Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien

 | 
Frédéric Hurlet

Deuxième partie. Pouvoirs du proconsul, pouvoirs du prince

Conclusions

Texte intégral

1Une étude comparative des pouvoirs du prince et du proconsul témoigne de l’empirisme et du pragmatisme du nouveau régime dans la définition toute progressive des relations entre le pouvoir impérial et les gouverneurs des provinces publiques. Il apparaît que conformément à une pratique maintes fois observée par ailleurs, Auguste agit avec prudence dans ce domaine. Il ne fit adopter aucune réforme qui privât formellement les proconsuls de tout ou partie des compétences qui avaient été les leurs tout au long de la République ; il préféra exploiter petit à petit et de manière détournée les institutions traditionnelles dans un sens qui lui donna au bout du compte une supériorité sur tous les proconsuls. Un tel processus a été retracé à travers trois chapitres qui étudient chacune des principales composantes de l’imperium du proconsul dans ses rapports avec celui du prince. Il ressort tout d’abord que le proconsul ne perdit jamais la composante militaire de son imperium, ce qu’on appelle l’imperium militiae ; il finit seulement par être privé de la possibilité d’en faire usage après que le pouvoir impérial se fut approprié le commandement des principales forces armées que constituent les légions. Quant aux auspices, il est probable que le proconsul continua à les prendre à l’époque impériale, mais il abandonna vite en la matière une supériorité au prince et aux “co-régents”, seuls détenteurs des maxima auspicia et placés à ce titre en situation d’exercer un monopole sur le triomphe, l’ovation et la salutation impériale (avec quelques exceptions dans ce dernier cas jusqu’au début de l’époque tibérienne). Dernier point à souligner, son imperium finit par être subordonné à celui du prince, au terme d’une évolution qui a suscité et suscite toujours un débat.

2Même s’il reste encore au sujet des pouvoirs du proconsul d’époque impériale quelques incertitudes qui ne pourront être levées qu’à la condition de pouvoir disposer de nouveaux documents, il apparaît clairement qu’il fallut du temps et plusieurs mesures pour que le principe de la supériorité hiérarchique de l’imperium du prince fût reconnu et appliqué. La réforme provinciale de 27 constitue une première étape qui donna au prince le contrôle direct de la majorité des légions romaines, mais n’enleva aux proconsuls aucune de leurs prérogatives traditionnelles : pas plus leur imperium militiae et pour trois d’entre eux le droit de commander chacun au moins une légion que le droit de prendre les auspices dans les mêmes conditions qu’à l’époque républicaine et pour deux d’entre eux de triompher. Les décisions prises durant l’été 23 permirent pour la première fois à Auguste d’intervenir directement dans les provinces publiques en prévision de sa tournée en Orient, que ce soit en vertu d’un aequum ou maius imperium, mais un tel privilège restait ponctuel et est loin de pouvoir être assimilé à une supériorité absolue exercée par le prince depuis l’endroit où il se trouvait. L’année 19 coïncida avec la dernière célébration du triomphe par un personnage extérieur à la domus d’Auguste, en l’occurrence L. Cornelius Balbus en tant que proconsul d’Afrique. La monopolisation d’une telle cérémonie par le pouvoir impérial constitue un phénomène politique d’une grande importance qui contribua à donner à la famille impériale le monopole de la victoire et qui a été justifié dans cette étude comme une conséquence de la reconnaissance au prince et à ses “co-régents” d’une supériorité auspiciale à partir des années 19/18. Nouvelle étape à la fin des années 10 a.C., les légions localisées dans la région du Moyen et du Bas-Danube cessèrent définitivement d’être commandées par les proconsuls d’Illyrie et de Macédoine pour être confiées à des légats nommés par le prince. Par la suite, il fallut attendre le principat de Caligula pour que le commandement de la dernière légion placée sous les ordres d’un proconsul, en l’occurrence la IIIe Augusta située dans la province d’Afrique, fût transféré à un légat impérial ; en outre, ce n’est qu’avec la création de la province de Numidie par Septime Sévère que fut mis un terme à cette particularité que constituait la présence d’une légion sur le sol d’une province publique. La construction du Forum d’Auguste et la dédicace du temple de Mars Ultor en 2 a.C. contribuèrent également, de manière plus symbolique et ritualisée, au processus qui subordonnait au pouvoir impérial les proconsuls, dans la mesure où ces derniers étaient tenus lors de la profectio de faire d’un ensemble aussi lié au nouveau régime le point de départ de leur parcours à travers Rome ; ce n’est pas non plus un hasard si c’était dans ce même lieu que furent élevées les statues des proconsuls victorieux auxquels les ornements triomphaux furent décernés. Pour être complet, il faut ajouter que le prince finit par faire formellement reconnaître à son imperium une supériorité absolue étendue à toutes les provinces publiques sans avoir à se déplacer pour faire valoir son autorité ; la date à laquelle un tel privilège lui fut conféré n’est pas établie avec certitude et a fait l’objet d’un débat, mais il apparaît à la lumière du SCDPP que les mesures prises à Rome en 17 p.C. en prévision de la mission en Orient de Germanicus constituent à ce sujet l’extrême limite chronologique.

3Les rapports entre les pouvoirs du prince et ceux des proconsuls ne furent pas définis une fois pour toutes par une seule mesure, que ce soit en 27, 23 ou 19 a.C. Au début de l’époque impériale, ils se modifièrent en permanence au fil de réformes qui avaient en commun de renforcer la position du prince face à celle des proconsuls. L’évolution peut être considérée comme achevée dans les grandes lignes à la fin de l’époque julio-claudienne. La primauté de l’imperium du prince sur celui des proconsuls s’était imposée comme une évidence qui se manifestait d’un point de vue militaire, auspicial et hiérarchique. La seule question qui comptait désormais était de savoir comment le pouvoir impérial pouvait faire appliquer ses décisions à l’échelle d’un aussi vaste Empire depuis l’endroit où il se trouvait.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540