Version classiqueVersion mobile

L’été indien de la religion civique

 | 
Nadine Deshours

3. Un été indien généralisé ?

II - Identités civiques et “légendes nationales”

Texte intégral

1La religion civique est l’une des composantes majeures de l’identité de la polis ; elle joue même un rôle éminent dans son élaboration. Cette dernière n’est pas figée une fois pour toutes (par exemple au moment de la fondation de la cité) ; elle a besoin périodiquement d’être réaffirmée, voire réinventée au gré des aléas historiques : passage d’une domination à une autre, synœcisme, règlement de frontières.

2Ainsi le synœcisme de Rhodes comportait évidemment le risque de diluer l’identité des cités la composant. La Chronique du sanctuaire d’Athéna à Lindos, souvent appelée “Chronique de Lindos” reflète le désir des Lindiens de sauvegarder leur identité à l’intérieur de Rhodes plus de deux siècles après le synœcisme (le texte date de 99 a.C.).

3La réforme des Mystères d’Andania consiste en une reprise en main par Messène de l’organisation du culte. La cause de cette réforme, bien datée de 91/90 a.C., est longtemps restée obscure. Des règlements de frontière conservés à Olympie malheureusement très lacunaires laissaient entrevoir l’hypothèse que Messène avait un moment perdu le contrôle du canton dans lequel se trouve le sanctuaire, au bénéfice de Mégalopolis. Il semble effectivement que les Messéniens ne récupérèrent cette partie de leur territoire qu’après la Guerre d’Achaïe. Ils recouvraient ainsi non seulement la possibilité d’organiser la fête, mais celle de réactualiser la “légende nationale” dans laquelle le sanctuaire d’Andania, ses divinités, ses prêtres jouaient un rôle central, l’existence même de la communauté civique étant subordonnée à celle de ce culte.

Une cité récapitule et réinvente son histoire à travers celle de son principal sanctuaire

4N° 18. Lindos

5I.Lindos, 2, extraits.

  • 1 L’éditeur, Chr. Blinkenberg l’appelle “Chronique du temple lindien” : M. Holleaux a fait remarquer (...)

6Chronique du sanctuaire d’Athéna Lindia1.

7Publication

8Chr. Blinkenberg (Chronique du temple lindien) 1912 (avec trad. franç.) ; Chr. Blinkenberg (Tempelchronik) 1915 (Fr. Hiller von Gaërtringen, Syll.3, 725 [texte du décret]) ; Chr. Blinkenberg (Inscriptions de Lindos) 1941b, 2 ; C. Higbie, The Lindos Chronicle, 2003 (avec trad. ang. et photographie non lisible p. 157, fig. 6).

9Cf. M. Holleaux, ÉtÉpHist I, 401-107 ; Wilhelm 1930 ; Ryan 2007 ; M. Sève, Bull. 2007, 24 ; 2008, 46.

10La stèle est actuellement conservée au Musée national de Copenhague.

11Bibliographie

12Blinkenberg 1941a.

13Blinkenberg 1941b.

14Jacoby 1950, FGH 352.

15Chaniotis 1988, 52-57 (T. 13).

16Higbie 2003.

17Bresson 2006.

18Shaya 2005.

19Massar 2006.

20Ryan 2007 (sur le décret).

21Date

2299 a.C.

23De la “Chronique de Lindos”, nous reproduisons uniquement les parties A (le décret) et D (le récit des épiphanies), sans la partie centrale (C et D dans le découpage de Chr. Blinkenberg) qui constitue la plus grande part du texte, l’inventaire des offrandes du sanctuaire. Son analyse détaillée outrepasserait le cadre de cette étude et nous n’en parlerons que pour donner une interprétation générale de la Chronique ; des travaux très récents font justement le point sur la question (cf. bibliographie ci-dessus).

24Texte utilisé : Higbie avec certaines corrections de Ryan.

25Décret pour la publication de la Chronique.

26l. 1 [Ἐ]π᾿ ἱερέως Τεισύλ[ου τοῦ Σωσικράτευς, Ἀρτα]μιτίου δωδεκάται ἔδοξε ματροῖς καὶ Λινδίοις
[Ἁ]γησίτιμος Τιμαχίδα Λ[ινδοπολίτας εἶπε. ἐπεὶ τὸ ἰερὸ]ν τᾶς Ἀθάνας τᾶς Λινδίας ἀρχαιότατόν τε
καὶ ἐντιμό[τα]-
τον ὑπάρχον πολλοῖς κ[αὶ καλοῖς ἀναθέμασι ἐκ παλαιοτ]άτων χρόνων κεκόσμηται διὰ τὰν τᾶς θεοῦ
ἐπιφάνειαν,
συμβαίνει δὲ τῶν ἀνα[θεμάτων τὰ εὐκλεέστατα μετὰ τᾶν ἐ]πιγραφᾶν διὰ τὸν χρόνον ἐφθάρθαι,
Τύχαι ἀγαθᾶι δεδόχθαι
l. 5 [μ]αστροῖς καὶ Λινδίοις κυρ[ωθέντος τοῦδε τοῦ ψαφίσματος ἑλέ]σθαι ἄνδρας δύο, τοὶ δὲ αἱρεθέντες
κατασκευαξάντω στάλαν
[λί]θου Λαρτίου καθ᾿ἅ κα ὁ ἀρχ[ιτέκτων δείξηι καὶ ἀναγραψάντ]ω εἰς αὐτὰν τόδε τὸ ψάφισμα,
ἀναγραψάντ]ω δὲ ἔκ τε τᾶν
[ἐπ]ιστολᾶν καὶ τῶν χρηματ[ισμῶν καὶ ἐκ τῶν ἄλλων μαρτυρί]ων ἅ κα ἦι ἁρμόζοντα περὶ τῶν
ἀναθεμάτων καὶ τᾶς ἐπιφανείας
[τ]ᾶς θε<ο>ῦ ποιούμενοι τὰν ἀ[ναγραφὰν τᾶς στάλας ἐπὶ τοῦ γρ]αμματέως τῶν μαστρῶν τοῦ νῦν ἐν
ἀρχᾶι ἐόντος, τοὶ δὲ ἰεροτα-
μίαι τελεσάντω τοῖς αἱρεθεῖσι [ἀνδράσι εἰς τὰν κατασκευὰν τᾶ]ς στάλας καὶ τὰν ἀναγραφὰν μὴ
πλεῖον οὗ ἀποφαίνεται Πυργο-
l. 10 τέλης ὁ ἀρχιτέκτων δραχμᾶν διακοσιᾶν, [καὶ ἀποδειξάντω τόπον ἐν] τῶι ἰερῶι τᾶς Ἀθάνας τᾶς
Λινδίας ἐν ὧι σταθησεῖ ἁ στάλα τοὶ ἐπιστάται
ἐν τῶι εἰσιόντι Ἀγριανίωι. ὅ τι δέ κά τις μὴ ποιήσηι [τ]ῶν [ἐν τῶιδε τῶι] ψαφίσματι γ[ε]γραμμένων,
ἀποτεισάτω ἰερὰς Ἀθάνας Λινδίας δραχμὰς
πεντακοσίας. α<ἱ>ρέθεν Θαρσαγόρας Στράτου Λαδά[ρμιος καὶ] Τιμαχίδας
Ἁγησιτίμου Λινδοπολίτας.

27Notes

28l. 1 Τεισύλ[ου τοῦ Σωσικράτευς, Ἀρτα]μιτίου Blinkenberg 1912 et ceteri.

29l. 2 Λ[ινδοπολίτας εἶπε. ἐπεὶ τὸ ἰερὸ]ν Blinkenberg 1912 et ceteri.

30l. 3 ἐξ ἀρχαιοτ]άτων Blinkenberg 1912 ; ἐκ παλαιοτ]άτων Holleaux rest., Blinkenberg 1915, 1941 ; κ[αὶ ἀξίοις ἀναθεῖσι ἐκ παλαιοτ] άτων Ryan.

31l. 4 ἀνα[θεμάτων τὰ ἀρχαιὸτερα μετὰ τᾶν ἐ]πιγραφᾶν Blinkenberg 1912 et 1941 ; ἀνα[θεμάτων τὰ πλεῖστα μετὰ τᾶν αὐτῶν ἐ]πιγραφᾶν Holleaux rest. (cf. ἐκ παλαιῶν χρόνων [REG 26 (1913), 41]) et Blinkenberg 1915 ; ἀνα[θεμάτων τὰ εὐκλεέστατα μετὰ τᾶν ἐ]πιγραφᾶν Ryan ; ἀνα[θεμάτων τὰ πολλὰ μετὰ τᾶν αὐτῶν ἐ]πιγραφᾶν Bresson.

32l. 5 κυρ[ωθέντος τοῦδε τοῦ ψαφίσματος ἑλέ]σθαι Blinkenberg 1912 et ceteri.

33l. 6 γράψηι Blinkenberg 1915 et alii ; δείξηι Ryan.

34l. 7 χρηματ[ισμῶν καὶ ἐκ τῶν ἄλλων μαρτυρί]ων Blinkenberg 1915 et alii ; χρηματ[ισμῶν καὶ τᾶν ἱστοριᾶν τῶν Λινδί]ων Ryan (cf. Chaniotis 1988, 56-57 pour ἱστοριᾶν).

35l. 8 τὰν ἀ[ναγραφὰν παρεόντος καὶ τοῦ γρ]αμματέως Blinkenberg 1912 ; τὰν ἀ[ναγραφὰν τᾶς στάλας μετὰ τοῦ γρ]αμματέως Wilhelm (Akademieschriften, II 284) ; τὰν ἀ[ναγραφὰν τᾶς στάλας ἐπὶ τοῦ γρ]αμματέως Ryan.

36l. 9 [ἀνδράσι εἰς τὰν κατασκευὰν τᾶ]ς στάλας Blinkenberg 1912, 1915 et ceteri ; [τέλεσμα εἰς τὰν κατασκευὰν τᾶ]ς στάλας Blinkenberg 1941.

37l. 10 [καὶ ἀποδειξάντω τόπον ἐν] τῶι ἰερῶι Blinkenberg 1941 ; [καὶ ἀποδειξάντω τὸν τόπον ἐν] τῶι ἰερῶι Ryan.

38l. 11 [τ]ῶν [ἐν τῶιδε τῶι] ψαφίσματι γ[ε]γραμμένων Blinkenberg 1912.

39l. 12 α<ἰ>ρέθεν Blinkenberg 1912 et alii ; ἁρέθεν Wilamowitz (AA 1913, 45) et Ryan.

40Traduction

  • 2 épiphaneia.
  • 3 Ce type de pierre est utilisé à Rhodes en 22 p.C. (Chr. Blinkenberg, I.Lindos, ad n° 419, l. 133-13 (...)
  • 4 épiphaneia.

41l. 1 Sous la prêtrise de Teisylos, fils de Sôsicratès, le 12 du mois d’Artamitios, il a plu aux mastroi et aux Lindiens. Hagésitimos, fils de Timachidas, citoyen de Lindos a fait la proposition. Attendu que le sanctuaire d’Athéna Lindia qui est à la fois le plus ancien et le plus vénérable a été orné de nombreuses offrandes magnifiques depuis les temps les plus reculés à cause de la présence visible2 de la déesse, mais qu’il se trouve que beaucoup de ces offrandes avec leur inscription ont été détruites sous l’effet du temps, à la bonne Fortune, plaise aux mastroi et aux Lindiens, lorsque ce décret sera validé, de désigner deux commissaires. Que ceux qui auront été élus fassent fabriquer une stèle de pierre de Lartos3 conformément à ce que l’architecte a montré et qu’ils fassent graver sur cette stèle le présent décret. Qu’ils fassent graver aussi les extraits des lettres et des archives publiques et les autres recherches historiques qui sont en rapport avec les offrandes et la présence visible4 de la déesse, en faisant graver la stèle par le secrétaire des mastroi actuellement en fonction. Que les trésoriers sacrés règlent aux commissaires pour la fabrication et la gravure de la stèle une somme qui ne soit pas supérieure à ce que l’architecte Pyrgotélès porte en compte : deux cents drachmes. Que les épistates désignent dans le sanctuaire d’Athéna Lindia l’endroit où la stèle sera placée dans le courant du mois d’Agrianios qui vient. Si quelqu’un n’obéit pas à l’une des prescriptions (contenues) dans ce décret, qu’il paie une amende de cinq cents drachmes sacrées à Athéna. Ont été désignés : Tharsagoras, fils de Stratos (du dème) de Ladarma et Timachidas, fils d’Hagésitimos, (du dème) de Lindos.

42Épiphanies

43l. 1 Ἐπιφάνειαι.
Δαρείου τοῦ Περσᾶν Βασιλέως ἐπὶ καταδουλώσει
τᾶς Ἑλλάδος ἐκπέμψαντος μεγάλας δυνάμεις
ὁ ναυτικὸς αὐτοῦ στόλος ταύται ποτεπέλασε
l. 5 πράτα<ι> τᾶν νάσων. καταπλαγέντων δὲ τῶν κατὰ
τὰν χώραν τὰν ἔφοδον τῶν Περσᾶν καὶ συν-
φυγόντων μὲν ἐς πάντα τὰ ὀχυρώματα, τῶν
πλείστων δὲ ἐς Λίνδον ἀθροισθέντων, ποθε-
δρεύσαντες ἐπολιόρκευν αὐτοὺς τοὶ
l. 10 βάρβαροι, ἔστε οὗ διὰ τὰν σπάνιν τοῦ ὕδα-
τος τοὶ Λίνδιοι θλιβόμενοι διενοεῦντο
παραδιδόμειν τοῖς ἐναντίοις τὰν πόλιν.
καθ᾿ὃν δὴ χρόνον ἁ μὲν θεὸς ἑνὶ τῶν ἀρ-
χόντων ἐπιστᾶσα καθ᾿ὕπνον παρεκάλει
l. 15 θαρσεῖν ὡς αὐτὰ παρὰ τοῦ πατρὸς αἰτησευ-
μένα τὸ κατεπεῖγον αὐτοὺς ὕδωρ, ὁ δὲ τὰν
ὄψιν ἰδὼν ἀνάγγειλε τοῖς πολίταις τὰν πο-
τίταξιν τᾶς Ἀθάνας. οἱ δὲ ἐξετάξαντες
ὅτι εἰς πέντε ἁμέρας μό[νο]ν ἔχοντι διαρ-
l. 20 κεῦν, ἐπὶ τοσαύτας μό[νο]ν αἰτήσαντο
παρὰ τῶν βαρβάρων τὰς ἀνοχάς, λέγοντες
ἀπεστάλκειν τὰν Ἀθάναν ποτὶ τὸν αὑτᾶς
πατέρα περὶ βοαθείας, καὶ εἴ κα μὴ παραγέ-
νηται κατὰ τὸν ὡρισμένον χρόνον, παρα-
l. 25 δωσεῖν ἔφασαν αὐτοῖς τὰν πόλιν. [uac.]
Δᾶτις δὲ ὁ Δαρείου ναύαρχος παραχρῆμα
μὲν ἀκούσας ἐγέλασε, ἐπεὶ δὲ ἐν τᾶι
ἐχομέναι ἁμέραι γνόφ[ο]υ μείζ<ο>νος
περὶ τὰν ἀκρόπολιν συσστάντος καὶ πολ-
l. 30 λοῦ καταραγέν[τ]ος ὄμβρου κατὰ μέσον
ο[ὕ]τ<ω>ς παραδόξως τοὶ μὲν πολιορκεύμε-
νοι δαψιλὲς ἔσχον ὕδωρ, ἁ δὲ Περσικά δύνα-
μις ἐσπάνιζε, καταπλαγεὶς ὁ βάρβα[ρος]
τὰν τᾶς θεοῦ ἐπιφάνειαν κα[ὶ] ἀφελ]όμε-
l. 35 νος αὐτοῦ τὸν περὶ τ[ὸ σ]ῶμα κόσμον εἰσέ-
πεμψε ἀνα[θ]έ[μ]ειν τόν τε φαρεὸν καὶ σ[τ]ρε-
[πτ]ὸν καὶ ψέλια, ποτὶ δὲ τούτοις τιάραν τε
καὶ ἀκινάκαν, ἔτι δὲ ἁρμάμαξαν, ἃ πρότε-
ρον μὲν διεσώιζετο, ἐπὶ δὲ τοῦ ἰερέως
l. 40 τοῦ Ἁλίου Εὐκλεῦς τοῦ Ἀστυανακτίδα
ἐμπυρισθέντος τοῦ ναοῦ κατεκαύσθη
μετὰ τῶν πλείστων ἀναθεμάτων. αὐτὸς
[δ]ὲ ὁ Δᾶτις ἀνέζευξε ἐπὶ τὰς προκειμέ-
[ν]ας πράξεις φιλίαν ποτὶ τοὺς πολιορ-
l. 45 [κ]ηθέντας συνθέμενος καὶ ποταποφω-
[νή]σας, ὅτι τοὺς ἀνθρώπους τούτους
θεοὶ φυλάσσουσι. περὶ τούτων ἀποφαί-
νεται Εὔδημος ἐν τῶι Λινδιακῶι, Ἐργίας
ἐν τᾶι Δ τᾶν ἱστοριᾶν, Πολύζαλος ἐν τᾶι Δ
l. 50 τᾶν ἱστοριᾶν, Ἰερώνυμος ἐν τῶι Β [uac.]
τῶν Ἡλιακῶν, Μύρων ἐν τῶι Λ τοῦ Ρόδου
ἐγκωμίου, Τιμόκριτος ἐν τᾶι Α τᾶς χρο-
νικᾶς συντάξιος, Ἰέρων ἐν τᾶι Α τᾶν πε-
ρὶ Ῥόδου. Ξεναγόρας <δ>ὲ λέγει ἐν τᾶι Δ
l. 55 τᾶς χρονικᾶς συντάξιος τὰν μὲν ἐπιφά-
νειαν γεγόνεν, Μαρδονίου μέντοι ἐξαπο-
σταλέντος ὑπὸ Δάτιος. λέγει δὲ περ[ὶ] τᾶς
ἐπιφανείας καὶ Ἀριστίων ἐν τᾶι [-? τ]ᾶς
Χρονικᾶς συντάξιος.

44l. 60 ἑτέρα.
ἐπ᾿ ἰερέως τοῦ Ἁλίου Πυθαννᾶ τοῦ Ἀρχιπόλιος
ἐν Λίνδωι συνκατακλαιχθείς τις λάθραι νυ-
κτὸς αὑτὸν ἀπεκρέμασε ἐκ τῶν ἀντηρί-
δων τᾶν κατὰ νώτου τοῦ ἀγάλματος
l. 65 ποτηρεισμένων τῶι τοίχωι, καὶ Λινδί-
ων δηλομένων εἰς Δελφοὺς ἀποστεῖ-
λαι καὶ διερωτᾶσαι περὶ τοῦ συ[μ]βεβακό-
τος τί δεῖ ποιεῖν ἁ θεὸς ἐπιστᾶσα τῶι
ἰερεῖ καθ᾿ ὕπνον ποτέταξε ἡσυχίαν
l. 70 ἔχειν περὶ αὑτᾶς, τᾶς δὲ ὀροφᾶς γυ-
μνῶσαι τὸ ἐπάνω τοῦ ἀγάλματος μέ-
ρος καὶ ἐᾶσαι οὕτως ἔστε κα τρεῖς ἅλ[ι]-
οι γένωνται καὶ τοῖς τοῦ πατρὸς
ἁγνισθῆι λου[τρ]οῖς, ἔπειτα τὰν μὲν
l. 75 στέγαν πάλιν ἐπισκευάξαι καθάπερ
ἦν πρότερον, τὸν δὲ ναὸν καθάραντα
τοῖς νομιζομένοις θύειν κατὰ τὰ π[ά]-
τρια Διὶ--Σ--ΙΛΛΛΙΟ-------------------
μαστροῖς τοῦ ἰερέως καὶ--------------
l. 80 ΑΦ-Λ-ΤΩΝ τᾶς ὀροφ[ᾶς--------------
ον μέρος----ΛΘΕΡΟΥΣ----------------
ΤΑ----Λ-----------------------------------
ΟΙ------------------------------------------
---------------------------------------------
l. 85 -Ο-------------------τᾶς ἐπιφάνειας---
ΤΟΥ--------------------------Ο---ΤΑ[uac.]
--------------------------ΑΝ—Εὔδημος ἐν τῶι
Λινδιακῶι, Τιμόκριτος ἐν τᾶι Φ τᾶς
Χρονικᾶς συντάξιο[ς], Ξεναγόρας ἐν
l. 90 τᾶι [-] τᾶς Χρονι[κᾶς σ]υντάξιος, Ὀνόμασ-
<σ>τος ἐν τᾶι Β τᾶς Χρονικᾶς συντάξιος,
Ἀριστών[υ]μος ἐν τᾶι Συνα[γω]γαι τῶν
χρόνων.

45 ἄλλα.
l. 95 πολιορκευμένας ὑπὸ Δημητρίου τᾶς πό-
λιος ἔδοξε [Κα]λλικλῆς ὁ ἐεικὼς ἐκ τᾶς
ἰερατείας τᾶς Ἀθάνας τᾶς Λινδίας ἔτι
διατρίβω[ν] ἐν Λίνδωι ἐπιστᾶσαν αὐτῶι
καθ᾿ὕπνον τὰν θεὸν ποτιτάσσειν ἀπαγ-
l. 100 γεῖλαι ἑνὶ τῶν πρυτανίων Ἀναξιπόλει,
ὅπως γράψηι ποτὶ βασιλῆ Πτολεμα[ῖ]ον
καὶ παρακαλῆ βοαθεῖν τᾶι πόλει ὡς [ἁ]γη-
σευμένας αὐτᾶς καὶ νίκαν καὶ κράτος πα-
ρασκευαξεύσας. εἰ δέ κα μήτ᾿αὐτὸς ἀπαγ-
l. 105 γείληι ποτὶ τὸν πρύτανιν μήτε ἐκῆνος
γράψηι τῶι Πτολεμαίωι, μεταμελησεῖν
αὐτοῖς. τὸ μὲν οὖν πρᾶτον ἰδὼν τὰν ὄψιν
ὁ Καλλικλῆς ἡσυχίαν εἶχε. ἐπεὶ δ[ὲ π]ολλά-
[κ]ις τὸ αὐτὸ συ[ν]έβαι[ν]ε, - συνεχῶς γὰρ ἕξ
l. 110 [ν]ύκτας ἐφισταμένα τᾶν αὐτὰ[ν] ἐποι-
εῖτο ποτίταξιν, -ὁ [μ]ὲν Καλλικ[λῆς π]αραγενό-
μενος εἰ[ς] τὰν πόλιν τοῖς τε βουλευταῖς δια-
γήσατο ταῦτα καὶ τῶι Ἀναξιπόλει διεσάφησ[ε].
οἱ δὲ βου[λε]υ[τ]αὶ [τ]ὸν Ἀ[ναξίπ]ολι[ν ἀπέστειλ]α[ν]
l. 115 ποτὶ τὸν Πτολεμαῖον ΤΟ------------------------------
---------------------------------------------------------
ΜΕΤΑ--------------------------------------------------
ΠΟΛΛΟ-Ο -------------------------------Ο-ΟΤΙ--
--------------------------------------------------------------
l. 120 ---------------------------------------------------------------
--ΤΟΝ-------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------
ΠΟΤΙ-Ν----------------------------------------------------

46Épiphanies

47(Première épiphanie)

48Lorsque Darius, le roi des Perses envoya de grandes forces pour asservir la Grèce, son expédition maritime atteignit cette île en premier. Comme les habitants de la campagne étaient terrifiés par l’irruption des Perses et que les uns prenaient la fuite en direction de tous les lieux fortifiés, mais que les autres, pour la plupart, se trouvaient rassemblés dans Lindos, les Barbares les investirent et assiégèrent, jusqu’au moment où les Lindiens, accablés par le manque d’eau, décidèrent de livrer la cité aux ennemis.

49C’est juste à ce moment que la déesse se tenant au-dessus de l’un des archontes tandis qu’il dormait, l’exhorta à prendre courage parce qu’elle allait en personne demander à son père la pluie qui leur était nécessaire. Lui, ayant eu cette vision, fit connaître aux citoyens l’injonction d’Athéna. Quant à eux, ayant évalué leurs réserves à cinq jours, ils sollicitèrent des Barbares une trêve pour autant de jours, en disant qu’Athéna avait demandé du secours à son propre père, et que, si ce secours n’arrivait pas dans le délai fixé, ils leur livreraient leur cité [uac.].

  • 5 épiphaneia.

50Datis, l’amiral de Darius entendit ces paroles et éclata de rire aussitôt. Mais, lorsque le lendemain, de très gros nuages s’étant amassés au-dessus de l’acropole et une grosse pluie d’orage s’étant déversée au beau milieu, contre toute attente, les assiégés eurent abondance d’eau, alors que l’armée perse en manquait, le Barbare frappé par la présence visible5 de la Déesse ôta tout ce qu’il portait sur son corps et envoya en vue de leur consécration manteau, torque, bracelet et, de surcroît, tiare, épée incurvée et même le char couvert lequel, jusqu’alors épargné, brûla complètement avec la plupart des offrandes quand Euclès, fils d’Astyanactidas exerçait la prêtrise d’Hélios et que le temple fut incendié. Datis lui-même leva le camp à cause des événements mentionnés ci-dessus, après avoir conclu un traité d’amitié avec les assiégés et il déclara en outre que les dieux protégeaient ces hommes-là.

51Sur ces événements on a des témoignages chez Eudèmos dans son Lindos, Ergias, dans le livre quatre de ses Histoires, Hiéronymos dans le livre deux de ses Héliaka, Myron dans le livre onze de son Éloge de Rhodes, Timocritos dans le livre premier de son Récit annalistique, Hiéron dans le livre premier de son Sur Rhodes. Cependant, Xénagoras dit dans le livre quatre de son Récit annalistique que l’épiphanie eut lieu lorsque Mardonios avait déjà été dépêché par Datis. Aristiôn parle aussi de cette épiphanie dans le livre [---] de son Récit annalistique.

52Deuxième (épiphanie)

53Quand Pythannas, fils d’Archipolis exerçait la prêtrise d’Hélios, quelqu’un qui s’était secrètement enfermé à clé de nuit dans (le temple de) Lindos se pendit aux supports fixés solidement au mur au dos de la statue et, lorsque les Lindiens allèrent consulter à Delphes pour savoir ce qu’il convenait de faire à propos de cet événement, la déesse, se tenant au-dessus du prêtre durant son sommeil, lui ordonna de ne rien faire pour ce qui la concernait, mais de s’allonger nu sur la partie du toit qui se trouve au-dessus de la statue et de laisser les choses ainsi jusqu’à ce que trois jours se passent et (lui dit) que tout serait purifié par les ablutions envoyées par son père, et (elle lui ordonna) ensuite de faire reconstruire le toit comme il était auparavant et après avoir purifié le temple conformément à la tradition de faire les sacrifices selon l’usage ancestral en l’honneur de Zeus….

54-------les mastroi -- le prêtre---

55-----

56----

57----

58----- épiphanie -------

59----

60----

61----

62(Sur ces événements on a des témoignages chez) Eudèmos dans son Lindos, Timocritos au livre III de son Récit annalistique, Onomastos au livre II de son Récit annalistique et Aristonymos dans sa Chronique.

63Troisième (épiphanie)

64Alors que la cité était assiégée par Démétrios, Calliclès qui venait d’abandonner le sacerdoce d’Athéna Lindia, mais qui vivait encore à Lindos eut l’impression que la déesse, se tenant au-dessus de lui tandis qu’il dormait, lui ordonnait d’annoncer solennellement à l’un des prytanes, Anaxipolis, qu’il devait écrire au roi Ptolémée et lui demander de l’aide pour la cité, parce qu’(Athéna) elle-même garantirait la victoire et assurerait la domination (de Ptolémée). Si, en revanche, il n’annonçait pas cela au prytane et si cet homme n’écrivait pas à Ptolémée, ils s’en repentiraient. En tout cas, la première fois que Calliclès eut cette vision, il ne fit rien ; mais lorsque la même chose lui arriva plusieurs fois (six nuits de suite elle lui fit la même demande en se tenant au-dessus de lui), Calliclès s’étant rendu en ville raconta cela aux bouleutes et s’en ouvrit à Anaxipolis. Les bouleutes dépêchèrent Anaxipolis auprès de Ptolémée…

65Le reste manque. Le récit de la quatrième épiphanie n’est pas lisible.

66Commentaire

  • 6 Sur l’apparence de la pierre, voir la description de Higbie 2003, 155-157. Pour un point de vue plu (...)

67L’inscription a été mise au jour en mars 1904 par la mission suédoise d’exploration archéologique de Rhodes et publiée par Chr. Blinkenberg en 1912 ; le découvreur en a, par la suite, en 1915 (Tempelchronik), puis 1941 (Inscriptions) livré deux nouvelles éditions. Elle comporte plus de 15000 lettres. Elle est gravée sur une stèle de grandes dimensions (2,37m x 0,85 x 0,32) sur laquelle la disposition du texte vise à attirer le regard. Le décret décidant la publication est gravé en tête, puis viennent les listes d’offrandes, en lettres plus petites et disposées sur trois colonnes. Cependant, même lorsqu’elle n’était pas endommagée par son utilisation en remploi dans un pavement et même si les lettres étaient colorées, elle ne devait pas être facile à déchiffrer à cause de leur petite taille et de la médiocre qualité du marbre6.

  • 7 Higbie 2003, 271-272; Shaya 2005, 433, n. 58.
  • 8 Blinkenberg 1912, 1 ; Higbie 2003, 159 ; Chaniotis 1988, 53-54.
  • 9 Sur le genre du texte, cf. Higbie 2003, 259-262.

68Le texte mêle plusieurs composantes : d’abord le décret (A), ensuite, à l’inventaire des offrandes (deux listes B [155 lignes] et C [131 lignes]) s’ajoutent des récits racontant des faits marquants de l’histoire du sanctuaire (D [119 lignes] : les épiphanies), si bien que la Chronique reste à peu près sans parallèle précis dans le monde grec. Le texte délien auquel on donne le même nom, la “Chronique du sanctuaire de Sarapis”, n’est pas vraiment comparable car Sarapis n’est pas une divinité civique traditionnelle, mais un dieu égyptien importé dans la Délos indépendante par un prêtre égyptien. Le “Marbre de Paros” qui date du iiie s. s’en rapprocherait le plus, à cette différence que ses ambitions sont beaucoup plus larges puisqu’il établit une chronologie pour l’ensemble du monde grec. En tout cas, aucun autre texte comprenant à la fois un inventaire d’offrandes et des récits d’apparition ne nous a été conservé7. C’est Chr. Blinkenberg qui lui a donné le nom d’ἀναγραφή. Cependant ce n’est pas un récit annalistique de l’histoire de Rhodes8 : la présence de récits d’épiphanies de la déesse jalonnant l’histoire de la cité justifie à peine cette dénomination9.

  • 10 Gel. 6.3.1 : civitas Rodienses et insulae opportunitate et operum nobilitatibus et nauigandi soller (...)
  • 11 Will 1979, 70.
  • 12 Magie 1950, I, 70-73.

69“La cité de Rhodes est célèbre pour l’heureuse situation de l’île, l’éclat de ses réalisations, son art de la navigation et ses victoires navales”, nous dit Aulu-Gelle10. La gloire de Rhodes a la singularité de s’être déployée à l’époque hellénistique (le synœcisme des trois anciennes cités de Camiros, Ialysos et Lindos ayant été réalisé en 408 a.C.) : elle commence surtout avec la résistance des Rhodiens dans le siège mené en 305/304 pour le compte d’Antigone le Borgne par Démétrios à qui il valut le nom de Poliorcète. Le siège dura un an, sans résultat, et assura aux Rhodiens un immense prestige dans le monde grec. C’est probablement cet événement (commémoré par l’érection du fameux Colosse à l’entrée du port de Rhodes en l’honneur du dieu Hélios) qui valut à la cité de préserver son indépendance pendant toute l’époque hellénistique, car les rois la respectèrent et les Rhodiens trouvèrent dans cette victoire fondatrice l’une des composantes essentielles de leur identité civique11. La puissance de l’île repose sur une flotte très efficace qui s’illustra notamment dans les guerres contre les Pirates, essentiellement crétois, à la fin du iiie s. et au milieu du iie s. a.C., mais joua aussi un rôle important contre Antiochos III dans les années 190 (comme l’atteste la Victoire de Samothrace, qui servait de figure de proue à un navire rhodien). Le rôle de Rhodes en Mer Égée au iiie s. et encore au début du iie s. peut se comparer à celui d’Athènes dans cette zone à l’époque classique (Rhodes avait d’ailleurs largement contribué à abaisser la puissance d’Athènes au cours de la Guerre des Alliés en 357-355). La politique internationale rhodienne est inspirée par ce principe qu’il vaut mieux des alliés lointains que trop proches (comme l’avait été Mausole, le dynaste d’Halicarnasse au ive s.) : aussi les Rhodiens s’étaient-ils alliés aux Lagides ; le même principe leur fit choisir l’alliance romaine qui leur valut des fortunes diverses. La prospérité économique de l’île tient à ses productions propres, particulièrement le vin : les amphores rhodiennes se trouvent en nombre notamment à Alexandrie et en Mer Noire. Comme Athènes, Alexandrie et Pergame, Rhodes possède ses écoles de philosophie ainsi qu’une école de sculpture. En somme, elle s’est illustrée de manière brillante dans tous les domaines, particulièrement à la haute époque hellénistique12.

  • 13 Will 1979, 184-185 (collaboration avec les Lagides) ; Will 1982, 295-301 (Rome choisit de mettre fi (...)

70La situation de Rhodes (comme celle d’Athènes, en tout cas lorsqu’elle eut réussi à se débarrasser de la tutelle macédonienne) était donc exceptionnelle. C’est pourquoi, durant la Troisième Guerre de Macédoine, elle s’était crue en position de proposer sa médiation. Finalement, après Pydna, les Romains, offensés par cette prétention, après avoir songé à lui déclarer la guerre, tentèrent d’anéantir sa puissance en lui ôtant une partie de sa pérée, en la contraignant à entrer dans leur clientèle et surtout en créant le port franc de Délos, désormais colonie athénienne, dont la concurrence était destinée à affaiblir Rhodes13.

Fig. 8. Lindos. L’acropole avec le sanctuaire d’Athéna Lindia (d’après Blinkenberg 1941b, p. 2, pl. 1).

Fig. 8. Lindos. L’acropole avec le sanctuaire d’Athéna Lindia (d’après Blinkenberg 1941b, p. 2, pl. 1).
  • 14 Cette vision d’une Rhodes crépusculaire à l’époque hellénistique tardive était celle de R. M. Berth (...)

71L’historiographie a souvent cru au succès total de la politique romaine et a longtemps vu dans l’époque hellénistique tardive un “long crépuscule” pour Rhodes. Dans cette optique, ce serait donc une cité qui fut riche et glorieuse, mais n’est plus ni l’un ni l’autre qui décide de graver en 99 a.C. la liste des offrandes conservées dans son sanctuaire civique le plus prestigieux, ces offrandes se voulant le témoignage matériel de sa puissance passée. A. Bresson montre que, en réalité, si Rhodes avait été atteinte par les entreprises romaines, cela ne l’empêchait pas de connaître encore une très grande prospérité économique (comme l’attestent les exportations d’amphores) et de représenter une puissance régionale importante que les Romains eux-mêmes mirent à contribution en 100 a.C. (juste avant la gravure de la Chronique) pour coordonner en Orient la lutte contre la piraterie cilicienne14.

  • 15 Higbie 2003, 179 et n. 42.
  • 16 Blinkenberg 1941b reproduit chez Higbie 2003, p. 2, fig. 1.

72Le sanctuaire appartient à Athéna Lindia, qui est la divinité poliade de Lindos, comme son épiclèse l’indique : l’Athéna de Lindos, l’Athéna des Lindiens, Lindos étant le dème le plus important de la cité rhodienne qui résulte du synœcisme de 408 a.C. Dans la liste des offrandes qui lui sont dédiées, la déesse est appelée soit simplement Athéna (ch. VIII, IX, XV), soit Athéna Patrôia (ch. XXV) ou encore Athéna Lindia (dans les autres chapitres)15. Le sanctuaire est situé sur l’acropole de la cité et les fouilles suédoises ont révélé son importance considérable. Il occupait, en effet, toute la citadelle et comportait un temple de la déesse de dimensions assez modestes, situé sur l’avancée en forme de proue de la colline, mais aussi, en arrière, deux portiques monumentaux et enfin deux dépôts d’offrandes16. L’ensemble ressemblait donc à la fameuse acropole de Pergame, elle aussi couverte de temples somptueux et produisant un effet de perspective analogue.

  • 17 Blinkenberg 1912, 28 ; Rhodes-Lewis 1997, 273.
  • 18 Blinkenberg 1912, 29-33.
  • 19 Shaya 2005, 426 ; Massar 2006, 230.
  • 20 Blinkenberg 1912, 133-135 ; Higbie 2003, 257-258.
  • 21 Blinkenberg 1912, 83-84 : “La plus grande partie de la Chronique se rapporte à des consécrations do (...)

73La gravure de la Chronique résulte d’un décret de la cité selon la procédure législative normale, connue à Rhodes (“les mastroi et les Lindiens ont décidé” [A l. 1], les mastroi étant les membres du Conseil). Un citoyen a proposé le décret (à Rhodes, peuvent proposer des décrets tous les citoyens et les plus hauts magistrats de la cité, les ἐπιστάται [c’est souvent le cas à Lindos]17) : Hagésitimos, fils de Timachidas (A l. 2). Le choix du sanctuaire d’Athéna Lindia est justifié par son caractère très ancien (ἀρχαιότατον, A l. 2) et très vénérable (ἐντιμότατον, A l. 2-3) et l’initiative d’Hagésitimos s’explique par la dégradation des offrandes avec le temps. Il est difficile de savoir en quoi consiste son initiative : a-t-il eu l’idée de la composition et de la gravure de la Chronique, a-t-il donné de l’argent pour les réaliser, a-t-il été sollicité de façon plus ou moins officielle ? En tout cas, ce n’est pas lui qui est chargé d’exécuter la décision, mais une commission ad hoc, formée de deux citoyens désignés (ἔλεσθαι A l. 5) qui sont Tharsagoras, fils de Stratos du dème de Ladarma et le propre fils d’Hagésitimos, Timachidas. Ce dernier doit être identifié comme le philologue et poète, Timachidas de Rhodes, né autour de 125 a.C. et auteur d’œuvres mineures18. Comme Tharsagoras n’est pas connu par ailleurs, on a le plus souvent considéré Timachidas comme le seul auteur de la Chronique, sans autre preuve ; il est possible qu’ils l’aient, en fait, rédigée l’un et l’autre19. Quant à Timachidas, son père Hagésitimos aurait facilité sa carrière de poète en lui faisant confier une tâche importante pour l’image que leur cité veut donner d’elle-même. Le but de l’entreprise est d’écrire “à propos des offrandes et de l’épiphanie de la déesse” (A l. 7-8), en collectant des documents déjà existants et dus à des antiquaires, spécialistes des inventaires de sanctuaire. Car les offrandes ont disparu à cause du temps ou d’un incendie qui se place en 392/39120 – ou plutôt le temple hellénistique de la déesse ne dispose pas d’offrandes anciennes : l’inventaire est donc un substitut aux offrandes réelles21.

74La liste des offrandes nomme des personnages de différentes provenances :

  • Des héros tels que Lindos (le héros éponyme), Héraclès, Cadmos

  • Des personnages homériques, héros de la Guerre de Troie, notamment Teucer, Pâris, Hélène

  • Des personnages de la colonisation, fondateurs de cités comme Battos de Cyrène

  • Des Perses, Darius notamment

  • Des tyrans de Sicile, Phalaris, par exemple.

75Tous les dédicants supposés sont des personnages célèbres (mythiques ou historiques) et l’intérêt des offrandes qui leur sont attibuées réside justement dans la personnalité de ceux qui les ont dédiées. En effet, leur célébrité rejaillit sur le sanctuaire d’Athéna Lindia. Cette observation a inspiré à F. X. Ryan une nouvelle restitution pour la ligne 3 (A) : au lieu de penser que l’intérêt de la Chronique réside dans les offrandes, il insiste sur l’idée que les dédicants sont plus importants parce que leur qualité démontre l’efficacité religieuse de la déesse. Il propose donc de restituer πολλοῖς κ[αὶ ἀξίοις ἀναθεῖσι ἐκ παλαιοτ]άτων χρόνων κεκόσμηται (“[le sanctuaire] a été orné par de nombreux donateurs célèbres depuis les temps les plus reculés”), et non πολλοῖς κ[αὶ καλοῖς ἀναθέμασι ἐκ παλαιοτ]άτων χρόνων κεκόσμηται (“… par de nombreuses offrandes magnifiques…”). Bien que cette proposition paraisse séduisante pour le sens, nous avons gardé la leçon de Chr. Blinkenberg car la préposition ὑπό est attendue pour introduire un complément d’agent.

  • 22 Bresson 2006, 535, 539-540.
  • 23 Ryan 2007, 17-18.

76Si les offrandes sont moins importantes que leurs dédicants, la nécessité de copier les inscriptions qui mentionnent leurs noms apparaît comme la fonction essentielle de la Chronique ; c’est pourquoi le décret décidant la gravure y insiste. Chr. Blinkenberg avait, pour cette raison, restitué ainsi la ligne 4 : συμβαίνει δὲ τῶν ἀνα[θεμάτων τὰ πλεῖστα μετὰ τᾶν ἐ]πιγραφᾶν διὰ τὸν χρόνον ἐφθάρθαι. A. Bresson a proposé de remplacer τὰ πλεῖστα par πολλά22. F. X. Ryan préfère un adjectif dont le sens est “célèbre, prestigieux”, comme εὐκλεέστατα et supprime αὐτῶν qui n’est pas indispensable pour le sens (A l. 4)23.

  • 24 Ryan 2007, 48 (l’auteur pense que les documents sont rédigés au moment où les offrandes sont dédiée (...)

77Pour constituer cette liste, le ou les auteurs doivent utiliser des sources écrites qui sont évoquées dès le décret. Il s’agit d’archives de la cité ou peut-être même du sanctuaire lui-même, dénommées chrèmatismoi : ces derniers documents devaient comporter un relevé des offrandes dédiées à Athéna Lindia24.

  • 25 Trümpy 1997, §144, p. 178.
  • 26 Ryan 2007, 52-58.

78Le décret est pris en Artamitios (correspondant au Mounychiôn athénien) et les trésoriers sacrés (hiérotamiai) doivent désigner l’emplacement où la stèle sera érigée en Agrianios, le mois suivant, correspondant au Thargèliôn athénien (A l. 11)25. Chr. Blinkenberg en avait déduit que le temps imparti pour exécuter la décision était très bref et s’était demandé quelle était la cause de cette précipitation : pour l’expliquer, on pouvait avancer l’hypothèse de l’arrivée d’une ambassade ou de l’imminence d’une panégyrie. En fait, K. Ziegler a justement pointé que le délai d’un mois ne porte que sur le choix du lieu où ériger la stèle – nullement sur la composition de son texte ou sur sa gravure. Le délai pour la composition du texte et l’érection de la stèle était sensiblement plus long, au moins deux mois et demi (c’est-à-dire juqu’à la fin de la charge du secrétaire des mastroi qui devait durer au moins jusqu’à la fin de Hyakinthos (le mois suivant Agrianios)26.

79La liste des offrandes reste chronologique et donne ainsi au sanctuaire une profondeur temporelle, tout en rappelant la grandeur de Rhodes tout au long de l’histoire grecque, depuis les temps mythiques jusqu’aux Guerres Médiques avec lesquels les textes de l’époque hellénistique, voire de l’époque impériale, entretiennent une surprenante proximité. Lorsque les Grecs invoquent la tentative d’asservissement de leurs ancêtres par les Perses, ils donnent l’impression qu’il s’agit d’un fait d’une actualité brûlante, alors que plusieurs siècles les en séparent : en effet, c’est l’événement qui a fait prendre nettement conscience aux Grecs de leur identité en tant que peuple, au-delà des identités civiques.

80Les récits des épiphanies de la déesse, Athéna Lindia, étaient au nombre de quatre ; trois seulement sont conservés et seul le premier l’est entièrement, le deuxième et le troisième sont lacunaires, le dernier illisible. Si le catalogue des offrandes remonte aux temps mythiques, la déesse protectrice de Lindos n’a pas manifesté sa présence avant l’époque des Guerres médiques et cette discordance temporelle jette une ombre supplémentaire sur l’authenticité des offrandes.

  • 27 Hdt. 1.87.
  • 28 Blinkenberg 1912, 65 ; Briant 1996, 170-171.
  • 29 Thésée à Marathon : Paus. 1.15.3 ; Athéna exhorte les Grecs à cesser de reculer sous l’apparence d’ (...)
  • 30 Higbie 2003, 248-249.
  • 31 Diod. 11.3.8.

81La première épiphanie a lieu au début du ve siècle ; la Chronique transmet deux versions, l’une placée au moment de l’expédition de Darius contre les Cyclades, l’Eubée et Athènes, l’autre au moment de l’expédition de Mardonios. Elle rappelle un passage d’Hérodote très analogue où, sur le bûcher auquel Cyrus l’a condamné après sa défaite, Crésus demande aussi à Apollon de lui envoyer la pluie (avec le même succès que les Lindiens)27. Chr. Blinkenberg a noté l’invraisemblance historique de cette légende attachée à la divinité du sanctuaire, car dans leur Blitzkrieg contre les Cyclades, les Perses n’avaient aucune raison de faire le siège d’une ville (l’objectif de Darius et de Datis étant le contrôle de la mer Égée) et, d’ailleurs, Hérodote ne mentionne rien de semblable28. L’intérêt de ce récit est que, à travers lui, les Lindiens obtiennent un brevet d’hellénisme grâce à un fait héroïque rattaché aux Guerres médiques : comme les Athéniens, sauvés par l’intervention de Thésée à Marathon ou d’Athéna à Salamine29, ils ont pu sauvegarder leur indépendance grâce à une intervention de leur divinité poliade. Les faits arrangés par les Lindiens dans leur récit rappellent ce que Hérodote dit de Délos (6.97) et on ne peut pas exclure que le récit rhodien ait été inspiré par le récit d’Hérodote, ce qui rangerait ainsi le sanctuaire d’Athéna Lindia dans la même catégorie que celui d’Apollon à Délos (effectivement l’un des centres du monde grec depuis l’époque archaïque). L’inventaire des offrandes comprend une dédicace par un général de Darius (D l. 35-38) qu’il est tentant de relier au récit de la première épiphanie de la déesse : les Perses auraient été si frappés par la manifestation de la puissance de la déesse qu’ils auraient, eux aussi, dédié des offrandes30. En tout cas, les Rhodiens étaient sous domination perse durant les Guerres médiques et n’y ont donc pas joué de rôle remarquable : leur participation peut difficilement leur valoir un titre de gloire car, sujets du Grand roi, ils furent contraints de fournir des navires et de combattre dans les rangs perses31.

  • 32 Higbie 2003, 148.
  • 33 Hdt. 3.124.1 et 125.4 ; cf. Higbie 2003, 149.

82La deuxième épiphanie est située alors que Pythannas, fils d’Archipolis était prêtre d’Hélios, à une date que nous ne pouvons pas fixer parce que la liste des prêtres est lacunaire entre 368 et 333/327 a.C.32 Elle rappelle un autre récit hérodotéen : l’apparition de la déesse ressemble au rêve envoyé à la fille de Polycrate, peu avant la mort de ce dernier : “Il lui avait semblé que son père, élevé dans les airs, était lavé par Zeus et oint par le soleil”. La prophétie du rêve est réalisée parce que Polycrate est crucifié et son corps exposé aux éléments33.

  • 34 Habicht 1970, 109-110. Higbie 2003, 150.
  • 35 Diod. 20.88.7-9.
  • 36 Shaya 2005, 435-436.

83La troisième épiphanie intervient à un moment crucial de l’histoire de Rhodes : le siège de Démétrios Poliorcète en 305/304. Ce récit permet de commémorer l’aide apportée par Ptolémée auquel les Rhodiens ont les premiers offert un culte, consacré un sanctuaire et en l’honneur duquel ils ont institué une fête civique34. De même qu’on ne parle pas des Platéens à Marathon, ni des Thespiens aux Thermopyles, l’auteur de la Chronique garde le silence sur l’aide apportée par Cnossos contre Démétrios Poliorcète35. Les Crétois ont été combattus par les Rhodiens durant les Guerres contre les pirates. Ces deux derniers récits racontent comment les Rhodiens ont réussi à échapper à l’emprise de grandes puissances ; ils peuvent résonner en 99 a.C. comme un moyen de conjurer la peur que les Romains inspiraient aux Rhodiens36.

  • 37 Brackertz 1976, 3, 155.
  • 38 Massar 2006, 240.
  • 39 Shaya 2005, 434.
  • 40 Higbie 2003, 264-267.

84Les épiphanies apparaissent d’abord comme justifiant les offrandes : les dédicants font bien de manifester leur respect ou leur reconnaissance car Athéna apparaît et agit efficacement en faveur de ceux qu’elle protège. Les trois récits mettent en scène une intervention d’Athéna Lindia dans une situation critique pour les Rhodiens, puisque la première fonction de la divinité poliade est d’exercer une protection active sur la cité37 : or, comme son nom l’indique, Athéna Lindia est la protectrice des Lindiens, non des Rhodiens pour qui Hélios joue le même rôle. La Chronique permet donc aux Lindiens d’affirmer que c’est leur divinité propre qui a sauvé à plusieurs reprises l’ensemble des Rhodiens. À Rhodes, contrairement à la plupart des cités grecques, les prêtrises sont organisées en cursus ; même après le synœcisme, les Lindiens (ou peut-être les prêtres de leur Athéna) ont réussi à imposer la prêtrise d’Athéna Lindia comme la plus élevée, avant la prêtrise d’Hélios, pour la cité rhodienne et, de fait, ses prêtres, qui sont éponymes occupent une place élevée dans la société à l’époque hellénistique38. “Les récits d’épiphanie expliquent ce que le trésor démontre, c’est-à-dire la puissance d’Athéna”39. C. Higbie les compare justement aux récits de guérison d’Épidaure40.

  • 41 Shaya 2005.
  • 42 Paus. 4.31.10-12 ; Torelli-Musti 1991, 255-258, ad loc. cit. ; Deshours 2008, 172-178.

85Comme dans le règlement des Mystères d’Andania, on a l’impression que tout est un peu disproportionné dans la “Chronique de Lindos” : de la longueur du texte aux prétentions historiques. Cependant un regard plus attentif montre que ce texte a une fonction idéologique précise : le sanctuaire d’Athéna Lindia n’est pas seulement la demeure qui sert de trésor à la divinité, mais le “musée” de la communauté civique41. Que les sanctuaires fussent aussi des musées (comme l’attestent la pinacothèque de l’Acropole d’Athènes ou la Leschè de Cnide dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes), cela est une évidence parce que les œuvres dédiées aux dieux étaient aussi, pour partie naturellement, des œuvres d’art. Ils ont également pour fonction d’exposer des objets qui accréditent la tradition locale sur le passé de la cité, c’est-à-dire qui légitiment l’existence permanente d’une communauté civique possédant son histoire propre, clairement distincte de celle des autres communautés. En somme, ils sont à la fois une manifestation et l’un des fondements du patriotisme civique. Pausanias décrit ainsi fréquemment les sanctuaires en mettant chaque élément (bâtiment, sculpture, dédicace, pratique cultuelle) en rapport avec l’histoire de la cité dont ils dépendent ; ses sanctuaires, en plus de leur rôle cultuel, ressemblent alors à notre Panthéon où l’histoire nationale devient sacrée. Dans les sanctuaires grecs, le sentiment de piété à l’égard de la cité, de sa terre, de ses fleuves, de ses arbres (oliviers, vignes) et de la communauté civique se trouve ainsi indistinct de la piété à l’égard des dieux de la cité. L’Asclépieion de Messène en offre un exemple caractéristique car le dieu n’y est pas médecin, mais apparenté à la famille royale de Messénie et tous les éléments mentionnés dans la description détaillée qu’en donne Pausanias font référence à un fait significatif de la “légende nationale” messénienne42.

  • 43 Shaya 2005, 427.
  • 44 Shaya 2005, 428 et note 26. Cf. aussi Blinkenberg 1941a ; Higbie 2003, 245.
  • 45 n° 38 à 42 ; Bresson 2006, 547-548.

86À la suite du décret (A) et précédant les récits des épiphanies de la déesse (D) se trouve un catalogue d’offrandes (réparti en deux colonnes, B et C), qui comportait originellement 45 entrées et dont 35 sont encore lisibles. Chaque entrée commence par la mention du donateur, se poursuit avec une description des offrandes incluant les inscriptions qu’elles portent et s’achève avec une “bibliographie”, c’est-à-dire une liste des mentions desdits objets dans des ouvrages littéraires, puisque, aussi bien, ils ont disparu43. Il ne s’agit pas d’un inventaire d’objets existants : au contraire, la Chronique remplace ces objets censément détruits, ou plutôt qui n’ont jamais existé ; d’ailleurs l’auteur ne dit pas les avoir vus et il ne fait pas de distinction entre ceux qui auraient été détruits et ceux qui seraient encore dans le sanctuaire. Les fouilles menées à Lindos n’ont livré que de petits objets sans caractéristique particulière et nous sont connues par des sources littéraires des offrandes qui ne sont pas mentionnées dans la Chronique (dont il manque il est vrai une petite partie). La stèle porte donc “l’inventaire d’un trésor imaginaire”44. De plus, l’auteur de la Chronique a utilisé diverses sources (soigneusement citées à propos de chaque offrande), y compris les archives de la cité45 et l’arrangement de la liste lui appartient donc en propre.

  • 46 Shaya 2005, 428, n. 25.

87Une fois ce fait établi, il faut analyser cet inventaire pour ce qu’il est, c’est-à-dire un moyen pour les Lindiens de croire et d’accréditer un certain nombre de traditions qui les concernent directement. Nous avons rappelé que Rhodes ne fut une cité puissante qu’à partir du ive s. et une puissance de première grandeur seulement à la haute époque hellénistique : la Chronique, au contraire, accrédite l’idée que le sanctuaire d’Athéna Lindia est aussi ancien que ce que les Grecs connaissent de leur propre histoire : il conserve des offrandes remontant à l’époque du héros Lindos, fondateur de la cité et à la Guerre de Troie, avec des objets dédiés par Teucer. En fait, il semble que les offrandes les plus anciennes ne remontent guère qu’à l’époque d’Alexandre (des bucranes et des armes dédiées par le Macédonien)46.

  • 47 Massar 2006, 230-231 ; Shaya 2005, 430.

88Les objets énumérés dans l’inventaire ne sont pas considérés comme exceptionnels à cause de leur valeur intrinsèque ou en tant qu’œuvres d’art, mais à cause de leur origine, c’est-à-dire de leurs dédicants supposés, comme l’indique la formule placée en tête de la partie consacrée aux inventaires : τοίδε ἀνέθηκαν τᾶι Ἀθάναι (B l. 1). C’est leur histoire qui rend ces offrandes précieuses, ainsi du casque de Pâris dédié par Ménélas47.

  • 48 Shaya 2005, 428-434.

89Le principe du classement est chronologique48 et la structure de la liste a été dégagée par A. Chaniotis :

  • Une partie mythique s’étendant jusqu’au retour des guerriers de Troie (n° 1-14)

  • Une partie réunissant l’archaïsme et le ve siècle (n° 15-33), c’est-à-dire la période de la colonisation, de la conquête perse et de la démocratie lindienne avant le synœcisme

    • 49 Chaniotis 1988, 55.

    Une partie concernant le ive s. et l’époque hellénistique (n° 34-42)49.

  • 50 Massar 2006, 232.
  • 51 Massar 2006, 237, note 37.

90La coupure entre la deuxième et la troisième partie peut faire référence au synœcisme en 408/407 a.C. ou plutôt à l’incendie du sanctuaire en 392/391, bientôt suivi de la reconstruction du temple d’Athéna. Le synœcisme marquant le moment où Athéna Lindia n’est plus une divinité poliade, mais seulement la divinité protectrice du dème le plus important de la nouvelle cité, il est peu probable que l’auteur de la Chronique ait voulu retenir ce moment ; en revanche la reconstruction du temple semble un point de départ possible pour la troisième section de l’inventaire, d’autant plus que des ornements pour la statue d’Athéna sont mentionnés en premier lieu dans cette nouvelle section50. De plus, à l’intérieur de ces trois sections, se trouve une nouvelle division entre les offrandes dédiées par des Lindiens (τοὶ Λίνδιοι) ou des Rhodiens (δᾶμος)51 et celles offertes par des étrangers.

  • 52 Shaya 2005, 430.
  • 53 Massar 2006, 233-234 ; Malkin 1999, 54-55.

91D’abord viennent Lindos, le héros éponyme, et les Telchines qui jouent aussi un rôle dans la fondation de Rhodes et dont les offrandes d’une matière inconnue ressortissent au type du talisman protecteur de la cité52. Ils sont suivis de Cadmos, Minos, Héraclès (en clair, la Phénicie, la Crète, les Doriens de Grèce continentale), puis Tlépolème, fils d’Héraclès et fondateur politique de Rhodes et d’autres personnages de la Guerre de Troie, dont Hélène : c’est dire que l’inventaire reflète les cultes locaux, puisque tous ces personnages reçoivent un culte à Rhodes ou dans sa pérée53.

  • 54 Hdt. 2.182 et 3.47. Massar 2006, 235-237.

92La deuxième section souffre de lacunes qui la rendent difficile à concevoir ; cependant elle concerne principalement les colonies de Lindos (Phasélis en Lycie et Soloi en Cilicie, des cités de Sicile ou d’Italie du sud). Elle est également marquée par la distinction entre les dédicaces faites par les Rhodiens et les dédicaces faites par les étrangers. La notice la plus singulière concerne l’objet probablement le plus célèbre parmi ceux qui étaient conservés dans le sanctuaire : la cuirasse d’Amasis décrite par Hérodote, comme le rappelle le texte54.

  • 55 Massar 2006, 238-239.

93La troisième section est inaugurée par Alexandre (parce que, après sa victoire sur Darius III, il est devenu maître de l’Asie) et les rois hellénistiques (Ptolémée Sôtêr, Pyrrhos, Philippe V notamment) ont imité celui dont ils prétendent tenir leur légitimité en consacrant des offrandes à la déesse, bucranes ou armes55.

  • 56 Shaya 2005, 430.
  • 57 Shaya 2005, 434. L’argument peut être relativisé car la liste est lacunaire.

94Finalement à travers cette liste d’offrandes, ou plus précisément la liste des personnages qui en ont dédié, Lindos apparaît comme une cité fondée par des héros, un temps gouvernée par l’un des Sept sages, Cléoboulos qui a fondé des colonies et remporté des victoires56. La Lindos glorifiée n’est pas celle de 99 a.C. mais celle d’autrefois (aussi bien l’offrande la moins ancienne mentionnée a-t-elle un siècle) et l’épiphanie la plus récente de la déesse remonte à 250 ans avant la rédaction de la Chronique57.

Conclusion

  • 58 Bresson 2006, 548.
  • 59 Massar 2006, 241-243.

95En somme, s’il paraît peu adapté à son contenu littéral, le titre donné au document par Chr. Blinkenberg, en reflète cependant la signification. Il s’agit bien d’une Chronique du sanctuaire de Lindos, même si elle ne prétend pas être exhaustive58. Elle est destinée à affirmer l’identité de Lindos à l’intérieur de la cité rhodienne, à glorifier le sanctuaire d’Athéna Lindia, qui n’était certainement pas très significatif avant le ive s. et qui connut l’apogée de son prestige à la haute époque hellénistique (les épiphanies sont situées au ive et au iiie s. et les notices concernant cette période sont plus nombreuses que pour le iie s.)59.

  • 60 Shaya 2005, 428-429 ; Massar 2006, 241.

96Une histoire fictive est construite pour les périodes où Lindos n’existait pas encore (l’époque “mythique”). Ainsi le fait qu’elle n’existe plus en tant que cité depuis le synœcisme est occulté par l’affirmation que le culte d’Athéna est contemporain de la fondation des cités à Rhodes : les offrandes consacrées à la déesse par les héros fondateurs de l’île le “prouvent” attestant que le sanctuaire existait en quelque façon dès cette époque60. La Chronique reflète, en outre, l’idéologie de la période en accordant une importance considérable à la reconnaissance royale (alors même que Rhodes est l’une des rares cités à avoir pu traiter d’égale à égal avec les rois).

  • 61 Massar 2006, 241.
  • 62 Pour un avis opposé : Shaya 2005, 434-436.
  • 63 Bresson 2006, 549.

97“C’est bien le passé glorieux que met en évidence ce document”61. Cependant, cet attachement à une époque révolue ne doit pas être interprété comme un écho à la perte de puissance de Rhodes à l’époque romaine62 : “Il ne faut voir là nul aveu de faiblesse, mais, au contraire, la tranquille assurance d’une vieille communauté, devenue partie intégrante de la cité de Rhodes, qui elle-même savait encore jouer sa partie avec brio …”63

98En fait, l’intérêt porté par les Lindiens à leur propre passé en tant qu’il est singulier par rapport à celui des autres cités de Rhodes, reflète la préoccupation générale des cités sorties des systèmes d’alliance vaincus par les Romains : à l’intérieur des nouvelles provinces définies par les vainqueurs, chaque cité tente de sauvegarder son identité propre.

Une cité prend le contrôle d’un culte à mystères à forte signification identitaire

99Argos

100Syll.3, 735.

101Les Messéniens consultent l’oracle d’Apollon Pythaios au sujet des Mystères.

102Date : peu avant 91/90 a.C.

103W. Vollgraff 1909, 175-200 ; Fr. Hiller von Gaertringen, Syll.3, 735 ; E. Schwyzer, 94 ; E. Kadletz, TAPhA 108(1978) 93-101 (SEG 28 [1978] 393) ; M. Piérart, Kernos 3 (1990), 330-331.

104Cf. Pasquali 1912-1913 ; Wilhelm, SAWW 175(1913), 22-27 ; Piérart 1990 ; Deshours 1999 ; SEG 54.434.

105Messène

  • 64 Ce chapitre ne donne que quelques éléments, puisque j’ai publié une étude détaillée du règlement de (...)

106Syll.3, 73664.

107Le règlement des Mystères d’Andania.

108Date : 91/90 a.C.

109Publication

110Syll.3, 736.

111S. Koumanoudis, Φιλόπατρις, 29 novembre 1858 (A. Meineke, Arch.Anz., 7, 1858, 251 sq.) ; 5 janvier [d’après la copie de A. Blastos] et 28 mars 1859 (H. Sauppe, “Die Mysterieninschrift von Andania”, Abhandlungen Göttingen, 7, 1860, 217-274 [= Ausgewählte Schriften, 1896, 261-307 ; la réédition reproduit l’édition de la Sylloge]) ; P. Foucart, II, n° 326 a (W. Dittenberger, Syll., 388 ; R. Meister, SGDI, 4689 ; Ch. Michel, RIG, 694 ; P. Cauer, Delectus2, 47 ; W. Dittenberger, Syll.2, 653 ; Fr. Hiller von Gaertringen, Syll.3, 736 ; Prott-Ziehen, II.58 ; Ed. Schwyzer, DGE 74) ; W. Kolbe, IG V.1, 1390 (Fr. Sokolowski, LSG 65 ; K. Georgountzos, Πλατών, 31, 1979, 3-43 ; M. L. Zunino, Hiera messeniaca, 304-334) ; N. Deshours 2006.

112Cf. Ad. Wilhelm, Jahreshefte, 17, 1914, 1-120 ; Jahreshefte. Beiblatt, 32, 1940, 49-62 (en réponse à J. Zingerle, Ibid., 30, 1937, 315-28) ; R. Flacelière et J. et L. Robert, Bull., 1939, 118 (également en réponse à J. Zingerle) ; J. et L. Robert, Bull. 1941, 61 ; 1960, 198 ; G. Daux, RPh (N.S), 16, 1942, 58-62 ; K. A. Christensen, AJAH, 1984, 23 ; L. Dubois, Bull. 2007, 301.

  • 65 G V.1, 1390, l. 10-11, 52, 54, 90. Pour la date de l’ère achaienne, cf. Ferrary 1988, 189, n. 228.

113En 91/90 a.C. (“cinquante cinquième année” de l’ère achaienne)65, les Messéniens font graver un règlement (διάγραμμα) cultuel très détaillé qui concerne les Mystères des Grands Dieux, fête annuelle qui a lieu dans un sanctuaire de leur chôra, dans la plaine de Stényclaros (au nord de la Messénie), appelé Carneiasion, dans une komè du nom d’Andania. La fête s’appelle “les sacrifices et les Mystères” et dure plusieurs jours. Elle comprend les séquences attendues d’après sa dénomination : après les serments qui garantissent son bon déroulement, elle commence par une procession qui conduit les fidèles depuis la ville de Messène où sont conservés les hiéra (objets sacrés) des Mystères. Après les purifications nécessaires du sanctuaire et des participants, elle se poursuit avec un sacrifice (thusia) en l’honneur de Déméter, de Hagna (divinité de la source du sanctuaire), des Grands Dieux (qui doivent être identifiés comme les Dioscures), d’Apollon Carneios (dans le sanctuaire de qui la fête se déroule) et d’Hermès Criophore. Puis ont lieu les Mystères qui comprennent des danses et des drames sacrés joués par les femmes appelées hiérai. Durant la fête religieuse, un marché a lieu à proximité du sanctuaire. Le déroulement de la fête est – on le voit – assez banal. Ce qui l’est moins, c’est l’organisation de la fête et la délégation de l’autorité religieuse dans les Mystères.

114En effet, le règlement fait sans cesse intervenir un collège de citoyens messéniens appelés hiéroi, qui ne sont pas des prêtres, mais qui ont la haute main sur l’organisation de la fête avant et pendant la célébration. L’autorité religieuse est donc partagée entre les prêtres, à savoir prêtre et prêtresse des Grands Dieux, Prêtresse d’(Apollon) Carneios, prêtresses de Déméter et autres organisatrices des banquets pour la déesse, et le collège des hiéroi, qui ne sont pas des liturges (car la cité assure le financement de la fête), mais probablement de riches citoyens, désignés dans le cadre des cinq tribus messéniennes, chargés à la fois d’empêcher les manquements au rituel (par exemple la substitution de victimes non conformes à celles qui ont été déclarées conformes, l’infraction au règlement sur les vêtements prohibés, la perturbation de l’ordre dans le sanctuaire) et de veiller à ce que la cité ne soit pas matériellement lésée (par exemple si quelqu’un coupait du bois dans le sanctuaire ou si un initié refusait de payer les taxes).

115À côté des hiéroi, un groupe parallèle de hiérai participe aussi à la célébration des Mystères ; sa composition n’est pas homogène car il comprend des femmes mariées, des jeunes filles et des esclaves. Les hiérai prêtent serment (comme les hiéroi) de sauvegarder les Mystères et de veiller à leur bon déroulement : elles sont donc co-responsables du bon déroulement de la fête.

  • 66 Cf. supra, p. 9-22.

116Ce règlement cultuel qui est l’un des plus longs connus dans le monde grec fut interprété diversement, soit comme le témoignage d’une réforme soit comme celui de l’instauration d’un culte nouveau (cette divergence d’interprétation est commune à beaucoup de textes de l’époque hellénistique). Dans ce cas précis, la question peut être tranchée car d’autres documents montrent qu’il ne peut s’agir d’une instauration de culte. Un oracle d’Apollon Pythéen à Argos, contemporain du diagramma (Syll.3, 735) nous prouve que les Mystères n’ont pas été instaurés au moment de la gravure du règlement. En effet, rendu à Mnasistratos désigné comme le hiérophante des Mystères, l’oracle considère une partie du culte au moins comme traditionnelle (κατὰ τὰ πάτρια). Il y eut donc en 91/90 une réforme et non une institution des Mystères : la réforme consiste pour l’essentiel dans la création du collège des hiéroi, auquel est transmis l’autorité religieuse qu’exerçait jusqu’alors le hiérophante et à laquelle il renonce pour lui-même et pour sa famille. Le diagramma témoigne justement d’une mainmise de la cité sur l’organisation des Mystères : elle s’assure le contrôle de ce culte en impliquant un grand nombre de magistrats dans son organisation (à telle enseigne que ce texte est avec le dossier de l’octôbolos eisphora la source principale pour l’étude des institutions de Messène à l’époque hellénistique tardive). Bien que la communauté cultuelle ne se réduise pas aux seuls citoyens dans un culte à Mystères, il s’agit d’un culte civique au sens où la cité assure son financement et contrôle l’organisation de la célébration : les Mystères d’Andania correspondent ainsi pleinement à la définition des cultes civiques que nous avons donnée en commençant66.

117Pourquoi les Messéniens ont-ils choisi de réformer les Mystères à ce moment de leur histoire ? Les causes circonstancielles ne peuvent être exclues : il est possible que Mnasistratos n’ait pas eu de descendant capable de lui succéder dans la fonction de hiérophante (on sait qu’il a des enfants puisqu’ils sont invités au banquet avec lui (l. 97), mais on ignore s’il a des fils).

  • 67 Grandjean 2003, 227-229.
  • 68 IvOl 46 ; cf. Deshours 2006, 57.
  • 69 P. G. Thémélis, Praktika 2004 (2007), 42-47 ; cf. SEG 54.453.
  • 70 Grandjean 2003, 255-256.

118Un règlement de frontière découvert à Olympie qui date de la rentrée forcée de Messène en 182/1 a.C. dans le koinon achaien après sa sécession manquée67 attribue à Mégalopolis un canton appelé Dôride, dont le nom dérive de celui de Dôrion, à proximité d’Andania. J’avais émis l’idée que Messène avait alors perdu le contrôle du sanctuaire du Carneiasion (qui devait s’y trouver) et ne pouvait plus organiser la célébration des Mystères68. Une inscription découverte par P. G. Thémélis encore inédite, mais dont il a divulgué la substance lui a donné l’occasion de confirmer cette hypothèse69. Messène aurait, par la suite, probablement peu après 146, récupéré la Dôride et le sanctuaire, ce qui lui aurait permis de mettre en place une réforme du culte, attachant le sanctuaire à la cité de manière pérenne – afin d’éviter d’éventuelles contestations ou renégociations de frontières avec Mégalopolis. Il est vraisemblable que Messène avait facilement obtenu cette faveur de Rome parce que beaucoup de Romains s’étaient installés à Messène et y prospéraient70.

  • 71 Torelli-Musti 1991, XII-XXVIII. Les deux sources citées par Pausanias, Rhianos de Bène et Myron de (...)

119Cependant, des raisons idéologiques qui tiennent à la singularité de Messène dans le monde grec paraissent plus convaincantes. Les Messéniens ont fondé leur cité tardivement (en 370/369 a.C.), grâce aux Thébains d’Épaminondas qui avaient réussi à vaincre les Spartiates à Leuctres et voulaient confiner la puissance de Sparte dans son territoire originel, limité par le Taygète à l’ouest et le Parnon au nord. C’est la raison pour laquelle Épaminondas avait fondé Messène et Mégalopolis, un an plus tard, espérant ainsi contrebalancer la puissance de Sparte. Cependant l’existence même de Messène était problématique parce que son corps civique, composite, comportait un grand nombre d’anciens esclaves. Était-il légitime que des hommes qui avaient été dépendants (puisque, aussi bien, on considérait volontiers Messéniens et Hilotes comme des synonymes) devinssent des citoyens ? Les Messéniens résolurent le problème posé à la fois dans la réalité et dans l’imaginaire. Dans la réalité, ils s’allièrent systématiquement aux puissants du moment pour assurer la pérennité de leur cité : successivement les Thébains, Philippe, et plus tard les Étoliens. Il leur fallait aussi justifier à leurs propres yeux et aux yeux des autres Grecs l’existence de leur cité : c’est ce qu’ils firent en se construisant une “légende nationale” que nous ne connaissons que par une source impériale, Pausanias, mais dont la Quellenforschung a montré qu’elle s’était constituée au ivsiècle, c’est-à-dire au moment de la fondation de Messène ou peu après71.

120Cette “tradition inventée” s’articule autour de quelques idées fondamentales : d’abord les Messéniens sont comme les autres Grecs (alors que tous les voient comme une exception), ils furent libres autrefois et ils ont fondé un État aux temps mythiques de leur héroïne éponyme Messènè (d’origine argienne), dont l’époux (d’origine laconienne), Polycaon s’empara de la Messénie libre d’habitants, sans avoir à faire la guerre. En clair, les Messéniens ne sont pas des conquérants, comme les Spartiates, ils ne sont pas non plus des autochtones comme les Athéniens, mais ils sont liés à leur terre presque aussi étroitement que les descendants d’Érechthée à la leur puisqu’ils ne l’ont prise à personne. Ensuite, comme les autres cités, Messène possède un culte qui joue un rôle crucial dans la définition de son identité : ce sont les Mystères d’Andania que Pausanias présente comme contemporains de la fondation de ce premier État messénien et comme un don fait à Messènè en salaire d’hospitalité par un personnage nommé Caucôn, réputé comme fondateur de cultes de Déméter. Enfin, les “Guerres de Messénie”, fameuses dans le monde grec surtout par les “malheurs” des Messéniens (leurs défaites, puis l’exil et la soumission aux Spartiates qui s’ensuivirent), prennent la forme d’un récit mythique dans lequel le déclenchement du conflit, le déroulement des batailles et finalement la défaite des Messéniens résultent du déséquilibre entre deux puissances divines : Déméter, placée au centre du groupe cultuel des Mystères d’Andania et Artémis, dont la puissance a été négligée par les Messéniens et qui par conséquent se déchaîne contre eux.

  • 72 Grandjean 2003, 252-255.

121Après la Guerre d’Achaïe, Messène, qui s’était tenue à l’écart, réussit à tirer son épingle du jeu dans le contexte nouveau d’une domination romaine qui semblait désormais incontestable. Malgré les considérations générales de Strabon sur la paupérisation et la dépopulation dans le Péloponnèse au ier s., il apparaît en réalité (en particulier dans le dossier de l’octôbolos eisphora, mais aussi dans les dispositions somptuaires du règlement des Mystères) que Messène jouissait d’une grande prospérité72. Elle se trouvait donc, mutatis mutandis, dans une situation assez comparable à celle d’Athènes après la “Restitution de Délos”. Pour cette raison, je suis tentée d’interpréter l’initiative de la réforme des Mystères comme la volonté de Messène de réaffirmer son identité comme cité à l’intérieur de l’Empire. À la question “Qui sont les Messéniens ?”, le règlement des Mystères, éclairé par la “légende nationale” rapportée par Pausanias, répond : ceux qui ont reçu les Mystères du temps de la reine éponyme de la Messénie, Messènè, ceux qui en ont conservé la tradition à travers toutes les vicissitudes de leur histoire, ceux qui les ont restaurés lorsqu’ils ont fondé Messène en 370/369, ceux qui, en 91/90, les ont réorganisés pour qu’ils soient la chose de la cité, en les soustrayant à la fois à l’autorité de la famille sacerdotale et aux risques de mainmise de Mégalopolis sur le sanctuaire.

Notes

1 L’éditeur, Chr. Blinkenberg l’appelle “Chronique du temple lindien” : M. Holleaux a fait remarquer que c’était confondre “temple” (ναός) et “sanctuaire” (ἱερόν) ; il s’agit de la chronique du sanctuaire (ÉtÉpHist I, 401).

2 épiphaneia.

3 Ce type de pierre est utilisé à Rhodes en 22 p.C. (Chr. Blinkenberg, I.Lindos, ad n° 419, l. 133-135) et à Ialysos c. 300 a.C.(LSA 136, l. 6-8) ; cf. Higbie 2003, 54-55.

4 épiphaneia.

5 épiphaneia.

6 Sur l’apparence de la pierre, voir la description de Higbie 2003, 155-157. Pour un point de vue plus nuancé, cf. Shaya 2005, 436 n. 73.

7 Higbie 2003, 271-272; Shaya 2005, 433, n. 58.

8 Blinkenberg 1912, 1 ; Higbie 2003, 159 ; Chaniotis 1988, 53-54.

9 Sur le genre du texte, cf. Higbie 2003, 259-262.

10 Gel. 6.3.1 : civitas Rodienses et insulae opportunitate et operum nobilitatibus et nauigandi sollertia et naualibus uictoriis celebrata est.

11 Will 1979, 70.

12 Magie 1950, I, 70-73.

13 Will 1979, 184-185 (collaboration avec les Lagides) ; Will 1982, 295-301 (Rome choisit de mettre fin à la puissance de Rhodes), 382-383 (Rhodes après l’alliance romaine et la création du port franc de Délos).

14 Cette vision d’une Rhodes crépusculaire à l’époque hellénistique tardive était celle de R. M. Berthold (Berthold 1984, 213-232) et C. Higbie l’a adoptée ; elle est aujourd’hui remise en cause par A. Bresson 2006, 532-533.

15 Higbie 2003, 179 et n. 42.

16 Blinkenberg 1941b reproduit chez Higbie 2003, p. 2, fig. 1.

17 Blinkenberg 1912, 28 ; Rhodes-Lewis 1997, 273.

18 Blinkenberg 1912, 29-33.

19 Shaya 2005, 426 ; Massar 2006, 230.

20 Blinkenberg 1912, 133-135 ; Higbie 2003, 257-258.

21 Blinkenberg 1912, 83-84 : “La plus grande partie de la Chronique se rapporte à des consécrations dont il ne restait que la mémoire”.

22 Bresson 2006, 535, 539-540.

23 Ryan 2007, 17-18.

24 Ryan 2007, 48 (l’auteur pense que les documents sont rédigés au moment où les offrandes sont dédiées).

25 Trümpy 1997, §144, p. 178.

26 Ryan 2007, 52-58.

27 Hdt. 1.87.

28 Blinkenberg 1912, 65 ; Briant 1996, 170-171.

29 Thésée à Marathon : Paus. 1.15.3 ; Athéna exhorte les Grecs à cesser de reculer sous l’apparence d’une femme grand et belle : Hdt. 8.84.

30 Higbie 2003, 248-249.

31 Diod. 11.3.8.

32 Higbie 2003, 148.

33 Hdt. 3.124.1 et 125.4 ; cf. Higbie 2003, 149.

34 Habicht 1970, 109-110. Higbie 2003, 150.

35 Diod. 20.88.7-9.

36 Shaya 2005, 435-436.

37 Brackertz 1976, 3, 155.

38 Massar 2006, 240.

39 Shaya 2005, 434.

40 Higbie 2003, 264-267.

41 Shaya 2005.

42 Paus. 4.31.10-12 ; Torelli-Musti 1991, 255-258, ad loc. cit. ; Deshours 2008, 172-178.

43 Shaya 2005, 427.

44 Shaya 2005, 428 et note 26. Cf. aussi Blinkenberg 1941a ; Higbie 2003, 245.

45 n° 38 à 42 ; Bresson 2006, 547-548.

46 Shaya 2005, 428, n. 25.

47 Massar 2006, 230-231 ; Shaya 2005, 430.

48 Shaya 2005, 428-434.

49 Chaniotis 1988, 55.

50 Massar 2006, 232.

51 Massar 2006, 237, note 37.

52 Shaya 2005, 430.

53 Massar 2006, 233-234 ; Malkin 1999, 54-55.

54 Hdt. 2.182 et 3.47. Massar 2006, 235-237.

55 Massar 2006, 238-239.

56 Shaya 2005, 430.

57 Shaya 2005, 434. L’argument peut être relativisé car la liste est lacunaire.

58 Bresson 2006, 548.

59 Massar 2006, 241-243.

60 Shaya 2005, 428-429 ; Massar 2006, 241.

61 Massar 2006, 241.

62 Pour un avis opposé : Shaya 2005, 434-436.

63 Bresson 2006, 549.

64 Ce chapitre ne donne que quelques éléments, puisque j’ai publié une étude détaillée du règlement des Mystères (Deshours 2006).

65 G V.1, 1390, l. 10-11, 52, 54, 90. Pour la date de l’ère achaienne, cf. Ferrary 1988, 189, n. 228.

La date généralement admise depuis P. Foucart (1876) pour le règlement des Mystères a récemment été contestée par P. G. Thémélis qui propose sans plus ample explication de la décompter depuis l’ère d’Actium, ce qui placerait le texte à l’époque impériale, plus d’un siècle plus tard, en 24 p.C. (Praktika, 2001[2004], 75-76 ; cf. SEG 52.377). L. Dubois doute que la langue puisse correspondre à cette époque (Bull. 2007, 301). En outre, le règlement des Mystères ne comporte aucune mention du culte impérial dont l’instauration remonte à Messène aux années 15 a.C. à 14 p.C. Les institutions citées dans le règlement sont typiques des cités qui ont appartenu au koinon achaien et seules les inscriptions de la fin du iie s. et du début du ier s. a.C. les mentionnent (cf. Deshours 2004b) ; parallèlement le texte ne comporte aucun nom, aucune institution romaine correspondant à l’époque impériale. De nombreuses inscriptions de Messène présentent des dates de l’ère d’Actium : elles sont toujours notées au moyen du système alphabétique numérique et non pas décomptées en toutes lettres, comme dans IG V.1, 1390. De plus, on serait en peine de trouver dans le reste du monde grec un texte comparable au règlement des Mystères sous les Julio-Claudiens, c’est-à-dire une réforme visant à réinstituer un contrôle étroit de la cité sur un culte, alors que nous pouvons constater qu’elle s’inscrit dans le contexte de “l’été indien”.

66 Cf. supra, p. 9-22.

67 Grandjean 2003, 227-229.

68 IvOl 46 ; cf. Deshours 2006, 57.

69 P. G. Thémélis, Praktika 2004 (2007), 42-47 ; cf. SEG 54.453.

70 Grandjean 2003, 255-256.

71 Torelli-Musti 1991, XII-XXVIII. Les deux sources citées par Pausanias, Rhianos de Bène et Myron de Priène (auteurs du iiie s. a.C.) reposent vraisemblablement sur une source plus ancienne.

72 Grandjean 2003, 252-255.

Table des illustrations

Titre Fig. 8. Lindos. L’acropole avec le sanctuaire d’Athéna Lindia (d’après Blinkenberg 1941b, p. 2, pl. 1).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/14638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search