Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

La Messénie

Les tombeaux de la ville de Messène et les grandes familles de la cité à l’époque hellénistique1

Pierre Fröhlich

Texte intégral

  • 1 Que Catherine Grandjean trouve ici le témoignage de ma reconnaissance, pour l’invitation qui m’a é (...)

1Les fouilles entreprises dans les années 1960 sous la direction d’Anastasios Orlandos et, depuis 1987, de Pétros Thémélis ont profondément renouvelé notre connaissance de la ville de Messène, apportant une très riche documentation archéologique et épigraphique, présentée dans les publications de la société archéologique grecque. On peut en juger par le seul nombre d’inscriptions : le corpus des IG, V.1, paru en 1913, rassemblait environ 70 inscriptions de la cité de Messène ; les fouilles des années 1960 en ont apporté une cinquantaine, celles des 15 dernières années près de 150, sans compter les nombreux inédits.

  • 2 Thémélis 2000, résumé dans 2003a.

2Depuis environ dix ans, P. Thémélis a mis au jour plusieurs tombeaux monumentaux à l’intérieur de la ville même de Messène, à proximité de l’Asklèpieion et dans le gymnase (planche 1). Le directeur des fouilles de Messène a rassemblé l’essentiel de la documentation dans un livre paru en 2000, le reste ayant fait l’objet de rapports dans les publications de la société archéologique2. On y constate que, dans l’état actuel de la documentation, aucune autre ville du monde grec n’a possédé autant de tombeaux intra-muros. Relativement bien conservés, la plupart de ces monuments ont également livré des inscriptions qui aident à leur datation et permettent des recherches prosopographiques.

  • 3 Robert 1947-1948, 103 ; Robert 1974, 216-219 (OMS, V, 303-306). Cf. aussi Sève 1996 ; Chiricat 200 (...)

3De plus, certains de ces monuments remonteraient au iiie siècle a.C. Si l’on excepte le cas bien particulier des sépultures des fondateurs des cités, ou des personnages considérés comme tels, l’érection de ces tombeaux à une date aussi haute paraît sans parallèles. En effet, dans les autres cités, il semble que l’honneur consistant à accorder à un citoyen une sépulture monumentale intra muros, en particulier au gymnase, ne se répand qu’à la basse époque hellénistique et surtout au ier siècle a.C., comme l’a montré notamment Louis Robert3. Les fouilles récentes de la ville de Messène révèlent donc une singularité qui, me semble-t-il, n’a pas été assez soulignée. De fait, l’érection dès le iiie siècle de plusieurs tombeaux intra-muros peut être interprété de deux façons différentes : soit Messène est une cité à part, soit la chronologie traditionnelle de ce type d’honneur est à revoir. Entre ces deux hypothèses, il est possible de trancher : c’est ce que je tenterai de montrer ici.

4Il faut préalablement poser une note de prudence : les fouilles de Messène, ni celles des années 1960, ni par la force des choses celles des dernières années n’ont fait l’objet de publications définitives. S’appuyant simplement sur des rapports provisoires, les considérations que je présente sont fortement hypothétiques et soumises à la confrontation avec de nouvelles découvertes.

5Pour la clarté de l’exposé, j’adopterai un ordre géographique, en commençant par les deux monuments jouxtant l’Asklépieion, avant d’aborder ceux du gymnase, qui constituent un ensemble cohérent.

Les tombeaux de l’Asklèpieion

Le monument “des morts à la guerre”

  • 4 Thémélis 1995a, 29-31 ; 1995, 65-68 ; 1997, 91-92 (compléments) ; 2000, 96-102 (l’ensemble) ; Thém (...)

6À l’est de l’Asklépieion, le long de la voie qui longe son entrée principale, en face de la salle carrée désignée comme le bouleutèrion, P. Thémélis a mis au jour entre 1995 et 1997 les restes d’un tombeau remployé dans une maison de l’Antiquité tardive4. Ce long monument (11,25 m x 4 m), dont seul l’angle nord-ouest est bien conservé, comportait une krépis surmontée d’orthostates abritant une sorte de coffrage. Au fond, sous le dallage paléochrétien, sept tombes à cistes ont été dégagées. Deux des tombes retrouvées (dont l’une contenait quatre corps) dateraient du ier siècle a.C., les autres sont postérieures.

  • 5 L’alpha est à barre brisée, les lettres relativement régulières, mais le pi à des hastes encore in (...)
  • 6 Démétrios de Pharos : Pol. 3.19.11 ; Nabis : Pol. 16.13.1 et 16-17 ; Liv. 34.32.16 ; Plut., Philop (...)

7Des blocs d’architrave rattachés au monument, qui portaient des noms inscrits étaient remployés aux alentours. La ligne de noms supérieure semble plus ancienne que les autres ; on y lit le noms de 10 morts, 6 hommes et 4 femmes (sur un total de 14 hommes et 10 femmes). Selon l’éditeur, l’écriture serait à placer dans la 1ère moitié du iie siècle a.C. ; cependant, rien n’interdit de la placer un peu plus haut dans le temps, approximativement vers 2005. P. Thémélis voit dans ce tombeau celui de Messéniens morts lors de combats, à Messène même comme le suggère la présence de femmes, à la fin du iiie siècle ; il suggère deux dates, soit l’assaut de Démétrios de Pharos en 214, soit celui de Nabis en 2016.

  • 7 Habicht 1997. Cf. Ph. Gauthier, Bull. épigr., 1997, 248.

8Il convient d’être prudent : il n’apparaît pas que les noms des personnes ensevelies ait été précédée de la mention de leur mort au combat, même suggérée par une formule du type, οἴδε ἐν κτλ., comme c’est l’usage dans les obituaires et dans la liste des morts à Makistos étudiée plus loin. En outre, d’après Christian Habicht7, la prosopographie apporte des éléments non négligeables, qui, me semble-t-il, contredisent l’hypothèse de l’éditeur. Les noms des dix premiers morts sont les suivants :

  • Néôn, Thrasylochos, Antisthénès, Polystratos, Polyandros, Polykratès pour les hommes ;
  • Thèba, Helxippa, Gorgôi et Lusôi pour les femmes8.
  • 9 Dem., Couronne, 295 (ils sont les “fils de l’ennemi des dieux Philiadas”) ; Ps.-Dem., Sur le trait (...)
  • 10 Pol. 18.13-15, critique la vision de Démosthène, et évoque (14.3) Néôn et Thrasylochos, pour appro (...)

9Habicht relève que l’ordre des noms ne semble pas dû au hasard : Néôn et Thrasylochos font penser aux personnages dénoncés par Démosthène comme partisans de Philippe de Macédoine. Ceux qu’il appelle les fils de Philiadas sont aussi connus par d’autres sources comme actifs dans les années 340-3249. Il est probable que la politique de Philippe II ayant pris le relais de celle des Thébains, les Messéniens se sont naturellement retrouvés à ses côtés10. Démosthène suggère que le père, Philiadas, était déjà connu à Athènes, pour quelque impiété. Si l’on en juge par la période où ses fils étaient actifs, le père a pu compter parmi les fondateurs de Messène.

  • 11 Hermès avec la tête d’Héraclès trouvé dans la colonnade ouest du gymnase : Thémélis 1992a, 33 (SEG (...)

10Par ailleurs, un Hermès du gymnase, publié en 1992, porte comme dédicace : “Philliadas fils de Néôn a consacré à Héraclès”11. L’écriture indique le iiie s. a.C. (planche 2A). Le personnage serait vraisemblablement un descendant des fils de Philiadas du ive s. On peut proposer un stemma (très hypothétique) de cette famille (fig. 1).

Image

Fig. 1. Stemma hypothétique de la famille de Phil(l)iadas.

11Ces deux défunts, Néôn et Thrasylochos, appartiendraient donc à une famille active depuis près de 150 ans, peut-être une des familles des fondateurs de la cité.

  • 12 Orlandos 1963a, 93 ; 1963b, 124-126 ; 1964, 157 (SEG, 23, 228) – datation d’après l’écriture. Enre (...)
  • 13 Habicht 1997, 17.

12Par ailleurs, l’association dans cette même liste d’Antisthénès et de Polystratos a suggéré à Chr. Habicht que ces deux personnages appartenaient à la même famille. Il en rapproche le nom d’un olympionique messénien, Antisthénès fils de Polystratos, vainqueur à la lutte, à la fin du iiie ou au début du iie siècle, d’après une base de statue trouvée devant le sanctuaire d’Artémis de l’Asklépieion12. La surprenante succession de trois noms composés sur Poly- a permis à Chr. Habicht d’avancer l’hypothèse de l’appartenance de ces trois personnes à la même famille, où l’on aurait manifesté un goût assez vif pour ce type de composés13.

  • 14 Thémélis 2001a, 107, rassemble les attestations de ces noms, plutôt rares. Le seul rapprochement p (...)

13En l’absence de patronymes, ces conjectures sont fragiles, même si l’attribution de 4 des noms à ces deux familles paraît très séduisante. Si Chr. Habicht a raison, les 6 hommes ensevelis n’appartenaient qu’à deux familles – pour les femmes, il n’est pas possible de se prononcer14. Cela rend moins vraisemblable qu’il s’agisse de morts à la guerre : il est difficile de croire que seuls les membres de deux familles auraient été tuées à cette occasion.

  • 15 Pol. 7.10 ; 12-14 ; Plut., Aratos, 49. Cf. Roebuck 1941, 81-82 et en dernier lieu Grandjean 2003, (...)

14On pourrait malgré tout sauvegarder l’hypothèse d’un tombeau élevé par la cité à des personnes décédées d’une mort violente. Si l’on considère qu’elles appartenaient peut-être à deux familles, on peut formuler une hypothèse : il s’agirait de membres des familles oligarchiques massacrées en 215/214 lors de la révolution démocratique relatée dans des fragments de Polybe15, qui auraient bénéficié d’un tombeau monumental lors du rétablissement du régime oligarchique. On s’expliquerait facilement que les circonstances précises n’aient pas été explicitées sur le monument. Cette conjecture n’a guère de fondements très solides ; on pourrait tout autant envisager que ce monument ait été affecté à des bienfaiteurs qui ne sont pas forcément décédés de mort violente, à une autre date, dans le courant de la première moitié du iie siècle. Cependant, cette dernière hypothèse s’accorde mal avec un enterrement collectif et contemporain d’une dizaine de personnes de familles différentes.

  • 16 Thémélis 1995, 68 (signalé SEG, 46, 429-432) : Timokrateia, Iulius Clonius, Rhadinos, Klonousa. Et (...)
  • 17 Thémélis 1995, 68 et 2000, 96.
  • 18 Sève 1979, l. 49-50 (SEG, 28, 953) avec le commentaire p. 343-344.

15Les autres noms, qui n’ont pas été gravés concomitamment, pour ceux qui ont été publiés, n’ont pas de rapports apparents avec ceux qui précèdent et paraissent bien isolés16 ; selon le fouilleur, ils s’échelonnent entre le ier siècle a. C et le iie siècle p.C. ; le matériel retrouvé en fouilles indique aussi une réutilisation du tombeau au ier siècle a.C.17 Plus d’un siècle après son érection, le tombeau a été à nouveau utilisé, soit pour d’autres familles, soit, comme c’est plus probable, par d’autres membres de ces mêmes familles, qui ont obtenu l’autorisation d’être ensevelis dans le tombeau de leurs ancêtres. Une telle autorisation est attestée à Cyzique au ier s. p.C. : la cité accorde à Apollonis le droit d’être ensevelie “dans les tombeaux de famille de son mari, sur le grand port”18.

Le “tombeau de Damophon”

  • 19 Oikonomos 1925-1926, 64-66.
  • 20 Thémélis 1993a, 34-39 ; 1994, 24-30 ; 1996a, 167-172 et en dernier lieu 2000, 88-95.
  • 21 Cf. note précédente.
  • 22 Cf. le prudent résumé de Habicht [1985] 1998, 47-57.
  • 23 Habicht [1985] 1998, XIV-XV ; Grandjean 2003, 76, 96 et 218-219.
  • 24 Décret de Kythnos : Thémélis 1998a (SEG, 49, 423) ; de Lykosoura : Thémélis 1993b (SEG, 41, 332) – (...)

16Ce monument (“hérôon Δ”) est connu depuis plus longtemps, mais on dispose de moins d’informations à son sujet. Le tombeau, de taille plus modeste, situé au sud de l’Asklépieion, a été fouillé il y a longtemps déjà, par Oikonomos19. Il semble que la construction du monument soit postérieure à celle de l’Asklèpieion, puisqu’il a fallu démolir deux pièces du complexe pour l’édifier. P. Thémélis a récemment avancé une identification et une date pour le bénéficiaire de ce tombeau20 : sur une colonne, dont certains fragments ont été retrouvés sur le tombeau ou à sa proximité, avaient été gravés sept décrets de cités en l’honneur de Damophon, ce qui suggère que le célèbre sculpteur messénien aurait été enseveli à cet endroit. Deux points restent cependant encore peu assurés : la date de Damophon, qui reste controversée, et son identification avec le bénéficiaire du monument. Thémélis placerait l’acmè du sculpteur au tournant du iiie et du iie s. a.C., avant 19021, d’autres savants préfèrent une date plus basse22, vers le milieu du iie et ne semblent pas convaincus par le raisonnement de P. Thémélis, lui opposant des arguments notamment épigraphiques ou numismatiques23. Ainsi, les décrets pourraient être placés un peu plus tard, vers le milieu du iie siècle, mais il faudra attendre leur publication complète pour évaluer cette datation24. Si Damophon est bien enseveli à cet endroit, ce serait la date probable de ce monument, élevé par la cité à ce grand homme qui, pour la première fois, lui valu une renommée artistique.

  • 25 Zeus Sôter : Thémélis 2003b, 37-39 (dessin). Base de statue pour Xénophilos (c. 120-100), trouvée (...)
  • 26 Dédicace des fils de Damophon : IG, V.1, 1443 + Thémélis 1989, 110-112 (SEG, 41, 352). Thémélis a (...)

17Le monument comportait quatre tombes ; il est aussi probable que d’autres personnes de la famille de Damophon y aient été enterrées, notamment ses fils, souvent associés à leur père dans leurs générosités et dans les honneurs. Ils ont ainsi offert avec Damophon des éléments du temple de Zeus Sôter récemment retrouvé sur l’agora et ont été honorés par la cité25. Sans aucun doute la famille de Damophon appartenait-elle aux notables de la cité. D’après les travaux récents de P. Thémélis, on peut esquisser un stemma des membres connus de la famille de Damophon : outre ses fils, on connaît également ses petits-fils et ceux, semble-t-il, de son frère : c’est ce que suggère une double dédicace des deux fratries, l’une de fils de Damophon (II) fils de Damophon (I), l’autre de fils de Damophon (III) fils de Xénophilos (I) ; l’éditeur place l’inscription au ier s. a.C. et suggère que les deux grands-pères ne sont autres que le sculpteur Damophon et son propre frère26.

Image

Fig. 2. Stemma hypothétique de la famille de Damophon.

18Il n’est pas exclu que de nouvelles découvertes n’obligent à modifier profondément cette généalogie ; en particulier, l’identification de Xénophilos, grand-père des dédicants de SEG, 41, 352 A, avec le frère du sculpteur n’est pas assurée, de même qu’il n’est pas certain que le Damophon grand-père des dédicants Damophon et [Xénophilos ?], d’après SEG, 41, 352 B, soit le sculpteur lui-même. Si les identifications sont exactes et les dates des inscriptions également, les fils de Damophon étaient actifs à la fin du iie siècle : dans ce cas, il parait difficile de placer l’activité de leur père au début du même siècle. Le tombeau de Damophon et de sa famille aurait au plus tôt été élevé vers le milieu du iie siècle. Dans le monde grec, ce serait malgré tout un des exemples situés le plus haut dans le temps (voir infra).

  • 27 Orlandos 1972b, 136-138.
  • 28 Pour d’autres hypothèses – sans fondement solide – cf. Torelli 1998, 480. La colonne a été récemme (...)

19Il reste cependant une incertitude dans la mesure où, d’une part, la base de la colonne a été retrouvée dans l’Asklèpieion27 et non pas sur le tombeau et, d’autre part, le monument n’a pu être complètement fouillé, sa partie occidentale étant occupée par un arbre. L’attribution de ce monument à Damophon et à sa famille est donc loin d’être certaine28.

  • 29 Selon Pausanias 4.32.1, cet endroit contenait les statues de tous les dieux et celle d’Épaminondas (...)

20Quelles que soient les sérieuses incertitudes qui pèsent sur l’identification et l’interprétation de ces deux monuments, il n’en demeure pas moins que, entre la fin du iiie et le milieu du iie siècle a.C., les Messéniens ont érigé deux tombeaux monumentaux au cœur de la cité, l’un en face de l’entrée de l’Asklépieion et de la (supposée) salle du Conseil, l’autre à côté du hiérothysion, où il était notamment rendu un culte à Épaminondas, fondateur de la cité29. À ma connaissance, il n’existe pas d’autres exemples de tels honneurs ailleurs dans le monde grec à la même époque.

Les tombeaux du gymnase

21Le gymnase et le stade, bien que connus depuis longtemps, n’ont été réellement fouillés qu’à partir des années 1990. A ainsi été dégagée la longue colonnade qui constituait un cadre en U autour des gradins du stade. Depuis le propylon monumental, le long du portique ouest, se trouvaient 5 monuments funéraires hellénistiques, que j’aborderai du nord au sud.

Le monument K1

  • 30 Thémélis 2000, 114-119.
  • 31 Thémélis 1995a, 34-35.
  • 32 Ito 2002, dans une étude de l’architecture du monument, place le décor à la basse époque hellénist (...)
  • 33 Thémélis 2001c, 89.

22Le premier monument que l’on rencontre en rentrant dans le gymnase, sur la droite, à l’ouest, est appelé par le fouilleur le monument K130. Sur une krépis à 4 degrés, les deux antes qui s’avancent vers le gymnase confèrent à ce gros rectangle (5,87 m x 3,92 m x 1,96 m) une forme d’autel (planche 3A) – il a dans un premier temps été pris pour l’autel d’Héraclès31. À l’intérieur, il comporte 6 tombes. Il semble qu’il ait été surmonté d’un décor sculpté comportant une frise d’animaux et, au-dessus, un (ou deux) lion attaquant un cerf. L’ensemble peut-être daté des iiie-iie siècles, sans que l’on puisse être plus précis32. Le matériel retrouvé dans les fouilles de tombes au nord et à l’ouest du monument daterait du iie s. a.C.33 L’absence de toute inscription relative à cette tombe interdit d’aller beaucoup plus loin, à la différence des monuments suivants.

Le monument K2

  • 34 Sur le monument, brève notice de Thémélis 2000, 119-123 (monument et matériel retrouvé).

23À proximité immédiate de ce tombeau a été dégagé un monument comparable, le K234. Sur une base carrée, des orthostates devaient surmonter une krépis à trois degrés (planche 3B). Le monument était lui aussi tourné vers le portique ouest du gymnase, d’où il devait être visible. À l’intérieur, des dalles carrées, encore très bien conservées, recouvraient une série de quatre tombes.

  • 35 Respectivement Thémélis 2001c, 89-90 et 1999b, 97.
  • 36 Alpha à barre brisée, sigma aux hastes pas encore tout à fait parallèles, omicron plus petit que l (...)
  • 37 Thémélis 2000, 123. Ito 2002, 61, place l’érection du tombeau à la fin du iiie s.

Contrairement au précédent tombeau, aucun élément de décor sculpté n’a été retrouvé. En revanche, plusieurs fragments architecturaux semblent appartenir à un fronton ; or, ils sont inscrits. À deux reprises, apparaît le nom de Philostratos35 : sur ce qui semble être l’architrave de la façade du monument, Φιλόστρατος χαῖρε, et, sur un autre élément d’architrave (?), avec deux autres noms : ’Aριστοδάμας, Φιλόστρατος, ẸὔνιImage[ος]. L’écriture, assez proche de celle des inscriptions du pseudo-“monument des morts à la guerre”, pourrait indiquer le tournant des iiie et iie siècles36. C’est la date retenue par le fouilleur pour l’ensemble du monument37.

  • 38 Catalogue de Kitiokosmoi, Orlandos 1960, 218-220 (SEG, 23, 210), l. 15. L’écriture indique le iiie(...)

24Le nom de Philostratos est connu par ailleurs, au iiie siècle, sans qu’il soit possible d’effectuer de rapprochement38. Quant au matériel trouvé lors des fouilles des tombes, il indiquerait le ier siècle a.C. Les squelettes retrouvés ont été analysés ; il s’agit d’adolescents comme d’adultes, d’hommes et d’une femme. Comme pour le tombeau faisant face au bouleutèrion, il s’agit probablement d’une autre phase d’utilisation du monument.

Le monument K3

  • 39 Sur ce monument cf. en dernier lieu Thémélis 2000, 124-136.

25Plus au Sud se trouve le monument K3, qui semble avoir été le plus important du gymnase39 (planches 2B, 3C et 4). Il est cependant plus ruiné que les précédents.

  • 40 Thémélis 2000c, 97-98.

26Comme pour le K2, une krépis carrée, vraisemblablement à trois degrés, devait être surmontée d’orthostates. À l’intérieur, 8 tombes découpent l’espace. Il est aussi apparu que ce monument se trouvait sur un enclos. Y ont été retrouvées plusieurs sépultures, d’enfants (29 au total) ainsi qu’une sépulture féminine, placée aux iier- ier siècle a.C. ; dans le reste de l’enclos, le matériel daterait plutôt du ier siècle p.C.40 En l’absence de précision supplémentaire, il n’est pas possible de connaître le rapport chronologique entre ces ensembles de tombes. La présence de nombreuses sépultures d’enfants ne laisse pas d’intriguer.

  • 41 Malgré Ginouvès et al. 1998, 64-65 qui donnent une définition assez restrictive du mausolée ; nous (...)
  • 42 Cf. Fedak 1990, notamment pour le type du mausolée, inspiré de celui d’Halicarnasse et de Bélévi : (...)
  • 43 Thémélis 2000c, 98. Le matériel daterait des iie-ier s. a.C. : Thémélis 1998c, 114 et non des iiie(...)

27Tout autour du monument ont été retrouvés un grand nombre (150) de blocs architecturaux qui appartenaient au monument ; il a été alors assez facile de reconstituer l’élévation du monument (planche 4A), dont la façade donnait sur le gymnase : un premier étage carré (environ 4,60 m de côté), de trois assises, puis un second constitué par un toit en pavillon de banquette de plusieurs mètres de haut. C’est donc un véritable mausolée41 d’un type connu ailleurs dans le monde hellénistique42, qui était édifié là, sans doute le plus luxueux de ces tombeaux. Thémélis date son édification du tournant des iiie-iie s. a.C.43

  • 44 Thémélis 1997, 100-106 (SEG, 47, 410-413) ; Thémélis 2000, 132-135.

28Quatre de ces blocs étaient inscrits44. Sur le premier, qui devait se trouver sur la façade sud, subsistent les noms complets ou fragmentaires de 6 personnes :

  • 45 SEG, 47, 410 ; Thémélis 2000, 132.

29Épikrateia, Nikoxena, Nikich[a] ; -tinos, Agèsistratos, Épikratès45.

  • 46 Gravure : alpha à barre brisée, nu, pi et sigma réguliers, apices peu prononcés, omicron encore de (...)

30La gravure incite à situer l’inscription vers la basse époque hellénistique, plutôt au iie siècle – approximativement (planche 4B). Si d’autres occurrences de ces noms sont attestées à Messène, aucun recoupement prosopographique sûr ne peut être effectué46.

  • 47 SEG, 47, 411 ; Thémélis 2000a, 132 : Νικήρατε Θέωνος Πρ(εσβύτερε), χαῖfρε.
  • 48 SEG, 47, 414 ; Thémélis 2000a, 134.

31Sur un autre bloc, on lit : Nikeratos, fils de Théôn, l’ancien ; Eisokrateia fille d’Aristoménès (sans date, cf. infra)47. Un autre bloc, mutilé, livre un fragment de nom, [X]énippos ; puis : Dionysios ; Pleistarchia fille de Dionysios. Pour ces derniers noms, la gravure indiquerait le ier s. p.C.48

32Au total, ce n’est pas moins de 14 personnes (adultes ?) qui ont été ensevelies dans ce tombeau ou dans cet enclos, entre le iie s. a.C. et le ier s. p.C. Probablement a-t-il été bâti pour une seule famille, celle dont les noms figurent sous l’épistyle puis, comme pour les autres tombes, il a été réutilisé, peut-être par d’autres membres de la famille.

  • 49 Thémélis 1996b, 52-53 ; Thémélis 1996b, 158-160 (SEG, 47, 400 ; AE, 2000, 1340) ; Thémélis 2000, 1 (...)
  • 50 Théôn fils de Charminos. Mention : Thémélis 1996b, 52-53 (SEG, 46, 426) ; éd. Thémélis 1996c, 158- (...)
  • 51 Migeotte 1985, 597-607 (SEG, 35, 343 pour les l. 1-14 ; Migeotte 1992, no 22, pour les l. 1-11 et (...)
  • 52 Orlandos 1965, 116-121 (photo dans Orlandos 1962, 106) + J. et L. Robert, Bull. épigr., 1966, 202 (...)

33Notons que les noms gravés les plus récemment sont ceux de membres de grandes familles : Théôn est probablement l’ancêtre de Ti. Claudius Théôn fils de Nikèratos (ier s. p.C.), honoré après sa mort par une statue en pied, retrouvée dans la pièce IX du gymnase, non loin du monument K3 ; la statue et sa base ont été retrouvées49. On trouve peut-être un de ses ancêtres honoré dans le gymnase au ier s. a.C.50 Un Nikèratos fils de Théôn figure avec sa mère parmi les citoyens ayant souscrit pour la réparation de monuments au temps d’Auguste, en l’occurrence pour la salle du Conseil51. Souscrivant avec sa mère, il doit être à identifier avec un Nikèratos qui est secrétaire de la gérousia de l’Oupèsia en 42 p.C. ; on peut supposer qu’il avait alors plus de 60 ans52 – son fils ayant reçu la citoyenneté romaine peu de temps après, sous Claude, alors qu’il était déjà un homme mûr. Ce Nikératos fils de Théôn, actif encore en 42 p.C., a dû naître dans le dernier quart du ier s. a.C. Son père Théôn aurait alors vécu dans la seconde moitié du ier siècle a.C. Reste à savoir la place de Nikératos fils de Théôn, l’Ancien, dans cette généalogie. Deux possibilités, me semble-t-il, s’offrent à nous :

  1. ce Nikératos l’Ancien ne fait qu’un avec le personnage déjà actif au début du ier s. p.C. et Théôn avec le père de ce dernier personnage, la famille alors serait connue sur trois générations : c’est la solution adoptée par les auteurs de la prosopographie Roman Peloponnese II53.
  2. Le personnage actif dans au début du ier s. p.C. n’étant jamais appelé Nikératos l’Ancien, Nikératos fils de Théôn, l’Ancien, n’est pas à confondre avec lui ; comme il n’a pas la citoyenneté romaine, il n’est sans doute pas un descendant de Ti. Claudius Théôn. Il faut alors envisager de placer ce personnage au ier s. a.C. : Nikératos fils de Théôn l’Ancien serait le grand-père de son homonyme actif au début du ier s. p.C. ; il aurait vécu autour du milieu du ier s. a.C. Dans ce cas, la famille serait connue sur cinq générations. Deux stemmata pourraient donc être proposés (fig. 3).

34Tout cela ne dépasse pas le stade des conjectures et il faudra attendre la publication définitive des inscriptions comme de nouvelles découvertes pour espérer améliorer notre connaissance de l’arbre généalogique de cette famille.

  • 54 Habicht 1998, 491-494, suivi par Settipani 2000, 116 ; Rizakis et al. 2004, 524-525 n ° 161, 518-5 (...)

35Par ailleurs, selon Chr. Habicht, la famille de Théôn est une branche de la famille des Saithidas : un membre de cette illustre famille porte au iie siècle p.C. le nom de Ti. Claudius Quir. Frontinus Nikeratos54 ; mais il est possible aussi que la famille de Théôn se soit lié à celle de Saithidas dans le courant du ier siècle p.C. sans qu’elle n’est auparavant constitué une véritable branche des Saithidas, car les Saithidas semblent distincts des Theôn au ier siècle p.C.

  • 55 Thémélis 2000, 137-138 ; 2001c, 90-92 : “La cité (a honoré) Dionysios fils d’Aristoménès, défunt”. (...)
  • 56 Migeotte 1985, 597-607 (SEG, 35, 343 pour les l. 1-14 ; Migeotte 1992 22, pour les l. 1-11 et 36-4 (...)
  • 57 Thémélis 2000, 123.
  • 58 Pour mémoire, je signale qu’une stèle funéraire fragmentaire a été retrouvée en remploi dans la pa (...)

36Une base de statue de la première moitié du ier siècle p.C. rappelant que la cité a honoré post mortem Dionysios fils d’Aristoménès se trouvait devant le monument55. Le même personnage apparaît comme souscripteur à l’époque d’Auguste pour la réparation du temple de Déméter et d’un portique, avec sa mère Pleistarchia56 ; on doit sans doute les identifier avec Dionysios et Pleitarchia fille de Dionysios ensevelis dans le tombeau K3. Mais il s’agit là de la deuxième phase d’occupation de ce monument57, à une époque où l’honneur de la sépulture au gymnase devait être assez répandu58. S’il s’agit probablement d’une grande famille, rien n’indique pour le moment qu’elle soit liée à celle de Théôn.

Image

Fig. 3. Deux stemmata possibles de la famille de Théôn.

Le monument K6

  • 59 Thémélis 2000c, 101-102.
  • 60 Ces changements ont été relevés par Ito 2002 pour le secteur des monuments K1-K3 ; juste en face d (...)

37Jouxtant immédiatement le monument K3, se trouvait un autre tombeau familial, le K659. Très ruiné, ce monument a sans doute souffert des réaménagement du gymnase au ier s. p.C.60. Le tombeau a la forme d’un rectangle qui contenait au moins 10 tombes parallèles. Une stèle semble lui être étroitement associée : on y lit quatre noms :

  • 61 Thémélis 1997, 107-108 (SEG, 47, 407) ; 2000a, 134-135. C’est dans Thémélis 2000c, 101-102, que le (...)

38Thèrokratès, Thèrippidas, Achaiis, Phialina61.

  • 62 Thémélis 2001c, 92.

39Si l’on peut en juger par les médiocres photographies publiées, l’écriture pourrait être placée dans le cours du iiie siècle, plutôt dans la seconde moitié (?). Les personnages ne sont pas connus par ailleurs. Quant au matériel publié, rapidement, il serait également à placer dans le courant du iiie siècle62. Le monument K6 serait donc un des plus anciens du gymnase, peut-être antérieur au K3.

Le monument K7

  • 63 Thémélis 2000c, 98-101.

40Dernier monument du gymnase, toujours le long du portique ouest, le tombeau K7 est encore plus mal conservé que les autres. Situé plus à l’Ouest, derrière le K2 et au nord de l’enclos du K3, il semble surélevé par rapport à eux. Son plan affecte aussi la forme d’un rectangle, contenant 6 tombes, dont les plus orientales ont été fouillées. D’après le matériel publié, la tombe IV (en bas) daterait du iiie s. a.C., la tombe II, du ier s. a.C.63. Mais il est difficile d’apprécier la valeur de cette datation avec aussi peu d’éléments publiés.

41Si ces dates sont exactes nous aurions là, avec le K6, les monuments les plus anciens des tombeaux du gymnase : également les plus mal conservés.

  • 64 I. Kyme 13 (SEG, 33, 1035), I, 11-14. Cf. Gauthier 1985, 61.

42C’est donc assez tôt dans le temps que les Messéniens ont accordé à certains citoyens d’être enterrés dans le gymnase : dans le courant du iiie siècle pour le K6, le K7 et peut-être le K1, à la fin du même siècle pour le K2 et le K3. Les tombeaux semblent concentrés dans une zone réservée à cet effet, à l’ouest du portique occidental. On peut se demander si l’on a pas ici un équivalent de l’enclos des bienfaiteurs connu à Kymè d’Éolide : par un des décrets pour Archippè (fin iie s.), la cité accorde à sa bienfaitrice le droit d’être enterrée “là où (sont inhumés) les bienfaiteurs”64.

43Avant de tirer les conséquences sur ce qui me paraissent être des sortes de caveaux familiaux intra-muros, je voudrais faire un détour par deux autres monuments qui leurs sont apparentés.

Le monument aux boucliers

  • 65 Thémélis 2001a, 199-201.
  • 66 Thémélis 2001a, 201.

44Du côté est du gymnase, devant le portique oriental, où les fouilles sont loin d’être achevées, se trouve un groupe de blocs qui semblent appartenir au même ensemble65. Le premier est un parallèpipède carré, qui est décoré par un bouclier sur chaque face et par une colonnette à chaque angle. Celui-ci devait supporter, selon le fouilleur, les éléments d’une colonne dorique, retrouvés en remploi alentours, sur laquelle devait reposer un trophée, comme plusieurs parallèles l’assurent66.

45À ce monument, P. Thémélis associe une stèle, dont seul le haut est conservé, où on lit :

  • 67 Thémélis 1996c, 163-165 (SEG, 47, 406) ; 2001a, 199-201.

Voici (ceux qui sont tombés) à Makistos :
Mnasias, Philonidas, Lysisthénidas, Léôn, Peisinos, Damagathos, Timokratès, Kléarétos, Eupraxidas…67.

  • 68 Mu et sigma très ouvert, pi aux hastes inégales. On ne peut que suivre P. Thémélis, faute de pouvo (...)
  • 69 Roy 2004, no 307 et Barrington Atlas, carte 58.
  • 70 Thémélis 2001a, 200 ; pour les événements cf. en dernier lieu Grandjean 2003, 74.

46Autant que l’on puisse en juger d’après les médiocres photographies publiées, l’écriture oriente vers le iiie siècle68. Makistos est une bourgade située entre l’Élide et la Triphylie69. Au iiie siècle donc, les Messéniens auraient livré aux portes de l’Élide une bataille, dans laquelle ils ont perdu au moins une dizaine de citoyens. Thémélis a cherché à rattacher cette bataille à des événements connus et il invoque la seule expédition des Messéniens en Élide qui soit attestée, racontée par Pausanias (4.28.4-7) et que l’on situe d’ordinaire vers 27070. Il convient d’être prudent dans la mesure où l’histoire messénienne est des plus mal connues pour cette époque là – et où Pausanias ne mentionne pas de bataille à ce propos.

  • 71 Il est de toute façon probable que, comme c’était l’usage, les défunts aient été incinérés sur le (...)

47En revanche, que ce monument soit le mémorial des Messéniens morts au combat au iiie siècle me paraît certain. Il était aussi édifié pour offrir des exemples aux éphèbes et aux néoi qui s’entraînent au gymnase. On peut se demander s’il ne servait pas à marquer aussi un monument funéraire ; dans l’attente de fouilles dans ce secteur, je ne présente cette conjecture qu’avec les plus grandes réserves71.

Le monument des Saithidas

  • 72 Thémélis 2000, 102-113. Pour la famille de Saithidas, voir N. Luraghi dans le présent volume ; je (...)

48Il est un monument qui, en théorie, ne pose pas de problème d’identification, c’est l’imposant tombeau situé au bout de la piste du stade, sur les murailles, le “Mausolée” des Saithidas72. Sur un podium sis sur les murailles de la cité, au bout du stade, s’élevait un petit temple tétrastyle prostyle, connu depuis l’expédition de Morée et à nouveau dégagé par les fouilles récentes.

  • 73 Dédicace pour Néron, Thémélis 1999a, 73-75 no 2 (SEG, 41, 353) : “Pour l’empereur Néron (titulatur (...)
  • 74 Thémélis 1988a, 37-38 (SEG, 39, 383) ; 1988, 64-65. Pour d‘autres références aux Saithidas, cf. Ha (...)

49Le personnage qui en a bénéficié, Ti. Claudius Saithidas, est un contemporain de Pausanias (4.32.2), bien connu également par l’épigraphie. Selon le périégète, son importante famille aurait déjà tenu un rôle de premier plan à la fin du iiie siècle a.C. On aurait là un intéressant exemple d’une famille ayant conservé son rang sur près de quatre siècles, encore qu’on ne la voie véritablement agir qu’au iie s. de notre ère. Le fait est que les membres de cette famille sont connus également au ier s. p.C.73 et, comme nous l’avons vu, peuvent être rattachée à la famille de Nikératos. En outre, Chr. Habicht a rapproché une dédicace hellénistique, qu’il place à la fin du iiie siècle, qui mentionne l’agonothète Saithidas74. Ainsi l’affirmation de Pausanias paraît-elle vérifiée.

  • 75 Cf. Thémélis 2001b, 120.
  • 76 Cooper & Korteberry 1993, 337 ; Cooper 1999, 193. Cependant, si les inscriptions en remploi se voi (...)

50Le monument est en cours d’anastylose ; nombre de blocs sont conservés et on a pu reconstituer son élévation. Or, si les fouilles ont dégagé une dédicace du iie s. p.C. et des éléments de statue de la même époque, il semble bien que d’autres éléments, notamment une imago clipeata, datent du ier s. p.C. ; la construction pourrait remonter à l’époque augustéenne75. Bien plus, d’après Fr. Cooper, chargé de l’anastylose, certains éléments dateraient ou tout du moins rappelleraient le style des iiie-iie siècles a.C. (ainsi l’entablement) ; il appelle ce monument “un hérôon hellénistique”. Ces informations ont été données de manière elliptique et parfois contradictoire : ainsi, dans le podium sur lequel est bâti l’hérôon sont remployées plusieurs stèles funéraires, bien visibles, qui s’échelonneraient entre le ier siècle a.C. et le ier siècle p.C.76

  • 77 Cf. Thémélis 2000, 110.

51Que, pour que un ou des membres de la famille messénienne la plus puissante de son temps, de rang sénatorial sous l’Empire, constituée de généreux bienfaiteurs, l’on ait choisi d’édifier un tombeau monumental sur un emplacement nouveau se comprend aisément. Par sa position, non plus sur le côté ouest du gymnase, mais au bout du stade, dans son axe, il était visible de très loin. Il constituait peut-être un parallèle pour le sanctuaire d’Aristoménès, situé à l’est de l’entrée du gymnase, également dans l’axe du stade77.

  • 78 Voir supra p. 173, avec les n. 46-53.
  • 79 Voir N. Luraghi dans le présent volume.

52Mais comment expliquer que certains éléments du tombeau monumental remontent au iie s. a.C. ? Faut-il supposer qu’il ait été édifié en réutilisant les pierres d’un autre monument ? Ce serait peu vraisemblable pour un monument prestigieux. Faut-il alors supposer que la famille avait déjà bénéficié d’un tombeau monumental avant l’époque augustéenne ? Le parallèle des autres monuments et l’importance de la famille pourraient soutenir cette hypothèse. Cependant, si Chr. Habicht a raison, la famille des Saithidas n’est autre que la famille des Nikératos, qui a déjà bénéficié d’un tombeau monumental et collectif soit au ier siècle a.C., soit au siècle suivant, tombeau qui était utilisé au ier siècle p.C.78 Mais l’élément qui interdit de remonter la date de construction du monument des Saithidas est sans doute la présence de ces stèles des ier siècle a.C. et ier siècle p.C. dans le podium. On peut dès lors se demander quelle est la fiabilité des considérations stylistiques évoquées plus haut. Dans l’état actuel de la documentation, la vraisemblance plaide pour que ce tombeau ait été édifié dans le courant du iie siècle p.C.79

Conclusion

  • 80 Voir les références dans Sève 1979, 343-344 et Sève 1996, 686. Ajouter, pour Cyzique, Chiricat 200 (...)
  • 81 IG, V.1, 1427 + Robert 1927, 105 (OMS, III, 1060) + Sève 1979, 339 n. 43.

53Dans le reste du monde grec, les tombeaux monumentaux intra-muros sont élevés aux notables de la cité, au plus tôt, qu’à la fin du iie s. a.C., et surtout au ier s. a.C. Un des exemples les plus anciens est celui de Kymè, évoqué plus haut, mais, ailleurs, il faut attendre le ier siècle a.C., plutôt dans la seconde moitié : ainsi à Cyzique pour Asklépiadès, à Cnide pour Artémidore, à Aphrodisias pour Callicratès, à Pergame pour Diodoros Pasparos, à Milet, l’hérôon I et le monument pour C. Iulis Épikratès, à Érétrie pour un personnage non identifié, etc.80. À Messène, aux alentours de notre ère, le paysage monumental de la ville présentait aussi un bon nombre de ces monuments, principalement au gymnase. Comme ailleurs, ces tombes du gymnase constituaient un honneur considérable pour ceux qui recevaient le droit de les édifier. Il est probable que c’est à un de ces tombeaux que fait allusion un décret de Messène du ier s. a.C., malheureusement très mutilé : la cité accorde à un personnage non identifié l’érection d’un monument et des honneurs cultuels81.

54Ces tombes mettaient aussi sous les yeux des éphèbes et des jeunes gens des citoyens modèles et, pour paraphraser les décrets, elles manifestaient solennellement la reconnaissance de la cité et incitaient à l’émulation. Avec le monument des morts de la bataille de Makistos, avec les innombrables statues de gymnasiarques et de bienfaiteurs divers, avec aussi le monument au héros Aristoménès, ces jeunes gens avaient devant eux une ensemble d’exempla à suivre. Cela ne signifie pas forcément que les personnes ensevelies aient bénéficié d’un culte ou d’une quelconque “héroïsation”.

  • 82 Robert 1960, 298 n. 3 (OMS, II, 814) ; Robert 1966, 422 (OMS, VI, 46).

55De ce point de vue, Messène ne présente pas une originalité flagrante : le gymnase y est devenu, selon l’expression de Louis Robert, une “seconde agora”82.

  • 83 Didyma, II, 259, l. 25-31, avec Chiricat 2005, 207-211.

56Mais à Messène, on l’a vu, la quasi-totalité de ces monuments remonte au iie, voire au iiie siècle a.C. : dans le gymnase, le K1, Le K6 et le K7, à la fin du siècle, le K3 et, à côté de l’Asklépieion, le supposé tombeau des morts à la guerre. Ce qui semble sans parallèle, au moins archéologique. Le cas qui pourrait être comparable est bien particulier : à Milet, vers 40 a.C., un prophète, dans une inscription privée, se flatte de descendre d’une famille ensevelie au gymnase depuis cinq générations, ce qui placerait l’enterrement premier personnage vers 260 au plus tard. Le texte pose de nombreux problèmes et il n’est pas certain que l’affirmation soit fiable83. D’exemple assuré, il n’est que Messène. Faut-il abandonner la chronologie traditionnelle, qui veut que cet honneur ne se développe qu’à la basse époque hellénistique ? Il serait un peu téméraire de le faire sur la base de l’exemple d’une seule cité. Je crois qu’il faut plutôt invoquer la singularité de Messène, en avançant une double explication.

  • 84 Cf. Deshours 1993 et dans le présent volume, sur une voie un peu différente, Luraghi 2002 ; Alcock (...)

57Messène est à l’époque hellénistique une cité neuve. Des héros que toute cité vénère et cite en exemple, Messène ne peut mettre en avant que le lointain Aristoménès. Point de Marathonomaques, de chefs de guerre valeureux souvent morts au combat, d’orateurs fameux, de dirigeants passés à la postérité comme tant d’autres cités de Grèce avaient eu le temps d’en collectionner depuis l’époque archaïque. Messène n’avait ni d’histoire (récente), ni de héros. La cité naissante s’est constituée une identité, par sa “pseudo-histoire”, par ses cultes84. Mais cela ne donnait pas d’exempla. On peut se demander si cette cité n’a pas très tôt mis en exergue ses propres citoyens méritants comme les seuls héros qu’elle pouvait se choisir. Qu’ils aient bénéficié de sépultures publiques, notamment autour des grands complexes construits à partir du iiie s., l’Asklèpieion et le gymnase, participe aussi de cet effort pour constituer une identité messénienne. À côté des dieux du hiérothysion (?), on trouve Damophon, le plus célèbre des Messéniens de la vraie histoire messénienne. En face d’Asklépios et des autres dieux vénérés avec lui, en face du lieu de réunion du Conseil, la tombe où sont ensevelis les membres de familles de premier plan – mais dont on ne connaît pas les mérites.

  • 85 Au moins une dizaine de bases inscrites provenant du gymnase ont été publiées, bien plus encore da (...)
  • 86 Cependant, à part la famille de Damophon, cet évergétisme apparaît surtout dans la documentation d (...)
  • 87 Thémélis 2003b, 37-39.
  • 88 En dernier lieu SEG, 41, 349.
  • 89 En dernier lieu SEG, 41, 350.
  • 90 En dernier lieu SEG, 23, 219.
  • 91 IG, V.1, 1443 ; Thémélis 1989, 110-112 (SEG, 41, 352).

58Il est aussi remarquable que ces tombeaux pour de si grandes familles n’aient pas livré d’inscription exposant, ne serait-ce que par le biais d’une dédicace, les mérites des personnages honorés. De même, aucun de ces monuments ne semble avoir été édifié d’emblée pour un seul individu : ils sont, dès leur érection, des tombeaux collectifs, des caveaux familiaux. Ce sont donc les familles qui bénéficient de ces honneurs ; grandes familles dont on retrouve les statues des membres les plus éminents un peu partout85, et qui manifestaient leur présence dans la cité par un intense évergétisme monumental86. Un bon exemple est fourni par la famille de Damophon : le sculpteur et ses fils ont offert les acrotères du temple de Zeus87 ; il a bénéficié (peut-être) d’un tombeau monumental près de l’Asklépieion ; on a retrouvé une base de statue pour son fils Xénophilos dans le même sanctuaire88, une inscription honorifique émanant des mêmes personnages89, pour une femme de la même famille90, et ses fils ont offert plusieurs statues91. Cela dit, le nombre de familles connues est relativement peu élevé : celle de Philiadas, celle de Damophon et celle de Nikératos, qui est peut-être la même que celle de Saithidas. Les autres rapprochements ne permettent pas de suivre une famille sur plus de deux générations.

  • 92 Voir en dernier lieu Grandjean 2003, 79-80.
  • 93 En dernier lieu Grandjean 2003, 83 et 226.
  • 94 Cf. Deshours 2004b.

59Or, à de rares épisodes près, Messène est à l’époque hellénistique une cité oligarchique. Certes, nos connaissances sur les institutions de Messène sont très minces. Peu de décrets de la cité ont été retrouvés ; ce n’est peut-être pas l’effet du hasard, mais les fouilles de l’agora pourraient modifier cette vision des choses. Au iiie siècle, le régime semble de nature oligarchique, si l’on en juge pas la stasis qui y mit provisoirement fin en 215/21492. Il est possible que les troubles des années 190-180, liés, entre autres, à la volonté achaïenne d’intégrer Messène, provoquèrent des changements de régime, mais les indices en sont extrêmement ténus93. On ne trouve un terrain ferme qu’à la basse époque hellénistique, où la coloration oligarchique des institutions messéniennes ne fait aucun doute, mais il est bien possible qu’elles aient évolué94.

60Si le caractère oligarchique de Messène était confirmé, l’honneur insigne conféré à ces grands lignages dans la seule Messène pourrait s’expliquer par la nature du régime de la cité. Dès le iiie siècle a.C., en des circonstances non éclaircies, l’oligarchie messénienne accorda l’érection de tombeaux monumentaux intra-muros à certaines familles de premier plan, pour l’une d’entre elles depuis la fondation de Messène. Recueillant – peut-être – les bénéfices de leur domination, elles en acquirent – ou tentèrent d’acquérir – ainsi le prestige destiné à soutenir leur domination. Plus encore que des exempla, ces tombeaux collectifs, privilège de certaines familles, constituaient la marque de leur supériorité.

61Ces considérations demeurent néanmoins conjecturales : la poursuite des fouilles de la ville, notamment dans le secteur de l’agora, la publication développée de leurs résultats, celle des inscriptions, devraient sans doute permettre de préciser et d’amender les observations présentées ici.

Image

Planche 1.

Image

Planche 2.

Image

Planche 3.

Image

Planche 4.

Notes

1 Que Catherine Grandjean trouve ici le témoignage de ma reconnaissance, pour l’invitation qui m’a été faite, son accueil chaleureux et pour sa patience.

2 Thémélis 2000, résumé dans 2003a.

3 Robert 1947-1948, 103 ; Robert 1974, 216-219 (OMS, V, 303-306). Cf. aussi Sève 1996 ; Chiricat 2005 pour le gymnase. Aneziri & Damaskos 2004, 257-262, me semblent entretenir certaines confusions. Il faudrait cependant établir des distinctions entre les différents types d’honneurs funèbres (voir Herrmann 1995) et de localisations ; j’espère pouvoir revenir ailleurs sur le sujet.

4 Thémélis 1995a, 29-31 ; 1995, 65-68 ; 1997, 91-92 (compléments) ; 2000, 96-102 (l’ensemble) ; Thémélis 2001a, 206-207.

5 L’alpha est à barre brisée, les lettres relativement régulières, mais le pi à des hastes encore inégales, les hastes du sigma pas encore tout à fait horizontales, voir les photos dans Thémélis 2000, 99-100, fig. 83-84.

6 Démétrios de Pharos : Pol. 3.19.11 ; Nabis : Pol. 16.13.1 et 16-17 ; Liv. 34.32.16 ; Plut., Philopoimen, 12.4-6 ; Paus. 4.29.10 ; 8.50.5. Cf. Walbank 1967, 517 et 520 pour Nabis et, d’une manière générale, Thémélis 2001a, 206-207 ; Grandjean 2003, 80-81.

7 Habicht 1997. Cf. Ph. Gauthier, Bull. épigr., 1997, 248.

8 Thémélis 1995a, 29 (signalé SEG, 45, 320) et 1995b, 67 (signalé SEG, 46, 428).

9 Dem., Couronne, 295 (ils sont les “fils de l’ennemi des dieux Philiadas”) ; Ps.-Dem., Sur le traité avec Alexandre, 7.4 et 7.7 ; les “fils de Philiadas” sont des “tyrans”, qui ont été restaurés dans leurs pouvoirs par Alexandre, via Antipater. Ils ont peut-être été exilés après la mort de Philippe II. Néôn est aussi évoqué par Théopompe, FGrHist 115, F 41.

10 Pol. 18.13-15, critique la vision de Démosthène, et évoque (14.3) Néôn et Thrasylochos, pour approuver leur attitude et leur clairvoyance (14.12-15). Cf. Hammond 1994, 103-104 ; Harris 1995, 110-111 ; Habicht 1997, 125-126 ; Grandjean 2003, 69-71.

11 Hermès avec la tête d’Héraclès trouvé dans la colonnade ouest du gymnase : Thémélis 1992a, 33 (SEG, 41, 362) ; Thémélis 1992b, 65-66 (signalé SEG, 43, 152, légers gains de lecture). Il est possible que l’orthographe “Philliadas” soit la bonne, si tant est qu’elle n’aie pas varié.

12 Orlandos 1963a, 93 ; 1963b, 124-126 ; 1964, 157 (SEG, 23, 228) – datation d’après l’écriture. Enregistré par Moretti 1970, 298 et 1987, 85 ; Habicht 1997, 126-127.

13 Habicht 1997, 17.

14 Thémélis 2001a, 107, rassemble les attestations de ces noms, plutôt rares. Le seul rapprochement plausible à propos de celui de Γοργώι, avec la seule autre attestation de ce nom à Messène, une dédicace du iiie s. a.C., Thémélis 1995, 86 no 9 (SEG, 46, 208), mais avec une autre orthographe, Γοργόι.

15 Pol. 7.10 ; 12-14 ; Plut., Aratos, 49. Cf. Roebuck 1941, 81-82 et en dernier lieu Grandjean 2003, 79-80, avec la bibliographie antérieure.

16 Thémélis 1995, 68 (signalé SEG, 46, 429-432) : Timokrateia, Iulius Clonius, Rhadinos, Klonousa. Et un nom isolé : SEG, 50, 431 : Théoklymenos, non connu jusque là en Laconie cf. LGPN, s.v. (une seule attestation). D’après les photographies publiées par P. Thémélis, il me semble que l’architrave devait comporter au moins trois autres noms, encore inédits : sous Polyandros, fig. 83 p. 99 de Thémélis 2000 ; sous Thoklymene kaire, fig. 84.

17 Thémélis 1995, 68 et 2000, 96.

18 Sève 1979, l. 49-50 (SEG, 28, 953) avec le commentaire p. 343-344.

19 Oikonomos 1925-1926, 64-66.

20 Thémélis 1993a, 34-39 ; 1994, 24-30 ; 1996a, 167-172 et en dernier lieu 2000, 88-95.

21 Cf. note précédente.

22 Cf. le prudent résumé de Habicht [1985] 1998, 47-57.

23 Habicht [1985] 1998, XIV-XV ; Grandjean 2003, 76, 96 et 218-219.

24 Décret de Kythnos : Thémélis 1998a (SEG, 49, 423) ; de Lykosoura : Thémélis 1993b (SEG, 41, 332) – cf. M. Sève, Bull. épigr., 1995, 88 – ; de Leukade : IG, IX 12, 4, 1475 (SEG, 51, 466). A. Matthaiou, dans les IG, adopte la date de P. Thémélis pour le vote des honneurs (v. 200-190), mais avance que les décrets ont été gravés après le milieu du iie s., longtemps après la mort de Damophon. Il faudrait pouvoir expliquer ce long laps de temps d’un demi-siècle.

25 Zeus Sôter : Thémélis 2003b, 37-39 (dessin). Base de statue pour Xénophilos (c. 120-100), trouvée au nord du temple d’Asklépios : Orlandos 1972a, 80 ; 1972b, 135-137 (SEG, 41, 349). Cf. Thémélis 1989, 111-113.

26 Dédicace des fils de Damophon : IG, V.1, 1443 + Thémélis 1989, 110-112 (SEG, 41, 352). Thémélis a repris ses arguments en 1993b, 104 et 1994, 32. Pour mémoire, on peut signaler la statue de Théophaneia fille de Philonidas, consacrée par son époux, Damophon fils de Xénophilos, SEG, 23 (1968), 219, placée soit au ier s. a.C., soit au siècle suivant. Il ne semble pas possible de placer ce Xénophilos dans le stemma.

27 Orlandos 1972b, 136-138.

28 Pour d’autres hypothèses – sans fondement solide – cf. Torelli 1998, 480. La colonne a été récemment remontée dans l’Asklépieion.

29 Selon Pausanias 4.32.1, cet endroit contenait les statues de tous les dieux et celle d’Épaminondas. Cf. Thémélis 2000, 41-57. Il faudrait cependant être sûr de la localisation exacte du hiérothysion.

30 Thémélis 2000, 114-119.

31 Thémélis 1995a, 34-35.

32 Ito 2002, dans une étude de l’architecture du monument, place le décor à la basse époque hellénistique (p. 11), mais, in fine, situe la construction du monument au iiie s. a.C. (p. 61).

33 Thémélis 2001c, 89.

34 Sur le monument, brève notice de Thémélis 2000, 119-123 (monument et matériel retrouvé).

35 Respectivement Thémélis 2001c, 89-90 et 1999b, 97.

36 Alpha à barre brisée, sigma aux hastes pas encore tout à fait parallèles, omicron plus petit que les autres lettres, apices.

37 Thémélis 2000, 123. Ito 2002, 61, place l’érection du tombeau à la fin du iiie s.

38 Catalogue de Kitiokosmoi, Orlandos 1960, 218-220 (SEG, 23, 210), l. 15. L’écriture indique le iiie siècle (alpha régulier, mu aux hastes pas tout à fait parallèles, nu aux hastes verticales décalées, oméga et omicron plus petit que les autres lettres, sigma souvent ouverts, etc.).

39 Sur ce monument cf. en dernier lieu Thémélis 2000, 124-136.

40 Thémélis 2000c, 97-98.

41 Malgré Ginouvès et al. 1998, 64-65 qui donnent une définition assez restrictive du mausolée ; nous aurions ici plutôt affaire à un bien vague “monument funéraire” (p. 62).

42 Cf. Fedak 1990, notamment pour le type du mausolée, inspiré de celui d’Halicarnasse et de Bélévi : tombes “au lion” de Cnide, d’Amphipolis (fin ive-iiie s.) ; tombes de Cyrène, de Ptolémaïs ; on trouve d’autres exemples de ce type de mausolées au Proche-Orient. L’exemple le plus proche est la tombe dite d’Absalon à Jérusalem, même si la structure interne en est très différente : Fedak 1990, 143-144 et fig. 205-206.

43 Thémélis 2000c, 98. Le matériel daterait des iie-ier s. a.C. : Thémélis 1998c, 114 et non des iiie- ier s., comme écrit dans Thémélis 1998b, 48. Ito 2002 est essentiellement consacré à l’étude architecturale de l’édifice, qui date selon l’auteur de la fin du iiie s. (p. 61, 64).

44 Thémélis 1997, 100-106 (SEG, 47, 410-413) ; Thémélis 2000, 132-135.

45 SEG, 47, 410 ; Thémélis 2000, 132.

46 Gravure : alpha à barre brisée, nu, pi et sigma réguliers, apices peu prononcés, omicron encore de plus petite taille que les autres lettres. Pour les noms, cf. Thémélis 1997, 102 ; Thémélis 2000, 132.

47 SEG, 47, 411 ; Thémélis 2000a, 132 : Νικήρατε Θέωνος Πρ(εσβύτερε), χαῖfρε.

48 SEG, 47, 414 ; Thémélis 2000a, 134.

49 Thémélis 1996b, 52-53 ; Thémélis 1996b, 158-160 (SEG, 47, 400 ; AE, 2000, 1340) ; Thémélis 2000, 146-147 ; aussi Thémélis 2001b, 124.

50 Théôn fils de Charminos. Mention : Thémélis 1996b, 52-53 (SEG, 46, 426) ; éd. Thémélis 1996c, 158-162 (SEG, 47, 397) + Thémélis 1999, 125 (SEG, 49, 428) ; Thémélis 2000, 158.

51 Migeotte 1985, 597-607 (SEG, 35, 343 pour les l. 1-14 ; Migeotte 1992, no 22, pour les l. 1-11 et 36-42), l. 19.

52 Orlandos 1965, 116-121 (photo dans Orlandos 1962, 106) + J. et L. Robert, Bull. épigr., 1966, 202 (SEG, 23, 208). Il s’agit peut-être du même personnage qui figure dans une liste de prêtres du sanctuaire d’Artémis Limnatis du début de l’Empire, IG, V.1, 1374, l. 3. Cf. Habicht 1998, 491-492.

53 Rizakis et al. 2004, 524-525 no 161 et stemma XVI p. 592.

54 Habicht 1998, 491-494, suivi par Settipani 2000, 116 ; Rizakis et al. 2004, 524-525 n ° 161, 518-519 no 150 et p. 592.

55 Thémélis 2000, 137-138 ; 2001c, 90-92 : “La cité (a honoré) Dionysios fils d’Aristoménès, défunt”. La famille de Dionysios aurait aussi consacré la statue au type d’Hermès de la pièce XI.

56 Migeotte 1985, 597-607 (SEG, 35, 343 pour les l. 1-14 ; Migeotte 1992 22, pour les l. 1-11 et 36-42), l. 27-28.

57 Thémélis 2000, 123.

58 Pour mémoire, je signale qu’une stèle funéraire fragmentaire a été retrouvée en remploi dans la partie est du monument. Deux noms, inconnus jusque là en Messénie, y figurent, Doxa et Tèios. L’écriture indique (très approximativement) le iie s. a.C. selon Thémélis 1998c, 114-115 (SEG, 48, 508). Mais rien n’interdit que la stèle ait été prise dans une nécropole hors les murs comme celles qui sont remployées dans le podium du monument de Saithidas.

59 Thémélis 2000c, 101-102.

60 Ces changements ont été relevés par Ito 2002 pour le secteur des monuments K1-K3 ; juste en face du K6 ont été alors aménagées des latrines (inédites à ma connaissance).

61 Thémélis 1997, 107-108 (SEG, 47, 407) ; 2000a, 134-135. C’est dans Thémélis 2000c, 101-102, que le fouilleur a associé cette stèle au tombeau K6.

62 Thémélis 2001c, 92.

63 Thémélis 2000c, 98-101.

64 I. Kyme 13 (SEG, 33, 1035), I, 11-14. Cf. Gauthier 1985, 61.

65 Thémélis 2001a, 199-201.

66 Thémélis 2001a, 201.

67 Thémélis 1996c, 163-165 (SEG, 47, 406) ; 2001a, 199-201.

68 Mu et sigma très ouvert, pi aux hastes inégales. On ne peut que suivre P. Thémélis, faute de pouvoir effectuer une véritable vérification.

69 Roy 2004, no 307 et Barrington Atlas, carte 58.

70 Thémélis 2001a, 200 ; pour les événements cf. en dernier lieu Grandjean 2003, 74.

71 Il est de toute façon probable que, comme c’était l’usage, les défunts aient été incinérés sur le champ de bataille.

72 Thémélis 2000, 102-113. Pour la famille de Saithidas, voir N. Luraghi dans le présent volume ; je me contente de rappeler l’essentiel. Les doutes sur l’identification du Mausolée exprimés par Cooper 1999, 195-197, sont de peu de poids.

73 Dédicace pour Néron, Thémélis 1999a, 73-75 no 2 (SEG, 41, 353) : “Pour l’empereur Néron (titulature), Tiberius Claudius Saithidas [Kailianos----] kis, philokaisar, [a consacré sur ses fonds propres].”

74 Thémélis 1988a, 37-38 (SEG, 39, 383) ; 1988, 64-65. Pour d‘autres références aux Saithidas, cf. Habicht 1998, 491-494 (ici 493) ; Rizakis et al. 2004, passim avec le stemma p. 592.

75 Cf. Thémélis 2001b, 120.

76 Cooper & Korteberry 1993, 337 ; Cooper 1999, 193. Cependant, si les inscriptions en remploi se voient nettement dans le podium, leur datation ne me paraît pas aisée.

77 Cf. Thémélis 2000, 110.

78 Voir supra p. 173, avec les n. 46-53.

79 Voir N. Luraghi dans le présent volume.

80 Voir les références dans Sève 1979, 343-344 et Sève 1996, 686. Ajouter, pour Cyzique, Chiricat 2005 ; pour Érétrie Ducrey et al. 1993, 159-175 ; pour Aphrodisias, Reynolds 1982, n. 28-30 ; pour Pergame, Robert 1937, 48-50 ; pour Milet, hérôon I : Müller-Wiener 1985 et Kader 1995, 209-211 (vers 100 ?), C. Iulius Épikratès : Herrmann 1994, 224-236. D’autres monuments pourraient être ajoutés, qui remontent au ier s. p.C., ainsi à Éphèse (cf. Sève 1979, 344 et Kader 1995, 212-220), à Cyzique (Sève 1979), à Milet (Weber 2004), à Kymè (I. Kyme 19).

81 IG, V.1, 1427 + Robert 1927, 105 (OMS, III, 1060) + Sève 1979, 339 n. 43.

82 Robert 1960, 298 n. 3 (OMS, II, 814) ; Robert 1966, 422 (OMS, VI, 46).

83 Didyma, II, 259, l. 25-31, avec Chiricat 2005, 207-211.

84 Cf. Deshours 1993 et dans le présent volume, sur une voie un peu différente, Luraghi 2002 ; Alcock 2002, 132-175 (“Beeing Messenian”) not. 164-175. Une remarque au passage : les considérations sur le “culte des tombes”, fondées sur une documentation assez mince – exploitée dans Alcock 1998 – devraient s’inspirer de la prudence méthodologique exprimée par I. Ratinaud à propos de l’époque géométrique : Ratinaud 1999.

85 Au moins une dizaine de bases inscrites provenant du gymnase ont été publiées, bien plus encore dans le sanctuaire d’Asklépios et il n’est pas douteux que les fouilles de l’agora en livrent d’autres.

86 Cependant, à part la famille de Damophon, cet évergétisme apparaît surtout dans la documentation du début de l’Empire, au gymnase : portique ouest, iie-ier s. a.C., fragmentaire, Thémélis 1992a, 32 (SEG, 41, 363) ; 1996b, 54-55 (SEG, 46, 415) ; 1996c, 163 (SEG, 47, 404 pour les modifications ; Thémélis 2001a, 199) ; portique, époque d’Auguste, Orlandos 1969a, 100 ; 1969b, 100 (J. et L. Robert, Bull. épigr., 1970, 286) ; propylon du gymnase (42 p.C.), en dernier lieu SEG, 50, 424-426 ; AE, 2000, 1339a-d ; portique est (ier s. a.C.-ier s. p.C. ?), Thémélis 1996b, 54-55 (SEG, 46, 414) ; Thémélis 1996c, 163 (SEG, 47, 404 pour les modifications ; Thémélis 2001a, 199 ; diazôma du stade, ier s. a.C., Thémélis 2000b, 65 (SEG, 50, 428) ; 1999b, 91 ; sanctuaire d’Hermès et d’Héraclès, Haut Empire, Thémélis 1995, 79-80 (SEG, 46, 419) + SEG, 47, 405 + AE, 1998 (2001), 1254.

87 Thémélis 2003b, 37-39.

88 En dernier lieu SEG, 41, 349.

89 En dernier lieu SEG, 41, 350.

90 En dernier lieu SEG, 23, 219.

91 IG, V.1, 1443 ; Thémélis 1989, 110-112 (SEG, 41, 352).

92 Voir en dernier lieu Grandjean 2003, 79-80.

93 En dernier lieu Grandjean 2003, 83 et 226.

94 Cf. Deshours 2004b.

Auteur

Université de Paris I - UMR 8585 Centre Gustave Glotz

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540