Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

La Laconie

Le Ténare : un grand marché de mercenaires à la fin du ive siècle ?

Jean-Christophe Couvenhes

Texte intégral

Je remercie Patrice Brun d'avoir bien voulu relire cet article. Les conclusions n'engagent que l’auteur.

  • 1 Bölte 1931. Avant cette date, Colin 1925, 321 avait défini le Ténare comme un “grand centre de raco (...)
  • 2 Niebuhr 1851, 473 et Droysen 1889, 79, note 2.
  • 3 Cf. Annexe 1 : Testimoniae (de T1 à T15), qui reprend les occurrences de Bölte, en y faisant des aj (...)

1Au siècle dernier, l’historiographie a développé le thème d’un “grand marché de mercenaires” au cap Ténare. À l’origine de ce thème, l’article de Felix Fritz Otto Bölte paru en 1931 dans la Pauly-Wissowa, à l’entrée “Tainaron”1. Reprenant les travaux de Niebuhr et de Droysen, qui dataient du xixe siècle2, le savant allemand y rassemble toutes les attestations littéraires relatives aux soldats ayant séjourné ou bien ayant été enrôlés au Ténare : ces attestations, assez peu nombreuses, se répartissent au cours du dernier tiers du ive siècle, de 333 à 303-302 a.C.3

2Dans sa courte notice, Bölte décrit le Ténare à la fois comme un “lieu d’enrôlement” (Werbeplatz) et un “lieu de rassemblement” (Sammelplatz). Il souligne également l’isolement du lieu, du fait de sa situation géographique, à l’extrémité méridionale du Péloponnèse, et de sa nature montagneuse, “les autorités spartiates n’ayant – dit-il – pas besoin de se soucier de ce que des soldats abandonnés dans ce recoin portent atteinte aux habitants du territoire ; à l’inverse, on peut supposer qu’elles prélevaient une contribution sur les enrôlements à destination de l’étranger”. Pour Bölte, le Ténare apparaît donc comme une zone de rassemblement et d’enrôlement de mercenaires, à l’écart du territoire spartiate mais sous le contrôle de ses autorités. Apparaissent là les origines du “grand marché de mercenaires”, thème repris par la suite.

  • 4 Parke 1933, 200, qui finalement traduit en anglais les termes employés par Bölte.
  • 5 Griffith 1935, 259, qui ne cite pas l’article de Bölte.
  • 6 Griffith 1935, 260 : “This function of Taenarum disappears in the third century, nor is it possible (...)
  • 7 Griffith 1935, 260 : “a scholar myth”. L’existence d’un tel marché à Aspendos, en Pamphylie, a été (...)
  • 8 Griffith 1935, 260 : “In reality, ther is no ground whatever for believing that Aspendus was an Asi (...)
  • 9 Selon Griffith, le seul cas comparable au Ténare est Éphèse, qui passe pour avoir été un lieu impor (...)

3En 1933, dans son ouvrage portant sur les mercenaires grecs jusqu’à la bataille d’Ipsos, H. W. Parke, plus sensible que Bölte à la mise en perspective historique, considérait que le Ténare était devenu à partir de 333, et pour une douzaine d’années, “the chosen meeting place and recruiting field for anti-Macedonian mercenaries”4. En 1935, G. T. Griffith, qui prend la suite chronologique de l’étude de Parke, considère l’existence dans le monde grec de “fixed rallying-points for soldiers in want of employment”, au premier rang duquel figure le cap Ténare : “one such place was certainly Taenarum, for some years in the fourth century”5. Griffith note que cette fonction du Ténare disparaît au iiie siècle et qu’il est impossible de citer une autre ville ou localité ayant connu un phénomène similaire à la même époque6. Bien au contraire, Griffith s’emploie à rappeler que le seul parallèle un temps évoqué pour le iiie siècle, à savoir le marché aux mercenaires de la cité d’Aspendos, en Pamphylie, n’est qu’un mythe historiographique7. Cette remise en cause du cas d’Aspendos comme parallèle à celui du Ténare est néanmoins concédée d’une manière étonnante, puisque Griffith admet que la situation maritime d’Aspendos, avec son port, ainsi que la proximité de populations combattantes pourrait en avoir fait un marché aux mercenaires, au même titre que les autres cités de la côte d’Asie Mineure8. En d’autres termes, si la cité d’Aspendos n’est pas comparable au Ténare, ce n’est pas parce qu’elle ne fut pas le lieu d’un marché aux mercenaires ; c’est parce que le phénomène n’y a pas été d’une ampleur aussi forte que dans le Péloponnèse9.

  • 10 Roussel 1939, 266-267.
  • 11 Launey 1949, I, 105.

4Par la suite encore, cette spécificité du Ténare fut accentuée. P. Roussel, dans l’Histoire grecque de Gustave Glotz, indique qu’en 324, “Le Ténare était déjà le grand marché des mercenaires”10. Surtout, Marcel Launey, dans ses Recherches sur les armées hellénistiques, souligne que “le Péloponnèse contient, au moins dans le dernier tiers du ive siècle, un des marchés de mercenaires les mieux achalandés, celui du Ténare, où affluent tous les aventuriers et tous les mercenaires sans emploi, et d’où un chef d’armée, pourvu qu’il n’arrive pas les mains vides, est sûr de repartir avec plusieurs milliers d’hommes”11. Sous la plume du savant français, le Ténare apparaît donc comme un lieu commercial d’échange, non pas le seul, mais “le mieux achalandé”, où se concentrent à la fois une offre abondante, d’aventuriers et de mercenaires et une demande sérieuse de chefs d’armées qui, munis d’argent sonnant et trébuchant, sont assurés de trouver des hommes à profusion.

  • 12 Will 1979, I, 29.
  • 13 Will 1999, 30.
  • 14 Cartledge & Spawforth 2002, 21.
  • 15 Garlan 1972, 68-69, parle de ces “‘marchés’(tel le cap Tainare au sud du Péloponnèse) où se concent (...)

5Édouard Will, en citant Diodore, notre principale source, et après avoir bien lu M. Launey, souligne également l’agitation des mercenaires de “ce grand marché d’hommes du cap Ténare”12. C’est donc Édouard Will qui consacre le terme, traduit en anglais dans la Cambridge Ancient History par “a huge man-market”13 et repris tel quel par P. Cartledge dans l’ouvrage récent consacré à Sparte hellénistique et romaine14. Dès lors, la vision d’un “grand marché” semble enracinée et reproduite dans de nombreux travaux. La liste est longue de ceux qui adoptent cette notion de grand marché sans vraiment s’intéresser à ce qu’elle recouvre précisément15.

6Qu’en était-il exactement du marché du Ténare ? À en croire l’historiographie, la concentration d’hommes présente au cap Ténare fonctionnait donc comme un marché. C’est ce que précisément nous souhaiterions réévaluer dans cette communication. Il s’agira 1) d’abord de présenter plus précisément l’image moderne de “ce grand marché de mercenaires” ; 2) ensuite de reconsidérer les sources littéraires qui mentionnent l’existence de soldats au Ténare de 333 à 303-302 et de tenter de percevoir la (ou les) réalité(s) de ce phénomène resté célèbre.

L’image moderne d’un “grand marché de mercenaires

  • 16 Launey 1949, I, 30-35.
  • 17 Couvenhes 2004, 88, n. 58.
  • 18 Ducrey 1971.
  • 19 Launey 1949, I, 30.
  • 20 Launey 1949, I, 30. C’est la fonction de Pyrgopolynice, dans le Miles Gloriosus (v. 75-76 et 947-94 (...)

7Dans ses Recherches, Marcel Launey a tenté de préciser les mécanismes du marché du Ténare, en définissant d’abord le type de recrutement qui y était pratiqué. On sait que, pour engager des mercenaires, les États (cités et royaumes) pouvaient procéder de trois manières16. Une première manière consistait à recruter des mercenaires dans le cadre de traités d’alliance (symmachia) : c’est le cas notamment pour les mercenaires crétois au iiie siècle17, selon une procédure comparable à ce qui se passait dans certains cantons suisses à l’époque moderne18. Un second moyen était d’engager directement un chef de bande, le fameux condottiere, en réalité hégémôn, qui répondait de ses hommes devant son employeur19. Le troisième procédé, le plus fréquent, consistait “à envoyer sur place des agents recruteurs, appelés xénologoi, armés de gros moyens financiers pour les avances de solde”20. Selon Launey, la tâche de ces derniers est “facilitée par l’existence de certaines concentrations de soldats, dont le plus célèbre, à la fin du ive siècle, est celle du cap Ténare, en Laconie. [Car] le plus souvent, ces recruteurs doivent parcourir d’assez vastes régions pour rassembler leurs hommes”. Dans l’esprit de Launey, c’est donc le troisième procédé, xénologein, qui est appliqué au Ténare. Toutefois, le Ténare conserve un caractère d’exception : ce que le xénologue est susceptible de faire sur une zone géographique étendue, passant de cité en cité, il peut le faire de manière plus aisée dans cet espace restreint du Péloponnèse présentant une forte concentration d’hommes.

  • 21 Launey 1949, I, 105.
  • 22 Ces soldats “péloponnésiens” sont : les “Péloponnésiens” d’Alexandre dans sa campagne de Lydie (Arr (...)

8De l’existence même du marché du Ténare, M. Launey tire d’ailleurs une conséquence méthodologique importante lorsqu’il aborde la question des Péloponnésiens engagés dans les armées hellénistiques. Ainsi, dans les sources, “il n’est pas certain – dit-il – que les ‘Péloponnésiens’ repérés, c’est-à-dire les soldats ‘ recrutés dans le Péloponnèse’, soient véritablement toujours originaires de cette partie du monde grec […] Beaucoup de ces ‘Péloponnésiens’ n’ont eu d’autre contact avec le Péloponnèse qu’un séjour momentané dans les baraques ou les tentes qui formaient le grand camp du Ténare”21. Dans cette phrase, Launey donne l’image d’un camp de transit, constitué de tentes et de baraques, dont aucune source antique n’atteste d’ailleurs l’existence ; un camp favorisant la disparition des ethniques des soldats y convergeant, au profit de la seule origine géographique de “péloponnésien”. En regardant de plus près les occurrences concernées, on peut à mon sens faire l’économie de ce “relais” du Ténare pour expliquer que des auteurs tels que Quinte-Curce ou Arrien désignent simplement une origine géographique par cette seule dénomination de “péloponnésien”22.

  • 23 Ducrey 1985, 134-135.

9C’est certainement Pierre Ducrey qui, dans son ouvrage intitulé Guerre et guerriers en Grèce antique, donne du marché du Ténare l’image la plus reconstruite. Par opposition au principe de recrutement des traités d’alliance, P. Ducrey souligne qu’“il existe d’autres méthodes de recrutement n’impliquant pas l’intervention de la cité d’où sont originaires les soldats. Il suffisait simplement de s’adresser aux marchés de mercenaires qui s’ouvraient selon les périodes en certains lieux. Le plus fréquenté se trouvait au fond d’une crique située à l’extrémité du cap Ténare (ou cap Matapan), à la pointe méridionale de la plus grande des presqu’îles du Péloponnèse ; le site offrait un excellent mouillage. Sur la rive, de nombreuses citernes creusées dans le roc attestent aujourd’hui encore l’existence d’un habitat. Escale de vaisseaux pirates et centre d’embauche de mercenaires, le cap Ténare vit passer des milliers d’hommes à la fin du ive siècle et au début du iiie. C’était la principale bourse aux mercenaires connue”23.

10Il est intéressant de constater l’évolution survenue entre la notice de Bölte et la présentation de Ducrey. Alors que chez Bölte le cap Ténare apparaissait comme un finistère, coupé du reste du Péloponnèse, Ducrey suggère que la région était reliée au reste de la péninsule et densément peuplée. Alors que Bölte envisageait l’endroit comme un lieu de rassemblement et d’enrôlement finalement conjoncturel, lié à des circonstances certes nombreuses – qu’il énumère – mais pour le moins particulières de l’histoire grecque, Ducrey donne une définition structurelle du marché : il s’agit d’une sorte de bourse aux travailleurs, la principale connue, alimentée de façon saisonnière par des hommes prêts à séjourner quelques temps dans ce lieu propice à l’embauche pour le métier des armes.

  • 24 Selon Str., Géographie, 14.5.2, “Délos pouvait chaque jour recevoir et exporter des dizaines de mil (...)
  • 25 Cela ressort de certains passages, reproduits en Annexe 1, notamment de T11 (Diod. 18.21.1) et de T (...)
  • 26 Sur le marché, nombre d’aspects théoriques ont été défrichés par les travaux de Weber 1998 et de Po (...)

11Voilà pour l’image moderne du marché des mercenaires du Ténare. C’est cette image commerciale que j’aurais aimé pouvoir creuser dans l’antiquité ; de même que j’aurais souhaité pouvoir décrire plus précisément les mécanismes d’un tel marché. Or, si l’on se penche à nouveau sur les sources littéraires, la réalité apparaît assez éloignée de celle du “grand marché d’hommes” voulue par certains historiens. Aucun auteur ancien ne parle explicitement de marché de mercenaires au Ténare, comme il a pu exister un marché au esclaves à Délos, par exemple24. Je ne nie pas le fait que des soldats aient été enrôlés au Ténare25. Je précise seulement que les circonstances dans lesquelles cet enrôlement eut lieu ne relève pas d’un marché ouvert, répondant au principe de l’offre et de la demande et organisé de manière structurelle, comme cela peut apparaître dans le conception de certains modernes26. Cet enrôlement dépend plutôt d’une série de circonstances sur lesquelles il convient maintenant de revenir, afin de dégager, si possible, les conditions de recrutement des soldats. Méthodologiquement, j’ai groupé les sources littéraires selon différentes phases chronologiques en cherchant à chaque fois à restituer une identité et une fonction particulière au cap Ténare (cf. les Testimonia en Annexe).

Le Ténare, base maritime dans la guerre d’Agis

  • 27 La “guerre égéenne” est provoquée par les Perses en réponse aux progrès d’Alexandre en Anatolie ; e (...)
  • 28 Arrien 2.13.4-6 (T1). Quinte-Curce ne parle pas de l’entrevue de Siphnos ; cf. infra, Diod. 17.48.1 (...)
  • 29 Sur l’action d’Agis III, outre Badian 1967 et Bosworth 1975 ; on consultera aussi Badian 1994.
  • 30 Bosworth 1980, 224, souligne combien le rendez-vous était arrangé et qu’une seule trière signifiait (...)
  • 31 Agésilas (Berve, no 11) comme Hippias ne sont connus que par ce passage. Bosworth 1980, 224, pense (...)

12La fonction du Ténare comme base maritime est documentée par un passage d’Arrien (T1, v. infra) qui nous informe du soutien militaire et financier apporté par les Perses aux Spartiates, dans le contexte de la “guerre égéenne”27. Le Ténare y est mentionné pour la première fois en relation avec des opérations militaires28. Arrien indique que le roi Agis III29, “faisant route avec une seule trière30, vint trouver [Pharnabaze et Autophradatès, qui se trouvaient alors à Siphnos] pour leur demander de l’argent pour la guerre, et aussi de lui envoyer dans le Péloponnèse, tout ce qu’ils pourraient comme forces navales et terrestres” (2.13.4). En dépit du choc produit entretemps par l’annonce du désastre d’Issos, survenu en novembre 333, et du changement de plan opéré par Pharnabaze, soucieux de se rapprocher de ses bases, Agis reçut d’Autophradatès “30 talents d’argent et dix trières”. Agis “envoya Hippias remettre le tout à son frère Agésilas31, au cap Ténare. Il lui donna comme instructions d’inviter Agésilas à payer la solde complète aux matelots et à cingler au plus vite vers la Crète, pour y stabiliser la situation. Lui, pour le moment, resta sur place dans les îles et, ultérieurement, rejoignit Autophradatès à Halicarnasse” (2.13.6).

  • 32 Parke 1933, 201, n. 1 ; Launey 1949, I, 105, n. 1.

13Ce passage a été interprété par Parke comme “the first reference to Taenarum as a recruiting ground” ; Launey parlait du “recrutement d’Agis (333)” à propos du même passage32. Pourtant, il n’est nullement fait mention d’un enrôlement au Ténare. Ce dont il est question, c’est du paiement d’un complément de solde aux matelots, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit des matelots des dix trières ramenées de Siphnos par Hippias ou bien s’il s’agit de matelots déjà présents au Ténare, placés sous les ordres d’Agésilas, dans l’attente d’une rémunération suffisante pour agir. Dans les deux cas, la mention d’un complément de solde laisse apparaître un enrôlement antérieur, dont on ne peut assurer qu’il fut effectué au Ténare. Quant aux trente talents d’argent, on peut penser qu’ils devaient servir pour partie à régler le complément de solde des matelots, mais aussi, pour une autre partie, à subvenir aux frais militaires à venir.

14Dans ce passage d’Arrien, le Ténare constitue en réalité un point de ralliement des dix trières, obtenues à Siphnos, avec les forces d’Agésilas, le frère du roi. Le Ténare apparaît aussi comme une étape en vue d’un prolongement des opérations vers la Crète. Le mouillage imposé s’explique donc autant pour des raisons techniques (nécessité de rallier Agésilas, de faire étape, de payer les matelots, grâce à l’argent perse) que pour des raisons stratégiques (lancer l’expédition vers la Crète, toute proche). À l’exception des matelots, il n’est pas fait allusion à des mercenaires.

  • 33 On sait seulement par Arrien 2.13.2-3, Quinte-Curce I4.1.27 et Diod. 17.48.2 (à propos d’Amyntas) q (...)
  • 34 Badian 1961, 26, n. 68, qui pense en outre que les 8 000 hommes d’Agis comprennent les 4 000 mercen (...)
  • 35 Badian 1961, 25 : “Agis got only 10 trirèmes and 30 talents of silver”.
  • 36 Il est possible de supposer qu’Agis et sa troupe firent voile directement vers la Crète, sans passe (...)

15L’extrait d’Arrien doit être rapproché d’un passage de Diodore (T2), qui relate des événements dont on perçoit assez imparfaitement le rapport chronologique avec les précédents. “En Europe – écrit Diodore en 17.48.1-2 – Agis, roi des Lacédémoniens, prit à son service huit mille mercenaires sortis sains et saufs de la bataille d’Issos et, pour être agréable à Darius, il s’efforçait de susciter des troubles. Ayant d’autre part reçu du Grand Roi des navires et d’importants subsides, il fit voile vers la Crète et se rendit maître de la plupart des cités de l’île, qu’il força à embrasser la cause des Perses”. On ne sait pas grand-chose de ces 8 000 mercenaires échappés d’Issos33 et rien des conditions dans lesquelles Agis s’attacha leurs services34. L’expression κατγρ τν Ερώπην doit être traduite par “dans toute l’étendue de l’Europe”, ce qui laisse supposer qu’Agis a pu recruter ces soldats en plusieurs endroits de Grèce. Il est possible que la mention des navires et des importants subsides reçus du Grand Roi fasse référence aux 10 trières et 30 talents cités par Arrien, même si 30 talents ne constituent pas une somme très élevée35. Diodore, fidèle à son style elliptique, ne dit rien non plus des escales effectuées dans le voyage d’Agis et de sa troupe vers la Crète : ne sont cités ni Halicarnasse, ni le Ténare, mentionnés par Arrien36.

  • 37 Badian 1967, 177 qui s’appuie sur Diodore, loc. cit. ; cf. aussi Quinte-Curce 4.1.39-40.
  • 38 Badian 1967 et 1994.
  • 39 Quinte-Curce 4.8.15 ; cf. Bosworth 1975, 31-33.

16Le seul élément positif livré par Diodore réside dans les motivations politiques du roi spartiate : “se rendre maître de la plupart des cités de l’île, [en les forçant] à embrasser la cause des Perses” (Diod. 17.48.2). Il est donc probable qu’à cette date la préoccupation majeure d’Agis était de faire basculer politiquement la Crète du côté perse37. Le but poursuivi par l’expédition d’Agis n’était sans doute pas d’aller enrôler des mercenaires crétois, archers et fantassins légers pour l’essentiel. En effet, le roi spartiate se trouvait déjà à la tête de 8 000 hommes aguerris, qui avaient combattu du côté perse à Issos, et que l’on retrouve par la suite dans le Péloponnèse, face aux troupes macédoniennes38. D’ailleurs, au début de l’été 331, la situation politique de la Crète était à ce point préoccupante pour Alexandre qu’Amphotéros fut spécialement envoyé pour reprendre possession de l’île, alors largement occupée par les forces spartiates et perses39.

  • 40 Griffith 1935, 259 : “it looks as if Taenarum was already a Spartan naval base, if it twas nothing (...)
  • 41 Cf. les tableaux de Roy 1967, 287-323, sp. p. 296, n. 43 et Marinovic 1988, 33.
  • 42 Troupe de Cléandre : Arrien 2.20.5 ; Quinte-Curce 4.3.11 ; Troupe d’Amyntas : Diod. 17.65.1 ; Quint (...)
  • 43 Bosworth 1975, 29, souligne que ces enrôlements s’effectuèrent au moment même où Agis III intensifi (...)

17Dans cet épisode de préparation à la guerre d’Agis, documenté par Arrien et Diodore, le cap Ténare n’apparaît donc pas comme un marché, mais comme une base navale sous contrôle spartiate40. Certes, de longue date, le Péloponnèse a constitué un lieu de recrutement privilégié de mercenaires. On peut citer par exemple la forte coloration péloponnésienne de l’armée des Dix Mille, où les Arcadiens, les Achaïens et les Spartiates sont représentés en masse41. Au printemps 332, puis à la fin de l’année 331, Cléandre puis Amyntas levèrent chacun un contingent péloponnésien de 4 000 mercenaires pour le compte d’Alexandre42, chiffre relativement faible au regard des ressources traditionnellement offertes par la région. Il est possible qu’à cette date les émissaires d’Alexandre aient eu à subir la concurrence des enrôlements effectués par Agis, comme le suppose Bosworth43, mais, en aucun cas, le rôle du Ténare comme lieu d’enrôlement ne semble documenté.

Léosthénès et la concentration des mercenaires licenciés par Alexandre

  • 44 Pour la guerre d’Agis, et donc la date de la bataille de Mégalopolis, nous suivons la chronologie d (...)

18Ce n’est qu’après la défaite spartiate à Mégalopolis au printemps 33044 que le cap Ténare devient un lieu de concentration de mercenaires tel qu’il a amené les modernes à postuler l’existence d’un marché. Un deuxième série de sources atteste en effet la présence de soldats sur le promontoire laconien jusqu’au déclenchement de la guerre lamiaque. Il s’agit des passages relatifs aux troupes de Léosthénès et d’Harpale, peut-être de Charès, dont le point commun est d’avoir été précipité sur la route, puis sur mer, du fait de la décision d’Alexandre de congédier les mercenaires des satrapes et stratèges d’Asie.

  • 45 Diod. 17.106.2-3 avait déjà exposé les motifs et le contexte de cette décision, transmis par ordre  (...)
  • 46 Lepore 1955, 167.
  • 47 Lepore 1955, 167-169 ; Lepore penche pour Diyllos plutôt que pour Clitarque.
  • 48 Lepore 1955, 169.

19Deux passages de Diodore, l’un au livre 17, l’autre au livre 18, mettent en scène, de manière fort elliptique et chronologiquement problématique, le cap Ténare et ses mercenaires. En 17.111.1 (T3), l’historien est amené à parler du Ténare après avoir débuté un court exposé sur la cause directe de la guerre dite “lamiaque” issue, selon lui, des troubles et mouvements révolutionnaires qui éclatèrent alors en Grèce. La raison de cette agitation était la décision d’Alexandre de congédier les mercenaires commandés par ses satrapes et ses stratèges. Cette décision est connue par ailleurs : elle fut prise par le roi durant l’hiver 325-324, en Carmanie, au retour de son expédition indienne, après avoir constaté que beaucoup de satrapes et de stratèges s’étaient comportés en son absence comme des dynastes indépendants45. En 111.1, Diodore n’expose pas les causes, mais les conséquences de cet ordre royal ; conséquences sociales désastreuses, “si bien que des bandes errantes de mercenaires sans emploi sillonnaient l’Asie entière et se procuraient par le pillage ce dont elles avaient besoin pour subsister, passant ensuite la mer, ces mercenaires affluèrent de toutes part au cap Ténare”. Selon E. Lepore, Diodore a utilisé Clitarque pour cette notice46. Le lien entre ce premier paragraphe et le paragraphe suivant (111.2), dont la provenance est plus difficile à déterminer47, s’opère par la mention du Ténare : “De même, les satrapes et généraux perses survivants, qui avaient réuni de l’argent et des soldats, naviguèrent vers le Ténare, où leurs troupes fusionnèrent”. Enfin, dans le dernier paragraphe (111.3), pour lequel Diodore a certainement utilisé une source athénienne48, il est précisé que les mercenaires élurent comme stratège autokratôr Léosthénès, qui noua des liens secrets avec la boulè athénienne, obtint 50 talents et des armes à distribuer, et entama aussi des pourparlers pour une alliance avec les Étoliens, qui étaient hostiles au roi de Macédoine.

20Revenant sur ces événements au livre 18.9.1-5 (T6), Diodore donne cette fois-ci deux motivations à la guerre : le trésor d’Harpale et les mercenaires d’Asie licenciés par les satrapes. La mention aux mercenaires d’Asie fait non seulement écho au récit de 17.111.1-3, mais également donne d’utiles précisions. L’historien indique en effet que les mercenaires “étaient huit mille et séjournaient au cap Ténare, dans le Péloponnèse”. Il indique aussi que Léosthénès agissait sur l’ordre secret des Athéniens qui l’avaient enjoint de recruter des soldats comme s’il agissait “pour son propre compte, sans l’autorisation du peuple” (ὡςδιοπραγοντα χωρς τς τοδήμου γνώμης), et ce pour gagner du temps en trompant la vigilance d’Antipater. Diodore insiste sur le fait que les soldats étaient expérimentés, pour avoir participé à de longues campagnes en Asie. Au paragraphe 4, l’auteur poursuit son récit de la manière suivante : l’annonce de la mort du roi ayant été certifiée à Athènes par des témoins oculaires, le peuple athénien “démasqua ses intentions belliqueuses. Envoyant à Léosthène une partie de l’argent d’Harpale ainsi qu’un nombre considérable de panoplies, il lui enjoignit de ne plus dissimuler, mais de faire ouvertement ce qui était d’intérêt public. Celui-ci distribua aux mercenaires la solde convenue et donna des armes à ceux qui en étaient démunis. Il gagna ensuite l’Étolie pour conclure avec ce peuple un accord de coopération [...]”. On constate encore que le récit est comme décalqué du précédent, avec pour précision le fait que les 50 talents cités en 17.111.3 sont “une partie de l’argent d’Harpale”.

  • 49 Sur ce point, cf. Hornblower 1981, 33, n. 51. Sur les problèmes chronologiques propres au livre 18, (...)
  • 50 Marinovic 1989, 100. L’observation est faite également par Goukowsky 1976, 153, n. 2 : “il faut che (...)
  • 51 En rupture avec l’opinion communément admise jusqu’alors, Mitchel 1964, 13-17 admet la réalité de c (...)

21Plusieurs difficultés relatives à la chronologie apparaissent à la lecture de ces deux récits, ce qui ne saurait surprendre chez Diodore. Le chevauchement chronologique entre une partie du récit de 18.9.1-3 et de 17.111.1-3 s’explique par le style de Diodore qui au début du livre 18, procède à de nombreux retours en arrière (par ailleurs nullement obligatoires) au temps d’Alexandre49. Une deuxième difficulté tient à un glissement de composition : pour s’être penchée sur ces deux passages, L. Marinovic a fort justement noté que le premier motif de la guerre exposé en 17.111.1 – à savoir les mercenaires qui se livraient, en bandes errantes, au pillage en Asie, faute de subsistances – devient en réalité le moyen de la guerre, utilisé par Léosthénès, conjointement à ses démarches diplomatiques d’alliance envers l’Étolie50. Une troisième difficulté concerne la manière dont on résout la date des pourparlers entre les Athéniens et Léosthénès. La question a fait couler beaucoup d’encre51. Du point de vue athénien, le problème est complexe – et a d’ailleurs été inutilement compliqué par les modernes – à cause de l’enchevêtrement dans cette chronologie de quatre autres chronologies : je veux parler 1) de la chronologie de l’affaire d’Harpale, 2) de la chronologie du rescrit de Suse ordonnant le retour des bannis dans leur cité, ce qui prit à Athènes la forme d’une question spécifique sur le retour des Samiens dans leur île, 3) de la chronologie des honneurs divins accordés à Alexandre et enfin 4) de la chronologie de la carrière de Léosthénès. Il ne s’agit pas ici de reprendre toute ces questions mais seulement la dernière.

  • 52 Mitchel 1964, 13-17.

22Il convient de noter que si Diodore n’est certainement pas la meilleure autorité en matière de chronologie, il donne néanmoins la seule narration continue des événements du point de vue du Ténare. Comme l’a noté F. W. Mitchel, il est donc possible de préciser la chronologie de l’action de Léosthénès et de la présence de ses troupes au Ténare à partir de Diodore52. Le premier récit, de l’arrivée des mercenaires au Ténare aux pourparlers secrets avec la boulè (17.111.1-3) est synchronisé avec les événements d’Asie qui conduisent de la révolte d’Opis à la mort d’Héphaïstion, au printemps 324, et est suivi de l’expédition d’Alexandre contre les Kassites, entamée à l’automne 324. Tous ces événements sont néanmoins placés par Diodore durant l’archontat d’Antiklès (325/324). Le second récit se place après la mort d’Alexandre, à ceci près qu’en 18.9.1-2, l’historien revient sur des événements survenus avant la mort d’Alexandre le 13 juin 323 (archontat d’Hégésias, 324/323), à savoir la concentration de mercenaires au Ténare, la fuite d’Harpale, et aussi le versement d’argent et la fourniture d’armes en secret par la cité athénienne. Au moment où la mort du roi est assurée, peut-être pas avant septembre 323 (archontat de Képhisodoros, 323/322), le peuple athénien adopte alors une position officielle, enjoignant Léosthénès de “faire ouvertement ce qui était d’intérêt public”. On peut penser que les pourparlers secrets entre Léosthénès et la boulè athénienne prennent donc place du printemps 324 à l’été 323.

  • 53 Landucci Gattinoni 1995, 77.
  • 54 Habicht 2006, 53.
  • 55 L’inscription, publiée par Léonardos a été reprise dans le recueil de Reinmuth 1971, no 15 (avec me (...)
  • 56 Mathieu 1929, 161-165, suivi par tous ses successeurs à l’exception de : Gomme 1933, 68-69 (327/326 (...)
  • 57 Tracy 1995, 24-26.
  • 58 Tracy 1995, 24-26. C’est la conclusion à laquelle étaient parvenu Jaschinski 1981, 51-54 et Boswort (...)
  • 59 Tracy 1995, 24-26. Pour la dédicace d’Oropos, Tracy penche pour la date de 329/328.
  • 60 Diod. 15.95 ; Polyen, 6.2.1-2 ; cf. Davies 1971, 342-343.

23Ce que l’on sait par ailleurs de Léosthénès permet de préciser le sens du recrutement effectué par le chef militaire au Ténare. L’homme se trouve à l’intersection de deux mondes – l’un civique, l’autre stipendié – que l’on se plait souvent à opposer, alors que des relations existent certainement entre les deux. Élu en 324/323 stratège autokrator par les mercenaires du Ténare, l’homme n’est en réalité pas un élément indépendant, doté d’une substantielle autonomie à l’égard de la politique athénienne comme se plait à le dire F. Landucci Gattinoni53. Certes, apparaît encore dans les meilleurs ouvrages la thèse classique selon laquelle “élu stratège avec les pleins pouvoir, Léosthénès proposa ses services aux autorités athéniennes”54, avant d’être élu stratège, vraisemblablement des hoplites, pour l’année archontale 323/322, donc récupéré par sa cité. Pourtant, avant cette date, l’homme fut également stratège de la chôra, honoré d’une couronne sur une dédicace des éphèbes de la Léontis à Oropos55, consacrée non pas en 324/323 comme on l’a longtemps cru56 – ce qui est impossible compte tenu du fait qu’il était alors stratège autokrator – mais vraisemblablement dans l’une des années entre 329/328 et 326/32557. Comme l’a démontré S. Tracy, que nous suivons, il est en effet inutile de faire du stratège de la chôra Léosthénès, fils de Léosthénès, du dème de Képhalè, un personnage différent du héros de la guerre lamiaque58. En reconsidérant la date de la dédicace d’Oropos, il apparaît que les deux Léosthènes, un temps séparés par les modernes, ne forment qu’un seul et même personnage59 : avant de se retrouver au Ténare, Léosthénès, lui-même fils d’un stratège connu en 362/36160, a exercé la plus haute charge militaire de sa cité.

  • 61 Le chiffre de 50 000 mercenaires, rapporté par Pausanias 8.52.5, est certainement erroné : cf. Badi (...)
  • 62 Marinovic 1989, 104.
  • 63 Worthington 1987, 489-491, étudie l’inscription IG, II2, 1631, l. 605-606 : Démade apparaît comme l (...)
  • 64 Cet engagement de Léosthénès du coté Perse est suggéré par Diodore 18.111.1-2 ; cf. Landucci Gattin (...)
  • 65 Worthington 1987, 491.

24L’implication civique de Léosthénès ne s’est pas arrêtée là et concerna aussi le retour des mercenaires grecs d’Asie. On sait par deux passages de Pausanias que Léosthénès “avait à son actif un service rendu à tous les Grecs” (1.25.5 (T4)), ce qui permettait de le considérer comme un “bienfaiteur de l’ensemble des Grecs” (8.52.5). Pausanias en effet précise qu’il ramena par bateau, après les avoir fait descendre jusqu’à la mer, les Grecs qui servaient comme mercenaires auprès de Darius et des satrapes et qu’Alexandre avait voulu établir à l’intérieur de la Perse61. Les commentateurs ont très tôt noté qu’une telle entreprise ne pouvait s’appuyer sur les forces financières d’un seul homme, et qu’il fallait voir derrière l’action de la cité62. Il est probable qu’à cette occasion, Léosthénès mit a profit sa charge de triérarque, connue par une inscription de 323/32263. Selon I. Worthington, Léosthénès aurait exercée sa triérarchie en 325/324, de retour à Athènes après avoir servi auprès du Grand Roi comme mercenaire64. L’exercice de cette triérarchie pourrait ainsi nous aider à expliquer la phase maritime du rapatriement des Grecs jusqu’au Ténare65.

  • 66 Ce dernier avait tiré les leçons de sa première attitude à l’égard des mercenaires grecs battus à l (...)
  • 67 Goukowsky 1981, 47-64.
  • 68 Worthington 1987, 491.

25Pausanias 8.52.5 (T5) indique aussi une phase terrestre dans cette opération de rapatriement : “[Léosthénès] ramena sains et saufs par bateaux en Grèce, après les avoir fait descendre jusqu’à la mer, les mercenaires grecs qui se trouvaient en Perse”. Le passage note “l’opposition d’Alexandre” à cette anabase. Or depuis la bataille d’Issos, le sort des mercenaires grecs au service de Darius n’avait cessé d’évoluer. On l’a vu, une partie avait réussi à revenir en Grèce, notamment sous la conduite d’Agis ; une autre partie fut incluse dans l’armée d’Alexandre66. Par la suite, le roi tenta de les établir dans les villes qu’il avait fondées, ce qui s’avéra un échec, notamment en Bactriane et en Sogdiane, en 325, puis à nouveau en 323. On sait aussi qu’au retour de sa campagne indienne, étant donné que beaucoup de satrapes et de stratèges s’étaient comportés comme des dynastes indépendants, le roi promulgua l’ordre de dissolution des contingents de mercenaires, privant ces derniers de moyen de subsistance : la décision fut prise en Carmanie durant l’hiver 325-32467. Il est difficile d’insérer l’action de Léosthénès dans ce canevas chronologique. Deux hypothèses avancées par Worthington68, pour expliquer le retour de Léosthénès (une querelles avec le Grand Roi et le fait d’avoir accumulé suffisamment d’argent pour pouvoir couvrir les dettes contractées par sa famille et revenir) me semblent gratuites et donc inutiles. Il semble préférable de considérer qu’après son engagement du côté perse, Léosthénès a pu être contraint de passer du côté macédonien et faire partie du mouvement général de dissolution des troupes des satrapes et des stratèges imposé par Alexandre.

  • 69 Xen., An., 3.1.47.
  • 70 La question des strategoi autokratores mériterait d’être reprise ; cf. Hauvette-Besnault 1885, 72-8 (...)
  • 71 Je me suis demandé s’il n’était pas possible d’établir une sorte de parallèle avec l’assemblée des (...)

26La manière dont les mercenaires furent recrutés par Léosthénès ne relève pas d’une logique de marché. Sur ce point, néanmoins, les sources ne sont pas parfaitement cohérentes. Pausanias semble indiquer que Léosthénès était depuis longtemps en relation avec les soldats du Ténare puisqu’il procéda à leur rapatriement. En 18.9.2 (T6), le récit de Diodore indique au contraire que les Athéniens “ordonnèrent secrètement à l’Athénien Léosthènès de commencer par engager ces gens-là à son service comme s’il agissait pour son propre compte, sans l’autorisation du peuple”. Au Ténare, Léosthénès agit donc comme un condottiere, enrôlant des mercenaires à son propre compte et sans l’autorisation officielle du peuple, c’est-à-dire sans que le conseil n’ait formulé de décision, gnomè. Il n’est pas fait mention d’avance de solde. L’officialisation de la situation, après la mort d’Alexandre, permet ensuite à Léosthènès de verser la solde promise à ses hommes et de distribuer les panoplies nécessaires. En 17.111.3 (T3), en revanche, Diodore souligne que les soldats élurent Léosthénès comme stratège autokrator, mais remarquons qu’il n’y a aucun sujet à elointo, seul le sens général pouvant renvoyer aux mistophorous, licenciés par Alexandre du paragraphe 1, ou bien aux stratiotas du paragraphe 2. À ma connaissance, cette procédure est un hapax dans un contexte mercenarial ; lorsque l’armée des Dix-Mille élit de nouveaux chefs, ceux-ci ne portent pas ce titre69. En revanche, le terme de stratégos autokrator est attesté dans les institutions athéniennes : à l’époque classique, plusieurs stratèges furent désignés par l’assemblée comme “ autokrator”, munis des “pleins pouvoirs”. Ce titre leur permettait d’avoir la primauté dans le commandement de leurs neuf autres collègues et pouvait sans doute aussi leur permettre d’engager des opérations militaires et diplomatiques sans en référer au préalable au peuple athénien70. Est-ce à dire que Léosthénès tire la légitimité de son pouvoir d’un titre conféré par ses concitoyens, et non pas de ses mercenaires ? N’y avait-il pas des ressortissants athéniens parmi les soldats présents au Ténare ?71

27On le voit, à la fois le parcours des soldats de Léosthénès, comme leur mode de recrutement, font obstacle à l’idée d’un véritable marché de mercenaires.

Charès, Harpale et leurs troupes

28L’accumulation des notices mentionnant des soldats au Ténare donne une idée certainement fausse de l’alimentation du marché. Reconsidérons les cas des soldats de Charès et d’Harpale.

  • 72 [Plut.], Vie des dix orateurs, 848, E. L’indication intervient juste après qu’en 335, à la suite de (...)
  • 73 Citons par exemple l’aide qu’il apporta à Phlionte, contre Argos, en 367/366, ce qui le rendit célè (...)
  • 74 Landucci Gattinoni 1994, 33-61.
  • 75 C’est la position de Landucci Gattinoni 1994, 53, et note 116, contra Bosworth 1980, 179-180 qui co (...)
  • 76 Quinte-Curce 4.5.22.
  • 77 Quinte-Curce 4.5.22 ; Arrien 3.2.6, qui cite le nom de Charès dans le rapport fait à Alexandre par (...)

29Dans la notice qu’il consacre à Hypéride, l’auteur de la Vie des dix orateurs rappelle que l’orateur “conseilla [aux Athéniens] de ne pas licencier les mercenaires du Ténare que commandait Charès” (T7)72. Charès, fils de Théocharès, du dème d’Angelè, n’est pas un inconnu. Depuis 367/376, l’homme apparaît régulièrement à la fois comme chef de mercenaires, mais aussi stratège athénien, menant des expéditions à la tête de troupes composées de citoyens et d’étrangers73. Durant l’expédition d’Alexandre, Charès a incarné, avec d’autres, le volet achéménide de la stratégie athénienne des deux fers au feu, stratégie décidée après 335 et la destruction de Thèbes74. Dès lors, Charès paraît avoir été constamment du côté perse75. En 332, après la mort de Memnon, Charès se trouvait à Mytilène, dans l’île de Lesbos, où il commandait une garnison perse de deux-mille hommes76. Il en est chassé par la flotte macédonienne d’Hègélochos la même année77. Quinte-Curce 4.5.22 précise que Charès “capitula à la condition qu’on le laisserait partir sain et sauf ; il passa alors à Imbros ; comme ses hommes s’étaient rendus, les Macédoniens leur firent grâce”. D’après Quinte-Curce, il semble qu’à Mytilène, le chef fut séparé de ses troupes, obtenant d’un côté la possibilité de fuir et de l’autre la grâce pour ses hommes, enrôlés peut-être dans l’armée d’Alexandre. Par ailleurs, on ne sait pas combien de temps Charès séjourna à Imbros, avant de se trouver au Ténare.

  • 78 Girard 1874, 121 (332-330) ; Colin 1946, 34, n. 3 (332).
  • 79 Vers 325, Charès était de ceux qui préparaient la guerre contre Antipatros : en mars-avril 323, Dem (...)
  • 80 Engels 1993, 219-222. Landucci-Gattinoni 1994, 53. souligne que cette notice, isolée mais précieuse (...)
  • 81 Parke 1933, 201, n. 3 fait venir Charès au Ténare peu après 332, mais semble considérer qu’il y dem (...)
  • 82 Photius, Bibliothèque, 495 b, l. 24.
  • 83 Griffith 1935, 259, n. 2, qui écrit : “If the name Chares here is right, which is doubtful (p. 35), (...)
  • 84 Sur la position athénienne durant cette guerre et le rôle joué par Démade, cf. Brun 2000, 85-89.

30La présence de l’Athénien Charès au Ténare pose un problème chronologique diversement résolu. Certains commentateurs ont proposé de dater cette présence vers 332-33078. Dans le même sens, Griffith proposa de rapprocher l’extrait de la Vie des dix orateurs du passage d’Arrien précédemment analysé (T1), et donc – sans véritablement le formuler – de faire de Charès un allié perse des Spartiates revenu dans le sillage d’Agis. Pourtant, un terminus ante quem de la présence de Charès au Ténare est donné par la date de sa mort, qui dut survenir avant le déclenchement de la guerre lamiaque79. C’est pourquoi d’autres commentateurs considèrent que Charès commandait des mercenaires au Ténare peu avant sa mort et l’arrivée de Léosthénès80. Parvenant à faire la synthèse des deux positions, Parke pensait que Charès était présent avec sa troupe depuis 332 et que Léosthénès lui succéda à sa mort vers 325/32481. Notons pour être complet sur ce point difficile que Photius, dans le décalque qu’il fait de la Vie des dix orateurs, écrit qu’Hypéride “conseilla aux Athéniens de licencier les mercenaires du Ténare”82, soit exactement l’inverse de ce à quoi l’on s’attendrait. Notons enfin que Griffith proposait aussi, d’une manière plus radicale mais méthodologiquement insatisfaisante, de considérer que le manuscrit portait “Charès” par erreur et qu’il fallait lire à la place “Léosthénès”, ce qui nous renvoie alors aux prémices de la guerre lamiaque83. Personnellement, la présence de Charès au Ténare me semble mieux convenir aux années préparatoires à la guerre d’Agis, dans laquelle la plupart des Athéniens, dont Hypéride, furent tentés d’intervenir, avant d’être retenus par Démade84. Une autre raison m’invitant à adopter une datation haute de la présence de Charès au Ténare me semble tenir au fait que, comme nous l’avons vu, Léosthénès n’avait sans doute pas eu besoin de succéder à Charès pour entrer en contact avec des mercenaires.

  • 85 Diod. 17.108.6.
  • 86 Diod. 17.108.7.
  • 87 Launey 1949, I, 105, n. 1. On doit à Laronde 1987, 83, n. 170, cette remarque essentielle sur le se (...)
  • 88 Notons néanmoins que si Diodore 18.9.1 indique que Léosthénès avait à sa disposition “aussi bien le (...)
  • 89 Laronde 1987, 83, n. 170, indique : “plus probablement, le cap Ténare, où affluaient les débris de (...)
  • 90 Le terme de philos a ici le sens dégagé par Savalli-Lestrade 1998. Sur la royauté d’Harpale, cf. Go (...)
  • 91 Diod. 18.19.2.
  • 92 Selon Laronde 1987, 70, “la similitude entre la donnée fournie par Arrien et celle que nous trouvon (...)
  • 93 C’est l’hypothèse de Griffith 1935, 43 qui considère que Thibron avait recruté en Crète avant d’off (...)
  • 94 Diod. 18.19.3. Selon Laronde 1987, 70 et notes, “il n’est pas exagéré de considérer que ces exilés (...)

31La présence des soldats d’Harpale au Ténare ne doit pas non plus nous conduire à penser que ceux-ci alimentèrent le marché de mercenaires du lieu. Lorsqu’ils abordèrent le cap Ténare, après un premier échec devant le port du Pirée, les soldats d’Harpale étaient au nombre de 6 000 mercenaires, et, précisons-le, avaient déjà été recrutés. Le chiffre de 6 000 est donné à la fois par Diodore et Arrien85. À son arrivée dans le Péloponnèse, Harpale “laissa (ἀπέλιπε) ses mercenaires en Laconie, au cap Ténare”86. L’expression signifie qu’Harpale n’a pas licencié ses mercenaires, contrairement à ce qu’écrit Marcel Launey87. Le verbe employé aurait alors été dialusai ou l’un de ses composés. De plus, on peut se demander pourquoi Harpale aurait choisi de se débarrasser de ses hommes alors qu’ils représentaient, avec l’argent dont il disposait, l’un des deux atouts en sa possession pour assurer son avenir. D’ailleurs, après son séjour infructueux à Athènes, qui déclencha l’affaire que l’on sait, il revint très certainement chercher ses soldats, même si cela n’est pas explicitement indiqué par nos sources88. Dans ce passage, il n’y a aucune allusion à un marché d’hommes, mais le Ténare apparaît plutôt comme un lieu de cantonnement provisoire89. La troupe repartit avec son chef en direction de la Crète, où Harpale trouva la mort, assassiné par Thibron, “un de ses amis”90. Au Livre 18, faisant un retour en arrière sur le livre précédent, Diodore indique cette fois-ci qu’“Harpale s’était enfui d’Asie et avait abordé en Crète avec ses mercenaires. Thibron, qui passait pour l’un de ses amis, l’assassina et devint maître de son argent ainsi que de ses soldats, qui étaient 7 000” (T10)91, avant de gagner la Cyrénaïque. Le chiffre de 7 000 est donné par tous les manuscrits, et nombre de commentateurs se sont étonnés de la différence avec l’effectif primitif de l’armée, chiffre de 6 000 donné à la fois par Diodore et Arrien, vraisemblablement à partir d’une source commune92. Si l’on écarte la solution d’un lapsus, difficile à justifier à quelques pages de distance, on peut penser que la différence traduit en fait une évolution de la composition de l’armée. L’hypothèse d’un recrutement supplémentaire au Ténare ne peut formellement être écarté, même si ce n’est pas celle que nous privilégions, car l’on peut très bien penser aussi que les 1 000 hommes supplémentaires ont été recrutés en Crète93, ou bien étaient constitués des bannis Cyrénéens que Thibron emmenait dans son armée94, ou bien encore composaient la troupe dont Thibron était le chef avant d’assassiner Harpale. Dans tous les cas, le gros de la troupe d’Harpale semble n’avoir effectué qu’une escale au Ténare.

Le Ténare, assise territoriale des forces hostiles à Alexandre ou simple escale ?

  • 95 Le terme de “lieu de ralliement” est utilisé par Griffith 1935, 259-260 qui parle de “fixed rallyin (...)
  • 96 [βαρβάρους] Badington, Dem. ed. pr. 37-38 ; τος δὲ [ἄλλους] Boeckh 545.
  • 97 Sur tout cela, on se reportera à Whitehead 2000, 417.

32Les documents précédemment analysés indiquent que le Ténare constitua dès la guerre d’Agis un lieu d’escale de forces hostiles à Alexandre, mais était-ce pour autant un lieu de ralliement politique ?95 Le plaidoyer, malheureusement lacunaire, prononcé par Hypéride contre Démosthène, probablement entre le mois de mars et le mois de mai 323, dans l’affaire d’Harpale a été interprété dans ce sens. La colonne 19 du manuscrit conservé fait état du réquisitoire suivant : “Voilà les résultats que tu nous as procurés avec ton décret, en ordonnant l’arrestation d’Harpale : les Grecs, tu les as réduits à envoyer tous des ambassades à Alexandre ; car ils n’avaient plus aucun recours ; et les [satrapes] qui eux aussi, seraient venus [volontiers] se joindre à nos forces, avec ce qu’ils avaient chacun d’argent et de soldats, non seulement tu les as empêchés tous en bloc, par suite de l’arrestation d’Harpale, de faire défection à Alexandre, mais encore...chacun d’eux...” (T10). La restitution σ[ατράπα], à partir d’un sigma auparavant bien visible sur le manuscrit, vient de Sauppe : elle ne fut pas la seule proposée96, mais demeure la plus vraisemblable, et fut adoptée par les éditions de Blass, Kenyon, Jensen et Colin97. À en croire Hypéride, l’arrestation d’Harpale à la demande de Démosthène provoqua la défection des satrapes – dont le nombre n’est pas spécifié – et donc de leurs moyens militaires et financiers.

  • 98 Selon Goukowsky 1976, 149, CVIII, 4 : “il est possible qu’Harpale ait finalement assumé les fonctio (...)
  • 99 Hypéride, Contre Démosthène, col. 18.
  • 100 Colin 1946, 255, n. 4 : “il y a sans doute une bonne part d’illusion dans cet espoir d’une révolte (...)
  • 101 Diod. 17.106.2-3 ; cf. Goukowsky 1981, 65-77.
  • 102 Il nous semble donc que le τατα du début d’Hypéride, Contre Démosthène, col. 19, se réfère aux évé (...)

33Notons qu’il n’est aucunement fait mention du Ténare dans le manuscrit, mais que l’on a rapproché ce passage de Diodore 17.111.2, où il est expressément dit : “De même, les satrapes et généraux perses survivants, qui avaient réuni de l’argent et des soldats, naviguèrent vers le Ténare, où leurs troupes fusionnèrent” (T3). À vrai dire, le rapprochement pose problème compte tenu du sens à accorder à cette notice de Diodore (cf. infra). Il n’est d’ailleurs nullement besoin de considérer que les satrapes aient tous trouvé refuge au Ténare. Le seul à l’avoir fait, si tant est qu’il fut satrape98, est peut-être Harpale, et l’on sait que personne ne l’attendait en Attique99. Les divers commentateurs ont d’ailleurs assez unanimement conclu à la part d’exagération que pouvait comporter l’assertion d’Hypéride100. Néanmoins, la situation à laquelle se réfère le ταῦτα du début du passage semble assez naturellement se rapporter à l’année 324, durant laquelle à la fois Harpale fuit et Alexandre prit des mesures énergiques contre les satrapes et stratèges rebelles101. Il est possible que Démosthène ait préféré choisir la carte diplomatique plutôt que la révolte dès 324, ce qui ne veut pas dire que les Athéniens n’étaient pas déjà en train de se préparer à la guerre : en réalité, ils étaient en train de le faire, dès avant l’arrivée d’Harpale, par l’intermédiaire de Léosthénès102.

  • 103 Westlake 1949, 88, n. 6.
  • 104 Badian 1961, 28, qui regrette néanmoins : “It is a pity that we cannot put names to these shadowy f (...)
  • 105 Goukowsky 1976, 269-270 : “Diodore a confondu deux épisodes qui ont vu des mercenaires grecs se réf (...)
  • 106 Les liens entre Athènes et Harpale sont anciens, puisque celui-ci avait reçu le droit de cité pour (...)

34L’image du Ténare comme lieu de ralliement des forces hostiles à Alexandre provient une fois de plus de Diodore. Revenons sur les paragraphes 1 et 2 du premier récit de l’historien, en 17.111 (T3) et confrontons-les aux enseignements que nous avons auparavant tirés. Dans ces paragraphes, Diodore accumule les mercenaires au Ténare, en deux temps. En 111.1, un premier groupe est constitué des mercenaires licenciés par Alexandre à partir de la fin de l’année 325. Il est probable que Léosthénès ait contribué à la récupération de ce mouvement, profitant de sa charge de triérarque à partir de juillet 325 pour assurer la partie maritime de ce voyage retour. Le nombre des soldats était d’ailleurs important. Diodore 18.9.1 avance le chiffre de 8 000 mercenaires, enrôlés par Léosthénès. Traditionnellement, les commentateurs se basent sur ce chiffre, augmenté des 2 000 mercenaires envoyés avec l’armée athénienne (18.11.3) pour parvenir au chiffre de 10 000 mercenaires recrutés contre Antipater103. Ensuite, en 111.2, Diodore fait apparaître un deuxième groupe : “De même, les satrapes et généraux perses survivants, qui avaient réuni de l’argent et des soldats, naviguèrent vers le Ténare, où leurs troupes fusionnèrent”. On comprend mal cette dénomination de “satrapes et des généraux perses” alors qu’en réalité ils étaient bel et bien macédoniens ou grecs. En dépit de cette incongruité, Badian estime que ces satrapes et stratèges, dont on ignore les noms, sont ceux qui eurent à subir la vindicte d’Alexandre en Carmanie, et donc s’enfuirent104. Pour sa part, P. Goukowsky, que nous suivons, a supposé que cette notice n’était pas à sa place, et se référait en réalité à un mouvement de repli des troupes perses, datant de 332, après la défaite d’Issos, vers la base maritime de Sparte, cité alliée des Perses105. C’est peut-être à ce mouvement que participa Charès. Quant à Harpale, sa trajectoire est relativement individuelle. Seule la colonne 19 du Contre Démosthène d’Hypéride parvient à donner, de manière peut-être illusoire, l’image d’un soutien généralisé des forces satrapiques aux volontés d’indépendance athéniennes. Pour le reste, faute d’avoir trouvé à Athènes ce qu’il était venu y chercher, sans doute une assise territoriale106, Harpale se contente de faire escale au Ténare, ne s’en servant pas comme d’un marché, mais comme d’un point de relâche.

  • 107 Selon Badian 1961, 26, les forces présentes au Ténare après 330 auraient pour une bonne part été co (...)
  • 108 Goukowsky 1978, 187.
  • 109 Goukowsky 1978, 189.
  • 110 Goukowsky 1978, 187.
  • 111 Diod. 18.8.2 et 5.

35Que des troupes hostiles à Alexandre aient fait escale au Ténare est évident, mais l’ampleur du phénomène reste difficile à préciser. On peut penser qu’en 325/324, les mercenaires présents au Ténare étaient moins nombreux que ne le laisse penser la notice de Diodore ou, parfois, les suppositions des modernes107. Cela a d’ailleurs une conséquence politique importante, que souligne encore Goukowsky : l’édit de Suse ordonnant le retour des bannis dans leurs cités, annoncé par Nicanor à Olympie fin juillet 324 devant 20 000 exilés, n’avait pas pour but premier “de résoudre le problème politique et social posé par l’agglutination au cap Ténare de nombreux mercenaires qui risquaient de passer au service d’Harpale”108, comme le soutient Badian, mais “plutôt de pacifier la Grèce en liquidant les séquelles de la guerre d’Agis”109. En effet, dans son article de 1961, Badian exagère la gravité du problème posé par les mercenaires du Ténare. Contrairement à ce que soutient Badian, non seulement, “il n’est dit nulle part que les 20 000 exilés rassemblés à Olympie étaient des mercenaires”, mais encore, “l’édit de Suse a été préparé plusieurs mois avant le départ imprévu d’Harpale pour la Grèce”110, et non comme une réponse d’Alexandre à une crise des mercenaires en Grèce. L’édit de Suse visait à régler la situation politique créée dans les cités péloponnésiennes au lendemain de Mégalopolis : un certain nombre de cités étaient en effet tombé sous la coupe d’oligarchies favorables à Antipater, ce qui provoqua certainement l’exil d’une partie des populations civiques. En s’assurant “dans chaque cité l’eunoia d’un grand nombre de gens”, en voyant son geste qualifié d’euergesia et de charis111, Alexandre parvenait à la fois à affaiblir Antipater, dont le remplacement était prévu par Cratère, et à pacifier le Péloponnèse.

Les conditions du recrutement de mercenaires au Ténare après 322

36Entre 325/324 et 323/322, des soldats ont été enrôlés au Ténare. Cependant, il me semble que les différentes sources analysées jusqu’à présent empêchent de conclure au caractère ouvert de ce marché de recrutement, c’est-à-dire librement soumis aux lois de l’offre et de la demande. Le marché est plutôt captif, directement contrôlé par des hommes qui ont bénéficié de leur propre réseau d’approvisionnement et qui sont peu enclins à laisser partir au plus offrant des soldats qu’ils ont fait venir au Ténare. Charès, Léosthène ou Harpale, dont les troupes sont constituées ailleurs qu’au Ténare, semblent utiliser le cap comme un lieu de ralliement, plutôt que comme un lieu d’enrôlement.

37Néanmoins, ne peut-on pas supposer qu’un tel marché soit apparu, à la faveur de la relativement forte concentration d’hommes en armes qui s’y trouvait ? Un telle concentration d’hommes appelle, de manière peut-être marginale, d’autres hommes cherchant à se faire enrôler. À regarder les sources, le phénomène de marché ouvert n’est semble-t-il attesté que dans un cas précis. Encore convient-il de bien l’interpréter. Au livre 18.21.1-3 (T11), Diodore rapporte qu’après avoir essuyé un premier échec devant Cyrène, Thibron fit recruter des mercenaires supplémentaires au Ténare afin de pouvoir continuer son expédition. Ainsi, “ayant choisi les plus capables de ses amis (philoi), il les envoya dans le Péloponnèse engager les mercenaires stationnés au cap Ténare : beaucoup de mercenaires licenciés erraient encore à la recherche d’un employeur et il s’en trouvait plus de deux mille cinq cents au Ténare”. L’historien précise que les officiers recruteurs de Thibron avaient devant eux 2 500 soldats disponibles, et bien que le nombre de ceux qui s’enrôlèrent finalement ne soit pas indiqué, on peut imaginer qu’il est du même ordre de grandeur. Le recrutement contribua à redonner confiance à Thibron, et lui permit, momentanément, de poursuivre son aventure.

  • 112 Le Rider 1966, 145.
  • 113 Cité par Laronde 1987, 76.
  • 114 Bosworth 1988, 291-292 (“Appendix A : Thibron in Cyrenaica”) adopte ce point de vue “it is almost i (...)

38Revenant sur cette question, G. Le Rider s’est demandé pourquoi Thibron avait enrôlé du renfort au cap Ténare, et non en Crète, plus proche, où il avait séjourné112. Le Rider supposa le manque d’hommes suffisant dans l’île. François Chamoux suggéra que “si la Crète était réputée pour ses archers et son infanterie légère [..] elle ne pouvait fournir les hoplites avec lesquels Thibron se sentait le plus à l’aise pour mener ses opérations ; tandis que ses officiers recruteurs négociaient des engagements, lui-même venait d’être battu par les Cyrénéens qui avaient profité des leçons de Mnasiklès (18.21.2)”113. Ces raisons apparaissent en un sens satisfaisantes. Et l’on peut penser que Thibron pouvait aussi bénéficier d’une conjoncture favorable au Ténare et enrôler les surplus d’hommes disponibles. Les commentateurs datent d’ailleurs ce recrutement du printemps 323, soit avant que ne débute la guerre lamiaque qui mobilisa les mercenaires du Ténare en Grèce centrale et vida durablement le lieu de ces hommes en armes114.

  • 115 Sur Thibron : V. Ehrenberg, RE, VI A, 1, s.v. “Thibron 2”, col. 275-276 ; Poralla & Bradford 1985, (...)
  • 116 Schmitt 1969, no 551, l. 15-29. Sur ces clauses, on se reportera aux parallèles recensés par Ducrey (...)

39Mais ne peut-on pas évoquer aussi une autre raison à l’envoi par Thibron de ses recruteurs au Ténare : le fait qu’il soit Spartiate115. Cette qualité lui permettait d’influer sur les décisions de sa cité, dont on peut penser qu’elle était désireuse de contrôler les allées et venues de soldats sur son territoire. Il est en effet frappant de constater combien après 322, la cité de Sparte, absente depuis la guerre d’Agis des sources relatives aux soldats du Ténare, s’affirme à nouveau comme autorité de contrôle. Ainsi, dans la liste dressée par Bölte, le court récit que fait Diodore (T12 et T13) de la mission d’Aristodémos de Milet pour le compte d’Antigone le Borgne atteste du rôle politique joué en 316/315 par les Spartiates dans l’enrôlement de mercenaires péloponnésiens. Certes, il n’est nullement fait mention du Ténare dans ces deux extraits du livre 19 de Diodore. L’historien rapporte seulement qu’Aristodémos, muni de 100 talents, leva le nombre de mercenaires nécessaire pour mener la guerre contre Cassandre, soit 8 000 hommes : il procéda par xénologia (Diodore 19.57.5), ne semble pas avoir parcouru l’ensemble du Péloponnèse, mais fit seulement voile vers la Laconie, où “il fut autorisé par les Spartiates à enrôler des mercenaires”. En contrepoint, l’attitude d’Acrotatos, le fils du roi Cléomène II, laisse supposer que l’autorité de la cité pouvait être bafouée. Diodore (T14) rapporte en effet que les Agrigentins cherchèrent à l’enrôler, lui, rejeté par une partie de ses concitoyens, et sa troupe, dont on ne sait rien. Acrotatos partit avec quelques bâteaux, “contre l’avis des éphores”. Enfin, Diodore (T15) relate que vers 303-302, les Tarentins “envoyèrent demander à Sparte une troupe auxiliaire et Kléônymos comme stratège. Les Lacédémoniens leur accordèrent de bonne grâce le commandant demandé d’autant que les Tarentins leur fournissaient eux-mêmes de l’argent et des vaisseaux ; ainsi Kléônymos ayant bientôt enrôlé cinq mille soldats dans le Ténare en Laconie, fit voile du coté de Tarente”. Là encore, l’autorité de la cité est clairement manifestée. On peut penser que le cadre juridique dans lequel s’établit l’enrôlement est proche des traités d’alliance (symmachia) utilisés par certaines cités crétoises à l’époque hellénistique. Dans le traité entre Rhodes et Hiérapytna, en dehors des clauses symmachiques d’assistance mutuelle, il est précisé que “si le peuple des Rhodiens est amené à demander une troupe auxiliaire (symmachia) aux Hiérapytniens, les Hiérapytniens enverront la troupe d’auxiliaires dans un délais de trente jours à compter de celui où les Rhodiens l’auront demandé, deux cents hommes ayant leurs armes, sauf si les Rhodiens ont besoin de moins ; parmi ceux qui partiront, il n’y aura pas moins de la moitié de Hiérapytniens [...] Aux soldats envoyés par les Hiérapytniens, les Rhodiens assureront le transport pour le voyage de la Crète à Rhodes [..., la solde étant versée par les Rhodiens à partir du moment où les soldats débarquent]”116. L’envoi d’une troupe de secours (boèthia) était régie par un traité d’alliance militaire (symmachia), dont l’une des clauses prévoyait que l’acheminement par navire et la solde seraient supportés entièrement par l’employeur.

40La règle semble être que seule la cité spartiate pouvait assurer la levée sur son territoire de troupes composées pour une part de citoyens (dans quelles proportions ?), pour l’autre de Lacédémoniens ou de Péloponnésiens. À la fin du ive siècle, le Ténare joue à nouveau son rôle de base maritime d’un territoire contrôlé par les autorités spartiates. Après 322, la marché semble plus directement contrôlé par Sparte : Aristodémos ou de Kléonymos n’enrôlent des troupes que par l’intermédiaire de l’autorité de la cité.

Le statut territorial du Ténare entre 330 et 322 : extra-territorialité ou contrôle spartiate ?

  • 117 Badian 1961, 26.

41Comment comprendre que la concentration de soldats attestée avant 322 ait pu se produire dans cette extrémité de la Laconie, contrôlée encore par Sparte avant 330 ? Badian estimait que la défaite de Mégalopolis et la mort d’Agis III avaient non seulement sonné le glas d’une politique extérieure spartiate, mais aussi généré un nouvel état de fait. Dorénavant, “a weakened Sparta lost control of the base Tanarum, and it is now that the old Spartan base develops into an extra-territorial mercenary market”117. La réponse de Badian n’est pas satisfaisante dans la mesure où je me suis efforcé de quitter la logique du marché pour tenter de comprendre le phénomène. On a vu que le Ténare ne pouvait nullement être considéré comme une sorte de zone franche commerciale. Pour autant, la question du contrôle exercé par la cité de Sparte sur le cap Ténare entre 330 et 322 reste pertinente.

  • 118 Griffith 1935, 259-260.
  • 119 Griffith 1935, 259-260. À l’appui son argumentation, Griffith avance également une autre explicatio (...)
  • 120 Baladié 1980, 5 et n. 24 pour les références littéraires à ces voyageurs malchanceux. Sur les condi (...)
  • 121 Sur le sens d’aktè, terme qui s’appliquait aussi au mont Athos et à une partie de la presqu’île du (...)

42Des facteurs géographiques expliquent, selon Griffith, que le Ténare ait subi après 330 une sorte de repli, propice au développement d’une zone de ralliement pour les mercenaires (“a rallying-point for mercenaries”)118. Pour le savant anglais, qui se transforme un instant en stratège, le site contribue grandement à ce repli. “Les avantages de la place sont évidents. Depuis la terre, le Ténare ne peut être approché que depuis le territoire spartiate, et même en supposant qu’une armée ennemie atteigne l’entrée du promontoire, un assaut est presque entièrement hors de question ; les deux routes possibles sont difficiles d’accès, même aujourd’hui et pouvaient être rendues impraticables par une petite troupe de défense. Les défenseurs ne pouvaient être réduits que par la famine, mais cela demandait une grande supériorité navale que la Macédoine ne possédait pas à l’époque d’Alexandre”119. Un regard sur la carte tirée de l’article de Bölte dans la Pauly-Wissowa donne la mesure des capacités défensives du site (fig. 1). Ajoutons que, dans l’Antiquité, le cap Ténare passaient pour relativement dangereux aux yeux des marins. En raison des coups de vents ou des tempêtes, nombre de voyageurs étaient contraints de trouver refuge dans les Strophades, îles de la mer Ionienne, “flanquées de quelques écueils, à une trentaine de milles au large de la côte occidentale”120. À la fois parce qu’il se détache de la ligne du rivage au fond du golfe de Messénie et parce qu’il est un promontoire allongé, fortement montagneux plongeant dans les deux mers par des versants très abrupts, le cap Ténare est défini par Strabon 8.5.1 comme une aktè, un “promontoire rocheux”121.

  • 122 Hdt. 1.24.6.
  • 123 Baladié 1980, 25, n. 33 : Str. 6.2.1 et 8.5.1 établit une distance du cap Ténare au cap Pachynon, p (...)
  • 124 Psamathous figure dans Str. 8.5.2 à titre de polis (Μετ δ Ταίναρον πλέοντι π τν νου γνάθον κα(...)
  • 125 Ce point a été noté par les voyageurs du xixe siècle, notamment Philippson : cf. Baladié 1980, 247.
  • 126 Le sanctuaire servit de lieu d’affranchissement pour les esclaves ou les Hilotes. On y a retrouvé p (...)

43Néanmoins, en dépit d’un site réputé peu propice, le Ténare a toujours bénéficié d’une situation géographique favorable. Alors que l’endroit était présenté par Bölte comme un finistère, coupé du reste du Péloponnèse, la région était en réalité densément peuplée, reliée à la péninsule par voie terrestre et au reste du monde égéen par voie maritime. Il est vrai que le Ténare était loin d’être inaccessible. Hérodote rapporte que vers 600 a. C., Arion de Méthymna accosta au Ténare et y consacra un exvoto122. Dans l’Antiquité, la position du Péloponnèse en Méditerranée se définissait principalement par rapport au cap Ténare, signe de sa fréquentation maritime123. La “polis” périèque de Psamathous124, au fond de l’actuelle Porto Quaglio (ou Kayo), en Laconie, offrait un mouillage de qualité, utilisé à toutes les époques. Surtout, la région était plus fortement peuplée que ne le laisse supposer son aspect actuel de désolation125. Le sanctuaire de Poséidon, à l’extrémité du cap, à quelques kilomètres au sud de Psamathous, était très fréquenté126. La région devait bénéficier de capacités agricoles suffisantes pour nourrir la population qui y résidait.

  • 127 Nos connaissances sur le Ténare doivent beaucoup aux relevés de surface repris dans Moskou (sic) 19 (...)
  • 128 Il est fort possible que la perte d’autorité de Sparte sur le Ténare date de la prise d’un certain (...)
  • 129 Les manières dont Sparte contrôlait les poleis périeques restent assez obscures, faute de sources e (...)
  • 130 Sur le rôle de Gytheion comme port commercial, cf. Cartledge 1979, 181-183.
  • 131 Str. 10.4.1. Sur la Crète comme prolongement du Péloponnèse dans la représentation géographique des (...)

44Ténare était une polis périèque appartenant au territoire contrôlé par Sparte à l’époque classique et hellénistique127. En 195, les Spartiates en perdirent vraisemblablement le contrôle, et, par la suite, la région fut dominée par la nouvelle cité de Kainépolis, dont la localisation, plus septentrionale, correspond au site moderne de Kyparisso128. Jusqu’au tout début du iie siècle a.C., le Ténare reste donc placé sous l’autorité de Sparte, selon des modalités de surveillance qui ne sont pas parfaitement élucidées, mais dont on peut difficilement douter129. Notons qu’à la fin du troisième tiers du ive siècle, le port situé au Ténare s’ajoutait aux autres ports présents sur le territoire spartiate, notamment celui de Gythéion, autre cité périèque, porte d’entrée du commerce maritime à destination de la plaine de Laconie130. Le mouillage du Ténare était vraisemblablement situé au fond de l’actuel Porto Asomato. Situé à la sortie du golfe de Laconie, face à l’île de Cythère, le cap était un relais naturel vers la Crète, autre pays dorien, que Strabon inclut d’ailleurs dans le Péloponnèse131.

  • 132 Parke 1933, 200 et la citation donnée plus haut.
  • 133 Parke 1933, 200 : “only an uncompromising opponent of Macedon could tolerate anti-Macedonian soldie (...)

45La perte de contrôle de Sparte sur le Ténare entre 330 et 322 – si cette perte est avérée – s’explique donc moins par la géographie que par le contexte politique. Parke estimait pour sa part que la situation du Ténare était héritée de la situation politique “curieuse” de la cité après Chéronée : n’ayant pas été touchée par la crise de 338 et donc n’ayant pas adhérée à la Ligue de Corinthe en 337, Sparte avait pu échapper un temps à l’interdiction macédonienne d’entretenir des relations avec la Perse et était au contraire devenue le fer de lance de la résistance anti-Macédoniens en Grèce. Et, selon Parke, la situation avait en quelque sorte perduré une douzaine d’année, après la défaite de Mégalopolis, de la fin des années 330 à la fin des années 320132. Le savant anglais considérait que Sparte, farouchement opposée à la Macédoine, pouvait tolérer sur son territoire la présence de soldats anti-macédoniens en dépit de sa soumission à la Macédoine133. Même après 330, Sparte aurait en quelque sorte, continué d’entretenir sur son sol des conditions favorables à la concentration de troupes hostiles à Alexandre.

  • 134 Diod. 17.73.5, qui rappelle la teneur des négociations avec Antipater.
  • 135 McQueen 1978 qui rassemble et discute l’ensemble des sources et penche pour une adhésion de Sparte (...)
  • 136 Cette œuvre de Plutarque se trouve dans les Moralia, 240, A-B ; Cartledge 1979, 24-25, est tenté de (...)
  • 137 IG, II2, 236 ; Tod, GHI, no 177, fragment A.
  • 138 Parmi les sources relatives aux préparatifs diplomatiques de la guerre lamiaque (Diod. 18.8-18 ; Pl (...)

46Ce dernier point est important car il recoupe la question de savoir si Sparte a adhéré à la Ligue de Corinthe, à laquelle elle avait échappé en 337. Diodore indique qu’après la défaite de Mégalopolis et un débat prolongé, aucune décision ne fut prise par Antipater qui préféra s’en remettre à Alexandre, vers lequel une ambassade spartiate se dirigea134. Le résultat de cette ambassade nous échappe. Parmi les historiens modernes, certains penchent pour une adhésion de Sparte à la Ligue135, d’autres privilégient un passage des Instituta Laconica de Plutarque qui indique que Sparte ne fut membre à aucune époque d’une Ligue instaurée par des Macédoniens136. Il y a fort à parier que la place du Ténare ne fut pas la même dans l’une ou l’autre des deux hypothèses. On comprend mal que Sparte ait fait partie d’une ligue dont la clause principale était de “faire la guerre à celui qui aura transgressé la paix commune, conformément aux décisions du conseil commun et aux ordres de son hégémôn”137, si par ailleurs elle maintenait des forces hostiles aux Macédoniens sur une partie de territoire. En revanche, si Sparte n’a pas été contrainte d’adhérer à la ligue de Corinthe après 330 une présence militaire au Ténare devient plus compréhensible, mais l’on s’explique alors assez difficilement l’absence de Sparte dans la guerre lamiaque, au côté d’Athènes138.

Annexes

Annexe 1 : Testimonia

L’astérisque (*) indique les sources recensées par F. Bölte, RE2, IV, col. 2040-2041, s.v.Tainaron”.

— Recrutement d’Agis (333) :

T1 - *Arrien 2.13.4-6 : Un peu avant la bataille d’Issos (novembre 333), “4. [...] Agis, le roi des Lacédémoniens, faisant route avec une seule trière, vint les (Pharnabaze et Autophradatès, qui se trouvaient alors à Siphnos) trouver pour leur demander de l’argent pour la guerre, et aussi de lui envoyer dans le Péloponnèse, tout ce qu’ils pourraient comme forces navales et terrestres. 5. Sur ces entrefaites leur parvint la nouvelle de la bataille livrée à Issos : ils en furent atterrés. Pharnabaze, avec douze trières et mille cinq-cents mercenaires étrangers cingla alors vers Chios, de peur que ses habitants ne se révoltent à la nouvelle de la défaite. 6. Agis, ayant reçu d’Autophradatès 30 talents d’argent et dix trières, envoya Hippias remettre le tout à son frère Agésilas, au cap Ténare. Il lui donna comme instructions d’inviter Agésilas à payer la solde complète aux matelots et à cingler au plus vite vers la Crète, pour y stabiliser la situation. Lui, pour le moment, resta sur place dans les îles et, ultérieurement, rejoignit Autophradatès à Halicarnasse” (trad. P. Savinel, Paris, Éd. de Minuit, 1984).

4. ... καπαρατοςφικνεταιΑγιςΛακεδαιμονίων βασιλεςπμις τριήρους, χρήματά τε ατήσωνς τòν πόλεμον καδύναμιν ναυτικήν τε καπεζικνσην πλείστηνξιώσων συμπέμψαι οἱ ἐς τν Πελοπόννησον. 5. καὶ ἐν τούτἀγγελία αὐτοῖς ἔρχεται τῆς μάχης τῆς πρòςσσῷ γενομένης. ἐκπλαγέντες δὲ πρός τὰ ἐξαγγελθέντα Φαρνάβαζος μν σὺν δώδεκα τριήρεσι καὶ τῶν μισθοφόρων ξένων ξὺν χιλίοις καί πεντακοσίοις έπὶ Χίου ἐστάλη, δείσας μή τι πρòς την ἀγγελίαν τῆςττης οἱ Χῖοι νεωτερίσωσιν. 6.Αγις δὲ παρΑὐτοφραδάτου τάλαντα ἀργυρίου λαβὼν τριάκοντα καὶ τριήρεις δέκα, ταύτας μνππίαν ἄξοντα ἀποστέλλει παρὰ τòνδελφòν τòν αὑτοῦΑγησίλαον ἐπὶ Ταίναρον καὶ παραγγέλλειν ἐκέλευσεν ’Aγησιλάῳ, διδóντα τοῖς ναύταις ἐντελῆ τòν μισθòν πλεῖν τν ταχίστην ἐπὶ Κρήτης, ὡς τὰ ἐκεῖ καταστησόμενον. αὐτòς δὲ τότε μὲν αὐτοῦ ἐν ταῖς νήσοις ὐπέμενεν, ὕστερον δὲ είς ʽΑλικαρνασσòν παρΑὐτοφραδάτην ἀφίκετο.

T2- Diodore 17.48.1-2 :

“En Europe, Agis, roi des Lacédémoniens, prit à son service huit mille mercenaires sortis sains et saufs de la bataille d’Issos et, pour être agréable à Darius, il s’efforçait de susciter des troubles. 2. Ayant d’autre part reçu du Grand Roi des navires et d’importants subsides, il fit voile vers la Crète et se rendit maître de la plupart des cités de l’île, qu’il força à embrasser la cause des Perses” (trad. P. Goukowsky, CUF, 1976).

κατγρ τν Ερώπην῎ Aγις μντν Λακεδαιμονίων βασιλες τνκ τςνΙσσμάχης διασωθέντων μισθοφόρων άναλαβνκτακισχιλίους νεωτέρων πραγμάτωνντείχετο, χαριζόμενος Δαρείῳ. 2. προσλαβὼν δὲ παρὰ τούτου καὶ ναῦς καὶ χρημάτων πλῆθοςπλευσεν είς Κρήτην καὶ τῶν πόλεων τὰς πλείους χειρωσάμενος ἠνάγκασε τὰ Περσῶν αἱρεῖσθαι.

— Arrivée des mercenaires congédiés d’Alexandre (325/4) (Diodore 17.111.1 ; Pausanias 1.25.5 ; 8.52.5) parmi lesquels Léosthène recrute 8000 hommes en 323 (Diodore 17.111.3 ; 18.9.1)

T3 - *Diodore 17.111.1-3 : “1. Pendant que se déroulaient ces événements, des troubles et des mouvements révolutionnaires éclatèrent en Grèce. L’origine de la guerre dite ‘lamiaque’ remonte à cette agitation, pour une raison que voici : le roi avait ordonné à tous les satrapes de licencier leurs mercenaires. Ils exécutèrent l’ordre, si bien que des bandes errantes de mercenaires sans emploi sillonnaient l’Asie entière et se procuraient par le pillage ce dont elles avaient besoin pour subsister, passant ensuite la mer, ces mercenaires affluèrent de toutes part au cap Ténare. 2. De même, les satrapes et généraux perses survivants, qui avaient réuni de l’argent et des soldats, naviguèrent vers le Ténare, où leurs troupes fusionnèrent*. 3 Finalement, ils élurent stratège, avec plein pouvoirs, l’Athénien Léosthénès, homme d’une exceptionnelle grandeur d’âme et très hostile aux intérêts d’Alexandre. Léosthène entama des pourparlers secrets avec le Conseil et obtint cinquante talents pour le paiement des soldes ainsi qu’une quantité d’armes suffisante pour faire face aux besoins urgents. En vue d’une alliance militaire, il noua également des contacts avec les Étoliens, en mauvais termes avec le roi : il préparait tout pour la guerre” (trad. P. Goukowsky, CUF, 1976).

1. ἅμα δὲ τούτοις πραττομένοις κατὰ τνʽ Ελλάδα ταραχασυνίσταντο καπραγμάτων καινν κινήσεις, ἐξνΛαμιακòς πόλεμος κληθεςλαβε τνρχήν, ἐκ τοιαύτης τινòς ατίας. τοβασιλέως προστάξαντος τοĩς σατράπαιςπασινπομίσθους ποισαι τος μισθοφόρους κατούτων τò πρόσταγμα συντελεσάντων πολλοτς στρατείαςπολελυμένοι ξένοι διέτρεχον καθ' ὅλην τνΑσίαν πλανώμενοι καὶ τςναγκαὶας τροφςκ τν προνομν ποριζόμενοι. μετδτατα πανταχόθεν διρανπΤαίναρον τς Λακωνικς. 2. ὁμοίως δὲ καὶ τῶν Περσικῶν σατραπῶν καὶ τῶνλλων ἡγεμόνων οἱ περιλειφθέντες χρήματά τε καὶ στρατιώτας ἀθροίζοντες ἔπλεονπί Ταίναρον καὶ κοινὴν δύναμινθροιζον. 3. τò δὲ τελευτάῖον Λεωσθένην τòνΑθηναῖον, ἄνδρα ψυχῆς λαμπρότητι διάφορον καὶ μάλιστ' ἀντικείμενον τοῖςΑλεξάνδρου πράγμασιν, ελοντο στρατηγòν αὐτοκράτορα. οὗτος δὲ τῇ βουλῇ διαλεχθεὶς ἐν ἀπορρήτοις πεντήκοντα μὲν ἔλαβε τάλαντα πρòς τὴν μισθοδοσίαν, ὅπλων δὲ πλῆθος ἱκανòν είς τὰς κατεπειγούσας χρείας, πρòς δὲ Ατωλοὺς ἀλλοτρίως ἔχοντας πρòς τòν βασιλέα περ συμμαχίας διεπρεσβεύσατο καὶ πάντα τά πρòς τòν πόλεμον παρεσκευάζετο.

T4- Pausanias 1.25.5 : “5. ... Pour le commandement général, on choisit l’Athénien Léosthénès, à cause du renom de sa cité, mais aussi parce qu’il avait la réputation d’être un homme de guerre expérimenté. Il avait à son actif un service rendu à tous les Grecs. En effet tous les Grecs qui servaient comme mercenaires auprès de Darius et des satrapes, alors qu’Alexandre avait voulu les établir à l’intérieur de la Perse, Léosthénès réussit à prendre les devants et à les ramener par mer en Europe”.

καὶ τοπαντòςρχεινρητοΑθηναίος Λεωσθένης πόλεως τεξιώματι καὶ ατòς εναι δοκν πολέμωνμπειρος. ὑπρχε δέ οκαὶ πρòς πάντας εεργεσία τοςλληνας· ὁπόσοι γρ μισθοπαρΔαρείφ καὶ σατράπαιςστρατεύοντολληνες, ἀνοικίσαι σφςς τν Περσίδα θελήσαντοςΑλεξάνδρου Λεωσθένηςφθη κομίσας ναυσίνς τν Ερώπην.

T5- Pausanias 8.52.5 : “5. Je considère aussi Léosthénès et Aratos comme des bienfaiteurs de l’ensemble des Grecs : le premier ramena sains et saufs par bateaux en Grèce, après les avoir fait descendre jusqu’à la mer, les mercenaires grecs qui se trouvaient en Perse, soit environ cinquante mille hommes, et cela malgré l’opposition d’Alexandre”.

εναι δὲ ἁπάντωνλλήνων καὶ Λεωσθένην τίθεμαι καὶ ῎Aρατον εεργέτας· ὁ μέν γε τò Ἑλλήνων μισθοφορικόν <τò> [καὶ] ἐν Πέρσαις περπέντε που μυριάδαςπθάλασσαν καταβάντας ναυσνς τηνλλάδανέσωσε καὶκοντοςΑλεξάνδρου·

T6- *Diodore 18.9.1-5 :1. [...] Pour cette guerre, ils disposèrent d’ailleurs de moyens : aussi bien les trésors abandonnés par Harpale (nous avons traité de cette question dans le volume précédent) que les mercenaires qui, en Asie, avaient été licenciés par les satrapes. Ils étaient huit mille et séjournaient au cap Ténare, dans le Péloponnèse. 2. C’est pourquoi ils ordonnèrent secrètement à l’Athénien Léosthène de commencer par engager ces gens-là à son service comme s’il agissait pour son propre compte, sans l’autorisation du peuple. De la sorte, Antipatros serait incité à plus de négligence dans ses préparatifs, par mépris pour Léosthène, tandis que les Athéniens auraient le temps et le loisir de se préparer quelque peu à la guerre avant le déclenchement des hostilités. 3. C’est pourquoi Léosthène qui avait engagé ces gens en grand silence, disposa, à l’étonnement général d’une armée considérable prête à entrer en action. Au cours de longues campagnes en Asie, ces soldats s’étaient en effet entraînés aux travaux de la guerre en prenant part à beaucoup de grandes batailles. 4. On suivit donc cette politique tant que l’on ne fut pas bien sûr de la mort d’Alexandre. Mais quand arrivèrent de Babylone des témoins oculaires qui avaient assisté à la disparition du roi, le peuple démasqua ses intentions belliqueuses. Envoyant à Léosthène une partie de l’argent d’Harpale ainsi qu’un nombre considérable de panoplies, il lui enjoignit de ne plus dissimuler, mais de faire ouvertement ce qui était d’intérêt public. 5. Celui-ci distribua aux mercenaires la solde convenue et donna des armes à ceux qui en étaient démunis. Il gagna ensuite l’Étolie pour conclure avec ce peuple un accord de coopération [...]” (trad. P. Goukowsky, CUF, 1978, légèrement modifié).

1. ... ἀφορμς δὲ ἕσχον ες τòν πόλεμον τό τε πλθος τν καταλειφθέντωνφ’ ‛Aρπάλου χρημάτων, περὶ ὧν τκατμέροςν τπρò ταύτης βύβλφ διήλθομεν, ὁμοίως δκαὶ τος καττν ’Aσίανμίσθους γενομένουςπò τν σατραπν μισθοφόρους, ὄντας μνκτακισχιλίoυς, διατρίβοντας δπερὶ Ταίναρον τς Πελοποννήσου. 2. διò καὶ τούτους προσέταξαν ἐνπορρήτοις Λεωσθένει τῷ ’Aθηναίφ τò μὲν πρῶτον ἀναλαβεῖν αὐτοὺς ὡς ἰδιοπραγοῦντα χωρὶς τῆς τοῦ δήμου γνώμης, ὅπως μὲν ’Aντίπατρος ῥᾳθυμότερον διατεθῇ πρòς τὰς παρασκευὰς, καταφρονῶν τοῦ Λεωσθένους, οἱ δ’ ’Aθηναῖοι σχολὴν λάβωσι καὶ χρόνον προκατασκευάσαι τι τῶν εἰς τòν πόλεμον χρησίμων. 3. διò καὶ Λεωσθένης μετὰ πολλῆς ἡσυχίας μισθωσάμενος τοὺς προειρημένους παραδόξως ἐτοίμην ἔσχε πρòς τὰς πράξεις ἀξιόλογον δύναμιν· ἐστρατευμένοι γὰρ κατὰ τὴν ’Aσίαν πολὺν χρόνον καὶ πολλῶν καὶ μεγάλων ἀγώνων μετεσχηκότες ἀθληταὶ τῶν κατὰ πόλεμον ἔργων ἐγεγένηντο. 4. ταῦτα μὲν οὖν οὕτως ἐπράττετο μήπω καλῶς ἐγνωσμένης τῆς ’Aλεξάνδρου τελευτῆς· ἐπεὶ δέ τίνες ἐκ Βαβυλῶνος ἧκον αὑτόπται γεγονότες τῆς τοῦ βασιλέως μεταλλαγής, τότε φανερῶς δήμος ἁπεκαλύψατο πρòς τòν πόλεμον καὶ τῶν μὲν ‛Aρπάλου χρημάτων μέρος ἐξέπεμψε τῷ Λεωσθένει καὶ πανοπλίας οὐκ ὀλίγας καὶ παρήγγειλε μηκέτι παρακρύπτειν, ἀλλἀ φανερῶς πράττειν τι τῶν συμφερόντων. 5. δὲ διαδοὺς τοῖς μισθοφόροις τὰς συντάξεις καὶ καθοπλίσας τοὺς ἀνόπλους παρήλθεν εἰς Αἰτωλίαν, συνθησόμενος κοινοπραγίαν.

— Les mercenaires de Charès ([Plutarque], Vie des dix orateurs, 848, E),

T7 - *[Plutarque], Vies des dix orateurs, 848, E : Au début de sa vie, il est indiqué qu’Hypéride : “[Il] suivit les leçons du philosophe Platon en compagnie de Lycurgue et celles du rhéteur Isocrate et entra dans la vie politique athénienne au moment où Alexandre intervenait dans les affaires de la Grèce. Il invita les Athéniens à refuser l’extradition des généraux et les bateaux qu’il demandait. Il leur conseilla de ne pas licencier les mercenaires du Ténare que commandait Charès”.

κροατς δΠλάτωνος γενόμενος τοφιλοσόφουμα Λυκούργου καὶσοκράτους τοῦ ῥήτοροςπολιτεύσατο ’Aθήνησι, καθ’ ὃv χρόνον ’Aλέξανδρος τνλληνικνπτετο πραγμάτων· καὶ περὶ τν στρατηγνντει παρ’ ’Aθηναίωνντεῖπε καὶ περὶ τν τριρων συνεβούλευσε δκαὶ τò ἐπὶ Ταινάρξενικòν μδιαλσαι, οΧάρηςγετο, ενόως πρòς τòν στρατηγòν διακείμενος.

— Arrivée de 6 000 mercenaires d’Harpale (Diodore 17.108.7) qui reprend plus tard 7 000 hommes à son service avant de se faire assassiner en Crète par Thibron (Diodore 17.19.2) (324)

T8 - *Diodore 17.108.6-8 : “6. [...] mais Alexandre fit périr à son retour de l’Inde plusieurs satrapes qui avaient fait l’objet d’accusations. Craignant le châtiment, Harpale, qui avait amassé une somme de 5 000 talents, recruta six mille mercenaires et, quittant l’Asie, il fit voile vers l’Attique. 7. Mais, comme on ne l’accueillait nulle part, il laissa ses mercenaires en Laconie, près du cap Ténare, tandis que lui-même revenait avec une partie de son argent en qualité de suppliant du peuple athénien. Antipatros et Olympias réclamant son extradition, il prit la fuite après avoir distribué de grosses sommes aux orateurs qui parlaient en sa faveur devant l’assemblée. 8. De là, il fit voile vers la Crète où il fut assassiné par Thibron, un de ses amis. Les Athéniens dressèrent quant à eux l’inventaire de l’argent d’Harpale : ils condamnèrent Démosthène et quelques autres orateurs pour avoir reçu de cet argent” (trad. P. Goukowsky, CUF, 1976).

6. ... τοδὲ’ Αλεξάνδρου μεττνξΙνδνπάνοδον πολλος τν σατραπν κατηγορηθένταςνελόντος φοβηθες τν τιμωρίαν καὶ συσκευασάμενοςργυρίου μν τάλαντα πεντακισχίλια, μισθοφόρους δ' ἀθροίσαςξακισχιλίουςπρενκ τςΑσίας καὶ κατέπλευσεν είς τνΑττικήν. 7. οὐδενòς δὲ αὐτῷ προσέχοντος τοὺς μὲν μισθοφόρους ἀπέλιπε περὶ Ταίναρον τῆς Λακωνικῆς, αὐτòς δὲ μέρος τῶν χρημάτων ἀναλαβὼν ἱκέτης ἐγένετο τοῦ δήμου, ἐξαιτούμενος δὲ ὑπΑντιπάτρου καὶΟλυμπιάδος καὶ πολλὰ χρήματα διαδοὺς τοῖς ὑπὲρ αὐτοῦ δημηγοροῦσι ρήτορσι διέδρα καὶ κατῆρεν εἰς Ταίναρον πρòς τοὺς μισθοφόρους. 8. ἐκέῖθεν δὲ πλεύσας εἰς Κρήτην ὑπò Θίβρωνος ἑνòς τῶν φίλων ἐδολοφονήθη. οἱ δ" Αθηναῖοι τῶν τοῦ' Αρπάλου χρημάτων λόγον ἀναζητοῦντες Δημοσθένην καὶ ἄλλους τινὰς χῶν ῥητόρων κατεδίκασαν ὡς εἰληφότας τῶνʽ Αρπάλου χρημάτων.

T9- Diodore 18.19.2 : à propos de la guerre qui eut lieu à Cyrène : “2. Comme nous l’avons indiqué dans le livre précédent, Harpale s’était enfui d’Asie et avait abordé en Crète avec ses mercenaires. Thibron, qui passait pour l’un de ses amis, l’assassina et devint maître de son argent ainsi que de ses soldats, qui étaient 7 000” (trad. P. Goukowsky, CUF, 1978).

2. ʽAρπάλου γρ τòνκ τς ’Aσίας δρασμòν ποιησαμένου κακαταπλεύσαντος ες Κρήτην μεττν μισθοφόρων, καθάπερν τπρò ταύτης βύβλδεδηλώκαμεν, Θίβρων, ες τν ϕίλων νομιζόμενος, δολοφονήσας τòνΑρπαλον κύριοςγένετο τν τε χρημάτων κατν στρατιωτν, ὄντωνπτακισχιλίων.

— Le soutien des satrapes (Hypéride, Contre Démosthène, col. 19)

T10 - *Hypéride, Contre Démosthène, col. 19 : “Voilà les résultats que tu nous as procurés avec ton décret, en ordonnant l’arrestation d’Harpale : les Grecs, tu les as réduits à envoyer tous des ambassades à Alexandre ; car ils n’avaient plus aucun recours ; et les [satrapes] qui eux aussi, seraient venus [volontiers] se joindre à nos forces, avec ce qu’ils avaient chacun d’argent et de soldats, non seulement tu les as empêchés tous en bloc, par suite de l’arrestation d’Harpale, de faire défection à Alexandre, mais encore... chacun d’eux...”

τατα σπImage 100000000000000C0000000F3A4732C2.jpg[ρεσκεύ]ακας τι ψηφ[ίσματι,] συλλαβν τò[ν ῞Aρπα]λον, καὶ τος μὲ[νλ]λη[ναςπαντας [Image 100000000000000D0000000FCC8B2667.jpgρεσ]βεύεσθαι πεπ[οίη]καςς ’Aλέξανδ[ρον,] οκχονταςλλ[ην] οδεμίανποσ[τρο]φήν, τος δσ[ατράπας] 1, οατοὶ ἂνκο[νκόν]τες πρòς ταύτη[ν τν] δύναμιν, ἔχοντες τχρήματα καὶ τού[ς] στρατιώταςσουςκ[αστος ατν εχεν, τούτους σύμπαντας ομόνον κεκώλυκαςποστηναικε[ίνου τσυλλήψει τῇ ՙΑρπάλου, ἀλλά καὶ [...ἕ]καοτον [ατν]..

— Enrôlement de 2 500 mercenaires supplémentaires par Thibron, après un premier échec devant Cyrène (mai-juin 323) (Diodore 18.21.1)

T11 - *Diodore 18.21.1-3 :1. Malgré un tel désastre, Thibron ne renonçait point à la guerre. Ayant choisi les plus capables de ses amis, il les envoya dans le Péloponnèse engager les mercenaires stationnés au cap Ténare : beaucoup de mercenaires licenciés erraient encore à la recherche d’un employeur et il s’en trouvait plus de deux mille cinq cents au Ténare. 2. Ses émissaires les engagèrent donc et reprirent la mer vers Cyrène. Pendant leur absence, Les Cyrénéens, rendus confiants par les succès qu’ils avaient remportés, livrèrent bataille, vainquirent Thibron et lui tuèrent beaucoup de soldats. 3. En raison de ses insuccès, Thibron allait renoncer à ses entreprises en Cyrénaïque, quand il retrouva confiance d’une manière inattendue : les soldats recrutés au Ténare débarquèrent et ce gros renfort lui rendit bon moral et confiance dans l’avenir” (trad. P. Goukowsky, CUF, 1978).

1. δε Θίβρων τηλικαύτη συμφορπεριπεσνμωςντείχετο τοπολέμου, προχειρισάμενος δτν φίλων τος εθετουςπεμψεν ες τν Πελοπόννησονναληψομένους τν ξένων τοςνδιατρίβοντας περὶ Ταίναρον. ἔτι γρ <τν> ἀμισθώτων γενομένων πολλοδιεπλανντο ζητοντες τος μισθοδοτήσοντας καὶ τότε περὶ Ταίναρονπρχον πλείους τν δισχιλίων καὶ πεντακοσίων. 2. τούτους δοπεμφθέντεςνέλαβον, τòν δες Κυρήνην πλονποιοντο. τς δτούτων <πρότερον> παρουσίας ομν Κυρηναοι θαρρήσαντες τος γεγονόσι προτερήμασι μάχην συνψαν καὶ νικήσαντες τòν Θίβρωνα πολλος τν στρατιτώνπέκτειναν. 3. διὰ δέ τὰς ἐλαττώσεις Θίβρων ἀπογινώσκωνδη τὰ κατὰ τὴν Κυρήνην παραδόξως πάλιν ἐθάρρησε. τῶν γὰρ ἀπò Ταινάρου στρατιωτῶν καταπλευσάντων καὶ μεγάλης αὐτῷ χειρòς προσγενομένης εὔελπις ἐγένετο τῇ ψυχῇ.

— En 316/5, un stratège est dépêché par Antigone le Borgne en vue de recruter des mercenaires dans le Péloponnèse (Diodore 19.57.5 ; 60.1)

T12 - *Diodore 19.57.5 : “5. Il [Antigone le Borgne] dépêcha Aristodémos de Milet dans le Péloponnèse avec 100 talents et mission d’établir des relations d’amitié avec Alexandre et Polyperchon, puis, après avoir levé le nombre de mercenaires nécessaires, de faire la guerre à Cassandre” (trad. Fr. Bizière, CUF, 1975).

5. ’Aριστόδημον δὲ τòν Μιλήσιον εἰς Πελοπόννησον ἐξέπεμψεν ἔχοντα χίλια τάλαντα· τούτῷ δὲ συνετέτακτο συνθέσθαι φιλίαν πρòςΑλέξανδρον καὶ Πολυπέρχοντα καὶ ξενολογὴσαντα τοὺς ἱκανοὺς διαπολεμεῖν Κασάνδρῳ.

T13- *Diodore 19.60.1 : “1. L’un des stratèges envoyés par Antigone, Aristodémos, avait fait voile vers la Laconie. Il fut autorisé par les Spartiates à enrôler des mercenaires et rassembla huit mille personnes originaires du Péloponnèse. Il rencontra Alexandre et Polyperchon et établit avec eux des relations d’amitié au nom d’Antigone : il désigna Polyperchon comme stratège du Péloponnèse et persuada Alexandre de venir en Asie rencontrer Antigone” (trad. Fr. Bizière, CUF, 1975)

1. Τν δπεμφθέντωνπ’ ’Aντιγόνου στρατηγν ’Aριστόδημος μν πλεύσας ες τν Λακωνικν καλαβν παρτν Σπαρτιατνξουσίαν ξενολογεν, στρατιώταςθροισενκτακισχιλίουςκ τς Πελοποννήσου, ἐντυχν δὲ ’Aλεξάνδρκαὶ Πολυπέρχοντι φιλίαν συνέθετο πρòς ατος ύπρ ’Aντιγόνου καὶ Πολυπέρχοντα μν στρατηγòνπέδειξε τς Πελοποννήσου, τòν δὲ ’Aλέξανδρονπεισεν ες την ’Aσίαν πλεσαι πρòςΑντίγονον.

— Les Agrigentins font appel à Acrotatos, le fils du roi Cléomène II, pour lutter contre Agathocle, (vers 315) (Diodore 19.70-71)

T14 - Diodore 19.70.2-6 :2. ... ils envoyèrent quelques exilés à Sparte avec mission de ramener un stratège capable de se mettre à leur tête. 3. Ils soupçonnaient en effet les stratèges de leur cité d’avoir des visées tyranniques mais pensaient que des personnes de l’extérieur exerceraient le commandement suprême sans outrepasser leurs droits, car ils se souvenaient de la stratégie exercée par Timoléon de Corinthe. 4. Une fois arrivés en Laconie, les envoyés découvrirent qu’Acrotatos, le fils du roi Cléoménès, avait mécontenté un bon nombre de jeunes Spartiates et, pour cette raison, souhaitait trouver à s’occuper hors de Sparte : 5. alors que les Lacédémoniens, après la bataille contre Antipater, tenaient quittes de l’atimie les survivants de la défaite, lui seul s’opposa au décret ; il mécontenta ainsi bien des gens, et en particulier ceux qui avaient à subir la peine légale. Ceux-ci se liguèrent contre lui. Ceux-ci se liguèrent contre lui, le rossèrent et ils ne cessaient de comploter contre lui. 6. désirant pour cette raison un commandement à l’étranger, il prêta une oreille complaisante aux Agrigentins. Il partit sans l’avis des éphores, et gagna le large avec quelques bateaux, pensant gagner directement Agrigente” (trad. Fr. Bizière, CUF, 1975).

ες δτν Λακεδαιμονίαν τν φυγάδων τινςξέπεμψαν, ἐντειλάμενοι πειρσθαι στρατηγòνγειν τòν δυνάμενον πραγμάτωνφηγήσασθαι· τος γρ πολιτικοςπώπτευονςντας οκείους τυραννίδος, τος δ’ ἔξωθενπελάμβανον δικαίως ποιήσεσθαι τν τν ὅλωνπιμέλειαν, ἀναμιμνησκόμενοι τς Τιμολέοντος τοΚορινθίου στρατηγίας. οδπεμφθέντεςς ποθ’ ἧκον ες τν Λακωνικν, ερον ’Aκρότατον τòν Κλεομένους τοβασιλέως υἱòν προσκεκοφότα πολλος τν νέων καὶ διτοτο ξενικν πραγμάτωνρεγόμενον. τν γρ Λακεδαιμονίων μεττν πρòς ’Aντίπατρον μάχηνπολυόντων τςτιμίας τοςκ τςττης διασωθέντος μόνοςνέστη τδόγματι. διόπερ ατòν συνέβη καὶ τνλλων οκ ολίγοις προσκόψαι, μάλιστα δοςν τν νόμων τπρόστιμα· οτοι γρ συστραφέντες πληγάς τενεφόρησαν ατκαὶ διετέλουνπιβουλεύοντες. διτατα δξενικςγεμονίαςπιθυμνσμένωςπήκουσε τοςκραγαντίνοις. τν δ’ ἀποδημίαν ποιησάμενοςνευ τς τνφόρων γνώμηςνήχθη ναυσνλίγαις, ὡς διαίρωνπ’ ’Aκράγαντος.

— Enrôlement de 5 000 hommes par Kléônymos dans le Ténare (303-302) (Diodore 20.104.2)

T15 - *Diodore 20.104.2 : “En Italie, les Tarentins étant en guerre en même temps contre les Romains et les Lucaniens, envoyèrent demander à Sparte une troupe auxiliaire et Kléônymos comme stratège. Les Lacédémoniens leur accordèrent de bonne grâce le commandant demandé d’autant que les Tarentins leur fournissaient eux-mêmes de l’argent et des vaisseaux ; ainsi Kléônymos, ayant bientôt enrôlé cinq mille soldats dans le Ténare en Laconie, fit voile du côté de Tarente. Là, il assembla encore le même nombre de mercenaires et faisant enrôler les citoyens eux-mêmes, il composa une armée de 20 000 fantassins et 2 000 cavaliers. Il obtint même le soutien de la plupart des Grecs établis en Italie et des Messapiens. Dès lors que tant de troupes se trouvaient sous ses ordres, les Lucaniens jugèrent opportun de se réconcilier avec les Tarentins ; et comme les Métapontins ne vinrent pas à sa rencontre, le Spartiate conseilla aux Lucaniens d’envahir leur territoire, et en profitant pour rencontrer lui-même les Métapontins en corps d’armée, il leur parut redoutable. Ensuite, entrant dans leur cité comme ami, il leur extorqua plus de 600 talents d’argent et se fit donner pour otages 200 jeunes filles issues des meilleures familles, moins comme une garantie de la loyauté de la cité que pour satisfaire ses propres plaisirs. Ayant renoncé jusqu’à l’habit de Lacédémone, il vivait continuellement dans la débauche et asservissait ceux qui lui faisaient confiance : ainsi, avec toutes les troupes dont il était accompagné, il n’exécuta rien qui fut digne de la réputation de sa patrie” (trad. personnelle).

1. Κατδτηνταλίαν Ταραντνοι πόλεμονχοντες πρòς Δευκανος καὶωμαίουςξέπεμψαν πρεσβευτς ες την Σπάρτην, ατούμενοι βοήθειαν καστρατηγòν Κλεώνυμον. 2. τῶν δὲ Λακεδαιμονίων προθύμως ἡγεμόνα δόντων τòν αἰτούμενον καὶ τῶν Ταραντίνων χρήματα καὶ ναῦς ἀποστειλάντων μὲν Κλεώνυμος ἐπὶ Ταινάρφ τῆς Λακωνικῆς ξενολογήσας στρατιώτας πεντακισχιλίους συντόμως κατέπλευσεν εἰς Τάραντα. ἐνταῦθα δὲ μισθοφόρους ἀθροίσαςλλους οὐκ ἐλάττους τῶν προτέρων κατέγραϕε καὶ τοὺς πολιτικοὺς πεζοὺς μὲν πλείους τῶν δισμυρίων, ἱππεῖς δὲ δισχιλίους. προσελάβετο δὲ τῶν τε κατ’ Ἰταλίανλλήνων τοὺς πλείστους καὶ τò τῶν Μεσσαπίωνθνος. 3. ἁδρᾶς οὖν δυνάμεως περὶ αὐτòν οὔσης οἱ μὲν Λευκανοὶ καταπλαγέντες ϕιλίαν ἐποιήσαντο πρòς τοὺς Ταραντίνους, τῶν δὲ Μεταποντίνων οὐ προσεχόντων αὐτῷ τοὺς Λευκανοὺς ἔπεισεν ἐμβαλεῖν εἰς τὴν χώραν καὶ τῷ καιρῷ συνεπιθέμενος κατεπλήξατο τοὺς Μεταποντίνους. παρελθὼν δεἰς την πόλιν ὡς φίλος ἐπράξατο μὲνργυρίου τάλαντα πλείω τῶν έξακοσίων, διακοσίας δὲ παρθένους τὰς ἐπιφανεστάτας ἔλαβεν εἰς ὁμηρίαν, οὐχ οὕτω τῆς περὶ τὴν πίστιν ἀσφαλείας χάριν, ὡς τῆς ἰδίας ἕνεκεν λαγνείας. 4. ἀποθέμενος γὰρ τὴν Λακωνικὴν έσθῆτα διετέλει τρυφῶν καὶ τοὺς πιστεύσαντας αὐτῷ καταδουλούμενος· τηλικαύτας γὰρ ἔχων δυνάμεις καὶ χορηγίας οὐδὲν της Σπάρτηςξιον ἔπραξεν.

Annexe 2

Image 100000000000027A000002F62B97D5CB.jpg

Le Cap Ténare (d'après Bölte 1931).

Notes

1 Bölte 1931. Avant cette date, Colin 1925, 321 avait défini le Ténare comme un “grand centre de racolage de mercenaires”.

2 Niebuhr 1851, 473 et Droysen 1889, 79, note 2.

3 Cf. Annexe 1 : Testimoniae (de T1 à T15), qui reprend les occurrences de Bölte, en y faisant des ajouts.

4 Parke 1933, 200, qui finalement traduit en anglais les termes employés par Bölte.

5 Griffith 1935, 259, qui ne cite pas l’article de Bölte.

6 Griffith 1935, 260 : “This function of Taenarum disappears in the third century, nor is it possible to cite any other town or locality as a parallel case in that period”.

7 Griffith 1935, 260 : “a scholar myth”. L’existence d’un tel marché à Aspendos, en Pamphylie, a été soutenue par Lanckorónski 1890, 85 et Lammert, RE1, XV, col. 2077, s.v.misthophoroi”.

8 Griffith 1935, 260 : “In reality, ther is no ground whatever for believing that Aspendus was an Asiatic parallel to Taenarum, though its position as a seaport and its proximity to fighting populations may have made it a market for mercenaries in common with other cities on the coast of Asia Minor”.

9 Selon Griffith, le seul cas comparable au Ténare est Éphèse, qui passe pour avoir été un lieu important de recrutement de mercenaires à partir du iiie siècle. Nous laisserons de côté cet exemple, qui mériterait un développement à part entière, en renvoyant aux sources citées par Griffith 1935, 261, qui indique que “Ephesus may have been a recognized market for mercenaries”. Plaute, Miles Gloriosus, 75-76 et 947-949.

10 Roussel 1939, 266-267.

11 Launey 1949, I, 105.

12 Will 1979, I, 29.

13 Will 1999, 30.

14 Cartledge & Spawforth 2002, 21.

15 Garlan 1972, 68-69, parle de ces “‘marchés’(tel le cap Tainare au sud du Péloponnèse) où se concentraient les soldats en chomage”. Il est impossible de recenser toutes les attestations du cap Ténare dans les travaux des Modernes, puisque ce lieu géographique intervient dans plusieurs épisodes importants de la fin du ive siècle : la guerre d’Agis, l’affaire d’Harpale et la guerre lamiaque, la guerre de Thibron contre Cyrène.

16 Launey 1949, I, 30-35.

17 Couvenhes 2004, 88, n. 58.

18 Ducrey 1971.

19 Launey 1949, I, 30.

20 Launey 1949, I, 30. C’est la fonction de Pyrgopolynice, dans le Miles Gloriosus (v. 75-76 et 947-949) de Plaute, qui opère à Éphèse.

21 Launey 1949, I, 105.

22 Ces soldats “péloponnésiens” sont : les “Péloponnésiens” d’Alexandre dans sa campagne de Lydie (Arrien 1.17.8), des cavaliers “péloponnésiens” à Issos (Arrien 2.7.8 ; Quinte-Curce 3.9.8) et à Arbélès (Quinte-Curce 4.13.29) ; 4 000 “Péloponnésiens” rejoignent le roi de Tyr (Quinte-Curce 3.1.1 ; Arrien 2.20.5), des renforts “péloponnésiens” arrivent à Babylone (Quinte-Curce 5.1.41) ; en 220, Cléomène confie à Sôsibios 3 000 mercenaires “péloponnésiens” (Pol. 5.36.4 ; cf. Plut., Cléomène, 33).

23 Ducrey 1985, 134-135.

24 Selon Str., Géographie, 14.5.2, “Délos pouvait chaque jour recevoir et exporter des dizaines de milliers d’esclaves” ; cf. aussi Paus. 6.33.2 et 3.23.3-4. La nature de ce marché a intrigué les historiens qui se sont interrogés sur l’activité de l’emporion, telle qu’elle peut apparaître, selon les époques, dans les sources littéraires, épigraphiques et les vestiges archéologiques : cf. Duchêne 1993, 113-125 qui compare Délos à Londres, première place de commerce du pétrole sans qu’il n’y ait jamais eu de tanker sur la Tamise, et conclut : “de la même manière, et sous la garantie de son dieu, Délos, point de contact universel, a pu être un emporion où l’on signait des contrats et où l’on négociait des chargements sans être obligé de les y faire parvenir” ; voir aussi maintenant Duchêne & Fraisse 2001.

25 Cela ressort de certains passages, reproduits en Annexe 1, notamment de T11 (Diod. 18.21.1) et de T15 (Diod. 20.104.2).

26 Sur le marché, nombre d’aspects théoriques ont été défrichés par les travaux de Weber 1998 et de Polanyi 1957, 64-94 (= Polanyi 1975, 93-117) ; cf. Descat 2000, 13-29 ; dans le domaine militaire, voir aussi Couvenhes 2006.

27 La “guerre égéenne” est provoquée par les Perses en réponse aux progrès d’Alexandre en Anatolie ; elle consiste dans la contre-attaque maritime achéménide lancée en 333 par Memnon de Rhodes, puis continuée, après sa mort, par Pharnabaze : voir en dernier lieu Debord 1999, 457-472.

28 Arrien 2.13.4-6 (T1). Quinte-Curce ne parle pas de l’entrevue de Siphnos ; cf. infra, Diod. 17.48.1-2 (T2).

29 Sur l’action d’Agis III, outre Badian 1967 et Bosworth 1975 ; on consultera aussi Badian 1994.

30 Bosworth 1980, 224, souligne combien le rendez-vous était arrangé et qu’une seule trière signifiait qu’Agis n’escomptait aucune opposition.

31 Agésilas (Berve, no 11) comme Hippias ne sont connus que par ce passage. Bosworth 1980, 224, pense qu’Agésilas mourut avant Mégalopolis car c’est un autre frère, Eudamidas I, qui succéda à Agis. On ne peut exclure qu’il mourut comme Agis dans la bataille.

32 Parke 1933, 201, n. 1 ; Launey 1949, I, 105, n. 1.

33 On sait seulement par Arrien 2.13.2-3, Quinte-Curce I4.1.27 et Diod. 17.48.2 (à propos d’Amyntas) que des mercenaires défaits à Issos se rendirent vers la côte où ils trouvèrent des bateaux. Néanmoins, nos sources divergent. Selon Quinte-Curce et Diodore, Amyntas prit avec lui 4000 hommes pour envahir l’Égypte, où il mourut ; selon Arrien, les 8 000 partirent en Égypte sous l’autorité de quatre chefs, dont Amyntas. Sur ces divergences, cf. Parke 1933, 199.

34 Badian 1961, 26, n. 68, qui pense en outre que les 8 000 hommes d’Agis comprennent les 4 000 mercenaires qui ne sont pas allés en Égypte avec Amyntas, “otherwise it would seem excessively large for scattered survivors”.

35 Badian 1961, 25 : “Agis got only 10 trirèmes and 30 talents of silver”.

36 Il est possible de supposer qu’Agis et sa troupe firent voile directement vers la Crète, sans passer par le Ténare.

37 Badian 1967, 177 qui s’appuie sur Diodore, loc. cit. ; cf. aussi Quinte-Curce 4.1.39-40.

38 Badian 1967 et 1994.

39 Quinte-Curce 4.8.15 ; cf. Bosworth 1975, 31-33.

40 Griffith 1935, 259 : “it looks as if Taenarum was already a Spartan naval base, if it twas nothing more” ; Badian 1961, 25-26 : “this incident is important as giving us the first mention of Taenarum as a major base. In spite of what has often been asserted, it is clearly (as, indeed, was to be expected) a Spartan base, and there is no room for an international hiring-fair there” ; Bosworth 1975, 29 : “even before Issus, Taenarum had been established as a military base”.

41 Cf. les tableaux de Roy 1967, 287-323, sp. p. 296, n. 43 et Marinovic 1988, 33.

42 Troupe de Cléandre : Arrien 2.20.5 ; Quinte-Curce 4.3.11 ; Troupe d’Amyntas : Diod. 17.65.1 ; Quinte-Curce 5.1.41.

43 Bosworth 1975, 29, souligne que ces enrôlements s’effectuèrent au moment même où Agis III intensifiait son action en direction de la Perse, et surtout de la Crète.

44 Pour la guerre d’Agis, et donc la date de la bataille de Mégalopolis, nous suivons la chronologie de Bosworth 1975, 26-43, fondée sur Arrien, et non celle de Badian 1967, 170-192, qui s’appuie sur Quinte-Curce 6.1.21 qui indique un synchronisme entre la bataille de Mégalopolis et celle de Gaugamèle, le 1er octobre 331.

45 Diod. 17.106.2-3 avait déjà exposé les motifs et le contexte de cette décision, transmis par ordre ; cf. Goukowsky 1981, 47-64.

46 Lepore 1955, 167.

47 Lepore 1955, 167-169 ; Lepore penche pour Diyllos plutôt que pour Clitarque.

48 Lepore 1955, 169.

49 Sur ce point, cf. Hornblower 1981, 33, n. 51. Sur les problèmes chronologiques propres au livre 18, cf. l’introduction de l’édition de la CUF par Goukowsky 1976.

50 Marinovic 1989, 100. L’observation est faite également par Goukowsky 1976, 153, n. 2 : “il faut chercher la cause profonde du mécontentement d’Athènes dans l’édit d’Alexandre ordonnant le retour des bannis, qui signifiait pour elle la perte de Samos. Le licenciement des mercenaires, qui rendait disponible environ 8 000 soldats aguerris, ne fut que l’occasion”.

51 En rupture avec l’opinion communément admise jusqu’alors, Mitchel 1964, 13-17 admet la réalité de ces pourparlers avant la mort d’Alexandre. De ce point de vue, il nous semble qu’Ashton 1983 a raison contre Worthington 1994a.

52 Mitchel 1964, 13-17.

53 Landucci Gattinoni 1995, 77.

54 Habicht 2006, 53.

55 L’inscription, publiée par Léonardos a été reprise dans le recueil de Reinmuth 1971, no 15 (avec mention du nom, côté gauche, l. 1-5).

56 Mathieu 1929, 161-165, suivi par tous ses successeurs à l’exception de : Gomme 1933, 68-69 (327/326 ou 326/325) ; Pélékidis 1962, 127-147 (entre 336 et 324/323) ; Gehrke 1976, 78-79, n. 12 ; Worthington 1987, 489-491.

57 Tracy 1995, 24-26.

58 Tracy 1995, 24-26. C’est la conclusion à laquelle étaient parvenu Jaschinski 1981, 51-54 et Bosworth 1988, 293-294, parce qu’ils continuaient de placer la dédicace d’Oropos en 324/323 et butaient sur l’impossibilité pour un même personnage d’avoir deux fonctions différentes la même année.

59 Tracy 1995, 24-26. Pour la dédicace d’Oropos, Tracy penche pour la date de 329/328.

60 Diod. 15.95 ; Polyen, 6.2.1-2 ; cf. Davies 1971, 342-343.

61 Le chiffre de 50 000 mercenaires, rapporté par Pausanias 8.52.5, est certainement erroné : cf. Badian 1961, 27, n. 78.

62 Marinovic 1989, 104.

63 Worthington 1987, 489-491, étudie l’inscription IG, II2, 1631, l. 605-606 : Démade apparaît comme le syntélès de Léosthénès, assumant les dettes de la trière Hébé l’année même où il mourut ; cf. aussi Tracy 1995, 25 et Brun 2000, 108 et n. 49, qui revient sur la possibilité d’être à la fois stratège et triérarque et fait remarquer que l’association de Démade avec Léosthénès n’est pas une coïncidence : “en se portant ou en étant désigné syntélès de Leosthène, [l’orateur] accordait ainsi un soutien marqué au soulèvement d’Athènes”.

64 Cet engagement de Léosthénès du coté Perse est suggéré par Diodore 18.111.1-2 ; cf. Landucci Gattinoni 1995, 78.

65 Worthington 1987, 491.

66 Ce dernier avait tiré les leçons de sa première attitude à l’égard des mercenaires grecs battus à la bataille du Granique : les ayant considéré comme des ennemis de tous les Hellènes, il les expédia en Macédoine et les contraint aux travaux forcés (Arrien, Anabase, 1.16.6), ce qui fit que les Grecs redoublèrent d’acharnement à se battre dans les rangs ennemis ; cf. Badian 1961, 25.

67 Goukowsky 1981, 47-64.

68 Worthington 1987, 491.

69 Xen., An., 3.1.47.

70 La question des strategoi autokratores mériterait d’être reprise ; cf. Hauvette-Besnault 1885, 72-87 et Hamel 1998, 201-203.

71 Je me suis demandé s’il n’était pas possible d’établir une sorte de parallèle avec l’assemblée des soldats athéniens à Samos lors du coup d’État de 411 (Thc. 8.75-76.6), épisode qui montre qu’une armée en campagne peut se considérer comme la véritable cité. Mais le parallèle ne tient pas à moins de considérer une sorte de schizophrénie de la cité soucieuse de jouer sur deux tableaux à la fois, ce qui peut avoir correspondu à une certaine réalité politique (par ailleurs indémontrable), mais plus difficilement à une réalité institutionnelle.

72 [Plut.], Vie des dix orateurs, 848, E. L’indication intervient juste après qu’en 335, à la suite de la destruction de Thèbes, Hypéride ait invité les Athéniens à refuser l’extradition des stratèges et les bateaux qu’il demandait Plut., Dém., 23.4 indique qu’après la chute de Thèbes, Alexandre exigea qu’Athènes lui livrât, selon les auteurs, huit ou dix orateurs qui lui étaient hostiles. En 334, Athènes dut, en qualité de membre de la Ligue de Corinthe, fournir un contingent naval pour la campagne contre Darius.

73 Citons par exemple l’aide qu’il apporta à Phlionte, contre Argos, en 367/366, ce qui le rendit célèbre : Xen., Helléniques, 7.2.18-23 ; Diod. 15.75.3. On trouve une notice commode sur Charès dans Pritchett 1974, 77-85, mais elle ne s’intéresse absolument pas au devenir du personnage après Chéronée ; voir aussi Salmond 1996, 31-41.

74 Landucci Gattinoni 1994, 33-61.

75 C’est la position de Landucci Gattinoni 1994, 53, et note 116, contra Bosworth 1980, 179-180 qui considère que Charès avait été du côté d’Alexandre au début de son expédition avant de passer du côté perse.

76 Quinte-Curce 4.5.22.

77 Quinte-Curce 4.5.22 ; Arrien 3.2.6, qui cite le nom de Charès dans le rapport fait à Alexandre par Hègélochos à propos de sa victoire en Égée.

78 Girard 1874, 121 (332-330) ; Colin 1946, 34, n. 3 (332).

79 Vers 325, Charès était de ceux qui préparaient la guerre contre Antipatros : en mars-avril 323, Dem., Lettres, 3.31, cite son nom en deuxième position dans la liste des démocrates, maintenant morts, dont les Athéniens ont à regretter la disparition. La note 5, p. 172, de l’édition de la CUF, établie, traduite et commentée par R. Clavaud (Paris, 1987), rappelle que la “liste des disparus comporte une première partie où figurent les morts les plus récents”, en particulier Charès, dont on date la disparition de 325/324 (Kirchner, PA, 4384).

80 Engels 1993, 219-222. Landucci-Gattinoni 1994, 53. souligne que cette notice, isolée mais précieuse, indique deux choses : 1) d’une part, l’éloignement de Charès de sa cité d’origine dès avant le départ d’Alexandre pour l’Asie, puisqu’il se trouvait à Sigée en Troade au printemps 334, n’est pas parvenu à rompre toute relation entre lui et les tenants d’une politique anti-macédonienne, comme Hypéride, restés à Athènes ; 2) d’autre part, l’activité strictement militaire de Charès, chef de mercenaires entre 332 et 324, reste cohérente avec le reste de sa carrière. En revanche, rien n’est dit de la raison de la présence de Charès au Ténare.

81 Parke 1933, 201, n. 3 fait venir Charès au Ténare peu après 332, mais semble considérer qu’il y demeura continuellement jusqu’à sa mort, “by which time Leosthenes may be said to have taken his place at Taenarum”.

82 Photius, Bibliothèque, 495 b, l. 24.

83 Griffith 1935, 259, n. 2, qui écrit : “If the name Chares here is right, which is doubtful (p. 35), Taenarum was already occupied some month earlier : so Parke, p. 201, and Berve, p. 404”. À la page 35, Griffith propose qu’il s’agit d’une erreur et qu’il faut lire Léosthénès plutôt que Charès, car : “the Athenians had no power either to disband or retain a garrison at Taenarum in 331, the date commonly assigned to this reference”, en renvoyant à Parke 1933, 201 et Berve 1926, no 819.

84 Sur la position athénienne durant cette guerre et le rôle joué par Démade, cf. Brun 2000, 85-89.

85 Diod. 17.108.6.

86 Diod. 17.108.7.

87 Launey 1949, I, 105, n. 1. On doit à Laronde 1987, 83, n. 170, cette remarque essentielle sur le sens d’ἀπέλιπε et la mauvaise interprétation produite par Launey.

88 Notons néanmoins que si Diodore 18.9.1 indique que Léosthénès avait à sa disposition “aussi bien les trésors abandonnés par Harpale [...] que les mercenaires qui, en Asie, avaient été licenciés par les satrapes”, il ne fait pas explicitement mention des soldats d’Harpale, qui ont suivi leur chef en Crète.

89 Laronde 1987, 83, n. 170, indique : “plus probablement, le cap Ténare, où affluaient les débris de l’empire de Darius, satrapes et généraux avec leurs hommes et leurs trésors, représentait le lieu où l’on pouvait cantonner une armée en attente d’utilisation”.

90 Le terme de philos a ici le sens dégagé par Savalli-Lestrade 1998. Sur la royauté d’Harpale, cf. Goukowsky 1981, 75.

91 Diod. 18.19.2.

92 Selon Laronde 1987, 70, “la similitude entre la donnée fournie par Arrien et celle que nous trouvons chez Diodore à propos de l’effectif primitif de l’armée d’Harpale donne à penser que leurs indications ont une source identique : Arrien ne traite pas des déplacements d’Harpale, de l’abandon de ses mercenaires, de son retour au cap Ténare, et il conserve donc le chiffre original”.

93 C’est l’hypothèse de Griffith 1935, 43 qui considère que Thibron avait recruté en Crète avant d’offrir ses services aux Cyrénéens. L’explication est reprise par Le Rider 1966, 145. Laronde 1987, 70, estime “rien dans nos sources ne vient corroborer cette opinion. Assurément, il y avait auparavant déjà des Crétois dans l’armée d’Harpale (comme le reconnaît Le Rider 1966, 144). Mnasiklès, qui ne nous est connu que par son rôle dans la guerre de Thibron est présenté comme un ancien soldat d’Alexandre (Berve 1926, II, 264, no 533 ; Launey 1949, I, 248). Mais le nombre de mercenaires crétois dans le dernier quart du ive siècle ne paraît pas considérable, ainsi qu’il ressort des Recherches de Launey, p. 248 sq. H. Van Effenterre ne parle pas du recrutement éventuel de Crétois par Thibron avant son passage en Afrique. Donc, nous préférons suivre Laronde et considérer que l’adjonction de Crétois relève de la simple hypothèse”.

94 Diod. 18.19.3. Selon Laronde 1987, 70 et notes, “il n’est pas exagéré de considérer que ces exilés représentent l’accroissement de l’armée noté par Diodore [...] Un groupe cohérent d’exilés avait donc pu se joindre à Thibron ; il n’est pas impossible que quelques Crétois se soient également joints à l’expédition, mais cela ne devait pas dépasser le cadre des cas individuels”.

95 Le terme de “lieu de ralliement” est utilisé par Griffith 1935, 259-260 qui parle de “fixed rallying-points for soldiers in want of employment”, mettant davantage en avant les motivations économiques que politiques.

96 [βαρβάρους] Badington, Dem. ed. pr. 37-38 ; τος δὲ [ἄλλους] Boeckh 545.

97 Sur tout cela, on se reportera à Whitehead 2000, 417.

98 Selon Goukowsky 1976, 149, CVIII, 4 : “il est possible qu’Harpale ait finalement assumé les fonctions de satrape, comme Cléomène de Naucratis en Égypte. On remarquera en effet que, lorsque Alexandre regagne l’Asie Mineure en 324, nos sources ne mentionnent aucun satrape de Babylonie, de Mésopotamie ou de Syrie. Peut-être l’administration de ces provinces avait-elle été confiée à Harpale comme le laisserait penser Diodore”.

99 Hypéride, Contre Démosthène, col. 18.

100 Colin 1946, 255, n. 4 : “il y a sans doute une bonne part d’illusion dans cet espoir d’une révolte générale des satrapes” ; dans le même sens : Badian 1961, 28 et Engels 1993, 315, n. 639 ; pour Bosworth 1980, 149 : “[Hypereides’] allegation [...] may be an exercise in retrospective wishful thinking, but it does reflect a general atmosphere of fear and suspicion throughout the empire”.

101 Diod. 17.106.2-3 ; cf. Goukowsky 1981, 65-77.

102 Il nous semble donc que le τατα du début d’Hypéride, Contre Démosthène, col. 19, se réfère aux événements de 324 et non de 323. d’une manière générale, nous suivons la thèse principale de Ashton 1983, 47-63, selon laquelle les Athéniens étaient entrés dans des préparatifs militaires dès avant l’entrée d’Harpale, et nous nous démarquons de “l’orthodox view”, considérant que le sursaut athénien ne démarre qu’avec Harpale, thèse défendue encore par Worthington 1994, 307-330.

103 Westlake 1949, 88, n. 6.

104 Badian 1961, 28, qui regrette néanmoins : “It is a pity that we cannot put names to these shadowy figures”. F. Landucci Gattinoni contourne la difficulté en considérant l’expression τν Περσικν σατραπν κα τν λλων γεμόνων comme une référence, générique et imprécise, aux commandants de mercenaires congédiés par Alexandre en Carmanie.

105 Goukowsky 1976, 269-270 : “Diodore a confondu deux épisodes qui ont vu des mercenaires grecs se réfugier au cap Ténare : a) on rapprochera de Quinte-Curce 4.2.34 : Darei praetores qui proelio apud Isson superfuerant. En 332, plusieurs chefs de mercenaires au service demeurèrent fidèles à Pharnabaze : comme celui-ci faisait cause commune avec Agis, il est naturel que ces unités de provenance diverse (rescapés d’Issos ; garnisons expulsées des villes d’Ionie ou des cyclades) aient été regroupées en territoire lacédémonien ; b) en 324, les mercenaires licenciés par les satrapes (macédoniens !) d’Alexandre se sont réfugiés au cap Ténare, qui, entre temps, était devenu le point de ralliement des mercenaires sans emploi”.

106 Les liens entre Athènes et Harpale sont anciens, puisque celui-ci avait reçu le droit de cité pour avoir fait don à la ville de grandes quantités de céréales au cours des années de disette (331-324) : cf. Gernet 1909, 297 ; Goukowsky 1981, 72-77, indique qu’un fragment de l’Agên, drame satyrique représenté à la cour d’Alexandre (cité par Athénée, 13, 595 e sq.) fait allusion à ces événements.

107 Selon Badian 1961, 26, les forces présentes au Ténare après 330 auraient pour une bonne part été constituées par les restes de l’armée d’Agis : “they would find Taenarum – probably familiar to them as their base in the Spartan service – a convinient refuge and a useful place in wich to wait for further employment : on that wild promontory no regular macedonian forces were likely to seek them out”. Dans le même ordre d’idée, Westlake 1949, 89.

108 Goukowsky 1978, 187.

109 Goukowsky 1978, 189.

110 Goukowsky 1978, 187.

111 Diod. 18.8.2 et 5.

112 Le Rider 1966, 145.

113 Cité par Laronde 1987, 76.

114 Bosworth 1988, 291-292 (“Appendix A : Thibron in Cyrenaica”) adopte ce point de vue “it is almost inconceivable that there were still unemployed mercenaries after the outbreak of the Lamian War”.

115 Sur Thibron : V. Ehrenberg, RE, VI A, 1, s.v. “Thibron 2”, col. 275-276 ; Poralla & Bradford 1985, no 376.

116 Schmitt 1969, no 551, l. 15-29. Sur ces clauses, on se reportera aux parallèles recensés par Ducrey & Van Effenterre 1969 et Ducrey 1970 ; voir aussi Rouanet-Liesenfelt 2003.

117 Badian 1961, 26.

118 Griffith 1935, 259-260.

119 Griffith 1935, 259-260. À l’appui son argumentation, Griffith avance également une autre explication qui tient de la comparaison historique. Diod. 16.62.3, indique en effet qu’en 346, à la fin de la troisième guerre sacrée, le promontoire du cap Malée, de l’autre côté du golfe de Laconie, servit de lieu de débarquement aux mercenaires de Phalaïcos, le tyran phocidien qui avait obtenu de Philippe la vie sauve pour lui et ses hommes en échange des forteresses qui contrôlaient les Thermopyles. Ces mercenaires s’étaient embarqués avec leur chef sur des navires. Craignant de ne pas être payés dans l’aventure incertaine que leur promettait maintenant Phalaïcos, ils prirent possession de ce dernier, détournèrent les navires, débarquèrent au cap Malée et trouvèrent là des Cnossiens, venus à leur rencontre, qui les enrôlèrent avec Phalaïcos. Partis pour la Crète, ils prirent la cité de Lyktos par la force.

120 Baladié 1980, 5 et n. 24 pour les références littéraires à ces voyageurs malchanceux. Sur les conditions de navigation en Méditerranée, voir également Arnaud 2005.

121 Sur le sens d’aktè, terme qui s’appliquait aussi au mont Athos et à une partie de la presqu’île du Pirée qui, en avant de Mounychie, tourne vers le large un front massif ([Ar.], Constitution des Athéniens, 42.3), cf. Baladié 1980, 234.

122 Hdt. 1.24.6.

123 Baladié 1980, 25, n. 33 : Str. 6.2.1 et 8.5.1 établit une distance du cap Ténare au cap Pachynon, pointe sud-est de la Sicile, de 4 600 stades ; en 8.5.1, la distance au cap Corykos (Crète) est de 700 stades ; en 10.4.5, au cap Kimaros, elle est aussi de 700 stades ; en 17.3.20 au cap Phykous de Cyrénaïque, 2 800 stades alors qu’en 8.5.1, la distance est de 3 000 stades.

124 Psamathous figure dans Str. 8.5.2 à titre de polis (Μετ δ Ταίναρον πλέοντι π τν νου γνάθον κα Μαλέας Ψαμαθος στι πόλις). Le nom de ce port est restitué d’après Stéphane de Byzance citant Artémidore, Pseudo-Scylax, 46, qui en parle comme d’un port, localisé avec précision par rapport au cap Ténare, et Paus. 3.25.8, qui mentionne la présence du sanctuaire de Poséidon, à l’extrémité du cap, à quelques kilomètres au sud de Psamathous, lieu de culte célèbre et fréquenté, situé à proximité d’une source.

125 Ce point a été noté par les voyageurs du xixe siècle, notamment Philippson : cf. Baladié 1980, 247.

126 Le sanctuaire servit de lieu d’affranchissement pour les esclaves ou les Hilotes. On y a retrouvé plusieurs actes d’affranchissement qui remontent au ve et ive siècle et sont dus à des Spartiates (IG, V.1, 1228-1236) : cf. Ducat 1990. Selon Pol. 9.34.9 et Plut., Pompée, 24, il recevait suffisamment d’exvoto pour tenter les pirates qui le pillèrent à plusieurs reprises. Au iie et ier siècles a.C., le sanctuaire servait de centre religieux au koinon des Eleuthérolaconiens, qui honora des évergètes par décret (IG, V.1, 1226-1227). Sur ce koinon, voir dans ce volume la contribution de Jean-Sébastien Balzat, infra p. 335-350.

127 Nos connaissances sur le Ténare doivent beaucoup aux relevés de surface repris dans Moskou (sic) 1976-1978 ; voir aussi G. Shipley 1997, 230, no 9 ; Shipley 2000, 383-385 et Cavanagh et al. 2002, II, 306, LL210, qui recensent les témoignages littéraires et épigraphiques, à l’exception de ceux qui nous concernent.

128 Il est fort possible que la perte d’autorité de Sparte sur le Ténare date de la prise d’un certain nombre de cités côtières (dont Gytheion) par Flamininus (Liv. 34.29.2-13), même si, en 193, Nabis reprit temporairement le contrôle de quelques unes d’entre elles (Liv. 34.29.13, 1). Sur Kainépolis, outre les travaux de Moschou, cités dans la note précédente, cf. aussi Shipley 1997, 246, no 45 et Cavanagh et al. 2002, II, 305, LL201. Le koinon des Eleuthérolaconiens en fit sa polis (Paus. 3.35.9).

129 Les manières dont Sparte contrôlait les poleis périeques restent assez obscures, faute de sources et d’études. Les éphores avaient pour attribution de pouvoir intervenir dans le gouvernement de ces poleis. Les Spartiates levaient des troupes, selon des clauses d’alliance militaire, que l’on aimerait mieux connaître. La meilleure étude sur ces points reste : Richer 1998.

130 Sur le rôle de Gytheion comme port commercial, cf. Cartledge 1979, 181-183.

131 Str. 10.4.1. Sur la Crète comme prolongement du Péloponnèse dans la représentation géographique des Grecs, cf. Bosworth 1975, 34-35 ; point de vue critiqué par Badian 1994, 270-271.

132 Parke 1933, 200 et la citation donnée plus haut.

133 Parke 1933, 200 : “only an uncompromising opponent of Macedon could tolerate anti-Macedonian soldiers in its land, and yet not flout the covenant of the Corinthian Ligue”.

134 Diod. 17.73.5, qui rappelle la teneur des négociations avec Antipater.

135 McQueen 1978 qui rassemble et discute l’ensemble des sources et penche pour une adhésion de Sparte à la Ligue.

136 Cette œuvre de Plutarque se trouve dans les Moralia, 240, A-B ; Cartledge 1979, 24-25, est tenté de donner du crédit à l’assertion de Plutarque, ce qui expliquerait que la cité n’ait pas reçu de grain en provenance de Cyrène au début des années 320. Néanmoins, P. Cartledge rajoute : “On the other hand, there is a prima facie evidence that Sparta, like the members of the League, received order (ta epistalenta) from Alexander to deify him en 324” (p. 25).

137 IG, II2, 236 ; Tod, GHI, no 177, fragment A.

138 Parmi les sources relatives aux préparatifs diplomatiques de la guerre lamiaque (Diod. 18.8-18 ; Plut., Phocion, 23-29 ; Démosthène, 27-31 ; Hypéride, Oraison Funèbre), Plut., Démosthène, 23 évoque les efforts de l’orateur, alors dans le Péloponnèse où il s’est réfugié après sa condamnation dans l’affaire d’Harpale, pour acquérir des alliances à sa cité. Sparte n’est jamais mentionnée.

Auteur

Université de Tours

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540