Version classiqueVersion mobile

L’été indien de la religion civique

 | 
Nadine Deshours

2. L'exception athénienne ?

III - L’éphébie entre 127/126 et 96/95 a.C.

Texte intégral

1Nous possédons une série de décrets par lesquels les Athéniens (et souvent aussi les Salaminiens, c’est-à-dire la communauté des Athéniens vivant à Salamine) honorent les éphèbes, leurs magistrats (cosmètes) et leurs instructeurs (didaskaloi) ; ils s’échelonnent entre 127/126 et 96/95 a.C. :

2127/126 (archontat de Théod[ôridès]) : SEG 15.104 (= O. W. Reinmuth, Hesperia 24[1955], 220-239) + divers fragments (= Perrin-Saminadayar 2007, T 25).
Décrets en l’honneur des éphèbes, de leurs instructeurs et du cosmète (en fonction sous l’archontat de Dionysios en 128/127).

3122/121 (archontat de Nicodèmos) : IG II2, 1006 + 1031 + 2485 + SEG 19.108 + 21.482 (= Perrin-Saminadayar 2007, T 26).
Décrets en l’honneur des éphèbes, de leurs instructeurs et du cosmète ; cf. SEG 19.108 ; 38.114.

4119/118 (archontat d’Hipparchos) : Perrin-Saminadayar 2007, T 27.
Décret en l’honneur des éphèbes (de l’archontat d’Eumachos en 120/119).

5118/117 (archontat de Lènaios) : IG II2,1008 ; Perrin-Saminadayar 2007, T 28.
Décrets des Athéniens et des Salaminiens en l’honneur des éphèbes, de leurs instructeurs et du cosmète ; cf. SEG 16.101, 21.477.

6117/116 (archontat de Ménoitès) : IG II2, 1010 Perrin-Saminadayar 2007, T 29.
Décret en l’honneur des éphèbes (en fonction sous l’archontat de Lènaios en 118/117).

7116/115 (archontat de Sarapiôn) : IG II2, 1009 + 2456 + 2457 ; Perrin-Saminadayar 2007, T 30.
Décrets en l’honneur des éphèbes, de leurs instructeurs et du cosmète (en fonction sous l’archontat de Ménoitès en 117/116).

8106/105 (archontat d’Agathoclès) : IG II2, 1011 ; Perrin-Saminadayar 2007, T 31.
Décrets des Athéniens et des Salaminiens en l’honneur des éphèbes, de leurs instructeurs et du cosmète (en fonction sous l’archontat d’Aristarchos en 107/106).

9101/100 (archontat de Mèdeios) : IG II2, 1028 + 2181 ; cf. SEG 49.125 ; Perrin-Saminadayar 2007, T. 32
Décret des Athéniens et des Salaminiens en l’honneur des éphèbes, de leurs instructeurs et du cosmète (en fonction sous l’archontat d’Échécratès en 102/101).

1096/95 : IG II2,1029 ; Perrin-Saminadayar 2007, T 33.
Décret en l’honneur des éphèbes, de leurs instructeurs [et du cosmète (cette partie n’est pas retrouvée)] : l’activité religieuse des éphèbes diffère notablement de celle décrite dans IG II2, 1006 en 122/121.

11IG II2, 1030 c. 105 (Tracy 1990, 198) ou vers 100 (Ferrary 1988, 438, n. 13) ou vers 96/5 (Perrin-Saminadayar 2007, T 34) car le contenu de ce texte très mutilé est très proche du décret précédent.
Décret des Athéniens et des Salaminiens en l’honneur des éphèbes, de leurs maîtres et du cosmète.

12Enfin, la date des décrets IG II2, 1039 à 1043 n’est pas fixée, mais semble plus tardive (peut-être, après le Siège de Sylla ?).

13Les décrets des années 127/126 à 96/95 a.C. ne constituent pas une innovation radicale car ils s’inscrivent dans la continuité de plusieurs autres textes s’échelonnant sur un peu plus d’un siècle, entre les années 282 et 162. Cependant le contenu de ces deux groupes diffère assez nettement. Voici les principaux témoignages antérieurs à la période de l’“été indien” :

  • Syll.3, 385 = IG II2, 665 qui se place c. 282/281 : décret du Conseil et du Peuple en l’honneur des éphèbes de l’année 283/282 (archontat de Ménéclès) et de leur cosmète, parce qu’ils s’étaient bien comportés lorsque les Athéniens avaient pris les armes contre Démétrios : la circonstance historique est exceptionnelle, l’objet de l’éloge aussi.

    • 1 Tracy 1979b, 174-178 ; Mikalson 1998, 181-185 et 292-293.

    SEG 29.116 = S. V. Tracy, Hesperia 48 (1979), 174-178 qui date d’avant 215, peut-être de 229 et du départ des Macédoniens sous l’archontat d’Euphilètos1.

  • IG II2, 944b + O. W. Reinmuth, Hesperia 43 (1974), 246-259 qui date de 204/203 (archontat d’Apollodôros) et honore les éphèbes de l’année 205/204 (archontat de Diodotos). Ce texte présente de très grandes analogies avec les décrets datant de l’“été indien” dans l’énumération des activités religieuses auxquels participent les éphèbes (processions, sacrifices, revues).

  • IG II2, 900 qui date de 184/183

    • 2 Ce texte pourrait logiquement se rattacher à la série des décrets de l’“été indien” par sa date, pu (...)

    en 161/160 (archontat d’Aristolas) : J. H. Oliver, Hesperia 2(1933), 503-505 + B. D. Meritt, Hesperia 17 (1948), 13-14 + J  S. Traill, Hesperia 51(1982), 201-202 (=Perrin-Saminadayar 2007, T. 23). Le cosmète a offert avec les éphèbes tous les sacrifices pour le salut du peuple aux dieux et aux évergètes2.

  • IG II2, 1027 décret de 159/158 (archontat d’Aristaichmos) en l’honneur du cosmète de 160/159 (= Perrin-Saminadayar 2007, T 24).

  • 3 La liste a été établie par S. V. Tracy (1982c, 158-159 et 1982b, p. 58, n° 2) et reprise par É. Per (...)

14En tout, on décompte pour cette période comprise entre 282 et 162 22 décrets éphébiques au moins3.

  • 4 IG II2, 1125 + 2291A = SEG 50.155 ; cf. Follet-Peppas-Delmousou 2000 et Graindor 1922 sur l’éphébie (...)
  • 5 Cf. Perrin-Saminadayar 2007.
  • 6 Tracy 1990, 223-225. À la date de cet ouvrage, nous possédions 117 décrets athéniens gravés entre 2 (...)

15Les décrets du tournant des iie et ier siècles trouvent aussi des parallèles à l’époque impériale, notamment avec IG II2, 1125 + 2291A (184/185 p.C.)4. Ce qui est surprenant et unique, en revanche, c’est le grand nombre de documents bien datés et qui s’échelonnent régulièrement sur une trentaine d’années à la fin du iie siècle. Ce fait ne peut pas être dû au seul hasard des découvertes, mais résulte plutôt de l’habitude de graver systématiquement ce type de documents. Ces derniers présentent aussi la particularité d’offrir un luxe de détails : cela les différencie des décrets gravés aussi bien auparavant qu’à l’époque impériale5. Nous savons, en outre, que, contrairement à une idée reçue, la période qui s’étend entre la Restitution de Délos et le Siège de Sylla est un moment où l’on grave moins de textes à Athènes6. Il faut donc en déduire que les Athéniens manifestaient ainsi à la fin du iie s. un regain d’intérêt pour l’éphébie.

  • 7 IG II2, 944b + O. W. Reinmuth, Hesperia 43(1974), 246-259.

16De plus, les décrets éphébiques sont excessivement détaillés et offrent une vue générale des cultes civiques. Il suffit de comparer IG II2, 1006 que nous choisissons comme typique de l’époque hellénistique tardive et le décret de la fin du iiie siècle qui présente le plus de détails, celui qui honore les éphèbes de l’année 205/2047 (les autres étant beaucoup plus allusifs) pour apprécier cette différence. Ce dernier texte, beaucoup plus bref que les décrets de la fin du iie s., va directement à l’essentiel : leur participation aux processions et aux sacrifices essentiellement dans les Mystères d’Éleusis, la discipline des éphèbes dans les gymnases (lieu par excellence de leur entraînement) et leur participation aux concours. La plupart des courses, lampadédromies et autres processions ne sont mentionnées que collectivement, sans beaucoup de détail. Les dèmes de l’Attique avec leurs noms évocateurs de batailles sont absents : le nom de Salamine n’apparaît pas, ni celui du Pirée ni de Marathon (à moins que tel ou tel se trouve dans une lacune). Au contraire, dans les décrets éphébiques du tournant du iie s. et du ier s., nous pouvons lire tous les détails de la vie des éphèbes (avec des variantes de l’un à l’autre, attestant soit des changements, soit une volonté d’exhaustivité plus ou moins marquée). Nous y trouvons aussi une mise au point sur les valeurs auxquelles l’éphèbe et le cosmète doivent adhérer (ce qui n’apparaît pas dans les textes plus anciens, mais annonce les décrets de l’époque impériale où les raisons de l’éphébie sont explicitées). Tous ces faits montrent que les Athéniens ont durant cette période précise accordé une importance particulière à l’éphébie, ont réfléchi sur le sens qu’elle pouvait encore avoir si Athènes avait perdu son statut de grande puissance et ils ont, en outre, considéré comme important de faire savoir quel avait été le déroulement de l’éphébie chaque année en gravant des décrets en l’honneur des éphébes et de leur cosmète.

  • 8 Arist., AP, 42 ; Pélékidis 1962, 83-101.
  • 9 Habicht 2006, 155-156 ; Perrin-Saminadayar 2007, 31-32.

17Le principal problème historique que pose l’éphébie est de savoir si elle est toujours et en même temps une préparation militaire, une initiation aux cultes civiques et une initiation à la vie politique. La question est embrouillée par l’absence de témoignages dont la date soit sûre avant la “réforme de Lycurgue” qui intervient après Chéronée et dont le fameux texte de la Constitution des Athéniens doit donner le résultat8 : l’éphébie, alors obligatoire pour accéder à la citoyenneté, dure deux ans, avec une année de garnison au Pirée et une seconde année dans les forts de l’Attique après que l’Assemblée a passé solennellement en revue les éphèbes, auxquels la polis remet un bouclier et une lance. Elle comporte une tournée des sanctuaires, mais se présente surtout comme une préparation militaire sous l’autorité d’instructeurs spécialisés. Une réforme de la fin du ive s. (probablement après la restauration démocratique de 307) ou plutôt une série de réformes mit fin à l’éphébie telle que la décrit Aristote et créa une institution notablement différente, qui, d’un système général de formation militaire, fit d’elle une institution d’éducation militaire et intellectuelle réservée à une élite étroite9.

18La série des décrets éphébiques datant du tournant des iie et ier siècles a.C. nous livre un tableau précis de ce qu’elle était devenue sous la domination romaine, lorsque les Athéniens n’avaient plus grand chose à attendre d’une armée civique.

  • 10 Perrin 1996 ; Perrin-Saminadayar 2007, ch. II et III.
  • 11 Pour les autres textes, cf. les rééditions d’É. Perrin-Saminadayar (2007).

19Nous donnons le texte et la traduction du décret qui nous paraît le plus représentatif de la période et qui offre aussi la formulation la plus développée et la mieux conservée (nous laissons de côté les listes d’éphèbes dont la restitution et l’étude prosopographique ont fait l’objet de travaux récents)10. Pour le commenter, nous le comparerons aux autres décrets de la série que, en revanche, nous ne reproduisons pas11.

20N° 15. Athènes

21IG II2, 1006 + 1031 + 2485 + SEG 19.108 + 21.482

22Décret du Conseil et du Peuple en l’honneur des éphèbes de l’année 123/122 (archontat de Démétrios) et de leur cosmète. Premier décret : Boédromiôn 122 (archontat de Nicodèmos). Second décret : Pyanepsiôn 122.

23Publication

24J. Kirchner, IG II2, 1006 + 1031 + 2485 + SEG 19.108 + 21.482 ; Perrin-Saminadayar 2007, 2e partie, ch. I, n° 26, p. 206-217.

25Cf. SEG 38.114 ; 40.130 ; 42.108 et 246 ; 46.2371.

26Texte utilisé : Perrin-Saminadayar

27Bibliographie

28Pélékidis 1962, 211-256.

29Tracy 1979.

30Habicht 2006, 256-260.

31Mikalson 1998, 243-255.

32Texte

33l. 1 Θ[ε]οί.
Ἐπὶ Νικ[ο]δήμου ἄρχοντος ἐπὶ τῆς Αἰγεῖδος τρίτης πρυτανείας, ᾗ Ἐπιγένης Ἐπιγένου Οἰνιαῖος ἐγραμ-
μάτευε[ν]· βοιηδρομιῶνος ὀγδόῃ ἱσταμένου ἐμβολίμωι κατ᾿ ἄρχοντα, κατὰ θεὸν δὲ ἐνάτῃ ἱσταμένου,
ἐνάτῃ τῆς πρυτανείας· ἐκκλησία κυρία ἐν τῶι θεάτρωι· τῶν προέδρων ἐπεψήφιζεν Τιμών Θεοπόμ-
l. 5 που Παιανιεὺς καὶ συν<πρό>εδροι. ἔδοξεν τῆι βουλῆι καὶ τῶ[ι] δημῶι. uac. Ἀφροδίσιος Ἀφροδισίου Ἀζηνιεὺς
εἶπεν. ἐπειδὴ οἱ ἔφηβοι οἱ ἐπὶ Δημητρίου ἄρχοντο[ς] θύσαντες ταῖς ἐγγραφαῖς ἐν τῶι πρυτανείωι ἐπὶ
τῆς κοινῆς Ἑστίας τοῦ δήμου μετά τε τοῦ κοσμ[η]τοῦ καὶ τοῦ ἱερέως τοῦ Δημοῦ καὶ τῶν Χαρίτω καὶ
τῶν ἐξηγητῶν κατὰ τοὺς νόμους καὶ τὰ ψηφίσματα τοῦ δήμου ἐπόμπ[ε]υσαν τῇ Ἀρτέμιδι τῇ Ἀγρο-
τέραι, ἀπήντησαν δὲ καὶ τοῖς ἱεροῖς καὶ προέπεμψ[αν] αὐτά, ὁμοιῶς καὶ τόν Ἴαχχον. ἤραντο δε καὶ τοὺς βοῦς το[ὺς]
l. 10 ἐν Ἐλευσῖνι τῆι θυσίαι καὶ τοῖς Προηροσίοις καὶ τοὺς ἐν τοῖς ἄλλοις ἱεροῖς καὶ γυμνασίοις καὶ τοὺς δρόμους συνετέλε-
σαν, συνεπόμπε[υ]σαν δὲ καὶ τὰς πομπὰς καὶ τὰς λαμπάδ[α]ς ἔδραμον τὰς καθηκούσας. συνεξήγαγον δὲ καὶ τὴν Παλλάδα
Φαλεροῖ κἀκεῖθεν πάλιν συνεισήγαγον μετὰ φωτὸς μετὰ [πά]σης εὐκοσμίας, εἰσήγαγον δὲ [κ]αὶ τὸν Διόνυσον ἀπὸ τῆς ἐσχα-
ρας εἰς τὸ θέατρον μετὰ φωτὸς καὶ ἔπεμ[ψ]αν τοῖς Διον[υσίοις] ταῦρον ἄξιον τοῦ θεοῦ ὃν καὶ ἔθυσαν ἐν [τῶ]ι ἱερῶι τῆι πομπῆι ἐφ᾿ ᾧ
καὶ ἐστεφανώθησαν ὑπὸ τοῦ δήμου. συντ[ελ]ουμένης δὲ [καὶ τῆς θ]υσίας τῆι Ἀθηνᾶι τῆι Νίκῃ συνεπόμπ[ευσα]ν καλῶς καὶ εὐσχημό-
l. 15 νως βοῦν συνπέμψα[ν]τες ἥν καὶ ἔθυσαν [ἐν] ἀκροπόλει τῆ[ι θεῶι, συ]νετέλεσαν δὲ καὶ τὰς ἄλλας θυσίας [τὰς καθ]ηκούσας [τοῖς θε]-
οῖς καὶ τοῖς εὐεργέτ[αι]ς ἀκολούθως τοῖς [τε] νόμοις καὶ τοῖς [ψηφίσ]μασιν. διετέλεσαν δὲ καὶ εἰ[ς] τὰ γυμν[άσια δι᾿ὅλο]υ το[ῦ ἐνιαυτοῦ]
παραγινόμενοι καὶ τῶι κοσμητῆι π(ε)ιθαρχο[ῦντ]ες, μέγιστον [δὲ νομίσαν]τες καὶ ἀναγκαιότατον εἶνα[ι] τὴν εὐτα[ξίαν περιποι]ῆσαι τῶν
ὑπὸ τοῦ δήμου προστεταγμένων μαθ[ήμα]των ἀνένκλητο[ι δι]ετέλεσαν γεγονότες καὶ πειθαρχοῦντες τ[οῖς παραγγε]λλομένοις
ὑπό τε τοῦ κοσμητοῦ καὶ τῶν διδασ[καλ]ῶν. προσεκαρτ[έ]ρησαν δὲ καὶ Ζηνοδότωι σχολ[άζ]οντε[ς ἐν τ]ε τῶι Πτολεμαίωι καὶ
l. 20 ἐν Λυκείωι, ὁμοιῶς δὲ καὶ τοῖς ἄλλοις [φιλο]σόφοις ἅπασι[ν] τοῖς τε ἐν Λυκείωι καὶ ἐν Ἀκαδημ[ίαι δι᾿ὅλου τοῦ ἐ]νιαυτοῦ. ἐφήδρευσαν
δὲ καὶ ταῖς ἐκ(κ)λησίαις ἐν ὅπλοις ε[ὐτακτ]ῶς. ἀπήντων δὲ διὰ παντὸς τοῖς παραγ[ε]ινομ[ένοις φίλοις] καὶ εὐεργ[έ]ταις Ῥωμαίοις
ἐποιήσαντο δὲ καὶ τοῖς Ἐπιταφίοις δρό[μον] ἐν ὅπλοις τὸν τε ἀπὸ τ[οῦ π]ολυανδρείου καὶ τ[οὺς ἄλλους] τοὺς καθή[κοντα]ς, καὶ ἀπε-
δείξαντο ἐν τοῖς ὅπλοις τοῖς τε Θησείοις καὶ Ἐπιταφίοις. ἔδωκαν δἐ καὶ εἰς τὴν φι[άλην τῆι Μητρὶ] τῶν Θεῶν τ[οῖ]ς ἐπὶ [τα]ῦτα
καθεσταμένοις κατὰ τὸ ψήφισμα τοῦ δήμου δραχμὰς ἑβδομήκοντα καὶ προσανέθηκαν ἑτέ[ραν ἐν τῶι] ἐν Ἐλευσῖνι ἱερῶι. ἐξῆλθ[ον δὲ]
l. 25 καὶ ἐπὶ τὰ τῆς Ἀττικῆς ὅρ[ι]α ἐν ὅπλοις καὶ τῆς τε χώρας καὶ τῶν ὁδῶ[ν] ἔμπειροι ἐγένοντο, εἰς [τε----παρεγένον]το καὶ τὰ ἱερὰ τὰ κατὰ τὴν χώραν
ἐν οἷς διετέλουν θύοντες καὶ καλλιεροῦντες ὑπὲρ τοῦ δήμου. πα[ρ]αγενόμενοι δὲ [ἐπὶ τὸ ἐμ Μαραθῶνι πολυ]άνδρειον ἐστεφάνωσάν τε καὶ ἐνήγισ[αν]
τοῖς κατὰ πόλεμον τελευτήσασιν ὑπ[ὲ]ρ τῆς ἐλευθερίας, παρε[γ]ένο[ντο] δ[ὲ καὶ εἰς τὸ Ἀμφιάραον καὶ ἱ]σ[τόρησαν] τὴν γεγονεῖαν ἐκ παλαιῶν χρόνων ὑ[πὸ]
τῶν πατέρων τοῦ ἱεροῦ κυριείαν καὶ θ[ύ]σαντες ἀπῆ[λ]θον αὐθ[ημερεὶ εἰς τὴν ἑαυτῶν χώρ]αν. ἀνέπλευσαν δ[ὲ καὶ] ἐπὶ τρόπαιον καὶ ἔθυσαν τῶι Διὶ τῶι Τ[ρο]-
[πα]ίωι καὶ τῆι πομπ)eι τῶν Μεγάλων Θεῶν ἐποιήσαντο τ[ῶν πλοίων τὴν ἅμιλλαν. π]εριέπλευσαν δὲ καὶ [τοῖς Μου]νιχίοις εἰς τὸν λιμένα τὸν ἐμ Μου-
l. 30 [νιχίαι ἁμ]ιλλώ[μεν]οι. ὁμ[ο]ιῶς δὲ καὶ τοῖς Διισωτερίοι[ς]. ἀπ[έπλευσαν δὲ καὶ ἐπὶ τὰ Αἰ]άντεια κἀκεῖ [π]οιησάμ[ενοι ἅμ]ιλλαν τῶν πλοίων καὶ πομπεύ-
[σαντε]ς καὶ θύσαν[τες τ]ῶι Αἴαντι ἐπῃνέθησαν ὑπ[ὸ τῶν τὴν νῆσου κατοικοῦντων] καὶ ἐστεφ[αν]ώθησ[αν] χ[ρ]υσῶι σ[τεφάν]ω(ι) ἐπὶ τῶι εὐτάκτως καὶ
[εὐσ]χημόνως πεποιῆσθ[αι] τήν ἐπιδ[η]μίαν. [σ]υν[ετήρησαν δὲ καὶ τὴν πρὸς ἀλλήλ]ους ὁμόνο[ια]ν καὶ φιλίαν ἐν ὅλωι τῶι [ἐνιαυτ]ῶι ἀστασίαστοι γενόμε-
[νοι κ]ατὰ τὴν τοῦ κοσμητ[ο]ῦ προαίρ[εσιν. ἐποι]ήσαντο [δὲ καὶ τὴν ἀπόδειξιν τῆι βου]λῆι τὴ[ν] καθήκουσαν κατὰ τὸν νόμον. φιλαγ[άθως] δὲ ἔχοντες πρὸς
[ἅ]παντα τὰ καλὰ καὶ βουλ[όμ]εν[οι] τῆι τοῦ κοσμητοῦ [προαιρέσει ἀκολούθως πράττειν ἐπὶ τῶ]ι τῆς πόλεως συμφέροντι καὶ τῶι ἑαυτῶν [εὐσχ]ήμονι καταπάλ-
l. 35 την λιθοβόλον ἕνα τῶν ἀρ[χαίων ἐ]κ τῶν ἰδίων ἐθ(ε)ρά[πευσαν καὶ τὰ ἐλλείπον]τα προκατασκευάσαντες ἀνενεώσαντο διὰ πλειόνων ἐτ[ῶν]
τήν τε χρῆσιν τοῦ ὀργάνο[υ καὶ μάθησιν], ἀνέμαθόν τε τὴν τ[--------- καὶ] τὴν μελέτην ἐποιοῦντο. διετέλεσαν δὲ καὶ ἐν τοῖς λοιποῖς
ἀνεγκλήτως ἀναστρεφ[όμενοι κ]αὶ φροντίζοντες τ[---------]α τοῖς ἰδίο[ις-----]ις. ὅπως οὖν ἥ τε βουλὴ καὶ ὁ δῆμος φαίνωνται τιμ[ῶν-]
τες τοὺς ἀξίους καὶ πειθ[αρχοῦν]τας τοῖς τε νόμοις [καὶ τοῖς ψηφίσμα]σιν καὶ τῶ[ι κοσμητ])ei ἐκ τῆς πρώτης ἡλικίας. θac. ἀγαθῆι Τύχηι, δεδόχθαι [τῆι]
βουλῆι, τοὺς λαχόντας π[ροέδρου]ς εἰς τὴν ἐπιοῦσαν [ἐκκλησίαν χ]ρη[μ]ατίσαι περὶ τούτ[ων, γν]ώμην δὲ συμβάλλεσθαι] τῆς βουλῆς εἰς τὸν
l. 40 δῆμον ὅτι δοκεῖ τῆι βουλ[ῆι, ἐπα]ινέσαι τοὺς ἐφήβο[υς τοὺς ἐπ]ὶ Δημητρίου ἄρχοντος [καὶ στ]εφανῶσαι αὐτοὺς χρυσῶι στεφάνωι εὐσεβεί-
ας ἕνεκεν τῆς πρὸς τοὺς [θεοὺ]ς καὶ εὐταξίας [ἧς ἔχοντ]ες διατετελέκασιν ἐν ὅλωι τῶι ἐνιαυτῶι καὶ φιλοτιμίας [τ]ῆς εἰς τὴν βου-
λὴν καὶ τὸν δῆμον, καὶ ἀνει[πε]ῖν τὸν στέφανο[ν τοῦτον] Διονυσίων τε τῶν ἐν ἄστει καινοῖς τ[ρα]γωιδοῖς καὶ Παναθηναίων καὶ Ἐλευσι-
νίων τοῖς γυμνικοῖς ἀγῶσιν. τῆς δὲ ἀναγορ[εύσεω]ς τοῦ στε[φ]άνου ἐπιμεληθῆναι τοὺς στρατηγοὺς καὶ τὸν ταμίαν τῶν στρατιω-
<τιω>τικῶν. ἐπαινέσαι δὲ καὶ τοὺς διδάσκα[λου]ς τόν τε παιδοτρίβην Τίμωνα Τιμάρχου Βουτάδην καὶ τὸν ὁπλομάχον Σάτυρον Ἡρα-
l. 45 κλείδου Κηφισέα καὶ τὸν [ἀκο]ντιστὴν Νίκανδ[ρο]ν Δημητρίου Ε[ύ]ωνυμεα καὶ τὸν τοξότην Ἀσκλεπιάδην Ἀριστροκράτους Μαραθώνιον
καὶ τὸν καταπαλταφέτην [Κ]αλχηδόνα Καλχ[η]δόνος Περι[θοί]δην καὶ τοὺς ὑπερέτας Σάτυρον Ἀπολλωνίου Ἁλιμούσιον, Ἱέρωνα
Ἡρακλείδου Ἀναγυράσιο[ν], Ἀθηναῖον Ἰσιδῶρου [Ἁ]λαιέα καὶ σ[τ]εφανῶσαι ἕκαστον αὐτῶν θαλλοῦ στεφάνωι. ἀναγράψαι δὲ τόδε τὸ ψή-
φισμα τὸν γραμματέα τ[ὸ]ν κατὰ πρυτανεί[α]ν ἐν στή[λαις] λιθίναις δυσὶν καὶ στῆσαι μία<ν> μὲν ἐν ἀγορᾶι, τὴν δὲ ἑτέραν οὗ ἂν ἐπιτήδειον
εῖναι φαίνηται, εἰς δὲ τὴν ἀναγραφὴν καὶ τὴ[ν ἀ]νάθε[σιν] τῶν στηλῶν τὸ γενόμενον ἀνάλωμα μερίσαι τὸ[ν ταμία]ν τῶν στρατιοτικῶν.
l. 50 Ἐπὶ Νικ[ο]δήμου ἄρχοντος ἐπ[ὶ τ]ῆς Ἀντιοχίδος τετ[άρ]της πρυταν[ε]ίας, ᾗ Ἐπιγένης Ἐπιγένου Οἰναῖος ἐγραμμάτευεν· Πυαν[οψιῶνος] ἑνδεκάτηι, δεκάτηι
τῆς πρυτανείας· ἐκκλη[σία] κυρία ἐν τῶι θε[άτ]ρωι· τῶν προέδρων ἐπεψήφιζεν Θεοτέλης Εὐκλείδου Θριάσιος καὶ συ[μπρόε]δροι. ἔδοξεν τῆι βου-
λῆι καὶ τῶι δημῶι. Ἀφροδ[ίσιο]ς Ἀφροδισίο[υ Ἀ]ζηνιεὺς εἶπ[ε]ν. ἐπειδὴ διὰ παντὸς ὁ δῆμος τὴν πλείστην σπουδ[ὴν πο]ιεῖται τῆς τῶν ὲφή-
<β>ων ἀγωγῆς καὶ εὐταξίας βουλόμενος [τοὺ]ς ἐκ τῶν πα[ί]δων μεταβαίνοντας εἰς τοὺς ἄνδρας ἀγαθοὺς γίνεσθαι τῆς πατρίδος διαδό-
χους καὶ προσέταξεν διὰ τῶν νόμω[ν] τ[ῆ]ς τε χώρας κα[ὶ] τῶν φρουρίων καὶ τῶν ὁρίων τῆς Ἀττικῆς ἐμπείρους γίνεσθαι ἔν τε τοῖς ὅπλοις
l. 55 τὴν εἰς πόλεμον<ι> ἀνήκουσαν ἄσκησι[ν ποιεῖ]σθαι, καὶ διὰ τὴν τοιαύτην ἀγωγὴν καλλίστοις καὶ σεμνοτάτοις τροπαίοις τὴν πόλιν ἐστεφά[νω-]
σε<ν>, δι᾿ἣν αἰτίαν καὶ κοσμητὴν καθίστησ[ιν ἐκ] τῶν ἄριστα βε[β]ιωκότων, ἐφ᾿οἷς κα[ὶ] ὁ κατασταθεὶς κοσμητὴς Διονύσιος Σωκράτου Φυλάσιο[ς]
εἰς τὸν ἐνιαυτὸν τὸν ἐπὶ Δημητρίου ἄρ[χοντ]ος παραλαβὼν τ[ὴν εἰσ]χειρισθεῖσαν ἑαυτῶι πίστιν ὑπὸ τοῦ δήμου τῶν ἐφήβων ἔθυσεν ἐ[ν τ]αῖς
ἐγγραφαῖς μετ᾿αὐτῶν ἐπὶ τῆς κοινῆ[ς ἑσ]τίας κατὰ τὰ πάτ[ρια, ἐ]πόμπευσεν δὲ καὶ τῇ Ἀρτέμιδι τῇ Ἀγροτέραι. μέγιστον δὲ νομ[ίσ]ας
εἶναι κόσμον τῆι πατρίδι τὴ[ν] εὐταξίαν αὐτῶν καὶ ἀνδρείαν [κατε]σκεύασεν αὑτὸν ἄξιον τῆς τοῦ δήμου προαιρέσεως πρέπουσαν ἑαυ-
l. 60 τῶι ἀγωγὴν ποιήσαμενο[ς] καὶ ἀξίαν τ[οῦ τ]ε δήμου καὶ αὐτῶν τῶν ἐφήβων, ἄγων αὐτοὺς δι᾿ὅλου τοῦ ἐνιαυτοῦ εἰς τὰ γυμνάσια κ[α]ὶ ποιού-
μενος αὐτῶν πᾶσι φανε[ρὰ]ν τὴν ἐπιστ[ασ]ίαν καὶ τὸ πρέπο[ν] συντηρῶν καὶ ἀν[ε]γκλήτους αὐτοὺς πα[ρεχόμενος] ἐν ὅλῳ τῶι ἐνιαυτῶι καὶ πει-
θαρχοῦντας τοῖς παραγγε[λ]λομένοις ὑπ[ὸ τ]ε τῶν στρατη[γῶ]ν καὶ ἑαυτοῦ καὶ τῶν [δ]ιδασκάλων. προ[ενοήθη δὲ καὶ τῆς πα]ιδείας αὐτῶ[ν] ἐν ἅπασιν
καὶ σωφροσύνης τοῖς [φιλοσ]όφοις αὐτοὺ[ς π]αρακαθίζων [καὶ σ]χολάζων ἅπασιν τοῖς [-----------δι᾿ ὅλου το]ῦ ἐνιαυτοῦ
ὁμοίως δὲ καὶ τ[ῆς ἐν τοῖς] γράμμασιν [αὐ]τῶν ὠ[φελίας ἐφρόν]τισε σχολάζων Ζηνοδ[ότωι-------]ς μελέτας
l. 65 καὶ γυμνασίας, ὁμ[οίως δ]ὲ καὶ ἐν τοῖς [κατ]απα[λταφεσίας ἀσ]κήμασιν ποιούμενος αὐ[τῶν πρόνοιαν τῆς πρὸς ἀ]λλήλους φιλοτ[ιμί]ας. ἐποιήσα-
το δὲ καὶ τὰς ἐξόδους [αὐ]τῶν ἐν ὅπλ[οις ἐ]πὶ τε [τὰ φρούρια καὶ] τὰ ὅρια τῆς Ἀττικῆς [οὐδεμίαν κακοπαθ]ίαν ὑ[φι]ξόμενος καὶ ἐκαλ[λι]έρησεν ὑπὲρ
τοῦ δήμου ἐπὶ τῶν κα[τ]ὰ τὴν χώρα[ν ἱε]ρῶν. ἔθυσε[ν δὲ καὶ τ]ὰς ἄλλας θυσίας τοῖς [θεοῖς μ]ετ᾿αὐτῶν ἁπάσας καὶ ἐκαλλιέρησ[εν κ]αὶ ἐπïhν)eθη
ὑπὸ τε τῆς βουλῆς καὶ τ[ο]ῦ δήμου ἐπὶ ταῖς γεγονεί[αις μετ᾿αὐτῶν] εὐσεβῶς καὶ φιλοδ[όξως] <ου> θυσίαις. ἔθυσεν δὲ καὶ τοῖς ευεργέτ[αι]ς οἷς καθῆκον
ἦν. ἤγαγεν δὲ καὶ ἐπὶ τὸ ἐμ Μ[αρ]αθῶνι πολυάνδρε[ιον καὶ ἐστεφ]άνωσάν καὶ ἐνήγ[ισ]αν τοῖς κατὰ πόλεμον τελευτήσασιν ὑπ[ὲρ] τῆς ἐλευθε-
l. 70 ρίας. ἤγαγεν δὲ καὶ εἰς [τὸ Ἀμφιάρ]αον καὶ ἱστ[ορή]σαν[τες τὴν γεγονε]ῖαν τοῦ ἱεροῦ [ἀπὸ ἀρ]χαίω[ν] χρόνων ὑπὸ τοῦ δήμου προστασίαν κ[αὶ] θύσαντες
ἀπῆλθον αὐθημερεὶ εἰς [τὴν ἑ]αυτῶν χώραν. ἀνέπ[λευσεν δὲ καὶ] ἐπὶ Τρόπ[αιον καὶ] ἔθυσεν [τ]ῶι Διὶ τῶι Τ[ροπ]αίωι. ἐποιήσατο δὲ καὶ ἁμίλλας
τῶν πλοίων ἐν ταῖς γ[ενομέ]ναις ἐ[μ Πειραιε]ῖ θυ[σίαις καὶ πο]μπαῖς. ἔ[πλευσεν]ν δὲ καὶ εἰς [Σ]αλαμῖνα τ[οῖ]ς Αἰαντείοις καὶ πομπεύσας καὶ
θύσας τῶι Αἴαντι ἐπη[ινέθη κα]ὶ ἐσ[τεφανώθη ὑπὸ τῶν τὴν νῆ]σον [κ]ατ[οικού]ντων ἐπὶ τῶ[ι] εὐτάκτ[ως] καὶ εὐσχημόνως πεποιῆσθαι τὴν
ἐπιδημίαν. ὑπαπάντ[ησεν δὲ καὶ τ]ο[ῖς ἱεροῖς καὶ αὐτά προέπεμ]ψεν, ὁμ[οίως] δὲ καὶ τῶι Ἰάκχωι. συντετέ[λ]εσεν δὲ τάς τε πομπὰς καὶ τὰς
l. 75 λαμπάδας. ἐποιήσατο δ[ὲ καὶ τοὺς ἐν τοῖς γυμνασ[ίοις δρόμους, καὶ τ]οῖς φίλοι[ς καὶ συμ]μάχοις Ῥωμα[ί]οις ἐποιήσατο τὰς ἀπαντήσεις. παρέπεμψε δὲ καὶ
τὴν Παλλάδα Φαληροῖ κα[κεῖθεν συνεισή]γαγεν μετὰ φω[τός, ὁμοίως δὲ καὶ τ]ὸν Διό[νυσο]ν συνεισήγαγ[ε]ν εἰς τὸ θέατρον. ἐφήδρευσεν δὲ καὶ ταῖς ἐκκλησί-
αις ἐν ὅπλοις εὐτακτοῦν[τας τοὺς ἐφήβο]υς παρεχόμενο[ς. ἐποιήσατο δὲ καὶ τὰς ἀποδε]ίξεις αὐτῶν [τῆι] βουλῆι ἔν τε τοῖς Θησείοις καὶ Ἐπιταφ[ί]οις καὶ τοὺς κα-
θήκοντας δρόμους συν[ετέλεσε]ν, ὁμοίως δὲ ἀπ[ήντησεν καὶ τοῖς Διισωτ]ηρίοις. ἐπο[ιήσ]ατο δὲ καὶ τὰς ἄρσεις τῶν βοῶν ἐπάνδρως ἔν τε Ἐλευ-
σῖνι τῆι θυσίᾳ καὶ τοῖς Πρ[οηροσίοις. ἤ]ρατο δὲ κα<ὶ> τοὺς [βοῦς ταῖς ἄλλαις θυσίαις. ἐδ]ωκεν δὲ [μ]ετὰ τῶν ἐφ[ή]βων κα[ὶ] εἰς τὴν φιάλην τῆι Μητρὶ τῶν Θε-
l. 80 ῶν τοῖς ἐπὶ ταῦτα καθ[εσταμένο]ις κατὰ τὸ ψήφ[ισμα τοῦ δήμου δραχμὰς ἑβδομήκοντα] καὶ ἄλ[λ]ην φιάλην μετ᾿αὐτῶν προσανέθηκ[ε]ν ἀ[ργυ]ρᾶν ἐν τῶι ἐν
Ἐλευσῖνι ἱερῶι. ἀνενεώ[σατο δὲ] διὰ πλειόνων ἐτ[ῶν καὶ τὴν ἐκλε]λοι[πυῖαν τοῦ ὀργάν]ου μ[άθ]ησιν καὶ χρῆσ[ιν] προτρε[ψ]άμενος αὐτοὺς ἐπὶ τε τῶι τῆς

34 πόλεως συμφέροντι κ[αὶ τῶι αὐ]τῶν ἐκείνων εὐ[σχήμον]ι θεραπ[εύσαντας ἐκ] τῶν ἰδίων ἕν[α τῶ]ν ἀρχαίων καταπαλτῶν καὶ τὰ ἐλλεί-
ποντα προσκατασκευά[σαντας] ποεῖσθαι τὰς με[λέτας. ἐποιεῖτο] δὲ πρόνο[ιαν τοῦ δια]τηρῆσαι τ[ὴν φιλοτι]μίαν αὐτῶν προσ[κ]αρτερῶν [καὶ]
προσεδρεύων ἐν ὅλω[ι τῶι ἐνιαυ]τῶι καὶ συνεσχό[λαζεν το]ῖς μαθήμ[α]σ[ιν αὐτ]ῶν καὶ εὐτά[κτως ἄρξα]ς καὶ τἆλλα τὰ κατὰ τὴν ἀρχὴν [καλῶς]
l. 85 καὶ δικαίως διεξήγαγε[ν ἴσως κ]αὶ ὁμοίως πάντων ἄρξα[ς, καὶ διε]τήρησεν [αὐ]τοὺς ὁμονοοῦ[ντας καὶ ὑγιαίν]οντας καὶ τὴν πρὸς ἀλλήλους [φιλίαν]
συντηροῦντας πατρ[ικ]ὴν ἅ[π]ασι προσφερόμενος εὔνοι[αν. ἀνθ]᾿ ὧν αὐτὸ[ν κ]αὶ οἱ ἔφηβοι ἐσ[τ]εφάνω[σαν] χρυσῶι στεφάνω[ι καὶ] εἰ[κόνι χαλ-]
κῇ ὄντες ἀκόλουθοι τῆι διὰ προγόνων παραδεδομέν[ηι τοῖς] Ἀθηνα[ίοι]ς εὐχαριστία[ι κ]αὶ ἀποδ[εικνύ]μενοι τὴν γεγο[νεῖα]ν εἰς αὐ-
τοὺς ἐν ὅλωι τῶι ἐνιαυτῶι καλοκἀγαθίαν καὶ εὔνοιαν. ἔδ[ωκεν] δὲ κ[αὶ τ]ὰς εὐθύνας [κα]τὰ τὸν νόμο[ν. ἵ]να οὖν καὶ ἡ βουλή [καὶ] ὁ δῆμος φανε-
ροὶ γίνωντ]αι τιμ[ῶντε]ς καταξίως τοὺς φιλαγαθοῦντας τ[ῶν κοσμ]ητῶν καὶ ἄρχοντας δικα[ί]ως καὶ κατὰ το[ὺ]ς νόμους καὶ ἀποδε[ικ]νυμένους τὴν
l. 90 εἰς ἑαυτοὺς εὔν[οιαν], γίνωνται δὲ κα[ὶ] ἄλλοι ζηλωταὶ τῶ[ν αὐτῶν], ἀγαθῆι Τύχηι δεδόχθα[ι] τῆι βουλῇ, τοὺς λαχόντας προέδρο[υς] εἰς τὴν ἐπιοῦ-
σαν ἐκκλησίαν χ[ρ]ηματίσαι περὶ τούτων, γν]ώμην δὲ [ξυμ]β[άλλ]εσθαι τῆς [βου]λῆς ε[ἰ]ς τὸν δῆμον ὅτι δο[κε]ῖ τῆι βουλ[ῆι], ἐπαινέσαι τὸν κοσ-
μητὴν τῶν ἐφήβ[ω]ν τῶν ἐπὶ Δημητρίου ἄρχοντος Διονύσιο[ν Σ]ωκρά[του Φυλά]σιον καὶ στεφανῶσαι χρυσ[ῶι] στεφά[ν]ωι κατὰ τὸν νόμον
ἀρετῆς ἕνεκεν κ[αὶ δ]ικαιοσύνης ἣν ἔχων διε[τ]έλεσεν εἰς τε τὴν βουλὴν κ]αὶ τὸν δῆμον, καὶ ἀνειπ[εῖν] τὸν στέ[φ]ανον τοῦτον Διονυσί-
ων τε τῶν ἐν ἄστ[ε]ι καινοῖς τραγῳδοῖς κα[ὶ] Παναθηναίων καὶ Ἐλευ[σινίων τοῖς γυμνικ]οῖς [ἀγῶσιν. τῆς δὲ ἀ]ναγορε[ύ]σεως τοῦ στεφάνου ἐπι-
l. 95 μεληθῆναι τοὺς [στ]ρατηγοὺς. ἐπικεχωρῆσθαι δὲ Διονυσίωι καὶ τ[ὴν ἀνάθεσιν τῆς εἰκόνος ποιήσασθαι ἧι ἐστεφάνω]σαν αὐτὸν οἱ ἐφηβεύσαντες οὗ
μὴ οἱ νόμοι ἀπαρογ[εύου]σιν. εἶναι δὲ αὐτῶι καὶ ἄλλο ἀγαθὸν [εὑ]ρέσθ[αι παρὰ τοῦ δήμου οὗ ἂν] δοκῇ ἄξιος εἶναι. ἀναγράψαι
δὲ τόδε τὸ ψήφισ[μ]α τὸν γραμματέα τὸν κατὰ πρυτα[νείαν ἐν στήλαις λιθίναις δυσὶν καὶ στῆσαι μ]ίαν μὲν ἐν ἀγορᾶι, τὴν δὲ ἑτέ-
ραν οὗ ἂν ἐπιτήδειον εῖναι φαίνηται. [ε]ἰς δὲ τὴν [ἀν]αγ[ρ]αφὴν [καὶ τὴν ἀνάθεσιν τῶν στηλῶν τὸ γενό]μενον ἀνάλωμα μερίσαι
τὸν ταμίαν τῶν στρατιοτικῶν.

35Traduction

  • 12 Les ἐγγραφαί sont probablement l’inscription officielle des éphèbes sur la liste de l’année (distin (...)
  • 13 hiéra.
  • 14 eucosmia.
  • 15 Zénodote (l. 19) est un philosophe stoïcien, successeur de Diogène de Babylonie (Diogène Laërte 7.3 (...)
  • 16 cf. l. 69.
  • 17 enasgismoi.
  • 18 προαίρεσις ne doit pas être compris ici dans le sens banal que l’on trouve couramment dans les décr (...)
  • 19 Le mot hupéretas désigne un serviteur, en particulier, il s’applique au pluriel aux aides de camp d (...)
  • 20 ἐπιστασία (de ἐφίστημι : fixer son attention sur quelque chose) signifie attention, observation att (...)
  • 21 Pour le sens de sôphrosunè : Ferrary 1988, 438.
  • 22 eudoxia.
  • 23 hiéra.
  • 24 kalôs kai dikaiôs.
  • 25 kalokagathia.

36l. 1 Dieux.
Sous l’archontat de Nicodèmos la tribu Aigéis exerçant la troisième prytanie, durant laquelle Épigénès, fils d’Épigénès, (du dème) d’Oinoè était secrétaire, le 8e jour intercalaire de Boédromiôn selon l’archonte et le 9e selon le dieu, le 9 de la prytanie. Assemblée principale (réunie) au théâtre. Parmi les proèdres, c’est Timôn, fils de Théopompos, (du dème) de Paiania qui a mis aux voix avec ses collègues.
l. 5 Il a plu au Conseil et au Peuple. Aphrodisios, fils d’Aphrodisios, (du dème) d’Azènia a fait la proposition.
Attendu que les éphèbes (en fonction) sous l’archontat de Démétrios [123/122], ayant accompli, lors de l’“Inscription”12 au Prytanée, les sacrifices au Foyer commun du Peuple, avec leur cosmète, le Prêtre du Peuple et des Charites et les exégètes, conformément aux lois et aux décrets du Peuple, ont défilé en procession en l’honneur d’Artémis Agrotéra, ont aussi accueilli et escorté les objets sacrés13, de même que (la statue d’)Iacchos ; (attendu qu’)ils ont aussi soulevé les bœufs pour le sacrifice à Éleusis ainsi que pour les Proèrosia, pour les autres sacrifices et pour les (sacrifices) aux gymnases ; (attendu qu’)ils ont disputé les courses, ont aussi escorté les processions et ont couru les courses aux flambeaux qui conviennent ;
l. 11 (attendu qu’)ils ont sorti et accompagné (la statue de) Pallas au Phalère et, de là, l’ont reconduite aux flambeaux avec un bon ordre14 parfait ; (attendu qu’)ils ont aussi conduit aux flambeaux (la statue de) Dionysos de l’Eschara jusqu’au théâtre et qu’ils ont envoyé aux Dionysies pour la procession un taureau digne du dieu qu’ils ont sacrifié dans le sanctuaire, raison pour laquelle ils ont été couronnés par le Peuple ; (attendu que), pour accomplir le sacrifice à Athéna Nikè, ils ont escorté dans la procession d’une manière belle et convenable une vache qu’ils ont sacrifiée à la déesse sur l’Acropole, et (qu’)ils ont accompli les autres sacrifices qui conviennent pour les dieux et les évergètes conformément aux lois et aux décrets ; (attendu qu’)ils ont constamment fréquenté les gymnases durant toute l’année et obéi à leur cosmète et (que), dans la pensée que rien n’était plus important et plus nécessaire que de maintenir la discipline dans les leçons données par le Peuple, ils n’ont cessé d’être irréprochables et d’obéir aux ordres de leur cosmète et de leurs maîtres ;
l. 19 (attendu qu’)ils ont aussi assidûment suivi durant toute l’année l’enseignement de Zénodote au Ptolémaion et au Lycée15 ainsi que celui de tous les autres philosophes établis au Lycée et à l’Académie ; (attendu qu’) ils ont aussi siégé en armes (aux séances de) l’Assemblée en bon ordre ; (qu’)ils ont salué officiellement en toute occasion les Romains en visite, qui sont (nos) amis et (nos) bienfaiteurs ; (attendu que), aux Épitaphia, ils ont aussi disputé une course en armes, la course au départ du tombeau collectif et les autres (courses) convenables et (qu’)ils ont fait une parade en armes aux Théseia et aux Épitaphia ; (attendu qu’)ils ont remis, conformément au décret du Peuple, soixante dix drachmes pour la phiale de la Mère des Dieux à ceux qui en ont la charge et (qu’)ils ont, en outre, consacré une seconde (phiale) dans le sanctuaire d’Éleusis ; (qu’)ils sont aussi sortis en armes aux frontières de l’Attique, reconnaissant le territoire et les routes […..] et se sont rendus dans des sanctuaires du territoire dans lesquels ils ont constamment accompli des sacrifices pour le salut du Peuple, que les dieux ont accueillis favorablement ; (attendu qu’)ils se sont rendus au tombeau collectif [de Marathon]16 et (qu’)ils ont consacré une couronne et fait des sacrifices17 en l’honneur de ceux qui sont morts durant la bataille pour le salut de la liberté ; (attendu qu’)ils sont allés aussi à l’Amphiaraion et (qu’)ils y ont enquêté pour connaître les droits de propriété acquis autrefois par leurs ancêtres sur le sanctuaire et, (qu’)après avoir accompli un sacrifice, ils sont rentrés le même [jour sur leur territoire] ; (attendu qu’)ils se sont aussi rendus par mer jusqu’au Trophée et (qu’)ils ont offert un sacrifice en l’honneur de Zeus Tropaios et (qu’)ils ont disputé dans la procession pour les Grands Dieux une joute navale ; (attendu que), aux Mounichia, ils ont aussi fait la course pour entrer dans le port de Mounichie ; (attendu qu’ils ont fait) de même aux Diisôtéria ; (attendu qu’)ils ont pris part aux Ajanteia avec leurs navires et (que), là, en disputant une joute navale et, après avoir participé à la procession et accompli le sacrifice en l’honneur d’Ajax, ils ont reçu l’éloge des [habitants de l’île] et ont été couronnés d’une couronne d’or pour avoir accompli leur séjour avec discipline et en bon ordre ; (attendu que), de plus, ils ont conservé entre eux la concorde et l’amitié, sans une dispute durant toute l’année en suivant la doctrine18 du cosmète ; (attendu qu’)ils ont fait devant le Conseil la revue en armes qui convenait, conformément à la loi ; (attendu que), se comportant en amoureux du bien à l’égard de toutes choses et voulant agir [conformément à la doctrine] du cosmète dans l’intérêt de la cité et pour leur bien, ils ont remis en service à leurs frais l’une des vieilles catapultes pour lancer des pierres, et (que), ayant remis des pièces neuves, ils ont restauré, après tant d’années, l’usage et le maniement de l’engin ; (attendu qu)’ils ont appris [à la manier] et (qu’) ils s’en sont servis pour s’exercer ; (attendu que) dans tous les autres domaines, ils n’ont cessé aussi de se comporter d’une manière irréprochable, ayant souci […] à leurs propres frais [?…].
l. 37 Afin donc que le Conseil et le Peuple montrent de manière évidente qu’ils récompensent ceux qui le méritent et qui obéissent aux lois, aux décrets et au cosmète dès leur prime jeunesse, à la bonne Fortune, plaise au Conseil que les proèdres tirés au sort pour la prochaine (séance de l’)[Assemblée] mettent ce sujet en débat et introduisent une proposition devant le Peuple (disant) que le Conseil décide d’accorder l’éloge aux éphèbes en fonction sous l’archontat de Démétrios et de les couronner d’une couronne d’or pour prix de leur piété à l’égard des [dieux] et de la discipline dont ils n’ont cessé de faire preuve durant toute l’année (écoulée) et de (leur) zèle à l’égard du Conseil et du Peuple et de proclamer cette couronne au concours des tragédies nouvelles des Dionysies urbaines et aux concours gymniques des Panathénées et des Éleusinia. Que les stratèges et le trésorier des fonds militaires se chargent de la proclamation de la couronne. Qu’on accorde aussi l’éloge aux maîtres et au pédotribe, Timôn, fils de Timarchos, (du dème) de Boutadai et à l’hoplomaque Satyros, fils d’Héracleidès, (du dème) de Kèphisia, à l’acontiste Nicandros, fils de Démétrios, (du dème) d’Euônymon, au toxète Asclépiadès fils d’Aristocratès (du dème) de Marathon, au catapaltaphète Chalkèdôn, fils de Chalkèdôn, (du dème) de Périthoidai et aux serviteurs19 Satyros, fils d’Apollônios, (du dème) d’Halimonte, Hiérôn, fils d’Héracleidès, (du dème) d’Anagyronte et Athénaiôn, fils d’Isidôros, (du dème) de Halai et de couronner chacun d’entre eux d’une couronne de feuillage. Que le secrétaire de la prytanie fasse transcrire ce décret sur deux stèles de marbre et qu’il en fasse ériger une sur l’agora, l’autre, là où cela lui semblera convenable ; pour la transcription et la consécration des stèles que le trésorier prélève les frais engagés sur la caisse des fonds militaires.
l. 50 Sous l’archontat de Nicodèmos, la tribu Antiochis exerçant la quatrième prytanie, durant laquelle Épigénès, fils d’Épigénès, (du dème) d’Oinoè était secrétaire, le 11 de Pyanepsiôn, le 10 de la prytanie. Assemblée principale (réunie) au théâtre. Parmi les proèdres, c’est Théotélès, fils d’Eucleidès, (du dème) de Thria qui a mis aux voix avec ses collègues.
Il a plu au Conseil et au Peuple. Aphrodisios, fils d’Aphrodisios, (du dème) d’Azènia a fait la proposition.
Attendu que le Peuple met continuellement tout son zèle dans l’éducation et la discipline des éphèbes, voulant que ceux qui passent de l’enfance à l’état d’homme de bien deviennent les héritiers de leur patrie et qu’il leur a ordonné par l’entremise des lois de reconnaître le territoire, les forts et les montagnes de l’Attique et de faire en armes l’entraînement approprié à la guerre ; (attendu qu’)il a couronné la cité des trophées les plus beaux et les plus vénérables grâce à une telle éducation, et qu’il a, pour cette raison aussi, désigné un cosmète (citoyen choisi) parmi ceux qui ont toujours vécu de la manière la plus exemplaire ; (attendu que), en plus de tout cela, le cosmète Dionysios, fils de Socratès, (du dème) de Phylè, en fonction pour l’année de l’archontat de Démétrios, ayant mérité la confiance placée en lui par le Peuple, a accompli avec eux un sacrifice, lors de l’“Inscription” des éphèbes, sur le Foyer commun, selon la tradition et a participé à la procession en l’honneur d’Artémis Agrotéra ; (attendu que), convaincu que leur discipline et leur courage sont une très belle parure pour leur patrie, il s’est rendu digne du choix du Peuple en ayant élaboré pour son propre usage une méthode digne du Peuple et des éphèbes eux-mêmes, les conduisant durant toute l’année aux gymnases et rendant évidente aux yeux de tous l’attention qu’il leur portait20 et sauvegardant la morale et veillant à ce qu’ils soient irréprochables durant toute l’année et à ce qu’ils obéissent aux ordres donnés par les stratèges par lui et par leurs maîtres ; (attendu qu’)il a aussi pourvu à leur culture en toutes circonstances et à leur formation morale21 en assistant avec eux aux cours des philosophes et en suivant pendant toute l’année l’enseignement de ceux qui […] ; (attendu que), de la même façon, il a veillé à ce qu’ils progressent dans l’étude des lettres en leur faisant fréquenter le cours de Zénodote […] conférences et exercices ; (attendu que), de la même façon, il a veillé à ce qu’il rivalisent de zèle dans les exercices de maniement de la catapulte ; (attendu qu’)il a aussi participé à leurs excursions en armes dans les forts et aux frontières de l’Attique, sans leur infliger aucun mauvais traitement et (qu’)il a obtenu des sacrifices favorables pour le salut du Peuple dans les sanctuaires du territoire ; (attendu qu’)il a accompli aussi avec eux tous les autres sacrifices en l’honneur des dieux qui ont été reçus favorablement, et (qu’) il a été gratifié de l’éloge par le Conseil et le Peuple à cause des sacrifices accomplis avec eux avec piété et souci de la bonne renommée22 ; (attendu qu’)il a aussi accompli les sacrifices qui convenaient en l’honneur des évergètes ; (attendu qu’)il a conduit (les éphèbes) au tombeau collectif de Marathon et (qu’)ils ont consacré une couronne et fait des sacrifices en l’honneur de ceux qui sont morts durant la bataille pour le salut de la liberté ; (attendu qu’)il les a aussi conduits à l’Amphiaraion et (qu’)ils ont enquêté pour connaître les droits de propriété acquis autrefois par le Peuple sur le sanctuaire et, que, après avoir accompli un sacrifice, ils sont rentrés le même jour sur leur territoire ; (attendu qu’)il s’est rendu par mer jusqu’au Trophée et (qu’)il a sacrifié à Zeus Tropaios ; (attendu qu’)il a aussi participé aux joutes navales dans les sacrifices et les processions qui ont eu lieu au Pirée ; (attendu qu’)il a pris la mer pour Salamine à l’occasion des Ajanteia et (que), là, après avoir participé à la procession et accompli le sacrifice en l’honneur d’Ajax, il a été gratifié de l’éloge et d’une couronne par les [habitants] de l’île pour avoir accompli le séjour d’une manière disciplinée et convenable ; (attendu qu’)il a aussi accueilli les objets sacrés23 et (qu’)il a conduit la procession, ainsi que (la statue d’)Iacchos ;
l. 75 (attendu qu’)il a aussi accompli les processions et les courses aux flambeaux, (qu’)il a aussi participé aux courses dans les gymnases et (qu’)il a fait les salutations officielles pour les Romains, qui sont nos amis et nos alliés ; (attendu qu’)il a aussi accompagné (la statue de) Pallas au Phalère et, de là, l’a reconduite avec une torche et a aussi accompagné (la statue de) Dionysos jusqu’au théâtre ; (attendu qu’)il a fait siéger les éphèbes en armes avec discipline dans les réunions de l’Assemblée en y assistant en personne ; (attendu qu’)il a fait avec eux leurs revues en armes au Conseil, aux Théseia et aux Épitaphia et (qu’)il a couru avec eux les courses qui convenaient et (que), de même, il est venu les voir aux Diisôtéria ; (attendu qu’)il a aussi soulevé les bœufs virilement pour le sacrifice à Éleusis et aux Proérosia ; (attendu qu’)il a aussi soulevé les bœufs pour les autres sacrifices ; (attendu qu’)il a remis avec les éphèbes à ceux qui en ont la charge selon le décret du Peuple, soixante-dix drachmes pour la phiale destinée à la Mère des Dieux et (qu’)il a, en outre, consacré avec les éphèbes une seconde phiale en argent dans le sanctuaire d’Éleusis ; (attendu qu’)il a aussi restauré après de nombreuses années le maniement et l’usage [des machines de guerre] abandonnées en les incitant à s’(y) exercer dans l’intérêt de la cité et pour leur propre moralité, puisqu’ils avaient réparé à leurs frais l’une des vieilles catapultes et remplacé les pièces manquantes ; (attendu qu’)il s’est donné comme objectif de sauvegarder leur amour des honneurs avec persévérance et assiduité durant toute l’année et (qu’)il a assisté à leurs cours et (que), ayant rempli scrupuleusement sa charge, il a mené à bonne fin tout ce qu’impliquait sa charge en toute morale et en toute justice24, avec un esprit d’égalité et d’équité et les a gardés en bonne entente et en bonne santé, faisant preuve à l’égard de tous de la bienveillance d’un père ; (attendu que), en échange de cela, les éphèbes l’ont couronné d’une couronne d’or et d’un portrait de bronze, en conformité avec le devoir de reconnaissance que leurs ancêtres ont transmis aux Athéniens et en manifestant les (mêmes) excellentes qualités physiques et morales25 et la (même) bienveillance dont ils ont bénéficié durant toute l’année et (attendu qu’)il a rendu ses comptes conformément à la loi.
Afin donc que le Conseil et le Peuple montrent clairement qu’ils estiment à leur juste valeur ceux qui, parmi les cosmètes, sont préoccupés du bien, exercent leur charge avec équité et conformément aux lois et manifestent de la bienveillance à l’égard du Peuple et afin que les autres fassent preuve d’émulation à leur égard, à la bonne Fortune, plaise au Conseil que les proèdres qui seront tirés au sort pour la prochaine réunion de l’Assemblée mettent en débat cette question et introduisent une proposition du Conseil devant le Peuple, comme quoi le Conseil décide d’accorder l’éloge au cosmète des éphèbes en fonction sous l’archontat de Dionysios, fils de Socratès (du dème) de Phylè et de le couronner d’une couronne d’or conformément à la loi, pour prix de la valeur et de l’équité dont il n’a cessé de faire preuve à l’égard du Conseil et du Peuple et de proclamer cette couronne aux Dionysies urbaines dans [le concours] des tragédies nouvelles et dans les concours gymniques des Panathénées et des Éleusinia. Que les stratèges se chargent de la proclamation de la couronne. Qu’il soit accordé à Dionysios (le droit) de consacrer le portrait par lequel les éphèbes le récompensent là où les lois ne l’interdisent pas. Qu’il y ait pour lui une autre récompense à déterminer de la part du Peuple, celle qui lui paraîtra méritée. Que le secrétaire de la prytanie fasse transcrire ce décret sur deux stèles de pierre et qu’il les fasse placer, l’une sur l’agora, l’autre où cela paraîtra convenable. Pour la gravure et la consécration des stèles que le trésorier prélève les frais engagés dans la caisse des fonds militaires.

37Sept couronnes disposées sur sept colonnes :
l. 100
Ἡ βουλὴ ὁ δῆμος
τὸν κοσμητὴν
in corona
Διονύσιον
Σωκράτου
Φυλάσιον

Ἡ βουλὴ ὁ δῆμ[ο]ς
in corona
τοὺς [ἐφήβους]

Ἡ βουλὴ ὁ [δ]ῆμος
in corona
τὸν κοσμητὴν
Διονύσιον
Σωκράτου
Φυλάσιον

[Οἱ ἔφηβοι]
in corona
[τὸν κοσμη]τὴν
[Διο]νύσιον
[Σ]ωκράτου
[Φ]υλάσιον.

ὁ δῆμος τὸν κοσμητὴν
in corona
Διονύσιον
Σωκράτου
Φυλάσιον
καὶ τοὺς
ἐφήβους

Ἡ βουλὴ ὁ [δ]ῆμος
in corona
τοὺς
[ἐφήβ]ου[ς]
Une septième couronne effacée.
[Ο]ἱ ἐφηβεύσαντες [ἐπὶ Δημη]τρίου ἄρχ[οντ]ος.
Suivent les noms des éphèbes rangés par tribu
.

38Plan

39Premier décret : en l’honneur des éphèbes en Boédromiôn 122/121.

40l. 1-6 : intitulé.

41l. 6-38 : considérants.

42l. 6-16 : participation des éphèbes à la cérémonie d’inscription, à diverses processions, en particulier celle d’Éleusis.

43l. 16-20 : éducation physique et intellectuelle des éphèbes dans les gymnases et dans les écoles de philosophie.

44l. 20-32 : participation à des manifestations politiques à Athènes (sièger en armes à l’Assemblée, saluer les Romains invités) et à des fêtes religieuses en Attique (à Marathon, à Oropos, au Pirée, à Salamine).

45l. 32-38 : jugement sur la manière dont les éphèbes se sont comportés avec la mention d’une initiative inhabituelle qu’ils ont prise (réparation d’un vieil engin de guerre).

46l. 37-38 : formule hortative.

47l. 38-49 : décisions. Éloge, couronne d’or, proclamation de la couronne pour les éphèbes. Éloge, couronne de feuillage pour les divers instructeurs des éphèbes.

48Second décret : en l’honneur de leur cosmète, Dionysios, fils de Socratès du dème de Phylè en Pyanepsiôn 122/121.

49l. 50-52 : intitulé.

50l. 52-87 : considérants.

51l. 88-90 : formule hortative.

52l. 90-99 : décisions. Éloge, couronne d’or, proclamation de la couronne pour Dionysios avec un portrait peint offert par les éphèbes, ainsi qu’une autre récompense à déterminer par l’Assemblée.

53Le Conseil et le peuple
(dans une couronne)
aux éphèbes.

Le Conseil et le peuple
(dans une couronne)
aux [éphèbes].

Le Conseil et le Peuple
(dans une couronne)
au cosmète
Dionysios,
fils de Socratès,
(du dème) de Phylè.

[Les éphèbes]
(dans une couronne)
au cosmète
Dionysios,
fils de Socratès,
(du dème) de Phylè.

Le Peuple au cosmète
Dionysios,
fils de Socratès,
(du dème) de Phylè
et aux
éphèbes.

Le Conseil et le Peuple
(dans une couronne)
aux
éphèbes.
Une septième couronne effacée.
l. 106 (Liste de) ceux qui ont accompli leur éphébie sous l’archontat de Démétrios.
(Suit la liste des éphèbes rangés par tribu, y compris des étrangers).

54Commentaire

55La stèle porte deux décrets : l’un en l’honneur des éphèbes, l’autre, de leur cosmète. Ainsi disposons-nous d’une description du déroulement de l’éphébie, d’abord du point de vue des éphèbes et ensuite du point de vue du magistrat responsable. Naturellement, les textes se recoupent, sans malheureusement suivre le même ordre, qu’on aurait, dans le cas contraire, pu interpréter sûrement comme chronologique. Les décrets de 122/121 s’inscrivent dans une série de textes très semblables les uns aux autres, dont la gravure suffit à démontrer le vif intérêt que la cité manifestait pour l’institution éphébique. Tous font allusion à une série de règlements qui ont été votés par l’Assemblée sous forme de décrets et qui instituent, chacun, une ou des modifications du fonctionnement de l’éphébie. En effet, l’“été indien” apparaît comme une période dans laquelle Athènes veut reprendre en main l’institution pour des raisons intérieures (le rang qu’elle veut tenir dans le monde grec, même si elle n’est plus une grande puissance) et des raisons extérieures (l’ouverture de l’éphébie aux étrangers permet aux élites athéniennes de fréquenter celles des puissances politiques ou économiques importantes, en particulier celles de Rome). Double moyen de ne pas insulter l’avenir.

  • 26 Pélékidis 1962, 215.

56Même s’il est difficile de reconstituer chronologiquement les activités des éphèbes durant leur année de “service civique”26, car l’ordre adopté pour les décrire diffère dans la série de décrets, leur contenu est assez semblable et nous permet donc d’en faire un tableau.

  • 27 Perrin-Saminadayar 2007, 52-58.

57L’éphébie dont il s’agit n’est plus celle qui nous est bien connue par le texte de l’Athénaiôn politeia d’Aristote (c’est-à-dire celle que Lycurgue avait mise en place après la défaite de Chéronée, en 335/334). À la fin du ive siècle, l’éphébie fut à nouveau restaurée et devint annuelle ; cessant de la financer, la polis exigea des participants qu’ils paient leur panoplie. Il y eût alors au lieu des 500 éphèbes annuels du temps de Lycurgue (en fait 1000, au même moment, 500 éphèbes de première année et 500 de seconde année) seulement entre 20 et 50 éphèbes par an. Cette situation perdura jusqu’à la Guerre de Persée. La réforme qui rendait l’éphébie facultative et qui dispensait la cité de son financement eut pour conséquence que seuls les plus riches citoyens avaient la possibilité matérielle et le désir d’y faire participer leurs fils, qui constituaient, dès lors, l’élite d’une génération destinée à exercer les magistratures27.

  • 28 Arist., AP, 42.3 ; IG II2,1006, l. 44-46.

58L’aspect militaire de l’institution est bien visible pour les contemporains dans la participation des éphèbes en armes aux processions et aux séances de l’Assemblée ou du Conseil et, pour nous, dans le fait que le trésorier des stratiôtica doit payer la gravure et l’érection des stèles en prélevant la somme nécessaire dans la caisse des fonds militaires (l. 49 et 99). Cependant, les aspects proprement militaires sont peu évoqués dans les décrets, sinon par la mention des techniciens qui enseignent les disciplines spécialisées et dont la liste ne diffère pas de celle d’Aristote lorsqu’il décrit la réforme de Lycurgue. Leur nom nous est connu par l’Athènaiôn Politeia : instructeurs (didascaloi), acontiste (pour le javelot), catapaltaphéte (pour le maniement de la catapulte), hoplomaque (pour la manœuvre de la phalange hoplitique), toxète (pour l’arc)28.

  • 29 Habicht 2006, 256.

59Chr. Habicht explique qu’Athènes avait “maint(enu) l’éphébie sous la forme d’une école préparant l’élite de la jeunesse à des tâches futures de commandement”29. La baisse considérable des effectifs par rapport à l’époque de Lycurgue interdit dès le iiie s. de considérer les éphèbes comme une force militaire significative. De surcroît, à la fin du iie s., la cité n’a plus les moyens matériels d’assurer une véritable formation dans ce domaine : les éphèbes de 123/122 sont félicités pour avoir remis en usage les engins de guerre destinés à l’entraînement, qui s’étaient dégradés parce qu’ils n’étaient plus utilisés et pour avoir réinstauré (ἀνανέοῦσθαι) la pratique de cet exercice (l. 34-36).

  • 30 Perrin-Saminadayar 2007, 263 (contra Pélékidis 1962, 267).
  • 31 Perrin-Saminadayar 2007, 261-264.

60Si la formation militaire n’est plus essentielle durant l’éphébie, Athènes reste l’un des centres culturels les plus importants du monde grec à l’époque hellénistique. Ainsi, même durant les vicissitudes de l’occupation macédonienne, les écoles de philosophie n’ont jamais été fermées. Si Athènes veut prétendre au rang de métropole intellectuelle du monde grec, il lui faut prévoir aussi un aspect intellectuel dans la formation des éphèbes. C’est pourquoi, l’éphébie comprend de manière institutionnelle des études littéraires et philosophiques : les éphèbes suivent les conférences des philosophes de toutes les écoles, Stoïciens, Académiciens, Péripatéticiens, et aussi Épicuriens contrairement à ce que l’on a cru en alléguant qu’ils ne sont pas mentionnés dans ce décret (l. 19-20)30. Il ne s’agit pas d’une formation superficielle ou d’un vague cours de culture générale : le nom de Zénodote, philosophe stoïcien de premier plan (l. 19) suffit à garantir la niveau et la qualité de l’enseignement dispensé. Le cosmète est, en outre, félicité d’avoir conduit les éphèbes chaque jour pendant toute l’année aux gymnases où les philosophes donnaient leurs conférences31 : il s’agit donc d’un enseignement spécialisé.

  • 32 Plut., De lib. educ., 7f-8a (trad. J. Sirinelli, CUF, 1987).

61De plus, l’idée que l’homme de bien doit être un citoyen capable de participer constamment à la vie de la cité et que la vie politique est éclairée par la philosophie est devenue depuis Platon et Aristote un lieu commun qu’on trouve exprimé, à l’époque impériale, chez Plutarque : “les hommes accomplis, à mon sens, ce sont ceux qui peuvent allier la capacité politique à la philosophie (…) il faut (…), dans la limite du possible, à la fois traiter des affaires publiques et s’attacher à la philosophie, autant que le permettent les circonstances”32.

  • 33 Hègémonè pourrait aussi être une épiclèse de l’Aphrodite "conductrice" vénérée sur l’agora (comme l (...)
  • 34 ἐγγραφαί : SEG 15.104, l. 5-8 ; IG II2,1006, l. 6-8 ; 1008, l. 4-7 ; IG II2, 1009 + Hesperia 16 (19 (...)

62L’éphébie lycurguéenne comportait, outre son volet militaire très approfondi, une initiation aux cultes civiques, qui faisait traditionnellement partie de la propédeutique pour accéder à la pleine citoyenneté. À l’époque hellénistique tardive, l’éphébie, devenue facultative, n’est plus la condition principale d’accès au statut de citoyen ; la participation des éphèbes aux cultes civiques y conservent cependant une très grande importance. L’année commence solennellement par la cérémonie officielle d’“Inscription” (ἐγγραφαί) ou “Inauguration”(εἰσιτητήρια) des éphèbes. Elle comporte un sacrifice au Prytanée sur le Foyer commun du Peuple où brûlait un feu perpétuel symbolisant la pérennité de la polis : ce sacrifice auquel président le cosmète et le prêtre du Peuple et des Charites devait s’adresser à Hestia, au Démos et aux Charites (deux d’entres elles, Auxô et Hègémonè33, étant invoquées dans le serment des éphèbes que l’on prêtait à l’époque de Lycurgue)34. L. Robert en a donné la traduction suivante :

Dieux. Le prêtre d’Arès et d’Athéna Areia, Dion, fils de Dion, d’Acharnes a fait la consécration. Serment ancestral des éphèbes qu’il est fait obligation aux éphèbes de prêter. Je ne déshonorerai pas mes armes sacrées : je n’abandonnerai pas mon voisin là où je serai en ligne ; je lutterai pour ce qui est sacré et saint et je transmettrai ma patrie non pas diminuée, mais plus grande et plus puissante dans la mesure de mes forces et avec l’aide de tous. J’obéirai à ceux qui exercent l’autorité avec sagesse, aux lois établies et à celles que, à l’avenir, ils établiront avec sagesse. Si quelqu’un veut les détruire, je m’y opposerai dans la mesure de mes forces et avec l’aide de tous, et je vénérerai les cultes de mes ancêtres. Témoins les dieux, Aglauros, Hestia, Élô, Ényalios, Arès et Athéna Aréia, Zeus, Thallô, Auxô, Hégémonè, Héraclès, les bornes de la patrie, les orges, les vignes, les blés, les figuiers.

  • 35 SEG 21.519 ; Robert 1938, 303 (= Robert 2007, 288-289).
  • 36 Habicht 2006, 259.

63On ignore si le serment était toujours prêté à l’époque hellénistique tardive car aucun des décrets honorifiques de cette période n’y fait allusion35. Les aspects les plus patriotiques (notamment l’engagement à augmenter le territoire et à défendre les institutions démocratiques) paraissent obsolètes et peu compatibles avec la participation d’étrangers à l’éphébie. Cependant, Chr. Habicht pense qu’il était toujours prêté, peut-être sous une forme amendée36.

  • 37 Schmalz 2006, 36, 46-61.
  • 38 Pausanias 1.17.2-18.3 (sur l’emplacement du Ptolémaion, du Théseion, de l’Aglaurion et du Prytanée) (...)
  • 39 Cf. fig. 4, p. 118.

64Le Foyer commun de la cité symbolise l’unité du corps civique : les Athéniens vénèrent en plus de l’Hestia de leur propre oikos, une Hestia commune à tous les Athéniens (à l’exclusion des non-citoyens et des étrangers). Ce foyer commun n’est pas situé à la tholos, mais au Prytanée dont la localisation reste problématique. Récemment, G. C. R. Schmalz a proposé de le placer à l’est de l’Acropole, au-delà de la rue des Trépieds et à la hauteur du monument de Lysicrate : les vestiges d’un portique de style ionique sont visibles autour de l’église Hagia Aikatérini et appartiennent à un vaste péribole rectangulaire qui a été constamment restauré et utilisé depuis la fin de l’époque archaïque ou le début de l’époque classique jusqu’au iie s. p.C.37. Il se trouverait ainsi à l’un des carrefours les plus importants de la ville depuis l’époque archaïque où Thucydide précise que les habitations se trouvaient surtout au sud-est de l’Acropole. C’est là que se rejoignent la route venant de Phalère, celle qui conduit au secteur de l’Olympeion, puis au quartier de l’Ilissos et la rue des Trépieds qui contourne l’Acropole pour conduire au nord vers l’agora archaïque et, plus tard, vers l’agora classique. L’identification proposée repose sur le témoignage de Pausanias et la découverte de plusieurs inscriptions sur place, en particulier une dédicace à Hestia datant du iiis. a.C.38. Cette localisation paraît d’autant plus plausible que, à l’époque classique, le sacrifice au Prytanée avait lieu juste après le serment solennel dans le sanctuaire d’Aglauros, qui se trouve justement sur la pente de l’Acropole, surplombant la rue des Trépieds39.

  • 40 Mikalson 1998, 172-178.

65Le sacrifice au Prytanée marque le début de l’année éphébique ; contrairement à ce qui se passait à l’époque classique, l’éphébie est réduite à une année d’entraînement – l’année de garnison étant supprimée. Il est le premier qu’accomplissent les éphèbes en tant que sacrifiants et, – s’il y a un banquet – le premier aussi auxquels ils prennent part : c’est que le feu de tous les sacrifices civiques est allumé à celui du Prytanée. Comme co-officiants, on trouve le cosmète, en tant que magistrat civil responsable de l’éphébie, le prêtre du Peuple et des Charites, sacerdoce qui fut institué après l’éviction de la garnison macédonienne40 et les exégètes.

66À partir de ce moment, les éphèbes participent durant toute l’année civile (de Boédromiôn à Métageitniôn) aux cultes civiques. Il semble qu’ils soient particulièrement sollicités pour des actions spectaculaires : les parades à l’intérieur des processions, les escortes en armes de statues cultuelles (Pallas, Iacchos). En tout cas, ils prennent part à un grand nombre de fêtes :

    • 41 Artémis Agrotéra : IG II2, 1006, l. 8-9, 58 ; 1008, l. 7 ; 1011, l. 7 ; 1028, l. 8 ; 1029, l. 6 ; 1 (...)
    • 42 Humphreys 2004, 184.

    La procession pour Artémis Agrotéra le 6 Boédromiôn qui conduit jusqu’à Agrai les chèvres offertes en sacrifice pour commémorer la victoire de Marathon. C’est probablement à cette déesse qu’était consacré le temple ionique qui se trouvait sur l’Ilissos (au lieu-dit Agrai) et qui était encore visible dans les années 175041. À l’époque de Lycurgue, il est vraisemblable que les éphèbes nouvellement admis prêtaient leur serment solennel avant de participer à ce premier culte civique42.

    • 43 Mystères d’Éleusis : SEG 15.104, l. 10-11 ; IG II2, 1006, l. 9, 74 ; 1008, l. 7-8 ; 1009, l. 13 ; 1 (...)
    • 44 Humphreys 2004, 90-91.

    La procession des Mystères d’Éleusis le 19 Boédromiôn43 : les éphèbes escortent les hiéra, qui ne sont pas seulement les victimes pour le sacrifice, mais surtout les objets sacrés nécessaires au déroulement des Mystères. Du temps de l’éphébie lycurguéenne, des éphèbes de seconde année étaient cantonnés à Éleusis et on peut supposer qu’ils participaient à la procession d’Éleusis à Athènes, leurs camarades les rejoignant en ville et tous accompagnaient ainsi la seconde procession jusqu’à Éleusis44. À l’époque hellénistique, la seconde année d’éphébie n’existe plus, pas plus que le cantonnement dans les forts de l’Attique ; les éphèbes ne doivent donc plus participer qu’à la procession de retour depuis Athènes jusqu’à Éleusis, le 19 Boédromiôn. La veille, les hiéra ont été escortés depuis Éleusis jusqu’à l’Éleusinion d’Athènes (sur la pente nord de l’Acropole) et là, les éphèbes les ont accueillis.

    • 45 Proérosia et autres sacrifices : IG II2, 1006, l. 10-11 ; 1028, l. 28 ; 1029, l. 16 ; 1039, l. 55.

    Aux sacrifices des Proérosia, le 5 Pyanepsiôn et pour les autres sacrifices et concours gymniques45.

    • 46 Peiraia : SEG 15.104, l. 24-25 ; IG II2, 1009, l. 19 Cf. supra, p. 123.

    La procession pour Dionysos à l’occasion du festival de théâtre au Pirée (les Peiraia), qui avait lieu en Posidéôn46,

    • 47 Dionysies urbaines : SEG 15.104, l. 15 (restitution de O. W. Reinmuth) ; IG II2, 1006, l. 12-13 ; 1 (...)
    • 48 Stengel 1916 ; Ekroth 2002, 33-34 ; Deubner 1932, 138-139.

    La procession pour les Dionysies urbaines en Élaphèboliôn47 : εἰσήγαγον δὲ καὶ τὸν Διόνυσον ἀπὸ τῆς ἐσχάρας. Pisistrate a institué cette fête en introduisant en ville le Dionysos d’Éleuthère, qui porte, dès lors, l’épiclèse d’Éleuthéreus. Le souvenir de cette importation est perpétué par le rituel qui conduit chaque année la statue cultuelle du dieu depuis le sanctuaire du sud de l’Acropole jusqu’à un autre sanctuaire situé près de l’Académie où se trouvait l’autel dénommé eschara, terme typique notamment du culte de Dionysos. De là, le lendemain, la statue était reconduite en ville, escortée par les éphèbes ; puis avait lieu le sacrifice d’un taureau : on rejouait ainsi chaque année le scénario de l’arrivée du dieu48.

    • 49 Procession à Salamine : IG II2, 1006, l. 29-30 ; 1008, l. 21-22 ; 1009, l. 21-22 : 1028, l. 20-21 ; (...)

    La procession pour les Mounichia au Pirée et à Salamine, le 16 de Mounichion49,

    • 50 Pallas au Phalère : IG, II2, 1006, l. 11-12, 75-76 ; 1009, l. 19 ; 1011, l. 10-11. Pélékidis 1962, (...)

    Une procession pour accompagner la statue en bois de Pallas depuis l’Acropole jusqu’au Phalère où elle est purifiée dans l’eau de mer à l’occasion des Plyntéries civiques, le 25 de Thargèliôn50.

    • 51 Athéna Nikè : IG II2, 1006, 14-15 (seule mention connue). Cf. Pélékidis 1962, 253-254 ; Parker 1996 (...)

    La procession pour Athéna Nikè : la déesse était vénérée sur l’Acropole où un petit autel lui était dédié depuis le milieu du vie s. Cependant son culte n’avait pris de l’ampleur qu’avec les victoires d’Athènes sur les Perses et, dans la seconde partie du vsiècle, elle obtint une prêtresse et le temple spectaculaire construit sur le bastion de l’Acropole en avant des Propylées51.

    • 52 Pythaïde delphique : cf. Pélékidis 1962, 209.

    Enfin les éphèbes participent en corps à la Pythaïde delphique52.

  • Les éphèbes sont également les participants désignés aux concours parce que ces derniers ont un double aspect d’entraînement militaire et de rituel en l’honneur des dieux (puisque beaucoup de fêtes civiques en comportent). Les épreuves qu’ils disputent sont diverses :

    • 53 IG II2, 1006, l. 10.

    Des courses à pied53

    • 54 Épitaphia : IG II2, 1006, l. 22-23, 77-78 ; 1008, l. 16-17 ; 1009, l. 4 ; 1011, l. 9-10 ; 1028, l.  (...)
    • 55 Graindor 1922, 214-215.

    Des courses en armes aux Épitaphia qui comprennent aussi une course aux flambeaux et une parade en armes devant le Conseil54. Elles partent du polyandreion, le tombeau collectif du Céramique, devant lequel était prononcé chaque année le logos épitaphios. Peut-être est-ce la réitération du concours attesté au ive s. chez Aristote et appelé agôn ho épitaphios. Les éphèbes continuent au début de l’Empire à participer à la fête, en tout cas à la lampadédromie55.

    • 56 IG II2, 1006, l. 11 ; Héphaisteia : IG II2, 1011, l. 54.

    Des courses au flambeaux56, qui avaient lieu aux Théseia, Épitaphia, Héphaisteia et aux Ajanteia de Salamine

    • 57 IG II2, 1006, l. 29 ; 1008, l. 18 ; Hesperia 16(1947) n° 67 + IG II2, 1009, 21-22.
    • 58 Ajanteia : IG II2, 1006, l. 30-32, 72-74 ; 1008, l. 22-25, 75-78 ; Hesperia 16(1947) n° 67 + IG II2(...)
    • 59 Graindor 1922, 217-219.

    Des joutes navales, dans la procession en l’honneur des Grands Dieux de Samothrace57, pour les Ajanteia de Salamine58, pour Artémis Mounichia. Elles sont encore attestées à l’époque impériale59.

  • 60 Travlos 1988, 340-341 et fig. 430-434 ; cf. fig. 5, p. 130.
  • 61 IG I3, 255, l. 11 ; cf. Parker 1996, 153. Il y avait, en fait deux trophées, l’un à Salamine, proba (...)
  • 62 Sur les Mounichia : Montepaone 1999 ; Guarisco 2001, 68-71 et 81-82.
  • 63 Jeanmaire 1939, 276-277 (p. 277 pour la phrase citée).

67Artémis Mounichia avait son sanctuaire au Pirée au pied de la colline qui formait une forteresse naturelle protégeant le bassin de Mounichie60. On y a découvert des cratérisques analogues à ceux de Braurôn et les deux Artémis Mounichia et Braurônia sont donc probablement liées. La fête des Mounichia donne son nom à l’un des mois du calendrier attique et se déroule le 16 et le 17 de Mounichiôn. Le 16, on commémore la bataille de Salamine, bien qu’elle ait eu lieu en Boédromiôn (sept mois auparavant) ; l’important est que la déesse est venue au secours des Athéniens et le rappel de la victoire fut donc greffé sur une fête plus ancienne qui en devint vraisemblablement plus éclatante. Les jeunes filles offrent alors des gâteaux entourés de lampes appelées ἀμφιφῶν et après une procession et un sacrifice, des régates ont lieu dans le port, puis les navires se rendent à Salamine pour visiter le Trophée de la victoire où l’on sacrifiait à Zeus Tropaios61, la fête d’Artémis se combinant avec celle des Ajanteia en l’honneur d’Ajax, le héros salaminien par excellence62. H. Jeanmaire a reconnu les Mounichia comme appartenant au cycle printanier des fêtes d’Artémis qui, comme d’autres fêtes, ont en commun de conduire de la ville vers la périphérie (sanctuaires de Braurôn, Salamine, Mounichie) : “en Attique, les rites et les mythes paraissent conserver le souvenir de pratiques similaires” (au séjour en brousse, réel ou fictif) “au cours desquelles la région littorale aurait joué, par rapport à l’agglomération principale un rôle analogue à celui que jouent la forêt, la brousse ou la montagne, dans d’autres conditions d’habitat”63.

68Les éphèbes se rendent en des lieux de la chôra qui ont une forte signification religieuse et patriotique :

    • 64 Éleusis : IG II2, 1006, l. 9, 74 ; 1008, l. 8 ; 1011, l. 8.

    À Éleusis64 : le sanctuaire répand l’idée que Déméter a permis aux hommes de vivre en leur enseignant la culture des céréales et que les Mystères leur ont donné la civilisation (Diodore 5.5.2). La célébration des Proérosia avait dû être interrompue durant la domination macédonienne puisque les Athéniens ne contrôlaient plus la plaine rharienne.

    • 65 Cf. supra, p. 125-126.
    • 66 Hdt. 8.83.

    À Salamine pour la fête en l’honneur d’Ajax, le héros homérique originaire de l’île (les Ajanteia)65. Elles sont probablement liées à la commémoration de la bataille de Salamine, même si elles reposent peut-être sur une fête ancienne locale antérieure à l’annexion de Salamine par Athènes. Avant la bataille de 480, les Athéniens avaient transporté les statues cultuelles des Éacides pour que leur protection s’étende sur la flotte grecque66.

    • 67 Le Pirée : IG II2, 1006, 71-72.
    • 68 Mikalson 1998, 248.

    Au Pirée67 où avaient lieu des fêtes que les Athéniens rattachaient à la légende de Thésée (probablement dès le ve s.). Sous la domination macédonienne, Athènes a été coupée de son port et les rites qui impliquaient une procession entre Athènes et le Pirée ou entre le Phalère et la ville avaient dû par force disparaître, de même que la fête des Mounichia parce qu’une garnisin macédonienne occupait le fort de Mounichie de 322 à 22968.

    • 69 Oropos : IG II2, 1006, 27-28, 70-71.
    • 70 Mikalson 1998, 39.
    • 71 Syll.3, 675 = Oropos 307 (après 154 a.C. [Pétrakos]) : décret d’Oropos en l’honneur de Hiérôn, fils (...)
    • 72 Paus. 1.32.4. Parker 1996, 146-149.
    • 73 Habicht 2006, 299-300 ; Knoepfler 1991, 279-280 ; Pétrakos 1997, p. 508.

    À Oropos69, que les Athéniens ont récupéré grâce aux Romains au détriment de Thèbes. Ils n’ont pas contrôlé ce sanctuaire où ils ont installé le culte d’Amphiaraos dans les années 420 a.C. pendant toute l’époque hellénistique : ils l’ont perdu après la guerre lamiaque en 322, mais l’ont récupéré en 304/303 grâce à Démétrios Poliorcète, puis l’ont, à nouveau perdu en 287/28670. Au moment de la dissolution du koinon béotien en 171, les Athéniens avaient profité de la confusion pour s’emparer du territoire d’Oropos et le piller. Rome désigna Sicyone pour arbitrer le conflit, qui condamna les Athéniens à une amende de cinq cents talents, réduite à cent par le Sénat grâce à l’Ambassade en 155 des philosophes Carnéade, Diogène et Critolaos. Les Athéniens, se sentant confortés dans leur position par les Romains, imposèrent une garnison à Oropos et en chassèrent les habitants pour y installer des colons. L’intervention du koinon achaien permit aux Oropiens de rentrer chez eux, mais Athènes continua à contrôler le sanctuaire et, malgré le procédé dont elle avait usé pour l’obtenir, à affirmer qu’il lui appartenait de droit71. Si leur “droit de propriété” (kyrieia, l. 28) sur Oropos comme cité était fortement sujet à caution, il semble, en revanche, exact que les Athéniens étaient effectivement les fondateurs du sanctuaire d’Amphiaraos (malgré les dires de Pausanias, toujours partisan des versions locales et pour qui les Oropiens furent les premiers à vénérer le héros) probablement au plus tôt dans les années 470-450 et au plus tard en 414 (date de l’Amphiaraos d’Aristophane)72. En tout cas, le sanctuaire est mentionné dans le décret éphébique de 123/122 précisément pour indiquer que les éphèbes s’y rendaient, non seulement pour accomplir des rites, mais surtout pour s’informer sur le fameux “droit de propriété athénien” sur l’Amphiaraion. Le fait qu’ils rentrent le jour même sur leur territoire signifie qu’Athènes ne contrôle plus Oropos en 123/122, peut-être, comme D. Knoepfler l’a proposé, parce que la cité était alors passée sous le contrôle d’Érétrie, qui, contrairement à Chalkis, s’était rangée du côté des Romains73.

    • 74 Marathon : IG II2, 1006, l. 26-27, 69-70.
    • 75 Xen., Anabase 3.2.12 : “Ils avaient promis à Artémis qu’autant ils tueraient d’ennemis, autant ils (...)

    À Marathon. Dans l’historiographie (et d’abord chez Hérodote, mais aussi dans les textes qui véhiculent l’idéologie de la démocratie athénienne, au premier chef, les logoi epitaphioi), Marathon est représentée comme “la mère de toutes les batailles” et singulièrement comme celle qui a sauvé le régime clisthénien et démontré sa validité, les Athéniens ayant remporté la victoire sur les Perses jusqu’alors réputés invincibles, du moins pour les Grecs74. La fête d’Artémis Agrotéra fut instituée à la suite d’une promesse faite durant la bataille : Miltiade avait fait vœu de sacrifier deux cents chèvres à la déesse si les Athéniens remportaient la victoire75. L’éclat de la victoire de Marathon fut marqué par l’enterrement des guerriers sur le champ de bataille et non dans les cimetières civiques comme c’était l’usage, leur tombeau (polyandreion, l. 26 et 69) devenant le signe de l’emplacement de la bataille. Ainsi se justifient la participation des éphèbes à la fête d’Artémis Agrotéra et leur visite sur le site de Marathon.

    • 76 Habicht 2006, 259. Sur sa localisation, cf ; note 333, 2e partie.

    Au trophée et au sanctuaire de Zeus Tropaios, “Retourneur”, qui avait assuré la victoire des Grecs à la bataille de Salamine76.

69En somme, au lieu de rester une année entière en garnison dans les forts, comme c’était le cas du temps de l’éphébie lycurguéenne, les éphèbes se rendent aux quatre coins du territoire de l’Attique, singulièrement dans des lieux qui ont été le théâtre de victoires militaires glorieuses et dont la possession a été, par la suite, disputé aux Athéniens. Ces excursions sont l’occasion pour eux de s’approprier tous les thèmes de l’idéologie démocratique.

70Au ivsiècle, les éphèbes faisaient le tour des sanctuaires au début de leur première année d’éphébie. Il n’est plus question d’un tel rituel dans nos documents datant du tournant des iie et ier siècles. En revanche, les éphèbes accomplissent en corps de nombreux rituels appartenant aux fêtes civiques qui ont un certain rapport avec leur statut.

  • 77 Stengel 1910, 105-112 ; Daremberg-Saglio III, 569 s.v. Eleusinia (passage cité) ; Ziehen 1931, 229.
  • 78 Berthiaume 1982, 18. Les bœufs sont bien vivants, comme l’atteste notamment une kylix attique à fig (...)
  • 79 Pélékidis 1962, 223 et n. 5. Sur la monnaie de Nysa : B. V. Head, HN2 654 e ; B.V. Head, BM, Lydia, (...)
  • 80 Kritzas 1997, 39-42.
  • 81 IG II2, 1006, l. 78-79.

71Ainsi, pour les sacrifices, ils sont chargés de “soulever les bœufs”, αἴρεσθαι τοὺς βοῦς. Cette expression a surpris les savants qui ont voulu y voir une métaphore : “les éphèbes luttaient avec les taureaux pour les dompter et les contenir devant le sacrificateurs”77. En fait, il ne s’agit pas seulement d’empêcher les animaux de s’enfuir78, mais bel et bien de les soulever au-dessus de l’autel, pour qu’ils soient immolés, comme l’atteste notamment une représentation au revers d’une monnaie impériale de Nysa de Lydie et une autre sur un vase du musée de Viterbe79. Bien sûr, l’aition pour ce rituel appartient à la légende de Thésée, mais la pratique se rencontre ailleurs qu’à Athènes et Argos possède sa propre explication avec le haut fait de Biton relaté par Hérodote80. Il est clair que cette pratique a un caractère d’exploit athlétique auquel le cosmète se joint parfois symboliquement81.

  • 82 IG II2, 1006, l. 40-43.
  • 83 Perrin 1997, 205-206.
  • 84 IG II2, 1006, l. 91-95.
  • 85 IG II2, 1006, l. 19-21.
  • 86 IG II2, 1009, l. 10-11 ; 1011, l. 35 ; 1028, l. 72.
  • 87 IG II2, 1009, l. 36-37.
  • 88 IG II2, 1006, l. 79-80 ; Hesperia 16 (1947) p. 170, n° 67 + IG II2, 1009, l. 61.
  • 89 Phiale consacrée à la Mère des Dieux : IG II2, 1006, l. 23-24 ; 1011, l. 13 ; 1028, l. 40-41 ; 1029 (...)
  • 90 Phiale consacrée à Déméter et Corè : IG II2, 1006, l. 24 ; 1009, l. 31 ; 1011, l. 9 ; 1028, l. 29-3 (...)
  • 91 Perrin-Saminadayar 2007, 257-258.
  • 92 Perrin-Saminadayar 2007, 256, n. 6.

72Le Conseil et le Peuple athéniens décernent une couronne d’or aux éphèbes82 : elle est proclamée au concours des nouvelles tragédies des Dionysies83 et aux concours gymniques des Panathénées et des Éleusinia (c’est-à-dire, en somme, dans les concours les plus prestigieux). Quant au cosmète, il reçoit l’éloge du Conseil et du Peuple et une couronne d’or proclamée dans les mêmes concours84. De fait, le magistrat responsable du bon déroulement de l’éphébie a déployé une activité intense et multiforme. Le cosmète conduit les éphèbes chez les maîtres de philosophie, au Ptolémaion, au Lycée et à l’Académie85, pour des conférences et pour un enseignement suivi. Conformément à l’évolution des magistratures à l’époque hellénistique, on attend du cosmète qu’il assume ex officio des évergésies : frais des sacrifices pour la cérémonie d’entrée dans l’éphébie86 et pour les dieux et les évergètes87, participation au paiement de la phiale pour la Mère des Dieux88. Les cosmètes ne sont pas les seuls à financer l’éphébie, car les éphèbes eux-mêmes y contribuent en consacrant une phiale à la Mère des Dieux (probablement au Métrôon de l’agora)89 et une autre à Éleusis90. D’autres décrets attestent que les éphèbes finançaient les victimes pour les sacrifices et les prix pour les concours91. De plus, comme c’est l’usage à l’époque hellénistique tardive à Athènes, les éphèbes et le cosmète doivent aussi financer les récompenses civiques qui leur sont décernées92.

73La reconnaissance de la cité est motivée par les qualités qui sont reconnues aux éphèbes dans les décrets honorifiques :

  • L’andreia, le courage

    • 93 eutaxia : IG II2, 1008, l. 55.

    L’eutaxia, la discipline93 s’applique surtout aux aspects militaires de l’éphébie

    • 94 sôphrosunè : IG II2, 1008, l. 63.

    La sophrosunè, la maîtrise de soi94 qui est augmentée par la culture intellectuelle acquise auprès des philosophes est la qualité sociale par excellence que toute éducation vise à faire acquérir et priser aux jeunes gens.

    • 95 philia : IG II2, 1008, l. 85.
    • 96 Herrmann 1984, 117-119.

    La capacité à garder la philia sans stasis95, qualité sociale et politique qui permet de réaliser l’homonoia dans la cité, valeur devenue cruciale dans une période où les antagonismes sociaux sont criants96.

  • L’eucosmia : cette qualité donne son nom au magistrat responsable de l’organisation et du bon déroulement de l’éphébie.

  • 97 Whitehead 1993.

74Telles sont bien les qualités qu’on attend du futur citoyen athénien, telles que D. Whitehead les a étudiées97.

  • 98 IG II2, 1008, l. 56.
  • 99 Arist., AP, 42.2 ; cf. Roussel 1942, 12.
  • 100 LGPN, II, s.v.
  • 101 IG II2, 1008, l. 93.
  • 102 IG II2, 1008, l. 83 (προσκαρτερῶν).
  • 103 εὔνοια : IG II2, 1008, l. 86, 88, 90 (restitution).
  • 104 δικαιοσύνη : IG II2, 1008, l. 93 ; δικαίως, l. 85, 89.
  • 105 Panagopulos 1977, 200-233.

75Parallèlement, les décrets inventorient aussi les qualités morales dont la démonstration est apportée par la vie du cosmète : on sait par Aristote que le magistrat est élu parmi tous les citoyens dont le renommée est irréprochable (notre texte dit qu’il est un citoyen choisi “parmi ceux qui ont toujours vécu en hommes excellents [arista]”, l. 56)98. Même si Aristote ne précise par le critère de l’âge (alors que, dit-il, les sophronistes chargés dans chaque tribu de s’occuper des éphèbes doivent avoir plus de quarante ans), le principe d’ancienneté commande le choix d’un homme d’âge mûr99. Le cosmète honoré est Dionysios, fils de Socratès du dème de Phylè (qui ne nous est pas connu par ailleurs100). Les qualités dont il a fait preuve sont l’arétè101, la persévérance102, la générosité103, l’équité104. Éphèbes et cosmètes font ainsi la démonstration des qualités morales qui sont l’apanage du bon citoyen et que, plus généralement, Plutarque décrit comme caractéristiques de l’homme de bien105.

  • 106 Ad. Wilhelm, Akademieschriften, III, 299.

76Selon Ad. Wilhelm, l’éphébie devient à l’époque hellénistique tardive l’institution qui dispense une culture dans tous les domaines, aussi bien intellectuel que physique ; les éphèbes participent, en outre, largement à la vie publique (rassemblements sociaux ou religieux)106. D’autres textes similaires à ceux de l’“été indien” sont probablement postérieurs au sac de Sylla (IG II2, 1032 et 1039 à 1043). On voit par là que ce ne sont pas des conditions matérielles favorables qui produisent des rénovations ou des processus de “solennisation” des cultes, mais une volonté idéologique qui persiste même lorsqu’il y a des difficultés matérielles. Cela explique aussi que les phénomènes que nous étudions n’apparaissent pas instantanément après des changements politiques ou territoriaux : si l’organisation de l’éphébie telle que nous venons de la décrire apparaît comme la résultante des conditions historiques d’Athènes après 167 (défaite macédonienne, paix avec Rome, restitution de Délos, puis, élimination de la concurrence de Corinthe, relatif affaiblissement de Rhodes), il faut attendre les années 130-120 pour que soient effectives les problables transformations législatives auxquelles les décrets font référence.

  • 107 Mikalson 1998, 248.
  • 108 IG II2, 1006, l. 27-28, 70-71 ; Pélékidis 1962, 253 ; Mikalson 1998, 249.
  • 109 IG II2, 1011, l. 13. Les Galaxia sont aussi mentionnées chez Théophraste, Caractères, 21.11 ; cf. D (...)
  • 110 Ekroth 2002, 33-35.

77Reste que la fonction est toujours de former les citoyens en devenir que sont les éphèbes. L’aspect militaire existe toujours (même s’il prend ici un tour anecdotique avec la réfection d’une catapulte hors d’usage). Ce qui importe vraiment, c’est la formation du citoyen en tant que patriote athénien. Les aspects patriotiques de l’éphébie sont marqués dans les nombreux rituels commémorant la victoire contre les Perses au ve s.107 et l’excursion d’une journée à Oropos (première et seule attestation en 122/121)108. L’éphébie athénienne (dont le contenu dans ce domaine nous est mal connu auparavant) comprend une initiation systématique aux cultes civiques : participation aux processions des fêtes les plus éclatantes (Éleusis), pèlerinage à Oropos et au sanctuaire de Zeus Tropaios de Salamine. Elle consiste en un cycle de fêtes mises en rapport avec la geste de Thésée. Bien plus, nous mesurons l’implication des éphèbes dans les cultes civiques en constatant que les décrets éphébiques sont parfois notre seul témoignage sur une fête (Galaxia109) et pour une pratique cultuelle (procession conduisant la statue de Dionysos depuis l’autel [eschara110] jusqu’au sanctuaire urbain sur le flanc sud de l’Acropole).

  • 111 Mikalson 1998, 288-289.

78La référence obligée pour tous les cultes auxquels participent les éphèbes est celle du ve siècle, comme pour les réformes de Lycurgue111. Dans les activités des éphèbes, il y a un noyau dur représenté par toutes les composantes de la mythologie patriotique et de la démocratie athénienne des années postérieures à la Deuxième Guerre médique, c’est-à-dire le moment où Athènes s’approprie le rôle de leader dans la lutte contre les Perses :

  • La bataille de Marathon est commémorée par les hommages rendus à Thésée et le sacrifice pour Artémis Agrotéra,

  • Celle de Salamine par les honneurs offerts à Ajax et à Zeus Tropaios.

    • 112 Parker 1996, 168-170.

    Les Théséia (comme toutes les fêtes qui se rattachent au mythe de Thésée) et les Épitaphia sont probablement instituées au moment où le culte de Thésée est organisé après la “découverte” de ses ossements à Skyros par Cimon en 475112.

    • 113 Parker 1996, 125-127.

    Le culte d’Athéna Nikè est renforcé dans le contexte de la victoire sur les Perses et un nouveau sacerdoce institué avec désignation isonomique de la titulaire ex apantôn113.

    • 114 IG I3, 78 (c. 420) ; cf. Parker 1996, 143-144.

    Les éphèbes participent activement aux processions pour les Mystères d’Éleusis : le mythe de l’enseignement de la culture des céréales est relié dans l’épitaphios au thème de l’autochtonie et les Alliés sont tenus d’envoyer les aparchai en signe de sujétion114.

    • 115 Métrôon de l’agora : cf. fig. 1 p. 96 ; Métrôon d’Agrai ; cf. fig. 3, p. 112.
    • 116 Pélékidis 1962, 225.

    Ils dédient des offrandes à la Mère des Dieux qui possède deux sanctuaires à Athènes : le Métrôon de l’agora115, qui jouxte le bouleutérion et abrite les archives de la cité et celui d’Agrai où elle est assimilée à Déméter et où ont lieu les Petits Mystères en Anthestèriôn. Le Métrôon de l’agora était d’abord attaché au culte de la Déméter d’Éleusis et plus tard à celui de Cybèle116. Le Métrôon aujourd’hui visible est daté par les fouilleurs de c. 150 a.C.

  • 117 Cf. supra p. 70-72.

79Nous retrouvons ici les composantes typiques de la politique religieuse de Lycurgue117. Cependant, il y a des apports plus récents : certains datent de 229 et de l’éviction des Macédoniens, en particulier l’institution du sacerdoce pour le Peuple et les Charites, d’autres de la “Rétrocession” d’Oropos, c. 170. En revanche, celle de Délos en 167/166 n’apparaît pas de façon claire dans les activités des éphèbes.

80L’éphébie telle que nous l’appréhendons à travers les décrets éphébiques apparaît donc essentiellement comme un retour aux patria dans lequel l’image de l’Athénes du ve siècle comme leader du monde grec dans la lutte contre les Perses et comme vainqueur dans les Guerres médiques est essentielle. Comme le patriotisme civique est le principal effet escompté, le bon déroulement de l’éphébie est contrôlé par les instances politiques : les éphèbes en armes sont passés en revue par le Conseil et l’Assemblée.

81Comme dans le cas de la Pythaïde, ce serait une erreur de penser que ces rites ont seulement un sens politique et idéologique. Au contraire, leur sens religieux est tout à fait actuel dans l’Athènes de la fin de l’époque hellénistique : le culte des déesses éleusiniennes offre l’occasion aux éphèbes de prendre conscience de la fragilité de la condition humaine, soumise à la double possibilité de se nourrir en cultivant des céréales et de perpétuer l’espèce, mais aussi du lien privilégié de leur cité avec la fondation de la civilisation car Déméter apporte à Éleusis la vie civilisée avec la culture des céréales et, enfin, du rôle important d’Athènes dans le monde hellénistique parce qu’elle organise les Mystères et contrôle le sanctuaire qui est le seul lieu où ils puissent être accomplis.

82En outre, la participation des éphèbes aux concours (qui sont des parties obligées des fêtes religieuses) revêt un double aspect paramilitaire et patriotique.

  • 118 Mikalson 1998, 247.

83Dans notre documentation, un grand nombre des fêtes, concours, rites (les Proérosia d’Éleusis, la procession de la statue d’Athéna au Phalère, les Mounichia au Pirée, les Galaxia en l’honneur de la Mère des Dieux) auxquels participent les éphèbes ne sont plus attestés depuis la fin du ive s.118 : en les voyant réapparaître dans les décrets éphébiques, on est tenté de penser qu’il s’agit de restaurations et que les éphèbes y sont associés pour cette raison (afin de recréer une tradition à l’intérieur du corps civique).

  • 119 Habicht 2006, 257.

84Si J. D. Mikalson a raison de penser que la réforme de Lycurgue consistait à introduire des aspects religieux en plus des aspects militaires et civiques et si l’on peut considérer avec Chr. Habicht que l’éphébie lorsqu’elle est réformée après 322 est “un club réservé aux fils de la haute bourgeoisie”119, alors cela signife que, après 167 (?), la nouvelle éphébie restaurée rejoint l’idéal de Lycurgue en mettant l’accent à la fois sur le religieux et le militaire, mais y ajoute un contenu culturel.

  • 120 Tels sont les effectifs de l’éphébie :

85Cependant, l’éphébie de l’époque hellénistique tardive introduit une innovation importante qui paraît contradictoire avec sa vocation patriotique. En effet, le retour aux valeurs ancestrales que nous venons de décrire s’accompagne d’une ouverture aux étrangers et singulièrement aux Romains120. Les étrangers restaient très minoritaires ; en ce qui concerne les Grecs, leur provenance est variée, mais assez semblable à celle des Grecs de Délos, les cités d’Italie et de Syrie étant surreprésentées (parce que Délos est située à la croisée des routes commerciales entre l’Italie et le reste de la Méditerranée). La participation à l’éphébie était très onéreuse pour ceux qui ne résidaient pas à Athènes avec leur famille et la fréquentation de l’institution éphébique par les plus riches familles athéniennes entraînait un train de vie élevé.

  • 121 Perrin-Saminadayar 2007, 470-475.

86Comme, dans la réforme de Lycurgue, l’éphébie donnait l’accès au statut de citoyen, plusieurs auteurs ont cru que la participation d’étrangers à l’éphébie constituait un préalable à la naturalisation. En réalité, dans la mesure où quelques dizaines d’Athéniens étaient éphèbes chaque année et où l’on ne sache pas que le corps civique ait été restreint en conséquence, il est évident que, depuis le début de l’époque hellénistique où elle était devenu facultative, l’éphébie ne donnait plus accès à la citoyenneté. D’ailleurs, on ne connaît aucun octroi de citoyenneté athénienne à un ancien éphèbe étranger121. Peut-être l’éphébie s’est-elle ouverte aux étrangers par le même mouvement qui avait admis les non-citoyens dans les gymnases dès le début de l’époque hellénistique (seuls les esclaves en demeurant exclus).

87Athènes a accepté d’admettre des étrangers parmi les éphèbes pour se présenter aux yeux des élites des autres cités et de Rome comme le lieu par excellence où se transmet la culture grecque. Aujourd’hui, le fait nous paraît aller de soi parce qu’elle a réussi dans son entreprise : cependant, dans le contexte de l’époque, elle avait des concurrentes, notamment, Alexandrie avec la Bibliothèque et le Musée, Rhodes ou Antioche de Syrie avec leurs écoles de philosophie. Athènes poursuivait aussi un objectif plus immédiat : admettre les fils des élites des autres cités parmi les éphèbes permettait aux jeunes Athéniens de fréquenter ceux qui formeraient bientôt l’élite politique et économique de leur propre cité. Ces relations pouvaient favoriser la prospérité économique d’Athènes par l’entremise du port franc de Délos. En outre, du point de vue politique et social, une telle innovation évitait d’ouvrir l’éphébie aux catégories moins fortunées et renforçait donc la puissance de l’oligarchie en place.

Conclusion

  • 122 Graindor 1922, 168.
  • 123 Isoc., Panégyrique, 50 : ῞Ελληνας καλεῖσθαι τοὺς τῆς παιδεύσεως τῆς ἡμετέρας (…) μετέχοντας.
  • 124 Gauthier-Hatzopoulos 1993, 83.

88La comparaison des décrets éphébiques de l’époque hellénistique tardive et des témoignages d’époque impériale marque une nette différence que résume nettement la formule de P. Graindor : “Sous l’Empire, l’institution prend de plus en plus le caractère d’une espèce d’institut officiel supérieur de gymnastique. Du reste, à une époque où Athènes, débarrassée du souci de se défendre contre ses voisins, n’a plus guère à s’inquiéter que du maintien de l’ordre, on s’étonnerait que l’éphébie n’ait pas perdu à peu près tout esprit militaire”122. Au contraire, l’aspect intellectuel prédomine à la période hellénistique tardive où l’enjeu pour Athènes était de se poser, singulièrement aux yeux des Romains, en détenteurs du meilleur de l’hellénisme : ainsi s’éclairent le paradoxe de l’admission d’étrangers dans les rangs des éphèbes et la place que prennent les écoles philosophiques dans ce contexte. En effet, depuis Alexandre, est grec celui qui adopte la culture grecque, conformément à la formule d’Isocrate123. C’est pourquoi, étaient admis au gymnase à l’époque hellénistique, les hommes libres hellénisés, sans distinction entre citoyens et non-citoyens. De même que l’accès au gymnase ne conférait pas la citoyenneté124, la participation à l’éphébie ne faisait pas des jeunes étrangers des Athéniens. En revanche, elle les faisait participer à la vie de l’élite sociale à laquelle ils appartenaient, conjointement avec les citoyens athéniens.

89La cité opère, en somme, une reprise en main de l’éphébie en en réformant le contenu et en l’ouvrant aux étrangers. Cette initiative ne s’explique pas par l’afflux d’argent que procurerait l’exploitation contemporaine de Délos car, en réalité, l’investissement idéologique s’accompagne d’un désinvestissement financier : désormais les éphèbes financent non seulement leur panoplie (comme depuis la fin du ive s.), mais, conjointement au cosmète, le fonctionnement général de l’éphébie, payant pour la réparation d’une catapulte, les nombreux sacrifices qu’ils sont tenus d’offrir, les prix des concours auxquels ils participent.

Notes

1 Tracy 1979b, 174-178 ; Mikalson 1998, 181-185 et 292-293.

2 Ce texte pourrait logiquement se rattacher à la série des décrets de l’“été indien” par sa date, puisqu’il est postérieur à la “Restitution” de Délos. Cependant son contenu elliptique le détache de ce groupe.

3 La liste a été établie par S. V. Tracy (1982c, 158-159 et 1982b, p. 58, n° 2) et reprise par É. Perrin-Saminadayar (2007, p. 34-46, T. 1 à 22).

4 IG II2, 1125 + 2291A = SEG 50.155 ; cf. Follet-Peppas-Delmousou 2000 et Graindor 1922 sur l’éphébie sous l’Empire. Cf. la traduction d’une partie de ce texte p. 122.

5 Cf. Perrin-Saminadayar 2007.

6 Tracy 1990, 223-225. À la date de cet ouvrage, nous possédions 117 décrets athéniens gravés entre 229 et 160, mais seulement 82 entre 160 et 86.

7 IG II2, 944b + O. W. Reinmuth, Hesperia 43(1974), 246-259.

8 Arist., AP, 42 ; Pélékidis 1962, 83-101.

9 Habicht 2006, 155-156 ; Perrin-Saminadayar 2007, 31-32.

10 Perrin 1996 ; Perrin-Saminadayar 2007, ch. II et III.

11 Pour les autres textes, cf. les rééditions d’É. Perrin-Saminadayar (2007).

12 Les ἐγγραφαί sont probablement l’inscription officielle des éphèbes sur la liste de l’année (distincte de l’inscription des futurs citoyens sur le registre des dèmes) ; Pélékidis 1962, 218 et n. 4.

13 hiéra.

14 eucosmia.

15 Zénodote (l. 19) est un philosophe stoïcien, successeur de Diogène de Babylonie (Diogène Laërte 7.30).

16 cf. l. 69.

17 enasgismoi.

18 προαίρεσις ne doit pas être compris ici dans le sens banal que l’on trouve couramment dans les décrets hellénistiques de “volonté, choix”, mais dans son sens philosophique technique de "sentiments et principes d’après lesquels on se règle, manière de pensée et d’agir" comme dit le dictionnaire de Bailly. Le cosmète apparaît comme un maître à penser dont les éphèbes sont invités à s’inspirer.

19 Le mot hupéretas désigne un serviteur, en particulier, il s’applique au pluriel aux aides de camp du stratège ; ici il s’agit de ceux du cosmète, dont les attributions ne sont pas connues exactement (Pélékidis 1962, 207).

20 ἐπιστασία (de ἐφίστημι : fixer son attention sur quelque chose) signifie attention, observation attentive (Pol. 2.2.2 ; Athénée 66 b).

21 Pour le sens de sôphrosunè : Ferrary 1988, 438.

22 eudoxia.

23 hiéra.

24 kalôs kai dikaiôs.

25 kalokagathia.

26 Pélékidis 1962, 215.

27 Perrin-Saminadayar 2007, 52-58.

28 Arist., AP, 42.3 ; IG II2,1006, l. 44-46.

29 Habicht 2006, 256.

30 Perrin-Saminadayar 2007, 263 (contra Pélékidis 1962, 267).

31 Perrin-Saminadayar 2007, 261-264.

32 Plut., De lib. educ., 7f-8a (trad. J. Sirinelli, CUF, 1987).

33 Hègémonè pourrait aussi être une épiclèse de l’Aphrodite "conductrice" vénérée sur l’agora (comme l’atteste un autel du iiie s. a.C. découvert près du sanctuaire d’Aphrodite Ourania) ou à Rhamnonte ; cf. Pirenne-Delforge 1994, 39.

34 ἐγγραφαί : SEG 15.104, l. 5-8 ; IG II2,1006, l. 6-8 ; 1008, l. 4-7 ; IG II2, 1009 + Hesperia 16 (1947), p. 170-171, n° 67, l. 7-10 ; 1011, l. 5-7, 35 ; 1028, l. 5-8 ; 1029, l. 4-6 ; 1030, l. 4-5 ; 1042, l. 4 ; 1043, l. 7. Cf. Pélékidis 1962, 217-219.

35 SEG 21.519 ; Robert 1938, 303 (= Robert 2007, 288-289).

36 Habicht 2006, 259.

37 Schmalz 2006, 36, 46-61.

38 Pausanias 1.17.2-18.3 (sur l’emplacement du Ptolémaion, du Théseion, de l’Aglaurion et du Prytanée) et 20.1 (le Prytaneion, la rue des Trépieds et le théâtre de Dionysos) ; cf. Schmalz 2006, 35-45. Inscriptions : Schmalz 2006, 68-75.

39 Cf. fig. 4, p. 118.

40 Mikalson 1998, 172-178.

41 Artémis Agrotéra : IG II2, 1006, l. 8-9, 58 ; 1008, l. 7 ; 1011, l. 7 ; 1028, l. 8 ; 1029, l. 6 ; 1030, l. 5-6 ; 1040, l. 5-6. Cf. Pélékidis 1962, 219 ; Parker 1996, 153-154 ; Parker 2005, 400-401. Sur la situation du sanctuaire, cf. supra, fig. 3, p. 112.

42 Humphreys 2004, 184.

43 Mystères d’Éleusis : SEG 15.104, l. 10-11 ; IG II2, 1006, l. 9, 74 ; 1008, l. 7-8 ; 1009, l. 13 ; 1011, l. 7-8 ; 1028, l. 6-7 ; 1030, l. 6 ; cf. Pélékidis 1962, 222 et n. 2, 223.

44 Humphreys 2004, 90-91.

45 Proérosia et autres sacrifices : IG II2, 1006, l. 10-11 ; 1028, l. 28 ; 1029, l. 16 ; 1039, l. 55.

46 Peiraia : SEG 15.104, l. 24-25 ; IG II2, 1009, l. 19 Cf. supra, p. 123.

47 Dionysies urbaines : SEG 15.104, l. 15 (restitution de O. W. Reinmuth) ; IG II2, 1006, l. 12-13 ; 1008, l. 14-15 ; 1009, l. 19 ; 1011, l. 11 ; 1028, l. 17 ; 1029, l. 11 ; 1030, l. 14 ; 1039, l. 55 ; 1042, fr. 2, A, l. 2. Chr. Pélékidis (1962, 246) rattache cette procession aux Lénéennes et non pas aux Dionysies.

48 Stengel 1916 ; Ekroth 2002, 33-34 ; Deubner 1932, 138-139.

49 Procession à Salamine : IG II2, 1006, l. 29-30 ; 1008, l. 21-22 ; 1009, l. 21-22 : 1028, l. 20-21 ; 1029, l. 13 ; 1030, l. 20.

50 Pallas au Phalère : IG, II2, 1006, l. 11-12, 75-76 ; 1009, l. 19 ; 1011, l. 10-11. Pélékidis 1962, 251 ; Parker, 1996, 307, n. 63.

51 Athéna Nikè : IG II2, 1006, 14-15 (seule mention connue). Cf. Pélékidis 1962, 253-254 ; Parker 1996, 153 ; Parker 2004, 398-399.

52 Pythaïde delphique : cf. Pélékidis 1962, 209.

53 IG II2, 1006, l. 10.

54 Épitaphia : IG II2, 1006, l. 22-23, 77-78 ; 1008, l. 16-17 ; 1009, l. 4 ; 1011, l. 9-10 ; 1028, l. 19-20 ; 1029, l. 12-13 ; 1030, l. 9, 18-19 ; cf. Mikalson 1998, 184-185. Arist., AP, 58.1.

55 Graindor 1922, 214-215.

56 IG II2, 1006, l. 11 ; Héphaisteia : IG II2, 1011, l. 54.

57 IG II2, 1006, l. 29 ; 1008, l. 18 ; Hesperia 16(1947) n° 67 + IG II2, 1009, 21-22.

58 Ajanteia : IG II2, 1006, l. 30-32, 72-74 ; 1008, l. 22-25, 75-78 ; Hesperia 16(1947) n° 67 + IG II2, 1009, l. 22-27, 63 ; 1011, l. 16-18 , 53-63 ; 1028, l. 24-26 ; 1029, l. 14-16 ; 1030, l. 24-26 ; 1041, l. 20.

59 Graindor 1922, 217-219.

60 Travlos 1988, 340-341 et fig. 430-434 ; cf. fig. 5, p. 130.

61 IG I3, 255, l. 11 ; cf. Parker 1996, 153. Il y avait, en fait deux trophées, l’un à Salamine, probablement au sommet du cap Kynosoura (Pl., Ménexène 245a ; Paus. 1.36.1) et l’autre sur l’îlôt de Psyttalie (act. Leipsokoutali ?), là où le sort de la bataille s’était joué (Plut., Aristide, 9) ; cf. Garland 1987, 169-170.

62 Sur les Mounichia : Montepaone 1999 ; Guarisco 2001, 68-71 et 81-82.

63 Jeanmaire 1939, 276-277 (p. 277 pour la phrase citée).

64 Éleusis : IG II2, 1006, l. 9, 74 ; 1008, l. 8 ; 1011, l. 8.

65 Cf. supra, p. 125-126.

66 Hdt. 8.83.

67 Le Pirée : IG II2, 1006, 71-72.

68 Mikalson 1998, 248.

69 Oropos : IG II2, 1006, 27-28, 70-71.

70 Mikalson 1998, 39.

71 Syll.3, 675 = Oropos 307 (après 154 a.C. [Pétrakos]) : décret d’Oropos en l’honneur de Hiérôn, fils de Téléclès d’Aigira, Achaien qui était intervenu en faveur d’Oropos à l’assemblée fédérale (synclètos). Habicht 2006, 291-296.

72 Paus. 1.32.4. Parker 1996, 146-149.

73 Habicht 2006, 299-300 ; Knoepfler 1991, 279-280 ; Pétrakos 1997, p. 508.

74 Marathon : IG II2, 1006, l. 26-27, 69-70.

75 Xen., Anabase 3.2.12 : “Ils avaient promis à Artémis qu’autant ils tueraient d’ennemis, autant ils sacrifieraient de chèvres à la déesse ; comme ils ne pouvaient pas s’en procurer un assez grand nombre, ils décidèrent d’en sacrifier cinq cents chaque année. Et on les sacrifie encore aujourd’hui” ; cf. Pélékidis 1962, 219.

76 Habicht 2006, 259. Sur sa localisation, cf ; note 333, 2e partie.

77 Stengel 1910, 105-112 ; Daremberg-Saglio III, 569 s.v. Eleusinia (passage cité) ; Ziehen 1931, 229.

78 Berthiaume 1982, 18. Les bœufs sont bien vivants, comme l’atteste notamment une kylix attique à figures rouges conservée à Florence (CVA, Italie, fasc. 38, pl. 117, 1-2 et l. 118, 1 et 3) : pour tenter de contenir l’animal, l’un des jeunes gens enfourche son encolure, l’obligeant à baisser la tête, tandis qu’un autre affûte les couteaux pour le sacrifice. Une terre-cuite de Mélos du Musée National d’Athènes montre une scène analogue (MN 4197).

79 Pélékidis 1962, 223 et n. 5. Sur la monnaie de Nysa : B. V. Head, HN2 654 e ; B.V. Head, BM, Lydia, Pl. XX.10. Sur le vase du musée de Viterbe : CVA Italia 38, 117, 1/2 ; Van Straten 1995, 111, fig. 115. Ch. Kritzas (1997) rassemble les attestations ; cf. L. Robert, OMS 7, 515-525 et Ph. Gauthier, Bull. 1998, 174.

80 Kritzas 1997, 39-42.

81 IG II2, 1006, l. 78-79.

82 IG II2, 1006, l. 40-43.

83 Perrin 1997, 205-206.

84 IG II2, 1006, l. 91-95.

85 IG II2, 1006, l. 19-21.

86 IG II2, 1009, l. 10-11 ; 1011, l. 35 ; 1028, l. 72.

87 IG II2, 1009, l. 36-37.

88 IG II2, 1006, l. 79-80 ; Hesperia 16 (1947) p. 170, n° 67 + IG II2, 1009, l. 61.

89 Phiale consacrée à la Mère des Dieux : IG II2, 1006, l. 23-24 ; 1011, l. 13 ; 1028, l. 40-41 ; 1029, l. 24-25 ; 1030, l. 35-36. Cf. Pélékidis 1962, 225.

90 Phiale consacrée à Déméter et Corè : IG II2, 1006, l. 24 ; 1009, l. 31 ; 1011, l. 9 ; 1028, l. 29-30 ; 1029, l. 17-18 ; 1030, l. 27-28. Pélékidis 1962, 223.

91 Perrin-Saminadayar 2007, 257-258.

92 Perrin-Saminadayar 2007, 256, n. 6.

93 eutaxia : IG II2, 1008, l. 55.

94 sôphrosunè : IG II2, 1008, l. 63.

95 philia : IG II2, 1008, l. 85.

96 Herrmann 1984, 117-119.

97 Whitehead 1993.

98 IG II2, 1008, l. 56.

99 Arist., AP, 42.2 ; cf. Roussel 1942, 12.

100 LGPN, II, s.v.

101 IG II2, 1008, l. 93.

102 IG II2, 1008, l. 83 (προσκαρτερῶν).

103 εὔνοια : IG II2, 1008, l. 86, 88, 90 (restitution).

104 δικαιοσύνη : IG II2, 1008, l. 93 ; δικαίως, l. 85, 89.

105 Panagopulos 1977, 200-233.

106 Ad. Wilhelm, Akademieschriften, III, 299.

107 Mikalson 1998, 248.

108 IG II2, 1006, l. 27-28, 70-71 ; Pélékidis 1962, 253 ; Mikalson 1998, 249.

109 IG II2, 1011, l. 13. Les Galaxia sont aussi mentionnées chez Théophraste, Caractères, 21.11 ; cf. Deubner 1932, 216.

110 Ekroth 2002, 33-35.

111 Mikalson 1998, 288-289.

112 Parker 1996, 168-170.

113 Parker 1996, 125-127.

114 IG I3, 78 (c. 420) ; cf. Parker 1996, 143-144.

115 Métrôon de l’agora : cf. fig. 1 p. 96 ; Métrôon d’Agrai ; cf. fig. 3, p. 112.

116 Pélékidis 1962, 225.

117 Cf. supra p. 70-72.

118 Mikalson 1998, 247.

119 Habicht 2006, 257.

120 Tels sont les effectifs de l’éphébie :

SEG 15.104 : en 128/127

IG II2,1006 + 1031 + 2485 + SEG, 19.108 + SEG 21.482 (cf. SEG 38.114) : en 123/122, 127 éphèbes, dont 14 étrangers dont 4 Romains

IG II2,1008 cf. SEG 16.101, 21.477 : en 119/118

Hesperia 16(1947) p. 170, n° 67 + IG II2, 1009 cf. SEG 38.116 : en 117/116

IG II2, 1011 : en 107/106, 140 éphèbes, dont 24 étrangers, dont 5 Romains

IG II2, 1030 (Tracy 1990, 198) : vers 105

IG II2, 1028 : en 102/101, 141 éphèbes, dont 40 étrangers et au moins deux Romains.

121 Perrin-Saminadayar 2007, 470-475.

122 Graindor 1922, 168.

123 Isoc., Panégyrique, 50 : ῞Ελληνας καλεῖσθαι τοὺς τῆς παιδεύσεως τῆς ἡμετέρας (…) μετέχοντας.

124 Gauthier-Hatzopoulos 1993, 83.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search