Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

La Laconie

Les Euryclides en Laconie1

Jean-Sébastien Balzat

Texte intégral

  • 1 Je remercie MM. les Professeurs St. Hodkinson et P. Marchetti de leur soutien inestimable dans l’é (...)
  • 2 L’exposé le plus complet sur la famille des Euryclides est celui de Cartledge & Spawforth 1989, 97 (...)
  • 3 Plut., Ant., 67.1-4 (Actium) ; Str. 8.5.5 (philia). Concernant les origines d’Euryclès voir Cartle (...)
  • 4 Str. 8.5.5. On date traditionnellement l’exil et la mort d’Euryclès entre 7 et 2 a.C. Le terminus (...)
  • 5 Grunauer-von Hoerschelmann 1978, 73-74.
  • 6 Pour la lex sacra de Gythéion voir l’édition, la traduction et les commentaires de Oliver 1989, no(...)
  • 7 Tac., Ann., 6.18.3.
  • 8 Pour les dernières études relatives à Lacon et à Spartiaticus, les deux principaux membres de la f (...)
  • 9 Voir note précédente et, pour le grand-prêtre du culte impérial, voir IG, II2, 3538 et la datation (...)
  • 10 IG, V.1, 32B, 34 (SEG, 11, 479), 280, 281, 480 ; SEG, 11, 518.
  • 11 Voir à ce sujet Spawforth 1978, 249-260 et Cartledge & Spawforth 1989, 110-112. Les premiers Euryc (...)

1Gaius Iulius Euryclès est l’un des notables grecs les plus célèbres de la Grèce augustéenne2. De sa participation à la bataille navale d’Actium dans les rangs d’Octave, ce parvenu issu vraisemblablement des milieux de la piraterie tira un privilège qui lui assura une influence majeure sur ses contemporains : l’amicitia d’Auguste3. Pour des raisons qui restent obscures, mais qui sont, à en croire Strabon, à chercher dans un surcroît d’autorité sur les Lacédémoniens, Euryclès perdit l’appui du nouveau maître de Rome qui l’exila vraisemblablement entre 7 et 2 a.C.4 Gaius Iulius Lacon, son fils, ne perdit rien cependant de l’influence familiale, comme le montre la poursuite de l’émission d’un monnayage lacédémonien entamé par Euryclès5. Lacon apparaît également porteur du titre de kèdemôn du koinon des Éleuthérolaconiens dans une longue inscription de Gythéion datée du début du règne de Tibère6. Chez Tacite, la famille des Euryclides est entraînée dans les tourments de la cour, quand Gaius Iulius Lacon est exilé en 33 p.C.7 Sous Claude et Néron, les Euryclides sont revenus d’exil et poursuivent l’ascension classique de l’aristocratie provinciale : Gaius Iulius Lacon devient procurateur de Claude et son fils, Gaius Iulius Spartiaticus, procurateur de Néron et d’Agrippine8. Tous deux s’illustrent en outre à Corinthe, capitale de la province d’Achaïe et Spartiaticus fut sous Néron, peut-être dès 54 p.C., le grand-prêtre du culte impérial pour le koinon achéen.9 Après le règne de Néron, des inscriptions de Sparte attestent que plusieurs membres de la famille occupèrent la charge de magistrat éponyme à Sparte10. C’est finalement le sénateur romain Gaius Iulius Euryclès Herculanus, qui mourut sans héritier direct, que la cité de Sparte honora sous Hadrien des privilèges les plus élevés pour son époque : l’héroïsation et l’organisation des premiers Euryclea11.

2Nous voudrions revenir sur un aspect précis de l’histoire de la famille : ses activités sur le littoral laconien. La documentation sur ce sujet est bien connue des historiens, mais une réévaluation du dossier nous semble utile. En effet, si, comme on l’a avancé, la famille d’Euryclès a des liens avec le milieu de la piraterie établi sur les côtes laconiennes, il convient de tirer les conséquences de cette proposition et notamment de réinterpréter la place et le rôle des Euryclides au sein du koinon des Éleuthérolaconiens. Nous espérons que cette modeste contribution permettra d’enrichir le dossier de nouvelles questions afin de comprendre toujours mieux la Laconie impériale.

Plutarque et l’origine sociale d’Euryclès

  • 12 Str. 8.5.1.
  • 13 Jos., BJ, 1.515 (Spartiatès) et AJ, 16.301 (apo Lakedaimonos).
  • 14 Jos., BJ, 1.513. Plutarque le qualifie également de Laconien, comme nous verrons ci-dessous.
  • 15 Soulignons que Plutarque dédicaça l’une de ses œuvres au sénateur Gaius Iulius Euryclès Herculanus (...)

3Concernant les origines d’Euryclès, les sources portent manifestement à confusion. À la lecture de certains témoignages littéraires, Euryclès est un puissant notable que l’on croirait volontiers originaire de Sparte. Strabon le désigne, par exemple, comme l’hègemôn des Lacédémoniens12. Flavius Josèphe le qualifie de Spartiatès et même de apo Lakedaimonos13. L’adjectif laconien lui est également attribué sans que l’on ne sache s’il faut lui donner un sens différent14. Or, à lire Plutarque, fin connaisseur de la Grèce de son temps, il faut bien admettre que l’intervention d’Euryclès à Actium ne s’accorde pas avec l’image que l’on se fait volontiers de l’aristocratie traditionnelle de Sparte, ce qui fait évidemment dire aux historiens qu’il ne faut pas chercher l’origine d’Euryclès du côté de Sparte15.

4Relisons la fin de la relation de la bataille d’Actium par Plutarque. Cléopâtre et ses vaisseaux prennent subitement la fuite, Antoine abandonne alors ses soldats, monte sur une quinquérème avec deux compagnons et rejoint la reine :

  • 16 Plut., Ant., 67.1-4 (R. Flacelière). Notons qu’Antoine et Cléopâtre se retrouvent ensuite au large (...)

Cléopâtre, ayant reconnu Antoine, fit élever un signal sur son vaisseau. Antoine s’en approcha, puis y monta […]. À ce moment on aperçut des embarcations légères de la flotte de César qui s’étaient lancées à la poursuite. Antoine ordonna de tourner contre elles la proue du vaisseau et les refoula ; seul le Laconien Euryclès s’acharna obstinément, brandissant une javeline du haut du pont pour la lancer contre lui. Antoine, debout sur la proue, demanda : “qui est celui qui poursuit Antoine ?” Et l’autre répondit : “c’est moi, Euryclès, fils de Lacharès, qui profite de la Fortune de César pour venger la mort de mon père”. Ce Lacharès, accusé de piraterie, avait été décapité par ordre d’Antoine. Cependant Euryclès ne put se jeter sur le navire d’Antoine, mais, frappant de l’éperon de bronze l’autre vaisseau amiral (il y en avait deux), il le fit tournoyer et tomber sur le flanc ; il le prit, ainsi qu’un autre navire où se trouvait une splendide vaisselle de table16.

  • 17 Cartledge & Spawforth 1989, 97.
  • 18 Voir Cartledge & Spawforth 1989, 97. Le père d’Euryclès a été reconnu dans une inscription où il e (...)
  • 19 IG, V 1, 141, ligne 17.
  • 20 Cartledge & Spawforth 1989, 97.
  • 21 Str. 8.5.1. D. C. (54.7.2) atteste que Cythère passa aux Spartiates en 21 a.C. A. Rizakis limite l (...)
  • 22 Bowersock 1961, 116 et note 37.

5La question de l’origine d’Euryclès a été soulevée par A. Spawforth : “How did a family from land-locked Sparta come to command ships in the triumviral age ?”17 Pour répondre à cette question, il convient de ne pas minimiser la portée du témoignage de Plutarque. Euryclès possédait son propre vaisseau et n’hésita pas à capturer deux vaisseaux supplémentaires. Que son père ait été auparavant accusé de piraterie par Antoine ne fait qu’augmenter nos soupçons sur l’origine réelle de ce partisan d’Octave18. Le nom de l’un de ses fils, Rhadamanthe, laisse aussi penser qu’Euryclès avait des attaches avec la Crète19. Rappelons finalement avec A. Spawforth que le littoral laconien, et particulièrement la péninsule du Magne, avait vu une recrudescence de la piraterie à la fin de la période républicaine20. Dans ce contexte, il est significatif qu’Auguste ait “donné” à Euryclès l’île de Cythère21. Comme le suppose G. Bowersock, ce n’était peut-être là que la confirmation d’un droit plus ancien sur l’île22.

Les inscriptions du littoral laconien

  • 23 Outre les inscriptions concernant Euryclès que nous traitons ci-dessous, Lacon est honoré par le k (...)

6Or, si Euryclès et son père ont bien quelque chose à voir avec le milieu de la piraterie établi sur le littoral laconien à la fin de la république plus qu’avec l’aristocratie traditionnelle de Sparte, il faut interpréter la documentation en conséquence. Et, dans cette perspective, une première chose serait de reconsidérer le pouvoir d’Euryclès à Sparte même. Dans pareille logique, on devrait se demander comment le pirate Euryclès a un jour ambitionné le pouvoir sur Sparte depuis le sud de la Laconie. Mais avant de traiter la question des rapports d’Euryclès avec Sparte, il faut relire la documentation épigraphique concernant les Euryclides sur le littoral laconien afin d’y réévaluer leur position23.

  • 24 Cartledge & Spawforth 1989, 103-104. De récentes découvertes attestent en outre le patronage de la (...)
  • 25 SEG, 14, 333.
  • 26 Lane 1962, 396-398. Sur la localisation éventuelle de ce domaine, voir Baladié 1980, 329 et les no (...)
  • 27 Spawforth 1978, 260 note 78 et Rizakis et al. 2004, 290. D’autres inscriptions mentionnent Hercula (...)
  • 28 SEG, 11, 924 (Gythéion) ; SEG, 29, 383 (Boeae). D’après Le Roy 1978, 261-266, Euryclès avait hérit (...)
  • 29 C’est peut-être Euryclès qui est honoré à Kardamylè : IG, V.1, 1332.

7On interprète traditionnellement les inscriptions du littoral laconien comme la preuve du patronage de la famille dans la région et l’on compare volontiers ce patronage laconien avec celui que la famille a accordé dans d’autres lieux d’Achaïe, comme à l’Asclèpieion d’Épidaure, au sanctuaire de Despoina à Lycosoura, à Corinthe, à Athènes ou à Messène24. Mais cette comparaison procède selon nous en sens inverse. Dans les cités du littoral laconien, Euryclès avait une large assise territoriale et y concentrait probablement une part non négligeable de ses activités. Les ports du littoral laconien, ainsi que Cythère, devaient accueillir les bateaux d’Euryclès. Les inscriptions en dévoilent davantage. La cité d’Asopus avait honoré Euryclès comme évergète pour avoir doté le gymnase d’une fondation d’huile à perpétuité25. Il est vraisemblable qu’outre ses droits sur Cythère, Euryclès possédait un grand domaine dans la région d’Asopus. Une inscription trouvée dans le voisinage de cette cité conserve la trace de pragmateutai d’Euryclès, terme qui désigne ceux qui supervisaient un patrimoine en l’absence de son propriétaire26. L’inscription renvoie probablement à Gaius Iulius Euryclès Herculanus plutôt qu’à Euryclès lui-même étant donné la mention de pragmateutai, mais la propriété d’Herculanus dans les environs d’Asopus était vraisemblablement un héritage d’Euryclès27. Deux autres inscriptions, l’une de Gythéion, l’autre de Boeae, nous apprennent aussi qu’Euryclès protégeait les intérêts commerciaux des negotiatores romains dans la région, qui l’avaient en outre honoré du titre d’évergète28. Euryclès devait en tirer quelque profit29.

  • 30 Voir note 5. Cette inscription est souvent considérée comme la preuve d’un retour au pouvoir à Spa (...)
  • 31 Lignes 19-22.
  • 32 Cartledge & Spawforth 1989, 103.
  • 33 Voir infra la citation de L. Robert à ce propos.
  • 34 Sur la signification du titre de kèdemôn voir infra.

8Nous disposons à vrai dire de données beaucoup plus nettes. Une inscription montre qu’Euryclès avait joué un rôle politique déterminant en faveur de Gythéion et du koinon des Éleuthérolaconiens et que la position qu’il avait acquise dans le koinon avait vraisemblablement été transmise à son fils. Cette inscription est la célèbre lex sacra des Gythéates datée du début du règne de Tibère30. Outre cinq jours de jeux en l’honneur de la famille impériale et un jour pour Titus Quinctius Flamininus, cette loi sacrée prévoyait deux jours de fêtes supplémentaires pour les Euryclides, l’un pour le défunt Euryclès, évergète de la cité et du koinon des Éleuthérolaconiens en de multiples occasions, l’autre pour le nouveau protecteur de ces deux communautés, Gaius Iulius Lacon31. En rangeant ces honneurs dans la catégorie du simple patronage, les historiens ne mesurent peut-être pas toute leur importance32. Car les jeux étaient manifestement parmi les honneurs les plus significatifs que les cités pouvaient octroyer à leurs bienfaiteurs pour les remercier d’avoir été actifs en faveur de la communauté33. Il semble hors de doute qu’Euryclès avait été pour le koinon des Éleuthérolaconiens, ainsi que pour sa cité principale, Gythéion, un acteur politique de première importance. Reste à savoir pourquoi ; mais dans cette relation entre le bienfaiteur et sa communauté, l’amitié avec l’empereur était le principal atout d’Euryclès. Concluons ce passage en disant que le texte de la lex sacra indique que c’est par le titre inhabituel de kèdemôn de la cité et du koinon des Éleuthérolaconiens que le fils d’Euryclès, Lacon, au début du règne de Tibère, semble avoir hérité de la position de son père sur les deux communautés. Elles attendaient manifestement de leur nouveau protecteur des faveurs semblables à celles que le père de Lacon leur avait octroyées34.

La libération du koinon des Éleuthérolaconiens

  • 35 Cartledge & Spawforth 1989, 101. Kennell 1999, 201-204 a repris et développé cette thèse. Il faut (...)

9Il est peut-être possible de déterminer avec plus de précision les raisons qui expliquent que les Euryclides aient gagné une telle position sur Gythéion et les Éleuthérolaconiens en reprenant le dossier de la libération du koinon. La reconstruction historique traditionnelle qui explique cette libération peut être synthétisée de la manière suivante : une fois installé à Sparte par Auguste, Euryclès aurait étendu son autorité sur l’ensemble de la Laconie et les cités de l’ancien koinon des Lacédémoniens auraient perdu à cette occasion leur autonomie. La comparution du “tyran” devant Auguste, à deux reprises, et son exil daté entre 7 et 2 a.C. auraient eu pour conséquence la “libération” du koinon de la domination d’Euryclès et sa métamorphose en koinon des Éleuthérolaconiens35. Cette reconstruction séduisante pose cependant question. La condamnation à l’exil d’un notable local, aussi puissant qu’ait été Euryclès, peut-elle avoir été une circonstance suffisante pour l’octroi aux Laconiens du titre d’Éleuthérolaconiens ? Euryclès aurait-il pu réimposer un pouvoir spartiate sur les Laconiens sans l’accord d’Auguste ? Comment concilier cette prétendue “reconquête” de la périphérie méridionale de Sparte avec le fait qu’Euryclès était vraisemblablement à la tête de la liste des évergètes dans les cités du koinon ? Comment expliquer l’organisation de jeux en l’honneur d’Euryclès à Gythéion même, si celui-ci avait réellement réimposé la domination spartiate aux Laconiens, d’autant plus que les jeux suivaient ceux en l’honneur d’Auguste Sôtèr Eleutherios et de Flamininus, deux “libérateurs” de la région ?

  • 36 Str. 8.5.5 (R. Baladié).
  • 37 Liv. 34.35.5 avec les commentaires de Kennell 1999, 192-193.
  • 38 Paus. 3.21.6.

10La confusion des sources littéraires d’époque romaine concernant les anciennes populations périèques de Sparte est, selon nous, responsable pour une bonne part de cette reconstruction historique. Dans sa notice concernant les populations périèques, notice qui succède d’ailleurs directement à la notice sur Euryclès, Strabon déclare que “les Éleuthérolaconiens se virent également attribuer un statut politique particulier, après que les périèques, et en particulier les hilotes, eurent donné l’exemple du dévouement à la cause des Romains, à l’époque où Sparte était gouvernée par des tyrans”36. La référence aux périèques et plus encore aux hilotes pousse à juste titre les historiens à reconnaître derrière cet événement le détachement de l’autorité de Sparte, à l’époque de Nabis, des cités laconiennes par Flamininus (195 a.C.), détachement qui entraîna la formation d’un koinon des Lacédémoniens au iie siècle a.C., d’où la référence à un “statut politique particulier” chez Strabon37. Le Géographe n’explique cependant pas pourquoi le koinon des Lacédémoniens avait pris à son époque l’appellation de koinon des Éleuthérolaconiens et nous sommes tributaires du seul Pausanias pour l’explication. Selon le Périégète, qui passe par ailleurs sous silence le détachement de 195 a.C., Auguste libéra le koinon des Éleuthérolaconiens de la douleia de Sparte38. Les sources littéraires nous poussent ainsi à croire que les Laconiens auraient été deux fois libérés de la tutelle de Sparte. Une première fois de Nabis lui-même et une seconde fois sous Auguste. Les historiens ont tenté de comprendre cette seconde libération. Comme nous l’avons dit ci-dessus, ils ont avancé que derrière la douleia de Sparte sous Auguste se cacherait en réalité la tyrannie d’Euryclès sur les cités du koinon des Lacédémoniens.

  • 39 D.C. 51.2.1.
  • 40 D.C. 51.2.3 (M.-L. Freyburger et J.-M. Roddaz).
  • 41 Il est vraisemblable dans ce cas qu’Auguste ait confirmé les privilèges acquis auparavant par le k (...)
  • 42 Voir le commentaire de Freyburger & Roddaz 1991, lviii-lxi.
  • 43 D.C. 50.11.3 (Freyburger & Roddaz).
  • 44 Chrimes 1949, 180 note 5, sans référence à Dion Cassius, a vu juste en partie quand elle écrit que (...)
  • 45 Kroll 1997, 128-129.

11On est en droit cependant de s’interroger sur le sens d’une libération des Éleuthérolaconiens de Sparte sous cette forme. Pour Pausanias, on conçoit que la libération des Éleuthérolaconiens ne peut être, dans le contexte laconien, que synonyme d’un détachement de Sparte ; il existe toutefois un autre sens possible au mot “libération”, qui a l’avantage de mieux convenir au contexte du début du principat et qui peut avoir échappé à Pausanias du fait de sa méconnaisse des pratiques romaines. La libération pourrait prendre tout son sens, si on la situe dans le cadre de l’organisation administrative provinciale. C’est la lecture de Dion Cassius qui nous met sur cette voie. Selon l’historien, au lendemain d’Actium, Octave priva certaines cités de l’autonomie qui leur restait, parce qu’elles avaient fait alliance avec Antoine39. Mais l’historien ajoute aussi que le vainqueur d’Actium “octroya la liberté aux habitants de Cydônia et de Lampa qui lui avaient prêté quelque assistance” dans la bataille40. Nous suggérerions volontiers que la libération du koinon des Lacédémoniens doit être comprise moins dans le contexte des relations hégémoniques qui liaient Sparte et sa périphérie que comme la récompense directe octroyée par Auguste pour l’assistance militaire que les Laconiens lui avaient offerte à Actium41. Ce qui change complètement le sens de la libération des Laconiens : confrontés à un conflit qui risquait bien de se clôturer une nouvelle fois en territoire grec, les Laconiens ont dû prendre parti. Ils doivent avoir rejoint en toute logique le camp d’Octave sous l’impulsion d’Euryclès. Ce ralliement était pour le futur prince un atout non négligeable sur le plan tactique. Dans les opérations préliminaires à la bataille, on sait qu’Agrippa essaya de briser le ravitaillement des troupes d’Antoine venu de Syrie et d’Égypte, qui longeait les côtes du Péloponnèse pour atteindre le golfe d’Ambracie42. Dans ce contexte, le commandant de la flotte d’Octave s’empara de la cité côtière messénienne de Methônè, où était basé le roi de Mauritanie, l’un des alliés d’Antoine : “De plus Agrippa, après avoir pris Methônè d’assaut et y avoir tué Bogud, observant les lieux de débarquement des vaisseaux de transport et faisant des incursions à chaque fois dans un endroit différent de Grèce, inquiétait fort Antoine”43. D’autres places côtières du Péloponnèse furent ainsi affectées par les attaques d’Agrippa. Les cités de la côte laconienne, placées sur la route de la Syrie et de l’Égypte, occupaient évidemment une position clef dans ces opérations, qui leur valut selon nous l’octroi d’une récompense toute particulière. Ajoutons que le père d’Euryclès lui-même a pu s’être illustré dans ces attaques et qu’Antoine y trouva peut-être prétexte pour le condamner à mort pour piraterie44. Nous proposons donc de comprendre la libération des Éleuthérolaconiens comme une conséquence directe de la bataille d’Actium. De surcroît, la libération pourrait prendre un sens concret, si l’on suit l’hypothèse que Gythéion était l’une des bases navales d’Antoine ainsi que “one of the mints of the fleet bronze”45.

12Si la libération des Laconiens s’explique de la sorte, alors Euryclès possède toutes les caractéristiques de cette nouvelle catégorie d’évergètes à qui les cités offraient les plus hautes récompenses en cette période de guerre civile romaine et dont Louis Robert a dressé un juste portrait :

  • 46 Robert 1969, 43-44. Il faut rappeler quelques exemples d’évergètes de cette même période pour voir (...)

Au ier siècle, il ne s’agira plus “des grands de Rome”, mais d’abord de ces personnages tout-puissants que sont Sylla, Pompée, César, Antoine, Octave. Ainsi y aura-t-il un type spécial d’évergète : par ses relations, par sa familiarité, par son amitié avec un de ces grands hommes, il aura obtenu de grands privilèges pour sa patrie ; il aura pu même la tirer d’une situation critique et obtenir pour elle le pardon, la liberté. Comme il est naturel, il recevra pour cela des honneurs. À Rome même, il aura obtenu le droit de cité et il sera devenu un Cnaeus Pompeius, un Gaius Iulius, un Marcus Antonius. Dans sa patrie, ayant été évergète de premier ordre, il sera classé parmi ceux-ci et en tête ; on célébrera des concours en son honneur, on l’enterrera dans un tombeau public et dans la ville même ; il sera un nouveau fondateur ; il aura des honneurs héroïques ou divins, avec un culte et un prêtre46.

  • 47 Lignes 9-10. Sur la Tychè de la cité, voir Champeaux 1987, 51-59.
  • 48 Ligne 8. Notons qu’au lendemain de la bataille d’Actium, Octave fut assimilé à Zeus Eleutherios da (...)
  • 49 Pour l’affranchissement des cités du littoral laconien par Flamininus, voir Kennell 1999, 189-192.
  • 50 IG, V.1, 1160. L’inscription est très mutilée, mais elle semble indiquer, si l’identification du p (...)

13Les deux jours de jeux en l’honneur du défunt Euryclès et de son successeur Lacon organisés à Gythéion prennent tout leur sens, si l’on accepte de les mettre en relation avec le rôle qu’Euryclès a joué à Actium. Les Caesarea fêtaient Livie assimilée à la Tychè du koinon et de la cité, c’est-à-dire à l’entité divine qui protégeait les deux communautés et leur donnait chance et prospérité47. Ils fêtaient également Auguste qualifié de Sôtèr Eleutherios, parce qu’il avait assuré à la cité, et probablement à l’ensemble du koinon, la salut et la liberté48. La consécration d’un jour de jeux à Flamininus montre que les Gythéates rendaient également hommage à cette occasion au général qui imposa à Nabis d’affranchir Gythéion et les cités côtières de Laconie du pouvoir de Sparte49. La succession de Caesarea fêtant les privilèges et libertés acquis de Rome et d’Euryclea n’est pas fortuite. La lex sacra des Gythéates est tout entière consacrée aux privilèges et libertés acquis, aussi bien quand elle honore les Romains que quand elle honore les Euryclides. Et c’est à Gaius Iulius Lacon que revenait au début du règne de Tibère le devoir d’assurer la pérennité des privilèges acquis à Gythéion et dans le koinon. Les privilèges étaient toujours susceptibles d’être révoqués par Rome. Une inscription très mutilée de Gythéion montre que la cité, tout en honorant, semble-t-il, Tibère, trouvait encore utile de rappeler la restauration de son archaia eleutheria par Auguste50.

Le titre de kèdemôn en Laconie

  • 51 Pour Lacon, voir note 5. Pour les deux autres kèdemones, voir IG, V.1, 380 et 1171.
  • 52 Plutarque (Moralia, 796E, 812B, 823C) évoque la kèdemonia dans ses traités politiques. Voir à ce p (...)
  • 53 Rizakis et al. 2004, 284. La titulature d’Herculanus dans IG, V.1, 380 le qualifie de grand-prêtre (...)
  • 54 Mason 1974, 152.
  • 55 Nollé 1999, 106-109 et Mitchell 1999, 33-36.
  • 56 Mitchell 1999, 36.
  • 57 Mitchell 1999, 35.
  • 58 Mitchell 1999, 35.
  • 59 Nollé 1999, 106-107.
  • 60 Nollé 1999, 107.

14Il vaut la peine de revenir au titre de kèdemôn de la cité et de l’ethnos porté par Gaius Iulius Lacon dans la lex sacra des Gythéates, car on retrouve ce titre inhabituel à deux autres reprises en Laconie51. Le sens exact du titre de kèdemôn est difficile à saisir52. On a récemment rapproché celui-ci d’une série de titres tels que ceux de “fils de la cité, fils de la boulè, fils de la cité et de la boulè, fille de la cité”, car le titre apparaît en Laconie sous la forme de “kèdemôn de la cité” ou “kèdemôn de l’ethnos”. D’autre part, le titre de kèdemôn aurait été en Laconie associé avec celui de grand-prêtre du culte impérial, ce qui ne semble pas certain dans tous les cas.53 Dans son étude Greek Terms of Roman Institutions, H. J. Mason a révélé que le titre de kèdemôn était à l’origine l’équivalent en droit civil du tutor et du curator. C’est de là que découlerait la kèdemonia exercée par les gouverneurs de province et par les empereurs eux-mêmes54. Cet usage invite à interpréter le titre de kèdemôn dans les cas laconiens comme l’exercice d’un patronage sur la cité de Gythéion et l’ethnos des Éleuthérolaconiens. Il vaut la peine en ce sens de comparer la documentation laconienne avec celle de certaines communautés villageoises d’Asie Mineure, car l’épigraphie y a révélé le rôle particulier de patrons, volontiers appelés kèdemones ou kèdomenoi, dans la concession, par les autorités romaines, du droit d’organiser un marché55. Dans ce cas précis, “the villages were not represented by officials or magistrates acting ex officio but relied on the intercession of patrons”56. Ainsi un petit village près de Tralles acquit le droit d’organiser un marché suite à la demande formulée par un certain Eumelus, megas kèdemôn des Pylitai57. De même, dans un village situé à proximité de Magnésie du Méandre, la requête pour maintenir le droit d’organiser un marché fut envoyée par les kèdomenoi tès katoikias58. La documentation permet d’en savoir plus sur le profil de ces patrons asiatiques : il s’agissait de personnalités en vue et qui détenaient vraisemblablement de larges propriétés foncières dans ces villages59. Le cas d’Asinius Rufus, bien qu’il ne porte pas le titre de kèdemôn, est révélateur. Asinius Rufus intervint en faveur du village des Arhillenoi dans une affaire d’exemptions. Ce personnage appartenait à l’aristocratie locale de Sardes et le village des Arhillenoi entretenait une relation étroite depuis plusieurs générations avec sa famille60. Ces exemples asiatiques, datés des iie et iiie siècles de notre ère, rappellent en partie le cas laconien. Les petites cités du koinon des Éleuthérolaconiens pouvaient compter sur l’influence de la puissante famille des Euryclides pour faire entendre leur voix auprès des autorités romaines, notamment dans la concession de privilèges.

Gaius Iulius Euryclès Herculanus

  • 61 IG, V.1, 380.
  • 62 Voir aussi Cartledge & Spawforth 1989, 111.

15Après la lex sacra des Gythéates qui atteste que Lacon portait le titre de kèdemôn de la cité et du koinon des Éleuthérolaconiens, une inscription en bronze découverte à Cythère mentionne un second kèdemôn laconien61. Elle est datée avec précision de l’année 116/117 p. C. par la titulature de l’empereur Trajan. Le “kèdemôn de la cité”, un rappel évident de la charge occupée par Lacon à Gythéion, n’est autre que Gaius Iulius Euryclès Herculanus, l’un des descendants d’Euryclès et de Lacon. Herculanus est ici le kèdemôn de la cité de Cythère, ce qui confirme que l’île était restée étroitement liée aux Euryclides malgré les différents exils que connut la famille et qu’elle bénéficiait, du moins sous Trajan, d’une relation similaire à celle que Lacon entretenait avec Gythéion et les autres cités du koinon des Éleuthérolaconiens62. L’exercice de la kèdemonia qu’assuraient les Euryclides au sein de la région ne s’arrêta donc pas avec Gaius Iulius Lacon, mais perdura, peut-être par intermittence, jusqu’à Herculanus, non seulement à Cythère, mais vraisemblablement aussi dans l’ensemble des cités du koinon des Éleuthérolaconiens, comme nous permet de le suggérer le dernier kèdemôn attesté en Laconie.

  • 63 Weinstock 1957, 241-246.
  • 64 Le nom Herculanus atteste également la prétention de l’Euryclide.
  • 65 Baladié 1980, 275.
  • 66 Baladié 1980, 274.
  • 67 Baladié 1980, 273-277.
  • 68 IG, V.1, 968 (Asopus) et 1381 (Thuria). Seuls Alexandre le Grand et César ont, semble-t-il, été dé (...)
  • 69 Gythéion : IG, V.1, 1162. Pour Teuthronè voir Le Roy 1961, 222-223, pour qui la pierre pourrait ve (...)

16Avant d’analyser l’inscription de ce dernier kèdemôn, il est intéressant de remettre la base de statue en l’honneur de Trajan qui mentionne la kèdemonia d’Herculanus sur Cythère dans son contexte. Outre les épithètes Germanique, Dacique et Parthique, la titulature désigne Trajan comme deus invictus et “sauveur de l’univers entier”. Les qualificatifs peu communs de deus invictus sont une référence directe au conquérant Alexandre le Grand dont l’empereur était un fervent admirateur63. Mais celui de “sauveur de l’univers entier” montre que la titulature renvoie probablement aussi à Héraclès, héros universel64. Il semble opportun de relire les quelques témoignages épigraphiques que R. Baladié a rassemblés et qui sont à mettre en relation avec le passage sur les côtes péloponnésiennes de l’expédition militaire de Trajan contre les Parthes. On apprend ainsi que la circonstance pour laquelle Trajan octroya la liberté au petit port messénien de Methônè est vraisemblablement à chercher dans le rôle que la petite cité avait joué comme escale dans le transport de troupes qui prenaient la direction de l’Orient65. Il est vraisemblable aussi que le port d’Hermionè, qui était capable de rassembler une flotte considérable et où les citoyens assimilèrent d’ailleurs Trajan à Zeus Embaterios, assista à un départ solennel de l’empereur lors de l’expédition parthique66. Enfin, la découverte d’un milliaire de Trajan daté de 114/115 p. C. atteste de la construction d’une voie sur la côte occidentale du Péloponnèse, qui était peut-être destinée à la préparation de l’expédition contre les Parthes67. Cythère et les ports du littoral laconien peuvent également avoir été mobilisés lors du passage sur les côtes péloponnésiennes de la plus vaste entreprise militaire menée sous le règne de Trajan. L’inscription de la base de statue de Cythère qui développe tout particulièrement la théologie de la victoire pourrait trouver un éclairage dans ce contexte. Si la formule deus invectus semble unique, deux autres inscriptions de la région, l’une de Asopus, l’autre de Thuria, honorent Trajan comme invictus68. D’autres dédicaces à Trajan ont encore été retrouvées à Gythéion et à Teuthronè69.

Tibérius Claudius Atticus

  • 70 IG, V.1, 1171 (voir Ameling 1983, 83 no 54).
  • 71 Spawforth 1980, 203-220.
  • 72 Spawforth 1980, 203-207.
  • 73 Spawforth 1980, 207.
  • 74 Une charge qu’il délégua (SEG, 11, 492).
  • 75 Cartledge & Spawforth 1989, 111. Une inscription inédite de Sparte (inv. no 6474) enregistre le do (...)
  • 76 Sur les héritiers d’Herculanus voir Spawforth 1978, 254-255.
  • 77 Ajoutons que ce fut vraisemblablement à cette époque qu’Atticus fut l’auteur d’un dôron aux Gythéa (...)

17Le dernier kèdemôn laconien attesté n’est pas un membre de la famille des Euryclides. Il s’agit de Tibérius Claudius Atticus, le père du fameux sophiste athénien Hérode Atticus. La cité de Gythéion honora Tibérius Claudius Atticus du titre de kèdemôn du koinon de Éleuthérolaconiens, ainsi que de celui de sauveur et de fondateur de la cité70. A. Spawforth a révélé les liens entre les Claudii de Marathon et les Euryclides71. Atticus fut enrôlé dans l’éphébie spartiate et c’est vraisemblablement là qu’il rencontra son contemporain Herculanus72. L’Athénien est aussi connu pour avoir occupé la charge de magistrat éponyme à Sparte73. Mais les liens entre les deux ne s’arrêtent pas là, puisqu’à la mort d’Herculanus, Atticus fut nommé au poste de cythèrodicès74. Le contenu de cette charge ne peut être défini avec précision, mais elle devait consister en une sorte d’administration de l’ancienne “propriété” des Euryclides à la faveur de Sparte75. On est tenté de croire qu’outre la cité de Sparte, le puissant clan des Claudii de Marathon héritait, en qualité de cythèrodicès, de certains privilèges des Euryclides sur Cythère76. Il est probable que c’est à la mort d’Herculanus qu’Atticus devint d’autre part le sauveur et fondateur de la cité de Gythéion et exerça la kèdemonia sur le koinon des Éleuthérolaconiens, héritant ici aussi des Euryclides77.

Conclusion

  • 78 Shipley 2000, 387 et la carte page 389.
  • 79 Ducat 1990, 193-199.
  • 80 Voir le siège de Gythéion (Liv. 35.13 et 26-27).

18Il convient, pour conclure, de faire le point sur la relation qu’a entretenue Sparte avec sa périphérie, et particulièrement avec le sud de la Laconie, durant la basse époque hellénistique et le début du Haut-Empire romain. Le règlement des affaires laconiennes par Flamininus en 195 a.C. met un terme à la dépendance des cités du sud de la Laconie envers Sparte78. Ce règlement est-il définitif ? On est tenté de répondre par l’affirmative : le système périèque semble avoir disparu au-delà de cette date et désormais existent côte à côte en Laconie la cité de Sparte et une entité qui fédère les anciennes cités périèques du sud : le koinon des Lacédémoniens79. Au lendemain du détachement des cités “maritimes” de Sparte par Flamininus, Nabis tenta bien de récupérer certaines cités du littoral laconien80. Pour le reste de la période hellénistique, nos sources sont maigres et il est possible, sans que l’on puisse l’affirmer avec certitude, que Sparte ait reconquis ponctuellement le territoire de certaines cités ou même de l’ensemble du koinon. Malgré d’éventuelles tentatives de reconquête, le règlement de Flamininus semble achever un processus irréversible de réduction du territoire laconien entamé à la fin de la période classique, puisqu’il préfigure les limites territoriales dont Sparte allait jouir en tant que cité provinciale sous l’empire.

  • 81 Kennell 1999, 196.
  • 82 Kennell 1999, 199-201.

19N. Kennell a récemment mis en évidence deux éléments importants pour notre compréhension du koinon des Lacédémoniens à l’époque hellénistique et romaine : des liens étroits ont perduré entre Sparte et celui-ci après 195 a.C., notamment dans les institutions et le monnayage81. D’autre part, l’analyse de la documentation relative aux institutions mêmes du koinon des Lacédémoniens tend à montrer la faiblesse des liens institutionnels qui unissaient les différentes cités du koinon82. Ce qui tend à confirmer que la domination romaine a ouvert une nouvelle ère pour les anciennes populations périèques. Aussi faible qu’ait été le koinon des Lacédémoniens, il perdura en Laconie à côté de son ancien maître, Sparte, et, après un ier siècle a.C. marqué par les conflits, Auguste jugea opportun de confirmer son existence et même de le récompenser en lui octroyant le titre de koinon des Éleuthérolaconiens.

20Quel est le sens de cette “liberté” ? Selon nous, l’épisode d’Euryclès n’est pas une tentative déguisée de l’autorité spartiate de reprendre le pouvoir sur le sud de la Laconie. Nous ne suivons pas Pausanias, lorsqu’il affirme qu’Auguste libéra les cités du koinon de l’emprise de Sparte. Une telle libération impliquerait vraisemblablement une opération militaire de conquête de la part de Sparte peu avant ou même durant le règne d’Auguste. Il est certain que la libération des Laconiens par Auguste est à mettre en relation avec le plus puissant personnage de la région à l’époque. Nous avons tenté de montrer qu’Euryclès était véritablement le maître du littoral laconien, peut-être dès avant sa prise de pouvoir à Sparte. Le sens de la libération du koinon par Auguste est donc selon nous à rechercher du côté de Rome et non du côté de Sparte. Auguste aurait créé un koinon “autonome” des Laconiens dans le même sens qu’il confirma par ailleurs l’autonomie du koinon des Thessaliens. La raison de cette création peut avoir été double : la récompense pour l’apport d’Euryclès dans la bataille d’Actium et l’éventuelle libération de la région de l’emprise d’Antoine.

  • 83 Kennell 1999, 205.
  • 84 Notons que les deux familles étaient liées aux Vibullii de Corinthe. Voir à ce propos Spawforth 20 (...)

21Nous ne connaissons pas le contenu de la liberté acquise par les Laconiens. Il vaut peut-être la peine cependant d’émettre comme hypothèse de travail que cette liberté contenait entre autres l’exemption des droits de douanes (portorium) sur l’ensemble du territoire du koinon. La libération d’Auguste aurait alors joué un rôle économique certain pour les petites cités du koinon. Qu’on se remémore avec N. Kennell que “the resources of Laconia, particularly the luxury goods prized by the Romans, must have been the backbone of the trade that enabled them to exist and even, I believe, to flourish”83. Ces produits de luxe, à savoir le marbre et le pourpre, répondaient à la demande récente venue de Rome et d’Italie. Cela nous ramène aux cas des kèdemones asiatiques qui intervenaient pour faciliter l’obtention du droit de marché dans certains villages d’Asie. Dans les cités du koinon, les kèdemones laconiens, Lacon, Herculanus et après eux Tibérius Claudius Atticus, avaient peut-être de la même manière des intérêts économiques à défendre. Le transfert de la kèdemonia entre deux des plus importantes familles d’Achaïe à l’époque d’Hadrien s’explique peut-être aussi de la sorte84. Au final, la présence romaine avait changé les choses en Laconie : après l’autonomie politique des cités laconiennes acquise au iie siècle a.C., le règne d’Auguste permit une plus grande intégration des Laconiens dans le système provincial romain, mais peut-être aussi un partiel désenclavement économique de la région.

Notes

1 Je remercie MM. les Professeurs St. Hodkinson et P. Marchetti de leur soutien inestimable dans l’élaboration de cet article, ainsi que Mme le Professeur C. Grandjean pour l’opportunité exceptionnelle qu’elle m’a offerte de présenter le fruit de mes recherches. Je suis, bien entendu, seul responsable des idées avancées ici. Le contenu de cet article a d’autre part été présenté une première fois sous forme de poster au colloque “Sparta and Laconia from Prehistory to Premodern” tenu à Sparte en mars 2005.

2 L’exposé le plus complet sur la famille des Euryclides est celui de Cartledge & Spawforth 1989, 97-104 et 110-112. Citons parmi les études antérieures importantes celles de Weil 1881, 10-20, de Chrimes 1949 et de Bowersock 1961, 112-118. Plusieurs remarques sur le rôle d’Euryclès dans les cités du littoral laconien ont été développées par Kennell 1999, 201-205. Mentionnons aussi les entrées dans Rizakis et al. 2004 et la thèse non publiée de G. Steinhauer sur Euryclès déposée à l’Université d’Athènes (non vidi). Pour une révision critique de la documentation concernant le pouvoir des Euryclides à Sparte (Strabon, monnaies et procuratèles), voir Balzat 2005.

3 Plut., Ant., 67.1-4 (Actium) ; Str. 8.5.5 (philia). Concernant les origines d’Euryclès voir Cartledge & Spawforth 1989, 97-98 et ci-dessous.

4 Str. 8.5.5. On date traditionnellement l’exil et la mort d’Euryclès entre 7 et 2 a.C. Le terminus ante quem est fondé sur la chronologie de la rédaction de la Géographie (Bowersock 1961, 115). Selon Lindsay 1992, 296, la rédaction du livre 8 pourrait s’être échelonnée jusqu’en 15 p.C. au plus tard, puisque seule la lex sacra de Gythéion atteste avec certitude la mort d’Euryclès. Voir à ce sujet l’opinion de Baladié 1978, 7 et 232-233. Flavius Josèphe témoigne du bannissement d’Euryclès de Sparte (AJ, 16.310). Il signale aussi qu’Euryclès fut accusé à deux reprises devant l’empereur, qui l’exila par ailleurs, suite aux troubles qu’il avait soulevés dans la province d’Achaïe – il avait “dépouillé” les villes, nous dit Flavius Josèphe (BJ, 1.531). Parmi les raisons de l’exil, on a avancé l’opposition des familles de l’aristocratie traditionnelle de Sparte et notamment celle des futurs Claudii, descendants de l’illustre Brasidas (Plut., Moralia, 207f), mais aussi la proximité d’Euryclès avec Tibère au moment de la disgrâce de ce dernier par Auguste. Voir à ce sujet Bowersock 1984, 177-178, Cartledge & Spawforth 1989, 101 et Kennell 1999, 203-204.

5 Grunauer-von Hoerschelmann 1978, 73-74.

6 Pour la lex sacra de Gythéion voir l’édition, la traduction et les commentaires de Oliver 1989, no 15. Aux lignes 20-22, Gaius Iulius Lacon est nommé kèdemôn de l’ethnos et de la cité. Le terme ethnos est ici l’équivalent de celui de koinon (pour d’autres exemples de l’emploi de ethnos pour koinon voir Kornemann 1924, 919-920. Il s’agit ici du koinon des Éleuthérolaconiens qui fut, selon Pausanias (3.21.6), libéré sous Auguste de l’autorité de Sparte. Nous apporterons de nouveaux éclairages sur la question ci-dessous.

7 Tac., Ann., 6.18.3.

8 Pour les dernières études relatives à Lacon et à Spartiaticus, les deux principaux membres de la famille sous les règnes de Claude et de Néron, voir, outre Cartledge & Spawforth 1989, 101-103, Puech 1983, 24-26, Demougin 1992, 415-416 et 469-470 et Puech 1992, 4850-4855. Bowersock 1961, 117-118 ainsi que Puech 1992, 4853 considèrent que le Gaius Iulius Lacon attesté sous le règne de Claude est le petit-fils d’Euryclès. Pour notre part, nous nous conformerons à l’avis de Cartledge & Spawforth 1989, 102 qui voit en ce Lacon de l’époque de Claude le fils d’Euryclès qui a été exilé en 33 par Tibère. On ajoutera que Gaius Iulius Spartiaticus est plus vraisemblablement le fils que le frère du Lacon, procurateur de Claude, comme le défend l’hypothèse de G. Bowersock. Si l’on compare les deux inscriptions de Corinthe attestant des procuratèles des Euryclides sous Claude et Néron (West 1931, no 67 et 68), on remarque que seul Spartiaticus a occupé la charge de tribun militaire. Il a débuté sa carrière équestre par le service militaire qu’effectuaient les fils de procurateurs en vue “d’hériter” du rang de leur père. Un tel service militaire n’est pas attesté pour Lacon, car sa dignité équestre pourrait procéder d’une révision du corps des chevaliers, non “d’un héritage”. On sait par Dion Cassius (59.9.5) que Caligula procéda à une révision du corps des chevaliers en 38 p. C. (Demougin 1988, 179-181). Or, dès cette époque, Lacon et sa famille peuvent être revenus de l’exil qui les toucha en 33 p.C. et être entrés dans l’ordre équestre. Sur la signification des procuratèles de Lacon et Spartiaticus, voir Balzat 2005, 297-301.

9 Voir note précédente et, pour le grand-prêtre du culte impérial, voir IG, II2, 3538 et la datation proposée par Spawforth 1994, 226-227.

10 IG, V.1, 32B, 34 (SEG, 11, 479), 280, 281, 480 ; SEG, 11, 518.

11 Voir à ce sujet Spawforth 1978, 249-260 et Cartledge & Spawforth 1989, 110-112. Les premiers Euryclea à Sparte sont mentionnés dans une inscription inédite du musée de Sparte (inv. 6474) renseignée dans Spawforth 1978, 251-252. Pour de nouveaux développements sur les Euryclides et plus particulièrement sur la carrière du sénateur Herculanus, voir Birley 1997, 210-212 et 237-245.

12 Str. 8.5.1.

13 Jos., BJ, 1.515 (Spartiatès) et AJ, 16.301 (apo Lakedaimonos).

14 Jos., BJ, 1.513. Plutarque le qualifie également de Laconien, comme nous verrons ci-dessous.

15 Soulignons que Plutarque dédicaça l’une de ses œuvres au sénateur Gaius Iulius Euryclès Herculanus, preuve que le destinataire et sa famille n’étaient pas inconnus du Biographe.

16 Plut., Ant., 67.1-4 (R. Flacelière). Notons qu’Antoine et Cléopâtre se retrouvent ensuite au large du cap Ténare (67.5-8).

17 Cartledge & Spawforth 1989, 97.

18 Voir Cartledge & Spawforth 1989, 97. Le père d’Euryclès a été reconnu dans une inscription où il est honoré par la boulè et le peuple des Athéniens pour sa vertu (Syll.3, 786). Son ethnique précise son origine : “Lacédémonien”, ce que l’on n’interprètera pas trop hâtivement comme originaire de Sparte. Un koinon des Lacédémoniens regroupait les cités du littoral laconien à la basse époque hellénistique (Kennell 1999, 189-201). On connaît évidemment l’ethnique de certaines cités de ce koinon, mais une inscription révèle l’ambiguïté de l’ethnique “Lacédémonien”, puisqu’un citoyen de Gythéion est qualifié de Lacédémonien de Gythéion (Shipley 1997, 276 note 64).

19 IG, V 1, 141, ligne 17.

20 Cartledge & Spawforth 1989, 97.

21 Str. 8.5.1. D. C. (54.7.2) atteste que Cythère passa aux Spartiates en 21 a.C. A. Rizakis limite la donation d’Auguste au transfert à Euryclès des revenus de la taxation prélevée sur Cythère. Voir Rizakis et al. 2004, 283.

22 Bowersock 1961, 116 et note 37.

23 Outre les inscriptions concernant Euryclès que nous traitons ci-dessous, Lacon est honoré par le koinon des Éleuthérolaconiens à Caenepolis (IG, V.1, 1243) et Herculanus est honoré à Asopus (IG, V.1, 971) et à Gythéion (IG, V.1, 1172).

24 Cartledge & Spawforth 1989, 103-104. De récentes découvertes attestent en outre le patronage de la famille à Messène. Voir à ce sujet Rizakis et al. 2004, 541-542 et Grandjean 2003, 214-216.

25 SEG, 14, 333.

26 Lane 1962, 396-398. Sur la localisation éventuelle de ce domaine, voir Baladié 1980, 329 et les notes 184-185.

27 Spawforth 1978, 260 note 78 et Rizakis et al. 2004, 290. D’autres inscriptions mentionnent Herculanus par le seul nom d’Euryclès ; voir la liste des documents dans Rizakis et al. 2004, 286-287. Notons que IG, V.1, 971 trouvée à Asopus honore Gaius Iulius Euryclès Herculanus.

28 SEG, 11, 924 (Gythéion) ; SEG, 29, 383 (Boeae). D’après Le Roy 1978, 261-266, Euryclès avait hérité de la sécurité des relations commerciales qui avait été la charge des légions et des officiers romains installés dans la région sous la République. Kennell 1999, 202-203 va plus loin et pense que les commerçants romains auraient pu tirer profit des exactions d’Euryclès dans la région.

29 C’est peut-être Euryclès qui est honoré à Kardamylè : IG, V.1, 1332.

30 Voir note 5. Cette inscription est souvent considérée comme la preuve d’un retour au pouvoir à Sparte des Euryclides, mais l’inscription a été élevée à Gythéion, non à Sparte.

31 Lignes 19-22.

32 Cartledge & Spawforth 1989, 103.

33 Voir infra la citation de L. Robert à ce propos.

34 Sur la signification du titre de kèdemôn voir infra.

35 Cartledge & Spawforth 1989, 101. Kennell 1999, 201-204 a repris et développé cette thèse. Il faut noter que Bowersock 1965, 92 note 2 s’opposait déjà à cette thèse en 1965 et préférait dissocier la libération du koinon par Auguste de l’épisode d’Euryclès. Le savant américain préférait dater la libération de peu après Actium lors de la réorganisation administrative de l’empire qui suivit la bataille.

36 Str. 8.5.5 (R. Baladié).

37 Liv. 34.35.5 avec les commentaires de Kennell 1999, 192-193.

38 Paus. 3.21.6.

39 D.C. 51.2.1.

40 D.C. 51.2.3 (M.-L. Freyburger et J.-M. Roddaz).

41 Il est vraisemblable dans ce cas qu’Auguste ait confirmé les privilèges acquis auparavant par le koinon et notamment son détachement de Sparte. Rappelons le sort similaire du koinon des Thessaliens qui gagna sa liberté après la bataille de Pharsale (App., BC, 2.88 ; Plut., Caes., 48), avec les commentaires de Larsen 1959, 447-448. Alcock 1993, 23 semble d’ailleurs suivre cette proposition.

42 Voir le commentaire de Freyburger & Roddaz 1991, lviii-lxi.

43 D.C. 50.11.3 (Freyburger & Roddaz).

44 Chrimes 1949, 180 note 5, sans référence à Dion Cassius, a vu juste en partie quand elle écrit que la condamnation de Lacharès “may well mean that he had been interfering on Octavian’s behalf with the transport and supplies from Italy for use by Antony”.

45 Kroll 1997, 128-129.

46 Robert 1969, 43-44. Il faut rappeler quelques exemples d’évergètes de cette même période pour voir ce qui les rapproche d’Euryclès. Théophane de Mytilène, un ami de Pompée, après avoir recouvert des Romains la liberté pour sa cité, reçut un culte à sa personne et fut assimilé à Zeus Eleutherios. Un autre évergète bien connu, Artémidore de Cnide, ami de César, obtint probablement la confirmation de la liberté pour sa cité qui l’honora en retour d’Artemidorea (Price 1984, 49). De même Mithridate de Pergame obtint la liberté pour sa cité, parce qu’il avait soutenu César durant la guerre d’Alexandrie. En retour, elle le récompensa du titre de nouveau fondateur de la cité (Magie 1975, 406 et 1259).

47 Lignes 9-10. Sur la Tychè de la cité, voir Champeaux 1987, 51-59.

48 Ligne 8. Notons qu’au lendemain de la bataille d’Actium, Octave fut assimilé à Zeus Eleutherios dans certaines cités (Beaujeu 1955, 71 note 3 et les références dans Cook 1925, 97). Dans la province d’Asie, plusieurs frappes monétaires commémoraient également cette liberatio et, comme l’écrivit Grant 1944, 338, “eleutherios was one of Augustus’s most significant titles”.

49 Pour l’affranchissement des cités du littoral laconien par Flamininus, voir Kennell 1999, 189-192.

50 IG, V.1, 1160. L’inscription est très mutilée, mais elle semble indiquer, si l’identification du pater avec Auguste est correcte, que Gythéion retrouva son ancienne liberté avec Auguste. Une fois encore, on peut se demander si cette archaia eleutheria est l’autonomie concédée par Rome ou si elle est l’indépendance à l’encontre de Sparte. Nous ne disposons malheureusement d’aucune indication sur le statut de Gythéion durant la basse époque hellénistique. Voir Bernhardt 1971, 194 note 523. Il est tout à fait possible que Gythéion, qui fut d’ailleurs utilisée par les Romains comme base navale pour combattre les pirates (voir le dossier des Cloatii), ait été remerciée durant l’une ou l’autre campagne contre les pirates au Ier siècle a.C. par un traité qui aurait assuré son eleutheria et qu’Auguste n’aurait fait que restaurer cette liberté tombée en désuétude dans les derniers temps des guerres civiles. Contra Kennell 1999, 194 et 204 où l’auteur pense que cette eleutheria est synonyme d’indépendance vis-à-vis de Sparte et qu’Auguste réactiva l’indépendance accordée par Flamininus en 195 a.C. Soulignons que seul Auguste a porté le titre de “Sôtèr Eleutherios” à Gythéion.

51 Pour Lacon, voir note 5. Pour les deux autres kèdemones, voir IG, V.1, 380 et 1171.

52 Plutarque (Moralia, 796E, 812B, 823C) évoque la kèdemonia dans ses traités politiques. Voir à ce propos Panagopoulos 1977, 200-203.

53 Rizakis et al. 2004, 284. La titulature d’Herculanus dans IG, V.1, 380 le qualifie de grand-prêtre des empereurs dia biou, philosebastos, philopatris et kèdemôn de la cité. Quant à IG, V.1, 1171, elle fait de Claudius Atticus un grand-prêtre des empereurs, kèdemôn de l’ethnos, sôtèr et ktistès de Gythéion. Mais la lex sacra des Gythéates n’atteste pas une charge similaire pour Euryclès ou Lacon ; les lignes 33-34 de cette même inscription mentionnent d’ailleurs un prêtre du divin Auguste César.

54 Mason 1974, 152.

55 Nollé 1999, 106-109 et Mitchell 1999, 33-36.

56 Mitchell 1999, 36.

57 Mitchell 1999, 35.

58 Mitchell 1999, 35.

59 Nollé 1999, 106-107.

60 Nollé 1999, 107.

61 IG, V.1, 380.

62 Voir aussi Cartledge & Spawforth 1989, 111.

63 Weinstock 1957, 241-246.

64 Le nom Herculanus atteste également la prétention de l’Euryclide.

65 Baladié 1980, 275.

66 Baladié 1980, 274.

67 Baladié 1980, 273-277.

68 IG, V.1, 968 (Asopus) et 1381 (Thuria). Seuls Alexandre le Grand et César ont, semble-t-il, été désignés comme deus invictus. Cf. Weinstock 1957, 246 note 204.

69 Gythéion : IG, V.1, 1162. Pour Teuthronè voir Le Roy 1961, 222-223, pour qui la pierre pourrait venir de Gythéion.

70 IG, V.1, 1171 (voir Ameling 1983, 83 no 54).

71 Spawforth 1980, 203-220.

72 Spawforth 1980, 203-207.

73 Spawforth 1980, 207.

74 Une charge qu’il délégua (SEG, 11, 492).

75 Cartledge & Spawforth 1989, 111. Une inscription inédite de Sparte (inv. no 6474) enregistre le don de l’île de Cythère par Hadrien à Sparte, vraisemblablement suite au testament d’Herculanus (Spawforth 1978, 252), et la première célébration des Euryclea.

76 Sur les héritiers d’Herculanus voir Spawforth 1978, 254-255.

77 Ajoutons que ce fut vraisemblablement à cette époque qu’Atticus fut l’auteur d’un dôron aux Gythéates, qui nécessita l’intervention de l’empereur (IG, V.1, 1147).

78 Shipley 2000, 387 et la carte page 389.

79 Ducat 1990, 193-199.

80 Voir le siège de Gythéion (Liv. 35.13 et 26-27).

81 Kennell 1999, 196.

82 Kennell 1999, 199-201.

83 Kennell 1999, 205.

84 Notons que les deux familles étaient liées aux Vibullii de Corinthe. Voir à ce propos Spawforth 2002, 103-104.

Auteur

Doctorant, Université de Newcastle Upon Tyne

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540