Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

La Messénie

Panthéon et identité civiques à Messène (de la fondation de la cité à l’époque impériale)

Nadine Deshours

Texte intégral

Je remercie pour leurs précieuses remarques C. Grandjean, M. Jost, Ath. Rizakis, J. Roy.

  • 1 Festugière 1972, 121-125 ; et plus récemment Green ([1990] 1997, 434-439) et Versnel ([1990], 189- (...)
  • 2 Cinq critères permettent de définir une divinité comme poliade : l’unité de la cité repose sur son (...)

1Toute une tradition historiographique tient le “déclin” de la religion civique pour un trait propre à l’époque hellénistique1 : le prétendu engourdissement politique des cités aurait produit une désaffection pour les cultes civiques ainsi réduits à une pure routine et auxquels seraient préférés celui des souverains ou de divinités exotiques. Toutefois, l’étude systématique de Jon D. Mikalson sur la religion dans l’Athènes hellénistique (Berkeley, 1998) dément cette interprétation. Nous nous proposons de mener une enquête comparable à Messène dont le passé et l’aura culturelle sont moins éclatants – en nous limitant toutefois aux divinités qui peuvent être considérées comme poliades2.

  • 3 Grandjean 2003, 65 sq.
  • 4 L’expression est empruntée à Ellinger 1993 ; Jacoby, FGH, III [1943] 1954, 142 ; Deshours 2006.

2Messène était une cité nouvelle, fondée en 370/369, dans un contexte péloponnésien difficile qui pouvait remettre en cause jusqu’à son existence3. De plus, l’hétérogénéité du corps civique rendait l’identité de la cité très problématique, notamment parce qu’il comportait d’anciens Hilotes auxquels beaucoup de Grecs contestaient la possibilité de devenir des citoyens. C’est pourquoi les Messéniens produisirent un effort considérable pour se forger une histoire (la “légende nationale” messénienne4) et une religion civique (avec ses variantes des légendes grecques communes, son panthéon spécifique et ses rites propres). Cette tradition fabriquée explique à la fois qui sont les Messéniens et quels sont leurs rapports avec les dieux de la cité.

  • 5 Torelli & Musti 1991, XII-XXVIIes deux sources citées par Pausanias, Rhianos de Bène et Myron de P (...)

3L’enquête que nous proposons est possible car nous disposons, d’une part, de sources archéologiques sur les sanctuaires et les cultes et, d’autre part, d’un texte justifiant l’organisation du panthéon civique, le livre iv de Pausanias (la seule source continue retraçant la “légende nationale” messénienne). Ce texte repose sur des sources contemporaines ou proches de la fondation de la cité par les Thébains d’Épaminondas5. Ainsi le décalage est-il minimal entre le moment où le panthéon civique s’est formé et celui où les Messéniens ont forgé une explication justifiant ce processus.

  • 6 Aleshire 1994, 12 ; Parker 1996, 6-7 et 53.
  • 7 Vernant 1979, 10.

4Le panthéon civique peut se définir comme le système des puissances divines vénérées dans le cadre de la religion civique (c’est-à-dire faisant l’objet de cultes organisés et financés par la cité)6 avec les relations spécifiques que cela suppose entre les divinités : “dans le cadre d’un panthéon, chacune de ces puissances se définit non en elle-même, comme sujet isolé, mais par sa position relative dans l’ensemble des pouvoirs, par le système des rapports qui l’opposent et l’unissent aux autres puissances composant l’univers divin”7.

  • 8 Curaghi 2002.

5Nous verrons comment l’organisation du panthéon reflète les enjeux de l’identité civique et comment elle évolue lorsqu’ils se posent en des termes nouveaux, notamment lorsque Messène adhère au koinon achaien, puis lorsqu’elle n’est plus qu’une cité grecque dans l’empire romain. En somme, nous verrons comment “devenir messénien” selon l’heureuse expression de Nino Luraghi8 et comment se définit cette identité lorsque le statut politique de Messène change.

Les messéniens se fabriquent une identité civique au moment de la fondation de la cité

  • 9 Plat., Lg., 708 b-d : ἤδη δέ ποτε καὶ συνάπασα πόλις τινῶν ἔφυγεν, ἄρδην κρείττονι κρατηθεῖσα πολέ (...)
  • 10 Sourvinou-Inwood 1992, 336.
  • 11 Curkheim [1912] 1998, 60.

6Parmi les fondations de cités, Platon distingue dans les Lois deux cas foncièrement différents : soit la population est homogène et possède donc des cultes ancestraux communs auxquels il serait folie de changer quoi que ce fût, soit elle est hétérogène et, dans ce cas (plus difficile), il est davantage possible d’innover car on fonde alors une nouvelle communauté civique et religieuse. Sa “légende nationale” essaie de faire passer Messène pour une cité du premier type (“il est arrivé déjà qu’en tel pays une cité toute entière ait pris la fuite, écrasée complètement par une attaque irréversible”), mais, en réalité, elle appartient au second. Les témoignages extérieurs à la “légende nationale” l’affirment tous9 : elle possède une population composite dont l’identité doit être construite ex nihilo. Or, organiser la religion civique dans une cité nouvelle suppose de créer une communauté de citoyens, qui formera aussi une nouvelle communauté religieuse10. L’appartenance à cette communauté (c’est-à-dire, en substance la participation aux cultes civiques, puisqu’il n’est pas ici question d’adhésion spirituelle ou de profession de foi) donne au corps civique le sentiment de son unité et exprime son identité : “Les croyances religieuses sont toujours communes à une collectivité déterminée qui fait profession d’y adhérer et de pratiquer les cultes qui en sont solidaires. Elles ne sont pas seulement admises, à titre individuel, par tous les membres de cette collectivité ; mais elles sont la chose du groupe et elles en font l’unité”11.

7Le panthéon civique de Messène met en avant plusieurs divinités dont la puissance est manifestement reconnue comme dominante. On dit généralement que Zeus y est poliade (bien qu’il n’apparaisse pas avec des épiclèses du type πολιεύς). En fait, deux autres divinités sont tout aussi importantes : Déméter et Artémis.

Le Zeus poliade des Messéniens est le Zeus de l’Ithôme

  • 12 Grandjean 2003, 63-65.

8Comme beaucoup d’autres cités grecques, Messène se plaçait avant tout sous la protection de Zeus, garant d’un ordre cosmique et social exprimant la Dikè – dieu politique par excellence. Il figure sur les premières émissions monétaires de Messène datant des années 365-360 dont la fonction est plus politique qu’économique, comme l’a montré C. Grandjean12 ; il continue d’y figurer pendant toute l’histoire monétaire de la cité.

  • 13 “Le hiéron de Zeus Lykaios, sur le Mont Lycée, prit dès le ve n caractère fédéral” (Jost 1985, 549 (...)
  • 14 ὁ ἐπὶ τῇ κορυφῇ τῆς Ἰθώμης τέμενος (Paus. 4.3.9). Cig. 1, p. 185.

9Tout cela est banal, Zeus était poliade à Mégalopolis ou à Olympie et protecteur de koina, celui des Arcadiens13 comme celui des Achaiens. Malgré la banalité de leur choix, les Messéniens réussirent à se singulariser en revendiquant leur Zeus comme leur appartenant en propre : ils l’appellent Zeus de l’Ithôme (’Iθωµἀτας), du nom de l’acropole de Messène qui sert de rempart naturel contre Sparte en occultant la chaîne du Taygète et qui domine toute la région. Son sanctuaire se trouve au sommet de l’Ithôme et comporte un simple téménos, probablement dépourvu de temple comme de statue monumentale14. Non seulement Zeus est messénien au sens où il réside au cœur de la Messénie, mais c’est dans le massif de l’Ithôme que les Messéniens situent leur propre version de sa légende, en l’occurrence celle des enfances du dieu : après l’enlèvement du nourrisson par les Courètes, les Nymphes Ithômè et Néda avaient veillé sur lui en le cachant dans la montagne (Paus. 4.33.1). En somme, Zeus est autochtone : il eut pour nourrices les divinités protectrices du massif qui est le centre du territoire de Messène et d’une rivière qui marque traditionnellement la frontière entre la Messénie et l’Élide.

  • 15 Les Thébains avaient choisi le site de Messène justement au pied de l’Ithôme parce que ce massif e (...)
  • 16 On peut supposer que la répétition de cet épisode est le signe que le récit de la “Première guerre (...)
  • 17 Un oracle pythique “disait de laisser aller le suppliant de l’Ithôme”. Thc. 1.103.2 (tra. de Romil (...)
  • 18 Grandjean 2002, 551-555 et Grandjean 2003, 99-101.

10Le Zeus de l’Ithôme garantit la pérennité de la communauté messénienne dans plusieurs épisodes de la “légende nationale”15, notamment lors de la “Révolte de 464” lorsque les Messéniens révoltés avaient pris refuge sur l’Ithôme16. Les Spartiates, incapables de les réduire, avaient laissé partir une partie des Messéniens à Naupacte (place offerte par les Athéniens)17. L’Ithôme est ainsi dans la “légende nationale” le premier territoire que les Messéniens aient réussi à se donner et il apparaît donc comme la matrice du territoire du futur État. En somme, le sanctuaire de Zeus se trouve au centre géographique et aussi politique du pays. Le nom même d’Ithômè était parfois employé pour désigner Messène ; en l’occurrence, il semble qu’il servait à distinguer les citoyennetés fédérale et civique durant la période où exista un État fédéral dont Messène était la capitale. Pausanias l’appelle ἡ ὑπὸ τῇ Ιθώμῃ πόλις (4.31.4)18.

Déméter est au moins aussi importante que Zeus et son culte remonte aux origines même de la Messénie

  • 19 Et non pas un vaste territoire, des magistratures, un gymnase, un théâtre, une agore qui fait une (...)
  • 20 Ceshours 2006.
  • 21 Sur Messènè : Deshours 1993 ; Thémélis 2000, 5-24.

11Selon Pausanias, ce qui fait surtout une cité, c’est un mythe de fondation qui fasse intervenir une famille de l’âge héroïque et un culte dont l’histoire soit ancienne19. Pour la cité en quête de légitimité qu’est Messène, ce culte est les Mystères d’Andania. Pausanias les appelle “Mystères des Grandes Déesses”, mais ils nous sont aussi connus comme “Mystères des Grands Dieux” par un règlement cultuel détaillé du début du ier s. a.C. (IG, V. 1, 1390). Il s’agit du même culte qui a évolué sous l’influence d’Éleusis à l’époque impériale, mais dans lequel, aux côtés des Grands Dieux (les Dioscures), Déméter jouait déjà un rôle important à l’époque hellénistique20. Le Périégète attribue, en effet, leur fondation à la reine éponyme, Messènè qui avait poussé son époux Polycaôn à s’emparer du territoire de la future Messénie, alors vide d’habitants et à y fonder un royaume dont la capitale était Andania21. Sur cette terre conquise sans violence, conformément au mode d’action qui caractérise Déméter, l’ἀρέτη, la reine reçut les Mystères en salaire d’hospitalité (ainsi Déméter avait offert à Céleus d’Éleusis l’initiation à ses Mystères après avoir séjourné chez le roi [Hh à Déméter, 470-479]).

12Les Mystères d’Andania constituent, en outre, le lien entre la Messénie antérieure à la domination spartiate et le nouvel État messénien fondé par les Thébains. À la fin de la “Deuxième guerre” de Messénie, Aristomène (qui en est l’Achille) voyant la défaite certaine fait en sorte de sauvegarder les Mystères : il enfouit dans la terre de l’Ithôme une hydrie de bronze qui contient “les Mystères”, des textes transcrits sur des lamelles d’étain. Les Messéniens vaincus sont dispersés ou soumis aux Spartiates, mais les Mystères eux, sont toujours en Messénie, en sommeil, dans la terre de l’Ithôme. L’histoire des “malheurs” (Paus. 4.26.6) des Messéniens s’achève “lorsque les Mystères sont retrouvés” nous dit Pausanias. Leur restauration et la fondation de Messène apparaissent concomitantes, voire corollaires l’une de l’autre ; le Périégète prend soin de ponctuer son histoire messénienne jusqu’en 369 d’allusions à l’instauration et aux réformes des Mystères, au sanctuaire où ils se déroulent, le Carneiasion, et aux vicissitudes de leurs prêtres qui sont présentés comme les membres d’un génos détenteur d’un sacerdoce prestigieux à la manière des Eumolpides athéniens. En sauvegardant les textes nécessaires à la tenue des Mystères, Aristomène avait donné aux siens l’espoir et le moyen matériel de renaître comme entité politique.

  • 22 IG, V. 1, 1390, l. 28-34 ; sur cette fonction des processions, colignac 1995, 59. Cig. 2, p. 186.

13Si la ville de Messène (le centre politique) est sous la protection directe du Zeus de l’Ithôme, le territoire dans son étendue (en l’occurrence, ici sa frontière avec l’Arcadie) se trouve, lui, particulièrement sous la protection de Déméter : chaque fois que les Mystères sont célébrés, la procession qui escorte les hiéra depuis le sanctuaire urbain de Déméter jusqu’à Andania parcourt ainsi symboliquement l’espace sur lequel la cité exerce son emprise, comme la procession des Grands Mystères qui relie Athènes au sanctuaire des Grandes Déesses d’Éleusis ou celle des Hyacinthies conduisant de Sparte au sanctuaire d’Apollon à Amyclées22.

La “légende nationale” relate aussi la difficile recherche d’un équilibre entre les puissances de Déméter et d’Artémis

  • 23 Deshours 2006, 206.

14Dans cette tradition, les divinités qui déterminent les événements affectant les Messéniens sont – sans conteste – Déméter et Artémis (Zeus se borne à conforter la puissance de l’une ou de l’autre23) : la première Messénie (celle de Messènè) se place sous le signe de Déméter parce que tout y est institué par la seule action de l’ἀρέτη (“valeur”). Alors qu’ils n’ont peut-être même pas possédé d’État avant la Messène fondée par les Thébains et alors que, en tout cas, ils n’ont jamais été organisés en πόλις auparavant (critère indiscutable de la civilisation aux yeux des Grecs), les Messéniens se présentent comme un peuple d’emblée civilisé sous la protection spécifique de Déméter.

  • 24 Au contraire de Tyrtée : ἀγαθὸν μὲν ἀροῦν, ἀγαθὸν δὲ φυτεύειν [fr. 4.3. Diehl].

15Les Grecs voient dans la vie en société une lutte permanente entre deux postulations opposées : les tendances civilisatrices et les risques de retour à la sauvagerie. Seul l’équilibre des puissances entre Déméter (qui institue la civilisation) et Artémis (qui règle les rapports entre la vie civilisée et la sauvagerie) permet aux hommes d’établir une vie civilisée sans nier l’existence de la sauvagerie. Or la “légende nationale” relate comment les premiers Messéniens ont rompu cet équilibre : en niant la puissance d’Artémis, ils se trouvent entièrement en son pouvoir, et, pour châtiment de leur hybris, ils sont sous l’emprise de la sauvagerie à laquelle ils s’estimaient étrangers. Les deux “Guerres de Messénie” sont conduites en dehors des règles normales de la guerre et mettent les Messéniens en situation d’ ἀπονοία (“désespoir”), Paus. 4.8.4. Elles aboutissent à l’exil des Messéniens ou à leur sujétion aux Spartiates ainsi qu’à la disparition de tout État messénien. Selon la “légende nationale”, ce n’est pas l’expansionnisme de Sparte qui cause les Guerres de Messénie24, mais le phthonos d’Artémis.

  • 25 Le sanctuaire d’Artémis Limnatis au lieu-dit Spélouza, identifié par l’Expédition scientifique de (...)

16Le panthéon civique accorde par conséquent une place importante à la déesse : en l’occurrence, Artémis Ortheia ainsi qu’Artémis Limnatis (deux aspects difficilement dissociables de la déesse et également associés à Sparte). Les Messéniens s’approprient ces deux Artémis et leur consacrent des sanctuaires : le petit temple prostyle situé à l’angle nord-est de l’Asclépieion et consacré à Artémis Ortheia date du ive s. et appartient à la phase de construction de la nouvelle cité. Un autre sanctuaire d’Artémis Limnatis se trouve à la périphérie de la ville, à l’intérieur des murailles, sur le flanc de l’Ithôme : sa situation géographique fait de lui un écran entre Messène et Sparte, réputée particulièrement sous la protection d’Artémis25.

17En somme, au moment de la création de la cité, les Messéniens décident de privilégier trois divinités :

  • Zeus comme garant de la souveraineté et de la légitimité des États (parce que son règne est fondé sur la Dikè), mais un Zeus messénien, celui de l’Ithôme
  • Déméter comme fondatrice de la civilisation et ayant un lien originel avec les Messéniens (comme elle en a un avec les Athéniens à travers les Mystères d’Éleusis)
  • Artémis comme garante d’une bonne distance avec la sauvagerie, en particulier avec les épiclèses de Limnatis et Ortheia, la Limnatis étant revendiquée dans la “légende nationale” messénienne comme une divinité commune aux Spartiates et aux Messéniens.

18Les Messéniens se donnent ainsi une profondeur temporelle : le culte qui fonde leur identité comme communauté (les Mystères d’Andania) est rattaché aux temps mythiques et se présente comme aussi ancien que les Mystères d’Éleusis. Ainsi ils peuvent se comparer aux autres Grecs (notamment aux Athéniens et aux Spartiates) et ne sont pas des nouveaux venus. Bien plus, ils ont eu la particularité d’être depuis l’origine étroitement liés à Déméter, fondatrice de la civilisation : bien loin donc d’être en deçà des autres Grecs à cause de leur organisation tardive en cité, ils se rangent au contraire parmi les pionniers de l’hellénisme.

La question de l’identité civique de Messène se pose à nouveau au temps du koinon achaien

  • 26 Grandjean 2003, 67 (Thébains et Arcadiens), 68 (Philippe), 70 (Alexandre), 75 (Étoliens vers 260).

19Durant les ive et iiie s. a. C., les Messéniens réussirent à assurer la survie de leur cité, par des alliances avec les puissants du moment : les Thébains et les Arcadiens (vers 365), Philippe ii Alexandre, puis, au iiie s., les Étoliens26. Cependant le tournant des iiie et iie s. leur réservait des difficultés tant internes qu’extérieures. En 215/214, ils furent d’abord confrontés à des luttes politiques qui menaçaient la cohésion de la cité. Puis, dans un contexte international très troublé, alors qu’ils répugnaient à abdiquer leur indépendance en s’alliant aux Achaiens, ils finirent en 192 par adhérer au koinon, “amicalement” convaincus par les Romains qu’ils avaient d’abord appelés à l’aide contre les Achaiens.

20La question de l’identité d’un peuple n’est pas résolue une fois pour toutes : elle se pose d’une façon nouvelle chaque fois qu’interviennent des changements historiques et il faut alors la redéfinir en tenant compte de la nouvelle donne. Au moment de sa fondation, il s’agissait pour Messène de se présenter comme une cité grecque aussi légitime que les autres et de s’affirmer comme radicalement différente de Sparte. Au tournant des iiie s. et iie s. il s’agit pour les Messéniens, d’une part, de restaurer l’unité de la cité, et, d’autre part, face au koinon achaien dont ils font partie bon gré mal gré, de conserver leur spécificité.

L’Asclépieion et la place d’Asclépios dans le panthéon de Messène

  • 27 Graf 1990, 173.
  • 28 Thrämer 1896, s.sklepios, 1645-1646 ; Paus. 10.32.12.
  • 29 Thémélis 2000, 22-23. Cig. 4, p. 188.
  • 30 Graf 1990, 168-178 (emplacement), 186-193 (portique d’incubation) ; contra Sineux 1997.

21C’est dans ce contexte que la fonction de divinité poliade fut contestée à Zeus par Asclépios. Nous ne chercherons pas à établir si Asclépios est thérapeutique à Messène (puisqu’il l’est partout ailleurs), mais plutôt comment il peut être poliade (ce qui est moins attendu)27 ; Asclépios est en concurrence avec Athéna comme divinité poliade d’Épidaure et il est ἀρχαγέτας (“archégète”) en Phocide28. Reste que, à Messène à l’époque hellénistique, Asclépios ne semble pas avoir eu de fonction thérapeutique puisque la fouille du sanctuaire n’a mis au jour aucun ex-voto correspondant à cette période. Seules les couches plus anciennes que le temple Z ont livré les ex-voto attendus représentant les parties du corps dont le dieu (ou son prédécesseur ou une autre divinité ?) avait produit la guérison29. L’Asclépieion de Messène ne ressemble en rien aux sanctuaires contemporains du dieu qui ont une vocation thérapeutique : tous ont un petit temple, un portique pour l’incubation et des bains nécessaires pour les ablutions rituelles ou thérapeutiques (ils sont du même type que le sanctuaire d’Amphiaraos à Oropos, parce que des pratiques analogues y trouvent place). À Messène, le temple est de grande dimension, il est entouré par un péristyle presque carré qui peut difficilement être utilisé pour l’incubation, il n’y a pas de bains contemporains du reste du sanctuaire, seulement des bains romains au sud-ouest ; de plus, l’Asclépieion est au cœur de la ville. Malgré tous les efforts qui ont été déployés pour faire d’Asclépios à Messène une divinité thérapeutique et de l’Asclépieion un lieu de cure, les arguments utilisés restent peu convaincants30.

  • 31 La date se déduit de celle de Damophon de Messène (Thémélis 1993, 34-40). L’identification du temp (...)
  • 32 Pausanias consacre une grande part de sa description de la Messénie à Messène, et de celle de Mess (...)
  • 33 La découverte d’une dédicace à Hygie par . Orlandos (SEG, 23, 214 prêtresse d’Hygie) a mis fin à u (...)

22À une date qui pourrait se placer à la fin du iiie s. ou plutôt au début du iie s., les Messéniens lui construisirent à l’emplacement d’un temple plus ancien (qui lui était peut-être déjà dédié) un nouveau temple (13,67 m sur 17,94 m)31 entouré de quatre portiques, qui faisait du nouvel Asclépieion (71,51 m sur 66,67 m) l’ensemble architectural le plus notable de la ville32. Il pouvait sans doute rivaliser par son caractère monumental avec l’agora située au nord-est, avec laquelle il a souvent été confondu33.

  • 34 Paus. 2.26.7 ; Parke-Wormell 1956, I, 344-345 ; II, no 276. Voir infra.

23La construction de cet imposant sanctuaire ne s’explique pas par le succès d’Asclépios dans le monde hellénistique comme divinité thérapeutique car le dieu n’était pas un nouveau venu à Messène. Dès le ive s., alors qu’ils cherchaient à trouver une place dans la communauté grecque, les Messéniens avaient consulté l’oracle de Delphes pour tenter d’accréditer leur propre version de la légende d’Asclépios en le revendiquant comme leur. Apollon rejeta leur version et authentifia celle des Épidauriens : peut-être ce camouflet occulta-t-il un temps l’Asclépios messénien34.

  • 35 Seul son fils, Machaon (bien connu par l’Il., 11.596) est mentionné (Paus. 4.3.2).
  • 36 Fustel de Coulanges [1864] 1984, 176-78.
  • 37 Curty 1999, 181-183 ; Curty 1995, no 24 c (SEG, 12, 371) et p. 51 (commentaire) ; Rigsby 1996, no  (...)
  • 38 Sherwin-White 1978, 335-338 (origines de l’Asclépios de Cos), 336 (au moment de la construction de (...)
  • 39 Grandjean 2003, 185-186 (série XII, émission h au nom de Nikarchos), 199. Je remercie C. Grandjean (...)

24Cependant, dans la “légende nationale messénienne” (fixée au ive s.), autant la personnalité du Zeus de l’Ithôme est éclatante, autant celle d’Asclépios est discrète35. Il n’intervient ni dans le récit des Guerres de Messénie ni dans celui de la fondation de Messène. Ainsi, il n’appartient pas au petit cercle de divinités auxquels les Messéniens adressent alors des prières ou demandent de revenir “habiter avec” eux (Paus. 4.27.6). Contrairement à Zeus, aux Grandes Déesses, aux Dioscures et à plusieurs héros (Messènè, Caucôn, Aristomène), il ne fait donc pas partie à ce moment-là des dieux dont la présence physique assure la protection de la cité36. L’engouement des Messéniens pour le dieu est donc plus tardif et il n’implique probablement pas une désaffection à l’égard du Zeus de l’Ithôme (qui reste très présent sur les monnaies, avec le concours des Ithômaia et l’éponymie de son prêtre) : comme souvent, la religion civique ne procède pas par soustraction, mais par addition. Un décret des Messéniens datant des années 240 et reconnaissant l’asylie de l’Asclépieion de Cos en témoigne : les Messéniens font référence à leur συγγενεία, “parenté” dont les Coens, dans leur requête, ignorent tout ; ils parlent seulement d’amitié (φιλία). Le fait que tous se disent Doriens paraît bien mince ; comme le souligne O. Curty, la “parenté” ne saurait se réduire à l’ethnicité37. Le mot fait probablement référence à la revendication par les uns et les autres d’une importation de l’Asclépios thessalien de Tricca (c’est-à-dire le lieu de culte reconnu comme le plus ancien) indépendamment d’Épidaure38. En tout cas, les Messéniens qui n’avaient jusqu’alors frappé de monnaie à types civiques qu’avec des représentations de Zeus et de Déméter (et peut-être d’Artémis), innovèrent en émettant, après 190, des bronzes figurant une tête d’Asclépios au droit et un serpent enroulé autour d’un bâton au revers. Le type est si proche de celui des monnaies de Cos que les monnaies messéniennes furent longtemps faussement attribuées à cette dernière cité, malgré la présence d’une légende ME39.

  • 40 Marchetti 2001, 142-143.
  • 41 Grandjean 2003, 79-80.
  • 42 Torelli 1998, 478-480. L’auteur s’appuie essentiellement sur les dates attribuées à Damophon par . (...)

25La nouvelle place accordée à Asclépios se manifeste par la construction d’un ensemble architectural grandiose qui rappelle les vastes agoras à périptère des cités d’Asie mineure, mais apparaît dans le contexte de la Grèce continentale comme une innovation40. Peut-être cette initiative est-elle consécutive aux graves conflits civils qui touchèrent Messène à la fin du iiie s. : des fragments de Polybe relatent qu’une révolution démocratique aurait eu lieu vers 215, révolution radicale puisqu’elle comportait une confiscation et une redistribution des terres, ainsi qu’une redéfinition du corps civique. Il est possible que ce changement de régime ait permis un rapprochement avec les Achaiens : Polybe considérait en 220 que le régime de Messène était oligarchique (4.32.1), mais celui du koinon, démocratique41. La promotion d’Asclépios aurait ensuite pu fournir aux Messéniens le moyen de refonder l’unité du corps civique. Peut-être manifeste-t-elle leur choix de l’alliance achaienne ; en témoignerait notamment la participation au projet de Damophon de Messène auxquels on attribue avec quelque apparence de raison des sympathies pro-achaiennes42.

  • 43 Sur le sanctuaire fédéral : Str. 8.7.3 ; Aymard 1938, 277-293 (discussion sur la situation du sanc (...)
  • 44 Sur le culte de Zeus Homarios/Hamarios, cymard 1935 ; Osanna 1996, 204-209. Sur les monnaies au ty (...)
  • 45 Grandjean 2003, 135-136 et pXVIII.

26Que ce soit avant le renversement d’alliance ou à sa suite, les Messéniens durent avoir à cœur de marquer leur différence par rapport aux Achaiens. Or les Messéniens reconnaissaient jusqu’alors comme divinité poliade Zeus de l’Ithôme. Les Achaiens se réunissaient dans le sanctuaire fédéral de Zeus Homarios (dont l’épiclèse signifie justement “rassembleur”)43 et le dieu figurait sur les monnaies du koinon44, comme le Zeus Ithômate sur celles de Messène. Dans ces conditions, l’idée a pu s’imposer aux Messéniens de mettre l’accent sur une divinité, que les Épidauriens, les Arcadiens et, par ailleurs, les Thessaliens réclamaient certes comme leur, et que vénéraient plusieurs cités achaiennes, mais que, à tout le moins, les Achaiens n’avaient pas choisie comme protectrice attitrée de leur organisation fédérale. Cette raison leur avait peut-être paru suffisamment impérieuse (malgré les difficultés du moment) pour mettre en œuvre ce grand projet architectural qui devait exprimer la singularité de Messène à l’intérieur du koinon. Sur leurs hémidrachmes de poids symmachique à types propres frappés aux iie et ier s. a. C. (émission série X), le Zeus de l’Ithôme est diadémé et non lauré comme le Zeus Homarios des monnaies fédérales pour mieux l’en distinguer (au contraire, à Mégalopolis, cité qui offrit beaucoup de dirigeants au koinon achaien, le Zeus est lauré comme celui des monnaies fédérales)45.

Asclèpios et Messènè

  • 46 Vallet 1958, 71-80.
  • 47 essina, 38 ; cobert 1973, 162 et n. 11 ; Manganaro 1996, 82-84 ; ubois, Bulpigr. 1997, 726.
  • 48 Asclépios protège Sparte contre Philippe (péan d’Isyllos, IG, IV2. 1, 128, l. 57-59) ; il fait par (...)
  • 49 Robert 1946, 131.
  • 50 Graf 1990, 178-181 ; cig. 1 p. 185.

27Asclépios est rarement poliade ; toutefois, à Messine (cité partiellement peuplée de Messéniens46), Asclépios et Hygie sont non seulement “Sauveurs”, mais aussi πολιοῦχοι (“protecteurs de la cité)47. Asclépios a un aspect protecteur comme lorsqu’il protège les Spartiates contre Philippe ou guerrier, comme l’atteste sa participation à l’expédition des Argonautes48. Il redonne vie et confère, sinon l’immortalité, du moins une seconde vie et il est proche en cela de la Déméter des cultes initiatiques ; d’ailleurs, l’un et l’autre ont des aspects chthoniens. Asclépios pourrait être un dieu chthonien, ramené au rang de simple héros, puis redevenu un dieu avec le succès du sanctuaire d’Épidaure49. Les sanctuaires de l’un et de l’autre s’installent volontiers à proximité de sources : ici, l’Asclépieion est construit sur le passage emprunté par la source Arsinoé qui alimente une fontaine sur l’agora, passe en direction du sud sous l’Asclépieion, alimente les bains romains et débouche au gymnase50.

  • 51 Scheer 2004, 289-291.
  • 52 Paus. 3.26.4 ; 4.3.2.
  • 53 Dans le catalogue des vaisseaux, (Il., 2.723), Machaon et Podaleirios, les fils d’Asclépios, condu (...)

28Si les Messéniens choisissent de le promouvoir à l’intérieur de leur panthéon civique, c’est parce que, dans leur propre version de la légende, Asclépios est un Messénien. Il est apparenté à la famille royale des Néléides ; tous les Grecs savent que Nestor, roi de Pylos (et seul héros messénien homérique de première grandeur) et Machaon, le fils d’Asclépios combattent côte à côte dans l’Iliade (11.597). Ainsi leur parenté se trouve accréditée par le texte homérique (le meilleur brevet aux yeux des Grecs51). Dans la légende messénienne, Asclépios est présenté non comme le fils de Coronis (contrairement à la version connue à Épidaure et agréée à Delphes), mais comme celui d’Arsinoè, l’une des Leucippides (les descendantes de Périérès, roi de la deuxième dynastie, qui précède celle des Néléïdes en Messénie)52. On ne saurait rejeter cette variante de la légende, comme une fabulation tardive que les Messéniens auraient construite au ive s. pour s’approprier un peu de la gloire récente d’Asclépios, car l’Asclépios messénien ne procède pas obligatoirement de celui d’Épidaure. Il pourrait avoir été importé directement de Thessalie et la version messénienne de la légende pourrait alors être antérieure à celle d’Épidaure53.

  • 54 Graf 1990, 174-175.
  • 55 IG, V. 2, 1429 ; SEG, 41, 323. orizot crut pouvoir le reconnaître dans le petit temple S 7, situé (...)

29La topographie des sanctuaires et des bâtiments publics éclaire le sens que l’on peut donner à l’Asclépieion de Messène. Il est un sanctuaire urbain, ce qui paraît inhabituel54 et de multiples divinités y sont hébergées. Elles ont un caractère patriotique marqué puisque des cultes liés à la fondation de la cité par les Thébains sont installés dans les pièces latérales : Thèbes, Épaminondas, la Tychè (de Messène). De plus, le temple d’Asclépios et d’Hygie est proche du hiéron de Messènè, dont l’emplacement n’est toujours pas fixé, mais dont Pausanias laisse penser qu’il se trouvait soit dans l’Asclépieion soit dans son environnement immédiat. En tout cas, son existence a été confirmée par des inscriptions qui devaient y être exposées55, et récemment, par de nouvelles inscriptions mises au jour par P. G. Thémélis dans le sanctuaire de Zeus Sôtêr, situé juste à l’est de l’Asclépieion. À l’arrière de ce temple se trouvaient des peintures représentant les moments le plus glorieux de l’histoire de la Messénie (Aphareus et ses fils, Cresphontès, Nestor et ses fils, puis Leucippos avec Aphareus et les Leucippides). Asclépios est rattaché à cette succession de rois représentant des dynasties successives à partir de la mention d’Arsinoé (Paus. 4.31.11).

  • 56 Fröhlich 1999, 235-240 ; Deshours 2004b, 136-139.

30Le centre du pouvoir politique se trouve lui aussi dans l’Asclépieion puisque les synèdres (qui, à l’époque hellénistique tardive, prennent l’essentiel des décisions politiques56) siègent dans la pièce carrée située au sud-est du sanctuaire, tout près de l’autel d’Asclépios et d’Hygie.

  • 57 Pol. 2.37.10.

31En somme, la promotion d’Asclépios au sein du panthéon messénien comporte un aspect polémique contre le koinon achaien et sa possible tendance à l’uniformisation du Péloponnèse57. Elle apparaît comme le moyen pour les Messéniens de conserver leur identité à l’intérieur du koinon.

  • 58 Thémélis 2002 [2005], 42-46.

32Elle ne signifie pas l’abandon de Zeus comme divinité poliade car en plus du sanctuaire “historique” de l’Ithôme, Zeus possède aussi un sanctuaire urbain où il est vénéré comme Sôtêr : or ce vaste téménos situé à l’est de l’Asclépieion semble bien avoir été aménagé au même moment que lui et de surcroît dans un style assez semblable (temple aux deux tiers aussi vaste que celui d’Asclépios, portiques avec colonnes corinthiennes)58.

Le Zeus de l’Ithôme et l’Asclépios messénien

  • 59 Habicht 1998, 36-63.
  • 60 τὸ ὄνομα εἶναι τῷ ὔδατι ἀπὸ τῶν Κουρήτων τῆς κλοπῆe rite exige que, chaque jour, de l’eau de cette (...)

33Enfin, la concurrence entre Zeus et Asclépios pour le rôle de divinité poliade s’explique par leur proximité dans la version locale de leur légende : dans la description de Messène, la démarche de Pausanias n’est pas seulement topographique59. Elle révèle d’emblée l’un des principes d’organisation du panthéon messénien : “La cité au pied de l’Ithôme..., les murailles..., sur l’agora les Messéniens possèdent une statue de Zeus Sôtêr et la fontaine Arsinoé. Elle tire son nom de la fille de Leucippos, et l’eau qui en coule provient de la source appelée Clepsydra” (4.31.4-6). Or, la source Clepsydra est un personnage essentiel de la version locale des enfances de Zeus : c’est dans l’eau de cette source que les nymphes Ithômè et Néda baignèrent l’enfant (4.33.1) qui deviendrait le maître de l’Ithôme. En somme, la fontaine qui porte le nom de la mère d’Asclépios (Arsinoé) selon la légende messénienne est alimentée en eau par la source qui porte le nom de l’une des nourrices de Zeus – Clepsydra s’expliquant selon le Périégète (non pas par son sens étymologique évident de “source cachée”), mais par la référence à l’enfant dérobé par les Courètes à la frénésie meurtrière de Cronos60.

34Ce qui surprend dans la personnalité de l’Asclépios poliade de Messène, c’est l’absence totale de témoignages le concernant (en dehors de l’Asclépieion naturellement) dans l’ensemble de la Messénie au sens géographique (entre Néda et Nédôn, pour reprendre les repères de Strabon [8.3.22 et 8.4.4]). Il ne reçoit un culte que dans le nord-ouest du Magne qui n’appartenait pas à Messène. En revanche son fils est bien connu en Messénie et dans la légende nationale messénienne les fondations de cultes thérapeutiques concernant d’autres divinités qu’Asclépios sont nombreuses.

À l’époque romaine les Messéniens redéfinissent l’identité de leur cité

35Une fois sous domination romaine, Messène se trouve (comme les autres cités grecques) confrontée à une nouvelle crise d’identité : comment ne pas disparaître comme cité (avec son histoire, ses cultes, son corps civique) dans l’immense ensemble impérial et comment y trouver une place ? Réformer des cultes traditionnels et en instaurer de nouveaux, tels sont les deux moyens qui lui permettent d’atteindre ce double objectif.

Les Messéniens réforment les Mystères d’Andania

  • 61 Wilhelm 1914, 83-88 ; Kern 1938, 152-183 ; Nilsson 1988, GGR4, II, 82-88. Je prépare une étude sur (...)

36Ils marquent l’événement par la gravure d’un règlement exceptionnellement long en 91/90 a. C. (IG, V. 1, 1390). Cette date bien fixée peut difficilement être reliée à un événement précis dans l’histoire de Messène. En revanche, le contexte général est éclairant : les Romains ont imposé leur autorité à toute la Grèce continentale depuis un demi siècle et plus personne ne peut rêver de la remettre en cause. Les Grecs prennent alors conscience que la religion et la culture sont les deux seuls domaines où ils ont encore quelque liberté et cela les conduit à se tourner vers les cultes traditionnels en solennisant réformes, restaurations de cultes ou simples évergésies au tournant des iie et ier siècles61.

  • 62 Syll.3, 735 ; ceshours 1999 avec la bibliographie.
  • 63 Deshours 2006, 84-87.
  • 64 Deshours 2006, 1ère partie, chap. 2.

37Le processus de la réforme nous est assez bien connu : Mnasistratos, jusqu’alors hiérophante des Mystères, consulte l’oracle d’Apollon Pythéen à Argos pour obtenir son assentiment et ce dernier répond justement d’accomplir les sacrifices pour les divinités kata ta patria, conformément à l’usage ancestral62. Puis Mnasistratos abandonne le sacerdoce qui était jusqu’alors réservé à sa famille. La cité contrôle donc désormais l’organisation du culte et confie son administration à un collège de hiéroi, composé de citoyens renouvelables chaque année. Mnasistratos a pris l’initiative de la réforme ou du moins s’est chargé des démarches nécessaires (en particulier la consultation de l’oracle). La cité s’est ainsi entièrement approprié un culte supposé remonter aux origines de la Messénie pour réaffirmer son identité dans le Péloponnèse du début du ier s. Même si cela ne lui coûte pas beaucoup d’argent (car une fois les réparations nécessaires dans le sanctuaire effectuées, les Mystères doivent parvenir à un auto-financement)63, il apparaît que Messène est très investie dans l’opération : en témoignent la gravure du règlement cultuel (l’un des plus longs connus en grec), l’organisation pointilleuse des préparatifs de la fête et de son déroulement, les redditions de comptes, l’implication d’un grand nombre de magistrats civiques64.

38Selon la “légende nationale”, les Mystères d’Andania sont constitutifs de l’identité messénienne. Les réformer participe ainsi d’un retour concerté à des cultes traditionnels. Leur mythe de fondation et de refondation revêt une signification politique puisque l’existence de la Messénie va de pair avec la célébration des Mystères : ils remontent à l’origine de la première Messénie et au temps de la reine éponyme Messènè et seule leur restauration permit la fondation de Messène en 370/369.

  • 65 SEG, 45, 302 (dédicace à Polydeukès, c. 300 a.C.) ; Thémélis 1997 [1999], 91 et photo pl. 46b : Di (...)

39Parmi les dieux vénérés dans le cadre des Mystères, Déméter et les Dioscures jouent par ailleurs un rôle important dans la panthéon civique : ils sont vénérés conjointement dans un sanctuaire urbain (dit Ω-Ω), bien identifié65 où est précisément représenté l’enlèvement des Leucippides par les jumeaux divins (Pausanias 4.31.9). Les Dioscures messéniens sont ainsi liés à Asclépios (qui est le fils d’Arsinoé, l’une des Leucippides dans la version locale de la légende). Comme celui des Danaïdes, ce mythe fonde l’institution du mariage : le rapt des femmes s’oppose au mariage contractuel ; les Dioscures en enlevant les jeunes filles sans le consentement de leur père bafouent l’un des fondements de la vie civilisée. C’est pourquoi les Dioscures sont associés à Déméter dans le sanctuaire urbain de la déesse et à Andania. Ces divinités se complètent aussi quand il s’agit pour un État d’assurer son emprise sur son territoire : Déméter, dont le mode d’action est l’ἀρέτη, fonde la légitimité de cette emprise et les Dioscures assurent la maîtrise de l’espace.

  • 66 IvO., 46 = IG, V. 1, 1429. Traité entre Mégalopolis, Thouria et Messène (date : 181-168) ; cymard (...)
  • 67 Grandjean 2003, 104.
  • 68 Il est localisé par almin (1930, 104).
  • 69 Thémélis 2002, 42-46.

40En l’occurrence, la mainmise sur l’organisation des Mystères permet aussi à Messène de contrôler sa frontière nord. Andania se trouve à la périphérie du territoire messénien, à la limite de l’Arcadie dans une zone frontière qui peut faire l’objet de contestations. Ce canton cessa probablement un temps d’appartenir aux Messéniens à la suite de leur révolte contre le koinon et passa alors sous l’autorité de Mégalopolis. C’est du moins ce que laisserait entendre un règlement de frontières malheureusement très lacunaire66. Or, après la répression par le koinon de sa tentative de sécession, Messène perdit, d’après Polybe, le contrôle de plusieurs cités messéniennes qui devinrent alors membres du koinon à titre autonome. L’objectif était d’éradiquer la puissance messénienne67. Il semble qu’il y ait eu de surcroît des règlements territoriaux dont Mégalopolis (la bonne élève du koinon) fut la principale bénéficiaire. A priori, il semble surprenant que toute la haute plaine de Messénie ait pu passer à Mégalopolis, ce qui aurait ôté à Messène la quasi totalité de ses ressources agricoles, mais le peu que l’on comprenne du règlement indique justement que le canton de Doride68 reste aux Messéniens par exception à une chôra qui revient aux Mégalopolitains et qui est donc évidemment située au nord de la Messénie, près de Dorion (B l. 16-7). Pour savoir si Andania faisait partie de l’un ou l’autre lot, il faut recourir au témoignage de Strabon qui appelle Andania πολίχνιον ἀρκαδικόν (8.5.30) en citant Démétrios de Skepsis. S’il est clair qu’Andania n’était pas arcadienne du temps de Strabon, mais bel et bien messénienne, Démétrios de Skepsis est contemporain de la période pendant laquelle le règlement IvO., 46 était en application et cette citation chez le Géographe vient donc corroborer l’interprétation selon laquelle Andania fut un temps sous le contrôle de Mégalopolis. Un règlement de frontières inédit découvert par P. G. Thémélis dans le sanctuaire de Zeus Sôtêr apportera peut-être une confirmation69.

41La réforme des Mystères permet donc à Messène, non seulement de revivifier le culte fondateur par excellence de son identité, mais aussi de se prévaloir de l’organisation des Mystères pour continuer à contrôler cette partie de son territoire (il était effectivement toujours à craindre que les Romains ne retouchent les frontières des cités sous divers prétextes).

Le culte impérial s’insère dans le panthéon traditionnel

  • 70 Paus. 4.31.1-2 ; Grandjean 2003, 248-249.
  • 71 IG, V. 1, 1431 (78 p.C.) : délimitation de la frontière orientale de la Denthéliatide ; Grandjean (...)

42À l’époque d’Auguste, les Messéniens ne semblaient pas a priori en bonne posture vis-à-vis de la puissance romaine ; en revanche, leurs ennemis traditionnels, les Spartiates (qui avaient fait le “bon choix”, étant partisans d’Auguste, alors que les Messéniens avaient soutenu Antoine comme la plupart des Péloponnésiens70), constituaient dans la péninsule le principal relais des Romains. Cependant les Messéniens tirèrent plutôt profit de la nouvelle situation : ainsi la querelle multiséculaire au sujet de la Denthéliatide fut tranchée en leur faveur sous Auguste ou Tibère71.

  • 72 SEG, 23, 205 et 207 ; SEG, 35, 343 ; Migeotte 1985, 597-607 ; 604 (“… l’introduction du culte impé (...)
  • 73 Price 1984, 235 sq.

43Comme les autres Grecs, les Messéniens reconnurent l’autorité de Rome en instaurant un culte en l’honneur d’Auguste. Cependant, le culte impérial municipal fut (semble-t-il) créé assez tardivement, peut-être en 15 a. C. : L. Migeotte a émis l’hypothèse que la souscription augustéenne pour la réparation de monuments publics (bien que modeste) pourrait être le témoignage de l’inauguration du Sébasteion72. Comme c’est l’habitude73, le culte impérial s’introduit dans le panthéon civique en se plaçant dans le sanctuaire d’une divinité importante : en l’occurrence, le Sébasteion s’installe dans l’Asclépieion, dans les pièces anciennes donnant sur le portique nord et reconverties à un nouvel usage. Le culte de l’empereur se tient près de l’Asclépios poliade et des divinités dont le caractère patriotique est marqué (notamment Messènè, l’héroïne éponyme et Artémis Orthia que les Messéniens se sont réappropriée) et du sanctuaire de Déméter. Ainsi n’apparaît-il pas comme une greffe artificielle.

  • 74 SEG, 23, 206 l. 7 : Décret honorifique pour Puornelius Scipion, bienfaiteur du culte impérial, dat (...)
  • 75 SEG, 41, 328, l. 34-35 ; cf. SEG, 42, 344. Il doit s’agir du culte d’Auguste et non de celui de Ti (...)
  • 76 Pausanias (4.32.2-3) mentionne un culte héroïque pour Saithidas qu’il considère comme un ascendant (...)
  • 77 Notamment IG, V. 1, 1451 et 1455.

44Un décret en l’honneur de Tibère, datant de son accession au principat, nous apprend que des concours, gymniques (pour les enfants et les éphèbes) et hippiques (pour les néoi) avaient été instaurés à Messène pour le jour anniversaire de la naissance d’Auguste (les Caisareia74) ainsi que des sacrifices (l. 22) ; la fête durait trois jours (l. 34)75. Une famille de notables, les descendants de Tib. Claudios Saithidas Caelianos, connus à la fois par Pausanias76 et par des inscriptions77, y jouait un rôle prédominant aux ier et iie s. p.C.

La gérousia d’(Artémis) Oupèsia intervient dans le culte impérial

  • 78 Cig. 4, pièce K, p. 188.
  • 79 Knöpfler & Étienne 1976, 258-259.
  • 80 Deshours 2004a, 123.

45Bien que le sanctuaire se trouve dans l’Asclépieion78, le culte d’Oupèsia est connu surtout par des témoignages d’époque impériale (des bases de statues en l’honneur des prêtresses notamment). La gérousia d’Oupésia normalement chargée du culte de la déesse participe probablement aussi au culte impérial (cf. SEG, 23, 208), comme la gérousia d’Asclépios à Hyettos79. Ses membres se disent “descendants de Cresphontès” (le roi auquel la Messénie échut lors du partage du Péloponnèse entre les Héraclides80) et se réclament donc d’une ancienneté comparable à celle dont les Spartiates pouvaient eux-mêmes se prévaloir.

  • 81 L’identité des Dieux Patrôoi reste peu claire car l’épiclèse n’est pas autrement connue à Messèn’h (...)
  • 82 SEG, 43, 163 ; cf. SEG, 44, 376. Pour une autre restitution reposant sur la première édition du te (...)
  • 83 Les Grands Dieux Carneiens sont, en fait, les Dioscures : ceshours 2006, 207-210, 218-219 ; contra(...)
  • 84 Price 1984, 146-156.

46Il est possible qu’une dédicace récemment mise au jour par P. G. Thémélis réunisse les Grands Dieux partageant un autel avec les (dieux) Patrôoi81 et l’empereur (SEG, 43, 163)82 : “Aux Grands Dieux [Carneiens] Épiphanes qui partagent l’autel avec les (Dieux) Patrôoi et avec Auguste”. L’autel serait, en somme, dédié conjointement aux dieux des Mystères, aux dieux traditionnellement vénérés dans le culte civique et à l’empereur. L’association de l’empereur divinisé avec les Grands Dieux83 ne nous surprend pas ; S. F. R. Price a mis en évidence le fait que le culte impérial est habituellement incorporé au panthéon traditionnel par le truchement d’associations ou d’identifications aux dieux les plus anciens, c’est-à-dire les plus prestigieux84. Ainsi à Messène, l’empereur est vénéré dans l’Asclépieion (dès l’instauration du culte d’Auguste) ; il est associé aux Grands Dieux d’Andania et le culte impérial est peut-être pris en charge par les gérontes d’Artémis Oupésia.

  • 85 Grandjean 2003, 190-193 (catalogue), 217-221 (commentaire) et pl. 24 et 25. ardner, BMC Peloponnes (...)

47Les dieux du panthéon civique traditionnel ne sont pas pour autant négligés et son organisation paraît stable. Les monnaies frappées au type de Messènè au ier s. p. C. (peut-être sous Néron)85 le manifestent : la reine éponyme est représentée en Tychè (à la manière de la Fortune d’Antioche), couronnée de tours, portant un voile. Le type est associé à plusieurs revers : Zeus, Artémis, Asclépios. On retrouve ainsi le groupe des divinités qui nous sont apparues comme poliades : Zeus (Ithômate, toujours au même type), Déméter (représentée par la fondatrice du culte qui est aussi l’éponyme de la Messénie), Artémis (cause première des Guerres de Messénie), Asclépios (indigène et concurrent de Zeus). De même, les Mystères d’Andania sont attestés dans plusieurs témoignages (SEG, 43, 163 ; SEG, 11, 984 [fin du iie s. p. C.] : dédicace honorant Tib. Claudios Crispianos) : ils deviennent (au ier ou au iie s. p. C.) une filiale d’Éleusis. Cependant là encore, l’innovation introduite s’accompagne d’un retour à la tradition, puisque Pausanias, quelques décennies plus tard choisit de consacrer une grande part de son livre sur la Messénie à la “légende nationale” et donc à la légende de fondation des Mystères, dans leur version antérieure à l’influence d’Éleusis.

Conclusion

48À Messène, pas plus qu’à Athènes, la religion civique n’est une “coquille vide” aux époques hellénistique et impériale. Lorsque l’identité de la cité est menacée par l’État fédéral achaien ou l’empire romain, Messène revivifie des cultes pour des divinités réputées lui appartenir en propre, afin de refaire l’unité de la cité autour d’elles et de s’identifier elle-même au sein d’un ensemble plus large. Alors même qu’elle est une cité nouvelle, elle lutte pour le maintien de son identité civique avec une vigueur qu’on peut comparer à celle des cités qui ont un long passé prestigieux, Athènes, mais aussi plus proche d’elle, Sparte.

  • 86 Mikalson 1998.

49Le chemin emprunté par les Messéniens est donc parallèle à celui des Athéniens. J. D. Mikalson a montré que, durant toute la période, à chaque crise d’identité, les Athéniens retournaient à leurs cultes traditionnels en se référant à l’époque de Lycurgue (qui avait prétendu pour sa part restaurer la religion du ve s.)86. De même, à Messène, si l’identité civique est remise en cause par les bouleversements politiques, on y remédie par un retour aux cultes traditionnels, c’est-à-dire, aux rites et au panthéon instaurés au moment de la fondation de la cité. Ces dieux se présentent comme des divinités locales, Zeus de l’Ithôme, Déméter d’Andania, Asclépios, fils d’Arsinoè, Artémis Limnatis.

  • 87 Thémélis 2000, 47-48, fig. 40 p. 49.
  • 88 Thémélis 1998 ; ceshours 2006, 160-161.
  • 89 Thémélis 2000, fig. 10 p. 14.

50Ces divinités sont ancrées dans le territoire de Messène (Zeus est messénien, Asclépios appartient à la deuxième dynastie royale, Déméter fut apportée à Andania au moment de la création de la Messénie, les Messéniens possédaient en commun avec les Spartiates un sanctuaire d’Artémis sur leur frontière commune dans le Taygète). Elles ont assuré à un moment de la “légende nationale” la pérennité de la communauté messénienne. Elles possèdent des cultes antérieurs à la fondation de la cité (trouvailles géométriques dans le sanctuaire de Zeus87 ; dépôt d’offrandes dans le sanctuaire urbain de la déesse situé à l’ouest de l’Asclépieion qui en reçut sans interruption du viie s. au ier s a. C.88 ; existence d’un temple plus ancien à l’emplacement du temple d’Asclépios89).

51En somme, la religion civique permet de garder vivants les mythes de la “légende nationale” et de conserver à Messène son identité originale de cité fondée tardivement, à l’issue d’une longue lutte contre l’une des cités les plus puissantes du monde grec. On voit que, dans ce cas, la création d’ensembles politiques plus larges que les cités aboutit à un renforcement de la religion civique.

Fig. 1. Plan d’ensemble du site de Messène.
1. Porte d’Arcadie. 2. Porte de Laconie. 3. Mont Ithôme. 4. Mont Éva. 5. Sanctuaire de Zeus Ithômotos. 6. Ancien monastère de Vourkano. 7. Sanctuaire d’Artémis (au lieu-dit Spélouza). 8. Monastère de Vourkona. 9. Asclépéion. 10. Agora. 11. Fontaine Arsinoè. 12. Théâtre. 13. Stade. 14. Sanctuaire d’Aristomène. 15. Village actuel de Mavromati.

Fig. 2. Plaine de Stényclaros avec le Carneiasion.

Fig. 3. Plan de la ville basse de Messène.
1. Théâtre. 2. Fontaine Arsinoè. 3. Portique nord. 4. Agora. 5. Sanctuaire de Déméter et des Dioscures. 6. Asclépieion. 7. Hiérothésion. 8. Stade. 9. Hérôon. 10. Villa romane. 11. Sanctuaire d’Arsitomène. 12. Basilique.

Fig. 4. Plan de l’asclépieion de Messène.

Fig. 5. Plan du sanctuaire Ω-Ω de Messène.

Notes

1 Festugière 1972, 121-125 ; et plus récemment Green ([1990] 1997, 434-439) et Versnel ([1990], 189-205) cités par . Mikalson (1998, 313-318).

2 Cinq critères permettent de définir une divinité comme poliade : l’unité de la cité repose sur son culte qui est ouvert à tous ceux qui font partie de la cité ; cette divinité assure la sécurité de la cité ; le territoire de la cité appartient à la divinité ; les succès politiques dépendent du soutien de cette divinité (qui se manifeste éventuellement par une épiphanie) ; la divinité poliade représente la cité cole 1995, 299, n. 30 ; l’auteur reprend les critères établis par rackertz dans une thèse inédite (1976).

3 Grandjean 2003, 65 sq.

4 L’expression est empruntée à Ellinger 1993 ; Jacoby, FGH, III [1943] 1954, 142 ; Deshours 2006.

5 Torelli & Musti 1991, XII-XXVIIes deux sources citées par Pausanias, Rhianos de Bène et Myron de Priène (auteurs du iiie .C.) reposent vraisemblablement sur une source plus ancienne.

6 Aleshire 1994, 12 ; Parker 1996, 6-7 et 53.

7 Vernant 1979, 10.

8 Curaghi 2002.

9 Plat., Lg., 708 b-d : ἤδη δέ ποτε καὶ συνάπασα πόλις τινῶν ἔφυγεν, ἄρδην κρείττονι κρατηθεῖσα πολέμῳ (S’agit-il des Messéniens ?) ; Lyc., éocrate, 62 ; Diod. 15.66.1 ; crandjean 2003, 54-57.

10 Sourvinou-Inwood 1992, 336.

11 Curkheim [1912] 1998, 60.

12 Grandjean 2003, 63-65.

13 “Le hiéron de Zeus Lykaios, sur le Mont Lycée, prit dès le ve n caractère fédéral” (Jost 1985, 549).

14 ὁ ἐπὶ τῇ κορυφῇ τῆς Ἰθώμης τέμενος (Paus. 4.3.9). Cig. 1, p. 185.

15 Les Thébains avaient choisi le site de Messène justement au pied de l’Ithôme parce que ce massif exerçait une protection à la fois stratégique et symbolique liée à la présence de Zeus.

16 On peut supposer que la répétition de cet épisode est le signe que le récit de la “Première guerre” (comme celui de la “Deuxième”, également centré sur un épisode de siège) fut forgé à partir des circonstances de la “Révolte de 464” (ceshours 2006, 177-178). D’où nos guillemets.

17 Un oracle pythique “disait de laisser aller le suppliant de l’Ithôme”. Thc. 1.103.2 (tra. de Romilly).

18 Grandjean 2002, 551-555 et Grandjean 2003, 99-101.

19 Et non pas un vaste territoire, des magistratures, un gymnase, un théâtre, une agore qui fait une cité aussi, ce sont naturellement des frontières et des délégués pour la représenter dans l’assemblée fédérale – dit Pausanias (10.4.1) à propos de la minuscule cité phocidienne de Panopeus ; cole 1995, 295-296.

20 Ceshours 2006.

21 Sur Messènè : Deshours 1993 ; Thémélis 2000, 5-24.

22 IG, V. 1, 1390, l. 28-34 ; sur cette fonction des processions, colignac 1995, 59. Cig. 2, p. 186.

23 Deshours 2006, 206.

24 Au contraire de Tyrtée : ἀγαθὸν μὲν ἀροῦν, ἀγαθὸν δὲ φυτεύειν [fr. 4.3. Diehl].

25 Le sanctuaire d’Artémis Limnatis au lieu-dit Spélouza, identifié par l’Expédition scientifique de Morée (ce Bas 1888, 134-138, p. 7) est de nouveau fouillé par . Thémélis (1988, 72, fig. 15, pl. 57 a-b ; Thémélis 2004, 153-154) ; cig. 1, no 7, p. 185. Pour le sanctuaire d’Artémis Ortheia, cig. 3, no  6, p. 187 et fig. 4, p. 188.

26 Grandjean 2003, 67 (Thébains et Arcadiens), 68 (Philippe), 70 (Alexandre), 75 (Étoliens vers 260).

27 Graf 1990, 173.

28 Thrämer 1896, s.sklepios, 1645-1646 ; Paus. 10.32.12.

29 Thémélis 2000, 22-23. Cig. 4, p. 188.

30 Graf 1990, 168-178 (emplacement), 186-193 (portique d’incubation) ; contra Sineux 1997.

31 La date se déduit de celle de Damophon de Messène (Thémélis 1993, 34-40). L’identification du temple Z est controversée, mais pourquoi appeler Asclépieion un sanctuaire dont le temple central ne serait pas dédié à Asclépios ? Il faut revenir à cet argument simple tant que l’emplacement du temple de Messènè n’est pas fixour un plan des vestiges plus anciens, chémélis 2000, pl. 1.

32 Pausanias consacre une grande part de sa description de la Messénie à Messène, et de celle de Messène à l’Asclépieion (4.31.10-12) ; il le range dans la catégorie des θέας ἄξια (cabicht 1985, 22 et n. 88-90). Cig. 4, p. 188.

33 La découverte d’une dédicace à Hygie par . Orlandos (SEG, 23, 214 prêtresse d’Hygie) a mis fin à une erreur d’attributio’autres dédicaces furent découvertes, pour Asclépios, pour Hygie, pour Asclépios et Hygie (SEG, 38, 339 ca 220 a.C.) ; SEG, 23, 214 ; AEM 3084 (inédit) ; SEG, 45, 301 : iiie .C. ( ?).

34 Paus. 2.26.7 ; Parke-Wormell 1956, I, 344-345 ; II, no 276. Voir infra.

35 Seul son fils, Machaon (bien connu par l’Il., 11.596) est mentionné (Paus. 4.3.2).

36 Fustel de Coulanges [1864] 1984, 176-78.

37 Curty 1999, 181-183 ; Curty 1995, no 24 c (SEG, 12, 371) et p. 51 (commentaire) ; Rigsby 1996, no 15 (242 a.C.) et p. 128-129 (commentaire).

38 Sherwin-White 1978, 335-338 (origines de l’Asclépios de Cos), 336 (au moment de la construction de l’Asclépieion [entre 278 et 242], les Coens pensaient que leur Asclépios venait de Tricca [Hérondas 4.1]).

39 Grandjean 2003, 185-186 (série XII, émission h au nom de Nikarchos), 199. Je remercie C. Grandjean qui m’a fourni cet argument en faveur d’un intérêt des Messéniens pour Asclépios vers le début du iie s.

40 Marchetti 2001, 142-143.

41 Grandjean 2003, 79-80.

42 Torelli 1998, 478-480. L’auteur s’appuie essentiellement sur les dates attribuées à Damophon par . Thémélis : akmè entre 223 et 190 (Thémélis 1993 ; eiusd., 2000, 88-95).

43 Sur le sanctuaire fédéral : Str. 8.7.3 ; Aymard 1938, 277-293 (discussion sur la situation du sanctuaire : Aigion ou Hélikè).

44 Sur le culte de Zeus Homarios/Hamarios, cymard 1935 ; Osanna 1996, 204-209. Sur les monnaies au type du Zeus fédéral : Grandjean 1999, 140 et pl. 12, 1 et 7.

45 Grandjean 2003, 135-136 et pXVIII.

46 Vallet 1958, 71-80.

47 essina, 38 ; cobert 1973, 162 et n. 11 ; Manganaro 1996, 82-84 ; ubois, Bulpigr. 1997, 726.

48 Asclépios protège Sparte contre Philippe (péan d’Isyllos, IG, IV2. 1, 128, l. 57-59) ; il fait partie de l’expédition des Argonautes selon une tradition tardive (Hygin, fab. 14, Argonautae convocati).

49 Robert 1946, 131.

50 Graf 1990, 178-181 ; cig. 1 p. 185.

51 Scheer 2004, 289-291.

52 Paus. 3.26.4 ; 4.3.2.

53 Dans le catalogue des vaisseaux, (Il., 2.723), Machaon et Podaleirios, les fils d’Asclépios, conduisent le contingent de ces cité. Robert fait remonter le “problème thessalo-messénien” dans la mythologie à la gémellité de Nélée (ancien roi de Pylos) et de Pélias d’Iolchos (Robert 1946, 13).

54 Graf 1990, 174-175.

55 IG, V. 2, 1429 ; SEG, 41, 323. orizot crut pouvoir le reconnaître dans le petit temple S 7, situé à l’angle nord de l’Asclépieion (Morizot 1994). Cette hypothèse fut malheureusement affaiblie par la mise au jour d’une dédicace à Artémis Ortheia (SEG, 41, 365, l. 4 iiie .C.). Il faut peut-être le chercher entre l’Asclépieion et le temple de Zeus Sôtêr.

56 Fröhlich 1999, 235-240 ; Deshours 2004b, 136-139.

57 Pol. 2.37.10.

58 Thémélis 2002 [2005], 42-46.

59 Habicht 1998, 36-63.

60 τὸ ὄνομα εἶναι τῷ ὔδατι ἀπὸ τῶν Κουρήτων τῆς κλοπῆe rite exige que, chaque jour, de l’eau de cette source (qui se trouve au sommet de l’Ithôme) soit apportée au sanctuaire de Zeus (4.33.1). Des éléments du paysage sont personnalisés sous la forme de héros éponymes appartenant au passé mythique et mis en relation par la généalogie (Scheer 2004, 296).

61 Wilhelm 1914, 83-88 ; Kern 1938, 152-183 ; Nilsson 1988, GGR4, II, 82-88. Je prépare une étude sur ce sujet bien éclairé pour Athènes par . Mikalson (1998, 242-287).

62 Syll.3, 735 ; ceshours 1999 avec la bibliographie.

63 Deshours 2006, 84-87.

64 Deshours 2006, 1ère partie, chap. 2.

65 SEG, 45, 302 (dédicace à Polydeukès, c. 300 a.C.) ; Thémélis 1997 [1999], 91 et photo pl. 46b : Dioskovrwn (iiie .u plus tôt) ; cig. 5, p. 189.

66 IvO., 46 = IG, V. 1, 1429. Traité entre Mégalopolis, Thouria et Messène (date : 181-168) ; cymard 1938, 25-26 ; Thür-Taüber1994, no 31 avec la bibliographie ; Ager 1996, no 40.

67 Grandjean 2003, 104.

68 Il est localisé par almin (1930, 104).

69 Thémélis 2002, 42-46.

70 Paus. 4.31.1-2 ; Grandjean 2003, 248-249.

71 IG, V. 1, 1431 (78 p.C.) : délimitation de la frontière orientale de la Denthéliatide ; Grandjean 2003, 250.

72 SEG, 23, 205 et 207 ; SEG, 35, 343 ; Migeotte 1985, 597-607 ; 604 (“… l’introduction du culte impérial à Messène ne se fit pas dès la prise du titre d’Augustus par le nouveau prince, en 27, ni même peu après 21. Notre document daterait dès lors au plus tôt des années 15 ou 10 a.t au plus tard de 14 p.C.”) ; eiusd. 1997, 54.

73 Price 1984, 235 sq.

74 SEG, 23, 206 l. 7 : Décret honorifique pour Puornelius Scipion, bienfaiteur du culte impérial, daté de la charge de secrétaire des synèdres de Philoxénidas (père de Mnasistratos c) ; SEG, 41, 328, l. 34-35.

75 SEG, 41, 328, l. 34-35 ; cf. SEG, 42, 344. Il doit s’agir du culte d’Auguste et non de celui de Tibère.

76 Pausanias (4.32.2-3) mentionne un culte héroïque pour Saithidas qu’il considère comme un ascendant d’un autre Saithidas, contemporain du Périégètur cette famille, crafat 1996, 194-195.

77 Notamment IG, V. 1, 1451 et 1455.

78 Cig. 4, pièce K, p. 188.

79 Knöpfler & Étienne 1976, 258-259.

80 Deshours 2004a, 123.

81 L’identité des Dieux Patrôoi reste peu claire car l’épiclèse n’est pas autrement connue à Messèn’hypothèse d’un Apollon Patrôos paraît peu probable en dehors du contexte (ionien) des Apatouriel est possible que πατρῶ(ι)οι équivale simplement à πάτριος (cf. Ilberg 1902-1909, 1717) : l’autel serait alors conjointement dédié aux Dieux des Mystères, aux dieux objets d’un culte civique traditionnel et à l’Empereur.

82 SEG, 43, 163 ; cf. SEG, 44, 376. Pour une autre restitution reposant sur la première édition du texte ; coet-van Cauwenberghe 1999, 177-179.

83 Les Grands Dieux Carneiens sont, en fait, les Dioscures : ceshours 2006, 207-210, 218-219 ; contra Robertson 1988, 252 ; Hoet-van Cauwenberghe 1999, ibid.

84 Price 1984, 146-156.

85 Grandjean 2003, 190-193 (catalogue), 217-221 (commentaire) et pl. 24 et 25. ardner, BMC Peloponnesus, 1893, 43-44, 112.

86 Mikalson 1998.

87 Thémélis 2000, 47-48, fig. 40 p. 49.

88 Thémélis 1998 ; ceshours 2006, 160-161.

89 Thémélis 2000, fig. 10 p. 14.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan d’ensemble du site de Messène.1. Porte d’Arcadie. 2. Porte de Laconie. 3. Mont Ithôme. 4. Mont Éva. 5. Sanctuaire de Zeus Ithômotos. 6. Ancien monastère de Vourkano. 7. Sanctuaire d’Artémis (au lieu-dit Spélouza). 8. Monastère de Vourkona. 9. Asclépéion. 10. Agora. 11. Fontaine Arsinoè. 12. Théâtre. 13. Stade. 14. Sanctuaire d’Aristomène. 15. Village actuel de Mavromati.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1410/img-1.jpg
Fichier image/, 324k
Légende Fig. 2. Plaine de Stényclaros avec le Carneiasion.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1410/img-2.jpg
Fichier image/, 351k
Légende Fig. 3. Plan de la ville basse de Messène.1. Théâtre. 2. Fontaine Arsinoè. 3. Portique nord. 4. Agora. 5. Sanctuaire de Déméter et des Dioscures. 6. Asclépieion. 7. Hiérothésion. 8. Stade. 9. Hérôon. 10. Villa romane. 11. Sanctuaire d’Arsitomène. 12. Basilique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1410/img-3.jpg
Fichier image/, 126k
Légende Fig. 4. Plan de l’asclépieion de Messène.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1410/img-4.jpg
Fichier image/, 246k
Légende Fig. 5. Plan du sanctuaire Ω-Ω de Messène.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1410/img-5.jpg
Fichier image/, 372k

Auteur

Université de Lille III

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540