Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 9-11


Texte intégral

1Sophie Krausz a su profiter, depuis son adolescence jusqu’à son “habilitation” récente, de toutes les expériences d’archéologies qu’offrait cette discipline en France dans le dernier quart de siècle du deuxième millénaire p.C. : l’apprentissage dans des équipes encore constituées de bénévoles, la participation à, puis la direction de chantiers de fouilles programmées universitaires, l’archéologie de sauvetage à moyenne et très grande échelle, les prospections et inventaires. Son travail reflète ainsi l’expérience d’un chercheur qui a vécu la maturation de l’archéologie moderne, entre les humanistes, les “terrassiers de l’histoire” chers à A. Malraux, et les anthropologues.

2Ce qui fait toute l’originalité du travail que vous allez lire repose entre autres sur sa capacité à proposer des synthèses fondées sur des analyses détaillées à différentes échelles d’espace et de temps. En présentant l’évolution de la recherche archéologique en région Centre-Val de Loire depuis un siècle et demi, puis l’évolution des réflexions théoriques en France depuis cinquante ans, elle construit sa propre démarche pour atteindre l’objectif improbable qu’elle s’était fixé : reconstituer le développement des structures étatiques dans la Protohistoire à partir du témoignage de César et de quelques poignées de silex et de céramiques. Sceptique à la fois sur la définition de l’État, qui recouvre des points de vue variés, souvent contradictoires, appuyés sur des cultures éloignées dans le temps et l’espace des sociétés protohistoriques, et sur la possibilité d’aborder cette question avec la documentation disponible, je dois reconnaître que le travail réalisé permet d’orienter et de faire progresser les hypothèses que nous sommes amenés à imaginer mentalement.

3Il faut un certain optimisme pour penser que le dépouillement de la base “Patriarche” du Ministère de la Culture, dont le but premier est de gérer l’administration de la recherche archéologique, peut avoir une valeur scientifique. Et pourtant le résultat est là. Les cartes mettent en évidence des différences de répartition, de nature et de densité entre les gisements des différentes périodes qui ne sont pas dues aux conditions de conservation ou de recherche, puisqu’elles sont différentes les unes des autres pour les mêmes territoires : l’analyse spatiale constitue la preuve d’une différence entre deux groupes de données, seule son interprétation historique est sujette à discussions. Depuis une dizaine d’années en effet, la densité des gisements protohistoriques en France est suffisante pour que des groupes culturels se distinguent non seulement dans leur durée (par la stratigraphie), dans leurs productions (par la typologie), mais aussi maintenant dans leur extension territoriale.

4Le panorama qui est offert ici du Néolithique ancien jusqu’à la fin de l’âge du Fer dans la région Centre constitue un bilan précieux à tous ceux qui, comme moi, n’en connaissaient qu’une petite partie. Cette mise en perspective interpelle les spécialistes et leur propose de nouvelles problématiques, bien au-delà des marottes de chaque période, ici la diffusion des silex du Grand-Pressigny, là la floraison des oppida.

5La région Centre est un exemple idéal pour aborder l’évolution des sociétés : c’est un territoire riche par ses ressources et bien placé sur des axes de communication. Les communautés peuvent choisir leur implantation et leurs investissements en fonction de leurs objectifs culturels et de leurs capacités techniques, sans contrainte naturelle rédhibitoire.

6Après cette analyse chrono-cartographique régionale, qui met en évidence les différentes cultures, S. Krausz aborde judicieusement la continuité de l’occupation du territoire à travers trois exemples sur de petits terroirs : Fort Harrouard à Sorel-Moussel, Sublaines, et Levroux-Châteauroux.

7Ces tests sont en effet indispensables pour étudier concrètement des sociétés dans lesquelles les communautés ne contrôlaient que quelques dizaines de kilomètres carrés. Le bilan est tout à fait intéressant, même s’il révèle des lacunes béantes dans l’information. Globalement les fouilles anciennes et programmées ont été trop limitées ; les sauvetages plus récents apportent une information beaucoup plus satisfaisante, mais elle n’est pas encore exploitable parce qu’elle n’est pas interprétée : espérons que la traduction des rapports en publication sera effectuée par les auteurs des fouilles plutôt que par des commentateurs qui n’auront pas vécu la confrontation avec le terrain !

8À partir de ces coupes en trois dimensions dans l’information archéologique, il s’agit de confronter les données sur la Protohistoire aux problématiques des géographes et des anthropologues. S. Krausz résume en une phrase la problématique des premiers : “Ce qui distingue finalement un espace habité d’un territoire occupé relève des comportements et des règles commandées par le monde social”. Pour ce qui est des seconds, elle ne se contente pas de piocher des concepts ou des théories évolutionnistes surannées : elle montre qu’il faut aller chercher des exemples d’analyses complètes sur une population donnée examinés du point de vue des ethnologues, et chercher s’il y a une similarité avec des reconstitutions de sociétés à travers des sources archéologiques. La confrontation du vocabulaire des uns et des autres, “aristocrates”, “chefferies” etc., emprunté lui-même souvent à d’autres disciplines, ne se prête pas à une généralisation : il est le simple reflet de modes successives, dans chaque chapelle de recherche. C’est de l’analyse des différences entre des études de cas que pourront émerger des schémas théoriques opérationnels.

9S. Krausz fait une analyse critique de la notion d’”État”, qui ne veut pas dire la même chose dans tous les contextes, et qui peut se développer selon elle sur trois supports principaux appartenant à des registres très différents : la guerre de conquête, la monarchie sacrée, l’urbanisation. Les contre-pouvoirs existent déjà, capables, même pendant la Protohistoire, de tenir en échec le pouvoir supérieur de l’État naissant : ce sont les grands propriétaires terriens, dont les premiers grand industriels rêvaient encore d’acquérir le statut jusqu’à la guerre de 1914 selon T. Piketty. Dans cette perspective, les données archéologiques aujourd’hui disponibles pour la Protohistoire européenne permettent d’approcher, sinon de vraiment identifier, les grandes caractéristiques de l’organisation du pouvoir à différentes échelles : au niveau du terroir à travers les sépultures et les habitats, au niveau économique avec la production et la diffusion d’objets plus ou moins sophistiqués, au niveau des échanges à longue distance depuis les haches néolithiques jusqu’aux monnayages.

10Les débats sur les potentialités et les limites de l’archéologie, sur son statut depuis les collections des Antiquaires jusqu’à aujourd’hui, ont toujours été provoqués par l’introduction de nouvelles méthodes de travail : l’informatisation a poussé les archéologues à développer la formalisation logique des raisonnements1 ; elle a porté surtout sur des sites ou sur des collections d’objets. L’archéométrie dans les années 1960 a permis caler et de valider les datations stratigraphiques, puis plus tard d’élargir la détection des sites et la lecture des objets et des déchets les plus variés. L’analyse spatiale a progressé beaucoup plus lentement, d’abord à grande échelle (la répartition des objets dans une simple structure d’habitat ou de débitage avec notamment Leroi-Gourhan, puis sur un site, enfin sur un micro-terroir), puis depuis une vingtaine d’années seulement, même si les travaux de P. Brun par exemple avaient proposé des modèles théoriques2 à petite échelle : la diffusion des Systèmes d’Informations Géographiques et la mise à disposition des chercheurs de très grosses bases de données autorisent aujourd’hui des calculs au niveau d’un pays, voire d’un continent. La modélisation des données archéologiques est désormais techniquement possible, dans le temps comme dans l’espace : les obstacles sont seulement liés aux institutions ou à la réticence des archéologues eux-mêmes à prendre en compte la dimension spatiale dans leurs raisonnements.

11Une dernière pirouette de S. Krausz nous fait revenir en conclusion de ce livre à la région Centre, et plus précisément à l’âge du Fer et à la royauté mythique d’Ambigat : ici l’auteur peut enfin jongler avec les premiers textes, l’anthropologie et l’archéologie. Les hypothèses se transforment en probabilités. Je vous laisse le plaisir d’en découvrir les ressorts.

Notes de bas de page

1 Cleuziou et al. 1973 ; Borillo & Gardin 1974.

2 Bibliographie, in Brun 2011.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.