Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

Introduction

Catherine Grandjean

Texte intégral

  • 1 Str. 8.4.11 (dépeuplement de Messénie et Laconie) ; 8.7.5 (cités d’Achaïe) ; 9.2.2 (dépeuplement d (...)
  • 2 Cf Baladié 1980 ; Gallo 1980 ; Alcock 1993, 24-32.

1Les auteurs grecs et latins sont unanimes à déplorer le “déclin” de la Grèce à l’époque hellénistique et pendant l’Empire romain : ils associent sa faiblesse militaire et politique à l’oliganthropie, à la disparition de nombreuses cités, au recul des cultures et au développement de l’élevage1. Polybe déjà et Plutarque surtout insistent sur la pauvreté de la Grèce hellénistique par comparaison avec les monarchies orientales contemporaines, Plutarque mêlant le mirage spartiate au mirage oriental. Plutarque fait en effet dire à Agis : “Je ne pourrai jamais (…) égaler la richesse des autres rois, car les serviteurs et les esclaves des intendants de Ptolémée et de Séleucos possèdent plus que n’ont jamais eu tous les rois de Sparte réunis” (Plut., Agis, 7.2 ; trad. A.-M. Ozanam). Quant à Strabon, il brosse dans sa Géographie un tableau très noir de la Grèce de son temps, qui paraît largement dépeuplée et en friche. Il décrit manifestement la Grèce juste après les ravages des guerres civiles du ier s. a.C. (pression fiscale, pillage, razzias) qui l’ont beaucoup affectée, mais pas durablement partout : il déplore en effet la ruine de cités qui n’ont pas disparu définitivement, puisqu’elles ont frappé des monnaies aux iie-iiie s. p. C. Sa vision de la Grèce paraît en outre s’inscrire dans un schéma préfabriqué appliqué aussi à l’Italie du sud : oliganthropie, faiblesse militaire et, aussi, développement de l’élevage au détriment de l’agriculture, avec la régression vers la barbarie que cela était supposé apporter inévitablement aux yeux des Anciens2.

  • 3 Rostovtzeff [1941] 1989 ; Larsen 1959.
  • 4 La Grèce (tout comme la Jordanie) a très tôt fait l’objet de prospections, cf. Alcock 1994, 171-19 (...)

2La tradition littéraire antique ne doit donc certainement pas être prise au pied de la lettre, on le sait depuis longtemps : il s’agissait pour les auteurs de l’époque impériale d’imposer l’idée que le “déclin” de la Grèce avait amené la domination romaine que contrebalançait l’influence culturelle grecque sur les Romains : “Graecia capta ferum victorem cepit et artis intulit agresti Latio” (Horace, Epistulae, 2.1.156). D’où la nécessité, bien perçue notamment par M. I. Rostovtzeff et J. A. O. Larsen dans les années 1940/1950, de confronter cette documentation littéraire au témoignage des autres sources sur les villes petites et moyennes et sur les campagnes3. Pendant longtemps, cela a été quasi impossible, les archéologues s’intéressant presque exclusivement aux grands sites urbains et aux sanctuaires, mais, depuis les années 70/80, les nombreuses prospections archéologiques réalisées en Grèce ont heureusement placé les paysages ruraux au cœur de la réflexion historique4.

  • 5 Alcock 1993.

3Dans un livre important paru en 1993, S. Alcock a présenté, à partir de prospections menées jusqu’alors par des équipes anglo-saxonnes et grecques, des hypothèses sur les transformations intervenues en Grèce à l’époque hellénistique5. Les prospections paraissent confirmer le bilan des sources littéraires. À partir du milieu du iiie s. ou du début du iie s. a.C., le nombre de sites ruraux a diminué et, si de nouveaux sites sont apparus, leur occupation a le plus souvent été de courte durée. La situation a perduré jusqu’au ive s. p.C. où le peuplement retrouva dans certains sites un niveau comparable à celui de la période classique.

4S. Alcock estime que les abandons de sites sont liés, plutôt qu’à une dépopulation massive, à une réorganisation de l’occupation humaine par les Romains. Le développement de grandes exploitations aurait poussé une partie de la population vers les villes qui offraient d’autres sources de revenus. Les terres proches des routes et fertiles continuèrent à être cultivées. D’autres furent alors vouées à l’élevage ou carrément abandonnées, d’où l’impression de désertification des campagnes. Certaines villes se développèrent, tandis que d’autres s’étiolaient ou disparaissaient. Une nouvelle hiérarchie apparut entre les cités, devenues de simples districts administratifs, et, bientôt, entre cités et colonies.

  • 6 Cf à ce sujet les modèles d’explication très stimulants appliqués à l’histoire des paysages grecs (...)

5Les données des prospections en Grèce ainsi interprétées ont le grand mérite d’éclairer les sources littéraires antiques, puisque l’abandon de certaines villes et zones rurales qui a tant frappé les contemporains est mis en rapport avec une véritable recomposition de l’occupation humaine. Elles contribuent aussi à expliquer le glissement progressif vers l’ouest du centre de gravité de la Grèce continentale à l’époque hellénistique, puis à l’époque d’Auguste. L’Épire a joué un rôle important au iiie s. alors que la Macédoine antigonide était épuisée démographiquement. Puis les koina achaien et étolien, créés respectivement par des peuples et cités du Péloponnèse occidental et de Grèce de l’ouest (l’Achaïe et l’Étolie), qui avaient joué un rôle mineur à l’époque classique, ont dominé, le premier le Péloponnèse et le second la Grèce centrale : or, les prospections indiquent que l’Étolie et l’Achaïe n’ont pas connu de recul de l’occupation humaine à l’époque hellénistique (et la Messénie, dont l’évolution a été originale, non plus). Le glissement des centres de puissance vers l’Ouest s’est affirmé à la fin de la République et sous Auguste, avec les fondations romaines en Grèce (Nikopolis et les colonies de Buthrote, Dymè et Patras), et la refondation de Corinthe, tournée depuis longtemps vers l’Adriatique6.

  • 7 Cf. en dernier lieu les communications rassemblées par Fröhlich & Müller 2005.
  • 8 Cf. le colloque de Lille “De la drachme au denier”, publié dans Topoi 7/1, 1997, 7-163.
  • 9 Rousset 2004.

6Malgré tout, les hypothèses de S. Alcock ne sont pas pleinement satisfaisantes et ont suscité de nombreuses réserves : les données des prospections doivent être exploitées avec davantage de prudence en raison des difficultés que présente l’interprétation des dépôts et des incertitudes de la chronologie (de la céramique commune notamment). De plus, voir “la Grèce romaine” comme un tout, de 200 a. C. au ive s. p.C., avec des cités comme vidées de leur substance, n’est guère pertinent. L’emprise romaine sur la Grèce n’était pas une réalité en 200, l’étude des institutions civiques suffit à le montrer : il a fallu attendre le ier s. a.C. pour que s’y constitue peu à peu un ordo de notables et les cités grecques ne sont jamais devenues des “carcasses aux os blanchis”7. De plus, c’est au iie s. a.C. que de nombreuses cités grecques, comme beaucoup de cités d’Asie mineure, se sont remises à battre monnaie d’argent et elles l’ont fait abondamment jusqu’à Actium. Il a fallu attendre aussi le ier s. a.C. pour que des Italiens s’installent en Grèce et on n’y trouve guère de deniers antérieurs à cette époque. Par la suite, les passerelles se sont multipliées entre systèmes monétaires grecs et romains à la fin de la République et sous le Haut-Empire, y compris dans les colonies : sur un plan monétaire, le passage à l’Empire a été marqué dans le Péloponnèse par le respect des autonomies et par une très grande économie d’intervention des Romains8. Le ier s. a.C. a, bien davantage que le iie s. a.C., constitué une rupture dans l’histoire des cités avec les ravages de la première guerre de Mithridate et des Guerres civiles, puis la réorganisation de la région par César et surtout par Auguste qui a doté ses colonies de territoires étendus, modifiant le découpage de la Grèce centrale et du Péloponnèse occidental. À partir de ce moment, l’emprise administrative, politique et économique des Romains a été incontestable et l’activité militaire des cités a décru. La conquête romaine ne semble pas avoir introduit toutefois de rupture significative dans la religion civique. L’idée de S. Alcock que la géographie des cultes porte la marque de l’impérialisme romain et des relations nouvelles entre villes et campagnes reste à démontrer9 et la lecture d’un auteur du iie s. p.C. comme Pausanias permet à l’inverse de mettre en évidence la persistance de nombreux cultes ancestraux, extra-urbains et aussi urbains. On peut penser enfin avec Ph. Gauthier que la limitation des compétences civiques à la gestion des affaires locales, voire même la disparition pure et simple de certaines cités, loin d’être une nouveauté liée à la conquête romaine, était déjà une réalité pour bien des petites cités grecques depuis l’époque archaïque, sous la tutelle des Perses, de Sparte ou d’Athènes, voir d’Argos ou d’Élis.

7Quoi qu’il en soit, la période a bien été marquée par l’évolution des campagnes, attestée par les textes et par les prospections, avec, dans la majorité des régions, le passage à des pratiques agricoles extensives à partir du iie s. a.C. environ. La diminution du nombre de sites ruraux ne s’est pas accompagnée partout de l’augmentation de leur taille et on ne constate pas de rupture du lien entre asty et chôra, les litiges frontaliers entre cités l’attestent assez, jusque sous le Haut-Empire : les cités restaient soucieuses de percevoir les revenus de leurs terres.

8Le rapport entre l’évolution des campagnes et un éventuel recul démographique est malaisé à établir. Les auteurs anciens et modernes se réfèrent toujours à un célèbre texte de Polybe sur l’oliganthropie de la Grèce au milieu du iie s., mais ce texte est d’interprétation trop délicate pour fonder une hypothèse. “De nos jours, dans la Grèce entière règnent le manque d’enfants et l’oliganthropie (apaidia kai sullèbdèn oliganthropia) en sorte que les villes sont vidées et que les terres restent en friche, bien qu’il n’y ait pas eu de longues guerres ni d’épidémies. (…) Les gens de ce pays ont cédé à la vanité et à l’amour des biens matériels ; ils ont pris goût à la vie facile et ils ne veulent plus se marier ou, quand ils le font, ils refusent de garder les enfants qui leur naissent ou n’en élèvent tout au plus qu’un ou deux, afin de pouvoir les gâter durant leur jeune âge et de leur laisser ensuite une fortune importante” (Pol. 36.17.5-9, traduction D. Roussel modifiée).

  • 10 Pomeroy 1993.

9Le contexte invite à traduire apaidia par “manque d’enfants” et non comme souvent par “baisse de la natalité”, car Polybe fait allusion ensuite à l’exposition d’enfants. Ce texte a souvent été mis en relation avec un dossier épigraphique milésien (I. Delphinion, 33-38) des années 234-220 relatif à l’octroi de la citoyenneté milésienne à des Crétois. La composition des familles crétoises est indiquée : elles sont peu nombreuses et comprennent peu de filles. La valeur exemplaire de ces textes est toutefois sujette à caution : il s’agit de familles de mercenaires, milieu où les filles étaient peu valorisées, avec des adultes jeunes et susceptibles de procréer encore. Finalement, ce texte de Polybe pourrait bien ne concerner que des milieux favorisés, les élites du koinon achaien (“vie facile”, “fortune importante”), à un moment donné, le milieu du iie s. a.C., où la politique du koinon, marquée par son hostilité à Rome allait contre les idéaux de Polybe10.

  • 11 Cette immigration est bien attestée dans les cités importantes ; cf les quatre frères Syriens étab (...)
  • 12 Launey 1951, 104-229 ; Briant 1982, 83-98.

10La question démographique n’est pas aisée à étudier. On aimerait faire mieux la part de l’immigration d’Orientaux attestée dans quelques cités, comme Corinthe11, et surtout mesurer l’ampleur de l’émigration des Grecs vers l’Orient : elle est bien attestée jusqu’au moins le début du iie s. pour les soldats (particulièrement en Égypte) venant de certaines régions du Péloponnèse (Arcadie, Achaïe), de Béotie et, dans une moindre mesure, d’Eubée ; en revanche, les Étoliens servaient à l’étranger, mais, comme les Crétois, s’y établissaient rarement. Quoi qu’il en soit, on peut douter que la main d’œuvre soit devenue rare en Grèce, à en juger par la constance et la virulence des revendications de partage des terres pendant la période, au moins dans le Péloponnèse, en Béotie et en Étolie (Pol. 13.1-2)12.

  • 13 Will 1975, 514-515.
  • 14 Cf. Shipley infra, p. 66.
  • 15 Mendels 1982.

11Il se pourrait bien que l’oliganthropie ait consisté surtout, comme le pensait Ed. Will, “dans une extension à la majorité des cités de ce phénomène d’amenuisement des corps civiques qu’analysait déjà Aristote dans le cas de Sparte, c’est-à-dire dans une généralisation de la concentration des biens et des droits au sein d’oligarchies ploutocratiques”13. Les nombreux conflits de la période au sein des cités pourraient alors avoir eu pour objet, comme l’a écrit Graham Shipley dans son beau livre récent sur le Monde Hellénistique, des riches et d’anciens riches : “calls for reform were perhaps, not calls for revolution or a new social order, but for a new allocation of places within the existing order”14. On est donc renvoyé finalement, en amont de la question de la “romanisation”, à la politique du koinon achaien, mais aussi à la question des tyrannies philomacédoniennes, chère à Tarn, et à la politique des Antigonides en Grèce, voire même à la question des équilibres sociaux dans les cités depuis l’affaiblissement de Sparte au ive s. En effet, les conflits sociaux de l’époque hellénistique ne diffèrent guère des staseis bien attestées dans le Péloponnèse depuis les années 390 ; on y retrouve les mêmes revendications d’abolition des dettes et de partage des terres, les confiscations de richesses et les libérations d’esclaves. Le problème est évidemment que cette histoire sociale est connue pour l’essentiel à travers “les lunettes de Polybe”, dont on connaît les sympathies. Ainsi, sa critique de la politique de remise des dettes des pauvres et de contributions forcées des riches menée par les dirigeants du koinon achaien en 146 (38.11 et 15) est à lire en contrepoint du début de l’œuvre (2.37-38 et 2.62.4) : il y décrit un koinon achaien prospère et uni – avant Pydna – sous l’autorité de personnages dont il approuvait la politique plus conservatrice (Aratos, Philopoimen, Lycortas)15. L’historien n’est toutefois pas totalement démuni pour étudier les élites civiques, dont le rôle apparaît central ici (comme ailleurs) pour comprendre l’histoire de la période, grâce à la prosopographie notamment : leur rôle politique, leurs activités économiques, leurs relations et leurs liens avec des familles italiennes, voire avec la famille impériale (cf. Euryclès de Sparte, compagnon d’armes d’Octave à Actium et dynaste de Sparte).

  • 16 L’effacement relatif pendant cette période de Sparte et d’Athènes, objets de l’attention privilégi (...)

12S. Alcock a évidemment raison lorsqu’elle écrit que la Grèce était une région “not rich, not significant” de l’Empire romain. Cela implique-t-il nécessairement de toujours se référer à son sujet à une problématique du “déclin” ? Cette problématique a longtemps fossilisé les études sur la Grèce post-classique, comme si la Grèce, à défaut d’être morte à Chéronée, avait vivoté après Crannon ou la guerre de Chrémonidès, tout ce qu’il y a de neuf – et d’intéressant – se passant ensuite à l’est de la mer Égée16.

  • 17 Étienne et al. 2001, 105-106.

13Or, un des mérites des prospections en Grèce est justement d’inscrire la période hellénistique dans la longue durée, en invitant à relativiser cette idée de “déclin”, puisque, dans bien des régions, la période 500-250 a vu l’akmè de l’occupation humaine : en cela, c’est elle qui est singulière dès lors que l’on considère l’histoire de la Grèce sur la longue durée17. En outre, les prospections mettent en relief les caractères propres à la période hellénistique, comme par exemple le glissement vers l’ouest des centres de puissance, les transformations des paysages ruraux et urbains ou encore la question tout à fait passionnante de l’unité du Péloponnèse réalisée pour la première fois par le koinon achaien, avant d’être affermie par les Romains dans la Province d’Achaïe. Un autre de leurs mérites est d’inscrire la période hellénistique et romaine dans la longue durée, invitant par là même, me semble-t-il, à concevoir autrement l’histoire de la Grèce.

14C’est avec l’ambition de décrire et de comprendre ces transformations que se sont réunis des archéologues et des historiens pour échanger leurs vues et leurs connaissances sur des points très divers.

15Ce colloque, qui a eu lieu à l’université François-Rabelais de Tours les 6 et 7 octobre 2005, a été financé par le Ministère de la Recherche, le Conseil régional du Centre, l’Institut universitaire de France et l’université François-Rabelais, avec le concours des universités américaines d’Austin et de Harvard, des universités britanniques de Leicester et de Nottingham et des universités de Lille et de Pau : à toutes ces institutions, j’adresse mes remerciements, ainsi qu’à Camille Prieux, secrétaire de l’antenne tourangelle de l’UMR 5189 HISOMA, qui a géré l’organisation du colloque, et à Maurice Sartre, qui a collaboré à son organisation. Je remercie aussi P. Brun, R. Descat, M. Jost, J. H. Kroll, H. Nicolet-Prève et O. Picard qui ont honoré le colloque de leur présence.

16Enfin, j’ai une dette particulière à l’égard de Jérôme France, qui a bien voulu accueillir ce colloque dans la collection Études d’Ausonius et envers P. Brun qui a permis la concrétisation de ce projet : qu’ils lisent ici l’expression de ma gratitude, et Nathalie Tran et Stéphanie Vincent, qui ont réalisé ce volume, aussi.

Notes

1 Str. 8.4.11 (dépeuplement de Messénie et Laconie) ; 8.7.5 (cités d’Achaïe) ; 9.2.2 (dépeuplement de Thèbes), Dion, Disc., 1.51-55 ; 33.25 ; Plut., Sur la disparition des oracles 413F ; Paus. 8.33 (dépeuplement de Mégalopolis) ; 7.17.1-4, etc.

2 Cf Baladié 1980 ; Gallo 1980 ; Alcock 1993, 24-32.

3 Rostovtzeff [1941] 1989 ; Larsen 1959.

4 La Grèce (tout comme la Jordanie) a très tôt fait l’objet de prospections, cf. Alcock 1994, 171-190 ; Shipley 2000b, 28-31 ; Étienne et al. 2001, 239 et 319-330.

5 Alcock 1993.

6 Cf à ce sujet les modèles d’explication très stimulants appliqués à l’histoire des paysages grecs par Bintliff 1997, 1-39.

7 Cf. en dernier lieu les communications rassemblées par Fröhlich & Müller 2005.

8 Cf. le colloque de Lille “De la drachme au denier”, publié dans Topoi 7/1, 1997, 7-163.

9 Rousset 2004.

10 Pomeroy 1993.

11 Cette immigration est bien attestée dans les cités importantes ; cf les quatre frères Syriens établis à Corinthe au iiie s. (Plut., Aratos, 18.3), les Égyptiens et Syriens de Démétrias de Thessalie (Bull. 1970, 207) ; et aussi l’attestation d’un sanctuaire de la déesse syrienne dans la petite cité de Thouria en Messénie au ier s. a.C., SEG, 11, 974.

12 Launey 1951, 104-229 ; Briant 1982, 83-98.

13 Will 1975, 514-515.

14 Cf. Shipley infra, p. 66.

15 Mendels 1982.

16 L’effacement relatif pendant cette période de Sparte et d’Athènes, objets de l’attention privilégiée des historiens prussiens, puis allemands, pour la première, et français, pour la seconde, n’est sans doute pas pour rien dans cette idée, sans parler de la conception hégélienne de l’histoire.

17 Étienne et al. 2001, 105-106.

Auteur

Université de Tours

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540