Version classiqueVersion mobile

L’été indien de la religion civique

 | 
Nadine Deshours

Remerciements

Texte intégral

1L’idée de cette recherche découle naturellement du travail qui l’a précédée sur les Mystères d’Andania. C’est en cherchant à replacer la réforme de culte de 91/90 a.C. dans un contexte plus large, en l’occurrence égéen, que j’ai découvert l’existence d’un corpus de textes témoignant de la reviviscence de la religion civique au tournant des iie et ier siècles. L’extraordinaire dossier de Bargylia récemment venu au jour est venu s’ajouter à un ensemble dont Adolf Wilhelm avait, le premier, repéré la cohérence. L’idée, juste au demeurant, que la religion grecque est surtout faite de traditions, a occulté son développement historique (sinon sous la forme discutable d’un tableau antithétique opposant, d’un côté, les époques archaïque et classique et, de l’autre, les époques hellénistique et impériale). Cet ouvrage recherche justement les caractères propres de la religion civique à l’époque hellénistique tardive.

2Il m’a fallu quelques années pour passer véritablement à l’étude détaillée de ces textes. Je dois à Philippe Gauthier la conviction que, seuls, leur traduction et leur commentaire détaillé permettent de les utiliser comme documents historiques en vue d’une synthèse, d’où la forme empruntée par ce travail. C’est toutefois la publication de mon livre sur les Mystères d’Andania qui m’a permis de trouver l’énergie de passer à la rédaction de ce travail et je suis donc largement redevable aux animateurs d’Ausonius de l’avoir menée à bien : Alain Bresson, Patrice Brun, Raymond Descat, Jérôme France. J’ai alors décidé de faire de cette étude l’ouvrage inédit demandé pour l’habilitation à diriger des recherches.

3Maurice Sartre, qui m’a accueillie dans le centre de recherche Cermahva de Tours, a accepté de la diriger et manifesté pour le sujet que je tentais de traiter un intérêt aigu. Il a réuni un jury qui reflète les centres d’intérêt, les travaux, les institutions qui sont importants pour moi : Stella Georgoudi qui, dans “l’École de Paris”, a toujours milité pour la prise en compte des inscriptions dans l’étude de la religion grecque, Alain Bresson et François Lefèvre, non seulement respectivement comme “rhodien” et “delphien”, mais comme modèles dans l’exploitation des documents épigraphiques. Qu’il trouve ici, ainsi que tous les membres du jury, l’expression de ma vive reconnaissance.

4Je n’avais encore jamais étudié de documents portant sur la religion à Athènes et j’ai naturellement fréquenté avec enthousiasme les monographies de Robert Parker et de Jon D. Mikalson sur ce sujet. Ma dette intellectuelle à leur égard est immense ; le titre, L’“été indien” de la religion civique, est emprunté à J. D. Mikalson et j’ai été extrêmement flattée que R. Parker me fasse l’honneur de participer à mon jury d’habilitation. Ses très précieuses remarques m’ont permis d’approfondir bien des points. Le livre que je présente aujourd’hui est largement augmenté aussi de textes nouveaux de provenance variée qui corroborent la thèse de l’ouvrage.

5Enfin, ma pensée va à ceux qui m’ont encouragée avec constance : des collègues, notamment Isabelle Brousselle, Christine Hoët-van Cauwenberghe, Michèle Daumas, Yvette Morizot, Christophe Chandezon, Pierre Fröhlich, Pierre Jaillette, Guillaume Prost et des amis, Anne-Marie Bernard, Marie-Claude Charcosset, Anne Fétizon, Catherine Grandjean, Lisa Kallet, Claudie Masson, Françoise Marol, Hélène Nicolet-Pierre, Alain Bougeard, Michel Journot, Jack Kroll.

6Paris-Athènes-Tours- Bordeaux, décembre 2010

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search