Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

Première partie. Du Péloponnèse “macédonien” à la province d’Achaïe

Les princesses de la famille impériale et le Péloponnèse sous les Julio-Claudiens1

Christine Hoët-van Cauwenberghe

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Catherine Grandjean pour son invitation et son accueil et ceux qui, par leurs (...)
  • 2 En effet, il n’est pas question qu’un imperium soit attribué à une femme, même si Fulvie, l’épouse (...)
  • 3 D.C. 49.38.1. Voir Temporini-Gräfin Vitzthum 2002, 30-48.
  • 4 Notre étude aura pour principal centre d’intérêt le Péloponnèse, toutefois, afin d’avoir une persp (...)

1Avec Auguste naît ce que nous appelons l’Empire et, avec lui, apparaît la première impératrice, son épouse Livie. Si le terme imperator ne désigne plus seulement le général victorieux, mais désormais le chef d’un nouveau régime, celui d’impératrice n’existe pas en propre. Nous appelons par commodité “impératrice” l’épouse de l’empereur2. En réalité, ces femmes au premier plan de la scène politique, membres de la famille impériale, ne peuvent avoir le pouvoir suprême, mais vont recevoir un certain nombre de privilèges et des hommages. En ce qui concerne Livie, elle reçut en même temps que sa belle-sœur, Octavie, la possibilité d’administrer ses biens sans tuteur et de jouir de la sécurité ainsi que de l’inviolabilité des tribuns de la plèbe, comme nous le rapporte Dion Cassius3. C’est le début de l’influence des impératrices et des femmes de la famille impériale dans l’Histoire romaine, sans que ce soit le début des femmes de pouvoir ; d’autres avant elles ont eu une aura puissante. En Grèce romaine, ces femmes sont perçues à la fois en fonction de la position qu’elles occupent sur le nouvel échiquier politique romain, mais aussi, selon les liens sociaux et les mentalités héritées des traditions antérieures, républicaines et hellénistiques4. Nous allons évoquer ici les impératrices et princesses Julio-claudiennes, célèbres et unies dans une dynastie parfois bien divisée, et la façon dont elles furent honorées dans le Péloponnèse.

Les femmes de la famille impériale et les liens de clientèle en Achaïe romaine : l’action prépondérante des Claudii et de Livie

  • 5 Voir Albertini 1904 ; Harmand 1957, surtout p. 171 sq. ; Rawson 1973, 219-239 et Rawson 1977 ; Tou (...)
  • 6 Voir Deniaux 1993.
  • 7 Différentes versions existent de cet épisode, par exemple, chez Liv. 38.50-60, le récit concernant (...)

2Dès l’époque républicaine, les Claudii, cette famille patricienne dont l’influence augmenta dans la dernière phase de la République, ont développé des liens avec la Grèce. Ces relations nées d’intérêts économiques et sociaux leur ont permis d’acquérir une clientèle importante en Orient5. Les mécanismes sociaux enclenchés alors sont fort bien décrits par Cicéron qui les fit fonctionner pour son propre compte6. La propagande impériale d’époque augustéenne mit d’ailleurs en lumière l’étroite connexion des Claudii avec l’Orient avec l’objectif de contrer l’influence développée par Antoine dans ces provinces orientales. Les récits des exploits de la famille viennent ainsi appuyer la construction idéologique de la dynastie se mettant en place. Dans ce contexte, Ovide se fait le chantre d’une partie de ces nouveaux “mythes” : sous son calame, on trouve ainsi le portrait d’une femme, une forte personnalité, apparaissant lors de la seconde guerre punique de façon providentielle pour sauver Rome et sont présentés les exploits de Claudia Quinta7. Cette dernière intervient en 204 a.C., lors de l’arrivée de la pierre noire représentant Cybèle, après que les Romains aient négocié la venue de la déesse avec le royaume de Pergame. Faisant partie des matrones venues accueillir la Grande Mère débarquant à Rome pour protéger la Ville du danger que représentait alors Hannibal, elle est revêtue d’un rôle salvateur envers Cybèle. Cet épisode appartient à une forme de réécriture de l’Histoire, mais il n’en reste pas moins que les Claudii ont effectivement bâti une bonne partie de leur réseau de clientèle en milieu hellénophone, en Asie Mineure, en Grèce et, bien entendu, dans le Péloponnèse.

  • 8 Biographies et portraits de Livie : Perhouning 1995 ; Bartman 1999 ; Barrett 2002 (sur le nom de L (...)
  • 9 D.C. 54.7.2 ; Suet., Tib., 6.
  • 10 PIR2, L, 301.

3La première femme de la future famille impériale à avoir bénéficié directement de ces réseaux est Livia Drusilla : Livie8. Ayant épousé un membre de la famille des Claudii, Tiberius Claudius Nero, elle profita de la protection des clients de son époux quand, lors de la guerre de Pérouse en 40 a.C., elle put trouver refuge à Sparte9. Elle-même était de sang claudien puisque son père, un Claudius, avait été adopté par un Livius et son premier époux était également son cousin10. Lors de cet épisode, son fils, Tibère, était encore petit enfant (né le 16 novembre 42) et son époux, étant passé par la Sicile, avait activé les liens de patronage que sa famille avait tissés entre autres avec les Spartiates : l’accueil qu’ils reçurent à Sparte fut chaleureux et Livie ne l’oublia jamais. Ceci marqua le début d’une longue amitié entre les Julio-Claudiens et les Spartiates. Quand ensuite, Livie épousa le futur Auguste le 17 janvier 38 a.C. et mit au monde peu de temps après Drusus (avril 38), second fils de son premier mariage, elle ne manqua pas de cultiver sur le long terme cette amitié, et ses fils, Tibère et Drusus, également.

  • 11 SEG, 24, 212 ; AE 1971, 439 ; Bartman 1999, 199 no 1 ; voir Clinton 1989 ; Wood 2000, 79-80 ; Kaja (...)
  • 12 D.C. 54.7.2.
  • 13 Voir Bowersock 1961 ; Lindsay 1992. Si Euryclès était devenu l’amicus d’Auguste, ses opposants, le (...)
  • 14 Voir Bowersock 1961, 116 ; Bowersock 1965, 176-178.

4La présence de Livie en Grèce joua d’ailleurs de façon très importante dans les relations bilatérales avec la Grèce. On ne sait si elle accompagna Auguste à Athènes dès sa victoire en 31 a.C., ni si elle se fit initier avec son époux aux mystères d’Éleusis comme l’inscription d’une base de statue qui lui fut élevée dans ce sanctuaire pourrait le laisser croire11. Mais Dion Cassius nous renseigne sur le fait que Livie fut bien présente lors du second voyage d’Auguste vers l’Orient12. Il est donc certain qu’elle visita Athènes en 19 a.C. alors que son impérial époux souhaitait parfaire son initiation dans le sanctuaire d’Éleusis. Elle avait auparavant pu profiter une nouvelle fois de l’hospitalité des Spartiates, puisque tous deux séjournèrent en 21 a.C. Le couple fut reçu par Euryclès qui avait mis ses vaisseaux au service d’Octavien quand tout l’Orient ou presque s’était placé derrière Antoine. Cet exploit avait valu à Euryclès l’amitié d’Octavien et bientôt la reconnaissance de l’empereur13. Mais si, comme le suggère Glen Bowersock, lors des recherches d’Auguste pour se trouver un successeur, Euryclès prit le parti de Tibère lors de son exil volontaire à Rhodes, face aux deux petits-fils de l’empereur, adoptés par ce dernier, Caius et Lucius César, n’y eut-il pas là un sujet de discorde ?14 G. Bowersock considère que le bannissement d’Euryclès entre 7 et 2 a.C. aurait eu en partie pour racine cette affaire de succession impériale. On peut alors se demander si son retour en grâce a été plaidé par Livie ou par Tibère…

  • 15 SEG, 11, 922.
  • 16 SEG, 11, 923 (Bartman 1999, 207, EC 52). Il y a une autre princesse, Flavia Domitilla qui est auss (...)
  • 17 Le don de l’île de Cythère que l’empereur fit alors aux Lacédémoniens est le fruit de la reconnais (...)
  • 18 En effet, Euryclès n’avait pas su constamment garder la mesure dans l’exercice de son pouvoir et f (...)

5L’implication personnelle de Livie dans les bonnes relations avec Sparte est évidente : les traces épigraphiques l’attestent. Les habitants de Gythéion, port de Sparte, lui offrirent une statue et la qualifièrent sur la base de celle-ci d’ἐπιφανεστάτη θεὰ15. Ce qualificatif révèle à la fois la présence réelle de l’impératrice, peut-être à deux reprises sur place, mais aussi son intervention considérée comme un acte divin à la fois politique et religieux. De ce fait, sa participation effective dans la nouvelle donne politique au sein de la partie méridionale du Péloponnèse lui valut d’être considérée en 15 p.C. comme la Tyche (Fortune) de Gythéion et de la ligue des Éleuthérolaconiens16. Aux pouvoirs considérables d’Euryclès, devenu citoyen romain sous le nom de C. Iulius Euryclès, client et ami d’Auguste, et en réalité potentat en Laconie, poursuivi, banni, rentré en grâce, Auguste avait voulu donner en contrepartie une certaine autonomie à ces peuples de Laconie sans doute encouragé en cela par Livie et son fils17. Elle devait être soucieuse de rétablir un équilibre dans les jeux politiques locaux menacés par la stasis, volontairement activée par Euryclès et son insatiable avidité18.

  • 19 IG, IV, 1393 (Bartman 1999, 200, EC 10) : ά πόλις τῶν / Ἐπιδαυρίων / Λιβίαν Καίσα-/ρος Σεβαστού / (...)
  • 20 Tibère à Olympie : IνO, 370 ; 371 ; à Épidaure : IG, IV, 1396 = IG, IV2, 597 ; Drusus à à Épidaure (...)

6Il n’est pas davantage étonnant de trouver, dans le sanctuaire d’Épidaure, au moins deux occurrences d’hommages rendus à Livie en sa qualité d’épouse d’Auguste19, car là aussi, les relations entretenues par les Claudii furent très étroites. D’ailleurs, ce n’est pas non plus un hasard si Tibère, Drusus et Euryclès s’y retrouvent tous trois honorés de statues en vertu de leur position reconnue de patrons et d’évergètes ; Tibère étant aussi reconnu avec cette qualité dans un autre grand sanctuaire panhellénique grec, celui d’Olympie20.

  • 21 Rizakis et al. 2004, Laconie 509.
  • 22 Corinth, 8.2.67. L’identification de ce Laco pose encore des problèmes. Certains refusent d’identi (...)
  • 23 Voir Spawforth 1994 et 1995.
  • 24 Muson., Stob, Floril., 40.9.
  • 25 L’oligarque, membre de cette famille qui accéda au Sénat, est C. Iulius Eurycles Herculanus L. Vib (...)

7Le réseau constitué par les impératrices et les princesses, s’appuyant sur ces liens de clientèle, sur leur position proche du pouvoir ainsi que sur leur fortune, leur ouvre la perspective de former un groupe de pression important à Rome. Elles peuvent disposer du soutien de collaborateurs haut placés dans les affaires de l’État (sénateurs, chevaliers, en poste à Rome ou dans les provinces), prêts à appuyer leurs menées politiques. Toutefois, le cas échéant, ces partisans peuvent tomber avec elles en disgrâce. À nouveau, nous trouvons un membre de la famille des Euryclides impliqué dans ce type de combinaison politique. Il s’agit d’un des descendants d’Euryclès, C. Iulius Spartiaticus. Membre de l’ordre équestre, ce Spartiate d’origine, est connu pour avoir été procurateur des anciens biens de sa famille21. Nous percevons l’évolution politique des relations entre Rome et les potentats locaux, puis l’intégration de ceux-ci au système impérial, mais ce n’est pas ce qui nous retiendra ici, c’est la formulation qui retient l’attention dans cette inscription de Corinthe : il était “procurateur de César et d’Agrippine Auguste”22. Ce très riche personnage avait probablement soutenu le parti d’Agrippine la Jeune, espérant sans doute conforter sa position prédominante en Laconie, multipliant ses œuvres évergétiques dans toute l’Achaïe romaine et participant activement à l’élaboration du culte impérial provincial à Corinthe23. En revanche, Néron se montrait plus favorable à l’égard des Messéniens que des Spartiates. L’ambition effrénée de Spartiaticus ne plut sans doute pas à l’empereur et quand Néron se fut débarrassé de son encombrante mère, Spartiaticus tomba à son tour et fut banni de Sparte24. Cette cité ainsi libérée de la tutelle des Euryclides, Néron avait là le prétexte rêvé pour faire évoluer la situation administrative de cette partie de l’Empire en supprimant ce protectorat euryclide, mais certes pas l’influence de cette famille, que nous retrouvons ensuite au iie siècle tout à fait active, et désormais entrée dans le Sénat...25

  • 26 Sur Statilia Messalina, l’arrière-arrière-petite-fille de Statilius Taurus, cos 37 a.C., fille de (...)
  • 27 IG, IV, 1402 ; IG, IV2, 604. Cette base de statue est un peu endommagée et la lecture est incomplè (...)
  • 28 Voir Hoët-van Cauwenberghe 2003, 266-267.
  • 29 Suet., Otho, 10 ; Bauman 1992, 209.
  • 30 Voir la thèse à paraître de Maria Kantirea.
  • 31 Partie de la pierre consacrée à Agrippine la Jeune : IG, IV, 1395 ; IG, IV2, 603 et notre proposit (...)
  • 32 PIR, S, 618. Voir Spawforth 1985, 249-258. La naturalisation eut lieu, selon lui, sous le gouverne (...)

8Soulignons qu’il y a peut-être une autre impératrice ayant honoré les Grecs de sa présence au ier siècle p.C. : Statilia Messalina, la troisième et dernière épouse de Néron26. Hélas pour nous, les sources littéraires ne donnent aucune indication ni positive ni négative sur ce déplacement. Elle épousa Néron au milieu de l’année 66 et ce dernier se mit en route pour la Grèce peu de temps après ; il serait donc logique de croire qu’elle accompagna son époux. Le nom de cette impératrice a laissé des traces en Achaïe : d’abord à Épidaure, où l’on trouve une base de statue l’honorant27 ; ensuite, le décret béotien de la cité d’Acraiphia a sans doute aussi porté son nom étroitement associé à celui de son époux, mais là nous ne pouvons que le restituer car la pierre a souffert de l’érasure résultant de la damnatio memoriae (nous y reviendrons plus loin)28. Elle survécut à la mort de Néron, puisque l’empereur Othon voulut ensuite l’épouser en 69 et lui légua ses biens29. Les affres de la guerre civile ne nous permettent pas de connaître le poids réel qui fut le sien en Grèce ; cependant, s’il s’agit bien de son nom, elle porte dans ce décret l’épithète divine de thea et elle est honorée en même temps que son époux qui est présenté en Zeus Eleutherios30. La statue érigée dans le sanctuaire d’Épidaure fut sans doute réalisée dans la hâte, car les habitants d’Épidaure espéraient la venue dans leurs murs de Néron et peut-être de son épouse. Pour ce faire, il réutilisèrent une partie de la base qui avait servi pour un ensemble plus grand consacré à Agrippine et à Claude pour faire un hommage à Statilia Messalina associée alors sans aucun doute à Néron31. Ce type de réutilisation était fréquent, trop selon Dion Chrysostome et d’autres auteurs qui dénonçaient ces économies faciles, mais ici, elle avait été rendue possible par la condamnation de la mémoire d’Agrippine et le démantèlement du monument. Ce cas illustre aussi très bien l’influence encore très grande des réseaux de clientèle, car, comme l’a montré A. Spawforth, la femme qui fait la dédicace, Statilia Thimosthenis, et ses parents étaient entrés dans la clientèle d’une famille influente de Rome, les Statilii ; et ce fut sans doute T. Statilius Taurus, le consul de 44, qui fut à l’origine de l’intégration de cette famille grecque à la citoyenneté romaine32. La dédicace était peut-être l’hommage d’une cliente à la fille de celui qui avait intercédé en leur faveur pour l’obtention de la citoyenneté romaine.

Les honneurs rendus aux femmes de la famille des julio-claudiens

  • 33 Le patronage de cités grecques, les actions évergétiques, les implications personnelles, telle la (...)
  • 34 Voir Cogitore 2000, 237-266.
  • 35 Cette notion de domus, oikos, appliquée à l’empereur Auguste, dans les inscriptions grecques, appa (...)
  • 36 Hanson & Johnson 1946, 389-400 ; Rose 1997, 136-161 no 66-97 ; Kantirea 2001, 51-60.

9Comme nous venons de le voir, les princes julio-claudiens bénéficièrent des relations personnelles de patronage et d’amitié nouées avec les cités et les notables grecs : la continuité entre l’époque républicaine et l’Empire apparaît donc nettement33. Il en résulte également que l’on trouve de nombreuses traces et un grand nombre d’hommages à la famille impériale des Julio-claudiens en Grèce. Dans ce cadre, les femmes de la famille impériale sont étroitement associées à leur mari, à leur père, à leur fils... ; et le lien de parenté est d’ailleurs souvent précisé dans le texte des inscriptions34. La propagande impériale a progressivement imposé une image cohérente de la famille dirigeante afin de mettre en place la politique dynastique. Dès le règne d’Auguste, c’était d’autant plus important que la fiction républicaine devait être contrebalancée pour que la continuité de l’œuvre augustéenne perdure. De ce fait, les marques d’honneurs, statues, autels ou monuments, à chacun des membres de la Domus Augusta furent particulièrement appréciées par le pouvoir en place35. Les bases doubles ou triples se multiplièrent à Rome et dans les provinces comme autant de signes de loyauté envers la famille impériale, envers le pouvoir politique en place36.

  • 37 Tiberio / Caesari // Ant[oniae] / Augu[stae] // genti Augustae : Corinth, 8.2.17 ; AE, 1922, 1 ; g (...)
  • 38 Suet., Calig., 15 ; D.C. 59.3. Sur l’influence des femmes de la famille impériale sur Caligula, vo (...)
  • 39 Tac., Ann., 2.84 ; 4.15. Tiberius Gemellus est l’un des jumeaux survivant de Drusus II et de Livil (...)
  • 40 Il pourrait y avoir, selon Kokkinos 1992, 42, 88-89, 92-93, une autre occurrence celle d’une épigr (...)
  • 41 CIL, VI, 2028 = Scheid 1998, no 12.
  • 42 Kokkinos 1992, 46 (F6) et n. 35.
  • 43 Corbier 1994, 63-84 ; Corbier 1995.
  • 44 Cagnat 1913 ; Smadja 1980.
  • 45 La population de Corinthe, colonie césarienne, fut composée de colons venant d’Italie, des affranc (...)
  • 46 Coronè : IG, V. 1, 1394. Notons que Germanicus a aussi sa statue à Asinè : IG, V. 1, 1411. Il est (...)

10Il est assez normal de trouver ces bases d’abord dans les colonies où se reflètent directement les effets de la politique impériale : ainsi, à Corinthe, ce type de base est fréquent. Nous prendrons un exemple : celui où l’on trouve la statue de Tiberius Gemellus et celle d’Antonia Augusta37. Cette base supportant deux statues fut sans doute gravée en mars/avril 37 et, selon les auteurs anciens, Antonia reçut effectivement le titre d’Augusta. Elle fut la première du règne de Caligula à l’obtenir, car ce dernier, très attaché à sa grand-mère, le lui avait fait octroyer par le Sénat38. Tiberius Gemellus, fils de Drusus II et de Livilla, cousin du prince et petit-fils de Tibère, fut adopté au tout début du règne de Caligula mais éliminé avant la fin de l’année39. Notons que nous n’avons qu’une attestation épigraphique provinciale pour Antonia de ce titre, précisément à Corinthe40. Antonia mourut, selon les Fastes d’Ostie, le 1er mai 38 et sa mémoire est bien attestée dans les Actes des Frères Arvales en qualité d’Augusta41. Des monnaies corinthiennes confirment aussi ce titre42. L’inscription de la colonie de Corinthe est remarquable dans le sens où l’hommage est rendu à deux membres de la “gens Augusta”. On attend bien sûr normalement la mention de la domus Augusta comme dans la tabula Siarensis43 ou celle de la gens Iulia, comme c’est d’ailleurs le cas sur les monnaies de Corinthe représentant un temple dédié à la gens Iulia (nous reviendrons sur les aspects religieux un peu plus loin). Le seul parallèle recensé jusqu’à présent est celui que l’on connaît à Carthage sur l’autel augustéen44. Antonia était du sang d’Auguste, mais aussi de celui d’Antoine ; elle avait reçu en héritage une bonne partie de la fortune de Marc Antoine. Ces hommages rendus, alors que l’on sait qu’Antonia ne les rechercha pas, montrent que les citoyens de Corinthe voyaient à travers elle la possibilité d’honorer d’emblée le nouvel empereur Caligula, et la continuité dynastique. Mais ils peuvent aussi confirmer en quelque sorte la volonté de voir en eux la réconciliation entre les aspirations orientales d’un Marc Antoine et les aspirations plus latines d’un Octavien-Auguste45. Les habitants du Péloponnèse répondirent assez favorablement à l’empereur Caligula et à sa propagande politique qui consistait entre autres à mettre en exergue les femmes de sa famille : sa grand-mère, comme nous venons de le voir, sa mère, Agrippine l’Ancienne honorée en Messénie46, et sa sœur Drusilla, qui eut sa prêtresse à Épidaure.

  • 47 Voir Hoët-van Cauwenberghe 1999.
  • 48 IG, IV2, 602 (daté entre 49 et 54).
  • 49 C’est l’exemple de remploi évoqué plus haut. Le monument devait sans doute être réduit de moitié c (...)

11Soulignons également que ce type d’hommage groupé est à l’honneur aussi dans les cités grecques à caractère panhellénique, voire international, comme Épidaure ; ou dans les cités qui souhaitent attirer sur elles le regard de Rome, du pouvoir central, afin de consolider les bonnes relations avec l’empereur régnant. Prenons l’exemple d’Épidaure où une statue élevée à Drusilla, sœur de Caligula, devait se trouver sur une base double, l’autre statue étant sans aucun doute celle de son frère Caligula47. À Épidaure, ce type de groupe statuaire est également attesté dès le règne d’Auguste, puis avec Claude et Agrippine qui y furent honorés d’un monument de grande taille48, tandis que celui qui avait été dédié à Néron et Messaline devait être plus modeste au regard du bloc restant de la base de la statue d’Agrippine49. Cependant, les destructions liées à la damnatio memoriae d’Agrippine et de Néron ont sans doute conduit à la disparition d’autres monuments, car de nombreux blocs portent des traces de martelage que l’on ne doit pas systématiquement attribuer à un remploi.

Honneurs divins, damnation de la mémoire : d’un extrême à l’autre

  • 50 Voir Cogitore 2000, 252 ; Lafond 2006, 296-315.
  • 51 Amandry 1988, 59-66 et 168-169.
  • 52 Corinth, 8.3.55 ; Bartman 1999, 210-211, EC 72 : Corinth, 8.3.55 : [Diu]ae Aug[ustae au]ae / [Ti. (...)
  • 53 Suet., Claud., 11.2 ; D.C. 60.5 ; Sénèque, Apocol., 9 ; Voir Grether, 245 sq. La divinisation fut (...)
  • 54 Corinth, 8.1.19 ; AE, 1920, 1 (Hahn 1994, 323 no 11) ; Corinth, 8.3.153 (Hahn 1994, 326 no 52). La (...)
  • 55 Notons d’ailleurs que dans une autre colonie romaine en zone hellénophone, celle d’Antioche de Pis (...)
  • 56 Comme le laisse à penser l’inscription (Corinth, 8.3.55) citée plus haut.

12Si Livie est la femme qui fut comblée du plus grand nombre d’hommages, elle bénéficia aussi en Grèce d’honneurs cultuels de son vivant, en particulier après la mort de son époux50. En effet, du vivant d’Auguste, elle ne reçut pas de titre distinctif, Auguste s’y étant opposé, préférant qu’elle apparaisse aux yeux de tous dans le rôle effacé d’une bonne matrone romaine. Elle ne devint Augusta qu’après la mort de son époux et son rôle religieux fut renforcé par la part qu’elle prit au service de culte de son divin époux. En Grèce, les signes d’attachement des habitants à l’épouse d’Auguste et à la mère de Tibère furent nombreux. Elle est la princesse qui cumula le plus d’honneurs dans le temps : d’Auguste à Galba, sur près d’un siècle, son image fut valorisée et utilisée de façon très différente. Les événements de sa vie furent suivis avec attention et les échos de ceux-ci se retrouvent en priorité dans la capitale de la province c’est-à-dire dans la colonie romaine de Corinthe. Ainsi, quand on annonce son rétablissement après une maladie jugée grave, la colonie fête sa guérison en émettant des monnaies au type de Salus Augusta et de Pietas Augusta, donnant à ces abstractions divinisées le visage de la convalescente51. Puis, sous le règne de Claude, elle est saluée en sa qualité de diua Augusta, grand-mère de l’empereur52. N’oublions pas que c’est précisément lui qui fit décider l’apothéose de cette impératrice l’organisation d’un culte en 4253. Aussi, faut-il considérer que la capitale de l’Achaïe a devancé cet acte officiel, car l’inscription agonistique datant du milieu des années vingt de notre ère mentionne un concours de poèmes à la diua Iulia Aug(usta)54 ? En réalité, on peut considérer que dans un cadre grec, celui des concours, les colons, dont beaucoup étaient des affranchis d’origine grecque, ont tout simplement opté pour une traduction de la notion grecque de θεὰ (laquelle s’applique alors à l’impératrice vivante ou défunte) en diua, sans qu’il soit nécessaire de conclure qu’il s’agissait de la version latine55. La preuve en est que la première inscription dans l’ordre chronologique est en grec et porte le mot thea, la seconde en latin et mentionne, comme nous venons de le dire, diua. En outre, l’impératrice devait avoir à ce moment-là près de 80 ans, elle mourra quelques années plus tard en 29, ce type d’hommage ne risquait plus de lui tourner la tête et elle était parfaitement bien au courant des pratiques religieuses grecques. En revanche, cela pouvait la flatter, et en même temps cela marquait leur reconnaissance envers l’impératrice, le divin Auguste et Tibère, son fils. Elle apparaît ainsi nettement comme l’élément-clef assurant la continuité dynastique. Il faut en outre tenir compte du fait que ces hommages à caractère religieux pour Livie n’apparaissent dans le Péloponnèse qu’après la mort d’Auguste ; et qu’elle joue désormais un rôle déterminant dans le culte de son divin époux. Par la suite, on lui éleva sans doute aussi à Corinthe un temple, quand son apothéose fut devenue officielle56. Et c’est finalement à Rome que la reconnaissance divine officielle fut la plus longue à venir, Drusilla, sœur de Caligula, ayant eu cet honneur avant elle. De leur côté, les autres princesses julio-claudiennes furent bien volontiers associées aux marques de loyauté des populations d’Achaïe, où elles furent assez populaires.

  • 57 Livie est théa peu après la mort d’Auguste, à Gythéion : SEG, 11, 925 ; à Messène : SEG, 38, 340 ; (...)
  • 58 Livilla est peut-être la Vénus de Drusus à Gythéion : SEG, 11, 923 ; AE, 1929, 100, ligne 11, car (...)
  • 59 SEG, 11, 923 ; AE, 1929, 99 (Hahn 1994, 331 no 87) ; SEG, 11, 925 (Hahn 1994, 331 no 89).
  • 60 L’ensemble des attestations a été relevé par Trummer 1980 et Hahn 1994.

13Ces honneurs divins ont été rendus aux membres féminins de la famille impériale sous différentes formes. Ces femmes furent vénérées comme des déesses de leur vivant57 ou, plus fréquemment, elles furent assimilées à des divinités diverses en fonction de critères variables selon les événements, l’influence de la propagande impériale et le choix des cités58. Ainsi, comme nous l’avons vu, l’étroite connexion de Livie avec la Laconie se traduit par une assimilation de celle-ci à la Tyche de Gythéion et de l’ethnos des Éleuthérolaconiens59. Des prêtres et des prêtresses s’occupent de ces cultes qui s’organisent autour d’autels, de statues, de temples, dont la variété est aussi très prononcée60.

  • 61 Paus. 2.3.1. Octavie avait laissé une forte impression en Grèce, en particulier à Athènes, où elle (...)
  • 62 Wiseman 1979.
  • 63 Williams 1989 ; Walbank 1989.
  • 64 À Tégée, en Arcadie, un autel était consacré à Livie : IG, V. 2, 301.
  • 65 Voir la thèse à paraître de M. Kantirea. Prenons l’exemple à Rhamnonte en Attique du temple de Ném (...)

14Parmi les réalisations les plus impressionnantes et aussi les plus coûteuses, Pausanias cite pour Corinthe un temple d’Octavie61. Ce monument reste difficile à identifier parmi les ruines de la ville. Plusieurs hypothèses ont été émises si bien que J. Wiseman a dressé le tableau des différentes possibilités d’identification62. Certains considèrent qu’il est peut-être devenu le temple du culte impérial et pourrait être identifié au temple E (C. K. Williams), d’autres préfèrent l’assimiler au Capitole (Walbank)…63. Toutes les cités ne se sont pas dotées d’un temple du culte impérial, ce qui devait être fonction de leur finances ; plus modestement, un autel pouvait suffire aux rituels à accomplir64. Comme le souligne Maria Kantirea, sous l’Empire, de nombreux temples ont subi une modification dans leur utilisation : l’association d’un empereur ou d’une impératrice à une divinité déjà existante permettait de faire entrer dans le temple le souverain en question et ce à moindre frais, puisqu’il suffisait de procéder à une nouvelle consécration après d’éventuels travaux de restauration65. L’autre aspect caractérisant de telles pratiques est de permettre également d’associer étroitement les souverains romains et leur famille aux traditions religieuses locales. Les élites, en tant qu’artisans de ces constructions politico-religieuses, contribuaient en réalité à l’intégration de leur cité au système idéologique et religieux de l’Empire tout en renforçant leur position socio-politique locale.

  • 66 IG, V. 2, 515b, 28, 29, 31.
  • 67 Voir la bibliographie antérieure dans l’article de Veyne 1962, 53 et n. 3 ; Kantirea 2001, 52-53.
  • 68 Ce mariage fut comblé par la naissance de nombreux enfants dont des jumeaux en 19, qui apparaissen (...)
  • 69 La plus grande partie du décret fut publiée en IG, V. 1, 1448 ; mais des fragments supplémentaires (...)

15Comme pour les hommages, les honneurs cultuels rendus aux dames de la domus Augusta sont souvent associés à d’autres membres de la famille et apparaissent rarement isolément, puisque la logique en est essentiellement dynastique. Livie est bien sûr associée à Auguste : ainsi à Mégalopolis et à Lycosoura, νάος τῶν Σεβαστῶν un accueille le couple impérial66. De même, si comme l’inscription de Gythéion le suggère, Livie accepta les honneurs que Tibère refusa, elle est mise en valeur lors de l’exposition des images dans le théâtre aux côtés de son époux divinisé et avant son fils. L’aspect dynastique est alors privilégié. En revanche, dans le cadre strictement cultuel des journées consacrées aux concours, Livie apparaît en troisième position, après son fils, dans une logique plus politique, puisque étant femme, elle ne gouverne pas. Les Gythéates et tous les Éleuthérolaconiens passent donc outre la volonté de Tibère, et lui rendent un hommage à caractère religieux, mais assurément politique, que l’empereur ne peut qu’accepter au moins tacitement. Ils assimilent alors Livie à la Tyche (Fortune) de Gythéion et des Éleuthérolaconiens et consacrent le quatrième jour de jeux à Γερμανικοῦ Καίσαρος τῆς Ν[ί]κης et le cinquième jour à Δρούσου Καίσαρος τῆς Ἀφροδείτης Ces expressions assez inhabituelles ont donné naissance à des débats67. Nous suivrons l’analyse de Paul Veyne et de Maria Kantirea pour considérer que ces hommages entrent bien dans le culte rendu à la domus Augusta. En effet, le culte de ces deux déesses associées à ces empereurs n’avait pas de quoi surprendre : le culte de la Victoire s’associait parfaitement bien dans le cadre des victoires remportées par Germanicus, fils adoptif de Tibère, alors numéro deux du pouvoir, et celui d’Aphrodite se comprenait tout à fait dans la perspective d’une identification avec Vénus Genetrix, protectrice de la gens Iulia. En effet, Tibère était entré dans cette gens depuis son adoption par Auguste, et sa propre descendance avec lui. De ce fait le mariage de son fils Drusus Iulius César avec Livilla, petite-nièce d’Auguste, l’attachait doublement aux Iulii68. Leurs enfants seraient des Iulii à la fois grâce au mécanisme de l’adoption et à celui du sang. Dans une inscription de Messène datée du tout début du règne de Tibère, on retrouve cette cohésion familiale large. Il y est en effet question d’honneurs cultuels pour plusieurs membres de la famille impériale : au divin Auguste, à Tibère, à la déesse Livie, mère de l’empereur et femme du divin Auguste, à Antonia la Jeune, femme de Drusus I, frère de Tibère, et à Livilla, femme de Drusus II, fils de Tibère et elle-même fille d’Antonia et sœur de Germanicus69. Comme dans les autres cités d’Achaïe, les habitants du Péloponnèse ont répondu clairement au programme de propagande venu de Rome mettant en évidence les notions de prospérité impériale liée à la large postérité d’Auguste. La politique dynastique avait été entendue et acceptée.

  • 70 IG, II2, 5096. Ce culte a sans doute été mis en place avant 2 a.C., date de l’exil de Julie. Voir (...)

16Les prêtres ou prêtresses associé(e) s au culte d’une impératrice ou d’une princesse de la famille impériale sont également attestés en nombre en Achaïe. Là, encore les Grecs ont poursuivi la pratique de l’époque hellénistique d’hommages divins rendus du vivant des membres des grandes familles dirigeantes. Livie a reçu des honneurs divins de son vivant, nous l’avons dit à Gythéion, ville libre et liée aux Claudii, mais également dans d’autres cités d’Achaïe. Dans la cité libre d’Athènes par exemple, son culte est desservi par une prêtresse d’Hestia de l’Acropole, de Livie et de Julie (fille d’Auguste), comme en atteste l’inscription du siège qui lui était réservé dans le théâtre de Dionysos70.

  • 71 IG, II2, 3535. Sur ce personnage, archiéreus Antonias Sébastès, voir Geagan 1979, 279-287 ; Carrol (...)
  • 72 Voir Kokkinos 1992, 161.
  • 73 Antonia épouse Drusus vers 19-18 a.C. Le culte à Drusus I est mis en place à Athènes et associé à (...)
  • 74 Graindor 1927, 50.
  • 75 App., Civ., 5.93-95 ; D.C. 68.54.3. Voir Kokkinos 1992, 6 et 158.

17Les autres princesses de la dynastie julio-claudienne eurent droit, elles aussi, à un culte rendu par des prêtresses. Ainsi, sous le règne de Caligula, est attestée une prêtresse à Épidaure attachée au culte de θεὰ Drusilla (soit vraisemblablement déjà du vivant de celle-ci, soit après sa mort en 38) : elle s’appelle Autonoè, fille d’Aristotelès. À Athènes, c’est un grand-prêtre d’Antonia Augusta qui est connu : il s’agit, sous le règne de Claude, de Ti. Claudius Novius71. En réalité, une prêtresse devait rendre le culte proprement dit tandis que le grand-prêtre supervisait l’ensemble du culte impérial72. Si l’hommage rendu à Corinthe à Antonia Augusta le fut dans le cadre d’une démarche directe envers le pouvoir politique en place, la prêtrise d’Antonia marque, selon Nikos Kokkinos, des relations bien antérieures aux règnes de Caligula et de Claude. Le culte mis en place devait associer Drusus I, frère de Tibère et son épouse Antonia et, ajoutons, dans la plus pure tradition hellénistique et sur fond de liens de clientèle, que nous avons mis en évidence au début de cette communication73. Il est fort possible comme le suggérait Paul Graindor que le jeune Drusus I se soit rendu en Grèce accompagné de son épouse, mais la mise en place de son culte date sans doute d’après sa mort survenue en 9 a.C.74 Tibère et son frère Drusus sont d’ailleurs honorés, comme nous l’avons dit, à Olympie et à Épidaure. Notons en outre qu’Antonia avait des liens particuliers avec Athènes, ayant été conçue dans ses murs en mai 37 avant de naître à Rome dans la maison d’Antoine en janvier 3675.

  • 76 Corinthe : Corinth, 8.1.19 ; AE, 1920, 1 (Hahn 1994, n ° 11) ; Corinth, 8.3.153 (Hahn 1994, no 52) (...)

18Dans le cadre des jours festifs, on compte les hommages rendus aux images des membres de la famille impériale, comme c’est le cas dans le décret de Gythéion ; on assiste aussi à des concours de poèmes comme ceux qui furent organisés à Corinthe ou à Thespies en Béotie en l’honneur de Livie…76.

  • 77 Par exemple à Lycosoura (Arcadie) : IG, V. 1, 515b. Voir les attestations et la problématique dans (...)

19L’aboutissement de l’évolution de ce culte impérial civique montre que l’on se trouve bien dans la continuité des traditions du culte du souverain sur le modèle grec et dans celle de la construction idéologique de la domus Augusta réalisée à partir d’Auguste. De là naît un culte collectif des Sebastoi qui unit sans doute les empereurs et impératrices vivants avec les défunts divinisés de cette domus77.

  • 78 AE, 1967, 458 = SEG, 23, 206.

20Il semble que le culte impérial civique ait pris naissance à partir de plusieurs initiatives : la plupart du temps, le mouvement des cités fut, comme on l’a constaté dans d’autres provinces de l’Asie ou de l’Afrique ou des Espagnes, relativement spontané, répondant au désir d’Auguste d’établir ainsi un lien de loyauté visible. Dans les provinces hellénophones, le culte impérial s’adaptait parfaitement en raison de la longue tradition du culte du souverain. Cependant, il semble avoir rencontré un certain nombre de réticences, car il fut vivement encouragé par les autorités romaines, comme ce fut le cas à Messène, par exemple, où le questeur P. Cornelius Scipion dut, en 2 p.C., entraîner les cités dans une opération de promotion de la famille impériale et de son culte dans le but d’assurer la continuité dynastique78. Cependant, dans ce cas, il s’agissait de promouvoir l’idée que les petits-fils d’Auguste devenus ses fils adoptifs soient reconnus comme les futurs empereurs. On peut considérer, avec ce que nous venons de voir, que la branche rapportée de cette dynastie, celle des Claudii, hommes et femmes, fut sans doute préférée dans cette partie de l’Empire à celle des Iulii. Tibère avait très probablement la préférence dans de nombreuses cités du Péloponnèse et même de toute l’Achaïe, face à Caius ou à Lucius César.

  • 79 Elle avait obtenu sa tête, au sens propre comme au figuré : Tac., Ann., 14.64. Voir Varner 2001, 6 (...)
  • 80 Tac., Ann., 16.21.2 ; et confirmé par la documentation épigraphique : CIL, XI, 1331a (D. 233).
  • 81 Tac., Hist., 1.78.2-3.
  • 82 Martin 1987, 89. Il s’agit de l’inscription IG, IV, 1404 (M. Fraenkel optait pour Agrippine la Jeu (...)

21Si des honneurs cultuels sont rendus aux femmes de la famille impériale dans un cadre qui les place bien souvent dans une perspective collective, le pire peut aussi leur arriver dans le schéma inverse, celui de la damnatio memoriae : accusation du prince et du Sénat, exécution, effacement de leur mémoire. Cela peut les frapper de façon individuelle ou bien s’inscrire dans le cas de figure collectif. En effet, ces femmes influentes agissent aussi avec les coteries qu’elles se sont constituées, et peuvent comploter ou être considérées comme ennemies du prince, hostiles à l’ordre établi du seul fait de leur puissance. Ce fut effectivement le cas de Valeria Messalina ou de celle qui lui succéda auprès de Claude, Agrippine la Jeune. Elles peuvent aussi suivre le sort de leur époux directement concerné par ce type de condamnation. Pour ces impératrices ayant subi cet effacement “par ricochet”, Poppée et Statilia Messalina, les deux dernières épouses de Néron, la réalité de leur condamnation n’est pas évidente à établir. Poppée s’était installée dans le lit de Néron et avait réussi à faire éliminer sa rivale l’impératrice Octavie, fille de Claude79. Cependant, la mort de Poppée, à son tour éliminée d’un méchant coup de pied par Néron qui l’envoya ad patres, fut suivie par sa divinisation80. Mais nous apprenons incidemment par Tacite que l’empereur Othon obtint du Sénat de faire relever ses statues81. Il faut donc en déduire qu’un sénatus-consulte avait ordonné la destruction des images de Poppée. Il est vraisemblable que les partisans d’Octavie, et ils étaient nombreux au Sénat, comme le prouve par exemple l’existence de la pièce homonyme, n’avaient jamais pardonné à Poppée d’avoir obtenu la mort ignominieuse de leur impératrice. Et dans le Péloponnèse, à part une inscription d’Épidaure, pour laquelle Alain Martin propose éventuellement de restituer le nom de Poppée, nous n’avons pas de trace écrite de cette impératrice82. Quant à la troisième et dernière épouse de Néron Statilia Messalina, elle a vraisemblablement accompagné Néron en Grèce même si aucune source ne nous en donne confirmation, mais elle le suivit aussi dans l’effacement de la mémoire, comme on peut le constater à la fois par la pauvreté de la documentation épigraphique et archéologique que l’on a pu conserver, et les quelques attestations de martelage, comme sur la célèbre inscription d’Acraiphiai

22 IG, VII, 2713 ; ILS, 8794 ; Syll.3, 814. L’impératrice mentionnée et honorée avec Néron libérateur de la Grèce et philhellène, est qualifiée, à la ligne 51, de θεὰ Σεβαστή, mais son nom a été profondément martelé. Voir Hoët-van Cauwenberghe 2003, 266-267.

838485
  • 86 Tac., Ann., 6.8 (6.2).
  • 87 Voir les différentes propositions d’identification : Susan Wood 1999, 230-247, présente les hypoth (...)
  • 88 Clinton 1997, 170-171 (SEG, 47, 221 ; AE, 1998, 127) ; les lettres de la première ligne sont très (...)
  • 89 Si l’on considère la colonie qui portait le nom d’Agrippine, Cologne, on constate que la damnatio (...)
  • 90 D.C. 63.3.4 ; Suet., Otho, 10.2. Voir Varner 2001, 70.
  • 91 Le document d’Akraiphiai en Béotie présente des martelages profonds alors que le nom de Néron a ét (...)

23En ce qui concerne enfin les impératrices ou princesses ayant comploté ou qui ont été considérées comme telles, nous avons à examiner les cas de Livilla, Messaline, d’Octavie et d’Agrippine. Le nom de Livilla, présent dans le décret de Messène déjà cité, n’a pas été effacé. Elle mourut en disgrâce en 31/32 après avoir été accusée d’avoir empoisonné son époux Drusus II (fils de Tibère) en 23, alors qu’elle était la maîtresse de Séjan : ses statues furent enlevées et sa mémoire abolie86. Le temps entre les honneurs accordés en Messénie et la condamnation n’a pas favorisé le recours à l’érasure, mais plutôt à la disparition pure et simple des monuments qui lui étaient consacrés. En ce qui concerne les impératrices Valéria Messalina et Claudia Octavia, la fille de Claude, il est difficile de retrouver leur trace dans le Péloponnèse. Les monnaies des colonies de Corinthe et de Patras nous laissent le souvenir d’Octavie et il y avait peut-être l’une de ses statues à Olympie87. En revanche, pour Agrippine, nous trouvons 6 (peut-être 7) attestations de son nom en Achaïe et sur celles-ci, deux voire trois martelages, une fois peut-être deux à Épidaure, et une fois à Éleusis, où Kévin Clinton lit le nom d’un prêtre, Ti. Claudius Euclès, fils de Sostratos, prêtre de Iulia Agrippina Sebaste88. Remarquons à ce propos que sur les bases des deux statues d’Agrippine offertes par Ti. Claudius Nicoteles, une seule a été martelée. Il est possible qu’elles n’aient pas été érigées en même temps et que seule la plus récente, peut-être aussi la plus visible dans l’espace du sanctuaire, ait été martelée. En définitive, une inscription sur deux a été martelée en Achaïe, les autres ont disparu. En tout, sur la quarantaine d’inscriptions de l’Empire où son nom figurait dans les inscriptions conservées, nous ne comptons que 4 ou 5 occurrences de rasura, soit une sur 10. Elles proviennent d’Achaïe (2/3), de Rome (1) et de Pouzzoles (1). Néron, plein à la fois de satisfaction et d’épouvante, de soulagement et de remords, n’exigea-t-il pas une application stricte de la damnatio memoriae ?89 Là où le nom est demeuré, on a peut-être tout simplement démantelé le monument en vue de sa réutilisation, comme ce fut le cas de l’inscription d’Épidaure qui servit ensuite à Statilia Messalina. L’autre alternative était de stuquer la partie de la base où son nom apparaissait comme sur la base découverte dans la Meta Sudans à Rome encore pourvue de son stuc. Il faut donc être prudents dans nos conclusions. Agrippine fut sans doute appréciée des Grecs, mais ils louèrent aussi Néron qui leur rendit visite en 66/67. Il fallait montrer à l’empereur qu’ils appliquaient ces mesures proprement romaines de damnatio, et qu’ils approuvaient sa conduite ou au moins le soutenaient et ce même dans un sanctuaire comme celui d’Épidaure : leur bonne volonté pouvait aussi s’exprimer dans la pédagogie de la destruction. Ce n’est sans doute pas un hasard si les traces d’érasure se retrouvent précisément là où Néron a pu voir les inscriptions en question. La loyauté des citoyens se traduisait aussi bien à travers le culte impérial que dans l’application volontaire de mesures proprement romaines. Notons enfin que les efforts de réhabilitation de la mémoire de ces impératrices, mentionnés par les sources littéraires, sous Galba pour Octavie, sous Othon et Vitellius pour Poppée et Statilia Messalina, n’ont pas laissé de traces apparentes dans le Péloponnèse90. En revanche, la reprise du martelage à l’avènement de Vespasien est fort probable et expliquerait un certain nombre de martelages profonds91.

24En raison des liens personnels étroits entre les membres de la dynastie julio-claudienne et les cités de Grèce, les femmes de la famille impériale ont eu une place de choix dans le dialogue engagé avec le pouvoir. Livie occupe une position privilégiée en raison de son implication politique en Laconie et de sa présence à plusieurs reprises en Grèce. L’autre impératrice qui a sans doute aussi été présente en Grèce auprès de son époux Néron et fêtée probablement assez largement, comme les deux attestations retrouvées à Épidaure et à Akraiphiai semblent le suggérer, est Statilia Messalina. Mais le laps de temps trop court pendant lequel elle fut impératrice et la chute tragique de Néron en 68 qui entraîna dans une moindre mesure la sienne, expliquent que l’on ait finalement peu de traces de celle-ci. En revanche, force est de constater que les impératrices et princesses julio-claudiennes ont été largement et diversement honorées et de manière sans doute assez spontanée dans le Péloponnèse et en général en Achaïe. Les sanctuaires prestigieux comme Olympie et surtout Épidaure, cité fédérée, appréciée pour la protection de son dieu Asclépios, et dont les habitants sont entrés de bonne heure dans la clientèle des Claudii, tiennent une grande place dans les hommages rendus à ces femmes de pouvoir. Nous voyons également que cette partie de l’Empire représente à travers la perception de ces membres de la famille impériale un prisme pour les aspirations à la fois latines et grecques de conception du pouvoir. Remarquons enfin que l’absence de liens directs de clientèle entre les Flaviens et cette partie de l’Empire marqua une certaine inflexion de la communication. Ce phénomène est renforcé par l’effacement relatif de l’élément féminin de la nouvelle dynastie, bien que l’on puisse faire une exception pour Domitia, l’épouse de Domitien, son rôle politique étant moindre et centré principalement sur l’image de la mère, garante de la continuité dynastique et celle de matrone, effacée comme il se doit et de ce fait pleine de moderatio.

Annexes

Annexe 1 : liste des attestations épigraphiques d’hommages rendus aux impératrices et princesses julio-claudiennes dans le péloponnèse

Livie

Honneurs

1. Épidaure, règne d’Auguste, IG, IV, 1393 (Bartman 1999, 200, EC 10) : hommage rendu par la cité à l’épouse de l’empereur : ἁ πόλις τῶν / Ἐπιδαυρίων / Λιβίαν Καίσα/ρος Σεβαστοῦ / γυναῖκα (base de statue de l’époque hellénistique remployée pour une statue de Livie).

2. Épidaure, règne d’Auguste, IG, IV, 1394 (Bartman 1999, 200, EC 11) : hommage rendu par le peuple à l’épouse de l’empereur : ἁ δᾶμος ὁ Ἐπιbδαυρίων / Λειβίαν Καίσαρος Σεβαστοῦ / γυναῖκα.

Thea/diua

1. Messène, 14/15 p.C., SEG, 38, 340 ; SEG, 41, 328 (AE, 1991, 1442) : long décret mutilé de la cité pour des hommages cultuels rendus à θεὰ Λειβία, mère de Tiberius Caesar et épouse [du divin Auguste] (li. 26, 28-29), ainsi qu’à d’autres membres de la famille impériale (Tibère, Antonia et Livilla).

2. Gythéion, 14-29, SEG, 11, 925 : statue de l’ ἐπιφανεστάτη θεα.

3. Tégée, 14-37, IG, V. 2, 301 : autel à θεὰ Ἰουλία Σεβαστη.

4. Corinthe, vers 21-23, Corinth, 8.1.19 (AE, 1920, 1) : concours de poèmes à θεὰ Ἰουλία Σεβαστή.

5. Corinthe, vers 25 p.C., Corinth, 8.3.153 : concours de poèmes à la diua Iulia Aug(usta).

6. Corinthe, 42-54, Corinth, 8.3.55 : [Diu]ae Aug[ustae au]ae / [Ti. C]laudi Cae[saris / Aug]u[sti Germani]ci.

Assimilations/identifications à des divinités

1. Corinthe, 14-37, Corinth 8.2.15 : sans doute assimilée à [Diana] Pacilucifer[a Au]gusta.

2. Gythéion, 14-29, SEG, 11, 925 : statue par la cité de l’ ἐπιφανεστάτη θεὰ Τύχη τῆς πόλεως.

3. Gythéion, 15 p.C., SEG, 11, 923 : hommages cultuels à Livie assimilée à la Tyche de la cité et du koinon des Éleuthérolaconiens : Ἰουλία Σεβαστὴ ἡ τοῦ ἔθοῦς τῆς πόλεως Τύχη.

Antonia la jeune

1. Messène, 14-15, SEG, 38, 340 ; SEG, 41, 328, lignes 28-29 (AE, 1991, 1442) et SEG, 42, 344 : long décret mutilé de la cité pour des hommages cultuels, à la mort d’Auguste et à l’avènement de Tibère pour différents membres de la famille impériale, dont Antonia, puis Livilla.

2. Gythéion, 15 p.C., SEG, 11, 923 : hommages cultuels à Livie, et à Γερμανικοῦ Καίσαρος τῆς Ν[ί]κης ; est-ce Antonia ?

Livilla (Iulia Livilla)

1. Messène, 14-15, SEG, 38, 340 ; SEG, 41, 328, lignes 28-29 (AE, 1991, 1442) et SEG, 42, 344 : long décret mutilé de la cité pour des hommages cultuels, à la mort d’Auguste et à l’avènement de Tibère pour différents membres de la famille impériale, dont Antonia et Livilla (dernière citée dans ce qui est lisible).

2. Gythéion, 15 p.C., SEG, 11, 923 : hommages cultuels à Livie, et à Δρούσου Καίσαρος τῆς’ Aφροδείτης  ; est-ce Livilla ?

Agrippine l’Ancienne (Vipsania Agrippina)

1. Coronè (Messénie), 37-41, hommage posthume, IG, V. 1, 1394 : base de statue en hommage à, [’ Aγρι]ππείνην. mère de l’empereur Caligula, petite-fille par sa mère (θυγατριδη) du divin César Auguste, épouse de Germanicus César.

Drusilla (Iulia Drusilla)

Thea 1. Épidaure, 37-41, Hoët-van Cauwenberghe 1999, 181 : base de statue à θεὰ Δρούσιλλα, sœur de Caligula. Dédicante : Autonoe, fille d’Aristoteles, sa prêtresse.

Agrippine la jeune (Iulia Agrippina)

1. Épidaure, règne de Claude (49-54), IG, IV2, 602 : base à Claude et à ʼ Αγριππῖναν Καίσαρος, Agrippine, épouse de César. Dédicant : Ti. Claudius Nicotélès, fils d’Eunomos. Non martelée.

2. Épidaure, règne de Claude (49-54), IG, IV2, 603 ; Peek 1969, n ° 256 ; Hoët-van Cauwenberghe 2003, 274 et 280 : large base à [ʼ Ιουλίαν Σεβαστὴν] ’ Αγριππῖναν γυναῖκα / Τιβερίου Κλαυδίου] [[Καίσαρος Σεβαστοῦ / Αὐτοκράτορος] Γερμανικοῦ.]]. Érasure pour remploi. Nom d’Agrippine non martelé.

3. Épidaure, règne de Claude (49-54), Peek 1969, n ° 76 ; Hoëtvan Cauwenberghe 2003, 280, reproduction du dessin de Peek : base à Claude et [ʼ Αγριππῖναν Καίσαρ]ος, épouse de César. Dédicant : Ti. Claudius Nicotélès, fils d’Eunomos. Martelée.

4. Épidaure, règne de Claude (49-54), IG, IV, 1404 (Fraenkel) ; Peek 1969, no 257 ; Hoët-van Cauwenberghe 2003, 273-274 et voir annexe 2 : hommage à [ʼΙουλίαν (Σεβαστὴν) [[ʼ Αγριππῖνα]ν γυναῖκα]] Καίσαρος / [Τι(βερίου) Κλαυδίου Γερμανικοῦ Σεβαστοῦ. Dédicant : la cité d’Épidaure. Martelée. Contre : IG, IV2, 605 (Hiller von Gaertringen) : Domitia, épouse de Domitien ; Martin 1987, 87 : Poppée, épouse de Néron.

Annexe 2 : propositions de restitution de l’inscription d’épidaure ig, iv, 1404 ; ig, iv2, 605

Document 1 : bloc mutilé et martelé. Ligne 2 : traces de martelage signalées par W. Pek, Inschriften aus dem Asklepieion von Epidauros, Berlin 1969, p. 117 no 257.

Document 1 : bloc mutilé et martelé. Ligne 2 : traces de martelage signalées par W. Pek, Inschriften aus dem Asklepieion von Epidauros, Berlin 1969, p. 117 no 257.

Document 2 : hypothèse de restitution de W. Peek

Document 2 : hypothèse de restitution de W. Peek

Document 3 : notre première hypothèse de restitution

Document 3 : notre première hypothèse de restitution

Document 4 : notre seconde hypothèse de restitution

Document 4 : notre seconde hypothèse de restitution

Notes

1 Je remercie vivement Catherine Grandjean pour son invitation et son accueil et ceux qui, par leurs remarques, ont contribué à améliorer le contenu de cette communication : Roland Delmaire, Ségolène Demougin, et Maria Kantirea.

2 En effet, il n’est pas question qu’un imperium soit attribué à une femme, même si Fulvie, l’épouse d’Antoine, semble s’être conduite lors de la guerre civile comme un général en campagne. Voir Temporini-Gräfin Vitzthum 2002, 23-30. Elle mourut d’ailleurs au cours de l’année 40 a.C. dans le Péloponnèse, à Sicyone, alors qu’elle tentait de rejoindre son époux Antoine : Plut., Ant., 30.5.

3 D.C. 49.38.1. Voir Temporini-Gräfin Vitzthum 2002, 30-48.

4 Notre étude aura pour principal centre d’intérêt le Péloponnèse, toutefois, afin d’avoir une perspective plus globale, nous élargirons aussi à plusieurs reprises à nore réflexion à l’ensemble de la province romaine d’Achaïe, en comprenant également les cités libres.

5 Voir Albertini 1904 ; Harmand 1957, surtout p. 171 sq. ; Rawson 1973, 219-239 et Rawson 1977 ; Touloumakos 1988 ; Nicols 1990 ; Eilers 2002 (pour l’Achaïe romaine, 192-206).

6 Voir Deniaux 1993.

7 Différentes versions existent de cet épisode, par exemple, chez Liv. 38.50-60, le récit concernant ce personnage est bien moins développé ; en revanche chez Ov., Fastes, 4.313-318, afin de complaire à l’empereur et à sa maison, les exploits de cette dame sont amplifiés et accompagnent le travail de réécriture de l’histoire pour marquer l’ancienneté de l’influence politique des Claudii : voir Gérard 1980.

8 Biographies et portraits de Livie : Perhouning 1995 ; Bartman 1999 ; Barrett 2002 (sur le nom de Livie, voir appendice 4, p. 307-308).

9 D.C. 54.7.2 ; Suet., Tib., 6.

10 PIR2, L, 301.

11 SEG, 24, 212 ; AE 1971, 439 ; Bartman 1999, 199 no 1 ; voir Clinton 1989 ; Wood 2000, 79-80 ; Kajava 2001, surtout 80-81.

12 D.C. 54.7.2.

13 Voir Bowersock 1961 ; Lindsay 1992. Si Euryclès était devenu l’amicus d’Auguste, ses opposants, les membres de la grande famille aristocratique des descendants du fameux général Brasidas, étaient très certainement entrés dans la clientèle des Claudii et ils reçurent la citoyenneté romaine plus tard sous Claude ou Néron. Néanmoins, cet équilibre politique fut excellent pour le pouvoir impérial puisque même face aux tribulations et aux excès de pouvoir des Euryclides, les dirigeants romains avaient les moyens de s’entendre avec les deux clans prépondérants de la vie politique spartiate. Sur les Claudii de Sparte, voir Spawforth 1985, 224-243. Cette famille est mieux connue au iie siècle p.C. et surtout sous les Sévères.

14 Voir Bowersock 1961, 116 ; Bowersock 1965, 176-178.

15 SEG, 11, 922.

16 SEG, 11, 923 (Bartman 1999, 207, EC 52). Il y a une autre princesse, Flavia Domitilla qui est aussi assimilée à la Tychè des dieux et de la cité en Béotie, à Tanagra (IG, VII, 570) et son culte est desservi par la prêtresse Alexô, fille d’Héraclès ; voir Hahn 1994, 228-232 n ° 16 ; Veyne 1962 (en particulier p. 56).

17 Le don de l’île de Cythère que l’empereur fit alors aux Lacédémoniens est le fruit de la reconnaissance impériale et la volonté sans doute de rééquilibrer la donne politique en Laconie : D.C. 54.7.1 ; voir Balzat 2005 et l’article du présent volume.

18 En effet, Euryclès n’avait pas su constamment garder la mesure dans l’exercice de son pouvoir et fut d’ailleurs exilé un temps avant de rentrer en grâce, comme le confirme le contenu de ce décret qui indique que 2 jours de fêtes furent consacrés à Euryclès et à son fils Laco. Ce dernier, prudent au début, réussit à conserver un ascendant non négligeable sur la vie politique spartiate et à accepter un compromis comme le prouve cette inscription.

19 IG, IV, 1393 (Bartman 1999, 200, EC 10) : ά πόλις τῶν / Ἐπιδαυρίων / Λιβίαν Καίσα-/ρος Σεβαστού / γυναῖκα (base de statue de l’époque hellénistique remployée pour une statue de Livie) ; et IG, IV, 1394 (Bartman 1999, 200, EC 11) : ά δᾶ[μος ό Επι]δαυρίων / Λειβίαν Καίσαρος Σεβαστοῦ / γυναῖκα.

20 Tibère à Olympie : IνO, 370 ; 371 ; à Épidaure : IG, IV, 1396 = IG, IV2, 597 ; Drusus à à Épidaure : IG, IV, 1398 = IG, IV2, 596 ; C. Iulius Euryclès à Épidaure : IG, IV2, 592. Voir Eilers 2002, 194-195 C4-C7.

21 Rizakis et al. 2004, Laconie 509.

22 Corinth, 8.2.67. L’identification de ce Laco pose encore des problèmes. Certains refusent d’identifier ce procurateur au fils d’Euryclès : Bowersock 1961, 112-118 ; Birley 1997, 243 ; d’autres retiennent cette identification : A. B. West, Corinth, 8.2.67 ; Demougin 1992, 415-417 ; Cartledge & Spawforth 1989, 102.

23 Voir Spawforth 1994 et 1995.

24 Muson., Stob, Floril., 40.9.

25 L’oligarque, membre de cette famille qui accéda au Sénat, est C. Iulius Eurycles Herculanus L. Vibullius Pius, de la tribu Fabia, voir E. Groag, RE, 10, 1, 1917, col. 580-585 s. v. “Iulius” no 221 ; PIR2, I, 302 ; voir principalement (avec la bibliographie antérieure) : Halfmann 1979, 125-126 no 29 ; Catledge & Spawforth 2002, 98-99 et 110-112 ; Birley 1997, 237-244 ; Rizakis et al. 2004, 286-294 Laconie no 462.

26 Sur Statilia Messalina, l’arrière-arrière-petite-fille de Statilius Taurus, cos 37 a.C., fille de Statilius Taurus, cos en 44 p.C. : PIR, S, 625 ; Raepsaet-Charlier 1987, 579-580 no° 730 ; Hahn 1994, 223-227 no 15 ; Eck 2002b, 162-163.

27 IG, IV, 1402 ; IG, IV2, 604. Cette base de statue est un peu endommagée et la lecture est incomplète, il manque vraisemblablement une ligne au début de l’inscription portant le gentilice de l’impératrice, Statilia.

28 Voir Hoët-van Cauwenberghe 2003, 266-267.

29 Suet., Otho, 10 ; Bauman 1992, 209.

30 Voir la thèse à paraître de Maria Kantirea.

31 Partie de la pierre consacrée à Agrippine la Jeune : IG, IV, 1395 ; IG, IV2, 603 et notre proposition de relecture Hoët-van Cauwenberghe 2003, 280 ; celle à Statilia Messalina : IG, IV, 1402 ; IG, IV2, 604.

32 PIR, S, 618. Voir Spawforth 1985, 249-258. La naturalisation eut lieu, selon lui, sous le gouvernement de P. Memmius Regulus en poste entre 35 et 44 p.C.

33 Le patronage de cités grecques, les actions évergétiques, les implications personnelles, telle la participation aux concours grecs, l’adoption du mode de vie, au moins temporairement, sont en effet bien attestés au début de l’Empire. Ainsi, dans le Péloponnèse, Tibère et son frère Drusus furent-ils des plus populaires ; Tibère, par exemple, n’hésitant pas à se rendre en Grèce pour participer aux concours olympiques ou encore prenant la route de l’exil à Rhodes sous Auguste, Tibère fut patron d’Élis et d’Épidaure ; Drusus d’Épidaure et Germanicus participa aussi aux concours d’Olympie (IvO, 221 ; Syll.3, 792). Voir l’article de Ferrary 1996, 197 et celui de S. Zoumbaki dans les Neronia VII, Actes du Colloque d’Athènes, octobre 2004 (à paraître).

34 Voir Cogitore 2000, 237-266.

35 Cette notion de domus, oikos, appliquée à l’empereur Auguste, dans les inscriptions grecques, apparaît dans le Péloponnèse dès le règne d’Auguste : à Messène en 2-3 p.C. : SEG, 23, 209, 3-4 ; AE, 1967, 458. Aussi à Érésos : IG, XII suppl. 124 (fin du règne d’Auguste). Après son règne, dans nos sources, la domus impériale est qualifiée d’Augusta. On retrouve cette notion dans l’inscription honorifique d’un Messénien, Ti. Claudius Calligénès, dans une inscription d’Olympie (SEG, 31, 372). Pour cette question de la domus Augusta en Achaïe, voir Kantirea 2001.

36 Hanson & Johnson 1946, 389-400 ; Rose 1997, 136-161 no 66-97 ; Kantirea 2001, 51-60.

37 Tiberio / Caesari // Ant[oniae] / Augu[stae] // genti Augustae : Corinth, 8.2.17 ; AE, 1922, 1 ; grand-mère de Caligula, elle fut Augusta sous son règne : Suet., Calig., 15 ; D.C. 59.3 ; CIL, VI, 2028. Voir Kokkinos 1992, 46 (A 10).

38 Suet., Calig., 15 ; D.C. 59.3. Sur l’influence des femmes de la famille impériale sur Caligula, voir Nony 1986, en particulier p. 89-97. Sur Antonia Minor, voir Kokkinos 1992 ; Wood 1999, 142-176.

39 Tac., Ann., 2.84 ; 4.15. Tiberius Gemellus est l’un des jumeaux survivant de Drusus II et de Livilla. Il fut considéré comme l’un des héritiers potentiels du trône. Voir Nony 1986, 250-252 ; Wood 1999, 180-181. Gemellus fut jugé dangereux par Caligula car jeune homme à l’avenir prometteur, bénéficiant de la clientèle de son père Drusus II, il pouvait du vivant de l’empereur lui être préféré…

40 Il pourrait y avoir, selon Kokkinos 1992, 42, 88-89, 92-93, une autre occurrence celle d’une épigramme retrouvée à Thespies en Béotie, mais rédigée par le citoyen de Corinthe Honestus. Toutefois, ce poème, qui évoque une Sebastè, est loin d’être sûrement attribué à Antonia Minor. Les savants sont divisés sur l’identification de cette Augusta qui pourrait être plutôt Livie (Bartman 1999, 209 ; Barrett 2002, 107, 206-207), voire éventuellement Julie, la fille d’Auguste (Bartman). En outre, à Thespies, le peuple consacra une statue de Livie, épouse d’Auguste, aux Muses (AE, 1928, 50 ; Bartman 1999, 202 EC 24) entre 16 et 13 a.C.

41 CIL, VI, 2028 = Scheid 1998, no 12.

42 Kokkinos 1992, 46 (F6) et n. 35.

43 Corbier 1994, 63-84 ; Corbier 1995.

44 Cagnat 1913 ; Smadja 1980.

45 La population de Corinthe, colonie césarienne, fut composée de colons venant d’Italie, des affranchis pour la plupart, mais aussi des partisans de Marc Antoine auxquels Octavien-Auguste pardonna ; voir l’étude sociologique réalisée par Spawforth 1996, 167-182. Il note que les notables grecs, quasi absents au début de la colonie, n’accédèrent que progressivement, au ier siècle p.C., aux instances de gouvernement de celle-ci. Mais comme dans de nombreuses colonies romaines installées en zone hellénophone, le substrat religieux fut en grande partie récupéré et intégré au panthéon de la nouvelle cité : voir Auffarth 1997.

46 Coronè : IG, V. 1, 1394. Notons que Germanicus a aussi sa statue à Asinè : IG, V. 1, 1411. Il est possible que d’autres membres de cette famille, Antonia ou Agrippine l’Ancienne par exemple, y aient aussi été honorés. Sur la Messénie, voir Grandjean 2003, 256-262. Nous avons aussi deux hommages rendus à Germanicus dans la colonie de Patras. Là encore, il a pu y avoir d’autres statues, mais le matériel concernant les empereurs et leur famille retrouvé à Patras est indigent pour les époques julio-claudienne et flavienne ; c’est sans doute en grande partie un hasard archéologique lié à la continuité d’occupation. Sur Agrippine l’Ancienne, voir Raepsaet-Charlier 1987, 634-635 no 812 ; Hahn 1994, 130-150 ; Wood 1999, 185-190. Il n’y a cependant aucune trace de culte ou d’hommages cultuels la concernant dans le Péloponnèse.

47 Voir Hoët-van Cauwenberghe 1999.

48 IG, IV2, 602 (daté entre 49 et 54).

49 C’est l’exemple de remploi évoqué plus haut. Le monument devait sans doute être réduit de moitié car la base d’Agrippine devait comporter deux blocs, celui de Statilia Messalina, un seul.

50 Voir Cogitore 2000, 252 ; Lafond 2006, 296-315.

51 Amandry 1988, 59-66 et 168-169.

52 Corinth, 8.3.55 ; Bartman 1999, 210-211, EC 72 : Corinth, 8.3.55 : [Diu]ae Aug[ustae au]ae / [Ti. C]laudi Cae[saris / Aug]u[sti Germani]ci.

53 Suet., Claud., 11.2 ; D.C. 60.5 ; Sénèque, Apocol., 9 ; Voir Grether, 245 sq. La divinisation fut célébrée le 17/01/42, date anniversaire de son mariage avec Auguste.

54 Corinth, 8.1.19 ; AE, 1920, 1 (Hahn 1994, 323 no 11) ; Corinth, 8.3.153 (Hahn 1994, 326 no 52). La création de ces concours daterait entre 21-22 et 22-23 p.C. ; voir Amandry 1988, 165-168. Ces concours de poèmes en l’honneur de l’impératrice avaient pour pendants des épreuves de louange de l’empereur (Corinth, 8.1.19, lignes 1-8). Voir la liste en annexe 1.

55 Notons d’ailleurs que dans une autre colonie romaine en zone hellénophone, celle d’Antioche de Pisidie, on retrouve cette pratique dans la transcription de ces phénomènes religieux, car Livie y est attestée sous le règne de Claude dans une inscription postérieure à 43, comme Dea Iulia Augusta et non comme on l’attendrait en diua (AE, 1941, 142 ; voir Hahn 1994 no 50 ; Barrett 2002, 279). Sa prêtresse, sans doute Caristania Frontina Iulia, faisait partie des plus influentes familles de la colonie dont les membres étaient entrés au service de l’Empire (voir Christol et al. 2001). L’influence religieuse grecque est donc perceptible parmi les descendants de ces colons romains installés depuis deux ou trois générations. On constate d’ailleurs que l’usage de la langue grecque va en s’amplifiant, à tel point que ces colonies demandent par la suite l’autorisation à Hadrien de l’utiliser aussi pour les documents officiels.

56 Comme le laisse à penser l’inscription (Corinth, 8.3.55) citée plus haut.

57 Livie est théa peu après la mort d’Auguste, à Gythéion : SEG, 11, 925 ; à Messène : SEG, 38, 340 ; 41, 328 ; voir Bartman 1999, 112 et n. 83 ; à Athènes également sous le règne de Tibère : IG, II2, 3239 ; SEG, 35, 146 ; Bartman 1999, 204, EC 35 ; sur l’autel qui lui est consacré à Tégée : IG, V. 2, 301 ; Drusilla est aussi théa, et peut-être même de son vivant à Épidaure : Hoët-van Cauwenberghe 1999. L’une des épouses de Néron, selon toute vraisemblance Statilia Messalina, le fut aussi à Acraiphiai en Béotie et c’est là la première attestation que l’on ait pour elle du titre de Sebasté (Augusta) : IG, VII, 2713 ; ILS, 8794 ; Syll.3, 814 (ligne 51).

58 Livilla est peut-être la Vénus de Drusus à Gythéion : SEG, 11, 923 ; AE, 1929, 100, ligne 11, car elle est assimilée, à Troas, à l’Aphrodite d’Anchise, soit Vénus Génétrix (D. 8787) ; voir Kantirea 2001, 51-52. Une statue de Livilla a été retrouvée à Athènes. Elle devait appartenir à un groupe statuaire, voir Harrison 1953, 24 n ° 12 pl. 8 ; Erhart 1978, 202 ; Wood 1999, 190-202. Pour les autres princesses, voir les documents rassemblés par Ulrike Hahn : Claudia Antonia est assimilée sur les monnaies de Patras à la Fortune (Tychè) : voir Hahn 1994, 347 no 172 ; Claudia Octavia (fille de Claude) sans doute à la Fortune, également à Patras : Hahn 1994, 356 no 227 ; à Diane-Artémis à Corinthe : 355 no  224 et Agrippine la Jeune devait avoir une statue parée d’attributs divins à Olympie : voir Wood 1999, 295-304 ; et être assimilée à Artémis ou à une déesse astrale à Corinthe : Hahn 1994, 350 no 200 ; voir Wood 1999, 292-293.

59 SEG, 11, 923 ; AE, 1929, 99 (Hahn 1994, 331 no 87) ; SEG, 11, 925 (Hahn 1994, 331 no 89).

60 L’ensemble des attestations a été relevé par Trummer 1980 et Hahn 1994.

61 Paus. 2.3.1. Octavie avait laissé une forte impression en Grèce, en particulier à Athènes, où elle semblait davantage appréciée que ne le fut Cléopâtre : Plut., Ant., 57.2.

62 Wiseman 1979.

63 Williams 1989 ; Walbank 1989.

64 À Tégée, en Arcadie, un autel était consacré à Livie : IG, V. 2, 301.

65 Voir la thèse à paraître de M. Kantirea. Prenons l’exemple à Rhamnonte en Attique du temple de Némésis qui fut consacré à Livie sous le règne de Claude : IG, II2, 3242.

66 IG, V. 2, 515b, 28, 29, 31.

67 Voir la bibliographie antérieure dans l’article de Veyne 1962, 53 et n. 3 ; Kantirea 2001, 52-53.

68 Ce mariage fut comblé par la naissance de nombreux enfants dont des jumeaux en 19, qui apparaissent dès leur 2e année sur les monnaies, sortant de cornes d’abondance, et considérés comme des héritiers potentiels. Tiberius Iulius Caesar Gemellus survivra à son jumeau, Germanicus Iulius Caesar, mort vers l’âge de 4 ans, mais fut éliminé par Caligula au début de son règne. Voir Wood 1999, 177-202.

69 La plus grande partie du décret fut publiée en IG, V. 1, 1448 ; mais des fragments supplémentaires ont été trouvés au cours des fouilles dirigées par P. Thémélis et permettent de nouvelles lectures : SEG, 38, 340 complété au SEG, 41, 328, lignes 28-29 (AE, 1991, 1442) et au SEG, 42, 344. Sur le culte impérial à Messène, voir Deshours 2004.

70 IG, II2, 5096. Ce culte a sans doute été mis en place avant 2 a.C., date de l’exil de Julie. Voir l’étude de Kajava 2001 : cette prêtrise devait être associée au culte de Rome et d’Auguste (particulièrement p. 79).

71 IG, II2, 3535. Sur ce personnage, archiéreus Antonias Sébastès, voir Geagan 1979, 279-287 ; Carroll 1982, 43-58 ; Spawforth 1997, 193-201.

72 Voir Kokkinos 1992, 161.

73 Antonia épouse Drusus vers 19-18 a.C. Le culte à Drusus I est mis en place à Athènes et associé à l’archontat éponyme : IG, II2, 1722 (9/8 a.C.) ; IG, II2, 1724 (extrême fin ier siècle a.C.) ; IG, II2, 1725 (id.) ; IG, II2, 1723 (restitué ; id.) ; IG, II2, 1735 (restitué ; entre 40/41 et 53/54 a.C.) ; IG, II2, 1968 (même datation que la précédente) ; IG, II2, 1989 (partiellement restitué ; sous Néron) ; IG, II2, 1990 (sous Néron) ; IG, II2, 1995 (restitué ; années 80). Voir l’étude réalisée par M. Kantirea, thèse à paraître.

74 Graindor 1927, 50.

75 App., Civ., 5.93-95 ; D.C. 68.54.3. Voir Kokkinos 1992, 6 et 158.

76 Corinthe : Corinth, 8.1.19 ; AE, 1920, 1 (Hahn 1994, n ° 11) ; Corinth, 8.3.153 (Hahn 1994, no 52) ; Thespies : AE, 1928, 50 ; SEG, 13, 348 ; Bartman 1999, 202 EC 24. Voir Bartman 1999, 112 et Barrett 2002, 208-209.

77 Par exemple à Lycosoura (Arcadie) : IG, V. 1, 515b. Voir les attestations et la problématique dans Hupfloher 2000, 153-154.

78 AE, 1967, 458 = SEG, 23, 206.

79 Elle avait obtenu sa tête, au sens propre comme au figuré : Tac., Ann., 14.64. Voir Varner 2001, 69-71. Néron a-t-il obtenu du Sénat une condamnation de sa mémoire ? On sait en tout cas qu’elle avait reçu l’ordre d’exécution et que sa tête avait été séparée du corps pour être portée à Poppée et présentée à la foule de Rome. Sur les luttes liées à la légitimité impériale, voir Cogitore 2002.

80 Tac., Ann., 16.21.2 ; et confirmé par la documentation épigraphique : CIL, XI, 1331a (D. 233).

81 Tac., Hist., 1.78.2-3.

82 Martin 1987, 89. Il s’agit de l’inscription IG, IV, 1404 (M. Fraenkel optait pour Agrippine la Jeune) ; IG, IV2, 605 (W. Hiller von Gaertringen pour Domitia, épouse de Domitien) ; W. Peek et nous-même avec réserves, Hoët-van Cauwenberghe 2003, 273-274, pour Agrippine la Jeune.

83 Suet., Otho, 10.2.

84 Voir Eck 2002a, 285-295 ; et notre article Hoët-van Cauwenberghe sous presse.

85 Comme le suggère Erhard Grzybek, voir notre article Hoët-van Cauwenberghe sous presse, 250-251.

86 Tac., Ann., 6.8 (6.2).

87 Voir les différentes propositions d’identification : Susan Wood 1999, 230-247, présente les hypothèses d’identification avec Agrippine l’Ancienne, Claudia Octavia ou encore Agrippine la Jeune ; Varner 2001, 70 n. 222, est plutôt favorable à l’identification avec Claudia Octavia car une monnaie de Corinthe permet d’avoir sa représentation, portant une coiffure assez proche de celle que portait Livie au type de Salus. Monnaies de Corinthe : RPC, I, 1191, 1194, 1199. À Patras, ce sont de petits bustes figurant les 3 enfants de Claude : RPC, I, 1255.

88 Clinton 1997, 170-171 (SEG, 47, 221 ; AE, 1998, 127) ; les lettres de la première ligne sont très peu lisibles et seul le cognomen Agrippina aurait été effacé. Pour celles d’Épidaure, voir en annexe 1.

89 Si l’on considère la colonie qui portait le nom d’Agrippine, Cologne, on constate que la damnatio memoriae a été bien appliquée : il ne reste jusqu’à présent aucune inscription portant le nom d’Agrippine dans la ville.

90 D.C. 63.3.4 ; Suet., Otho, 10.2. Voir Varner 2001, 70.

91 Le document d’Akraiphiai en Béotie présente des martelages profonds alors que le nom de Néron a été laissé visible à deux reprises. Ne pourrait-on pas envisager regravure et nouveau martelage ?

Table des illustrations

Titre Document 1 : bloc mutilé et martelé. Ligne 2 : traces de martelage signalées par W. Pek, Inschriften aus dem Asklepieion von Epidauros, Berlin 1969, p. 117 no 257.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Document 2 : hypothèse de restitution de W. Peek
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Document 3 : notre première hypothèse de restitution
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Document 4 : notre seconde hypothèse de restitution
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1383/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

Université de Lille III

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540