Version classiqueVersion mobile

De l'or pour les braves !

 | 
Michel Reddé

1. L'administration des paiements

Un seul achat peut-il saigner à blanc le soldat ? Retour sur l’Edictum de pretiis et le montant de la solde à l’époque tétrarchique

Jean-Michel Carrié

Texte intégral

  • 1 Éditions : Laufer 1971 ; Giacchero 1974. Voir, depuis, Crawford et al. 1977 et 1979.
  • 2 Jones 1960, 2, p. 623.

1Quis ergo nesciat [...] denique interdum distractione unius rei donativo militem stipendioque privari [...] ? “Qui peut ignorer [...] qu’enfin le soldat est parfois privé de ses primes et de sa solde pour avoir effectué un seul achat [...] ?” Ainsi s’exprime Dioclétien dans le préambule de son édit sur les prix1. Jones, le premier à avoir sérieusement utilisé les chiffres livrés par les papyrus de Panopolis alors tout fraîchement publiés par Skeat, jugeait que “Diocletian was exaggerating when in the preamble to his edict on prices he declared that owing to the exorbitant avarice of traders the whole of a soldier’s stipendium and donativum might be exhausted by a single purchase2”. La présente communication me donnera l’occasion de revenir sur ces deux textes fondamentaux, l’Edictum de pretiis rerum venalium et les papyrus de Panopolis, pour soutenir tout à la fois que Jones a donné une lecture – “basse” – en gros correcte des données chiffrées fournies par les papyrus de Panopolis, mais que la phrase de Dioclétien n’était pas simple rhétorique. Il n’était plus question, depuis longtemps, de réévaluer la solde, demeurée inchangée depuis Caracalla, selon la courbe chronologique que je retiens. Toutefois, je chercherai à montrer que le pouvoir impérial avait d’autres moyens d’atténuer les effets de l’inflation nominale sur le niveau de vie et le pouvoir d’achat des soldats et que l’édit lui-même pouvait y contribuer d’une façon brutalement pragmatique.

Comment faut-il lire les données chiffrées des papyrus de Panopolis ?

  • 3 P. Panop Beatty 2, de mars 300.
  • 4 Cf. Introduction aux P. Panop Beatty, p. XXVII à XXX, et en particulier le tableau de la page XXV (...)
  • 5 131 étant le résultat exact d’un calcul qui donnait (loc. cit., p. XXIX), inexplicablement, 127 à (...)

2Un événement majeur dans l’histoire de la papyrologie a été, sans conteste, la publication en 1964 des Papyri from Panopolis in the Chester Beatty Library. Plus que de “papyrus” au sens documentaire conventionnel du terme, il s’agit de deux rouleaux assemblant par collage des feuilles enregistrant dans l’ordre chronologique de réception ou d’envoi des lettres ou copies de lettres au courrier d’un organe administratif local : en quelque sorte, un livre de correspondance officielle. Le premier rouleau enregistre la correspondance (et ses documents annexes) envoyée par le stratège du nome panopolite durant le mois de Thoth (septembre) 298. Le second enregistre la correspondance adressée par le procurateur de basse Thébaïde à ce même stratège durant les mois de Mecheir et de Phamenoth (février-mars) 300. Un intérêt majeur du second rouleau est de nous avoir conservé une série de paiements en deniers effectués à diverses troupes tributaires de la trésorerie de Panopolis, qui compte parmi les cadeaux empoisonnés auxquels nous habitue la documentation antique, d’autant plus empoisonnés que leur valeur est d’une importance cruciale3. Avant que l’édition soit publiée, A.H.M. Jones avait communiqué oralement à Skeat les premières remarques que lui avaient inspirées les chiffres de ces paiements : tous étaient divisibles par 625. Partant de là, Skeat avait calculé l’effectif des diverses unités4. Cependant, la méthode suivie était très aléatoire : elle supposait en effet que le nombre des unités de compte était le même pour le stipendium que pour le donativum, interprétait une somme de 18 000 deniers versée à un praepositus comme la solde destinée à ses hommes, et aboutissait à des chiffres de stipendium différents d’un corps à l’autre : 121 ou 131 deniers5 selon les cas.

  • 6 A.H.M. Jones, LRE, 3, 187-189, que l’on comparera au tableau dressé par T.C. Skeat 1964, xxvii.
  • 7 Erim et al. 1971, Picozzi 1977, Bruun 1979, Ermatinger 1994. La valeur de la pièce laurée, 12 1/2 (...)
  • 8 Je présente ici sous une forme systématique les résultats dressés par Jones 1964 dans son tableau (...)

3Pourtant, le texte est riche, sans lacune, et sa lecture ne nécessite aucune hypothèse ou conjecture hasardeuse. Aussi A.H.M. Jones en avait-il repris l’analyse et avait-il pu tirer de la seule étude interne des chiffres une série de conclusions qu’il s’était gardé de présenter comme des certitudes, mais dont certaines peuvent être retenues avec quelque sécurité6. Jones, je l’ai rappelé, était parti du constat que tous les chiffres de versements aux soldats étaient divisibles par 625. La chose ne peut être fortuite et il paraît a priori risqué d’écarter une vérité mathématique aussi contraignante, qui a, de surcroît, trouvé quelques années plus tard une confirmation supplémentaire dans les valeurs du nummus avant et après la réforme monétaire de 3017, respectivement 12, 5 et 25 nummi, chiffres par lesquels 625 est également divisible. ll s’agit, naturellement, de nummi unités de compte, et les pièces en question, bien que désignées comme monnaie d’argent (argyrion) dans les textes grecs, ne constituent plus qu’un monnayage ordinaire de cuivre recouvert d’une mince pellicule d’argent. Voici comment, selon les calculs de Jones, se serait présentée sous Dioclétien l’échelle des soldes et autres rétributions militaires8.

Tableau 1.

  • 9 Le montant du donativum dépendait tout à la fois du bon vouloir des empereurs, de l’état de leurs (...)

Unités

Stipendium (par an)

Donativum9

Annone (par an)

Salgamum (par mois)

equites

vexillation ou légion

lanciarii

aile

cohorte

600 deniers

600 deniers

375 deniers

1250 deniers

1250 deniers

250 deniers

200 deniers

200 deniers

8 livres

4 livres

  • 10 Carrié 1978, 228-229.
  • 11 Duncan-Jones 1978, 560 = 1990, 222.

4Malgré la rigueur du raisonnement, auquel j’avais exprimé mon adhésion dès 197810, ces résultats ont été radicalement contestés par plusieurs historiens qui ont jugé intolérablement bas le montant individuel de ces versements sans être, par contre, gênés par les effectifs infiniment réduits auxquels conduisait toute hypothèse de relèvement des sommes versées aux soldats. Comme on sait, en effet, une première révision des chiffres de solde proposés par Jones a été proposée par Richard Duncan-Jones, consistant à augmenter le montant des rétributions individuelles en diminuant le nombre des bénéficiaires11. Voici les résultats comparés de leurs lectures personnelles du document.

Tableau 2 (A = Jones ; B = Duncan-Jones).

  • 12 Chiffre que Coello 1996, 36, propose de ventiler entre 1658 hommes de troupe, 11 sesquiplicarii e (...)
  • 13 Le donativum du 20 novembre est versé à l’occasion de l’accession de Dioclétien ; celui du 22 déc (...)

Unités

Nombre de parts

Type de paiement

Montant total (deniers)

Montant individuel annuel

Légions

Vexillatio des lég. orient.

Soldats Vexillatio leg. III

Vexillatio leg. III Diocl.

Vexillatio leg. II Traianae

Lanciarii leg. II Traianae

A 1981 ; B : 998,5

A 1716 1/2 ; B 572 1/612

A 1035 ; B : 506

A 1109 ; B : 554 1/2

A 878 ; B : 439 (1/2)

A 878 ; B : 439 (1/2)

A 843 ; B : absent

donativum 20 nov. 13

stipendium

salgamum

donativum 22 déc.

donativum 20 nov.

donativum 22 déc.

donativum 1er janv.

salgamum

2.496.250

343.300 (4 mois)

8280 livres d’huile/mois

1.386.250

1.097.500

1.097.500

526.875

3596 livres d’huile/
2 mois

A :1250 ; B : 2500

A : 600 ; B 1800

A : 8 livres/mois

B : 1/11 sextiarius /jour

A : 1250 ; B : 2500

A : 1250 ; B : 2500

A 1250 ; B : 2500

A : 625 ; B : absent

A :4 livres d’huile/mois

B 1/11 sextiarius /jour

Tableau 2.2 (A = Jones ; B = Duncan-Jones).

  • 14 Coello, ibid., retrouve le même nombre d’hommes que pour l’indemnité annonaire si 367 1/2 parts s (...)
  • 15 Selon Duncan-Jones 1978, 560 = 1990, 222-223, App. 5, A.H.M. Jones aurait été plus cohérent s‘il (...)

Unités

Nombre de parts

Type de paiement

Montant total (deniers)

Montant individuel annuel

Légions

Equites promoti leg. II Tr

praepositus de cette unité

Autre cavaliers

Equites sagittarii

ala I Iberorum
en 299

en 300

ala II Dromedariorum

Cohortes

Coh. XI Chamavorum

A 149 ; B 77 3/5

A 1 ; B absent

A 1 ; B absent

A 1 ; B absent

A : 242 ; B 121

A : 242 ; B 121

A : 354 ; B : 118

A : 367 1/214 ; B : 118

A 211 ; B : 21 1/2 ?

A 211 ; B : 21 1/2 ?

A 524 ; B 163 3/4

A 493 ; B 164 1/3

donativum 1er janv.

stipendium

donativum 20 nov.

donativum 22 déc.

donativum 20 nov.

donativum 22 déc.

annona adaerée

stipendium

donativum 20 nov.

donativum 22 déc.

stipendium

annona

93.125

18.000 (4 mois)

2.500

2.500

302.500

302.500

23.600 (4 mois)

73.500 (4 mois)

53;750

53.750

65.500 (4 mois)

32.866 (4 mois)

A : 625 ; B : 1200

A : 18.000 ; B absent

A : 2.500 ; B absent

A : 2.500 ; B absent

A : 1250 ; B : 2500

A : 1250 ; B : 2500

A : 200 ; B : 600 (par an)

A : 1250 ; B : 2500

A : 250 ; Β : 2500

A : 250 ; Β : 2500

A : 37515

; B 1200

A : 200 ; B : 600

  • 16 Duncan-Jones 1978, 550 : “What is clear is that stipendium did not keep pace with inflation throu (...)
  • 17 Voir par exemple MacMullen 1984, 573 ; Speidel 1992,

5D’une façon assez contradictoire Duncan-Jones, tout en insistant bien sur le fait que même revues à la hausse les rétributions militaires des années 300 n’étaient pas de taille à compenser la perte du pouvoir d’achat militaire due à l’inflation nominale galopante16, n’en a pas moins cherché à réévaluer la rétribution globale des militaires aussi loin que le permettait ce qu’il considère comme l’effectif minimum des unités stationnées en Égypte. Son argumentation, présentant toutes les apparences extérieures du sérieux et de l’objectivité scientifique, a été largement acceptée et reçue dans la bibliographie courante17. Seuls quelques spécialistes des problèmes de solde de l’armée romaine se sont montrés réticents. À titre d’information, voici quelques estimations alternatives proposées pour la solde annuelle dans P. Panop. Beatty 2 :

Tableau 3.

  • 18 Speidel 1992 = 2009, 98-100, accepte donc Duncan-Jones, qu’il corrige seulement sur la solde des (...)
  • 19 Divisibilités des montants quadrimestriels (à multiplier par trois pour obtenir les montants annu (...)

Unités

Jones

Duncan-Jones

Alexander Speidel18

Alston19

(possibilités arithmétiques)

légion

600 deniers

1800 deniers

1800 deniers

200, 450 ou 600 deniers

aile

600 deniers

1800 deniers

2100 deniers

350, 375, 500, 525, 700,

750, 1050, 1500 deniers

cohorte

375 deniers

1200 deniers

1200 deniers

125, 250 ou 500 deniers

  • 20 Coello 1996 commente les P. Beatty Panop. aux p. 33-42 ; voir également 61.
  • 21 Coello 1996, 61 : “Although his estimate of l’Ala i Hiberorum having 116/118 troopers has achieve (...)
  • 22 Voir le passage en revue des surfaces de camps tardifs effectué par Duncan-Jones 1978 dans son “A (...)
  • 23 Coello 1996, 52-56, qui adopte les critiques de Paul T. Bidwell à l’adresse de Charles Daniel.
  • 24 Coello 1996, 57-58. Un autre exemple, non signalé par Coello, est le camp d’Éléphantine édifié so (...)
  • 25 Coello 1996, 52 : de même Reddé 1995, 100.
  • 26 Coello 1996, 39-42.

6Tout particulièrement, le raisonnement d’ensemble de Richard Duncan-Jones a été rejeté par Terence Coello20. Ce savant a fort justement remarqué que les historiens ont dans leur ensemble adopté les résultats dérivant des calculs de Duncan-Jones à partir de l’a priori selon lequel les formations militaires de tout type auraient, au ive siècle, subi une réduction drastique de leurs effectifs réglementaires. Qu’une cohorte (la Cohors xi Chamavorum de Peamou) compte à peine plus de 160 hommes, qu’une aile de cavalerie théoriquement quinquénaire (l’Ala i Iberorum de Thmou) en compte autour de 164 leur paraît à coup sûr en ligne avec la réduction de l’effectif légionnaire de 6000 à 1000 hommes – même si, à mon avis, ce dernier chiffre n’a de valeur que pour les détachements légionnaires nouvellement créés à partir de la Tétrarchie. Par contre, ils se désintéressent totalement du chiffre invraisemblable jusqu’à l’absurde (21 cavaliers) auquel l’application de la même méthode de calcul conduit Duncan-Jones à propos de l’Ala ii Herculiana Dromedariorum de Toëto-Psinabla21. Quelque plus élevés qu’ils soient, les effectifs calculés par Jones n’en marquaient pas moins, déjà, une réduction notable par rapport aux normes du Haut-Empire. Je renvoie d’autre part à Coello pour son rejet de l’argumentation de Duncan-Jones présentant ses effectifs réduits à l’extrême comme plus conformes que les chiffres de Jones aux dimensions des camps romains des époques tardives, suivant l’idée quasi universellement reçue qui voit dans la réduction de surface des ouvrages fortifiés tardifs le reflet d’un allègement numérique des troupes22. Coello relativise de plusieurs façons ce raisonnement simpliste – une fois de plus, le prétendu “bon sens” est un mauvais conseiller de l’historien. Outre la disqualification de la pernicieuse théorie des “chalets” à usage familial qui auraient remplacé les traditionnels casernements réglementaires dans les forts du Mur d’Hadrien, théorie qui a surtout agité le milieu archéologique britannique dans les années 1970-199023, je retiens tout particulièrement, dans l’argumentaire de Coello, l’idée de la différence de fonctions entre les camps du Haut Empire et ceux de l’époque tardive : ces derniers devaient privilégier les capacités défensives de l’ouvrage en cas d’attaque, voire de siège, une éventualité exclue par les constructeurs dans les siècles précédents ; cette différence fonctionnelle entraînant à son tour l’adoption de nouvelles solutions architecturales, par exemple la construction en étages des casernements pour compenser la réduction du périmètre défensif et, par voie de conséquence, celle de la surface disponible24. Un autre élément pertinent de relativisation des déductions le plus communément faites à partir de la réduction de taille des camps à l’époque tardive est que rien ne peut nous faire comprendre pourquoi cette réduction n’est pas universelle, pourquoi des camps de grandes dimensions subsistent, pourquoi, malgré l’uniformisation opérée par certains programmes de construction militaire, il subsiste une telle diversité dans une même province25. L’examen critique extrêmement précis auquel Terence Coello soumet les calculs de Richard Duncan-Jones porte tout particulièrement sur l’effectif des unités, en particulier celui des vexillations : qu’il me suffise ici d’y renvoyer26. Toutefois, ce type de raisonnement reste opinable et ne pose pas un point final à la discussion.

  • 27 J’ai eu diverses occasions d’exprimer ce désaccord (Carrié 1986, 457-458 et 483 ; 1993, 107-108 ; (...)

7J’en viens donc maintenant à ma propre position. Multiples sont les raisons qui m’ont fait retenir, dès la première lecture, que le raisonnement de R. Duncan-Jones ne tenait pas27. Je réserve pour ma conclusion celles qui sont en rapport avec le contexte historique (inflation monétaire et hausse des prix) et une vision générale de l’évolution de la solde sous sa forme traditionnelle (stipendium versé en numéraire d’argent), dont la disparition définitive n’est que de peu postérieure : toutes considérations non prises en compte par Richard Duncan-Jones.

  • 28 Duncan-Jones 1978, 541-542.
  • 29 P. Panop. Beatty  1, ll. 392-394, seigle versé aux soldats commandés par l’eparchos (= préfet d’a (...)
  • 30 P. Panop. Beatty  1, ll. 395-398.
  • 31 Ibid, ll. 542-543.
  • 32 Comme le montre sa note 9 p. 543.
  • 33 Ibid, 552-556 : “Small army-units and garrisons under the Late Empire”, avec un effort de recherc (...)

8Aux yeux de ce savant et de ceux qu’il a convaincus, l’objection définitive et imparable à l’encontre des chiffres proposés par Jones résiderait dans la non coïncidence du nombre de bénéficiaires entre les versements en espèces du deuxième registre de Panopolis et les livraisons en nature du premier. Dès la publication de Structure and Scale cet argument m’a paru non concluant. Suivant une idée bonne en apparence seulement, Richard Duncan-Jones a pensé pouvoir recouper, quand le document donnait cette double série de chiffres, les montants de rétributions en espèces (deniers) avec celui des livraisons en nature pour une même unité, (“when details of payments in kind are taken in full account, quite different conclusions emerge28”), ou encore les chiffres de livraison de deux denrées différentes pour une même unité. C’est le cas, en particulier des versements effectués au compte de l’ala I Hiberorum stationnée à Thmou Si l’on divise la quantité d’orge (2610 modii Italici) par la ration réglementaire prévue pour un cheval, on obtient 116 rations (capita)29. Or, la quantité de blé versée au compte des cavaliers de cette même ala (128 1/2 1/3 1/24 artabes), divisée par 5 modii Italici, donne 116 rations individuelles30. La preuve est-elle donc faite ? Non, parce que, comme le remarque Duncan Jones lui-même, cette quantité versée pour deux mois ne représente que la moitié de la ration humaine bimestrielle31. Comment expliquer alors cette pseudo-correspondance ? C’est que le ravitaillement d’une unité dépendait de plusieurs sources d’approvisionnement, situées dans plusieurs circonscriptions fiscales, et plus encore en Thébaïde où le déséquilibre était plus important qu’ailleurs entre nombre de soldats stationnés et capacité productive de la région. De même des “annones de Lybie” sont perçues dans l’Oxyrhynchite pour ravitailler les unités de la grande Oasis. Dans le cas de l’ala I Iberorum, toutes les hypothèses sont possibles : qu’une circonscription fiscale donnée ait livré 116 rations d’orge et 58 rations de blé parce qu’elle était plus productrice d’orge que de blé ; qu’une autre ait livré 174 rations uniquement de blé ou uniquement d’orge. On remarquera surtout que 116 est le tiers de 348, proche de 354 qui représente le nombre des parts d’annona commuée en espèces versée d’une façon certaine à cette même unité. On peut supposer que des nomes de basse Égypte ou même d’autres nomes de Thébaïde étaient assujettis au ravitaillement en nature des unités du Panopolite. Il est remarquable que Duncan-Jones n’accepte pas qu’un ordre de livraison de blé ne couvre que 58 rations parce qu’il trouve cet effectif insuffisant pour une aile32, alors qu’un effectif de 116 ne le choque pas, arguments archéologiques à l’appui33.

  • 34 Duncan-Jones 1978, 549.

9Du reste, tous les moyens sont bons. Pour maintenir un minimum de vraisemblance à l’effectif étique de 126 hommes auquel le mène son augmentation de la solde de l’aile des Ibères. Duncan-Jones la dédouble entre deux forteresses, Toéto et Psinabla34, alors qu’il s’agit de Toéto-Psinabla (κάστρα περὶ Τοετὼ καὶ Ψινάβλα), une position unique justement interprétée par Skeat comme un camp situé entre les deux localités de Toeto (qu’il rapproche phonétiquement de la moderne Tahta) et de Psinabla. Personnellement, je pense pouvoir localiser ce camp en quelque point du vaste site de Tell el-Amarna.

  • 35 Duncan-Jones 1978, 543, qui ne donne pas la référence, pas plus que ne l’a fait Coello qui se con (...)

10Ces constatations ont pour effet de priver de validité l’argument avancé par Duncan-Jones selon lequel la valeur de 200 deniers annuels (3 quadrimestres de 66 2/3) attribuée par Jones à l’indemnité annonaire, conduisant à attribuer à l’ala I Iberorum un effectif de 354 hommes, serait incompatible avec celui de 116 hommes qu’il déduit de P. Panop. Beatty 1, 395-39835. Rien n’oblige donc à multiplier par trois le montant de l’annone adérée et à diviser par trois le nombre des hommes de l’ala I Iberorum. Il cesse dès lors d’y avoir la moindre raison de faire de même à propos des versements du stipendium, puisque c’est en se fondant sur les chiffres de l l’ala I Iberorum que Duncan-Jones justifiait le triplement des montants individuels et la division par trois des effectifs pour toutes les données chiffrées du second registre de Panopolis.

  • 36 Coello 1996, 36. Cette explication ne serait, de plus, envisageable que si le versement du stipen (...)
  • 37 Du moins aux périodes où la solde en monnaie est la principale rétribution militaire. Les textes (...)
  • 38 À condition de supposer que le calcul n’est pas faussé par des soldats détachés de l’unité et n’y (...)
  • 39 Cf. supra, n. 12. C’est exactement le raisonnement que j’avais suivi à propos de la Cohors xi Cha (...)

11Duncan-Jones voit un argument en faveur de ses calculs dans la quasi similitude des effectifs de la Cohors XI Chamavorum bénéficiaires de la prime annonaire (164 1/3) et du stipendium (163 3/4), annihilant pratiquement l’écart résultant des calculs de Jones (respectivement, 493 et 524), qu’il juge incongru. Contrairement à Terence Coello, je ne trouve pas que cet écart soit particulièrement difficile à justifier. Effectivement, l’explication qu’il propose lui-même sans trop y croire – la période de fin d’année est celle des libérations du service – n’est pas très convaincante36. Je vois, pour ma part, deux raisons pouvant rendre compte de cette discordance, d’ailleurs susceptibles de se combiner. Il faut tout d’abord s’attendre à ce que les rations d’annone soient moins nombreuses que les unités de compte de la solde : en effet, lorsqu’un soldat est temporairement détaché de son unité, ou en permission, son unité-mère encaisse pour lui le stipendium, qu’elle tient en réserve, mais – théoriquement du moins –, elle ne perçoit plus pour lui l’annone qui est versée au soldat détaché sur son lieu d’affectation. La solution pourrait donc être à chercher du côté des détachements temporaires de certains hommes de l’unité. Encore ce raisonnement, applicable dans d’autres cas, n’est-il pas nécessaire ici. En effet, les différences de grades se traduisent par des multiples ou des fractions dans le montant de la solde, tandis que pour l’annone tous les grades, de l’homme du rang aux principales (à l’exclusion des officiers supérieurs dont les émoluments sont comptabilisés séparément) perçoivent une ration identique37. De fait, si nous considérons l’Ala I Iberorum, le nombre des parts d’annone y est également inférieur à celui des unités de solde, et ces dernières sont fractionnables, tandis que les chiffres globaux de l’annone sont toujours divisibles par l’unité. Dans le cas de la Cohors xi Chamavorum, j’expliquerai donc de même, pour l’essentiel, cette différence d’unités de compte (524 pour la solde, 493 pour l’annone), par le nombre des principales dont nous pourrons même estimer ainsi le nombre : 31 parts de stipendium supplémentaires pouvant correspondre à 16 duplicarii et 30 sesquiplicarii 38. De même, Terence Coello a unifié le nombre de bénéficiaires du stipendium et de l’indemnité annonaire en supputant le nombre de sesquiplicarii et de duplicarii présents dans la Vexillatio legionis III Diocletianae39. Au total, l’écart entre bénéficiaires de la prime annonaire et du stipendium ne peut donc constituer une objection sérieuse à la méthode de calcul de Jones, qui, dans ce cas comme dans tous les autres, parvient à des chiffres ronds présentant un avantage indiscutable sur les valeurs fractionnaires irréductibles auxquelles Duncan-Jones se trouve condamné (y compris pour la prime annonaire : 164 1/3). La seule fraction admissible est ½ dans le cas du stipendium, explicable par un nombre impair de bénéficiaires sesquiplicarii. Par contre, une fraction d’ 1/3 est totalement exclue.

  • 40 Duncan-Jones 1978, 546, sans commentaire, mais renvoyant implicitement à l’idée exprimée p. 551 q (...)
  • 41 Justement rappelée par Duncan-Jones lui-même, 1978, 551.
  • 42 Pas plus Coello que Duncan-Jones.

12Un autre inconvénient du système de calcul de Richard Duncan-Jones est d’attribuer le même montant de donativum aux simples légionnaires ou cavaliers et à un officier, le praepositus du détachement de cavalerie de la legio ii Traiana : 2500 deniers. Notre collègue de Cambridge trouve normal que le taux du donativum ait été le même pour tous, parce qu’il ne peut faire autrement40. Or, tandis qu’une compression de la différence entre hommes du rang et officiers dans le montant des donativa en monnaie commune est explicable par l’existence des donativa en or et sous forme d’objets précieux accordés aux officiers, par contre une absence totale de différence hiérarchique dans le montant des donativa en monnaie commune semble contraire à tout l’esprit général de la grille de traitements déductible des Papyrus de Panopolis, comme à la tradition constante de l’armée impériale en la matière41. Or, personne42 n’a accordé attention au fait que les sommes versées au praepositus à titre de donativum sont clairement désignées comme des arriérés (2, l. 199 : ὐπὲρ πραιτερίτου δωνατίου), ce qui signifie qu’elles ne représentent qu’une partie du montant total dû à un officier commandant d’unité, la régularisation d’un paiement incomplet antérieur à la date à laquelle débute notre registre, mais au titre de la même année que les autres versements (7e et 6e consulat des Augustes). Le montant total de ce donativum nous demeure inconnu.

  • 43 Duncan-Jones, 1978, 549 : “If alternatively Maximinus doubling of pay had general application, an (...)
  • 44 Campbell 2005, 124.
  • 45 Le maintien – sinon la fixité – à long terme en Égypte de ces troupes d’origine essentiellement b (...)

13Je conclus donc que la remise en question des chiffres proposés par Jones est infondée, même si, dans le détail, on peut apporter quelques corrections, comme je le ferai moi-même par la suite. Je ne vois pas que, depuis 1964, les valeurs retenues par Jones aient été récusées sur des bases plus solides. Du coup, comme l’augmentation prêtée par certains commentateurs à Maximin Thrace conduit à un montant de la solde à la fin du iiie siècle bien supérieur à celui qu’on peut lire, avec Jones, dans P. Panop. Beatty 2, il y a toute raison de mettre en doute cette mention mal assurée d’une augmentation post-sévérienne de la solde à laquelle les chiffres proposés par Richard Duncan-Jones avaient eu pour effet de redonner une illusoire historicité43. Un saut du stipendium de 300 à 1800 deniers en une quarantaine d’années (entre Septime-Sévère et 235), en une période d’inflation nominale modérée par rapport à l’emballement des prix à partir de 270, dessine un scénario dépourvu de toute logique. Plus généralement, on ne voit pas pourquoi Dioclétien aurait multiplié les créations de nouvelles unités légionnaires et auxiliaires si c’était pour les maintenir en sous-effectif. Comme le fait fort justement remarquer Brian Campbell, “si Dioclétien avait voulu simplement maintenir l’armée entière dans ses dimensions, il aurait été plus sensé de porter les unités existantes à leur effectif complet”44. J’ajouterai que puisque l’augmentation par trois de la solde dans l’interprétation des registres de Panopolis a pour corrélat mécanique la division par trois de l’effectif des unités militaires, le moment paraît particulièrement mal choisi de placer les corps de troupe en sous-effectif dans une province, la Thébaïde, qui venait tout juste de connaître à la suite deux grands soulèvement ; moment d’autant plus mal choisi que le second, deux ans plus tôt, avait nécessité la venue en personne de Dioclétien et motivé peut-être un triplement des troupes de la garnison régionale, par fixation sur place des troupes qui avaient réprimé la rébellion45.

Quelques commentaires personnels sur les papyrus de Panopolis

14Lors de mes premiers pas dans la recherche scientifique, avant de prendre connaissance des résultats de Jones que je n’ai connus qu’après avoir lu les textes de Panopolis, j’avais pour ma part abouti, dans l’ensemble, à des résultats identiques, tantôt de la même manière, tantôt par un raisonnement différent. Sur certains points, que je signalerai plus loin, mes estimations divergaient. Incontestablement, les données encore parcimonieuses fournies par ce document unique demandent à trouver confirmation dans d’éventuels textes à venir, que nous attendons toutefois, maintenant, depuis cinquante ans. Je m’attacherai d’abord aux indications qui me paraissent les plus sûres, pour en tirer le maximum d’enseignements sur l’évolution générale de l’armée romaine à l’époque tardive.

  • 46 von Domaszevski 1899 pensait que chaque augmentation de la solde (de 75 en 75 deniers) avait entr (...)

15Dans les tableaux 1 et 3, j’ai donné pour la solde les chiffres annuels sur la base de trois stipendia. Malgré les discussions auxquelles le problème avait autrefois donné lieu, c’est un point définitivement acquis sur lequel il me paraît inutile de revenir ici46.

16Ces chiffres n’offrent pas tous les mêmes garanties de véracité. Du moins, quatre points me semblent devoir être considérés comme incontestablement acquis.

1) Le montant de l’indemnité annonaire (“annone adaerée”)

17Les 32 866 deniers versés à ce titre à la Cohors xi Chamavorum retiennent par la précision du 866 final. Ils s’expliquent très bien si l’on considère que cette somme représente le versement pour quatre mois : c’est le produit de la division par trois du montant annuel total, 98 600 deniers, chiffre rond. Nous pouvons donc être également assurés du nombre de bénéficiaires : 493.

2) Le donativum des légionnaires

  • 47 Dies natalis ou dies imperii.

18L’hypothèse d’un taux différent selon qu’il s’agit de l’anniversaire47 des Augustes ou du consulat des Césars – 1250 deniers dans le premier cas, 625 dans le second – est indispensable si l’on ne veut pas que les lanciarii de la IIème Légion Trajana aient doublé de nombre entre le 22 décembre 299 et le 1er janvier 300 ; de plus, le montant du donativum des Césars versé aux equites promoti, divisible par 625, ne l’est plus par 1250.

3) Les traitements d’officiers

  • 48 P. Panop. Beatty 2, lignes 197-203.
  • 49 Célébration du dies imperii de Constantin.

19Les chiffres de solde de Panopolis48 confirment ceux du P. Oxy 1047 d’époque constantinienne49 : 18 000 deniers pour quatre mois dans le premier document, 36.000 dans le deuxième : rapport du simple au double, correspondant vraisemblablement à une différence de grade plutôt qu’à une réévaluation intervenue entre temps. Par contre, l’un comme l’autre perçoivent le même donativum de 2500 deniers, soit le double seulement de celui des hommes du rang, cavaliers ou légionnaires. Je dirai plus loin pourquoi cett écrasement de la grille hiérarchique n’est pas, en soi, étonnant.

4) La solde des légionnaires

  • 50 Jones 1964, 189 : “For the stipendium of legionaries [...], the half stipendium (for a sesquiplic (...)

20Je renvoie ici à l’argumentation de Jones en faveur du chiffre de 600 deniers par an50 qui me paraît irréfutable.

21Les problèmes commencent avec :

5) La solde des cavaliers d’aile

  • 51 P. Panop. Beatty 2, lignes 36-42.
  • 52 Il ne fait de doute pour personne que parmi les auxiliaires les cavaliers étaient mieux payés que (...)
  • 53 Coello 1996, 35.

22On pourrait tout aussi bien diviser les 73 500 deniers de l’Ala I Iberorum51 par les 125 deniers attribués par Jones aux cohortes (= 375 deniers par an). Mais l’effectif alors obtenu (588 hommes) serait trop difficile à concilier avec le nombre des rations d’annone (354), calculé sur des bases quasi certaines, comme on vient de le voir un peu plus haut. Le chiffre de 600 deniers pour les cavaliers d’aile résout parfaitement cette difficulté, et doit donc être considéré comme assuré52. Le chiffre alternatif de solde annuelle avancé par Terence Coello (450) séduit par la proximité du nombre induit de bénéficiaires avec l’effectif réglementaire d’une aile de cavalerie (512 hommes)53. Mais Coello peine à justifier le montant de 144 1/2 deniers qui en résulterait pour le montant individuel de l’annone adaerée.

23Sur deux autres points, par contre, les résultats obtenus ne sont pas encore prouvés d’une manière suffisante, et doivent être tenus pour des indications à utiliser comme hypothèses de travail.

6) Le donativum des troupes auxiliaires

  • 54 Il s’agit ici du donativum “fort”, celui des Augustes.

24Selon Jones, “250 est le seul chiffre plausible”. Pourtant, le montant total du donativum versé à l’ala ii Herculia Dromedariorum, 53.750 deniers, est également divisible par 625 (produit : 86). Dans cette hypothèse, les troupes auxiliaires auraient reçu la moitié (et non le cinquième) de ce que perçoivent alors les légions et equites54. Jones a dû penser que 86 hommes étaient un effectif bien réduit pour une aile; mais la même objection peut être déjà formulée à l’encontre de 211, effectif qu’il a pour sa part retenu en fonction d’un donativum de 250 deniers. Rien ne permet, me semble-t-il, de départager entre ces deux hypothèses.

7) La solde des cohortes

25Le seul chiffre dont nous disposions à ce propos est celui de 65 000 deniers pour la Cohors xi Chamavorum. Il n’est divisible que par 125, et donne alors 524 unités de solde, tandis que le nombre des rations d’annone, établi d’une manière sûre, était de 493. Pourtant ces deux chiffres ne sont pas nécessairement incompatibles : je ne répéterai pas ici l’explication que j’ai proposée plus haut pour l’écart entre le nombre des parts de stipendium et celui des parts de prime annonaire, mais retiendrai seulement l’observation que les rations d’annone étaient forcément moins nombreuses que les unités de compte de la solde. En vertu de ce principe, on devra s’interdire de trouver un nombre d’unités de stipendium inférieur au nombre de rations annonaires (495), ce qui exclut par là même une valeur de beaucoup supérieure à 125 deniers. Inversement, une solde quadrimestrielle inférieure à 125 deniers donnerait un nombre d’unités de solde largement supérieur au nombre de rations annonaires, ce qui serait inexplicable étant donné la proportion relativement faible des duplicarii et sesquiplicarii dans les troupes romaines. Dans ces conditions, en dépit des difficultés apparentes, un chiffre annuel de 375 deniers pour la solde des cohortales me semble être une donnée presque aussi certaine que le chiffre de 600 deniers pour les légionnaires.

8) Compte à rebours de l’évolution séculaire de la solde

26Les indications en provenance de Panopolis sont donc des plus précieuses pour évaluer l’état des ressources et du niveau de vie des soldats romains à l’époque de Dioclétien. Mais leur intérêt est plus étendu encore, dans la mesure ou cette lumière jetée sur la solde de l’époque tardive rejaillit sur les deux premiers siècles de l’Empire. C’est donc sous ce double aspect que j’exploiterai les résultats auxquels nous venons d’être conduits.

27Le second papyrus de Panopolis permet de préciser l’évolution de la solde légionnaire depuis Domitien jusqu’à Dioclétien. En effet, le seul point sur lequel tous les historiens avaient été d’accord était l’augmentation de Domitien portant cette solde de 225 à 300 deniers par an. Ensuite, nous ne disposions que d’indications fort allusives ou douteuses, comme le montre le tableau suivant dans lequel elles peuvent être résumées.

28J’indique le montant annuel exprimé en deniers.

Tableau 4.

  • 55 Brunt 1950.
  • 56 Les résultats publiés par G. R. Watson dans divers articles ont été regroupés in Watson 1956, 69- (...)
  • 57 Develin 1971.
  • 58 Speidel 1992, 93 et 101, propose 250 deniers pour les cohortales et 350 pour les equites alae. Je (...)
  • 59 von Domaszewski 1899 = 1972, 218-241, p. 210-233.
  • 60 von Domaszewski 1903, 383 et n. 6.
  • 61 Marichal 1946, 35-36 ; le problème de la solde pré- et postcésarienne était hors du propos de l’a (...)
  • 62 Develin n’a pas lui non plus pris position sur le problème de la solde césarienne. Inversement, c (...)

Domaszewski

Marichal

Brunt55

Watson56

Develin57

Speidel58

Avant César

César

Auguste

Domitien

Commode

Septime-Sévère

Caracalla

Maximin

7559

150

225

300

375

500

750

100060

22561

300

37562

525

120 (plutôt que 144)

225

300

500 “très

probablement”

750 “très

probablement”

1500

112,5

225

300

450

675

“probablement”

Développement

de la solde
en nature

?

225

300

400

600

225

300

600

900

1800

  • 63 Voir supra, n. 46. On verra plus loin que Domaszewski expliquait selon le même principe la solde (...)
  • 64 Passerini 1946 ; Brunt 1950.
  • 65 L’augmentation de Commode était déduite trop ingénieusement du chiffre des donativa du même emper (...)
  • 66 Hérodien 4.4.6 ; D.C. 78.28.1 s.; 34.1 s. ; 36.1 s.
  • 67 Passerini, 1946, 156 ; Develin 1971, 6-69.

29La première reconstitution hypothétique de la courbe de la solde légionnaire, à laquelle de nombreux ouvrages font encore référence, a été présentée par Domaszewski. Son raisonnement reposait, on le sait, sur l’idée que le mot stipendium désignait une unité de solde correspondant à une durée variable de service ; le stipendium avait été de 75 deniers depuis le iie siècle a.C. jusqu’à Septime-Sévère, et chacune des augmentations successives de la solde aurait consisté à ajouter un stipendium nouveau, au lieu d’élever le montant de chacun des versements antérieurs63. Cette méthode fort hasardeuse a été critiquée, tant dans son principe fondamental que dans ses résultats ponctuels, par A. Passerini et par M. Brunt64, dont je ne reprendrai pas ici les arguments, à mon sens décisifs. Ces historiens ont, du même coup, éliminé certaines des augmentations proposées par Domaszewski : celle qui aurait eu lieu sous Commode (Passerini et Brunt) et celle qu’aurait accordée Maximin (Passerini seulement)65. L’augmentation de Septime Sévère est certaine, mais rien ne permet d’en préciser l’importance, si bien que les deux seules indications sur lesquelles on puisse raisonner concernent l’augmentation décidée par Caracalla : la solde aurait alors été accrue de moitié, selon Hérodien et, d’après Dion, il en serait résulté une dépense annuelle supplémentaire de 70 millions de deniers66. Il est alors tentant d’évaluer l’augmentation par légionnaire et, du même coup, les valeurs ancienne et nouvelle de la solde, ce qu’ont fait Passerini, puis Develin67.

30Le premier proposait une solde de 450 deniers sous Septime Sévère portée à 665 deniers sous Caracalla ; le second a retenu les chiffres de 400 et 600 deniers. Toutes ces estimations ne pouvaient être qu’hypothétiques : maintenant nous disposons d’un chiffre exact qui permet de les départager.

  • 68 Develin condamne donc les hypothèses de Domaszewski, mais tout aussi bien celles de Brunt et de W (...)
  • 69 Les principes adoptés me semblent en effet des plus contestables : pourquoi déduire du montant gé (...)

31Le registre de correspondance de Panopolis interdit en effet de supposer que la solde légionnaire annuelle ait dépassé 600 deniers au cours du iiie siècle, donc que la solde sous Septime Sévère ait été supérieure à 400 deniers. Et comme vraisemblablement il n’y a pas eu d’autre augmentation entre Caracalla et Dioclétien68, les conclusions de M. Develin trouvent dans ce document qu’il a omis d’utiliser une confirmation décisive. Le résultat de son calcul hypothétique des effectifs et des parts de solde dans l’armée romaine du iiie siècle a donc dû tomber assez près de la vérité, ce qui, étant donnés les aléas de la méthode, tient proprement du miracle69.

  • 70 Cf. Harmand 1967.

32Désormais, le deuxième papyrus de Panopolis nous permet de suivre en remontant, de 300 à 84 de notre ère, la courbe de la solde légionnaire : 600 deniers à partir de Caracalla, 400 à partir de Septime-Sévère en 197 – puisque, je le rappelle, l’augmentation sous Caracalla a été de la moitié – ; 300 à partir de Domitien en 84. L’originalité de la période sévérienne se détache donc plus encore, puisqu’en moins de vingt ans la solde a doublé de valeur, tandis qu’elle n’a changé ni dans le siècle qui a précédé, ni dans celui qui a suivi. On comprend mieux l’attachement des armées à la dynastie sévérienne et tout le sens du slogan : “enrichissez les soldats”. Par contre, on ne trouvera guère étonnant que la solde n’ait plus été augmentée après eux, la situation financière catastrophique de l’Empire au cours du iiie siècle fournissant une explication suffisante. En cherchant, plus loin, à évaluer la courbe du niveau de vie des militaires, nous verrons à quel point la solde reste en deçà de l’évolution des prix, exception faite de l’intermède sévérien. L’Empire ne faisait en cela qu’obéir à une longue tradition remontant aux origines mêmes de l’institution70. Mais c’est aussi que, finalement, la solde ne constituait plus, à la fin du iiie siècle, l’essentiel des ressources militaires. Annone en nature et donativa constituaient désormais l’essentiel de la rétribution, au point qu’annona en latin, sitérésion en grec soient devenus les termes les plus usuels pour désigner l’ancienne solde. À tout le moins l’annone en nature maintenait une valeur constante, protégée de la dépréciation monétaire et de la hausse des prix.

Retour à l’Édit sur les prix

33Incontestable, le préambule de l’Édit sur les prix sonne comme si Dioclétien et ses collègues s’adressaient principalement aux soldats. Je reproduis l’ensemble de ce paragraphe :

  • 71 Quis ergo nesciat utilitatibus publicis insidiatricem audaciam, quacumque exercitus nostros dirig (...)

“Qui peut ignorer que les embûches audacieusement dressées contre l’intérêt général – partout où le salut commun exige l’envoi de nos armées non seulement dans les bourgades et les villes mais sur toutes les routes – donnent à l’esprit de lucre le désir d’extorquer des prix de marchandises non pas quatre fois ou huit fois plus élevés, mais tels que les ressources de la langue humaine sont incapables d’exprimer le nom […] de cette action, qu’enfin le soldat est parfois privé de ses primes et de sa solde pour avoir effectué un seul achat et que la contribution du monde entier pour l’entretien de l’armée est livrée aux profits abominables de voleurs, si bien que nos soldats semblent offrir de leurs propres mains les résultats de leurs campagnes et les peines qu’ils ont endurées aux acheteurs de butin tous azimuts, ce qui fait que ces pillards de l’État même pratiquent de jour en jour la rapine à si grande échelle qu’ils ne connaissent pas le montant de leurs avoirs71 .”

  • 72 Ce qui revient à Constantin est une nouvelle définition pondérale du solidus (1/72e de livre, soi (...)
  • 73 Carrié 1999, chap. 9.

34Le texte est explicite. Il nous signale que face à l’inflation nominale galopante qui s’est déclenchée depuis la réforme monétaire d’Aurélien et que les réformes monétaires de Dioclétien ont encore accrue, la hausse des prix sur le marché libre anéantit le pouvoir d’achat des soldats et rend insupportable le prix à payer par les contribuables pour les réquisitions de vivres à destination de l’armée. D’autre part, il donne une idée chiffrée du fossé entre prix considérés comme normaux par le pouvoir impérial – prix plus en accord avec le montant de la solde – et prix pratiqués sur le marché : une différence de bien plus de huit fois. – et Dioclétien ne date même pas le point de départ de cette hausse, engagée bien avant son accession au trône impérial. Naturellement, Dioclétien joue les naïfs en faisant croire que tout cela est dû uniquement à la cupidité des commerçants. Il ne peut ignorer que le marché répercute sur les prix la dévaluation intrinsèque de la monnaie et la surévaluation tarifaire de la monnaie de bronze de moins en moins argenté (le nummus) par rapport aux monnaies d’or et d’argent. Tout en se faisant certainement très peu d’illusions sur la possibilité de faire respecter ses ordres, il cherche à imposer un tarif forcé, arbitraire, du change entre monnaie courante (pecunia) et monnaie précieuse (les pièces d’or déjà appelées solidi bien avant Constantin généralement présenté comme leur créateur72). Il feint de penser que la raison des problèmes auxquels sont confrontées les finances militaires (par le biais des réquisitions militaires remboursées) et le pouvoir d’achat des soldats réside dans les prix, alors qu’elle se situe dans la valeur de la monnaie. Rien d’étonnant à cela, puisque c’est en agissant sur les prix que Dioclétien s’imagine pouvoir agir sur le cours de la monnaie : en imposant des prix maximum pour chaque denrée, article ou service, y compris ceux qu’un simple soldat ne pourrait de toute façon jamais acheter et qui représentent la quasi totalité des entrées du tarif. L’objectif est donc double : apaiser le mécontentement des soldats et mettre fin autoritairement à la hausse des prix sans agir sur les causes réelles de celle-ci ; en d’autres termes, imposer une valeur purement nominale à la monnaie, contre la valeur de marché de cette même monnaie ; contraindre les usagers à traiter la monnaie non plus comme une merx, mais comme un pretium73.

  • 74 Un papyrus au moins montre l’observance du prix du blé au tarif de l’édit en 311 : Bagnall 1985, (...)

35Concrètement, l’appareil d’État impérial n’a pas les moyens d’imposer une telle mesure. Je pense que le seul résultat attendu est que les soldats se prévalent du tarif officiel dans leurs achats personnels – leur pouvoir d’intimidation aidant – et que les achats réquisitionnés de vivres et fournitures militaires soient remboursés par l’État selon son propre tarif et non pas selon les prix du marché (pretia in foro rerum venalium), comme nous le voyons faire quand il rembourse en moneta vile les métaux précieux qu’il réquisitionne auprès de tous les contribuables74. En d’autres termes : même si les prix continuent de déraper dans les transactions entre particuliers, l’essentiel est, du moins, que les soldats imposent le prix officiel, et pour ce faire ils disposent d’arguments efficaces, tranchants et percutants : leurs armes, dont l’emploi, sans être, bien évidemment, mentionné dans le texte, se trouve en quelque sorte légitimé d’avance face à des marchands cupides, dont l’inobservance de la loi impériale ferait des criminels immédiatement punissables – situation bien différente de celle des transactions privées que le pouvoir impérial n’a guère les moyens de contrôler, sauf par le biais éventuel mais peu probable de dénonciations et de plaintes judiciaires qui auraient engorgé les tribunaux publics et rendu impossible toute activité commerciale.

  • 75 Ce à quoi le texte de l’Édit fait lui-même allusion : “la contribution du monde entier pour l’ent (...)

36Une dernière conséquence peut être déduite de ce texte, et c’est celle qui importe le plus pour notre sujet : l’État impérial exclut de résoudre les problèmes de pouvoir d’achat de ses armées par une augmentation de la rémunération des soldats et des officiers. Je suis persuadé que, dès les débuts de la hausse des prix consécutive à l’affaiblissement de la valeur métallique intrinsèque de la monnaie au delà du seuil d’acceptabilité par les usagers, affaiblissement lui-même causé par l’insuffisance des ressources publiques en métaux monétaires, les finances impériales ont été incapables de réévaluer la solde militaire à hauteur de la hausse des prix car, si elles avaient pu le faire, elles auraient également pu éviter de dévaluer nominalement la monnaie, donc évité la hausse des prix. On sait d’autre part à quel point l’augmentation de la solde militaire était impopulaire dans l’opinion publique civile, qui mettait inévitablement en relation une telle augmentation avec celle des impôts qu’on lui réclamait75. Or, contrairement à un a priori fréquemment exprimé dans la bibliographie courante, rien ne prouve que le poids de la fiscalité se soit alourdi sous la Tétrarchie. C’est donc que les solutions étaient recherchées ailleurs. Pour toutes ces raisons, je pense que vouloir à tout prix – si j’ose dire – imaginer un pouvoir impérial faisant la course avec la hausse des prix par des augmentations de la solde, dont Richard Duncan-Jones reconnaît lui-même qu’elles demeuraient loin en arrière par rapport à l’envolée des prix, est une vue de l’esprit, un a priori du “bon sens” généralement mauvais conseiller de l’historien, a priori doublé d’un anachronisme inspiré par nos concepts modernes d’ “échelle mobile des salaires”. Il n’est alors plus besoin de manipuler les chiffres des versements de Panopolis dans le but de réduire jusqu’à la plus totale invraisemblance les chiffres des effectifs sans pour autant atteindre des chiffres de montant de la solde cessant d’être risibles en termes de pouvoir d’achat. Un tel résultat ne justifie pas qu’on torture la documentation.

  • 76 7.72 : <g>rammatico Graeco sive Latino et geometrae in singulis discipulis menstruos ж ducentos.
  • 77 7.3-6.

37Terence Coello remarque que le total annuel des émoluments du légionnaire, tel que l’établit Richard Duncan-Jones, aurait représenté 12 400 deniers, soit cinq fois le salaire (2400 deniers) d’un enseignant de latin, de grec ou de géométrie Il oublie simplement que l’enseignant multipliait ce revenu de 2400 deniers par autant de fois qu’il avait d’élèves76. Remarquons plutôt que le salaire des fabri artisanaux de diverses spécialités de base (lapidarius structor, intestinarius, tignarius, calcis coctor) dans l’Edictum de pretiis est de 50 deniers par jour77, ce qui représente un salaire annuel de 12 000 deniers dans l’hypothèse minimale de 240 jours de travail, de 15000 dans l’hypothèse de 300 jours, soit au moins le double de la rétribution du soldat dans l’hypothèse haute de la lecture de Jones (6425 deniers), du triple dans l’hypothèse basse (3925 deniers).

  • 78 600 + 200 + 1250 + 1250 + 625 = 3925.
  • 79 Je rétracte mon estimation passée (Carrié 1978, 240), qui avait été fort justement retenue trop b (...)

38Les résultats de Jones limitent, en effet, la rétribution du légionnaire visible dans le deuxième rouleau de Panopolis à 3925 deniers, sous réserve d’autres donativa en deniers au cours de l’année78. Dans l’hypothèse probable où l’anniversaire d’accession et l’anniversaire du second Auguste auraient donné lieu à un donativum identique, le montant annuel, pour les légionnaires, se serait élevé à 6425 deniers79. On remarquera que sur le total annuel des rétributions en deniers le total des donativa, 3125 dans le premier cas, 5625 dans le second, aurait représenté respectivement quatre fois et sept fois le stipendium et sa rallonge annonaire. Autant dire que la composante stipendium du total des rétributions annuelles du soldat ne représentait plus qu’un élément devenu secondaire, ce qui fait mieux comprendre que son éventuelle augmentation ait perdu la signification qu’avaient eue, par contre, les augmentations successives de l’époque républicaine et du Haut Empire. Autant dire que nous ne devons pas nous obnubiler sur la modestie du stipendium en 300.

  • 80 1, la : frumenti k. mo. [unum] [ж centum].
  • 81 Duncan-Jones 1976.
  • 82 Duncan-Jones 1974, 146-147, avec témoignages concordants de Polybe 6.39.13 et des papyrus d’Égypt (...)

39Le moyen d’évaluation le plus précis de cette perte du pouvoir d’achat des militaires, que j’ai cherché en vain dans la bibliographie existante, devrait être, bien évidemment, la mise en rapport avec le prix des denrées et articles de consommation courante dans l’édit de Dioclétien. Si nous prenons simplement le prix du blé (frumentum), l’édit le fixe à 100 deniers le modius castrensis80. À raison d’un rapport 1 modius castrensis = 1,5 modius italicus proposée par R.P. Duncan-Jones81 et d’une ration légionnaire de 3 1/2 modii de blé82, les besoins annuels du soldat, s’élevant à 3 x 12, soit 42 modii, auraient coûté 42 x 66,6 = pratiquement 3000 deniers au tarif de l’edictum de pretiis, alors que nous savons que bien souvent les prix sur le marché libre dépassaient déjà les prix officiels nouvellement fixés. Une comparaison de ce type peut, mieux que toute autre méthode, nous confirmer, si nous nous limitons à la rétribution en deniers, le degré de dégradation de la condition économique du soldat, même dans l’hypothèse de Richard Duncan-Jones. Cette dégradation a pu être excessivement dramatisée par le passé, à cause de l’attention concentrée sur le stipendium alors que, nous venons de le voir, l’essentiel de la rétribution annuelle en deniers était désormais constitué par des donativa qui, selon les calculs développés à partir des données de Panopolis, représentent de quatre à huit fois le stipendium. Les donativa constituent désormais l’essentiel de ce que nous entendons par notre concept moderne de “solde”. Ces considérations demandent toutefois à être tempérées par le fait que toutes les catégories de troupes n’étaient pas traitées de la même façon, soit que certaines d’entre elles n’aient pas eu droit à tel ou tel type de donativum, soit qu’elles les aient perçus à un taux inférieur : par exemple, les cohortales pour le donativum des Césars et donc, peut-on penser, également pour les autres types de donativum.

  • 83 Corbier 1985, 104-105 pour les deux citations.
  • 84 Carrié 1999, 575 (et plus généralement, 564-575).
  • 85 Sur les rapports entre finances publiques et entretien de l’armée au delà de l’époque constantini (...)

40La thèse a été défendue d’“ordres de grandeur des hausses de prix, pendant les trois premiers siècles de l’Empire, [...] relativement modestes”, explicables par une “stabilité à long terme du rapport entre métaux précieux, prix du blé et de l’huile et rémunération du travail”83. Le raisonnement et la démonstration sont, en gros, convaincants, à ceci près que dans l’Édit le prix officiel de l’or est sous-estimé de moitié par rapport aux prix du marché, surévaluant dans la même proportion le cours officiel de l’unité de compte du billon, si bien que le marché tendait à doubler les prix imposés par le pouvoir, tandis que tout raisonnement se fondant sur les prix officiels de l’or et des marchandises conduit à minorer de moitié le niveau des prix réellement pratiqués84. Mais, surtout, dans le cas des militaires ce qui importe est le retard pris par leur rétribution annuelle (toutes formes confondues) par rapport au niveau des prix sur le marché réel. Même si la place prépondérante prise par les donativa dans la rétribution en monnaie commune démontre visiblement le souci de limiter le décrochage du pouvoir d’achat des soldats par rapport au mouvement des prix, cet effort financier n’en demeurait pas moins constamment en retard par rapport à une hausse des prix mécaniquement entretenue par l’inflation nominale résultant elle-même des continuelles manipulations monétaires du pouvoir impérial. Tandis que les prix, d’après la documentation égyptienne (seule disponible mais représentative de l’ensemble de l’Empire), ont augmenté de 14 à 20 fois entre 280 et 301, sans compter l’augmentation entre les Sévères et Aurélien, la rétribution annuelle du légionnaire n’aurait, au maximum, augmenté que de 600 à environ 6500 deniers dans la perspective de Jones (après rectification) seule conforme aux chiffres de Panopolis. Pour la période suivante la multiplication des prix par 300 entre 330 et 354 (dont 40 à 50 fois dans les seules années 348-354) fait encore mieux comprendre que nous perdions toute trace d’augmentations ultérieures de la solde dans sa forme traditionnelle du stipendium85.

  • 86 Dernière attestation : P. Oxy 1047 sous Constantin (mais nécessairement postérieur à 324): Carrié (...)

41Nous venons de voir que même la multiplication par cinq des versements en deniers proposée – mais non prouvée – par Richard Duncan-Jones n’aurait pas suffi à rendre aux soldats un niveau de vie acceptable. Sauf à disposer de ressources monétaires disproportionnées à son encaisse réelle, le pouvoir impérial n’était en mesure d’augmenter ni la forme la plus traditionnelle de la solde, le stipendium, ni même cette forme plus récemment systématisée qu’était le donativum en deniers. Il ne servait donc à rien d’augmenter le stipendium, cause depuis longtemps perdue, et de fait c’est bien ce que nous montrent les registres de Panopolis suivant la lecture inattaquable qu’en a faite Jones, à quelques retouches près. On assiste bel et bien, à cette époque, à l’agonie de la solde en “argent” – entendons par là le monnayage ordinaire, de cuivre recouvert d’une minuscule pellicule d’argent –, laquelle disparaît au plus tard dans la troisième décennie du ive siècle86. Le pouvoir d’achat dérisoire du stipendium même accru des donativa mis en évidence par Dioclétien lui-même dans son édit sur les prix pouvait laisser présager cette disparition, qui ne saurait donc nous surprendre.

Conclusion

  • 87 D’autant plus que l’annone militaire ne se limitait pas au blé, amis comportait également vin, hu (...)
  • 88 Repli momentané, imposé par la force des choses et non pas décidé de volonté délibérée comme modè (...)
  • 89 On notera la force accusatrice de termes comme insidiatrix audacia, extorquere, diripientes, depr (...)

42Comment les militaires auraient-ils pu, dans ces conditions, rester les indéfectibles soutiens de la politique de défense ou même, dans certains cas, de reconquête territoriale, comment auraient-ils maintenu une loyauté intacte si leur condition économique réelle s’était intégralement reflétée dans les chiffres de Panopolis ? Si la défense de la “solde” était une cause perdue, c’est surtout parce que désormais la véritable rémunération du soldat, capable d’alimenter son zèle et sa fidélité, capable même de maintenir au service armé une valeur attractive, provenait d’autres sources que la solde et ses annexes. Ces sources revêtaient des formes d’actualité que les historiens modernes ont oublié de prendre en considération. Une première forme est la fourniture gratuite de l’annone, des armes et des vêtements, toutes choses qui donnaient lieu sous le Haut Empire à des retenues sur la solde ou à des achats sur le marché libre amputant celle-ci d’un montant non négligeable. Le chiffrage approximatif que j’ai présenté plus haut de la valeur monétaire de la ration de blé accordée gratuitement au soldat nous donne une idée de la proportion dans laquelle l’annona militaris en nature contribuait à réduire l’écart du niveau de vie militaire entre l’époque tétrarchique et les siècles précédents87. Dans le contexte – momentané – d’un repli généralisé de la vie économique et de l’organisation fiscale sur les échanges en nature88, l’armée n’a pas fait exception : en ce sens, elle ne pouvait pas se sentir victime d’une discrimination. Une deuxième forme, discrète dans les sources écrites d’où son existence peut du moins être inférée, mais plus tangible dans la documentation numismatique, c’est le donativum versé en métal précieux auquel s’ajoute, pour les officiers supérieurs, la distribution de vaisselle d’argent et de vêtements de luxe ou, pour les hommes de troupe, celle d’objets de prestige (fibules, boucles de ceinturon), toutes gratifications alliant valeur symbolique et économique. Ces nouvelles formes de rétribution nous sont mieux connues pour les périodes ultérieures mais leurs cadres et modes de production ont été mis en place dès la Tétrarchie et il n’y a aucune raison pour penser qu’ils n’ont pas été immédiatement efficaces. C’est, d’une part, le système de réquisition théoriquement remboursée de l’or et de l’argent dont témoignent tout à la fois Lactance et les papyrus d’Égypte, système qui a procuré à l’État impérial, dans des conditions avantageuses, l’or et l’argent nécessaires aux donativa en métal précieux. Ce sont, d’autre part, les fabricae publiques dont la liste s’est maintenue sans grands changements jusqu’à l’époque de la Notitia Dignitatum. Comment ne pas supposer que l’or et l’argent récoltés par le fisc ont été destinés en priorité à des donativa d’une toute autre valeur économique que les modestes donativa en deniers ? Des donativa dont les occasions se multipliaient en cette période d’incessantes activités militaires de grande envergure, lors de la célébration des victoires impériales, même s’ils étaient réservés aux corps expéditionnaires victorieux, tout spécialement aux unités de comites des princes. C’est précisément le donativum en monnaie d’or et d’argent qui, institutionnalisé plus tard selon un rythme lustral, a été choisi comme substitut et successeur du stipendium du haut Empire dont il retrouvait un pouvoir d’achat de niveau, sinon équivalent, du moins comparable. Idéologiquement, ce donativum qu’on peut suivre jusqu’au vie siècle et au-delà différait de la solde traditionnelle versée par la respublica en ce qu’il déplaçait l’expression de la reconnaissance publique à l’égard des défenseurs de la collectivité vers un geste de bon vouloir de l’empereur, manifestation de sa générosité (liberalitas), non sans retrouver l’aspect clientélaire des armées “personnelles” de la fin de la République prétendument effacé par le modèle augustéen d’armée professionnelle au service du populus Romanus. La bienveillance de Dioclétien à l’égard de ses soldats savait donc trouver des instruments plus efficaces que la défense du pouvoir d’achat de la solde orchestrée avec toutes les ressources de la rhétorique dans le préambule de l’Édit sur les prix. L’image du soldat victime de la rapacité de marchands ennemis publics était un bon moyen pour faire éclater le scandale de la hausse des prix dans tout ce qu’il avait d’insupportable aux yeux du pouvoir impérial, même et surtout si ce scandale était le résultat inévitable de sa propre politique monétaire. L’Édit était aussi un moyen de rassurer l’armée sur l’empressement des princes à manifester la solidarité avec leurs commilitones. Toutefois, les enjeux dépassaient largement le problème du pouvoir d’achat des soldats : il s’agissait d’imposer aux usagers la valeur fiduciaire du monnayage impérial de bronze argenté. Cette épreuve de force était au-dessus des moyens du pouvoir impérial qui pouvait tout au plus spéculer fiscalement sur la surévaluation de la monnaie commune par rapport au prix de l’argent dans ses propres transactions. On peut en outre supposer que la tarification officielle des prix maximum, sans les faire redescendre au niveau du pouvoir d’achat des soldats, donnait à ces derniers des armes vis-à-vis des commerçants s’exposant à l’accusation d’être des ennemis publics89. Quel était en effet le devoir du soldat face aux ennemis de la puissance romaine ? Mieux valait sans doute s’abstenir de tomber sous le coup d’une aussi grave accusation.

Bibliographie

Alston, R. (1994) : “Roman Military Pay from Caesar to Diocletian”, JRS, 84, 113-123.

Bagnall, R. S. (1985) : Currency and inflation in fourth century Egypt, BASP Suppl. 5, Atlanta.

Bowman, A. K., P. Garnsey et A. Cameron (2005) : The Crisis of Empire A.D. 193-337 (CAH2, xii), Cambridge.

Breeze, D. J. [1971] (1993) : “Pay Grades and Ranks below the Centurionate”, JRS, 61, 130-135, rééd. in : Breeze, D. J. et B. Dobson, Roman Officers and Frontiers, Stuttgart, MAVORS 10, 59-64.

Brunt, P. A. (1950) : “Pay and Superannuation in the Roman Army”, PBSR, 18, 50-71.

Bruun, P. (1979) : “The Successive Monetary Reforms of Diocletian”, ANSMN, 24, 129-148.

Cameron A. et L. I.  Conrad, éd. (1995) : The Byzantine and Early Islamic Near East III. States, Resources and Armies. Papers of the Third Workshop on Late Antiquity and Early Islam, King’s College, London, oct. 1992, Princeton, 27-59.

Campbell, B. (2005) : “The Army”, in : Bowman et al. 2005, 110-130.

Carrié, J.-M. (1978) : “Les finances militaires et le fait monétaire dans l’Empire romain tardif”, in : Les “dévaluations” à Rome, époque républicaine et impériale, CollEfR 37, 1, Rome, 227-248.

Carrié, J.-M. (1993) : “Eserciti e strategie [dai Severi ad Aureliano; da Probo a Costantino]”, in : Momigliano & Schiavone, éd. 1993, 83-154.

Carrié, J.-M. (1995) : “L’État à la recherche de nouveaux modes de financement des armées (Rome et Byzance, ive -viiie siècle)”, in : Cameron & Conrad, éd. 1995, 27-59.

Carrié, J.-M. (1999) = in : Carrié, J.-M. et A. Rousselle (1999) : L’Empire romain en mutation : des Sévères à Constantin 192-337, Nouvelle Histoire de l’Antiquité 10, Paris.

Carrié, J.-M. (2000) : “L’évolution de la solde”, 334-336, in : Carrié & Janniard 2000, 321-341.

Carrié J.-M. et S. Janniard (2000) : “Chronique : L’armée romaine tardive dans quelques travaux récents, I. L’institution militaire et les modes de combat”, AnTard, 8.

Chastagnol, A. (1969) : Le Bas-Empire, Paris.

Coello T. (1996) : Unit Size in the Late Roman Army, BAR. Int. Ser. 645, Oxford.

Corbier, M. (1985) : “Dévaluations et évolution des prix (ier-iiie siècles)”, RN, 69-106.

Corbier, M. (1986) : “Svalutazioni, inflazione e circolazione monetaria nel iii secolo”, in : Giardina, éd. 1986, 489-533 et 772-779.

Crawford, M. H. et al. (1977 et 1979) : “The Aezani Copy of the Prices Edict”, ZPE, 26, 125-151 et 34, 163-210.

Crawford, M. (1975) : “Finance, coinage and money from the Severans to Constantine”, in : ANRW ii, 2, Berlin-New York, 560-593.

Develin, R. (1971) : “The Army Pay Rises under Severus and Caracalla and the Question of Annona Militaris”, Latomus, 30, 687-695.

Duncan-Jones, R. P. (1976), “The Size of the Modius Castrensis”, ZPE, 21, 53-62.

Duncan-Jones, R. P. (1978 = 1990), “Pay and Numbers in Diocletian’s Army “, Chiron, 8, 541-560, rééd. in : Structure and Scale in the Roman Economy, Cambridge, 105-118 et 217-223.

Erim, K., J. Reynolds et M. H. Crawford (1971) : “Diocletian’s Money Reform: a New Inscription”, JRS, 61, 171-177.

Ermatinger, J. W. (1994) : “The Fouth Century Follis”, MBAH, 13, 1, 84-88.

Fink, R. O (1971) : Roman Military Records on Papyrus, Cleveland.

Giacchero, M. (1974) : Edictum Diocletiani et collegarum de pretiis rerum venalium, Gênes.

Giardina, A., éd. (1986) : Società romana e impero tardoantico, I. Instituzioni, ceti, economie, Rome-Bari.

Gilliam, J. F. (1962) : “The Moesian ‘Pridianum’ ”, in : Mél. Grenier, 2, 747-756.

Gilliam, J. F. (1954) : “The Roman Military Feriale”, Harv.Théol.Rev., 47, 183-196.

Gilliam, J. F. (1986) : Roman Army Papers (MAVORS, 2), Amsterdam.

Harmand, J. (1967) : L’armée et le soldat à Rome (de 107 à 50 avant notre ère), Paris.

Jahn, J. (1983) : “Der Sold römischer Soldaten im 3. Jh. n. Chr.: Bemerkungen zu CHLA 446, 473 und 495”, ZPE, 53, 217-227.

Jaritz, H. (1980) : “Elephantine III. Die Terrassen vor den Tempeln des Chnum und der Satet. Architektur und Deutung”, AVDAIK 32, Mayence.

Jones, A.H.M. (1964) : The Later Roman Empire 284-602, 3 vol. Oxford, en particulier vol. 2, 623-625 et 3, 187-189.

Laufer, S. (1971) : Diokletians Preisedikt, Berlin.

Le Bohec, Y. (2006) : L’armée romaine sous le Bas-Empire, Antiquité/Synthèses, Paris.

Le Bohec, Y. (2009) : L’armée romaine dans la tourmente. Une nouvelle approche de la crise du iiie siècle, Monaco, L’Art de la guerre.

MacMullen, R. (1984) : “The Roman Emperors’ Army Costs”, Latomus, 43, 571-80.

Marichal, R. (1946) : L’occupation romaine de la Basse Égypte. Le statut des “ auxilia” (P. Berlin 6866 et P. Lond. 1196- Fay. 105), Paris.

Marichal, R. (1955) : “La solde des armées romaines d’Auguste à Septime-Sévère d’après les P. Gen.lat. 1 et 4 et le P. Berlin 6866”, in : Mélanges Isidore Lévy, Bruxelles, 399-421.

Momigliano, A. et A. Schiavone, éd. (1993) : Storia di Roma, iii, 1, Crisi e trasformazioni, Turin.

Passerini A. (1946) : “Gli aumenti del soldo militare da Commodo a Massimino”, Athenaeum, N.S. 24, 145-159.

Picozzi,V. (1977) : “L’iscrizione di Afrodisia e il valore delle monete dioclezianee”, RIN, 79, 91-108.

Rambaud, M. (1967) : “Légion et armée romaine”, REL, 145, 112-146.

Reddé, M. (1995) : “Dioclétien et les fortifications militaires de l’Antiquité Tardive”, Antiquité Tardive, 3, 91-124.

Reddé, M. (2004) : “L’armée et ses fortifications pendant l’Antiquité tardive : la difficile interprétation des sources archéologiques”, in : L’armée romaine de Dioclétien à Valentinien Ier, Colloque CEROR, Lyon, 157-167.

Sander, E. (1959) : “Zur Rangordnung der römischen Heeres: der duplicarius”, Historia, 8, 239-247.

Skeat, T. C. (1964) : Papyri from Panopolis in the Chester Beatty Library, Chester Beatty Monographs 10, Dublin.

Speidel, M. [1973] (1984) : “The Pay of the Auxilia”, JRS, 63, 141-147= Idem, Roman Army Studies 1, Amsterdam and Stuttgart, 83-89.

Speidel, M. A. [1992] (2009) : “Roman Army Pay Scales”, JRS, 82, 87-106 = Idem, Heer und Herrschaft im Römischen Reich der Hohen Kaiserzeit, Stuttgart, 349-380.

Treadgold, W. (1995), Byzantium and Its Army 284-1081, Stanford, Californie.

Van Berchem, D. (1937) : L’annone militaire dans l’Empire romain au iiie siècle”, in : Mémoires de la Soc. Nat. des Antiquaires de France, 80, 117-202.

Van Berchem, D. (1977) : “L’annone militaire est-elle un mythe ?”, in : Armées et fiscalité dans le monde antique, Colloque CNRS, Paris, 1976, Paris, 331-336.

von Domaszewski, A. [1899] (1972) : Der Truppensold der Kaiserzeit, in Neue Heidelberger Jahrbücher, 9, 218-241, réimpression anastatique dans Aufsätze zur römischen Heeres-geschichte, Darmstadt.

von Domaszewski, A. (1903) : “Untersuchungen zur römischen Kaisergeschichte, 4. Die Piraterie im Mittelmeere unter Severus Alexander”, Rheinische Museum, 58, 383-390.

Watson, G. R. (1956) : “The Pay of the Roman Army: Suetonius, Dio and the Quartum Stipendium,” Historia, 5, 332-340.

Watson, G. R. (1959) : “The Pay of the Roman Army: The Auxiliary Forces”, Historia, 8, 372-378.

Watson, G. R. (1955) : “The Birdoswald Hoard: the Pay and the Purse”, Transactions of the Cumberland and Westmoreland Antiquarian and Archaeological Society, N.S. 54, 61-66.

Watson, G. R. (1969) : The Roman Soldier (Aspects of Greek and Roman Life), Londres (regroupe divers articles antérieurs).

Notes

1 Éditions : Laufer 1971 ; Giacchero 1974. Voir, depuis, Crawford et al. 1977 et 1979.

2 Jones 1960, 2, p. 623.

3 P. Panop Beatty 2, de mars 300.

4 Cf. Introduction aux P. Panop Beatty, p. XXVII à XXX, et en particulier le tableau de la page XXVII.

5 131 étant le résultat exact d’un calcul qui donnait (loc. cit., p. XXIX), inexplicablement, 127 à son auteur.

6 A.H.M. Jones, LRE, 3, 187-189, que l’on comparera au tableau dressé par T.C. Skeat 1964, xxvii.

7 Erim et al. 1971, Picozzi 1977, Bruun 1979, Ermatinger 1994. La valeur de la pièce laurée, 12 1/2 deniers avant l’édit, 25 après, a été établie par J.-P. Callu 1972, contre la lecture 20 deniers de Crawford 1975, 582-583. Elle est depuis universellement acceptée : cf. Carrié 1978, 236-237.

8 Je présente ici sous une forme systématique les résultats dressés par Jones 1964 dans son tableau analytique, t. 3, 187-188.

9 Le montant du donativum dépendait tout à la fois du bon vouloir des empereurs, de l’état de leurs finances, des circonstances politiques et de l’usage établi par les pratiques antérieures. Aussi n’existe-t-il pas de “tarif” fixe. Je retiens ici le chiffre du donativum versé pour l’anniversaire des Augustes, puisque c’est celui qui, revenant le plus souvent dans le document, nous donne deux valeurs différentes selon le type d’unité.

10 Carrié 1978, 228-229.

11 Duncan-Jones 1978, 560 = 1990, 222.

12 Chiffre que Coello 1996, 36, propose de ventiler entre 1658 hommes de troupe, 11 sesquiplicarii et 21 duplicarii, soit un total de 1690 hommes pour 1716 ½ parts de stipendium. Toutefois, ces chiffres me paraissent trop faibles, en particulier pour les sesquiplicarii : cf. ma propre hypothèse pour la cohors xi Chamavorum, trois fois moins nombreuse (infra, texte ad n. 38).

13 Le donativum du 20 novembre est versé à l’occasion de l’accession de Dioclétien ; celui du 22 décembre l‘est pour la naissance de Dioclétien. C’est le donativum de “type A” chez Duncan-Jones 1978, 547, tableau. Le troisième donativum, d’un montant inférieur, l’est pour le troisième consulat des Césars Constance et Maximin, versé théoriquement le 1er janvier.

14 Coello, ibid., retrouve le même nombre d’hommes que pour l’indemnité annonaire si 367 1/2 parts se répartissent entre 339 hommes de troupe, 3 sesquiplicarii et 12 duplicarii, soit un total de 354 hommes.

15 Selon Duncan-Jones 1978, 560 = 1990, 222-223, App. 5, A.H.M. Jones aurait été plus cohérent s‘il avait attribué une valeur annuelle de 400 deniers à la solde des cohortales qui lui aurait permis de rapprocher le nombre des parts de stipendium (491) de celles du donativum (493). Mais c’est là raisonner à partir de l’idée a priori que le nombre de bénéficiaires aurait dû être le même. Je proposerai plus loin une explication possible de cette différence (infra, texte ad notes 37-39).

16 Duncan-Jones 1978, 550 : “What is clear is that stipendium did not keep pace with inflation throughout this period”.

17 Voir par exemple MacMullen 1984, 573 ; Speidel 1992,

18 Speidel 1992 = 2009, 98-100, accepte donc Duncan-Jones, qu’il corrige seulement sur la solde des alares conformément à la position qu’il avait précédemment prise à ce sujet : cf. 92-93.

19 Divisibilités des montants quadrimestriels (à multiplier par trois pour obtenir les montants annuels correspondants). Alston 1994, 120, pense qu‘on ne peut pas calculer les taux exacts de solde : “The methods by which the Roman military accountants arrived at the various figures cannot be reconstructed from these documents. We cannot use the documentary evidence to calculate exact rates of pay”. Il renvoie donc dos-à-dos Jones et ses critiques, évitant ainsi le risque de se tromper. Ce scepticisme, partagé par plusieurs, constitue une solution peu courageuse et trop facile, qui décrète a priori l’impossibilité de trouver une explication satisfaisante des données chiffrées de Panopolis : c’est, en quelque sorte, capituler avant même d’engager le combat. On se demandera en outre pourquoi Alston inclut dans ses possibilités arithmétiques 600 deniers (3 x 200) pour le stipendium légionnaire, mais pas pour celui des alares. Son appel à la prudence revient donc, d’une façon inavouée, à dissuader de suivre Jones dans sa méthode de calcul et dans ses résultats, une attitude dont les motivations m’échappent.

20 Coello 1996 commente les P. Beatty Panop. aux p. 33-42 ; voir également 61.

21 Coello 1996, 61 : “Although his estimate of l’Ala i Hiberorum having 116/118 troopers has achieved wide acceptance. as a typical Late Empire cavalry regiment size, there is no intrinsic reason why it should be any more typical than Duncan Jones’ other ala estimate – that Ala ii Herculiana Dromedariorum contained fewer than two dozens men. It is difficult avoiding that an evidently absurd result has been rejected in faveur of one less so, wheras a greater scepticism about the whole structure of calculation involved could be advised.” L’absurdité demeure même si cette aile n’est pas, comme le croit Coello, “split between two bases” : cf. ma note 34 et le texte correspondant. Speidel 1992, 99 n. 2, bien conscient de ce que sa lecture des chiffres de Panopolis pour l’essentiel reprise de Duncan-Jones l’expose à la même objection, tente de l’écarter en avançant que “the surprisingly small number of soldiers [...] need not be the units’ full strengths” et que “perhaps more likely the units, whose full strenghts at this time are unknown, were split up into several detachments in different camps”, ce qui est vrai pour la legio ii Traiana mais n’est guère convaincant pour l’Ala i Hiberorum et la Cohors xi Chamavorum.

22 Voir le passage en revue des surfaces de camps tardifs effectué par Duncan-Jones 1978 dans son “Appendix i : Small army-units and garrisons under the Late Empire” aux pages 552-556 (1990, 217-219, Appendix 4, Table 50), où il parle de “miniature units”. Sur cette corrélation quasi universellement admise entre diminution des dimensions des camps et diminution numérique des unités, on pourrait citer, pratiquement, toute la bibliographie des cinquante dernières années. Pour une position plus nuancée : Reddé 1995, 97-100.

23 Coello 1996, 52-56, qui adopte les critiques de Paul T. Bidwell à l’adresse de Charles Daniel.

24 Coello 1996, 57-58. Un autre exemple, non signalé par Coello, est le camp d’Éléphantine édifié sous Dioclétien dans la cour du temple de Chnoum : cf. Jaritz, 1980. Duncan Jones, 554, n’est pourtant pas sans ignorer l’existence des casernements à étages.

25 Coello 1996, 52 : de même Reddé 1995, 100.

26 Coello 1996, 39-42.

27 J’ai eu diverses occasions d’exprimer ce désaccord (Carrié 1986, 457-458 et 483 ; 1993, 107-108 ; 1999, 75) sans jamais toutefois préciser mes raisons, ce que la présente table ronde me permet enfin de faire. Les mêmes réserves avaient été également exprimées, sans non plus de démonstration systématique, par R. Alston 1994, en particulier 119-120.

28 Duncan-Jones 1978, 541-542.

29 P. Panop. Beatty  1, ll. 392-394, seigle versé aux soldats commandés par l’eparchos (= préfet d’aile) Papas et stationnés à Thmöou : donc les cavaliers ibères de 2, 36-42 commandés cette fois par un simple decurio.

30 P. Panop. Beatty  1, ll. 395-398.

31 Ibid, ll. 542-543.

32 Comme le montre sa note 9 p. 543.

33 Ibid, 552-556 : “Small army-units and garrisons under the Late Empire”, avec un effort de recherche disproportionné au caractère non concluant de ce type d’argumentation. Seul, à ma connaissance, Le Bohec 2009, 185 a supposé pour les divers types de troupes, durant l’époque de Maximin Thrace à Dioclétien des montants annuels quatre fois supérieurs à ceux de R. Duncan-Jones, soit les valeurs suivantes : 8400 deniers pour les cavaliers (légionnaires ou d’aile), 7200 pour les fantassins légionnaires ainsi que pour les cavaliers de cohortes, 6000 pour les fantassins des cohortes, en reprenant la hiérarchisation des traitements proposée par M. P. Speidel (cf. ma note 18), par ex. la solde du cohortalis équivalent à 5/6 de celle du légionnaire. Ces chiffres exubérants ne peuvent s’expliquer que de la manière suivante : en prenant pour des montants trimestriels (cf. infra, note 46) les montants annuels calculés par Duncan-Jones (par ex., 1800 x 4 = 7200). Mieux vaut ne pas penser aux conséquences sur le calcul des effectifs : une solde annuelle de 7200 deniers (soit 2400 deniers par quadrimestre) réduirait l’effectif de la Vexillatio leg. iii Diocletiana à environ 190 hommes ; une solde annuelle de 8400 deniers (= 2800 deniers par quadrimestre), celui de l’ ala I Iberorum à environ 39 hommes ; de plus, dans les deux cas, la division ne donnerait pas un nombre entier d’hommes !

34 Duncan-Jones 1978, 549.

35 Duncan-Jones 1978, 543, qui ne donne pas la référence, pas plus que ne l’a fait Coello qui se contente de renvoyer à Duncan-Jones.

36 Coello 1996, 36. Cette explication ne serait, de plus, envisageable que si le versement du stipendium intervenait d’avance, au début du quadrimestre. On doit plutôt penser qu’il intervenait rétrospectivement, à terme échu.

37 Du moins aux périodes où la solde en monnaie est la principale rétribution militaire. Les textes mentionnent bien des fractions et multiples de ration annonaire ; ainsi Végèce, Epitome, ii, 7 : Duplares duas, sesquiplicares unam semis consequebantur annonas et C.Th. 7.22.2.2 : cum circitoria militet dignitate et binas accipiat annonas. Faut-il entendre par là qu’un circitor reçoit la même solde qu’un homme du rang, mais double part d’annone ? Certainement pas, et l’usage montre qu’à l’époque tardive annona désigne fort couramment toute espèce de rémunération publique et tout particulièrement les taux de rétribution, équivalents de nos modernes “indices”. Des différences d’annone en fonction de l’échelle des grades ont pu exister aux époques où la solde a été entièrement acquittée en species annonariae ... si de telles époques ont jamais existé. Selon Sander, 1959, une double ration d’annone serait attribuée aux duplicarii légionnaires. Mais outre le fait qu’ici nous avons affaire à une aile, la théorie de Sander me parait détruite par les objections de Watson 1956,189 n. 236.

38 À condition de supposer que le calcul n’est pas faussé par des soldats détachés de l’unité et n’y percevant donc plus leur annone. Les chiffres avancés ici pour les principales sont donc nécessairement un maximum. Ils indiquent tout au plus un ordre de grandeur qui cependant, remarquons-le, s’accorde avec les conclusions de J. F. Gilliam applicables au iie siècle : 1962, 755.

39 Cf. supra, n. 12. C’est exactement le raisonnement que j’avais suivi à propos de la Cohors xi Chamavorum et je m’étonne que T. Coello ne le lui ait pas appliqué également.

40 Duncan-Jones 1978, 546, sans commentaire, mais renvoyant implicitement à l’idée exprimée p. 551 que “the Beatty evidence suggests a severe contraction of money differentials between officers and the rank and file”. Critique de cette compression extrême de la grille hiérarchique chez Coello 1996, 39.

41 Justement rappelée par Duncan-Jones lui-même, 1978, 551.

42 Pas plus Coello que Duncan-Jones.

43 Duncan-Jones, 1978, 549 : “If alternatively Maximinus doubling of pay had general application, and if Septimius Severus had in fact doubled pay also, the rate of 1,800 denarii would already have been reached by A.D. 235, and would have remained at this level until A.D. 300 or later”.

44 Campbell 2005, 124.

45 Le maintien – sinon la fixité – à long terme en Égypte de ces troupes d’origine essentiellement balkanique est plus général que ne le dit Reddé 2004, 161.

46 von Domaszevski 1899 pensait que chaque augmentation de la solde (de 75 en 75 deniers) avait entraîné une tranche supplémentaire de versement. Cette idée, combattue en particulier par Brunt, 1950, 54, est actuellement abandonnée, même par les partisans de Domaszewski. La permanence des trois quartiers de solde pendant toute l’époque impériale a été établie par Gilliam 1954, 191, et ressort à l’évidence du P. Doura 95. Voir en dernier lieu Fink 1971, 255. Une confirmation explicite, définitive, s’il était encore besoin, est venue précisément du registre de Panopolis. Étrangement, Le Bohec 2006, 177 retient qu’ “à l’époque de Dioclétien, le stipendium était versé quatre fois par an”.

47 Dies natalis ou dies imperii.

48 P. Panop. Beatty 2, lignes 197-203.

49 Célébration du dies imperii de Constantin.

50 Jones 1964, 189 : “For the stipendium of legionaries [...], the half stipendium (for a sesquiplicarius) was the lowest fraction used”.

51 P. Panop. Beatty 2, lignes 36-42.

52 Il ne fait de doute pour personne que parmi les auxiliaires les cavaliers étaient mieux payés que les fantassins : cf. entre autres Speidel 1992 = 2009. C’est, en soi, une raison déterminante pour éliminer l’hypothèse de 375 deniers.

53 Coello 1996, 35.

54 Il s’agit ici du donativum “fort”, celui des Augustes.

55 Brunt 1950.

56 Les résultats publiés par G. R. Watson dans divers articles ont été regroupés in Watson 1956, 69-92.

57 Develin 1971.

58 Speidel 1992, 93 et 101, propose 250 deniers pour les cohortales et 350 pour les equites alae. Je n’ai pas pris en considération les chiffres auxquels aboutit Jahn 1983 au terme de raisonnements hasardeux sur des textes papyrologiques d’interprétation complexe.

59 von Domaszewski 1899 = 1972, 218-241, p. 210-233.

60 von Domaszewski 1903, 383 et n. 6.

61 Marichal 1946, 35-36 ; le problème de la solde pré- et postcésarienne était hors du propos de l’auteur, qui n’a donc pas abordé ce point, ni de même celui des augmentations tardives.

62 Develin n’a pas lui non plus pris position sur le problème de la solde césarienne. Inversement, c’est elle seule qui entrait dans le cadre de l’étude de J. Harmand 1967, proposant, p. 263, le chiffre de 114,06 deniers pour la solde légionnaire avant son doublement par César : chiffre critiqué par Rambaud 1967, 123-125.

63 Voir supra, n. 46. On verra plus loin que Domaszewski expliquait selon le même principe la solde des troupes auxiliaires.

64 Passerini 1946 ; Brunt 1950.

65 L’augmentation de Commode était déduite trop ingénieusement du chiffre des donativa du même empereur tels que nous les transmet Dio. 73.11. Mais pourquoi mettre en doute l’affirmation d’Hérodien, 3.8.5, attribuant à Septime-Sévère la première augmentation depuis Domitien ? Pour ce qui est de l’augmentation de Maximin, tirée d’Hérodien, 6.8.8, que Brunt 1950 ne conteste pas, raisonnablement Passerini y voit non pas une mesure de portée générale et définitive, mais la promesse faite aux simples soldats des troupes accompagnant l’empereur d’être promues duplicarii en cas de victoire : 1946, 158-159.

66 Hérodien 4.4.6 ; D.C. 78.28.1 s.; 34.1 s. ; 36.1 s.

67 Passerini, 1946, 156 ; Develin 1971, 6-69.

68 Develin condamne donc les hypothèses de Domaszewski, mais tout aussi bien celles de Brunt et de Watson, et justifie le rejet par Passerini d’une augmentation sous Maximin.

69 Les principes adoptés me semblent en effet des plus contestables : pourquoi déduire du montant général la solde des principales ? sur quelles bases estimer le nombre des auxilia ? Pourquoi supposer une solde identique pour les cohortales et les alares, et sur quoi en fonder le montant ? La démonstration me paraît tout aussi fragile dans la suite de l’article, où Develin cherche à établir que Septime-Sévère aurait été le père de l’annona militaris.

70 Cf. Harmand 1967.

71 Quis ergo nesciat utilitatibus publicis insidiatricem audaciam, quacumque exercitus nostros dirigi communis omnium salus postulat non per vicos modo aut per oppida, se<d> <i>n omni itinere, animo sectionis occurrere, pretia venalium rerum non quadruplo aut oct[uplo, sed i]ta extorquere, ut nomina <a>estim<ati>onis et facti explicare humanae linguae ratio non possit, denique interdum distractione unius rei donativo militem stipendioque privari et omnem totius orbis ad sustinendos exercitus collationem detestandis quaestibus diripientium cedere, ut manu propria spem militiae suae et emeritos labores milites nostri sectoribus omnium conferre videantur, quo depraedatores ipsius rei publicae tantum in dies rapiant, quantum habere nesciant? La traduction reportée ici est celle d’André Chastagnol (1969, 217), modifiée seulement à propos d’utilitabus publicis (“l’utilité publique”), et surtout à la dernière ligne du passage cité (au lieu de : “aux profiteurs de tout, et que ces pillards de l’État les volent chaque jour jusqu’à concurrence de l’avoir qu’ils leur supposent”).

72 Ce qui revient à Constantin est une nouvelle définition pondérale du solidus (1/72e de livre, soit environ 4 gr.), appelée à durer des siècles.

73 Carrié 1999, chap. 9.

74 Un papyrus au moins montre l’observance du prix du blé au tarif de l’édit en 311 : Bagnall 1985, 28-29 et 64. De même, pour le vin, au fil des ans l’écart entre prix officiel et prix libres se creuse dans les papyrus (Id., 66). Le remboursement des vêtements militaires aux fournisseurs (tisserands ou contribuables) est invariablement effectué au tarif de l’édit durant toute la période allant de 302 à 324, ce qui, comparé aux prix sur le marché libre, représentait “1/6e du prix courant en 312-318 et peut-être 1/10e en 323” (Bagnall 1985, 69).

75 Ce à quoi le texte de l’Édit fait lui-même allusion : “la contribution du monde entier pour l’entretien de l’armée est livrée aux profits abominables de voleurs”.

76 7.72 : <g>rammatico Graeco sive Latino et geometrae in singulis discipulis menstruos ж ducentos.

77 7.3-6.

78 600 + 200 + 1250 + 1250 + 625 = 3925.

79 Je rétracte mon estimation passée (Carrié 1978, 240), qui avait été fort justement retenue trop basse par Mireille Corbier 1986, 522-525. Moins probable, par contre, quoique non impossible, me paraît l’hypothèse par le même auteur de quatre autres donativa annuels pour les anniversaires et dies imperii de chacun des Césars, ce qui porterait à au moins 8100 deniers le montant annuel accordé aux légionnaires suivant la lecture de Jones, et à bien plus de 12.400 suivant celle de Duncan Jones. Toutefois Mireille Corbier, puisqu’elle a ajouté ces quatre hypothétique donativa des Césars à l’estimation de Jones, aurait dû en toute logique les ajouter aussi au total retenu par Duncan-Jones , qui serait ainsi porté à une valeur de 16.800/17.800.

80 1, la : frumenti k. mo. [unum] [ж centum].

81 Duncan-Jones 1976.

82 Duncan-Jones 1974, 146-147, avec témoignages concordants de Polybe 6.39.13 et des papyrus d’Égypte : 1 artabe par mois = 3,33 modii. On sait que la ration de 5 modii des frumentationes civiques excédait les besoins d’un adulte de sexe masculin.

83 Corbier 1985, 104-105 pour les deux citations.

84 Carrié 1999, 575 (et plus généralement, 564-575).

85 Sur les rapports entre finances publiques et entretien de l’armée au delà de l’époque constantinienne, Carrié 1995, 28-34 ; sur l’évolution de la solde aux ive-vie siècles, Carrié 2000, 334-336.

86 Dernière attestation : P. Oxy 1047 sous Constantin (mais nécessairement postérieur à 324): Carrié 1978, 230 n. 11).

87 D’autant plus que l’annone militaire ne se limitait pas au blé, amis comportait également vin, huile, sel et assaisonnement (salgamum).

88 Repli momentané, imposé par la force des choses et non pas décidé de volonté délibérée comme modèle alternatif ou choix idéologique, ainsi qu’il a été présenté par Michael Rostovtseff et bien d’autres avant ou après lui.

89 On notera la force accusatrice de termes comme insidiatrix audacia, extorquere, diripientes, depraedatores, ce dernier prolongé par un rapiant des plus redondants : voir supra, n. 72. Les termes choisis connotent un double champ sémantique : celui de la guérilla, guerre d’embûches (insidiae) significativement désignée, par mépris, du terme de latrocinium ; celui du délit juridiquement caractérisé et légalement réprimé (extorsio, praedatio, raptum).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search