Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

Première partie. Du Péloponnèse “macédonien” à la province d’Achaïe

Quelques remarques sur la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iie et au ier siècle A.C.

Christof Boehringer

Note de l’auteur

Je remercie C. Grandjean d’avoir eu l’amabilité de corriger le manuscrit en langue française.

Texte intégral

1Les sources écrites dont nous disposons pour reconstruire l’histoire de la Grèce et particulièrement l’histoire du Péloponnèse dans la seconde moitié de l’époque hellénistique ne sont, comme on le sait, ni abondantes, ni cohérentes.

2Quant à la deuxième catégorie de témoignages, les documents épigraphiques et les papyrus, il faut constater qu’ils sont peu nombreux et bien disparates, à l’exception seulement des inscriptions concernant Athènes qui se présentent avec une certaine densité. Plus grave encore est le fait que souvent ces témoignages ne sont pas faciles à dater et sont donc susceptibles d’interprétations fort divergentes.

3La troisième catégorie de sources, les monnaies, ces miroirs des événements historiques, pourrait donc fournir des informations supplémentaires précieuses, mais elles sont assez rarement prises en considération par les historiens de nos jours. Cela est dû à plusieurs raisons. On cultive envers la numismatique un préjugé qui la dénonce comme une sorte de science presque occulte aboutissant à des résultats peu fiables. Il est vrai que le travail avec les monnaies demande une méthode propre, mais cela vaut tout aussi bien pour les sources littéraires ou les inscriptions. Cet argument n’est donc pas pertinent.

4Un argument plus fort me semble être le fait que beaucoup de séries monétaires importantes de la région pendant la période ne sont pas encore suffisamment étudiées, et cela vaut surtout pour les monnaies des grandes confédérations et également pour un grand nombre de cités-États.

  • 1 Picard 1979 ; Thompson 1961 ; Grunauer-von Hoerschelmann 1978 ; Amandry 1988 ; Grandjean 2003.

5Il n’y a que peu de séries pour lesquelles nous disposons d’études approfondies sur la base d’un corpus de toutes les monnaies qui peuvent être connues : Chalcis, les séries athéniennes à types stéphanéphores, les monnaies des duoviri de Corinthe, celles de Lacédémone ou, maintenant, les monnaies de Messène dont l’auteur du corpus a organisé ce colloque1. Ces ouvrages ont permis de corriger pas mal d’interprétations antérieures ; et si, dans certains cas, il s’est révélé que les résultats obtenus par une première analyse étaient, eux aussi, à corriger, cela a été possible seulement grâce aux matériaux présentés dans ces mêmes ouvrages.

  • 2 SEG, 15, 254 ; 22, 349 ; 25, 466. Moretti 1967, no 60 ; Schwertfeger 1974, 27-40.

6La valeur d’une source dépend évidemment de sa datation correcte. Souvent cela n’est pas facile à la fin de l’époque hellénistique. Je citerai en exemple l’inscription honorifique bien connue du socle d’une statue équestre pour Damon de Patrai, trouvée à Olympie en 19402. Elle mentionne 19 poleis achaiennes et arcadiennes comme appartenant au koinon achaien en rapport avec une guerre contre les Galates sous le consul romain Gn. Domitius, μετά Γναίου Δομεπίου στραταγοῦ ὑπάτον Ῥωμαίων ἐπὶ Γαλάτας. Doit-on identifier ce consul avec Gn. Domitius Ahenobarbus, consul en 192 a.C., ou bien avec son petit-fils, consul en 122 ? Il est évident que le renseignement historique obtenu différe considérablement selon le choix qu’on fait entre la première et la deuxième date.

  • 3 BMC Greek Coins, Peloponnesus (1887) 12-15, no 134-174 pl. II. 15-III. 14. Warren 1991.
  • 4 BMC Peloponnesus, pl. I.3 et suivantes.

7Les difficultés à dater correctement les monnaies sont au moins aussi grandes que celles que présentent les inscriptions. Cependant, le profit que l’on peut tirer des monnaies pour l’historiographie égale en importance celui qu’on peut tirer des inscriptions. Un bon exemple nous est fourni par les monnaies du koinon achaien hellénistique. En dehors de rares bronzes3, ce sont surtout des trioboles d’argent dont les types sont bien connus : au droit la tête de Zeus Amarios et au revers un grand monogramme composé des lettres A et X dans une couronne de laurier. Presque toujours ce type de base est accompagné par des symboles et/ou des lettres et de petits monogrammes donnant sous une forme abrégée le nom de la polis émettrice et/ou le nom du magistrat responsable de la frappe4.

  • 5 Head 1911, 417-418.

8Jusque dans les années 1970, les spécialistes ont presque toujours indiqué comme terminus post quem de ces monnaies l’année de l’entrée d’une polis dans le koinon (voir la liste de Head, HN deuxième édition 1911)5 et comme terminus ante quem la dissolution du koinon à la fin de la guerre contre Rome en 146 a.C. Cela n’est pas entièrement faux, mais à y regarder de plus près, on obtient des résultats beaucoup plus précis.

  • 6 IGCH 271. Thompson 1968.
  • 7 Price 1991, 158-159, no 697-706 (Corinthe) ; 161-162, no 727-740 (Argos).
  • 8 Voir la note 4.

9L’analyse attentive d’un trésor monétaire a conduit à la revision des dates du début des séries d’argent au nom du koinon achaien. Margaret Thompson a le mérite de l’avoir reconnu dans sa publication magistrale du trésor d’Agrinion6. La première série – sans symboles, monogrammes ou lettres secondaires – semble avoir été frappée vers la fin du iiie siècle, peut-être en relation avec des dépenses faites pendant la première guerre macédonienne (215-205 a.C.). Mais la majorité des monnaies frappées par les cités membres du koinon vers 200/190 a.C. sont des alexandres posthumes7. Ce n’est que vers 180 que commencent peu à peu les monnaies fédérales avec symboles8 La date de leur émission est donc complètement indépendante de l’année de l’entrée d’une polis dans le koinon ! Après avoir reconnu ce fait, on a continué à regarder comme une évidence la coincidence de la fin de la frappe avec la date de 146. Or, par la suite, cette idée s’est révélée erronnée elle aussi.

  • 9 IGCH 2056. Campanelli 1991 ; Boehringer 1991.
  • 10 Je n’ai pas pu vérifier l’existence prétendue de 200 deniers romains de l’époque de la guerre socia (...)

10C’est un autre trésor, celui de Poggio Picenze dans les Abruzzes (en Italie)9 dont la part du lion se trouve aujourd’hui au musée national de Chieti, qui a permis de mettre en doute aussi la date finale des monnaies fédérales. Ce trésor avait été certainement enfoui après la première guerre de Mithridate (88-84 a.C.), car il contient des tétradrachmes du roi du Pont tout à fait fleur de coin, tous datés selon l’ère pontique (HS, Θ), 9e mois de l’année 90/89, c’est à dire juin 89 a.C. ; il renferme aussi des tétradrachmes de Ariarathe IX et des drachmes de Ariobarzanes I de Cappadoce, ainsi que des tétradrachmes pseudoathéniens de Sylla frappés très probablement entre 88 et 86. Les autres composantes du trésor sont 202 trioboles fédéraux achaiens et 48 trioboles autonomes de Messène, de Sparte, d’Argos et de Mégalopolis10.

  • 11 J’ai laissé de côté les trésors de Oreos (IGCH 232) et de Vonitsa 1993 (CH 8, 431 et p. 83 avec pl. (...)

11On connaissait déjà un certain nombre de trésors avec des trioboles péloponnésiens, mais jusqu’à la découverte des trésors de Poggio Picenze et d’Agrinion les trioboles ne s’étaient jamais trouvés en compagnie d’autres monnaies bien datées11. On ne disposait donc pas alors d’éléments pour réviser les reconstructions de l’histoire du koinon achaien après 146 proposées par les historiens modernes. Ces reconstructions disaient que le petit koinon avait bien continué d’exister après 146 a.C., mais sans aucun pouvoir politique et donc, à partir de cette date, aussi sans le droit de monnayer – il était tombé à leurs yeux au niveau d’un “Kultverein”, une association cultuelle.

12Si cette reconstruction avait été correcte, il aurait fallu que les trioboles du koinon achaien dans le trésor de Poggio Picenze présentent l’usure de monnaies ayant circulé plus de 50 ans. Mais cela n’était pas le cas sauf pour une minorité d’entre elles. Les autres étaient – bien que souvent mal frappées – très fraiches, et, fait encore plus important, les trioboles les plus frais étaient tous issus de séries absentes du trésor d’Agrinion, donc remontant à une date encore plus tardive !

  • 12 IGCH 2053. Löbbecke 1908, 275-303. La majorité des monnaies de ce trésor se trouve aujourd’hui au M (...)

13L’observation que les deux trésors dont nous avons parlé contenaient un ensemble de trioboles très frais remontant à des dates différentes donnait une clé pour l’analyse d’autres trésors. Ansi, le trésor de Caserta 1890 (trouvé lui aussi en Italie)12, composé entièrement de trioboles péloponnésiens, se révélait structuré exactement de la même façon et réservait une surprise analogue : un grand nombre de ses trioboles achaiens récents n’étaient pas encore présents dans les deux autres trésors. Il y avait donc un autre intervalle de temps jusqu’à son enfouissement, et les trois trésors correspondaient par conséquent à trois époques successives de la circulation monétaire : le trésor d’Agrinion dont Margaret Thompson avait supposé qu’il aurait été caché en 146, l’année de la fin de la guerre d’Achaïe, peut aujourd’hui être placé peu après 129 ; le trésor de Poggio Picenze, comme nous l’avons vu, vers 80 a.C., et celui de Caserta à une date encore postérieure – selon toute vraisemblance entre les années du second triumvirat, après la mort de Jules César, et la bataille d’Actium.

  • 13 Warren 1999, 99-109 (excellent résumé de l’état actuel des recherches numismatiques, avec bibliogra (...)

14Ces datations sont acceptées aujourd’hui par la grande majorité des numismates. Je ne veux pas répéter ici en détail ce qui a été dit ailleurs au sujet des différentes variantes des monnaies achaiennes. Je voudrais cependant attirer l’attention sur quelques conclusions qui, à mon avis, s’imposent13.

  • La première est que certaines poleis de l’Achaie et d’une bande limitrophe d’Arcadie, c’est-à-dire Dymè, Aigion, Aigeira et Kleitor (toutes quatre mentionnées dans l’inscription pour Damon) ont frappé des trioboles à types fédéraux après la défaite de 146 – pendant la première guerre mithridatique. Seule Patras a peut-être émis plus régulièrement des trioboles achaiens, mais elle cessa sa production après l’octroi de son indépendance par Sylla.

  • Deuxième point : des trioboles de Tégée, Pallantion, Épidaure et – à notre grande surprise – de Lacédémone sont proches des séries précédentes. On se souvient que les Lacédémoniens – tout comme les Messéniens – avaient été à contrecœur membres du koinon achaien. En 149 a.C., la politique séparatiste de Sparte a beaucoup contribué à l’éclatement de la guerre achéenne qui prit fin avec le naufrage du koinon. Or, le trésor de Poggio Picenze donne à penser que des trioboles à types achaiens ont été frappés à 88/87 par ces quatre cités et surtout par Lacédémone. Au début du débat on a exprimé de grandes réserves sur ce résultat de nos recherches, mais aujourd’hui le fait est bien reconnu.

    • 14 Kahrstedt 1950, 70 : c’est surtout l’inscription IOv no 415, mais aussi les no 328, 333, 367, 401 e (...)

    Troisième point : Elis ne semble pas avoir émis des monnaies à types achaiens après 146 et pendant les années mithridatiques, mais d’avoir reprise la frappe entre cette dernière date et l’instauration de la provincia Achaia en 27 a.C. (la date la plus basse possible), à en juger par le trésor de Caserta. Ce trésor milite décidément en faveur de la conclusion de U. Kahrstedt14, tirée d’une analyse de quelques inscriptions d’Olympie, qu’Elis était de nouveau un membre du koinon achaien après la première guerre mithridatique bien qu’elle ait été indépendante après 146 a.C. L’histoire du Péloponnèse entre la guerre d’Achaïe et l’époque d’Auguste est décidément pleine de vicissitudes inattendues.

  • 15 Warren 1996.

15Dans un premier moment, j’avais cru pouvoir associer les trioboles lacédémoniens dont nous avons parlé au fait que la polis avait passagèrement, pendant la guerre mithridatique, rejoint le koinon achaien. Jennifer Warren m’a corrigé en acceptant la date mais en proposant une explication différente15. L’interprétation des sources littéraires et surtout la quantité énorme de coins employés pour ces trioboles invitent à y voir un monnayage frappé non pas par des insurgés antiromains mais par des alliés des Romains, ou par les Romains eux-mêmes. À partir de là, deux hypothèses se présentent à l’esprit : ou bien toutes les monnaies à types achaiens émises après 146 sont des émissions frappées par, ou bien pour, les autorités romaines, ou bien une part d’entre elles a été émise par le koinon achaien recréé après 146, hypothèse à mon avis bien plausible. Cependant, l’état actuel de nos connaissances ne permet pas de trancher la question. Il nous faudrait un corpus qui mette en évidence les liaisons de coins entre les monnaies aux types du koinon achaien, et il nous faudrait des études complémentaires sur les monnaies autonomes des différentes poleis.

  • 16 Luc. 2.1-2 (Gärtner ; trad. Coll. Budé 1972, 58-59, Flacelière - Chambry). Melville Jones 1993, no  (...)

16J’ajouterai une dernière remarque au sujet d’un autre problème traité par Jennifer Warren. Depuis 200 ans, on recherche les monnaies dites luculliennes évoquées par Plutarque16 :

17(1)“Σύλλας ... χρώμενος (Lucullus) ἀπ ʼἀρχῆς ἐπὶ τὰ πλείστης ἄξια σπουδῆς διετέλεσεν ὧν ἦν καί ἡ περὶ τὸ νόμισμα πραγματεία ; (2) Δι ἐκείνου γὰρ ἐκόπη τὸ πλεῖστον ἐν Πελοποννήσῳ περὶ τὸν Μιθριδατικὸν πόλεμον, καὶ Λευκόλλειον ἀπ ’ ἐκείνου προσηγορεύθη καὶ διετέλεσεν ἐπὶ πλεῖστον ὑπὸ τῶν στρατιοτικῶν χρεχῶν ἐν τῷ πολέμῳ λαμβάνον ἀμοιβὴν ταχεῖαν”.
“Sylla l’employa (Lucullus) constamment dès le début aux affaires les plus importantes, en particulier à l’intendance de la monnaie. (2) Celle-ci fut frappée en majeure partie par ses soins dans le Péloponnèse au temps de la guerre de Mithridate, et elle fut d’après son nom appelée ‘Lucullienne’ ; elle resta très longtemps en usage, les besoins de l’armée lui assurant une circulation rapide”.

  • 17 FD III-3, 282 ; TN I no 117 ; Daux 1935. Notons que la parole (νόμχσμα) Λευκόλλετον fait transparâi (...)
  • 18 Voir la note 15.
  • 19 Crawford 1985, 224, fig. 94.
  • 20 Crawford 1985, 130, fig. 45 : l’illustration du tétradrachme de type immobilisé avec le monogramme (...)
  • 21 Bauslaugh 2000.
  • 22 Thompson 1961, 425-439, pl. 143-149.

Une inscription de Delphes17 concernant l’affranchissement de trois esclaves nous parle d’une somme de 105 πλάτεων ΛευκολλImage 100000000000000D0000000FA359B3DC.jpg [ίων], de monnaies luculliennes ‘platè’. À mon avis, Georges Daux avait à juste titre interprété l’expression comme désignant des Λευκόλλεια d’étalon attique, c’est-à-dire les tétradrachmes pseudo-athéniens de Sylla. Jennifer Warren18 a avancé l’hypothèse que les trioboles de Sparte dont nous parlons font eux aussi partie des Λευκóλλεια, sans la mention ‘platè’. Je suis bien disposé à la suivre. C’était une habitude chez les Romains de se servir pour des besoins financiers – en dehors de l’Italie et des provinces occidentales ou ils avaient le denier – dans les Balkans et en Asie mineure, des monnaies locales de bonne réputation ou bien de monnaies nouvelles frappées selon les étalons locaux. Je citerai comme exemples les drachmes d’Apollonia et de Dyrrhachium19, les tétradrachmes de Macédoine première portant des monogrammes immobilisés dont celui en haut du revers pourrait signifier στρατηγοῦ20, les tétradrachmes d’Aesillas21 ou bien les tétradrachmes de Sylla mentionnés supra22.

  • 23 Giovannini 1982, 165-181.
  • 24 On pourrait s’étonner que les monnaies luculliennes fassent part de deux divers étalons monétaires, (...)

18Que les deniers et les victoriats romains soient presque totalement absents de la circulation monétaire en Grèce avant l’époque d’Auguste, n’a donc rien de surprenant23 : on n’en avait pas besoin, car non seulement les monnaies d’argent grecques restaient en circulation après 146, elles venaient aussi d’être complétées par de nouvelles frappes. On doit aussi se rendre compte – en supposant correcte la thèse de Jennifer Warren – qu’une grande partie du trésor de Poggio Picenze n’était pas, comme on l’a présumé, du butin de guerre, mais bien de la solde payée par les Romains eux-mêmes à un légionnaire romain. Ne nous étonnons pas que non seulement les tétradrachmes pseudo-athéniens de Sylla mais aussi les trioboles aux types achéens de la guerre mithridatique (et peut-être encore d’autres espèces) soient comprises sous le terme Λευκόλλεια : l’essentiel était que toutes ces monnaies étaient, les unes comme les autres, frappées par ordre de Lucullus, c’est à dire par ordre du gouvernement militaire romain. La seule différence est que les trioboles faisaient part, eux aussi, de l’argent symmachique, de l’ἀργύριον συμμαχικόν, terme désignant l’étalon auquel ils appartenaient24.

19Les trioboles aux types du koinon achaien, mais aussi les monnaies autonomes de toute une série de cités-États et d’autres koina ont été frappés selon l’αργύριον συμμαχικόν. Et les symmachoi (alliés) ne peuvent être que des symmachoi de Rome, Rome étant alors la puissance politique qui faisait en Grèce la pluie et le beau temps.

  • 25 Empire Coins (Dennis J. Kroh, Ormond Beach, FL 32175), Catalogue à prix fixe no 79.

20Je m’arrêterai en signalant un lot de 100 monnaies provenant d’un trésor échappé jusqu’à présent à l’attention des experts : quarante-huit de ces pièces ont été illustrées dans un catalogue du commerce américain en 199525. L’intérêt du catalogue réside dans l’indication de l’état d’usure des monnaies. Le lot entier contenait 61 trioboles achaiens et 10 étoliens, 3 drachmes du koinon béotien et aussi, 7 trioboles de Sicyone, 14 de Mégalopolis et 4 de Messène (2 de série Xβ). Le trésor a dû être enfoui très probablement vers 80 a.C., il confirme donc encore une fois la “chronologie basse” des monnaies achaiennes.

Notes

1 Picard 1979 ; Thompson 1961 ; Grunauer-von Hoerschelmann 1978 ; Amandry 1988 ; Grandjean 2003.

2 SEG, 15, 254 ; 22, 349 ; 25, 466. Moretti 1967, no 60 ; Schwertfeger 1974, 27-40.

3 BMC Greek Coins, Peloponnesus (1887) 12-15, no 134-174 pl. II. 15-III. 14. Warren 1991.

4 BMC Peloponnesus, pl. I.3 et suivantes.

5 Head 1911, 417-418.

6 IGCH 271. Thompson 1968.

7 Price 1991, 158-159, no 697-706 (Corinthe) ; 161-162, no 727-740 (Argos).

8 Voir la note 4.

9 IGCH 2056. Campanelli 1991 ; Boehringer 1991.

10 Je n’ai pas pu vérifier l’existence prétendue de 200 deniers romains de l’époque de la guerre sociale, 91 à 89 a.C., dans le trésor. Le musée de Chieti ne possède pas un seul de ces deniers.

11 J’ai laissé de côté les trésors de Oreos (IGCH 232) et de Vonitsa 1993 (CH 8, 431 et p. 83 avec pl. 50-54), enfouis vers 168 a.C.

12 IGCH 2053. Löbbecke 1908, 275-303. La majorité des monnaies de ce trésor se trouve aujourd’hui au Münzkabinett SMPK Berlin.

13 Warren 1999, 99-109 (excellent résumé de l’état actuel des recherches numismatiques, avec bibliographie des études précédentes).

14 Kahrstedt 1950, 70 : c’est surtout l’inscription IOv no 415, mais aussi les no 328, 333, 367, 401 et 420. En faveur de cette interprétation, Bowersock 1965, 92.

15 Warren 1996.

16 Luc. 2.1-2 (Gärtner ; trad. Coll. Budé 1972, 58-59, Flacelière - Chambry). Melville Jones 1993, no 115.

17 FD III-3, 282 ; TN I no 117 ; Daux 1935. Notons que la parole <(νόμχσμα) Λευκόλλετον> fait transparâitre le sense <monnaie blanchâtre> = monnaie d’argent, pendant une époque dans laquelle l’usage de monnaie de bronze était la normalité quotidienne.

18 Voir la note 15.

19 Crawford 1985, 224, fig. 94.

20 Crawford 1985, 130, fig. 45 : l’illustration du tétradrachme de type immobilisé avec le monogramme mentionné est celui de gauche en bas.

21 Bauslaugh 2000.

22 Thompson 1961, 425-439, pl. 143-149.

23 Giovannini 1982, 165-181.

24 On pourrait s’étonner que les monnaies luculliennes fassent part de deux divers étalons monétaires, je vois pourtant un parallèle avec les émissions produites pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale par les puissances militaires d’occupation : ainsi, il y avait entre 1940 et 1944 des billets de banque “allemands” de zloty en Pologne, en 1944 de lire en Slovénie etc. ; ou bien en 1943 des billets « américains » de lire en Italie, en 1944 de francs en France, de 1944 jusqu’à 1948 de mark en Allemagne. C’étaient toutes des monnaies différentes mais aussi toutes ensemble de l’argent militaire. La notion “monnaie lucullienne” a donc quelque analogie avec le terme technique, après la Seconde Guerre mondiale, de l‘AMC’= Allied Military Currency.

25 Empire Coins (Dennis J. Kroh, Ormond Beach, FL 32175), Catalogue à prix fixe no 79.

Auteur

Université de Göttingen

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540