Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

L’Élide

Le déclin du dialecte éléen (ive-iie siècle a.C.)1

Sophie Minon

Texte intégral

  • 1 Je remercie Catherine Grandjean et toute son équipe pour la chaleur de leur accueil et la douceur d (...)
  • 2 Le décret éléen concernant la cité triphylienne périèque de Skillous, IED, no 22, daté de c. 450/42 (...)

1L’influence de la koinè se perçoit dans les inscriptions éléennes dialectales à partir du début du ive siècle a.C., et peut-être même dès la seconde moitié du ve siècle2. En l’espace de deux siècles le dialecte a progressivement évolué au contact de la nouvelle langue commune, avant de s’effacer devant elle en étant sans doute ravalé au rang de langue vernaculaire. L’étude des textes officiels éléens qui illustrent la rencontre du dialecte avec la nouvelle langue commune doit permettre de mieux apprécier la résistance de certains traits dialectaux comme l’impact d’autres traits de la koinè. On essaiera ainsi de saisir les étapes de l’évolution qui entraîna la progressive désaffection de la langue locale et de comprendre les raisons historiques et sociologiques qui ont conduit les Éléens à renoncer finalement à employer leur dialecte à l’écrit.

  • 3 Sur la notion de standard appliquée à la langue, cf. Brixhe & Hodot 1993, 9 en particulier, et, ave (...)
  • 4 Cf. López Eire 1993, 10.
  • 5 Voir Thc. 5.44-48, avec le commentaire de Gomme et al. 1998, 50-64.
  • 6 Voir le cas de l’inscription IED, no 25, c. 425-400, qui montre l’emploi nouveau de Γ, de Δ et du s (...)
  • 7 Voir ibid., 272 et n. 71.
  • 8 Pour les événements de 399 et de 369, voir Xén., Hell., respectivement 3.2.25-30 et 7.1.26.

2Quel cadre chronologique donner à notre enquête ? La limite haute est fournie par l’époque où l’alphabet d’origine milésienne a commencé à être employé à la place de l’alphabet local. Ce changement d’alphabet est en effet le premier indice assuré d’ouverture à l’influence ionienne-attique, avant que la progressive standardisation ne s’opère aussi dans la langue3. Amorcé en Élide dès la fin du ve siècle, il s’achève dans cette région, comme dans la plupart des autres, au début du ive siècle4. Des raisons historiques peuvent expliquer une telle évolution ainsi que sa chronologie. La guerre du Péloponnèse a paradoxalement rapproché les Grecs, en faisant se côtoyer les peuples, alors qu’auparavant c’étaient des individus qui se rencontraient, ponctuellement, au hasard des panégyries ou des activités commerciales. En 420, les Éléens devinrent ainsi les alliés des Athéniens, alors que leur appartenance à la Ligue péloponnésienne leur avait jusque là interdit de telles relations5. Or, c’est précisément vers cette période que les premières lettres du nouvel alphabet s’introduisirent dans les inscriptions éléennes6. Le prestige d’Athènes et la commodité de son alphabet réformé ont pu motiver un tel changement. Le texte 28 (numérotation IED 2006), une collation triphylienne du droit de cité, est le premier texte officiel en dialecte éléen qui laisse apparaître les nouvelles notations des voyelles longues de la série moyenne : H et Ω, avec des hésitations dans l’emploi d’oméga qui montrent que cette lettre n’avait été introduite que peu de temps auparavant7. Ce décret est daté assez précisément puisque c’est la guerre contre Sparte qui permit aux communautés triphyliennes sujettes des Éléens de reconquérir leur indépendance. Et on sait que l’État triphylien ne subsista pas au-delà de 3698.

  • 9 Voir IvO 52, seul autre décret éléen de l’époque hellénistique, daté c. 140 a. C. et écrit dans la (...)
  • 10 Le rhotacisme laconien n’est pas attesté avant le IIe s. de notre ère, mais son emploi dans les seu (...)
  • 11 Voir Bubenik 1989, 135-136.
  • 12 Voir e. g. la dédicace d’époque impériale IED, no 55, où l’on notera, outre le rhotacisme, l’emploi (...)
  • 13 L’arbitrage éléen du iiie s. portant sur une délimitation de frontières entre deux cités de Phocide (...)

3La limite basse, quant à elle, est matérialisée par le dernier texte où apparaisse encore un trait propre au dialecte. C’est le décret éléen 35 en l’honneur de juges corinthiens trouvé à Corinthe et daté d’après 191 a. C. Cette inscription très mutilée ne laisse reconnaître son origine éléenne que par le rhotacisme. Au-delà de cette date, les textes éléens qui nous ont été conservés ne présentent plus aucune caractéristique du dialecte9. La réapparition du seul rhotacisme à l’époque impériale, où le trait se rencontre aussi en Laconie, dans les dédicaces à Artémis Orthia10, évoque plus un parti pris archaïsant que la renaissance du dialecte11. Les textes de cette période ne seront donc pas inclus dans notre étude12. Dans l’intervalle de deux siècles ainsi délimité prennent place cinq autres textes officiels : un autre décret triphylien octroyant le droit de cité gravé sur un disque, 29, l’amnistie des bannis de c. 365-324, 30, le fragment de décret concernant Alipheira de c. 244-219, 31, la copie coenne abrégée du décret d’asylie de l’Asclépiéion de Cos en 242 a. C., 32, et la proxénie de Damocratès de Ténédos de c. 200 a. C., 3413.

4Le caractère nécessairement fortuit et restreint de ce corpus de sept textes, sur une documentation qui pouvait à l’origine en compter des centaines, fera considérer les résultats de cette étude comme seulement indicatifs.

Avant-propos

  • 14 Pour les deux formes de koina dont il sera question, koina dorienne et koina du Nord-Ouest, cf. Buc (...)

5L’étude de la langue de ces sept inscriptions permet de distinguer différentes catégories d’éléments ou traits, plus ou moins pertinents dans le cadre d’une recherche sur la rencontre du dialecte avec la nouvelle langue commune : traits dialectaux, traits de koinè, ou de koina, traits résultant des contacts entre les langues en présence et traits communs à celles-ci14. Ces derniers, que l’on peut qualifier de “neutres” ne sont pas ici pertinents.

6Il est aussi d’autres traits auxquels le hasard ôte de leur pertinence : ceux qui ne peuvent être considérés comme représentatifs, soit parce qu’ils semblent douteux, soit, le plus souvent, parce qu’ils ne sont représentés que dans une inscription sur sept. À l’exception des lexèmes, pour lesquels ont été retenus d’autres critères d’analyse que celui de la représentativité, les autres traits doivent être en effet être récurrents dans le corpus, afin qu’il soit possible de suivre, d’une inscription à une autre, les étapes de leur déclin.

Image 1000000000000462000003022E44BE6D.jpg

Tableau 1. Graphies, phonétique et phonologie.

  • 15 Le modèle du tableau comparatif m’a été fourni par celui que dresse C. Dobias-Lalou dans son articl (...)

7Les traits pertinents, qui témoignent de la rencontre du dialecte et de la koinè dans nos sept inscriptions, ont été regroupés d’après leur nature grammaticale dans cinq tableaux15. La présentation de chaque trait est accompagnée d’une mention indiquant s’il est imputable au seul dialecte (É), s’il est commun au dialecte et au dorien (D) ou au dorien du Nord-Ouest (NO).

8Dans les trois premiers tableaux, regroupant les traits phonétiques et phonologiques, morphologiques et syntaxiques, chaque trait dialectal est illustré au plus d’un exemple par texte. Lorsqu’à un trait phonétique correspondent deux graphies, deux exemples sont cités. Lorsqu’il existe un contre-exemple, le plus souvent généré par le contact avec la koinè ou caractéristique de cette nouvelle langue commune, il figure sous l’illustration du trait dialectal, en gras. Quelques exemples de l’inscription peu lisible 31 sont suivis d’un point d’interrogation, qui signale l’incertitude de l’interprétation.

9Le quatrième tableau, celui du lexique, ne pouvait prendre la même forme que les précédents. C’est la mise en évidence de l’appartenance des lexèmes au lexique éléen ou, au contraire, à celui de la koinè ou de la koina, qui permet de comparer, d’un texte à un autre, la part respective du dialecte et des deux variantes de la langue nouvelle. Les hapax créés au contact de la koinè ont été aussi distingués.

10Un cinquième et dernier tableau rassemble les différentes formes d’hypercorrections résultant des contacts entre éléen et koinè : hyper-koinéismes, hybrides et probables hyper-éléismes. N’ont pas été retenues parmi les hybrides les formes de la koinè affectées par le rhotacisme, puisque ce trait est devenu systématique dans les inscriptions ici concernées.

Graphies, phonétique et phonologie

  • 16 Sur les traits phonétiques et phonologiques dialectaux, voir IED, II, § 1-15.
  • 17 López Eire 1996, 18.

11Le lecture verticale du tableau montre que dans les deux textes de la première moitié du ive siècle, ceux de la communauté triphylienne, les traits phonétiques et phonologiques dialectaux résistent bien à l’action de la koinè16. Ils sont certes médiocrement représentés dans ces deux inscriptions – 9 traits seulement sur 15 dans la première inscription, où ils sont le plus nombreux –, mais dans chacune d’elles, un trait, au maximum, témoigne de l’influence de la langue nouvelle : il s’agit de l’absence d’élision ou de crase. qui illustre avant tout la tendance “caractéristique de toute langue écrite (...) à fixer la forme des mots et à la rendre canonique (...) par exemple, dans le cas des proclitiques (...) [en leur préférant] les formes pleines”17. Il faut considérer à part l’absence de rhotacisme dans le disque triphylien 29, qui s’explique, dans ce texte émanant de populations éléennes émancipées, par la volonté de rejeter le trait éléen par excellence. Le texte triphylien sans doute plus ancien 28, dans lequel le rhotacisme n’a été soigneusement évité que dans la liste d’anthroponymes des dernières lignes, illustre une attitude moins tranchée.

Image 1000000000000419000002DA2CFC1B9C.jpg

Tableau 2. Morphologie.

  • 18 Pour la présence de la koinè à Cos dès le IIIe s., cf. infra ; sur son usage à Corinthe à la même é (...)

12Dans les cinq textes suivants, l’action de la koinè est au contraire sensible puisque la moitié, en moyenne, des traits phonétiques représentés dans chacun d’eux connaît un contre-exemple ; il arrive aussi que celui-ci soit seul représenté. Dans le détail, la progression de l’impact de la nouvelle langue commune est illustrée par les proportions suivantes : le rapport entre koinéismes et éléismes phonologiques et phonétiques, de 1 sur 3 à 1 sur 5 en 30 et 31, passe à 1 sur 2 en 34. Or dans ce décret, les éléismes au sens strict, sont moitié moins nombreux que les traits qui survivent dans la koina dorienne ; il semble donc, à ne considérer que cette catégorie de traits, que la langue du rédacteur ne soit plus le dialecte. Les copies coenne et corinthienne 32 et 35, quant à elles, sont aux 3/4 orthographiées conformément aux normes de la koinè. On se demandera s’il pourrait s’agir d’un parti pris des rédacteurs éléens, qui auraient ainsi adapté leur orthographe aux usages des cités réceptrices, dans les décrets originaux ou seulement dans les copies qu’ils leur destinaient, ou s’il faut plutôt y voir des corrections introduites lors de la gravure dans ces cités18.

La lecture horizontale du tableau montre que presque tous les traits phonétiques dialectaux subissent une fois au moins la concurrence de ceux qui leur correspondent dans la koinè ou de ceux que sa présence génère. C’est vrai pour les traits proprement éléens, à l’exception de l’absence de notation sans doute récente de *s intervocalique restauré, comme pour ceux que le dialecte partage avec le dorien et la koina (conservation de */a :/ancien, Ω pour/ Image 10000000000000130000000F21482189.jpg :/ secondaire), ou avec le dorien du Nord-Ouest (ερ > αρ).

Morphologie

  • 19 Ces deux traits, dont les illustrations figurent dans les tableaux 3 (datation par ὐπό + gén.) et 1 (...)

13Sur les 16 traits représentés dans l’un ou l’autre des 7 textes, 6 seulement illustrent la concurrence entre le dialecte ou la koina qui le relaie, et la koinè, et sur les 59 éléments qui prennent place dans le tableau, 7 seulement illustrent l’influence de cette dernière langue. La morphologie dialectale résiste donc bien à l’action de la koinè sur toute la période considérée. Mais les traits se maintiennent d’autant mieux que le dialecte les a en commun avec le dorien ou sa variante du Nord-Ouest (datif pluriel consonantique en -oις), et qu’ils survivent ainsi dans les deux variétés de koinai qui relaient ces dialectes. C’est ainsi que la préposition de forme dialectale πά se voit substituer πό, équivalent psilotique de la forme employée par les nouvelles langues communes, alors que πoτ (ί), qui est aussi la forme de la koina dorienne, se maintient19. Dans les textes du ive siècle, le disque triphylien 29 est le seul dont la morphologie, comme la phonétique, montre la pénétration de la koinè : à la différence de son homologue 28, il est écrit dans la koina régionale naissante, peut-être parce que les autorités triphyliennes avaient alors à cœur de se démarquer aussi sur le plan linguistique des Éléens dont ce peuple avait été longtemps dépendant. Au-delà du ive siècle, c’est dans la copie coenne 32, que l’influence de la koinè est la plus visible, alors qu’en 34, la morphologie dorienne reste prédominante : sur les 12 traits représentés, 5 sont proprement éléens, 6 communs au dialecte et à la koina, et 1 commun au dialecte et à la koina du Nord-Ouest.

Image 1000000000000303000001C4B76FE979.jpg

Tableau 3. Syntaxe.

Image 1000000000000435000002E579F56282.jpg

Tableau 4. Lexique.

Syntaxe

  • 20 Cf. IED, II, 461.

14Sur les 6 traits assurément dialectaux (παρ + acc. n’est pas attesté dans les textes éléens plus anciens), 3 seulement sont conservés : l’emploi de ἐν + acc. caractéristique de la koina du Nord-Ouest, l’emploi de ὐπό vsπί + gén. comme formule de datation, avec le compromis que constitue la substitution de ὐπό à la forme éléenne ὐπά de la préposition ; et, seulement dans les textes du ive siècle, celui de αἰ + opt. en protase hypothétique, qui était aussi connu d’autres dialectes. Pour les autres traits, les Éléens se sont alignés sur l’usage de la koinè, non sans tâtonnement, comme l’indiquent l’hyperkoinéisme α δέ κα δοκέοι et l’hyperéléisme que constitue à nos yeux l’emploi du subjonctif jussif ἀνατεθι20. L’optatif, qui était le mode canonique des dispositions législatives, a été progressivement évincé, dès avant ces textes, dans son emploi le plus atypique, l’emploi prescriptif en apodose des systèmes hypothétiques, puis dans les relatives génériques et pour finir en protase. La rencontre avec la koinè, qui utilisait plus le subjonctif éventuel que l’optatif potentiel, est responsable de cette évolution.

Lexique

15Dans cette partie, nous pouvons raisonner à partir du nombre de traits lexicaux, qui correspond pratiquement au nombre total d’occurrences. Si l’on considère le tableau dans son ensemble, il apparaît que les traits imputables aux différentes formes de koinè sont aussi nombreux que l’ensemble formé par les hapax créés au contact de celle-ci et les traits dialectaux. Sur les 8 traits “éléens”, 6 sont plus largement doriens ; sur les 12 traits imputables aux koinai, 9 sont dus à la koinè, 3 seulement à la koina dorienne. À la différence de ce qui a été observé pour les traits grammaticaux, les traits lexicaux imputables à la koina, sont ici des innovations au même titre que ceux de la koinè. Comment se répartissent ces traits suivant les inscriptions ? Les deux textes les plus anciens ne comportent presque aucun trait imputable aux nouvelles langues communes, ne créent aucun hapax : la langue des rédacteurs est encore à cette date le dialecte ou une forme de koina régionale, déjà susceptible d’acclimater la préposition ἀμφί de la koinè, comme on l’a vu pour 29. Dans ce contexte, il est légitime d’interpréter la forme à ôméga médian δαμιωργõ o de 28 comme l’indice d’un tâtonnement graphique entraîné par le changement d’alphabet en cours, plutôt que comme un hybride créé par la rencontre du δημιουργός de la koinè avec le δαμιοργός dorien ; une telle hybridation serait d’autant moins vraisemblable que le mot n’avait pas du tout les mêmes emplois dans les deux zones dialectales.

  • 21 Ces traits lexicaux comme les innovations phraséologiques ont été examinés en détail dans Minon 199 (...)

16L’inscription 30, la plus riche avec 34 sur le plan lexical, offre cette particularité de présenter presque autant de traits dialectaux que de traits empruntés aux koinai21. Elle reflète chez le rédacteur une double compétence linguistique : il semble avoir la maîtrise à la fois de son dialecte et de la koinè, comme l’illustre en particulier l’emploi conjoint de ἀνάατορ dans une expression formulaire ancienne et de son équivalent ionien-attique habillé dialectalement ἀττάμιος, associé à la forme artificielle νοστίττην, emprunt littéraire lui aussi dialectalisé. Cette image est cependant un peu corrigée par le tableau 5, qui totalise le plus d’hyperkoinéismes pour cette inscription. C’est la preuve que le rédacteur continuait en réalité à mieux maîtriser son dialecte que la nouvelle langue commune, dans laquelle il avait néanmoins déjà acquis une compétence telle qu’il créait, avec plus ou moins de bonheur, des mots nouveaux à la manière de celle-ci, comme les composés ἀγαλματοφώραν et ἀδεαλτώhαιε, l’hybride νοστίττην mais aussi l’hyperkoinéisme ἐρσεναιτέραν. La part importante de la création lexicale dans cette inscription semble indiquer que la créativité s’est trouvée un temps stimulée par la concurrence de la nouvelle langue, avant que le dialecte ne s’incline devant elle. Il est difficile de se prononcer sur l’inscription 31, dans laquelle le couple ἀτελήρ/κύρια témoigne cependant de la coexistence du dialecte et de la koinè. Remarquons, comme dans l’inscription précédente, que la forme dialectale est conservée dans une formule de la langue juridique : ἀ δίκα τελήρ [στω] comparable à ἀτελές κ εε δίκα, IED, 4, 2.

  • 22 Pour ces deux hapax, βωλογράφορ et έπανιτακώρ, cf. IED, II, respectivement 502-504 et 402.
  • 23 Cf. respectivement IED, 227 et 225, et pour χάλκωμα et ψάφισμα, López Eire 1996, 40-41.
  • 24 Id., 25-30.
  • 25 Sur la phraséologie de 34, voir IED, II, 621-622.

17L’inscription 34, quant à elle, se distingue bien de 30 : elle présente 2 hapax créés au contact de la koinè22, 8 traits imputables aux koinai, mais pas un seul éléisme. Parmi les traits de koinè, on remarquera en particulier ἔγκτησιν, au lieu de ἔμπασιν, πολιτεύω employé au sens récent de “résider” à la place de l’ancien κατοικέω et χάλκωμα, désignant le bronze inscrit à partir de l’époque hellénistique, à côté de ψάφισμα, qui témoignent tous deux du goût de l’époque pour les noms -μα23. Les deux formes qui nous apparaissent comme des hapax, βωλογράφορ et ἐπανιτακώρ illustrent aussi le goût nouveau pour les composés et surcomposés24 ; plus que la vitalité du dialecte, comme en 30, ils attestent sans doute désormais celle de la koinè. La phraséologie de ce décret, caractéristique de l’époque, contribue de son côté à rendre son style ampoulé25. La même préciosité a donné lieu au travail sur la langue que l’on a déjà pu constater : le rédacteur a cherché à donner au décret un vernis dialectal superficiel, non sans commettre quelques erreurs.

Image 10000000000003FA00000274DC9AE37B.jpg

Tableau 5. Hypercorrections et hybrides.

Hypercorrections et hybrides

  • 26 Cette définition est inspirée de celle que donne de l’hyperdialectisme Cl. Brixhe, dans son article (...)

18L’hypercorrection est une forme d’erreur commise par un locuteur qui n’a pas l’entière maîtrise de la langue dans laquelle il s’exprime, comme l’enfant apprenant sa langue maternelle ou l’adulte qui se perfectionne dans une langue étrangère : elle consiste pour eux à attribuer à tort à la langue qu’ils apprennent un élément, par extrapolation à partir de la connaissance qu’ils ont de ses structures et de son système. Ce type de faute est caractéristique des situations de bilinguisme ou de diglossie, comme dans le cas présent. Par “hyperkoinéisme” on entend ici une forme produite par référence à la koinè, et qui reflète ainsi la maîtrise insuffisante de celle-ci. À l’inverse, l’“hyperéléisme”, motivé par la volonté de produire une forme dialectale, montre que la connaissance du dialecte n’est plus maîtrisée26. Le passage du dialecte à la koina suppose que les hyperéléismes succèdent aux hyperkoinéismes et non le contraire. Les hybrides, qui supposent eux aussi une connaissance suffisante des deux langues en présence, sont d’une autre nature : il ne s’agit pas cette fois d’incorrections, mais de formes mixtes créées à dessein, comme compromis entre les deux langues en présence.

19La répartition des différentes formes d’hypercorrections dans nos inscriptions est intéressante. Les deux inscriptions les plus anciennes n’en présentent pas. Rien d’étonnant à cela puisqu’elles datent toutes deux du premier tiers du ive siècle, c’est-à-dire de la période où la koinè commence seulement à s’introduire dans la région. Mais dès le milieu du ive siècle, la situation est désormais diglossique, comme en témoigne l’inscription 30. La part importante d’hyperkoinéismes et d’hybrides dans cette inscription confirme que son rédacteur “bilingue” a encore le dialecte comme langue maternelle. La situation de diglossie provoque chez lui deux réactions opposées : le sentiment de la spécificité de son dialecte et de la fonction identitaire de celui-ci le conduisent à conserver voire à amplifier les dialectalismes les plus saillants pour peu qu’ils ne nuisent pas à la compréhension, tandis que le prestige de la langue nouvelle lui fait adopter une partie de sa syntaxe, de son lexique et stimule sa créativité dans ce dernier domaine. Les hybrides témoignent d’un savant compromis entre ces deux attitudes : l’adoption du lexique de la koinè ne se fait pas sans adaptation à la morphologie et à la phonologie du dialecte, parce que c’est dans ces deux domaines que celui-ci se fait surtout reconnaître. L’emploi récurrent des phonèmes et morphèmes, désinentiels en particulier, fait d’eux les marqueurs dialectaux par excellence. Le conservatisme dans l’emploi des uns et des autres s’explique ainsi. Mais la facilité d’un tel habillage dialectal pour des secrétaires habitués à consulter les archives de la cité invite à accorder une attention particulière, dans les textes de cette période, aux phénomènes d’hypercorrection, qui seuls apportent un véritable éclairage sur la pratique linguistique active de chaque individu.

  • 27 Voir à nouveau la dédicace IED, no 55.

20La proxénie 34 illustre une tout autre situation linguistique. L’absence d’hyperkoinéisme laisse supposer que la koina est désormais la langue du rédacteur. Le style, la phraséologie sont ceux de la koinè. La volonté cependant de faire clairement apparaître l’identité de la cité qui honore a suscité l’habillage dialectal dont il a été question plus haut. Mais à plusieurs reprises, il semble y avoir eu surenchère dans la mise en dialecte, c’est-à-dire que la forme qui en résulte diffère des formes dialectales connues. Le rédacteur ne maîtrisait-il plus lui-même le dialecte, dont il n’aurait plus eu qu’une connaissance passive, celle qui lui venait de la lecture des textes de loi anciens ? Ou bien entre deux variantes qui coexistaient dans le dialecte, a-t-il choisi celle qui se distinguait le plus de la koinè ? La relative abondance des formes de ce type ou des hybrides et l’acharnement dans la recherche de la forme originale qu’illustrent des formes comme πόλερ, qui se distingue par deux traits de son équivalent dans la koinè, ou ἀνατεθι, qui associe au /ä :/ suffixal éléen le /i/ de la koinè et un emploi jussif que l’on hésite à attribuer au dialecte, évoquent déjà, dans ce texte, le goût de l’antique et la mode archaïsante caractéristiques de l’époque impériale27. Cela pourrait indiquer que le rédacteur n’avait plus qu’une connaissance passive de l’éléen, qui aurait été pour lui l’équivalent d’une langue ancienne.

  • 28 Sources littéraires chez. H. Swoboda, RE V, 1905, s. v. “Elis”, col. 2407-2408.

21À considérer cette proxénie et 35, on a donc l’impression, sans pouvoir parler de certitude vu l’insuffisance de la documentation, que la fin du dialecte a coïncidé avec la fin du iiie siècle, c’est-à-dire avec la fin de l’alliance avec les Étoliens et l’entrée dans la Ligue achéenne. On n’est pas surpris que la perte de l’indépendance politique ait ravalé l’ancienne langue locale au statut de langue vernaculaire et ait promu la nouvelle langue commune au statut de langue officielle. L’autre étape importante dans le déclin du dialecte, plus d’un siècle auparavant, est illustrée par l’amnistie 30, dont le rédacteur maîtrisait déjà parfaitement la koinè. Mais l’imprécision de la datation de ce texte, entre 365 et 324, empêche de mettre cette situation linguistique en rapport avec un contexte historique précis. On remarquera seulement que la période constituée par les années 341 à 324, qui voient successivement les oligarques éléens se rapprocher de Philippe de Macédoine puis subir la domination d’Alexandre28, cadre bien avec la promotion de la koinè comme langue véhiculaire en Élide.

Notes

1 Je remercie Catherine Grandjean et toute son équipe pour la chaleur de leur accueil et la douceur de leur hospitalité tourangelle. Je donne ici le texte de la communication que j’ai prononcée au colloque. Une version plus développée de cet article tient lieu de conclusion à mes Inscriptions éléennes dialectales (IED).

2 Le décret éléen concernant la cité triphylienne périèque de Skillous, IED, no 22, daté de c. 450/425, que sa langue notamment rend atypique, présente l’extension du morphème -ιη- (ici- ια-) du singulier à l’optatif duel [κατιστ]αιάταν, l. 16, qui est surtout connue de l’ionien au pluriel, voir Minon 1998, 3.4.1. et n. 75. Par “koinè”, j’entends cette “variété d’attique ionisé qui commence (...) à se répandre, à partir de la fin du ve siècle a. C., d’abord parmi les cités qui faisaient partie de la Ligue attico-délienne (...), et ensuite parmi d’autres groupes de populations du monde grec”, cf. López Eire 1993, 43.

3 Sur la notion de standard appliquée à la langue, cf. Brixhe & Hodot 1993, 9 en particulier, et, avec un point de vue plus général, López Eire 1996, 10-11 et 7-42 passim.

4 Cf. López Eire 1993, 10.

5 Voir Thc. 5.44-48, avec le commentaire de Gomme et al. 1998, 50-64.

6 Voir le cas de l’inscription IED, no 25, c. 425-400, qui montre l’emploi nouveau de Γ, de Δ et du sigma à quatre branches obliques (cf. ibid., 280), mais l’emploi encore indifférencié de E et de O pour les longues et les brèves. Des monnaies éléennes à tête d’Héra datées de c. 421 portent en revanche dès cette date la légende HRA avec êta, cf. ibid., 262-265.

7 Voir ibid., 272 et n. 71.

8 Pour les événements de 399 et de 369, voir Xén., Hell., respectivement 3.2.25-30 et 7.1.26.

9 Voir IvO 52, seul autre décret éléen de l’époque hellénistique, daté c. 140 a. C. et écrit dans la koina dorienne : le texte rend compte d’un arbitrage concernant un territoire revendiqué par Messène, rendu par des juges milésiens, dont une lettre et le compte rendu d’arbitrage écrits en koinè viennent à la suite du décret éléen.

10 Le rhotacisme laconien n’est pas attesté avant le IIe s. de notre ère, mais son emploi dans les seules inscriptions du sanctuaire d’Artémis Orthia pourrait indiquer, comme l’a supposé Brixhe 1996, 98, que “le dialecte, ravalé à un rang subalterne, s’[était], comme souvent pour un parler dominé, réfugié dans le domaine sacré”. Ce trait pourrait donc être aussi ancien en laconien qu’en éléen, sans avoir transparu dans les textes de la période dialectale rédigés par l’aristocratie spartiate au pouvoir : il pouvait caractériser la langue des hilotes. On n’a donc “aucune raison de [le] faire venir (...) de l’Élide” (99, n. 17).

11 Voir Bubenik 1989, 135-136.

12 Voir e. g. la dédicace d’époque impériale IED, no 55, où l’on notera, outre le rhotacisme, l’emploi archaïsant d’omicron pour ôméga.

13 L’arbitrage éléen du iiie s. portant sur une délimitation de frontières entre deux cités de Phocide, Phanoteus et Stiris (Rousset & Katzouros 1992, 197-215), écrit dans la koina du Nord-Ouest de l’époque, sans éléisme spécifique, a été exclu.

14 Pour les deux formes de koina dont il sera question, koina dorienne et koina du Nord-Ouest, cf. Buck 1955, § 274-280.

15 Le modèle du tableau comparatif m’a été fourni par celui que dresse C. Dobias-Lalou dans son article de 1987, 45-46.

16 Sur les traits phonétiques et phonologiques dialectaux, voir IED, II, § 1-15.

17 López Eire 1996, 18.

18 Pour la présence de la koinè à Cos dès le IIIe s., cf. infra ; sur son usage à Corinthe à la même époque, cf. Buck 1955, § 255. Contre l’hypothèse de l’adaptation à la langue des destinataires, voir cependant Id. 1913, 133-159, en particulier 145-146 : “Decrees granting honors or specific privileges to foreigners or to a foreign state are regularly in the dialect of the party issuing the decree, regardless of the dialect of the party honored (...) apart from occasional errors due to the local stonecutter”.

19 Ces deux traits, dont les illustrations figurent dans les tableaux 3 (datation par ὐπό + gén.) et 1 (apocope), n’ont pas été repris dans le tableau 2.

20 Cf. IED, II, 461.

21 Ces traits lexicaux comme les innovations phraséologiques ont été examinés en détail dans Minon 1997, 474-477.

22 Pour ces deux hapax, βωλογράφορ et έπανιτακώρ, cf. IED, II, respectivement 502-504 et 402.

23 Cf. respectivement IED, 227 et 225, et pour χάλκωμα et ψάφισμα, López Eire 1996, 40-41.

24 Id., 25-30.

25 Sur la phraséologie de 34, voir IED, II, 621-622.

26 Cette définition est inspirée de celle que donne de l’hyperdialectisme Cl. Brixhe, dans son article de 1993, 53.

27 Voir à nouveau la dédicace IED, no 55.

28 Sources littéraires chez. H. Swoboda, RE V, 1905, s. v. “Elis”, col. 2407-2408.

Auteur

Université de Paris X

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540