Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

Première partie. Du Péloponnèse “macédonien” à la province d’Achaïe

Les spécificités pastorales du Péloponnèse à l’époque hellénistique et sous le Haut-Empire

Christophe Chandezon

Texte intégral

  • 1 Snodgrass 1986, 32-33. Mais voir les critiques émises à l’encontre de cette théorie par Cherry 198 (...)
  • 2 Hypothèse exprimée avec prudence par Alcock 1993, 87-88.

1Depuis une quinzaine d’années, l’essor des surveys a reposé certains des problèmes liés à la vie pastorale en Grèce ancienne : quelle était la place de l’élevage dans la mise en valeur des territoires ? Quels étaient ses rapports avec l’agriculture ? Ces questions n’étaient pas complètement nouvelles et avaient déjà été soulevées par les historiens qui travaillent avec les sources écrites. Globalement, beaucoup d’auteurs semblent avoir implicitement adhéré à l’idée d’une opposition fondamentale entre élevage et agriculture, entre bergers et paysans. C’est là un de ces concepts commodes qu’il est toujours tentant de récupérer. Il s’est traduit dans la vision historique des campagnes grecques par une succession de phases de désertification, de retrait des cultures et d’expansion de l’élevage encadrées d’autres moments où la croissance démographique avait limité la place dévolue aux troupeaux et entraîné l’expansion des céréales et de l’arboriculture. Ce modèle, suggéré avec force dans les années 1980 par Snodgrass, tend par exemple à présenter les Âges Obscurs comme une époque où l’élevage aurait été la principale forme de mise en valeur du territoire, avant que le début de l’Archaïsme ne marque un retour à l’agriculture1. À l’opposé du spectre chronologique, la diminution du peuplement rural dès la Haute Époque hellénistique et sous le Haut-Empire a parfois été liée à un essor de l’élevage extensif2. Entre temps, la période où la population rurale paraît avoir été la plus dense aurait connu une intégration poussée du bétail à l’agriculture.

2L’archéologie des surveys a livré nombre de données nouvelles pour l’histoire de la Grèce rurale. Dans un premier temps, elles ont permis de dégager une évolution des campagnes qui semblait être cohérente et homogène dans le Péloponnèse, en Grèce centrale et en Grèce égéenne. S. Alcock, dans Graecia capta, en 1993, a souligné cette quasi unanimité des données disponibles à l’époque et posé les problèmes que cela suggérait. Mais depuis quelques années, la multiplication des entreprises archéologiques de ce type a conduit à nuancer de plus en plus l’esquisse, en en estompant les grandes lignes. L’ouest du Péloponnèse par exemple a donné des signes d’une vigueur rurale inattendue pour l’époque hellénistique.

  • 3 Van Andel & Runnels 1987, 104 et 112, et Jameson et al. 1994, 298-299.
  • 4 Catling 2002, 197-198 et 227-228.

3La place faite aux problématiques pastorales dans certains des surveys péloponnésiens permet de mesurer combien les questionnements se sont faits plus complexes. Le survey du sud de l’Argolide est le plus ancien de la presqu’île et sa publication fut l’une des premières. Ses auteurs s’en tenaient encore au schéma traditionnel. L’époque géométrique fut celle de l’élevage, avant qu’une orientation dominante vers l’agriculture céréalière et arboricole ne se manifeste à partir de la fin de l’époque géométrique. Cette évolution aurait limité l’importance de l’élevage du petit bétail désormais repoussé aux marges des finages. Le début de la période romaine en revanche se serait accompagné d’un recul de l’agriculture dont bénéficièrent les troupeaux et un élevage extensif passé aux mains d’éleveurs extérieurs à la région3. L’évolution aurait été identique en Laconie, car les époques archaïque et classique furent celles qui virent l’élevage du petit bétail cantonné en marge des meilleurs terroirs céréaliers. Cette marginalisation du bétail apparaît comme particulièrement nette aux auteurs du survey laconien, entraînant des mouvements saisonniers de troupeaux4.

  • 5 Gill & Foxhall 1997, 60.
  • 6 Bowden & Gill 1997, 80-81.

4Le survey de Méthana, également en Argolide, a en revanche donné un tableau assez différent5. À l’époque hellénistique, la région de Méthana n’entre pas dans le cycle de la déprise rurale et de l’abandon. Le retournement de tendance se produit bien plus tard que dans le sud de l’Argolide, avec l’entrée dans le monde romain. Les auteurs du survey évoquent eux aussi un accroissement de la part de l’élevage extensif, comme semblerait l’indiquer une inscription dont il sera question plus loin : les terres incultes furent converties en pâturages par les élites locales, limitant ainsi les possibilités d’expansion pour les petits exploitants agricoles6.

5La rapide revue des résultats de quelques surveys qui précède montre bien comment l’élevage a été intégré comme un facteur essentiel de la dynamique historique des territoires. Des efforts méthodologiques considérables ont été déployés par les auteurs de surveys pour mieux repérer les traces et l’impact de la vie pastorale dans les campagnes grecques. En outre, les surveys ne forment pas à eux seuls l’unique apport de l’archéologie nouvelle à la connaissance de l’élevage. Il ne faudrait en effet pas oublier l’intérêt que présentent les études archéologiques qui en sont encore à leurs débuts pour la Grèce du ier millénaire a.C. Le travail présent s’efforce cependant de revenir aux sources écrites, notamment épigraphiques, mais confrontées aux questions issues des interrogations archéologiques. Ce retour n’est pas un combat d’arrière-garde. Constituer des séries comme le permettent certains types d’inscriptions est en effet une démarche féconde qui peut apporter quelque chose aux questions qui se posent à propos de la vie pastorale péloponnésienne.

Cheptels en voyage dans le Péloponnèse

  • 7 Forstenpointer & Hofer 2001, 171-172.
  • 8 IG, V.2, no 3. La dernière édition de ce texte est celle de Thür & Taeuber 1994, no 2. Pour un com (...)

6Dans ses grandes lignes, la composition des cheptels ordinaires a certainement reposé sur les oppositions traditionnelles entre bétail aratoire et bétail de rente, majoritairement dominé par les ovicaprinés. L’abondance des références au petit bétail qui apparaît dans les sources écrites dès l’époque archaïque ne distingue nullement le Péloponnèse du profil pastoral habituel dans le monde grec. Nul doute que, lorsque les études archéozoologiques se seront multipliées pour la presqu’île, elles ne feront que confirmer cette constatation générale. Un travail de ce type a ainsi montré qu’à Lousoi, en Arcadie, à l’époque hellénistique, le rapport ovins/chèvres/bovins était de 7/2/17. De Tégée en Arcadie provient l’une des plus longues inscriptions sur la vie pastorale en Grèce. Il s’agit d’une loi sacrée concernant le sanctuaire d’Aléa Athéna et qui date du début du ive s. a.C. Ce texte, antérieur à la période qui nous intéresse, est en outre très elliptique et les informations certaines qu’il est possible d’en tirer sont fort peu nombreuses. La première clause concerne des animaux que le prêtre de la déesse aura le droit de laisser paître sur des terres qui appartenaient probablement à la cité, mais qu’elle mettait à la disposition du sanctuaire en certaines circonstances. Ce passage montre clairement qu’un cheptel ordinaire était composé d’une majorité d’ovins, de quelques chèvres et d’un couple de bêtes de trait8. Les mouvements d’animaux attestés dans le Péloponnèse affectent d’abord ce petit bétail, et en priorité les ovins.

  • 9 Équidés d’Élide dans les poèmes homériques : par exemple, Odyssée, 4.634-637, où il est question d (...)

7Les sources écrites permettent surtout d’appréhender l’exceptionnel, c’est-à-dire les produits des élevages péloponnésiens qui obtiennent une certaine renommée hors de la presqu’île. En ce domaine, les équidés tiennent une place à part. La tradition de leur élevage est ancienne et paraît bien établie dès les poèmes homériques pour l’Élide et pour la Messénie. Elle se perpétue à l’époque classique avec les haras de Sicyone ou de Corinthe : les chevaux dits sanphorai et les koppatiai, ainsi nommés parce qu’ils étaient marqués d’un san (un sigma) pour ceux de Sicyone et d’un koppa pour ceux de Corinthe, sont utilisés pour la guerre comme dans les concours. La documentation athénienne y fait souvent allusion et les archives de la cavalerie athénienne, au ive et au iiie s. a.C. incluent des chevaux qui en viennent9.

  • 10 Pol. 5.37.7-11.
  • 11 Str. 8.8.2 = C 388. Sur les chevaux d’Arcadie, Baladié 1980, 189-190 ; voir aussi Roy 1999a, 330, (...)
  • 12 Varron, Économie rurale, 2.1.14 ; 2.6.1 ; 2.8.3.
  • 13 Plin., Nat., 8.167, là encore en parallèle avec les ânes italiens de Réate. Sur les ânes d’Arcadie (...)

8La gloire de ces élevages ne s’éteint pas à l’époque hellénistique et perdure jusque sous l’Empire. En 219 a.C., le Messénien Nikagoras importe à Alexandrie une cargaison de chevaux certainement originaires du Péloponnèse si ce n’est précisément de Messénie10. Le texte de Strabon cite lui aussi l’Argolide en général et Épidaure en particulier comme particulièrement favorable à l’élevage d’équidés, mais il y ajoute l’Arcadie qui produit un excellent type de chevaux11. L’Arcadie était encore plus réputée pour ses ânes dont il est encore question dans le traité d’agriculture de Varron au ier s. a.C. qui explique qu’ils sont recherchés dans tout le Péloponnèse et servent de comparaison au meilleur morphotype italien, celui de Réate12. Pour Pline l’Ancien, les ânes arcadiens étaient appréciés dans toute la province d’Achaïe comme géniteurs dans le cadre de la saillie mulassière13.

  • 14 Les données archéozoologiques de Lousoi hellénistique indiquent une place spécialement importante (...)
  • 15 Plut., Questions grecques, 52 = 303 B, et Paus. 5.5.2.
  • 16 Cet usage est déjà signalé par Hérodote 4.30, qui constate : “Aussi quand on approche de la saison (...)
  • 17 C’est une recommandation que se trouve aussi bien chez Varron, Économie rurale, 2.8.5, que chez Co (...)

9La place du Péloponnèse dans l’élevage des équidés est donc traditionnelle14. Mais cet élevage ne semble pas vraiment poser le problème des frontières civiques ; il ne génère sans doute guère de déplacements d’animaux et s’insère sans difficulté dans le maillage des territoires civiques. Il trouve surtout sa place dans les bas pays humides plus que dans les zones frontalières. Seul l’élevage mulassier peut avoir suscité des mouvements d’une certaine ampleur : au iie s. p.C., Plutarque et Pausanias laissent entendre que les juments d’Élide étaient conduites au-delà des frontières de la région pour être montées par des ânes. Ces deux auteurs évoquent comme explication à cette pratique l’interdiction mythique remontant au roi Oinomaos qui n’aurait pas voulu que les nobles juments d’Élide soient déshonorées par cet animal infâme qu’était l’âne15. Ce qui intéresse ici Plutarque et Pausanias est une question d’ordre philologique : il s’agit de concilier un passage d’Homère qui montre des juments d’Élide allaitant des jeunes mules avec l’interdiction d’Oinomaos que tout le monde connaît. Mais cela indique peut-être aussi une pratique des éleveurs péloponnésiens qui envoyaient les juments destinées à la saillie mulassière en Arcadie, et pas seulement pour tirer avantage des ânes de la région et des qualités de vigueur qui leur étaient prêtées16. Cette pratique correspond en effet aussi à une recommandation des agronomes latins qui expliquent que les jeunes mulets devaient être élevés dans des zones de montagne afin de mieux s’adapter au milieu dans lequel ils étaient les plus utiles17.

  • 18 Plut., Philopoimen, 4.4.
  • 19 [Théocrite], 25 (Héraclès tueur de lion), v. 13-17.
  • 20 Sur ce type de pâturages, voir Robert 1980, 12-14.

10Pour les bovins, les Grecs opposaient les bœufs de labour (boes ergatai) et les animaux élevés en troupeaux (boes ageladai). Les premiers sont évidemment omniprésents, malgré la relative concurrence des attelages de mules, et leur multiplication est liée à l’agriculture céréalière. Philopoimen par exemple, en possède dans sa propriété près de Mégalopolis en Arcadie et certains de ses esclaves exercent la fonction valorisante de bouviers, c’est-à-dire de conducteurs des trains de culture18. Les troupeaux de vaches relèvent beaucoup plus de l’exceptionnel dans la Grèce centrale et le Péloponnèse. Il n’en est pas moins nécessaire de constater qu’ici ou là, des propriétaires ont pu de manière volontariste développer des élevages de bovins puisqu’il fallait bien se procurer des bœufs de labour et que certains sanctuaires avaient besoin de veaux, de vaches et des taureaux pour les sacrifices. Les attestations de tels élevages existent pour le Péloponnèse. Il sera question dans quelques lignes des troupeaux d’Artémis Hèméra à Lousoi, dans le nord de l’Arcadie connus pour le iiie s. a.C. Une idylle intégrée au corpus des œuvres de Théocrite décrit une grande propriété d’Élide, entre l’Élissous et l’Alphée, qui a certainement été inspirée de la réalité, même si sa localisation géographique relève peut-être de la composition littéraire. Cette grande propriété comprend une troupeau de bovins nombreux : “tous ont ici en tout temps de riches pâturages, dans le vaste marais du Ménios ; les prés mouillés, les fonds humides, y produisent en suffisance des herbages de toute sorte qui développent la force des vaches encornées”19. Leurs pâturages appartiennent aux catégories des leimônes et des eiamenai, les prairies humides qui se rencontrent dans les basses vallées fluviales et qui paraissent aux yeux des Grecs comme les pâturages par excellence des chevaux et des bœufs20.

  • 21 Pol. 12.4.5-14 (trad. D. Roussel, La Pléiade). Sur le cas spécifique de l’élevage des porcs en Arc (...)
  • 22 IG, V.2, no 456. Le nom de ce droit est incomplet sur la pierre et il est impossible de proposer u (...)
  • 23 Columelle, De l’agriculture, 9.14.18-19. Sur les aspects techniques de la transhumance des abeille (...)

11Rien n’indique que dans ces régions de Grèce, l’élevage bovin ait entraîné des remues d’animaux. En revanche, un autre élevage péloponnésien, celui des porcs, a nécessité le voyage des troupeaux. Polybe, un Arcadien, mais qui connaissait bien l’Italie, fait part de son admiration pour la façon qu’employaient les porchers italiens, notamment dans le nord de la péninsule, pour rassembler les troupeaux de porcs au son de la trompe. Il compare alors cela aux méthodes moins efficaces utilisées en Grèce et remarque en passant : “Les porchers ne suivent pas leurs troupeaux pas à pas comme on le fait en Grèce. (…) En Grèce au contraire, lorsque les porcs se mêlent en cherchant des glands sous les chênes, le propriétaire qui a le plus de bergers à son service profite de cette bonne occasion pour envelopper les bêtes du voisin et les emmener avec les siennes”21. Dans le monde grec, comme en Italie du reste, l’élevage des porcs reposait sur le déplacement des troupeaux et la différence que signale Polybe porte uniquement sur la façon de conduire les animaux. Les pâturages correspondaient aux zones boisées où les animaux se nourrissaient des glands des chênes et des faines des hêtres. Une inscription bilingue de Mégalopolis signale ainsi sous le règne d’Auguste qu’un Romain installé dans la région, un certain T. Arminius Tauriscus qui était probablement un negotiator, avait notamment obtenu un droit de glandée de la cité contre le financement d’un pont22. Le dernier exemple d’élevage péloponnésien pour lequel il est question de déplacements est fourni par ce qu’il est convenu d’appeler la transhumance des abeilles. Columelle indique rapidement que des ruches partant de la province d’Achaïe allaient jusqu’en Attique et en Eubée. Cette pratique consistait à déplacer les ruches – avec beaucoup de précautions, car il s’agit d’une opération délicate et à laquelle il valait mieux procéder en pleine nuit – en suivant la floraison des plantes23.

12Dans le Péloponnèse, la vie pastorale reposait donc souvent sur des mouvements d’animaux. Qui voudrait se figurer le spectacle des chemins et des campagnes de la presqu’île ne devrait donc pas omettre la présence non seulement des moutons et des chèvres regagnant les pâturages de montagne, mais aussi de groupes de juments en route pour l’Arcadie et de troupeaux de porcs gagnant les forêts. Même les sites portuaires ne devaient pas échapper au spectacle envahissant des hommes conduisant les animaux dont ils tiraient leur subsistance : chevaux que l’on embarquait pour aller les vendre jusqu’en Égypte, grosses ruches de terre cuite qui partaient pour des montagnes plus riches en thym et en origan. Ces remues de bêtes posaient cependant des problèmes aux communautés. Mais elles témoignaient aussi de la pratique d’un élevage destiné à dégager des revenus, et qui ne se cantonnait pas au seul objectif de l’autosuffisance.

Les sanctuaires comme propriétaires de troupeaux

  • 24 Sur les animaux sacrés : Bodson 1978. Sur les troupeaux sacrés, Chandezon 2003, 286-293.

13Parmi les acteurs de la vie pastorale capables d’immobiliser des sommes importantes dans l’élevage, seuls les sanctuaires se dégagent de façon réellement nette des sources grecques, si l’on excepte le cas de l’Égypte avec la documentation papyrologique. Les sanctuaires étaient en effet assez souvent propriétaires de troupeaux destinés à produire un revenu. Il est plusieurs exemples de ce phénomène dans l’ensemble du monde grec, dont le mieux documenté est celui du sanctuaire d’Apollon à Delphes. Les “troupeaux sacrés” sont composés d’animaux destinés à produire des revenus et qu’il faut soigneusement distinguer des animaux sacrés élevés dans le sanctuaire pour l’agrément de la divinité ou pour des raisons rituelles ce qui, de toute façon, interdit leur exploitation24. Cette distinction entre troupeaux sacrés et animaux sacrés est du même ordre que celle qui oppose offrandes précieuses et réserves financières qui font l’objet de prêts. En outre, il faut ajouter que ces troupeaux sacrés n’ont jamais été développés dans le but premier de fournir des victimes pour les sacrifices, mais afin d’assurer une source supplémentaire de revenus aux sanctuaires.

  • 25 IG, V.2, no 3, l. 15-21. Sur le sens général de probata dans ce texte, Benveniste 1969, 1, 37-45.

14Dans le Péloponnèse, il y a deux sanctuaires pour lesquels les sources attestent l’existence de troupeaux sacrés, mais la pratique devait être beaucoup plus fréquente. Le premier est le sanctuaire d’Aléa Athéna à Tégée. La loi d’époque classique dont il a déjà été question comporte un passage sur les hiera probata (les bestiaux sacrés) dont il est dit qu’ils ne seront autorisés à faire halte sur le terrain “à Aléa” que pendant un jour et une nuit25. Dans ce texte, le mot de probata a encore un sens très général, qui n’est nullement limité au petit bétail et aux ovins et le texte montre clairement que les troupeaux sacrés du sanctuaire comportaient aussi bien du gros que du petit bétail, et même des porcs.

  • 26 Sur ce sanctuaire, Jost 1985, 46-51 et 419-425.
  • 27 Pol. 4.18.10 et 19.3.

15L’autre sanctuaire péloponnésien connu pour avoir été propriétaire de troupeaux sacrés est celui de d’Artémis Hèméra à Lousoi, dans le nord de l’Arcadie26. Il date de la période qui nous intéresse directement et son cas a en outre l’avantage d’être éclairé par un ensemble de sources complémentaires. Polybe explique que le sanctuaire fut attaqué par les Étoliens au début de la guerre des alliés (220-217 a.C.). Après s’être emparés de Kynaitha, ils prirent la direction de Kleitôr. Passant ainsi près de Lousoi, où il y avait le sanctuaire d’Artémis, ils furent tentés de s’emparer des troupeaux de la déesse (thremmata tès theou), ce dont les gens de Lousoi les détournèrent en leur offrant quelques objets précieux appartenant au sanctuaire. Peu de temps après, alors que la tentative pour s’emparer de Kleitôr avait échoué à cause de la résistance de la cité, les Étoliens dépités repassèrent par Lousoi et, cette foi-ci, ils prirent les bestiaux d’Artémis qu’ils emmenèrent avec eux27. Le terme de thremmata que Polybe emploie par deux fois dans les passages où il est relate ces événements peut aussi bien qualifier du gros que pour du petit bétail.

  • 28 Forstenpointer & Hofer 1997 et 1997-2001.
  • 29 Leguilloux 2000, 77-78 ; Chandezon 2004.
  • 30 Dans certains cas, la fourniture de bovins de sacrifices prestigieux a fait l’objet d’une sorte de (...)

16Les fouilles autrichiennes du sanctuaire ont permis de mieux cerner l’environnement de cet élevage sacré. Elles ont en effet livré un matériel osseux important d’époque hellénistique qui a fait l’objet d’études archéozoologiques28. Ce matériel provient de victimes de sacrifice et de couches datées du iiie et du ier s. a.C. Il concerne essentiellement des bovins abattus assez jeunes, vers 2-4 ans. Le choix d’animaux de sexe féminin répond certainement à un impératif de nature religieuse et l’absence de certaines parties du squelette, comme les crânes, certainement récupérés pour orner le sanctuaire, confirme si le besoin en était encore, qu’il s’agit bien d’un contexte sacrificiel. Le fait important pour l’histoire des animaux domestiques est la grande taille que certains des individus sacrifiés avaient atteinte. L’un de ces bovins mesurait même 141 cm au garrot, ce qui est comparable aux meilleurs bovins français du début du xxe s. Ce chiffre s’insère naturellement dans une tendance générale depuis l’époque archaïque à l’augmentation en hauteur du bétail dans le monde grec. C’est là un progrès qui porte ses fruits à l’époque hellénistique et permet d’indéniables succès29. Le souci d’offrir aux divinités des animaux dignes d’eux, et donc de belle allure et de grande taille, stimulait évidemment des efforts de sélection et nombre de lois sacrées le montre30. Rien n’indique véritablement que le dépôt du sanctuaire d’Artémis ait eu un lien direct avec les troupeaux sacrés de la déesse. Il montre néanmoins un contexte dans lequel ils se sont insérés. À Lousoi, il n’était nullement impossible aux éleveurs locaux, dont le sanctuaire d’Artémis faisait partie, d’entretenir de véritables troupeaux de vaches et la présence des bovins dans la région ne se limitait pas au bétail aratoire.

L’octroi du droit de pâturage

  • 31 Plassart & Blum 1914, pour leur première publication. Voir donc Osborne 1987, 118-121.

17L’ensemble épigraphique le plus important sur l’élevage dans le Péloponnèse est formé d’une série de textes stéréotypés ; il s’agit des décrets de proxénie qui comportent l’octroi du droit de pâturage (epinomia). Ils sont au nombre de trente et seule la Thessalie offre en Grèce un lot plus abondant encore. Orchomène d’Arcadie par exemple a livré plusieurs de ces textes qui, au iiie s. a.C., avaient été inscrits sur des plaques de bronze trouvées juste avant la Première Guerre mondiale par les fouilleurs de l’École française d’Athènes. Ces plaques déposées dans la collection des bronzes du Musée National à Athènes ne semblent pas avoir été réexaminées depuis leur première publication. L’intérêt que présente ce petit groupe de textes d’Orchomène avait néanmoins été noté par R. Osborne qui les avait naguère utilisés dans son livre sur les campagnes de la Grèce ancienne31.

18Nous donnons à titre d’exemple la photographie de l’une d’elles à laquelle manquent plusieurs fragments (fig. 1). Le bénéficiaire, un certain Agèsimachos, était citoyen d’Aléa, une petite cité limitrophe d’Orchomène.

Fig. 1. Proxénie d’Orchomène d’Arcadie pour Agèsimachos d’Aléa, photographie du Musée National d’Athènes, inv. 14613/9.

[οξ]ε τ[ᾶι πό][ι τῶ]ν Ὀρ-
[]ọ[μενί]ων ’Aγ[σί]α[χο]ν Π--------ΟΣ
’Aλε[ον] πρόξε[ο]ν κ[αὶ] εὐ[εργέ]αν
4 [Ὀ]ρχομ[ε]ίων εἶναι αὐτὸν [καὶ γέ]νọ[ς],
εἶναι δ[αὐτῶ]ι ἀτέλειαν καὶ ἔμπ[α]ιν καὶ
[ἀσ]λία κα[ὶ] ἐπινομ[ί]αν καθάπερ τοῖ-
[ς πολ]ίταις καὶ ἐμ πολέμωι καὶ ἐν ἰ[ρ]-
8 [άναι∙ ἐ]πὶ δ[αμ]ιοργῶι Ε..ΓΟΣΩΙ, προ-
σ[τ] τας βουλᾶς ν.

Traduction : “Bonne Fortune ; il a plu à la cité des Orchoméniens qu’Agèsimachos fils de P [...] d’Aléa soit proxène et bienfaiteur des Orchoméniens, lui et sa descendance, qu’il ait la dispense de taxes et le droit d’acquérir (une terre), l’asylie et le droit de pâturage comme les citoyens en temps de guerre et en temps de paix ; sous le damiurge É [...]gosos. Président du Conseil—.”

  • 32 IG, IV, no 853. Le texte, l. 20-21, dit qu’Antérôs aura “l’epinomia des bestiaux (boskemata) qu’il (...)
  • 33 À Orchomène, pour un citoyen de Mégalopolis (Plassart & Blum, 463-464, d’où Dubois 1986, no 07, 16 (...)

19Les décrets de proxénie comportant l’octroi du droit de pâturage appellent plusieurs remarques. D’abord, il faut noter la géographie des cités qui ont joint le droit de pâturage à la liste des privilèges et honneurs habituels dans les décrets de proxénie (fig. 2). Deux régions en effet dominent nettement : la Laconie (avec Kotyrta, Géronthrai, Thalamai et Gérénia) et l’Arcadie orientale (avec Tégée, Orchomène Lousoi et Theisoa). Il n’y a qu’un seul cas isolé dans le reste de la presqu’île, à Méthana, en Argolide, dans un texte qui est d’ailleurs le plus récent de la série puisqu’il date de 1/2 p.C.) ; la formulation de l’octroi de l’epinomia y déroge d’ailleurs à celle que l’on trouve dans les décrets d’époque hellénistique et le bénéficiaire est un Romain de Corinthe, un certain L. Licinnius Antérôs32. Il est difficile d’expliquer pourquoi telle ou telle autre région n’est pas représentée sur cette carte. Le hasard des traditions épigraphiques locales peut avoir son rôle. Mais un point paraît évident : là où il est concédé, le droit de pâturage, l’epinomia, appartient à la même catégorie de privilèges que l’enktesis, le droit d’acheter une terre et une maison. Quelques décrets de proxénie octroient même un droit d’exploiter le bois, l’epixylia, ainsi à Orchomène et à Theisoa33. Cela signifie que le droit de pâturage dans ces régions fait fortement partie des éléments qui constituent la citoyenneté, car l’élevage, est une ressource normale des citoyens. Acheter une maison, posséder une terre à exploiter ne suffisent pas toujours à assurer la survie économique d’un oikos, il faut en plus pouvoir envoyer ses troupeaux là où il y a des pâturages disponibles.

Fig. 2. Carte des cités grecques ayant octroy le droit de pâturage, Chandezon 2003, 382

  • 34 Ager 1996, no 63. Repris dans Chandezon 2003, no 5 (les lignes cités ci-dessous sont en 19-23). Le (...)
  • 35 Un discours de Démosthène, 55 (Contre Calliclès), 11, montre bien que l’intrusion d’un troupeau ét (...)

20Il est en revanche beaucoup plus difficile de dire quel était le contenu précis de ce droit. Une compréhension détaillée de l’exercice du droit de pâturage ne peut pas naître de textes stéréotypés comme le sont des décrets de proxénie. Seuls les cas d’octroi collectif du droit de pâturage à une communauté étrangère apportent quelques informations. Un arbitrage de Milet et de Rhodes entre Hermionè et Épidaure daté de la fin du iiie s. a.C. concerne un petit territoire situé au bord du golfe de Nauplie34. La zone était en situation frontalière et objet de contestations entre les deux cités. La décision des arbitres fut de transformer ce petit territoire en terre commune (koinè) aux deux cités. Cela était possible, car même si l’agriculture n’y était pas totalement absente des modes d’exploitations, ce terroir était manifestement peu peuplé. Après avoir délimité la terre commune, les juges en charge de l’arbitrage règlent un certain nombre de problèmes entre Hermionè et Épidaure, pour éviter que des disputes territoriales ne renaissent : “si quelque amende reste due pour les cités, qu’elle soit levée ; au sujet des droits de culture (karpeia) et des droits de pâturage (epinomia) datant d’avant le jugement, qu’aucune plainte ne soit déposée ni d’un côté ni de l’autre ; que le jugement précédent concernant les chèvres soit valable auprès des fermiers des taxes”. Peu d’habitants, quelques cultures, du bétail, dont des chèvres : il s’agit là d’un bel exemple de confins, d’eschatiai. C’est manifestement sur ce type de terres que s’exerçait le droit de pâturage qu’octroyaient certaines cités grecques. Il s’agissait d’un droit bien différent de la vaine pâture dans la France d’Ancien Régime qui concernait les terres des particuliers, une fois la récolte achevée. Rien n’indique que, dans le monde grec, les éleveurs aient eu un accès semblable aux terres privées. Au contraire, les textes montrent que l’intrusion d’un troupeau extérieur sur une propriété privée était considérée comme un acte répréhensible et délictuel35.

  • 36 Le texte le plus complet à ce sujet émane d’Orchomène de Béotie et date du dernier tiers du iiie s (...)
  • 37 Chaniotis 1996, no 28, l. 27-30. D’autres textes crétois apportent des précisions sur les déplacem (...)
  • 38 IG, V.2, no 456.

21Le point véritablement obscur à propos de l’epinomia est en fait ailleurs : la possibilité d’accéder aux pâturages publics de la cité était-elle gratuite ou bien fallait-il acquitter une taxe pour cela ? Certains textes, hors du Péloponnèse, comme en Béotie, parlent en effet d’une taxe ouvrant l’accès aux pâturages et qui s’appelle là l’ennomion36. Mais il y a d’autres documents, comme en Crète, qui laissent penser au contraire que ceux qui avaient reçu l’epinomia avaient gratuitement accès aux pâturages publics, de même que les citoyens37. Il est donc probable que les usages divergeaient d’une cité à l’autre et il est vain de vouloir résoudre la question par une solution valable pour l’ensemble du monde grec. Pour le Péloponnèse, il y a un seul document qui permet d’évoquer le problème. Il s’agit de l’inscription mégalopolitaine bilingue dont il a déjà été question plus haut et qui date du règne d’Auguste. Elle explique qu’un certain T. Arminius Tauriscus, probablement un negotiator italien, a fait construire à ses frais un pont sur l’Hélisson et que la cité en échange l’a exempté à vie du paiement de l’epinomion et du droit de glandée pour tous les bestiaux qu’il possède38. La concession substantielle ne laisse aucun doute sur le fait que Mégalopolis prélevait une taxe sur les troupeaux, sans doute par tête. Cette taxe peut se comprendre comme un simple impôt sur le bétail, mais elle peut aussi bien être un droit d’accès à certains pâturages. Les epinoma de l’arbitrage entre Hermionè et Épidaure étaient peut-être aussi des droits à acquitter, car il est question des plaintes qu’on pourrait déposer à leur sujet après le règlement de la question frontalière. Ce texte est cependant moins probant que celui de Mégalopolis.

La nature des déplacements de troupeaux dans le Péloponnèse

  • 39 Georgoudi 1974.
  • 40 Sur les modèles de l’élevage péloponnésien à une époque plus récente : voir Jameson, Runnels & van (...)
  • 41 Malgré de salutaires mises en garde comme celle de Hodkinson 1988. Les auteurs de survey manifestè (...)
  • 42 À propos de la naissance de la transhumance provençale, nous renvoyons à l’étude désormais classiq (...)

22L’exercice du droit de pâturage par des étrangers pose la question de l’ampleur réelle des déplacements de troupeaux dans le Péloponnèse hellénistique et de leur nature. Le débat a eu lieu à propos de la Grèce en général et Stella Georgoudi, dans un article remarquable de 1974, a étudié les traces que la transhumance avaient laissées dans notre documentation39. La loi d’Aléa était évoquée comme l’une des preuves de mouvements de troupeaux à travers toute l’Arcadie. La pratique de la transhumance dans le Péloponnèse du xixe et du xxe s. était encore vivante40 et semblait indiquer qu’il s’agissait d’un phénomène né de la Méditerranée et qui était de tout temps. L’habitude de qualifier toutes les formes de mouvements de troupeaux du nom de transhumance s’imposa donc, en français comme en anglais ou en allemand41, malgré le risque de plaquer sur les usages de l’Antiquité des images issues de la grande transhumance telle qu’elle se pratiquait en Castille, dans le sud de l’Italie ou en Provence depuis le Bas Moyen Âge, alors même que les historiens qui l’avaient étudiée avaient montré que la transhumance y était une construction politique, économique et sociale née à un moment précis de l’histoire plutôt qu’un héritage de temps immémoriaux42.

  • 43 Migeotte 1984, no 25.
  • 44 Philippson 1959, 492, sur cette région.
  • 45 L’édition de ce texte par Moretti 1967, no 53, a l’avantage d’être accompagné d’un commentaire his (...)

23Les décrets de proxénie péloponnésiens sont-ils des preuves supplémentaires de cela ? L’examen des liens géographiques entre la cité qui octroie le droit de pâturage et la cité du bénéficiaire est un élément essentiel du raisonnement. Il apparaît d’abord qu’il existe une première catégorie d’octrois que l’on pourrait appeler de voisinage. Cela signifie que les deux cités en jeu sont limitrophes : telle est la situation dans le cas d’un décret de Kotyrta en Laconie pour un citoyen d’Asôpos, un certain Peiitas43. Le bénéficiaire était un notable de la basse époque hellénistique qui, en plus d’autres services, avait prêté de l’argent sans intérêt à Kotyrta alors en situation de crise frumentaire. Si Peiitas avait l’intention de bénéficier du droit de pâturage qu’Asôpos lui avait octroyé, ses troupeaux n’avaient pas d’immenses distances à parcourir pour atteindre les pacages publics de Kotyrta. L’organisation des territoires civiques en Grèce reproduit souvent un schéma qui tend à repousser les terres publiques dans les zones frontalières. Il est donc fort probable que les terres de parcours de Kotyrta et d’Asôpos formaient un espace à peu près continu dans la zone des collines qui les séparait, un peu au nord du cap Malée44. À Orchomène d’Arcadie, justement, sur les cinq décrets de proxénie avec octroi de l’epinomia, deux concernent des cités voisines d’Orchomène, Kaphyai et Aléa (dans ce derniers cas, il s’agit du texte cité plus haut). Les bénéficiaires des trois autres textes sont des Athéniens, un Mégalopolitain et un Lacédémonien. L’exemple du décret pour les trois Athéniens est instructif et montre qu’à Orchomène, le droit de pâturage faisait partie de ces honneurs traditionnellement accordés aux étrangers que la cité voulait distinguer45. Il n’y avait en effet guère de chances que ces trois hommes aient un jour la possibilité de profiter de l’epinomia. C’étaient en effet des ambassadeurs qu’Athènes avait envoyés dans le Péloponnèse en 268/267 a.C. pour préparer la guerre de Chrémonidès et qui appartenaient à l’élite dirigeante athénienne du moment.

  • 46 Sur ces clauses dans les traités, Chandezon 2003, 344-349.
  • 47 Sur cette transhumance italienne antique, voir Corbier 1991 et 1999.
  • 48 IG, V.1, no 1226.

24Dans le cas où le proxène qui recevait le droit de pâturage n’habitait pas une cité voisine, il n’avait guère de chances d’en bénéficier un jour, sauf à venir s’installer dans la cité qui lui avait octroyé ce titre. Dire que l’epinomia individuelle accordée dans le cadre des décrets de proxénie a pu favoriser les déplacements de troupeaux sur de longues distances et par-dessus plusieurs frontières civiques est donc hasardeux. Elle apparaît au mieux comme un moyen de réguler des relations de voisinage dont purent bénéficier quelques notables en menant paître leurs troupeaux dans les terres frontalières sans se soucier des limites entre les pacages des deux cités voisines. Mais le plus souvent, l’epinomia n’est que l’un des droits à caractère honorifique qui accompagnent le titre de proxène. Les quelques cas connus d’octroi collectif de l’epinomia par traité entre deux communautés civiques – il n’y en a aucun pour le Péloponnèse – confirment que le souci dominant était de régler des problèmes de compascuité46. La solution a parfois été jusqu’à la conclusion de véritables accords de copâturage. L’arbitrage de la fin du iiie s. a.C. entre Hermionè et Épidaure dont il a déjà été question illustre cette possibilité. Il transforme la terre contestée en territoire commun (koinè) aux deux cités et en définit clairement les limites. Mais là encore, la solution choisie ne visait pas à faciliter de vastes déplacements de troupeaux, mais seulement à régler des problèmes de voisinage dans les eschatiai entre les deux cités. Rien ne vient indiquer que des cités du Péloponnèse aient un jour conclu des accords facilitant des voyages pastoraux de grande ampleur, comme ceux que connut l’Italie romaine à la fin de la République47. Quand, en Grèce, on s’est préoccupé de problèmes liés à l’élevage, ce qui fut, à la vérité, assez fréquent, l’objectif resta seulement de régler des problèmes qui se posent entre cités limitrophes. Les États fédéraux ont peut-être pu favoriser la création de vastes zones de parcours à l’échelle de régions entières, mais il n’en est nulle trace dans les sources. Pour le Péloponnèse, le seul indice en ce sens est peut-être fourni par la Laconie pour laquelle on possède un décret fédéral des Lacédémoniens en faveur d’un Spartiate et comportant l’octroi du droit de pâturage : Sparte n’appartenait pas à la Confédération des Lacédémoniens48.

  • 49 Par exemple, voir Arbos 1923, 7-15 (où l’on trouvera l’ensemble le plus complet de définitions ; A (...)

25Les textes suggèrent donc plutôt que, dans le Péloponnèse, les déplacements de bétail se faisaient sur de courtes distances selon des itinéraires qui ne sortaient guère du cadre des territoires civiques. Au maximum, les animaux débordaient sur les pacages des cités voisines. Peut-on qualifier ces déplacements de transhumance comme l’habitude commode s’en est imposée ? Les géographes, suivis par les historiens qui se sont intéressés aux déplacements de bétail à des périodes plus récentes, ont élaboré un vocabulaire nuancé qui permet une classification précise des faits49. Le nomadisme pastoral implique que tout le groupe humain se déplace avec le tropeau dont il tire ses ressources. À l’opposé de la hiérarchie, le terme d’estivage sert à qualifier les déplacements de troupeaux simplement accompagnés de quelques bergers qui se déroulent à courte distance entre pâturages d’été en montagne et pâturages d’hiver en plaine. Strictement, il y a estivage si les propriétaires résident en plaine, à proximité des pacages d’hiver, et hivernage, s’ils habitent près des pâturages d’été. Le terme de transhumance est réservé aux mouvements de bétail qui se développent sur de très longues distances – plus de cent kilomètres – et concernent des troupeaux ovins très nombreux. Le développement de la transhumance est un phénomène historique, intimement lié à l’émergence de centres lainiers et au soutien d’un pouvoir décidé à faire triompher les intérêts des éleveurs sur ceux des paysans.

26Dans le Péloponnèse hellénistique, aucune de ces conditions ne semble présente : pas de centres lainiers importants, pas de pouvoir susceptible d’imposer le passage de troupeaux à des cités jalouses de défendre la maîtrise de leur finage. De toute façon, la cité grecque est d’abord une société de paysans. Ceux-ci ne sont certes pas tous de purs agriculteurs. Ils participent en fait d’un système agro-pastoral plus ou moins poussé. Mais ce sont quand même d’abord des paysans. On voit donc mal les cités grecques décider que les intérêts agricoles devaient être subordonnés a ceux de purs éleveurs. Il ne faut donc pas s’étonner si aucun document ne permet de déduire que des pratiques de transhumance ont existé : les sources montrent en réalité que les mouvements de bétail relevaient de l’estivage. Les surveys tendent du reste maintenant à confirmer ce que les inscriptions laissent apercevoir : les troupeaux passent la mauvaise saison en plaine, sans doute souvent sur les jachères, après la moisson ou entre les labours. Ils contribuent à fumer ainsi les champs. À la belle saison, ils sont éloignés vers les zones incultes, dans les maquis ou en montagne, souvent à proximité dans les zones frontalières.

  • 50 Sorlin-Dorligny 1918, 926, n. 18 : “la transhumance n’existe point en Grèce jusqu’à l’unification (...)

27Comme l’avaient naguère pressenti certains chercheurs50, les frontières civiques avaient effectivement bien limité les déplacements du bétail. La cité grecque fut un obstacle au développement d’une transhumance que seul le cadre des États fédéraux a peut-être pu permettre de dépasser, quoique nous n’en ayons aucune preuve, alors même qu’une véritable transhumance se mettait en place dans l’Italie romaine à l’époque hellénistique.

Les spécificités du Haut-Empire

  • 51 Alcock 1993, 87-88 : “The development of larger landholdings and of élite relationships between ci (...)

28L’unification imposée par Rome, sa capacité à mettre un pouvoir considérable au service d’une élite dont les intérêts s’étendaient de plus en plus à l’échelle de la province d’Achaïe, la désertification des campagnes que semblent signaler les surveys ont pu suggérer que l’ampleur des mouvements de troupeaux avait changé avec la domination romaine. S. Alcock a ainsi avancé avec beaucoup de prudence et de nuance l’idée selon laquelle le développement des grandes propriétés et d’une élite qui n’était plus cantonnée dans le strict cadre civique aurait favorisé les mouvements transhumants – pour reprendre ses mots en les transposant en français51. Les routes de transhumance, comme les aqueducs, se moqueraient désormais des vieilles frontières civiques.

  • 52 IG, IV, no 853. Inscription reprise par Foxhall et al. 1997, 273-274, no 15.
  • 53 IG V.2, no 456. Voir ci-dessus.

29Les sources sont trop rares pour permettre de confirmer ces conclusions, pas plus pour l’ensemble de la province d’Achaïe que pour le Péloponnèse en particulier. Deux inscriptions seulement pourraient indiquer une évolution de ce genre. La première est le décret de proxénie avec octroi de l’epinomia qui émane de la cité de Méthana. Ce texte a été daté de 1/2 p.C. Il s’agit de l’ultime texte de la série pour l’ensemble du monde grec52. Le bénéficiaire de cet octroi est un certain L. Licinnius Antérôs de Corinthe. Il est donc originaire de la colonie romaine de Corinthe et son nom incite à y voir l’un de ces affranchis qui ont formé une bonne partie de la population de Corinthe au moment de sa deductio. La presqu’île de Méthana est relativement éloignée de Corinthe, à plus d’une cinquantaine de kilomètres par voie de terre, mais l’inscription dit qu’Antérôs a séjourné à Méthana. La seconde inscription est le texte bilingue, latin et grec, qui parle de cet T. Arminius Tauriscus qui, sous Auguste, a obtenu le droit de pâturage et de glandée à Mégalèpolis contre le financement de la construction d’un pont sur l’Hélisson53.

  • 54 C’est le cas dans l’inscription d’Orchomène de Béotie dont il a déjà été question : Migeotte 1984, (...)
  • 55 Oliver 1989, no 116.

30Ces deux textes semblent aller dans le sens qu’indique S. Alcock d’un renforcement des intérêts pastoraux de l’élite qui se manifesterait au début du Principat. Mais l’inscription de Mégalèpolis montre aussi que la cité de Mégalopolis, sous Auguste, conserve un contrôle fiscal sur ses pâturages. Elle peut échanger des droits de ce genre contre des avantages qu’elle attend des notables. Il n’y a pas là le signe d’un abandon nouveau dans l’histoire des cités. À la fin du iiie s. a.C., trois d’entre elles, en Béotie, avaient de la même façon utilisé leur taxe de pâturage comme monnaie d’échange avec des créanciers54. Cette même Béotie fournit en outre un parallèle à la persistance de taxes sur les terrains de parcours prélevées par une cité grecque de l’époque impériale. Une lettre d’Antonin le Pieux à Coronée, datée de 155, règle un litige de la cité avec Thisbè qui portait manifestement sur des pacages situés dans l’Hélicon. Antonin y dit que si les Thisbéens font désormais paître leurs animaux sur le territoire contesté (epinemein), et qui a été attribué à Coronée, ils devront lui payer la taxe de pâturage (ennomion)55. Avant de parler de transhumance pour l’époque impériale, il est donc là encore nécessaire de montrer la plus grande prudence. Certes l’intégration de la Grèce à l’Empire, la création d’un espace provincial offraient maintenant des conditions politiques adéquates pour son développement. Mais pour l’instant, la transhumance reste de l’ordre de l’hypothèse pour la Grèce du Haut-Empire.

31En matière de déplacements de troupeaux, l’essentiel, à l’époque hellénistique, reste donc le phénomène de l’estivage. Il assurait une intégration partielle des troupeaux dans la vie agricole des zones basses. Opposer les éleveurs et les paysans n’a finalement guère de sens pour le Péloponnèse, comme pour une bonne partie du monde grec. En effet, la plupart du temps, les propriétaires d’animaux sont les mêmes que ceux qui cultivent la terre et emblavent le bas pays. Ce qui compte, c’est beaucoup plus de comprendre à quel point le bétail a été intégré dans les activités agricoles. Les variations tenaient à cela : jusqu’à quel point le système de culture pratiqué était-il agro-pastoral ? Pour le Péloponnèse, la situation était proche de celle de la Grèce centrale à la même époque. Les cités y apparaissent comme des structures essentielles d’encadrement de la vie agro-pastorale, et il n’est pas certain que la Basse époque hellénistique ou le Haut-Empire marquent une rupture à ce sujet. Ce n’est pas parce qu’à une date récente, on pouvait encore voir le spectacle de troupeaux traversant une bonne partie de la presqu’île que cela a existé de tout temps. L’élevage est une activité économique comme les autres ; il ne peut pas être considéré comme le résultat de forces naturelles s’imposant d’elles-mêmes aux hommes. Il a bien une histoire, qui dépend de facteurs momentanés, ce qui interdit les raisonnements régressifs.

Notes

1 Snodgrass 1986, 32-33. Mais voir les critiques émises à l’encontre de cette théorie par Cherry 1988 et par Isager & Skydsgaard 1992, 99.

2 Hypothèse exprimée avec prudence par Alcock 1993, 87-88.

3 Van Andel & Runnels 1987, 104 et 112, et Jameson et al. 1994, 298-299.

4 Catling 2002, 197-198 et 227-228.

5 Gill & Foxhall 1997, 60.

6 Bowden & Gill 1997, 80-81.

7 Forstenpointer & Hofer 2001, 171-172.

8 IG, V.2, no 3. La dernière édition de ce texte est celle de Thür & Taeuber 1994, no 2. Pour un commentaire en français mesuré, voir Jost 1985, 382-384. La composition du troupeau du prêtre est indiquée l. 1-2 : “Que le prêtre laisse paître vingt-cinq moutons, un couple d’animaux de trait et une chèvre…”. Rappelons que sur tout ce qui concerne les déplacements de troupeaux en Grèce, les articles qui ont fait date sont ceux de Georgoudi 1974, Hodkinson 1988 et Skydsgaard 1988.

9 Équidés d’Élide dans les poèmes homériques : par exemple, Odyssée, 4.634-637, où il est question de chevaux et de mulets. Pour la Messénie : Odyssée, 21.23. Voir en général Richter 1968, 75, et Baladié 1980, 188. Chevaux du Péloponnèse dans la cavalerie athénienne : Braun 1970, 261-262 et 264-265, et Kroll 1977, 87 et 89. Un koppatias est par exemple mentionné comme cheval de course dans Arist., Nuées, v. 1-23.

10 Pol. 5.37.7-11.

11 Str. 8.8.2 = C 388. Sur les chevaux d’Arcadie, Baladié 1980, 189-190 ; voir aussi Roy 1999a, 330, où il est question des équidés arcadiens en général.

12 Varron, Économie rurale, 2.1.14 ; 2.6.1 ; 2.8.3.

13 Plin., Nat., 8.167, là encore en parallèle avec les ânes italiens de Réate. Sur les ânes d’Arcadie : Baladié 1980, 190. Sur la mulasserie péloponnésienne, voir Chandezon 2005, 212.

14 Les données archéozoologiques de Lousoi hellénistique indiquent une place spécialement importante des équidés : Forstenpointer & Hofer 2001, 175-176.

15 Plut., Questions grecques, 52 = 303 B, et Paus. 5.5.2.

16 Cet usage est déjà signalé par Hérodote 4.30, qui constate : “Aussi quand on approche de la saison où les juments sont en chaleur, ils les mènent hors d’Élide chez les peuples voisins, et là, en pays étranger, les font saillir par les ânes jusqu’à ce qu’elles aient conçu, après quoi ils les ramènent” (trad. CUF).

17 C’est une recommandation que se trouve aussi bien chez Varron, Économie rurale, 2.8.5, que chez Columelle 6.37.11.

18 Plut., Philopoimen, 4.4.

19 [Théocrite], 25 (Héraclès tueur de lion), v. 13-17.

20 Sur ce type de pâturages, voir Robert 1980, 12-14.

21 Pol. 12.4.5-14 (trad. D. Roussel, La Pléiade). Sur le cas spécifique de l’élevage des porcs en Arcadie, Roy 1999, 331.

22 IG, V.2, no 456. Le nom de ce droit est incomplet sur la pierre et il est impossible de proposer une restitution satisfaisante. On voit juste qu’il commençait par ΒΑΛΑΝΩ, ce qui en fait bien un droit de glandée. Pour une date beaucoup plus ancienne, en pleine époque classique, la loi d’Aléa Athéna à Tégée montre aussi clairement que des porcs se déplaçaient dans la région et faisaient partie du bétail sacré (IG, V.2, no 3, l. 19).

23 Columelle, De l’agriculture, 9.14.18-19. Sur les aspects techniques de la transhumance des abeilles, l’historien de l’Antiquité aura intérêt à comparer avec ce que l’on sait de cette pratique pour d’autres périodes et d’autres régions : par exemple Fanica 2006, 337.

24 Sur les animaux sacrés : Bodson 1978. Sur les troupeaux sacrés, Chandezon 2003, 286-293.

25 IG, V.2, no 3, l. 15-21. Sur le sens général de probata dans ce texte, Benveniste 1969, 1, 37-45.

26 Sur ce sanctuaire, Jost 1985, 46-51 et 419-425.

27 Pol. 4.18.10 et 19.3.

28 Forstenpointer & Hofer 1997 et 1997-2001.

29 Leguilloux 2000, 77-78 ; Chandezon 2004.

30 Dans certains cas, la fourniture de bovins de sacrifices prestigieux a fait l’objet d’une sorte de compétition organisée : ainsi, en Thessalie à l’initiative de Jason de Phères, en 370 a.C., Xen., Helléniques, 6.4.29. La loi hellénistique de Bargylia a apporté un nouvel exemple de ce genre de pratiques (SEG, 45 [1995], no 1508). Les sacrifices n’ont donc pas seulement pesé sur les élevages à travers la demande quantitative en animaux, mais aussi par le biais d’exigences qualitatives et cela a poussé à des progrès d’ordre zootechnique.

31 Plassart & Blum 1914, pour leur première publication. Voir donc Osborne 1987, 118-121.

32 IG, IV, no 853. Le texte, l. 20-21, dit qu’Antérôs aura “l’epinomia des bestiaux (boskemata) qu’il possède”.

33 À Orchomène, pour un citoyen de Mégalopolis (Plassart & Blum, 463-464, d’où Dubois 1986, no 07, 169-170) et pour un Lacédémonien (SEG, 11 [1954], no 470) ; à Theisoa, pour un citoyen de Thelphousa (Syll.3, 623) qui reçoit aussi le droit de pâturage.

34 Ager 1996, no 63. Repris dans Chandezon 2003, no 5 (les lignes cités ci-dessous sont en 19-23). Le commentaire de Wilhelm 1974, 3, 319-342, reste très éclairant sur le contexte géographique.

35 Un discours de Démosthène, 55 (Contre Calliclès), 11, montre bien que l’intrusion d’un troupeau étranger était vécu comme une violation de la propriété privée. Le père du plaideur avait clôturé sa propriété pour régler des problèmes d’écoulement des eaux, et aussi, parce que “les voisins faisaient paître (epinemein) sur la propriété et la traversaient” (trad. CUF). Platon, Lois, 8.843d, interdit lui aussi que l’on envoie ses troupeaux paître (epinemein) sur la propriété d’autrui et prévoit des problèmes entre voisins à ce sujet.

36 Le texte le plus complet à ce sujet émane d’Orchomène de Béotie et date du dernier tiers du iiie s. a.C. : Migeotte 1984, no 12. La question des modalités de jouissance de l’epinomia a été discutée par Thiel 1926, 54-62. Voir aussi Chandezon 2003, 351-389.

37 Chaniotis 1996, no 28, l. 27-30. D’autres textes crétois apportent des précisions sur les déplacements de troupeaux dans l’île : voir la synthèse de ces questions dans Chaniotis 1995.

38 IG, V.2, no 456.

39 Georgoudi 1974.

40 Sur les modèles de l’élevage péloponnésien à une époque plus récente : voir Jameson, Runnels & van Andel 1994, 290-301.

41 Malgré de salutaires mises en garde comme celle de Hodkinson 1988. Les auteurs de survey manifestèrent également assez vite une certaine réticence face à cette habitude.

42 À propos de la naissance de la transhumance provençale, nous renvoyons à l’étude désormais classique de Sclaffert 1926.

43 Migeotte 1984, no 25.

44 Philippson 1959, 492, sur cette région.

45 L’édition de ce texte par Moretti 1967, no 53, a l’avantage d’être accompagné d’un commentaire historique.

46 Sur ces clauses dans les traités, Chandezon 2003, 344-349.

47 Sur cette transhumance italienne antique, voir Corbier 1991 et 1999.

48 IG, V.1, no 1226.

49 Par exemple, voir Arbos 1923, 7-15 (où l’on trouvera l’ensemble le plus complet de définitions ; Arbos emploie l’expression de “vie pastorale de montagne” pour parler de l’estivage, et la définit comme un mouvement “entre les pentes inférieures et supérieures des versants”), Blache 1933, 13-41 (sur la transhumance méditerranéenne) et Veyret 1951, 171-185 et 206-211. Sur les nécessités de bien définir les mots, on doit à Forbes 1995 des remarques du même ordre que celle que nous nous sommes faites. Certains historiens de l’Antiquité ont préféré employer les expressions transhumance horizontale (pour l’estivage) et transhumance verticale (pour la transhumance des géographes). Pourquoi pas ? Mais il faudrait alors admettre que toute transhumance horizontale comporte des éléments de verticalité, la Crau par exemple n’est pas à la même altitude que les vallées alpines.

50 Sorlin-Dorligny 1918, 926, n. 18 : “la transhumance n’existe point en Grèce jusqu’à l’unification par les Romains”.

51 Alcock 1993, 87-88 : “The development of larger landholdings and of élite relationships between cities facilitated more extended transhumant movements”. Rousset 2004, 372, note avec raison que cela ne repose pas sur un ensemble bien solide de sources.

52 IG, IV, no 853. Inscription reprise par Foxhall et al. 1997, 273-274, no 15.

53 IG V.2, no 456. Voir ci-dessus.

54 C’est le cas dans l’inscription d’Orchomène de Béotie dont il a déjà été question : Migeotte 1984, no 12 ; les deux autres exemples proviennent également de cités du Copaïs : Kopai (Migeotte 1984, no 15) et Akraiphia (Migeotte 1984, no 16).

55 Oliver 1989, no 116.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Proxénie d’Orchomène d’Arcadie pour Agèsimachos d’Aléa, photographie du Musée National d’Athènes, inv. 14613/9.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-1.jpg
Fichier image/, 232k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-2.jpg
Fichier image/, 8,7k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-3.jpg
Fichier image/, 8,7k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-4.jpg
Fichier image/, 8,8k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-5.jpg
Fichier image/, 8,7k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-6.jpg
Fichier image/, 8,7k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-7.jpg
Fichier image/, 14k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-8.jpg
Fichier image/, 8,6k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-9.jpg
Fichier image/, 8,7k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-10.jpg
Fichier image/, 8,7k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-11.jpg
Fichier image/, 8,6k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-12.jpg
Fichier image/, 14k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-13.jpg
Fichier image/, 8,6k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-14.jpg
Fichier image/, 8,6k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-15.jpg
Fichier image/, 8,9k
Légende Fig. 2. Carte des cités grecques ayant octroy le droit de pâturage, Chandezon 2003, 382
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1374/img-16.jpg
Fichier image/, 184k

Auteur

Université Paul Valéry, Montpellier III

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540