Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien

 | 
Frédéric Hurlet

Première partie. L'intervention impériale dans la nomination du proconsul

Chapitre II. La procédure extra sortem : une intervention impériale plus directe

Texte intégral

  • 229 Sur cette expression, cf. Suét., Galba, 7.1 ; CIL, IX, 2845 = ILS, 915 = E-J, 197 ; CIL, XI, 1835 =(...)
  • 230 Dion 53.14.4 (on soulignera l’emploi à cette occasion de l’aoriste, point de grammaire sur les impl (...)
  • 231 Tac., Ann., 3.32 et 35 ainsi que infra, 94.

1La sortitio, même si elle était placée sous le contrôle du pouvoir impérial, comportait durant une grande partie du principat d’Auguste une part d’incertitude sur laquelle le prince n’avait pas de prise. À partir des dernières années du principat d’Auguste ou au début du principat de Tibère, elle fut fondée sur un classement des anciens préteurs et surtout des anciens consuls que le prince ne pouvait ni établir à sa guise, ni modifier aussi librement qu’il le voudrait. La lourdeur et les contraintes d’une telle procédure – aussi bien avant qu’après Auguste – expliquent que dans certaines circonstances jugées exceptionnelles, des proconsuls furent choisis plutôt que tirés au sort, en partie en raison de leur aptitude à faire face plus efficacement à des situations de révoltes ou de troubles dans les provinces publiques. Ce mode de nomination, qui resta toujours extraordinaire, est désigné dans les sources, aussi bien littéraires qu’épigraphiques, par la formule extra sortem229, qui fait référence à une désignation autre que par le biais du tirage au sort. Ce point étant acquis, il reste à reconstituer une telle procédure et à s’interroger en particulier sur le degré de l’intervention impériale. Dans un des chapitres généraux consacrés à la réforme provinciale de 27 a.C., Dion Cassius livre à ce sujet une indication claire lorsqu’il précise après avoir parlé du tirage au sort des provinces publiques que “certains (empereurs) y envoyèrent aussi des hommes de leur choix”230. Un tel témoignage fait du prince la seule autorité à laquelle la désignation des proconsuls choisis extra sortem était confiée, mais il ne doit pas être nécessairement pris au pied de la lettre si l’on se rappelle que Dion prenait l’habitude d’attribuer à l’empereur seul une décision dont on sait par ailleurs qu’elle fut prise en collaboration avec le Sénat et le peuple. Il contraste en outre avec la discrétion de l’intervention de Tibère lors de la désignation de Q. Iunius Blaesus, proconsul d’Afrique choisi en 21 sans recours au tirage au sort dans des circonstances et selon une procédure qui sont présentées dans le détail dans les Annales de Tacite et sur lesquelles je reviendrai231. Une telle divergence sur les questions de procédure et sur la place du prince au sein de celle-ci conduit à reprendre dans le détail la question de la nomination extra sortem. Il faut commencer par établir une liste de tous les proconsuls connus pour avoir été choisis sans avoir été tirés au sort et étudier aussi précisément que possible pour chacun d’entre eux les circonstances de leur nomination. Ce catalogue commenté fournira une série d’informations nécessaires pour discerner à ce sujet une nette évolution et analyser les modalités de l’intervention impériale dans une telle procédure.

A. La mise en place de la procédure extra sortem sous Auguste

2Sous Auguste, la sortitio des provinces publiques fut suspendue à coup sûr au moins à trois reprises, mais on verra qu’il faut ajouter à cette liste un nombre non négligeable d’autres proconsuls. Il existe plusieurs critères, plus ou moins assurés, pour nous permettre d’identifier les proconsuls choisis plutôt que tirés au sort. Pour les cas les plus clairs, l’existence d’une telle procédure extraordinaire est attestée par l’emploi de la formule extra sortem ; Dion Cassius transcrit en grec la même réalité institutionnelle lorsqu’il dit à plusieurs reprises d’un proconsul choisi sans passer par le tirage au sort qu’il est ἀκλρωτoς (“non tiré au sort”) ou αρετóς (“choisi”). À côté de ces témoignages directs, peu nombreux, il est nécessaire de relever pour l’ensemble des proconsuls toutes les situations particulières qui peuvent être interprétées de manière indirecte comme des indices d’une désignation extraordinaire. Trois cas de figure seront retenus : un intervalle entre la magistrature exercée à Rome et le proconsulat dont la durée est nettement inférieure à la pratique alors en vigueur, argument qui sera pris en compte pour les seuls consulaires dans l’état de notre documentation et qui doit être d’autant plus sérieusement envisagé que l’écart par rapport à la norme est important en terme de nombre d’années ; la mention d’une subordination auspiciale du proconsul par rapport au pouvoir impérial ; l’envoi de consulaires dans les provinces publiques attribuées d’ordinaire à d’anciens préteurs.

1. P. Paquius Scaeva (procos. de Chypre, première décennie p.C. ?)232

  • 232 Sur ce personnage, cf. M. Hofmann, P. Paquius (3) Scaeva, in : RE, XVIII 3, 1949, 1120-1124 ; Corbi (...)
  • 233 CIL, IX, 2845 = ILS, 915 = E-J, 197. Sur cette formule, cf. Arnaud 1994, 245 ; Hurlet 1997, 255-257 (...)

3Il s’agit du premier proconsul pour lequel les sources attestent à coup sûr qu’il fut choisi extra sortem à titre extraordinaire. La carrière de ce personnage, homo nouus issu d’une riche famille samnite, est détaillée par une dédicace en son honneur provenant d’Histonium, sa cité natale. Il y est précisé qu’au terme d’un cursus honorum qui l’avait déjà conduit à gouverner une première fois Chypre en tant que proconsul après avoir exercé la préture, il fut désigné une seconde fois comme proconsul de cette même province, cette fois dans des circonstances extraordinaires décrites par l’inscription : proco(n)s(ul) iterum extra sortem auctoritate Aug(usti) Caesaris / et s(enatus) c(onsulto) misso (sic) ad componendum statum in reliquum provinciae Cypri233. Ce premier proconsulat extra sortem n’est pas daté avec précision, mais il ne peut dans tous les cas de figure être antérieur à la seconde moitié des années 10 a.C., l’inscription d’Histonium fournissant un terminus post quem avec la mention de la praetura aerarii dont on sait qu’elle fut instituée en 23. Dans ces conditions, si l’on accepte l’hypothèse très vraisemblable que les fonctions y étaient scrupuleusement énumérées dans l’ordre chronologique, les étapes de la fin de carrière de P. Paquius Scaeva sont les suivantes : la praetura aerarii, exercée en 23 au plus tôt ; le premier proconsulat de Chypre, tiré au sort au plus tôt en 17 si l’on admet que l’intervalle de cinq ans entre la magistrature et la promagistrature fut rétabli dès 27 ou à la rigueur à l’extrême fin des années 20 si l’on pense avec Girardet que le délai quinquennal ne fut pas restauré avant 19/18 ; la uiarum cura extra Vrbem Romam, exercée pendant cinq ans au plus tôt entre 15 et 11 ou entre 20 et 16 selon la datation retenue pour la fonction précédente ; le second proconsulat de Chypre, pour lequel il fut expressément choisi aux environs de l’année 10 au plus tôt ou à partir de 15 selon la perspective défendue par Girardet.

  • 234 Cf. Corbier 1974, 29 ; Le Glay 1980, 226 ; PIR2 P 126 ; Torelli 1982b, 185 ; Hurlet 1997, 255 et Hu (...)
  • 235 Girardet 2000, 213 ; cf. aussi Thomasson 1984, I, 295 et Syme 1995, 261.
  • 236 Hofmann, P. Paquius (3) Scaeva, in : RE, XVIII 3, 1949, 1122. Plusieurs raisons se recoupent pour i (...)
  • 237 Chastagnol 1973, 596 [=Chastagnol 1992, 59 et 389-390, n. 13] ; cf. aussi dans un sens équivalent D (...)

4Si nos connaissances en matière de chronologie relative sont sûres et si nous avons la chance de disposer d’un terminus post quem, fixer une chronologie absolue reste une question débattue sur laquelle les avis divergent. Faire remonter son second proconsulat de Chypre aux environs de l’année 10 est la solution la plus communément défendue234. L’hypothèse selon laquelle il faut le dater de 15/14 a été défendue par Girardet en parfaite cohérence avec son interprétation générale des réformes d’Auguste en 19/18235 ; elle reste plausible si l’on admet que l’intervalle de cinq ans entre la préture et le proconsulat ne fut fixé qu’en 19/18, ce qui est loin d’être assuré, on l’a déjà vu, et est à mon sens erroné. Il faut en tout cas résolument rejeter l’idée émise par Hofmann selon laquelle le second proconsulat de Chypre de P. Paquius Scaeva fut exercé en 14/13 aussitôt après le premier daté de 15/14 et doit être analysé en conséquence comme une prorogation236. Il existe enfin une datation basse qui apparaît à l’examen comme la solution la plus vraisemblable. Elle résulte d’une proposition de Chastagnol sur la chronologie du début de carrière de P. Paquius Scaeva. La référence sur l’inscription d’Histonium à plusieurs vigintivirats – trois en tout –, exercés qui plus est après la questure, est analysée par l’historien français comme une situation exceptionnelle qui s’inscrit parfaitement dans le contexte des années 20 à 13 a.C. : P. Paquius Scaeva aurait été sollicité pour devenir vigintivir à plusieurs reprises pour faire face à la crise de recrutement de magistrats inférieurs qui est attestée à partir de 18, surtout dans les années 16-13, et présentée par Dion Cassius comme une manifestation de mécontentement et de mauvaise humeur d’un certain nombre de sénateurs à l’égard du nouveau régime237. Il s’agit là d’une interprétation solide dont découle une importante conséquence sur la datation de la fin de carrière de P. Paquius Scaeva : étant donné qu’il faut compter une vingtaine d’années entre l’exercice de son dernier vigintivirat et son proconsulat extra sortem, il résulte qu’il partit gouverner Chypre pour la seconde fois dans le courant de la première décennie de notre ère.

  • 238 Cette interprétation infirme davantage toute datation du proconsulat extra sortem de P. Paquius Sca (...)

5L’inscription d’Histonium livre de précieuses informations sur la procédure qui fut suivie lorsque P. Paquius Scaeva fut désigné proconsul de Chypre pour la seconde fois sans passer par un tirage au sort. L’investiture d’un proconsul extra sortem y apparaît comme un processus complexe qui n’était pas du seul ressort d’Auguste, mais qui associait à l’auctoritas de ce dernier la participation formelle du Sénat : auctoritate Aug(usti) Caesaris / et s(enatus) c(onsulto) misso. Aux sénateurs était laissée la capacité de débattre de la nécessité ou non de nommer P. Paquius Scaeva comme proconsul de Chypre pour une seconde fois, débat au Sénat qui apparaissait d’autant plus nécessaire que l’itération était contraire au règlement, mais leur intervention se plaçait sous le contrôle étroit du prince, sans doute présent à cette séance et capable de faire voter à son initiative un sénatus-consulte dont il était à l’origine238. L’auctoritas Augusti apparaît sur l’inscription d’Histonium avant tout comme une autorité morale qui trouvait avec les séances du Sénat une des meilleures occasions pour se manifester et pousser les sénateurs à nommer sans recourir à la sortitio un proconsul qui devait être un homme de confiance du prince et possédait en même temps les qualités requises pour faire face aux troubles de cette province. Il s’agit là d’une formule qui est en soi trop générale pour que l’on sache ce qu’elle implique d’un point de vue proprement institutionnel, mais qui fait référence au moins à un avis émis par le prince au Sénat (une sententia) ou – hypothèse maximaliste – au droit donné à Auguste d’y proposer à ce sujet une relatio en priorité sur les magistrats. Quoi qu’il en soit, il ressort en tout cas que la procédure extra sortem ne dépendait pas aussi exclusivement du prince que Dion Cassius le laisse penser et avait besoin d’être cautionnée au bout du compte par les sénateurs.

  • 239 Cf. dans ce sens Hofmann, P. Paquius (3) Scaeva, in : RE, XVIII 3, 1949, 1122 qui lie le proconsula (...)

6Il reste à s’interroger sur les circonstances d’une telle désignation extraordinaire. Le texte de l’inscription précise que P. Paquius Scaeva fut “envoyé pour remettre de l’ordre dans la province de Chypre à l’avenir”. On a voulu voir dans cette formule une allusion au tremblement de terre qui avait touché l’île de Chypre aux environs de l’année 15 et aux conséquences administratives d’une telle catastrophe naturelle239, mais cette hypothèse est loin d’être assurée. Il n’est tout d’abord pas du tout sûr que le second proconsulat de P. Paquius Scaeva date de l’année 15 ou soit de peu postérieur et l’on a vu que dans la perspective qui est la mienne, il remontait plutôt au plus tôt à l’extrême fin des années 10 ou plus probablement durant les premières années de notre ère. L’expression componere statum est en outre trop générale et pourrait tout aussi bien renvoyer à une intervention exceptionnelle du proconsul justifiée par d’autres motifs. Il n’est pas pour autant exclu qu’il faille établir un lien entre le tremblement de terre et la désignation d’un proconsul extra sortem, mais le rapport entre ces deux événements apparaît dans cette perspective loin d’être aussi direct qu’on pourrait le croire : P. Paquius Scaeva aurait très bien pu avoir été de nouveau envoyé à Chypre plusieurs années, voire deux décennies après la catastrophe naturelle en raison de l’incapacité avérée des autorités locales à faire face aux dommages matériels et à la crise financière qui en avaient résulté malgré l’aide pécuniaire fournie dès le départ par Auguste. On le voit, la question des circonstances de la nomination extra sortem reste ouverte faute de sources fournissant une explication claire.

2. Les proconsuls de Macédoine et d’Illyrie choisis parmi les anciens consuls

  • 240 Sur ce personnage, cf. Groag, M. Lollius (11), in : RE, XIII, 2, 1927, 1377-1387 ; PIR2 M 311 ; Eck (...)
  • 241 Dion 54.20.1-2. Sur ce personnage, cf. Nagl, P. Silius (21) Nerva, in : RE, III A, 1, 1927, 92-95 e (...)
  • 242 Sur ce personnage, cf. Hanslik, M. Vinicius (6), in : RE, IX A, 1, 1961, 112-116 ; PIR V 444 ; Eck, (...)
  • 243 Sur cette possibilité, cf. Syme 1986, 332.
  • 244 Sur ce personnage, cf. Groag, L. Tarius (3) Rufus, in : RE, IV A, 2, 1932, 2320-2323 ; PIR T 14.
  • 245 Dion 54.20.3 précise d’après le texte des manuscrits qu’après M. Lollius, un certain “Lucius Caius (...)
  • 246 Optent pour la période avant le consulat pendant l’année proconsulaire 18/17 ou 17/16 Syme 1944, 20 (...)

7On connaît deux consulaires qui furent placés dans le courant des années 10 a.C. à la tête de provinces publiques attribuées d’ordinaire à d’anciens préteurs : M. Lollius, le consul de 21 qui gouverna la Macédoine entre 20 et 18, peut-être en 19/18240 ; P. Silius Nerva, le consul de 20 qui dirigea les opérations militaires en Illyrie contre différentes peuplades en 16241. Le statut de M. Vinicius, le consul de 19 qui fut gouverneur de l’Illyrie en 14/13242, est problématique, car tout dépend de la date à laquelle l’Illyrie passa du rang de province publique à celui de province impériale : si l’on faisait remonter ce transfert à l’extrême fin des années 10 conformément au témoignage de Dion, hypothèse la plus probable comme on le verra, il aurait été le dernier proconsul connu d’Illyrie et aurait été en tant que consulaire dans la même position que M. Lollius et P. Silius Nerva ; si l’on préférait comme Syme antidater une telle réforme administrative des années 14-13, il pourrait être considéré comme le premier des légats impériaux de cette province243, ce qui aurait pour conséquence de l’éliminer de notre enquête. Il faut peut-être ajouter à cette liste L. Tarius Rufus, le consul suffect de 16244, mais on ne sait pas s’il s’agit du général qui combattit dans les Balkans dans les environs de l’année 16245 et, si oui, on ne connaît de toute façon pas avec certitude la date de son gouvernement provincial (immédiatement avant le consulat exercé dans le courant de l’année 16 ou aussitôt après, précision chronologique qui prend ici toute son importance246).

  • 247 AE, 1936, 18.
  • 248 Syme 1952, 580, n. 15 ; Syme 1971, 67-68 ; Syme 1986, 333 et n. 34 ; Thomasson 1984, I, 179-180 (av (...)
  • 249 Thomasson 1984, I, 179 ; Syme 1986, 333 et n. 33 avec prudence.
  • 250 Comme l’avaient déjà pourtant souligné Syme 1971, 68 et Alföldy 1998b, 206 (qui justifie l’absence (...)
  • 251 Pour une raison indéterminée, le titre de pro pr(aetore) aurait été préféré sur l’inscription d’Amp (...)
  • 252 Sur cette inscription, cf. aussi Šašel Kos 1977, 286 et Šašel Kos 1979, no 230, 97 qui propose de l (...)
  • 253 CIL, III, 2973 = ILS, 899.
  • 254 Dion 54.20.2.
  • 255 Cf. dans ce sens Mommsen DPR, III, 281 ; Roddaz 1984, 341 et Hurlet 1997, 40.

8Quoi qu’il en soit de ces incertitudes chronologiques, les dérogations à la règle selon laquelle la Macédoine et l’Illyrie étaient attribuées à d’anciens préteurs sont attestées à coup sûr au moins pour M. Lollius et P. Silius Nerva. Elles posent tout d’abord la question de leur statut et de celui des provinces qu’ils gouvernaient : étaient-elles toujours publiques ou avaient-elles été momentanément confiées au prince ? Une inscription trouvée près d’Amphipolis dans la province de Macédoine a fourni à ce sujet une précision inédite – qu’il faut prendre en compte, mais qui a pu conduire les historiens sur une mauvaise piste – lorsqu’elle qualifie L. Tarius Ruf(us) de pro pr(aetore)247. Une telle formule a été comprise comme l’indice d’une subordination à l’égard d’Auguste : L. Tarius Rufus aurait été non pas proconsul de Macédoine, mais légat impérial248, analyse qui a été étendue par assimilation au statut de M. Lollius249. Une telle interprétation pose problème, notamment parce que l’inscription d’Amphipolis donne à L. Tarius Rufus non pas le titre de legatus pro pr(aetore) Augusti, mais plus simplement celui de pro pr(aetore)250. Une telle expression, si elle ne permet pas de faire de ce dernier un simple légat impérial, reste malgré tout exceptionnelle et pour tout dire mystérieuse : elle fut en vigueur à l’époque républicaine pour désigner les gouverneurs de province de rang prétorien nommés à la fin des années 50 et au début des années 40 en application de lex Pompeia de 52, mais elle n’est attestée sur aucun document épigraphique. Une interprétation possible de l’inscription d’Amphipolis est de faire de L. Tarius Rufus un ancien préteur au moment d’une nomination qui devait remonter à l’année 17251, ce qui conduirait à l’écarter de la liste des consulaires placés à la tête de provinces de rang prétorien, mais il faut reconnaître que cette solution est loin de s’imposer sans difficulté. Quoi qu’il en soit, la formule pro pr(aetore) pose plus de problèmes qu’elle n’en résout et en bonne méthode, il vaut mieux ne pas l’utiliser ni dans un sens ni dans un autre pour déterminer le statut de L. Tarius Rufus252. Pour ce qui est de P. Silius Nerva, son statut et celui de sa province sont plus clairs : une inscription provenant d’Aenona fournit un renseignement capital en le qualifiant de proconsul d’Illyrie253 ; s’y ajoute que selon le témoignage de Dion, il possédait ses propres légats254, privilège qui n’était accordé qu’aux titulaires d’un imperium indépendant et était refusé à ce titre aux légats impériaux255. Même si l’on ne possède aucune précision de ce type à propos de M. Lollius, il ressort tout compte fait qu’il faut se garder d’exagérer l’ampleur des changements qui affectèrent le statut des provinces publiques situées dans les Balkans dans la première moitié des années 10 en liaison avec la multiplication des opérations militaires dans cette région. Tout indique que le gouvernement de la Macédoine et de l’Illyrie ne fut pas transféré à des légats impériaux nommés par Auguste. Ces deux provinces continuaient à être gouvernées par des proconsuls, avec cette différence par rapport à la pratique traditionnelle que ces derniers pouvaient être choisis parmi les anciens consuls.

  • 256 Cf. dans ce sens Syme 1944, 197-198 qui présente comme une conjecture séduisante l’idée que le choi (...)
  • 257 Les deux premiers étaient des homines noui qui étaient d’autant plus dévoués à Auguste qu’ils lui d (...)

9La mise au point qui vient d’être présentée conduit à la seconde question, centrale dans la perspective qui est la mienne : il reste à se demander de quelle manière des proconsuls de rang consulaire furent nommés à la tête de provinces de rang prétorien. Il ne fait guère de doute que dans ces conditions, le recours à la sortitio fut suspendu. Ce mode de désignation traditionnel fonctionnait selon un règlement strictement redéfini par la réforme de 27 pour attribuer les provinces consulaires à d’anciens consuls et les provinces prétoriennes à d’anciens préteurs, mais on verrait mal un ancien consul être admis en concurrence avec d’anciens préteurs pour tirer au sort la Macédoine ou l’Illyrie. La durée anormalement réduite de l’intervalle entre l’exercice du consulat et le gouvernement de ces deux provinces par des consulaires – entre une et trois années pour M. Lollius, entre trois et quatre années pour P. Silius Nerva – constitue un autre argument qui infirme l’idée qu’ils furent l’un et l’autre tirés au sort. La procédure suivie entre 20 et 15 pour attribuer le gouvernement de la Macédoine et l’Illyrie à des consulaires fut plus complexe et doit être qualifiée d’extraordinaire. La première étape fut une relatio introduite au Sénat par le prince ou à son initiative et proposant dans des circonstances extraordinaires de choisir comme gouverneur de l’une ou l’autre de ces provinces un homme de rang consulaire aguerri et capable de diriger d’importantes opérations militaires. Il en résulta un sénatus-consulte qui aboutit à la nomination d’un proconsul extra sortem en le désignant nommément après s’être assuré de l’accord d’Auguste sur son identité ou en autorisant le prince à le choisir. Ce fut certainement par cette voie que M. Lollius et P. Silius Nerva ainsi que peut-être M. Vinicius furent nommés proconsul de Macédoine ou d’Illyrie256. Ils étaient tous des proches d’Auguste qui avaient déjà acquis par la conduite préalable de campagnes le statut de uiri militares et pouvaient assurer en toute efficacité le commandement d’une ou plusieurs des légions stationnées dans les Balkans sans que le nouveau régime eût à redouter la moindre tentative d’usurpation257.

3. Paullus Fabius Maximus (procos. d’Asie en 10/9 a.C.)258

  • 258 Sur ce personnage et sa carrière, cf. Groag, Paullus Fabius (102) Maximus, in : RE, VI, 2, 1909, 17 (...)
  • 259 Mommsen, dans Mommsen & Willamowitz-Moellendorf 1899, 282-288.
  • 260 Contrairement à ce que laisse entendre Groag, Paullus Fabius (102) Maximus, in : RE, VI, 2, 1909, 1 (...)
  • 261 On a déjà souligné qu’à notre connaissance, Paullus Fabius Maximus eut au moins deux enfants, Paull (...)

10À la différence de ce qui a été observé pour P. Paquius Scaeva, aucune source ne précise formellement que Paullus Fabius Maximus fut envoyé en Asie comme proconsul nommé extra sortem, mais il ne fait guère de doute qu’il fut lui aussi désigné à la suite d’une telle procédure. L’indice le plus significatif est la durée anormalement courte de l’intervalle entre son consulat et son proconsulat : il partit gouverner l’Asie dès la première moitié de l’année 10259, quelques mois à peine après la fin d’un consulat qu’il avait exercé tout au long de l’année 11. Le statut d’amicus principis ne suffit pas à justifier à lui seul un tel délai260, qui est sans parallèle pour toute l’époque impériale, pas plus que le ius liberorum si l’on rappelle que Paullus Fabius Maximus ne semble pas avoir eu un nombre d’enfants si élevé qu’il puisse justifier une telle dispense261. Il faut donc penser à une procédure extraordinaire qui mettait momentanément entre parenthèses les règles en vigueur lors de la sortitio.

  • 262 OGIS, 458, II, l. 44-45 = E-J, 98 = Sherk 1967, no 65.
  • 263 Laffi 1967, 63.
  • 264 Laffi 1967, 26 ; Sherk 1984, 125 ; Sartre 1995, 197.
  • 265 Sur ces équivalences, cf. Mason 1974, 32.
  • 266 Cf. dans ce sens Girardet 2000, 213, n. 146.
  • 267 Sur la nomination de Paullus Fabius Maximus, cf. Giovannini 1999, 106, n. 67 qui insiste sur l’ambi (...)

11Daté de janvier 9 a.C., le décret du koinon d’Asie qui réformait pour toute la province le calendrier fournit une précision importante en rappelant que Paullus Fabius Maximus fut “envoyé par (ou en vertu de) la δεξιά et de la γνώµη de celui-ci (c’est-à-dire d’Auguste)”262. Le premier terme grec ne pose aucun problème de compréhension et renvoie à la main droite qui représente symboliquement la force et de la puissance du prince263. Le second est en revanche moins clair. Il a été traduit de manière générale par “l’esprit” ou “l’esprit juste” d’Auguste264, mais il pourrait tout aussi bien faire référence à une réalité institutionnelle romaine, γνώµη pouvant être utilisé comme équivalent des substantifs latins auctoritas ou sententia265. Dans cette perspective, la désignation de Paullus Fabius Maximus présente des similitudes avec celle de P. Paquius Scaeva : ou il fut envoyé en Asie en vertu de l’auctoritas d’Auguste, ce qui fait immanquablement penser à la teneur de l’inscription d’Histonium ; ou il fut investi à la suite et en accord avec une sententia – un avis – que le prince avait fait connaître à ce sujet lors d’une séance du Sénat de la première moitié de l’année 10266. Ces deux interprétations ne sont pas nécessairement incompatibles, dans la mesure où la sententia principis peut être analysée comme une des formes institutionnelles prises par l’auctoritas principis. S’il n’est pas question d’aller jusqu’à faire de γνώµη la transcription mécanique en grec d’un terme du vocabulaire institutionnel latin – ce qui est infirmé par la nature même du document épigraphique et rendrait l’utilisation de δεξιά inexplicable –, il est en revanche probable que dans le cadre d’un décret du koinon de la province, une telle formulation ait été inspirée par le proconsul. Pour des raisons compréhensibles, Paullus Fabius Maximus voulut souligner devant ses administrés que c’était Auguste qui avait pris l’initiative de le faire désigner autrement que par tirage au sort. Dans le même temps, cette volonté légitime de faire ressortir le poids de l’intervention impériale lors de sa désignation l’a conduit à passer sous silence la participation du Sénat à une telle procédure, parce qu’il la jugeait secondaire et la considérait comme une formalité. Mais d’un point de vue institutionnel, il ne fait guère de doute que les sénateurs furent associés à la nomination extra sortem de Paullus Fabius Maximus par le vote d’un sénatus-consulte, que ce soit à la suite d’une sententia émise par le prince ou (et) de manière plus générale en vertu d’une auctoritas impériale qui pouvait difficilement s’exprimer en dehors de tout cadre légal267.

12Il reste à déterminer les raisons qui ont poussé Auguste, en collaboration avec le Sénat, à recourir en 10 a.C. à ce mode de désignation exceptionnel. Les sources littéraires et le décret du koinon ne donnent à ce sujet aucune information. Il faut écarter toute motivation d’ordre militaire pour une région qui ne connut pas de troubles graves à cette époque. On sait en revanche que la province d’Asie avait été touchée par un tremblement de terre au plus tard au moment de la mort d’Agrippa en mars 12, ce qui conduisit Auguste à faire proroger pour une année supplémentaire le proconsul déjà tiré au sort dès l’annonce à Rome de cette catastrophe naturelle (cf. infra). Deux années plus tard, en 10, à l’heure de choisir un nouveau proconsul, la situation édilitaire et financière des cités de l’Asie n’était peut-être pas encore suffisamment assainie et pouvait être à l’origine de la nomination extra sortem d’une personnalité proche du pouvoir impérial jugée compétente pour régler ce type de problème. Cette hypothèse est toutefois loin de s’imposer de toute évidence faute d’une documentation suffisante.

4. Cossus Cornelius Lentulus (procos. d’Afrique) et les autres proconsuls des années 6/8 p.C.268

  • 268 Sur ce personnage, cf. Groag, Cossus Cornelius (182) Lentulus, in : RE, IV, 1, 1900, 1364-1365 ; PI (...)
  • 269 Dion 55.28.2.
  • 270 Vell. 2.116.2 ; Flor., Ep., 2.31 ; Oros., 6.21.18.
  • 271 AE, 1940, 68 = IRT, 301. Sur la formule auspiciis Imperatoris Caesaris Augusti, ductu proconsulis, (...)
  • 272 Comme l’a soutenu Syme 1946, 156 et Syme 1979c, 308. Cf. aussi dans ce sens Grant 1950, 60-61 ; Vog (...)
  • 273 Vell. 2.116.2.

13Les multiples difficultés militaires qui éclatèrent en 6 p.C. et culminèrent avec la révolte de la Pannonie eurent des incidences sur la vie politique à Rome, en particulier sur le mode de désignation de l’ensemble des proconsuls. Dion Cassius rappelle précisément dans le contexte d’une telle année que les gouverneurs des provinces publiques furent alors choisis pour une période de deux ans, et non tirés au sort, en raison de révoltes de nombreuses cités, mais il ne précise pas explicitement par qui le choix fut fait269. Il faut en conclure qu’au début de l’année 6 p.C., dix sénateurs – sans doute deux anciens consuls pour les provinces consulaires et huit anciens préteurs pour les autres – furent désignés comme proconsuls à la suite d’une procédure extra sortem. Les lacunes des fastes provinciaux nous permettent de connaître leur identité pour un seul d’entre eux, Cossus Cornelius Lentulus, le consul ordinaire de 1 a.C. dont on sait qu’il fut proconsul d’Afrique précisément durant ces années et qui mit fin à une révolte des Gétules270. Célébrant la victoire des Romains sur cette peuplade, une dédicace à Mars Auguste érigée par la cité de Lepcis Magna met en évidence une forme de subordination du proconsul à l’égard du pouvoir impérial lorsqu’elle précise que la province d’Afrique fut libérée sous la conduite de Cossus Cornelius Lentulus, mais sous les auspices d’Auguste : Marti Augusto sacrum, / auspiciis Imp(eratoris) Caesaris Augusti, / pontificis maxumi, patris / patriae, ductu Cossi Lentuli,/5 co(n)s(ulis), XVuiri sacris faciundis, / proco(n)s(ulis), provincia Africa / bello Gaetulico liberata. Civitas Lepcitana271. Une précision s’impose d’emblée. Loin de s’appliquer à l’ensemble des proconsuls comme on l’a longtemps supposé272, cette formule traduit plus spécifiquement le statut particulier d’un proconsul nommé extra sortem : elle signifie que d’un point de vue auspicial, Cossus Cornelius Lentulus était assimilé aux légats impériaux dont il est bien connu qu’ils combattaient systématiquement sous les auspices du prince. À la différence de plusieurs proconsuls d’Afrique, Cossus Cornelius Lentulus ne fut pas salué imperator par ses troupes à l’issue du bellum Gaetulicum ; il dut se contenter des ornements triomphaux273, récompense militaire inférieure aux ovations ou aux triomphes qui fut instituée en 12 a.C. pour remplacer les triomphes et ovations désormais réservés au prince et aux membres de sa domus. On reviendra à propos d’autres gouverneurs d’Afrique et d’Asie sur la question du statut auspicial des proconsuls à l’époque impériale. Pour ce qui est de la question du mode de désignation de Cossus Cornelius Lentulus, la formule utilisée par l’inscription de Lepcis Magna laisse penser que comme les légats impériaux, il fut au bout du compte choisi par Auguste dans un contexte de crise militaire générale au sein de l’Empire. Il portait en tant que gouverneur d’une province publique le titre de proconsul, mais les circonstances exceptionnelles dans lesquelles il avait été nommé en faisaient un subordonné du prince qui “conduisait” les opérations militaires, mais agissait “sous les auspices” d’Auguste. Cela ne signifie pas qu’à cette occasion, le Sénat n’avait pas été consulté pour une question qui relevait de son domaine de compétences. Le parallèle avec un passage de Tacite décrivant les différentes procédures envisagées pour nommer extra sortem Q. Iunius Blaesus me conduit plutôt à conclure qu’en 6 p.C., les sénateurs votèrent un sénatus-consulte autorisant exceptionnellement Auguste à choisir pour les deux années à venir l’ensemble des gouverneurs des provinces publiques.

5. Un cas douteux : Sex. Appuleius (proconsul d’Asie en 26/24 ou 23/21 a.C.)

  • 274 Cf. Syme 1952, 584, n. 3 qui cite comme proconsuls extra sortem M. Lollius “et sans nul doute beauc (...)

14La difficulté pour Auguste de manipuler une sortitio dont les règles étaient complexes explique qu’il soit intervenu à plusieurs reprises pour faire nommer des proconsuls extra sortem, procédure qui permettait au prince de recommander aux sénateurs la personne de son choix. Nous venons d’étudier trois cas sûrs – P. Paquius Scaeva, Paullus Fabius Maximus et Cossus Cornelius Lentulus –, auxquels il faut ajouter les consulaires placés à la tête de provinces de rang prétorien et les neuf proconsuls non identifiés des années 6-8 p.C. Il y eut sans doute d’autres proconsuls nommés à l’initiative d’Auguste sans être passés par un tirage au sort274, mais chercher à déterminer leur identité à travers un examen des fastes proconsulaires relève du domaine de la conjecture : aucune source autre que celles que nous venons de passer en revue ne fait référence pour l’époque augustéenne à d’autre proconsul qualifié d’extra sortem, d’ἀκλρωτoς ou d’αρετóς ou présenté comme étant subordonné aux auspices du prince. Le seul pour lequel on peut soupçonner une désignation autre que par le recours à la sortitio est Sex. Appuleius, le consul ordinaire de 29 a.C. qui partit gouverner l’Asie pendant deux années dans le courant des années 20, mais nos connaissances sur la carrière de ce personnage sont trop lacunaires pour nous permettre d’avoir à ce sujet quelque certitude que ce soit. Il vaut mieux se borner à présenter les arguments en présence.

  • 275 Sur la question de la datation du proconsulat d’Asie de Sex. Appuleius, cf. supra, 44, n. 96.

15Toute reconstitution de l’investiture de Sex. Appuleius est étroitement liée à la datation de ce gouvernement provincial. Si l’on continue à suivre la datation traditionnelle qui situe ce proconsulat en 23/21275, soit précisément cinq années après avoir exercé le consulat, il n’existe aucune raison sérieuse de penser qu’il avait été nommé par un mode de désignation autre que le tirage au sort. En revanche, si l’on adopte l’hypothèse défendue par Eilers et Ferrary selon laquelle Sex. Appuleius partit en Asie dès la première moitié de l’année 26, quelques mois à peine après son triomphe sur l’Hispanie, il faut s’interroger sur les circonstances de son investiture et sur la nature des privilèges qui lui permirent de devenir proconsul moins de cinq années après avoir été consul. Plusieurs solutions plausibles peuvent être avancées, mais elles reposent uniquement sur des hypothèses que les sources ne permettent pas de corroborer et qu’il faut envisager avec la plus grande prudence. Il est tout d’abord possible que le ius liberorum lui ait valu une dispense qui lui donna le droit de se présenter à la sortitio des provinces consulaires trois années avant la date légale et avec une priorité sur les autres candidats, mais il a déjà été souligné que nous étions dans l’impossibilité de préciser le nombre exact d’enfants d’une personne déterminée à un moment déterminé ; nous savons que Sex. Appuleius eut au moins un fils et une fille, ce qui apparaît insuffisant pour revendiquer une dispense d’un aussi grand nombre d’années, mais on ne peut pas préjuger du nombre total de ses enfants. On peut également penser que la loi de 27 relative aux provinces publiques avait inclus des mesures transitoires en vertu desquelles l’application des nouvelles règles pouvait être provisoirement suspendue en cas de difficulté de recrutement des proconsuls et dont Sex. Appuleius aurait pu tirer profit en 26 en tant que proche du prince, mais il s’agit là d’une conjecture qui relève de l’argument de vraisemblance. À ces deux explications peut être ajoutée une troisième : Sex. Appuleius aurait été le premier proconsul extra sortem, choisi à ce titre à l’initiative d’Auguste sans que soient prises en compte les règles traditionnelles de recrutement des gouverneurs des provinces publiques. Cette reconstitution peut produire un argument qui est loin d’être négligeable : la mise entre parenthèses de la sortitio pourrait être justifiée par le séisme qui frappa la province d’Asie précisément à cette époque, catastrophe naturelle qui eut des incidences sur le processus d’attribution des provinces publiques à d’autres époques (à coup sûr en 12 a.C. avec la nomination d’un proconsul d’Asie pour deux années). Il ne faut pas cacher pour autant que le choix d’une telle procédure ne s’inscrit pas sans difficulté dans un contexte politique marqué par la célébration de la Res publica restituta : Auguste aurait été mal inspiré de suspendre, même temporairement, le tirage au sort des provinces publiques une année à peine après avoir insisté sur le rétablissement de ce qui apparaissait comme le mode traditionnel de désignation des proconsuls. Dans l’état actuel de nos connaissances, si la datation haute de 26 venait à se confirmer, il est difficile de déterminer lequel des trois scénarios fut suivi lors de l’investiture de Sex. Appuleius.

B. La procédure extra sortem sous Tibère

16La guerre contre Tacfarinas constitue à notre connaissance la seule circonstance qui conduisit à nommer à la tête de la province publique d’Afrique au moins deux proconsuls par une voie autre que le tirage au sort. Dirigées sur le terrain successivement par quatre proconsuls de 17 à 24, les opérations militaires contre le chef indigène constituent le type même de situation exceptionnelle qui pouvait justifier la substitution du tirage au sort par une désignation. Les sources ne donnent aucune précision sur le mode de nomination des deux premiers gouverneurs, M. Furius Camillus et L. Apronius ; elles témoignent en revanche de la part prise par Tibère dans le choix des deux derniers proconsuls, Q. Iunius Blaesus et P. Cornelius Dolabella.

1. Q. Iunius Blaesus (procos. d’Afrique en 21/23)276

  • 276 Sur ce personnage, cf. C. Riba, Q. Iunius (41) Blaesus, in : RE, X, 1, 1918, 967 ; PIR2 I no 738 ; (...)
  • 277 Tac., Ann., 3.32 et 35. Sur ces passages, cf. Syme 1982, 74. Sur le contraste entre la formule iudi (...)
  • 278 Vell. 2.125.5 et Tac., Ann., 3.74.4.

17Connu pour avoir été l’oncle maternel de Séjan et un proche de Tibère, il fut nommé proconsul d’Afrique en 21 à l’issue d’une procédure complexe dont Tacite livre une description détaillée : après que Tibère eut envoyé au Sénat un premier message qui recommandait de choisir pour la province d’Afrique un proconsul expert sur les questions militaires, la décision fut prise de confier au prince la nomination du gouverneur ; Tibère répondit par une nouvelle lettre dans laquelle il refusait une telle responsabilité et se contentait de soumettre deux candidats au choix du Sénat277. Q. Iunius Blaesus fut en fin de compte désigné, selon toute vraisemblance en vertu d’un sénatus-consulte, et peut figurer sans aucun doute au nombre des proconsuls nommés extra sortem. L’intervention impériale se fit discrète à cette occasion et semble ne pas avoir eu la même importance que lors de la désignation de Cossus Cornelius Lentulus. Il apparaît en effet que Tibère renonça à nommer directement le proconsul – preuve que cette possibilité existait – pour laisser in fine cette compétence aux sénateurs. Il faut ajouter que Q. Iunius Blaesus fut salué imperator278, signe qu’il n’avait pas agi sous les auspices de Tibère et qu’il n’avait pas été nommé par ce dernier. On tient là un exemple d’influence impériale modérée, dont on verra que Mommsen l’avait érigé un peu vite en règle générale.

2. P. Cornelius Dolabella (procos d’Afrique en 23/24)279

  • 279 Sur ce personnage, cf. Groag, P. Cornelius (143) Dolabella, in : RE, IV, 1, 1900, 1308-1310 et Supp (...)
  • 280 Vell. 2.129.4.
  • 281 C’est P. Cornelius Dolabella qui fit exécuter Tacfarinas en 24 p.C. (AE, 1961, 107 et Tac., Ann., 4 (...)
  • 282 On a parfois voulu voir dans ce passage une référence aux campagnes menées par Q. Iunius Blaesus de (...)
  • 283 AE, 1961, 107 ; cf. un commentaire dans l’editio princeps de Bartoccini 1958, 3-15.
  • 284 Tac., Ann., 4.23.2.

18Le cas de P. Cornelius Dolabella est différent. Si les sources ne donnent aucune information sur l’investiture, elles témoignent d’une subordination plus étroite par rapport à Tibère. L’argument le plus probant repose sur le passage de Velleius Paterculus qui précise que “la guerre… fut rapidement enterrée en Afrique sous ses auspices (= de Tibère) et grâce aux dispositions qu’il avait prises”280 ; P. Cornelius Dolabella étant le gouverneur qui avait mis un terme définitif au conflit grâce à l’exécution de Tacfarinas281, il y est présenté de façon indirecte comme un général subordonné au prince en matière auspiciale282. On peut ajouter deux indices qui confirment le poids du pouvoir impérial durant le gouvernement de la province d’Afrique en 23/24 : une dédicace consacrée par P. Cornelius Dolabella en personne à la Victoria Augusta283, manifestation du monopole impérial ; un passage des Annales de Tacite qui justifie le non-rappel de la IXe légion par la crainte des iussa principis284. Toutes ces indications convergent pour rapprocher le proconsulat de P. Cornelius Dolabella de celui de Cossus Cornelius Lentulus.

C. La procédure extra sortem sous les derniers Julio-Claudiens

  • 285 Dion 60.25.6. Cf. aussi Dion 60.11.6 qui précise que Claude interdit désormais que lui soient adres (...)
  • 286 Sur les conditions troublées de l’avènement de Claude et les résistances que cet événement suscita (...)

19Le début du principat de Claude renoua avec la pratique de choisir des proconsuls autrement que par le biais de la sortitio. Dion Cassius rappelle, dans le contexte de l’année 45, que Claude envoya (ou fit envoyer) à certaines occasions des proconsuls qu’il avait lui-même choisis285. Les conditions mouvementées de son avènement en janvier 41 n’étaient sans doute pas étrangères à ce mode d’intervention impériale plus directe dans la désignation des gouverneurs des provinces publiques : il lui fallait veiller à placer des hommes de confiance à la tête des provinces publiques jugées stratégiques, en particulier l’Afrique en tant que l’un des greniers à blé de Rome, impératif qui ne pouvait être garanti si l’on s’en tenait aux règles strictes du tirage au sort286. Les difficultés militaires localisées dans certaines provinces publiques, en particulier l’Afrique et la Macédoine, pouvaient également être à l’origine de désignations confiées exceptionnellement au prince. Pour les premières années du principat de Claude, on connaît deux cas assurés de proconsuls nommés extra sortem, auxquels il faut ajouter selon toute vraisemblance un troisième. Cette formule est également attestée pour un proconsul de Macédoine, mais cette désignation date au plus tôt de la fin du principat de Claude ou des premières années du principat de Néron.

1. Q. Marcius Barea Soranus ? (procos. d’Afrique 41/43)287

  • 287 Sur ce personnage, cf. F. Miltner, Q. Marcius (37) Barea Soranus, in : RE, XIV, 2, 1930, 1549 ; PIR(...)
  • 288 CIL, VIII, 6987 et 19492 = ILAlg, II, 550 ; AE, 1935, 32 et AE, 1962, 121 ; CIL, VIII, 11002 ; IRT,(...)
  • 289 Cf. dans ce sens Hurlet 2000b, 336-337 et Hurlet & Roddaz 2001, 158-159.

20Les sources gardent le silence sur le mode de nomination de Q. Marcius Barea Soranus au proconsulat d’Afrique, mais divers éléments plaident en faveur d’une intervention directe de Claude à cette occasion : le laps de temps inhabituellement court – sept années – entre son consulat exercé en 34 et le proconsulat d’Afrique à partir de 41, alors que l’intervalle était monté à dix-douze années sous Tibère pour se stabiliser autour de dix ans sous Claude ; le contexte d’un début de règne qui se prêtait d’autant plus à toute forme de contrôle exercé par le nouvel empereur que la désignation de Q. Marcius Barea Soranus eut lieu durant la première moitié de l’année 41 deux ou trois mois à peine après l’avènement de Claude ; la persistance de troubles aux frontières de la province ; la prolongation du proconsulat pour une année supplémentaire en 42/43 ; une forte activité édilitaire caractérisée par la dédicace de plusieurs monuments dont trois furent consacrés à Claude et un à Livie288, ce qui peut s’expliquer par sa forte volonté d’exprimer de cette manière son loyalisme à l’égard du nouvel empereur qui l’avait choisi à titre extraordinaire comme proconsul d’Afrique plusieurs années avant que ne vînt son tour de tirer au sort l’une des deux provinces consulaires289. Ces quatre arguments, non décisifs quand ils sont pris isolément, se complètent pour faire d’une nomination extra sortem l’hypothèse la plus probable s’agissant de Q. Marcius Barea Soranus.

2. L. Livius Ocella Ser. Sulpicius Galba (procos. d’Afrique 44/46)290

  • 290 Sur ce personnage, cf. M. Fluss, Ser. Sulpicius (63) Galba, in : RE, IV A, 1, 1931, 772-801 ; PIR S (...)
  • 291 Suét., Galba, 7.1.
  • 292 Il s’agit de l’interprétation la plus couramment défendue (Cagnat 1913, 32 ; Syme 1951, 121-122 ; R (...)
  • 293 Cf. Dion 60.9.6 qui évoque ces incursions dans le contexte de l’année 42.
  • 294 Cf. de manière critique Konrad 1994, 159-161 qui a tendance à minimiser le rôle militaire de Galba (...)
  • 295 Cf. dans ce sens Romanelli 1959, 266.
  • 296 C’est l’interprétation que Le Glay 1966, 629-639 a défendue à partir d’une dédicace fragmentaire à (...)

21Le recours à une procédure extra sortem ne fait aucun doute pour un des successeurs immédiats de Q. Marcius Barea Soranus à la tête de la province d’Afrique, le futur empereur Galba. Suétone, notre seule source sur le mode de désignation qui fut alors suivi, rappelle qu’il “gouverna l’Afrique à titre de proconsul pendant deux ans, choisi sans avoir été tiré au sort pour réorganiser cette province troublée par des querelles intestines et le désordre provoqué par les barbares”291. Ce passage ne donne aucun détail sur le degré respectif de participation du Sénat et de Claude. Il témoigne en revanche d’une situation troublée qui fut à l’origine de cette nouvelle nomination extra sortem. La référence au “désordre provoqué par les barbares” renvoie de manière vague à une agitation liée à une révolte ou à une incursion dans la province d’une ou plusieurs tribus indigènes : peut-être les Musulames, dont on sait qu’ils se révoltèrent sous le règne de Claude292, ou éventuellement d’autres tribus, qui firent irruption en Numidie au début du principat de Claude293. Quoi qu’il en soit, il est incontestable que c’étaient au moins en partie des raisons militaires qui ont contribué à la désignation extraordinaire à la tête de l’Afrique d’un consulaire qui venait de démontrer ses qualités de général lorsqu’il avait dirigé en tant que légat impérial les légions de Germanie Supérieure de 39 à 41/42294. Pour ce qui est des “querelles intestines” dont parle Suétone, une telle formule a donné lieu à différentes interprétations qu’il est difficile de confirmer ou d’infirmer : s’agit-il d’une référence à la rivalité qui pouvait exister entre le proconsul d’Afrique et le légat impérial de la IIIe légion Auguste depuis que la réforme de Caligula avait enlevé au premier le commandement de cette légion pour le confier au second295 ? ou faut-il y voir une allusion à un gouvernement unifié de toute l’Afrique du Nord – à l’exception de l’Égypte – qui aurait été confié à Galba pour pacifier et réorganiser sans risquer le moindre conflit de compétences un vaste territoire sur lequel venaient d’être créées deux nouvelles provinces, les Maurétanies Césarienne et Tingitane296 ? Il est en tout cas probable que la réduction en provinces de nombreux territoires durant les premières années du principat de Claude comptait au nombre des raisons qui avaient contribué à mettre entre parenthèses la sortitio des proconsuls de manière à choisir soigneusement des administrateurs jugés compétents.

3. Martius Macer (proconsul d’Achaïe entre 45 et 54)297

  • 297 Miltner, Martius (2) Macer, in : RE, XIV, 2, 1930, 2023-2024 ; PIR2 M 343.
  • 298 CIL, XI, 1835 = ILS, 969. Les extrémités gauche et droite de la pierre ayant disparu, les éditeurs (...)
  • 299 Suét., Cl., 25.9 et Dion 60.24.1 date ce transfert administratif de l’année 44.
  • 300 Solution envisagée par la PIR2 M 343 qui propose l’année 44 ou 45.
  • 301 Dion 60.24.1 parle explicitement dans le contexte de l’année 44 du rétablissement du κλῆρος.
  • 302 Cf. Miltner, Martius (2) Macer, in : RE, XIV, 2, 1930, 2024 qui propose une large fourchette chrono (...)
  • 303 Torelli 1982a, 289 propose les environs de l’année 45 ; cf. aussi Thomasson 1984, I, 191 et Talbert (...)

22Une inscription d’Arretium précise qu’après avoir gouverné la province de Mésie et commandé la IVe légion Scythica ainsi que la Ve légion Macedonica – stationnées toutes deux en Mésie – en tant que légat de Claude, l’ancien préteur Martius Macer fut désigné proconsul d’Achaïe sans passer par le tirage au sort298. Pour la datation de ce nouveau proconsulat extra sortem, on dispose d’un terminus post quem avec la restitution par Claude au peuple Romain des provinces d’Achaïe et de Macédoine en 44299. On a pu imaginer que Martius Macer avait été désigné par cette voie extraordinaire dès 44 et qu’il était à ce titre le premier proconsul d’Achaïe du principat de Claude300, mais cette hypothèse ne peut être retenue. Le témoignage de Dion dit tout d’abord le contraire lorsqu’il précise que la réforme administrative de 44 s’accompagna du rétablissement du tirage au sort301. Claude aurait agi de manière contradictoire s’il avait redonné ces deux provinces au peuple Romain sans restaurer le mode de désignation traditionnel perçu alors comme un des rares éléments distinctifs propres aux provinces publiques. Il faut donc songer à une année proconsulaire ultérieure entre 45/46 et 54/55302, peut-être durant les années 45-48 en liaison avec les opérations militaires liées à l’annexion de la Thrace toute proche et la réorganisation administrative concomitante de l’ensemble des Balkans303.

4. M. Iulius Romulus (procos. de Macédoine, fin du principat de Claude ou début du principat de Néron)304

  • 304 Demougin 1992, 367-370.
  • 305 AE, 1925, 85 et AE, 1949, 152 = Suppl. It., II, 43-45.
  • 306 Dion 60.11.8. Mis en parallèle avec l’inscription de Velitrae qui utilise à propos de l’admission d (...)
  • 307 Sur la question de la datation de l’adlectio, cf. Demougin 1982, 81-82 ; Demougin 1988, 296-297 ; D (...)
  • 308 Il faut également tenir compte de l’intervalle de cinq ans entre la préture et le proconsulat.
  • 309 Sur cette alternative, cf. Thomasson 1984, I, 186-187 qui penche pour les premières années du princ (...)

23Le dernier proconsul d’époque julio-claudienne à avoir été choisi autrement que par tirage au sort est M. Iulius Romulus, qualifié de proc[o(n)s(uli)]/ extra [sort]em prov[inc(iae) M] acedon[iae] sur une inscription de Velitrae305. Ce document nous fait savoir qu’il s’agissait au départ d’un chevalier qui fut adlecté dans l’ordre sénatorial par Claude en tant que tribun de la plèbe probablement durant les premières années de ce principat : soit en 42 si on rapproche le contenu de l’inscription de Velitrae avec le passage de Dion Cassius précisant dans le récit de cette année que “certains chevaliers furent admis à la fonction de tribun de la plèbe”306 ; soit durant la censure de Claude en 47-48307. Il partit en Macédoine après avoir exercé cinq fonctions depuis le tribunat de la plèbe : une légation de légion, la préture, une légation pro praetore en Asie à deux reprises, la praefectura frumenti dandi et une nouvelle légation pro praetore à Chypre cette fois. Si l’on prend en compte une durée minimale d’une année pour chacune de ces fonctions308, le proconsulat extra sortem de M. Iulius Romulus remonte soit à la seconde moitié du principat de Claude si l’adlectio date de l’année 42, soit au début du principat de Néron si l’on pense qu’il fut admis dans l’ordre sénatorial en 47-48309. Il n’existe aucune indication sur les détails de la procédure suivie lors de cette nomination extra sortem ni sur les raisons qui furent à l’origine de cette désignation extraordinaire. Pour cette dernière question, peut-être faut-il de nouveau établir un rapport avec la réorganisation des Balkans sous Claude avec la création de la province de Thrace et la restitution au peuple romain des provinces d’Achaïe et de Macédoine. On peut également songer à des impératifs militaires dans une région qui avait connu des troubles après le meurtre de Rhœmétalcès et l’annexion de la Thrace qui en avait résulté. Il est en tout cas assuré que l’empereur qui avait sans nul doute contribué au choix de M. Iulius Romulus comme proconsul de Macédoine, quel qu’il soit, pouvait compter dans cette province sur un homme de confiance d’autant plus dévoué à l’égard du pouvoir impérial qu’il avait été promu au rang de sénateur par Claude une dizaine d’années auparavant.

D. La procédure extra sortem après l’époque julio-claudienne : une rapide disparition

  • 310 Ont rejeté la restitution extra sortem ou exprimé des doutes Houston 1976, 27-28 ; Vogel-Weidemann (...)

24M. Iulius Romulus est le dernier proconsul pour lequel les sources témoignent explicitement du recours à une procédure extra sortem. La disparition d’une telle formule ou de son équivalent grec à propos du mode de désignation des proconsuls constitue une réalité indiscutable qui renvoie à une évolution significative marquée par un usage constant de la sortitio. Malgré tout, on sait que l’argument a silentio doit être utilisé avec de telles précautions que rien n’interdit de penser qu’il existait sous Néron ou les Flaviens l’un ou l’autre proconsul désigné autrement que par tirage au sort. Il faut de toute façon écarter résolument de cette liste le nom de L. Tampius Flavianus, consul suffect sous Claude et proconsul d’Afrique pendant la seconde moitié du ier siècle p.C. L’hypothèse selon laquelle celui-ci fut nommé par la voie extra sortem a été proposée à partir d’une dédicace provenant de Fundi (AE, 1966, 68), mais elle repose de manière aléatoire sur une restitution que rien ne justifie310.

  • 311 Sur cette inscription, fragmentaire, cf. la restitution de Alföldy 1998a, 367-399. Contrairement au (...)
  • 312 Sur la date du consulat de Trajan père, cf. l’état de la question dans Alföldy 1998a, 390-391.
  • 313 Sur l’intervalle sous les Flaviens, cf. Eck 1974, 221 [=Eck 1996, 53] et Thomasson 1996, 8. Le seul (...)

25M. Ulpius Traianus, le père de Trajan, est un candidat plus sérieux à un proconsulat extra sortem, même si cette conclusion est loin d’être assurée dans l’état de nos connaissances. Placé à la tête de la province d’Asie en 79/80, il apparaît sur l’inscription du nymphée de Milet comme l’autorité qui prit en charge l’opération technique de la dédicace de ce monument, avec cette particularité qu’il avait agi en cette circonstance sous les auspices de l’empereur Titus311. Cette précision est à rapprocher de la formule utilisée à Lepcis Magna à propos de la campagne contre les Gétules menée sous les auspices d’Auguste par un proconsul d’Afrique dont on sait qu’il avait été nommé extra sortem. Elle fait ressortir l’étroite subordination auspiciale de ce proconsul d’Asie à l’égard du pouvoir impérial, phénomène si rarement attesté sous cette forme qu’il peut difficilement passer pour la règle générale et était peut-être liée à des conditions extraordinaires d’investiture qui auraient conduit Titus à choisir M. Ulpius Traianus sans passer par le tirage au sort. C’est une explication qui doit être envisagée. Elle permettrait peut-être de mieux comprendre la – relativement – courte durée du délai d’attente entre son consulat et son proconsulat : il partit gouverner l’Asie en 79, neuf années après un consulat exercé en 70312, alors que l’intervalle avait tendance sous les Flaviens à être supérieur à dix ans et pouvait monter sous Domitien jusqu’à treize années313.

26M. Ulpius Traianus est le dernier proconsul pour lequel la mise entre parenthèses de la sortitio et une intervention impériale directe au moment de sa désignation peuvent être envisagées, même s’il ne s’agit en tout état de cause que d’une hypothèse. Par la suite, la procédure extra sortem n’est jamais attestée pour les proconsuls tout au long du iie siècle et semble avoir définitivement disparu sous les Antonins. Une telle conclusion s’impose non seulement devant le silence des sources à ce sujet, argument a silentio dont l’usage reste délicat. Elle découle également d’un examen attentif des fastes, en particulier de l’intervalle entre le consulat et le proconsulat qui était monté à dix-sept ans sous Trajan pour se stabiliser à une quinzaine d’années entre le règne d’Hadrien et la mort de Commode. Modulé avec d’autres critères tel que le ius liberorum, le respect scrupuleux d’un tel délai d’attente, incontestable dans l’état de notre documentation, indique a contrario que les Antonins n’intervenaient pas pour promouvoir plus rapidement parmi leurs proches des consulaires en les plaçant à la tête des provinces d’Afrique ou d’Asie. Ils préféraient laisser fonctionner les règles de la sortitio, étant entendu qu’ils étaient en mesure d’en écarter des candidats indésirables ou d’exercer à cette occasion des pressions de toutes sortes.

  • 314 Cf. dans ce sens PIR2 E 36 ; Dietz 1980, 153 ; Christol 1986, 191 ; Rémy 1989, 118 ; Reynolds 1995, (...)
  • 315 Cf. Hurlet 2005b pour l’analyse de cette inscription et une nouvelle proposition de restitution.

27Sous les Sévères, la procédure extra sortem n’est pas non plus attestée par les sources et avait d’autant moins de raisons de l’être que Septime Sévère s’était fait reconnaître le droit de choisir les candidats autorisés à tirer au sort les provinces publiques. L’octroi d’une telle prérogative rendait inutile et caduque toute intervention impériale visant à mettre provisoirement entre parenthèses la sortitio pour choisir directement l’un ou l’autre proconsul, puisque le prince avait désormais le droit de présélectionner à sa guise autant de candidats qu’il y avait de provinces publiques à attribuer. En dépit des implications de cette importante réforme administrative, l’historiographie contemporaine continue à admettre l’existence au milieu du iiie siècle d’un proconsul nommé sans être passé par le tirage au sort : en l’occurrence L. Egnatius Victor Lollianus, proconsul d’Asie de 242 à 245314. Cette hypothèse repose cependant sur des présupposés plus que sur le témoignage des sources. Elle se fonde sur une dédicace à ce personnage qui provient de Rome et pour laquelle Alföldy a proposé de lire la formule extra sortem dans la partie lacunaire de la l. 3 (CIL, VI, 41223), mais cette solution est loin de s’imposer de toute évidence et il vaut mieux y restituer la formule [per triennium]315.

En guise de remarques conclusives : les modalités de l’intervention impériale

28Un examen attentif des sources témoigne de la relative fréquence de la nomination extra sortem des proconsuls sous les Julio-Claudiens. Il contribue aussi à faire ressortir le poids de l’intervention impériale au moment d’une telle investiture et à en définir les principales caractéristiques. Il ressort que la mesure qui mettait entre parenthèses la sortitio pour procéder au choix du proconsul jugé compétent pour la tâche à accomplir était prise à l’initiative du prince, que ce soit en vertu de son droit d’émettre une sententia au Sénat ou de son auctoritas. Les sénateurs étaient associés au processus de prise de décision, conformément à l’esprit du nouveau régime, et devaient toujours voter un sénatus-consulte, mais il ne fait guère de doute d’un point de vue politique qu’ils se contentaient de ratifier le choix qui leur était soumis et qu’ils n’avaient pas la possibilité de contester.

  • 316 DPR, III, 287, n. 3 ; cf. dans le même sens Szramkiewicz 1975, 20-21 et de manière plus allusive Br (...)

29La collaboration entre le prince et les sénateurs étant un principe général acquis, il reste à s’interroger sur le déroulement des séances du Sénat consacrées à la nomination extra sortem des proconsuls. Il ne faut pas cacher que la procédure suivie à cette occasion reste mal connue d’un point de vue institutionnel et que les sources donnent peu d’informations sur les modalités de l’intervention impériale. La seule synthèse sur ce sujet se trouve dans le Staatsrecht de Mommsen, mais elle n’y fait l’objet que d’une note infrapaginale. Le savant allemand se fonde principalement sur le témoignage de Tacite relatif à la désignation de Q. Iunius Blaesus en 21 pour attribuer au Sénat, sous la forme d’un sénatus-consulte, la responsabilité formelle au moment de toute désignation extraordinaire du proconsul ; quant au prince, il n’aurait pu être en position juridique de nommer directement le gouverneur de son choix et aurait dû se contenter d’une influence sans doute décisive, mais informelle316. La publication d’une inscription de Lepcis Magna sur laquelle Cossus Cornelius Lentulus est présenté comme un proconsul subordonné aux auspices d’Auguste conduit toutefois à émettre des réserves sur le bien-fondé de la théorie mommsénienne. Telle qu’elle y est formulée, la dépendance auspiciale du gouverneur de la province d’Afrique à l’égard du prince convient mieux en effet à un légat nommé par l’empereur qu’à un proconsul investi par le Sénat. Mommsen, qui ne pouvait connaître l’inscription de Lepcis Magna, avait tendance à minimiser la portée de l’intervention impériale en cas de nomination extra sortem en se bornant à parler de “l’influence de l’empereur”. La réalité était sans doute plus complexe. Il faut imaginer à la lumière de ce nouveau document épigraphique que le Sénat pouvait être amené à reconnaître au prince le droit d’interférer dans le choix du proconsul qui n’était pas tiré au sort de manière tout à fait officielle et légale.

  • 317 Pour les proconsuls connus pour avoir agi sous les auspices du prince, il reste à s’interroger sur (...)

30Mommsen a bien vu l’importance du témoignage de Tacite sur le mode de désignation de Q. Iunius Blaesus en 21 et s’en est servi pour reconstituer la procédure suivie au Sénat lors d’une nomination extra sortem, mais il a érigé un peu hâtivement en règle générale ce qui n’était qu’un cas particulier d’influence impériale modérée. Le contenu des Annales de Tacite confirme qu’il existait à ce sujet plus d’une démarche possible lorsqu’il rappelle que la recherche d’un proconsul compétent sur les questions militaires avait conduit les sénateurs à distinguer deux alternatives : ou ils confiaient à Tibère le soin de désigner le proconsul, vraisemblablement par le biais d’un sénatus-consulte pris à la suite d’une suggestion du prince ; ou ils décidaient eux-mêmes du choix, après avoir consulté le prince au préalable. La seconde solution fut alors adoptée, mais on peut raisonnablement admettre que la première fut retenue dans d’autres circonstances, en particulier pour les proconsuls connus pour avoir agi sous les auspices du prince (Cossus Cornelius Lentulus avec les neuf autres proconsuls de l’année 6, sans doute P. Cornelius Dolabella en 23 et peut-être M. Ulpius Traianus en 79)317. Pour tous les autres proconsuls extra sortem mentionnés dans le catalogue commenté, le contenu des sources est trop imprécis pour nous permettre de tirer à ce sujet quelque conclusion assurée. Nous ne sommes pas mesure de savoir si M. Lollius, P. Silius Nerva, M. Vinicius ( ?), P. Paquius Scaeva, Paullus Fabius Maximus, Q. Marcius Barea Soranus, Ser. Sulpicius Galba, Martius Macer et M. Iulius Romulus furent investis par le Sénat sur proposition du prince ou choisis par le prince après autorisation du Sénat. Mais il s’agit là d’un point de détail qui ne revêt tout compte fait que peu d’importance.

  • 318 Cf. Paullus Fabius Maximus, Q. Iunius Blaesus et peut-être Sex. Appuleius.
  • 319 Cf. M. Lollius, P. Silius Nerva, Cossus Cornelius Lentulus et sans doute M. Vinicius. Il faut ajout (...)
  • 320 Cf. Tac., Ann., 3.47.3 à propos du comportement de P. Cornelius Dolabella.
  • 321 C’est le cas de Q. Marcius Barea Soranus, Ser. Sulpicius Galba et de M. Ulpius Traianus.
  • 322 C’est le cas M. Iulius Romulus, adlecté dans l’ordre sénatorial par Claude.

31L’essentiel est de retenir qu’en matière de nomination extra sortem, le prince était dès la création du principat au centre de la procédure. C’était vers lui que les sénateurs se tournaient lorsque des circonstances extraordinaires autorisaient à choisir directement, de préférence à celui qui aurait été désigné en vertu du règlement complexe de la sortitio, un proconsul connu pour sa capacité à faire face à des situations de crise liées à des troubles militaires, à des réformes administratives et peut-être aussi aux conséquences d’un séisme. Ainsi s’explique que les proconsuls nommés sans avoir été tirés au sort étaient tous des uiri militares ou des administrateurs jugés compétents qui avaient en commun d’être des proches du pouvoir impérial à un titre ou un autre : en tant que membres de la domus Augusta318 ; pour avoir manifesté tout au long de leur carrière un attachement sans faille à la personne du prince319, voire un dévouement si excessif qu’il est qualifié par Tacite d’adulatio320 ; pour s’être ralliés sans hésitation à un nouveau prince en dépit des circonstances mouvementées de son avènement321 ; par reconnaissance à la suite d’une promotion sociale dont la responsabilité incombait au pouvoir impérial322.

32La procédure extra sortem constitue sans nul doute la forme la plus directe d’intervention impériale dans le mode de désignation des proconsuls. Si elle disparut finalement à la fin du ier siècle, c’est tout simplement parce qu’à différents titres, le prince n’éprouvait plus le même besoin de nommer directement comme proconsuls des hommes de confiance. Le principal motif était que les provinces publiques avaient fini par perdre toute valeur stratégique. À l’époque flavienne, leur démilitarisation était achevée (cf. infra) et en faisait des régions pacifiées et inermes qui n’étaient plus le théâtre d’opérations militaires d’envergure ou le point de départ d’usurpations contre le pouvoir en place à Rome : l’Illyrie était devenue une province impériale dès la fin des années 10 a.C. ; la seule légion présente en Afrique avait été enlevée par Caligula au proconsul pour être confiée à un légat nommé par l’empereur ; quant à la Macédoine ou l’Achaïe, l’extension de l’Empire romain sous Claude les avait reléguées au statut de provinces tranquilles, situées loin des frontières et des troubles militaires. À cette moindre importance d’un point de vue militaire – sensible à partir de Claude – s’ajoutait que le pouvoir impérial se contenta du résultat du tirage au sort, qu’il finit par contrôler. Après une première phase marquée par un certain degré d’incertitude, une telle procédure connut tout au long du ier siècle p.C. une évolution dont on a déjà vu qu’elle était caractérisée par un renforcement de l’autorité impériale. À la fin du ier siècle, il ne faisait aucun doute que les candidats au proconsulat ne se présentaient pas à la sortitio sans y avoir été invités par le prince, autorisation qui prit d’abord un tour informel avant de revêtir un caractère contraignant avec Septime Sévère. Appliquée aux proconsuls, la procédure extra sortem est morte comme elle était née : elle était apparue pour répondre aux besoins spécifiques du pouvoir impérial durant les premières décennies de son existence ; elle disparut à partir du moment où le nouveau régime était si solidement installé qu’il pouvait se passer d’un mode de désignation qui était toujours ressenti comme une mesure extraordinaire.

Notes

229 Sur cette expression, cf. Suét., Galba, 7.1 ; CIL, IX, 2845 = ILS, 915 = E-J, 197 ; CIL, XI, 1835 = ILS, 969 ; AE, 1925, 85. Il s’agit là d’une pratique bien attestée à l’époque républicaine.

230 Dion 53.14.4 (on soulignera l’emploi à cette occasion de l’aoriste, point de grammaire sur les implications duquel je reviendrai) ; cf. à ce sujet Rich 1990, 146.

231 Tac., Ann., 3.32 et 35 ainsi que infra, 94.

232 Sur ce personnage, cf. M. Hofmann, P. Paquius (3) Scaeva, in : RE, XVIII 3, 1949, 1120-1124 ; Corbier 1974, 26-30, no 3 ; PIR2 P 126 ; Eck, in : NP, 9, 2000, 303-304 ; Alföldy, in : CIL, VI, vol. 8, 3, Berlin, 2000, 1483.

233 CIL, IX, 2845 = ILS, 915 = E-J, 197. Sur cette formule, cf. Arnaud 1994, 245 ; Hurlet 1997, 255-257 et Girardet 2000, 213.

234 Cf. Corbier 1974, 29 ; Le Glay 1980, 226 ; PIR2 P 126 ; Torelli 1982b, 185 ; Hurlet 1997, 255 et Hurlet 2000a, 1535 ; Eck, in : NP, 9, 2000, 304.

235 Girardet 2000, 213 ; cf. aussi Thomasson 1984, I, 295 et Syme 1995, 261.

236 Hofmann, P. Paquius (3) Scaeva, in : RE, XVIII 3, 1949, 1122. Plusieurs raisons se recoupent pour infirmer cette reconstitution. Il faut tout d’abord faire remarquer qu’une telle interprétation résulte du présupposé que la prorogation du proconsul impliquait une procédure extra sortem, opinion autrefois diffuse dont on verra qu’elle ne repose sur aucun élément probant. Il faut ensuite souligner que conformément au contenu de l’inscription, P. Paquius Scaeva fut “envoyé comme proconsul pour une seconde fois”, ce qui implique qu’il ne pouvait déjà être à Chypre au moment où il fut nommé extra sortem (Pour Hofmann, qui n’ignorait pas cette difficulté, missus aurait signifié en l’occurrence “belassen” [c’est-à-dire “laissé”], mais c’est prendre une trop grande liberté avec le sens ordinaire du verbe mittere). Il n’y a enfin aucune raison de douter que conformément à la pratique ordinaire, l’inscription d’Histonium conserve scrupuleusement l’ordre chronologique, ce qui implique que la curatelle des voies exercée pendant cinq ans doit être intercalée entre le premier et le second proconsulat de Chypre.

237 Chastagnol 1973, 596 [=Chastagnol 1992, 59 et 389-390, n. 13] ; cf. aussi dans un sens équivalent Demougin 1982, I, 95 dans la mesure où elle date la questure de P. Paquius Scaeva du tout début de sa carrière des environs de 25 a.C.

238 Cette interprétation infirme davantage toute datation du proconsulat extra sortem de P. Paquius Scaeva des environs de l’année 15 a.C. (proposée notamment par Girardet). Auguste se trouvait alors dans la partie occidentale de l’Empire et aurait pu à ce titre difficilement intervenir au Sénat dans la nomination extra sortem de ce proconsul de Chypre ; il était en revanche présent à Rome tout au long de la première décennie p.C.

239 Cf. dans ce sens Hofmann, P. Paquius (3) Scaeva, in : RE, XVIII 3, 1949, 1122 qui lie le proconsulat de P. Paquius Scaeva au séisme mentionné par Dion dans le contexte de l’année 15 dont on sait qu’il frappa la cité de Paphos et qu’il conduisit Auguste à accorder une aide financière à cette cité (Dion 54.23.7) ; cf. aussi dans ce sens Schumacher 1985, 214, n. 137.

240 Sur ce personnage, cf. Groag, M. Lollius (11), in : RE, XIII, 2, 1927, 1377-1387 ; PIR2 M 311 ; Eck, in : NP, 7, 1999, 430-431. Sur son gouvernement de la Macédoine, cf. Dion 54.20.3 qui précise dans le contexte de l’année 16 a.C. que M. Lollius avait mené des campagnes en Thrace “auparavant”. Étant donné qu’il était à Rome en 17, il faut penser à des opérations militaires conduites dans l’est des Balkans entre 20 et 18, sans doute en 19/18 (cf. dans ce sens PIR2 M 311 ; Šašel Kos 1977, 286 ; Rich 1990, 198 ; Eck, in : NP, 7, 1999, 431).

241 Dion 54.20.1-2. Sur ce personnage, cf. Nagl, P. Silius (21) Nerva, in : RE, III A, 1, 1927, 92-95 et Eck, in : NP, 11, 2001, 559.

242 Sur ce personnage, cf. Hanslik, M. Vinicius (6), in : RE, IX A, 1, 1961, 112-116 ; PIR V 444 ; Eck, in : NP, 12/2, 2002, 236.

243 Sur cette possibilité, cf. Syme 1986, 332.

244 Sur ce personnage, cf. Groag, L. Tarius (3) Rufus, in : RE, IV A, 2, 1932, 2320-2323 ; PIR T 14.

245 Dion 54.20.3 précise d’après le texte des manuscrits qu’après M. Lollius, un certain “Lucius Caius repoussa les Sarmates au-delà du Danube après les avoir défaits”. L’identité de ce général a fait l’objet d’une erreur de retranscription dans la tradition manuscrite. On a voulu voulu reconnaître dans ce “Lucius Caius” L. Aelius Catus par exemple, mais la solution la plus communément acceptée et plausible d’un point paléographique est de lire Tarius au lieu de Caius et d’identifier ce gouverneur de Macédoine avec L. Tarius Rufus (cf. dans ce sens Ritterling, Legio, in : RE, XII, 1, 1924, 1229 ; Groag, L. Tarius (3) Rufus, in : RE, IV A, 2, 1932, 2321 ; Rich 1990, 198).

246 Optent pour la période avant le consulat pendant l’année proconsulaire 18/17 ou 17/16 Syme 1944, 203 ; Syme 1952, 369 et Rich 1990, 198. Pour l’année 16 ou aussitôt après son consulat, cf. Stein 1940, 13. Thomasson 1984, I, 179 propose de façon imprécise les environs de l’année 16 a.C., mais il précise dans un ouvrage postérieur qu’il faut privilégier une datation antérieure à l’année 16 a.C. (Thomasson 1991, 41).

247 AE, 1936, 18.

248 Syme 1952, 580, n. 15 ; Syme 1971, 67-68 ; Syme 1986, 333 et n. 34 ; Thomasson 1984, I, 179-180 (avec prudence) ; Rich 1990, 198 précise que ce titre de pro pr(aetore) “may mean that Macedonia had temporarily become an imperial province” ; Alföldy 1998b, 206.

249 Thomasson 1984, I, 179 ; Syme 1986, 333 et n. 33 avec prudence.

250 Comme l’avaient déjà pourtant souligné Syme 1971, 68 et Alföldy 1998b, 206 (qui justifie l’absence de la mention de legatus par le fait que le nom d’Auguste était cité au début de l’inscription juste avant que le nom de L. Tarius Rufus ne soit mentionné).

251 Pour une raison indéterminée, le titre de pro pr(aetore) aurait été préféré sur l’inscription d’Amphipolis à la qualification générale de proconsul, en vigueur depuis 27, pour désigner celui qui était un ancien préteur et qui avait été placé à la tête de la province publique de Macédoine en 18/17 ou 17/16 avant de revenir à Rome exercer son consulat suffect dans la courant de l’année 16 (c’est une des explications proposées par Syme 1971, 68 ; cf. aussi De Martino 1974, IV, 2, 815).

252 Sur cette inscription, cf. aussi Šašel Kos 1977, 286 et Šašel Kos 1979, no 230, 97 qui propose de lire pr(o)c(onsule) / pr(ouinciae), la lecture de la troisième lettre n’étant pas assurée (o ou c ?), mais elle reconnaît que ces abréviations ne sont pas du tout usuelles.

253 CIL, III, 2973 = ILS, 899.

254 Dion 54.20.2.

255 Cf. dans ce sens Mommsen DPR, III, 281 ; Roddaz 1984, 341 et Hurlet 1997, 40.

256 Cf. dans ce sens Syme 1944, 197-198 qui présente comme une conjecture séduisante l’idée que le choix du proconsul de Macédoine et d’Illyrie pouvait être spécialement décidé par le Sénat en vertu de l’auctoritas du prince ; cf. aussi Syme 1944, 203 et Syme 1952, 584, n. 3 qui cite M. Lollius au nombre des proconsuls extra sortem. Pour P. Silius Nerva, cf. Nagl, P. Silius (21) Nerva, in : RE, III A, 1, 1927, 93 qui pense également à une procédure extra sortem (reprenant une proposition de von Premerstein 1898, 156).

257 Les deux premiers étaient des homines noui qui étaient d’autant plus dévoués à Auguste qu’ils lui devaient leur ascension sociale et dont les états de service étaient déjà remarquables d’un point de vue proprement militaire avant même leur nomination comme proconsul de Macédoine ou d’Illyrie en tant que consulaires : M. Lollius avait annexé la Galatie en 25 sur l’ordre d’Auguste en tant que légat impérial ; P. Silius Nerva avait démontré ses capacités militaires en qualité de légat impérial de Tarraconaise de 19 à 17 au moment des campagnes de conquête dans le Nord-Ouest de l’Hispanie. M. Vinicius n’était pas un homo nouus et ne semble pas s’être fait confier d’importants commandements militaires avant de partir en Illyrie en 14/13, mais il exerça par la suite aux frontières de l’Empire et au service du prince plusieurs légations impériales qui lui valurent les ornamenta triumphalia.

258 Sur ce personnage et sa carrière, cf. Groag, Paullus Fabius (102) Maximus, in : RE, VI, 2, 1909, 1780-1789 ; PIR2 F 47 ; Eck, in : NP, 4, 1998, 377.

259 Mommsen, dans Mommsen & Willamowitz-Moellendorf 1899, 282-288.

260 Contrairement à ce que laisse entendre Groag, Paullus Fabius (102) Maximus, in : RE, VI, 2, 1909, 1782 ; cf. aussi dans ce sens Scheid 1975, 85.

261 On a déjà souligné qu’à notre connaissance, Paullus Fabius Maximus eut au moins deux enfants, Paullus Fabius Persicus et Fabia Numantina (supra, n. 132), ce qui apparaît malgré tout insuffisant si l’on veut justifier par le seul ius liberorum le droit de se présenter comme candidat au proconsulat d’Asie cinq années avant le délai légal (cf. a contrario le cas de C. Asinius Gallus, le consul de 8 a.C. qui partit gouverner l’Asie en 6/5 a.C. quatre années avant le délai légal et auquel le fait d’être père de cinq enfants n’avait pas permis pour autant d’exercer un tel proconsulat à partir de 7 dès l’année suivant l’exercice du consulat [supra, n. 129]).

262 OGIS, 458, II, l. 44-45 = E-J, 98 = Sherk 1967, no 65.

263 Laffi 1967, 63.

264 Laffi 1967, 26 ; Sherk 1984, 125 ; Sartre 1995, 197.

265 Sur ces équivalences, cf. Mason 1974, 32.

266 Cf. dans ce sens Girardet 2000, 213, n. 146.

267 Sur la nomination de Paullus Fabius Maximus, cf. Giovannini 1999, 106, n. 67 qui insiste sur l’ambivalence de la procédure qui fut suivie lors de l’investiture de Paullus Fabius Maximus.

268 Sur ce personnage, cf. Groag, Cossus Cornelius (182) Lentulus, in : RE, IV, 1, 1900, 1364-1365 ; PIR2 C 1380 ; Syme 1986, 403-420 ; Thomasson 1996, 26, no 14.

269 Dion 55.28.2.

270 Vell. 2.116.2 ; Flor., Ep., 2.31 ; Oros., 6.21.18.

271 AE, 1940, 68 = IRT, 301. Sur la formule auspiciis Imperatoris Caesaris Augusti, ductu proconsulis, cf. Hurlet 2000a, 1513-1542.

272 Comme l’a soutenu Syme 1946, 156 et Syme 1979c, 308. Cf. aussi dans ce sens Grant 1950, 60-61 ; Vogel-Weidemann 1982, 9 et 44-45 et Raaflaub 1987, 261, n. 30. Mais il s’agit là d’une généralisation pour le moins rapide et abusive qui oublie de prendre en compte que le statut auspicial d’un proconsul nommé extra sortem tel Cossus Cornelius Lentulus n’est pas forcément comparable à celui de la grande majorité des proconsuls d’époque augustéenne qui étaient tirés au sort. Pour ces derniers, une recherche menée récemment m’a fait conclure que si les questions relatives à la question complexe du statut auspicial des proconsuls sous le Haut-Empire sont loin d’être toutes résolues, il est en tout cas assuré qu’ils ne combattaient pas sous les auspices d’Auguste (c’est une chose de ne pas être habilité à prendre les auspices en conformité avec le droit augural, c’en est une autre de combattre sous les auspices de quelqu’un d’autre) ; sur cette question, cf. Hurlet 2001a, 176-178, en particulier p. 176-177, n. 83, et infra, 169-170.

273 Vell. 2.116.2.

274 Cf. Syme 1952, 584, n. 3 qui cite comme proconsuls extra sortem M. Lollius “et sans nul doute beaucoup d’autres”.

275 Sur la question de la datation du proconsulat d’Asie de Sex. Appuleius, cf. supra, 44, n. 96.

276 Sur ce personnage, cf. C. Riba, Q. Iunius (41) Blaesus, in : RE, X, 1, 1918, 967 ; PIR2 I no 738 ; Vogel-Weidemann 1982, 79-85, no 6 ; Thomasson 1996, 30, no 22.

277 Tac., Ann., 3.32 et 35. Sur ces passages, cf. Syme 1982, 74. Sur le contraste entre la formule iudicioque patrum deligendum et la procédure traditionnelle du tirage au sort, cf. Woodman & Martin 1996, 287 qui signale un parallèle éclairant avec un passage de Tite-Live (37.1.7).

278 Vell. 2.125.5 et Tac., Ann., 3.74.4.

279 Sur ce personnage, cf. Groag, P. Cornelius (143) Dolabella, in : RE, IV, 1, 1900, 1308-1310 et Suppl., I, 1903, 329 ; PIR2 C 1348 ; Vogel-Weidemann 1982, 85-92, no 7 ; Thomasson 1996, 30-31, no 23.

280 Vell. 2.129.4.

281 C’est P. Cornelius Dolabella qui fit exécuter Tacfarinas en 24 p.C. (AE, 1961, 107 et Tac., Ann., 4.23-25).

282 On a parfois voulu voir dans ce passage une référence aux campagnes menées par Q. Iunius Blaesus de 21 à 23 (cf. Hellegouarc’h, dans l’édition de Velleius Paterculus aux Belles Lettres, 290, n. 13 et Schumacher 1985, 219), mais cette interprétation ne respecte pas la chronologie eu égard à la teneur de l’extrait : il ne fait aucun doute que la guerre contre Tacfarinas fut “enterrée” non pas sous le proconsulat de Q. Iunius Blaesus, mais sous celui de P. Cornelius Dolabella (comme l’a fait remarquer Gallotta 1987, 128, n. 64 et 139).

283 AE, 1961, 107 ; cf. un commentaire dans l’editio princeps de Bartoccini 1958, 3-15.

284 Tac., Ann., 4.23.2.

285 Dion 60.25.6. Cf. aussi Dion 60.11.6 qui précise que Claude interdit désormais que lui soient adressés au Sénat des remerciements comme c’était la coutume de la part des proconsuls qu’il avait “choisis” (αρετoύς), terme traditionnellement employé par Dion pour les proconsuls nommés extra sortem, ce qui implique qu’il avait déjà fait usage de ce mode de désignation et qu’il comptait y avoir de nouveau recours dans l’avenir.

286 Sur les conditions troublées de l’avènement de Claude et les résistances que cet événement suscita parmi les sénateurs, cf. la synthèse utile et bien informée de Dettenhofer 2003, 187-199.

287 Sur ce personnage, cf. F. Miltner, Q. Marcius (37) Barea Soranus, in : RE, XIV, 2, 1930, 1549 ; PIR2 M 160 ; Vogel-Weidemann 1982, 135-138 ; Thomasson 1996, 34-35.

288 CIL, VIII, 6987 et 19492 = ILAlg, II, 550 ; AE, 1935, 32 et AE, 1962, 121 ; CIL, VIII, 11002 ; IRT, 482 a et b avec la restitution de Silvestrini reproduite dans AE, 1987, 989. Il faut ajouter que Q. Marcius Barea Soranus est présenté également comme le dédicant sur la frise d’un temple de Lepcis Magna consacré aux di Augusti (AE, 1951, 85 = IRT, 273), mais la question est de savoir si les “dieux Augustes” doivent être identifiés avec les empereurs et impératrices divinisés (César, Auguste et Livie) ou avec des divinités proprement dites ; cf. sur ce point Brouquier-Reddé 1992, 116 et 297-298.

289 Cf. dans ce sens Hurlet 2000b, 336-337 et Hurlet & Roddaz 2001, 158-159.

290 Sur ce personnage, cf. M. Fluss, Ser. Sulpicius (63) Galba, in : RE, IV A, 1, 1931, 772-801 ; PIR S no 723 ; Vogel-Weidemann 1982, 138-145, no 15 ; Thomasson 1996, 35-36, no 32.

291 Suét., Galba, 7.1.

292 Il s’agit de l’interprétation la plus couramment défendue (Cagnat 1913, 32 ; Syme 1951, 121-122 ; Romanelli 1959, 265 ; Vogel-Weidemann 1982, 140). Elle repose sur des passages d’Aurelius Victor (4.2) et de l’Epitome de Caesaribus (4.4), mais il faut souligner que rien n’y est dit de la présence de Galba à cette occasion.

293 Cf. Dion 60.9.6 qui évoque ces incursions dans le contexte de l’année 42.

294 Cf. de manière critique Konrad 1994, 159-161 qui a tendance à minimiser le rôle militaire de Galba pendant son proconsulat d’Afrique dans le cadre d’une démonstration qui vise à identifier le futur empereur avec le togatus acéphale de la Villa Massimo (Rome), mais Suétone parle expressément d’une situation militaire difficile et ne laisse aucun doute sur l’existence de troubles pendant le gouvernement de Galba en Afrique. Konrad 1994, 160 rappelle que la question est de savoir si la crise militaire en Afrique préexistait ou non à la nomination extra sortem de Galba. Ce que l’on sait de l’Afrique du Nord durant les années 40 laisse plutôt penser que la réforme qui retira le commandement de la IIIe légion Auguste au proconsul pour le confier à un légat impérial fut loin de mettre fin à l’instabilité militaire dans cette région.

295 Cf. dans ce sens Romanelli 1959, 266.

296 C’est l’interprétation que Le Glay 1966, 629-639 a défendue à partir d’une dédicace fragmentaire à Venus de Caesarea de Maurétanie sur laquelle il lisait le nom de Galba en le restituant en grande partie. Cf. toutefois à ce sujet les arguments critiques de Konrad 1994, 160-161.

297 Miltner, Martius (2) Macer, in : RE, XIV, 2, 1930, 2023-2024 ; PIR2 M 343.

298 CIL, XI, 1835 = ILS, 969. Les extrémités gauche et droite de la pierre ayant disparu, les éditeurs du CIL, XI et des ILS ont proposé pour le sujet qui nous intéresse les restitutions suivantes : proco(n)s(uli) prov(inciae) Achai[ae / citr]a sor[t]em (restitutions reprises plus récemment par Talbert 1984, 397 et Thomasson 1984, I, 191). Si l’emploi de sors est incontestable, la restitution de la préposition qui précède ce substantif est en revanche plus discutable, la formule citra sortem n’étant pas attestée lorsqu’il s’agissait d’indiquer que le recours au tirage au sort comme mode de désignation était suspendu. Il faut plutôt songer à restituer la formule traditionnelle extra sortem, qui comporte le même nombre de lettres que citra sortem et dont on a déjà pu souligner les multiples usages dans le cas qui nous occupe (cf. dans ce sens Stein 1940, 24, n. 2 et PIR2 M 343).

299 Suét., Cl., 25.9 et Dion 60.24.1 date ce transfert administratif de l’année 44.

300 Solution envisagée par la PIR2 M 343 qui propose l’année 44 ou 45.

301 Dion 60.24.1 parle explicitement dans le contexte de l’année 44 du rétablissement du κλῆρος.

302 Cf. Miltner, Martius (2) Macer, in : RE, XIV, 2, 1930, 2024 qui propose une large fourchette chronologique allant de 44 à 54 (à condition d’éliminer l’année 44 pour les raisons évoquées supra).

303 Torelli 1982a, 289 propose les environs de l’année 45 ; cf. aussi Thomasson 1984, I, 191 et Talbert 1984, 397.

304 Demougin 1992, 367-370.

305 AE, 1925, 85 et AE, 1949, 152 = Suppl. It., II, 43-45.

306 Dion 60.11.8. Mis en parallèle avec l’inscription de Velitrae qui utilise à propos de l’admission dans l’ordre sénatorial la formule non habituelle de adlectus tribunus plebis, ce passage signifie non pas que ces chevaliers furent adlectés dans l’ordre sénatorial avec le rang d’ancien tribun de la plèbe (inter tribunicios) conformément à la pratique courante, mais qu’ils devinrent sénateurs en exerçant à proprement parler le tribunat de la plèbe (comme l’a vu Chastagnol 1992, 400, n. 41).

307 Sur la question de la datation de l’adlectio, cf. Demougin 1982, 81-82 ; Demougin 1988, 296-297 ; Demougin 1992, 369 et Chastagnol 1992, 400, n. 41.

308 Il faut également tenir compte de l’intervalle de cinq ans entre la préture et le proconsulat.

309 Sur cette alternative, cf. Thomasson 1984, I, 186-187 qui penche pour les premières années du principat de Néron. La référence sur l’inscription au Diuus Claudius ne peut être utilisée pour dater le proconsulat extra sortem de Macédoine du règne de Néron (pace Chastagnol 1992, 400, n. 41), dans la mesure où la dédicace à M. Iulius Romulus pourrait être analysée comme le reste d’un monument funéraire en l’honneur d’un sénateur dont la carrière se termina avec cette mission extraordinaire en Macédoine et qui ne mourut pas tout de suite après avoir exercé cette dernière fonction.

310 Ont rejeté la restitution extra sortem ou exprimé des doutes Houston 1976, 27-28 ; Vogel-Weidemann 1982, 151, n. 910 ; Talbert 1984, 398, n. 38 et Thomasson 1996, 40-41.

311 Sur cette inscription, fragmentaire, cf. la restitution de Alföldy 1998a, 367-399. Contrairement aux éditeurs précédents, Alföldy a su intégrer à son analyse le fragment épigraphique comprenant les lettres PIC ou PIO, qu’il développe en [aus]pic[iis], et propose à ce titre une restitution qui me semble incontestable sur la forme (cf. dans ce sens le complément apporté P. Hermann dans I. von Milet, VI, 1, B, 196).

312 Sur la date du consulat de Trajan père, cf. l’état de la question dans Alföldy 1998a, 390-391.

313 Sur l’intervalle sous les Flaviens, cf. Eck 1974, 221 [=Eck 1996, 53] et Thomasson 1996, 8. Le seul exemple pour lequel on connaît avec certitude aussi bien la date du consulat que celle de son proconsulat est celui de P. Calvisius Ruso, consul suffect en 79 avant de devenir proconsul d’Asie en 92/93 (plutôt que 93/94).

314 Cf. dans ce sens PIR2 E 36 ; Dietz 1980, 153 ; Christol 1986, 191 ; Rémy 1989, 118 ; Reynolds 1995, 676-7 ; Loriot 1996, 221 et Guerber 1997, 233.

315 Cf. Hurlet 2005b pour l’analyse de cette inscription et une nouvelle proposition de restitution.

316 DPR, III, 287, n. 3 ; cf. dans le même sens Szramkiewicz 1975, 20-21 et de manière plus allusive Brunt 1984, 431 et Rich 1990, 146.

317 Pour les proconsuls connus pour avoir agi sous les auspices du prince, il reste à s’interroger sur le contenu du sénatus-consulte qui confiait au prince le soin de choisir le proconsul, question sur laquelle les sources ne fournissent aucune précision et qui ne peut donner lieu qu’à des suppositions. Faut-il penser que les sénateurs donnaient au prince l’autorisation de nommer les proconsuls de la même manière qu’il nommait ses propres légats ? ou y avait-il dans le sénatus-consulte d’investiture une clause stipulant qu’en raison des circonstances exceptionnelles, le prince avait choisi tel proconsul sans qu’on eût recours à une sortitio et exerçait de ce fait sur le proconsul nommé de cette manière une supériorité qui se manifestait notamment à travers le monopole auspicial ? La seconde procédure compte un parallèle avec la définition des pouvoirs de Germanicus en 17, en prévision de sa mission en Orient : le SC de Cn. Pisone patre et la Tabula Siarensis se complètent pour rappeler à propos de l’investiture de Germanicus qu’outre le vote d’un sénatus-consulte et d’une loi comitiale, Tibère avait joué un rôle qui était était expressément cautionné par l’auctoritas du Sénat. Cf. à ce sujet la l. 31 du SC de Cn. Pisone patre, très claire à cet égard : Germanico Caesari, qui a principe nostro ex auctoritate huius ordinis (Eck et al. 1996, 158-161) ; cf. aussi les l. 23-24 de la Tabula Siarensis, mais pour lesquelles la restitution auctori[tate senatus] ne fait plus aucun doute : alius aptior locus Ti(berio) Caesari Aug(usto) principi nostr[o videretur in iis regionibus, quarum ?]/curam et tutelam Germanico Caesari ex auctori[tate senatus---] (AE, 1991, 20 et Roman Statutes, I, no 37-38). Cf. sur cette question Hurlet 2000a, 1532-1533. Malgré tout, il faut se garder d’exagérer la ressemblance entre l’investiture de Germanicus et celle des proconsuls extra sortem agissant sous les auspices du prince : alors que l’intervention impériale avait dû être discrète dans le premier cas et n’avait pas empêché Germanicus de célébrer triomphe et ovation, elle était beaucoup plus directe pour des proconsuls qui n’étaient autorisés ni à triompher ni à obtenir de salutation impériale, mais qui devaient se contenter des ornements triomphaux.

318 Cf. Paullus Fabius Maximus, Q. Iunius Blaesus et peut-être Sex. Appuleius.

319 Cf. M. Lollius, P. Silius Nerva, Cossus Cornelius Lentulus et sans doute M. Vinicius. Il faut ajouter P. Paquius Scaeva si l’on retient l’hypothèse de Chastagnol selon laquelle il exerça à trois reprises le vigintivirat entre 20 et 13 pour aider Auguste à faire face à la crise de recrutement de magistrats inférieurs attestée à partir de 18, surtout dans les années 16-13.

320 Cf. Tac., Ann., 3.47.3 à propos du comportement de P. Cornelius Dolabella.

321 C’est le cas de Q. Marcius Barea Soranus, Ser. Sulpicius Galba et de M. Ulpius Traianus.

322 C’est le cas M. Iulius Romulus, adlecté dans l’ordre sénatorial par Claude.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540