Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

Première partie. Du Péloponnèse “macédonien” à la province d’Achaïe

L’économie du Péloponnèse hellénistique : un cas régional

Athanassios Rizakis and Yannis Touratsoglou

Full text

  • 1 Archibald et al. 2005.

1L’économie de la période hellénistique présente deux caractéristiques opposées voire complémentaires : la première est celle de la continuité, la seconde celle du changement. La continuité est marquée par l’attachement aux pratiques et aux méthodes traditionnelles quant aux cultures, à l’organisation du travail et à la production, le tout dominé par l’idée d’autarcie. Le changement, en revanche, est signalé par l’introduction de nouvelles méthodes et techniques dans le domaine agricole et par une grande ouverture qui conduit à une mondialisation du commerce et à la création de nouveaux marchés. Enfin, la nouvelle époque est marquée par la diffusion de nouveaux modes de vie dans les cités1.

  • 2 Salmon 2001, 174.

2Il est certain que le Péloponnèse ne profite pas de toutes ces innovations dans le domaine économique. Il a du mal à s’approprier les innovations techniques dans le domaine agricole et à s’insérer dans les nouveaux circuits économiques. Son économie présente une forme d’immobilisme qui s’explique en partie par le fait que la péninsule ne joue plus un grand rôle dans le domaine politique et économique, mais qu’elle est astreinte, par la nouvelle répartition en Méditerrannée orientale tant du pouvoir politique que des zones d’influence et de prospérité, à un rôle secondaire voire marginal. Cette situation n’est pas, certes, immuable et identique ni dans l’espace ni dans le temps : certaines cités, comme Messène, sont épargnées et connaissent même une courte période de croissance économique et de développement dont les causes ne peuvent pas toujours être définies avec précision2.

  • 3 De Ste. Croix 1981, 307 sq. et 523-529 ; Briscoe 1967 ; Gruen 1976.
  • 4 Chandezon 2000.
  • 5 Dell 1967 ; Brulé 1978 ; Scholten 2000 ; Davies 19842, 285-286 ; une lettre d’une cité crétoise, a (...)

3Si pendant cette période la région continue à être l’objet de convoitise, tant des rois hellénistiques que des puissances intermédiaires comme la ligue étolienne, ce qui en fait le théâtre de conflits armés continus, elle n’est pas non plus épargnée des rivalités internes, nourries par l’instabilité politique et la crise sociale, phénomènes presque permanents dans un grand nombre de cités3. Ces guerres ont définitivement changé la géographie politique de la péninsule en créant un nouvel équilibre, plus instable encore. Le cas de Sparte, dont Gr. Shipley (2000) a montré les changements spectaculaires survenus dans son territoire, est à cet égard caractéristique. Cette situation, marquée par une instabilité presque endémique, a des répercussions défavorables tant sur l’agriculture et sur l’élevage4 que sur les échanges et le commerce, avec notamment l’essor de la piraterie surtout étolienne et crétoise5.

  • 6 Austin 1986 ; Davies 2001, 36-39.
  • 7 Davies 19842, 294.

4Cette situation a conduit, par le passé, certains historiens comme M. Rostovtzeff à surestimer probablement ses répercussions dans le domaine économique. Si la tendance d’aujourd’hui est, au contraire, de sous-estimer les effets négatifs sur l’économie locale tant des guerres de cette période6, que des inégalités sociales7, on peut difficilement nier que les bouleversements intervenus, par exemple dans le domaine de la géographie politique de la péninsule, associés aux tensions sociales, n’aient pas créé un climat propice au développement économique. De surcroît, les conséquences néfastes de cette situation ne se limitent pas au domaine économique mais touchent profondément la démographie des cités et leurs institutions démocratiques.

  • 8 Pol. 36.17.5-7 ; cf. Davies 19842, 268.
  • 9 Volkmann 1961, 7 sq. ; Brulé & Oulhen 1997.
  • 10 Errington 1969 ; Roy 1999 ; Forsén 2003, 271 ; La’Da 2002. Cf. Launey 19872 et Garlan 1988.
  • 11 e.g. installation des habitants d’Élatée de Phocide à Stymphale : SEG, 11, 1950, 1107 ; Moretti 19 (...)
  • 12 Roy 1999a, 342-343.
  • 13 Rizakis 1990.
  • 14 Ste Croix 1981, Appendix IV ; Davies 19842, 259 ; Gauthier 1985.
  • 15 Quass 1993, 382-394 et Pleket 1998, 208-210.
  • 16 Forbes 1945 ; Delorme 1960 ; Gogos 2001 et 2005.

5L’hémorragie démographique et les pertes humaines sont dues aux guerres, au faible taux de natalité8, à la vente des populations vaincues et à l’intensification du commerce des esclaves9, enfin à l’émigration qui conduit les habitants de plusieurs régions grecques, particulièrement péloponnésiennes, à s’engager comme mercenaires dans les armées hellénistiques10. On peut supposer que cette hémorragie démographique ne fut arrêtée ni par l’installation occasionnelle mais massive de nouvelles populations étrangères dans la péninsule11, ni par la concession des terres à des exilés dans diverses cités comme Mantinée, Orchomène ou Stymphale12, ni enfin par la concession gratuite ou la vente du droit de cité à des étrangers13. La dévaluation progressive des institutions démocratiques avec l’accroissement du rôle de la boulé et des notables14, dont les causes sont trop complexes pour être analysées ici, est un fait général accentué plus encore avec l’Empire15. Toutefois on peut placer dans ce contexte du déclin de l’esprit civique le développement des activités éducatives, de divertissement ou de culture qui entraîne la grande diffusion de l’institution du gymnase et des théâtres16.

  • 17 e.g. asylie, proédrie, épinomie ; pour le dernier, voir Chandezon infra, p. 101-119.
  • 18 IG, V.1, 961-966 ; cf. Gauthier 1985, 24.
  • 19 Ager 1996, passim ; Harter-Uibopuu 1998.

6Les cités ont pris des mesures de rapprochement entre elles afin d’amoindrir les causes des conflits et leurs effets négatifs ; parmi celles-ci notons la concession de divers privilèges17 ou de titres honorifiques à des citoyens étrangers (à titre d’exemple la petite cité laconienne, Kotyrta, qui décerne le titre de proxène et d’évergète à ses bienfaiteurs18), la signature d’accords juridiques (symbola) ou politiques (traités d’isopolitie ; ceux-ci sont parfois utilisés par certains états puissants, telle l’Étolie, comme moyens d’extension de leur zone d’influence politique : e.g. traité d’isopolitie avec Phigalie et Messène : Syll.3, 572), enfin le recours à l’arbitrage d’une tierce partie dans le cas des grands différends19.

  • 20 Rizakis 2003.
  • 21 Pol. 2.37.10-11.
  • 22 Bringman 1993 et 2000 ; Bringmann & Steuben 1995.
  • 23 Gauthier 1985.

7Au deuxième siècle, les conditions politico-juridiques pour le redressement voire la croissance économique des cités, semblent idéales ; la ligue achéenne qui réunit alors l’ensemble de la péninsule20 en une seule unité politique, rêve des autorités fédérales depuis Aratos, abolit les frontières entre les cités en établissant la libre circulation des hommes et des biens et en facilitant aussi les échanges par l’établissement de poids, de mesures et d’une monnaie commune21. Plusieurs indices montrent que les effets de ces changements furent positifs pour l’économie, mais la brièveté de la période de domination achéenne (190-146 a.C.) et les défauts structurels de l’économie des cités n’apportèrent pas les fruits escomptés. Cette défaillance économique de beaucoup de cités explique leur dépendance accrue, encore à cette époque, tant à la générosité royale22 qu’à l’évergétisme privé23.

  • 24 Boyd & Rudolph 1978 ; Hodkinson et al. 1981 ; Runnels & van Andel 1987 ; Wright et al. 1990 ; Petr (...)
  • 25 Roebuck 1979 ; Pritchett 1991. Cf. Bastini 1987.
  • 26 Urban 1979.
  • 27 Rizakis 2001.

8Si on devait dresser un tableau général, schématique certes, de l’évolution de la situation économique des cités péloponnésiennes, on pourrait distinguer quatre grandes phases. La première phase, qui va jusqu’au milieu du iiie siècle (323-250), est marquée par une stabilité, voire une croissance économique et démographique, signalée dans plusieurs cas par les sources littéraires et confirmée par l’archéologie et les prospections archéologiques24. La seconde, qui s’étend jusqu’au début du iie siècle (250-196), est une période de régression économique et démographique marquée par des guerres et des conflits sociaux25. La troisième période (196-146) qui voit la paix rétablie, grâce à l’intervention de Rome et l’unification du Péloponnèse par la ligue achéenne, n’est malheureusement accompagnée ni par la stabilité politique ni par le dévelopement économique, du moins au degré escompté. Si la ligue achéenne devient maîtresse du Péloponnèse, cette hégémonie n’est pas acceptée par les grandes cités comme Sparte et Messène. De surcroit la ligue doit désormais affronter elle-même les énormes problèmes politiques et socio-économiques, mais elle ne dispose ni du savoir faire ni des moyens humains ou matériels pour y parvenir26. La dernière période, qui suit la destruction de Corinthe jusqu’à la bataille d’Action (146-31 a.C.), pourrait être décomposée, comme l’a bien vu M. Rostovtzeff (1953, 930), en deux parties : la première, qui débute avec la guerre de Corinthe et se clot avec la guerre de Mithridate (146-88 a.C.), est une période de paix et de prospérité relative, du moins pour quelques cités amies de Rome (e.g. Messène), alors que la seconde (88-31 a.C.), est une période marquée par un déclin presque généralisé dans l’économie des cités de la péninsule27.

  • 28 Migeotte 1984, 358-361 ; 1992, 47-69.

9Il faut noter que les caractéristiques économiques peuvent varier d’une cité à l’autre, puisque chacune essaie à sa manière de s’adapter le mieux aux conditions qui lui sont imposées et de profiter, le cas échéant, d’une situation politique ou économique propice ; ainsi certaines, ayant mieux réussi – les découvertes archéologiques récentes et des nouvelles études locales le confirment – à sortir de la médiocrité à laquelle étaient condamnées la majorité de leurs voisines, financent de grands travaux soit par leurs propres ressources soit avec des capitaux issus d’emprunts ou de souscriptions publiques. Les cités péloponnésiennes ont largement fait usage de ces derniers moyens à l’époque hellénistique28.

Les ressources économiques des cités

  • 29 Meiggs 1982.
  • 30 Μόσχον et al. 1998.
  • 31 Engels 1990 ; Williams II 1993. Cf. Freitag 1997 et 1999-2002.
  • 32 Amouretti 1979 et 1986 ; Amouretti & Brun 1993 ; Brun 2003 et 2003a.
  • 33 Chandezon 2003.
  • 34 Forbes 1976 ; Rougemont 1991 ; Gehrke 1996 et enfin Roy 1999.

10Le Péloponnèse possède, généralement, peu de matières premières, à l’exception du bois qu’il exporte parfois29, point de minerais ou de marbre, à l’exception peut-être du celui du Tainare dont l’exploitation fut, toutefois, plus systématique sous l’Empire30. Ainsi l’économie des cités, à l’exception peut-être de Corinthe, centre artisanal et commercial par excellence31, est basée sur les activités traditionnelles : l’agriculture32 et l’élevage33. Ces activités procurent aux gens les ressources essentielles pour leur vie mais, malgré le principe d’autarcie, souvent du surplus qu’ils peuvent échanger, puisque, comme dit R. Descat (1995, 965) “l’autarcie est une stratégie d’échange, c’est avoir du surplus pour les échanger contre les produits qui manquent”. L’idée que l’agriculture est impossible dans l’espace montagneux est abandonnée, aujourd’hui, et plusieurs études montrent34 au contraire la variété et la complémentarité de l’économie des cités montagnardes.

Artisanat et activités artisanales

  • 35 Davies 19842, 275.
  • 36 Siebert 1978 ; Bilde 1996.
  • 37 Sinn 1978 ; Georgiadou 2005.
  • 38 Πετρόπουλος 2005.

11Les activités artisanales ne font pas défaut dans les cités péloponnésiennes mais les produits ne s’adressent qu’à une clientèle limitée, qui est le plus souvent locale. C’est le cas précisément des produits en céramique, imitations des ateliers étrangers de grande renommée, comme ceux d’Athènes. Nous devons signaler ici, le paradoxe que présente la céramique hellénistique dans son ensemble : tandis qu’aux temps qui suivirent la mort d’Alexandre on a eu la création dans l’oikouméné hellénique d’une koiné artistique pour la céramique, comme d’ailleurs pour la langue, qui a eu tendance à produire des formes plus ou moins homogènes, les versions locales de cette production présentent une petite mobilité qui dépasse rarement les limites du lieu de leur production35. On ne peut citer que deux exceptions à cette règle : des produits céramiques qui sont destinés à l’exportation, des skyphoi à décoration en relief à Argos36, forme probablement d’invention athénienne depuis le milieu du iiie siècle a.C., selon S. Rotroff (1982), et des lécythes éléens qui sont en revanche une production artisanale locale diffusée tout au long des côtes occidentales du Péloponnèse37 ; on trouve même des imitations de cette forme en Étolie et en Acarnanie38.

  • 39 Ραυτοπούλου 2004 ; Ζαβού 2005.
  • 40 Rogl 2001.
  • 41 Κυριακού 1994.
  • 42 Δανάλη 2000.
  • 43 Καλτσάς 1983.
  • 44 Nielsen-Houby et al. 2000, 236 ; Πετρόπουλος 2005.
  • 45 Sideris 2000 et 2003.
  • 46 Fuks 1970, 84-86.
  • 47 Themelis 1994a et 1996.
  • 48 Papapostolou 1993.
  • 49 Papaëfthymiou 1992 et 1993.

12Dans son ensemble, la production céramique de la péninsule, dont le caractère régional n’est pas contesté, est le fruit de plusieurs ateliers : Sparte (skyphoi à décoration en relief)39, Lousoi (skyphoi à décoration en relief)40, Patras (lampes)41 et Pylos (skyphoi à décoration en relief42 et lagynoi à fond blanc)43. La production d’amphores de transport péloponnésiennes est mal connue. Les fouilles récentes montrent qu’ils existent des ateliers locaux44 autres que ceux de Corinthe que l’on connaissait déjà. En réalité, Corinthe est le centre artisanal le plus important de la péninsule qui, hormis la céramique, est spécialisé dans la production d’objets de bronze (miroirs, épées) qui font d’ailleurs sa renommée45. Malheureusement, on ne peut estimer ni le nombre d’ateliers ni la quantité d’objets produits, mais on sait par Polybe (37.12.5) que le “ πλῆθος νοσοῦν καὶ διεφθαρμένον” des artisans et des personnes travaillant dans les ateliers, animé de sentiments antiromains, créent des problèmes aux dernières assemblées achéennes à Corinthe46. Parmi les ateliers de sculpture qui s’activent à Messène mais aussi dans d’autres cités du Péloponnèse figure celui de Damophon47. Des ateliers régionaux spécialisés dans la production de belles stèles funéraires, en forme de naiskos avec des représentaions peintes, sont localisés en Achaie occidentale48, un autre à Sparte49.

  • 50 IGCH et CH ad locum. Cf. aussi Forsén 2003, 268.
  • 51 Bringmann 1993 et 2001 ; Bringmann & Steuben 1995 ; Noeske 2000.
  • 52 Plut., Arat., 11.2.
  • 53 Jameson et al. 1994, 84.
  • 54 Pol. 18.16 ; Liv. 40.9.

13Mais les cités disposent d’autres revenus en dehors des ressources traditionnelles : la première vient des devises des citoyens expatriés en Orient, sous le service des rois hellénistiques ; la présence d’un grand nombre de monnaies de ces régions dans les trésors, trouvés dans le Péloponnèse, peut s’expliquer ainsi50. Une autre source, certes irrégulière, est celle des donations des rois voire des grandes cités hellénistiques. On peut citer à titre d’exemple la donation lagide (Ptolémée III) à la ligue achéenne ; Plutarque nous apprend, dans la vie d’Aratos (12.1 et 6-14.4), que la somme totale s’élevait à 150 talents dont une avance de 40 avait été versée51. De même, Aratos a reçu du roi macédonien Antigonos Gonatas une somme de 25 talents52. D’autres donations peuvent se faire simplement sous forme de denrées alimentaires, données lors de crises ou de menace de famine ; ainsi, entre 330-325 a.C., Cyrène envoie à plusieurs cités péloponnésiennes de grandes quantités de blé53 et, à une autre occasion, Attale Ier de Pergame concède 10 000 médimes de blé à Sicyone54.

Les échanges et les activités commerciales

  • 55 Παπαθανασόπουλος 1966.
  • 56 Cf. la loi sacrée de Lycosoura et de Dymé : Sokolowski 1962, 137-138 no 68 et id. 1955, 71-72 no 3 (...)
  • 57 Δανάλη 2004.
  • 58 Baladié 1980, 175-177.
  • 59 Roy 1999, 338.
  • 60 Jameson et al. 1994, 87. Cf. Garnsey 1988.

14À l’époque hellénistique le commerce international connaît une grande floraison autour des centres cosmopolites, mais aussi des lieux riches en matières premières ou producteurs de produits spécifiques. Il a été signalé au début que les cités de la péninsule sont peu engagées dans le nouveau système de commerce international, leurs échanges avec le monde extérieur se développant davantage au niveau régional. Si les exemples de produits péloponnésiens exportés sont rares les cités importent obligatoirement des métaux bruts ou travaillés, du marbre, des produits de luxe : à titre d’exemple nous pouvons mentionner les millefiori de Pylos, artefacts de provenance occidentale55, ou des esclaves56 et dans certains cas (Pylos par exemple), il y a même de la céramique des régions aussi lointaines que l’Asie Mineure57. D’autres produits, en revanche, peuvent venir de régions voisines : les régions de l’intérieur pouvaient se procurer le sel et les produits de la mer des régions côtières et, à l’inverse, ces dernières pouvaient s’approvisionner en produits de la montagne comme le bois, la résine, le miel, la viande, etc.58 Certaines cités arcadiennes se procurent le marbre des carrières de Doliana ; au temple de Bassai on utilise un marbre provenant de Marmari dans le Magne59. Le recours aux importations de biens de première nécessité n’a pas un caractère régulier mais intervient dans des cas spécifiques ; mentionnons par exemple l’importation, dans des moments critiques, du blé de Cyrène par plusieurs cités60.

  • 61 Forsén 2003, 267.
  • 62 Koehler 1978 ; Vandirer & Koehler 1986 ; Kourkoumelis-Rodostamos 1988 ; Koehler 1992 ; Whitbread 1 (...)

15À vrai dire on ne sait pas comment les cités font face au coût de ces importations, mais on peut supposer qu’une partie doit être couverte par les exportations61. Cette question ne se pose naturellement pas pour Corinthe qui continue à garder une place privilégiée dans le domaine du commerce international depuis l’époque archaïque, bien que son rôle diminue à l’époque hellénistique. En tout état de cause la découverte des amphores corinthiennes de type A et B dans plusieurs endroits tant en Méditerranée occidentale qu’orientale, atteste selon C. Koehler, un “commodity trade to both directions”62.

  • 63 Syll.3, 952 ; SEG 11, 1950, 1206.
  • 64 Haussoulier 1917 ; FD III.1, 486 ; Cataldi 1977 ; cf. Rizakis 1995a, 379-380, no 701.
  • 65 SEG, 17, 1960, 18.
  • 66 IG, V. 2, 351-357 ; Taueber 1981, 179-182 ; cf. Rizakis 1995a, 378-79 no 701.
  • 67 SEG, 20, 1962, 716.
  • 68 Particulièrement pour l’Arcadie, voir Roy 1999a, 339.
  • 69 Pol. 5.37 ; cf. Roebuck 1979, 6.
  • 70 Μόσχου et al. 1998.
  • 71 Burford 1969.
  • 72 Pol. 23.9.12. Cf. Marasco 1988, 118-119.

16Des témoignages dispersés, directs ou indirects, attestent aussi l’exportation de certains produits d’autres cités péloponnésiennes. La loi de Kyparissia (fin du ive s. a.C.) sur les taxes concernant l’importation et l’exportation des produits63, les accords juridiques entre Pellène et Delphes64, entre Stymphale et Athènes65, Sicyone et Stymphale66, enfin l’acquittement des dettes de Cyrène envers plusieurs cités péloponnésiennes ésiennes67 confirme l’existence des rapports commerciaux des cités à une échelle inter-régionale68. Parmi les témoignages directs concernant les échanges de produits précis, on peut citer l’exportation des chevaux vers l’Égypte depuis le port de Koroné en Messénie69, du marbre (rosso antico) de Tainare70 vers la Crète et Délos (comme œuvres sculptées), enfin de la fameuse pourpre du porphyre d’Hermione, trouvée en grandes quantités à Suse après sa prise par Alexandre (Plut., Alex., 36 ; cf. Strabon 3.16.4), ainsi que de Laconie (Paus. 3.21.6). Le bois des riches forêts de la péninsule est exporté vers Delphes pour la construction du sanctuaire et aussi en Grèce centrale71, tandis que le commerce avec l’Italie s’intensifie avec l’intérêt des Romains pour la région72.

  • 73 Brun 2003, 99.
  • 74 IG, IV2 1, 123 = SEG, 11, 1950, 423, col. 21-29. Cf. aussi Baladié 1980, 219.
  • 75 Linders & Alroth 1992 ; Hägg 2002.
  • 76 de Ligt & de Neeve 1988 ; Chandezon 2000 ; Andreau 2002 ; Dunand 2003.
  • 77 Brun 2003, 99.

17Les produits agricoles, à savoir le vin et l’huile, voyageaient moins loin. Leur exportation en dehors du Péloponnèse n’intervient que dans des cas exceptionnels : l’Argolide, par exemple, exporte des produits agricoles vers l’Attique au ive siècle, lorsque les oliveraies attiques sont dévastées par Sparte, mais aussi vers des villes comme Mégalopolis et Thèbes qui connaissent alors une expansion73. Les produits de l’élevage ou de la mer voyagent plus facilement dans les régions voisines. Un passage de la Rhétorique d’Aristote (1365a), mais aussi une inscription74, attestent le transport et la vente des poissons des côtes d’Argolide vers les régions de l’intérieur arcadien. Les occasions pour l’échange des biens, au niveau régional, sont nombreuses : fêtes panhelléniques dans les grands sanctuaires péloponnésiens et fêtes locales dans les plus petits centres religieux75 offrent la possibilité de créer d’importants marchés et lieux d’échanges76. Enfin il est possible que les produits d’élevage soient échangés à l’occasion des déplacements de troupeaux dans des régions voisines. Mais le commerce régional ou inter-régional n’est pas toujours possible ; les guerres ou le déclin économique et démographique rendent difficiles tout échange. Les exemples sont nombreux mais extrêmement difficiles à quantifier. Un cas est suggestif : à partir du iiie siècle a.C., l’insécurité grandissante occasionne un déclin de la population de l’Argolide et un repli économique ; Halieis et Hermione sont abandonnées ainsi que de nombreuses fermes et villages77.

Projets édilitaires et travaux de construction

  • 78 Mallwitz 1972.
  • 79 Λαμπρινουδάκης 1999 ; Λεμπιδάκη 2005.
  • 80 Themelis 1994 et Θέμελης 1999.
  • 81 Roy 1999, 337.

18La période hellénistique est marquée par un très grand nombre de projets édilitaires dans l’ensemble presque des cités péloponnésiennes. Ces travaux concernent rarement la refondation ou la fondation de nouvelles cités (deux exceptions : Aigeira et Léontion en Achaie). Le plus souvent il s’agit de travaux de construction ou de restauration dans les sanctuaires ou dans les centres urbains. Ces activités édilitaires qui présentent, certes, des variations qualitatives mais surtout quantitatives, montrent qu’un très grand nombre de cités trouve les moyens, aux moments propices au cours de cette longue période, d’entreprendre des travaux de défense, d’aménagement ou d’embellissement. À Olympie, par exemple, on aménage de nouveaux espaces pour l’athlétisme, des bâtiments destinés à l’administration ou à l’hébergement des voyageurs78. À Épidaure on élève des constructions pour le besoin du culte ou l’accueil des pélerins79. Enfin à Messène, les fouilles de P. Thémélis80 ont mis à jour des ensembles monumentaux intégrés dans de gigantesques programmes de construction, tenus entre 214-190 a.C. Il faut signaler ici, que pour la construction de certaines œuvres de grande envergure, de caractère cultuel, administratif ou social, sont engagés des techniciens et des ouvriers originaires d’endroits parfois éloignés du lieu d’exécution des travaux concernés81.

  • 82 Pol. 5.9.10 ; IG, V2, 299 = SEG, 11, 1950, 1089 ; cf. Gauthier 1985, 50 et 52.
  • 83 Carpenter & Bon 1936.
  • 84 Migeotte 1984, 81-84, no 19. Cf. aussi Maier 1959-1961, no 33.
  • 85 Maier 1959-1961, 145 sq.
  • 86 Pol. 29.24.11 ; Liv. 41.20.6. Cf. Bringmann & Steuben 1955, 100-102.
  • 87 Θέμελης 1993a et b ; Themelis 1994a et 1996.

19Ces grands travaux de construction sont financés par les cités elles-mêmes mais aussi, parfois, grâce à des capitaux venus d’ailleurs. La construction, par exemple, de la galerie (stoa) Myriopolis à Mégalopolis (Paus. 8.27.11 et 30.7) est réalisée avec l’argent récolté par la vente du butin de la guerre victorieuse de la ville contre Sparte (263/262 a.C.). Toutefois, les plus grosses sommes viennent des rois hellénistiques. Bien que l’objet de leur générosité ne soit pas toujours précisé, c’est le cas d’Antigonos Dôsôn concernant Sparte et Mantinée après Sellasie82, et le plus souvent elle est associée à des travaux ou des monuments précis. Ainsi la restauration des murailles de Corinthe est due à l’intérêt de Démétrios Poliorcète83 et celle d’Argos (323-275 a.C.) n’est possible que grâce à un prêt de 100 talents concédé par la cité de Rhodes84 et à la générosité de Cassandre85. De même, les remparts de Mégalopolis et le théâtre de Tégée sont construits grâce à l’aide financière d’Antiochos IV86. La contribution des riches particuliers dans ce domaine est aussi très importante puisqu’ils offrent aux cités soit les moyens nécessaires pour les divers travaux de construction ou d’aménagement publics, soit leur propre rétribution pour le travail effectué. C’est le cas du célèbre sculpteur Messénien Damophon, qui fait cadeau de la somme de 3.546 tetradrachmes d’argent à Lycosoura, somme correspondant à sa rémunération pour la composition sculpturale de Despoina87.

L’économie monétaire : production et circulation

  • 88 Davies 19842, 279 sq. Cf. Migeotte 1984 ; de Callataÿ 1997.
  • 89 Bielmann 1994.

20Dans le passé, les spécialistes surestimaient l’importance de la monnaie dans le domaine des échanges commerciaux. En revanche, les modernes mettent l’accent sur les diverses autres fonctions de l’argent, qui concernent, par exemple, son usage pour le salaire des employés de l’administration ou encore des mercenaires, pour les donations royales ou de riches particuliers, pour l’acquittement des taxes ou des impôts, pour les dépenses concernant les constructions monumentales, pour l’organisation des fêtes et concours88, enfin pour payer des rançons aux pirates ou aux divers vainqueurs89. En principe, la pièce utilisée pour les grandes dépenses est le tétradrachme de poids attique, estimée comme la monnaie internationale de cette période. Cependant, la présence de ces dénominations dans un site, en l’occurrence dans les diverses cités péloponnésiennes, n’est pas la preuve de l’existence d’un commerce international.

  • 90 Touratsoglou 1998. Cf. Couvenhes, voir infra p. 279-315.

21Les divers trésors monétaires trouvés dans le Péloponnèse (cf. IGCH ; CH ad locum) donnent une image intéressante de la circulation monétaire à l’époque hellénistique. Dans les trésors, jusqu’à la fin du ive s., dominent les tétradrachmes au nom d’Alexandre ; ceux-ci proviennent en fait des salaires donnés aux mercenaires originaires de la Grèce du sud et licenciés, comme on le sait, après 330 a.C. Les grandes valeurs de l’argent macédonien sont localisées en Élide et en Messénie mais aussi en Arcadie et en Argolide et cela semble normal dans la mesure où le plus grand nombre des personnes engagées dans le service du grand conquérant sont originaires de ces zones. La présence d’une partie de ces tétradrachmes peut être aussi expliquée du fait qu’après la mort du conquérant les forces antimacédoniennes organisent au Ténare un marché de mercenaires en utilisant l’argent qu’Harpale a apporté avec lui d’Asie90.

  • 91 e.g. Corinthe : Bagnall 1976 ; Baker 2000 ; Foxhall 2004.
  • 92 Touratsoglou 1998 ; Le Rider 2003, 124.

22En revanche, les statères d’or d’Alexandre ou de ses successeurs sont davantage localisés là où se trouvent des garnisons macédoniennes91. Quant aux drachmes au nom d’Alexandre, celles-ci arrivent tard dans le Péloponnèse (c. 300 a.C.) et sont, en général, des émissions tardives des ateliers monétaires des cités d’Asie Mineure Occidentale et correspondent aux salaires des mercenaires, engagés par les Épigones92.

  • 93 Chrysanthaki 2005, avec la bibliographie précédente.

23En dehors des émissions signalées plus haut, on trouve dans les trésors péloponnésiens des didrachmes de Rhodes, mais aussi des bronzes de Ptolémée III. Les premiers témoignent de l’intérêt des Rhodiens pour la région, les seconds de celui des monarques lagides93. On y trouve aussi des trioboles d’Ainianes et aussi des bronzes de Philippe V, témoins de la présence des soldats macédoniens dans ces régions jusqu’à Cynocéphales (196 a.C.).

  • 94 Mørkholm 1991, ad locum.
  • 95 Grandjean 1997 et 1998.

24Ce bilan rapide indique que la circulation monétaire dans le Péloponnèse de la période hellénistique est caractérisée par son cosmopolitisme. Cela change à partir du iie siècle, la présence macédonienne devient alors nulle, les cités reviennent au monnayage local et à celui du koinon achéen et naturellement à l’argent. Les grandes valeurs locales, pendant le iiie s., comme les tétradrachmes d’Argos, de Mégalopolis, de Sicyone, de Corinthe, de Messène, d’Hermionè, de Pellène et surtout ceux d’Areus, de Cléomène III et de Nabis à Sparte, ont une très courte durée94. Ces émissions, représentées dans les trésors par quelques spécimens, doivent être mis en rapport soit avec les événements militaires qui ont eu lieu dans la région au cours de la seconde moitié du iiie s., soit avec le financement des grands travaux pour la défense (murs de Sparte) ou l’embellissement des centres urbains (Messène). Contrairement à ces émissions occasionnelles de grande valeur, l’émission des monnaies de plus petite valeur, surtout des trioboles (par Sicyone, Argos, et Corinthe) reste continue puisqu’elle servait, au niveau local, pour les échanges quotidiens95.

  • 96 Psoma & Tsagari 2003 ; Grandjean 1998 et 2006.
  • 97 Thompson 1968 ; Toυράτσoγoυ & Tσoύρτη 1991. Cf. Grandjean 2000.

25La période qui suit la guerre sociale, jusqu’à la fin du ier siècle a.C., est dominée par la présence des émissions des cités de la confédération achéenne (des bronzes et des trioboles en argent)96, ces derniers étant destinés, selon certains, pour la paye des mercenaires au service de la ligue97.

Conclusion

  • 98 Kloft 1992, 129.
  • 99 Wiseman 1971, 12-13.
  • 100 Junge 1961 et carte 74.
  • 101 MacDonald 1986 ; Cerf 1991 ; Rapsaet 1993 ; Werner 1994 = Werner 1993-1994.

26Les changements intervenus dans le bassin oriental de la Méditerrannée, à la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand, n’ont pas eu des répercussions favorables sur l’économie des cités péloponnésiennes, situées dans la marge politique et économique de l’oikouméné hellénistique. Dans le nouveau monde, les grands centres de décision politiques et économiques sont situés en Orient où se développent, en même temps, des colosses économiques (e.g. Alexandrie, Éphèse, Milet, Antioche), des mégapoles cosmopolites98, carrefours importants d’un commerce de longue distance. Des anciens centres de la péninsule péloponnésienne, seule Corinthe continue à revendiquer un modeste rôle, en tant que station intermédiaire sur la voie de la communication maritime entre l’Orient et l’Occident. L’Isthme continue, certes, à lui procurer des revenus tant sous forme de péages que sous forme de taxes sur les marchandises qui étaient véhiculées99, mais perd de son importance, à partir de la période hellénistique, puisque le développement de la technologie navale permet la construction de longs courriers de fort tonnage qui peuvent dorénavant l’éviter et suivre de nouvelles routes maritimes directes100, liant les grands centres du commerce international101. Les autres cités péloponnésiennes se trouvent encore plus mal préparées à exploiter les occasions qui s’offrent, après les conquêtes d’Alexandre, à cause de leur petite taille, de leur structure économique et enfin au manque de volonté ou de capacité de s’adapter dans un monde en changement permanent.

  • 102 e.g. Baladié 1980.
  • 103 Hägg 2002.
  • 104 Damaskos 1999, 19-70.

27Si le rôle du Péloponnèse dans la nouvelle répartition du commerce international est nul sinon très modeste, le commerce régional ou inter-régional, en revanche, montre des signes de continuité et même dans certains cas de croissance. Le grand nombre d’accords juridiques signés entres diverses cités, et les nombreux témoignages de mobilité d’hommes et de biens, montrent que les cités de la péninsule restent ouvertes aux marchés inter-régionaux. De toute façon, aussi bien les études générales102 que celles des cas particuliers (e.g. Arcadie, Messénie, Achaïe), montrent le rôle extrêmement modeste du commerce et, en général, celui des échanges dans l’économie. Celle-ci, basée sur l’agriculture et l’élevage et inspirée du modèle autarcique, ne permet pas aux petites cités d’avoir beaucoup de ressources à l’instar de quelques grands centres (l’exemple le plus brillant étant Messène) ou des sanctuaires internationaux (e.g. Olympie ou Épidaure). Mais si ces derniers peuvent se permettre d’entreprendre de nouveaux grands programmes édilitaires d’aménagement des espaces publics, sacrés et privés, les plus petites cités trouvent des ressources pour se doter de quelques nouvelles constructions. Celles-ci concernent, comme d’habitude, le domaine religieux où l’on constate le renouveau cultuel de certaines plus petites cités (e.g. celui de Lycosoura), qui deviennent des lieux privilégiés de fréquentation et de pélerinage103 et s’embellissent avec des compositions sculpturales, imposantes par leur volume et leur qualité, des grands maîtres contemporains étrangers ou péloponnésiens (Scopas, Eucléidès, Damophon). Toutefois le renouveau ne concerne pas seulement le sacré, mais aussi le domaine profane. Des théâtres en pierre, des gymnases, des stades, des palestres, décorent dorénavant un très grand nombre de cités. Dans plusieurs cas l’espace public est réaménagé et embelli par de nouvelles constructions publiques et décoré avec des statues de généreux monarques hellénistiques, des héros locaux du passé lointain ou du présent104, enfin de riches particuliers, protagonistes dorénavant de la vie civique.

  • 105 Lévêque 1992.

28Il a été observé, avec raison, que l’attirance pour les constructions liées au spectacle s’explique aisément dans un monde individualisé tourné vers le plaisir et le divertissement. La crise politique, économique et sociale, observée dans plusieurs cités, surtout à partir du iie s. a.C., va progressivement créer une grosse fracture sociale tout comme une contestation au niveau religieux. L’individualisme qui triomphe dans tous les actes, dans toutes les expressions de la vie publique ou privée trouve aussi un terrain propice dans le domaine des croyances avec le culte de plus en plus répandu de Tyché, dont la divinisation en tant que forme voilée du scepticisme ambiant, constitue un refut de la Providence divine et devient, avec le temps, une divinité dominante dans la mesure où elle est la personnification de l’absence de tout ordre, du “règne” du circonstanciel et de l’imprévu105.

  • 106 Rizakis 2001.

29Si la formule de V. Ehrenberg (1964, 288) à savoir que l’homme “d’animal politique” qu’il était pendant la période classique, devient à l’époque hellénistique “un animal économique”, sonne peut-être étrangement, elle met néanmoins en valeur l’esprit de la période dominé par l’ambition de la recherche du profit, tendance qui conduisit progressivement à un appauvrissement intellectuel et à une indifférence envers la politique. La fin de la période hellénistique trouve l’ensemble presque des cités péloponnésiennes, après une longue période de guerres, dans un état économique, social et démographique alarmant106.

  • 107 Rizakis 1996, 261-268 ; Rizakis 1998, 27-28 ; Slane 1989, 219-225.
  • 108 Rizakis 1992-1993.

30À la suite du rétablissement de la paix, Auguste va opérer un retour aux valeurs du passé tout en prenant en même temps des mesures administratives propices pour le développement régional. Son plus grand succès est, sans aucun doute, l’entraînement, dans son effort de restauration et de reconstruction, des classes des notables des cités jusqu’alors indifférentes. À partir de la fin du ier s. p. C. la réorganisation spatiale et politique de la péninsule va avantager les centres nouveaux, promus grâce à la volonté impériale : Patras et Corinthe107, colonies romaines, deviennent alors avec Argos, Messène et Sparte de nouvelles mégapoles et connaissent en tant que centres administratifs et économiques de la péninsule une très grande prospérité108.

Notes

1 Archibald et al. 2005.

2 Salmon 2001, 174.

3 De Ste. Croix 1981, 307 sq. et 523-529 ; Briscoe 1967 ; Gruen 1976.

4 Chandezon 2000.

5 Dell 1967 ; Brulé 1978 ; Scholten 2000 ; Davies 19842, 285-286 ; une lettre d’une cité crétoise, adressée au koinon étolien, qui date des années 180-175 a.C., illustre son grand rôle : Syll.3, 622B.

6 Austin 1986 ; Davies 2001, 36-39.

7 Davies 19842, 294.

8 Pol. 36.17.5-7 ; cf. Davies 19842, 268.

9 Volkmann 1961, 7 sq. ; Brulé & Oulhen 1997.

10 Errington 1969 ; Roy 1999 ; Forsén 2003, 271 ; La’Da 2002. Cf. Launey 19872 et Garlan 1988.

11 e.g. installation des habitants d’Élatée de Phocide à Stymphale : SEG, 11, 1950, 1107 ; Moretti 1967, 137-142, no 55.

12 Roy 1999a, 342-343.

13 Rizakis 1990.

14 Ste Croix 1981, Appendix IV ; Davies 19842, 259 ; Gauthier 1985.

15 Quass 1993, 382-394 et Pleket 1998, 208-210.

16 Forbes 1945 ; Delorme 1960 ; Gogos 2001 et 2005.

17 e.g. asylie, proédrie, épinomie ; pour le dernier, voir Chandezon infra, p. 101-119.

18 IG, V.1, 961-966 ; cf. Gauthier 1985, 24.

19 Ager 1996, passim ; Harter-Uibopuu 1998.

20 Rizakis 2003.

21 Pol. 2.37.10-11.

22 Bringman 1993 et 2000 ; Bringmann & Steuben 1995.

23 Gauthier 1985.

24 Boyd & Rudolph 1978 ; Hodkinson et al. 1981 ; Runnels & van Andel 1987 ; Wright et al. 1990 ; Petropoulos & Rizakis 1994 ; Jameson et al. 1994 ; Alcock 1996 ; Cavanagh et al. 1996 ; Wells & Runnels 1996 ; Shipley 2002b ; Cavanagh 2002 ; Forsén 2003 ; Pinakoulaki 2003.

25 Roebuck 1979 ; Pritchett 1991. Cf. Bastini 1987.

26 Urban 1979.

27 Rizakis 2001.

28 Migeotte 1984, 358-361 ; 1992, 47-69.

29 Meiggs 1982.

30 Μόσχον et al. 1998.

31 Engels 1990 ; Williams II 1993. Cf. Freitag 1997 et 1999-2002.

32 Amouretti 1979 et 1986 ; Amouretti & Brun 1993 ; Brun 2003 et 2003a.

33 Chandezon 2003.

34 Forbes 1976 ; Rougemont 1991 ; Gehrke 1996 et enfin Roy 1999.

35 Davies 19842, 275.

36 Siebert 1978 ; Bilde 1996.

37 Sinn 1978 ; Georgiadou 2005.

38 Πετρόπουλος 2005.

39 Ραυτοπούλου 2004 ; Ζαβού 2005.

40 Rogl 2001.

41 Κυριακού 1994.

42 Δανάλη 2000.

43 Καλτσάς 1983.

44 Nielsen-Houby et al. 2000, 236 ; Πετρόπουλος 2005.

45 Sideris 2000 et 2003.

46 Fuks 1970, 84-86.

47 Themelis 1994a et 1996.

48 Papapostolou 1993.

49 Papaëfthymiou 1992 et 1993.

50 IGCH et CH ad locum. Cf. aussi Forsén 2003, 268.

51 Bringmann 1993 et 2001 ; Bringmann & Steuben 1995 ; Noeske 2000.

52 Plut., Arat., 11.2.

53 Jameson et al. 1994, 84.

54 Pol. 18.16 ; Liv. 40.9.

55 Παπαθανασόπουλος 1966.

56 Cf. la loi sacrée de Lycosoura et de Dymé : Sokolowski 1962, 137-138 no 68 et id. 1955, 71-72 no 33.

57 Δανάλη 2004.

58 Baladié 1980, 175-177.

59 Roy 1999, 338.

60 Jameson et al. 1994, 87. Cf. Garnsey 1988.

61 Forsén 2003, 267.

62 Koehler 1978 ; Vandirer & Koehler 1986 ; Kourkoumelis-Rodostamos 1988 ; Koehler 1992 ; Whitbread 1995, 255 sq. ; Wolff 2004 ; Göransson 2004 ; voir, néanmoins, les réserves de Κουρκουμέλης 1990, 2000 et 2006.

63 Syll.3, 952 ; SEG 11, 1950, 1206.

64 Haussoulier 1917 ; FD III.1, 486 ; Cataldi 1977 ; cf. Rizakis 1995a, 379-380, no 701.

65 SEG, 17, 1960, 18.

66 IG, V. 2, 351-357 ; Taueber 1981, 179-182 ; cf. Rizakis 1995a, 378-79 no 701.

67 SEG, 20, 1962, 716.

68 Particulièrement pour l’Arcadie, voir Roy 1999a, 339.

69 Pol. 5.37 ; cf. Roebuck 1979, 6.

70 Μόσχου et al. 1998.

71 Burford 1969.

72 Pol. 23.9.12. Cf. Marasco 1988, 118-119.

73 Brun 2003, 99.

74 IG, IV2 1, 123 = SEG, 11, 1950, 423, col. 21-29. Cf. aussi Baladié 1980, 219.

75 Linders & Alroth 1992 ; Hägg 2002.

76 de Ligt & de Neeve 1988 ; Chandezon 2000 ; Andreau 2002 ; Dunand 2003.

77 Brun 2003, 99.

78 Mallwitz 1972.

79 Λαμπρινουδάκης 1999 ; Λεμπιδάκη 2005.

80 Themelis 1994 et Θέμελης 1999.

81 Roy 1999, 337.

82 Pol. 5.9.10 ; IG, V2, 299 = SEG, 11, 1950, 1089 ; cf. Gauthier 1985, 50 et 52.

83 Carpenter & Bon 1936.

84 Migeotte 1984, 81-84, no 19. Cf. aussi Maier 1959-1961, no 33.

85 Maier 1959-1961, 145 sq.

86 Pol. 29.24.11 ; Liv. 41.20.6. Cf. Bringmann & Steuben 1955, 100-102.

87 Θέμελης 1993a et b ; Themelis 1994a et 1996.

88 Davies 19842, 279 sq. Cf. Migeotte 1984 ; de Callataÿ 1997.

89 Bielmann 1994.

90 Touratsoglou 1998. Cf. Couvenhes, voir infra p. 279-315.

91 e.g. Corinthe : Bagnall 1976 ; Baker 2000 ; Foxhall 2004.

92 Touratsoglou 1998 ; Le Rider 2003, 124.

93 Chrysanthaki 2005, avec la bibliographie précédente.

94 Mørkholm 1991, ad locum.

95 Grandjean 1997 et 1998.

96 Psoma & Tsagari 2003 ; Grandjean 1998 et 2006.

97 Thompson 1968 ; Toυράτσoγoυ & Tσoύρτη 1991. Cf. Grandjean 2000.

98 Kloft 1992, 129.

99 Wiseman 1971, 12-13.

100 Junge 1961 et carte 74.

101 MacDonald 1986 ; Cerf 1991 ; Rapsaet 1993 ; Werner 1994 = Werner 1993-1994.

102 e.g. Baladié 1980.

103 Hägg 2002.

104 Damaskos 1999, 19-70.

105 Lévêque 1992.

106 Rizakis 2001.

107 Rizakis 1996, 261-268 ; Rizakis 1998, 27-28 ; Slane 1989, 219-225.

108 Rizakis 1992-1993.

Author(s)

Université de Nancy - KERA (Athènes)

Conservateur en chef honoraire du Musée Numismatique d’Athènes

© Ausonius Éditions, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540