Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

La Messénie

L’organisation de l’oktôbolos eisphora de Messène

Léopold Migeotte

Texte intégral

  • 1 Voir Migeotte 1997. Convaincue par mes arguments, Grandjean 2003, 252, a suggéré les années 48-42 o (...)
  • 2 IG, V. 1, 1432-1433. Les décrets ont été repris, avec une traduction et un bref commentaire, par Ca (...)
  • 3 Wilhelm 1914. Je renvoie ici aux pages de la première publication, qui sont également indiquées dan (...)
  • 4 On peut consulter aussi la traduction allemande de Wilhelm 1914, 50-51, et le schéma de Grandjean 2 (...)

1Le monde savant a favorablement accueilli la date que j’ai proposée naguère pour l’eisphora levée à Messène à la demande des Romains. L’événement s’est produit, d’après moi, entre 70 et 30 a. C., sans doute plus près de la première date que de la deuxième. Tout indique (et l’accord est unanime sur ce point) que cet impôt était exceptionnel et lié à la préparation d’une expédition militaire. L’opération a été supervisée par le proconsul Memmius et le préteur Vibius. Mais, dans l’état actuel des connaissances, il est impossible d’identifier ces hommes avec des personnages connus ni de dater l’événement avec exactitude1. À Messène, l’événement a certainement fait l’objet de nombreux documents officiels, qui ont été conservés dans les archives et dont plusieurs ont dû être affichés auparavant. Un certain nombre ont ensuite été gravés dans la pierre, mais seulement trois de ces inscriptions nous sont parvenues : d’une part un décompte provisoire de l’eisphora, fondé sur une évaluation des biens des Messéniens et gravé sur une grande stèle presque intacte, d’autre part deux décrets en l’honneur d’Aristoclès, secrétaire du Synédrion, l’un voté par le Conseil lui-même, l’autre par le Conseil et le Peuple, et gravés l’un à la suite de l’autre sur une autre pierre dont la partie inférieure a disparu avec la plupart des décisions de l’Assemblée. Après leur publication par W. Kolbe en 19132, ces textes ont été repris dès l’année suivante par Ad. Wilhelm, dont le commentaire approfondi continue avec raison à faire autorité aujourd’hui3. En prolongeant cette étude et en la corrigeant ici ou là, je reviens ici sur l’organisation de l’eisphora et sur des questions de procédure qui se sont posées au cours de l’opération. Il est rare en effet que la levée d’un impôt, en dehors d’Athènes, soit connue avec autant de détails. Une traduction du décompte se trouve en annexe4.

Déroulement de l’évaluation

  • 5 L’addition des deux dernières sommes montre que le comptable a commis une légère erreur. Il y en a (...)
  • 6 Voir Wilhelm 1914, 8 et 58-60, qui a montré que la date devait s’entendre comme une échéance à veni (...)

2Des trois inscriptions, la plus ancienne est le décompte. Tel que nous le lisons, celui-ci ne mentionne aucun éponyme, mais précise à la ligne 32 qu’il a été arrêté au trentième jour du septième mois. À cette date, la somme destinée aux Romains était fixée à 99 365 deniers et 2 oboles (l. 30-31), dont 83 574 deniers et un trichalque, soit près de 85 %, étaient déjà recueillis (l. 33) ; il restait à venir 15 797 deniers 5 oboles et 9 chalques (l. 34-35)5 et l’on attendait une solution judiciaire, dont l’échéance était fixée au dixième mois, donc trois mois plus tard, pour plusieurs estimations qui avaient probablement fait l’objet de contestations (l. 16-17)6. Le bilan n’était donc pas définitif, mais l’évaluation était terminée, sauf pour les cas en suspens, et la collecte des fonds, très avancée, devait probablement aboutir avant la fin de l’année.

  • 7 L. 2-6 : εσενέγκαντος ες τους συνέδρους [ριστοκλ]έος το γραμματέος [τν συνέδρων ?] τòν διαψαφι (...)
  • 8 L. 6-9 : κα φροντισά[ντος] ὅπως ὅσον στι δυνατòν εσοδιασθε τ ὀφειλόμενα [τι πό]λει καθς κα (...)
  • 9 L. 11-12 : Οίβιος δ στραταγòς δωρήσατο αύτι παρόντων τ[ν π]ολιτν κατ πρόσωπον πως φορι δ (...)

3Ce double bilan est évoqué ensuite par le premier décret (celui du Synédrion). Celui-ci rappelle en effet que le secrétaire Aristoclès a d’abord rendu compte au Conseil des fonds déjà recueillis, puis a présenté un état du solde aux “particuliers”, c’est-à-dire probablement à l’ensemble des contribuables, réunis au théâtre en présence du préteur Vibius7. Il me semble évident que cette réunion du Conseil et cette Assemblée extraordinaire ont été provoquées par la visite du Romain, qui avait demandé au secrétaire un bilan de la situation. Peut-être même Vibius a-t-il alors montré de l’impatience, car le Synédrion a souligné qu’il appuyait Aristoclès dans sa volonté de verser tout le solde “dans la mesure du possible”, mais “sans recourir à un emprunt ou à un déficit”8. Autrement dit, le Conseil et le secrétaire n’entendaient pas avancer la somme restante avant d’avoir terminé la collecte. Probablement rassuré par cette promesse et satisfait de pouvoir encaisser la plus grande partie de la réquisition, Vibius a remercié Aristoclès “en présence des citoyens”, donc peut-être en Assemblée proprement dite, en lui permettant de porter un anneau d’or9. Le Synédrion, quant à lui, s’est associé à l’hommage rendu par le préteur et a décidé d’ériger une statue au secrétaire (l. 9-12). Comme le montre le présent γραµµατίζoντα utilisé dans la dédicace qui devait être inscrite sur la base de la statue (l. 18-20), ce décret a été voté durant le mandat d’Aristoclès, sans doute peu après la présentation du bilan à Vibius.

  • 10 Cf. Wilhelm 1914, 12.

4Quant au second décret, il présente un éloge plus général du secrétaire : il souligne ses mérites non seulement dans la levée de l’eisphora et ses contacts avec les Romains, mais aussi dans l’ensemble de sa gestion et ses charges antérieures, et il rappelle les honneurs qu’il avait reçus auparavant, en particulier le privilège de la chrysophoria octroyé à la fois par le préteur Vibius et le proconsul Memmius (l. 26-37). Acceptant d’ériger une statue au secrétaire, selon la décision du Synédrion, l’Assemblée y a ajouté deux portraits peints (l. 39-40). À ce moment, il est clair que le reste de la réquisition avait été versé aux Romains. Un bilan définitif en a certainement été établi10, puis affiché et déposé aux archives. On peut même supposer qu’il a été gravé dans la pierre, puisque le bilan provisoire l’avait été, et que cette copie ne nous est pas parvenue.

  • 11 Cf. ibid., 8-13.
  • 12 La plupart des considérants sont rédigés au passé, mais deux verbes sont encore au présent aux lign (...)

5La datation relative des décrets pose cependant un problème, car ils sont tous deux coiffés par un titre unique, inscrit en grandes lettres. Mal conservé, mais restitué par Ad. Wilhelm à la suite de raisonnements rigoureux et convaincants, ce titre donne comme date le sixième mois de l’éponyme Agathos. Il s’agissait donc de l’année suivant celle du décompte, puisque celui-ci a été arrêté au septième mois. Or, étant donné que le premier décret a suivi de près le relevé de l’eisphora, Ad. Wilhelm a conclu que la date indiquée en titre devait s’appliquer seulement au deuxième décret et il a proposé diverses hypothèses pour expliquer la longueur du délai entre les deux votes11. Ce raisonnement est plausible. Mais on peut également supposer que la décision de pérenniser les deux documents dans la pierre n’a pas été prise immédiatement. Dans ce cas, le titre indiquerait la date de leur gravure sur la même pierre, où ils apparaissent dans l’ordre chronologique. En d’autres termes, le second décret a pu être voté peu après la sortie de charge d’Aristoclès12.

Organisation de l’eisphora

  • 13 Pour ce calcul, voir Giovannini 1978, 118 et n. 15.

6On peut reconstituer de manière assez précise comment la réquisition a été définie et organisée. On sait que l’évaluation des biens privés a été calculée en monnaie locale et que l’auteur du relevé (ou son comptable) est passé au denier au moment de libeller la contribution due aux Romains. On sait également que le taux d’imposition a été fixé à huit oboles par mine, c’est-à-dire à un pour cent et un tiers en termes modernes13. Ce taux n’a sans doute pas été défini par les Romains. En effet, comme les maîtres étrangers le faisaient habituellement dans de telles circonstances, ils ont dû exiger au départ une somme globale, sans se préoccuper des détails de sa perception. En outre, ils ont certainement formulé la somme en monnaie internationale, c’est-à-dire en drachmes d’Alexandre, ou même directement en deniers puisque le total de la contribution a été inscrit dans cette monnaie et que le denier servait déjà de monnaie de compte dans le monde grec de l’époque. Mais cette différence de formulation n’importait guère, puisque le denier et la drachme d’étalon attique étaient alors considérés comme équivalents. Concrètement, une fois terminée la collecte des fonds, les Messéniens ou les Romains ont donc dû changer les sommes recueillies, sans doute par l’intermédiaire de banquiers. Or, compte tenu du total inscrit aux lignes 30-31 (99 365 deniers et 2 oboles) et des évaluations encore en attente, dont la somme n’est évidemment pas indiquée, les Romains ont visiblement établi leur demande, en chiffres ronds, à 100 000 deniers. La somme était considérable et d’autres cités ont probablement été soumises à des réquisitions analogues. Les Romains préparaient donc, de longue main, une campagne de grande envergure.

  • 14 L. 30-33 : κατείργασται δέ πολλ κα μεγάλα τᾶι τν πόλει συμφερόντων δι τν γουμένων, μν π (...)
  • 15 Peu auparavant, dans des circonstances analogues, les frères Cloatii ont obtenu des allègements de (...)

7La réquisition est présentée deux fois au pluriel dans les décrets : έπιτάγματα (l. 4) et έπιταγαί (1. 30), ce qui pourrait refléter, plutôt que des demandes successives des Romains, les étapes de leurs négociations avec les Messéniens. En effet, il apparaît clairement que ceux-ci ont eu leur mot à dire dans l’affaire. D’après le second décret, Aristoclès a obtenu “de nombreux et gros avantages” pour la cité, tantôt sur place, car il a reçu plusieurs Romains chez lui, tantôt par des ambassades auprès d’eux14. Il va de soi qu’une partie de ces discussions a porté sur le montant de la réquisition15. En outre, tandis que le préteur Vibius supervisait l’opération, le secrétaire l’a contrôlée étroitement, sous la surveillance du Synédrion, et l’Assemblée elle-même en a probablement été saisie dès le début, car la question était d’intérêt général. La pression romaine était évidemment très forte et les Messéniens ne pouvaient guère se dérober, ce qui a dû laisser quelques mauvais souvenirs, naturellement passés sous silence dans les décrets. Mais la somme de 100 000 deniers (ou drachmes d’Alexandre) était probablement le fruit de concessions réciproques.

  • 16 Voir Arist., Pol., 5.8.10, sur la fréquence des évaluations dans les régimes censitaires : annuelle (...)

8D’autre part, les Messéniens ont sans doute réussi à convaincre les Romains qu’ils ne pouvaient réunir un montant aussi élevé qu’en le répartissant sur l’ensemble des contribuables, ce qui exigeait du temps. En tout cas, il n’est guère douteux qu’ils ont choisi eux-mêmes de recourir à une eisphora, selon les règles qui leur étaient propres. À la suite d’impositions antérieures, ils avaient sans doute une idée, au moins approximative, de la fortune des habitants16. Mais ils ont également décidé de procéder à une nouvelle évaluation, pour la mettre à jour, puis ont défini le taux d’imposition en fonction de l’objectif à atteindre. Bref, ils ont non seulement gagné du temps, mais aussi conservé une marge d’autonomie en la matière, selon des traditions généralement respectées par les rois hellénistiques et les autorités romaines, du moins envers les cités libres.

  • 17 Cf. Wilhelm 1914, 56. Cette évaluation est attestée aussi par un fragment d’inscription (IG, V. 1, (...)
  • 18 Και πρτον μν μιμέλειαν ποιήσατο το πάντας τος τς πόλεος χ[ει]ρισμος ες τò μφανς ναγράφε (...)

9Il semble en outre que les Romains avaient du temps devant eux. En effet, à deux reprises, le décompte fait allusion à un éponyme antérieur nommé Damôn, d’abord à propos d’un groupe de Romains qui n’avaient pas été évalués à ce moment (l. 14), ensuite pour soustraire de l’opération un certain nombre de biens qui avaient déjà été évalués sous cet éponyme (l. 22). L’allusion évoquait peut-être, comme Ad. Wilhelm l’a suggéré, une autre imposition, de nature inconnue, qui a permis à certains contribuables d’échapper à la présente eisphora17. Mais il est plus simple et plus cohérent, à mon sens, de supposer que Damôn était l’éponyme de l’année précédente et que l’évaluation avait commencé à ce moment : tandis que plusieurs contribuables déclaraient leur avoir selon les règles (voir plus loin), d’autres négligeaient de le faire ou en étaient empêchés, par exemple parce qu’ils étaient absents, et d’autres encore voyaient leurs biens comptés deux fois, peut-être par suite d’erreurs ou de confusions. Si ce raisonnement est exact, l’opération s’est étendue sur plus d’une année et Aristoclès l’a simplement menée à bon terme. Nous ne savons pas si le secrétaire précédent y a joué un rôle important ni s’il a reçu lui aussi l’hommage du Conseil et de l’Assemblée. Mais le ton de nos décrets paraît montrer qu’Aristoclès en a tiré le plus de mérite. Les lignes 24-30 du second décret, en particulier, méritent d’être citées au complet : “(attendu qu’Aristoclès) a d’abord pris soin de faire inscrire visiblement chaque jour sur un mur, par ceux qui manipulent quelque fonds de la cité, tous les actes de gestion publique, donnant aux hommes de bien un exemple de gestion intègre et juste ; (et que) lui-même, voulant être irréprochable en tout, aux yeux de tous les citoyens, quant à l’intégrité de sa conduite, n’a pas manipulé les fonds lui-même ni, sous quelque prétexte, par l’intermédiaire d’autres personnes, mais, en établissant des hommes de bien comme percepteurs pour chaque service (ou fourniture) et (chaque) manipulation de fonds, il tient tout en ordre pour la cité au moment où des réquisitions mettent en jeu des fonds nombreux et importants...”18. Ces éloges étaient certes marqués par la rhétorique de l’époque. Mais ils contiennent des détails précis dans lesquels on pourrait déceler un blâme implicite du prédécesseur d’Aristoclès.

Présentation du décompte et catégories fiscales de la cité

  • 19 Cf. Wilhelm 1914, 51 et 67. Il est vrai que le retrait de certaines lignes ne semble pas toujours d (...)
  • 20 Cf. Wilhelm 1914, notamment 51-71 et 107-115. Voir aussi Rostovtzeff 1989, 530-533 et 820, Roebuck (...)

10L’analyse du décompte révèle d’abord un évident souci de clarté dans la présentation, ce qui est instructif concernant les habitudes comptables des Grecs. En effet, sans disposer l’ensemble en colonnes à proprement parler et en suivant le texte qu’on lui a remis, le graveur a changé de ligne pour chaque catégorie de contribuables et pour leurs totaux et a décalé plusieurs lignes vers la droite ; de plus, il a inscrit les sommes en toutes lettres alors que celles-ci avaient probablement été notées selon un système acrophonique dans le détail des relevés originaux19. On est pourtant surpris de voir le texte commencer abruptement avec la liste des tribus messéniennes, au génitif, sans aucun titre, alors qu’on s’attendrait à trouver là, par exemple, non seulement un élément de datation, mais surtout une expression comme διαψαφισμòς τς κτωβόλου εσφορς, qu’on lit effectivement à la ligne 3 du premier décret et qui aurait bien introduit les nombreux génitifs qui suivent. Une première partie du document se trouvait-elle donc sur une autre pierre, aujourd’hui perdue ? Dans ce cas, on a du mal à imaginer ce qu’elle aurait pu présenter, car le texte conservé paraît donner un bilan complet de l’avoir des Messéniens. En tout cas, il est exclu que le secrétaire ait fait graver la liste, très longue, des évaluations individuelles : il a veillé à ce qu’elle fût affichée régulièrement, comme on l’a vu, puis versée aux archives. En fait, ce que nous lisons est une synthèse des évaluations particulières, présentée groupe par groupe dans une série d’additions, de soustractions et de corrections. Nous découvrons ainsi combien l’opération a été compliquée. Ad. Wilhelm en a étudié avec minutie de multiples aspects qu’il me semble inutile de reprendre ici, en particulier les erreurs de calcul du secrétaire (ou de son comptable), de même que la taille et la richesse de la population messénienne20. Il est intéressant en revanche de revenir sur les catégories fiscales qui apparaissent dans le texte.

11L’évaluation de la plus grande partie des biens privés se lit dès la première rubrique (l. 1-10). Celle-ci donne d’abord la liste des cinq tribus messéniennes, c’est-à-dire de l’ensemble des citoyens, avec pour chacune l’évaluation globale des biens de ses membres. Elle mentionne ensuite les étrangers et les Romains avec leur propre total et elle clôture le tout par une seule addition. La valeur de ce premier ensemble atteignait un peu plus de 1 018 talents et demi (sans la menue monnaie), soit environ 82 % du total général inscrit aux lignes 28-29 (un peu plus de 1 242 talents). Mais, à eux seuls, les biens des citoyens, qui valaient plus de 889 talents, en représentaient environ 71,6 %, ce qui n’a rien d’étonnant puisque les citoyens formaient par définition la majorité des propriétaires fonciers. On voit que l’auteur du document a traité ces différents groupes comme un tout, mais qu’il a fait plusieurs distinctions, entre autres pour mettre le corps civique en évidence dès le début, comme il était normal.

  • 21 Wilhelm 1914, 54, suivi par Jones 1987, 146-148.
  • 22 Cf. Wilhelm 1914, 58 ; Rostovtzeff 1989, 540, Zoumbaki 1998-1999, et Grandjean 2003, 255-256.
  • 23 Cf. Will 1989, 267-270, Zoumbaki 1998/1999, 117-120, Grandjean 2003, 256 et Deshours 2004, 140. Les (...)

12Les distinctions des lignes 8-9, cependant, sont loin d’être claires, et cela pour trois raisons : d’abord, elles qualifient les étrangers de xénoi, terme très général qui paraît englober les étrangers de passage, alors que ceux-ci n’ont probablement pas été soumis à l’eisphora ; ensuite, elles présentent les Romains comme un groupe en soi, alors que ces derniers appartenaient par définition à la même catégorie que les précédents ; enfin, le texte précise que ces Romains ont été “évalués dans la tribu”, ce qui a conduit Ad. Wilhelm à conclure qu’ils formaient une sixième tribu21. En fait, les xénoi et les Romains étaient manifestement des résidents, dont un bon nombre devaient être établis de longue date dans la cité et dont plusieurs avaient reçu le droit de propriété22. Il faut donc entendre xénos dans un sens restreint. Quant à la distinction entre xénoi et Romains, elle est due au fait que d’autres Romains ont été répertoriés plus loin, comme on va le voir, en dehors du cadre des tribus. Enfin, comme on le sait, les tribus des cités grecques ne comprenaient normalement que des citoyens. L’expression doit donc signifier que les biens du premier groupe de Romains, comme ceux de la plupart des autres étrangers résidents, ont été évalués “dans chaque tribu”. Les tribus messéniennes formaient donc des districts territoriaux qui servaient de cadres, entre autres, aux levées fiscales23.

  • 24 Wilhelm 1914, 54-55. Mais pourquoi auraient-ils été classés à part ?
  • 25 Voir Hatzfeld 1919, 79, n. 2, Le Guen 2001, t. I, 30, Deshours 2004, 141 et Grandjean 2003, 255.
  • 26 Cf. Wilhelm, 56. La souscription ouverte à Messène à l’époque d’Auguste mentionnait (l. 11) un port (...)
  • 27 Sur les privilèges des technites, voir Le Guen 2001, t. II, 70. Sur ceux des Olympioniques, Wilhelm (...)
  • 28 L. 11 : τεχνιτν σκ στι συνκεκεφαλαιωμένον ν τας φυλας.
  • 29 Wilhelm 1914, 55, a simplement évoqué à leur sujet une différence en matière d’impôt.
  • 30 Voir Wilhelm 1914, 57 et Hatzfeld 1919, 301.
  • 31 Voir la note 6.

13Tout le reste du document n’apporte que des ajustements à ce premier bilan. Aux lignes 11-19 apparaissent cinq groupes qui présentaient des caractères particuliers et dont les biens ont été, pour cette raison, évalués en dehors des tribus. On y trouve d’abord les technitai, c’est-à-dire non pas les artisans de la cité comme le pensait Ad. Wilhelm24, mais probablement les artistes dionysiaques25, puis les Olympioniques ou vainqueurs aux concours d’Olympie26. Le traitement particulier des uns et des autres découlait sans doute de leurs privilèges fiscaux : une exemption partielle des taxes, par exemple, devait se refléter dans l’assiette de l’évaluation27. Mais on ne trouve ici qu’une partie des technitai, ceux dont l’avoir “n’a pas été compté dans le total des tribus”28. Certains d’entre eux ont donc été assimilés aux membres du premier groupe, peut-être à cause de leur qualité de citoyens29. La part de leur fortune inscrite à la ligne 12 (plus de 31 talents et demi) était nettement supérieure à celle des Olympioniques (un peu plus de 4 talents), mais le tout représentait peu de choses au regard de l’ensemble. Le troisième groupe comprenait à la fois des Romains “qui n’avaient pas été évalués sous Damôn”, comme on l’a vu, et des individus qualifiés d'ὑπoσύμβoλoι, c’est-à-dire des étrangers dont le statut était défini par des conventions (σύμβολα) et qui bénéficiaient eux aussi, probablement, de conditions particulières, dont nous ignorons le détail30. Mais les biens de certains d’entre eux étaient encore ἐν τας μαστρείοας pour une évaluation supplémentaire, παρατιμασία, par suite de difficultés ou de contestations31. Mis à part ces cas incertains, la fortune des uns et des autres dépassait le total respectable de 118 talents. Le résultat d’une autre παρατιμασία est indiqué ensuite avec celui de déclarations faites par les intéressés, sous réserve des cas en suspens jusqu’au dixième mois : près de 73 talents et demi. Enfin, pour un total modique de presque 8 talents, viennent ceux qui n’avaient pas fait la déclaration exigée, mais dont les biens ont néanmoins été évalués d’une façon ou d’une autre.

  • 32 Sur tous ces cas, cf. Wilhelm 1914, 60-63.

14Après avoir additionné les résultats du deuxième groupe à ceux du premier (l. 20-21), le comptable en a soustrait un peu plus de 14 talents (l. 27) pour des biens qui avaient été évalués deux fois ou dont l’estimation devait être corrigée (l. 22-26) : d’abord “ceux qui ont été évalués pour les mêmes biens sous Damôn”, comme on l’a vu également, puis deux terres appartenant à un même propriétaire, avec leur paratimasia, dont la situation n’apparaît pas clairement, enfin une autre terre qui avait déjà été évaluée avant de changer de mains32. C’est donc à partir du reste, λοιπόν, soit un peu plus de 1 242 talents (l. 28-29), que le montant destiné aux Romains a été calculé (l. 30-31). Mais, on l’a vu, plus de 15 % de l’eisphora n’avaient pas encore été recueillis : le total encaissé (τούτου πέπτωκε) et le reste encore à venir (λοιπòν δει πεσεν) sont inscrits aux lignes 32-35.

15Viennent ensuite, pour clôturer le tout, deux listes introduites par τούτου (l. 36-39 et 40-48). Comme ce démonstratif renvoie manifestement au λοιπόν de la ligne 34, il paraît logique d’y voir le détail des arriérés, comme on le fait généralement. Mais le total des deux rubriques donne un résultat si éloigné (16 584 deniers et 2 oboles) du λοιπόν des lignes 34-35 (15 597 deniers 5 oboles et 9 chalques) qu’on hésite à l’expliquer par une erreur de calcul. En outre, la deuxième liste est distinguée de la première par deux mots d’introduction, ἐν καταβόλοις, qui signifient clairement que les montants qui la composent faisaient partie des sommes impayées. Comme leur total (15 513 deniers 5 oboles et 6 chalques) est un peu inférieur à celui du λοιπόν, on peut interpréter ce titre à la lettre et supposer que la liste n’était pas exhaustive. On y retrouve, au génitif comme dans la plus grande partie du document, des groupes déjà connus, les cinq tribus, des étrangers, des personnes non évaluées, des Romains, des ὑποσύμβολοι et des Olympioniques, auxquels ont été ajoutées des personnes άνείσφοροι, c’est-à-dire exemptées de toute eisphora, mais néanmoins soumises à celle-ci.

  • 33 Cf. Wilhelm 1914, 52 et 68-71.
  • 34 Cette interprétation m’a été proposée par O. Picard, que je remercie. Grandjean 2003, 252, est du m (...)
  • 35 Je remercie Ch. Doyen de m’avoir suggéré cette solution, qui ne manque certes pas de logique.

16La première section, en revanche, présente de manière elliptique des catégories nouvelles qu’il est difficile d’interpréter exactement33. Elle mentionne à la fois des hommes enrôlés dans les troupes ἐνστρατευομένοις), des personnes défuntes de condition libre (μεταλλαγότων λευθέρων), des ouvriers ou artisans “en service” (χειροτέχναις λειτουργούντοις) et des esclaves recrutés comme rameurs ἐρέταις δούλοις). Les défunts de condition libre apparaissent au génitif, comme dans le reste du document, mais il est curieux que les autres soient inscrits au datif. Celui-ci pourrait s’expliquer ainsi : comme les rameurs, les hommes enrôlés et les ouvriers étaient des hommes de condition servile ou dépendante, pour lesquels leurs maîtres étaient redevables à la cité en tant que propriétaires34. Les uns pouvaient être des valets d’armes et les autres des ouvriers au service des troupes. Mais, puisqu’il paraît impossible d’ajouter le total de cette section à celui de la suivante, on pourrait y voir, non des arriérés, mais des sommes à soustraire inscrites in extremis à titre d’exemptions partielles, d’une part à cause du décès de plusieurs contribuables, d’autre part en faveur des maîtres qui avaient accepté que certains de leurs serviteurs fussent envoyés en campagne, sur terre ou sur mer35.

Procédures de l’évaluation

  • 36 Cf. Wilhelm 1914, 59-60.
  • 37 Ος κα ψαφίζεται τò κεφάλωμα τς πάρξιος.
  • 38 Cf. Wilhelm 1914, 55.
  • 39 Κα τν μή τιμασαμένων, φειλόντων δ θέμεν τάς εἰσφοράς, ος κα συνάγεται κεφάλωμα.

17Le décompte révèle également plusieurs aspects des procédures. Les verbes au moyen des lignes 16 ἐπεγράψαντο) et 18 (τιμασαμένων) montrent que certains contribuables devaient déclarer eux-mêmes la valeur de leurs biens36, sans doute sous réserve d’une vérification par des représentants de la cité. Telle était probablement la marche à suivre pour les citoyens, voire pour les étrangers résidents, mis à part les cas particuliers, donc pour la majeure partie de la population. En revanche, interprétée à la lettre, l’expression de la ligne 11 relative aux technitai non évalués dans les tribus, “pour qui la somme de l’avoir est calculée (comme suit)”37, paraît signifier que cette évaluation a été effectuée par des magistrats38. De même, l’évaluation a été imposée à ceux qui n’avaient pas fait leur déclaration (l. 18-19)39.

  • 40 Voir le texte à la note 18.

18Le décompte nous apprend par ailleurs l’existence de percepteurs, qui affichaient sur un mur l’état des évaluations et des versements (l. 32). Ces ἐκλογείς, on l’a vu, sont évoqués de manière plus explicite par le second décret, qui les qualifiait d’ ἄvδpες ἀγαθοί40. Il s’agissait probablement de citoyens à l’aise et de bonne réputation. Chargés de recueillir les contributions, ils devaient probablement calculer le montant dû par chacun et peut-être aussi vérifier sa déclaration. Leur tâche a été facilitée par l’uniformité du taux, qui a nécessairement été répercuté tel quel sur les biens de chaque contribuable. Mais les variations de l’assiette les ont obligés à tenir compte des différentes catégories de contribuables et des privilèges particuliers. C’est probablement de là que sont venues plusieurs difficultés, voire des erreurs et des contestations. En tout cas, d’après le décret, ces eklogeis ont été assez nombreux, car ils ont été affectés à chaque λειτουργία τε κα χρημάτων χειρισμός. L’allusion est imprécise, mais pourrait signifier qu’ils ont été distribués à la fois selon les diverses catégories de contribuables et, dans le cas des citoyens et des étrangers résidents, tribu par tribu, plusieurs d’entre eux étant certainement requis pour chacune de celles-ci.

  • 41 Sur le rôle des conseils dans beaucoup de cités de la fin de la période hellénistique, notamment du (...)
  • 42 Voir Thomsen 1964, dont plusieurs analyses ont été contestées. Mais je ne puis évoquer ici ces cont (...)
  • 43 Sur ce terme, cf. Wilhelm 1914, 55.
  • 44 Cf. Wilhelm 1914, 45.
  • 45 XIV (Sur les symmories), 27.

19Ces textes révèlent donc la diversité de la société messénienne et la complexité de ses catégories fiscales à la fin de la période hellénistique. Ils illustrent notamment le rôle prépondérant du Conseil et de son secrétaire, qui était le magistrat le plus important et le représentant naturel de la cité auprès des cités et des puissances étrangères41. Mais ils illustrent également la vitalité des institutions traditionnelles. Les règles de l’eisphora, en particulier, paraissent avoir été suivies dans toute leur rigueur. Or, cette institution avait plusieurs points communs avec l’impôt du même nom que les Athéniens pratiquaient au IVe siècle et dont les caractères principaux sont bien connus42. Certes, on n’y trouve pas de symmories, puisque le capital imposable variait selon les groupes, ni de proeisphora, car il n’est pas question d’avances effectuées par les plus riches. Mais, comme à Athènes, l’imposition a été exceptionnelle, organisée en vue d’une guerre et a visiblement frappé l’ensemble de la fortune des particuliers, y compris celle des étrangers résidents. En effet, le relevé mentionne deux fois des terres (l. 24-27) et évoque le total de “l’avoir”, ὕπαρξις, des technitai (l.11-12)43. Les biens imposés comprenaient donc aussi, selon toute vraisemblance, les esclaves, les troupeaux, les maisons, les biens meubles et l’argent liquide. L’imposition n’a frappé aucun bien public ni sacré. Elle était proportionnelle, et non progressive. La timasia équivalait au timèma athénien et représentait l’ensemble du capital évalué et imposable, certes inférieur au capital réel, mais sans doute d’assez peu. Quant au rôle des eklogeis, il rappelle celui des épigrapheis ou des diagrapheis athéniens44. Il en va de même du taux d’imposition d’un pour cent et un tiers, qui est comparable à ceux que Démosthène évoquait en disant qu’une ponction d’un centième ou même d’un cinquantième était supportable pour les Athéniens, mais que ceux-ci refuseraient d’aller jusqu’au douzième, c’est-à-dire huit pour cent et un tiers45. L’effort demandé aux Messéniens a donc dû leur paraître raisonnable. Certes, ils ont mis du temps pour réunir la somme requise et ont tenu à procéder selon les règles, voire avec une certaine lenteur. Mais tout porte à croire qu’ils étaient alors en bonne situation financière.

Fig. 1. Décompte de l’oktôbolos eisphora

Fig. 1. Décompte de l’oktôbolos eisphora

* Talents, Mines, Statères, Drachmes, Oboles, Chalques.

* Deniers, Oboles, Chalques.

(Lignes 30-35)

D

O

Ch*

à partir de cette somme l’oktôbolos eisphora (est de)

99 365

2

de cela ont été recueillis jusqu’au trente du septième mois, selon ce qui a été inscrit sur le mur par les percepteurs

83 574

3

reste qui doit échoir

15 797

5

9

(Lignes 36-39) : de cela

D

O

Ch

pour ceux qui sont sous les armes

411

6

des défunts de condition libre

487

6

pour les artisans (ouvriers) en service

89

2

6

pour les esclaves rameurs

82

5

(Lignes 40-48) : dans les sommes impayées

D

O

Ch

de (la tribu) Chrespontis

1870

4

de (la tribu) Daïphontis

1158

3

6

de (la tribu) Aristomachis

2202

5

de (la tribu) Hyllis

2177

4

6

de (la tribu) Cléolaia

1480

5

6

des étrangers

3752

des non évalués

97

2

des Romains et des hyposymboloi

1424

des aneisphoroi et des Olympioniques

1349

5

* Deniers, Oboles, Chalques.

Notes

1 Voir Migeotte 1997. Convaincue par mes arguments, Grandjean 2003, 252, a suggéré les années 48-42 ou 39-30 comme dates possibles. De son côté, Doyen 2004, 27-36, a confirmé ma datation par une analyse de la langue des inscriptions et suggéré les années 56-40 ou 38-28, époques des dernières guerres civiles. Je le remercie vivement de m’avoir remis un exemplaire du mémoire universitaire dans lequel il a réédité, traduit et commenté les textes de Messène. Il y a analysé surtout leur contexte numismatique et a repris ses arguments et ses conclusions dans Doyen 2005. Je n’aborde pas cette question ici.

2 IG, V. 1, 1432-1433. Les décrets ont été repris, avec une traduction et un bref commentaire, par Canali De Rossi 2002, 11-15.

3 Wilhelm 1914. Je renvoie ici aux pages de la première publication, qui sont également indiquées dans la seconde. Alors que Wilhelm avait bien expliqué les liens entre les deux décrets, comme on va le voir, Rhodes et Lewis 1997, 85-86, ont inutilement compliqué la question en subdivisant chaque décret en un probouleuma du Conseil et une décision de l’Assemblée, ce qui ne correspond nullement à la présentation des textes.

4 On peut consulter aussi la traduction allemande de Wilhelm 1914, 50-51, et le schéma de Grandjean 2003, 253.

5 L’addition des deux dernières sommes montre que le comptable a commis une légère erreur. Il y en a d’autres dans le texte, mais ces questions n’ont guère de conséquences pour mon propos et je reproduis, sans les discuter, les chiffres qui apparaissent sur la pierre.

6 Voir Wilhelm 1914, 8 et 58-60, qui a montré que la date devait s’entendre comme une échéance à venir dans l’année en cours. Sur la procédure suivie, voir Fröhlich 2004, 187-189. Je reviens plus loin sur ces cas.

7 L. 2-6 : εσενέγκαντος ες τους συνέδρους [ριστοκλ]έος το γραμματέος [τν συνέδρων ?] τòν διαψαφισμòν τς κτωβόλου είσφορ[ς κα πο]λογισαμένου περ των π[επτωκότων ξ ας χρημάτων καὶ ὡς καστα ατών ες τ πιτάγ[ματα κ]εχώρηκε κα ὅτι ες ούθν [λλο τατα ]νακέχρηται κα περ τν ποτοφειλομένων κ τ[ς εσφο]ρς χρήμάτων ποιησαμνου ν [τι θεά]τρωι τος διαλογισμος ποτ διώτας παρόντο[ς και Ο]ιβίου το στραταγοῦ. La première reddition de comptes était exceptionnelle, ce qui explique qu’elle ait eu lieu en cours d’année. Ce fait, lié au problème de la chronologie des décrets, n’a pas été bien compris par Fröhlich 1999, 231-233, et 2004, 375-376. Quant à l’assemblée qui s’est tenue au théâtre, je ne vois pas pourquoi elle n’aurait réuni que les contribuables en retard de paiement, comme le pensait Wilhelm 1914, 34.

8 L. 6-9 : κα φροντισά[ντος] ὅπως ὅσον στι δυνατòν εσοδιασθε τ ὀφειλόμενα [τι πό]λει καθς κα ατο ο σύνεδροι π[άν]τες δικαίουν νεκεν το τò πίταγμα κβιβασθμε[ν κα] μ γενέσθαι μήτε δανεισμòν μ[ήτε λ]λειμα περ ταύτας τς εσφοράς. Ce membre de phrase suit immédiatement celui cité à la note précédente.

9 L. 11-12 : Οίβιος δ στραταγòς δωρήσατο αύτι παρόντων τ[ν π]ολιτν κατ πρόσωπον πως φορι δακτύλιον χρυσον. Cette Assemblée a pu se tenir au théâtre après la réunion générale de tous les particuliers. Sur la signification de l’anneau d’or, voir Migeotte 1997, 57-59, avec les références.

10 Cf. Wilhelm 1914, 12.

11 Cf. ibid., 8-13.

12 La plupart des considérants sont rédigés au passé, mais deux verbes sont encore au présent aux lignes 29 (παρχεται) et 32 (τίθεται).

13 Pour ce calcul, voir Giovannini 1978, 118 et n. 15.

14 L. 30-33 : κατείργασται δέ πολλ κα μεγάλα τᾶι τν πόλει συμφερόντων δι τν γουμένων, μν π τς πόλεος, δ κα πρεσβεύων ποδεχόμενος δ κα γουμένους κα των λλων ωμαίων καπλείονας τίθεται τς δίας δαπάνάς ες τά τς πόλεος συμφέροντα.

15 Peu auparavant, dans des circonstances analogues, les frères Cloatii ont obtenu des allègements de réquisitions romaines pour la cité de Gytheion : voir Migeotte 1984, no 24, l. 14-19 et 25-29.

16 Voir Arist., Pol., 5.8.10, sur la fréquence des évaluations dans les régimes censitaires : annuelles dans certaines cités, elles avaient lieu tous les trois ou cinq ans dans les plus grandes.

17 Cf. Wilhelm 1914, 56. Cette évaluation est attestée aussi par un fragment d’inscription (IG, V. 1, 1433a) dont il ne reste que deux lignes incomplètes et qui ne nous apprend rien de précis : on lit seulement --I τν π Δάμωνος τιμασίαν ---σα τιμασίαν π Λάμ[νος ---].

18 Και πρτον μν μιμέλειαν ποιήσατο το πάντας τος τς πόλεος χ[ει]ρισμος ες τò μφανς ναγράφεσθαι ες τοχον π' μέρας πò τν χειριζόντων τι τς πόλεος, π[ό]δειγμα τιθες τος γαθος τν νδρν περ το καθαρς τε κα δικαίως ρχειν· ατòς δ κατ πν άνυπονόητος θέλων πάρχειν παρ πσι τοις πολίταις τι καθαρς ναστρέφεται, χειρισμòν ο πεποιήται χρημάτων οτε δι' ατοσαυτο οτε κατ παρεύρεσιν δι' λλων προσώπων, λλ καθιστάνων γλογες νδρας γαθος φ' κάσταν λειτουργίαν τε κα χρημάτων χειρισμòν παρέχεται τι πόλει στοιχοντα πάντα γεγενημέναν πιταγν περί πολλν κα μεγάλων.

19 Cf. Wilhelm 1914, 51 et 67. Il est vrai que le retrait de certaines lignes ne semble pas toujours d’une parfaite logique, du moins à nos yeux. Dans l’extrait cité à la note précédente, l’expression στοιχοντα πάντα évoquait précisément la belle ordonnance des comptes.

20 Cf. Wilhelm 1914, notamment 51-71 et 107-115. Voir aussi Rostovtzeff 1989, 530-533 et 820, Roebuck 1945, et Grandjean 2003, 251-256.

21 Wilhelm 1914, 54, suivi par Jones 1987, 146-148.

22 Cf. Wilhelm 1914, 58 ; Rostovtzeff 1989, 540, Zoumbaki 1998-1999, et Grandjean 2003, 255-256.

23 Cf. Will 1989, 267-270, Zoumbaki 1998/1999, 117-120, Grandjean 2003, 256 et Deshours 2004, 140. Les mêmes divisions de la population apparaissent dans des listes éphébiques.

24 Wilhelm 1914, 54-55. Mais pourquoi auraient-ils été classés à part ?

25 Voir Hatzfeld 1919, 79, n. 2, Le Guen 2001, t. I, 30, Deshours 2004, 141 et Grandjean 2003, 255.

26 Cf. Wilhelm, 56. La souscription ouverte à Messène à l’époque d’Auguste mentionnait (l. 11) un portique “olympique” où les statues des athlètes olympioniques étaient probablement érigées : voir Migeotte 1985, 606.

27 Sur les privilèges des technites, voir Le Guen 2001, t. II, 70. Sur ceux des Olympioniques, Wilhelm 1914, 56.

28 L. 11 : τεχνιτν σκ στι συνκεκεφαλαιωμένον ν τας φυλας.

29 Wilhelm 1914, 55, a simplement évoqué à leur sujet une différence en matière d’impôt.

30 Voir Wilhelm 1914, 57 et Hatzfeld 1919, 301.

31 Voir la note 6.

32 Sur tous ces cas, cf. Wilhelm 1914, 60-63.

33 Cf. Wilhelm 1914, 52 et 68-71.

34 Cette interprétation m’a été proposée par O. Picard, que je remercie. Grandjean 2003, 252, est du même avis concernant les hommes de troupe et les rameurs, “dont les maîtres devaient payer une sorte de capitation” (cf. Wilhelm 1914, 69).

35 Je remercie Ch. Doyen de m’avoir suggéré cette solution, qui ne manque certes pas de logique.

36 Cf. Wilhelm 1914, 59-60.

37 Ος κα ψαφίζεται τò κεφάλωμα τς πάρξιος.

38 Cf. Wilhelm 1914, 55.

39 Κα τν μή τιμασαμένων, φειλόντων δ θέμεν τάς εἰσφοράς, ος κα συνάγεται κεφάλωμα.

40 Voir le texte à la note 18.

41 Sur le rôle des conseils dans beaucoup de cités de la fin de la période hellénistique, notamment du Péloponnèse, voir notamment Fröhlich 1999, Deshours 2004 et Hamon 2005.

42 Voir Thomsen 1964, dont plusieurs analyses ont été contestées. Mais je ne puis évoquer ici ces controverses.

43 Sur ce terme, cf. Wilhelm 1914, 55.

44 Cf. Wilhelm 1914, 45.

45 XIV (Sur les symmories), 27.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Décompte de l’oktôbolos eisphora
Légende * Talents, Mines, Statères, Drachmes, Oboles, Chalques.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1437/img-1.jpg
Fichier image/, 228k
Légende * Deniers, Oboles, Chalques.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1437/img-2.jpg
Fichier image/, 123k

Auteur

Université Laval, Québec

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540