Version classiqueVersion mobile

L’été indien de la religion civique

 | 
Nadine Deshours

3. Un été indien généralisé ?

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, p. 87-88.
  • 2 Vial 1995, 84-85.

1La sécurité et la prospérité créées par l’alliance romaine, effective au moins depuis Pydna, concourent à expliquer le phénomène de “l’été indien” athénien1. Dans le reste de la Grèce continentale, en particulier en Macédoine, en Grèce centrale et en Épire, la victoire romaine dans la Troisième Guerre de Macédoine ouvrit une période de répression qui consista dans l’épuration massive des élites2. Cependant, cette politique déterminée ne suffit pas à éradiquer les sentiments anti-romains : une vingtaine d’années plus tard, les Macédoniens se soulevèrent sous la conduite d’Andriscos et les Achaiens, craignant le démantèlement de leur koinon, entrèrent en guerre contre les Romains. Ces révoltes furent écrasées avec vigueur.

2Au début de son livre 32 qui retrace l’enchaînement des événements qui conduisent à la domination romaine à partir de 150 a.C., Diodore rappelle que les Romains, dans un premier temps, s’étaient targués de ne mener que des guerres justes et de faire preuve de la plus grande mansuétude vis-à-vis des vaincus :

ἐν δὲ τοῖς νεωτέροις χρόνοις Ῥωμαῖοι τῆς τῶν ὅλων ἡγεμονίας ὀρεχθέντες συνεστήσαντο μὲν αὐτὴν διὰ τῆς τῶν ὅπλων ἀνδρείας, πρὸς αὔξησιν δὲ μεγίστην ἥγαγον ἐπιεικέστατα χρώμενοι τοῖς καταπολεμηθεῖσιν. Τοσοῦτον γὰρ ἀπέσχον τῆς κατὰ τῶν ὑποπεπτωκότων ὠμότητος καὶ τιμωρίας ὥστε δοκεῖν μὴ ὡς πολεμίοις ἀλλ᾿ὡς εὐεργέταις καί φίλοις προσφέρεσθαι. Οἱ μὲν γὰρ κρατηθέντες προσεδόκων τῆς ἐσχάτης τεύξεσθαι τιμωρίας ὡς πολέμιοι γεγενότες, οἱ δὲ κρατοῦντες ὑπερβολὴν ἐπιεικείας ἑτέροις οὐ κατέλειπον.

  • 3 Diod. 32.4.

À une époque plus récente, les Romains qui aspiraient à la domination sur le monde entier l’exercèrent d’abord par le courage au combat, puis ils étendirent leur domination en manifestant la plus grande modération à ceux qu’ils avaient vaincus. En effet, ils s’abstinrent à un tel point de la cruauté et de l’esprit de vengeance à l’égard de ceux qu’ils avaient soumis, qu’on aurait dit qu’ils se comportaient non comme des ennemis, mais comme des bienfaiteurs ou des amis. Alors que les vaincus s’attendaient à subir les dernières manifestations de vengeance parce qu’ils avaient été des ennemis, les vainqueurs ne laissaient à personne la possibilité de les surpasser en matière de clémence3.

3Diodore a, par avance, corrigé cette prétention en affirmant que l’histoire des empires correspond à un schéma régulièrement identique auquel les Romains n’ont pas échappé :

οἱ τᾶς ἡγεμονίας περιποιήσασθαι βουλόμενοι κτῶνται μὲν αὐτὰς ἀνδρείᾳ καὶ συνέσει, πρὸς αὔξησιν δὲ μεγάλην ἄγουσιν ἐπιεικείᾳ καὶ φιλανθρωπίᾳ, ἀσφαλίζονται δὲ φόβῳ καὶ καταπλήξει. τουτῶν δὲ τὰς ἀποδείξεις λάβοις ἂν ταῖς πάλαι ποτὲ συσταθείσας δυναστείας ἐπιστήσας τὸν νοῦν καὶ τῇ μετὰ ταῦτα γενομένῃ Ῥωμαίων ἡγεμονίᾳ.

  • 4 Diod. 32.2  (trad. J.-L. Ferrary, 1988, 334).

Ceux dont le but est de se ménager l’hégémonie sur d’autres peuples l’acquièrent par le courage et l’intelligence, l’étendent largement en agissant avec modération et bienveillance et en assurent la sécurité en inspirant la crainte et l’effroi. On en trouvera la preuve en considérant attentivement l’histoire des empires passés, et celle de la domination romaine qui leur a succédé4.

  • 5 Ferrary 1988, 334-339.

4En somme, en éradiquant la monarchie téménide et en détruisant Carthage, Corinthe et Numance, les Romains ont pratiqué une politique de terreur qui correspond à la troisième phase de l’empire dans la théorie de Diodore5 et que certains contemporains dénonçaient :

(ἔνιοι δὲ τούτοις ἀντέλεγον, “D’autres leur apportaient la contradiction”), φάσκοντες οὐ ταύ(την ἔχοντας αὐ)τοὺς τὴν προαίρεσιν κατακτῆσθαι τὴν ἡγεμονίαν καὶ κατὰ μικρὸν εἰς τὴν Ἀθηναίων καὶ Λακεδαιμονίων ἐκτρέπεσθαι φιλαρχίαν καὶ βραδύτερον μὲν ἐκείνων ὁρμᾶν, ἥξειν δ᾿ἐπὶ ταὐτὸ τέλος ἐκ τῶν προφαινομένων.

  • 6 Pol. 36.9.5.

(Les Romains), disaient-ils, ne s’étaient pas acquis la suprématie avec de tels principes, mais ils cédaient peu à peu à la passion de la domination qui était celle des Athéniens et des Lacédémoniens et, s’ils s’étaient engagés plus tard qu’eux dans cette voie, selon toute apparence, ils parviendraient au même résultat6.

  • 7 En particulier en Asie mineure : cf. Gruen 1984 ; Kallet-Marx1995.

5C’est dire que, à cause de ces événements, les Romains lorsqu’ils parviennent à contrôler l’ensemble du monde égéen, même si leur emprise administrative est inégale7, sont considérés par les Grecs comme un danger potentiel permanent.

Le contexte en Grèce continentale

6Pour savoir comment les Romains traitèrent les vaincus après la Révolte de 146, Pausanias est notre principale source dans la fameuse digression historique sur le koinon achaien au livre 7 de la Périégèse :

  • 8 Paus. 7.16, 9-10.

ἐνταῦθα δημοκρατίας μὲν κατέπαυε, καθίστα δὲ ἀπὸ τιμημάτων τὰς ἀρχάς καὶ φόρος τε ἐτάχθη τῇ Ἑλλάδι καὶ οἱ τὰ χρήματα ἔχοντες ἐκωλύοντο ἐν τῇ ὑπερορίᾳ κτᾶσθαι. ὡς δὲ ἀφίκοντο οἱ σὺν αὐτῷ βουλευσόμενοι, συνέδριά τε κατὰ ἔθνος τὰ ἑκάστων, Ἀχαιῶν καὶ τὸ ἐν Φωκεῦσιν ἢ Βοιωτοῖς ἢ ἑτέρωθί που τῆς Ἑλλάδος, κατελέλυτο ὁμοίως πάντα8.

  • 9 Paus. 7.16, 9 ; cf. Ferrary 1988, 194 ; Vial 1995, 95-96.

7Après la Guerre d’Achaïe, Mummius, flanqué de dix commissaires, renverse les régimes démocratiques (c’est-à-dire impose “le renforcement du rôle des conseils [synédria] au dépens de celui des magistrats et des assemblées primaires” avec un “maintien formel des institutions [et notamment des procédures législatives] démocratiques”. Il impose un tribut, abolit les koina (achaien et phocidien) et interdit même à chacun d’être propriétaire en dehors du territoire de sa propre cité9. Cependant, pour une raison qui reste obscure, les Romains adoucissent ce traitement, notamment en rétablissant les koina et le droit d’être propriétaire en dehors de sa cité et en remettant aux Achaiens et aux Béotiens les amendes imposées par Mummius :

τούτων μὲν δὴ ἄφεσιν παρὰ Ῥωμαίων εὕροντο Ἕλληνες, ἡγεμὼν δὲ ἔτι καὶ ἐς ἐμὲ ἀπεστέλλετο: καλοῦσι δὲ οὐχ Ἑλλάδος, ἀλλὰ Ἀχαίας ἡγεμόνα οἱ Ῥωμαῖοι, διότι ἐχειρώσαντο Ἕλληνας δι᾿ Ἀχαιῶν τότε τοῦ Ἑλληνικοῦ προεστηκότων.

  • 10 Paus. 7.16.10 : ἔτεσι δὲ οὐ πολλοῖς ὕστερον ἐτράποντο ἐς ἔλεον Ῥωμαῖοι τῆς Ἑλλάδος, καὶ συνέδριά τε (...)

Les Grecs obtinrent des Romains la remise de ces sanctions ; mais un gouverneur a continué d’être envoyé jusqu’à nos jours. Les Romains l’appellent gouverneur non pas de la Grèce, mais de l’Achaïe, parce que les Achaiens étaient à la tête du peuple grec au moment où ils soumirent les Grecs10.

  • 11 Ferrary 1988, 199-209.

8J.-L. Ferrary remarque que Pausanias ne veut pas distinguer entre les Grecs et considère que la Guerre d’Achaïe a eu des conséquences globales sur toute la Grèce continentale. Cependant, le Périégète admet que ceux d’entre eux qui n’y avaient pas participé furent effectivement soumis à tribut et soutient que les koina furent vraiment dissous avant d’être rétablis à une date que nous ignorons11.

  • 12 Ferrary 1988, 186-199 ; sur la date : ibid., 188-190 ; Vial 1995, 96-97.
  • 13 Ath., 5.211e-215b (= FGH, 87 F 36) ; cf. Mikalson 1998, 280-281.
  • 14 Ces difficultés existent bel et bien : cf. Habicht 2006, 321-322.
  • 15 Vial 1995, 118-119 ; Habicht 2006, 330-331.

9En Grèce continentale, depuis la Guerre d’Achaïe et le traumatisme de la destruction de Corinthe par Mummius, les Grecs, tétanisés, osent rarement se révolter : un soulèvement isolé a lieu à Dymè soit en 115 (où Q. Fabius Maximus Eburnus, cos. 116 est proconsul de Macédoine) soit en 145 ou 144 (où Q. Fabius Maximus Servilianus, cos. 142 exerça cette même charge), cette seconde datation paraissant plus probable à J.‑L. Ferrary depuis la découverte d’une seconde lettre adressée à la cité de Dymé par un proconsul du même nom et bien datée de 145/4 ou 144/14312. Si nous suivons cette chronologie, il s’ensuit que la Grèce continentale a connu (entre la Guerre d’Achaïe et les Guerres mithridatiques) une cinquantaine d’années de stabilité, pendant laquelle les Grecs des cités en sont réduits à s’occuper de leurs affaires intérieures : ils se tournent alors vers l’une des composantes majeures de leur identité, la religion civique. La Crise mithridatique mettra fin à cette première “Renaissance” grecque. Poseidônios d’Apamée (qui n’est pas suspect d’y être favorable) présente l’aventure de Mithridate comme “quelque chose d’inattendu, dont on n’aurait même pas rêvé” (paroles mises dans la bouche de l’émissaire athénien envoyé auprès de Mithridate, le philosophe péripatéticien Athéniôn)13. D’après Poseidônios, Athéniôn aurait alors fait une description de la situation désastreuse d’Athènes où les cultes civiques n’avaient plus lieu et d’où toute vie culturelle avait disparu (il cite le culte de Dionysos, les Mystères d’Éleusis, et les écoles de philosophie fermées). Les nombreux témoignages de la vigueur de la vie religieuse et culturelle depuis la fin du iie s. jusqu’au début du ier s. laissent peu de crédit à ces propos, même si Athènes connaît de réelles difficultés vers 100 a.C., en particulier avec la révolte des esclaves du Laurion. Ils ne se comprennent guère que comme une justification du retournement d’alliance : les Athéniens auraient eu intérêt à abandonner l’alliance romaine pour celle de Mithridate parce que la cité aurait connu une véritable détresse du fait des Romains. Cependant, comme, en fait, la décision des Athéniens devait les conduire au désastre du siège de Sylla, il apparaît que cette description hyperbolique des difficultés relatives rencontrées par Athènes au début du ier s.14 sert d’abord à ridiculiser Athéniôn et à dénoncer l’absurdité de sa politique aux yeux de Poseidônios15.

μὴ περιίδωμεν τὰ ἱερὰ κεκλῃμένα, αὐχμῶντα δὲ τὰ γυμνάσια, τὸ δὲ θέατρον ἀνεκκλησίαστον, ἄφωνα δὲ τὰ δικαστήρια καὶ τὴν θεῶν χρησμοῖς καθωσιωμένην Πύκνα ἀφῃρημένην τοῦ δήμου. Μὴ περιίδωμεν δὲ, ἄνδρες Ἀθηναῖοι, τὴν ἱεράν τοῦ Ἰάκχου φωνὴν κατασεσιγαμένην καὶ τὸ σεμνὸν ἀνάκτορον τοῖν Θεοῖν κεκλῃμένον καὶ τῶν φιλοσόφων τὰς διατριβὰς ἀφώνους.

  • 16 Ath., 5.213d, traduction J.-L. Ferrary in Ferrary 1988, 437.

Ne laissez-pas les sanctuaires fermés, les gymnases à l’abandon, le théâtre privé d’assemblées, les tribunaux silencieux et la Pnyx enlevée au Peuple bien qu’elle soit consacrée par des oracles divins ; ne laissez-pas non plus, Athéniens, la voix sacrée d’Iacchos réduite au silence, le vénérable sanctuaire des Déesses fermé, les écoles de philosophie silencieuses16.

10Le sentiment de patriotisme civique qu’Athéniôn cherche à susciter contre les Romains est d’abord ancré dans la religion civique, les activités politiques comme les délibérations de l’Assemblée étant également placées sous la protection des dieux qui se sont manifestés par des oracles.

Le contexte en Asie mineure

  • 17 Magie 1950, I.103 et II.943, n. 40.
  • 18 Magie 1950, I.103-111 ; Sartre 2004, 199-200.
  • 19 Magie 1950, I.111-114 ; Vial 1995, 121. Sympolitie de Milet et de Pidasa : Milet I.3, Delphinion 14 (...)
  • 20 Magie 1950, I.115-118 ; Vial 1995, 127-128.

11Dès le iiie s., peut-être même dès le ive s., les Romains avaient répandu le mythe de la fondation de Rome par les descendants des Troyens et, par conséquent, accrédité l’idée que l’Asie ne leur était pas étrangère (ils firent inscrire le nom d’Ilion dans la Paix de Phoinikè)17. En tout cas, ils chassèrent successivement les Antigonides (Philippe V) et les Séleucides (Antiochos III) d’Asie cistaurique et, en 188, distribuèrent à leur Alliés dans la Guerre antiochique, principalement Rhodes et Pergame, les territoires ainsi gagnés. La tutelle romaine sur la région est donc antérieure de deux générations à la provincialisation18. Entre 188 et 129, les cités “libres” d’Asie se trouvèrent sensiblement dans la même position qu’au iiie s. et les Romains dans celle des premiers Séleucides : c’est dire que les cités jouissaient d’une liberté assez grande dans la mesure où elles s’abstenaient de faire la guerre aux Romains et à leurs amis (telle était la condition des vainqueurs), comme l’attestent notamment la conclusion de traités de sympolitie (Milet-Pidasa), l’envoi de juges étrangers, l’arbitrage d’une troisième dans les conflits entre deux cités (différend entre Priène et Magnésie arbitré par Mylasa en faveur de Magnésie)19. Pour leurs affaires intérieures, la liberté des cités était totale (ainsi, elles continuaient à battre monnaie). Au cours du iie s., leur statut changea car elles durent, l’une après l’autre, devenir des “alliées” de Rome (et non plus seulement des amies), c’est-à-dire lui fournir de l’aide en cas de guerre défensive et, après la Guerre de Persée (167), les relations de Rome avec les cités asiatiques devinrent plus étroites. Cependant, à part Rhodes qu’elle maltraita parce que sa puissance lui paraissait trop grande, aucune cité ne pouvait se plaindre légitimement de la tutelle romaine, même si la situation économique et politique des cités libres était moins bonne que du temps des Attalides20.

  • 21 Sartre 2004, 212.
  • 22 Magie 1950, I.147-158 ; Ferrary 2001, 100-101 ; Vial 1995, 126 ; Sartre 2004, 213.
  • 23 Magie 1950, I.168-171.
  • 24 Laumonier 1958, 111(Mylasa avec une hésitation sur la date : soit après la Guerre d’Aristonicos soi (...)

12La création de la province d’Asie résulte de l’acceptation par les Romains du legs d’Attale III (probablement, pour le principe, dès 132) ; à sa mort, l’usurpateur Aristonicos s’empare du pouvoir et règne sous le nom d’Eumène III. Les Romains le renversent au cours de la Guerre d’Aristonicos “qui oblige le Sénat à envisager la provincialisation”21 et c’est ainsi que la province d’Asie est organisée dans les années 129-126. Elle ne réunit qu’une partie de l’ancien royaume attalide22, mais, par un processus d’annexion, la Phrygie lui est ajoutée en 12023. La période qui s’ouvre à ce moment et dure jusqu’aux Guerres de Mithridate se caractérise par une reviviscence des cultes : ainsi notamment en Carie, à Mylasa, Panamara, Lagina et Bargylia24.

Les limites chronologiques de l’“été indien”

13“L’été indien” de la religion civique est plus tardif en Asie et dans le reste de la Grèce continentale qu’à Athènes ; dans les autres cités c’est bien après la constitution de la province d’Achaïe (146 a.C.) et de la province d’Asie (129) que la situation se stabilise. Il faut quelques années, parfois une génération, dans un cas comme dans l’autre, pour que les cités de Grèce se remettent des exactions dont beaucoup ont fait l’objet et de la peur que ces dernières ont suscitée. Ainsi, en Grèce continentale, les Grecs n’imaginent plus de se révolter à partir d’un moment qu’on peut situer autour de 100. D’ailleurs, de la même façon, l’effet conjugué de l’alliance romaine et de la “Restitution” de Délos n’a pas été immédiat à Athènes : la plupart des témoignages que nous avons étudiés sont postérieurs aux années 130.

  • 25 IGR IV, 292, l. 29.
  • 26 Magie 1950, I.159-176 ; Vial 1995, 131.

14En Asie, la création de la province, sans provoquer de bouleversements, causa cependant des changements importants : D. Magie pointe la différence qui sépare un roi originaire de la région, qui recevait des honneurs isothéoi et un gouverneur romain étranger aux réalités locales, en l’occurrence un proprêteur revêtu de l’imperium, désigné pour un an et accompagné d’un questeur chargé du recouvrement des impôts que réclamait le Sénat. Il pouvait arriver que le gouverneur (par exemple, Aquilius à Pergame25) reçût des honneurs divins, mais cela ne suffisait pas pour l’égaler à Eumène II qui avait vaincu les Galates. De plus, la Guerre d’Aristonicos avait désorganisé au moins partiellement les activités économiques et appauvri la région. Les résidents romains organisés en association dans les cités avaient acheté des parties de la terre civique tandis que la terre royale appartenait désormais au Peuple romain. Depuis 123 a.C., en application de la Lex Sempronia de Asia proposée par Gaius Gracchus, la dékatè était prélevée sur toutes les récoltes (céréales, vin, huile notamment) et les publicains pressuraient l’Asie26.

  • 27 Vial 1995, 130-131, 133-134 ; Sartre 2004, 248-249 ; Kallet-Marx 1995, 125-160 (qui met en garde tr (...)

15L’historiographie récente tend à minimiser l’effectivité du pouvoir romain en Asie. Cependant, Rome considérait les “richesses de l’Asie” comme “une proie” qui lui était destinée et ses exigences, augmentées de la cupidité des publicains, étaient telles que les communautés tributaires se trouvaient contraintes d’emprunter, et aux publicains eux-mêmes, pour acquitter les taxes : c’est surtout la pression fiscale qui a produit l’enthousiasme soulevé par l’entreprise de Mithridate27. Il faut donc constater, dès l’abord, que les efforts pour maintenir ou amplifier les cultes civiques ne sont pas le produit purement mécanique d’une prospérité économique, comme c’est le cas à Athènes grâce à l’afflux de richesses provoqué par la “Restitution”de Délos.

  • 28 Perdrizet 1896, 493.

16Une génération après les deux événements qui ont établi les Romains dans le monde égéen (Guerre d’Achaïe, création de la province d’Asie), les témoignages sur la vivacité de la religion civique se concentrent. Ils cessent assez rapidement car les Guerres de Mithridate portent un coup fatal à Athènes et à Délos ainsi qu’à Delphes (entre 88 et 81) tandis que les envahisseurs celtes incendient le sanctuaire de Dodone28 ; elles marquent assurément la fin d’une période. Désormais, il est certain que les cités grecques ne se révolteront plus parce que cette tentative inespérée a été réprimée avec la plus extrême rigueur.

Attitude des Romains vis-à-vis de la religion traditionnelle

  • 29 Scheid 2001, 24-26, 48-76.
  • 30 Higbie 2003.
  • 31 Mikalson 1998.

17J. Scheid a montré à quel point la religion romaine avait d’abord une signification patriotique : le respect de la tradition religieuse manifeste la volonté d’assurer le succès et, singulièrement les victoires militaires de la République, qui apparaissent comme autant d’effets de la piété29. Le regard porté par les Romains vainqueurs sur leurs propres cultes et sur ceux des Grecs paraît d’autant plus étonnant. En effet, le contexte général du iie s. et du début du ier s. est caractérisé d’une part, par une relative désaffection d’une partie des Romains pour leurs cultes et, d’autre part, par la curiosité qu’ils portent à la religion grecque traditionnelle (comme le montre notamment le succès des Bacchanales jusqu’au scandale de 186). Naturellement, le peu d’intérêt que les Romains porteraient à leur religion traditionnelle ne doit pas être exagéré : la République victorieuse sur tous les fronts, contre les Séleucides, la Macédoine et Carthage, ne néglige pas les cultes ancestraux. Il faudra cependant attendre la fin du ier s. a.C. et la restauration augustéenne pour que les Romains portent de nouveau un intérêt marqué à leurs propres croyances et à leurs rites. En revanche, au moment même où ils passent entièrement sous domination romaine, les Grecs des cités procèdent à une véritable “création du passé”30 qui produit un “été indien”31 de la religion civique et des cités en général.

  • 32 L. Robert, OMS 2.841-842 et OMS 5.351-354.
  • 33 Higbie 2003, 163-166.
  • 34 Higbie 2003, 174-179.

18Les témoignages de cette embellie sont des inscriptions dont le contenu reprend des traditions interrompues depuis un siècle, voire davantage, mais certaines d’entre elles sont d’un genre nouveau, comme la “Chronique du sanctuaire d’Athéna à Lindos”. Ce sont souvent des textes longs, détaillés, solennels voire pompeux en particulier dans leurs attendus, rédigés dans cette prose que L. Robert a décrite comme typique de l’époque hellénistique tardive32. On peut se demander pour quelle raison les Grecs gravent tant d’inscriptions au tournant des iie et ier s. a.C. Ils ont toujours invoqué leur passé glorieux, celui des cités pour affirmer les identités civiques et celui des Grecs en général pour des raisons de propagande dans leurs luttes contre les Barbares (ainsi Alexandre utilisait-il l’Iliade pour justifier sa conquête de l’Asie). Cependant la promotion de Rome au rang de super puissance renforce l’importance de leur propre passé aux yeux des Grecs. Ce regain d’intérêt est bien connu à l’époque de la Seconde sophistique qui doit en représenter le point culminant, mais il se manifeste déjà auparavant, en l’occurrence, à l’époque hellénistique tardive. On peut supposer qu’il résulte précisément des exactions dont les Grecs ont été victimes et la destruction de Corinthe (à égalité de traitement avec Carthage…) a dû être l’événement le plus traumatisant à cet égard. Jusqu’alors la tradition orale avait souvent paru suffisante pour sauvegarder le passé, les Grecs se tournent volontiers vers des documents écrits ; au besoin, ils fabriquent des faux pour combler les lacunes des archives33. Ainsi dans la Chronique du temple de Lindos les offrandes décrites sont souvent supposées porter des inscriptions qui les authentifient, même lorsqu’elles ont été dédiées par des héros mythiques ou des personnages homériques34.

  • 35 Wilhelm 1914, 83-85 (= Abhandlungen, I, 549-551).
  • 36 Wilhelm 1947, 49-53 (= Akademieschriften, III, 297-301).
  • 37 CID IV, 117 (cf. supra, p. 183).

19Ad. Wilhelm, le premier, réunit un ensemble de textes attestant cette embellie des cultes civiques35 ; il précise, ensuite, le contexte athénien : à propos de la “restauration des Thargélies” (p. 297), il établit le lien de cette “restauration” avec la reprise de la Pythaïde (p. 298) et la récupération de Délos par les Athéniens (p. 298). Il rapproche ces témoignages des décrets en l’honneur des éphèbes et de leurs cosmètes (p. 299) et reprend la liste énoncée dans les Jahreshefte de 1914 (p. 299). Enfin, le savant autrichien replace cette politique de reviviscence des cultes traditionnels dans le contexte de la nouvelle prospérité d’Athènes, conséquence de la création du port franc de Délos et de la destruction de Corinthe en 146 (p. 299)36. Athènes est présentée comme la cité qui a reçu l’enseignement de l’agriculture c’est-à-dire tiré l’homme de l’animalité, et comme la terre natale de tous les arts et de toute culture37.

  • 38 Latte 1925, 1-13 : “Wer die Zusammenhänge erwägt, die zwischen dem literarischen Klassizismus, der (...)

20K. Latte décrit ainsi l’époque de “l’été indien” : “Si l’on fait état de la conjonction existante entre le classicisme littéraire, le rétablissement de cultes anciens et le réveil du sentiment national à l’époque de la domination romaine toujours plus menaçante qu’Ad. Wilhelm a le premier déduit des témoignages épigraphiques (Jahreshefte 10[1914], 83 sq.), on ne manquera pas de reconnaître ici aussi qu’il y a, à la base, un effort pour redonner vie à une tradition ancienne”38. Il compare aussitôt cette période à l’époque des Antonins où le même phénomène s’observe.

21En dehors d’Athènes, l’“été indien” de la religion civique est documenté par plusieurs inscriptions amples, détaillées, toutes très soigneusement gravées et qui sont concentrées autour des années 100 a.C. Elles émanent de cités situées dans le monde égéen, mais dans des régions différentes (la Carie, la Thessalie, l’Ionie, Rhodes et le Péloponnèse). En les étudiant nous espérons trouver des traits communs (au-delà de la forme et de la date) permettant de comprendre en quoi consiste ce regain d’intérêt pour les cultes civiques à ce moment de l’histoire des cités. Ce sont souvent des textes qui manifestent la préoccupation de récapituler des faits : le dossier pour le culte d’Artémis Kindyas à Bargylia, les décrets de Démétrias pour le sanctuaire d’Apollon Coropaios oraculaire, les orgia des Molpes de Milet, la Chronique du sanctuaire d’Athéna à Lindos et le règlement des Mystères d’Andania.

22Après avoir étudié ces textes en détail, nous considérerons dans une synthèse l’ensemble des témoignages provenant d’Athènes et des autres cités du monde égéen pour dégager quelles sont les permanences et les innovations dans les cultes civiques au tournant des iie et ier siècles. L’idéologie de la religion civique dans cette période rejoint celle de l’époque classique puisqu’elle repose sur l’invocation répétée du retour à la tradition ; s’y ajoute une réflexion sur le sens des cultes civiques, en somme une composante “théologique” plus inattendue. Il se pose, en outre, la question de savoir si les Romains ont suscité ce retour à la tradition dans les cités ou s’ils y ont contribué étant donné qu’à l’évidence ils ne s’y sont pas opposés.

23Sur ce fonds traditionnel se détachent des innovations : les notables interviennent davantage dans le financement des cultes publics ; des groupes restreints, collèges ou associations y jouent aussi un rôle important. Enfin, la communauté cultuelle propre aux cultes civiques, fermée par nature, tend à s’entrouvrir à de nouveaux groupes.

Inventaire géographique des témoignages concernant les cultes civiques à l’époque hellénistique tardive (monde égéen sauf athènes)

24Grèce centrale

25Eubée

26Chalkis

27Fin du iie s. a.C. : Liste de vainqueurs aux Héracléia indiquant peut-être une restauration de la fête (IG XII.9, 952).

28Chalkis

29Après 196 : Institution de Rhômaia organisées par Chalkis et le koinon eubéen (IG II2, 3153).

30Érétrie

31Avant le ier s. a.C. : instauration d’une nouvelle fête avec concours, les Tamyneia (IG XII.9, 91).

32Histiée-Oréos

33Fin du iis.-début du ier s. a.C. : Souscription pour la restauration du temple d’Artémis Proséoa (IG XII.9, 1189 et SEG 34 909, deux copies du même texte).

34Béotie

35Acréphie

36c. 120-110 : Transformation en concours stéphanite des Ptoia pour Apollon, concours pambéotien organisé par la cité (cf. Roesch 1982, 229).

37Acréphie

38ier s. a.C. : Institution d’un concours triétérique pour les Sôtèria en l’honneur de Zeus Sôter, concours pambéotien organisé par la cité (IG VII, 2727).

39Lébadée

40c. 140 : Restauration du concours civique des Basileia (SEG 3.367 ; cf. Turner 1994, 166-169, n° 290 ; Müller 1996, II, p. 51-52 n° 12 ; Feyel 1942, 67-75).

41Orchomène

42Avant le ier s. a.C. : Transformation de la fête des Charitèsia-Homoloia (Schachter 1981, 142-144).

43Oropos

4473 : Réorganisation de la fête des Amphiaraia sous le nom d’Amphiaraia et Rhômaia (Oropos, 308).

45Tanagra

46Avant 90 a.C. : institution (?) de Sarapieia, fête avec agôn pentétérique.

47Thespies

48iie s. : Transformation de la fête des Érôtideia en Rhômaia-Érôtideia (IG II2, 1054, l. 11 et [l. 6]).

49Phocide

50Delphes

51106/105 : Décret honorifique pour Chrysis, prêtresse d’Athéna Polias à Athènes (IG II2, 1136).

52Delphes

53Entre 121 et 117, peut-être 118/117 ou 117/116 : décret des Amphictions sur le rôle culturel et religieux de Delphes, d’Éleusis (CID IV, 117 = IG II2, 1134).

54Delphes

5598/97 : Décret de Delphes faisant l’éloge d’Athènes (FD III.2.48 = Le Guen n° 14).

56Thessalie

57Démétrias

58Peu après 116 (réunification des Magnètes) d’après Ad. Wilhelm (Wien.St., 34 [1912], 411-414) : Règlement de l’oracle d’Apollon Coropaios (IG IX.2, 1109 = Syll.3, 1157).

59Peloponnèse

60Corinthe

61Entre 146 et 144 témoignages d’activités à Corinthe, en particulier dans le domaine cultuel (Corinth 8.3.40 ; IG VII, 2413-2414 ; Syll.3, 704-705 [technites] ; Corinth, 8.2.1 ; cf. SEG 51.339 : E. R. Gebhard et M. W. Dickie Corinth 20.261-278).

62c. 101-100 a.C., il existait un projet de reconstruction de Corinthe comme colonie romaine (cf. ZPE 139 [2002], 251-264).

63Messène

6491/90 a.C. : Règlement des Mystères d’Andania (IG V.1, 1390).

65Sicyone

66146 : Transfert à Sicyone par les Romains de l’organisation des Isthmia jusqu’alors détenue par Corinthe (Paus. 2.2.2).

67Macédoine

68Amphipolis

69105-104 a.C. : Décret honorifique des néoi pour leur gymnasiarque Philippe (SEG 51.786).

70Mer Égée

71Arkésinè d’Amorgos

72ier s. : Financement par un évergète de la fête civique des Itônia (IG XII.7, 241).

73Cos

74Dernier quart du iie s. a.C. : Réorganisation des cultes civiques (LSG 168).

75Délos

76167 Institution de Rhômaia, fête avec agôn (ID 1950).

77Égine

78Avant 133 ? ou 69 (Mellor) : Institution de la fête des Rhômaia (IG IV, 2).

79Minoa d’Amorgos

80Fin iie s. – début ier s. : Réorganisation des Métrôia grâce à la fondation d’Hègèsarétè (LSG 103).

81Rhodes

82Lindos

8399 a.C. : Publication de la chronique du sanctuaire d’Athéna Lindia (I.Lindos, 2 ; cf. Higbie 2003).

84Rhodes

85166 ? Institution de Rhômaia, fête avec agôn (cf. Mellor 1975, 35).

86Samothrace

87c. 100 : Décret pour un citoyen de Priène en rapport avec le culte des Mégaloi Théoi : I.Priene, 68, 9-11 ; cf. L. Robert, OMS 1.233. Rigsby 1996, p. 100, n. 22.

88Thasos 

89ier s. a.C. : Décrets pour Épiè (Salviat, BCH 93(1959) 362-397= SEG 18.343). Le texte est daté par l’éditeur du ier s. a.C. Son contenu et son style pourraient tout à fait correspondre aux années 100 a.C. Le titre de néocore d’Athéna est d’ailleurs attesté au iiie s. a.C.

90Asie mineure

91Aigai (Cilicie)

92c. 100- milieu du ier s. : Asylie de la cité peut-être en rapport avec le sanctuaire d’Asclépios (?) ; cf. Rigsby 1996, n° 461-462.

93Aphrodisias

9439 : Confirmation de l’asylie du sanctuaire d’Aphrodite par Octave et Antoine (Rigsby 1996, n° 212-213).

95Bargylia

96Peu après 129 : loi sacrée montrant en détail le financement et l’organisation de la fête civique en l’honneur d’Artémis Kindyas (SEG 45.1508 A et B et W. Blümel, EA 32[2000], 89-93).

97Cnide

9849-45 : Fondation de la fête des Artémidôria en l’honneur de l’évergète Artémidôros après le succès de son ambassade à Rome (Gauthier 1985, 62).

99Didymes

10044 : César augmente l’asylie du sanctuaire d’Apollon (I.Didyma, 391 ; cf. Rigsby 1996, p. 177).

101Éphèse

102c. 44 : César restaure l’asylie du sanctuaire d’Artémis (Rigsby 1996, n° 182).

103Hiérapolis-Castabala

104Fin du iie-début du ier s. a.C. : Asylie de la cité en rapport avec le sanctuaire de Pérasia (Rigsby 1996, 462-464).

105Ilion

106Fin iie- début ier s. a.C. : Fondation d’Hermias, prêtre des Pantes Théoi pour assurer la pérennité des fêtes civiques (LSA 9 = I.Ilion, 52).

107Ilion

10877 a.C. : Nouveau règlement cultuel pour la fête des Panathénaia (LSA 10 = I.Ilion, 10).

109Magnésie du Méandre

110Après 129 : Réforme des Eisitèria pour Artémis Leucophryénè (LSA 33 B).

111Magnésie du Méandre

112iie s. ? : Institution de Rhômaia (I.Magnesia, 88).

113Milet

114c. 130 : Institution de la nouvelle fête des Rhomaia avec concours (LSA 49 B, l. 1-2).

115Milet

116c. 100 : Republication des règlements cultuels des Molpoi (LSA 50).

117Mopsuestia (Cilicie)

11886 : Reconnaissance de l’asylie du sanctuaire d’Isis et Sarapis datant de l’époque hellénistique (Rigsby 1996, n° 217).

119Milet

12062 : Restauration de la panégyrie et de l’agôn des Didymeia (I.Didyma, 367).

121Nysa

12288 : Confirmation par Mithridate de l’asylie et institution d’un agôn panhellénique en l’honneur de Corè et Ploutôn (RC 64).

123Olymos (Mylasa)

124c. 150-100 a.C. : décrets sur les travaux de construction et les sacrifices dans le sanctuaire de Lètô (SEG 39.1135-1137).

125Pergame

126Après 129 : Récapitulation de divers règlements en vigueur dans le culte d’Athéna Nikèphoros à l’initiative de Dionysios (LSA 12).

127Pergame

128Après 85 ? : Instauration d’une fête commémorative pour l’anniversaire du retour d’ambassade de Diodoros Pasparos (IGR IV, 224, l. 29-30).

129Pergame

13069 : Réforme de la fête des Nikèphoria par Diodoros Pasparos (Jones 1974, 190-205).

131Pergame

13247 : Extension par César de l’asylie en rapport avec Asclépios Sôtèr (Rigsby 1996, n° 180-181).

133Rhosos (Cilicie)

134Milieu du Ier s. a.C. : Asylie de la cité (Rigsby 1996, n° 472-473).

135Sardes

13644 : Confirmation par César de l’asylie du sanctuaire d’Artémis (Rigsby 1996, n° 214).

137Stratonicée

13881 : Institution d’une fête avec agôn pentétérique, Rhômaia et Hécatèsia pour Hécatè Sôteira (Rigsby 1996, n° 210).

139Tralles

140Après les Guerres de Mithridate : Refondation de l’agôn des Olympia en l’honneur d’Olympias (Robert 1937, 426-427).

141Xanthos

142Milieu du iie s. : construction d’édifices nouveaux englobant les trois temples de type lycien (Des Courtils 2001).

Notes

1 Cf. supra, p. 87-88.

2 Vial 1995, 84-85.

3 Diod. 32.4.

4 Diod. 32.2  (trad. J.-L. Ferrary, 1988, 334).

5 Ferrary 1988, 334-339.

6 Pol. 36.9.5.

7 En particulier en Asie mineure : cf. Gruen 1984 ; Kallet-Marx1995.

8 Paus. 7.16, 9-10.

9 Paus. 7.16, 9 ; cf. Ferrary 1988, 194 ; Vial 1995, 95-96.

10 Paus. 7.16.10 : ἔτεσι δὲ οὐ πολλοῖς ὕστερον ἐτράποντο ἐς ἔλεον Ῥωμαῖοι τῆς Ἑλλάδος, καὶ συνέδριά τε κατὰ ἔθνος ἀποδιδόασιν ἑκάστοις τὰ ἀρχαῖα καὶ τὸ ἐν τῇ ὑπερορίᾳ κτᾶσθαι, ἀφῆκαν δὲ καὶ ὅσοις ἐπιβεβλήκει Μόμμιος ζημίαν : Βοιωτούς τε γὰρ Ἡρακλεώταις καὶ Εὐβοεῦσι τάλαντα ἑκατὸν καὶ Ἀχαιοὺς Λακεδαιμονίοις διακόσια ἐκέλευσεν ἐκτῖσαι. τούτων μὲν δὴ ἄφεσιν παρὰ Ῥωμαίων εὕροντο Ἕλληνες, ἡγεμὼν δὲ ἔτι καὶ ἐς ἐμὲ ἀπεστέλλετο : καλοῦσι δὲ οὐχ Ἑλλάδος, ἀλλὰ Ἀχαίας ἡγεμόνα οἱ Ῥωμαῖοι, διότι ἐχειρώσαντο Ἕλληνας δι᾿ Ἀχαιῶν τότε τοῦ Ἑλληνικοῦ προεστηκότων (traduction du texte de Pausanias par J.-L. Ferrary [ibid., 200]).

11 Ferrary 1988, 199-209.

12 Ferrary 1988, 186-199 ; sur la date : ibid., 188-190 ; Vial 1995, 96-97.

13 Ath., 5.211e-215b (= FGH, 87 F 36) ; cf. Mikalson 1998, 280-281.

14 Ces difficultés existent bel et bien : cf. Habicht 2006, 321-322.

15 Vial 1995, 118-119 ; Habicht 2006, 330-331.

16 Ath., 5.213d, traduction J.-L. Ferrary in Ferrary 1988, 437.

17 Magie 1950, I.103 et II.943, n. 40.

18 Magie 1950, I.103-111 ; Sartre 2004, 199-200.

19 Magie 1950, I.111-114 ; Vial 1995, 121. Sympolitie de Milet et de Pidasa : Milet I.3, Delphinion 146 ; conflit entre Priène et Magnésie arbitré par Mylasa en faveur de Magnésie : Syll.3, 679.

20 Magie 1950, I.115-118 ; Vial 1995, 127-128.

21 Sartre 2004, 212.

22 Magie 1950, I.147-158 ; Ferrary 2001, 100-101 ; Vial 1995, 126 ; Sartre 2004, 213.

23 Magie 1950, I.168-171.

24 Laumonier 1958, 111(Mylasa avec une hésitation sur la date : soit après la Guerre d’Aristonicos soit après la défaite de Mithridate), 141 n. 1 (en général), 237-238 (Panamara), 354-356 (Lagina), 601-603 (Bargylia).

25 IGR IV, 292, l. 29.

26 Magie 1950, I.159-176 ; Vial 1995, 131.

27 Vial 1995, 130-131, 133-134 ; Sartre 2004, 248-249 ; Kallet-Marx 1995, 125-160 (qui met en garde trop radicalement contre la projection sur la fin du iie s. de la situation consécutive aux Guerres mithidatiques).

28 Perdrizet 1896, 493.

29 Scheid 2001, 24-26, 48-76.

30 Higbie 2003.

31 Mikalson 1998.

32 L. Robert, OMS 2.841-842 et OMS 5.351-354.

33 Higbie 2003, 163-166.

34 Higbie 2003, 174-179.

35 Wilhelm 1914, 83-85 (= Abhandlungen, I, 549-551).

36 Wilhelm 1947, 49-53 (= Akademieschriften, III, 297-301).

37 CID IV, 117 (cf. supra, p. 183).

38 Latte 1925, 1-13 : “Wer die Zusammenhänge erwägt, die zwischen dem literarischen Klassizismus, der Wiederherstellung alter Kulte und dem Erwachen des griechischen Nationalgefühls in der Zeit der immer näher drohende Römerherrschaft bestehen, Zusammenhänge, die zuesrt Ad. Wilhelm (Jahreshefte 10[1914], 83 sq.) aus dem inschriftlichen Tatbestande erschossen hat, wird nicht verkennen, dass auch hier das Bemühen zugrunde liegt, eine alte Tradition neu zu beleben”. L’expression “sentiment national” est anachronique et l’idée qu’elle exprime très discutable car le sentiment en question relève plutôt du patriotisme civique.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search