Version classiqueVersion mobile

De l'or pour les braves !

 | 
Michel Reddé

1. L'administration des paiements

Le personnel administratif de la paye des soldats

Benoît Rossignol

Texte intégral

1En même temps qu’il concernait l’organisation administrative des armées, le versement de la solde dépendait de l’administration financière de l’empire. Afin de rappeler ce contexte dans lequel il prenait place, nous nous proposons ici de tracer rapidement le tableau des personnels qui étaient impliqués dans cette administration, de la naissance du Principat à la dynastie des Sévères. Nous présentons les héritages de la période précédente, la mise en place d’un système nouveau, celui des procuratèles équestres, le personnel qui était à leur service et certains des rapports qu’il pouvait avoir à l’armée et aux services des gouverneurs de province, enfin nous terminons en considérant rapidement l’échelon central de cette administration, le bureau a rationibus à Rome.

  • 1 Duncan-Jones 1994, 33-35 et 45.
  • 2 Sur l’administration financière à l’époque d’Auguste : Speidel 2000. Pour une mise en perspective (...)

2Même si elle constituait sans doute le premier poste budgétaire des dépenses de l’empire romain1, la paye des soldats ne bénéficiait pas d’une administration particulière et ne relevait donc pas, exception faite peut-être des échelons les plus subalternes, d’un personnel spécifique. Considérer le personnel qui s’occupait de la paye des soldats c’est donc revenir plus généralement sur le personnel de l’administration financière de l’empire. Aussi le règne d’Auguste constitue-t-il un moment décisif avec l’institutionnalisation de sa mainmise administrative sur l’essentiel de l’empire et de ses finances lors du partage de janvier 27 avant notre ère et le développement consécutif d’une administration au service du prince2.

L’héritage républicain : le gouverneur et son questeur

  • 3 Cadiou 2008, 485.
  • 4 Cic., Fam., 8.4 ; cf. Harmand 1967, 172 ; Cadiou 2008, 489-490.
  • 5 Plut., Pomp., 55.12 : “ἀφ̕ ὧν θρέψει καὶ διοικήσει τὸ στρατιωτικόν”, la somme de mille talents es (...)
  • 6 Bats 1994, 27-30. On trouvera un témoignage sur ces pratiques d’archivage dans Plut., Cat. min., (...)

3Avant ce moment fondateur l’administration de la paye dépendait des magistrats et des promagistrats à qui il revenait de mettre en application les décisions du sénat en la matière. En effet, la fourniture des troupes en blé, vêtements et soldes était de la responsabilité du sénat et constituait selon Polybe (6.15.4) un puissant moyen de pression de ce dernier sur les magistrats en campagne. La possibilité d’user d’expédients pour financer la guerre et le pouvoir grandissant des imperatores ne remit pas en question ce principe. En témoigne la lettre de Pompée transmise par Salluste (Hist., 2.98) où, dans l’hiver 75-74, il réclame au sénat frumentum et stipendium3. En témoigne encore en juillet 51, la discussion qui eut lieu au Sénat de stipendio Cn. Pompeii4. On sait par Plutarque qu’à ce moment Pompée bénéficiait d’une somme annuelle de mille talents pour l’entretien de ses troupes5. La comptabilité de ces sommes revenait aux responsables du trésor de Saturne, les deux questeurs urbains. L’archivage des comptes, déposés initialement dans le trésor de Saturne, était confié à la garde des scribes du trésor, qui étaient organisés en un ordo6.

  • 7 Cic., Att., 6.6.4 ; cf. Harmand 1967, 173.
  • 8 Polyb. 6.39.15.
  • 9 Sall., Iug. 36.1.
  • 10 Sall., Iug., 90.2.
  • 11 Cic., Fam. 5.20.3-4.
  • 12 Cic., Fam. 2.17.
  • 13 Harmand 1967, 174-176 ; Nicolet 1993, 438.

4En province et lors des campagnes militaires, l’administration de la paye associait un couple fondamental, celui du magistrat à imperium et du questeur. Si cette division des fonctions pouvait en théorie faciliter le contrôle de la gestion, elle trouvait ses limites dans la pratique, notamment lorsque le questeur était souvent choisi par le magistrat à imperium qu’il devait accompagner7. Le questeur est responsable des encaissements et des débours, des comptes, notamment des retenus en ce qui concerne les fournitures en blé, en vêtements et en armes8. En revanche, le transport concret de la solde pouvait être du ressort du magistrat : selon Salluste lors de la guerre de Jugurtha le consul Albinus se charge de l’envoi en Afrique du stipendium et des autres biens nécessaires à la guerre9 et Marius décide de l’endroit où déposer la solde et le ravitaillement10. À un niveau plus subalterne, les affaires financières de la province engageaient d’autres personnes : ainsi voit-on dans la correspondance de Cicéron son scribe intervenir dans des écritures comptables11, et les praefecti s’occuper du butin12. Le questeur lui-même devait être accompagné de subalternes. Ceux-ci étaient en nombre limité, et outre les deux scribes du trésor qui l’accompagnaient à la fin de la République, il faut penser qu’ils étaient en général issus de sa propre familia13. Le maniement concret des fonds entraînait encore la mobilisation d’un personnel non administratif occasionnel, un passage des Verrines (2 Verr., 3.183), qui ne concerne certes pas la solde mais le versement d’argent aux cultivateurs siciliens permet exceptionnellement de le voir à l’œuvre : “Pourquoi, en effet, serait-ce le scribe qui profiterait de cette retenue ? Pourquoi ne serait-ce pas plutôt le muletier (mulio) qui aura apporté les fonds, le messager (tabellarius) dont l’arrivée a renseigné les cultivateurs qui ont adressé leur demande de paiement, le crieur public (praeco) qui a fait les convocations, l’appariteur ou l’esclave de Vénus (uiator aut uenerius) qui a déchargé la corbeille contenant l’argent ?”. Nul doute que pour le versement de la solde, ce personnel chargé du maniement matériel des fonds et de l’organisation pratique de leur distribution pouvait être trouvé dans la troupe et dans son train.

  • 14 Speidel 2000, 136.
  • 15 Christol 2005, 114.
  • 16 CIL, XVI, 67.
  • 17 RMD, 100.
  • 18 Burton 1993.

5L’institutionnalisation du principat ne mit pas totalement fin au rôle des questeurs provinciaux dans la paye des troupes, néanmoins ce rôle déclina avec le nombre des troupes présentes dans les provinces du peuple romain administrées par le sénat14. Rapidement, il n’y eut plus qu’un questeur pour s’occuper de la paye de légionnaires, en Afrique. La décision de Caligula de placer la troisième légion Auguste sous l’autorité d’un de ses légats, entraîna à terme, mais peut-être avec un délai difficile à préciser, la fin de cette exception15. Toutefois, les provinces du peuple romain bien que dépourvues de légion n’étaient pas nécessairement inermes et pouvaient compter des troupes auxiliaires. La cohorte Ia Flavia Bessorum en 120 en Macédoine16 est placée, comme la cohorte Ia Raetorum en 148 en Asie17, sous l’autorité du proconsul de la province, il faut donc considérer que leur paye fut supervisée par le questeur qui l’assistait même si aucune source ne l’affirme explicitement. Il ne s’agissait plus à cette époque que d’une fonction résiduelle et marginale et l’immense majorité de l’argent destinée aux soldats circulait désormais depuis longtemps dans le cadre de l’administration procuratorienne mise en place après 27 a.C. Mais même dans ces provinces proconsulaires on peut aussi imaginer que le paiement de la solde finit par être confié au procurateur du prince. Si au départ ce dernier ne devait s’occuper dans ces provinces que du patrimonium impérial on sait que sa situation institutionnelle put évoluer, son lien au prince lui donnant une importance plus grande que la définition initiale de la fonction18.

La mise en place de l’administration procuratorienne

  • 19 Pflaum 1968, 367 ; cf. Christol 1997, 65. Mise en perspective historiographique et générale : Chr (...)
  • 20 Id.
  • 21 Christol 1997, 68-69.
  • 22 Eck 1995, 43-46, 86-87 ; Speidel 2000, 136.
  • 23 D.C. 51.17. Sur la genèse de la préfecture d’Égypte : Faoro 2011, 1-25.
  • 24 Sur la mise en place du système provincial augustéen en Espagne : Le Roux 1982, part. 54-58, 75-7 (...)
  • 25 AE, 1902, 189 ; (D. 9007). Cf. Pflaum 1968 ; Laffi 1977 ; Demougin 1992, 242-244, n° 281 ; Faoro (...)

6Les conditions de la mise en place de la nouvelle administration impériale nous échappent assez largement, et il faut reconnaître, comme le fit Hans-Georg Pflaum dans un article de 1968, que cela fut parfois un impensé de la recherche19. En effet, cette dernière se concentra surtout sur les procurateurs gouverneurs et n’envisagea que tardivement la question de la genèse de l’administration financière20. Les sources antiques sont, il faut le reconnaître, peu loquaces. La question fut pourtant décisive : la gestion des finances est aux origines du système procuratorien et au sein des carrières équestre la masse des procurateurs concerne ceux qui exercèrent en province dans les cadres de l’administration financière21. Pour comprendre cette mise en place, il faut tout d’abord considérer, comme l’a souligné Werner Eck, qu’il était quasiment impossible, compte-tenu du retour du sénat à 600 membres, de confier l’administration financière des provinces du prince à des questeurs qui n’étaient plus que 20 par an22. D’autre part, la paye d’une partie des troupes échappait déjà à la gestion des questeurs, c’est le cas à coup sûr pour les trois légions d’Égypte qui se trouvaient placées, depuis 30 avant notre ère, sous l’autorité du préfet d’une province qui ne pouvait pas compter de sénateurs dans son administration23. La gestion financière des provinces du prince, et donc ipso facto la gestion de la paye des troupes, furent alors confiées à des fidèles du prince, des affranchis et surtout des chevaliers qui prirent le titre de procurator augusti, le système étant précisément décrit pour la première fois, on le sait, par Strabon dans sa Géographie (3.4.20), lorsqu’il aborde l’Espagne citérieure : “Εἰσὶ δὲ καὶ ἐπίτροποι τοῦ Καίσαρος, ἱππικοὶ ἄνδρες, οἱ διανέµoντες τὰ χρήµατα τοῖς στρατιώταις εἰς τὴν διοίκησιν τοῦ βίου” (L’empereur entretient également des procurateurs de la classe des chevaliers, qui ont pour tâche de distribuer à la troupe les sommes destinées à assurer ses moyens d’existence)24. On peut par ailleurs mettre en regard de ce texte le cursus de Q. Octauius Sagitta, procurator Caesaris Augustiin Hispania prouincia per annos X” au moment où Strabon achevait son ouvrage25.

  • 26 D.C. 53.15-16 ; cf. Speidel 2000, 137.
  • 27 Eck 1995, 43-47, 102.
  • 28 Pflaum 1961, 9.
  • 29 Christol 1999, 623-624.
  • 30 Pflaum 1968, 386 remarquait “il apparaît que nous ne disposons plus que d’un seul procurateur att (...)
  • 31 D.C. 54.21.2-22 ; cf. Boulvert 1970, 49, n. 228 ; Speidel 2000, 143 pour le contexte.
  • 32 AE, 1984, 664 ; AE, 2004, 969 ; Galsterer 2010, n° 267.
  • 33 Pflaum 1968, 384.

7Mais on se trouvait alors sous Tibère, c’est-à-dire déjà à une date relativement avancée. Si l’on en croit Dion Cassius le système fut décidé lors des séances du sénat de 28-27 a.C.26. Y eut-il dès le départ présence systématique d’un chevalier ? Il est possible que le prince soit passé plutôt par une phase d’essais, la systématisation telle qu’on la connaît plus tard prenant un certain temps27. Considérant la question de la hiérarchie de ces fonctions, Hans-Georg Pflaum faisait ainsi observer qu’au début de l’empire “ce qui caractérise cette époque, c’est justement le manque de tout système. On tâtonne, tout est en formation”28. Si au terme de cet horizon augustéen l’organisation financière de l’empire repose sur les chevaliers au service du prince29, il faut constater, pour le règne d’Auguste, la faiblesse de nos sources30. En revanche, un personnel plus tard subalterne trouve à cette époque une visibilité remarquable. Il faut songer au cas de l’affranchi de César, Licinius, qui fut chargé par Auguste de l’administration financière des Gaules et poussa la prévarication à l’extrême31. Néanmoins le texte de Dion qui nous fait connaître ses exploits calendaires ne mentionne pas son rôle éventuel de payeur des troupes mais seulement celui de percepteur des impôts. On peut aussi songer à l’ampleur considérable du mausolée qu’un dispensator anonyme se fit élever à Cologne au début du règne de Tibère32. Ces quelques cas sont insuffisants pour avoir une idée claire de l’évolution fine de cette administration sous Auguste, il est difficile de dire si la gestion des finances des Gaules par un affranchi était une exception ou la règle du moment33.

  • 34 D.C. 57.10.4 ; sur la bonne administration du début du règne de Tibère, au moins aux yeux de l’hi (...)
  • 35 CIL, VI, 5197 . cf. Boulvert 1970, 52-53.
  • 36 Plin., Nat., 32.52.145 : à propos de l’argenterie extravagante de Drusilianus dit Rotundus, dispe (...)
  • 37 Tac., Ann., 1.16-53.
  • 38 Pflaum 1968, 387-388.
  • 39 Pflaum 1968, 387.

8Mais s’ils ne nous permettent guère de considérer la structure administrative, ces documents témoignent que, durant le règne d’Auguste, certaines des barrières sociales qui sont bien attestées par la suite furent momentanément moins rigides. Alors l’administration financière de l’empire permit des enrichissements considérables pour des gens pourtant jugés peu honorables en raison de leur origine. Si le règne de Tibère semble s’être présenté comme un moment de retour à l’ordre social, sous couvert de mesures anticorruptions, de surveillance accrue des subordonnés et de bonne gestion34, esclaves et affranchis du Prince qui s’occupaient de ses finances n’en gardèrent pas moins une importance certaine et ce n’est que très progressivement que leur puissance et leur richesse diminua. Sous Tibère, la suite d’un dispensator ad fiscum gallicum prouinciae Lugdunensis en déplacement à Rome comptait seize uicarii dont trois secrétaires a manu35. C’est sans doute l’indice que le personnage tenant le même rôle en Belgique, et s’occupant de la solde des troupes du Rhin, bénéficiait vraisemblablement lui aussi d’une suite assez conséquente, sans que l’on puisse véritablement interpoler de l’un à l’autre. Par la suite, pour les règnes de Claude et Néron, Pline témoigne encore de l’opulence considérable de certains dispensatores qui étaient amenés à payer des troupes, l’un en tant que dispensator de l’Espagne citérieure, l’autre lors de la guerre en Arménie36. Nos sources mettent avant tout l’accent sur l’aspect fiscal de ces questions, si bien qu’il est très difficile de dire si la solde des troupes fut aussi affectée par l’enrichissement du personnel financier, mais il était sans doute infiniment plus risqué pour un subordonné du prince de mécontenter ses soldats plutôt qu’accabler les provinciaux. Il faut constater en tout cas que si la solde est au cœur des revendications des soldats dans le récit que Tacite fait des mutineries de 14, c’est en raison de sa faiblesse et non pas de l’éventuelle corruption de ceux qui la versaient37. La politique de contrôle accru du personnel financier revendiquée par Tibère doit aussi être replacée dans l’évolution à plus long terme. Comme l’avait remarqué Hans-Georg Pflaum à partir de la titulature de ces fonctions38, on assiste, entre Auguste et Néron à une transformation des rapports entre le Prince et ses fondés de pouvoir. Les liens personnels qui présidaient au départ au choix se sont distendus peu à peu, les chevaliers s’occupant de l’administration financière du souverain eurent “avec le temps qui passe de plus en plus conscience d’être au service de l’empereur en tant que magistrat suprême de l’état romain”39.

  • 40 Jördens 2009, 14.

9Dans le même temps, et par la suite, un autre changement bien connu touchait cette administration procuratorienne, à savoir son développement, parfois lent et irrégulier mais continu, et la construction concomitante d’un véritable organigramme hiérarchique. Avant d’aborder ses conséquences pour les procurateurs financiers il faut souligner qu’ils n’étaient pas les seuls à payer des troupes. Le préfet d’Égypte bien qu’ayant la responsabilité de plusieurs légions, égale à celle d’un des plus importants légats consulaires, était aussi responsable de leur paye comme il l’était de l’administration fiscale de sa province40. S’il pouvait cependant s’appuyer sur des subordonnés spécialisés pour certaines tâches, on ne peut en identifier un qui se serait occupé de la solde. Au regard du témoignage de Philon (In Flacc., 2-5), à la fin du règne de Tibère, on considérait que l’habileté dans les comptes était nécessaire pour le préfet et qu’il lui revenait de s’occuper attentivement de la solde pour sauvegarder la paix dans la province. Les gouverneurs des petites provinces équestres étaient de même responsables de la paye des troupes auxiliaires qui se trouvaient sous leur juridiction.

Les procurateurs financiers

  • 41 Pflaum 1961, 1061-1062.
  • 42 Piso 2013, 4.
  • 43 CIL, II, 4135 et IDR III/2, 88 ; Piso 2013, 99.
  • 44 Pflaum 1961, 1050. Les attestations de procurateurs en Bretagne sont rares au iiie siècle, outre (...)

10Au fil des réorganisations provinciales le nombre de procurateurs financiers s’occupant de la paye de légionnaires augmenta. Il y eut en effet création de nouvelles provinces à la suite de conquêtes comme la Bretagne sous Claude, poste important puisqu’administrant trois légions ou l’Arabie sous Trajan avec une seule légion. Il faut aussi compter avec les réorganisations internes de l’empire. Ces dernières entraînèrent dans quelques cas une diminution des responsabilités militaires de certains postes comme dans le cas de la Dalmatie qui perdit toute garnison légionnaire et dont la procuratèle fut distinguée de celles des Pannonies41. Ces évolutions semblent parfois plus obéir à la logique de chaque situation, à l’inertie des structures administratives, qu’à une recherche de cohérence ou de systématicité à l’échelle de l’empire. Du moins on constate une grande hétérogénéité. Ainsi les légions installées sur la frontière de la Germanie furent payées jusqu’au troisième siècle par le procurateur de Belgique. Ce dernier avait donc autorité sur un très vaste ressort administratif qui ne compta jamais moins de quatre légions et cela même après Domitien, lorsque les districts de Germanie furent officiellement constitués en province. En revanche les divisions de la Mésie sous Domitien et de la Pannonie sous Trajan entraînèrent la création de procuratèles propres à chacune des nouvelles provinces. L’installation de nouvelles légions ou les déplacement de garnison entraînait aussi des modifications de la structure administrative : sous Marc Aurèle les procurateurs de Norique et de Rhétie cessèrent de gouverner la province mais devaient désormais assurer chacun le versement de la solde d’une légion. À la même période la réunion des trois provinces de Dacie sous l’autorité d’un légat consulaire n’entraîna pas la simplification de la structure procuratorienne et les légions d’Apulum et de Potaissa continuèrent à être payées par deux procurateurs différents, la Dacie comptant en tout trois districts financiers distincts42. Quelques décennies plus tard la division des provinces à trois légions par Septime Sévère semble avoir entraîné des évolutions différentes : l’existence d’un procurator Syriae Coeles43 implique qu’il y avait un procurateur pour la Syrie Phénicie, en revanche la situation des deux nouvelles provinces de Bretagne est moins claire44.

  • 45 Christol 1998, 235.
  • 46 Christol 1990 désormais Christol 2005, 111-115 ; les objections de Le Bohec 1992 ont été réfutées (...)
  • 47 Une des mieux connues : Christol & Demougin 1990.
  • 48 Boulvert 1970 ; Weaver 1972 ; Boulvert 1974. Voir infra note 135.
  • 49 SB, 12, 11043 sur lequel voir désormais Eck & Cotton 2005, 29-33. Voir AE, 2000, 1504 pour une ba (...)
  • 50 CIL, III, 6065 ; cf. Haensch 2006, 164, n. 29.
  • 51 Eck 2009, 228-235.

11Du point de vue de la paye des soldats le poste provincial dont les responsabilités étaient les plus élevées fut donc, le plus souvent, la procuratèle de Belgique, fonction qui, rappelons-le, constituait un des sommets de l’échelon ducénaire et donnait accès aux fonctions de la chancellerie romaine45. Le meilleur exemple de cette attitude du pouvoir central mêlant conservation de l’existant et aménagement ad hoc de chaque situation peut se trouver dans le cas de la troisième légion Auguste. Le cas est d’autant plus exemplaire que le site de Lambèse offre, on le verra, une documentation conséquente en particulier quant au personnel subalterne de la paye des soldats. La légion avait été retirée de l’autorité du proconsul, sans que la province où elle se trouvait passe dans le domaine du prince, on ne pouvait donc pas compter sur un procurateur financier et, on l’a vu, pour des raisons de domaine de compétence la paye ne pouvait rester très longtemps aux mains d’un questeur, car cela aurait été soumettre un officier servant le prince à des décisions du sénat. Il fallut donc faire à partir du personnel équestre disponible dans la province de Proconsulaire. La situation ne nous est connue qu’assez tardivement, dans la seconde moitié du deuxième siècle, c’est alors le procurateur de Théveste qui était chargé de la paye de la légion46. L’emploi de fonctionnaires équestres ne fit pas pour autant disparaître les affranchis de l’administration des finances provinciales qui restèrent présents auprès du procurateur équestre dans le cadre de ce qu’Hans-Georg Pflaum nomma une collégialité inégale. Inégalement visibles ils pouvaient mener eux aussi une carrière47, un certain nombre d’entre eux l’avaient commencée dans l’administration financière centrale à Rome48, et travaillaient en collaboration avec le procurateur équestre comme en témoigne la réinterprétation récente d’un papyrus de Césarée retrouvé dans le Fayyoum49. Il faut noter aussi que les plus importantes des procuratèles équestres ont pu recevoir, en particulier au ier siècle, outre le procurateur affranchi, un assistant lui aussi de rang équestre à l’image de C. Vibius Salutaris, subprocurator provinciae Belgicae50. L’essentiel du travail de secrétariat, de comptabilité et d’archivage était réalisé par un personnel subalterne plus nombreux encore. Organisé de manière assez constante il animait le siège du procurateur que l’on peut mieux se représenter depuis les fouilles de Césarée51.

Le personnel subalterne de l’administration financière provinciale

  • 52 Haensch 2006, 173 ; un exemple célèbre de mésentente : Tac., Ann., 14.38-39.
  • 53 Haensch 2006, 171.
  • 54 Haensch 2006, 174 ; sur le personnel subalterne de l’administration financière voir France 2000 e (...)
  • 55 Gascou 1969, 548-549.
  • 56 IDR III/5, 8 et 212 et 539.
  • 57 IDR III/5, 10 ; sur cette nomenclature voir France 2000, 200-201.

12Les procurateurs financiers responsables de la paye des soldats ne semblent pas avoir eu de relations très étroites avec les gouverneurs qui dirigeaient les soldats, et cela même si l’on fait abstraction des cas de mésententes déplorables évoqués dans nos sources et que l’on ne doit pas généraliser52. Bien souvent l’administration du procurateur résidait ailleurs que dans la capitale du gouverneur53. Les échanges entre les deux, surtout épistolaires, étaient facilités par la présence de subalternes du procurateur auprès du gouverneur de la province54. La visibilité de ces subalternes est très inégale dans nos sources. Là où ils apparaissent clairement, dans des cas comme celui de Lambèse ou d’Apulum, il est difficile de distinguer dans quelle mesure ces subalternes des services financiers étaient d’abord là en raison de la présence du gouverneur – gouverneur de fait seulement pour la Numidie55 – ou des troupes à payer. Dans les deux cas, la distinction est de toute manière assez théorique : le légat de la légion étant aussi le gouverneur et la paye de sa troupe étant sans doute le premier poste des dépenses de son administration. La situation particulière de la Numidie explique sans doute que le personnel détaché à Lambèse se soit plus volontiers défini au départ par le lien avec la légion. À Apulum en revanche le personnel n’indique aucune précision après son titre56 ou se contente de la mention de la province57, la situation administrative y était plus claire qu’à Lambèse.

  • 58 AE, 1956, 123 et AE, 1957, 86. Sur l’administration financière en Afrique et Numidie : Haensch 19 (...)
  • 59 France 2000, 201.
  • 60 CIL, VIII, 18327 et 4272 et 4273=18553 et AE, 1957, 86.
  • 61 CIL, VIII, 3288 et 3291, cf. p. 1741 et 3289, cf. p. 1741 et Gascou 1969 (d’où AE, 1969-1970, 664 (...)
  • 62 Gascou 1969, 546 ; Boulvert 1970, 429-433 ; France 2000, 201.
  • 63 CIL, VIII, 3291.
  • 64 CIL, VIII, 3289.
  • 65 France 2000, 201.
  • 66 Gascou 1969, 546 ; la nécessité du statut servile ne s’explique pas uniquement par la possibilité (...)
  • 67 AE, 1957, 86 ; HD017138 avec photo : FO000181 ; cf. Christol 2005, 127, n. 75. L’épitaphe d’Aurel (...)
  • 68 Gascou 1969 (d’où AE, 1969/70, 664).
  • 69 Gascou 1969, 550 ; France 2000, 201.

13Le bureau de Lambèse, le mieux documenté, comportait un tabularius affranchi58. Il ne maniait pas les fonds mais était chargé d’enregistrer, de valider et d’archiver leurs mouvements59. Il était assisté d’adiutores serviles60 et flanqué d’un dispensator, esclave lui aussi61. Ce dernier était un esclave spécialisé, un trésorier-payeur-receveur qui opérait les versements ordonnés par le procurateur sans avoir de personnalité juridique propre, ses actes étaient directement ceux du prince62. Il pouvait cependant avoir ses propres esclaves63 et travaillait à Lambèse avec l’arkarius de la légion, esclave lui-aussi64, caissier qui opérait sous les ordres du dispensator65. Dispensator et arkarius devaient être des esclaves en raison de leur activité et pouvaient être soumis à la question en cas d’enquête66. Au IIIème siècle, à Lambèse, on trouve les principaux personnages du bureau rassemblés dans une dédicace à Minerve Auguste : “Mineruae Aug(ustae) / Heliodorus Aug(usti) lib(ertus), / tabul(arius), cum Corintho / Aug(usti) n(ostri) uerna, disp(ensatore) / et adiutoribus suis.”67. Enfin à Theveste, on voit Adventus, le dispensator leg(ionis) III Augustae, réaliser l’épitaphe du vik(arius) Aesopus68. Ce dernier était son assistant et pouvait être son esclave personnel69. On connaît aussi à Lambèse une alumna et un esclave d’Adventus, ce dernier était donc aisé et localement important. Mais il semble loin de la richesse extrême affichée par les dispensatores des débuts du principat que nous avons évoqués plus haut : il était bien sûr plus difficile de s’enrichir dans un bureau administrant une seule légion que dans un bureau administrant de grandes armées provinciales. Par ailleurs le contrôle sur ce personnel s’était sans doute accru avec l’organisation progressive de l’administration procuratorienne.

  • 70 IDR III/5, 10.
  • 71 IDR III/5, 8 et 212.
  • 72 IDR III/5, 539.
  • 73 Tit. Aq., 99-105.
  • 74 On aurait pu retenir IGLS, XIII-2, 9492 où la restitution “δισ[πενσάτορα τ]ὸν [πάτρωνα]” n’est su (...)
  • 75 Haensch 2006, 161 n. 3.

14Le personnel attesté à Apulum offre un parallèle frappant avec celui de Lambèse, puisqu’on trouve dans la cité de Dacie un tabularius prouinciae Apulensis affranchi70, des dispensatores71 esclaves et un dispensatoris uika(rius)72. Si leur présence a de très fortes chances, on l’a vu, d’être liée à la paye des soldats, on restera prudent, il n’y a pas, on l’a dit, d’explicitation du lien avec la légion et certains ont pu venir à Apulum pour d’autres raisons. Il faut aussi remarquer l’hétérogénéité de notre documentation : à Aquincum où l’on se trouve dans une situation administrative proche de celle d’Apulum et de Lambèse et où le nombre d’inscriptions retrouvées est comparable, nous n’avons aucune attestation de ce type de personnel alors que l’on trouve abondance de bénéficiaires du procurateur73. De même, dans la partie hellénophone de l’empire, à Bostra où l’on pourrait s’attendre à trouver un bureau semblable afin de permettre la liaison avec le procurateur installé à Gerasa, on ne trouve pas d’attestation certaine74. On constate là les limites de nos connaissances et de notre documentation, sans compter que les routines de ces personnels et le fonctionnement quotidien de ces services nous échappent très largement75.

  • 76 Voir ainsi Pflaum 1955 ; Gascou 1969 antérieurs à la découverte de l’inscription de Cologne.
  • 77 Ferrua 1973, 74-75 (d’où AE, 1973, 83) ; cf. Christol 2005, 128 n° 98.
  • 78 Galsterer & Galsterer 2010, n° 270 : “D(is) M(anibus) / Tigridi[s?] / Secundu[s] / Augg(ustorum) (...)
  • 79 CIL, VIII, 12883 et 13188, Karthago ; cf. Haensch 2006, 162.
  • 80 France 2000, 208.

15La IIIe légion Auguste, malgré les particularités administratives de la Numidie ne constituait pas, comme on se l’était longtemps demandé76, un cas particulier. C’est pourquoi le dispensator d’une légion III connu à Rome par une épitaphe de la catacombe de Prétextat n’était pas nécessairement lié à la légion d’Afrique77. Ainsi, une inscription de Cologne fait connaître un dis[p(ensator)] leg(ionis) I M(ineruiae)78. C’est l’indice qu’un bureau semblable à celui de Lambèse devait exister pour cette légion de Germanie – et donc vraisemblablement pour les autres – signe aussi que l’organisation administrative des provinces à plusieurs légions devaient suivre aussi les mêmes grands principes directeurs. L’existence à l’intérieur de l’administration du procurateur d’un bureau spécialement consacré à la paye des troupes, comme on peut le supposer au regard des cas précédents ne serait pas surprenante. Il va sans dire qu’une attribution claire et spécifique des comptes et des tâches simplifie et rationnalise la répartition du travail dans le personnel. Lorsque la documentation est précise on peut constater, pour d’autres tâches, une spécialisation similaire pour d’autres procurateurs, ainsi le personnel du procurator tractus Karthaginiensis présente au milieu du deuxième siècle des adiutores tabulariorum dont l’activité est bien spécifiée et était donc sans doute assez spécialisée : l’un est a mensa Vagensi et l’autre a mensa Thisiduensi79. De même les dispensatores pouvaient être détachés en résidence dans les centres administratifs dont ils avaient à s’occuper80. On se gardera cependant de supposer que d’une province à l’autre le personnel du procurateur financier était nécessairement toujours structuré de la même façon : l’ampleur très variable des tâches et des districts rendent la chose peu probable.

  • 81 France 2000, 206 et France 2008, 504-505. Voir par exemple CIL, XIII, 11540, Augst et CIL, XIII, (...)
  • 82 IMS II, 40a : “Scholae / Genio men/sorum et leg(ionis ou -ioni?) et VII / Cl(audiae) pro salute / (...)
  • 83 IMS II, 58 ; Faure 2013, n° 234-1 : “... pro salute ? / Imp(eratoris) Caes(aris) / M(arci) Aur(el (...)
  • 84 Pour un bilan complet, justement prudent et nuancé du dossier du lustrum primipili : Faure 2013, (...)
  • 85 Carrié 1978, 239-240.
  • 86 CIL, XIII, 4323 ; cf. France 2008, 505.
  • 87 Sur ces comptes on verra désormais l’important bilan par Stauner 2010.
  • 88 Zehetner 2009 ; Stauner 2010, 59-60.
  • 89 P. Hamb. Inv. 445 ; cf. Zehetner 2009, part. 76-78.
  • 90 Tit. Aq., 643, Aquincum, pour un adiutor officii rationum mil(itum?) et CIL, III, 1099 ; IDR III/ (...)
  • 91 Davies 1967 ; bilan de la discussion sur la question par Stauner 2010, 60-62. On verra sur ce poi (...)

16Comme l’indiquait clairement le passage de Strabon cité plus haut, la solde proprement dite n’était pas la seule mission que les services du procurateur devaient effectuer auprès de l’armée, ils devaient assurer un service logistique bien plus large et garantir le ravitaillement des troupes. Cela n’était évidemment pas sans rapport avec la question de la solde en raison des retenues sur la paye qu’occasionnaient ces fournitures aux soldats. Cela concernait aussi bien sûr la fiscalité provinciale qui permettait, au moins en partie car il faut compter avec les réquisitions, ce ravitaillement à travers ses versements en espèce et en nature. L’administration provinciale disposait d’entrepôts qui pouvaient servir au ravitaillement des troupes – mais pas seulement – et disposaient d’un personnel subalterne, notamment de dispensatores horrei81. Une inscription de Viminacium du milieu du troisième siècle montre qu’ils pouvaient être en rapport avec les troupes et plus particulièrement avec les mensores de la légion, qui jouaient le rôle de fourriers et étaient vraisemblablement chargés de distribuer le blé aux soldats82. Une autre inscription de Viminacium montre précisément ces mensores en liaison avec un vicarius dispensatoris et avec le lustrum d’un centurion83. On ne peut cependant être sûr qu’il s’agissait d’un dispensator horrei. Le lustrum, qui se rapporte – à cette exception près – à des primipiles, semble avoir concerné l’approvisionnement de la légion et apparaît avec les Sévères84. Il engageait des comptes, mais même s’il concernait le ravitaillement des soldats ses rapports avec l’administration de la solde furent sans doute réduits en raison de la substitution progressive des remboursements aux retenues forfaitaires liées au ravitaillement et au développement des fournitures gratuites85. Au dessus des dispensatores attachés aux entrepôts il est possible que la gestion public du blé dans la province ait été assurée par un dispensator a frumento86. Parce que la solde était inséparable des nombreux comptes induits par l’armée87, sa gestion directe ou indirecte engageait donc de près ou de loin un personnel subalterne assez important et varié. La solde, les primes, les dépôts auprès du signifer88 – qui ne semblent pas seulement être ceux de ses camarades89 –, le ravitaillement, l’armement, l’habillement, le service de santé, les mouvements de personnels dans la troupe avec les promotions et les départs en retraite, autant de comptes qui dépendaient les uns des autres. Cela soulève la question de leur gestion, du recoupement des informations, de leur archivage et de leur communication entre l’administration militaire et l’administration procuratorienne : rendre compte était au cœur de la vie militaire et occupait des soldats à temps plein à l’image des adiutores officii rationum90. Pour la paye de la solde ces échanges passaient par les procédures d’opinio et de ratio91.

La cité helvète : une exception ?

  • 92 Cf. Cosme 2012, 106-107. On verra sur ce point la contribution de Stéphane Martin, dans ce volume
  • 93 Cic., Font., 13 ; cf. Rossignol 2009, 96-97.

17Les Histoires de Tacite (1.67) nous font connaître, à l’occasion du récit de la descente de l’armée de Caecina sur l’Italie, une situation unique dans notre documentation : les Helvètes se chargeaient d’assurer le recrutement et la solde d’un castellum, une garnison qui fit les frais de la rapacité de la légion Rapax92. Une garnison dépendait donc pour sa solde de l’administration d’une cité qui se chargeait de rassembler et d’acheminer le numéraire. Nous nous trouvons là face à une situation difficile à comprendre, le statut de la troupe en question, qui semble régulière, n’est pas clair, la situation exacte du castellum est inconnue. On peut se trouver en présence de la survivance d’un statut particulier : sous la république, les peuples vaincus qui fournissent des troupes à Rome doivent leur assurer le stipendium et contribuer au ravitaillement93. Cette particularité helvète remontait donc peut-être à leur soumission à Rome et sa survivance peut s’expliquer par la situation stratégique du territoire de ce peuple. Le cas soulève évidemment un certain nombre de questions auxquelles on ne saurait répondre : quelle a pu être la fréquence de telles situations ? Comment ces cas étaient-ils contrôlés par l’administration provinciale romaine ?

L’implication du gouverneur et de ses subordonnés : versement et vérification

  • 94 Arr., Peripl. M. Eux., 6.2 et 10.3.
  • 95 Arr., Peripl. M. Eux., 9.3-5. Est-ce lié au statut de ces soldats ? Il est difficile cependant de (...)
  • 96 AE, 1996, 885, l. 54-55.
  • 97 Sur Pollio : CPE, n° 54.

18Pour en revenir à l’administration romaine ordinaire, il faut noter que le versement et la gestion de la solde impliquait quand même, au moins ponctuellement, l’administration du gouverneur. Le versement effectif de la solde pouvait être assuré par le commandant des armées, qui était en général le gouverneur. Sur ces remises de soldes, outre le célèbre passage de Flavius Josèphe (BJ, 5.9.1-2) sur le paiement de la solde aux légions de Titus durant le siège de Jérusalem, nous possédons aussi le témoignage du Périple du Pont-Euxin d’Arrien. Lors de cette tournée d’inspection, Arrien remet la solde aux soldats des 5 cohortes du fort d’Apsaros, puis aux soldats en poste à Sébastopolis94, il ne semble rien remettre en revanche aux 400 soldats (ἐπίλεκτοι) du fort de Phasis95. Remarquons que la solde fut donc à cette occasion transportée par mer. Il est difficile de dire si l’exemple d’Arrien est exceptionnel, de toute façon si le gouverneur remettait la solde ce ne pouvait être en son nom, sauf à vouloir rentrer dans une démarche dangereuse d’opposition au pouvoir, démarche très clairement reprochée en 20 à Pison père, non pas à propos de la solde mais de gratifications exceptionnelles : “donatiua suo nomine ex fisco principis nostri dando96. L’existence d’un personnel administratif autour du procurateur ne dispensait apparemment pas le gouverneur d’opérer ses propres contrôles. Pline le jeune (Ep., 7.31) raconte comment, lorsqu’il était tribun laticlave de la légion III Gallica en Syrie, il vérifia les comptes des unités auxiliaires à la demande du gouverneur, découvrant malversations et négligences mais aussi l’incorruptible honnêteté du préfet d’aile Claudius Pollio97.

Les troupes installées en Italie

  • 98 CIL, X, 3346 (D. 2906), Misenum : “Septimus, / Imp(eratoris) Traiani / Caesaris Aug(usti) / Germ( (...)
  • 99 CIL, XI, 17, Ravenne : “Rogato Aug(usti) lib(erto), / tabul(ario) c[l](assis) pr(aetoriae) [R]au( (...)
  • 100 Reddé 1986, 488.
  • 101 Sur l’organisation financière de la flotte voir Boulvert 1970, 140-143 en corrigeant l’idée d’une (...)
  • 102 Le débat sur la nature de cette caisse opposa Mommsen à Hirschfeld, cf. Boulvert 1970, 166-173, e (...)
  • 103 Durry [1938] 1968, 264.
  • 104 Durry [1938] 1968, 14.
  • 105 Durry [1938] 1968, 110-111.
  • 106 Zehetner 2009, 81-85.

19Il faut aussi considérer les troupes en nombre non négligeable qui ne stationnaient pas dans les provinces mais en Italie. La documentation toutefois semble assez restreinte. Pour les flottes, à l’époque de Trajan, on connaît à Misène un dispensator classis. La qualité de l’épitaphe qu’il fit élever pour Flauia Cara sa coniux, démontre l’importance du personnage98. De même on connait à Ravenne un affranchi tabularius de la flotte99. Le rôle de ces personnages ne pouvait pas se limiter à la solde. Arme technique et utilisant de nombreuses fournitures pour la construction et l’entretien des navires la flotte devait entraîner une gestion sans doute complexe. Si le budget des flottes nous est cependant totalement inconnu100, il faut penser qu’il était supervisé en dernier ressort par le chef de chaque flotte, procurator et praefectus classis qui devait donc aussi s’occuper de la solde101. Le personnel subalterne chargé de l’administration financière que nous venons de voir pour les flottes ne semble pas attesté pour la garnison de Rome. Il faut reconnaître que la question de l’origine de la solde des unités de la Ville et du personnel qui en était chargé a peu retenu l’attention. On rappellera que malgré son nom, le fiscus castrensis, avec la ratio castrensis lui correspondant, semble s’être occupé, à partir du règne de Claude, de l’administration de la résidence de l’empereur et des dépenses de la cour qui lui était liées, sur le Palatin et ailleurs102. Les prétoriens étaient payés sur le fiscus Caesaris103, mais la question peut être posée de savoir s’ils dépendaient directement de l’administration centrale du bureau a rationibus ou d’un bureau subalterne spécial qui leur aurait été consacré en totalité ou en partie. On ne sait cependant où trouver trace d’un tel bureau. Il est remarquable que seules les troupes de Rome, prétoriens et urbains, présentent l’existence du grade de fisci curator104. Dans quelle mesure cette particularité est-elle due aux privilèges de ces troupes105 ou aux procédures de versement de la solde106, nous ne saurions le dire.

L’administration centrale : le bureau a rationibus

  • 107 Suet., Aug., 101.4 : “tertio breviarium totius imperii, quantum militum sub signis ubique esset, (...)
  • 108 CIL, VI, 8409 ; AE, 1995, 100, Rome ; cf. Boulvert 1970, 75 et 77-78.
  • 109 Boulvert 1970, 103.
  • 110 PIR2 A 858 ; Oost 1958.
  • 111 Liste dans Boulvert 1970, 97 n. 37, elle ne semble pas s’être beaucoup étoffée par la suite, en d (...)
  • 112 Weaver 1972, 219 et 259-262.
  • 113 Boulvert 1970, 96-99 sur l’organisation du bureau, sur les différentes fonctions voir notamment W (...)
  • 114 Sur la difficulté d’identifier les chefs du bureau voir Weaver 1965, 149, Weaver 1972, 289. Diadu (...)
  • 115 Stat., Silv., 3.3 ; cf. Weaver 1965 ; Weaver 1972, 284-294.
  • 116 Stat., Silv., 3.3.98-100.

20Comme en province, la centralisation des comptes de l’armée à Rome auprès de l’empereur n’était pas distinguée, du point de vue du personnel, du reste des affaires financières concernant le prince. Elle était l’affaire du secrétariat a rationibus dont la gestion fut d’abord confiée à des affranchis. L’existence de documents comptables globaux et du personnel qui en était responsable durant le règne d’Auguste montre la mise en place107 de ce secrétariat stratégique qui n’apparaît clairement qu’avec la personne de Ti Iulius Anthemus, affranchi de Tibère qui fut son accensus avant d’être a rationibus108. La centralisation des comptes des divers fisci des provinces permettait en théorie à son titulaire d’évaluer le coût total de la solde. Lors des premiers règnes la nature du poste évolua et l’a rationibus cessa d’être seulement “un comptable réalisant la comptabilité de l’empereur relativement à ses différents fisci” pour devenir “le chef des finances publiques impériales”109. Une telle position permettait au titulaire de la fonction une puissance considérable. Elle se traduisait certainement par des enrichissements personnels énormes ainsi que par des promotions sociales rares. Cette puissance semble atteindre un sommet dès sa première apparition sous Claude en la personne de Pallas110, mais resta importante pour les autres titulaires connus. Si au premier abord ces derniers semblent assez nombreux111, il faut toutefois observer qu’il est parfois difficile de distinguer, derrière le terme a rationibus, le chef du service d’un de ses subalternes112. Ces derniers, en effet, semblent ne pas toujours indiquer exactement leur fonction au début du principat. L’a rationibus avait sous ses ordres un personnel assez important d’affranchis et d’esclaves, personnel qui grandit et se structura sans doute avec le temps. Outre le proximus a rationibus qui aidait à diriger le bureau, il y avait de nombreux adiutores a rationibus, des tabularii ayant eux-mêmes leurs propres adiutores tabulariorum a rationibus. Ces comptables travaillaient sous la surveillance du custos tabularii a rationibus. Enfin le bureau possédait un personnel de liaison en la personne de tabellarii qui étaient dirigés par un optio113. Les deux affranchis chef du bureau a rationibus les mieux connus, Pallas et le père de Claudius Etruscus, restèrent assez longtemps en poste. Des témoignages épigraphique on peut retenir au moins les figures de Diadumenus, de Phaon et d’Atticus, qui succéda sans doute au père de Claudius Etruscus114. Ce dernier et Pallas ne durent leur départ qu’à un changement de règne, ce lien fort avec un prince et l’étendue des pouvoirs qu’ils pouvaient tirer de leur charge expliquent leur puissance. Cette ampleur et cette diversité des responsabilité de l’a rationibus, transparaît bien, on le sait, dans la célèbre Silve que Stace consacra au père de Claudius Etruscus, qui fut a rationibus du début du règne de Vespasien au début des années 80115. Les finances des armées, qui ne se limitaient pas, on l’a vu, à la solde, n’y sont évoquées que très rapidement et en termes très généraux, mais elles viennent en premier lieu pour les dépenses116.

  • 117 Weaver 1972, 237 et 289.
  • 118 Pflaum 1961, 1019. La question est posée du rôle financier du procurateur a loricata et de son ra (...)
  • 119 Boulvert, 1974, 128-130.
  • 120 CIL, XIV, 5309, 23 et 28.
  • 121 CIL, XIV, 2104 (D. 1475), Lanuuium.
  • 122 CIL, XV, 7443 (D. 1476) et CIL, VI, 455 ; (AE, 1995, 91), Rome et CIL, IX, 2438, Saepinum et Kays (...)
  • 123 AE, 1971, 534 ; IAM, 94 Banasa.
  • 124 AE, 1961, 280 ; CIL, VI, 41118, Rome.
  • 125 CIL, VI, 1585 a et b.
  • 126 Sablayrolles 1999 ; Camodeca 2012, 307-308. On trouvera en annexe les références essentielles sur (...)
  • 127 Rossignol 2004, 1098 en corrigeant légèrement le tableau : il faut sans doute penser que Flavius (...)
  • 128 Christol & Demougin 1990, 211.

21Si le père de Claudius Etruscus fut finalement élevé à la dignité équestre117, ce n’est que sous Trajan, avec L. Vibius Lentulus ou Pompeius Homullus au plus tard, que le bureau a rationibus fut définitivement confié à un chevalier118. Désormais l’a rationibus affranchi n’était plus que son second et le poste avait été rétrogradé dans la hiérarchie du cursus des affranchis impériaux119. Certains de ces affranchis nous sont encore connus et restaient des personnages importants. On peut ainsi songer pour l’époque antonine à T. Aelius Proculus120 et à T. Aurelius Aphrodisius121 sous Antonin, à Cosmus Aug(usti) libertus sous Marc Aurèle122, à Asclepiodotus qui apparaît sur la Tabula banasitana123 et est connu comme a rationibus et a memoria au début du règne de Commode124, il est alors l’héritier de Taius Sanctus, ancien titulaire équestre du poste, passé depuis parmi les clarissimes, enfin c’est un certain Flavianus qui occupait le poste dans l’été 193125. Le chef de cette administration était désormais un chevalier en fin de carrière, le poste pouvant lui ouvrir assez facilement les grandes préfectures avec notamment un schéma d’avancement a rationibus – annone – Égypte126. Se trouvant au sommet de l’ordre équestre, le poste avait nécessairement, comme les grandes préfectures, des contraintes de recrutement assez particulières et parfois contradictoires. D’une part il faut prendre en compte un vivier de recrutement restreint, les chevaliers parvenus à un moment de leur carrière leur permettant de postuler à un tel poste. D’autre part il faut envisager le rythme des occasions de nominations. Il n’y avait qu’un titulaire et il restait quelques années en poste. La rotation ne pouvait pas être extrêmement rapide, elle n’était pas non plus lente : ainsi les deux décennies du règne de Marc Aurèle comptent au moins sept titulaires du poste127. Même si la rotation a pu être alors plus rapide que pour d’autres règnes, il ne semble pas que l’on ait en général de très longue durée d’exercice, à la différence peut-être de l’époque où les affranchis tenaient la direction. La continuité du service devait donc reposer aussi très largement sur le personnel subalterne128.

  • 129 Demougin 2000.
  • 130 Christol 1999, 618-619.
  • 131 Il ne s’agit pas d’une curiosité du règne, on retrouve plus tard le même type d’avancement pour M (...)
  • 132 On ignore la carrière des autres a rationibus connus pour la période : [...]ius Achil[leus?] ; P. (...)
  • 133 Sur ces questions de logistique et de pression fiscale voir Reddé 2011. Sur les carrières des pro (...)
  • 134 On songe à la carrière du tabularius a rationibus T. Aelius Saturninus, CIL, VI, 8450 (D. 1521), (...)
  • 135 Pflaum, 1961, 1019-1020 ; Boulvert 1970, 303-304 ; sur les deux postes voir les importantes remar (...)
  • 136 CIL, VI, 1585b ; cf. Christol & Demougin 1990, 193.

22En conséquence de la rotation des titulaires du secrétariat a rationibus, les profils de poste sont assez variés : le système d’avancement avait une grande souplesse129. Si l’on se réfère aux grands profils des carrières équestres que l’on peut dégager à la suite d’Hans-Georg Pflaum130 une petite majorité des cursus connus pour le deuxième siècle peut être rapportée au deuxième type (milices équestres et fonctions financières en province). Un second groupe important concerne le premier type (cursus prétoriens, gouvernements équestres) et le dernier, plus restreint mais dépassant le statut des exceptions, présente des cursus civils et urbains. Ainsi pour les trois premiers quarts de siècle de la fonction, si l’on trouve régulièrement les militaires aguerris qu’étaient les anciens primipiles bis (Cn. Pompeius Homullus, Ti. Claudius Secundinus, M. Bassaeus Rufus) ou même les anciens préfets de flotte (T. Furius Victorinus, Q. Baienus Blassianus, L. Iulius Vehilius Iulianus) on trouve autant sinon plus de parcours plus civils et administratifs comme certains personnages ayant exercé surtout des fonctions financières et fiscales (L. Vibius Lentulus, M. Petronius Honoratus, T. Statilius Optatus, Ignotus (AE, 1976, 676) ; L. Valerius Proculus, C. Iunius Flauianus) ou, de manière plus surprenante, des lettrés venus, durant le règne de Marc Aurèle par exemple, du secrétariat à la correspondance grecque (Ti. Cl. Vibianus Tertullus, T. Taius Sanctus131). Il faut noter qu’une proportion non négligeable des personnages de l’un ou l’autre de ces groupes132 exercèrent l’une des grandes procuratèles financières gauloises avant d’être nommés à Rome à la tête du bureau a rationibus (L. Valerius Proculus, M. Petronius Honoratus, Ti. Cl. Secundinus, C. Iunius Flauianus, Q. Baienus Blassianus, M. Bassaeus Rufus). Le procurateur de Lyonnaise et d’Aquitaine occupait donc une place éminente dans la hiérarchie financière de l’empire, bien que n’ayant pas à gérer les soldes de nombreuses unités comme son collègue de Belgique et de Germanie. Le contrôle de la fiscalité de ces provinces intérieures n’étaient peut-être pas pour autant totalement dépourvu de lien avec l’armée : même si la Belgique fournissait la base arrière logistique des armées du Rhin ces dernières pouvaient aussi se fournir dans des régions plus éloignées133. On observera au passage que les carrières équestres avaient une logique apparemment inverse, dans ce domaine, de certaines carrières des affranchis : ceux qui se forment à Rome en tant qu’adiutor ou tabularius a rationibus vont ensuite exercer en province aux côtés du procurateur équestre, tandis que pour les chevaliers les postes de début de carrière sont plutôt en province et les postes les plus hauts à Rome134. Le responsable ultime de la paye des soldats pouvait parfois très bien connaître l’armée. Assez souvent il avait lui-même supervisé la solde dans d’importantes provinces militaires (L. Vibius Lentulus, Cn. Pompeius Homullus, M. Petronius Honoratus, Ignotus (AE, 1976, 676), M. Bassaeus Rufus), mais la confiance de l’empereur prima peut-être toujours sur d’autres considérations. C’est aussi l’importance du poste qui explique qu’il fut le premier, sous Marc Aurèle, à recevoir un salaire tricénaire et qu’il fut dédoublé par la création d’un poste équestre de procurator summarum rationum135 : les rationales agissaient alors en collège en s’appuyant sur leur personnel affranchi et servile136.

Conclusions

  • 137 On pourra songer à cette perte en songeant à la complexité de l’histoire des finances des royaume (...)

23Entre le règne d’Auguste et le début du troisième siècle la structure administrative des finances de l’empire romain devient plus visible et plus hiérarchisée tandis qu’elle laisse apparaître un personnel plus nombreux, plus spécialisé. Initialement menée par des responsables personnellement attachés au prince la gestion des finances a finalement défini une manière d’être un serviteur de l’état au sein des rouages de l’empire romain. À la fin de la période la direction des services est partout tant à Rome qu’en province aux mains de chevaliers expérimentés et sélectionnés par une carrière désormais fortement structurée. Pourtant affranchis et esclaves sont aussi partout présents à leurs côtés au fil d’une hiérarchie qui va de l’humble esclave vikarius dispensatoris dans un bureau provincial aux affranchis qui secondent à Rome les rationales. Entre Rome et les bureaux locaux qui peuvent être détachés auprès d’une légion, les procurateurs financiers des provinces assurent l’encadrement de l’administration provinciale et la liaison essentielle avec le centre du pouvoir. En un sens indissociable de son revers, le prélèvement fiscal sur les provinciaux, et occasionnant sans doute un travail considérable et une communication régulière avec les troupes, les soldats et leurs officiers, le versement de la solde, et au sens plus large l’entretien des armées, n’était qu’une des missions de cette institution ; mais c’était une mission stratégique marquant la quotidienneté et les routines de ce “cœur de l’empire” qu’était la structure financière et dont une grande partie de l’histoire nous est irrémédiablement perdue137.

Bibliographie

CPE : Pflaum 1961

Repertorium : Weaver, P. (2004) : Repertorium Familiae Caesarum – http://www.uni-koeln.de/phil-fak/ifa/altg/eck/weaver.htm

Antoine, M. (2003) : Le cœur de l’État. Surintendance, contrôle général et intendances des finances 1552-1791, Paris.

Arce, J. et B. Goffaux, éd. (2011) : Horrea d’Hispanie et de la Méditerranée romaine, Madrid.

Arnaud, P. (1996) : “Les mensores des légions : mensores agrarii ou mensores frumentarii ?”, in : Le Bohec 1996, 251-256.

Bastianini, G. (1975) : “Lista dei prefetti d’Egitto dal 30a al 299p”, ZPE, 17, 263-328.

Bastianini, G. (1980) : “Lista dei prefetti d’Egitto dal 30a al 299p, aggiunte e correzioni”, ZPE, 38, 75-89.

Bats, M. (1994) : “Les débuts de l’information politique officielle à Rome au premier siècle avant J.-C.”, in : Collectif 1994, 19-43.

Boulvert, G. (1970) : Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et administratif, Naples.

Boulvert, G. (1974) : Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et de l’esclave du Prince, Paris.

Burton, G.P. (1993) : “Provincial Procurators and the Public Provinces”, Chiron, 23, 13-28.

Cabouret B., A. Groslambert et C. Wolff (2012) : Visions de l’Occident romain. Hommage à Yann Le Bohec, Lyon.

Cadiou, F. (2008) : Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie sous la république (218-45 av. J.-C.), Madrid.

Camodeca, G. (2012) : “La carriera di un nuovo praefectus annonae in un’inedita iscrizione Puteolana”, in Demougin & Scheid éd., 2012, 305-321.

Carrié, J.-M. (1978) : “Les finances militaires et le fait monétaire dans l’Empire romain tardif”, in : Collectif 1978, 227-248.

Capdetrey, L. et J. Nelis-Clément, éd. (2006) : La circulation de l’information dans les états antiques, Bordeaux.

Christol, M. (1990) : “Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Théveste”, in : Mastino 1990, 893-904, désormais in Christol 2005, 111-115.

Christol, M. (1997) : “Les classes dirigeantes et le pouvoir dans l’État, de Septime Sévère à Constantin”, Pallas, HS, 1997, 57-77.

Christol, M. (1998) : “La carrière d’un procurateur anonyme de Lyon (AE, 1989, 522)”, CCG, 9, 229-235.

Christol, M. (1999) : “L’ascension de l’ordre équestre. Un thème historiographique et sa réalité”, in Demougin et al., éd. 1999, 613-628.

Christol, M. (2005) : Regards sur l’Afrique romaine, Paris.

Christol, M. (2007) : “Préfecture du prétoire et haute administration équestre à la fin du règne d’Antonin le Pieux et au début du règne de Marc Aurèle”, CCG, 18, 115-140.

Christol, M. et S. Demougin (1990) : “De Lugo à Pergame : la carrière de l’affranchi Saturninus dans l’administration impériale”, MEFRA, 102-1, 159-211.

Christol M. et A. Magioncalda (1989) : Studi sui procuratori delle due Mauretaniae, Sassari.

Christol M. et A. Magioncalda (1991) : “La fondazione di P. Licinio Papiriano da Sicca Veneria (CIL, VIII, 1641). Nota preliminare”, in : Mastino 1991, 321-330.

Collectif (1978) : Les “dévaluations” à Rome. Époque républicaine et impériale, vol. 1, Actes du Colloque de Rome (13-15 novembre 1975), Rome.

Collectif (1994) : La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées publiques et privées, de la Rome antique, Paris.

Cosme, P. (2012) : L’année des quatre empereurs, Paris.

Crevatin, F. et G. Tedeschi, éd. (2005) : Scrivere, Leggere, Interpretare. Studi di Antichità in onore di Sergio Daris, Trieste.

Davies, R.W. (1967) : “Ratio and Opinio in Roman Military Documents”, Historia, 16, 115-118.

de Blois, L. (2001) : Administration, Prosopography and Appointment Policies in the Roman Empire, Proceedings of the First Workshop of the International Network Impact of Empire, Leiden, June 28-July 1, 2000, Amsterdam.

Demougin, S. (1992) : Prosopographie des chevaliers romain julio-claudiens (43 av. J.-C. - 70 ap. J.-C.), Rome.

Demougin, S. (2000) : “Considérations sur l’avancement dans les carrières procuratoriennes équestres”, in : de Blois, éd. 2001, 24-34.

Demougin, S., H. Devijver et M.-T. Raepsaet-Charlier, éd. (1999) : L’ordre équestre, histoire d’une aristocratie (iie siècle av. J.-C.–iiie siècle ap. J.-C.), Rome.

Demougin, S. et M. Navarro Caballero, éd. (2014) : Se déplacer dans l’Empire romain : approches épigraphiques, Ausonius Scripta Antiqua 59, Bordeaux.

Demougin, S. et J. Scheid, éd. (2012) : Colons et colonies dans le monde romain, Actes de la XVe rencontre franco-italienne d’épigraphie, Paris 4-6 octobre 2008, Paris.

Duncan-Jones, R. (1994) : Money and Government in the Roman Empire, Cambridge.

Durry, M. [1938] (1968) : Les cohortes prétoriennes, Rome.

Eck, W. (1995) : Die Verwaltung des römischen Reiches in der hohen Kaiserzeit, Bâle.

Eck, W. (2009) : “Kommunikation durch Herrschaftszeichen: römisches Militär und römische Amtsträger in den Provinzen”, in : Hekster et al., éd. 2009, 213-235.

Eck, W. et H. M. Cotton (2005) : “Roman Officials in Judaea and Arabia and Civil Jurisdiction”, in : Katzoff & Schaps 2005, 23-44.

Eich, A., éd. (2010) : Die Verwaltung der kaiserzeitlichen römischen Armee. Studien für Hartmut Wolff, Stuttgart.

Faoro, D. (2011) : Praefectus, procurator, praeses. Genesi delle cariche presidiali equestri dell‘alto impero romano, Florence.

Faure, P. (2013) : L’aigle et le cep. Les centurions légionnaires dans l’Empire des Sévères, Ausonius Scripta Antiqua 54, Bordeaux.

Ferrua, A. (1973) : “Le iscrizioni pagane della Catacomba di Pretestato”, Rend. Accad. Lincei, 34, 63-99.

Filippini, A. et G.L. Gregori (2014) : “Procuratores Augusti et praepositi uexillationibus ad Imperatore missi: le missioni speciali di L. Iulius Iulianus e di M. Valerius Maximianus a confronto”, in : Demougin & Navarro Caballero, éd. 2014, 85-120.

France, J. (1999) : “Un dispensator [f(isci) k(astrensis)?] des trois Augustes dans le port romain de Toulon (Telo Martius)”, ZPE, 125, 272-276.

France, J. (2000) : “Le personnel subalterne de l’administration financière et fiscale dans les provinces des Gaules et des Germanies”, CCG, 11, 193-221.

France, J. (2008) : “Les personnels et la gestion des entrepôts impériaux dans le monde romain”, REA, 110-2, 483-507.

Galsterer, B. et H. Galsterer (2010) : Die römischen Steininschriften aus Köln (IKöln2), Mayence.

Gascou, J. (1969) : “Inscriptions de Tébessa : 2. Un ‘dispensator’ de la IIIe légion Auguste et son ‘vicarius’ ”, MEFRA, 81-2, 544-550.

Haensch, R. (1997) : Capita provinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserzeit, Mayence.

Haensch, R. (2006) : “La gestion financière d’une province romaine : les procurateurs entre résidence fixe et voyages d’inspection”, in : Capdetrey & Nelis-Clément, éd. 2006, 161-176.

Harmand, J. (1967) : L’armée et le soldat à Rome de 107 à 50 avant notre ère, Paris.

Hekster O., S. Schmidt-Hofner et C. Witschel, éd. (2009) : Ritual Dynamics and Religious Change in the Roman Empire. Proceedings of the Eigth Workshop of the International Network Impact of Empire (Heidelberg, July 5-7, 2007), Impact of Empire, vol. 9, Leiden.

Hurlet, F., éd. (2009) : Rome et l’Occident (iie siècle av. J.-C.-iie siècle apr. J.-C.). Gouverner l’Empire, Rennes.

IJsewijn, E. (1987) : “[25-26]”, in : Panciera 1987, 77-84.

Jördens, A. (2009) : Statthalterliche Verwaltung in der römischen Kaiserzeit. Studien zum praefectus Aegypti, Stuttgart.

Kallala, N. (2004) : “À propos de la fondation de P. Licinius Papirianus de Sicca Veneria (CIL, VIII, 1641) : quelques mises au point”, Africa, 20, 109-120.

Katzoff, R. et D. Schaps, éd. (2005), Law in the documents of the Judaean Desert, Leiden.

Kayser, F. (1994) : Recueil des inscriptions grecques et latines (non funéraires) d’Alexandrie impériale (ier-iiie s. apr. J.-C.), Le Caire.

Laffi, U. (1977) : “La procuratela quadriennale di Q. Octavius Sagitta in Vindelicis et Raetis et in valle Poenina”, Athenaeum, 55, 369-379.

Le Bohec, Y. (1992) : “Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Theveste”, ZPE, 93, 107-116.

Le Bohec, Y., éd. (1996) : La hiérarchie (Rangordnung) de l’armée romaine sous le Haut-Empire, Paris.

Lefebvre, S. (1998) : “Profils de carrière : douze procurateurs des Gaules et Germanies”, CCG, 9, 247-264.

Le Roux, P. (1982) : L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Bordeaux.

Mainardis, F. et C. Zaccaria (2005) : “Tra epigrafia e papirologia Q. Baienus Blassianus, cavaliere tergestino e prefetto d’Egitto”, in : Crevatin & Tedeschi, éd. 2005, 262-286.

Mastino, A., éd. (1990) : L’Africa romana. Atti del VII convegno di studio, Sassari, 15-17 dicembre 1989, Sassari.

Mastino, A. (1991) : L’Africa romana. Atti del VIII convegno di studio; Cagliari, 14-16 dic. 1990, Sassari.

Mitthof, F. (2010) : “CIL VI, 41118: T. Taius Sanctus”, Tyche, 25, 230-232.

Nicolet, C. [1976] (1993), Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris.

Oliver, J.H. (1989) : Greek Constitutions of Early Roman Emperors from Inscriptions and Papyri, Philadelphie.

Onur, F. (2008) : “Two Procuratorian Inscriptions from Perge”, Gephyra, 5, 53-66.

Oost, S. I. (1958) : “The Career of M. Antonius Pallas”, AJP, 79-2, 113-139.

Panciera, S., éd. (1987) : La collezione epigrafica dei musei Capitolini, Tituli, 6, Rome.

Paschoud, F., éd. (2000) : La révolution romaine après Ronald Syme. Bilans et perspectives, Vandœuvres-Genève.

Pflaum, H.-G. (1955) : “Deux carrières équestres de Lambèse et de Zana (Diana Veteranorum) : 1- Ti. Claudius Proculus Cornelianus”, Libyca, 3, 123-133 (= Pflaum, 1978, 53-63).

Pflaum, H.-G. (1961) : Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris.

Pflaum, H.-G. (1968) : “La mise en place des procuratèles financières dans les provinces du haut-empire romain”, Revue historique de droit français et étranger, 46, 367-388.

Pflaum, H.-G. (1978) : Scripta Varia I, Paris.

Pflaum, H.-G. (1982) : Les carrières procuratoriennes équestres sous le haut-empire romain, Supplément, Paris.

Piso, I. (2013) : Fasti Provinciae Daciae II. Die ritterlichen Amtsträger, Bonn.

Rankov, B. (1987) : “M. Oclatinius Adventus in Britain”, Britannia, 18, 243-249.

Reddé, M. (1986) : Mare Nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’empire romain, Rome.

Reddé, M. (2011) : “ ‘Ut eo terrore commeatus gallia aduentantes interciperentur’ (Tacite, Hist., V, 23). La Gaule intérieure et le ravitaillement de l’armée du Rhin”, REA, 113-2, 489-50.

Rossignol, B. (2004) : Études sur l’Empire romain en guerre durant le règne de Marc Aurèle (161-180), thèse de doctorat, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Rossignol, B. (2009) : “Entre le glaive et le stylet. Armée et administration des provinces dans l’Occident romain (197 av. J.-C.-192 ap. J.-C.)”, in : Hurlet 2009, 77-106.

Rossignol, B. (2014) : “ IGLS XIII/2 9492 : Claudius Severus, cos. II 173, honoré à Bostra ?”, ZPE, 190, 285-286.

Sablayrolles, R. (1999) : “Fastigium equestre. Les grandes préfectures équestres”, in : Demougin et al., éd. 1999, 351-389.

Salomies, O. et Z. Fiema (2009) : “Latin Inscription in the Ridge Church at Petra”, Arctos, 43, 117-140.

Speidel, M. A. (2000) : “Geld und Macht. Die Neuordnung des staatlichen Finanzwesens unter Augustus”, in : Paschoud, éd. 2000, 113-150 avec discussion 150-166.

Stauner, K. (2010) : “Rationes ad milites pertinentes : Organisation und Funktion der Binnenadministration militärischer einheiten in der frühen und hohen Kaiserzeit”, in : Eich, éd. 2010, 37-85.

Wachtel, K. (1966) : Freigelassene und Sklaven in der staatlichen Finanzverwaltung der römischen Kaiserzeit von August bis Diokletian, Berlin (n.v.).

Weaver, P. R. C. (1965) : “The Father of Claudius Etruscus: Statius, Silvae, 3, 3”, The Classical Quarterly, 15-1, 145-154.

Weaver, P. R. C. (1972) : Familia Caesaris, a Social Study of the Emperor’s Freedmen and Slaves, Cambridge.

Weaver, P. R. C. (2005) : “Phaon, Freedman of Nero”, ZPE, 151, 243-252.

Wheeler, E. L. (2012) : “Notitia Dignitatum, Or. 38 and Roman Deployment in Colchis: Assessing Recent Views”, in : Cabouret et al., éd. 2012, 621-676.

Zehetner, S. (2009) : Der Signifer. Stellung und Aufgaben in der Kaiserzeitlichen Armee, Diplomarbeit Universität Wien.

Annexes

Attestations épigraphiques d’affranchis impériaux a rationibus au ier siècle p.C.

Nous avons organisé la liste par ordre chronologique, les inscriptions à la chronologie incertaine étant en fin de liste, les cas les plus incertains comme CIL, VI, 33724 et 37742 n’on pas été retenus.

– Anthemus : CIL, VI, 8409 ; AE 1995, 100. Épitaphe familiale. Repertorium, 24.

– Ti. Claudius Abascantus : CIL, VI, 8411, cf. p. 3457 et 3889 (D. 1473). Il s’agit d’une épitaphe élevée par sa femme. PIR2 C 767 ; Repertorium, 302.

– Ti. Claudius Actiacus : CIL, VI, 8412, cf. p. 3457. Il s’agit d’une épitaphe élevé par son amicus Q. Granius Aether. Repertorium, 311.

– Ti. Claudius Eros et Ti. Claudius Felix : CIL, VI, 8413, cf. p. 3889 (D. 7859). Aménagements importants d’un site funéraire. Boulvert 1970, 97 n. 37 qui considère que seul le dernier des deux porte le titre contra Weaver 1972, 260 ; Repertorium, 422.

– [Claudii] --- Neronis Augusti liberti : CIL, XI, 4360. Épitaphe familiale. Repertorium, 685.

– Phaon : CIL, III, 14112, 2. Timbre sur amphore. PIR2 P 340 ; Weaver, 2005 avec rappel de la bibliographie et des débats antérieurs ; Repertorium, 571.

– T. Flavius Epaphroditus Ephebianus : CIL, VI, 33468. Épitaphe, il est possible que l’indication d’un poste subalterne se trouvait dans une lacune de l’inscription. Repertorium, 839.

– Atticus : CIL X, 6640 (D. 3338). Évergésie de sa fille Claudia Attica en 85. CIL, VI, 8410a. Épitaphe de l’un de ses affranchis. Voir aussi CIL, VI, 18049 et CIL, VI, 8408 avec les remarques de Weaver 1965, p. 150, n. 3. PIR2 A 1336 ; Weaver 1972, 260 ; Repertorium, 351.

– Crescens : CIL, VI, 8414, cf. p. 3889. Épitaphe de sa soeur Flavia Daphne. Repertorium, 806 et 810

– Philotimus : CIL, VI, 8416. Épitaphe élevée par Glaucus et Helena. Repertorium, 2893.

– Diadumenus : CIL, VI, 8415, cf. p. 3457 et 3889 (D. 1474). Épitaphe de son affranchi Anicetus. CIL, X, 3347. Pavement de marbre à Misène. Panciera 1987, n° 25 (AE, 1990, 69). Épitaphe collective élevée avec l’autorisation de sa femme Iulia Epiphania. Iulia Epiphania est aussi attestée par CIL, VI, 8687, cf. p. 3461 et CIL, VI, 12534 et CIL, VI, 17116 et CIL, VI, 17859, cf. p. 3521 et CIL, VI, 37796. PIR2 D 66 ; Weaver 1972, 260 n. 6 ; IJsewijn 1987, 82 ; Repertorium, 2667

– Epaphroditus : Panciera 1987, n° 26 (AE, 1990, 70). Épitaphe d’un jeune esclave par deux de ses affranchis. IJsewijn 1987.

Chevaliers titulaires du poste d’a rationibus au iie siècle

Cette liste vise essentiellement à faciliter la consultation de notre texte et à alléger les notes de bas de page, nous avons placé entre crochets les personnages pour lesquels la fonction n’est pas explicitement attestée mais peut être restituée à partir des données épigraphiques et prosopographiques (Valerius Eudaemon, Flavius Titianus II et Baienus Blassianus).

Nom

Milices et postes préparatoires

Postes antérieurs

Date

Carrière postérieure

Principales références

L. Vibius Lentulus

– Adiutor L. Pompeii Vopisci curatoris viarum

– Praefectus fabrum

– Tribunus legionis VII Geminae

– Praefectus alae II Flauiae. C.R.

– Procurator Monetae

– Proc. Pannoniae Dalmatiae

– Proc. Asiae

– Proc. Loricatae

Vers 112

(1) AE, 1913, 143a ; I.Eph., 2061(I)

(2) AE, 1913, 143b; I.Eph., 2061(II)

(3) AE, 1924, 81 ; I.Eph., 3046

(4) I.Eph., 736

CPE, 66 ; PME U 97

Cn. Pompeius Homullus Aelius Gracilis Cassianus Longinus

– [Centurio]

– Primus pilus legionis II Augustae

– Tribunus cohortis III uigilum, tribunus cohortis X urbanae, tribunus cohortis V praetoriae.

– Primus pilus bis legionis X Fretensis

“Donis donatus ab Imperatore”.

– Proc. Britanniae (CC)

– Proc. Lugdunensis et Aquitaniae

Sous Trajan

(1) CIL, VI, 1626 (D. 1385)

CPE 89 avec Pflaum 1982, 967 ; PIR2, P 617

T. Statilius Optatus

– Praefectus cohortis I Lucensium

– Tribunus legionis VI Ferratae

– Tribunus legionis VI Victricis

– Praefectus alae Afrorum

– Proc. ad census Britanniae

– Proc. ad census Gallorum

– Proc. ferrariarum

– Proc. ad patrimonium

– Proc. hereditatium

Hadrien

c. 125 ?

– p[raefectus Annonae]

(1) CIL, VI, 31863 (D. 9011) ; 41272

CPE, 119 ; PME, T 69 ; Lefebvre 1997, 260 ; PIR2, S 838

Ignotus
(
AE, 1976, 676)

– [Praefectus cohortis] Flauiae

– Tribunus legionis I Adiutricis

– Praefectus [alae]

– Proc. Pannoniae

– Proc XX hereditatium

– [Proc. CC]

Hadrien

(1) AE, 1976, 676

Pflaum 1982, 119A ;
PME, Inc. 33 bis

[Valerius Eudaemon]

– Proc. Ad dioecesin Alexandreae.

– Proc. bibliothecarum Graec. et Latin.

– Ab epistulis Graecis

– Proc. Lyciae, Pamphyliae, Galatiae, Paphlagoniae, Pisidiae, Ponti

– Proc. hereditatium et proc. prou. Asiae

– Proc. Syriae

Fin Hadrien – début Antonin

– [Praefectus annonae ou uigilum]

– Praefectus Aegypti

(1) CIL, III, 431 ; 13674 (D. 1449) ; I.Eph., 666

(2) IGR, III, 1077

(3) AE, 1929, 125 ; TAM, III, 52

Bastianini 1975, 289 ; Bastianini 1980, 81.

CPE, 110 ; RE VII A, 2496

C. Junius Flavianus

– Tribunus legionis VII Geminae

– Promagister XX Hereditatium

– Proc. Alpium Maritimarum

– Proc. Hispaniae citerioris per Asturicam et Callaeciam

– Proc. hereditatium

– Proc. Lugdunensis et Aquitanicae

Fin Hadrien – début Antonin

– Praefectus Annonae

(1) CIL, VI, 1620, cf. p. 854 ; 3163 (D. 1342)

(2) CIL, XIII, 1812

CPE, 134 ; PIR2, I 753 ; PME, I 144 ; Christol 2007, 135

Nom

Milices et postes préparatoires

Postes antérieurs

Date

Carrière postérieure

Principales références

L. Valerius Proculus

– Praefectus cohortis IV Thracum Syriacae

– Tribunus legionis VII Claudiae

– Praefectus Classis Alexandrinae et potamophylaciae

– Proc. Alpium maritimarum

– Delectator Aug(usti) (?)

– Proc. Baeticae

– Proc. Cappadociae, Paflagoniae, Galatiae

– Proc. Asiae

– Proc. provinciarum trium […]

c. 140-142

– Praefectus annonae

– Praefectus Aegypt.

(1) CIL, II, 1970 (D. 1341)

(2) CIL, VI, 1002, cf. 31222 (D., 7269).

(3) CIL, II, 1971.

(4) CIL, XIV, 2957

Bastianini 1975, 289-290 ; Bastianini 1980, 82.

CPE, 113 ; PME, V 29

M. Petronius Honoratus

– Praefectus cohortis I Raetorum

– Tribunus legionis I Mineruiae

– Praefectus alae II Thracum Augustae

– Proc. monetae

– Proc. XX hereditatium

– Proc. Belgicae et duarum Germaniarum

c. 142-144

– Praefectus Annonae

– Praefectus Aegypti

(1) CIL, VI, 1625a

(2) CIL, VI, 1625b
(D. 1340)

(3) CIL, XIV, 4458.

(4) AE, 1904, 218

(5) AE, 1913, 311

Bastianini 1975, 290-291 ; Bastianini 1980, 82.

CPE, 117 ; PME, P 24 ; PIR2, P 281

Ti. Claudius Secundinus L. Statius Macedo

– [Centurio]

– Primus pilus legionis IV Flaviae Felicis.

– Tribunus cohortis I uigilum, tribunus cohortis XI urbanae, tribunus cohortis IX Praetoriae

– Primus pilus bis

– Praefectus legionis II Traianae

– Proc. XX hereditatium

– Proc. Lugdunensis et Aquitanicae

c. 144-147

– Praefectus annonae

(1) CIL, V, 867 (D. 1339) ; Inscr. Aq., 486b

(2) AE, 1934, 232 ; Inscr. Aq. 486a

(3) CIL XIV, 2008a ; XV, 7740 (D. 8686)

(4) (IGR, IV, 869)

(5) AE, 1955, 211

PIR2, C 1015 ; CPE, 109 avec Pflaum 1982, 972-973

T. Furius Victorinus

– Praefectus cohortis Bracarum

– Tribunus legionis II Adiutricis

– Praefectus alae Frontonianae

– Proc. Galatiae

– Proc. Hispaniae

– Proc. ludi magni

– Praefectus classis Rauennatium

– Praefectus classis Misenensium

c. 155-158

– Praefectus uigilum

– Praefectus Aegypti

– Praefectus praetorio

(1) CIL, VI, 41143

Bastianini 1975, 294

PIR2, F 584 ; CPE, 139 ; PME, F 100 : Christol 2007, 139-140.

[…]ius Achil[leus ?]

?

?

Sous Antonin

?

(1) AE, 2000, 1382 ;
TAM V 3, 1473

[Flavius Titianus II]?

?

– Proc. Norici

c. 160-162

– Praefectus Aegypti

(1) CIL, III, 5164

(2) CIL, III, 5172

Bastianini 1975, 296 ; Bastianini 1980, 82.

PIR2 F 386 ; CPE, 154

Nom

Milices et postes préparatoires

Postes antérieurs

Date

Carrière postérieure

Principales références

[Q. Baienus Blassianus]

– Praefectus cohortis II Asturum

– Tribunus legionis VII Claudiae

– Praefectus alae II Gallorum

– Proc. ad census acc. Cappadociae, Armeniae Minoris, Ponti med.

– Praefectus classis. Brittanniae

– […]

– Proc. Mauretaniae Tingitanae

– Proc. Raetiae

– Praefectus classis Rauennatium

– Proc. Lugudunensis et Aquitanicae

c. 162-164

– Praefectus annonae

– Praefectus Aegypti

(1) I.It., X, 4, 37 ; AE, 1951, 279 ; AE, 1992, 689

(2) CIL, V, 539 ; I.It., X, 4, 38

(3) I.It., X, 4, 39a

(4) I.It., X, 4, 39 b+c

(5) I.It., X, 4, 40

(6) CIL, V, 529 ; I.It. X, 4, 27 ; AE, 1978, 353 ; AE, 1992, 690

(7) Inscr. Aq., 479

(8) CIL, XIV, 5341+5353+5382 ; AE, 1959, 61 ; AE, 1966, 161 ; AE, 1972, 70 ; AE, 1974, 123

Bastianini 1975, 297 ; Bastianini 1980, 83.

CPE, 126 ; PME, B 14 ; Christol & Magioncalda 1989, 155-166 ; Mainardis & Zaccaria 2005.

M. Bassaeus Rufus

– [Centurio]

– Primus pilus

– Tribunus cohortis V uigilum ; tribunus cohortis X urb. ; tribunus cohortis [...] praetoriae

– Primus pilus bis

– Proc. Asturiae et Callaeciae

– Proc. regni Norici

– Proc. prouinciarum Galliae Belgicae et duarum Germaniarum

c. 164-167

– Praefectus uigilum

– Praefectus Aegypti

– Praefectus praetorio

(1) CIL, VI, 41141

Bastianini 1975, 297 ; Bastianini 1980, 83.

PIR2 B 69 ; CPE, 162

P. Licinius Papirianus

?

?

c. 167-169

?

CIL, VIII, 1641 (D. 6818) ; I.L.Bardo, 367

PIR2 L 229 ; Christol & Magioncalda 1991 ; Kallala 2004

Ti. Claudius Vibianus Tertullus

– Ab epistulis graecis

c. 175-177

– Praefectus uigilum

– Adlectio

– Consul

(1) IK, 54, p. 205-227.

(2) Altertümer von Pergamon, VIII, 3, n° 28

(3) AE, 2003, 1763 (Melli, Pisidie)

(4) IK, 37 - Selge, 13

(5) (D. 1344) ; I. Eph., 651, 13

(6) IK, 54 - Perge, 194

(7) ? peut-être AE, 2005, 1721.

Pour ses possibles parents voir IK, 54 – Perge, 193.

PIR2 C, 1049 et PIR2 T, p. 34

Nom

Milices et postes préparatoires

Postes antérieurs

Date

Carrière postérieure

Principales références

T. Taius Sanctus

– Ab epistulis Graecis

– Proc. rationis priuatae

c. 177-179

– Praefectus Aegypti

– Adlectio, praefectus aerari

– Consul

– Pr[aefectus] alimentorum

(1) AE, 1961, 280 ; CIL, VI, 41118

(2) HA, Com., 1.5-6.

Bastianini 1975, 299 ; Bastianini 1980, 83.

CPE, 178 b ; Mitthof 2010

L. Iulius Vehilius G[...] Iulianus

– Praefectus cohortis III. Augustae Thracum

– Tribunus Cohortis I Ulpiae Pannoniorum

– Praefectus alae Herculanae

– Praefectus alae Tampianae

– Praepositus uexillationibus

– Proc. Aug. et praep. uexillationis

– Proc. Aug. et praefectus classis Ponticae

– Proc. Aug. et praep. vexillationis.

– Proc. Lusitaniae et Vettoniae

– Proc. Aug. et praep. uexillationis

– Praefectus classis Rauennatium

– Praefectus classis Misenensium

c. 185

– Praefectus annonae

– Praefectus praetorio

(1) CIL, V, 4343 ; I.It. X, 5, 129

(2) (D. 8869) ; AE, 1933, 208 ; IGLS 17-1, 11

(3) CIL, VI, 31856 ; 41271

PIR2, I, 615 ; PME, I 136 ; Salomies & Fiema 2009, 122 ; Filippini & Gregori 2014

Iulius Candidus

?

?

Entre le 10 XII, 186 et 9 XII 187

?

AJA LXXI, 1950, 177 ; AE, 1952, 6 ; Oliver 1989, n° 209

PIR2, I 235

Ignotus

?

?

iie s.

– Praefectus uigilum

CIL, IX, 5440

Aelius Achilles

?

?

Aout 193

CIL, VI, 1585 a et b (D. 5920)

Christol & Demougin 1990, 193

[..]lio Iuliano

?

– Proc. Ponti et Bithyniae

– Proc. [...]

– Proc. Britanniae

– Pr[aefectus classis Rauennatium]

– [Praefectus classis Misensium]

Fin iie – début iiie

– Praefectus annonae

AE, 1994, 421 ; AE, 2010, 284 ; Camodeca 2012 ; Filippini & Gregori 2014

 

Notes

1 Duncan-Jones 1994, 33-35 et 45.

2 Sur l’administration financière à l’époque d’Auguste : Speidel 2000. Pour une mise en perspective par rapport au personnel de l’état : Christol 1997, part. 68-69.

3 Cadiou 2008, 485.

4 Cic., Fam., 8.4 ; cf. Harmand 1967, 172 ; Cadiou 2008, 489-490.

5 Plut., Pomp., 55.12 : “ἀφ̕ ὧν θρέψει καὶ διοικήσει τὸ στρατιωτικόν”, la somme de mille talents est redonnée dans Caes., 28.8.

6 Bats 1994, 27-30. On trouvera un témoignage sur ces pratiques d’archivage dans Plut., Cat. min., 16-18 à travers le cas assez exceptionnel cependant de Caton.

7 Cic., Att., 6.6.4 ; cf. Harmand 1967, 173.

8 Polyb. 6.39.15.

9 Sall., Iug. 36.1.

10 Sall., Iug., 90.2.

11 Cic., Fam. 5.20.3-4.

12 Cic., Fam. 2.17.

13 Harmand 1967, 174-176 ; Nicolet 1993, 438.

14 Speidel 2000, 136.

15 Christol 2005, 114.

16 CIL, XVI, 67.

17 RMD, 100.

18 Burton 1993.

19 Pflaum 1968, 367 ; cf. Christol 1997, 65. Mise en perspective historiographique et générale : Christol 1999.

20 Id.

21 Christol 1997, 68-69.

22 Eck 1995, 43-46, 86-87 ; Speidel 2000, 136.

23 D.C. 51.17. Sur la genèse de la préfecture d’Égypte : Faoro 2011, 1-25.

24 Sur la mise en place du système provincial augustéen en Espagne : Le Roux 1982, part. 54-58, 75-77.

25 AE, 1902, 189 ; (D. 9007). Cf. Pflaum 1968 ; Laffi 1977 ; Demougin 1992, 242-244, n° 281 ; Faoro 2011, 259-260.

26 D.C. 53.15-16 ; cf. Speidel 2000, 137.

27 Eck 1995, 43-47, 102.

28 Pflaum 1961, 9.

29 Christol 1999, 623-624.

30 Pflaum 1968, 386 remarquait “il apparaît que nous ne disposons plus que d’un seul procurateur attesté épigraphiquement au cours du règne d’Auguste, ce qui ne laisse pas de nous inquiéter”.

31 D.C. 54.21.2-22 ; cf. Boulvert 1970, 49, n. 228 ; Speidel 2000, 143 pour le contexte.

32 AE, 1984, 664 ; AE, 2004, 969 ; Galsterer 2010, n° 267.

33 Pflaum 1968, 384.

34 D.C. 57.10.4 ; sur la bonne administration du début du règne de Tibère, au moins aux yeux de l’historiographie sénatoriale, voir le tableau soigneusement hiérarchisé et composé par Tac., Ann., 4.6.

35 CIL, VI, 5197 . cf. Boulvert 1970, 52-53.

36 Plin., Nat., 32.52.145 : à propos de l’argenterie extravagante de Drusilianus dit Rotundus, dispensator Hispaniae Citerioris sous Claude (PIR2 R 104) et Plin., Nat., 7.129 pour le dispensator de la guerre en Arménie capable de payer son affranchissement 13 millions de sesterces. Les dispensatores affectés à des expéditions s’occupaient cependant sans doute plus de questions logistiques que de la solde, voir ainsi pour le règne de Marc Aurèle un dispensator rationibus copiarum expeditionum, CIL, V, 2155, Altinum. Sur la continuité des pratiques frauduleuses et de l’enrichissement personnel on pourra songer à Theocritus et Epagathus, affranchis impériaux de Caracalla dont les pratiques nous sont connues par le témoignage de Dion Cassius 77 (78).21.2-3.

37 Tac., Ann., 1.16-53.

38 Pflaum 1968, 387-388.

39 Pflaum 1968, 387.

40 Jördens 2009, 14.

41 Pflaum 1961, 1061-1062.

42 Piso 2013, 4.

43 CIL, II, 4135 et IDR III/2, 88 ; Piso 2013, 99.

44 Pflaum 1961, 1050. Les attestations de procurateurs en Bretagne sont rares au iiie siècle, outre le cas, peut-être particulier d’Oclatinius Adventus (cf. Rankov 1987), on connaît vers 213, M. Cocceius Nigrinus, proc Aug. (RIB, 2066), peut-être n’y eut-il qu’un procurateur pour les deux provinces ? La division ne doit peut-être être placée que vers 214 : Camodeca 2012, 318.

45 Christol 1998, 235.

46 Christol 1990 désormais Christol 2005, 111-115 ; les objections de Le Bohec 1992 ont été réfutées par Haensch 1997, 741 n. 26 ; voir encore Haensch 2006, 174.

47 Une des mieux connues : Christol & Demougin 1990.

48 Boulvert 1970 ; Weaver 1972 ; Boulvert 1974. Voir infra note 135.

49 SB, 12, 11043 sur lequel voir désormais Eck & Cotton 2005, 29-33. Voir AE, 2000, 1504 pour une base de statue en l’honneur d’un affranchi impérial dans le praetorium des procurateurs.

50 CIL, III, 6065 ; cf. Haensch 2006, 164, n. 29.

51 Eck 2009, 228-235.

52 Haensch 2006, 173 ; un exemple célèbre de mésentente : Tac., Ann., 14.38-39.

53 Haensch 2006, 171.

54 Haensch 2006, 174 ; sur le personnel subalterne de l’administration financière voir France 2000 et les remarques de Speidel 2000, 152-153. Plus généralement sur ces affranchis et esclaves impériaux : Boulvert 1970 et Boulvert 1974 ; Weaver 1972 ; nous n’avons malheureusement pas pu exploiter Wachtel 1966, trop rare dans les bibliothèques françaises.

55 Gascou 1969, 548-549.

56 IDR III/5, 8 et 212 et 539.

57 IDR III/5, 10 ; sur cette nomenclature voir France 2000, 200-201.

58 AE, 1956, 123 et AE, 1957, 86. Sur l’administration financière en Afrique et Numidie : Haensch 1997, 738-744 ; Christol 2005, 101-132.

59 France 2000, 201.

60 CIL, VIII, 18327 et 4272 et 4273=18553 et AE, 1957, 86.

61 CIL, VIII, 3288 et 3291, cf. p. 1741 et 3289, cf. p. 1741 et Gascou 1969 (d’où AE, 1969-1970, 664) et AE, 1957, 86.

62 Gascou 1969, 546 ; Boulvert 1970, 429-433 ; France 2000, 201.

63 CIL, VIII, 3291.

64 CIL, VIII, 3289.

65 France 2000, 201.

66 Gascou 1969, 546 ; la nécessité du statut servile ne s’explique pas uniquement par la possibilité de passer à la question mais parce que l’esclave n’a pas de personnalité propre : Boulvert 1970, 430, n. 328 ; France 2000, 201. Sur les dispensatores : Weaver 1972, 225-227.

67 AE, 1957, 86 ; HD017138 avec photo : FO000181 ; cf. Christol 2005, 127, n. 75. L’épitaphe d’Aurelia Seuera, la femme d’Heliodorus, CIL, VIII, 3290, donne une indication sur la datation. On ne voit pas en quoi le contexte archéologique de la dédicace à Minerve empêcherait le rapprochement avec le bureau de la légion comme le pense Le Bohec 1992, 108. L’existence d’une dédicace à Minerve par le personnel de la familia rationis castrensis trouvée au même endroit (AE, 1957, 87) ne peut pas non plus aller contre ce rapprochement : les deux dédicaces ne sont pas nécessairement contemporaines, leur formulaire diverge légèrement. Par ailleurs le personnel de la familia rationis castrensis donne explicitement sa titulature justement pour se distinguer du bureau local qui n’a plus à préciser ce qu’il est, on peut penser que le personnel de la familia rationis castrensis ponctuellement de passage décida d’accomplir ses devoirs religieux dans un sanctuaire qui était fréquenté par le personnel administratif local. Sur le fiscus castrensis, voir infra note 103.

68 Gascou 1969 (d’où AE, 1969/70, 664).

69 Gascou 1969, 550 ; France 2000, 201.

70 IDR III/5, 10.

71 IDR III/5, 8 et 212.

72 IDR III/5, 539.

73 Tit. Aq., 99-105.

74 On aurait pu retenir IGLS, XIII-2, 9492 où la restitution “δισ[πενσάτορα τ]ὸν [πάτρωνα]” n’est suggérée que prudemment par l’éditeur, mais il semble qu’une autre restitution doit être tentée : Rossignol 2014.

75 Haensch 2006, 161 n. 3.

76 Voir ainsi Pflaum 1955 ; Gascou 1969 antérieurs à la découverte de l’inscription de Cologne.

77 Ferrua 1973, 74-75 (d’où AE, 1973, 83) ; cf. Christol 2005, 128 n° 98.

78 Galsterer & Galsterer 2010, n° 270 : “D(is) M(anibus) / Tigridi[s?] / Secundu[s] / Augg(ustorum) n(ostrorum seruus) dis[p(ensator)] / leg(ionis) I M(inerviae) / [...” ; cf Haensch 1997, 417 ; France 2000, 207, 217. On a parfois voulu faire d’AE, 1984, 664 ; Galsterer & Galsterer 2010, n° 267, l’inscription d’un dispensator legionis VI Victricis mais ce n’est pas le cas, sur cette inscription qu’il faut placer au début du principat voir supra n. 33.

79 CIL, VIII, 12883 et 13188, Karthago ; cf. Haensch 2006, 162.

80 France 2000, 208.

81 France 2000, 206 et France 2008, 504-505. Voir par exemple CIL, XIII, 11540, Augst et CIL, XIII, 11802, Mayence. Sur l’administration des entrepôts et leur fonctionnement voir aussi les études rassemblées dans Arce & Goffaux 2011.

82 IMS II, 40a : “Scholae / Genio men/sorum et leg(ionis ou -ioni?) et VII / Cl(audiae) pro salute / dd(ominorum) nn(ostrorum) Augg(ustorum duorum), / Alexander For/tunati disp(ensator) horr(eorum) / d(onum) d(edit) [...” ; la datation est donnée par IMS II, 40b qui semble être la base de cette inscription réalisée sur une colonnette et daterait donc de 252. Cf. Arnaud 1996, 255-256 ; France 2008, 505 ; Faure 2013, 752.

83 IMS II, 58 ; Faure 2013, n° 234-1 : “... pro salute ? / Imp(eratoris) Caes(aris) / M(arci) Aur(elii) Seue/ri Alexan/dri Au]g(usti) n[ostri] / et leg(ionis) V[II] / Cl(audiae) Seue[ri]/anae [[A[lex]/andri[anae] ]], / Myrism[us] / Felicis d[isp(ensatoris)] / uik(arius), lust[ro] / Cl(audii) Alex[an]/dri ha[s(tati) cum] mensorib[us] / Iul(ius) Valens, Iul(ius) [...], / Fl(auius) Protus, Aur(elius) L[...], / Aur(elius) Iulianus, Vlp(ius) I[...], / Aur(elius) Viator, Val(erius) V[...], / Ael(ius) Aelianus, Aur(elius) P[..., / Au]r(elius) Pyrrus <vac.> [u(otum) s(oluerunt) l(ibentes) m(erito) ?] / Modesto et Pr[obo co(n)s(ulibus)].” ; cf Arnaud 1996, 254 qui développe “lustr(auit) [ius(su)]”, le développement lustro se déduit du parallèle offert par les inscriptions concernant le lustrum primipili, en notant que (AE, 1962, 111) ; Tit. Aq., 132 ne semble pas concerner, comme on a parfois pu le penser, un mensor. Un autre affranchi impérial dispensator est attesté à Viminacium mais au iie siècle : IMS II, 43.

84 Pour un bilan complet, justement prudent et nuancé du dossier du lustrum primipili : Faure 2013, 83-97.

85 Carrié 1978, 239-240.

86 CIL, XIII, 4323 ; cf. France 2008, 505.

87 Sur ces comptes on verra désormais l’important bilan par Stauner 2010.

88 Zehetner 2009 ; Stauner 2010, 59-60.

89 P. Hamb. Inv. 445 ; cf. Zehetner 2009, part. 76-78.

90 Tit. Aq., 643, Aquincum, pour un adiutor officii rationum mil(itum?) et CIL, III, 1099 ; IDR III/5, 250, Apulum, pour un adiutor officii rationum devenu cornicularius praefecti kastrorum, les deux inscriptions datant de l’époque sévérienne.

91 Davies 1967 ; bilan de la discussion sur la question par Stauner 2010, 60-62. On verra sur ce point la contribution de Pierre Cosme, dans ce volume.

92 Cf. Cosme 2012, 106-107. On verra sur ce point la contribution de Stéphane Martin, dans ce volume.

93 Cic., Font., 13 ; cf. Rossignol 2009, 96-97.

94 Arr., Peripl. M. Eux., 6.2 et 10.3.

95 Arr., Peripl. M. Eux., 9.3-5. Est-ce lié au statut de ces soldats ? Il est difficile cependant de savoir de quelle troupe il s’agit, il pourrait s’agir de vexillarii légionnaires : Wheeler 2012, 641.

96 AE, 1996, 885, l. 54-55.

97 Sur Pollio : CPE, n° 54.

98 CIL, X, 3346 (D. 2906), Misenum : “Septimus, / Imp(eratoris) Traiani / Caesaris Aug(usti) / Germ(anici) Dacici / ser(uus), disp(ensator) classis, / Flauiae Carae / coniugi / sanctissimae.” Faut-il le rapprocher avec le CIL des dispensatores attestés à Puteoli (CIL, X, 1730-1732) ? Sans doute pas, ces derniers pouvaient avoir un rôle lié à l’activité du port ou à l’administration domaniale et non à celui de la flotte militaire : Boulvert 1970, 141 n. 324. CIL, X, 3347, Misenum : “Diadumenus / a rationib(us)”, nous fait connaître à Misène la présence probable d’un affranchi impérial chef du bureau a rationibus (voir infra), il est difficile de préciser si cette présence pouvait se rapporter aussi à l’administration de la flotte ou si elle s’expliquait par de toutes autres causes.

99 CIL, XI, 17, Ravenne : “Rogato Aug(usti) lib(erto), / tabul(ario) c[l](assis) pr(aetoriae) [R]au(ennatis), / Siluanus fil(ius) et / Felicissima neptis et / Seuerinus conlib(ertus) et / Dius lib(ertus) / heredes f(aciendum) c(urauerunt).”

100 Reddé 1986, 488.

101 Sur l’organisation financière de la flotte voir Boulvert 1970, 140-143 en corrigeant l’idée d’une évolution sous Claude vers des aspects plus civils avec Reddé 1986, 503-506.

102 Le débat sur la nature de cette caisse opposa Mommsen à Hirschfeld, cf. Boulvert 1970, 166-173, en dernier lieu voir France 1999 avec rappel de la bibliographie. La présence de la familia rationis castrensis à Lambèse (CIL, VIII, 2702 et 18250 et AE, 1957, 87 ; pour d’autres traces de ce personnel en Afrique voir CIL, VIII, 534 à Hippo Regius et 12609 à Carthage) a compliqué le débat sur les dispensatores et tabularii legionis III Augusta : cf. Pflaum 1955, 131 ; Gascou 1969 ; Boulvert 1970, 168. Il faut sans doute dissocier les deux dossiers et distinguer une présence structurelle dans la durée, le bureau attaché au légat de la légion, et une présence très ponctuelle, la familia rationis castrensis sous Septime Sévère.

103 Durry [1938] 1968, 264.

104 Durry [1938] 1968, 14.

105 Durry [1938] 1968, 110-111.

106 Zehetner 2009, 81-85.

107 Suet., Aug., 101.4 : “tertio breviarium totius imperii, quantum militum sub signis ubique esset, quantum pecuniae in aerario et fiscis et vectigaliorum residuis. Adiecit et libertorum servorumque nomina, a quibus ratio exigi posset.”  ; cf. Speidel 2000, 115 sq. Voir aussi IJsewijn 1987, p. 80, en particulier n. 281, mais il nous paraît difficile de s’appuyer sur CIL, VI, 33467 à la datation très imprécise pour rendre compte de la situation augustéenne, voir Weaver 1972, 259.

108 CIL, VI, 8409 ; AE, 1995, 100, Rome ; cf. Boulvert 1970, 75 et 77-78.

109 Boulvert 1970, 103.

110 PIR2 A 858 ; Oost 1958.

111 Liste dans Boulvert 1970, 97 n. 37, elle ne semble pas s’être beaucoup étoffée par la suite, en dehors des compléments ajoutés par IJsewijn 1987 (d’où AE, 1990, 69 et 70), voir les références en annexe.

112 Weaver 1972, 219 et 259-262.

113 Boulvert 1970, 96-99 sur l’organisation du bureau, sur les différentes fonctions voir notamment Weaver 1972, 236, 244-245.

114 Sur la difficulté d’identifier les chefs du bureau voir Weaver 1965, 149, Weaver 1972, 289. Diadumenus est un bon candidat mais la possibilité d’homonymes empêche de bien le cerner. AE, 1990, 69 a montré l’importance de sa femme, Iulia Epiphania. Sur son cas et ceux de Phaon et Atticus voir les références en annexe. Comment placer Phaon et Diadumenus après Pallas ? La question est ouverte.

115 Stat., Silv., 3.3 ; cf. Weaver 1965 ; Weaver 1972, 284-294.

116 Stat., Silv., 3.3.98-100.

117 Weaver 1972, 237 et 289.

118 Pflaum 1961, 1019. La question est posée du rôle financier du procurateur a loricata et de son rapport avec le bureau a rationibus : cette procuratèle romaine qui apparaît – en grec – dans le cursus honorum de Vibius Lentulus est désormais connue sous Claude dans le cursus de L. Pupius Praesens : Onur 2008, 62-64.

119 Boulvert, 1974, 128-130.

120 CIL, XIV, 5309, 23 et 28.

121 CIL, XIV, 2104 (D. 1475), Lanuuium.

122 CIL, XV, 7443 (D. 1476) et CIL, VI, 455 ; (AE, 1995, 91), Rome et CIL, IX, 2438, Saepinum et Kayser 1994, 22, Alexandrie ; cf. Weaver 1972, 237.

123 AE, 1971, 534 ; IAM, 94 Banasa.

124 AE, 1961, 280 ; CIL, VI, 41118, Rome.

125 CIL, VI, 1585 a et b.

126 Sablayrolles 1999 ; Camodeca 2012, 307-308. On trouvera en annexe les références essentielles sur chacun des titulaires du poste pour l’époque antonine ainsi que le résumé de leur carrière.

127 Rossignol 2004, 1098 en corrigeant légèrement le tableau : il faut sans doute penser que Flavius Titianus était titulaire du poste au début du règne (voir infra), Baienus Blassianus puis Bassaeus Rufus lui sucédèrent. Entre ce dernier et Claudius Vibianus Tertullus il faut placer Licinius Papirianus et peut-être un inconnu. Taius Sanctus dû succéder à Tertullus mais quitta son poste avant la mort de Marc afin de rallier sa préfecture d’Égypte, le nom de son successeur nous échappe. Le nombre de sept titulaire pour une vingtaine d’année ne semble pas particulièrement exceptionnel, comparer ainsi avec Christol 2007, 135.

128 Christol & Demougin 1990, 211.

129 Demougin 2000.

130 Christol 1999, 618-619.

131 Il ne s’agit pas d’une curiosité du règne, on retrouve plus tard le même type d’avancement pour M. Cnaeus Licinnius Rufinus (AE, 1997, 1425).

132 On ignore la carrière des autres a rationibus connus pour la période : [...]ius Achil[leus?] ; P. Licinius Papirianus et Iulius Candidus. L’exercice du secrétariat a rationibus vers 160-162 et d’une préfecture à Rome, les vigiles plutôt, conviendraient bien à la carrière du préfet d’Égypte qu’est Flauius Titianus II (PIR2 F 386 ; CPE, 154) et aux lacunes dans nos fastes (Rossignol 2004, 1098 ; Christol 2007, 124). Titianus avait été gouverneur de Norique. On ne peut rapprocher du personnage la carrière d’un Flauius Titianus connue à Lyon par CIL, XIII, 1804 (PIR2 F 379), car il semble qu’il faille plutôt la rapporter à l’homonyme, et aussi préfet d’Égypte, qui exerça sous Hadrien (PIR2 F 385) : ayant exercé la procuratèle financière de Lyonnaise et Aquitaine ce pourrait être lui aussi un bon candidat pour le poste d’a rationibus qu’il aurait pu exercer vers 124-125 mais notre information étant plus lacunaire pour cette période il y a plus d’hypothèses possibles quant à son parcours entre la Lyonnaise et l’Égypte. D’autres titulaires hypothétiques du poste ont été envisagés comme ...]ilius de CIL, VI, 1564 ; CIL, VI, 41130. De même sous Antonin le Pieux le successeur de Claudius Secundinus dans la charge fut sans doute l’un des titulaires des préfectures équestres vers 150, peut-être M. Sempronius Liberalis au regard des lacunes des fastes et des possibilités d’avancements, voir à cet égard le tableau de la situation dans Christol 2007.

133 Sur ces questions de logistique et de pression fiscale voir Reddé 2011. Sur les carrières des procurateurs des Gaules : Lefebvre 1997.

134 On songe à la carrière du tabularius a rationibus T. Aelius Saturninus, CIL, VI, 8450 (D. 1521), cf. Boulvert 1974, 175-177, Sur les adiutores : Boulvert 1974, 173 ; Weaver 1972, 240. Voir aussi M. Aurelius M. Aug. libertus Marcio proximus rationum puis, plus tard, procurateur en Bretagne : CIL, III, 348 (D. 1477) ; cf. Boulvert 1974, 142-143, 167. Sur ces carrières voir les observations de Weaver 1972, 224-227 et 272.

135 Pflaum, 1961, 1019-1020 ; Boulvert 1970, 303-304 ; sur les deux postes voir les importantes remarques de Christol & Demougin 1990, 199-207.

136 CIL, VI, 1585b ; cf. Christol & Demougin 1990, 193.

137 On pourra songer à cette perte en songeant à la complexité de l’histoire des finances des royaumes européens de la période moderne, voir ainsi Antoine, 2003 qui fait ressortir par contraste la stabilité et la relative simplicité des institutions romaines.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search