Version classiqueVersion mobile

Des premières communautés paysannes à la naissance de l’État dans le Centre de la France : 5000-50 a.C.

 | 
Sophie Krausz

Introduction

Texte intégral

1L’archéologie du xxe siècle, grâce à des approches scientifiques nouvelles, a permis de découvrir et de fouiller des milliers de sites protohistoriques dans toute l’Europe. Elle a aussi mis en lumière la forte identité des cultures préhistoriques européennes, des sociétés trop longtemps effacées derrière l’archéologie classique des grandes civilisations, orientales, grecques et romaines. Les protohistoriens auront mis près d’un siècle pour faire sortir de l’ombre des civilisations tout aussi complexes et riches que celles qui ont été érigées en modèles par plusieurs générations d’historiens. Après la Seconde Guerre mondiale, la Protohistoire européenne est entrée dans une phase hyperactive et hyperproductive, chaque génération de protohistoriens formant des équipes toujours plus nombreuses. Par rapport à l’archéologie classique, le retard était énorme, mais en ce début de xxisiècle, il est en partie comblé. Les cultures protohistoriques sont de mieux en mieux comprises et la satisfaction est grande de savoir qu’il reste encore beaucoup à découvrir, beaucoup à fouiller en Europe. Nous n’avons sans doute pas encore assez insisté sur la forte identité culturelle des communautés préhistoriques de l’Europe tempérée. Elles apparaissent aujourd’hui dans tout leur éclat, bien loin des modèles méditerranéens auxquels elles ont été autrefois injustement comparées. Les communautés européennes de la Protohistoire ont entretenu et cultivé leurs identités culturelles particulières et elles se sont distinguées des sociétés contemporaines qu’elles connaissaient bien. Ces populations se sont fortement enracinées en Europe dès le Néolithique ancien, dans des terroirs ou des territoires qu’elles ont occupés, enrichis et préservés pendant des millénaires. Tout au long du Néolithique, l’amélioration des conditions de vie des populations, née de la sédentarisation et de pratiques agricoles de plus en plus performantes, a permis la colonisation et l’appropriation de nouveaux territoires et leur investissement progressif par les générations successives. Les marchands ou les prospecteurs de métaux venant de pays lointains n’ont exercé que peu de pression sur les populations autochtones, et les plus hardis avant les Grecs, comme les Phéniciens, les ont peu fréquentés en dehors des franges maritimes. Lorsque les Grecs se sont aventurés vers l’ouest au viiie s., ils ne semblent pas non plus avoir recherché ces contacts. Ils n’ont pénétré que bien plus tard en Europe tempérée, au vie s., en quête de nouvelles ressources chez des peuples accueillants et ouverts.

2Depuis le xixe s., le décalage dans le temps de l’émergence de l’urbanisation en Europe tempérée a souvent été souligné par les chercheurs. Cette observation a renforcé le préjugé de barbarie qui planait sur les sociétés protohistoriques, un concept grec qui a été largement récupéré et exagéré pendant des siècles. Mais les fabuleuses découvertes archéologiques qui avaient commencé à s’accumuler dès le xvie ou xviie s. ont réussi à troubler les savants : comment de sauvages barbares avaient-ils pu ériger des mégalithes, tailler des pièces de silex d’une extraordinaire précision ou ciseler de l’or et du bronze pour fabriquer ces bijoux fastueux enfouis dans les tombes celtiques ? La complexité de l’organisation de ces sociétés s’est peu à peu dévoilée, avec la multiplication des fouilles en Europe et l’élargissement des problématiques archéologiques et anthropologiques. On découvre peu à peu que différents modèles de villes ont pu être inventés, et que ceux-ci sont l’œuvre de sociétés complexes et organisées, dont les systèmes politiques sont proches de l’État ou déjà de véritables États. La question de l’origine de ces formes étatiques dans le monde demeure énigmatique, que ce soit dans le contexte des civilisations égéennes, égyptiennes, orientales des IIIe et IIe millénaires a.C. ou dans celui des communautés protohistoriques de l’Europe tempérée où la question se pose plus précisément pour le Ier millénaire a.C. L’apparition de l’État dans les sociétés humaines n’est pas homogène, ni dans le temps ni dans l’espace. Ce système politique se met en place à un moment précis de l’histoire de chaque société, lorsque l’État devient nécessaire à son essor, aussi bien sur le plan structurel, idéologique et fonctionnel. Un niveau supérieur de complexité sociale est indispensable, et il résulte de l’évolution d’un modèle précédent, pré-étatique. En Gaule, l’État et la ville apparaissent à l’âge du Fer dans des sociétés complexes intégrées économiquement au monde. On les connaît de mieux en mieux à travers les civitates, États indépendants mentionnés par César au ier s. a.C. et les oppida, les villes conçues par ces États. Mais avant de parvenir à cette étape, ce sont les sociétés du Néolithique et de l’âge du Bronze qui ont créé progressivement les conditions de l’émergence de modèles politiques complexes. Comment les sociétés protohistoriques sont-elles parvenues à un niveau de complexité permettant l’apparition de formes étatiques ? Et par quels moyens l’archéologie peut-elle décrypter ces processus ? Ces problématiques seront abordées sous l’angle de la formation des territoires, analysés dans le temps long. L’objet de cette étude se concentre sur l’évolution des communautés du Centre de la France sur une durée de cinq millénaires. D’abord parce que l’archéologie de cette région française est l’une des plus actives et des plus riches dans notre pays, ensuite parce qu’elle comprend trois civitates bien connues grâce aux fouilles archéologiques réalisées au cours des dernières décennies : celles des Bituriges, des Carnutes et des Turons.

3La première partie de cet ouvrage dresse un état de la recherche sur la Protohistoire de la région Centre-Val de Loire, à travers une analyse à petite échelle, statistique et spatiale, depuis le Néolithique ancien jusqu’à la fin de l’âge du Fer. Dans la seconde partie, consacrée à trois dossiers archéologiques emblématiques de la région, on changera d’échelle pour observer trois territoires dans le détail : à Fort-Harrouard, Sublaines et Levroux, l’ensemble des données disponibles entre le Néolithique ancien et La Tène finale sera examiné pour discuter de la genèse de ces territoires protohistoriques dans la longue durée. La dernière partie développe une réflexion théorique sur la naissance de l’État dans les sociétés protohistoriques, appuyée d’une part sur des modèles d’anthropologie politique, d’autre part sur l’exemple de la cité des Bituriges à l’âge du Fer.

4Sur le plan méthodologique, cette recherche a pour objectif de présenter une contribution originale, sa spécificité reposant sur la combinaison inédite de différents types de sources : le recours aux textes antiques et aux modèles anthropologiques, la révision de résultats de prospections et de fouilles programmées et enfin l’intégration des données issues des fouilles préventives les plus récentes.

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search