Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

L’Élide

Le culte impérial à Élis : à propos de Pausanias 6.24.10

Franck Wojan

Texte intégral

  • 1 Texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux et commenté par A. Jacquemin, Paris, CUF, 2 (...)

1Précisons d’emblée ce que cet article n’est pas : une étude approfondie des manifestations et des bâtiments dédiés au culte impérial dans la cité des Éléens. Il s’agit plus modestement d’une réflexion, qui trouve son origine dans une remarque de Pausanias (Description de la Grèce, 6.24.10) dans laquelle le Périégète, après avoir présenté les bâtiments et les cultes fameux de l’agora d’Élis, achève son tour d’horizon de la place publique par la phrase suivante : Ἔχεται δὲ τῆς ἀγορᾶς ναòς ἀρχαῖος στοαῖς ἐν κύκλῳ περίστυλος, ὁ δὲ ὄροφος κατερρύηκε τῷ ναῷ καὶ ἄγαλμα οὑδὲν ἐλείπετο βασιλεῦσι δέ ἀνεῖταιʽ Ρωμαίοις. “Touchant à l’agora, il y a un temple ancien entouré de portiques tout autour. Le toit du temple s’est effondré, et il ne restait pas de statue. Il est réservé aux empereurs romains”1.

2La consécration d’un bâtiment en ruine aux empereurs romains m’a paru curieuse et surprenante au premier abord ; j’aimerais donc revenir sur cette affirmation de Pausanias que l’on peut interpréter, je crois, de différentes manières.

  • 2 La bibliographie sur le culte impérial est immense. Par commodité, je ne citerai que les remarques (...)
  • 3 L’ouvrage fondamental sur le sujet reste celui de Price 1984.
  • 4 Cette expression, pour désigner le culte impérial, est de Sartre 1991, 104.

3Prise au premier degré, cette phrase peut sembler désinvolte voire un brin moqueuse. La conclusion serait tentante de voir là une sorte d’“esprit de résistance” à la romanisation en présentant les Éléens comme des habitants de l’empire peu enclins à rendre au βασιλεύς ʽ Ρομαίων un culte digne de ce nom2. Cette situation semble d’autant plus inhabituelle quand on connaît les efforts démesurés que réalisent certaines cités, notamment d’Asie Mineure3, pour honorer l’empereur. Élis, cité de la province d’Achaïe, prendrait apparemment le contre-pied de la plupart des cités grecques intégrées à l’empire et se démarquerait ainsi d’une manière bien singulière pour exprimer son “loyalisme politique”4.

4Je remercie tout particulièrement Catherine Grandjean, Madeleine Jost, Yves Lafond, Sophie Minon et James Roy pour leurs précieuses remarques. Les conclusions présentées ici sont naturellement miennes.

  • 5 L’article de Jacquemin 1998, analyse la perception des empereurs romains dans l’œuvre du Périégète (...)
  • 6 C’est l’hypothèse proposée par Arafat 1996, 121. Cette interprétation est citée par Jacquemin 1998 (...)
  • 7 Texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par M. Jost, avec la collaboration de J. Marcadé (...)
  • 8 Pour la ville d’Élis, Pausanias insiste, dans sa description, sur les cultes ancestraux rendus dan (...)

5Il est pourtant avéré que Pausanias ne s’intéresse guère au culte impérial en tant que tel, mais qu’il insiste davantage sur les marques d’évergétisme et sur l’attitude des empereurs envers les Grecs5. D’ailleurs, une autre phrase du Périégète montrerait à quel point ce dernier aurait été réticent par rapport au culte impérial ou, à tout le moins, à la nature divine de certains hommes6 : lorsqu’il parle de l’Arcadie et du mythe de Lykaon, Pausanias (Description de la Grèce, 8.2.5) évoque une époque où “les hommes (…) étaient vis-à-vis des dieux des hôtes et des commensaux à cause de leur justice et de leur piété ; et il s’ensuivait pour eux de la part des dieux des marques éclatantes”, avant de conclure que, “de [son] temps, (…) aucun dieu n’est plus né d’un homme, sinon en paroles et par flatterie envers le pouvoir” (Ἐπ’ ἐμοῦ δέ (...) οὔτε θεòς ἐγίνετο οὐδεὶς ἔτι ἐξ ἀνθρώπου, πλὴν ὅσον λόγω καὶ κολακεὶᾳ πρòς τò ὑπερέχον)7. Ainsi, si l’on suit la démonstration de K. W. Arafat et que nous l’appliquons à notre exemple éléen, on pourrait affirmer que Pausanias, tout en évitant de froisser ouvertement les susceptibilités romaines, montrerait d’une part qu’il n’est pas dupe et d’autre part que les Éléens ont finalement raison de ne pas accorder plus d’importance à ce culte tout en préservant ce qui fait leur antique et réelle identité religieuse8.

6Les Éléens apparaissent-ils comme les représentants d’un courant contestataire ? Une lecture trop rapide de ce passage pourrait effectivement le laisser entendre, mais, si l’on veut bien se détacher d’une lecture trop littérale, la remarque du Périégète perd rapidement de sa virulence et de ses aspérités anti-romaines.

  • 9 Jacquemin 1998, 40.
  • 10 Ou, comme le dit Jacquemin 1998, 41, “utiliser un édifice vide qu’aucun dieu n’habitait plus”.
  • 11 Voir à ce sujet Alcock 1993, et surtout les remarques de Lafond 1996. L’auteur cite notamment cett (...)
  • 12 Précisément, cet adjectif est employé pour désigner, outre le temple du culte impérial, le théâtre (...)
  • 13 C’est l’hypothèse d’A. Jacquemin dans son commentaire à l’édition de Pausanias, livre VI, p. 298.

7Il faut tout d’abord minimiser l’aspect matériel car il n’est pas rare qu’une ville réutilise des bâtiments anciens9. La cité des Éléens ne déroge pas à cette règle qui consiste, ni plus ni moins, à “faire du neuf avec de l’ancien”10. Deux raisons, semble-t-il, peuvent expliquer cette situation : faire des économies et/ou assurer la continuité d’un culte dans un bâtiment consacré, ce que signale d’ailleurs Pausanias. La première explication mérite toutefois que l’on s’y arrête car elle participe au topos de la “ruine” du Péloponnèse à l’époque romaine11. D’ailleurs, dans sa description d’Élis, l’auteur (6.23-26) utilise à trois reprises, à propos des constructions de la ville, l’adjectif ἀρχαίος12. Ce serait donc pour une question de moyens financiers, pour de simples raisons cultuelles et peut-être pour “obtenir la néocorie à peu de frais”13 qu’Élis aurait réemployé, pour le culte impérial, un bâtiment “désaffecté”.

8Le Périégète est donc particulièrement sensible à l’état général des bâtiments qu’il décrit. Si sa remarque ne peut pas être une critique adressée aux Romains et au culte impérial, s’agit-il alors d’une remontrance faite aux autorités municipales éléennes ? On pourrait le supposer car ce qu’il dit porte à la fois sur l’état général du bâtiment (qui peut toutefois servir malgré son absence de toit) mais également sur l’oubli des cultes anciens puisque personne n’est capable de lui indiquer à quelle divinité ou à quel héros le bâtiment était consacré autrefois. De plus, il est intéressant de constater que cette réflexion vient immédiatement après la présentation d’un premier édifice, situé sur l’agora, dont le destinataire a été “oublié” : “j’ai vu aussi un autre monument (…) en forme de temple. Il n’est pas élevé, il n’a pas de murs ; des colonnes, taillées dans du chêne, supportent la toiture. Les gens du pays sont d’accord pour y reconnaître un monument funéraire, mais ils ne se souviennent plus de qui. Si le vieillard que j’ai interrogé a dit vrai, ce serait le monument d’Oxylos”. (6.24.9).

  • 14 Sur le culte impérial à Olympie, voir notamment les remarques de Alcock 1993, 189-191 ; Zoumbaki 2 (...)
  • 15 Une première fois vers 580-570 a.C., une seconde fois dans les années 360 a.C.
  • 16 Texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux et commenté par A. Jacquemin, Paris, CUF, 1 (...)
  • 17 Zoumbaki 2001, 150. Selon A. Jacquemin (commentaire à l’édition de Pausanias, livre V, p. 229), le(...)

9La situation (financière et cultuelle) éléenne était-elle à ce point difficile dans la seconde moitié du iie siècle de notre ère ? S’il est difficile de répondre clairement à cette question en l’état actuel de notre documentation, on peut cependant noter que le culte impérial est présent sur le territoire éléen à Élis mais aussi à Olympie14. C’est en effet dans le sanctuaire, “géré” par Élis depuis sa victoire définitive sur les Pisates15, que le culte impérial s’est “réellement” installé, plus précisément à l’intérieur de l’Altis, dans le Mètrôon. Comme son nom l’indique, ce bâtiment était autrefois voué à la Mère des Dieux, ce que confirme Pausanias (Description de la Grèce, 5.20.9)16 : “Un temple de grandes dimensions et qui est de style dorique porte encore de mon temps le nom de Mètrôon, en conservant son nom de jadis. Il ne s’y trouve pas de statue de la Mère des Dieux, mais des effigies [ἀνδριάι] des empereurs romains”. À cela s’ajoute l’inscription de l’architrave (IvO 366), retrouvée sur place, et qui ne laisse planer aucun doute quant à la nouvelle destination cultuelle du lieu : Ἠλῆοι θ[εοῦ] υἱοῦ Καί[σαρος] Σεβαστοῦ Σωτ[ῆρος τῶν Ἑλ]λήν[ω]ν [τ]ε καὶ [της οἰκουμέ]ν[ης] πά[σ]η[ς...], que l’on peut traduire par “Les Éléens (dédient ce temple) à César Auguste, fils du dieu, sauveur des Grecs et de la terre entière…”17.

10Le culte impérial n’est donc pas absent du territoire éléen. Sans doute la cité a-t-elle jugé largement suffisante et honorifique la réutilisation du Mètrôon en l’honneur des empereurs romains, à l’intérieur d’un prestigieux sanctuaire, pour ne pas construire, à Élis même, un sanctuaire du culte impérial flambant neuf mais réutiliser un bâtiment “délabré”. Par conséquent, voir dans la remarque de l’auteur une critique explicite adressée aux Éléens est sans doute abusif.

11La remarque de Pausanias, qui était le point de départ de ma réflexion, aurait donc pu être interprétée de deux manières : 1) une critique implicite du culte impérial ? Peut-être, mais à condition, je pense, de prêter à Pausanias des intentions qu’il n’avait pas ; 2) une remontrance adressée aux Éléens, incapables de construire des bâtiments dignes de ce nom et surtout peu soucieux d’entretenir ce qui existe ? Sans doute, mais, une fois encore, cela nous oblige à interpréter la pensée du Périégète dans ce sens.

12Dès lors, comment expliquer cette réflexion de l’auteur ? À défaut de pouvoir prétendre pénétrer la pensée de Pausanias, il faut, me semble-t-il, raison garder et ne pas voir autre chose qu’une simple description, un état des lieux, une autopsie (au sens grec du terme). Pausanias, de passage à Élis, décrit ce qu’il voit et établit ses descriptions comme ses réflexions en fonction des renseignements qu’il reçoit. Vouloir interpréter ses propos ou simplement aller plus loin, c’est, dans ce cas précis, prendre le risque de dénaturer la pensée du Périégète ou lui faire dire plus qu’il n’en dit déjà. Tout au plus peut-on supposer que la situation l’a suffisamment étonné pour qu’il ait cru devoir la mentionner.

13Il n’empêche que, à la première lecture, une telle affirmation, un peu sèche, a de quoi surprendre même si, finalement, les Éléens apparaissent comme de fidèles sujets du βασιλεύς ʽ Ρομαίων.

Notes

1 Texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux et commenté par A. Jacquemin, Paris, CUF, 2002.

2 La bibliographie sur le culte impérial est immense. Par commodité, je ne citerai que les remarques générales formulées par Sartre 1991, 104-120.

3 L’ouvrage fondamental sur le sujet reste celui de Price 1984.

4 Cette expression, pour désigner le culte impérial, est de Sartre 1991, 104.

5 L’article de Jacquemin 1998, analyse la perception des empereurs romains dans l’œuvre du Périégète. La situation éléenne est évoquée p. 40-41.

6 C’est l’hypothèse proposée par Arafat 1996, 121. Cette interprétation est citée par Jacquemin 1998, 30, n. 3.

7 Texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par M. Jost, avec la collaboration de J. Marcadé, Paris, CUF, 1998.

8 Pour la ville d’Élis, Pausanias insiste, dans sa description, sur les cultes ancestraux rendus dans et autour de l’agora : les autels du Gymnase dédiés à Héraclès Parastatès, Éros, Antéros, Déméter et Coré (6.23.3), le cénotaphe d’Achille (23.3), les deux statues de Zeus (23.4), le sanctuaire d’Artémis Philomeirax (23.8), les autels de Zeus (24.3), le temple et la statue d’Apollon Akésios (24.6), les statues d’Hélios et de Séléné (24.6), le sanctuaire des Grâces (24.6), le temple de Silène (24.8), le monument d’Oxylos (24.9), le temple d’Aphrodite Ourania et la statue d’Aphrodite Pandémos (25.1), le temple d’Hadès (25.2), le sanctuaire de Tychè et le bâtiment réservé à Sosipolis (25.4), le sanctuaire de Dionysos (26.1). Athéna est honorée sur l’acropole de la ville (26.3).

9 Jacquemin 1998, 40.

10 Ou, comme le dit Jacquemin 1998, 41, “utiliser un édifice vide qu’aucun dieu n’habitait plus”.

11 Voir à ce sujet Alcock 1993, et surtout les remarques de Lafond 1996. L’auteur cite notamment cette parole de Dion Chrysostome (traduction de J. Sirinelli) : “La Grèce disparaît et sa ruine est, en tous points honteuse et lamentable. (…) Ce sont plutôt les pierres qui montrent la majesté et la grandeur de la Grèce, ce sont les ruines des édifices”. L’Élide est évoquée p. 194.

12 Précisément, cet adjectif est employé pour désigner, outre le temple du culte impérial, le théâtre et le mode de construction de l’agora elle-même.

13 C’est l’hypothèse d’A. Jacquemin dans son commentaire à l’édition de Pausanias, livre VI, p. 298.

14 Sur le culte impérial à Olympie, voir notamment les remarques de Alcock 1993, 189-191 ; Zoumbaki 2001, 150-152.

15 Une première fois vers 580-570 a.C., une seconde fois dans les années 360 a.C.

16 Texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux et commenté par A. Jacquemin, Paris, CUF, 1999.

17 Zoumbaki 2001, 150. Selon A. Jacquemin (commentaire à l’édition de Pausanias, livre V, p. 229), le Mètrôon aurait été détruit par un tremblement de terre sans doute au ier siècle a.C. puis reconstruit à l’époque d’Auguste. C’est vraisemblablement à cette date qu’il aurait été voué au culte impérial, mais il faut attendre le principat de Claude (41-54) pour voir le naos se remplir de statues de la famille impériale julio-claudienne.

Auteur

Doctorant, Université de Tours

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540