Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien

 | 
Frédéric Hurlet

Deuxième partie. Pouvoirs du proconsul, pouvoirs du prince

Chapitre I. L’imperium militiae du proconsul : continuité et rupture à l’époque impériale

Texte intégral

  • 13 Cf. à ce sujet la description – ironique – par Cicéron du départ de Verrès pour la Sicile (2 Verr. (...)
  • 14 Sur la profectio à l’époque républicaine et les insignes militaires, cf. Mommsen DPR, III, 299 et D (...)

1La dimension militaire des pouvoirs du proconsul était primordiale tout au long de l’époque républicaine. Elle apparaissait tout particulièrement au grand jour au moment de la cérémonie organisée à Rome au moment du départ (la profectio) de tout proconsul pour sa province, que celle-ci fût militarisée comme la Macédoine ou paisible comme la Sicile13. Les principales étapes sont bien connues et s’enchaînaient très vraisemblablement dans l’ordre suivant – en tout cas jusqu’à l’institution de nouvelles règles par la lex Pompeia de 52 : après avoir pris dans un premier temps ce qu’on appelle “les auspices de départ” sans doute sur l’auguraculum de l’arx, le proconsul se rendait sur le Capitole pour y prononcer les vœux traditionnels (la nuncupatio uotorum) et endosser le costume de guerre (le paludamentum). C’est à ce titre en tant que paludatus qu’il franchissait le pomerium et quittait Rome en compagnie de troupes plus ou moins nombreuses et de ses licteurs, qui étaient eux aussi revêtus du paludamentum et qui portaient les faisceaux munis de haches14. Il n’est aucun de ces attributs proprement militaires qui ne fut au bout du compte retiré au proconsul au fur et à mesure que le prince consolidait sa position à la tête de l’armée et s’affichait comme le seul général en chef de l’Empire. Auspices militaires, paludamentum et commandement d’une véritable armée, toutes ces composantes du pouvoir militaire à Rome finirent par être monopolisées par le pouvoir impérial. C’est là le signe incontestable qu’à l’époque impériale, l’imperium militiae avait été sinon enlevé aux proconsuls, ce qui apparaît comme l’hypothèse maximaliste, du moins s’était fortement affaibli. Toute la difficulté est de retracer les étapes du processus qui fit du gouvernement des provinces publiques une activité purement civile et d’en décrire les modalités. C’est à cette question complexe que l’ensemble de ce chapitre est consacré. Parmi les écueils à éviter, il faut prendre en compte que certains auteurs tel Dion Cassius présentent a posteriori la démilitarisation des provinces publiques comme la conséquence logique de la suprématie du prince dans le domaine militaire sans pleinement mesurer à quel point il était difficile de faire appliquer un tel projet dans le contexte des premières années du nouveau régime.

  • 15 Pour un jugement caractéristique, cf. Keppie 1984, 145 ; cf. aussi Bleicken 1990, 87-89.
  • 16 Strab. 17.3.25.
  • 17 Suét., Aug., 47.1.
  • 18 Dion 53.12.2.
  • 19 Dion 53.13.5.
  • 20 Cf. Dion 53.12.3 qui oppose dans ce passage les termes de λόγος et d’ἔργον pour distinguer à propos (...)

2C’est devenu un lieu commun de répéter que le partage de l’Empire romain de janvier 27 a.C. eut pour effet de réserver à Auguste l’administration des provinces les plus militarisées et de confier aux proconsuls des provinces dans lesquelles se trouvai(en)t peu ou pas de légion(s)15. Cette idée se trouvait déjà exprimée, de différentes manières, dans plusieurs sources antiques. Dès l’époque d’Auguste, à la fin de son principat, Strabon précisait que le prince “prit les régions qui réclamaient la présence de l’armée, c’est-à-dire les pays peuplés de Barbares, ceux qui se trouvaient aux frontières de pays non encore soumis, ceux qui étaient si pauvres et si difficiles à travailler que cette pauvreté même et l’abondance sur leurs territoires de positions défensives poussaient leurs habitants à la révolte et à la désobéissance” ; il ajoutait que le prince “laissait au peuple Romain tout le reste, qui était paisible et facile à gouverner sans armes”16. Suétone va dans le même sens quand il rappelle, plus succinctement, qu’Auguste “se chargea lui-même de l’administration des provinces les plus puissantes qu’il n’aurait été ni facile ni prudent de faire gouverner par des magistrats annuels et confia les autres à des proconsuls désignés par le sort”17. Dion Cassius est celui qui a formulé à ce propos les jugements les plus précis et dont la présentation a été souvent reprise par l’historiographie contemporaine sans grande modification. Dans la partie du récit consacrée aux événements de l’année 27, il souligne tout d’abord qu’Auguste “rendit les provinces les plus faibles pour la raison qu’elles étaient pacifiées et non troublées par des guerres, tandis qu’il garda celles qui étaient les plus puissantes, parce qu’elles étaient peu sûres, exposées aux dangers et que soit elles avaient des ennemis à ses frontières, soit elles étaient capables de déclencher de leur propre chef une grande révolte”18. Il précise un peu plus loin à propos des gouverneurs des provinces publiques qu’Auguste leur “donna le titre des consuls pour la raison qu’ils étaient soumis à des tâches qui relevaient plus des temps de paix, les appelant proconsuls”19. L’objectif recherché à travers les mesures de janvier 27 y est en outre clairement défini : le prince réussissait par ce biais, poursuit l’historien grec, à désarmer les sénateurs et à les rendre inaptes à la conduite des opérations militaires, tandis que lui seul “avait des armes et maintenait des soldats”20.

  • 21 Cf. Giovannini 1983 ; Girardet 1990, 90-109 ; Girardet 1992b, 216 ; Roddaz 1992, 196-197.
  • 22 Comme le rappelle Carter 1982, 165 ; cf. déjà dans ce sens Syme 1952, 565, n. 6.
  • 23 Dion Cassius et Strabon ont en commun d’avoir amplifié la portée de la réforme provinciale de janvi (...)

3Il faut apporter quelques nuances et correctifs aux passages de Strabon, de Suétone et de Dion Cassius sur la répartition entre provinces impériales et provinces publiques. S’il est incontestable que les pouvoirs militaires du prince se trouvèrent renforcés par l’ensemble des décisions prises en janvier 27, la présentation de la réforme provinciale par les sources anciennes est entachée malgré tout dans le détail de multiples imprécisions d’un point de vue institutionnel et chronologique. Il apparaît tout d’abord que contrairement à ce que laisse entendre Strabon, les régions situées aux frontières de l’Empire ne faisaient pas toutes partie du domaine réservé au prince au moment des décisions prises en janvier 27 ni même à la fin du principat d’Auguste ; c’est ainsi que dans le contexte des années 20 et 10 a.C., on comptait de nombreuses provinces publiques limitrophes : le Pont-Bithynie, à la rigueur l’Asie avant la création de la province de Galatie en 25 a.C., la Macédoine, l’Illyrie, l’Afrique et la Cyrénaïque (ces deux dernières provinces publiques restant localisées aux frontières de l’Empire tout au long des trois premiers siècles p.C. sans avoir changé de statut). Dion Cassius présente à son tour une interprétation inexacte lorsqu’il fait dériver le titre de proconsul de la nature pacifique des tâches qui étaient d’après lui confiées aux consuls. Les études institutionnelles récentes se recoupent en effet pour rappeler que les consuls des dernières décennies de l’époque républicaine n’avaient pas perdu de iure la composante militaire de leur pouvoir avant 27 a.C. en tout cas21 (même s’il est vrai que d’un point de vue pratique, ils avaient de moins en moins l’occasion d’exercer leur imperium militiae). À cette erreur ponctuelle s’ajoute une autre confusion lorsque Strabon et Dion Cassius rangent conjointement l’ensemble des provinces publiques au nombre des territoires pacifiés ; c’est oublier qu’au début du principat d’Auguste, des provinces publiques comme la Macédoine, l’Illyrie, l’Afrique et la Cyrénaïque furent souvent le théâtre d’opérations militaires conduites par des proconsuls dans des conditions qui seront étudiées infra22. L’origine de toutes ces imprécisions ne fait aucun doute. Les témoignages de Strabon et de Dion Cassius ont en commun d’avoir projeté sur l’année 27 une situation postérieure à l’année de cette première réforme provinciale, que ce soit celle de la fin du principat d’Auguste ou d’une époque plus tardive pour ce qui est de Dion Cassius. Parmi les anachronismes commis par ces deux auteurs, celui qui a le plus d’incidence sur la question de l’imperium militiae du proconsul est d’avoir présenté comme pacifiées des provinces publiques qui étaient restés instables durant les premières décennies de l’époque impériale en raison de conflits avec différentes peuplades locales23. Il vaut mieux partir du principe selon lequel les compétences militaires du proconsul connurent au début de l’époque impériale une évolution multiforme : elles n’étaient pas les mêmes selon que la période envisagée était le début du principat d’Auguste, l’année 14 p.C. ou la fin de l’époque julio-claudienne et que la province concernée était ou non pacifiée. C’est ainsi qu’on ne peut mettre sur le même plan les tâches confiées dans les années 20 a.C. au proconsul de Macédoine avec les fonctions que remplissait au même moment le proconsul d’Asie ; il ne serait pas non plus raisonnable de penser que les pouvoirs militaires du proconsul d’Afrique n’avaient connu aucun changement entre le début du principat d’Auguste et la mort de Néron. L’objet des considérations qui suivent est de montrer que la “démilitarisation” des provinces publiques est le fruit d’un processus plus long et plus complexe que les sources anciennes, Dion Cassius avant tout, veulent le faire croire.

  • 24 Sur la présence de plusieurs légions dans les provinces publiques au début de l’époque impériale, c (...)

4Il ne fait aucun doute que la réforme provinciale de 27 était loin de donner à Auguste le commandement de l’ensemble des forces militaires romaines. Plusieurs légions romaines étaient stationnées tout au long des années 20 et 10 a.C. dans au moins trois provinces publiques – l’Afrique, la Macédoine et l’Illyrie – et entretenaient nécessairement avec les proconsuls en fonction dans ces provinces des relations qu’il faudra définir (étaient-elles ou non toutes placées sous leur autorité directe ?)24. S’y ajoute que des troupes auxiliaires pouvaient être présentes dans les provinces publiques et dépendre du proconsul dans une mesure qui reste également à déterminer. L’ensemble de ces données posent la question de la continuité ou non de l’imperium militiae du proconsul à la suite de la réforme de 27 et des autres mesures plus ponctuelles qui suivirent. Il y a une évidence qui peut servir de point de départ à notre enquête : agissant durant les années 20 et 10 a.C. comme de véritables généraux en chef et placés à ce titre à la tête d’au moins une légion, les proconsuls d’Afrique, de Macédoine et d’Illyrie ne perdirent pas en 27 leur (pro)consulare imperium militiae. Ce n’est que par la suite que leurs armées passèrent sous le commandement de légats impériaux, mais il s’agira de déterminer quand et dans quelles circonstances un tel transfert eut lieu ; il faudra également se demander si les proconsuls de ces trois provinces furent nécessairement privés de leur imperium militiae à partir du moment où ils renonçaient à conduire des campagnes de grande envergure, déduction qui ne va pas de soi. Une autre question est celle de la nature des pouvoirs militaires des proconsuls des provinces publiques autres que l’Afrique, la Macédoine et l’Illyrie, en l’occurrence celles qui étaient considérées peu ou prou comme pacifiées dès 27 et dépourvues à ce titre de la moindre légion (Achaïe, Pont-Bithynie, Asie, Crète-Cyrénaïque, Sicile et Corse-Sardaigne pour l’année 27). Il est nécessaire d’adopter une démarche géographique pour répondre à l’ensemble de ces interrogations. Les trois premières sections seront consacrées à chacune des provinces publiques qui conservèrent sur leur sol une ou plusieurs légions et traiteront de la question de l’imperium militiae des proconsuls de ces provinces dans sa dimension évolutive. Une quatrième section cherchera à déterminer si les proconsuls de toutes les autres provinces publiques, connues pour avoir été démilitarisées dès la réforme de 27 a.C., continuèrent ou non à exercer des pouvoirs militaires tout au long de l’époque impériale.

A. La Macédoine

  • 25 Cf. dans ce sens Papazoglou 1979a, 311-321. La Macédoine était considérée par Cicéron comme une pro (...)
  • 26 Cf. dans ce sens Syme 1933b, 21-22 qui souligne combien il est difficile dans l’état de notre docum (...)
  • 27 Pour un récit détaillé des campagnes successives de Crassus, cf. Dion 51.23-27 ; cf. aussi, mais pl (...)
  • 28 Ritterling 1925, 1221 parle de 4-5 légions ; cf. aussi dans ce sens Schmitthenner 1962, 41. Šašel K (...)
  • 29 C’est ce qui ressort de la mise en parallèle d’un passage de Tacite signalant la présence de deux l (...)
  • 30 Cf. Ritterling 1925, 1556 et 1573 ainsi que Šašel Kos et Keppie (cf. pour les références supra, n. (...)
  • 31 Elle ne repose que sur les surnoms de ces légions, toujours difficiles à interpréter, et sur l’épit (...)
  • 32 L’histoire de la VIIe légion durant les premières décennies du principat d’Auguste comporte de nomb (...)
  • 33 AE, 1936, 18 (sur cette inscription, cf. supra, 87-88).
  • 34 Sur cette légion, cf. en dernier lieu Dabrowa 1993, 10-11 et Dabrowa 2000, 318.
  • 35 On sait que sous Auguste, la XIe légion fit partie de l’armée d’Illyrie (cf. infra, n. 69), mais la (...)
  • 36 La seule donnée sûre concernant l’histoire de la XIIIe légion Gemina sous le principat d’Auguste es (...)

5En 27 a.C., la province de Macédoine occupait une position stratégique telle qu’il n’est pas question de la ranger dès cette date au nombre des territoires pacifiés. Elle avait constitué tout au long de l’époque républicaine une province frontalière fortement militarisée dans laquelle stationnaient en permanence plusieurs légions. Depuis la création de la province au milieu du iie siècle jusqu’à la fin des années 50 a.C., une des principales et nécessaires activités du gouverneur était d’ordre militaire : protéger les frontières contre les incursions des peuplades limitrophes et prendre la tête d’expéditions visant à étendre l’influence romaine dans les Balkans25. Dans le courant des années 40 a.C., la Macédoine devint un des principaux théâtres d’opérations militaires lors des guerres civiles du début et de la fin de cette décennie : tout d’abord en tant que siège des troupes pompéiennes jusqu’à la bataille de Pharsale en 48 ; ensuite en tant que province qui fit partie du vaste domaine de compétences attribué à Brutus en février 43 et où fut rassemblé le gros de l’armée de Brutus et de Cassius avant leur défaite à Philippes en 42. À l’issue de la bataille d’Actium, une partie des troupes placées sous le commandement d’Octavien furent établies en Macédoine, mais il est difficile de connaître avec précision l’état des forces militaires qui y étaient stationnées étant donné la forte mobilité des corps de troupe de l’armée romaine à cette époque26. Les troupes romaines devaient être en tout cas suffisamment importantes d’un point de vue numérique pour avoir permis à M. Licinius Crassus de diriger avec succès en tant que proconsul les multiples opérations militaires qui le conduisirent jusque dans la région du Bas-Danube entre 30 et 2827. Les légions qui furent placées à cette occasion sous son commandement devaient être au nombre de quatre ou cinq au minimum28, mais leur identification est loin d’être assurée. La IVe Scythica et la Ve Macedonica, dont le champ d’intervention était à coup sûr le sud des Balkans et la région du Bas-Danube à la fin du principat de Tibère29, passent pour avoir été stationnées en Macédoine dès le début de l’époque impériale30, mais une telle déduction est loin d’être garantie31. Il faut certainement compter au nombre des autres légions présentes en Macédoine dans le courant des années 20 a.C. la VIIe (la future Claudia Pia Fidelis), même s’il faut reconnaître là aussi que nous n’avons à ce sujet aucune certitude32 ; sans doute la Xe Fretensis, dont la présence est attestée en Macédoine en 16 a.C.33, mais on ne sait si elle y était alors stationnée de manière permanente ou occasionnelle34 ; peut-être aussi, mais c’est moins sûr, la XIe35 et (ou) la XIIIe Gemina36.

  • 37 Comme l’a déjà fait remarquer Papazoglou 1979b, 231-232.
  • 38 Cf. dans ce sens Ritterling 1925, 1221 et Schmitthenner 1962, 41.

6En janvier 27 a.C., au moment du partage des provinces, la Macédoine fit partie des provinces rendues au Sénat et au peuple Romain, mais elle ne devint pas pour autant inermis. De nombreuses campagnes d’envergure continuèrent en effet à être menées jusque dans le courant de la première décennie de notre ère aux marges septentrionales de la Macédoine, en particulier dans le royaume de Thrace et jusque dans la région du Bas-Danube37. Par la force des choses, une forte présence militaire romaine resta donc localisée sur le sol de cette province tout au long du principat d’Auguste38. La réalité indiscutable que constitue la militarisation des régions situées au nord de la Macédoine conduit à s’interroger sur la nature des responsabilités qui étaient confiées à partir de 27 aux proconsuls lorsque des opérations militaires s’y avéraient nécessaires. On peut distinguer deux alternatives principales : continuaient-ils à être comme Crassus les commandants en chef de l’ensemble des troupes stationnées dans cette province ? ou renoncèrent-ils à leurs pouvoirs militaires au profit de généraux qui étaient nommés par le prince avec le statut de légat impérial et dont le champ d’intervention était la région située entre la Macédoine et le Danube ? L’ensemble de la documentation montre clairement que les proconsuls finirent par abandonner à des légats impériaux le soin de commander l’essentiel des troupes romaines de Macédoine, mais elle ne permet pas de savoir avec précision quand un tel changement eut lieu.

  • 39 Ou de (Q.) Marcius Crispus si l’on accepte l’hypothèse de A.R. Birley (cf. supra, 40, n. 82).
  • 40 Dion 54.3.2.
  • 41 Comme l’a fait remarquer Syme 1971, 51.
  • 42 Dion 54.3.2.
  • 43 Cf. dans ce sens Schmitthenner 1962, 42, n. 84.
  • 44 Sur cette hypothèse d’une Macédoine impériale dès le partage des provinces de 27, cf. Ritterling 19 (...)

7La seule certitude est que la réforme qui privait de facto le proconsul de Macédoine de la possibilité de faire usage de la composante militaire de son imperium ne remonte pas à l’année 27. C’est ce qui se dégage des mésaventures de M. Primus39, connu pour avoir combattu en 24 ou 23 les Odryses – peuplade localisée dans la partie orientale de la Thrace – en tant que τῆς Mακεδονíαςρχων selon la terminologie non officielle utilisée par Dion Cassius40. Le procès qui lui fut intenté à son retour à Rome pour avoir déclaré une guerre à des alliés sans s’être entouré de toutes les formalités juridiques nécessaires – en l’occurrence l’accord du peuple et du Sénat – n’a de sens que si l’on attribue à l’accusé le statut de proconsul au moment où il était en fonction en Macédoine41. M. Primus n’apparaît en effet jamais à cette occasion comme le subordonné du prince. S’y ajoute que s’il avait été un simple légat impérial, il n’aurait pas été amené à faire savoir publiquement qu’il avait déclaré la guerre avec l’autorisation d’Auguste, affirmation à laquelle ce dernier vint d’ailleurs apporter un démenti formel lorsqu’il se présenta au procès en qualité de témoin sans y avoir été cité à comparaître42. Toute cette affaire est instructive parce qu’elle pose de manière générale la question des modalités de l’intervention impériale dans les provinces publiques entre 27 et 23 et met en évidence la complexité des relations entre le prince et les gouverneurs des provinces publiques durant les cinq premières années du nouveau régime. Pour la question qui nous intéresse plus directement, elle signifie que comme leurs prédécesseurs d’époque républicaine, M. Primus et les trois ou quatre proconsuls qui l’avaient précédé à la tête de la Macédoine depuis 27 continuaient à disposer du commandement suprême de plusieurs légions, en toute indépendance par rapport à Auguste si on se place d’un point de vue proprement juridique43. On aura compris que l’année 27 a.C. est loin de constituer pour les activités du gouverneur de Macédoine une rupture. Il faut à ce titre rejeter l’idée, autrefois développée par Ritterling et reprise par Wachtel, que la Macédoine était dès cette dernière date devenue une province impériale gouvernée par un légat d’Auguste44. L’instauration par le prince d’une légation impériale affectée au commandement de l’armée de Macédoine n’eut lieu que par la suite.

  • 45 Sur les événements militaires qui se déroulèrent en Thrace de 20/18 à 16 et qui impliquèrent des gé (...)
  • 46 L’existence d’une telle réforme est postulée par Thomasson 1991, 44-46. Cf. aussi dans une directio (...)

8De nombreuses campagnes furent de nouveau menées au nord de la Macédoine – dans les Balkans et jusqu’au cours inférieur du Danube – tout au long des années 10 a.C. Le consulaire M. Lollius se rendit en Thrace entre 20 et 18 afin de venir en aide à un prince client de Rome, Rhœmétalcès ; il combattit et défit à cette occasion les Besses, peuplade localisée dans les parties centrale et occidentale de cette région. Peu après, entre 18 et 16, L. Tarius Rufus intervint de nouveau en Thrace pour les mêmes raisons ; il vainquit une peuplade identifiée sous le nom de Sarmates et les repoussa de l’autre côté du Danube. En 16, la Macédoine fut ravagée par les Denthelètes et les Scordisques, ce qui contraignit les Romains à intervenir de nouveau sous la conduite d’un général non identifié45. Aucune information précise ne nous est parvenue sur le statut des généraux romains qui conduisirent les opérations militaires sur le terrain de 20 à 16 a.C. Il est très vraisemblable que M. Lollius ait été de rang consulaire lorsqu’il intervint en Thrace, et non prétorien comme l’étaient d’ordinaire les proconsuls de Macédoine ; quant à L. Tarius Rufus, il a déjà été souligné que l’inscription d’Amphipolis sur laquelle il est qualifié simplement de pro pr(aetore) suscitait plus d’interrogations qu’elle n’apportait de réponse (supra, 87-88). Une telle formule a malgré tout conduit Thomasson à attribuer à ce dernier personnage le statut de légat impérial et à proposer dans la foulée une datation haute de la réforme qui enlevait au proconsul de Macédoine le commandement des troupes stationnées dans sa province pour le transférer à un légat impérial. La décision aurait été prise dès 22, à la suite du procès de M. Primus et en liaison directe avec la restitution au peuple Romain de la Narbonnaise et de Chypre. Auguste aurait échangé à cette occasion ces deux provinces pacifiées contre le commandement des troupes de Macédoine afin d’éviter que ne se reproduisît à l’avenir une situation conflictuelle qui dérivait des pouvoirs étendus de M. Primus en tant que proconsul et qui avait quelque peu terni le prestige du prince. Dans cette perspective, M. Lollius et L. Tarius Rufus auraient été tous deux des légats impériaux, avec cette seule différence que le premier était de rang de consulaire et le second de rang prétorien46. Il faut répondre qu’une telle théorie n’emporte pas la conviction et repose sur des arguments qui sont loin d’être décisifs. Le statut consulaire de M. Lollius n’infirme pas nécessairement l’hypothèse qu’il ait pu être proconsul de Macédoine si l’on veut admettre qu’il fut nommé à cette fonction non pas en vertu des résultats d’une sortitio, mais à la suite d’une procédure extra sortem (cf. supra, 86-89) ; quant à la formule pro praetore, qui reste sans parallèle dans la documentation épigraphique, il a déjà été souligné qu’il était préférable de ne pas en tirer quelque certitude que ce soit pour déterminer le statut de L. Tarius Rufus. Rien n’interdit en fin de compte de faire des proconsuls de Macédoine des années 20-15 a.C. des généraux en chef dont le domaine de compétences pouvait continuer à s’étendre jusqu’au cœur des Balkans et au cours inférieur du Danube lorsque les circonstances l’exigeaient, au même titre que leurs prédécesseurs des années 20 et des époques triumvirale et républicaine. Il s’agit là d’une solution qui ne peut pas non plus produire d’argument décisif, mais qui reste la plus vraisemblable si l’on établit un parallèle avec la situation de l’Illyrie voisine où le commandement des troupes était à coup sûr toujours assuré au même moment par le proconsul (cf. infra). Mais entre 15 et 10, la multiplication des campagnes en direction du Bas et du Moyen-Danube modifia l’organisation du commandement militaire romain dans un sens qui affaiblit fortement les pouvoirs militaires du proconsul de Macédoine.

  • 47 Vell. 2.98.2 ; cf. aussi dans ce sens Sen., Ep., 83.14. Sur ces campagnes, cf. aussi la brève indic (...)
  • 48 Dion 54.34.5-7 qui inclut cet épisode dans le récit de l’année 11 comme l’abréviateur de Tite-Live, (...)
  • 49 Une telle formule n’est attestée sous cette forme dans aucune source, mais elle apparaît comme la d (...)
  • 50 Cf. dans ce sens Dessau 1924, 395 et Syme 1944, 205 ; cf. en dernier lieu Strobel 2000, 523 qui sit (...)

9La première référence à une légation impériale affectée au commandement de l’armée de Macédoine apparaît en relation avec les opérations militaires menées en Thrace par L. Calpurnius Piso, le consul de 15 a.C., à la fin des années 10 a.C. Velleius fournit à ce sujet une indication claire lorsqu’il précise que Pison guerroya dans cette région pendant trois années – en 13/11, 12/10 ou 11/9 – en tant que legatus Caesaris47. Dion Cassius ajoute qu’il fut expressément rappelé de Pamphylie, qu’il gouvernait en même temps que la Galatie en qualité de légat impérial, pour réprimer un nouveau soulèvement des Besses contre Rhœmétalcès et les refouler de la Chersonèse qu’ils avaient envahie48. La gravité de la situation militaire en Thrace et les modalités inhabituelles de la nomination de Pison laissent penser qu’Auguste jugea le moment venu de retirer au proconsul le commandement des troupes stationnées en Macédoine pour le confier à un légat qui était choisi par ses soins et qui portait sans doute à cette occasion un titre tel que legatus Augusti pro praetore exercitus qui est in Thracia Macedoniaque49. La mission de Pison, qu’il faut à mon sens qualifier d’extraordinaire dans le contexte de cette époque, constitue le premier témoignage assuré de l’existence au nord de la Macédoine d’une zone militarisée que l’on désigne d’ordinaire sous le nom de “district militaire” et qui échappait désormais à l’autorité du proconsul de Macédoine50. Était ainsi préfigurée la province de Mésie, créée à la fin du principat d’Auguste ou sous Claude au plus tard. La formation de ce vaste secteur stratégique, qui s’étirait de la Thrace jusqu’au Danube, doit sans doute être mise en relation avec les campagnes qui furent dirigées plus au nord par Tibère de 12 à 9 a.C. et qui aboutirent à faire reculer les frontières de la province d’Illyrie également en direction du Danube. Il est incontestable que les mandats concomitants de Tibère et de Pison constituent une étape importante dans le processus qui priva les proconsuls des provinces danubiennes de la possibilité de faire usage de leur imperium militiae.

  • 51 Il s’agit de P. Vinicius, P. Silius, Sex. Aelius Catus et peut-être aussi Cn. Cornelius Lentulus si (...)
  • 52 Vell. 2.101.3.
  • 53 L’inscription de Callatis était connue depuis longtemps (IGRRP, I, 654), mais son interprétation av (...)
  • 54 L’emploi par Velleius de l’adverbe ante indique que les commandements de P. Vinicius et P. Silius s (...)
  • 55 Le transfert du commandement des légions de Macédoine à un légat impérial de Mésie avait été daté p (...)
  • 56 Cf. dans ce sens Syme 1944, 205-207 et 216 ; cf. aussi dans le même sens Syme 1986, 289 ; Syme 1991 (...)

10L’histoire du district militaire appelé à devenir la province de Mésie reste mal connue dans le détail tout au long de la dernière décennie a.C. et des premières années de notre ère principalement en raison de la perte d’une grande partie du récit consacré à cette période par Dion Cassius. La question qui nous intéresse plus particulièrement dans le cadre de cette étude est de savoir si le proconsul de Macédoine récupéra ou non le commandement des troupes stationnées au sud des Balkans aussitôt après la mission de Pison et, si oui, jusqu’à quand. Il faut commencer par faire remarquer que la liste des généraux romains connus pour avoir mené des campagnes en Thrace et dans la région du Bas-Danube de 10 a.C. à 10 p.C. n’en fait apparaître aucun qui porte à coup sûr le titre de proconsul de Macédoine51. Il est en revanche établi que l’un d’entre eux était à coup sûr un légat impérial : P. Vinicius, le consul de 2 p.C., présenté par Velleius Paterculus comme le commandant en chef des troupes de Thrace et de Macédoine52 et qualifié de [πρԑβԑυτᾶ καὶ ἀντι] στρατγω sur une inscription de Callatis53, sur la côte de la mer Noire. Cette légation impériale est antérieure d’au moins deux années à la tournée d’inspection de Caius César en Orient échelonnée tout au long de l’année 1 a.C. et remonte à ce titre approximativement aux années 3/2 a.C.54, ce qui fournit selon toute vraisemblance un terminus ante quem pour déterminer plus précisément la date à laquelle le proconsul de Macédoine renonça définitivement à diriger les campagnes au nord de sa province. Il faut en conséquence écarter toutes les hypothèses qui faisaient remonter entre les années 1 a.C. et 12 p.C. la création d’un commandement balkanique confié à titre permanent à un légat impérial55. Peut-on en affiner la date à l’intérieur de la fourchette chronologique qui s’étend de la mission de L. Calpurnius Piso de la fin des années 10 à la légation de P. Vinicius en 5/3 a.C. ? Les sources ne fournissent à ce sujet aucune certitude, mais la datation la plus haute apparaît comme la plus naturelle et la plus vraisemblable. Loin de constituer une simple parenthèse, la légation de Pison ne doit pas être dissociée de la décision – prise au même moment – qui fit de l’Illyrie une province impériale ; elle marque pour le proconsul de Macédoine la fin définitive de ses activités militaires aux confins de sa province56. Elle s’inscrit à ce titre dans le cadre d’un projet de plus grande ampleur qui donnait désormais le commandement de l’ensemble des troupes stationnées le long du Danube à des légats nommés par le prince et subordonnés à ce dernier. Le pouvoir impérial privait de cette manière le proconsul de Macédoine de l’occasion de faire usage de son imperium militiae et limitait les fonctions de ce dernier essentiellement à des tâches purement civiles et administratives.

  • 57 Dion 55.29.3.
  • 58 Tac., Ann., 1.76.2 et 1.80.1.

11À la fin du principat d’Auguste, le district militaire de Mésie apparaissait comme une circonscription autonome qui était entièrement détachée du gouvernement de la Macédoine et qui entretenait désormais par la force des choses plus de relations avec l’autre province danubienne située à l’ouest, l’Illyrie. Cette évolution fut renforcée en 6 p.C., au moment de la révolte de Pannonie, lorsque A. Caecina Severus – qualifié par Dion Cassius de Mυσίαςρχων et à ce titre légat impérial placé à la tête d’un tel district militaire57 – agit de concert avec Tibère et le légat d’Illyrie M. Valerius Messala Messalinus pour coordonner la riposte. Sous Tibère, la Mésie fut unie à la Macédoine et à l’Achaïe pour former une seule circonscription de très grande étendue dont l’administration fut confiée à un légat impérial58. Il n’était plus question dans le contexte de l’époque tibérienne de remettre le gouvernement d’une province aussi stratégique et aussi militarisée à un proconsul tiré au sort. Un tel regroupement administratif dura une trentaine d’années, jusqu’au principat de Claude.

  • 59 Cf. Suét., Cl., 25.9 et Dion 60.24.1.
  • 60 La présence de deux cohortes auxiliaires est attestée en Macédoine dans le courant du iie siècle : (...)

12En 44, la Macédoine et l’Achaïe furent rendues au peuple Romain59, tandis que la Mésie était désormais gouvernée par un légat impérial qui était systématiquement de rang consulaire – et non plus prétorien comme cela était arrivé sous Auguste avec P. Vinicius et P. Silius. Le proconsul de Macédoine ne pouvait compter sur la présence d’aucune légion sur le sol de sa province, tandis que le légat de Mésie apparaissait comme le principal général en chef pour l’ensemble de la région située au sud des Balkans dans la mesure où trois légions étaient placées sous son commandement. La création en 46 de la province de Thrace, gouvernée au départ par un procurateur issu de l’ordre équestre, renforça la démilitarisation de la Macédoine en intercalant une nouvelle province entre la région militarisée du Bas-Danube et la Méditerranée. Les réformes des années 40 p.C. ne signifient toutefois pas que le proconsul de Macédoine perdit par la même occasion la composante militaire de son imperium. Il continuait à commander des troupes, même si ces dernières n’étaient qu’en petit nombre et faisaient partie des auxiliaires60. Il a été en outre déjà souligné qu’une des explications possibles de la nomination extra sortem de M. Iulius Romulus était l’existence de troubles liés au meurtre de Rhœmétalcès et à l’annexion de la Thrace qui en avait résulté (supra, 98-99). Il faut comprendre que le proconsul de Macédoine ne fut pas privé à un moment ou un autre de l’imperium militiae ; il eut simplement moins souvent l’occasion de l’exercer à partir du moment où l’essentiel des forces militaires stationnées au sud des Balkans passa sous le commandement d’un légat impérial.

B. L’Illyrie

  • 61 Cf. pour un état de la question Hurlet 1997, 269-272.

13Située au nord-ouest du district militaire appelé à devenir la province de Mésie, l’Illyrie appartenait durant les premières années du principat d’Auguste au nombre des provinces publiques frontalières qui étaient loin d’être pacifiées et où servaient à ce titre un nombre important de soldats romains. Même si la date de sa réduction en province n’est pas établie avec certitude, il est bien connu qu’elle fut fréquemment le théâtre d’opérations militaires tout au long de l’époque républicaine, mais le territoire qui était alors administré par Rome était limité au littoral dalmate et ne pénétrait pas profondément à l’intérieur des terres61. Quelques années avant la réforme provinciale de 27, Octavien mena de 35 à 33 une nouvelle campagne dans ce secteur, mais il convient de ne pas exagérer l’ampleur d’une entreprise dont la fonction était plus défensive – protéger l’Italie – et idéologique dans un contexte de rivalité avec Marc Antoine que proprement offensive. Le partage des provinces de janvier 27 a.C. ne changea rien à l’importance stratégique de l’Illyrie, ni au statut et aux pouvoirs militaires de son gouverneur : c’était toujours un proconsul qui était placé à la tête de cette province après tirage au sort et qui continuait à commander l’armée d’Illyrie.

  • 62 Sur les fastes de la province d’Illyrie à l’époque augustéenne, l’ouvrage de référence reste Thomas (...)
  • 63 Dion 54.20.1-2.
  • 64 CIL, III, 2973 = ILS, 899.

14Les fastes d’Illyrie, très lacunaires, livrent peu d’informations sur l’identité des proconsuls d’époque augustéenne et a fortiori sur la nature de leurs activités62. Il ressort malgré tout que le premier proconsul d’Illyrie attesté à coup sûr par les sources pour la période qui va de 27 jusqu’au milieu des années 10 a.C., en l’occurrence P. Silius Nerva, est connu pour ses nombreux succès remportés pendant son proconsulat. En 16 a.C., il défit tout d’abord deux tribus alpines, les Cammuni et les Vennii ; il vainquit ensuite, avec l’aide de ses légats, les Pannoniens et les Norici après que ceux-ci eurent envahi l’Histrie63. Il ne fait aucun doute que ce général avait agi à cette occasion en tant que proconsul si l’on prend en compte qu’il disposait de ses propres légats selon le témoignage de Dion et si l’on rappelle que le titre de proco(n)s(ul) lui est attribué par une inscription d’Aenona, cité située en Illyrie le long de la côte dalmate64. Toutes ces informations signifient que de 27 jusqu’à 16, même si le front illyrien était calme, le proconsul d’Illyrie continuait d’assurer le commandement suprême des troupes stationnées dans sa province dans la continuité des pratiques de l’époque républicaine.

  • 65 Tac., Ann., 1.23.5.
  • 66 Il est admis que la VIIIe Augusta se trouvait dans le secteur balkanique avant 14 p.C. (Ritterling (...)
  • 67 L’opinion dominante est que la IXe Hispana fut transférée en Illyrie après avoir contribué aux succ (...)
  • 68 Pour la question de la localisation précise de la XVe Apollinaris à l’époque augustéenne, les sourc (...)
  • 69 Sur la présence en Illyrie de la XIe légion depuis les débuts de l’époque augustéenne, cf. Ritterli (...)
  • 70 La présence de la XIIIe Gemina en Illyrie à un moment ou un autre de l’époque augustéenne est admis (...)
  • 71 La localisation de la XIVe Gemina au début de l’époque impériale est une question complexe pour laq (...)
  • 72 On sait que la XXe légion était en Illyrie en 6 p.C. (Vell. 2.112.2) et qu’elle fut déplacée le lon (...)
  • 73 Comme le souligne Syme 1933b, 23, qui ajoute que ce chifffre a dû monter à cinq en 13 a.C. avec le (...)

15Il est difficile de connaître avec précision l’état des forces militaires stationnées en Illyrie durant les années 20 et 10 a.C. étant donné la forte mobilité des corps de troupe de l’armée romaine à cette époque, mais il ne fait aucun doute que l’armée d’Illyrie comprenait alors plusieurs légions. On sait qu’en 14 p.C., à l’avènement de Tibère, trois légions au moins se trouvaient en Pannonie, région qui formait la partie septentrionale de l’Illyrie : la VIIIe Augusta, la IXe Hispana et la XVe Apollinaris65. L’une ou plusieurs d’entre elles étaient peut-être présentes en Illyrie dès les années 20 a.C., mais il est impossible de le démontrer. On ignore tout de la localisation de la VIIIe Augusta durant les premières années du principat d’Auguste66 ; datée de haute époque, une épitaphe d’Aquilée d’un soldat de la IXe légion déjà qualifiée d’Hispana (CIL, V, 911 = I. Aquil., 2764) a laissé penser qu’elle fut transférée en Illyrie, plus précisément en Pannonie, à une date qui reste indéterminée dans l’état actuel de nos connaissances67 ; quant à la XVe Apollinaris, elle se trouvait déjà en Illyrie lors des campagnes menées par Octavien en 35-33 et fut peut-être renvoyée dans cette province après la campagne d’Actium, à laquelle elle participa, mais il n’est pas exclu qu’elle ait été transférée dans le courant des années 20 dans une région plus instable comme la péninsule Ibérique68. D’autres légions ont pu être intégrées à un moment ou à un autre dans l’armée d’Illyrie : la XIe69, la XIIIe Gemina70, la XIVe Gemina71 et la XXe72. Il n’est pas possible d’être plus précis sur les dates de leur présence dans cette province. Nous ne sommes pas en mesure de savoir avec certitude laquelle ou lesquelles de ces légions étai(en)t en Illyrie entre 27 a.C. et la fin des années 10 a.C., soit à un moment où cette province et son armée étaient à coup sûr dirigées par un proconsul, mais il pouvait difficilement y en avoir moins de trois73.

  • 74 Sur la question complexe de la nature des pouvoirs d’Agrippa en 13-12 et de Tibère de 12 à 9 a.C., (...)

16Si le secteur du Moyen-Danube semble être resté calme durant les années 20 et le début des années 10 a.C., la multiplication des campagnes durant la seconde moitié des années 10 conduisit à maintenir en Illyrie une présence militaire jugée d’autant plus nécessaire, voire à la renforcer. La question qui se pose dans le cadre de cette étude est de déterminer si le proconsul d’Illyrie continua ou non durant ces années à assurer le commandement suprême de l’ensemble des troupes stationnées dans sa province au même titre que P. Silius Nerva peu de temps auparavant. On sait que les hostilités connues sous le nom de bellum Pannonicum commencèrent en 14 avec l’envoi en Illyrie de M. Vinicius et furent poursuivies sous la conduite d’Agrippa en 13, puis de Tibère de 12 à 9 a.C. Le statut de ces trois généraux est loin d’avoir été uniforme. Deux d’entre eux, Agrippa et Tibère, étaient des membres de la famille impériale qui ne peuvent en aucun cas être considérés comme de simples proconsuls d’Illyrie. Agrippa intervint en qualité de chargé de mission extraordinaire en vertu de l’imperium qui lui avait été renouvelé en 13 et dont la prouincia englobait la province d’Illyrie ; quant à Tibère, il agit tout d’abord en tant que légat impérial avant d’être investi dans le courant de l’année 11 d’un imperium de même nature que celui d’Agrippa74. Il reste à s’interroger sur le statut du premier d’entre eux, M. Vinicius. Il s’agit là d’un problème complexe qui impose au préalable de fixer avec la plus grande précision la date à laquelle le statut de l’Illyrie fut modifié.

  • 75 Dion 54.34.4.
  • 76 Syme s’est toujours refusé à faire remonter à l’année 11 la mesure qui faisait de l’Illyrie une pro (...)

17Dans la partie du récit consacré aux événements de l’année 11, Dion Cassius précise que “la Dalmatie fut remise à la garde d’Auguste pour le motif qu’elle avait besoin d’une garnison permanente pour elle-même et à cause du voisinage des Pannoniens”75. Si l’on excepte l’anachronisme qui consiste à appeler Dalmatie une province qui portait le nom d’Illyrie au moins jusqu’en 6 p.C., ce témoignage résume les grandes lignes de la décision qui touchait l’Illyrie : celle-ci cessait d’être une province publique pour faire partie des provinces impériales et être à ce titre désormais gouvernée par un légat impérial nommé par le prince. L’ordre de présentation des événements adopté par Dion Cassius fait de l’année 11 la datation la plus naturelle d’une telle mesure administrative, mais Syme a préféré l’antidater d’une ou plusieurs années : elle remonterait soit à l’année 12, soit aux années 14 ou 1376. Un tel débat chronologique n’est pas sans incidence sur la question du statut de M. Vinicius lorsqu’il se trouvait à la tête des troupes romaines lors du déclenchement du bellum Pannonicum en 14. Si l’Illyrie avait cessé de faire partie des provinces publiques dès cette année, il aurait été le premier légat impérial ; s’il fallait dater ce transfert administratif des années 12-11, il aurait été le dernier proconsul d’Illyrie. Il faut revenir à ce titre plus en détail sur le passage de Dion Cassius, qui reste central dans la mesure où il constitue sur cette question chronologique le seul témoignage direct.

18La présentation par Dion Cassius de la réforme qui fit de l’Illyrie une province impériale livre deux précisions, indépendantes l’une de l’autre, toutes deux contestées par Syme. La première est d’ordre chronologique, on l’a vu, dès lors que ce passage est inséré dans la partie du récit consacré aux événements de l’année 11 a.C. La seconde porte sur les raisons qui ont conduit Auguste à changer le statut de l’Illyrie, en l’occurrence le besoin de protection militaire qui en fit une province impériale. Syme a souligné à juste titre l’anachronisme d’une telle explication en rappelant que contrairement à ce qu’en dit l’historien grec, les provinces publiques n’étaient pas toutes pacifiées dès 27 et conservèrent plus ou moins longtemps pour plusieurs d’entre elles une présence militaire significative. Dans cette perspective, l’Illyrie aurait très bien pu accueillir sur son sol des renforts militaires de manière à faire face plus efficacement aux révoltes qui avaient éclaté dans cette région à la fin des années 10 sans perdre nécessairement son statut de province publique. Ce sont le caractère mécanique et l’insuffisance avérée de l’argument présenté par Dion pour justifier le changement de statut de l’Illyrie qui ont conduit Syme à remettre en question la chronologie qui se dégage de l’ordre de présentation des événements et à proposer une datation antérieure à l’année 11, mais une telle déduction est loin d’être garantie et n’emporte pas la conviction. L’argumentation de Syme comporte une faiblesse : Dion Cassius peut avoir mal compris la signification et la portée du partage des provinces de 27 et des réformes ponctuelles qui suivirent sans devoir être accusé pour autant d’introduire une erreur chronologique aussi grossière. Il faut rappeler qu’il a déjà fait remonter à juste titre à l’année 27 la réforme provinciale, puis à l’année 22 la mesure qui ajouta la Narbonnaise et Chypre au nombre des provinces publiques. Il n’existe tout compte fait aucun argument sérieux pour refuser de dater de 11 la mesure qui fit de l’Illyrie une province impériale.

  • 77 Comme l’a fait remarquer Rich 1990, 214.

19Il apparaît d’autant plus mal venu de ne pas suivre l’indication chronologique donnée par Dion Cassius à propos de l’Illyrie que le contexte de l’année 11 se prêtait parfaitement au transfert de cette province au nombre des provinces impériales77. C’est en effet au même moment que les campagnes menées en Thrace furent pour la première fois sinon achevées, du moins commencées par un légat impérial, et non plus par un proconsul. On assiste ainsi à l’extrême fin des années 10, le long du Bas et du Moyen-Danube, à la constitution d’un large district militaire qui était entièrement administré par le pouvoir impérial et dont les troupes étaient placées à ce titre sous les ordres de deux subordonnés du prince : le premier était le legatus Augusti pro praetore prouinciae Illyrici et remplaçait désormais le proconsul comme gouverneur de la province d’Illyrie ; le titre exact du second n’est pas attesté, mais ce devait être dans un premier temps un legatus placé à la tête de l’armée stationnée en Thrace et dans la région du Bas-Danube avant de devenir gouverneur de la province de Mésie. L’évolution des activités militaires du proconsul entre l’année 27 et la fin des années 10 a.C. est à cet égard remarquable. En 11, il n’y a désormais plus dans les provinces danubiennes de proconsul à la tête d’une force armée numériquement importante. M. Vinicius apparaît à ce titre comme le dernier proconsul d’Illyrie.

C. L’Afrique

  • 78 Le Bohec 1989a, 335 a laissé la question ouverte. Hinard 1991, 33-38 en a conclu qu’il existait dep (...)
  • 79 Sur la situation politique et militaire en Afrique à la fin des années 40, cf. Fiswick 1993, 60-61.
  • 80 Sur l’importance numérique des troupes confiées à Lépide en 40, cf. de manière générale Vell. 2.80. (...)
  • 81 Cf. les Fasti triumphales Capitolini et les Fasti triumphales Barberiniani.

20L’Afrique est la seule province publique où le gouverneur continuait à diriger des opérations militaires d’envergure après la fin des années 10 a.C., et jusqu’au principat de Caligula. Il faut dire que son passé en faisait la principale tête de pont de Rome en Afrique. Constituant sous la République le seul territoire du Maghreb directement administré par Rome, la province d’Afrique apparaissait depuis la chute de Carthage en 146 a.C. comme une région où la présence militaire est attestée en relation avec des épisodes bien connus de la fin du iie siècle et du milieu du ier siècle a.C. La présence permanente d’une armée de garnison n’y est pas formellement attestée, mais elle est très probable78. Il est en tout cas certain qu’à l’époque républicaine, la province d’Afrique fut à plusieurs reprises le théâtre d’opérations militaires à l’occasion de la guerre contre Jugurtha ou de la guerre civile qui opposa César aux Pompéiens. Après la création de la province d’Africa Noua, les troupes se répartirent dans les deux provinces et furent mêlées après la mort de César aux conflits qui opposèrent le proconsul de l’Africa Noua, T. Sextius, partisan de Marc Antoine, à deux gouverneurs de l’autre province africaine, celle de l’Africa Vetus : d’abord en 42 contre un partisan des républicains, Q. Cornificius, qui fut exécuté ; ensuite en 41-40 contre C. Fuficius Fango, un partisan d’Octavien qui voulait devenir gouverneur des deux provinces africaines et se suicida en 40 après sa défaite79. Les effectifs militaires augmentèrent sensiblement lorsque Lépide vint en Afrique au moins avec six légions, qui vinrent s’adjoindre aux quatre légions de T. Sextius et auxquelles s’ajoutèrent plusieurs autres envoyées durant son séjour80. L’évolution de la vie politique à Rome fit passer l’Afrique dans le domaine d’Octavien à partir de 36, mais un tel changement n’eut aucune incidence significative sur son statut de province militarisée. La seule différence est que le contrôle des troupes romaines stationnées en Afrique ne faisait plus l’objet de conflits entre les triumvirs – elles étaient définitivement passées du côté d’Octavien – et que leurs interventions étaient désormais dirigées contre les peuplades indigènes des zones non pacifiées, en particulier à l’ouest et au sud du territoire contrôlé par Rome. C’est ainsi que se succédèrent en Afrique à partir de 34 des campagnes qui valurent à trois généraux de triompher ex Africa en tant que proconsul : T. Statilius Taurus en 34 ; L. Cornificius en 33 et L. Autronius Paetus en 2881. Le gouvernement de la province d’Afrique était à cette époque indissociable du commandement des troupes qui y étaient stationnées et de l’exercice d’un imperium militiae.

  • 82 Cf. les Fasti triumphales Capitolini et les Fasti triumphales Barberiniani. Pour ce qui est de la n (...)
  • 83 Cf. Plin., NH, 5.36-37 et Desanges 1957, 5-43 qui retrace l’itinéraire suivi en le situant aux fron (...)
  • 84 Si les questions relatives aux origines de la IIIe légion Auguste sont encore loin d’être toutes dé (...)
  • 85 Cf. Tac., Ann., 3.9.1 et 4.23.2.

21En janvier 27 av. J.-C, l’Afrique fit partie des provinces rendues au Sénat et au peuple Romain, mais le proconsul de cette province ne fut privé à cette occasion ni de son imperium militiae, ni de la possibilité d’en faire usage. La preuve en est que des campagnes furent menées dans cette province à la fin des années 20 par deux consulaires qui portaient tous deux le titre de proconsul et qui célébrèrent chacun à leur retour à Rome un triomphe, conféré à ces occasions pour la dernière fois à des généraux qui ne faisaient pas partie de la famille impériale. On ignore tout des opérations militaires conduites par le premier d’entre eux, L. Sempronius Atratinus, proconsul d’Afrique en 22/21, mais on sait qu’elles furent couronnées de succès et lui valurent de triompher à Rome en octobre 2182. La documentation est plus riche pour le second, L. Cornelius Balbus, proconsul d’Afrique en 21/20. On sait qu’il prit la tête d’une expédition qui le conduisit avec ses troupes aux confins de l’ancien royaume numide et de la Tripolitaine et reçut à son retour les honneurs du triomphe, qu’il célébra en mars 1983. Les campagnes menées à la fin des années 20 apparaissent comme des opérations de police pour mettre fin à des révoltes épisodiques ou des expéditions de reconnaissance plus que comme de véritables conquêtes, mais il est significatif qu’elles aient été jugées dignes du triomphe. Le vote par le Sénat – sans aucun doute avec l’aval d’Auguste – d’un tel honneur militaire signifie que L. Sempronius Atratinus et L. Cornelius Balbus avaient été investis des mêmes pouvoirs que T. Statilius Taurus, L. Cornificius et L. Autronius Paetus, qui avaient eux aussi triomphé peu avant 27. Il faut en conclure que la réforme de 27 n’altéra en aucune façon la composante militaire de l’imperium des proconsuls d’Afrique de la fin des années 20. Tout au plus peut-on signaler que le phénomène bien connu de forte démobilisation des troupes romaines à l’issue de la guerre civile finit par limiter la présence militaire romaine en Afrique à une seule légion, la IIIe Auguste84, à laquelle vinrent s’ajouter un nombre indéterminé d’auxiliaires et occasionnellement une autre légion comme la IXe Hispana de 20 à 23 p.C. au moment de la guerre contre Tacfarinas85. La faible importance numérique de l’armée romaine d’Afrique suffit à maintenir l’ordre dans l’ensemble du Maghreb romain sous le Haut-Empire.

  • 86 Cf. Vell. 2.116.2 qui précise qu’il avait obtenu les ornements triomphaux à la suite de succès remp (...)
  • 87 Cf. Vell. 2.116.2 ; Flor. 2.31 et Oros. 6.21.18 ; sur la dédicace de Lepcis Magna, cf. Hurlet 2000a (...)
  • 88 Cf. à ce sujet Desanges 1969, 197-213.
  • 89 AE, 1987, 992.
  • 90 Sur cette série de milliaires, cf. CIL, VIII, 10023 et 21915 = ILS, 151 ; CIL, VIII, 10018 ; CIL, V (...)

22Contrairement à ce qui a été observé pour le secteur danubien, aucune réforme ne priva le proconsul d’Afrique du commandement suprême de sa légion et des troupes auxiliaires à la fin des années 10 a.C. Si aucune campagne n’est attestée entre la fin des années 20 et la fin de la dernière décennie avant notre ère, les opérations militaires reprirent avec deux proconsuls nommés durant les premières années de notre ère : L. Passienus Rufus, le consul ordinaire de 4 a.C., qui obtint les ornements du triomphe – distinction militaire qu’il faut distinguer du triomphe proprement dit et sur laquelle je reviendrai – à la suite de succès militaires remportés au tout début de notre ère et qui fut salué imperator – autre distinction militaire sur laquelle je reviendrai86 ; Cossus Cornelius Lentulus, le consul ordinaire de 1 a.C. qui défit une coalition de tribus Musulames et Gétules entre 6 et 8 p.C.87. Il faut vraisemblablement y ajouter L. Cornelius Lentulus, le consul ordinaire de 3 a.C., dont le décès en Afrique est lié d’ordinaire à une embuscade tendue par les Nasamons durant l’année de son proconsulat au début de la première décennie de notre ère88. Même s’il faut laisser de côté le cas de Cossus Cornelius Lentulus, assimilé à un légat impérial à la suite de sa nomination extra sortem, l’exemple de L. Passienus Rufus et sans doute aussi celui de L. Cornelius Lentulus montrent que le proconsul d’Afrique désigné en vertu de la procédure traditionnelle de la sortitio continuait à agir comme le général en chef de l’armée romaine d’Afrique durant la seconde moitié du principat d’Auguste. C’est également à ce titre que les noms de deux autres proconsuls des dernières années du principat d’Auguste, A. Caecina Severus et L. Nonius Asprenas, apparaissent sur des milliaires en relation avec la construction de routes confiée à des soldats de la IIIe légion Auguste. Découvert à environ 6 kilomètres à l’est de Sabratha, le premier de ces documents – qui est aussi le plus ancien milliaire de Tripolitaine – reste elliptique pour ce qui est de son contenu, le nom du proconsul A. Caecina Severus étant simplement décliné à l’ablatif comme formule de datation avant la mention de la IIIe légion Auguste et du nombre de milles89. La teneur de la série de milliaires retrouvés sur la voie qui fut construite entre Tacape et Capsa sous le proconsulat de L. Nonius Asprenas définit en revanche plus clairement les compétences de ce dernier en intercalant le nom du proconsul entre la titulature de Tibère et la mention de la IIIe légion Auguste et en lui attribuant la responsabilité de cet aménagement routier stratégique90. Il ne fait aucun doute que pour toute la période du principat d’Auguste, le proconsul d’Afrique était un gouverneur qui associait ses pouvoirs civils à des responsabilités militaires qui allaient jusqu’aux instructions transmises à des détachements de la IIIe légion Auguste pour la mise en place du réseau routier.

  • 91 L’organisation d’un tirage au sort ne fait aucun doute pour la désignation de M. Furius Camillus si (...)
  • 92 Ann., 2.52.3-4 ; 3.21.4 ; 3.74.1-3 ; 4.24-25.
  • 93 Ann., 3.21.3 ; Tibère y ajouta une couronne civique, “regrettant plutôt que blâmant qu’Apronius ne (...)
  • 94 Tac., Ann., 4.24.3.
  • 95 Ann., 3.21.1.
  • 96 L’exemplaire le mieux conservé de cette série de cippes donne le texte suivant : leg(io) III A[ug(u (...)
  • 97 CIL, VIII, 14603 = ILS, 2305 (sur la datation de ce proconsulat, cf. supra, 111-112). Cf. Mommsen 1 (...)

23Sous Tibère, les campagnes reprirent sur le sol de la province d’Afrique pendant les sept années que dura la révolte de Tacfarinas. Les quatre proconsuls qui se succédèrent de 17 à 24 prirent la direction des opérations militaires. Si les deux derniers, Q. Iunius Blaesus et P. Cornelius Dolabella, furent nommés comme proconsuls à la tête de la province à la suite d’une procédure extra sortem (supra, 94-95), rien ne permet de douter que les deux premiers, M. Furius Camillus et L. Apronius, furent tirés au sort91. Le témoignage de Tacite fait apparaître les quatre proconsuls comme les commandants en chef de l’armée romaine d’Afrique92. Plusieurs passages soulignent l’étendue de leurs compétences dans le domaine militaire : remise de décorations militaires aux soldats qui se distinguèrent d’une manière ou d’une autre par des faits d’armes93 ; nomination de légats pour les seconder94 ; droit de “décimer” un corps de troupe en guise de punition95. Il est également remarquable que quelques années après la disparition de Tacfarinas, le nom de C. Vibius Marsus apparaisse en sa qualité de proconsul sur des cippes provenant du sud de la route construite entre Tacape et Capsa en relation avec des opérations de centuriation prises en charge par des soldats de la IIIe légion Auguste, mais le formulaire de ces inscriptions est trop stéréotypé pour nous permettre de conclure avec certitude que les militaires obéissaient aux ordres du proconsul96. Il demeure que c’est l’interprétation la plus vraisemblable. Il faut ajouter que dans le courant des années 30, à la fin du principat de Tibère ou éventuellement au début du principat de Caligula, le proconsul M. Iunius Silanus (Torquatus) est présenté sur une épitaphe d’un soldat de la IIIe légion Auguste comme l’autorité qui procéda à la levée des troupes (le dilectus)97. Il ressort de l’ensemble de la documentation que jusqu’aux dernières années du principat de Tibère, les proconsuls d’Afrique continuaient à agir comme des généraux en pleine possession d’un imperium militiae.

  • 98 Hist., 4.48.
  • 99 Dion 59.20.7.

24Le principat de Caligula marque une étape importante dans le processus qui priva le proconsul de ses fonctions de général en chef de l’armée romaine d’Afrique, mais sans le déposséder pour autant de son imperium militiae. Tacite et Dion Cassius s’accordent pour attribuer à cet empereur la responsabilité d’une réforme qui enleva au proconsul d’Afrique le commandement du principal corps de troupe de cette province, la IIIe légion Auguste, pour le confier à un légat impérial. Ils livrent sur la datation, les causes et les modalités d’un tel transfert de compétences une série de précisions qu’il faut examiner. Tacite est amené à retracer les grandes lignes de l’évolution du commandement militaire des troupes stationnées en Afrique. Après avoir rappelé que “la légion d’Afrique et les auxiliaires chargés de protéger les frontières de l’Empire étaient sous le règne du Divin Auguste et de Tibère soumis au proconsul”, il indique que “par la suite, C. César, esprit troublé et par crainte de M. Silanus, le gouverneur d’Afrique, enleva au proconsul la légion qu’il remit à un légat envoyé à cette fin”98. Quant à Dion, il précise dans la partie du récit consacrée à l’année 39 que “comme le gouverneur de l’Afrique se trouvait être L. Pison, le fils de Plancine et de Cn. Pison, il (Caligula) craignit que celui-ci, poussé par son orgueil, ne se révoltât, surtout parce qu’il se trouvait à la tête d’une force considérable composée à la fois de citoyens et d’étrangers” ; il ajoute que pour cette raison, “il (Caligula) divisa la province en deux et confia à un autre chef l’armée et les Numides vivant autour”99.

  • 100 Cf. dans ce sens Bénabou 1976, 88 ; cf. dans le même sens Le Bohec 1979-1980, 47-48.

25S’il est incontestable que le proconsul perdit au profit d’un légat impérial le commandement de la IIIe légion Auguste, il ne faut pas pour autant prendre au pied de la lettre toutes les autres indications fournies par les sources. Il apparaît tout d’abord que par anachronisme, Dion Cassius a projeté sur l’époque de Caligula la situation administrative de sa propre époque en parlant d’une division de la province d’Afrique. En réalité, il fallut attendre le règne de Septime Sévère pour que le pouvoir impérial se décidât à créer une nouvelle province, la Numidie. Auparavant, la partie de l’Afrique Proconsulaire située à l’ouest continuait à dépendre formellement du proconsul, même si l’on voit se dessiner au fil du IIe siècle une évolution qui donnait au légat impérial de la IIIe légion Auguste un statut proche de celui de gouverneur dans la région où l’armée était de plus en plus présente. Pour ce qui est des causes de la réforme introduite par Caligula, Tacite et Dion Cassius privilégient les interprétations d’ordre psychologique – conformément à un procédé prisé par l’historiographie antique – en mettant en avant les troubles mentaux du prince ou sa peur maladive, mais les raisons profondes de cette mesure administrative sont à chercher ailleurs. Loin de pouvoir être assimilé à une décision arbitraire prise par un empereur “fou”, le transfert de la IIIe légion Auguste dans le domaine de compétences du prince apparaît au contraire comme l’aboutissement logique du processus qui donnait au pouvoir impérial une mainmise sur l’ensemble des légions. C’était reconnaître par là qu’il existait au sud et à l’ouest de la province une zone instable qui devait être contrôlée en permanence par l’armée et dont la surveillance fut confiée à un légat impérial au même titre que tous les autres districts militarisés100. En la matière, l’Afrique avait longtemps constitué un cas particulier, dans la mesure où elle était devenue à partir de la fin des années 10 a.C. jusqu’à la fin des années 30 p.C. la seule province publique dont le proconsul consacrait une partie importante de ses activités à des fonctions d’ordre militaire à la tête d’une armée de plusieurs milliers de soldats. Caligula mit fin à cette singularité en confiant à un légat impérial choisi par ses soins la dernière légion qui lui échappait encore, sans aller jusqu’à remettre en cause l’autre particularisme que constituait la présence d’une légion sur le sol d’une province publique.

  • 101 Cf. Coltelloni-Trannoy 1997, 54 qui présente la réforme de Caligula comme “l’aboutissement logique (...)
  • 102 Cf. dans ce sens Bénabou 1972, 131-132.

26La dernière précision donnée par les sources est d’ordre chronologique. Si le témoignage de Tacite reste vague, la présentation de Dion situe en 39 la réforme de Caligula. Il existe d’autant moins de raisons sérieuses de contester une telle datation qu’elle s’inscrit dans le contexte d’une pression militaire qui se fit de plus en plus forte aux frontières occidentales de l’Afrique et qui déboucha rapidement sur l’annexion des Maurétanies101. La seule difficulté porte sur l’identité du proconsul auquel Caligula ôta le commandement de la IIIe légion Auguste : M. Iunius Silanus (le consul ordinaire de 19 ?) selon Tacite ou L. Calpurnius Piso (le consul ordinaire de 24) selon Dion Cassius. La meilleure solution est de considérer qu’il s’agit des deux proconsuls d’Afrique qui se sont succédé : le premier, Silanus, était en fonction en 38/39 lorsque fut prise la décision impériale, tandis que le second était celui qui était destiné à le remplacer en 39/40 et qui fut le premier proconsul à être privé du droit de commander cette légion au profit d’un légat impérial102.

  • 103 C’est ce qui ressort du discours prononcé par Hadrien à Lambèse en juillet 128 (CIL, VIII, 2532 + 1 (...)
  • 104 Pour ce qui est de l’installation de la XIIIe cohorte urbaine à Carthage, Bérard 1991, 39-51 était (...)
  • 105 Cf. AE, 1903, 368 = ILS, 9200 = IGLS, VI, 2796 qui précise qu’il fut dux exercitus Africi et Mauret (...)
  • 106 La permutation entre la Ie cohorte urbaine de Lyon et la XIIIe cohorte urbaine de Carthage a été d’ (...)
  • 107 La présence de la VIe cohorte prétorienne en Afrique Proconsulaire est attestée par une inscription (...)
  • 108 Tac., Hist., 1.70.1 ; cf. aussi Tac., Hist., 2.17.1. Cf. Le Bohec 1989b, 21-22.
  • 109 Cette unité auxiliaire n’est connue que par une seule inscription funéraire, retrouvée à Utique et (...)

27Telle qu’elle vient d’être décrite, la mesure administrative introduite par Caligula ne signifie pas que le proconsul d’Afrique renonçait définitivement à exercer la moindre activité militaire. L’exemple de Galba, nommé proconsul d’Afrique en 44 sans passer par le tirage au sort avec la mission de mettre un terme à des troubles, montre que sous Claude, un proconsul de cette province fut amené par les circonstances à faire usage des mêmes pouvoirs de commandement que ceux de ses prédécesseurs en fonction sous Auguste et Tibère. C’est a contrario la preuve que la réforme de l’année 39 se limitait à transférer à un légat impérial le soin de commander la IIIe légion Auguste et les auxiliaires liés à cette légion sans priver pour autant le proconsul d’un imperium militiae qu’il pouvait continuer à exercer dans toute sa plénitude lorsque la situation militaire l’exigeait. S’y ajoute que si le proconsul d’Afrique n’était plus le général en chef d’une véritable armée de plusieurs milliers d’hommes à partir de 39, il restait malgré tout à la tête d’un petit détachement militaire hétéroclite comprenant les soldats de son officium ainsi que divers détachements dont la présence est attestée dans la partie pacifiée de la province : une cohorte de la IIIe légion Auguste détachée à Carthage chaque année à tour de rôle103 ; la XIIIe cohorte urbaine, qui tint garnison à Carthage à partir de l’époque flavienne, que ce soit au début du règne de Vespasien selon l’opinio communis ou au début des années 90 selon une hypothèse défendue par Bérard104, et dont un des commandants, le tribun C. Velius Rufus, fut amené à diriger au début des années 90 des opérations militaires à la tête de l’armée romaine d’Afrique du Nord pour réprimer un soulèvement des Maures105 ; la Ie cohorte urbaine, qui quitta Lyon pour prendre à Carthage la place de la XIIIe cohorte urbaine – elle-même transférée à Lyon dans le cadre d’une permutation – dans le courant de la première moitié du IIe siècle106 ; la VIe cohorte prétorienne et la XIVe cohorte urbaine, que ce soit l’ensemble de ces corps de troupe ou seulement une partie107 ; différentes unités auxiliaires parmi lesquelles on compta à l’époque néronienne l’ala Siliana, placée sous les ordres du proconsul Vitellius au tout début des années 60108, et la cohors I Flauia Afrorum109. Cette énumération d’unités non-légionnaires ne doit pas laisser croire qu’elles furent toutes présentes au même moment dans la partie orientale de la province. Il est au contraire plus probable qu’elles n’aient pas été stationnées en Afrique en permanence et en même temps tout au long de l’époque impériale. Si l’on ne dispose que d’un terminus ante quem, en l’occurrence l’année 128, pour déterminer la date à laquelle fut mis en place le roulement qui envoyait auprès du proconsul une cohorte de la IIIe légion Auguste, on sait en revanche que la XIIIe cohorte urbaine ne fut pas transférée à Carthage avant l’époque flavienne. Quant aux autres unités, il n’est pas possible de connaître la date de leur arrivée en Afrique ni la durée de leur stationnement ; il a été suggéré en outre qu’elles n’étaient peut-être pas non plus au complet pour une partie d’entre elles. En dépit de ces multiples zones d’ombre, il demeure qu’à la fin du ier siècle, le proconsul d’Afrique était à la tête d’une force armée qui devait compter à peu près un millier d’hommes, voire un peu plus ; il est également assuré que le nombre de soldats à sa disposition dépassait en tout cas le millier en 128, au moment où Hadrien se rendit à Lambèse.

D. Les autres provinces publiques : le commandement des troupes auxiliaires

  • 110 Outre l’Afrique et la Macédoine, dont il a déjà été question (cf. supra, 142, n. 60 et 153), on ren (...)
  • 111 Sur cette question, cf. Ritterling 1927, 28-32. Pour la province d’Asie, cf. Sherk 1955, 400-413 et (...)

28Il reste à s’interroger sur la nature et l’étendue des pouvoirs militaires des proconsuls en fonction dans les provinces publiques où la présence de légion n’est pas attestée pour la période postérieure à la réforme provinciale de 27 a.C. Ils avaient en commun de ne pas être à la tête d’une armée numériquement importante, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne disposaient pas d’effectifs militaires plus réduits qui pouvaient compter plusieurs centaines de soldats, voire un ou quelques millier(s). Il apparaît dans l’état actuel de notre documentation que loin d’être cantonnées aux provinces impériales, les troupes auxiliaires étaient présentes en plus ou moins grand nombre dans la plupart des provinces publiques110. Cette réalité est suffisamment connue pour qu’on ne s’y arrête pas de nouveau111.

  • 112 Overbeck 1981, 275-276 = AE, 1981, 845a = Roxan II, 100. Sur la présence de la cohors I Raetorum en (...)
  • 113 Weiss 1999, 77-82 = AE, 1999, 1357.
  • 114 CIL, XVI, 67 = ILS, 9055. Sur le statut d’Octavius Antoninus, cf. Eck 1986, 525-526 [=Eck 1998a, 19 (...)
  • 115 Roxan I, 67 ; sur l’identification de ce commandant de l’unité auxiliaire avec le proconsul de Lyci (...)
  • 116 Comme le suggère Burton 1973, 20.

29Une autre question qui a déjà été débattue est celle du statut du commandant placé à la tête des troupes auxiliaires stationnées dans les provinces publiques. La publication il y a une vingtaine d’années d’un diplôme militaire remis aux auxiliaires qui avaient servi dans une unité stationnée dans la province d’Asie, la cohors I Raetorum, a définitivement résolu ce problème en faisant apparaître de manière somme toute logique qu’en 148, cette cohorte était commandée par le proconsul d’Asie Flavius Tertullus112 ; s’y est ajouté récemment le témoignage d’un autre diplôme militaire, provenant de la région danubienne, dans lequel il est précisé que les soldats de la cohors equitata I Flauia Numidarum servirent pendant le règne conjoint de Marc Aurèle et de Lucius Vérus (entre l’été 165 et l’été 166) sous les ordres du proconsul de Lycie-Pamphylie Iulius Modestus113. L’apport indéniable que constitue la découverte de ces deux documents laisse penser désormais que le Octavius Antoninus qui est mentionné sur un diplôme militaire daté de l’année 120 comme le commandant en chef de la cohors I Flauia Bessorum stationnée en Macédoine et dont le statut n’y est pas précisé avait très probablement agi à la tête de cette unité lui aussi en tant que proconsul de cette province publique114. Tous ces parallèles ne laissent guère de doute non plus sur le statut du commandant qui apparaît sur un autre diplôme militaire à la tête d’une unité auxiliaire stationnée en Lycie-Pamphylie entre 161 et 168, à un moment où cette province était devenue publique, et dont le nom n’est pas identifié (on lit seulement les trois premières lettres : SAL[---]) : il devait être très vraisemblablement proconsul au même titre que Q. Flavius Tertullus, Iulius Modestus et Octavius Antoninus115. Il est à ce titre possible que tout au long de l’époque impériale, le proconsul ait eu sous ses ordres un service administratif, l’officium, qui était composé de soldats des troupes auxiliaires stationnées dans sa province116.

  • 117 L’obligation de maintenir la paix et la sécurité à l’intérieur de la province fait partie des tâche (...)
  • 118 À moins qu’il ne faille supposer l’existence d’une légion en Cyrénaïque au début de l’époque impéri (...)
  • 119 Cf. Flor. 2.31.41. Ce passage ne donne aucune précision chronologique, ce qui a donné lieu à différ (...)
  • 120 Sur ce bellum Marmaricum, cf. Laronde 1988, 1020-1021. Sur sa datation, cf. Desanges 1969, 207-208 (...)
  • 121 Pugliese Carratelli 1961-1962, 280-283, no 105. Cf. Bull. Epigr., 1964, no 567.
  • 122 OGIS, 767 = IGRRP, I, 1041.
  • 123 SEG, IX, 63. Sur cette inscription, cf. Robert 1940, 7-17.
  • 124 Dion 55.10a. 1. Même si une lacune ne donne pas le nom des adversaires de Rome contre lesquels lutt (...)
  • 125 Il n’est pas impossible que des détachements de la IIIe Augusta, légion stationnée dans l’autre pro (...)
  • 126 Comme l’ont suggéré Reynolds & Lloyd 1996, 635.
  • 127 La question est de savoir jusqu’à quand la situation administrative exceptionnelle consécutive à l’ (...)

30La tâche essentielle des auxiliaires présents dans les provinces publiques était d’assurer le maintien de l’ordre à travers des opérations de police et de servir d’escorte au proconsul117. Ils pouvaient également, le cas échéant, constituer l’essentiel des forces militaires à l’occasion de campagnes de plus grande envergure conduites par un proconsul en fonction dans une province dépourvue de légion. Ce que les sources laissent entrevoir de l’instabilité de la Cyrénaïque à l’époque augustéenne est éclairant. C’est tout d’abord très vraisemblablement en tant que proconsul de Crète-Cyrénaïque et avec l’aide des seules unités auxiliaires118 que P. Sulpicius Quirinius mena avec succès une guerre contre les Marmarides et les Garamantes à une date qu’il est difficile de fixer avec précision, mais qui pourrait remonter au plus tôt aux environs des années 20-15 a.C.119. Un autre conflit avec les Marmarides eut lieu entre 4 a.C. et 3 p.C.120. Trois inscriptions provenant de Cyrène attestent que cette cité et ses habitants furent concernés au premier chef par ce que l’ensemble de ces documents épigraphiques appellent une “guerre”. Les deux premières sont des décrets, dont l’un honore Aleximachos, fils d’Aiglanor, pour ses hauts faits d’armes121, tandis que le second rappelle que Phaos, fils de Kléandros, n’hésita pas à braver les tempêtes pour aller chercher de l’aide lors d’une ambassade qui l’avait sans aucun doute conduit à Rome auprès d’Auguste122 ; la troisième est une double inscription en prose et en vers datée de 2/3 p.C. qui honore Pausanias, prêtre éponyme d’Apollon, en lui attribuant le mérite d’avoir mis fin à cette guerre123. Magnifiée par l’épigraphie locale, l’intervention de ces notables de Cyrène ne doit pas faire oublier que les troupes auxiliaires stationnées en Cyrénaïque avaient également dû prendre part aux combats sous les ordres des proconsuls successifs, mais sans réussir à remporter de victoires décisives. Dion Cassius précise en effet à ce sujet dans le contexte des années du changement d’ère que les Marmarides “repoussèrent au loin d’autres troupes qui avaient mené campagne contre eux à partir de l’Égypte, et ils ne cédèrent pas avant qu’un tribun de la garde prétorienne ne fût envoyé contre eux” ; l’historien grec ajoute que “ce tribun avec le temps mit un terme à leurs incursions, tant et si bien que, pendant longtemps, aucun sénateur ne gouverna les cités de cette région”124. Ce passage signifie que le proconsul de Crète-Cyrénaïque fut amené à demander l’aide des troupes, plus nombreuses, qui étaient stationnées dans la province voisine d’Égypte125. Après un nouvel échec, un tribun de la garde prétorienne fut finalement dépêché depuis Rome à la tête de nouvelles forces militaires, sans doute à la suite du succès de l’ambassade conduite par Phaos126, et remplaça le proconsul en Cyrénaïque le temps de mettre fin à cette guerre et de rétablir l’ordre127. On voit donc que sous Auguste, le gouverneur de Crète-Cyrénaïque était loin de remplir uniquement des fonctions civiles.

  • 128 Reynolds 1988, 167-172.
  • 129 Jos., BJ, 7.439-440.
  • 130 Sur cet épisode, cf. Eus., H.E., 4.2.2.3.

31Si la Crète semble être restée calme tout au long de l’époque impériale, les troubles qui secouèrent la Cyrénaïque au moins jusqu’en 2/3 p.C. conduisirent à certaines occasions le proconsul à diriger sur le terrain les opérations militaires, mais sans que celui-ci eût la certitude de toujours remporter la victoire étant donné la faiblesse numérique des effectifs militaires à sa disposition. Par la suite, des unités auxiliaires restèrent cantonnées en Cyrénaïque, en particulier le long d’une ligne constituée de fortins situés au fond de la Grande Syrte au sud-ouest de la province de manière à protéger les cités et leur territoire128. Différents épisodes liés à des révoltes juives et datés de la seconde moitié du ier siècle p.C. ou du début du iie siècle p.C. viennent rappeler que le proconsul de Crète-Cyrénaïque pouvait être amené à intervenir pour mettre fin aux troubles, ce qui implique la participation des troupes auxiliaires présentes en Cyrénaïque. On sait qu’en 73, le gouverneur, un certain Catullus, conduisit les opérations militaires pour mettre un terme à un révolte juive menée par un certain Jonathan129. Quelques décennies plus tard, les cités de Cyrénaïque furent concernées au premier chef par le soulèvement des Juifs qui éclata durant l’automne 115 et qui toucha également l’Égypte avant de s’étendre à l’île de Chypre et à la Mésopotamie ; de nombreux Grecs y furent massacrés et des édifices détruits. Au début de la révolte, le proconsul de Crète-Cyrénaïque en fonction en 115/116, dont le nom ne nous est pas parvenu, fut sans aucun doute amené à prendre part à la répression de cette révolte, mais les troupes auxiliaires qu’il commandait n’étaient pas en nombre suffisant pour être en mesure de remporter une victoire décisive sur les insurgés. Il fut remplacé très vite, dès 116, par Q. Marcius Turbo, un chevalier dépêché par Trajan à la tête d’une armée mise sur pied à la seule fin de mater cette nouvelle rébellion juive130.

  • 131 Cf. Konrad 1994, 155-157 qui a avancé cette théorie en relation avec une hypothétique modification (...)
  • 132 Konrad 1994, 156, n. 31.
  • 133 Cf. Mommsen 1883, 171 qui a déjà fait remarquer que P. Sulpicius Quirinius était pour l’époque augu (...)

32Les informations relatives à la permanence des troupes auxiliaires dans les provinces publiques et à leurs activités montrent que le commandement militaire fit toujours partie des compétences du proconsul, même si cet aspect de leur “métier” eut tendance à s’estomper au fil de l’époque impériale au profit de fonctions civiles. Elles infirment à ce titre l’idée, défendue récemment par Konrad, que les proconsuls placés à la tête de provinces qui n’étaient pas pourvues de légions (en l’occurrence toutes les provinces publiques à l’exception de l’Afrique, la Macédoine et l’Illyrie) perdirent définitivement leur imperium militiae dès 18 a.C.131. Une telle conclusion reste dans l’état actuel de nos connaissances une pure hypothèse qui est contestable pour plusieurs raisons. Elle repose tout d’abord explicitement sur les travaux de Girardet lorsqu’elle présente la perte par la plupart des proconsuls de l’imperium militiae comme le prolongement d’une législation qui priva les consuls et les préteurs de leur imperium militiae en 18 a.C.132. Or il a déjà été souligné que ce que Girardet qualifiait de “Entmachtungsgesetz” n’avait sans doute jamais existé ; la seule mesure qu’Auguste fit adopter à ce sujet était l’instauration d’un intervalle de cinq ans entre l’exercice d’une magistrature supérieure et le droit de tirer au sort un proconsulat, mesure qui n’équivaut pas à une modification institutionnelle plus générale visant à affaiblir le consulat et qui remonte de toute façon en 27 plutôt qu’en 18 (supra, 29-30). L’autre faiblesse de la conclusion de Konrad est de ne pas prendre en compte pour sa démonstration les campagnes menées en Cyrénaïque par le proconsul, en particulier celle qui fut conduite par P. Sulpicius Quirinius – si elle est postérieure à 18 – et celles qui remontent aux années 5 à 1 a.C., avant que ne fût envoyé de Rome le tribun de la garde prétorienne dont il a déjà été question133. L’ampleur des opérations militaires qui se déroulèrent sur le sol de la Cyrénaïque constitue un argument qui laisse penser qu’à l’époque augustéenne, le proconsul en fonction dans cette province pouvait difficilement se passer d’un imperium militiae pour conduire ses troupes.

  • 134 Cf. dans ce sens Dion 52.22.3 et 53.13.6-7 ; sur le ius gladii à l’époque impériale, cf. Pflaum 195 (...)
  • 135 Il faut à ce titre reprendre les conclusions de Eck 1986, 528 [=Eck 1998a, 197] : au plan légal et (...)

33Dernier élément à prendre en compte, tout proconsul d’époque impériale possédait ès qualité le ius gladii134 ; il s’agit là d’une prérogative importante qui lui permettait de mettre à mort un soldat, citoyen romain, sans que ce dernier puisse faire appel à l’empereur et dont on sait qu’elle ne pouvait être conférée tout au long des deux premiers siècles p.C. qu’à titre extraordinaire aux chevaliers placés en tant que procurateur à la tête d’une province impériale ou d’une province publique en remplacement du proconsul. La possession par le proconsul du ius gladii renforce la conviction qu’il ne cessa jamais d’être en possession de l’imperium militiae. Tout concourt à ne pas accepter l’idée que fut adoptée à un moment ou à un autre une réforme retirant aux proconsuls de provinces peu militarisées la composante militaire de leur imperium. On ne s’expliquerait pas autrement le fondement de leur autorité sur les troupes auxiliaires qu’ils ne cessèrent de commander, que ce soit les proconsuls de Crète-Cyrénaïque pendant les périodes de trouble attestées sous Auguste, Vespasien ou Trajan ou encore le proconsul d’Asie Flavius Tertullus à la tête de la cohors I Raetorum135.

Bilan

  • 136 Comme l’ont justement souligné Fabbrini 1974, 278, n. 6 et De Martino 1974, IV, 2, 814-815 ; cf. au (...)

34Longue et complexe, l’évolution des pouvoirs militaires du proconsul doit être étudiée dans une perspective moins juridique que pratique. De même qu’une mesure amputant le consulat de l’imperium militiae ne fut jamais votée, pas plus en 23 ou en 19 qu’en 52 ou en 27 a.C., il n’existe aucune disposition législative qui priva à un moment ou un autre le proconsul de l’exercice de l’imperium militiae. Une solution aussi radicale n’aurait été ni souhaitable pour des raisons politiques, ni nécessaire : le pouvoir impérial gardait à sa disposition d’autres moyens pour affaiblir la position militaire des gouverneurs des provinces publiques136. Avec la prudence qui le caractérise, Auguste choisit une voie détournée en plaçant l’essentiel des légions dans les provinces impériales sous les ordres de ses légats, ce qui présentait l’avantage d’enlever de facto aux proconsuls le privilège de commander de véritables armées sans toucher pour autant à leur imperium. Un tel transfert des troupes légionnaires dans le domaine de compétences du prince se fit toutefois de manière progressive et ne fut définitivement achevé qu’à la fin du iie siècle.

  • 137 Comme l’a déjà souligné Lacey 1996, 89-90.
  • 138 Le nombre de légions qui continuèrent d’être gouvernées par des proconsuls après la réforme provinc (...)

35La première étape eut lieu en janvier 27 a.C. avec le partage provincial qui réserva à Auguste le gouvernement des provinces les plus militarisées, mais il faut se garder de réduire dès cette époque les activités des proconsuls à des fonctions civiles137. Contrairement à ce que les témoignages de Strabon et de Dion Cassius laissent entendre, les proconsuls d’Afrique, de Macédoine et d’Illyrie continuèrent à être à la tête de troupes qui restaient numériquement importantes et devaient alors comprendre pour ces trois provinces une dizaine de légions, soit environ le tiers de l’armée romaine après la réorganisation qui avait suivi la forte démobilisation liée à la fin de la guerre civile138. La longue liste des campagnes conduites par les proconsuls d’Afrique, de Macédoine et d’Illyrie entre 27 et la première moitié des années 10 a.C. montre qu’Auguste ne fit rien pour les priver de leur imperium militiae et des possibilités d’en faire usage ; il prit seulement soin à l’occasion de faire nommer à la tête de la Macédoine et de l’Illyrie des consulaires – et non des prétoriens comme l’aurait voulu le règlement – qui passaient pour être des uiri militares et étaient à ce titre mieux préparés pour mener à bien les opérations militaires de plus grande envergure. Le processus de “démilitarisation” des provinces publiques était toutefois lancé à partir de 27 a.C. et fut poursuivi par Auguste en relation avec l’avancée des Romains en direction du Danube. Une deuxième étape est à situer à la fin des années 10 a.C. avec deux mesures concomitantes dont la première faisait de l’Illyrie une province impériale, tandis que la seconde attribuait pour la première fois le commandement des légions de Macédoine à un légat impérial (L. Calpurnius Piso) et annonçait ainsi la création de la province de Mésie. À partir de cette date, Auguste apparaissait comme le commandant en chef de la quasi-totalité des légions. Seule lui échappait encore la IIIe Augusta, localisée en Afrique Proconsulaire sous l’autorité du proconsul, la dernière à être stationnée dans une province publique. Le pouvoir impérial mit fin à cette particularité, mais après la mort d’Auguste et en deux étapes séparées par un long laps de temps : tout d’abord en 39 avec la réforme de Caligula qui enleva au proconsul d’Afrique le commandement de la IIIe légion Auguste pour le confier à un légat impérial ; ensuite à l’extrême fin du iie siècle lorsque Septime Sévère créa la province de Numidie, retirant définitivement au proconsul d’Afrique son autorité sur un territoire où le poids de l’armée romaine d’Afrique et du légat impérial de la iiie légion Auguste s’était déjà renforcé au fil du iie siècle.

  • 139 Dion 53.13.3.
  • 140 Cf. dans ce sens Mommsen DPR, III, 299-300, n. 1 et De Martino 1974, IV, 2, 815.
  • 141 Sur cette question, cf. en dernier lieu Kunkel & Wittmann 1995, 24-25.

36L’histoire des corps de troupe stationnés dans les provinces publiques aura permis de mieux comprendre l’évolution des pouvoirs militaires des proconsuls à l’époque impériale : ces derniers eurent simplement de moins en moins l’occasion de faire usage d’un imperium militiae dont il ne fut pas jugé nécessaire de les déposséder. Auguste apparaît comme le maître d’œuvre d’une politique qui réussit dans la pratique à empêcher la plupart des proconsuls de diriger des campagnes à la tête d’une puissante force armée. Caligula la paracheva avec sa réforme concernant le commandement de la IIIe légion Auguste. Une telle “démilitarisation” des provinces publiques ne rendit pas les proconsuls inaptes à l’exercice d’un pouvoir militaire, mais elle réduisit leurs activités dans ce domaine en ne leur donnant au bout du compte que la possibilité de commander les troupes auxiliaires, plus ou moins nombreuses selon les provinces. Un des signes les plus clairs des changements qui affectèrent le statut des proconsuls est l’abandon par ces derniers au profit de la toge d’un des insignes militaires caractéristiques, le paludamentum, le manteau de général que tout proconsul d’époque républicaine portait en quittant Rome pour aller rejoindre sa province139. D’un point de vue chronologique, il ne faut pas suivre à la lettre le témoignage de Dion lorsqu’il inclut dans les réformes de janvier 27 la mesure qui interdisait aux proconsuls de revêtir “l’habit militaire”, pas plus qu’il ne faut penser avec Konrad que tous les proconsuls des provinces autres que l’Afrique, la Macédoine et l’Illyrie renoncèrent à porter le paludamentum à partir de 18, en relation avec une hypothétique modification constitutionnelle du consulat. Résultant d’une décision impériale, un tel interdit est postérieur à ces deux dates et ne fut sans doute appliqué que beaucoup plus tard140, peut-être à l’époque sévérienne, mais il n’est pas possible dans l’état de nos connaissances d’en savoir plus. Quoi qu’il en soit de ce problème chronologique et sans qu’il soit question de surinterpréter une telle donnée, il demeure qu’un tel détail vestimentaire reflète l’image civile que le pouvoir impérial voulait donner du gouvernement des provinces publiques. Cela ne signifie pas forcément que le proconsul n’exerçait plus du tout d’imperium militiae, mais il faut comprendre que ses principales fonctions étaient désormais autres que militaires141.

Notes

13 Cf. à ce sujet la description – ironique – par Cicéron du départ de Verrès pour la Sicile (2 Verr. 5.34 : cum paludatus exisset uotaque pro imperio suo communique re publica nuncupasset). Ce témoignage est d’autant plus révélateur de l’incontestable dimension militaire des pouvoirs du promagistrat que la province de Sicile passait pour être pacifiée. Il existe également à ce sujet de nombreuses références dans d’autres passages de Cicéron et l’œuvre de Tite-Live (pour une liste, cf. De Martino 1974, II, 405, n. 35).

14 Sur la profectio à l’époque républicaine et les insignes militaires, cf. Mommsen DPR, III, 299 et De Martino 1974, II, 405-406, ainsi qu’une analyse plus générale consacrée notamment aux aspects juridiques et rituels dans Rüpke 1990, 29-57 et 125-143.

15 Pour un jugement caractéristique, cf. Keppie 1984, 145 ; cf. aussi Bleicken 1990, 87-89.

16 Strab. 17.3.25.

17 Suét., Aug., 47.1.

18 Dion 53.12.2.

19 Dion 53.13.5.

20 Cf. Dion 53.12.3 qui oppose dans ce passage les termes de λόγος et d’ἔργον pour distinguer à propos de la réforme provinciale de janvier 27 l’explication officielle présentée par Auguste – qui est de prendre en charge les provinces les plus difficiles et les plus dangereuses pour laisser au Sénat l’administration de la plus belle partie de l’Empire – et ses intentions plus profondes et moins avouables.

21 Cf. Giovannini 1983 ; Girardet 1990, 90-109 ; Girardet 1992b, 216 ; Roddaz 1992, 196-197.

22 Comme le rappelle Carter 1982, 165 ; cf. déjà dans ce sens Syme 1952, 565, n. 6.

23 Dion Cassius et Strabon ont en commun d’avoir amplifié la portée de la réforme provinciale de janvier 27, mais pour des raisons différentes. L’opinion commune a longtemps voulu que Dion Cassius ait projeté sur l’année 27 la situation de sa propre époque, mais une telle explication reste simpliste. L’historien grec savait parfaitement que le pouvoir impérial avait connu entre la création du principat et l’époque sévérienne une évolution dont il a montré à quel point elle était loin d’être secondaire. Il vaut mieux retenir dans ce cas précis que les chapitres 13 à 21 du livre 53 livrent par moment un récit qui associe une liste des décisions prises ponctuellement en janvier 27 à une analyse plus générale du régime augustéen (comme l’a souligné Girardet 1992b, 220, n. 39 à partir du passage de Dion 53.22.1). C’est une telle particularité qui permet d’expliquer pourquoi Dion Cassius semble attribuer dès 27 a.C. le statut de provinces pacifiées à des provinces publiques dont on verra que plusieurs d’entre elles restèrent instables pendant les deux premières décennies du nouveau régime (et plus longtemps encore pour l’Afrique Proconsulaire). Pour ce qui est des précisions de Strabon concernant le partage des provinces, il est possible qu’il ait eu tendance à projeter sur janvier 27 la situation de la seconde moitié du principat d’Auguste, plus calme d’un point de vue militaire dans les provinces publiques ; il faut sans doute y ajouter une dimension idéologique, le géographe grec reprenant l’image officielle et idéalisée d’un prince qui administre les provinces les plus instables et les plus pauvres par pur dévouement à l’égard de la communauté.

24 Sur la présence de plusieurs légions dans les provinces publiques au début de l’époque impériale, cf. Mommsen DPR, III, 302-303 qui range l’Afrique et l’Illyrie au rang des “provinces chargées… d’une portion importante de la défense des frontières”, sans mentionner la Macédoine. Cf. aussi Syme 1944, 194 ; Syme 1952, 299-300 et 312-313 ; Syme 1986, 274 et 333 ; Schmitthenner 1962, 41-42 et n. 84-85 ; De Martino 1974, IV, 165-167 ; cf. aussi Carter 1982, 165 ; Campbell 1984, 349-350 ; Bleicken 1990, 89-90 et n. 253 ; Lacey 1996, 89-90 ; Dettenhofer 2000, 77-78.

25 Cf. dans ce sens Papazoglou 1979a, 311-321. La Macédoine était considérée par Cicéron comme une province militarisée ainsi que comme “une source et une pépinière de triomphes” (Pis., 97 ; cf. aussi Pis., 38 et Phil., 11.23 ; Prou. cons., 3).

26 Cf. dans ce sens Syme 1933b, 21-22 qui souligne combien il est difficile dans l’état de notre documentation de connaître la localisation des légions romaines entre 27 et 13 a.C. et qui rappelle qu’au début de l’époque impériale, l’armée romaine restait mobile et ne peut être considérée comme une armée de garnison (la situation changea progressivement, surtout à partir de Claude), ce qui rend encore plus difficile toute recherche visant à évaluer le nombre de légions qui étaient commandées par le proconsul de Macédoine – ainsi que toutes celles qui étaient stationnées dans les autres provinces publiques. Formulé il y a soixante-dix ans, ce constat est toujours d’actualité.

27 Pour un récit détaillé des campagnes successives de Crassus, cf. Dion 51.23-27 ; cf. aussi, mais plus brièvement, Liv., Per., 134.3 et Flor. 2.26. On sait qu’il célébra un triomphe ex Thraecia et Geteis (CIL, I2, 50 et 77 = Inscr. It., XIII, 1, 571). Sur l’itinéraire suivi par Crassus lors de ses deux campagnes successives, cf. Šašel Kos 1977, 282-285 et 295.

28 Ritterling 1925, 1221 parle de 4-5 légions ; cf. aussi dans ce sens Schmitthenner 1962, 41. Šašel Kos 1977, 282 reprend un tel chiffre en précisant d’après les indications fournies par Ritterling que les légions les plus probablement stationnées en Macédoine étaient la IVe Scythica, la Ve Macedonica (toutes deux attestées plus tard en Mésie), la VIIe Macedonica (la future Claudia Pia Fidelis, stationnée par la suite en Illyrie) et peut-être la IXe Macedonica (la future Hispana). Keppie 1984, 142, 159 et 205-211 range dans l’armée de M. Licinius Crassus probablement la Ve Macedonica et la IVe Scythica, peut-être également la VIIe et XIe, ainsi que la Xe Fretensis et la XXe ; cf. aussi Wilkes 1996, 570 et Wilkes 1998, 237 qui parle d’au moins quatre légions placées sous les ordres de Crassus, sans préciser lesquelles. Sur l’armée de Macédoine au début de l’époque impériale, cf. Papazoglou 1979, 340-343. Syme 1944, 202 limite la garnison stationnée en Macédoine à deux légions, mais ce chiffre est trop peu élevé dans le contexte des années 30-28 et conviendrait mieux pour la garnison stationnée en Mésie à partir de la fin du principat d’Auguste.

29 C’est ce qui ressort de la mise en parallèle d’un passage de Tacite signalant la présence de deux légions stationnées en Mésie à l’époque de Tibère (Ann., 4.5.3) avec trois inscriptions datées de 33/34 qui témoignent de la présence de la IVe Scythica et de la Ve Macedonica à Boljetin en Serbie – en Mésie – non loin du Danube (CIL, III, 1698 = ILS, 2281).

30 Cf. Ritterling 1925, 1556 et 1573 ainsi que Šašel Kos et Keppie (cf. pour les références supra, n. 28) ; cf. aussi Syme 1991a, 436 ; Speidel 2000, 327-328 pour la IVe Scythica et Strobel 2000, 523-526 pour la Ve Macedonica.

31 Elle ne repose que sur les surnoms de ces légions, toujours difficiles à interpréter, et sur l’épitaphe d’un centurion de la IVe Scythica qui a été découverte à Dion en Macédoine (cf. Plassart, BCH, 47, 1923, 165), mais qui ne peut être datée avec précision. Le manque d’informations sur la localisation de ces légions au début de l’époque impériale a permis à Syme 1933b, 30-31 et 33 d’avancer l’idée, impossible à vérifier, que ce n’est que plus tard, au début de notre ère, que la IVe Scythica et la Ve Macedonica furent déplacées de Syrie en Macédoine par Plautius Silvanus ; dans cette perspective, elles devraient être remplacées pour les années 20 par la VIIIe (future Augusta) et la XIe.

32 L’histoire de la VIIe légion durant les premières décennies du principat d’Auguste comporte de nombreuses incertitudes. On sait qu’elle participa à la campagne d’Actium aux côtés d’Octavien (cf. notamment CIL, V, 2501, 2503 et 2839), mais sa localisation durant les années 20 et 10 a.C. reste sujet à discussion. La découverte à Bulair, dans la Chersonèse thrace (l’actuelle Bulgarie), d’une inscription sur laquelle il est fait mention de la centurie de M. Caecilius de la 10e cohorte de la VIIe légion qualifiée de Macedonica (CIL, III, 7386) témoigne de la présence de cette unité dans la province de Macédoine, mais à une date qui reste indéterminée. Plusieurs hypothèses ont été émises : soit elle faisait partie des légions stationnées en Macédoine, comme son surnom semble l’indiquer (Ritterling 1925, 1230) ; soit elle fut amenée d’Asie Mineure – de Galatie – par L. Calpurnius Piso en 13/11 pour les besoins de la guerre menée par ce dernier en Thrace (Syme 1933b, 23 et n. 67 et Strobel 2000, 527 qui ajoute qu’elle fut renvoyée en Galatie dès 10 a.C., aussitôt après la victoire de Pison).

33 AE, 1936, 18 (sur cette inscription, cf. supra, 87-88).

34 Sur cette légion, cf. en dernier lieu Dabrowa 1993, 10-11 et Dabrowa 2000, 318.

35 On sait que sous Auguste, la XIe légion fit partie de l’armée d’Illyrie (cf. infra, n. 69), mais la présence à Philippes d’une épitaphe d’un soldat originaire d’Italie du Nord mort à l’âge de 40 ans après seulement dix années de service (AE, 1968, 466) laisse penser qu’elle fut dans un premier temps stationnée en Macédoine, à une époque qui n’est pas connue avec précision (début du principat d’Auguste ?). Cf. dans ce sens Syme 1933b, 33 et Papazoglou 1979a, 342-343.

36 La seule donnée sûre concernant l’histoire de la XIIIe légion Gemina sous le principat d’Auguste est son transfert en Germanie en 9 p.C. à la suite du désastre de Varus. Il est admis qu’elle avait auparavant fait partie de l’armée d’Illyrie (cf. infra, n. 70), mais la documentation épigraphique laisse penser qu’elle fut également présente en Macédoine, sans doute au début du principat d’Auguste, pour une durée qui reste indéterminée. C’est la conclusion qui découle de la découverte en Macédoine de trois inscriptions funéraires de soldats de cette unité : deux proviennent de Philippes (AE, 1938, 55 et CIL, III, 14206, 14) et la troisième de Dion (Oikonomos 1915, no 57). Sur la présence de la XIIIe légion Gemina en Macédoine sous le principat d’Auguste, cf. Papazoglou 1979a, 340-341.

37 Comme l’a déjà fait remarquer Papazoglou 1979b, 231-232.

38 Cf. dans ce sens Ritterling 1925, 1221 et Schmitthenner 1962, 41.

39 Ou de (Q.) Marcius Crispus si l’on accepte l’hypothèse de A.R. Birley (cf. supra, 40, n. 82).

40 Dion 54.3.2.

41 Comme l’a fait remarquer Syme 1971, 51.

42 Dion 54.3.2.

43 Cf. dans ce sens Schmitthenner 1962, 42, n. 84.

44 Sur cette hypothèse d’une Macédoine impériale dès le partage des provinces de 27, cf. Ritterling 1925, 1219 et 1227 et plus récemment Wachtel 1977, 377-383.

45 Sur les événements militaires qui se déroulèrent en Thrace de 20/18 à 16 et qui impliquèrent des généraux romains qu’il faut tous les identifier comme les proconsuls de Macédoine, cf. Dion 54.20.3.

46 L’existence d’une telle réforme est postulée par Thomasson 1991, 44-46. Cf. aussi dans une direction proche de l’hypothèse de Thomasson Wilkes 1996, 551 et 567 et Wilkes 1998, 237 et 246 qui envisage avec prudence la possibilité qu’un nouveau commandement militaire ait été créé au sud des Balkans dès 19-18, à l’occasion de la campagne menée par M. Lollius.

47 Vell. 2.98.2 ; cf. aussi dans ce sens Sen., Ep., 83.14. Sur ces campagnes, cf. aussi la brève indication dans Liv., Per., 140.

48 Dion 54.34.5-7 qui inclut cet épisode dans le récit de l’année 11 comme l’abréviateur de Tite-Live, mais on ne sait pas si cette année correspond au commencement des campagnes menées par Pison ou à leur épilogue. Optent pour le triennium 13/11 ou 12/10 Syme 1944, 203 ; Syme 1971, 65 ; Syme 1973, 595-596 [=Syme 1984b, 878-879] ; Syme 1986, 289 et 334 ; Syme 1991a, 437 ; Syme 1995, 266 ; Rémy 1989, 131 ; Thomasson 1991, 41 ; Hofmann-Löbl 1996, 210 ; Wilkes 1996, 551 et Wilkes 1998, 237. Optent pour 11/9 Šašel Kos 1977, 287 et Alföldy 1998b, 205.

49 Une telle formule n’est attestée sous cette forme dans aucune source, mais elle apparaît comme la dénomination la plus proche de la réalité administrative si l’on rapproche un passage de Velleius évoquant un commandant militaire en Thrace et Macédoine (2.101.3 : in Thracia Macedoniaque) du titre des légats impériaux en fonction en Germanie avant la création formelle des deux provinces de Germanie sous Domitien. Cf. dans ce sens Syme 1944, 196-197 ; cf. aussi Thomasson 1991, 41, n. 22 qui parle à juste titre à propos de la mission de Pison d’une “Sondermission” ou d’un “Sonderkommando”. Reprenant récemment une hypothèse déjà développée par Aichinger 1979, 610, Alföldy 1998b, 206-207 a au contraire proposé de voir en L. Calpurnius Piso un légat impérial de Macédoine portant le titre suivant : legatus Augusti pro praetore prouinciae Macedoniae. L’idée que le proconsul de Macédoine a pu être remplacé par un légat impérial pour gouverner cette province en raison de la situation militaire repose sur un parallèle établi par Alföldy entre le statut de Pison et celui de L. Tarius Rufus, un autre général en chef qui est simplement qualifié de pro pr(aetore) sur une inscription d’Amphipolis et auquel Alföldy attribue, après d’autres, la fonction de légat impérial. Il faut répéter que le titre de pro pr(aetore), sans précédent dans l’épigraphie, et l’absence sur la pierre de legatus constituent des éléments qui ne nous permettent pas d’affirmer avec certitude que L. Tarius Rufus était un légat impérial. Il y aurait un risque d’argument circulaire si l’on utilisait l’inscription d’Amphipolis pour déterminer le statut de L. Calpurnius Piso ou si inversement la documentation relative à Pison servait à définir le statut de L. Tarius Rufus. En réalité, rien dans les sources ne dit que ces deux généraux exercèrent les mêmes fonctions.

50 Cf. dans ce sens Dessau 1924, 395 et Syme 1944, 205 ; cf. en dernier lieu Strobel 2000, 523 qui situe en 10/9 a.C. l’organisation du district militaire de Mésie.

51 Il s’agit de P. Vinicius, P. Silius, Sex. Aelius Catus et peut-être aussi Cn. Cornelius Lentulus si l’on retient qu’il fut placé à la tête non pas de la province d’Illyrie, mais du district militaire de Mésie (cf. Tac., Ann., 4.44 qui parle des ornements triomphaux remportés par Lentulus après sa victoire sur les Gètes, peuplade située dans la région du Bas-Danube ; sur la localisation de ces campagnes, cf. supra, 55, n. 137 avec les références aux travaux de Syme qui a fini par conclure que ce général était intervenu entre 10 et 6 a.C. dans la région du Bas-Danube). Dans l’état de notre documentation, il est difficile de se faire une idée précise sur le statut de ces généraux : légat impérial de Mésie ? légat impérial de l’armée qui se trouve en Macédoine et en Thrace ? ou tout simplement proconsul de Macédoine ? Une inscription découverte à Athènes, très fragmentaire, semble attribuer à Sex. Aelius Catus le statut de proconsul (AE, 1966, 379 : [---ἀνπα[τον ---]), mais il n’est pas certain qu’il s’agisse du proconsulat de Macédoine (Syme 1971, 69 émet l’hypothèse qu’il s’agit du proconsulat d’Achaïe, ce qui peut se justifier eu égard au lieu de découverte de l’inscription ; cf. aussi dans ce sens Papazoglou 1979b, 233 et n. 24).

52 Vell. 2.101.3.

53 L’inscription de Callatis était connue depuis longtemps (IGRRP, I, 654), mais son interprétation avait longtemps souffert d’un problème de lecture (dans l’editio princeps, Bormann lisait παταγω et était conduit à donner à P. Vinicius le statut de []παταγός, terme qui n’est pas attesté par ailleurs et auquel il a donné de manière aléatoire le sens imprécis de “Heerführer mit consularischer Gewalt”). C’est le mérite de Oliver 1948, 217-218 d’avoir révisé la pierre et d’y avoir lu στραταγImage 100000000000000B0000000F29C68C4B.jpg, ce qui lui a permis de développer la formule plus compréhensible de [πρεσβευτImage 10000000000000080000000F5ED5D325.jpg καὶ ἀντισ]τρατάγImage 100000000000000B0000000F89CEBE05.jpg et d’attribuer à P. Vinicius le statut de légat impérial (AE, 1949, 10 et AE, 1960, 378 ; Syme 1971, 68-69 ; Papazoglou 1979b, 231, n. 16 ; Avram 1999, no 57, 366-367 ; Eilers 2002, 207).

54 L’emploi par Velleius de l’adverbe ante indique que les commandements de P. Vinicius et P. Silius sont antérieurs à la tournée de Caius César (sur la chronologie et l’itinéraire de la tournée de Caius César, cf. Hurlet 1997, 130-134). Papazoglou 1979b, 231, n. 15 date en conséquence le gouvernement de Vinicius in Thracia Macedoniaque des années 3-2 a.C. et celui de Silius de 2-1 a.C.

55 Le transfert du commandement des légions de Macédoine à un légat impérial de Mésie avait été daté par Syme 1933b, 23 des environs de l’année 4 p.C. dans un premier temps. Mais dix années après la parution de cet article, le savant anglais a modifié la datation de cet événement dans un sens qui me semble correspondre à la réalité (cf. note suivante).

56 Cf. dans ce sens Syme 1944, 205-207 et 216 ; cf. aussi dans le même sens Syme 1986, 289 ; Syme 1991a, 439 et Papazoglou 1979b, 232, n. 20.

57 Dion 55.29.3.

58 Tac., Ann., 1.76.2 et 1.80.1.

59 Cf. Suét., Cl., 25.9 et Dion 60.24.1.

60 La présence de deux cohortes auxiliaires est attestée en Macédoine dans le courant du iie siècle : la cohors I Flauia Bessorum en 120 (CIL, XVI, 67) et la cohors Hispanorum en 175/176 ou 112 (CIL, III, 7318). Pour plus de précisions sur la question des troupes auxiliaires stationnées en Macédoine et pour une mise au point bibliographique, cf. Eck 1986, 520-521 [=Eck 1998a, 189-190] ; sur la question du commandement de ces troupes (empereur, légat du proconsul ou proconsul lui-même ?), cf. infra, 154-155.

61 Cf. pour un état de la question Hurlet 1997, 269-272.

62 Sur les fastes de la province d’Illyrie à l’époque augustéenne, l’ouvrage de référence reste Thomasson 1984, I, 87. Il faut ajouter Cn. Baebius Tamphilus Vala Numonianus (cf. supra, 43-44, n. 92).

63 Dion 54.20.1-2.

64 CIL, III, 2973 = ILS, 899.

65 Tac., Ann., 1.23.5.

66 Il est admis que la VIIIe Augusta se trouvait dans le secteur balkanique avant 14 p.C. (Ritterling 1925, 1645 ; Keppie 1984, 163 et 208 ; Campbell, Legio, in : NP, 7, 1999, 18), mais les avis divergent lorsqu’il s’agit de retracer son histoire à l’époque augustéenne et d’affiner sa (ses) localisation(s) durant ces années. Syme 1933b, 29-33 penche pour la Mésie jusqu’à son transfert en Illyrie en 9 p.C. ; cf. aussi Keppie 1984, 159 pour qui il n’est pas impossible que la VIIIe Augusta ait servi en Afrique sous Auguste (ILAfr, 471-472). Pour un état de la question, cf. Reddé 2000, 120-121 qui a fait remarquer que les arguments solides en faveur de l’une ou l’autre hypothèse font défaut dans l’état actuel de nos connaissances.

67 L’opinion dominante est que la IXe Hispana fut transférée en Illyrie après avoir contribué aux succès d’Agrippa sur les peuplades du Nord-Ouest de la péninsule Ibérique en 20-19 et y avoir acquis à cette occasion l’épithète Hispana (Ritterling 1925, 1664-1665 ; Syme 1933b, 23 ; Keppie 1984, 157 et 208 ; Keppie 2000, 26 ; Campbell, Legio, in : NP, 7, 1999, 18), mais Le Roux 1982, 62-63 a montré qu’il fallait être prudent à ce sujet en évoquant la possibilité que l’origine d’une telle appellation était le recrutement en majorité hispanique au moment de la formation de l’unité.

68 Pour la question de la localisation précise de la XVe Apollinaris à l’époque augustéenne, les sources font également défaut, mais il est admis qu’elle se trouvait dans la partie septentrionale de l’Illyrie en Pannonie, au moins à partir du déclenchement du bellum Pannonicum de 14-9 a.C. La découverte à Aquilée de nombreuses inscriptions de haute époque mentionnant aussi bien des vétérans que des soldats en activité de cette légion (I. Aquil., 2791-2796 et 2798) conduit à penser que son camp initial se trouvait près de cette cité, aux frontières de l’Italie. Pour un état de la question, cf. Wheeler 2000, 267-270 et 306-308 qui avance l’idée qu’entre 31 et 16, à un moment où le front illyrien était calme, la XVe Apollinaris fut transférée en Espagne pour les besoins de la guerre contre les Cantables (contra, Le Roux 1982).

69 Sur la présence en Illyrie de la XIe légion depuis les débuts de l’époque augustéenne, cf. Ritterling 1925, 1691, qui reconnaît qu’une telle localisation à une aussi haute époque reste problématique. Elle ne repose que sur la découverte à Poetovio (Pannonie) d’une épitaphe d’un vétéran de cette légion âgé de 85 ans (AE, 1920, 63), mais il n’est pas possible de la dater avec précision, ni de connaître les raisons précises de l’installation de ce vétéran dans cette région (comme le souligne Syme 1933b, 30, n. 115). Il vaut mieux rester prudent à ce sujet, surtout si l’on prend en compte que la présence à Philippes d’une épitaphe d’un soldat de la XIe légion originaire d’Italie du Nord mort à l’âge de 40 ans après seulement dix années de service a pu faire penser que cette légion avait stationné en Macédoine. La seule certitude est qu’elle fut déplacée en Dalmatie à Burnum, où ont été trouvées des inscriptions témoignant de la forte présence de soldats de cette légion avant qu’elle ne fût dénommée C(laudia) P(ia) F(idelis) (CIL, III, 2832 = 9892 ; 2835 ; 6416 ; 6418 = 9896 ; 14997 et 15000-15001), à une date indéterminée qui pourrait se situer durant la seconde moitié du principat d’Auguste, à un moment où l’Illyrie était gouvernée par un légat impérial.

70 La présence de la XIIIe Gemina en Illyrie à un moment ou un autre de l’époque augustéenne est admise par les spécialistes de l’armée de l’époque impériale (Ritterling 1925, 1711-1712 ; Keppie 1984, 163, 169 et 210 ; I. Aquil., 907 et Campbell, Legio, in : NP, 7, 1999, 19), mais l’état de notre documentation ne nous permet pas de connaître la chronologie des déplacements de cette légion. L’appartenance de la XIIIe Gemina à l’armée d’Illyrie au début de l’époque impériale repose sur la découverte de deux inscriptions témoignant de la présence de soldats de cette unité dans deux cités de cette province et datées d’époque augustéenne : la première est une épitaphe qui provient de Narona et qui fut élevée en l’honneur d’un légionnaire originaire d’Ariminum (CIL, III, 8438) ; la seconde a été trouvée à Aquilée et décrit les décorations militaires décernées à un primus pilus (ILS, 2638 = I. Aquil., 2787). Il faut sans doute intégrer dans les documents d’époque augustéenne une inscription sur laquelle on peut lire leg(io) XIII et qui a été interprétée comme les vestiges d’un pont construit par cette légion dans les environs d’Aquilée (I. Aquil., 2784). Il est possible que la XIIIe Gemina ait été transférée en Illyrie après avoir séjourné en Macédoine durant les premières années du principat d’Auguste, mais on manque de données pour reconstituer une chronologie précise des mouvements de cette légion durant la plus grande partie du principat d’Auguste.

71 La localisation de la XIVe Gemina au début de l’époque impériale est une question complexe pour laquelle il n’existe aucune certitude. Les hypothèses les plus couramment avancées sont la Gaule Cisalpine ou l’Illyrie (Ritterling 1925, 1728 ; Campbell, Legio, in : NP, 7, 1999, 20 ; Franke 2000, 191). Elles ne reposent toutefois que sur une inscription qui mentionne la présence à Aquilée d’un soldat de cette légion (CIL, V, 8272 = I. Aquil., 2789), mais qui ne peut être datée avec précision (Brusin écarte la datation augustéenne généralement retenue en soulignant les problèmes chronologiques soulevés par cette inscription et précise que ce soldat pourrait être un vétéran retiré à Aquilée après son temps de service, ce qui viendrait infirmer le lien qui est d’ordinaire établi entre la localisation de cette inscription et la présence de la XIVe Gemina aux frontières de l’Italie du Nord et de l’Illyrie).

72 On sait que la XXe légion était en Illyrie en 6 p.C. (Vell. 2.112.2) et qu’elle fut déplacée le long du Rhin après le désastre de Varus en 9 p.C. La question est de savoir où elle était localisée durant les premières décennies du principat d’Auguste. Il est admis qu’elle fut très vite établie dans la région danubienne (Ritterling 1925, 1770 ; Keppie 1984, 159 et 211 ; Keppie 2000, 26 ; I. Aquil., 907), mais il est difficile d’être plus précis sur sa localisation. Plusieurs épitaphes de soldats de cette légion ont été mises au jour dans le secteur danubien, mais elles proviennent de lieux aussi éloignés l’une de l’autre que Reselec sur les rives du fleuve Oescus en Mésie Inférieure (ILS, 2270 = ILBulg, 179, fin du règne d’Auguste) et Aquilée (CIL, V, 939 et 948 = I. Aquil., 2800-2801). Par ailleurs, il est très probable que la XXe légion fut à l’occasion transférée d’Illyrie dans une autre province en fonction des besoins militaires (Le Roux 1982, 59-60 pour la péninsule Ibérique ; cf. aussi Syme 1934, 134-137 [=Syme 1971, 61-64] et Syme 1944, 211 qui avance l’idée qu’elle se trouvait en Mésie entre 1 a.C. et 6 p.C.).

73 Comme le souligne Syme 1933b, 23, qui ajoute que ce chifffre a dû monter à cinq en 13 a.C. avec le déclenchement du bellum Pannonicum ; cf. Syme 1952, 312 de manière plus allusive et Syme 1991a, 436.

74 Sur la question complexe de la nature des pouvoirs d’Agrippa en 13-12 et de Tibère de 12 à 9 a.C., cf. Hurlet 1997, 70-74 et 85-89.

75 Dion 54.34.4.

76 Syme s’est toujours refusé à faire remonter à l’année 11 la mesure qui faisait de l’Illyrie une province impériale et a toujours préféré l’antidater (cf. aussi dans ce sens Salomies 1988, 128, n. 45, mais sans développer d’argumentation), mais il n’a jamais adopté lui-même de datation ferme : il s’agit soit de l’année 12, soit des années 14/13. On fera remarquer que son opinion a évolué au fil des années : il choisit systématiquement l’année 12 dans ses publications parues au début de sa carrière (Syme 1944, 196 et 198 et Syme 1952, 580, n. 26 avec la conséquence que M. Vinicius y est présenté comme le dernier proconsul d’Illyrie) pour privilégier plus tard les années 14/13 (Syme 1971, 35 et Syme 1986, 289, n. 46 et 332 et n. 18 avec la conséquence que M. Vinicius y est présenté comme le premier légat impérial d’Illyrie).

77 Comme l’a fait remarquer Rich 1990, 214.

78 Le Bohec 1989a, 335 a laissé la question ouverte. Hinard 1991, 33-38 en a conclu qu’il existait depuis les origines de la province d’Afrique une armée de garnison qu’Auguste ne fit que maintenir.

79 Sur la situation politique et militaire en Afrique à la fin des années 40, cf. Fiswick 1993, 60-61.

80 Sur l’importance numérique des troupes confiées à Lépide en 40, cf. de manière générale Vell. 2.80.1-2 qui signale que lors de la guerre contre Pompée, Octavien avait fait venir d’Afrique Lépide avec douze légions et qui ajoute que ce dernier finit par avoir à sa disposition plus de vingt légions (chiffre qui est peut-être exagéré, mais qui reflète la militarisation de l’Afrique pendant les années du triumvirat). Cf. aussi de façon plus détaillée App., B.C., 5.53 ; 5.75 ; 5.98 et 5.116. Cf. sur cette question Weigel 1992, 81-83 ; Allély 2003, 181-183 et Roddaz 2003a, 189-201.

81 Cf. les Fasti triumphales Capitolini et les Fasti triumphales Barberiniani.

82 Cf. les Fasti triumphales Capitolini et les Fasti triumphales Barberiniani. Pour ce qui est de la nature des opérations militaires, nous en sommes réduits à de pures hypothèses étant donné le silence des sources à ce sujet (cf. en dernier lieu Coltelloni-Trannoy 1997, 48 pour un état de la question).

83 Cf. Plin., NH, 5.36-37 et Desanges 1957, 5-43 qui retrace l’itinéraire suivi en le situant aux frontières méridionales de la Numidie et de la Tripolitaine (cf. aussi du même auteur le commentaire du passage de Pline dans la C.U.F., Paris, 1980, 394-410 et Coltelloni-Trannoy 1997, 48-49).

84 Si les questions relatives aux origines de la IIIe légion Auguste sont encore loin d’être toutes définitivement résolues (cf. à ce sujet un état de la question dans Le Bohec 1989a, 335-337), on sait par Dion 55.23.2 que cette unité existait à coup sûr sous le principat d’Auguste, au plus tard en 5 p.C. La première mention épigraphique de cette légion apparaît sur un milliaire trouvé près de Sabratha et daté du proconsulat de A. Caecina Severus à la fin de la première décennie de notre ère (AE, 1987, 992), ce qui nous permet de fixer un terminus ante quem pour la date de son installation en Afrique. Aucun terminus post quem ne peut en revanche être déterminé et on est réduit sur cette question à formuler des hypothèses, la plus vraisemblable étant que cette IIIe légion faisait partie de l’armée de Lépide – elle fut appelée Augusta plus tard, après 27 a.C. – et fut maintenue en Afrique après la mise à l’écart du triumvir. Un autre problème pour lequel nous disposons de peu d’éléments est de savoir si d’autres légions furent présentes en Afrique sous Auguste. Provenant de Thugga, une dédicace à un tribun de la XIIe légion Fulminata (CIL, VIII, 26580 = ILS, 8966) a pu laisser penser que cette unité se trouvait en Afrique sous Auguste pour renforcer la IIIe Auguste (cf. Syme 1933b, 25 et Syme 1951, 119 qui identifie le tribun, Passienus Rufus, avec le fils du consul homonyme de 4 a.C. qui fut proconsul d’Afrique au début de notre ère), mais cette conclusion est loin d’être assurée (Bouard-Demaison-Maurin 1997, 209-227 propose de reconnaître dans le tribun militaire un contemporain de Marc Aurèle). Quoi qu’il en soit, il est très probable que plus d’une légion était stationnée en Afrique au moins au début du principat d’Auguste (trois selon Syme 1933b, 25), mais il n’est pas possible dans l’état actuel de nos connaissances d’en déterminer le nombre exact ni de les identifier.

85 Cf. Tac., Ann., 3.9.1 et 4.23.2.

86 Cf. Vell. 2.116.2 qui précise qu’il avait obtenu les ornements triomphaux à la suite de succès remportés en Afrique. Deux autres sources, une inscription d’Ellès et une monnaie de Thaenae, ajoutent qu’il fut acclamé imperator (CIL, VIII, 16456 = ILS, 120 et RPC, 1.1, 808), récompense militaire qui pose problème dans le cas d’un proconsul nommé après 19 a.C. et sur laquelle je reviendrai.

87 Cf. Vell. 2.116.2 ; Flor. 2.31 et Oros. 6.21.18 ; sur la dédicace de Lepcis Magna, cf. Hurlet 2000a, 1513-1542 ; sur l’extension du conflit, cf. Coltelloni-Trannoy 1997, 49-50.

88 Cf. à ce sujet Desanges 1969, 197-213.

89 AE, 1987, 992.

90 Sur cette série de milliaires, cf. CIL, VIII, 10023 et 21915 = ILS, 151 ; CIL, VIII, 10018 ; CIL, VIII, 5205 (inscription très fragmentaire) ; AE, 1905, 177 et ILAfr, 654.

91 L’organisation d’un tirage au sort ne fait aucun doute pour la désignation de M. Furius Camillus si l’on rappelle que celui-ci passait pour ne rien connaître de la guerre (Tac., Ann., 2.52.5). Il est évident que le prince et les sénateurs n’auraient pas manqué de choisir un général aguerri s’il avait été décidé à cette occasion de nommer le proconsul d’Afrique par la procédure extra sortem.

92 Ann., 2.52.3-4 ; 3.21.4 ; 3.74.1-3 ; 4.24-25.

93 Ann., 3.21.3 ; Tibère y ajouta une couronne civique, “regrettant plutôt que blâmant qu’Apronius ne la lui ait pas accordée lui-même en vertu de ses pouvoirs de proconsul”, ce qui en dit long sur l’indépendance des pouvoirs du proconsul par rapport à ceux du prince.

94 Tac., Ann., 4.24.3.

95 Ann., 3.21.1.

96 L’exemplaire le mieux conservé de cette série de cippes donne le texte suivant : leg(io) III A[ug(usta)] / leimitauit / C. Vibio Marso / pro vac co(n)s(ule) III d.d. LXX/u.k. CCLXXX (CIL, VIII, 22786 f = ILS, 9375 ; cf. aussi les fragments a et k). Sur ces documents, cf. en dernier Trousset 1997, 3-11 qui publie un nouvel exemplaire de cette série de cippes.

97 CIL, VIII, 14603 = ILS, 2305 (sur la datation de ce proconsulat, cf. supra, 111-112). Cf. Mommsen 1913, 413-415 qui a montré que cette inscription constituait un témoignage supplémentaire de la possession pleine et entière d’un imperium militiae par les proconsuls d’Afrique sous Tibère.

98 Hist., 4.48.

99 Dion 59.20.7.

100 Cf. dans ce sens Bénabou 1976, 88 ; cf. dans le même sens Le Bohec 1979-1980, 47-48.

101 Cf. Coltelloni-Trannoy 1997, 54 qui présente la réforme de Caligula comme “l’aboutissement logique de la situation instaurée en Numidie avec la présence de la IIIe Augusta.

102 Cf. dans ce sens Bénabou 1972, 131-132.

103 C’est ce qui ressort du discours prononcé par Hadrien à Lambèse en juillet 128 (CIL, VIII, 2532 + 18042 = ILS, 2487) ; cf. aussi Tac., Hist., 4.48.2.

104 Pour ce qui est de l’installation de la XIIIe cohorte urbaine à Carthage, Bérard 1991, 39-51 était arrivé à la conclusion que cette cohorte était restée en Italie sous le règne de Vespasien et qu’il était préférable de repousser son arrivée à Carthage jusqu’au début des années 90, peu après la fin des guerres danubiennes auxquelles cette unité participa et qui valurent des décorations militaires à deux de ses sous-officiers, Q. Vilanius Nepos et C. Velius Rufus. Une telle solution présentait l’avantage de faire l’économie de l’hypothèse traditionnelle selon laquelle une unité d’environ cinq cents hommes aurait été transférée de Carthage en Dacie pour les besoins des campagnes menées par Domitien sur le Danube pour être par la suite renvoyée en Afrique. Dans la perspective défendue par Bérard, la XIIIe cohorte aurait rejoint la région Danubienne depuis l’Italie avant d’être déplacée à Carthage. La découverte récente d’un diplôme militaire a toutefois rendu l’hypothèse de Bérard peu probable en attestant que la XIIIe cohorte urbaine n’était en tout cas pas présente à Rome en février 85 (Roxan & Eck 1993, 67-74) ; on peut en déduire qu’à cette date, elle était sans doute déjà stationnée à Carthage.

105 Cf. AE, 1903, 368 = ILS, 9200 = IGLS, VI, 2796 qui précise qu’il fut dux exercitus Africi et Mauretanici ad nationes quae sunt in Mauretania comprimendas.

106 La permutation entre la Ie cohorte urbaine de Lyon et la XIIIe cohorte urbaine de Carthage a été d’ordinaire placée sous le règne de Trajan depuis Mommsen, mais l’inscription sur laquelle reposait une telle interprétation ne peut être datée avec précision et ne permet pas de résoudre de manière asssurée ce problème de chronologie. Cf. sur ce point Freis 1967, 34 et 66 (qui retient l’année 128 comme la date d’une telle permutation) et Le Bohec 1979-80, 49 qui précise n. 18 qu’“il est plus prudent de dire que la Première Cohorte Urbaine est à Carthage aux iie et iiie siècles”.

107 La présence de la VIe cohorte prétorienne en Afrique Proconsulaire est attestée par une inscription d’Utique (ILTun, 1198) ; quant à la XIVe cohorte urbaine, présente à Hippone, cf. ILAlg, I, 30. Comme le rappelle Le Bohec 1989b, 21, on ignore si la présence de ces deux unités fut durable ou passagère et si elles étaient ou non au complet.

108 Tac., Hist., 1.70.1 ; cf. aussi Tac., Hist., 2.17.1. Cf. Le Bohec 1989b, 21-22.

109 Cette unité auxiliaire n’est connue que par une seule inscription funéraire, retrouvée à Utique et toujours inédite, sur laquelle apparaît un miles c(ohortis) I F(lauiae) A(frorum). C’est le lieu de provenance de ce document épigraphique qui permet de penser que cette cohorte était commandée par le proconsul, Utique étant située à proximité du lieu de résidence du gouverneur de la province, en l’occurrence Carthage. Cf. les précisions fournies par Le Bohec 1989b, 22-23 qui date cette inscription de la fin du iie siècle.

110 Outre l’Afrique et la Macédoine, dont il a déjà été question (cf. supra, 142, n. 60 et 153), on rencontre des troupes auxiliaires en Bétique, Sardaigne-Corse, Achaïe, Pont-Bithynie, Lycie-Pamphylie, Asie, Chypre et Crète-Cyrénaïque. Seules la Narbonnaise et la Sicile font à ce sujet exception, puisqu’aucune unité auxiliaire n’y est à ce jour attestée, mais il ne faut en tirer aucune conclusion définitive.

111 Sur cette question, cf. Ritterling 1927, 28-32. Pour la province d’Asie, cf. Sherk 1955, 400-413 et Sherk 1957, 52-62. Pour les provinces publiques d’Asie Mineure (Asie, Pont-Bithynie et Lycie-Pamphylie), cf. Speidel 1983, 12-14. Cf. de manière générale Eck 1972a, 429-436 et Eck 1986, 518-534 [=Eck 1998a, 187-202].

112 Overbeck 1981, 275-276 = AE, 1981, 845a = Roxan II, 100. Sur la présence de la cohors I Raetorum en Asie à l’époque impériale, cf. l’inscription d’Éphèse dans Engelmann & Knibbe 1984, 141.

113 Weiss 1999, 77-82 = AE, 1999, 1357.

114 CIL, XVI, 67 = ILS, 9055. Sur le statut d’Octavius Antoninus, cf. Eck 1986, 525-526 [=Eck 1998a, 194] ; Thomasson 1991, 95 ; Thomasson 1996, 44 et PIR2 O 24.

115 Roxan I, 67 ; sur l’identification de ce commandant de l’unité auxiliaire avec le proconsul de Lycie-Pamphylie, cf. Eck 1986, 526-527 [=Eck 1998a, 194-195] et Weiss 1999, 81-82.

116 Comme le suggère Burton 1973, 20.

117 L’obligation de maintenir la paix et la sécurité à l’intérieur de la province fait partie des tâches dévolues au proconsul par Ulpien dans le De officio proconsulis (Dig., 1.18.13, pr. avec la traduction de Rivière 2002, 273) ; cf. aussi Paul, Dig., 1.18.3 ; Marc., Dig., 48.13.4.2 ; Marc., Dig., 47.16.1 ; Tert., Apol., 2.14 et Scap., 4.2. Pour la province d’Afrique, cf. Le Bohec 1979-80, 47. Cf. aussi AE, 1967, 444 où il apparaît que des milites formaient une partie de l’escorte qui accompagnait à Samothrace P. Antius Orestes, proconsul de Macédoine en 164/165 ou 165/166, et l’édit du proconsul d’Asie qui ordonne aux boulangers d’Éphèse de retourner faire du pain en les menaçant de punition pour éviter les désordres qui avaient résulté des manifestations de la population (cf. Sartre 1995, 260).

118 À moins qu’il ne faille supposer l’existence d’une légion en Cyrénaïque au début de l’époque impériale (possibilité envisagée par Syme 1933b, 24), mais aucune source ne va dans ce sens.

119 Cf. Flor. 2.31.41. Ce passage ne donne aucune précision chronologique, ce qui a donné lieu à différentes propositions de datation entre lesquelles il est difficile de trancher. Il existe une datation haute qui situe cette guerre aux environs des années 20-15 a.C., entre la préture qui remonte à la fin des années 20 ou la première moitié des années 10 a.C. et le consulat dont on sait qu’il l’exerça en 12 a.C. (sur cette hypothèse, qui concorde parfaitement avec la règle selon laquelle le gouvernement de la Crète-Cyrénaïque était dévolu à un proconsul de rang prétorien, cf. Mommsen 1861, V, 942 et Gardthausen 1896, I, 702 ; cf. dans ce sens les propositions avancées avec prudence par Syme 1952, 376 et 582, n. 50 et Syme 1995, 257 ; cf. aussi Bénabou 1976, 61 ; Eck 1972-73, 244 ; Thomasson 1984, I, 361 ; Baldwin Bowsky 1990, 89-90 ; Rich 1990, 207 ; Pautasso 1994/1995, 93 ; Dabrowa 1998, 29-30 ; Alföldy 1998b, 207 et Eck, in : NP, 11, 2001, 1105). Il existe une datation basse qui situe le proconsulat de P. Sulpicius Quirinius en même temps que le bellum Gaetulicum de Cossus Cornelius Lentulus de 6-8 p.C. ou peu après et qui l’assimile à une mission extraordinaire – proconsulat extra sortem ? – liée à gravité de la situation militaire dans les provinces durant ces années (cf. Desanges 1969, 208-212 qui reprend l’hypothèse, déjà émise par von Domaszewski et Romanelli, selon laquelle P. Sulpicius Quirinius était intervenu en Cyrénaïque à partir de la Syrie, dont il fut gouverneur en 6/7, et à la tête de troupes qui devaient être numériquement importantes et adaptées à des campagnes menées dans des zones désertiques ou subdésertiques ; Laronde 1988, 1021 ; Le Bohec 1989a, 339 et Reynolds & Lloyd 1996, 635-636).

120 Sur ce bellum Marmaricum, cf. Laronde 1988, 1020-1021. Sur sa datation, cf. Desanges 1969, 207-208 et Reynolds & Lloyd 1996, 635 qui situe le terminus post quem en 5/4 a.C. en faisant valoir qu’il n’est fait aucune allusion à un conflit ou à une situation troublée sur la copie du Ve édit de Cyrène, daté de 4 a.C.

121 Pugliese Carratelli 1961-1962, 280-283, no 105. Cf. Bull. Epigr., 1964, no 567.

122 OGIS, 767 = IGRRP, I, 1041.

123 SEG, IX, 63. Sur cette inscription, cf. Robert 1940, 7-17.

124 Dion 55.10a. 1. Même si une lacune ne donne pas le nom des adversaires de Rome contre lesquels luttèrent les troupes venues d’Égypte, puis le tribun de la garde prétorienne à la tête d’un détachement dépêché depuis Rome, il ne fait aucun doute que ce texte concerne la province de Cyrénaïque et doit être à ce titre mis en rapport avec la guerre contre les Marmarides mentionnée par les inscriptions de Cyrène (comme l’a démontré Desanges 1969, 204-206).

125 Il n’est pas impossible que des détachements de la IIIe Augusta, légion stationnée dans l’autre province voisine d’Afrique Proconsulaire, aient été également envoyés en Cyrénaïque pour faire face au soulèvement des Marmarides (possibilité présentée par Le Bohec 1989a, 339 comme un fait “à peu près assuré”). Le passage de Dion Cassius relatif à cette question n’a pas été conservé dans son intégralité (la lacune devait sans doute comporter la liste des troupes envoyées en Cyrénaïque à cette occasion), mais l’emploi de l’adjectif • t ° rouw laisse penser que l’intervention des troupes venues d’Égypte fut précédée d’une autre intervention venue d’ailleurs, très certainement d’Afrique Proconsulaire, et également malheureuse (comme l’ont souligné Desanges 1969, 206 et Laronde 1988, 1021).

126 Comme l’ont suggéré Reynolds & Lloyd 1996, 635.

127 La question est de savoir jusqu’à quand la situation administrative exceptionnelle consécutive à l’envoi en Cyrénaïque d’un tribun de la garde prétorienne fut maintenue. L’emploi par Dion Cassius de la formule έπὶ πολύ (“pendant longtemps”) et la référence sur plusieurs inscriptions de Cyrène à une intense activité édilitaire placée sous la direction du commandant d’une cohorte auxiliaire, M. Sufenas Proculus, pendant la dernière décennie du principat d’Auguste laissent penser que la Cyrénaïque continua à être gouvernée par des militaires après la fin du bellum Marmaricum en 4 p.C., jusqu’à une date indéterminée. Il est possible que durant ces années, le proconsul ait limité ses activités à la Crète, mais il ne s’agit que d’une hypothèse qu’on ne peut ni confirmer ni infirmer dans l’état actuel de nos connaissances. Sur cette question, cf. Laronde 1988, 1021-1022.

128 Reynolds 1988, 167-172.

129 Jos., BJ, 7.439-440.

130 Sur cet épisode, cf. Eus., H.E., 4.2.2.3.

131 Cf. Konrad 1994, 155-157 qui a avancé cette théorie en relation avec une hypothétique modification constitutionnelle du consulat datée de 19 ou 18 a.C. par Girardet.

132 Konrad 1994, 156, n. 31.

133 Cf. Mommsen 1883, 171 qui a déjà fait remarquer que P. Sulpicius Quirinius était pour l’époque augustéenne un exemple inhabituel de proconsul prétorien menant une guerre ; cf. aussi Baldwin Bowsky 1990, 119, n. 40.

134 Cf. dans ce sens Dion 52.22.3 et 53.13.6-7 ; sur le ius gladii à l’époque impériale, cf. Pflaum 1950, 117-118 à propos des proconsuls ; Liebs 1981, 217-223 et Meyer-Zwiffelhoffer 2002, 59-60.

135 Il faut à ce titre reprendre les conclusions de Eck 1986, 528 [=Eck 1998a, 197] : au plan légal et pratique, il n’existait aucune différence entre le proconsul et le légat impérial pour ce qui est des pouvoirs qu’ils exerçaient sur leurs propres troupes (il existait seulement une différence quantitative liée au nombre des soldats qu’ils avaient sous leurs ordres) ; cf. aussi dans ce sens et plus précisément à propos du proconsul d’Asie Overbeck 1981, 272-273 et Hauken 1998, 198-199.

136 Comme l’ont justement souligné Fabbrini 1974, 278, n. 6 et De Martino 1974, IV, 2, 814-815 ; cf. aussi Overbeck 1981, 273 et Eck 1986, 518 [=Eck 1998a, 187].

137 Comme l’a déjà souligné Lacey 1996, 89-90.

138 Le nombre de légions qui continuèrent d’être gouvernées par des proconsuls après la réforme provinciale de 27 n’est pas connu avec précision. Syme a adopté une position minimaliste lorsqu’il ne leur attribue pas plus de cinq ou six légions (Syme 1944, 194-195 ; Syme 1952, 312 ; Syme 1933b, 22 adopte une vision légèrement différente lorsqu’il précise qu’au départ, au moins sept légions étaient sous le contrôle de proconsuls ; cf. aussi Syme 1986, 333). Cf., dans le même sens que Syme, Rich 1990, 140 et Rich & Williams 1999, 195 qui précisent qu’après 27 a.C., entre 5 et 8 légions sur un total de 27 ou 28 légions étaient probablement stationnées dans les provinces publiques d’Afrique, de Macédoine et d’Illyrie ; cf. aussi Bleicken 1998a, 327 qui parle de cinq légions (en citant l’Afrique et la Macédoine, mais sans mentionner l’Illyrie). Carter 1982, 165 me semble plus proche de la réalité lorsqu’il évalue entre six et neuf le nombre de légions stationnées en 27 dans les provinces publiques.

139 Dion 53.13.3.

140 Cf. dans ce sens Mommsen DPR, III, 299-300, n. 1 et De Martino 1974, IV, 2, 815.

141 Sur cette question, cf. en dernier lieu Kunkel & Wittmann 1995, 24-25.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540