Version classiqueVersion mobile

Des premières communautés paysannes à la naissance de l’État dans le Centre de la France : 5000-50 a.C.

 | 
Sophie Krausz

I. La région Centre-Val de Loire : le choix d’un territoire d’étude

Texte intégral

1La région Centre a été créée dans les années 1950 dans le cadre de la politique de décentralisation. Elle regroupe trois anciennes provinces historiques, l’Orléanais, la Touraine et le Berry et compte six départements, le Loiret, l’Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher, l’Indre, le Cher et l’Indre-et-Loire (fig. 1). Elle ne représente donc pas une seule réalité historique, comme l’Auvergne ou l’Aquitaine, mais en recouvre plusieurs. Le choix de traiter l’ensemble de la région Centre-Val de Loire dans ce projet peut être expliqué à la fois par des raisons “administratives” et géographiques. Les premières concernent l’accès aux fichiers du Service de l’Archéologie du Centre, gérés dans la région même et dont l’accès est rendu aisé grâce aux services déconcentrés de l’État. Sur le plan géographique, ce choix est justifié par le fait que l’actuelle région Centre-Val de Loire correspond approximativement au bassin de la Loire moyenne.

Fig. 1. Carte administrative de la région Centre (©Larousse).

Fig. 1. Carte administrative de la région Centre (©Larousse).
  • 1 Chiffres de l’INSEE au 1er janvier 2014.

2Comme son nom peu original le laisse entendre, cette région est située dans le centre de France, jouxtant la Bourgogne à l’est, le Poitou et les Pays de la Loire à l’ouest, l’Île-de-France au nord, l’Auvergne et le Limousin au sud. Le Centre est une vaste région qui se place au 4e rang des régions françaises par sa superficie (39 151 km2), mais au 10e rang à cause de sa faible densité d’occupation, 64 hab./km2 pour une population totale de 2,57 millions d’habitants1. C’est presque un désert si on compare ces chiffres à ceux de sa voisine l’Île-de-France qui compte 977 hab./km2.

3C’est une région essentiellement rurale qui ne compte que deux agglomérations de plus 100 000 habitants, Orléans et Tours. Ces villes se sont développées sur les bords de la Loire, le plus long fleuve de France. Dessinant une large boucle au nord de la région, la Loire et son bassin versant structurent et façonnent des paysages divers et typiques.

4Le Centre montre d’importantes disparités au sein de son vaste territoire que les géographes découpent en trois pôles :

  • le nord (Eure-et-Loir, Loiret, nord du Loir-et-Cher) correspond à la partie la plus riche de la région, la plus dynamique sur le plan économique. Elle se situe dans l’orbite de Paris et constitue désormais une grande banlieue de la capitale. Les activités franciliennes alimentent la croissance démographique et économique de ce secteur et c’est Orléans, chef-lieu de la région, qui en a tiré le plus grand profit sur différents plans.

  • Le Val de Loire et ses abords accueillent des villes secondaires comme Tours, Blois et Amboise. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000, le Val de Loire connaît une attractivité touristique très intense autour des châteaux et des vignobles de Touraine.

  • Le Sud (Indre, Cher, frange méridionale de l’Indre-et-Loire) illustre la “campagne profonde”. Le déclin démographique n’est pas récent, la population vieillit et l’attractivité économique est faible dans cette zone éloignée des centres urbains dynamiques.

Géologie

5La région Centre-Val de Loire couvre la partie sud-est du Bassin parisien et son sous-sol est presque intégralement sédimentaire (fig. 2). Elle est adossée au Massif central mais n’effleure son socle qu’a son extrémité sud, à la lisière méridionale du Berry. Le cours de la Loire partage la région en deux entités sédimentaires : d’abord au centre et au nord, des plateaux et cuvettes, ensuite au sud-est, des régions de cuestas. Dans l’ensemble de la région, le relief est peu marqué car elle est principalement formée de plateaux dont les altitudes sont généralement inférieures à 200 m. Il existe toutefois trois zones plus élevées : le Perche au nord-ouest, le Sancerrois et le Pays Fort à l’est, la Marche et le Boischaut au sud du Berry. Les autres accents topographiques sont liés à la présence de cuestas et de vallées, voire à la combinaison des deux.

Fig. 2. Structure et relief de la région Centre (Gamblin 2000).

Fig. 2. Structure et relief de la région Centre (Gamblin 2000).

6Les grandes unités naturelles de la région doivent leur identité :

  • à la nature des terrains de surface et aux transformations qu’ils ont subies au cours du temps,

  • aux mouvements, déformations et cassures de l’écorce terrestre,

  • aux systèmes hydrographiques et en particulier à l’histoire de la Loire,

  • à l’importance des dépôts des limons de plateaux au Quaternaire.

  • 2 Proust & Lorain 1989.

7Les niveaux de l’ère primaire sont mal connus en région Centre car les terrains qui ont pu se déposer à cette époque ont été transformés à la suite des phénomènes tectoniques qui ont donné naissance au Massif central2 (fig. 3). Ces transformations ont engendré l’apparition des roches cristallines, granites et roches métamorphiques. Les formations géologiques les plus anciennes de l’ère primaire affleurent uniquement dans le sud des départements de l’Indre et du Cher, au contact des contreforts du Massif central (gneiss, micaschiste, granulite). Le début de l’ère secondaire voit s’instaurer un régime marin qui vient du nord et affecte l’ensemble de la région. Les dépôts du Trias à tendance détritique et lagunaire (grès, marnes, gypses) indiquent que la ligne du rivage se situait un peu au sud de Saint-Amand-Montrond. À la fin du Lias, la mer est définitivement installée et elle va persister jusqu’à la fin du Jurassique moyen et supérieur. Les différents niveaux du Jurassique sont des marnes du Lias puis des calcaires plus ou moins durs résultant de la sédimentation marine. Les calcaires jurassiques sont présents essentiellement dans le secteur de Châteauroux et de Bourges, constituant le socle de la Champagne berrichonne.

Fig. 3. Carte géologique de la région Centre (D. Vaslet 2001 ©BRGM).

Fig. 3. Carte géologique de la région Centre (D. Vaslet 2001 ©BRGM).

8Au Crétacé, la mer se reforme, mais cette fois elle vient du sud-ouest de la fosse alpine. À partir du Cénomanien, le régime marin est bien établi. L’étage du Crétacé (Cénomanien-Albien) ceinture presque totalement la région, du Gâtinais à l’est du Perche, en passant par les Gâtines et la Touraine. Constitués entre autres de sable et de craie (et tuffeau), les niveaux du Crétacé sont bien représentés dans le secteur de Tours. La mer se retire à la fin du Crétacé et débute alors un long épisode continental, couvrant la fin du Secondaire et le début du Tertiaire.

9Ces phases de sédimentation anciennes seront suivies d’épisodes d’altération, d’érosion et de déformations géologiques liés à des climats variables. Ainsi se forment au début de l’Éocène des niveaux d’argiles à silex, plus ou moins caillouteux, à la surface des calcaires tendres. Dans la moitié sud de la région, des dépressions se creusent, se remplissant de dépôts détritiques descendus du Massif central. C’est le cas de la cuvette de la Brenne qui est concernée à l’Éocène moyen (Bartonien). Plus tard, au Miocène, la Sologne (sables) et l’Orléanais (marnes) se forment de la même manière. Un épisode lacustre prend place au cours de l’ère tertiaire, et des lacs plus ou moins temporaires s’installent : le lac de Morancez, près de Chartres au Lutétien, les lacs du Berry et de l’Anjou au Ludien, le lac de Touraine au Sannoisien, et surtout le lac de Beauce à l’Aquitanien. Sous un climat chaud, ses eaux fluctuantes, chargées en sels minéraux vont déposer des calcaires (Aquitanien).

10La dernière incursion marine vient de l’Atlantique au milieu du Miocène (Helvétien, vers -16 MA). C’est une mer peu profonde, la mer des faluns, qui forme un vaste golfe de la Vendée à l’Orléanais. Elle atteint la région de Blois et remonte peut-être jusqu’à Beaugency. Lorsqu’elle se retire, cette mer dévie la Loire jusqu’à l’Atlantique, alors que le fleuve s’écoulait auparavant vers le nord et la Seine. C’est un épisode majeur pour la région Centre, car à partir de cette époque le vaste réseau hydrographique est relié à l’océan, ce qui va considérablement influencer le climat.

11Au Quaternaire, les épisodes successivement froids et chauds, et en particulier le recul des glaciers, modifieront l’évolution des matériaux de surface. Dans la majeure partie de la région, des limons éoliens se déposent sur les plaines, contribuant à la formation des “limons des plateaux”. Dans les vallées des rivières qui entaillent ces plaines se déposent les alluvions. Les cours d’eau remanieront souvent ces formations superficielles et découvriront les sédiments plus anciens.

Hydrographie

12L’hydrographie de la région Centre est caractérisée en premier lieu par la Loire et son bassin. Le plus long fleuve de France (1023 km) façonne une partie de paysage et forme une vaste boucle qui enserre la moitié sud la région (fig. 4). La Loire prend sa source à l’est du Massif central, au pied du mont Gerbier de Jonc (1551 m), dans la commune de Sainte-Eulalie (Ardèche). À cet endroit, une multitude de petits filets d’eau se rejoignent progressivement. Le fleuve se dirige d’abord vers l’ouest, puis oblique vers le nord. Il traverse le Massif central à travers plusieurs gorges. En amont de Nevers, sa confluence avec l’Allier gonfle le fleuve qui voit son débit doubler. Il s’oriente alors vers le nord-ouest pour bifurquer vers le sud-ouest après Orléans. La Loire se jette dans l’océan atlantique par un estuaire situé à la hauteur de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Fig. 4. Le bassin versant de la Loire (IGN).

Fig. 4. Le bassin versant de la Loire (IGN).

13Le Val de Loire est une vallée étendue, d’une largeur moyenne de 2 km. Ses versants sont nets et réguliers, taillés dans les calcaires et les craies, particulièrement sur la rive droite. Les coteaux bordent la vaste plaine alluviale, aujourd’hui largement cultivée. Dans son lit majeur, le fleuve décrit de nombreux et larges méandres. Aux confluences, le val peut s’élargir de manière spectaculaire, par exemple à l’endroit où il rencontre l’Indre. Les affluents de la Loire ne se jettent pas directement dans le fleuve. Ils serpentent longuement et parallèlement à la Loire avant de la rejoindre. La plupart de ses affluents se trouvent sur sa rive gauche, enveloppant son propre bassin dont la Loire elle-même constitue la limite vers le nord-est.

14En rive gauche, les principaux affluents de la Loire en région Centre sont le Cher, l’Indre et la Vienne (fig. 5). Le Cher, prend sa source au nord du Massif central à Mérinchal (Creuse), sur les plateaux de Combrailles à 713 m d’altitude. Pui il s’encaisse peu à peu pour former des gorges relativement étroites. Il parcourt ensuite environ 300 km dans la plaine du sud du Bassin parisien pour confluer avec la Loire au Bec-du-Cher, une vingtaine de kilomètres en aval de Tours, sur les communes de Berthenay et Villandry à 40 m d’altitude. Le Bec-du-Cher est un canal de quelques centaines de mètres creusé en 1778. Auparavant, le Cher se jetait dans la Loire à Rupuanne, sur la commune de Bréhémont. Son cours était alors plus long d’environ 15 km, l’ancien bras étant aujourd’hui appelé le “Vieux Cher”. Les principales agglomérations qu’il traverse, de l’amont vers l’aval, sont Montluçon (Allier), Bourges, Vierzon (Cher) et Tours (Indre-et-Loire). En rive gauche, le Cher reçoit les affluents de la Tardes, de l’Arnon et du Fouzon et en rive droite, de l’Aumance, de l’Yèvre et de la Sauldre.

Fig. 5. Les rivières de la région Centre (IGN).

Fig. 5. Les rivières de la région Centre (IGN).

15L’Indre prend sa source dans le département du Cher dans les Monts de Saint-Marien (508 m) à Saint-Priest-la-Marche et se jette dans la Loire 265 km plus loin, près de la commune d’Avoine (Indre-et-Loire). Elle traverse les villes de La Châtre, Châteauroux (Indre) et Loches (Indre-et-Loire). Son bassin versant s’étend sur 3 462 km2 et elle reçoit une trentaine d’affluents, dont l’Igneraie, l’Indrois, la Vauvre, la Ringoire. Sa confluence avec la Loire est précédée de nombreux bras en tresse.

16La Vienne prend sa source en Corrèze, au pied du Mont Audouze (954 m) sur le Plateau de Millevaches. Elle traverse les départements du même nom (Haute-Vienne et Vienne), une partie de la Charente pour parvenir à Candes-Saint-Martin en Indre-et-Loire après un parcours de 372 km. Son bassin versant s’étend sur 20 000 km2. Elle traverse les villes de Limoges, Confolens, L’Isle- Jourdain, Chauvigny, Châtellerault et Chinon. Ses affluents sont le Thaurion, la Briance, le Clain. Le plus important est la Creuse qui prend sa source sur le plateau de Millevaches (Creuse). Cette rivière conflue avec la Vienne au lieu-dit Bec-des-deux-Eaux, à la limite des départements de la Vienne (communes de Port-de-Piles et Ports) et de l’Indre-et-Loire (à Nouâtre).

17Au nord de la Loire, les vallées principales sont l’Eure, le Loir et le Loing. Encaissée dans le plateau beauceron, l’Eure est un affluent de la Seine. Elle prend sa source dans le Perche près de Longny-au-Perche (Orne) et se jette dans la Seine à Martot (Eure) après avoir parcouru près de 230 km et drainé les eaux d’un bassin versant de 5900 km². Ses deux principaux affluents sont l’Avre et l’Iton. Elle s’écoule dans le département d’Eure-et-Loir sur environ 140 km et traverse les villes de Chartres et de Maintenon. Son bassin versant s’étend sur la moitié nord de ce département. Le Loir prend sa source dans le sud-est du Perche en Eure-et-Loir, près de Saint-Éman et en amont d’Illiers au sud-ouest de Chartres à 170 m d’altitude environ. Il s’écoule sur 320 km puis conflue avec la Sarthe. Il traverse les villes de Brou, Bonneval, Châteaudun et Vendôme.

18Enfin, le Loing, affluent de la rive gauche de la Seine, coule sur 166 km. Il prend sa source à Colombe-sur-le-Loing (Yonne) et se jette dans la Seine en limite des communes de Saint-Mammès et Veneux-les-Sablons. Son tracé occupe l’ancien cours de la Loire tel qu’il existait au cours de l’ère tertiaire. Le Loing traverse les départements de l’Yonne, du Loiret et de Seine-et-Marne.

Premiers peuplements de la région Centre-Val de Loire au Paléolithique

  • 3 Despriée et al. 2009.
  • 4 Datation RPE : datation par résonnance paramagnétique électronique.

19Depuis plus de trente ans, l’équipe de Jackie Despriée conduit des recherches sur le Très Ancien Paléolithique et le Paléolithique ancien en région Centre. Les préhistoriens ont rassemblé de nombreux indices concernant les occupations les plus anciennes dans les quatre grandes vallées du bassin de la Loire moyenne, la Creuse, l’Indre, le Cher et le Loir3. Grâce à des datations RPE4 appliquées aux quartz fluviatiles, ils peuvent attester que les hommes étaient présents dans le centre de la France vers 1,1 MA dans des conditions climatiques de type périglaciaire. Les plus anciens indices d’industries archaïques sur galets ont été découverts dans la vallée de la Creuse à Eguzon-Chantôme (gisement du Pont-de-Lavaud, Indre) et à Crozant (site de la Chaudronnière, Creuse). Dans la région de La Châtre, le gisement de Préjolais à Pouligny-Notre-Dame (Indre) a livré des choppers et choppings-tools, ainsi que des nucléiformes à débitage centripète. Dans le Cher, à Lunery-Rosières, plusieurs gisements ont été fouillés, révélant des niveaux en place ainsi qu’une industrie lithique et de la faune (1,1 MA). Les formations géologiques déposées à partir de 700-600 ka sont les mieux conservés et elles ont été fréquentées par les hommes maîtrisant la taille du biface et le débitage Levallois, attestés dans la vallée du Cher et la Sologne dès cette période.

  • 5 Marquet 1999.

20Le Paléolithique moyen est connu un peu partout en région Centre grâce à des découvertes de surface. Plusieurs sites moustériens bien conservés ont été fouillés en Touraine, comme la grotte de La Roche-Cotard à Langeais ainsi qu’une série de gisements dans la région du Grand-Pressigny5 (Abri des Roches à Abilly et Sablière Dupin au Grand-Pressigny). On peut mentionner la découverte récente d’un gisement important sur l’autoroute A85 à Angé (Loir-et-Cher) qui correspond à la plus grande surface fouillée pour cette période dans la région. Cette opération a en effet permis d’explorer une surface extensive de 6000 m2 et a livré une abondante industrie lithique de tradition moustérienne (datations entre 90 et 65 ka).

  • 6 Angevin & Verjux 2012.
  • 7 Agogué 2005.

21C’est probablement le Paléolithique supérieur et final qui est désormais la phase la mieux connue en région Centre, en particulier le Magdalénien6. Olivier Agogué recensait en 2005 près de 90 sites sérieux en région Centre7. La connaissance de ces gisements s’est considérablement accrue au cours des 30 dernières années, en partie grâce à l’archéologie préventive, mais aussi à la constance des fouilles programmées. Par exemple, le site solutréen des Maitreaux à Bossay-sur-Claise (Indre-et-Loire) a attiré l’attention car il a livré des informations chronologiques de portée européenne sur le Solutréen. Aussi, plusieurs grottes stratifiées sont connues depuis longtemps dans la région, comme les Roches à Pouligny-Saint-Pierre et la Garenne à Saint-Marcel, toutes les deux dans l’Indre. L’archéologie préventive et les prospections de surface ont mis en évidence des sites de plein air, difficiles à détecter, localisés aussi bien dans les plaines que sur les plateaux ou les éperons. On peut évoquer le site de Mareuil-sur-Cher (Loir-et-Cher), une découverte spectaculaire sur une terrasse du Cher, dans le cadre de la construction de la section M3 de l’autoroute A85. La recherche actuelle sur le Paléolithique supérieur en région Centre met en évidence l’attraction des grandes vallées à une date très haute, celle de la Loire mais aussi de ses principaux affluents.

Notes

1 Chiffres de l’INSEE au 1er janvier 2014.

2 Proust & Lorain 1989.

3 Despriée et al. 2009.

4 Datation RPE : datation par résonnance paramagnétique électronique.

5 Marquet 1999.

6 Angevin & Verjux 2012.

7 Agogué 2005.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte administrative de la région Centre (©Larousse).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/14737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Fig. 2. Structure et relief de la région Centre (Gamblin 2000).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/14737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Fig. 3. Carte géologique de la région Centre (D. Vaslet 2001 ©BRGM).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/14737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 4. Le bassin versant de la Loire (IGN).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/14737/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 5. Les rivières de la région Centre (IGN).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/14737/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search