Version classiqueVersion mobile

Les pratiques funéraires de l'âge du Fer en Grèce du Nord : étude d'histoires régionales

 | 
Anne-Zahra Chemsseddoha

Avant-propos et remerciements

Texte intégral

1Depuis les premières découvertes de nécropoles protohistoriques en Grèce du Nord, au tournant du xxe siècle, et surtout depuis la fouille de l’exceptionnelle nécropole tumulaire de Vergina dans les années 1950, les connaissances sur les rites funéraires dans le nord de la Grèce, pour cette longue période située entre le xie et le viie siècle avant notre ère, se sont considérablement enrichies. Entre les années 1980 et aujourd’hui ont été découverts trois fois plus de nouveaux ensembles que durant la longue période qui précède cette progression remarquable. Au vu de la documentation générée par ces explorations depuis un siècle, inégale, dispersée, mais généreuse en informations, il nous a paru essentiel de la rassembler, de compiler en un ouvrage les nombreux éclairages qu’elle apporte sur les pratiques funéraires afin de revoir, d’analyser et de proposer une nouvelle image de cette vaste région aux multiples facettes et aux rituels funéraires pluriels, riches et variés. Je sollicite par avance l’indulgence du lecteur pour les quelques lacunes inhérentes à cet exercice de synthèse, fruits de l’archéologie, toujours en mouvement et tributaire du rythme des publications et des découvertes inlassablement susceptibles d’enrichir nos points de vue.

2Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat en sciences de l’Antiquité intitulée “Les modes funéraires de l’âge du Fer en Macédoine : étude d’histoires régionales”, soutenue le 27 novembre 2015 à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Je tiens donc tout d’abord à exprimer ma gratitude à Jean-Marc Luce, mon directeur de thèse. Je le remercie d’avoir cru en mes capacités, pour son soutien sans faille et ses conseils prodigués au fil des années depuis mes premiers pas dans l’archéologie grecque. Je remercie sincèrement Pierre-Yves Milcent, Miltiade Hatzopoulos, Alexandre Mazarakis-Ainian et John Papadopoulos, qui ont accepté de siéger au jury. Qu’il me soit également permis de leur exprimer ma sympathie et ma profonde gratitude pour leurs remarques et suggestions formulées lors de la soutenance, pour les discussions en France ou en Grèce, pour leur écoute et leur bienveillance à mon égard.

3La conduite de cette thèse puis la réalisation de sa publication n’auraient pas été possibles sans le soutien matériel et moral de plusieurs institutions en France et en Grèce.

4En France, je tiens tout d’abord à remercier vivement Ausonius Éditions et en particulier Olivier Devillers, pour la confiance accordée et pour avoir rendu possible la concrétisation de ce projet de publication.

5Je remercie l’Université Toulouse-Jean Jaurès, en particulier l’équipe du CRATA (Culture, Représentations, Archéologie, Textes antiques) du laboratoire PLH (Patrimoine, Littérature, Histoire - EA 4601). Je la remercie, pour son accueil tout au long de mon doctorat, d’avoir permis mon premier voyage sur le terrain en Grèce du Nord, et, bien sûr, pour m’avoir alloué une aide à la publication pour cet ouvrage. J’exprime alors ma gratitude et ma sympathie envers Sylvie Rougier-Blanc. Je remercie également Laurent Bricault pour son aide apportée lors de la mise en route de ce projet de publication ainsi que Robert Sablayrolles pour l’intérêt qu’il a porté à mon projet et son écoute.

6En France, ma reconnaissance va également à l’Université de Lorraine, en particulier à l’équipe du laboratoire Hiscant-MA (Histoire et Cultures de l’Antiquité et du Moyen Âge - EA 1132) et à son directeur Guy Vottéro, pour leur soutien et l’aide à la publication qui m’a été attribuée. J’en profite également pour remercier le Centre Édouard Will pour son accueil bienveillant dans cet espace de savoir où j’ai pu finaliser cet ouvrage, au côté de collègues dont la sympathie et le soutien m’ont encouragée dans ce travail.

7En Grèce, je tiens à exprimer mes sincères remerciements à Onassis Foundation pour sa générosité et son soutien non seulement au cours de mon doctorat, à travers l’attribution d’une bourse mais aussi pour la mise en valeur de ce travail de recherche grâce à l’attribution d’une aide à la publication. J’en profite alors pour remercier vivement l’Association des boursiers de Onassis Foundation ainsi que Frédérique Hadgiantoniou pour son aide et son soutien moral durant mon long séjour hellénique.

8En Grèce, je remercie également l’Université Capodistrienne d’Athènes, pour son aide à la réalisation de mes recherches en Grèce, ainsi que l’École française d’Athènes, qui m’a accordé des bourses d’études au cours de ma thèse et m’a accueillie chaleureusement à maintes reprises dans sa bibliothèque. J’en profite également pour saluer l’Université de Volos et l’équipe du laboratoire d’archéologie, et les remercier pour leur accueil chaleureux et sympathique à chacune de mes visites en Thessalie.

9Toujours dans ce pays qui m’est si cher, je tiens exprimer mes remerciements au Ministère grec de la Culture et des Sports, en en particulier aux Éphories des Antiquités de Chalcidique, de Drama, d’Émathie, de Florina, de Grevena, de Ioannina, de Kastoria, de Kilkis, de Kozani, de Pella, de Piérie, de Serres et de Thessalonique pour leur disponibilité et pour m’avoir autorisé à reproduire les images qui illustrent notre ouvrage. Pour les mêmes raisons, je saisis l’occasion de remercier également l’École Britannique d’Athènes, Georgia Karamitrou-Mentessidi, Matthieu Ghilardi, Wolf Koenigs, Wolfram Schier, et, l’Institut de Tirana.

10Je tiens également à saluer et à exprimer mes remerciements aux divers acteurs de la recherche qui ont contribué à travers les échanges, les discussions et les conseils à l’avancement de mes investigations : Stéphanie Adroit, Xenia Charalambidou, Anastasia Chrysostomou, Pavlos Chrysostomou, Stefanos Gimatzidis, Raimon Graells i Fabregat, Dimitris Grammenos, Daniela Heilmann, Christos Kleitsas, Kostas Kotsakis, Tobias Krapf, Rovena Kurti, Sarah Morris, Giannis Papadias, Angeliki Pateli, Laetitia Phialon, Vivi Saripanidi, Thomai Savvopoulou, Kostas Soueref, Michalis Tiverios, Sevi Triantaphyllou, Charalambos Tsougaris, Evangelia Vliora, Ioannis Xydopoulos, ainsi qu’aux personnes que j’ai omises, qu’elles veuillent bien m’en pardonner.

11Je souhaiterais également remercier très sincèrement mon collègue et ami Antoine Chabrol, ainsi que Christina, Jessica et mes autres chers amis de Grèce, de France et d’ailleurs qui m’ont parfois relue, beaucoup écoutée et soutenue sans relâche dans mes démarches. Je leur témoigne ma plus profonde amitié.

12Enfin, le projet initial de thèse et celui de la publication n’auraient pas pu aboutir sans le soutien et l’amour de mes parents et de mes sœurs, qui m’ont encouragée dans mes choix, m’ont entourée de leur bienveillance et de leur tendresse, et auxquels je dédie cet ouvrage.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search