Version classiqueVersion mobile

L’été indien de la religion civique

 | 
Nadine Deshours

2. L'exception athénienne ?

IV - Athènes-Délos

Texte intégral

  • 1 Thc. 3.104
  • 2 Pol. 30.31.12.
  • 3 Str. 10.5.4 (486).
  • 4 Roussel 1916, 1-18 ; Habicht 2006, 239-241. Un acte romain détermine le statut de Délos après 58 a. (...)

1En 171, les Athéniens envoient une ambassade à Rome essentiellement, semble-t-il, pour plaider la cause de la petite cité béotienne d’Haliarte, détruite à cause de son insoumission. Devant l’intransigeance du Sénat, les ambassadeurs athéniens renoncent à leur première demande et formulent des prétentions sur Délos et sur Lemnos. Les Romains cèdent à leurs instances, en dépit de leur propre alliance avec Délos, non pour complaire aux Athéniens (malgré les bénéfices secondaires qu’ils pouvaient en attendre, dans la mesure où Athènes était toujours un centre culturel de premier plan), mais parce qu’ils projetaient de porter atteinte à la suprématie économique de Rhodes en Égée. Ainsi, en 167/166, Délos est “restituée” à Athènes par les Romains dans le cadre des règlements territoriaux qui suivent la défaite de Persée et l’île d’Apollon devient un port franc en 166. La population est chassée (comme autrefois, lors de la “purification de 426”1) et des clérouques athéniens s’installent à la place des Déliens. Les événements ultérieurs, tels que l’affaiblissement de Rhodes (sensible d’après Polybe2 deux ans après l’octroi de la franchise au port de Délos), la destruction de Corinthe en 1463, la formation de la province d’Asie en 129-126 et la disparition des monarchies attalide, séleucide et lagide concourent à l’essor économique de Délos jusqu’à ce que, à partir de 88, les Guerres de Mithridate y mettent fin4.

  • 5 Foucart 1878, 382.
  • 6 Bruneau 1970, 659-662.

2Dans le domaine religieux, deux aspects sont importants. D’une part, la “Restitution de Délos” à Athènes revient à l’annexion d’un territoire sur lequel des cultes civiques séculaires se heurtent aux exigences athéniennes de domination sur l’île. Les Athéniens se sont distingués, depuis le ve s. au moins, par une grande habileté à utiliser les cultes pour servir leur puissance. Ils n’agissent pas différemment à Délos puiqu’ils réorganisent l’administration des cultes et modifient certaines fêtes traditionnelles pour les atticiser. Parallèlement, P. Foucart a établi que les clérouques continuaient à prendre part aux grandes fêtes civiques comme les Panathénées et les Dionysies5. En outre, la présence d’étrangers à Délos qui possèdent leurs propres divinités, leurs propres sanctuaires et leurs propres cultes tolérés par les clérouques Athéniens produit une orientalisation sensible de l’organisation des cultes et des formes de piété6.

  • 7 ID 2605 de 158/157 ; cf. Roussel 1916, 201-205.

3Lorsqu’ils reprirent le contrôle de l’île et de son sanctuaire d’Apollon qui avait été le centre religieux du koinon des Nésiotes fondé par Antigone le Borgne et qui regorgeait des offrandes dédiées par les rois, les cités, les confédérations, les Athéniens voulurent imprimer leur marque en réorganisant les cultes, d’autant plus que les Déliens avaient quitté l’île, ayant trouvé refuge dans diverses cités du koinon achaien. L’existence d’un collège de dix prêtres pour les cultes de Délos (prêtres qui, naturellement, sont des citoyens athéniens) prouve que les Athéniens ont complètement restructuré leur organisation. Dix prêtres sont chargés de dix ensembles de cultes7, à savoir :

  • Un prêtre d’Apollon à Délos

  • Un prêtre d’Hestia, de Démos et de Rome

  • Un prêtre de Zeus Cynthios et d’Athéna Cynthia

  • Un prêtre de Zeus Sôtêr, Athéna Sôteira, Zeus Polieus et Athéna Polias

  • Un prêtre d’Artémis en l’Ile

  • Un prêtre des Grands Dieux, des Dioscures et des Cabires

    • 8 Cf. la liste des attestations chez Bruneau 1970, 324.

    Un prêtre de Dionysos, Hermès et Pan (qui porte le plus souvent le titre de prêtre de Dionysos8)

  • Un prêtre d’Asclépios

  • Un prêtre de Sarapis

    • 9 Mikalson 1998, 231.

    Un prêtre d’Anios, héros délien auquel les Athéniens ne prêtèrent pas d’attention véritable9.

  • 10 ID 1499 ; Mikalson 1998, 216-217.
  • 11 Mikalson 1998, 224-225.

4On voit que le modèle clisthénien est dans l’esprit de ceux qui veulent assurer l’emprise d’Athènes sur les cultes déliens car s’il n’y a pas un prêtre par tribu, sept tribus sont représentées dans le décret de 153/152 en l’honneur de neuf des prêtres qui ont fait les sacrifices appropriés (l. 2-8)10. Cette nouvelle organisation, complètement artificielle, comporte des aberrations du point de vue cultuel : la plus criante est l’attribution de la prêtrise d’Artémis à un homme, alors que la déesse avait une prêtresse du temps de l’Indépendance11.

  • 12 Cf. supra, p. 102 sq.
  • 13 Plut., Thésée, 21 ; Paus. 8.48.3.
  • 14 ID, 1951-1952 ; cf. ID 1955 ; cf. Mikalson 1998, 253 n. 30.

5Pour assurer leur emprise sur les cultes de l’île, les Athéniens instaurent des fêtes imitées de celles d’Athènes et atticisent certains cultes. Ainsi des Théseia sont instituées à Délos, à l’imitation de celles d’Athènes où Thésée passe pour le héros fondateur et l’auteur du synœcisme et où elles ont été restaurées probablement à partir de 165/16412. La légende du héros comporte une escale à Délos. Les Athéniens saisissent cette occasion pour dire qu’il y a fondé lui-même un agôn à son retour de Crète13. Des Théséia qui sont, en réalité, une création athénienne sont célébrées à Délos en 154/153 et 148/14714.

  • 15 ID 2589, l. 4-5 ; cf. Mikalson 1998, 219 n. 10.
  • 16 ID 1830, 1875, 1876.
  • 17 ID 1867-1873, 1963.
  • 18 Mikalson 1998, 220 et n. 14, 17, 18.
  • 19 ID 1777 ; Mikalson 1998, 220-221 ; Bruneau 1970, 622-630.

6Les Athéniens avaient instauré des Délia en 426 après la purification de l’île, mais elles étaient tombées en désuétude. Elles sont restaurées lorsque les Athéniens “récupèrent Délos grâce aux Romains”, comme ils aiment à le dire eux-mêmes15. Parmi beaucoup d’autres dédicaces de statues pour Apollon, des dédicaces de statues pour des fils servant comme cleidouques d’Apollon16, pour des jeunes filles servant comme canéphores ou pour une prêtresse adjointe (sunhiéréa) d’Artémis17 attestent la vigueur du culte18. En outre, les Poseidôniastes (l’association de marchands et d’armateurs qui vénèrent Poséidon, Astarté et Eshmoun, triade provenant de Bérouth d’où ils sont originaires) font une dédicace à Apollon honorant le Peuple athénien19.

  • 20 ID 2591 et 2592. Bruneau 1970, 79 ; sur le culte d’Athéna à Délos, 248-249.
  • 21 ID 1504 (146/145).
  • 22 ID 1953 (138/137) et 1958.
  • 23 Bruneau 1970, 80-81.

7Si, avec Ph. Bruneau, on peut “postuler une certaine continuité entre les Apollonia de l’Indépendance et celles de l’époque athénienne”, il faut noter en revanche un changement notable dans l’association des Apollonia (traditionnelles) avec les Athénaia (fête qui est inconnue à l’époque de l’Indépendance), même si le culte d’Athéna, lui, est ancien à Délos, comme l’attestent plusieurs inscriptions notamment20. Un décret en l’honneur de l’Athénien Gorgias21 nous apprend qu’il a institué un concours pour la fête des Athénaia22 et l’a doté des plus beaux prix qu’il fut possible. L’institution de la fête remonte “au moins aux années 160” : en tout cas elle n’est pas attestée du temps de l’Indépendance. Ph. Bruneau avance l’hypothèse que les Athénaia étaient célébrées en même temps que les Apollonia et que certains concours avaient lieu en l’honneur des deux divinités23.

  • 24 Habicht 2006, 201.
  • 25 Mikalson 1998, 221-222.

8Il existait dans la Délos indépendante un culte civique d’Hestia (au Prytanée) ; les Athéniens le transforment en associant la déesse au culte de Démos (le démos athénien, dont un prêtre est chargé du culte avec celui des Charites depuis 22924) et à celui de Rome. Rien ne peut laisser penser dans notre documentation que ce culte dont les intentions politiques étaient transparentes et la portée religieuse douteuse, ait connu un grand succès25.

  • 26 Mikalson 1998, 222.
  • 27 ID 1442.A.82, 1532, 1723, 1817, 1878-93, 1895-97, 2074, 2104, 2418-2430 et deux autres mentionnées (...)

9Le sanctuaire de Zeus Cynthios couronne le Cynthe et les Athéniens ne voulaient certainement pas laisser passer l’occasion d’exploiter symboliquement cette situation : aussi, de même qu’ils avaient réuni sur leur propre acropole les cultes d’Athéna Polias et de Zeus Polieus, associèrent-ils au Zeus Cynthios des Déliens une Athéna Cynthia et la course aux flambeaux des Athénaia prit fin devant l’autel de Zeus Cynthios. Le sanctuaire est réaménagé par les Athéniens : il est agrandi dans la deuxième partie du iis. et équipé de nouvelles terrasses, d’une nouvelle entrée (monumentale ?), d’un exèdre et d’un temple. La statue cultuelle en bronze de Zeus est remplacée par deux statues de bronze de Zeus et d’Athéna entre 156/155 et 145/14426. De nombreuses dédicaces attestent la vigueur du culte durant la période athénienne jusqu’au sac de Sylla27.

  • 28 Mikalson 1998, 226-227.
  • 29 Bruneau 1970, 309-310.
  • 30 Bruneau 1970, 312-322.
  • 31 Bruneau 1970, 322-323.

10Durant l’Indépendance, si les Déliens vénéraient Dionysos, il semble que le dieu n’ait pas eu de sanctuaire propre28. En revanche, un sanctuaire où il est associé à Hermès et à Pan, situé dans le quartier du théâtre, est attesté sûrement dès le début de la domination athénienne et Ph. Bruneau en fait donc une création athénienne29. Les Dionysia de l’Indépendance comportaient une procession avec phallophorie et concours30. Les Dionysia organisées par les Athéniens étaient annuelles elles aussi, mais aucun document ne nous apprend en quoi elles consistaient31.

  • 32 Mikalson 1998, 180-181.
  • 33 Mikalson 1998, 229 ; Bruneau 1970, 457-466.

11En somme, les Athéniens n’ont pas manqué d’utiliser les cultes existants ou d’en créer de nouveaux pour assurer leur domination sur Délos, d’autant plus facilement que la population délienne avait disparu de l’île. Ils se sont, en outre, trouvés confrontés à des cultes qu’ils ne connaissaient pas ou peu : la fréquentation de Délos par des populations cosmopolites dès l’époque de l’Indépendance avait favorisé l’implantation de cultes de provenances diverses. Parmi eux, les Athéniens ont manifesté un intérêt particulier pour celui de Sarapis et celui des Grands dieux de Samothrace. Sarapis, divinité créée par les Lagides et résultant d’une synthèse entre des éléments grecs appartenant à Zeus et Asclépios et des éléments égyptiens appartenant à Apis, avait connu un très vif succès en Égypte. Il était probablement à peu près inconnu des Athéniens puisque, en Attique, le culte n’existait que dans une association cultuelle d’Égyptiens32 ; cependant ils crurent bon de créer une prêtrise33.

  • 34 Mikalson 1998, 226.
  • 35 Roussel 1916, 229-233 ; Bruneau 1970, 379-399 ; Mikalson 1998, 225-226.

12Le culte traditionnel athénien des Dioscures est combiné à Délos avec celui des Théoi Mégaloi de Samothrace et des Cabires. Alors qu’il existait à l’origine un sanctuaire des Dioscures et un sanctuaire commun des Théoi Mégaloi et des Cabires, les Athéniens semblent avoir abandonné le Dioscoureion et vénéré ensemble les trois groupes de divinités dans le Samothrakeion, qui prit une importance plus grande dans le dernier quart du iie s. À l’intérieur du groupe hétérogène de ces divinités, c’est aux Théoi Mégaloi de Samothrace que les Athéniens accordèrent la préséance. En 120/119 Polémôn, fils de Patrôn, épimélète de Délos dédie un bâtiment aux Théoi Mégaloi dans le Samothrakeion : ID 180834. C’est là que les prêtres athéniens font des dédicaces durant toute la période athénienne (ID, 1898, 1905, 1981)35.

Conclusion

13Depuis l’époque de la Première alliance attico-délienne, Athènes sut utiliser la vaste renommée du sanctuaire d’Éleusis, pour affirmer son identité et son unicité parmi les cités grecques. Le soin qu’elle met à réorganiser les cultes à Délos et à y imprimer sa marque peut laisser penser que les Athéniens, désormais alliés des Romains et convaincus que leur domination sur Délos durerait aussi longtemps que la domination romaine, ont voulu se servir du prestige de l’Apollon délien, comme ils l’avaient fait (et continuaient à le faire) de celui des déesses éleusiniennes et de l’Apollon de Delphes.

14La question est de savoir avec quel succès. Un piètre résultat, en réalité. En effet, s’il est un lieu et une période où l’on sent que la religion civique est une coquille vide destinée exclusivement à renforcer la cohésion de la communauté sans plus aucune valeur d’explication sur l’ordre du monde, c’est bien à Délos sous la domination athénienne.

  • 36 Baslez 1977.

15Les prêtres athéniens s’intéressent davantage à des cultes qui ne sont pas traditionnels (soit parce qu’ils sont importés d’autres cités grecques ou d’autres civilisations, soit parce que les Athéniens ont modifié des cultes déliens) : Zeus Cynthios avec Athéna Cynthia, les Théoi Mégaloi/Dioscouroi/Cabeiroi du Samothrakeion, Isis et Sarapis, les divinités syriennes (Atargatis sous le nom grec d’Aphrodite Hagnè et Hadad sous celui de Zeus Hadatos). En outre, la forte présence d’étrangers met les clérouques athéniens en contact avec des divinités exotiques et produit effectivement une orientalisation des cultes36, phénomène qui n’existe qu’à la marge dans les autres cités, en tout cas avant l’époque impériale.

  • 37 Mikalson 1998, 1-2.
  • 38 Habicht 2006, 318.

16L’abondance de la documentation (les dédicaces pour diverses divinités, notamment pour Apollon sont pléthoriques) a conduit à une surestimation d’un cas isolé et a largement contribué à forger cette vision fausse de la religion civique à l’époque hellénistique que J. D. Mikalson a justement dénoncée37. En réalité, la religion à Délos est singulière et résulte de la situation unique de l’île : elle a été vidée de sa population, les occupants athéniens veulent de manière artificielle et forcée y imposer la marque des cultes civiques athéniens et une “véritable symbiose unissant de plus en plus étroitement Athènes et Délos” s’est instaurée38.

Notes

1 Thc. 3.104

2 Pol. 30.31.12.

3 Str. 10.5.4 (486).

4 Roussel 1916, 1-18 ; Habicht 2006, 239-241. Un acte romain détermine le statut de Délos après 58 a.C. (CIL I2, 2500), mais nous ignorons son statut en 166, cf. Roussel 1916, 333-334. L’affaiblissement de Rhodes a été remis en question, notamment par A. Bresson (cf. Bresson 2006 et infra, p. 224).

5 Foucart 1878, 382.

6 Bruneau 1970, 659-662.

7 ID 2605 de 158/157 ; cf. Roussel 1916, 201-205.

8 Cf. la liste des attestations chez Bruneau 1970, 324.

9 Mikalson 1998, 231.

10 ID 1499 ; Mikalson 1998, 216-217.

11 Mikalson 1998, 224-225.

12 Cf. supra, p. 102 sq.

13 Plut., Thésée, 21 ; Paus. 8.48.3.

14 ID, 1951-1952 ; cf. ID 1955 ; cf. Mikalson 1998, 253 n. 30.

15 ID 2589, l. 4-5 ; cf. Mikalson 1998, 219 n. 10.

16 ID 1830, 1875, 1876.

17 ID 1867-1873, 1963.

18 Mikalson 1998, 220 et n. 14, 17, 18.

19 ID 1777 ; Mikalson 1998, 220-221 ; Bruneau 1970, 622-630.

20 ID 2591 et 2592. Bruneau 1970, 79 ; sur le culte d’Athéna à Délos, 248-249.

21 ID 1504 (146/145).

22 ID 1953 (138/137) et 1958.

23 Bruneau 1970, 80-81.

24 Habicht 2006, 201.

25 Mikalson 1998, 221-222.

26 Mikalson 1998, 222.

27 ID 1442.A.82, 1532, 1723, 1817, 1878-93, 1895-97, 2074, 2104, 2418-2430 et deux autres mentionnées chez Bruneau 1970, 223.

28 Mikalson 1998, 226-227.

29 Bruneau 1970, 309-310.

30 Bruneau 1970, 312-322.

31 Bruneau 1970, 322-323.

32 Mikalson 1998, 180-181.

33 Mikalson 1998, 229 ; Bruneau 1970, 457-466.

34 Mikalson 1998, 226.

35 Roussel 1916, 229-233 ; Bruneau 1970, 379-399 ; Mikalson 1998, 225-226.

36 Baslez 1977.

37 Mikalson 1998, 1-2.

38 Habicht 2006, 318.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search