Version classiqueVersion mobile

Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien

 | 
Frédéric Hurlet

Première partie. L'intervention impériale dans la nomination du proconsul

Chapitre III. La prorogation

Texte intégral

  • 323 Cf. à ce sujet la liste des proconsuls en fonction plus d’une année qui est fournie en appendice pa (...)
  • 324 On rencontre parfois dans l’historiographie contemporaine l’idée qu’un proconsul dont on sait qu’il (...)

1Si la sortitio ou la procédure extra sortem apparaissent à l’époque impériale comme les seuls modes de désignation des proconsuls, elles pouvaient être provisoirement suspendues pendant une ou plusieurs année(s) pour l’ensemble des provinces publiques, ainsi que pour une seule ou une partie d’entre elles. Il est bien connu qu’à certaines périodes et pour des raisons qui devront être déterminées, des proconsuls qui avaient été tirés au sort ou désignés sans tirage au sort furent prolongés dans leur gouvernement provincial pour une, voire plusieurs années supplémentaires323. Cette pratique, auquel le langage institutionnel donne le nom de prorogation et qui ne se confond pas avec la procédure extra sortem324, est en contradiction avec le principe de l’annalité du proconsulat. Elle s’apparente à une mesure extraordinaire justifiée par différents types de circonstances exceptionnelles qui ont varié en fonction des époques. Il faut reconnaître que nous connaissons peu de détails sur la procédure qui était suivie à cette occasion. On aimerait en particulier en savoir plus sur une intervention impériale que l’on imagine déterminante, mais dont on a du mal à connaître les modalités. La seule manière de répondre à ces différentes interrogations est de commencer par établir dans un ordre chronologique une liste de tous les proconsuls connus pour avoir gouverné leur province plus d’une année et étudier pour chacun d’eux les circonstances de leur nomination.

A. La prorogation sous Auguste : une pratique fréquente

2La prorogation est fréquemment attestée pendant les premières décennies qui suivirent le rétablissement du principe de l’annalité du proconsulat en 27. On identifie pour le principat d’Auguste sept proconsuls en fonction pendant plus d’une année, auxquels il faut ajouter une série de dix-neuf proconsuls anonymes.

1. Les proconsuls prorogés

  • 325 Sex. Appuleius y est qualifié d’ἀνθύπατoς τò δεύτερoν (cf. supra, 48, n. 109).
  • 326 Sur la datation du proconsulat d’Asie de Sex. Appuleius, cf. supra, 44, n. 96.

3— Sex. Appuleius. Consul ordinaire en 29 a.C., il fut proconsul d’Asie dans le courant des années 20. Une inscription de Claros est venue préciser qu’il avait exercé le gouvernement de cette province pendant deux années325. Il a déjà été souligné que les années de son proconsulat d’Asie ne pouvaient être déterminées avec précision, les datations les plus probables étant 26/24 ou 23/21326.

  • 327 CIL, VI, 37075 et 41061 = ILS, 8964 sur laquelle il est qualifié de [proconsul] Asiae bis.
  • 328 Sur la datation du proconsulat de Potitus Valerius Messala, cf. supra, 44-45, n. 97.

4— Potitus Valerius Messalla. Consul suffect en 29 a.C., il fut proconsul d’Asie dans la seconde moitié des années 20 au plus tôt. On sait qu’il exerça le gouvernement de cette province pendant deux années327. La datation de son proconsulat d’Asie biennal ne peut être fixée avec précision. Elle dépend de la chronologie retenue pour le proconsulat d’Asie de Sex. Appuleius, auquel Potitus Valerius Messalla succéda très probablement. Ont donc été proposées soit les années 24/22, soit les années 21/19328.

  • 329 Dion 54.30.3.
  • 330 Atkinson 1958, 311.
  • 331 Cette démonstration a été faite récemment par Eilers 2001, 204, n. 26.
  • 332 Spanhemius avait proposé de corriger sur ce point le texte des manuscrits de la façon suivante : oὐ(...)
  • 333 Cf. sur ce point la démonstration de Laffi 1967, 33-34.
  • 334 Il apparaît en effet que Dion Cassius ne mentionne pour les proconsuls en fonction plus d’une année (...)
  • 335 Eilers 2001, 201-205.
  • 336 Cf. supra, 52, n. 125.

5— Le proconsul d’Asie de 12/10 a.C. Dion Cassius rappelle dans le contexte de l’année 12 a.C. qu’à la suite d’un tremblement de terre qui avait touché la province d’Asie, Auguste y nomma (ou plutôt fit nommer) un proconsul pour deux années en vertu d’un tirage au sort329. La datation de ce proconsulat et l’identité du proconsul restent des questions controversées. Pour ce qui est du premier problème, il faut résolument écarter l’idée, autrefois émise par Atkinson330, que ce nouveau gouvernement biennal de l’Asie ait été exercé à partir de l’année qui suivit ce séisme, soit en 11/10 et 10/9 a.C. Il est en effet assuré que Paullus Fabius Maximus, qui fut à coup sûr proconsul d’Asie en 10/9 a.C., exerça à Rome le consulat ordinaire tout au long de l’année 11 et ne pouvait pour cette raison se trouver en Asie dès cette année331. Il faut en conclure que le biennium dont parle Dion s’étendit de 12/11 à 11/10 a.C. Les informations données par l’historien grec sur le mode de désignation du proconsul nommé pour ces deux années – le tirage au sort – ne doivent pas être corrigées, comme on le fait parfois332 ; elles permettent au contraire de reconstituer avec la plus grande vraisemblance la procédure qui fut suivie en 12 a.C. Il en résulte en effet que la nouvelle du séisme parvint à Rome après la sortitio des provinces consulaires et conduisit Auguste à prolonger d’une année le gouvernement d’un proconsul qui avait été déjà tiré au sort et était sans doute parti rejoindre sa province333. L’insistance avec laquelle Dion parle du tirage au sort à cette occasion – ἐκ τoῦ κλρoυ, ἀλλ’ oὐχ αρετóν – constitue une manière de souligner que le gouverneur d’Asie des années 12/10 fait partie de cette catégorie spécifique de proconsuls nommés pour deux ans sans avoir été choisis par le prince, mode de nomination qui lui apparaît si singulier qu’il prend la peine de le mentionner334. Il reste à identifier le proconsul. Eilers a proposé d’y reconnaître P. Cornelius Scipio335, le consul ordinaire de 16 a.C., mais les raisons pour lesquelles M. Vinicius, le consul ordinaire de 19 a.C., me semblait être un meilleur candidat ont déjà été exposées336.

  • 337 Dion 55.28.2.

6— Cossus Cornelius Lentulus et les autres proconsuls des années 6/8 p.C. Dion Cassius précise à propos des proconsuls nommés en 6 p.C. qu’ils furent non seulement choisis par Auguste – c’est-à-dire désignés par la voie extra sortem –, mais aussi nommés pour deux années337. Cette durée biennale y est justifiée par les multiples révoltes provinciales simultanées qui avaient éclaté durant cette année (notamment en Pannonie, en Afrique et en Sardaigne-Corse). Parmi les proconsuls concernés par une telle décision, seul est connu Cossus Cornelius Lentulus, gouverneur de la province d’Afrique qui mit fin à la révolte des Gétules, mais il faut imaginer que les neuf autres proconsuls nommés en 6 exercèrent leur gouvernement provincial jusqu’en 8.

  • 338 Suét., Aug., 23.1.
  • 339 Brunt 1990, 491 tire des lacunes des fastes provinciaux pour les années 9-11 que “we cannot confirm (...)

7Les proconsuls des années 9/11 p.C. Suétone rappelle qu’à l’annonce du désastre de Varus, Auguste “prolongea” (ou plutôt fit prolonger, comme on le verra) “l’imperium pour les gouverneurs provinciaux afin de maintenir le loyalisme des alliés par des hommes expérimentés auxquels ils étaient habitués”338. L’emploi du terme générique praesides indique que ce passage concerne aussi bien les légats du prince que les gouverneurs des provinces publiques. La perte par P. Quinctilius Varus de ses trois légions étant datée de septembre 9 p.C., il faut en déduire que les dix proconsuls nommés durant la première moitié de l’année 9 furent prorogés pour une année supplémentaire et continuèrent à gouverner leur province jusqu’en 11. Nous ne sommes pas en mesure de connaître leur identité339.

  • 340 Cf. dans ce sens une inscription de Lepcis Magna sur laquelle L. Nonius Calpurnius Asprenas – proco (...)
  • 341 Sur la question de la datation du proconsulat d’Afrique de L. Nonius Asprenas, cf. Vogel-Weidemann (...)

8— L. Nonius Asprenas. Consul suffect de l’année 6 p.C., il exerça le proconsulat d’Afrique pendant trois années, à cheval sur les règnes d’Auguste et de Tibère340. La datation de ce premier proconsulat triennal n’est pas assurée à l’année près : soit 12/15, soit 13/16341.

  • 342 OGIS, II, 469 = IGRRP, IV, 963.
  • 343 Sur l’idée qu’il faut établir un parallèle entre les proconsulats triennaux de L. Nonius Asprenas e (...)

9C. Vibius Postumus. Consul suffect en 5 p.C., il est qualifié de τò τρς ἀνθύπατoς sur une inscription de Samos342. Étant donné que l’intervalle entre le consulat et le proconsulat se situait d’ordinaire à cette époque entre cinq et dix ans, il exerça pour une durée triennale le proconsulat d’Asie à la fin du principat d’Auguste ou au début du principat de Tibère, peut-être à cheval sur les deux principats. Il est possible dans ces conditions qu’il ait gouverné la province d’Asie au même moment que L. Nonius Asprenas, le proconsul de l’autre province consulaire qui fut placé également pour trois années à la tête de l’Afrique, c’est-à-dire en 12/15 ou 13/16343.

  • 344 C’est l’opinio communis à laquelle la plupart des spécialistes de prosopographie augustéenne se son (...)
  • 345 RPC, 1.1, 2930, 2932, 2934, 2936, 2939, 2941, 2942.
  • 346 Cf. par exemple PIR2 F 47 et Scheid 1975, 86.
  • 347 Cf. dans ce sens RPC, 1.1, 480-481 dans la notice introductive consacrée à la cité d’Hierapolis.
  • 348 Comme le fait Eilers 2001, 204 en ne faisant pas de Paullus Fabius Maximus le proconsul d’Asie de l (...)

10— Un cas à écarter : Paullus Fabius Maximus. Nommé à coup sûr proconsul d’Asie en 10 a.C. quelques mois à peine après avoir exercé le consulat, il passe pour avoir été prorogé en 9 pour une année supplémentaire et être resté en fonction jusqu’en 8344. Les arguments en faveur d’une telle hypothèse restent malgré tout peu solides et ne reposent pour tout dire que sur une série de monnaies d’Hierapolis sur lesquelles la représentation de Paullus Fabius Maximus sur l’avers est associée aux noms de neuf personnalités locales mentionnés sur le revers345. Ces personnages étant d’ordinaire identifiés pour la plupart à des magistrats municipaux346, leur grand nombre aurait signifié que le proconsulat de Paullus Fabius Maximus ne pouvait se limiter aux deux années civiques (10 et 9 a.C.) que représente une seule année proconsulaire et fut prolongé d’une année supplémentaire jusqu’en 8 a.C. Ce raisonnement est toutefois loin de faire autorité. Il faut préciser qu’aucun de ceux qui sont associés au gouverneur sur les monnaies d’Hierapolis n’est présenté comme magistrat et qu’il pourrait s’agir de notables locaux (peut-être réunis en une commission pouvant compter jusqu’à huit personnes et chargés d’une liturgie)347. Il est donc préférable de ne pas intégrer le nom de Paullus Fabius Maximus dans la liste des proconsuls d’époque augustéenne qui furent prorogés348.

2. Une pratique évolutive

  • 349 Cf. Syme 1986, 44-45 à propos de Sex. Appuleius et de Potitus Valerius Messalla.
  • 350 Cf. dans ce sens à propos du passage de Dion Rich 1990, 209.

11Sous Auguste, la prorogation des proconsuls resta une pratique extraordinaire au même titre que la procédure extra sortem. Elle était justifiée par des circonstances exceptionnelles qui varièrent selon l’époque envisagée. Durant les premières années du principat d’Auguste, elle apparaît comme un moyen de pallier le manque de consulaires susceptibles d’être candidats aux proconsulats d’Afrique ou d’Asie349, phénomène dont on a vu qu’il fut préoccupant durant la seconde moitié des années 20 et jusqu’en 18/17. Par la suite, d’autres facteurs entrèrent en ligne de compte. La pratique de la prorogation est tout d’abord attestée pour des provinces touchées par des catastrophes naturelles, en particulier pour l’Asie après le séisme de l’année 12 a.C., et peut-être aussi dès celui de 26 a.C. si l’on attribue une datation haute au proconsulat biennal de Sex. Appuleius. Une des raisons principales est liée aux impératifs de remise en ordre des cités ravagées, un proconsul prorogé pour une seconde année pouvant suivre sur une plus longue durée les travaux de réfection les plus urgents et en contrôler leur bonne exécution. Il faut souligner les avantages et les responsabilités d’ordre financier liés à la pratique de la prorogation, réalité à laquelle Dion Cassius fait peut-être allusion lorsqu’il mentionne dans le contexte de l’année 12 la nomination d’un proconsul d’Asie pour deux années aussitôt après avoir précisé qu’Auguste paya au trésor public avec ses propres fonds le montant du tribut annuel de cette province. Qu’il faille ou non établir un rapport direct entre une telle libéralité impériale et la durée biennale du gouvernement de l’Asie, il est de toute façon incontestable qu’un mandat de deux années visait à assainir les finances publiques des cités touchées par le séisme. Le proconsul désigné en 12 a.C. disposait tout d’abord d’emblée de plus de temps à la tête de sa province de manière à pouvoir s’assurer avec plus d’efficacité que les fonds consacrés par les cités à leur reconstruction ne soient pas détournés d’une manière ou d’une autre. Il faut également penser au moindre coût que représente pour les provinciaux un proconsul prorogé comparé aux besoins plus importants d’un proconsul tiré au sort qui compte profiter de la seule année passée à la tête de si riche province d’Asie pour s’enrichir, dans les limites de ce qui était légalement autorisé350. Le dernier facteur clairement identifiable à prendre en compte est, dans l’ordre chronologique, le contexte militaire. Dans le courant de la dernière décennie du principat d’Auguste, les proconsuls d’une même année furent tous automatiquement prorogés à deux reprises lorsque Rome eut à faire face à des situations de crise provoquées par les multiples révoltes de l’année 6 et le désastre de Varus en 9. Les avantages liés à une telle pratique sont évidents et ont été rapidement évoqués dans le passage de Suétone relatif à la prorogation pour l’année 10/11 des proconsuls entrés en fonction en 9. Il s’agissait de leur permettre de gouverner leur province pendant deux années consécutives à un moment où la continuité du gouvernement provincial était ressentie comme un facteur de stabilité dans un contexte de troubles à l’échelle de l’Empire. Par la même occasion était suspendu momentanément le traditionnel roulement annuel des gouverneurs des provinces publiques, transition qui aurait pu avoir des conséquences dommageables sur la conduite des opérations militaires ou l’attitude des provinciaux à l’égard de Rome.

B. La prorogation sous Tibère : une pratique qui est devenue la règle

  • 351 Cf. de manière générale Orth 1970, 71-81.
  • 352 Dion 58.23.5.

12Attestée dès le principat d’Auguste à de multiples reprises et pour différentes raisons, la prorogation des gouverneurs des provinces publiques devint avec Tibère une pratique administrative qui apparaît désormais plus comme la règle que comme l’exception351. Dion Cassius rappelle que sous Tibère, “il y eut un tel nombre de sénateurs assassinés que, parmi les gouverneurs choisis par tirage au sort, les anciens préteurs assumèrent leur charge pour trois ans et les anciens consuls pour six ans, parce qu’on n’avait plus personne pour leur succéder”352. Si la raison invoquée – l’assassinat de sénateurs – s’inscrit dans un registre polémique censé dénoncer la cruauté du “mauvais” empereur et n’était de toute façon ni la seule ni la principale, ce passage met en évidence une réalité incontestable qui trouve une confirmation dans la liste des proconsuls en fonction plus d’une année. Il en résulte que sous Tibère, la pratique de la prorogation des proconsuls se renforça à partir de la seconde moitié des années 20 aussi bien par sa fréquence que par la durée d’un gouvernement provincial qui pouvait aller jusqu’à six années consécutives.

1. Les proconsuls prorogés

  • 353 RPC, 1.1, 762-764.
  • 354 Sur la participation de L. Apronius aux opérations militaires, cf. Tac., Ann., 3.21.
  • 355 Tac., Ann., 3.21.1.
  • 356 Thomasson 1996, 29.

13— L. Apronius. Consul suffect en 8 p.C., il apparaît sur plusieurs monnaies provenant de cités d’Afrique avec la fonction de procos III353. Ce nouveau proconsulat triennal s’inscrit dans le contexte de la guerre contre Tacfarinas à laquelle L. Apronius prit part en sa qualité de général en chef des troupes romaines stationnées en Afrique354. Étant le successeur de M. Furius Camillus355, qui fut en 17 le premier proconsul d’Afrique à combattre le rebelle africain, il gouverna la province d’Afrique à coup sûr de 18 à 21356.

  • 357 Tac., Ann., 3.58.1.

14— Q. Iunius Blaesus. Consul suffect en 10 p.C., il succéda à L. Apronius à la tête de la province d’Afrique en 21 après avoir été désigné sans tirage au sort à la suite d’une procédure dont les principales étapes ont été décrites supra. Tacite rappelle que l’année suivante, en 22, il fut prorogé dans ses fonctions de proconsul d’Afrique357. Ce passage s’insère dans un chapitre consacré à la séance du Sénat de l’année 22 au cours de laquelle la question de l’attribution des provinces publiques consulaires fut mise à l’ordre du jour. Il constitue à ce titre un des rares témoignages sur la procédure institutionnelle qui était suivie lors des prorogations des proconsuls : l’intervention des sénateurs et le vote en ce sens d’un sénatusconsulte apparaissaient comme des formalités nécessaires.

  • 358 Tac., Ann., 4.56.3.
  • 359 AE, 1934, 87.
  • 360 Eilers 1995, 9-12 explique un tel martelage, a priori inexplicable pour un homme dont la mémoire ne (...)

15— M. Aemilius Lepidus. Consul ordinaire en 6 p.C., il fut nommé comme proconsul d’Asie en 26358. On savait par une inscription de Cos qu’il avait gouverné cette province au moins pendant deux années, de 26 à 28359. La relecture d’une inscription d’Éphèse sur laquelle avait été martelé le nom d’un patron de Myra honoré par cette cité pour une troisième fois a conduit Cl. Eilers à identifier ce personnage avec M. Aemilius Lepidus et à lui attribuer un proconsulat triennal, de 26 à 29360.

  • 361 CIL, VIII, 10568 et 14386 ; VIII, 22786 = ILS, 9375 ; IRT, 308 ; RPC, 1.1, 739-744.
  • 362 CIL, VIII, 10568 et 14386 ; sur la question de la chronologie, cf. Thomasson 1996, 31.

16— C. Vibius Marsus. Consul suffect en 17 p.C., il est honoré sur plusieurs inscriptions et monnaies provenant de la province d’Afrique avec le titre de procos III361. L’inscription d’un pont situé aux environs de Vaga sur laquelle il est qualifié de procos III sous la trente et unième puissance tribunicienne de Tibère indique qu’il exerça son proconsulat triennal de 27 à 30 (plutôt que de 26 à 29)362.

  • 363 Cf. notamment RPC, 1.1, 2369.
  • 364 Sur cette démonstration, cf. Corsten 1999, 94.

17— P. Petronius. Il résulte de nombreux témoignages épigraphiques et numismatiques que P. Petronius, consul suffect en 19, exerça sous le principat de Tibère le proconsulat d’Asie pendant six années consécutives363. L’année 28/29 étant désormais occupée pour le gouvernement de la province d’Asie par M. Aemilius Lepidus, la datation du long proconsulat de P. Petronius oscille entre 29/35 et 30/36. Provenant de la cité de Kibyra, la dédicace à Tibère sur laquelle P. Petronius est qualifié de ἀνθύπατoς τò τρτoν en relation avec la trente-troisième puissance tribunicienne de Tibère (de juillet 31 à juin 32) indique que son proconsulat d’Asie commença à coup sûr en 29 pour s’achever en 35364.

  • 365 CIL, III, 12036 = ILS, 158 = Inscr. Cret. IV, 272.
  • 366 Le parallèle avec le passage de Dion a déjà été établi par Orth 1970, 75, n. 3 ; cf. aussi dans ce (...)

18— P. Viriasus Naso. Il est qualifié sur une inscription de Gortyne de procos tertio365. On peut y voir une illustration concrète du passage de Dion selon lequel les provinces publiques tirées au sort par les anciens préteurs furent gouvernées sous Tibère (durant la seconde moitié de son principat) pendant trois années366. P. Viriasus Naso y apparaît pour avoir “consacré” un monument au Numen et à la Providence de Tibère et du Sénat le 18 octobre, jour de la chute de Séjan en 31, ce qui indique qu’il n’a pu célébrer un tel anniversaire en tant que procos tertio avant le 18 octobre 32, ni après le 18 octobre 36 selon toute vraisemblance. À ce titre, il partit gouverner la Crète-Cyrénaïque durant l’été 30 au plus tôt et la datation de ce gouvernement provincial triennal oscille entre la datation haute de 30/33 et la datation basse de 34/37.

  • 367 Eck 1977, 238-240 = AE, 1976, 121.
  • 368 Le chiffre III ne peut suivre la mention du consulat, puisque seuls le prince et les membres de la (...)
  • 369 Sur cet “epigraphic habit”, cf. Eck 1977, 238 et n. 47 et Bruun 1986, 16 et n. 21.
  • 370 C’est l’hypothèse à laquelle Eck se rallie, non sans prudence. Cf. aussi Le Glay 1980, 221-227 qui (...)

19— [?] Fulvius S [---]. Un dernier exemple de proconsulat triennal est attesté sur une inscription fragmentaire qui provient des environs de Nomentum et pour laquelle W. Eck a proposé les restitutions suivantes : [. F]uluio C.f. Ser. S[ca. 5 lettres] / [pro]cos. III, pr. ex auct[oritate] / [Ti.? C]aesaris Augu[sti -- ] / [-----] T [-------]367. La lecture proposée pour le début de la deuxième ligne – [pro]co(n)s(ul) III – ne fait aucun doute et fait incontestablement référence à un proconsulat exercé pendant trois ans368. Conformément à une habitude épigraphique datée des premières décennies de notre ère, le nom de la province gouvernée pendant une telle durée n’est pas mentionné369. Une telle lacune présente au moins le mérite de nous permettre de dater de l’époque julio-claudienne le proconsulat de ce Fulvius. Il est de nouveau tentant d’établir un parallèle avec le témoignage de Dion sur l’instauration durant la seconde moitié du principat de Tibère d’une durée de trois années pour les provinces publiques de rang prétorien370.

  • 371 Tac., Hist., 4.48.1 (je reviendrai plus en détail infra, 151-152 sur ce passage). Ce Marcus Silanus (...)
  • 372 CIL, XIV, 3665 = ILS, 6236 = Inscr. It., IV, 12, 193.
  • 373 Adopte une telle hypothèse Vogel-Weidemann 1982, 98-106 (et n. 482 où est établi un parallèle entre (...)
  • 374 C’est la conclusion qui a la préférence de Thomasson 1996, 33-34.
  • 375 Il y aurait eu dans ce cas de figure deux proconsuls d’Afrique durant l’année 29/30 ! Vogel-Weidema (...)

20— Un cas douteux : M. Iunius Silanus Torquatus. La datation du proconsulat d’Afrique exercé dans les années 30 par ce personnage reste problématique dans l’état actuel de nos connaissances. Il est attesté qu’un M. Silanus, le consul ordinaire de 19, gouverna l’Afrique sous Caligula, vraisemblablement durant l’année proconsulaire 38/39371. Provenant de Tibur, une inscription honorifique en l’honneur d’un certain C. Maenius Bassus a ajouté une précision complémentaire qui a contribué à modifier les données chronologiques du problème en indiquant que ce personnage fut “préfet des ouvriers de Marcus Silanus, fils de Marcus, six fois (ou pour la sixième fois) à Carthage”372. Plusieurs questions se posent à ce sujet : s’agit-il sur les deux documents du même proconsul, à savoir le consul ordinaire de 19 ? Faut-il déduire de l’emploi de sexto sur l’inscription de Tibur que C. Maenius Bassus fut attaché à un seul proconsul d’Afrique pendant six années consécutives (comme P. Petronius, lui aussi consul – suffect – en 19 et placé à la tête de l’Asie pendant six ans de 29 à 35) ou qu’il servit à six reprises sous plusieurs proconsuls (six au maximum), dont le dernier était Marcus Silanus ? De la réponse à cette dernière question dépend la solution à la première. L’exercice du proconsulat d’Afrique par C. Rubellius Blandus en 35/36 (IRT, 330a et b) infirme en tout cas définitivement l’idée que le proconsul de 38/39 resta en fonction pendant six années et réduit à ce titre les possibilités à deux hypothèses : ou il faut admettre à côté du proconsulat exercé en 39 par le consul ordinaire de 19 l’existence d’un autre proconsulat d’Afrique, sexennal, exercé par un autre membre de la même famille (M. Iunius Silanus, consul suffect en 15 ?) et le dater en conséquence de 29/35, ce qui conduit à établir un strict parallèle avec le proconsulat d’Asie exercé au même moment par P. Petronius373 ; ou il faut considérer comme insuffisamment établie l’idée d’un aussi long proconsulat et penser que C. Maenius Bassus servit successivement durant les années 30 sous les ordres de plusieurs proconsuls, dont le dernier était l’un des deux personnages suivants : soit le consul ordinaire de 19, en fonction en 39374, soit le consul suffect de 15 placé à la tête de l’Afrique durant la première moitié des années 30. Il faut convenir qu’aucune de ces solutions ne s’impose de toute évidence. Si l’on veut bien accorder quelque crédit au témoignage de Tacite, il faut conclure que le consul ordinaire de 19 était à la tête de l’Afrique en 38/39. Pour le reste, rien ne dit que le consul suffect de 15 homonyme exerça le proconsulat de cette province pendant six années dans le courant des années 30. À l’examen, plusieurs arguments – non décisifs en soi – infirment une telle hypothèse : tout d’abord, l’absence sur ce sujet de tout autre document que le témoignage de l’inscription de Tibur (argument a silentio qu’il faut utiliser avec modération) ; ensuite et surtout, l’incompatibilité chronologique entre un proconsulat sexennal qui aurait été exercé par M. Iunius Silanus en 29/35 et le proconsulat d’Afrique précédent de C. Vibius Marsus dont on a vu qu’il avait toutes les chances de remonter aux années 27/30375.

2. Les motifs de la prorogation

  • 376 Cf. dans ce sens Brunt 1990, 491.

21Le catalogue commenté permet de discerner à propos de la pratique de la prorogation une nette évolution. Le début du principat de Tibère se place incontestablement dans la continuité de la fin du principat d’Auguste : les proconsulats d’Afrique de L. Apronius et de Q. Iunius Blaesus durèrent respectivement trois et deux années, ce qui n’allait pas au-delà de la durée maximale fixée à trois ans durant les dernières années du principat d’Auguste ; ils s’inscrivaient en outre dans un contexte de crise militaire, en l’occurrence la guerre contre Tacfarinas, ce qui permet d’établir un parallèle avec la décision prise à l’initiative d’Auguste de proroger pour une année supplémentaire l’ensemble des proconsuls à la suite des multiples révoltes de l’année 6 dans plusieurs régions de l’Empire romain et du désastre de Varus de la fin de l’année 9376.

  • 377 Cf. les cas de M. Aemilius Lepidus et de P. Petronius, proconsuls d’Asie à une époque où cette prov (...)
  • 378 Contra Dettenhofer 2002, 353-355 où elle présente le recours fréquent de la prorogation à la fin de (...)
  • 379 Comme l’a déjà souligné Brunt 1961, 210, n. 72 [=Brunt 1990, 76, n. 72].
  • 380 Suét., Tib., 41 ; Tac., Ann., 1.80.2.

22À partir de la seconde moitié des années 20 p.C., la pratique de la prorogation évolua et prit une signification radicalement différente de celle qu’elle avait durant la dernière décennie du principat d’Auguste. Les proconsuls ne furent tout d’abord plus prorogés en relation avec des difficultés militaires377 ; au moins l’un d’entre eux, P. Petronius, gouverna sa province pendant six années, durée exceptionnelle qui ne comptait aucun précédent augustéen. Cette nouvelle pratique est a priori étonnante. Elle ne manqua pas de susciter de la part de l’aristocratie romaine des critiques, dans la mesure où le faible taux de renouvellement des proconsuls contribua par la force des choses à mécontenter un certain nombre d’anciens magistrats supérieurs privés de gouvernements provinciaux lucratifs – et prestigieux dans le cas des provinces consulaires378. De nombreuses explications ont été avancées par les sources anciennes pour rendre compte d’une telle évolution. On a déjà vu que Dion Cassius mettait en avant un phénomène de réduction numérique du personnel politique liée au nombre important d’exécutions de sénateurs, mais cette explication reste insuffisante et ne peut être adoptée sous cette forme. Les purges au sein du Sénat constituent sous Tibère un phénomène dont l’ampleur ne doit pas être exagérée et qui n’empêchait pas de toute façon de trouver chaque année dix candidats pour le gouvernement des provinces publiques ; elles sont attestées en outre en plus grand nombre dans le courant des années 30, notamment après l’échec de la conspiration de Séjan en 31, soit plusieurs années après que les proconsuls commencèrent à être prorogés. Il ne faut donc pas établir de lien direct entre l’évolution de la pratique de la prorogation et les procès de maiestate qui se multiplièrent à la fin du principat de Tibère379. Comme Dion Cassius, Tacite et Suétone soulignent la responsabilité du prince en la matière, mais en mettant en avant une série de motivations d’ordre psychologique : Tibère ne se serait plus préoccupé d’assurer le traditionnel roulement annuel des proconsuls par désintérêt des affaires de l’État, pour s’épargner l’ennui d’un nouveau choix, par jalousie à l’égard des candidats à de tels gouvernements provinciaux ou en raison d’un caractère irrésolu qui l’empêchait de prendre des décisions380. Il est difficile dans l’état actuel de nos connaissances de privilégier l’une ou l’autre des explications présentées par Tacite et Suétone, mais elles ont en commun de renvoyer de manière plus générale aux conséquences négatives de la retraite de Tibère en Campanie tout au long de la dernière décennie de son principat.

  • 381 C’était un argument de même nature qu’avait déjà présenté Meier 1967, 383, n. 8 en soulignant la co (...)

23Une aussi longue absence de Rome constitue dans le contexte de cette époque un événement capital qui ne manqua pas de perturber non seulement les équilibres politiques, mais aussi les procédures de désignation du personnel chargé de l’administration de l’Empire. Pour ce qui est des proconsuls, Tibère ne pouvait plus influer sur le déroulement de la sortitio aussi efficacement que lorsqu’il était présent à Rome et participait à ce titre aux séances du Sénat ; il transmettait depuis la Campanie ses recommandations aux sénateurs au moyen de lettres et enjoignit par exemple par ce biais à C. Sulpicius Galba l’ordre de ne pas tirer au sort une province consulaire (en 36), mais ce mode de communication était loin de remplacer sa présence physique à Rome même et les moyens de pression qui en résultaient. Dans ces conditions, la prorogation lui apparut comme une manière commode de ne pas abandonner complètement au Sénat le choix des proconsuls : une telle procédure présentait l’avantage de maintenir plusieurs années durant – de trois à six ans – à la tête des provinces publiques les anciens préteurs ou anciens consuls en qui Tibère avait une entière confiance. Ce n’est sans doute pas un hasard si le premier proconsul d’époque tibérienne qui exerça ses fonctions pendant plus d’un an pour des raisons autres que militaires – en l’occurrence M. Aemilius Lepidus, proconsul d’Asie de 26 à 29 – fut prorogé pour la première fois dans son gouvernement provincial précisément en 27, soit quelques mois à peine après que Tibère se fut retiré en Campanie381. C’est le signe qu’au-delà des motivations psychologiques privilégiées par les auteurs anciens, le principal facteur d’explication de la longue durée de la plupart des proconsulats attestés entre 26 et 37 est à chercher dans les conditions si particulières d’exercice du pouvoir impérial durant cette dizaine d’années.

  • 382 Meier 1967, 378-384, en particulier p. 381.
  • 383 Meier 1967, 381 (il fondait une telle chronologie sur le passage de Suét., Tib., 41 qui lie l’allon (...)

24Faut-il imaginer pour autant qu’en liaison avec sa retraite en Campanie, Tibère fit adopter en bonne et due forme une réforme qui modifiait la durée du gouvernement des provinces publiques ? Meier avance une telle hypothèse en déduisant du passage de Dion Cassius déjà commenté que l’on peut parler à bon droit d’un “règlement temporaire” qui fixait à trois années la durée des proconsulats prétoriens et allongeait jusqu’à six ans la durée du gouvernement des deux provinces publiques consulaires, l’Afrique et l’Asie382 ; il ajoutait qu’une telle mesure fut mise en place aussitôt après le départ définitif de Tibère à Capri, c’est-à-dire peu après 27383. Il faut reconnaître que cette opinion est séduisante et qu’aucun élément ne peut l’infirmer de manière définitive. Mais elle est loin d’être assurée et il faut reconnaître qu’elle apparaît à l’examen trop systématique. Plusieurs remarques critiques peuvent être faites en ce sens. D’un point de vue méthodologique, il peut sembler contestable d’ériger d’un côté au rang de principe légal la partie du témoignage de Dion Cassius relative à l’allongement de la durée des proconsulats et de rejeter de l’autre côté la justification que cet historien en donne (en l’occurrence l’assassinat de nombreux sénateurs). D’un point de vue plus pratique, postuler l’existence d’un tel “règlement” à partir de la documentation lacunaire qui est la nôtre pose problème, surtout si l’on rappelle qu’aucun proconsul d’époque tibérienne n’est connu à ce jour pour avoir gouverné l’Afrique à coup sûr pendant six ans (le cas de M. Iunius Silanus est problématique) ; quant à l’Asie, un gouvernement d’une aussi longue durée n’est attesté qu’à une seule reprise (par la force des choses faut-il ajouter, étant donné que Tibère mourut à Capri moins de douze années après s’y être retiré), ce qui interdit de confirmer ou d’infirmer l’existence d’un tel délai légal. On ne peut donc exclure que la prorogation triennale et sexennale des proconsuls se soit imposée de manière empirique, Tibère proposant d’emblée depuis Capri telle durée pour tel proconsulat ou contribuant à proroger tel proconsul pour plusieurs années en fonction des circonstances et du contexte ; dans cette perspective, il se peut que Dion Cassius ait considéré comme une mesure légale ce qui n’était qu’une conséquence pratique d’une décision qui avait conduit pour la première fois le pouvoir impérial à s’éloigner de Rome en permanence et aussi longtemps. La mort de Tibère au début de l’année 37 mit fin à une pratique à laquelle on n’avait jamais eu recours par le passé aussi fréquemment.

C. La prorogation sous les derniers Julio-Claudiens et sous les Flaviens

  • 384 Dion 60.25.6 précise que Claude permit à certains proconsuls de gouverner pendant deux ans.

25Après le principat de Caligula, marqué à notre connaissance par un strict rétablissement du principe de l’annalité, Claude renoua avec la pratique de proroger les proconsuls pour une ou plusieurs années384. On connaît trois gouverneurs de la province d’Afrique qui exercèrent à cette époque leur fonction pendant plus d’une année. Le principat de Néron constitua à ce sujet une rupture, puisqu’on ne connaît tout au plus qu’une seule prorogation – qui n’est pas clairement attestée et qui remonterait à l’année 55 peu après son avènement. Après la crise des années 68-69, le principat de Vespasien est le dernier règne pour lequel l’exercice d’un proconsulat biennal ou triennal est attesté à plusieurs reprises. Sous Domitien, seul un proconsul est connu pour avoir été prorogé.

1. Les proconsuls prorogés

  • 385 Q. Marcius Barea Soranus est qualifié de procos II à trois reprises sur des documents épigraphiques (...)

26— Q. Marcius Barea Soranus. Consul suffect en 34 et désigné proconsul d’Afrique au début du principat de Claude sans doute à la suite d’une procédure extra sortem, il exerça ce gouvernement provincial durant deux années, de 41 à 43385.

  • 386 Suét., Galb., 7.1. Sur la datation de ce gouvernement, cf. Thomasson 1996, 35.

27— L. Livius Ocella Ser. Sulpicius Galba. Consul ordinaire en 33 et désigné proconsul d’Afrique sous le principat de Claude à la suite d’une procédure extra sortem, il exerça ce gouvernement provincial durant deux années, sans doute de 44 à 46386. Il fut chargé à cette occasion de mettre fin aux désordres de cette province liés à un barbarorum tumultus et une intestina dissensio, troubles dont il a été question plus en détail supra.

  • 387 AE, 1968, 549 où il est qualifié de proco[s] III.
  • 388 Sur les problèmes de datation – 55 ou 56 ? – que pose l’inscription de Lepcis Magna, cf. Hurlet 200 (...)
  • 389 Les spécialistes de prosopographie datent le proconsulat de M. Pompeius Silvanus Staberius Flavinus (...)

28M. Pompeius Silvanus Staberius Flavinus. Consul suffect en 45, il gouverna la province d’Afrique pendant trois ans387, à cheval sur les principats de Claude et de Néron. Il apparaît comme le dédicant de deux monuments de Lepcis Magna dont le premier est consacré à Claude dans le courant de la treizième puissance tribunicienne de ce dernier (AE, 1948, 17 et IRT, 338) et le second à Néron au début de son principat en 55 ou 56 (AE, 1968, 549)388. Dans ces conditions, il faut dater son proconsulat d’Afrique des années proconsulaires 52/55 ou 53/56389.

  • 390 Rémy 1989, 27-28. Sur ce personnage, cf. PIR2 P 139.
  • 391 RPC, 1.1, 2047-2048 et 2080-2081.
  • 392 Cf. dans ce sens Stumpf 1991, 157-158, qui avait lu à tort sur la monnaie OZ (= 76) et proposé en c (...)
  • 393 Comme le rappelle Leschhorn 1993, 198.
  • 394 Cf. dans ce sens Rémy 1989, 27-28.

29— P. Pasidienus Firmus. Consul en 65, il exerça auparavant en tant qu’ancien préteur le proconsulat de Pont-Bithynie390. La documentation numismatique permet de préciser qu’il gouverna cette province sous Claude pendant deux années391. La datation de ce proconsulat n’est pas assurée et plusieurs possibilités ont été envisagées : 42-43, si l’on explique le chiffre de 73 (OG) présent sur une monnaie d’Héraclée du Pont frappée sous le gouvernement de P. Pasidienus Firmus comme une référence à l’ère d’Actium392, mais l’utilisation d’un tel comput n’a pu être à présent établie pour cette cité393 ; 48-50 si l’on veut établir un rapport entre la durée biennale et la campagne victorieuse menée en 48-49 par C. Iulius Aquila dans le Bosphore cimmérien contre Mithridate, l’ancien roi du Bosphore394. Il faut convenir qu’aucune de ces datations ne peut fournir des arguments décisifs dans un sens ou dans l’autre.

  • 395 CIL, X, 3853 = ILS, 992 ; CIL, XIV, 2612. Il est présenté comme ἀνθύπατoς γ’ ou ἀνθύπατoς τò γ’ sur (...)
  • 396 Cette datation repose sur une série d’arguments convergents : la prise en compte d’un intervalle en (...)
  • 397 Cf. dans ce sens Eck, in : NP, 4, 1998, 30 et Levick 1999, 136.

30— T. Clodius Eprius Marcellus. Consul suffect en 62, il apparaît dans la documentation épigraphique et numismatique comme un proconsul d’Asie qui exerça cette fonction pendant trois années395, très certainement entre 70 et 73396. Ce gouvernement triennal a été présenté comme une manœuvre de Vespasien destinée à éloigner de Rome un personnage en qui il n’avait pas une entière confiance397, mais il pourrait tout aussi bien être analysé comme un moyen de remettre de l’ordre dans la province d’Asie après les perturbations liées à la guerre civile de 68-69.

  • 398 AE, 1967, 531.
  • 399 Dans les fastes de Crète-Cyrénaïque, le seul point de référence chronologique sûr est le gouverneme (...)

31— C. Arinius Modestus. En ce qui concerne la période qui va de Claude à Vespasien, il apparaît comme le seul proconsul connu de Crète-Cyrénaïque à avoir exercé son gouvernement pendant plus d’une année. Il est en effet mentionné en qualité de procos II sur un cippe de bornage d’Apollonia élevé en vertu de l’auctoritas de l’empereur Vespasien398. Ce gouvernement provincial remonte donc aux années 70-79, mais il ne peut être daté avec plus de précision399.

  • 400 Cf. Groag, Q. Iulius Cordinus C. Rutilius (19) Gallicus, in : RE, I A, 1914, 1260.
  • 401 Stat., Silu., 1.4.80-82.
  • 402 Eck 1985, 475-484 qui a montré que la fonction exercée en Asie pendant deux année ne pouvait être u (...)
  • 403 Eck 1985, 482 et Eck 1986, 525 [=Eck 1998a, 194] penche pour la seconde solution (avec plus de prud (...)

32— Q. Iulius Cordinus C. Rutilius Gallicus. Consul pour la première fois au début du règne de Vespasien (72 ?), puis une seconde fois sous le règne de Domitien, il a longtemps passé pour n’avoir jamais été admis au tirage au sort de l’Afrique ou de l’Asie400, ce qui est étrange si l’on prend en compte qu’il était parvenu au sommet de la carrière sénatoriale avec l’exercice d’un second consulat et de la préfecture de la Ville. L’interprétation par Eck d’un passage des Silves de Stace conduit toutefois à infirmer ce qui était une hypothèse fragile. Le poète latin évoque en effet à propos de ce personnage les faisceaux pris une seconde fois et sa juridiction renouvelée sur la vaste Asie, qui aurait voulu l’avoir pour elle trois ou quatre ans : Quid geminos fasces magnaeque iterata reuoluam/iura Asiae ? Velit illa quidem ter habere quaterque/hunc sibi401. Eck a vu, à juste titre, dans la première partie de la formule une référence aux deux consulats (geminos fasces) et dans la seconde la preuve que Q. Iulius Cordinus C. Rutilius Gallicus exerça pendant deux années le proconsulat d’Asie (magnaeque iterata… iura Asiae)402. Quand ? Étant donné que le proconsul d’Asie de 80/81 était sans doute C. Laecanius Bassus Caecina Paetus (à moins que ce dernier ait gouverné cette province en 78/79) et que celui de 84/85 était selon toute vraisemblance Sex. Iulius Frontinus, deux datations sont possibles, 81/83 ou 82/84403.

  • 404 On connaît des monnaies de plusieurs villes de Pont-Bithynie qui portent au droit le nom de Vespasi (...)
  • 405 Cf. sur ces réserves Rémy 1989, 31-34 ; Stumpf 1991, 207, n. 17 et et RPC, 2.1, p. 94.
  • 406 Cf. Hoffmann, M. Plancius (5) Varus, in : RE, XX, 2, 1950, 2016 ; Thomasson 1984, I, 245 ; PIR2 P 4 (...)

33— M. Plancius Varus (douteux). Il est connu pour avoir été proconsul de Pont-Bithynie sous le principat de Vespasien404. Deux monnaies de Nicomédie précisent qu’il fut ἀνθπατος β’, c’est-à-dire proconsul pour deux années, mais elles n’ont pas été revues récemment et des doutes subsistent sur la réalité de ce proconsulat biennal405. Si ces témoignages numismatiques devaient être acceptés, il reste délicat de fournir une date précise à l’intérieur de la fourchette chronologique 70-79406.

  • 407 Eck 1972/1973, 246 et Talbert 1984, 506.
  • 408 Le seul document à faire référence au gouvernement de Crète-Cyrénaïque de Veiento est un milliaire (...)

34— Un proconsul à écarter : Caesernius Veiento. Eck et Talbert ont proposé à titre d’hypothèse de lui attribuer un proconsulat biennal de Crète-Cyrénaïque sous Claude407, mais cette hypothèse ne repose sur aucune source et doit être désormais écartée408.

2. Les motivations de Claude et des Flaviens

  • 409 Cf. dans ce sens Talbert 1984, 398.

35Les circonstances de la désignation de Galba en Afrique laissent entendre que sous Claude, les troubles à l’intérieur d’une province continuaient à être à l’origine de la prorogation du proconsul, comme ce fut le cas sous Auguste et Tibère (cf. peut-être aussi le proconsulat biennal de P. Pasidienus Firmus si on le date de 48-50). Mais l’exercice par Q. Marcius Barea Soranus et T. Clodius Eprius Marcellus d’un proconsulat biennal ou triennal aussitôt après l’avènement de Claude et de Vespasien conduit à souligner que les changements de règne qui s’opéraient à la suite de troubles à Rome ou d’une guerre civile pouvaient avoir des conséquences sur certaines pratiques administratives. Arrivés au pouvoir dans des conditions mouvementées, Claude et Vespasien avaient dû ressentir le besoin que le gouvernement de l’une ou l’autre province publique fût aussitôt confié à un même proconsul pendant plusieurs années. C’était l’occasion de placer pour une plus longue durée des hommes de confiance à la tête de provinces stratégiques où le nouveau pouvoir voulait éviter tout soulèvement ou désordre, l’Afrique en priorité parce qu’elle était un des greniers à blé de Rome et qu’y était stationnée la seule légion du Maghreb, la IIIe Auguste. Pour Vespasien, il faut ajouter la nécessité de remettre de l’ordre au sein de provinces touchées par une guerre civile qui s’était étendue à l’ensemble du monde romain, souci qui le poussa à faire désigner aussitôt après son avènement pour trois années T. Clodius Eprius Marcellus à la tête de l’Asie et peut-être aussi pour deux ans M. Plancius Varus comme proconsul de Pont-Bithynie409.

D. La réapparition de la prorogation au iiie siècle

36Aucune prorogation de proconsul n’est attestée tout au long de l’époque antonine. Cette réalité signifie que pendant plus d’un siècle, de 79 à 192, la sortitio fonctionna sans exception chaque année et assura le roulement annuel des gouverneurs des provinces publiques. On a vu que le règne de Septime Sévère coïncida avec une réforme qui donna à l’empereur le droit d’intervenir plus directement dans la procédure de la sortitio. Ce fut aussi le point de départ d’une période qui connut quelques prorogations : une est attestée sous Caracalla et une autre sous Macrin. Par la suite, deux autres exemples sont connus dans le courant du iiie siècle, dans les années 240 et 270, jusqu’à ce que l’instauration par Dioclétien de la Tétrarchie généralise une telle pratique.

1. Les proconsuls prorogés

  • 410 CIL, VI, 1452 = ILS, 2936 et CIL, X, 6764.
  • 411 Sur la datation du proconsulat d’Asie de L. Marius Maximus Perpetuus Aurelianus, cf. Leunissen 1989 (...)
  • 412 Sur la présence de Caracalla en Asie Mineure en 215 et l’itinéraire suivi pour rejoindre Antioche d (...)

37— L. Marius Maximus Perpetuus Aurelianus. Consul suffect sans doute à l’extrême fin du iie siècle (198 ou 199), il est connu pour avoir exercé le proconsulat d’Asie pendant deux années410, en 214-216 ou 213-215411. Il s’agissait d’un personnage qui avait été aussi proconsul d’Afrique, fait unique dans l’histoire du proconsulat des trois premiers siècles p.C. Les circonstances de sa prorogation restent obscures. On sait seulement qu’il se trouvait en Asie comme gouverneur en 215 au moment où Caracalla traversait cette province pour rejoindre la Syrie en vue d’une campagne contre les Parthes412.

38— Q. Anicius Faustus. Il fut nommé proconsul d’Asie sous Macrin et gouverna cette province pendant deux années, de 217 à 219. Sa désignation et sa prorogation eurent lieu au milieu de circonstances troublées qui ont déjà été décrites. On rappellera seulement qu’après avoir été nommé en 217 comme proconsul d’Asie sur ordre exprès de Macrin – à peine parvenu au pouvoir suprême – en remplacement de C. Iulius Asper qui avait été initialement choisi par Caracalla, il fut maintenu à cette fonction pour une année supplémentaire entre 218/219 sur décision du même empereur (supra, p. 73, n. 202). C’était là une manière commode de priver de ce gouvernement provincial M. Aufidius Fronto, qui avait été un temps pressenti pour devenir proconsul d’Asie, et d’éviter dans le même temps toute vacance du pouvoir à la tête de cette province.

  • 413 Cf. supra, 100, n. 314.

39— L. Egnatius Victor Lollianus. S’il a déjà été souligné qu’il n’était pas question d’en faire un proconsul extra sortem, les sources ne laissent aucun doute sur la durée triennale de son proconsulat d’Asie, exercé à cheval sur les règnes de Gordien III et de Philippe l’Arabe (242 à 245). Même si les causes de ce long proconsulat d’Asie ne peuvent être déterminées avec certitude, elles étaient à coup sûr liées à une situation d’urgence : ou à l’intérieur de la province d’Asie à la suite d’un tremblement de terre ; ou (et) de manière plus générale en raison d’un contexte militaire qui se dégradait aux frontières orientales de l’Empire et qui conduisit à une offensive romaine contre les Perses413.

  • 414 AE, 1964, 223.
  • 415 Sur la carrière de L. Caesonius Ovinius Manlius Rufinianus Bassus, cf. PIR2 C 121 ; Christol 1986a, (...)

40— L. Caesonius Ovinius Manlius Rufinianus Bassus. Une dédicace à ce personnage provenant d’Aversa en Campanie et retraçant l’ensemble de sa carrière précise qu’il fut proconsul de la province d’Afrique pendant trois années414. Le proconsulat triennal de L. Caesonius Ovinius Manlius Rufinianus Bassus ne peut être daté avec précision415. Les recoupements avec l’ensemble des informations chronologiques fournies par l’inscription d’Aversa permettent de proposer les années 270, avec plusieurs cas de figure possibles : ou entièrement sous le règne de Probus (277-280 ?) ; ou à cheval sur le règne de Probus et un ou plusieurs règne(s) antérieur(s) (274-277, 275-278, 276-279 ?) ; ou encore à cheval sur les règnes d’Aurélien et de Tacite (273-276 ?). Les solutions les plus probables sont 276-279 ou 277-280 en raison de la faveur dont L. Caesonius Ovinius Manlius Rufinianus Bassus jouissait auprès de Probus et qui s’était manifestée avec sa désignation à la tête du iudicium magnum – tribunal créé par Probus pour juger en appel certains procès –, puis d’une juridiction uice Caesaris. On peut en effet supposer que cet empereur tenait à prolonger à la tête de l’Afrique au-delà du délai légal d’une année un sénateur qui comptait parmi les membres les plus proches de son entourage.

  • 416 ILAfr, 513.
  • 417 Cf. dans ce sens PLRE, Antiochus 13 ; PIR2 1444 et Eck, in : NP, 2, 1997, 322.

41— Aurelius Antiochus. Provenant de Thugga, une dédicace impériale fut élevée pour le salut de Maximien et de toute la domus Diuina pendant la seconde année du proconsulat d’Aurelius Antiochus416. Les fastes de la province d’Afrique d’époque tétrarchique étant complets à partir de 290, il faut dater ce gouvernement biennal entre 285 et 290417.

  • 418 CIL, VIII, 5290 = ILS, 5477 = ILAlg, I, 179.
  • 419 CIL, VIII, 608 et 11772 = ILS, 637.
  • 420 Cf. dans ce sens PLRE, Aristobulus ; PIR2 C 806 et Chastagnol 1962, 21-25.

42— Ti. Claudius Aurelius Aristobulus. Devenu consul ordinaire en 285 avec la victoire de Dioclétien, l’ancien préfet du prétoire de Carin gouverna l’Afrique pendant quatre ans418, après l’entrée en fonction des Césars Constance et Galère pour le premier consulat le 1er janvier 294419. Étant donné qu’il couronna sa carrière en 295 par la préfecture de la Ville et que l’année proconsulaire 294/295 est occupée pour les fastes de l’Afrique par Cassius Dio, il faut dater le proconsulat quadriennal d’Aristobule de 290/294420.

  • 421 CIL, VIII, 12459.
  • 422 ILAfr, 531.
  • 423 PIR2 A 188 ; PLRE, Dionysius 12 ; Chastagnol 1962, 34-38 ; Christol 1986a, 139.
  • 424 Fragm. Vatic., 41.

43— L. Aelius Helvius Dionysius. On sait qu’il gouverna l’Afrique pendant quatre ans sous la Tétrarchie421. Étant donné qu’il était en fonction en 298422 et qu’il devint préfet de la Ville en 301, la datation de son proconsulat quadriennal oscille entre 296 et 301 (296/300 ou 297/301)423. Il était en tout cas en fonction au moment de la présence à Carthage de Maximien le 10 mars 298424.

2. Le renforcement du pouvoir impérial dans le choix des proconsuls

  • 425 Lepelley 1979, 85-89.

44Telle qu’elle est connue pour la première moitié du iiie siècle, la pratique de la prorogation constitue un témoignage supplémentaire du caractère plus direct de l’intervention impériale dans le processus de désignation des proconsuls. C’est ainsi que Macrin n’hésita pas à proroger Q. Anicius Faustus dans ses fonctions de proconsul d’Asie pour une deuxième année pour éviter de confier cette province à un consulaire dont il ne voulait plus après l’avoir désigné dans un premier temps. Quant à Caracalla et Gordien III, amenés à conduire les opérations militaires contre les Parthes ou les Perses, ils prirent soin d’accorder respectivement une et deux années supplémentaires à L. Marius Maximus Perpetuus Aurelianus et à L. Egnatius Victor Lollianus en tant que proconsul d’Asie : c’était une manière à placer des hommes de confiance à la tête d’une province devenue stratégique parce qu’elle était située en retrait de la frontière orientale. Que l’Asie soit la seule province concernée par la pratique de la prorogation s’explique par le contexte politique et militaire de cette première moitié du iiie siècle. Plus que l’Afrique du Nord, c’étaient l’Asie Mineure et la Syrie qui étaient alors touchées par les troubles liés à la dégradation des relations avec le voisin arsacide, puis sassanide. Il faut rappeler en outre que l’Orient romain fut le théâtre d’événements aussi importants que les avènements de Macrin, d’Élagabal ou de Philippe l’Arabe, ce qui contribua à une présence continue du pouvoir impérial dans cette partie de l’Empire de 217 à 219 et conduisit les nouveaux empereurs à se soucier de l’identité du gouverneur d’une province aussi proche que l’Asie. Avec l’instauration de la Tétrarchie, ce fut au tour du proconsul d’Afrique d’être de nouveau concerné par la prorogation, notamment celle qui conduisit Aristobule à gouverner cette province pendant quatre années. Ce n’est pas que l’Afrique fût devenu le seul foyer d’instabilité dans un Empire où les conflits ne manquaient pas à cette époque, mais elle faisait partie des peu nombreuses régions à ne pas avoir été visitées par le pouvoir impérial avant les campagnes conduites en 297 par Maximien contre les Maures et la présence de ce dernier à Carthage le 10 mars 298. Dans ces conditions, le proconsulat quadriennal d’Aristobule de 290 à 294 apparaît comme le meilleur moyen trouvé par les Tétrarques pour permettre à ce gouverneur de mener à bien une œuvre de reconstruction et de restauration dont nous avons conservé de nombreuses traces425.

E. La procédure et les modalités de l’intervention impériale

  • 426 Dion 53.14.4.
  • 427 Cf. dans ce sens Mommsen DPR, III, 287 et 295 ; De Martino 1974, IV, 2, 813 ; Talbert 1984, 397-398 (...)

45Conformément à une habitude qui a déjà été signalée, Dion Cassius attribue à l’empereur seul la responsabilité de la prorogation des proconsuls lorsqu’il rappelle que “c’est pour une période de plus d’un an que certains empereurs leur ont permis de gouverner leur province”426. Il faut nuancer une telle présentation – du moins pour les deux premiers siècles p.C. – et préciser qu’en cette circonstance, la volonté impériale devait être confirmée par les sénateurs sous la forme d’un sénatus-consulte427. C’est à une telle procédure que le passage des Annales de Tacite relatif à la prorogation à la tête de l’Afrique de Q. Iunius Blaesus en 22 fait implicitement allusion lorsqu’il insère cette décision dans un chapitre consacré pour l’essentiel à une séance du Sénat dont l’objet était d’attribuer par tirage au sort l’autre province publique consulaire, l’Asie. Dans la grande majorité des cas, le prince était bien entendu à l’origine de la décision de proroger tel ou tel proconsul, qu’il fût présent à Rome ou absent comme Tibère en 22, mais il devait soumettre une telle initiative aux sénateurs, responsables dans leur ensemble de l’administration de provinces publiques dont ils étaient chargés de désigner annuellement le gouverneur. L’étendue des compétences du pouvoir impérial dans ses relations avec les sénateurs a déjà été soulignée : il jouissait du droit d’émettre une sententia, mais aussi d’un ius relationis prioritaire, et il était bien entendu en mesure de faire voter sans la moindre difficulté un sénatus-consulte qui venait ratifier ses propres décisions. C’est à une telle procédure que le prince eut recours lorsque des conditions extraordinaires comme un manque de consulaires, une crise militaire, un séisme, la retraite de Tibère ou un avènement impérial le conduisirent à proroger un proconsul pour une, voire plusieurs années au mépris de la règle de l’annalité fixée en 27 a.C. Dans ces conditions, le roulement annuel traditionnel pouvait à tout moment être suspendu au profit d’une ou plusieurs personne(s) qui présentai(en)t la particularité d’avoir été expressément choisie(s) pour gouverner leur province au delà de la durée légale d’une année ; elles devaient à ce titre avoir été reconnues comme des dignitaires compétents en qui le pouvoir impérial avait une entière confiance.

  • 428 Sur l’intervention impériale lors des prorogations accordées à des proconsuls d’Afrique et d’Asie d (...)

46La situation se compliqua au iiie siècle avec l’absence de plus en plus fréquente de Rome du pouvoir impérial. Il est possible que comme pour la désignation désormais fondée sur un classement établi par le prince, la demande de prorogation ait été transmise à Rome et soumise à la ratification du Sénat après que les empereurs – Caracalla, Macrin, Gordien III, Philippe l’Arabe et Probus – eurent pris une décision dans ce sens. Il n’est pas non plus exclu que dans certains cas, le principe d’un exercice pluriannuel du proconsulat ait été établi avant la profectio de Rome, dès la désignation du proconsul au Sénat (cf. infra à la fin de ce chapitre). Quoi qu’il en soit, la plus grande mobilité du prince contribua à rendre la participation du Sénat de plus en plus difficile et à la faire apparaître comme une formalité de plus en plus inutile, phénomène qui se renforça au fil du iiie siècle et culmina à l’époque tétrarchique428. La réforme de Dioclétien mit fin à la fiction que représentait la participation des sénateurs au processus de désignation et de prorogation du proconsul.

47Le dernier problème lié aux questions de procédure est de déterminer à quel moment la prorogation d’un proconsul était votée par le Sénat, en général à la demande et sur l’avis du prince. L’exemple de Q. Iunius Blaesus montre qu’une telle décision fut prise au Sénat à la fin de l’année proconsulaire en cours, lorsque la séance était consacrée à la question de l’attribution annuelle des provinces publiques et de la succession des gouverneurs en place ; c’est également en vertu d’un sénatus-consulte pris dans le courant de l’année proconsulaire qu’une année supplémentaire fut accordée à tous les proconsuls tirés au sort durant les premiers mois de 9 p.C. afin de faire face plus efficacement aux désordres que la grave défaite de Varus en septembre de cette même année venait de provoquer. Les proconsuls dont le gouvernement provincial était ainsi prolongé devaient être aussitôt avertis pour qu’ils ne quittent pas leur province au terme du délai légal d’une année. Mais les témoignages de Dion Cassius et de Suétone sur les prorogations du proconsul d’Asie en 12/10 a.C., de l’ensemble des proconsuls en 6/8 p.C. et de Galba en 44/46 semblent indiquer qu’une durée supérieure à une année pouvait le cas échéant être fixée dès leur désignation, que ce soit au moment de leur tirage au sort ou dans le cadre d’une procédure extra sortem. La situation était suffisamment grave pour faire d’emblée comprendre au prince et aux sénateurs qu’il fallait provisoirement suspendre le principe de l’annalité pour remédier aux difficultés liées à un séisme ou à une situation militaire difficile.

Notes

323 Cf. à ce sujet la liste des proconsuls en fonction plus d’une année qui est fournie en appendice par Talbert 1984, 505-506, mais qui est incomplète.

324 On rencontre parfois dans l’historiographie contemporaine l’idée qu’un proconsul dont on sait qu’il exerça ses fonctions pendant plusieurs années avait été désigné sans avoir été tiré au sort (Knox Mc Elderry 1913, 116-117 ; Brunt 1961, 210 = Brunt 1990, 76 et 490 ; Christol 1986a, 53 et n. 75 ; c’est sans doute également en partie en raison de la durée triennale du proconsulat d’Asie de L. Egnatius Victor Lollianus qu’on a fait de ce dernier un proconsul extra sortem, à tort comme j’ai essayé de le démontrer supra, 100, n. 315). Mais il s’agit là d’une hypothèse que rien ne justifie. Il n’y avait en réalité aucune relation directe entre la prorogation et la procédure extra sortem ni de règle générale à cet égard : de même qu’un proconsul nommé extra sortem ne partait pas nécessairement gouverner sa province pour plusieurs années, un proconsul en fonction pendant plusieurs années pouvait avoir été nommé en vertu d’une sortitio (Hurlet 2005b).

325 Sex. Appuleius y est qualifié d’ἀνθύπατoς τò δεύτερoν (cf. supra, 48, n. 109).

326 Sur la datation du proconsulat d’Asie de Sex. Appuleius, cf. supra, 44, n. 96.

327 CIL, VI, 37075 et 41061 = ILS, 8964 sur laquelle il est qualifié de [proconsul] Asiae bis.

328 Sur la datation du proconsulat de Potitus Valerius Messala, cf. supra, 44-45, n. 97.

329 Dion 54.30.3.

330 Atkinson 1958, 311.

331 Cette démonstration a été faite récemment par Eilers 2001, 204, n. 26.

332 Spanhemius avait proposé de corriger sur ce point le texte des manuscrits de la façon suivante : oὐκ ἐκ τoῦ κλρoυ, ἀλλαρετóν (cf. l’apparat critique dans l’édition de Boissevain, II, 470), ce qui faisait du proconsul d’Asie nommé pour deux années un proconsul extra sortem (et non sortitus comme l’indiquaient les manuscrits). Cette correction a été reprise par Fitzler & Seeck, Iulius (Augustus), in : RE, X, 1, 1918, 359 et Atkinson 1958, 311. Elle avait pour justification, implicite ou explicite, qu’un proconsul nommé pour plusieurs années était nécessairement choisi sans passer par le tirage au sort (donc αρετóν), mais il s’agit d’une déduction hâtive qui ne repose sur aucune source et qui s’explique par une confusion faite entre la suspension du tirage au sort comme mode de désignation du proconsul et sa prorogation (sur cette erreur, cf. supra, n. 324) ; on verra au contraire que la liste des proconsuls prorogés établie dans ce chapitre inclut de nombreux proconsuls dont on ne sait pas de quelle manière ils avaient été nommés. Sont restés fidèles à la leçon des manuscrits Laffi 1967, 33-34 (avec l’idée contestable que la désignation par la voie du tirage au sort d’un proconsul destiné à rester en fonctions pendant plus d’une année était “l’eccezione alla regola”, alors qu’il ne semble y avoir eu aucune règle allant dans ce sens) et Rich 1990, 209.

333 Cf. sur ce point la démonstration de Laffi 1967, 33-34.

334 Il apparaît en effet que Dion Cassius ne mentionne pour les proconsuls en fonction plus d’une année que ceux qui furent désignés par la voie extra sortem (55.28.2 et 60.25.6 ; cf. aussi 53.14.4). La procédure suivie pour la désignation du proconsul d’Asie des années 12-10 dut lui apparaître à ce titre comme une exception à la règle générale, alors que l’on connaît beaucoup de proconsuls sortiti qui exercèrent le gouvernement de leur province pendant plus d’une année.

335 Eilers 2001, 201-205.

336 Cf. supra, 52, n. 125.

337 Dion 55.28.2.

338 Suét., Aug., 23.1.

339 Brunt 1990, 491 tire des lacunes des fastes provinciaux pour les années 9-11 que “we cannot confirm or refuse Suetonius’statement”, mais il me semble malgré tout qu’il n’est pas nécessaire de mettre en doute la véracité des propos du biographe : comme en 6 p.C., le contexte de l’année 9 p.C. se prêtait bien à la prorogation de tous les proconsuls.

340 Cf. dans ce sens une inscription de Lepcis Magna sur laquelle L. Nonius Calpurnius Asprenas – proconsul d’Afrique en 82/83 – apparaît comme le petit-fils de L. Nonius Asprenas qualifié de procos prouinciae Africae III (IRT, 346 = AE, 1952, 232).

341 Sur la question de la datation du proconsulat d’Afrique de L. Nonius Asprenas, cf. Vogel-Weidemann 1982, 50-54 et Thomasson 1996, 27.

342 OGIS, II, 469 = IGRRP, IV, 963.

343 Sur l’idée qu’il faut établir un parallèle entre les proconsulats triennaux de L. Nonius Asprenas et C. Vibius Postumus, cf. Vogel-Weidemann 1982, 222, n. 26 ; sur la datation du proconsulat de C. Vibius Postumus, cf. Thomasson 1984, I, 209 ; Syme 1986, 132 et n. 35 qui propose le triennium 12-15 et Eck, in : NP, 12/2, 2003, 177 qui enregistre les deux possibilités de datation sans prendre position.

344 C’est l’opinio communis à laquelle la plupart des spécialistes de prosopographie augustéenne se sont ralliés non sans préciser qu’il ne s’agissait là que d’une probabilité. Cf. dans ce sens Groag, Paullus Fabius (102) Maximus, in : RE, VI, 2, 1909, 1793 ; PIR2 F 47 ; Scheid 1975, 86 ; Syme 1986, 405 (avec un point d’interrogation) ; Eck, in : NP, 4, 1998, 377 et Ferrary 2000, 362, n. 100.

345 RPC, 1.1, 2930, 2932, 2934, 2936, 2939, 2941, 2942.

346 Cf. par exemple PIR2 F 47 et Scheid 1975, 86.

347 Cf. dans ce sens RPC, 1.1, 480-481 dans la notice introductive consacrée à la cité d’Hierapolis.

348 Comme le fait Eilers 2001, 204 en ne faisant pas de Paullus Fabius Maximus le proconsul d’Asie de l’année proconsulaire 9/8 a.C. Cf. aussi dans ce sens Thomasson 1984, I, 206.

349 Cf. Syme 1986, 44-45 à propos de Sex. Appuleius et de Potitus Valerius Messalla.

350 Cf. dans ce sens à propos du passage de Dion Rich 1990, 209.

351 Cf. de manière générale Orth 1970, 71-81.

352 Dion 58.23.5.

353 RPC, 1.1, 762-764.

354 Sur la participation de L. Apronius aux opérations militaires, cf. Tac., Ann., 3.21.

355 Tac., Ann., 3.21.1.

356 Thomasson 1996, 29.

357 Tac., Ann., 3.58.1.

358 Tac., Ann., 4.56.3.

359 AE, 1934, 87.

360 Eilers 1995, 9-12 explique un tel martelage, a priori inexplicable pour un homme dont la mémoire ne fut jamais condamnée, comme le résultat d’une confusion avec son fils homonyme, exécuté en 39 sur l’ordre de Caligula (AE, 1995, 1477).

361 CIL, VIII, 10568 et 14386 ; VIII, 22786 = ILS, 9375 ; IRT, 308 ; RPC, 1.1, 739-744.

362 CIL, VIII, 10568 et 14386 ; sur la question de la chronologie, cf. Thomasson 1996, 31.

363 Cf. notamment RPC, 1.1, 2369.

364 Sur cette démonstration, cf. Corsten 1999, 94.

365 CIL, III, 12036 = ILS, 158 = Inscr. Cret. IV, 272.

366 Le parallèle avec le passage de Dion a déjà été établi par Orth 1970, 75, n. 3 ; cf. aussi dans ce sens Meier 1967, 381, n. 1a (je reviendrai infra sur cette étude).

367 Eck 1977, 238-240 = AE, 1976, 121.

368 Le chiffre III ne peut suivre la mention du consulat, puisque seuls le prince et les membres de la famille impériale sont connus à cette époque pour avoir été consuls au moins à trois reprises.

369 Sur cet “epigraphic habit”, cf. Eck 1977, 238 et n. 47 et Bruun 1986, 16 et n. 21.

370 C’est l’hypothèse à laquelle Eck se rallie, non sans prudence. Cf. aussi Le Glay 1980, 221-227 qui établit pour l’inscription de Nomentum un rapprochement – séduisant, mais non assuré – avec une autre inscription de Rome mentionnant un C. Fuluiu[s---] us procos parmi un groupe de cinq donateurs d’offrandes d’or et d’argent déposées dans le temple de la Concorde précisément pour le salut de Tibère, sans doute le 26 juin 31 (CIL, VI, 3673 et 30856 = ILS, 3783). Il est possible que les deux Fuluii, celui de Nomentum et celui de Rome, aient été une seule et même personne.

371 Tac., Hist., 4.48.1 (je reviendrai plus en détail infra, 151-152 sur ce passage). Ce Marcus Silanus ne peut être que le consul ordinaire de 19, puisque son homonyme, le consul suffect de 15 qui était devenu le beau-père de Caligula en 33, fut poussé en suicide en 38.

372 CIL, XIV, 3665 = ILS, 6236 = Inscr. It., IV, 12, 193.

373 Adopte une telle hypothèse Vogel-Weidemann 1982, 98-106 (et n. 482 où est établi un parallèle entre les carrières de M. Iunius Silanus Torquatus et de P. Petronius), non sans cacher les difficultés qu’implique cette interprétation ; cf. aussi dans ce sens Syme 1981, 196-197 et Syme 1986, 191-192 et 237, en penchant pour 30/35 afin de présenter M. Iunius Silanus Torquatus comme le successeur immédiat de C. Vibius Marsus. Si l’existence d’un proconsulat sexennal (ou quinquennal) exercé par M. Iunius Silanus devait être admise pour les années 29/35 ou éventuellement 30/35, il faudrait en bonne logique identifier ce proconsul avec le consul suffect de 15 étant donné que le consul ordinaire de 19 fut proconsul d’Afrique en 38/39 conformément au témoignage de Tacite ; Vogel-Weidemann et Syme ont toutefois préféré continuer à retenir l’identication traditionnelle avec le consul ordinaire de 19 et défendre en conséquence l’idée que Tacite avait commis une erreur (il aurait confondu M. Iunius Silanus avec L. Calpurnius Piso, mais on verra infra que cette hypothèse est loin de s’imposer).

374 C’est la conclusion qui a la préférence de Thomasson 1996, 33-34.

375 Il y aurait eu dans ce cas de figure deux proconsuls d’Afrique durant l’année 29/30 ! Vogel-Weidemann 1982, 105-106 a essayé de résoudre cette difficulté en faisant remarquer que l’inscription du pont aux environs de Vaga sur laquelle C. Vibius Marsus est qualifié de procos III et qui est datée de la trente et unième puissance tribunicienne de Tibère remonte à l’extrême fin de ce proconsulat triennal, soit au début de l’été 29 (26-30 juin), ce qui permettrait de le dater de 26 à 29 et de faire commencer le proconsulat sexennal de M. Iunius Silanus dès 29. Syme 1981, 196-197 a maintenu la datation traditionnelle du proconsulat de C. Vibius Marsus (27/30) et fait remonter en conséquence à 30/35 la datation du proconsulat de M. Iunius Silanus en soulignant notamment que sexto désignait les années civiles (et non proconsulaires).

376 Cf. dans ce sens Brunt 1990, 491.

377 Cf. les cas de M. Aemilius Lepidus et de P. Petronius, proconsuls d’Asie à une époque où cette province était totalement pacifiée ; cf. aussi P. Viriasus Naso, proconsul de Crète-Cyrénaïque à une époque où cette province ne rencontrait, semble-t-il, aucune difficulté particulière.

378 Contra Dettenhofer 2002, 353-355 où elle présente le recours fréquent de la prorogation à la fin des années 20 et au début des années 30 p.C. comme une conséquence de la faible motivation de l’aristocratie pour l’exercice des gouvernements provinciaux (à partir du témoignage de Tac., Ann., 6.27.3), mais l’ensemble de l’argumentation ne m’a pas semblé convaincante. Elle avance l’idée qu’une telle attitude de l’aristocratie découlait de la réforme électorale qui avait transféré au Sénat les traditionnelles compétences des comices en matière d’élections des magistrats (Tac., Ann., 1.15.1) et qui avait de ce fait réduit notablement les dépenses des candidats effectuées lors des campagnes électorales sous la forme – coûteuse – de l’ambitio ou de largitiones, ce qui ne les poussait plus comme auparavant à réclamer à tout prix de lointains et risqués gouvernements de provinces censés désormais ne plus être indispensables d’un point de vue pécuniaire (sauf pour ceux qui connaissaient des difficultés financières comme C. Sulpicius Galba, dont on comprend ainsi qu’il se suicida après que Tibère lui eut interdit de tirer au sort une province consulaire). Dettenhofer a adopté une position pour le moins paradoxale : alors qu’elle fait durer une opposition généralisée de la part des sénateurs à l’égard d’Auguste et de son régime jusqu’à la fin de la première décennie p.C. (Dettenhofer 2000), elle refuse de déceler un peu plus d’une décennie plus tard le moindre signe de résistance à l’égard d’une mesure qui privait concrètement un grand nombre de sénateurs de l’exercice de proconsulats. Une telle interprétation se heurte en outre à toute une série d’objections. On ne voit tout d’abord pas pourquoi la prorogation systématique des proconsuls aurait été effectivement limitée à la seule période de la fin du principat de Tibère si elle avait pour cause une réforme électorale qui ne fut jamais remise en question dans ses grandes lignes par la suite et qui continua à être appliquée après la mort de ce prince ; or on verra qu’une telle pratique est de moins en moins attestée au fil du ier siècle pour disparaître à l’époque antonine. Il faut ajouter que d’après ce que nous savons de la mentalité antique sous le Haut-Empire, la dignitas de tout sénateur ne reposait pas seulement sur la fortune et restait indissociable de l’exercice de fonctions poliades, en particulier les magistratures et les promagistratures. Il est à ce titre peu vraisemblable qu’un sénateur ait renoncé à gouverner en tant que proconsul une province publique pour la simple raison qu’il n’avait plus besoin de se renflouer d’un point de vue financier et qu’il avait tout à craindre d’une tâche lointaine aussi dangereuse. Il apparaît que la réforme électorale du début du principat de Tibère, si elle a pu atténuer l’opposition des sénateurs à l’égard de l’attitude de ce prince à la fin de son principat, n’est en tout cas ni la seule cause du phénomène de prorogation systématique des proconsuls, ni la cause principale.

379 Comme l’a déjà souligné Brunt 1961, 210, n. 72 [=Brunt 1990, 76, n. 72].

380 Suét., Tib., 41 ; Tac., Ann., 1.80.2.

381 C’était un argument de même nature qu’avait déjà présenté Meier 1967, 383, n. 8 en soulignant la coïncidence chronologique entre le départ définitif de Tibère à Capri en 27 et le fait que le proconsul d’Afrique C. Vibius Marsus avait été prorogé dans ses fonctions à la tête de cette province précisément cette même année ; il n’est toutefois pas assuré que ce proconsulat triennal doive être daté de 26/29 et il a été souligné supra, 110, n. 362 que les années 27/30 constituent une solution plus probable, mais cela ne change rien sur le fond à la pertinence de l’argumentation : Tibère aurait fait proroger C. Vibius Marsus à la tête de l’Afrique non pas en 27, mais au début de l’année 28, soit de toute façon peu de temps après s’être retiré à Capri ; il n’est pas non plus exclu qu’il ait choisi de fixer d’emblée dès 27, au moment du tirage au sort, une durée triennale à ce proconsulat. Meier se demandait s’il y avait un pendant asiatique à C. Vibius Marsus. On peut songer à M. Aemilius Lepidus, à ceci près que celui-ci fut tiré au sort en 26 (et non en 27 comme cela semble être le cas pour C. Vibius Marsus), mais cette dernière datation n’est pas absolument sûre. Cette légère discordance, si elle devait se vérifier, n’infirme pas l’idée qu’il faut établir un lien entre la généralisation de la prorogation et la volonté de Tibère de se retirer en Campanie. On sait en effet que ce prince quitta Rome en 26 (durant la seconde moitié), ce qui avait pu le conduire à prévoir dès cette année le principe d’un recours plus fréquent à des proconsuls nommés pour plusieurs années ; quand bien même une telle décision aurait été prise l’année suivante, rien n’empêche malgré tout d’analyser la durée triennale du proconsulat d’Asie exercé par M. Aemilius Lepidus comme une conséquence directe du départ définitif de Tibère de Rome. Il suffirait pour cela d’admettre que le prince ait pris la décision de le faire proroger à la fin de la première année de son gouvernement provincial, au début de l’année 27, précisément au moment où la question de l’attribution des provinces publiques était traditionnellement mise à l’ordre du jour du Sénat.

382 Meier 1967, 378-384, en particulier p. 381.

383 Meier 1967, 381 (il fondait une telle chronologie sur le passage de Suét., Tib., 41 qui lie l’allongement de la durée des gouvernements provinciaux au retour définitif de Tibère à Capri en 27).

384 Dion 60.25.6 précise que Claude permit à certains proconsuls de gouverner pendant deux ans.

385 Q. Marcius Barea Soranus est qualifié de procos II à trois reprises sur des documents épigraphiques provenant de la province d’Afrique : sur deux dédicaces à Claude d’Hippo Regius (AE, 1935, 32 et AE, 1962, 121) et de Lepcis Magna (IRT, 482 a et b avec la restitution de Silvestrini dans AE, 1987, 989), ainsi que sur une dédicace aux dis Augustis de Lepcis Magna (AE, 1951, 85 = IRT, 273).

386 Suét., Galb., 7.1. Sur la datation de ce gouvernement, cf. Thomasson 1996, 35.

387 AE, 1968, 549 où il est qualifié de proco[s] III.

388 Sur les problèmes de datation – 55 ou 56 ? – que pose l’inscription de Lepcis Magna, cf. Hurlet 2000b, 326, n. 105.

389 Les spécialistes de prosopographie datent le proconsulat de M. Pompeius Silvanus Staberius Flavinus des années 53/56 sans prendre en compte la fourchette chronologique 52/55, également possible (pour l’opinio communis, cf. Eck, M. Pompeius (116a) Silvanus Staberius Flavinus, in : RE, Suppl. XIV, 1974, 437 ; Vogel-Weidemann 1982, 161-162 et n. 1000 ; Griffin 1984, 252, n. 89 ; Thomasson 1996, 37-38 ; PIR2 P 654 ; Eck, in : NP, 10, 2001, 113).

390 Rémy 1989, 27-28. Sur ce personnage, cf. PIR2 P 139.

391 RPC, 1.1, 2047-2048 et 2080-2081.

392 Cf. dans ce sens Stumpf 1991, 157-158, qui avait lu à tort sur la monnaie OZ (= 76) et proposé en conséquence 45-47.

393 Comme le rappelle Leschhorn 1993, 198.

394 Cf. dans ce sens Rémy 1989, 27-28.

395 CIL, X, 3853 = ILS, 992 ; CIL, XIV, 2612. Il est présenté comme ἀνθύπατoς γ’ ou ἀνθύπατoς τò γ’ sur des monnaies provenant des cités de Kymè et Synai (cf. pour les références PIR2 E 84 et Thomasson 1984, I, 215).

396 Cette datation repose sur une série d’arguments convergents : la prise en compte d’un intervalle entre le consulat et le proconsulat d’au moins huit années dans le contexte de cette époque et l’impossibilité de l’insérer parmi les proconsuls d’Asie de la fin du règne de Néron (les fastes de cette province sont complets pour cette période) ; la présence de T. Clodius Eprius Marcellus à Rome en 68 sous le règne de Galba et jusqu’en décembre 69 (Tac., Hist., 4.6.3), ce qui interdit d’en faire un proconsul d’Asie en 68/69 ; l’exercice d’un second consulat suffect en 74, ce qui fait de cette année un terminus ante quem. Pour une datation du proconsulat d’Asie de T. Clodius Eprius Marcellus en 70/73, cf. Kappelmacher, T. Clodius Eprius Marcellus, in : RE, VI, 1, 1907, 263-264 ; PIR2 E 84 ; Thomasson 1984, I, 215 ; Stumpf 1991, 193 ; Eck, in : NP, 4, 1998, 30.

397 Cf. dans ce sens Eck, in : NP, 4, 1998, 30 et Levick 1999, 136.

398 AE, 1967, 531.

399 Dans les fastes de Crète-Cyrénaïque, le seul point de référence chronologique sûr est le gouvernement d’un Catulus, en fonction en 73 (Jos., BJ, 7.439 et 441) et à ce titre proconsul en 72/73 ou 73/74. On propose d’ordinaire avec une grande prudence de dater le proconsulat biennal de C. Arinius Modestus des années 73-75 (cf. Eck 1972-1973, 246 ; Eck 1982, 293-295 ; Thomasson 1984, I, 364 ; Levick 1999, 136 et Rémy 1999, 170 et 185 qui oscille entre deux solutions, 73/74 ou 74/76), à la fois parce que le gouvernement de Crète-Cyrénaïque est attribué au début du principat de Vespasien à A. Minicius Rufus en 70/71 ou 71/72 et parce qu’un proconsulat biennal aurait été nécessaire après les troubles qui avaient secoué Cyrène sous le proconsulat de Catulus, mais cette datation est loin d’être assurée (elle repose notamment sur une dédicace à un empereur non identifié qui associe le proconsulat de A. Minicius Rufus à la troisième puissance tribunicienne et au troisième consulat de cet empereur, qui pourrait être identifié avec Claude comme le propose Baldwin Bowsky 1983, no 30, 184-186). Il n’est donc pas exclu que le proconsulat biennal de C. Arinius Modestus date des années 70/72 au tout début du principat de Vespasien ou éventuellement des dernières années de ce règne.

400 Cf. Groag, Q. Iulius Cordinus C. Rutilius (19) Gallicus, in : RE, I A, 1914, 1260.

401 Stat., Silu., 1.4.80-82.

402 Eck 1985, 475-484 qui a montré que la fonction exercée en Asie pendant deux année ne pouvait être une légation prétorienne du proconsulat d’Asie, comme cela était traditionnellement admis ; cf. aussi Eck 1986, 524-525 [=Eck 1998a, 193-194]. Cf. maintenant dans ce sens Syme 1984a, 151-152 [=Syme 1988b, 516] ; Syme 1991b, 625 ; PIR2 R 248.

403 Eck 1985, 482 et Eck 1986, 525 [=Eck 1998a, 194] penche pour la seconde solution (avec plus de prudence dans Eck 1996, 88, n. 59), tandis que Syme 1984a, 151-152 [=Syme 1988b, 516] et Syme 1991b, 625 a défendu la première possibilité en avançant l’idée – hypothétique – que Q. Iulius Cordinus C. Rutilius Gallicus fut proconsul d’Asie pendant la durée anormale de deux années parce qu’il fut contraint de remplacer le successeur de C. Laecanius Bassus Caecina Paetus, décédé en Asie pendant son proconsulat : il serait entré en fonction pendant quelques mois de l’année proconsulaire 81/82 le temps de l’intérim et serait resté proconsul d’Asie en 82/83.

404 On connaît des monnaies de plusieurs villes de Pont-Bithynie qui portent au droit le nom de Vespasien et au revers celui de M. Plancius Varus (Rémy 1989, 31-34 et Stumpf 1991, 201-207).

405 Cf. sur ces réserves Rémy 1989, 31-34 ; Stumpf 1991, 207, n. 17 et et RPC, 2.1, p. 94.

406 Cf. Hoffmann, M. Plancius (5) Varus, in : RE, XX, 2, 1950, 2016 ; Thomasson 1984, I, 245 ; PIR2 P 443 ; Eck, in : NP, 9, 2000, 1064. Rémy 1989, 31-34 propose avec prudence les années 70/72 en établissant un lien entre les monnaies sur lesquelles le nom de M. Plancius Varus apparaît et la célébration du centième anniversaire de la bataille d’Actium. Il explique cette durée biennale par “le souci du nouvel empereur de stabiliser l’administration peu après sa prise de pouvoir”.

407 Eck 1972/1973, 246 et Talbert 1984, 506.

408 Le seul document à faire référence au gouvernement de Crète-Cyrénaïque de Veiento est un milliaire de 46 sur lequel la mention de son proconsulat n’est suivie d’aucun chiffre (AE, 1951, 207).

409 Cf. dans ce sens Talbert 1984, 398.

410 CIL, VI, 1452 = ILS, 2936 et CIL, X, 6764.

411 Sur la datation du proconsulat d’Asie de L. Marius Maximus Perpetuus Aurelianus, cf. Leunissen 1989, 224-225 et Thomasson 1996, 84-85.

412 Sur la présence de Caracalla en Asie Mineure en 215 et l’itinéraire suivi pour rejoindre Antioche de Syrie, cf. Christol 1997, 42 et 66, n. 16 ; cf. OGIS, II, 517 = AE, 1911, 139 = IGRRP, IV, 1287 où il est question de la visite par Caracalla de la cité de Thyatire à un moment où L. Marius Maximus Perpetuus Aurelianus était proconsul d’Asie.

413 Cf. supra, 100, n. 314.

414 AE, 1964, 223.

415 Sur la carrière de L. Caesonius Ovinius Manlius Rufinianus Bassus, cf. PIR2 C 121 ; Christol 1986a, 158-172 ; Thomasson 1996, 93-94.

416 ILAfr, 513.

417 Cf. dans ce sens PLRE, Antiochus 13 ; PIR2 1444 et Eck, in : NP, 2, 1997, 322.

418 CIL, VIII, 5290 = ILS, 5477 = ILAlg, I, 179.

419 CIL, VIII, 608 et 11772 = ILS, 637.

420 Cf. dans ce sens PLRE, Aristobulus ; PIR2 C 806 et Chastagnol 1962, 21-25.

421 CIL, VIII, 12459.

422 ILAfr, 531.

423 PIR2 A 188 ; PLRE, Dionysius 12 ; Chastagnol 1962, 34-38 ; Christol 1986a, 139.

424 Fragm. Vatic., 41.

425 Lepelley 1979, 85-89.

426 Dion 53.14.4.

427 Cf. dans ce sens Mommsen DPR, III, 287 et 295 ; De Martino 1974, IV, 2, 813 ; Talbert 1984, 397-398 ; Rich 1990, 146 ; Ferrary 2001, 112, n. 50.

428 Sur l’intervention impériale lors des prorogations accordées à des proconsuls d’Afrique et d’Asie des deux derniers tiers du iiie siècle, cf. Christol 1986a, 53 et 88-89.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search