Version classiqueVersion mobile

De l'or pour les braves !

 | 
Michel Reddé

2. Les modes de paiement

Les témoignages numismatiques de la bataille de Lyon en 197

Vincent Drost et François Planet

Texte intégral

  • 1 * Soutenu par une bourse de la Région Rhône-Alpes.
  • 2 Hérodien 3.6.8.
  • 3 Sur le trajet de Septime Sévère, voir Christol 2006, 16 et Le Bohec 2013, 37.
  • 4 HA, Alb., 9.1 et Sev., 10.7 ; Hérodien 3.7.2.
  • 5 HA, Sev., 11.1-2.
  • 6 HA, Sev., 11.7.
  • 7 Le Bohec 2013, 42 part notamment de l’idée qu’il n’y a guère d’autre emplacement qui offre l’espa (...)

1Après avoir sécurisé l’Occident en faisant de Clodius Albinus, le gouverneur de Bretagne, son César1 au printemps/été 193, Septime Sévère pouvait s’attaquer à Pescennius Niger, le gouverneur de Syrie acclamé par ses légions en Orient. Une fois celui-ci vaincu, Septime Sévère se retourna contre Clodius Albinus qui pouvait constituer une menace et qui, surtout, représentait un frein à ses projets dynastiques. À la fin de l’année 195 et au début de l’année suivante, Clodius Albinus prit le titre d’Auguste et fut déclaré hostis par Septime Sévère2 tandis que Caracalla était nommé César par son père. Dès lors, la guerre entre les deux Augustes était inévitable. Dans le courant de l’année 196, Clodius Albinus se rendit à Lyon accompagné des légions bretonnes et y établit son quartier général. Pendant ce temps, Septime Sévère préparait son expeditio Gallica depuis Rome. Fin 196/début 197, lui et ses prétoriens prirent le chemin de la Gaule en passant par la Germanie Supérieure3, avant de faire la jonction avec les légions venues du Danube. Après de possibles escarmouches4, la première bataille d’importance eut lieu près de Tournus5. L’affrontement décisif, qui vit Septime Sévère l’emporter et Clodius Albinus périr, se déroula le 19 février 1976 aux abords de Lyon. Par élimination, Y. Le Bohec propose de situer le champ de bataille sur la rive gauche de la Saône, au nord-est de la ville, entre Sathonay et les Dombes7.

  • 8 Radoslava et al. 2011.

2À défaut d’apporter des éléments décisifs sur le lieu de la bataille, des découvertes archéologiques relativement dispersées à Lyon et dans ses environs offrent des témoignages concrets de l’événement. Un parallèle pourrait par exemple être fait avec la bataille d’Abritus (Mésie Inférieure), au cours de laquelle Trajan Dèce trouva la mort en 251, qui a laissé de nombreux vestiges (militaria et monnaies notamment) disséminés sur un large périmètre8. Plusieurs dépôts d’ossements peuvent être mis en relation avec la bataille de Lyon d’après le terminus fourni par le mobilier numismatique associé. Quelques “trésorsˮ monétaires butent également sur la date de la bataille. Il s’agit pour la plupart de trouvailles anciennes qui remontent à la première moitié du xixe siècle. De fait, leur composition est souvent mal connue. Si les objets les plus spectaculaires (militaria ou bijoux) ont pu être préservés et sont aujourd’hui conservés au Musée gallo-romain de Fourvière, les monnaies ont été largement dispersées. Celles qui, à l’époque, ont pu être acquises par la municipalité de Lyon, sont difficilement identifiables au sein du médaillier du Musée des Beaux-Arts de Lyon en raison de l’imprécision des registres d’entrées. La principale source d’information réside donc dans les mentions anciennes fournies par les érudits locaux.

  • 9 Loriot et al. 1987, 47-70. Les trouvailles relatives à la bataille de Lyon font l’objet d’un rapp (...)
  • 10 Planet 1999, 174-175.
  • 11 Le Bohec 2013.

3Pour ce qui est des études modernes, il faut en premier lieu saluer le minutieux et précieux travail de dépouillement bibliographique effectué par X. Loriot et B. Rémy dans le cadre de la série des Trésors antiques de la France pour le département du Rhône9. L’un de nous est revenu sur certaines trouvailles dans un panorama général des trésors régionaux10. Enfin, Y. Le Bohec exploite ces découvertes à bon escient, avec toutes les précautions d’usage, dans un ouvrage récent qui constitue la première synthèse sur la bataille de Lyon11. Nous reviendrons sur la typologie et sur les interprétations possibles de ces trouvailles dont l’intérêt historique et archéologique n’est pas négligeable. Nous nous intéresserons également à leur profil numismatique, aspect qui a été largement délaissé, pour aborder la question du mode de rémunération de l’armée, notamment du point de vue de Clodius Albinus.

Les dépôts monétaires consécutifs à la bataille de Lyon : état de la documentation et essai d’interprétation

  • 12 Il en eut été autrement s’il s’était agi de trésors de monnaies de bronze, dont on sait qu’un ter (...)

4Parmi les trouvailles monétaires qui pourraient être mises en relation, de manière plus ou moins directe, avec la bataille de Lyon, on trouve des ensembles de natures très diverses : des accumulations d’or sur le long terme, une encaisse de monnaies d’argent fraîchement sorties de l’atelier et des dépôts funéraires. Si hétérogènes soient-elles, ces trouvailles ont pour point commun de présenter un terminus proche de la bataille de 197. Il faut naturellement rester prudent quant à l’interprétation de ce type de trouvailles anciennes, le contexte de leur découverte et leur composition étant souvent largement méconnus. Néanmoins, prise dans son ensemble, cette série d’enfouissements est significative et elle ne saurait relever de la simple coïncidence ou bien d’un phénomène purement monétaire12.

Les accumulations d’or

  • 13 Loriot et al. 1987, 54, n° 9.
  • 14 La construction de la gare ferroviaire de Perrache débuta en 1855. Les aménagements chaotiques de (...)
  • 15 Archives départementales du Rhône, série R-78WP8.
  • 16 Pour le détail de la composition, voir Planet 1992, 19-20.
  • 17 Artaud 1846, 158.
  • 18 Artaud n’a pas acquis les monnaies manquantes pour sa collection personnelle qui est entrée au mu (...)
  • 19 Artaud 1846, 158 ; Monfalcon 1855, 26.

5En 1832, une soixantaine d’aurei a été découverte à Perrache13, lors de la construction du pont de la gare fluviale situé coté Saône14. Une grande partie des monnaies a été acquise par le Maire de Lyon pour le musée15 mais il est aujourd’hui impossible de les identifier dans le médaillier du Musée des Beaux-Arts de Lyon, à l’exception d’un aureus de Faustine l’Ancienne divinisée (fig. 1). L’inventaire sommaire donné dans le registre d’entrées permet de ventiler cinquante-trois monnaies par règne, de Vespasien à Marc Aurèle16. Le trésor s’achèverait dans les années 160 avec des monnaies à l’effigie de Lucius Verus et de son épouse Lucille. Un tel terminus est bien éloigné de la bataille de 197. Toutefois, une date plus tardive peut être envisagée puisque J.-F. Artaud relevait la présence dans le trésor d’aurei à l’effigie de Commode (180-192)17. Ces derniers figurent sans doute parmi les quelques exemplaires qui ne sont pas entrés dans les collections du musée18. Quand bien même le terminus du trésor se situerait sous le règne de Commode, le lien avec la bataille ne serait pas évident puisqu’une grande partie des trésors d’or romains qui nous sont parvenus s’achèvent avec des monnaies à l’effigie des derniers Antonins. Il convient tout de même d’ajouter qu’Artaud, repris par Monfalcon, signale, à proximité du dépôt monétaire, la découverte d’armes (épée en fer et petite hache ou ascia)19.

6Par ailleurs, une précision importante doit être apportée à propos du lieu de ces découvertes. Le début des aménagements du quartier de Perrache remonte à la fin du xviiie siècle, travaux qui prendront plusieurs décennies. Pour combler les zones inondables et les rendre utiles à l’industrie lyonnaise naissante, d’importantes quantités de terre et de matériaux ont été transférées depuis la colline qui surplombe la Saône, face au site. Ce dépôt d’or, de même que les armes, ont donc été découverts dans des remblais provenant de la ville haute, entre Sainte-Irénée et Sainte-Foy-lès-Lyon, dans le prolongement du plateau de Fourvière. Ainsi, le trésor de Perrache a vraisemblablement été déplacé et non excavé in situ.

  • 20 Loriot et al. 1987, 55, n° 12.
  • 21 Pour le détail de la composition du trésor, voir Comarmond 1844.
  • 22 Certains bijoux ont toutefois été dérobés lors du vol perpétré en 1901 au Musée de Lyon. Les deux (...)
  • 23 Comarmond 1844, 4 et 47.

7La colline de Fourvière est surtout le lieu d’une spectaculaire découverte effectuée en 1841 dans l’ancien clos des Lazaristes20. Le dépôt en question se compose de bijoux en or (bracelets, bagues, colliers, chaîne, boucles d’oreille, anneaux) et de monnaies, quelques unes en or et 2 à 3000 en argent21. Si l’essentiel des bijoux est conservé au Musée gallo-romain de Fourvière22, les monnaies ont, elles, été largement dispersées par les ouvriers qui sont à l’origine de la découverte. Quelques centaines de pièces ont pu être récupérées par l’un des membres de la congrégation. Au moins une partie d’entre elles se trouve aujourd’hui au Musée des Beaux-Arts de Lyon, notamment deux aurei et un quinaire de Commode (fig. 2-3). A. Comarmond donne quelques détails sur la composition de ce lot de monnaies23. Il dénombre un grand nombre de pièces frappées avant Commode et une quantité plus importante encore appartenant à ce règne et à celui de Septime Sévère. Il souligne la présence de monnaies à l’effigie de Julia Domna et, surtout, l’absence de tout exemplaire aux noms de ses fils, Caracalla et Géta, qui furent respectivement faits Césars en 196 et en 198. Le terminus du trésor se situe donc entre l’avènement de Septime Sévère en 193 et la nomination de Caracalla au rang de César en 196, ce qui coïncide bien avec la bataille de 197.

  • 24 Rougé 1980.
  • 25 Hérodien 3.8.2.

8Il est naturellement impossible d’établir un lien direct entre ce trésor et l’armée. Par son profil, cet ensemble s’apparenterait davantage à une cassette familiale. Affirmer que son possesseur était un partisan de Clodius Albinus serait hasardeux. À ce propos, nous noterons que les monnaies à l’effigie de cet empereur ne sont pas représentées dans le trésor, ce que Comarmond n’aurait pas manqué de relever. Ceci n’est toutefois pas rédhibitoire puisque le volume des deniers frappés par Clodius Albinus à Lyon est relativement faible et que le stock monétaire en circulation en Gaule au début des années 190 devait être largement alimenté par l’argent frappé à Rome sous les Antonins et par Septime Sévère. À la suite de J. Rougé24, il est tout de même tentant d’envisager que cette cassette ait été mise à l’abri par un(e) riche lyonnais(e) pour échapper au pillage de la ville par les vainqueurs et aux réquisitions orchestrées par Septime Sévère en Gaule25.

  • 26 Gilles 2013, 27 et 74-75.
  • 27 CIL, XIII, 6800.

9Pour étendre le champ géographique de l’étude, un parallèle pourrait être fait avec le trésor de la Feldstraße à Trèves qui constitue, avec plus de 2 500 aurei, l’une des plus importantes trouvailles d’or d’époque impériale répertoriée. Cet ensemble s’achève avec quelques monnaies frappées entre 193 et 196, soit un terminus identique à celui du trésor du Clos des Lazaristes. K.-J. Gilles, dans la récente et exhaustive publication consacrée au trésor, voit dans cette encaisse, qui pourrait être de nature officielle, une conséquence de la guerre civile entre Septime Sévère et Clodius Albinus26. L’inscription de Mayence, dédiée par la civitas Treverorum à Septime Sévère et à Caracalla en remerciement à la XXIIe légion Primigenia pour avoir défendu Trèves lors du siège de la ville27, accrédite cette hypothèse.

Une encaisse de deniers de Clodius Albinus

  • 28 Loriot et al. 1987, 52, n° 4.
  • 29 Loriot et al. 1987, 52 reviennent dans le détail sur les multiples confusions qui ont été faites (...)
  • 30 Quinon 1841, 407.
  • 31 Artaud 1846, 119. Cet auteur reporte également la découverte, à proximité des monnaies, d’une tom (...)
  • 32 Quinon 1841, 381 et 425-426.
  • 33 Giard 2000, n° 23-24.
  • 34 Le corpus constitué par Giard 2000, 171-172 montre que ce type de revers est effectivement le plu (...)

10De toutes les trouvailles de la région lyonnaise, celle qui a été effectuée en 1826 à Genas28 est la plus singulière. Ce “trésorˮ a rapidement acquis une dimension mythique et a, au fil du temps, fait l’objet de descriptions plus ou moins fantaisistes ou erronées29. Les seuls témoignages fiables sont ceux délivrés par M. Quinon30 et par J.-F. Artaud31, lesquels semblent avoir disposé de sources de première main concernant cette découverte, dans une marnière, d’un important ensemble de monnaies en argent. Quinon évoque plusieurs milliers de pièces tandis qu’Artaud donne un poids total de 15 livres, ce qui représenterait environ 2 300 deniers, estimation qui n’a bien sûr qu’un titre indicatif. Les deux témoignages concordent sur le fait que la trouvaille se compose exclusivement de deniers à l’effigie de Clodius Albinus. Lors des séances de la Société de statistique, des sciences naturelles et des arts industriels du département de l’Isère du 17 juin et du 16 décembre 1842, Quinon fit circuler des monnaies provenant du trésor32. Deux deniers de Clodius Albinus sont décrits comme portant, au droit, la titulature IMP CAES D CLO SEP ALB AVG et, au revers, la légende FIDES LEGION COS II associée à l’image des mains jointes. Cette description correspond effectivement à un type frappé à Lyon (fig. 4)33. Artaud ajoute que toutes les monnaies du trésor portent le même type de revers. Il précise qu’elles ont été dispersées, inondant le marché34. En revanche, avant d’être enfouie, cette encaisse n’a manifestement pas été fractionnée depuis son prélèvement à l’atelier monétaire.

  • 35 Nous prenons pour base la solde du légionnaire fixée à 300 deniers par an depuis le règne de Domi (...)
  • 36 D.C. 75.6.

11S’il ne peut être totalement exclu que cet ensemble soit le fruit d’un règlement commercial, on a généralement vu là une encaisse de nature militaire. Cette interprétation est légitime compte tenu du caractère essentiellement militaire du monnayage de Clodius Albinus, sur lequel nous reviendrons plus loin, et du fait que les monnaies portent au revers le type relatif aux légions. S’il s’agit sans doute là d’une caisse collective, son importance reste toute relative puisqu’elle équivaudrait à la solde annuelle de sept ou huit légionnaires35. Il n’est pas évident d’expliquer l’enfouissement de cette encaisse à une dizaine de kilomètres au sud-est de Lyon, si l’on admet que la bataille s’est déroulée au nord de la ville. Il est peu probable que les albiniens se soient ainsi promenés avec leur solde puisque les objets de valeur appartenant aux soldats étaient habituellement entreposés dans le camp. Peut-être faudrait-il plutôt voir là le résultat du pillage, par les hommes de Sévère, du camp que Clodius Albinus avait établi à l’extérieur de la ville36. L’hypothèse d’un vol à l’atelier monétaire est moins vraisemblable, sachant le niveau de surveillance de ce type d’infrastructure. Il n’est toutefois pas impossible que des désordres aient eu lieu au moment du démantèlement de l’atelier de Lyon par l’administration sévérienne.

Les dépôts funéraires

  • 37 Delaval et al. 1995, 61-63.

12Outre ces trésors particulièrement spectaculaires, des sépultures individuelles ou collectives pourraient être mises en relation avec l’événement. Dans certains cas, les tombes sont dénuées de mobilier, ce qui ne permet pas de les dater avec précision et encore moins de faire formellement le lien avec la bataille. Le possible charnier mis au jour dans le quartier de Vaise en est un bon exemple37. Dans une fosse ont été retrouvés pêle-mêle les restes de quatre humains et de quatre chevaux. Les hommes ont été complètement dépouillés de leurs effets personnels. De fait, le rapprochement avec la bataille de Lyon est relégué au rang de simple hypothèse. En revanche, sur d’autres sites, de petits ensembles monétaires retrouvés en connexion avec des ossements fournissent de précieuses indications chronologiques.

  • 38 Loriot et al. 1987, 63, n° 34.
  • 39 Anonyme 1844, 170-171 (d’après L’Union des Provinces).
  • 40 Le Bohec 2013, 68 n’exclut pas qu’il puisse s’agir de sévériens.

13Deux dépôts monétaires sont indiscutablement associés à des dépouilles de militaires. À Saint-Didier-au-Mont-d’Or38, commune située en limite nord-ouest de Lyon, une fosse renfermant plusieurs squelettes couchés les uns à côté des autres a été découverte en 1844. L’un des défunts était revêtu d’une cotte de maille. Si cet équipement original a retenu l’attention, la présence d’armures est également reportée de manière plus vague39. Dans cette fosse se trouvaient un cœur en bronze doré ainsi que dix-sept deniers et quatre bronzes s’échelonnant du règne de Vespasien à celui de Septime Sévère. La présence d’une monnaie de Septime Sévère, qui ne peut malheureusement pas être datée faute de description, permet d’envisager un rapport avec la bataille de Lyon. Si tel était bien le cas, il faudrait admettre qu’il est difficile d’attribuer ces corps à l’un ou l’autre des deux camps40.

  • 41 Loriot et al. 1987, 63, n° 42.
  • 42 Sur ce mobilier, voir Ulbert 1974, 211-215.
  • 43 Les deniers ont fait l’objet d’une étude complète par Audra & Mathey 1992, 54-55. Le sesterce est (...)
  • 44 RIC IV.1, 428 (attribution à Émèse). Butcher 2004, 100-101 montre de manière convaincante qu’il f (...)
  • 45 Il faut tout de même préciser qu’il n’est pas rare de retrouver des monnaies orientales dans les (...)
  • 46 Voir l’exemple de cet officier supérieur de Mésie qui dirigea les opérations à Byzance puis à Lyo (...)
  • 47 Ulbert 1974, 213-214.
  • 48 Le Bohec 2013, 74.

14En ce qui concerne les restes du soldat découvert en 1950 au 10-12 rue des Fantasques41, au-dessus du tunnel de la Croix-Rousse, le mobilier associé, conservé au Musée gallo-romain de Fourvière, est nettement mieux documenté. Il est donc possible d’aller plus loin dans l’interprétation, sans toutefois parvenir à des certitudes. Ce soldat a été inhumé avec une partie de son équipement : épée, lettres de bronze sans doute apposées sur le fourreau formant les mots VTERE FELIX, fibule ainsi que divers petits objets en bronze42. Il portait à la ceinture l’équivalent d’une bourse contenant douze deniers et un sesterce43. L’un des deniers, frappé sous l’autorité de Marc Antoine, remonte à plus de deux siècles. Les autres ont été émis entre les règnes de Vespasien et de Septime Sévère. Le sesterce est à l’effigie de Lucille. La monnaie la plus récente est un denier de Septime Sévère frappé en 194, probablement à Antioche44 (fig. 5). Cette monnaie de provenance lointaine pourrait éventuellement constituer un indice sur l’identité de son propriétaire. D’excellente conservation, elle ne présente aucune trace d’usure et ne semble pas être parvenue jusqu’à Lyon par le biais de la circulation courante45. Il est envisageable que le vecteur en ait été un militaire engagé dans la lutte contre Pescennius Niger en 193-194, peut-être l’un de ces légionnaires danubiens qui ont suivi Septime Sévère dans l’expeditio Asiana puis dans l’expeditio Gallica46. Notons tout de même que le défunt portait également sur lui une fibule caractéristique des productions de Germanie Supérieure47. Celle-ci aurait éventuellement pu entrer en sa possession au moment du passage des sévériens dans cette région. Mais, sur la base de cette fibule, Y. Le Bohec propose une autre hypothèse qui mérite d’être prise en considération : ce soldat a pu faire partie de ces contingents Germains détachés à Lyon pour suppléer la XIIIe cohorte urbaine qui fut vraisemblablement dissoute après la bataille48.

  • 49 Loriot et al. 1987, 62, n° 30.
  • 50 Artaud 1846, 83-84.
  • 51 Giard 2000, n° 23-25, 36-37 et 43-44.

15Deux autres dépôts monétaires ont été découverts, au début du xixe siècle, en lien avec de nombreux ossements humains mais, cette fois, apparemment sans équipement militaire associé. Au Clos Sainte-Marie-des-Chaînes49, dans le 1er arrondissement de Lyon, on signale “beaucoup de squelettes et un tas de monnaies d’argentˮ50. D’après Artaud, les plus anciennes monnaies remontent au règne de Trajan et les plus récentes sont à l’effigie de Clodius Albinus, pour lequel sont décrits au moins trois types lyonnais51. Selon toute vraisemblance, ces deniers appartenaient à un albinien.

  • 52 Loriot et al. 1987, 62, n° 31.
  • 53 Artaud 1846, 55.
  • 54 Steyert 1895, 424 et 427.
  • 55 Le Bohec 2013, 71.

16Moins explicite est la composition du lot de monnaies découvert dans la montée de Balmont52, dans le 9e arrondissement de Lyon, au milieu d’un “amas considérable d’ossements humainsˮ. Artaud dénombre vingt-cinq deniers allant de Vespasien à Antonin le Pieux. Mais l’érudit déplore le mauvais état de conservation des monnaies et il n’est pas exclu que des exemplaires plus récents s’y soient trouvés53. La découverte en 1883, dans cette même montée de Balmont, d’un aureus lyonnais de Clodius Albinus (fig. 6) pourrait faire le lien avec la bataille. A. Steyert indique en effet que la monnaie a été trouvée “avec les armes et les ossements des albiniensˮ54. Bien que ce commentaire soit fortement sujet à caution, la découverte d’une monnaie de prestige telle que celle-ci est tout sauf anodine. Il ne saurait s’agir d’une perte, d’autant plus qu’elle a été retrouvée en compagnie d’un anneau en or. On penserait plutôt à un dépôt funéraire accompagnant la dépouille d’un officier qui aurait servi sous les ordres de Clodius Albinus. C’est sans doute à juste titre que Y. Le Bohec voit dans l’ensevelissement des corps, tant dans la montée de Balmont qu’au Clos Sainte-Marie-des-Chaînes, l’initiative d’albiniens55.

La rémunération des troupes : anciennes espèces et numéraire frais

17Si les trésors d’or ne peuvent être directement mis en relation avec l’armée, les dépôts funéraires, associés de manière plus ou moins explicite à des dépouilles de soldats, donnent un aperçu du numéraire dont disposaient les militaires au quotidien, à savoir d’anciennes espèces pour l’essentiel. Bien entendu, l’empereur émettait aussi du numéraire frais pour payer la solde ou bien pour procéder à des distributions exceptionnelles. En ce qui concerne le monnayage de Clodius Albinus en particulier, le trésor de Genas n’en fournit qu’un aperçu très ponctuel et il est nécessaire de chercher à avoir une vision plus large de cette production lyonnaise et de sa destination.

La bourse du soldat

  • 56 Il n’est toutefois pas toujours certain que nous soyons en présence de dépouilles de soldats. Si (...)

18Bien que l’interprétation de chacun des dépôts funéraires étudiés ici comporte une part d’incertitude, il ressort de leur mise en série certaines observations concrètes. Resitués dans la perspective plus large de la pratique du dépôt monétaire en contexte funéraire, leur composition est plutôt inhabituelle, si l’on en juge par le nombre relativement élevé de monnaies et par la surreprésentation des espèces en argent sur celles en bronze. Pour autant, les quatre dépôts présentent des profils très similaires (tabl. 1), qu’ils soient associés à des albiniens (Clos Sainte-Marie-des-Chaînes et montée de Balmont) ou à des sévériens (rue des Fantasques) présumés. Ils sont intéressants à deux titres : ils donnent une vision en instantané du numéraire qu’un soldat pouvait porter sur lui56 tout en fournissant un aperçu du stock monétaire en circulation à Lugudunum en 197.

Tableau 1. Composition des dépôts funéraires.

St-Didier-au-Mont-d’Or

Rue des Fantasques

Ste-Marie-des-Chaînes

Montée de Balmont

Deniers

Bronzes

Deniers

Bronzes

Deniers

Deniers

Marc Antoine

1

Vespasien

2

2

Titus

Domitien

1

Nerva

Trajan

1

2

Hadrien

2

Antonin

3

2

Marc Aurèle

6

1

?

Commode

1

2

1

Septime Sévère

1

1

Clodius Albinus

 (3)

Indéterminés

5

Total

17

4

12

1

≥ 11

25

19Au préalable, nous remarquerons que les défunts, et notamment les vaincus dont le soin d’ensevelir les corps était laissé aux populations civiles, ne furent pas systématiquement dépouillés de leurs effets personnels. On pourra par ailleurs s’étonner du fait que les soldats aient porté de l’argent sur eux au cours de la bataille alors qu’ils étaient censés le confier à la caisse de la légion pour éviter qu’il tombe entre les mains de l’ennemi en cas de défaite. Ces soldats sont-ils réellement morts sur le champ de bataille ? La question mérite d’être posée.

  • 57 Besombes 2001, 167.

20Les quatre dépôts pourraient s’apparenter à des bourses individuelles, même si le fait n’est archéologiquement attesté que pour le soldat de la rue des Fantasques. Les quantités de monnaies sont similaires : vingt-cinq deniers dans la montée de Balmont, dix-sept deniers et quatre bronzes à Saint-Didier-au-Mont-d’Or, douze deniers et un sesterce rue des Fantasques, au moins onze deniers – mais sans doute davantage – au Clos Sainte-Marie-des-Chaînes. Ces sommes représentent entre la moitié et l’intégralité d’un mois de solde de légionnaire (vingt-cinq deniers). Ces dépôts sont constitués pour l’essentiel de deniers, dénomination privilégiée pour la rémunération des troupes en cette fin de iie siècle. S’ajoute parfois une part minoritaire de grands bronzes qui constituent peut-être un numéraire d’appoint. Certains ensembles contiennent quelques monnaies récemment frappées par l’un ou l’autre des deux camps. Le denier de Septime Sévère retrouvé rue des Fantasques fut sans doute distribué en Orient après la victoire sur Pescennius Niger en 194. Ceux de Clodius Albinus provenant du Clos Sainte-Marie-des-Chaînes le furent peu de temps avant la bataille de Lyon. Mais ces “boursesˮ contiennent surtout du numéraire ancien frappé depuis l’époque des Flaviens. Ces monnaies sont postérieures à la réforme de Néron en 64, avec laquelle la taille du denier passa du 1/84 au 1/96 de livre. L’absence de numéraire antérieur à cette mesure est logique puisque les anciens deniers, plus lourds, disparurent rapidement de la circulation pour être thésaurisés. La présence, rue des Fantasques, d’un denier des légions de Marc Antoine (32-31 a.C.) est un cas à part : ce monnayage au titre particulièrement bas se retrouve fréquemment dans des trésors du iie siècle de notre ère57. En somme, le profil numismatique de ces bourses est conforme à ce que l’on pourrait s’attendre à trouver en circulation à la fin du iie siècle.

  • 58 Hérodien 3.7.1. Le seul cas avéré de ralliement à Clodius Albinus est celui du gouverneur de Tarr (...)

21En admettant que le contenu de ces bourses soit bien le reflet de la solde, ce qui n’est pas acquis, il faudrait en déduire que les militaires n’étaient pas nécessairement payés en numéraire frais. Une telle pratique n’aurait en soi rien de surprenant puisqu’il s’agissait là une solution de facilité permettant à l’administration impériale de redistribuer les espèces récupérées par le biais de l’impôt. Dans un premier temps, Clodius Albinus n’eut d’ailleurs d’autre choix que de recourir au numéraire en circulation puisque, au moment où il se déclara Auguste, il n’avait pas encore d’atelier monétaire à sa disposition. Hérodien précise que Clodius Albinus dut faire appel aux gouverneurs des provinces voisines pour lever des fonds58. Les sommes ainsi collectées lui servirent notamment à payer les troupes et fournirent peut-être aussi le métal nécessaire pour alimenter ses propres émissions à venir.

La destination du monnayage de Clodius Albinus

  • 59 Sur le monnayage lyonnais de Clodius Albinus, voir Zedelius 1977, 77-85 ; Guillemain 1988, 47-64  (...)
  • 60 D.C. 75.6.
  • 61 Le Bohec 2013, 53.

22Faire battre monnaie à son effigie était, pour Clodius Albinus, un impératif tant au plan idéologique qu’économique : il lui fallait affirmer son pouvoir tout en se donnant les moyens de rémunérer ses troupes. Le monnayage que Clodius Albinus fit produire à Lyon59 à partir du courant de l’année 196 et jusqu’en février de l’année suivante possède un caractère essentiellement, sinon exclusivement militaire. En effet, l’atelier de Lyon, rouvert pour la circonstance, ne frappa alors quasiment que des deniers, monnaie militaire par excellence. La vocation première de ces deniers ne fut certainement pas d’alimenter les échanges quotidiens mais bien de rémunérer les troupes. En ce qui concerne les forces en présence, Dion Cassius évoque 150 000 hommes dans chaque camp60. À l’évidence, de tels chiffres sont totalement irréalistes. Y. Le Bohec estime que Clodius Albinus, en nette infériorité numérique par rapport à son rival, dut disposer tout au plus de 25 à 30 000 hommes : les trois légions de Bretagne, soit 15 000 hommes dont une partie est certainement restée sur l’île pour y maintenir l’ordre ; des auxiliaires, en nombre sans doute équivalent ; quelques centaines de marins de la flotte de Bretagne ; et les 500 soldats d’élite de la XIIIe cohorte urbaine de Lyon61.

  • 62 Nous aurons recours à la méthode de Carter 1983, 195-205 pour calculer le nombre originel de coin (...)

23Sans être extrêmement abondant, le monnayage d’argent frappé à Lyon au nom de Clodius Albinus Auguste est tout de même conséquent. J.-B. Giard, dans un inventaire qui est loin d’être exhaustif, répertorie 164 deniers lyonnais issus de 113 coins de droit et de 114 coins de revers. À partir de cet échantillon, dont le taux de couverture reste certes bas, il est possible de faire appel à la statistique pour avoir une idée des volumes de production (tabl. 2)62. Au total, environ 600 coins auraient été utilisés, pour un volume d’émission se situant autour de 3 750 000 deniers, ce qui représenterait l’équivalent de la solde annuelle de 12 500 légionnaires. Si considérables soit-elles, ces sommes auraient tout juste permis de rémunérer les 10 ou 15 000 légionnaires que Clodius Albinus eut sous ses ordres pendant une année environ, ceci sans compter les nombreux auxiliaires et les officiers, dont les importants émoluments représentaient une part non négligeable du budget.

Tableau 2. Aspects quantitatifs du monnayage en argent de Clodius Albinus.

Droits

Revers

Nombre de deniers lyonnais répertoriés (d’après Giard 2000)

164

Nombre de coins

113

114

Indices charactéroscopiques

1,45

1,44

Nombre d’exemplaires connus par un seul coin

90

89

Taux de couverture de l’étude des coins

45 %

46 %

Estimation du nombre originel de coins

290 ± 30

298 ± 32

Estimation du volume d’émission (pour 15 000 ex. par coin)

3 766 666

3 717 391

  • 63 Nous remercions vivement Hadrien Rambach pour nous avoir aimablement communiqué sa documentation (...)

24En marge de cette production régulière en argent, il faut ajouter de rarissimes monnaies lyonnaises en or et en bronze dont il est possible de donner le corpus actualisé. Pour l’or, cinq aurei sont connus63 :

  • 64 Giard 2000, 165.

25Ces cinq aurei sont issus de trois coins de droit tandis que chaque coin de revers est différent. La production lyonnaise en or, bien que très ponctuelle, ne fut donc peut-être pas si infime qu’on pourrait le croire. D’après le classement proposé par J.-B. Giard, fondé faute de mieux sur l’évolution des titulatures64, la frappe d’aurei serait intervenue à Lyon en deux occasions. Ces monnaies de prestige furent certainement destinées à être distribuées par Clodius Albinus aux officiers supérieurs pour s’assurer de leur fidélité et les motiver dans la perspective du combat à venir.

  • 65 Weber 2011, 20-21 relevait quatre exemplaires, avant d’en signaler un cinquième (http://www.frede (...)

26Quant au bronze, cinq exemplaires, a priori des asses, sont physiquement attestés65 :

  • 66 Selon Giard 2000, 175, n° 45/1a (fig. 11) et 46/1a (fig. 15), les deux exemplaires qu’il recense (...)

27Malgré le mauvais état de conservation des monnaies, il semblerait que ces cinq asses soient issus d’un unique coin de droit66 qui serait couplé à deux coins de revers. Compte tenu du fait qu’il n’existerait donc, en l’état actuel des connaissances, qu’un seul coin de droit, cette production en bronze n’excéderait pas les 15 000 unités. Il est donc bien évident qu’elle ne fut pas conçue comme un numéraire d’appoint à destination des populations civiles. Sans doute eut-elle plutôt vocation à être distribuée à un public ciblé. En ce sens, nous remarquerons l’absence des lettres S C, pourtant habituelles au revers du monnayage courant de bronze. Certes, cette absence se justifie par le fait que Clodius Albinus ne disposait pas de l’aval du Sénat, malgré les soutiens qu’il y avait. Mais elle pourrait également rappeler les médaillons de bronze, dénominations alimentant les distributions, sur lesquels la marque S C ne figure pas davantage.

  • 67 Registre d’acquisitions L, n° 53 (19 novembre 1883).
  • 68  Kolb 1877, 323 et n. 1.
  • 69 D’après Flueck 2013.
  • 70 Göbl, éd. 1976, 68, n° 2443-2445. Ce répertoire est certainement incomplet : plusieurs autres mon (...)
  • 71 Pislaru 2009, 307, 314 et 325.
  • 72 Le Bohec 2013, 48-49. En ce qui concerne la Dacie, Bărbulescu 1987, 26 envisage l’implication de (...)

28Les quelques provenances dont nous disposons pour ces rarissimes monnaies d’or et de bronze n’ont rien d’anodin puisqu’il s’agit à chaque fois de zones fortement militarisées. Nous ne reviendrons pas sur l’aureus acquis par la BnF (fig. 6)67 et découvert à Lyon dans la montée de Balmont, peut-être en contexte funéraire, qui a peut-être appartenu à un officier albinien. Si cette monnaie a été rapidement immobilisée, d’autres ont en revanche connu une seconde vie. C’est le cas de l’aureus de l’abbaye de Seitenstetten (fig. 7), découvert à Öhling68, localité située à proximité du Danube, dans le Norique. L’as vendu par la firme Lanz (fig. 15) comme celui qui figurait dans la collection privée munichoise proviennent également des rives du Danube, plus précisément de Carnuntum, la capitale de la Pannonie Supérieure où Septime Sévère avait été acclamé par ses troupes en 193. Il est en revanche impossible de dresser un inventaire complet des provenances des deniers frappés par Clodius Albinus à Lyon, ceux-ci étant nettement moins rares que les aurei ou les asses. On relèvera simplement quelques exemples révélateurs de leur dispersion. Les fouilles de Lyon n’en ont livré qu’un seul, découvert place des Terreaux au début des années 199069. En revanche, parmi les cinq deniers de Clodius Albinus officiellement répertoriés à Carnuntum, trois sont lyonnais70. Il en va de même à Potaissa (Dacie), où on dénombre trois deniers lyonnais pour quatre exemplaires romains71. Nous remarquerons qu’il s’agit là de deux villes de garnison, sièges de la legio XIV Gemina pour Carnuntum et de la legio V Macedonia pour Potaissa. Ces provenances, à première vue exotiques, trouvent une justification naturelle dans le fait que le gros des troupes engagées aux côtés de Septime Sévère dans la bataille de Lyon était formé par les légions danubiennes. Le fait est établi pour celles de Mésie et de Pannonie, la probabilité est forte pour celles de Dacie, du Norique et de Rhétie72. Il est ainsi très vraisemblable que ces monnaies aient été véhiculées par des militaires, sans doute des légionnaires sévériens regagnant leurs provinces d’origine avec leur butin.

  • 73 Il faut en revanche souligner la politique de crudelitas appliquée par Septime Sévère aux lendema (...)

29L’interprétation serait différente pour ce qui est de l’as du British Museum (fig. 12) qui provient du fort d’auxiliaires de Housesteads, implanté au niveau du mur d’Hadrien. Il n’était pas dans l’intérêt de Septime Sévère de décimer les troupes bretonnes qui avaient suivi Clodius Albinus à Lyon et il fit probablement preuve d’une certaine clémence à leur égard73. Ces unités légionnaires et auxiliaires, ou du moins ce qu’il en restait, regagnèrent vraisemblablement la Bretagne, ramenant avec elles les biens qu’elles avaient pu conserver. Cette dispersion des monnaies de Clodius Albinus semble donc témoigner du redéploiement des troupes après la victoire de Septime Sévère à Lyon.

30Au terme de cette étude, il faut admettre que les trouvailles évoquées ici sont et resteront largement méconnues. S’il est délicat de parvenir à des certitudes quant à l’interprétation des trouvailles prises individuellement, une cohérence se dégage de la mise en série de ces différents types de dépôts qui fournissent des éléments d’information complémentaires. Les accumulations d’or sont, au mieux, l’une des conséquences indirectes de la bataille et de l’insécurité qui s’ensuivit. Les dépôts funéraires donnent une image en instantané des espèces qu’un soldat pouvait porter sur lui, c’est-à-dire des sommes relativement modestes formées essentiellement de numéraire ancien. Le trésor de Genas fournit quant à lui un aperçu du numéraire frais en argent émis à Lyon par Clodius Albinus, ceci en quantités sans doute insuffisantes pour lui permettre de rémunérer l’ensemble de son armée. Enfin, les trouvailles isolées de rarissimes monnaies en or et en bronze frappées à Lyon durant cet intermède témoignent de distributions exceptionnelles venant en complément de la solde.

Bibliographie

Alfaro Asins, C. (1993) : Catalogo de las monedas antiguas de oro del Museo Arqueológico Nacional, Madrid.

Anonyme (1844) : Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 170-171.

Artaud, J.-F. (1846) : Lyon souterrain ou observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794 jusqu’à 1836, Lyon.

Aubin, G., F. Baratte, J.-P. Lascoux et C. Metzger (1999) : Le trésor de Vaise à Lyon (Rhône), DARA 17, Lyon.

Audra, A. et P. Mathey (1992) : Monnaies romaines. Archéologie et numismatique à Lyon (ier siècle avant - iiie siècle après J.-C.), Lyon.

Bărbulescu, M. (1987) : Din istoria militară a Daciei romane. Legiunea V Macedonica şi castrul de la Potaissa, Cluj-Napoca.

Bărbulescu, M. (2001) : “Istoria politicăˮ, in : Istoria românilor, II. Daco-romani, romanici, alogeni, Bucarest, 73-97.

Besombes, P.-A. (2001) : “Les monnaiesˮ, in : Kerébel 2001, 165-194.

Brenot, C., X. Loriot et D. Nony (1999) : Aspects d’histoire économique et monétaire de Marc Aurèle à Constantin (161-337 après J.-C.), Paris.

Butcher, K. (2004) : Coinage in Roman Syria : Northern Syria, 64 BC-AD 253, Royal Numismatic Society, Special publication, 34, Londres.

Carter, G. F. (1983) : “A simplified method for calculating the original number of dies from die link statisticsˮ, ANSMN, 28, 1983, 195-205.

Chausson, F. (1995) : “L’autobiographie de Septime Sévèreˮ, REL, 73, 183-198.

Christol, M. (2006) : L’Empire romain du iiie siècle. Histoire politique (de 192, mort de Commode, à 325, concile de Nicée), 2e édition, Paris.

Comarmond, A. (1844) : Description de l’écrin d’une dame romaine trouvé à Lyon en 1841, Paris-Lyon.

Delaval, E., C. Bellon, J. Chastel, E. Plassot et L. Tranoy (1995) : Vaise, un quartier de Lyon antique, DARA, 11, Lyon.

Esty, W. W. (1984) : “Estimating the size of a coinageˮ, NC, 144, 180-183.

Flueck, J. (2013) : La circulation monétaire dans la colonie de Lugdunum, de sa fondation à la mort de Septime Sévère (43 av.-211 apr. J.-C.), thèse de doctorat, université Lumière – Lyon 2.

Giard, J.-B. (2000) : Le monnayage de l’atelier de Lyon de Claude Ier à Vespasien (41-78 après J.-C.) et au temps de Clodius Albinus (196-197 après J.-C.), Numismatique romaine. Essais, recherches et documents, 20, Wetteren.

Gilles, K.-J. (2013) : Der römische Goldmünzenschatz aus der Feldstraße in Trier, Trierer Zeitschrift Suppl. 34, Trèves.

Göbl, R., éd. (1976) : Die Fundmünzen der römischen Zeit in Österreich, III/1, Vienne.

Guillemain, J. (1988) : Recherches sur la numismatique d’Albin (193-197), mémoire de maîtrise, université Jean-Moulin – Lyon III.

Kerébel, H., éd. (2001) : Corseul, Côtes-d’Armor : un quartier de la ville antique : les fouilles de Monterfil II, Documents d’archéologie française, 88, Paris.

Kolb, J. v. (1877) : “Ein Aureus des Clodius Albinus mit dem Augustus-Titelˮ, NZ, 9, 323-325.

Kossak, G. et G. Ulbert, éd. (1974) : Studien zur vor- und frühgeschichtlichen Archäologie. Festschrift für Joachim Werner zum 65. Geburtstag, I-II, Munich.

Le Bohec, Y. (2013) : La bataille de Lyon, 19 février 197 apr. J.-C., Illustoria. Histoire ancienne, 16, Clermont-Ferrand.

Lempereur, O. (2013) : “Redécouvertes d’aurei de Clodius Albinus Augusteˮ, BSFN, 10, 298-307.

Loriot, X, B. Rémy et A. Buisson (1987) : Corpus des trésors monétaires antiques de la France, V, Rhône-Alpes, 1. Ain, Rhône, Loire, Ardèche, Paris.

Monfalcon, J.-B. (1855) : Lugdunensis Historiae Monumenta. Origines et bases de l’histoire de Lyon, I, Lyon.

Pflaum, H.-G. et H. Huvelin (1981) : “Le trésor de Viuz-Favergesˮ, TM, 3, 33-76.

Pîslaru, M. (2009) : The roman coins from Potaissa : legionary fortress and ancient town, Cluj-Napoca.

Planet, F. (1992) : “Trésor de Lentilly, Rhône (1866)”, BMML, 1992/2, 18-31.

Planet, F. (1999) : “Trésors anciens du Rhône et de la région Rhône-Alpesˮ, in : Aubin et al. 1999, 172-179.

Quinon, M. (1841) : “Notice sur le canton de Meyzieuˮ, Bulletin de la Société de statistique, des sciences naturelles et des arts industriels du département de l’Isère, II, 381 et 400-427.

Radoslavova, G., G. Dzanev et N. Nikolov (2011) : “The Battle at Abritus in AD 251 : Written sources, Archaeological and Numismatic Dataˮ, Archaeologica Bulgarica, 15/3, 23-49.

Rougé, J. (1980) : “Septime Sévère et Lyonˮ, in : Lyon et l’Europe : hommes et sociétés. Mélanges d’histoire offerts à Richard Gascon, Lyon, 223-234.

Schaad, D., éd. (1992) : Le Trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du iiie siècle après J.-C., Toulouse.

Sear, D. (2002) : Roman Coins and their Values, vol. II, Londres.

Speidel, M. A. (1992) : “Roman Army Pay Scalesˮ, JRS, 82, 87-106.

Steyert, A. (1895) : Nouvelle Histoire de Lyon, vol. I, Lyon, 1895.

Ulbert, G. (1974) : “Straubing und Nydam. Zu römischen Langschwertern der späten Limeszeitˮ, in : Kossak & Ulbert, éd. 1974, vol. 1, 197-216.

Weber, F. (2011) : “Un as inédit de Clodius Albinus en tant qu’Augusteˮ, Omni, 3, 20-21.

Wuilleumier, P. (1950) : “Informations. Antiquités historiques, XVe circonscriptionˮ, Gallia, 8, 146-148.

Zedelius, V. (1977) : Untersuchungen zur Münzprägung von Pertinax bis Clodius Albinus, Leipzig.

Notes

1 * Soutenu par une bourse de la Région Rhône-Alpes.

Hérodien 2.15.3-4 ; D.C. 73.15 ; HA, Alb., 3.2.

2 Hérodien 3.6.8.

3 Sur le trajet de Septime Sévère, voir Christol 2006, 16 et Le Bohec 2013, 37.

4 HA, Alb., 9.1 et Sev., 10.7 ; Hérodien 3.7.2.

5 HA, Sev., 11.1-2.

6 HA, Sev., 11.7.

7 Le Bohec 2013, 42 part notamment de l’idée qu’il n’y a guère d’autre emplacement qui offre l’espace suffisant pour le déroulement d’une bataille de cette envergure.

8 Radoslava et al. 2011.

9 Loriot et al. 1987, 47-70. Les trouvailles relatives à la bataille de Lyon font l’objet d’un rappel dans Brenot et al. 1999, 182-183.

10 Planet 1999, 174-175.

11 Le Bohec 2013.

12 Il en eut été autrement s’il s’était agi de trésors de monnaies de bronze, dont on sait qu’un terminus sous Commode n’est pas significatif dans le contexte de la pénurie de numéraire de bronze qui s’observe en Gaule à partir de la fin du iie siècle.

13 Loriot et al. 1987, 54, n° 9.

14 La construction de la gare ferroviaire de Perrache débuta en 1855. Les aménagements chaotiques de la gare fluviale ou gare d’eau remontent aux années 1826-1839. C’est donc cinq cents mètres plus bas, sur la presqu’ile, que le trésor fut trouvé en 1832.

15 Archives départementales du Rhône, série R-78WP8.

16 Pour le détail de la composition, voir Planet 1992, 19-20.

17 Artaud 1846, 158.

18 Artaud n’a pas acquis les monnaies manquantes pour sa collection personnelle qui est entrée au musée peu après, en 1835. Les trois monnaies en or de Commode qui sont conservées au Médaillier de Lyon, deux aurei et un quinaire, proviennent du trésor du Clos des Lazaristes évoqué infra.

19 Artaud 1846, 158 ; Monfalcon 1855, 26.

20 Loriot et al. 1987, 55, n° 12.

21 Pour le détail de la composition du trésor, voir Comarmond 1844.

22 Certains bijoux ont toutefois été dérobés lors du vol perpétré en 1901 au Musée de Lyon. Les deux aurei de Commode conservés au Médaillier de Lyon étaient enchâssés dans de lourds bracelets en or. Ces derniers ont été fondus. Seuls les aurei ont échappé à la destruction (Planet 1999, 173-175).

23 Comarmond 1844, 4 et 47.

24 Rougé 1980.

25 Hérodien 3.8.2.

26 Gilles 2013, 27 et 74-75.

27 CIL, XIII, 6800.

28 Loriot et al. 1987, 52, n° 4.

29 Loriot et al. 1987, 52 reviennent dans le détail sur les multiples confusions qui ont été faites à propos du lieu de la trouvaille et de sa composition.

30 Quinon 1841, 407.

31 Artaud 1846, 119. Cet auteur reporte également la découverte, à proximité des monnaies, d’une tombe vide, d’une espèce d’encensoir en cuivre et de deux petits fours en brique.

32 Quinon 1841, 381 et 425-426.

33 Giard 2000, n° 23-24.

34 Le corpus constitué par Giard 2000, 171-172 montre que ce type de revers est effectivement le plus courant au sein du monnayage lyonnais de Clodius Albinus. Qui plus est, la fréquence des liaisons de coins est particulièrement élevée au sein de ce groupe.

35 Nous prenons pour base la solde du légionnaire fixée à 300 deniers par an depuis le règne de Domitien. Septime Sévère procédera à une augmentation significative un peu plus tard (Hérodien 3.8.5 ; HA, Sev., 17.1), sans doute en 197 (Speidel 1992, 97).

36 D.C. 75.6.

37 Delaval et al. 1995, 61-63.

38 Loriot et al. 1987, 63, n° 34.

39 Anonyme 1844, 170-171 (d’après L’Union des Provinces).

40 Le Bohec 2013, 68 n’exclut pas qu’il puisse s’agir de sévériens.

41 Loriot et al. 1987, 63, n° 42.

42 Sur ce mobilier, voir Ulbert 1974, 211-215.

43 Les deniers ont fait l’objet d’une étude complète par Audra & Mathey 1992, 54-55. Le sesterce est décrit par Wuilleumier 1950, 146.

44 RIC IV.1, 428 (attribution à Émèse). Butcher 2004, 100-101 montre de manière convaincante qu’il faut abandonner la traditionnelle attribution à Émèse pour privilégier l’idée d’une frappe à Antioche.

45 Il faut tout de même préciser qu’il n’est pas rare de retrouver des monnaies orientales dans les trésors gaulois. Par exemple, à Éauze (Schaad, éd. 1992) ou à Viuz-Faverges (Pflaum & Huvelin 1981), la proportion de deniers orientaux parmi les monnaies frappées au nom de Septime Sévère entre 193 et 198 tourne autour de 10 %.

46 Voir l’exemple de cet officier supérieur de Mésie qui dirigea les opérations à Byzance puis à Lyon (CIL, VI, 1450 = ILS, 2935).

47 Ulbert 1974, 213-214.

48 Le Bohec 2013, 74.

49 Loriot et al. 1987, 62, n° 30.

50 Artaud 1846, 83-84.

51 Giard 2000, n° 23-25, 36-37 et 43-44.

52 Loriot et al. 1987, 62, n° 31.

53 Artaud 1846, 55.

54 Steyert 1895, 424 et 427.

55 Le Bohec 2013, 71.

56 Il n’est toutefois pas toujours certain que nous soyons en présence de dépouilles de soldats. Si c’est manifestement le cas à Saint-Didier-au-Mont-d’Or et rue des Fantasques, peut-être aussi dans la montée de Balmont, nous n’en avons pas la preuve pour le Clos Sainte-Marie-des-Chaînes.

57 Besombes 2001, 167.

58 Hérodien 3.7.1. Le seul cas avéré de ralliement à Clodius Albinus est celui du gouverneur de Tarraconaise, L. Novius Rufus (CIL, II, 4125).

59 Sur le monnayage lyonnais de Clodius Albinus, voir Zedelius 1977, 77-85 ; Guillemain 1988, 47-64 ; Giard 2000, 162-178. Il est généralement admis que l’atelier monétaire de Clodius Albinus se situait à Lyon. Outre l’ancienne tradition monétaire de la ville, on y voit pour preuve la présence du Génie associé à la légende GEN LVG COS II au revers d’aurei et de deniers. La découverte du trésor de Genas à proximité immédiate de Lyon fournit un argument supplémentaire en ce sens.

60 D.C. 75.6.

61 Le Bohec 2013, 53.

62 Nous aurons recours à la méthode de Carter 1983, 195-205 pour calculer le nombre originel de coins et à celle d’Esty 1984, 180-183 pour estimer les quantités émises.

63 Nous remercions vivement Hadrien Rambach pour nous avoir aimablement communiqué sa documentation relative aux aurei de Clodius Albinus. Signalons que, entre notre présentation lors de la Table ronde et la remise de cet article, une étude consacrée au monnayage d’or lyonnais de Clodius Albinus est parue (Lempereur 2013). On s’y référera pour ce qui est du pedigree des monnaies et de leur métrologie.

64 Giard 2000, 165.

65 Weber 2011, 20-21 relevait quatre exemplaires, avant d’en signaler un cinquième (http://www.fredericweber.com/clodius_albinus). D’après une information fournie par Paul-Francis Jacquier, que nous remercions, un sixième as figurait dans une collection privée munichoise volée à la fin des années 1970 ou au début de la décennie suivante. Cet exemplaire, d’une qualité exceptionnelle, n’est pas réapparu à ce jour. Nous n’en avons malheureusement pas de description précise.

66 Selon Giard 2000, 175, n° 45/1a (fig. 11) et 46/1a (fig. 15), les deux exemplaires qu’il recense seraient de coins de droit différents.

67 Registre d’acquisitions L, n° 53 (19 novembre 1883).

68  Kolb 1877, 323 et n. 1.

69 D’après Flueck 2013.

70 Göbl, éd. 1976, 68, n° 2443-2445. Ce répertoire est certainement incomplet : plusieurs autres monnaies de Clodius Albinus Auguste auraient été trouvées à Carnuntum (information Paul-Francis Jacquier).

71 Pislaru 2009, 307, 314 et 325.

72 Le Bohec 2013, 48-49. En ce qui concerne la Dacie, Bărbulescu 1987, 26 envisage l’implication de certaines vexillations de la legio V Macedonia dans la bataille de Lyon. Pour Bărbulescu 2001, 87-88, les découvertes de deniers lyonnais de Clodius Albinus à Potaissa vont dans ce sens.

73 Il faut en revanche souligner la politique de crudelitas appliquée par Septime Sévère aux lendemains de la bataille, notamment à l’égard de Clodius Albinus et d’une partie des sénateurs, même s’il fit preuve de clementia à l’égard de certains d’entre eux (Chausson 1995, 196-197).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Aureus de Faustine l’Ancienne du trésor de Perrache (Musée des Beaux-Arts de Lyon).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 2 et 3. Aureus et quinaire de Commode du trésor du Clos des Lazaristes (Musée des Beaux-Arts de Lyon).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 4. Denier de Clodius Albinus (Bibliothèque nationale de France).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 5. Denier de Septime Sévère découvert rue des Fantasques (Musée gallo-romain de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 6. Paris, Bibliothèque nationale de France, inv. AF 1080. Trouvé à Lyon. Poids : 6,64 g. Giard 2000, n° 3/1a.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 7. Abbaye de Seitenstetten. Trouvé à Öhling (Autriche). Poids : 6,69 g. Giard 2000, n° 1/1a.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 8. Coll. privée, vente Numismatica Ars Classica (Zurich), 62 (6 octobre 2011), n° 2044. Provenance inconnue. Poids : 6,76 g. Giard 2000, ―.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 9. Ex Madrid, Museo Arqueológico Nacional (disparu, cf. Alfaro Asins 1993, n° 285). Provenance inconnue. Poids : 6,78 g. Giard 2000, ―.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 10. Coll. privée (cf. Sear 2002, n° 6158). Provenance et poids inconnus. Giard 2000, n° 26/1a.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 11. Londres, British Museum, inv. 1925,1105.4. Provenance inconnue. Poids : 14,06 g. Giard 2000, n° 45/1a.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 12. Londres, British Museum, inv. 1962,0807.1. Provenance : Housesteads (Royaume-Uni). Poids : 13,47 g. Giard 2000, ―.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 13. Coll. privée (cf. http://www.fredericweber.com/​clodius_albinus). Provenance et poids inconnus. Giard 2000, ―.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 14. Paris, Bibliothèque nationale de France, inv. acq. 2012/107. Provenance inconnue. Poids : 10,63 g. Giard 2000, ―.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 15. Coll. privée, vente Lanz (Munich), 14 (18 avril 1978), n° 265. Trouvé à Carnuntum (Autriche). Poids : 9,47 g. Giard 2000, n° 46/1a.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15047/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search