prosopographie : elle mentionne comme contributeurs trois citoyens adultes qui sont, par ailleurs, connus comme mineurs dans une autre contribution datée probablement de 183/182 ; le texte concernant le théâtre a donc été gravé une génération plus tard124. L. Migeotte évalue le montant total probable recueilli autour de “3392 drachmes versées par environ 200 personnes représentant une centaine de familles”, aucune contribution n’excédant 20 drachmes, probablement parce que l’Assemblée avait fixé cette limite à la participation de chacun. Les contributaires étaient tous citoyens athéniens (à l’exception d’un Thespien) et nombreux sont ceux qui nous connaissons par ailleurs pour avoir exercé des charges civiques ou religieuses125. Naturellement, la somme recueillie était insuffisante pour la construction d’un théâtre de pierre et les autres sources de financement nous sont inconnues. Cependant, comme souvent dans les souscriptions publiques, le but recherché n’était pas d’aboutir à un montant spectaculaire, mais au contraire, en limitant les contributions d’impliquer un grand nombre de citoyens dans le financement d’une entreprise commune ; la fonction de la souscription est alors davantage sociale et politique que strictement financière. Ce raisonnement s’applique à la communauté des citoyens, mais aussi à celle de leurs épouses : ainsi pour le transfert en ville du sanctuaire de Déméter et Corè à Tanagra, 98 épouses de citoyens ont contribué pour des sommes minimes (le montant maximum étant fixé à 5 drachmes [l. 19])126.

  • 127 Pickard-Cambridge 1968, 40-42. Sur les théâtres cf. Travlos 1988, p. 85-86 et n° 98-100 (Icaria) ; (...)

244La fête des Dionysies revêtait une importance particulièrement grande à Icaria, au Pirée, à Salamine et à Éleusis127. L’organisation du festival de théâtre entrait dans les attributions du démarque, comme l’attestent les décrets accordant l’éloge à ces magistrats à leur sortie de charge et les félicitant de s’être particulièrement bien acquittés de cette tâche. Des pièces inédites de poètes, de premier ordre, notamment Euripide au Pirée, ou de second, ainsi que d’autres qui appartenaient au répertoire étaient représentées dans les théâtres des dèmes. L’organisation des festivals y imitait celle des festivals civiques : le financement était assuré par des chorégies (avant l’abolition du système, à la fin du ive s.), la proédrie au théâtre était décernée comme récompense aux bienfaiteurs du dème et une assemblée de dème examinait la manière dont la fête s’était déroulée.

  • 128 Mikalson 1998, 261.
  • 129 Arist., AP, 54.8 ; IG II2, 456, l. 32-33 (décret honorant des ambassadeurs de Colophon) ; cf. Mikal (...)
  • 130 Garland 1987, 124.
  • 131 Arist., AP, 54.8.
  • 132 IG II2, 1008, l. 13-14 (118/7 a.C.) ; IG II2, 1009 + Hesperia 16 (1947), p. 170-171, n° 67, l. 19 ; (...)
  • 133 IG II2, 1011, l. 12-13.

245Lorsque ces festivals de dème réapparaissent dans nos sources, à l’époque hellénistique tardive, les dernières attestations remontent à 150 ans128 : au Pirée, à 307/306 pour les Dionysies à Salamine au ive s. a.C., de même qu’à Éleusis129. Au Pirée, le culte de Dionysos préexistait à la ville hippodaméenne130. Le festival y revêtait, semble-t-il, une importance toute particulière car le démarque l’organisait ; or, à la différence de ceux des autres dèmes, celui du Pirée était, comme aussi bien l’archonte de Salamine, un magistrat civique, et non un président de dème élu par ses concitoyens ; au ive s., l’un et l’autre étaient qualifiés pour la célébration des Dionysies au Pirée et à Salamine, y compris pour la désignation des chorèges131. À cette occasion, les éphèbes offraient un bœuf à Dionysos qu’ils conduisaient dans la procession132 ; ils lui dédiaient aussi parfois une phiale (attestée pour 106 /105)133. Les éphèbes figuraient, en somme, au festival du Pirée comme dans les plus grandes fêtes civiques, les Grandes Dionysies et les Mystères d’Éleusis.

  • 134 Whitehead 1986, 220-222.

246En outre, la célébration des Dionysies rurales devait constituer l’un des sommets des manifestations religieuses dans les dèmes. On y était principalement entre soi (même s’il était possible d’assister aux fêtes et notamment aux représentations théâtrales sans appartenir au dème), le démarque bénéficiait de la proédrie avec les bienfaiteurs honorés à l’intérieur du dème, les démotes avaient financé et organisé la fête qui rivalisaient avec les grands concours civique : en somme, les Dionysies étaient l’occasion de ressentir et d’exprimer l’attachement qu’éprouvaient les démotes pour leur dème et la fierté qu’il suscitait en eux134.

  • 135 CID IV, 117, l. 19-20 (trad. Fr. Lefèvre).
  • 136 Le Guen 2001, II, 39-40.
  • 137 La date de 161/160 (archontat d’Aristolas) qui avait été avancée doit être abandonnée : elle ne con (...)
  • 138 SEG 34.95.
  • 139 CID IV, 117, l. 29.
  • 140 B. D. Meritt, Hesperia 16 (1947) 164-168, n° 64 ; B. D. Meritt, Hesperia 32 (1963), 33-36, n° 32 ; (...)
  • 141 Travlos 1971, p. 79-81 ; IG II2, 2798 (inscription de l’autel).
  • 142 Paus. 1.14.7.
  • 143 Mikalson 1998, 159.

247Le décret des Delphiens en l’honneur des technites athéniens décerne à Athènes le titre de “métropole de tous les genres dramatiques”135 et dans le contexte de la fin du iie s., on s’attend donc à ce que Dionysos reçoive comme les autres divinités importantes du panthéon athénien des honneurs renouvelés. En réalité, mis à part cette restauration de concours de théâtre dans des dèmes attiques pour laquelle nous disposons seulement de quelques allusions, les témoignages conséquents concernent les technites dionysiaques136, mais pas le culte du dieu lui-même à Athènes. Un décret très lacunaire et datant vraisemblablement du iie s. a.C.137 mentionne la restauration d’un sanctuaire dont sont chargés cinq commissaires en collaboration avec le prêtre, le stratège chargé des réparations et l’architecte chargé des sanctuaires (l. 7 sq). L’inventaire comporte des offrandes dont certaines paraissent caractéristiques de Dionysos (des encensoirs [l. 90-99], un himation dionysiaque [l. 105], des trochiscoi [couronnes miniatures] de feuilles de lierre [l. 47])138. Comme les morceaux de la stèle ont été mis au jour au nord-ouest de l’agora, le premier éditeur, B. Meritt les a rattachés au sanctuaire de Dionysos Melpoménos mentionné par Pausanias (1.2.4-5) et dont se réclament d’abord les technites athéniens139. Cependant le mot himation n’est pas sûr et l’attribution est donc contestée par S. V. Tracy qui argue de la mention d’Aphrodite (l. 47) pour préférer à Dionysos la déesse vénérée sur l’agora comme Hègémonè et comme Ourania140. Aphrodite Hègémonè, en effet, possédait un autel dans le secteur nord, au pied de Colonos Agoraios141 et Pausanias place près de l’Héphaisteion le sanctuaire d’Aphrodite Ourania142. La mention de nombreux dédicants en provenance du dème de Rhamnonte (l. 56 et 60) irait dans ce sens car Aphrodite Hègémonè y recevait un culte143.

Cultes et concours auxquels participent notamment les éphèbes et restaurations de sanctuaires à Salamine et au Pirée

248N° 7. Salamine

249IG II2, 1227

250Décret des clérouques de Salamine en l’honneur de leur gymnasiarque, Théodotos, fils d’Eustrophos, du dème du Pirée.

251Date : 131/130 (archontat d’Épiclès).

252Publication

253J. Kirchner, IG II2, 1227 ; S. V. Tracy, Hesperia Suppl. 15(1975) n° 1, p. 15-18.

254S. V. Tracy attribue ce texte au “graveur de IG II2, 1028”.

255Texte utilisé : S. V. Tracy

256l. 1 Ἐπὶ Ἐπικλ<έ>ους ἄρχοντος ἐν ἄστει, ἐν Σαλαμῖνι δὲ Ἀνδρινίκ[ου].
Μεταγειτνιῶνος τετράδι μετ᾿εἰκάδας. uac. Θεογένης Καλλι-
μάχου Λευκονοεὺς εἶπεν. uac. ἐπειδὴ Θεόδοτος Εὐστρόφου
Πειραιεὺς χ<ε>ιροτονηθεὶς γυμνασίαρχος εἰς τὸν ἐνιαυτὸν
l. 5 τὸν ἐπὶ Ἐργοκλέους ἄρχοντος τάς τε θυσίας ἐβουθύτησεν
ἁπάσας τὰς καθηκούσας καὶ ὑπεδέξατο τοὺς ἀλειφο-
μένους πάντας. uac. συνετέλεσεν δὲ καὶ τὰ Ἑρμαῖα κα[ὶ] ὑ[πε]-
δέξατο πάντας ἀναλώσας εἰς ταῦτα οὐκ ὀλίον. προ[σε]-
δαπάνησ<ε> δὲ καὶ πρὸς τὸ μερισθὲν αὐτῶι εἰς τὸ ἔλαιον ἐκ
l. 10 τῶν ἰδίων. uac. ἀνέθηκεν δὲ καὶ ὅπλα ὀκτὼ καὶ ἀνέγραψ[ε]ν τοὺ[ς]
νενικηκότας τοὺς δρόμους. uac. ὁμοίως δὲ καὶ τοὺς τὰ κανᾶ [εἰ]-
ληφότας. uac. ἐπανήγαγεν δὲ καὶ τὰς ἐπαναγωγὰς καθ᾿ἕκα[σ]-
τον μῆνα ποιούμενος ἐν ταῖς καθηκούσαις ἡμέραις.
ἦρξεν δὲ καὶ τὴν ἀρχὴν καὶ ἐν τοῖς λοιποῖς δικαίως κα[ὶ]
l. 15 κατ<ὰ τ>οὺς νόμους φιλοτιμίας καὶ σπουδῆς οὐθὲν ἐλλε[ί]-
πων. uac. εἰς ταῦτα πάντα ἀνηλώσας πλεῖον ἀργύριον,
ὠικοδόμησεν δὲ καὶ τὸν τοῖχον ἐκ τῶν ἰδίων τῆς στο[ᾶς]
τὸν βλέποντα πρὸς νότον, uac. καὶ περὶ τούτων πάντω[ν]
ἀπολελόγισται τ)eι βουλ)eι καὶ τῶι δήμωι, uac. δέδωκε δ[ἐ καὶ]
l. 20 τὰς εὐθύνας. ὅπως ἐφάμιλλον ἦι πᾶσι τοῖς βουλομέ[νοις]
φιλοδοξεῖν εἰδόσιν ὅτι καταξίως τιμηθήσονται τῶ[ν]
εὐεργεσιῶν. uac. ἀγαθ)eι Τύχει, δεδόχθαι τ)eι βουλ)eι
τοὺς λαχόντας προέδρους εἰς τὴν ἐπιοῦσαν ἐκ-
κλησίαν χρηματίσαι περὶ τούτων, γνώμην δὲ ξυμ-
l. 25 βάλλεσθαι τῆς βουλῆς εἰς τὸν δῆμον ὅτι δοκεῖ τ)eι βου-
λ)eι. uac. ἐπαιν<έ>σαι τὸν γυμνασιαρχήσαντα τὸν ἐνιαυ-
τὸν τὸν ἐπὶ Ἐργοκλέους ἄρχοντος Θεόδοτον Εὐστρό-
φου Πειραιέα καὶ στεφανῶσαι αὐτὸν χρυσῶι στεφά-
νωι κατὰ τὸν νόμον φιλοτιμίας ἕνεκεν τῆς εἰς τὸν δῆ-
l. 30 μον τὸν Σαλαμινίων καὶ ἀνειπεῖν τὸν στέφανον
τοῦτον Διονυσίων τῶν ἐν Σαλαμῖνι τραγωδοῖς, ὅταν
πρῶτον γίνηται uac. καὶ Αἰαντείοις τῶι γυμνικῶι ἀγῶνι.
ἀναγράψαι τόδε τὸ ψήφισμα τὸν γραμματέα τοῦ δή-
μου εἰστήλας λιθίνας [δ]ύο καὶ στῆσαι μίαν μὲν ἐν τῶι
l. 35 γυμνασίωι, uac. μίαν δὲ ἐν τῶι ἐπιφανεστάτωι τῆς ἀγο-
ρᾶς τόπωι. uac. τῆς δὲ ἀναγορεύσεως <τ>οῦ στεφάνου
καὶ τῆς ἀναθέσεως τῶν στηλῶν ἐπιμεληθῆναι τοὺς
ἐπιμελητάς. uac. μερίσαι δὲ τὸν ταμίαν Φιλοκλῆν Πειραι-
[έ]α ἐκ τῶν εἰς τὰ κατὰ ψηφίσματα ἀναλισκομένων
l. 40 [τῶ]ι δήμωι.
uac.
ὁ δῆμον ὁ Σαλαμινίων
in corona
Θεόδοτον
Εὐστρόφου
Πειραιέα γυμνασι-
l. 45 αρχήσαντα ἐπὶ Ἐ[ρ]-
γοκλέους ἄ-
ρχοντος.

257Traduction

258l. 1 Alors qu’Épiclès était archonte éponyme en ville et Andronicos archonte de Salamine, le 24 de Métageitniôn (uac.). Théogénès, fils de Callimachos (du dème) de Leuconoion a fait la proposition (uac.).
Attendu que Théodotos, fils d’Eustrophos, (du dème) du Pirée, ayant été élu gymnasiarque pour l’année de l’archontat d’Ergoclès, a accompli tous les sacrifices qui convenaient et accueilli tous ceux qui se frottent d’huile (uac.), (qu’)il a aussi accompli les (rites pour les) Hermaia et a accueilli tout le monde, en dépensant beaucoup d’argent pour y parvenir et (que) pour l’huile, il a, en outre, dépensé au-delà de ce qui lui était alloué, à ses propres frais (uac.), (attendu qu’)il a consacré huit boucliers et (y) a fait graver les noms des vainqueurs aux courses, ainsi que ceux des porteurs de corbeilles sacrificielles (uac.), (qu’)il a organisé les sorties en mer tous les mois en (le) faisant les jours qui convenaient, et (attendu qu’)il a, pour le reste, exercé sa charge en observant la justice et sans rien négliger du désir d’honneur et du zèle, conformément aux lois (uac.) et (que), ayant dépensé beaucoup d’argent pour tout cela, il a fait construire à ses propres frais le mur du portique orienté au nord (uac.), et (qu’)il s’est soumis à reddition de comptes sur tous ces points devant le Conseil et le Peuple (uac.) et (qu’)il a aussi déposé ses comptes
l. 20 Afin que ce soit un objet de rivalité pour ceux qui le veulent que de rechercher la bonne renommée sachant qu’ils seront dignement récompensés de leurs bienfaits (uac.), à la bonne Fortune ! plaise au Conseil que les proèdres tirés au sort dans la prochaine assemblée mettent ce sujet en débat, afin d’introduire une proposition du Conseil devant le Peuple (disant) que le Conseil décide (uac.) d’accorder l’éloge au gymnasiarque pour l’année de l’archontat d’Ergoclès, Théodotos, fils d’Eustrophos (du dème) du Pirée et de le couronner d’une couronne d’or conformément à la loi, en récompense du désir d’honneur dont il a fait preuve à l’égard du Peuple des Salaminiens et de proclamer cette couronne au concours de tragédies des Dionysies de Salamine la prochaine fois qu’il aura lieu (uac.) et lors du concours gymnique des Ajanteia.
Que le secrétaire du Peuple fasse graver ce décret sur deux stèles de pierre et qu’il en fasse placer une dans le gymnase et l’autre, dans le lieu le plus visible de l’agora (uac.). Que les épimélètes se chargent de la proclamation de la couronne et de l’érection des stèles (uac.). Que Philoclès, (du dème) du Pirée, trésorier, verse pour le Peuple (la somme) nécessaire sur les fonds destinés (à la gravure) des décrets
(uac.)
Le dèmos de Salamine (dans une couronne)
à Théodotos, fils d’Eustrophos, (du dème) du Pirée, qui a été gymnasiarque sous l’archontat d’Ergoclès.

259N° 8. Salamine

260IG II2, 1228.

261Décret des clérouques de Salamine en l’honneur de bienfaiteurs pour la réparation de sanctuaires.

262Date : 116/115.

263Publication

264J. Kirchner, IG II2, 1228 ; S. V. Tracy, Hesperia Suppl. 15(1975), n° 2.

265S. V. Tracy attribue ce texte au “graveur de IG II2, 1028”.

266Texte utilisé : S. V. Tracy

267l. 1 [- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ἐ]γδόσει
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -ΕΙΣ[--5---]εις ποιεῖσθ[αι....]ντιθεμε-
[ν- - - - 9- - - - κ]ατὰ τοὺς περὶ τούτων κειμένους νόμους uac. καταβαλέσθω-
[σαν δὲ καὶ] λόγους ὧν τε ἂν λάβωσιν ἐμ προσόδωι καὶ ἀνηλώσωσιν ἐ[ν] τ[ῶι]
l. 5 [μηνὶ] Πυανοψιῶνι τῶι μετὰ Σαραπίωνι ἄρχοντα· uac. ὑποθέτωσαν δὲ καὶ
[ὁτ᾿ἂ]μ προεισενέγκωσιν διαφόρου εἰς τὰ ἔργα· uac. εἶναι δὲ τοῖς ἀνδρά-
[σιν ἐπι]μεληθεῖσιν καλῶς καὶ δικαίως τῆς κατασκευῆς τῶν προγε-
[γραμ]μένων ἔργων ἐπαινεθῆναι καὶ στεφανωθῆναι ὑπὸ τοῦ δήμου [τοῦ Σα]λαμινίων ἕκαστον θαλλοῦ στεφάνωι εὐσεβείας ἕνεκεν καὶ κα-
l. 10 λο[κ]αγαθίας τῆς πρὸς τοὺς θεούς. uac. ἀναγράψαι δὲ τόδε τὸ ψήφισμα τὸν
γραμματέα τοῦ δήμου εἰστήλην λιθίνην καὶ στῆσαι εἰς τὴν ἐξέδραν.
[τὸ] δὲ γενόμενον εἰς αὐτὴν ἀνήλωμα μερίσαι τοὺς ἐπὶ τὴν ἐπισκευήν.
[ἀν]αγράψαι δὲ εἰς αὐτὴν καὶ τῶν ἐπιδεδωκότων τὰ ὀνόματα καὶ πόσον
ἐπέδωκεν. uac. ἵνα τούτων συντελουμένων καλῶς ἔχη(ι) καὶ εὐσηβῶς τῶι
l. 15 δήμωι τῶι Σαλαμινίων τὰ πρὸς τοὺς θεούς. uac. τὸ δὲ ψήφισμα τόδε [ἐ]-
πειδή ἐστιν περὶ ἱερῶν ἐπισκευῆς καὶ τῆς ἐπικοσμήσεως τῶν κοιν[ῶν],
ἐπειδὴ καὶ ὁ στρατηγὸς κα[ὶ οἱ] ἐπιμεληταὶ συναποφαίνονται, ἅπαν ἔσ[τω]
εἰς φυλακήν. uac. οἱ κατασκ[ε]υῶντες τὰ ἱερὰ καὶ τὴν ἐξέδραν κατὰ τὸ ψ[ή]-
φισμα οἵδε εἱρέθησαν uac. Θεόδοτος Πειραιεύς Αἴσχρων Αἰξωνε[ύς]
l. 20 [Χ]αρικλῆς Λευκονοεύς.

uac.

[ὁ] δῆμος ὁ Σαλαμινίων

[ὁ] δῆμος ὁ Σαλαμινίων

[ὁ] δῆμος ὁ Σαλαμινίων

in corona

in corona

in corona

Θεόδο-

Αἴσχρω-

Χαρι-

τον

να

κλῆν

Πειραιέα

Αἰξωνέ-

Λευκονο-

α

έα.

268Traduction

  • 144 kalokagathia.
  • 145 kalôs kai eusèbôs.
  • 146 eis phulakèn. Cf. IG II2, 768 / 802 + add. p. 667 = Migeotte 1992, n° 15, l. 11-12 : [εἱς τὴν] τῆς (...)

269(L’intitulé, les considérants et le début des décisions manquent)
l. 3 ……. conformément aux lois existantes sur ce sujet (uac.). Qu’ils déposent le décompte des sommes qu’ils auront prélevées sur les revenus et qu’ils auront dépensées durant le mois de Pyanepsiôn qui suit l’archontat de Sarapiôn (uac.). Qu’ils (y) ajoutent aussi la dépense supplémentaire pour les travaux (uac.). Qu’il revienne aux commissaires qui se sont chargés de l’exécution des travaux mentionnés ci-dessus en respectant les lois divines et humaines, de recevoir chacun l’éloge et une couronne de feuillage de la part du Peuple des Salaminiens pour prix de leur piété et des excellentes qualités morales et physiques144 qu’ils manifestent à l’égard des dieux (uac.).
l. 10 Que le secrétaire de notre communauté fasse graver ce décret sur une stèle de pierre et qu’il (la) fasse ériger dans l’exèdre. Que la dépense encourue soit prélevée par ceux qui (sont chargés) de la restauration. Que soient transcrits sur la stèle le nom des contributeurs et le montant de leur contribution (uac.). Afin que, en réalisant tout cela, la communauté des Salaminiens (se conduise) conformément à la morale et la piété145 en ce qui concerne ses rapports avec les dieux (uac.).
l. 15 Quant à ce décret, attendu qu’il concerne la réparation de sanctuaires et la restauration de bâtiments publics et attendu que le stratège et les épimélètes l’ont aussi approuvé, qu’il soit entièrement financé sur le budget de la défense146 (uac.). Ont été désignés pour effectuer les réparations des sanctuaires et de l’exèdre conformément au décret (uac.) : Théodotos du (dème du) Pirée, Aischrôn d’Aixônè et Chariclès de Leuconion.
(uac.)

270La communauté des Salaminiens La communauté des Salaminiens La communauté des Salaminiens

(dans une couronne)

(dans une couronne)

(dans une couronne)

Théodotos (du dème)

Aischrôn (du dème)

Chariclès (du dème)

Du Pirée

d’Aixônè

de Leuconion.

271Commentaire

  • 147 Ph. Gauthier, Bull. 1996, 179.
  • 148 Arist., AP, 54.8. À l’époque qui nous occupe, la chorégie n’existe plus, ayant été supprimée à la f (...)
  • 149 Arist., AP, 62.2.

272Ces deux décrets émanent de la communauté des Salaminiens que les textes appellent Ἀθηναίων ὁ δῆμος ὁ ἐν Σαλαμῖνι147 : il s’agit de clérouques athéniens établis à Salamine et qui forment une communauté comme les Athéniens établis à Délos depuis 167/166. Les deux textes appartiennent à la même période : 131/130 pour le décret en l’honneur du gymnasiarque, 116/115 pour le décret en l’honneur des bienfaiteurs. Comme ils émanent de la communauté des Salaminiens, ils sont datés à la fois d’après l’archonte éponyme de la cité athénienne (dénommé ἐν ἄστει) et d’après l’archonte de Salamine dont l’Athénaiôn Politeia nous apprend qu’il était tiré au sort comme les autres archontes. Ce dernier joue le même rôle que le démarque dans les dèmes attiques, c’est dire qu’il est principalement chargé de l’organisation des cultes. Dans la description des institutions d’Athènes, il est mentionné après les hiéropes, commissaires chargés des sacrifices, et avec le démarque du Pirée, l’un et l’autre devant “célébr[er] les Dionysies et désign[er] les chorèges”148 ; il reçoit un misthos d’une drachme par jour149.

  • 150 Parker 2005, 249.
  • 151 Poland 1909, 103-104, notamment à Minoa, Delphes, Rhégion, Théra.

273Le premier décret (IG II2, 1227) montre combien le gymnase est un lieu de sociabilité, où les jeunes gens non seulement s’entraînent et étudient, mais où ont lieu des fêtes au cours desquelles ils participent à des concours150. La communauté de ceux qui vont au gymnase est désignée par la périphrase typique de l’époque hellénistique, οἱ ἀλειφόμενοι (l. 6-7). Elle ne distingue pas entre citoyens et non citoyens, mais suppose l’exclusion des esclaves ; ceux qui fréquentent le gymnase s’organisent parfois sous ce nom en koinon151.

  • 152 Soph., OC, 458 (l’adjectif s’applique au sanctuaire local des Érynies) ; cf. Parker 2005, 70.
  • 153 Gauthier-Hatzopoulos 1993, 131-132.
  • 154 Parker 2005, 251. Sur les Hermaia à Béroia : Gauthier-Hatzopoulos 1993, B 45-87 ; p. 95-96 ; des hi (...)

274Chaque dème posséde son panthéon, “comme une mini-polis” : le mot δημοῦχος, calqué sur πολιοῦχος (“protecteur de la polis”) est utilisé par Sophocle pour désigner les dieux protecteurs du dème152. Une seule des fêtes liées au gymnase est mentionnée nommément dans le décret : les Hermaia sont célébrées en l’honneur du principal protecteur du lieu et de ceux qui le fréquentent, le dieu Hermès qui partage souvent cette attribution avec Héraclès153. Les Hermaia comportaient probablement des concours athlétiques, comme à Béroia154. Au sujet des autres fêtes, il est question, sans autre précision, de “tous les sacrifices qui conviennent” (l. 5-6) et des concours pour lesquels Théodotos a dédié des boucliers portant les noms des vainqueurs (il pourrait s’agir de concours en l’honneur d’Héraclès). Leur nombre (huit pour une année) laisse penser que les épreuves étaient multiples. Parmi ces concours se trouvent assurément des courses et des joutes navales désignées ici par l’expression “sortie en mer” (l. 12), qui avaient lieu chaque mois à date fixe.

  • 155 Gauthier-Hatzopoulos 1993, 49-57.

275La fourniture de l’huile, des animaux de sacrifice et des récompenses qui doivent être fabriquées pour les concours sont autant de dépenses élevées que la cité finance seulement partiellement. Aussi est-il important aux yeux des Salaminiens de préciser à deux reprises que “tous” (l. 7 et 8) ont été accueillis dans le gymnase : en d’autres termes, il y avait, grâce à la prévoyance du gymnasiarque, suffisamment d’huile pour cela car Théodotos en avait acheté à ses frais. La gymnasiarchie était devenue, dès la haute époque hellénistique, l’une des magistratures les plus onéreuses et donc l’une des plus prestigieuses. Les récompenses décernées par le dème au magistrat bienfaiteur sont analogues à celles qu’offre la polis, elles sont simplement transposées à l’échelle locale : couronne d’or, proclamation de la couronne durant les concours de théâtre du dème. Les valeurs qu’elles honorent sont identiques à celles de la polis : recherche de la bonne renommée (l. 21), “zèle” (l. 15), générosité (l. 7-8, 8-9, 16), respect des rites traditionnels (l. 5-6, 7, 13), attitude favorisant la cohésion de la communauté (l. 6-8), intégrité manifestée par la reddition de comptes (18-20). Ph. Gauthier et M. Hatzopoulos ont insisté sur le fait que les louanges à l’égard des gymnasiarques ne sont pas des paroles creuses car leur tâche était lourde et pleine de difficultés155.

276L’intitulé du second décret (IG II2, 1228) est perdu ; sa date peut néanmoins être fixée grâce à la mention de l’archonte (Sarapiôn, l. 5). Comme le début des considérants manque aussi, seule la fin du texte (l. 18) nous permet de comprendre qu’il s’agit de récompenser les trois citoyens qui ont composé la commission chargée d’exécuter des travaux dans les sanctuaires ; parmi eux se trouve le même Théodotos du dème du Pirée qui a été honoré comme gymnasiarque par le précédent décret.

  • 156 IG II2, 1035. La date en est discutée ; peut-être appartient-il à “l’été indien” ou date-t-il de l’ (...)

277La communauté des Athéniens de Salamine se félicite, d’une part, de l’intégrité des membres de la commission et, d’autre part, de ses bons rapports avec les dieux : en effet, même s’ils ne constituent pas à proprement parler une souillure religieuse, des sanctuaires en mauvais état, sont le signe d’une négligence à l’égard des dieux, d’un manque de piété. En réparant les sanctuaires, les Athéniens veulent aussi restaurer des rapports harmonieux avec la divinité et faire preuve d’eusébeia. On retrouve cette double préoccupation dans un texte analogue, un peu plus tardif et beaucoup plus étendu, mais aussi très mutilé qui concerne des réparations de sanctuaires à Athènes156.

Conclusion

  • 157 Cf. infra, p. 147-149.

278Dans l’ambiance générale de valorisation et de “solennisation” des cultes civiques à Athènes, il apparaît que les dèmes ne sont pas en reste. Les décrets de Salamine en l’honneur d’un gymnasiarque et d’un bienfaiteur, comme celui d’Éleusis en l’honneur du démarque157, attestent la vigueur des cultes dans les dèmes. En somme, l’attachement à la cité comme entité traditionnelle qui a survécu aux aléas de l’Histoire se double d’une affection pour cette unité politique créée par Clisthène dans le cadre de laquelle se déroule la vie municipale et se célèbrent des cultes dont les dèmotes se sentent proches parce qu’on s’y retrouve entre soi, plus que dans les cultes civiques, plus formels et plus solennels.

Notes

1 Dans Colin 1906 (p. 270-273), cette inscription portait le n° 48.

2 La nature exacte des faits et la date sont controversées, cf. Osborne 1996, 215-217 ; Lévy 1978.

3 Baurain 1997, 223.

4 Daux 1940, 40 (Cylon), 41 (Solon, Première Guerre sacrée), 44-45 (Guerres Médiques).

5 Cf. fig. 3, p. 112.

6 Agora 3, 730 (l’inscription qui date du ive s. a.C. a été trouvée au nord de la stoa d’Attale, près de la Voie des Panathénées) : ὅρος ἱερᾶς ὁδο δι᾿ἧς πορεύεται ἡ Πυθαΐς ἐς Δελφούς. Photographie : Travlos 1971, Pl. 117, p. 93.

7 Sur son tracé, cf. Travlos 1988, 177-190 et fig. 228, 231-241, 243-244 et supra, fig. 2, p. 101.

8 Boethius 1918, 46-51.

9 Daux 1936, 520-283 ; 708-729.

10 Daverio Rocci 2002.

11 Plut., Thésée, 8.3-11.3 ; cf. Calame 1996, 404-405.

12 Bélis 1992.

13 Hh à Apollon, 214-272.

14 Colin 1905a, 2-3.

15 Colin 1905b, 3-4 ; Sourvinou-Inwood 1991, 217-243.

16 Colin 1905b, 5. Sur le Pythion d’Oinoè, cf. Travlos 1988, 218 (Jacoby, FGH Philochore 328 F 75), sur celui d’Icaria, cf. Travlos 1988, 85 (IG II2, 4976, ive-iiie s. a.C.).

17 FD III.2, 18-22 ; Karila-Cohen 2005a, 76.

18 Colin, FD III.2, p. 24-26.

19 Daux 1940, 49 ; FD III.2, p. 25.

20 Karila-Cohen 2005a, 70.

21 Daux 1936, 525.

22 Syll.3, 296 ; cf. Mikalson 1998, 34 ; Daux 1936, 530-531 ; pour une mise au point sur le nombre des Pythaïdes au ive s. a.C., cf. Humphreys 2004, 96.

23 FD III.2, 47, l. 4-6 (Le Guen 2001, n° 10).

24 Daux 1936, 527 ; Str. 9.2.11 (404). Philochore (FGH 328 F 158) note qu’autrefois cette observation se faisait du Pythion d’Oinoè. Sur l’emplacement du Pythion d’Athènes, cf. fig. 3, p. 112, n° 17.

25 Boethius 1918, 6.

26 Karila-Cohen 2005a, 73.

27 Karila-Cohen 2005a, 80-81.

28 FD III.2, 48, l. 8-10 (Le Guen 2001, n° 14) ; cf. Mikalson 1998, 270.

29 Colin 1905b, 6-7 ; Karila-Cohen 2005b, 224-226.

30 Paus. 1.31.3 ; Str. 8.7.1 (383).

31 Daux 1940, 56.

32 Karila-Cohen 2005a, 74.

33 Après la Pythaïde de128/127 : FD III.2, 47 (B. Le Guen, n° 10).

34 En 125/124 : FD III.2, 69 (Le Guen 2001, n° 11).

35 Après la Pythaïde de 106/105 : IG II2, 1136.

36 Après la Pythaïde de 98/87 : FD III.2, 48 (Le Guen 2001, n° 14).

37 Syll.3, 297B ; cf. Humphreys 2004, 96-97.

38 Goff 2004, 185-187.

39 IG II2, 3453 (c. 360 a.C.). Lysimachè, fille de Dracontidès avait un frère secrétaire des trésoriers d’Athéna en 416/415 et a dû détenir le sacerdoce entre c. 430 et 360 a.C. durant 64 ans ; cf. Connelly 2007, 60, 62, 130-132, fig. 5.9-10 (base de la statue) ; Georgoudi 2003.

40 Ridgway 1987, 405.

41 Holtzmann 2003, 220-221.

42 Hdt 5.72.

43 Hdt 7.142-143 ; cf. Oliver 1950, 8.

44 Hdt 8.41.

45 LSG 8 = IG II2, 1078, l. 16-18 : φαιδυντὴς τοῖν Θε-[οῖν] ἀγγέλει κατὰ τὰ πάτρια τῆι ἱερείαι τῆς Ἀθηνᾶς ὡς/ [ἥκει τὰ ἱερά κτλ. ; Clinton 1974, 95. Le témoignage date de 221/222 p.C., mais l’usage peut être plus ancien, comme le suggère l’expression “selon l’usage ancestral” (l. 17), d’autant que la fonction de phaiduntès est attestée depuis le vie s. a.C (LSS 1, l. 14, 17 ?). Sur cette fonction, cf. Hanell 1938.

46 Cf. infra, p. 143-146.

47 Lycurg., Sur la prêtresse (discours 4, fr. 3 [Souda s.v. συσσημαίνεσθαι], CUF 1932, éd. F. Durrbach) : ὥστε προστεταγμένον ὑπὸ ψηφίματος καὶ τὴν ἱέρειαν συσσημαίνεσθαι τὰ γραμματεῖα (“si bien qu’il a été prescrit par le décret que la prêtresse aussi puisse apposer son sceau sur les registres”) ; il est vraisemblable qu’il s’agit de la prêtresse d’Athéna Polias ; cf. Georgoudi 2003, 208.

48 Connelly 2007, 60.

49 Georgoudi 2003, 191-192.

50 Georgoudi 2003, 192-203.

51 Deubner 1932, 17-22.

52 Connelly 2007, 61.

53 Parker 1996, 290-293.

54 Turner [1983]1997, 265-268 avec le stemma de Chrysis p. 266.

55 IG II2, 3484. Cf. Connelly 2007, 1 ; Turner [1983] 1997, 265-268.

56 SEG 15.104, l. 18-19 sous l’archontat de Théodôridès (127/126).

57 Cf. Ph. Gauthier, Bull. 1997, 220.

58 Colin 1905b, 10-12 ; voir toutes les localisations envisagées dans Garland 1984, 87. Sur la zone de l’Olympeion, voir Travlos 1971, 100-101 et p. 291, pl. 379 (fig. 3, p. 112).

59 Sokolowski ad LSS 14, p. 39.

60 Peek 1941, 193-194.

61 Syll.3, 711L, l. 13 ; Karila-Cohen 2005a, 72.

62 Karila-Cohen 2005a, 72 ; cf. infra, p. 000.

63 Benvéniste 1969, 212-214 et 220 ; Roussel 1976, 95-97 ; Chantraine, DELG, s. v. πατήρ 863-864 ; De Schutter 1987, 104.

64 Arist., AP, 55.3 ; cf. Hansen 1993, 255-256.

65 Travlos1971, 96-100 et pl. 125-129 ; Goette 2001, 79 ; cf. supra fig. 1, p. 96.

66 [Plut.], X orateurs, 843 f ; cf. Humphreys 2004, 94, n. 42.

67 Cf. supra, p. 98.

68 Cf. supra, p. 97, 98.

69 l. 24 ; pour la Pythaïde, FD III.2, 47, l. 4-6, cf. infra, p. 99.

70 Cf. infra, p. 155-177.

71 Holleaux 1890, 25.

72 Plut., Propos, 717 d.

73 Helladios in Photios Bibl. 8. 279.534 a (éd. R. Henry CUF 1977) ; cf. Deubner 1932, 179-188 ; Parker 1983, 25.

74 Mikalson 1998, 272-273 ; Deubner 1932, 188-198.

75 CID IV, 114 (= Le Guen 2001, n° 10).

76 Mikalson 1998, 273 et Chaniotis 1995, 153-154.

77 Dem., Couronne, 141 ; cf. De Schutter 1987, 124 et n. 122.

78 Plat., République, 4.427 c : οὗτος γὰρ δήπου ὁ θεὸς περὶ τὰ τοιαῦτα πᾶσιν ἀνθρώποις πάτριος ἐξηγητὴς ἐν μέσῳ τῆς γῆς ἐπὶ τοῦ ὀμφαλοῦ καθήμενος ἐξηγεῖται (trad. É. Chambry, CUF, 1933). Cf. Oliver 1950, 24.

79 Tracy 1982a ; Karila-Cohen 2005a, 73.

80 Le sens de cette expression n’est pas clair : elle pourrait refléter le fait que la cité s’abstient de fixer qui, parmi les membres du personnel éleusinien, doit accompagner le hiérophante ; cette décision incomberait alors aux génè. Cf. Clinton 1974, 27 n. 115.

81 Sur les hiéropoioi : Garland 1984, 117. Organisés en collège de dix citoyens, dont certains exerçaient en même temps la charge de bouleute, ils devaient assister les prêtres au cours des fêtes religieuses.

82 Colin 1905b, 12-13.

83 Parker 1996, 95-96 ; Amandry 1977.

84 Simon 1983, 78 et Pl. 23.2 (CVA Copenhagen 4 pl. 47).

85 IG II2, 3064-3069 et peut-être aussi 3063, 3070, 3071, 3072 (entre 384/383 et le milieu du ive siècle) ; SEG 27.12-19 ; Mikalson 1998, 273.

86 Parke-Wormell 1956, I, 320-377.

87 FD III.2.47, l. 2.

88 Cf. infra, p. 276-293.

89 kata ta patria.

90 épilectoi.

91 tagmata.

92 Cf. Fröhlich 2004, 69-71.

93 Un nouvel agôn tragique fut institué aux Grandes Dionysies après la libération de la cité par Démétrios Poliorcète (après 286 a.C.) ; cf. Peppas-Delmosou 1984, 66-68.

94 kata ta patria.

95 tagmata.

96 L.S.J. : le mot vient de καθίζω.

97 kata ta patria.

98 tagmata.

99 Pour les sommes en drachmes : X signifie 1000 et H, 100 ; cf. Larfeld 1902, 544.

100 Reisch, RE s.v. agonothetes, 1894, 870.

101 Mikalson 1998, 252 ; Bugh 1990, 25 ; sur Skyros, cf. infra, p. 122.

102 Tracy 1990, 183-185.

103 Mikalson 1998, 253.

104 Graindor 1922, 205-207.

105 Pélékidis 1962, 229.

106 Kennell 1999 ; Habicht 1988 ; cf. SEG 49.120. Voir aussi la discussion chez Bugh 1990, 24-35.

107 Hormis les fêtes pour Dionysos : Kerenyi 1976, ch. 5.

108 Paus. 1.17.1 ; Plut., Thésée, 36.2. Cf. Bugh 1990, 20 avec la bibliographie n. 3.

109 SEG 33.115.

110 Cf. supra, p. 90 et infra, p. 170-171.

111 Dontas 1983 ; Luce 1998, 14-19 ; Schmalz 2006, 35 et n. 12.

112 Deubner 1932, 224-226.

113 Eur., Suppliantes, 349-355.

114 Mikalson 1998, 253.

115 IG II2, 1496, l. 98-101 (Panathénées), 134-135 (Théseia).

116 Sous Commmode, en184/185, une inscription impériale (IG II2, 1125 + 2291 A = SEG 50.155, l. 41) le dit nettement : ἔφηβος ὤν.

117 Cf. infra p. 176-177.

118 SEG 50.155, l. 35 à 49 (trad. S. Follet in Follet-Peppas-Delmosou 2000, 13-14).

119 Wilhelm 1905.

120 IG II2 956, l. 18 ; 958, l. 14-15.

121 Whitehead 1986, 206-207.

122 Plat., République, 5.475d ; Humphreys 2004, 140.

123 Whitehead 1986, 219-220 ; Goette 2001, 186 (théâtre du début du ive s. a.C. à Halimonte) : une quinzaine de théâtres sont attestés dans les dèmes ; il est donc probable que tous en possédaient un, non pas nécessairement en pierre, mais sous la forme de gradins en bois dressés sur l’agora. Pour la localisation de ceux du Pirée, cf. fig. 5, p. 130.

124 Migeotte 1992, n° 19.

125 Thc. 8.93.1. Migeotte 1992, 45.

126 Migeotte 1992, n° 28 (face B : fin du iiie s. a.C.- face A concernant le transfert : début du iie s. a.C.).

127 Pickard-Cambridge 1968, 40-42. Sur les théâtres cf. Travlos 1988, p. 85-86 et n° 98-100 (Icaria) ; p. 342-343 et n° 441 (Le Pirée) ; p. 96 (Éleusis), théâtre au sud du sanctuaire et de la ville, près du stade.

128 Mikalson 1998, 261.

129 Arist., AP, 54.8 ; IG II2, 456, l. 32-33 (décret honorant des ambassadeurs de Colophon) ; cf. Mikalson 1998, 139.

130 Garland 1987, 124.

131 Arist., AP, 54.8.

132 IG II2, 1008, l. 13-14 (118/7 a.C.) ; IG II2, 1009 + Hesperia 16 (1947), p. 170-171, n° 67, l. 19 ; IG II2, 1028 + 2181, l. 16-17 (100/99) ; 1029, l. 10-11.

133 IG II2, 1011, l. 12-13.

134 Whitehead 1986, 220-222.

135 CID IV, 117, l. 19-20 (trad. Fr. Lefèvre).

136 Le Guen 2001, II, 39-40.

137 La date de 161/160 (archontat d’Aristolas) qui avait été avancée doit être abandonnée : elle ne convient plus après les raccords de S. V. Tracy (Tracy 1984, 376).

138 SEG 34.95.

139 CID IV, 117, l. 29.

140 B. D. Meritt, Hesperia 16 (1947) 164-168, n° 64 ; B. D. Meritt, Hesperia 32 (1963), 33-36, n° 32 ; S. V. Tracy, Hesperia 53 (1984), 374-377, n° 4.

141 Travlos 1971, p. 79-81 ; IG II2, 2798 (inscription de l’autel).

142 Paus. 1.14.7.

143 Mikalson 1998, 159.

144 kalokagathia.

145 kalôs kai eusèbôs.

146 eis phulakèn. Cf. IG II2, 768 / 802 + add. p. 667 = Migeotte 1992, n° 15, l. 11-12 : [εἱς τὴν] τῆς πὸ[λεω]ς [φ]υλακήν.

147 Ph. Gauthier, Bull. 1996, 179.

148 Arist., AP, 54.8. À l’époque qui nous occupe, la chorégie n’existe plus, ayant été supprimée à la fin du ive s.

149 Arist., AP, 62.2.

150 Parker 2005, 249.

151 Poland 1909, 103-104, notamment à Minoa, Delphes, Rhégion, Théra.

152 Soph., OC, 458 (l’adjectif s’applique au sanctuaire local des Érynies) ; cf. Parker 2005, 70.

153 Gauthier-Hatzopoulos 1993, 131-132.

154 Parker 2005, 251. Sur les Hermaia à Béroia : Gauthier-Hatzopoulos 1993, B 45-87 ; p. 95-96 ; des hiéropes sont désignés parmi les jeunes gens pour organiser les sacrifices et les banquets (ibid., 110-114).

155 Gauthier-Hatzopoulos 1993, 49-57.

156 IG II2, 1035. La date en est discutée ; peut-être appartient-il à “l’été indien” ou date-t-il de l’époque d’Auguste.

157 Cf. infra, p. 147-149.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Athènes : l’agora aux IIe et Ier s. a.C. (d’après Travlos 1971, p. 23, fig. 31).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 2. Le début du trajet de la Pythaïde (d’après Travlos 1988, p. 181, fig . 228). On ignore la localisation du Pythion d’où partait la procession.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15087/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 3. Athènes : région de l’Olympeion et de l’Ilissos (d’après Travlos 1971, p. 291, fig. 379).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15087/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 4. Athènes. Proposition de localisation de divers sanctuaires à l’est de l’Acropole par G. C. R. Schmalz (d’après Schmalz 2006, p. 35, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15087/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search