Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Deuxième partie. Blocs d’architecture errants ou remployés dans des constructions tardives

Chapitre II. Blocs d’architecture d’Époque impériale

Texte intégral

Piédestaux (pl. 34 et 35)

1Les Xanthiens ont fait un large usage des piédestaux dans leurs colonnades. Près d'une cinquantaine de ces éléments d'architecture ont été répertoriés, tous en calcaire et en général du même type. Il s'agit dans presque tous les cas de supports de plan quadrangulaire, comportant une mouluration de base, un dé et une mouluration de couronnement. Ces moulurations peuvent légèrement différer, y compris à l'intérieur d'une même série attribuable à un édifice précis. Les dimensions varient également.

2Au-dessus des piédestaux prenait en général place une base de colonne indépendante, de type ionique-attique dans tous les cas conservés, sauf dans le cas des piédestaux du théâtre pour lesquels le piédestal proprement dit et la base étaient taillés dans le même bloc.

3Nous avons pu distinguer quatre séries de piédestaux. Beaucoup d'entre eux sont encore en place, encore que l'on puisse parfois se demander s'ils ont été conçus pour les édifices dans lesquels on les trouve, ou s'ils ont été remployés. D'autres ont été recyclés dans des constructions tardives, ou dans la muraille.

Série 1 : piédestaux de l'agora ouest (pl. 34, fig. 102)

Série 2 : piédestaux du théâtre (p. 34, fig. 103)

Série 3 : piédestaux se trouvant dans la basilique de l'agora inférieure (pl. 35, fig. 104)

AI010

L = 0,85 m

P = 0,85 m

H = 0,77 m

4Les moulurations de base et de couronnement de ce piédestal sont beaucoup plus complexes que celles des piédestaux des autres séries. La mouluration de base est composée d'un bandeau surmonté d'une scotie et d'un quart-de-rond. Au-dessus de celui-ci prennent place un filet droit, une doucine renversée, une baguette, un filet et un chanfrein. Le dé est lisse, sans ciselure périmétrale. La moulure de couronnement consiste en un chanfrein surmonté d'un filet, puis d'un quart-de-rond, d'un cavet et d'un bandeau.

5Comme sur les piédestaux de la basilique de l'acropole supérieure, on a creusé des encoches pour encastrement de plaques de chancel sur les côtés des piédestaux.

6Cette série regroupe une douzaine de piédestaux qui sont tous encore en place dans la basilique de l'agora inférieure, édifice qui n'a, à ce jour, fait l'objet d'aucune fouille.

7Les dimensions plus importantes, ainsi que les moulurations, les distinguent bien des piédestaux des autres séries. Comme pour la série de la basilique de l'acropole, on peut se demander s'ils ont été conçus pour l'édifice dans lequel ils se trouvent aujourd'hui, ou s'il s'agit de piédestaux provenant d'une colonnade plus ancienne, qui auraient été remployés lors de la construction de la basilique de l'agora inférieure. Il est là encore difficile de répondre car au moins deux hypothèses sont envisageables.

8On remarquera d’abord que la plupart des piédestaux de cette série ne sont pas terminés : certains n'ont reçu de moulurations que sur deux côtés ; sur d'autres, la mouluration de base se réduit à un bandeau surmonté d'un chanfrein, comme si les différentes moulures n'avaient pas été sculptées. Ensuite, il est intéressant de constater que ces supports inachevés ont été placés sur un stylobate sud qui n'a pas été complètement ravalé dans sa partie est, ce qui indiquerait plutôt que stylobate et piédestaux sont contemporains et à leur emplacement d’origine.

9On constate, en outre, que les blocs composant la balustrade de la basilique civile (pl. 36, fig. 106) voisine possèdent une mouluration de couronnement qui offre un bon parallèle avec celle des piédestaux de la basilique de l'agora inférieure. Leur mouluration de base est, quant à elle, semblable à celle des piédestaux qui semblent inachevés. On a vu que la basilique civile constituait un ensemble homogène avec le quadriportique qui la jouxte à l’est. Le stylobate ouest du portique a conservé quelques faibles traces, non mesurables, des piédestaux qui devaient supporter la colonnade. On ne voit sur la place aucun piédestal et d’ailleurs pratiquement aucun élément d’architecture, comme si l’ensemble avait été systématiquement dégagé, et l'on peut se demander si les piédestaux de la basilique ne pourraient pas provenir des portiques : leur décor est compatible avec celui des balustres de la basilique civile et il était par ailleurs très simple de les transporter jusqu’à la basilique de l’agora inférieure, située à quelques dizaines de mètres en contrebas.

Série 4 : piédestaux se trouvant dans la basilique de l'acropole supérieure (pl. 35, fig. 105)

BN001

L = 0,69 m

P = 0,69 m

H = 0,58 m

10La mouluration de base se compose d'une doucine renversée au-dessus d'un bandeau. Le dé est lisse, régulièrement travaillé à la gradine, sans ciselure périmétrale. La mouluration de couronnement consiste, au-dessus d'un filet, en une doucine droite surmontée d'un bandeau.

11Le lit d'attente a été muni d'une surface de décharge et ne comporte pas de mortaise.

12Sur les côtés du piédestal ont été ménagées des encoches sans doute destinées à l'encastrement de plaques de chancel qui prenaient place entre les colonnes de la nef.

  • 1 Le piédestal retenu pour représenter le groupe 1 de l’agora a pour dimensions (L x P x H) 0,70 m x (...)

13Plusieurs de ces piédestaux sont encore en place sur le stylobate nord de la nef de la basilique. Rien ne les distingue à première vue des piédestaux de l'agora romaine, car leurs dimensions et leurs proportions sont compatibles1. Les petites différences (absence de ciselure, de baguette à la mouluration de couronnement) ne sont pas significatives car on les trouve aussi dans la série des piédestaux de l'agora. La particularité de la série de la basilique vient de l'existence des encoches pour plaques de chancel. Il est difficile de décider si celles-ci étaient prévues lorsqu'on a taillé les blocs, ou si, à l'époque de la construction de la basilique, on a remployé et retaillé des piédestaux de l'agora romaine.

  • 2 Coulton 1986, 61-91.

14Des piédestaux dont les moulures de base et de couronnement sont constituées par de simples doucines ont été employés à la Porte d’Hadrien à Antalya, au temple N2 de Sidé, mais aussi sur l’agora d’Oenoanda2.

Bases (pl. 37)

15Les bases répertoriées à Xanthos, toutes en calcaire, sont majoritairement dérivées du type ionique-attique et se composent d'une plinthe carrée surmontée de deux tores de hauteur décroissante séparés par une scotie encadrée par deux filets. Dans quelques cas, la scotie est remplacée par un cavet. Les lits d'attente comportent parfois une mortaise de goujon avec canal de coulée.

16En ce qui concerne les bases, les séries 1, 2 et 3 sont attribuables à des édifices précis. La série 4 témoigne de l'existence d'un monument dont on ne sait rien. On peut rattacher deux séries de bas de colonne (5 et 6) à un édifice.

Série 1 : bases de l'agora romaine (pl. 37, fig. 107)

Série 2 : bases de l’agora inférieure (pl. 37, fig. 108)

Série 3 : bases de la basilique civile (pl. 37, fig. 109)

Série 4 : bases de l’acropole supérieure

17Cette série comprend deux groupes de bases : le premier groupe est constitué par des bases qui ont sans doute été remployées dans la basilique de l'acropole supérieure (BN009, BN013) ; le deuxième groupe est constitué par au moins cinq bases (RO118) qui ont dû être remployées dans le rempart ouest, sur l'acropole haute, et qui se trouvent maintenant à flanc de pente à la suite de l'écroulement d'un tronçon du rempart.

BN009

H de la plinthe = 0,11 m

H totale = 0,34 m

d au lit d’attente = 0,67 m

Côté de la plinthe = 0,85 m

18Le tore supérieur est moins disproportionné par rapport au tore inférieur qu'il ne l'est dans la série 1. Entre les tores, on trouve une véritable scotie encadrée par deux filets. Le travail est cependant moins soigné (pas de surface de décharge) et il n'y a pas de trace de scellement vertical.

RO118

H plinthe = 0,12 m

H totale = 0,39 m

d au lit d’attente = 0,65 / 0,68 m

Au moins quatre autres bases identiques éparpillées dans la pente.

19Les dimensions sont très légèrement différentes par rapport à BN009. La proximité du lieu de découverte, la similitude du matériau et le fait qu'aucune des bases ne montre une mortaise de goujon au lit de pose, permettent cependant de considérer que les bases font partie de la même série.

  • 3 “Dans le profil grec, le listel supérieur de la scotie avance jusqu’à l’aplomb du tore supérieur, c (...)
  • 4 Nombreux exemples dans Shoe Meritt 1969, 186-204.
  • 5 Gros 1990.

20Les bases attiques-ioniques de Xanthos ont conservé leur forme grecque3 à l’époque romaine, comme c’est le cas dans tous les sites d’Asie Mineure4. Les proportions des bases sont en revanche très éloignées de celles indiquées comme canoniques par Vitruve5.

Bas de colonne (pl. 38)

21En dehors de ces bases ioniques-attiques, on trouve des bas de colonne qui comportent la base elle-même et le départ du fût. Deux exemples font partie d'une série qui regroupe des bases “normales”. D'autres exemples constituent des séries spécifiques.

Série 1 : bas de colonnes à acanthes tournoyantes du théâtre (pl. 38, fig. 110)

Série 2 : bas de colonne de la basilique civile (pl. 38, fig. 111)

Fûts en calcaire

Fûts à facettes

Fûts cannelés

22Les fragments de fûts de colonne cannelés sont extrêmement rares à Xanthos. Les fragments cités ci-dessous sont tous hors contexte et indatables.

23Un petit fragment (RN015) qui devait être remployé dans le rempart nord gît au pied de celui-ci sur l'acropole haute. Trois petits fragments d'une colonne ionique (DEC014) ont été mis au jour en 2001 lors du dégagement du décumanus. Un assez beau fragment de colonne ionique provient enfin du dégagement du dipylon (DPY060) : il s'agit du haut de la colonne qui porte un tore décoré d'une torsade et qui montre un travail plus soigné que les autres fragments signalés.

Fûts lisses

24Les colonnes répertoriées ci-dessous ne diffèrent que par leurs dimensions.

Série 1 : fûts de colonne de l’agora romaine

Série 2 : fûts de colonne de la basilique civile

Série 3 : fûts de colonne des portiques de l’agora inférieure

Fûts en granit

  • 6 Conséquence logique de la dureté du matériau, Dodge 1990, 109.

25Le granit a été assez souvent utilisé à Xanthos, toujours pour des colonnes de module moyen (diamètre autour de 0,50-0,55 m). Il s’agit toujours de fûts monolithes6.

Série 1 : fûts de colonne de l’agora romaine

Série 2 : fûts de colonne du théâtre

Série 3 : fût de colonne découvert sur le décumanus

26Elle ne comporte actuellement que deux fragments jointifs d'une colonne (DEC013). La hauteur totale de la colonne est de 1,78 m. Son diamètre inférieur est de 0,43 m, son diamètre supérieur de 0,38 m. La mouluration de couronnement consiste en un congé surmonté d'un astragale. Cette colonne provient du dégagement du décumanus.

Série 4 : fûts de colonne remployés dans le rempart est

27Au moins une cinquantaine de colonnes ou de fragments de fûts ont été remployés dans le rempart est. Les diamètres varient entre 0,46 m et 0, 56 m.

28On peut ajouter à cette série deux colonnes d'un diamètre de 0,55-0,57 m, qui proviennent du dégagement du décumanus, et une colonne d'un diamètre estimé à 0,46 m, remployée dans un enclos tardif élevé dans les ruines du dipylon.

29Trois colonnes fragmentaires d'un diamètre inférieur proche (0,48-0,49 m) ont été mises au jour lors du dégagement du décumanus. Elles reposaient sur le trottoir nord de celui-ci.

30Enfin, deux autres colonnes dont le diamètre atteint 0,50 m ont été découvertes lors du nettoyage de la basilique.

Fûts en marbre

Fûts cannelés

31Un seul fragment, CR874, témoigne de l'existence d'une colonne cannelée torse en marbre gris-noir. Le fragment provient du nettoyage de la basilique civile.

Fûts lisses

Série 1 : fûts de colonne de l’agora romaine

32Un seul exemple de colonne de marbre gris-vert appartient à cette série. La colonne (A 337) est complète et atteint une hauteur de 2,77 m. Son diamètre inférieur est de 0,40 m, son diamètre supérieur de 0,36-0,38 m.

Série 2 : fûts de colonne remployés dans le rempart ouest

33Dans cette nouvelle série entrent deux fragments de colonne en marbre bleu veiné de blanc (RO002 et RO128) qui ont été remployés dans le rempart ouest, loin l'un de l'autre. On ne peut pas restituer le diamètre de la colonne avec précision, tout au plus peut-on être sûr qu’il dépassait 0,50 m.

Chapiteaux

34L'inventaire des blocs d'architecture errants ou employés sur le site de Xanthos a permis de recenser une cinquantaine de chapiteaux, complets ou fragmentaires. Après l'attribution des chapiteaux à des séries distinctes se pose le problème de leur datation. Il est difficile d'établir une chronologie relative des chapiteaux de Xanthos, puisqu'un seul édifice de la ville, l'arc de Vespasien, est daté avec certitude et qu'il ne comporte aucun décor susceptible de nous fournir des éléments de comparaison. La seule alternative est la confrontation des chapiteaux xanthiens avec d'autres exemples micrasiatiques bien datés. Nous ne disposons d'aucun exemple dans la vallée du Xanthe, la plupart des sites proches de Xanthos n'ayant pas été publiés. Il faut alors se tourner vers de grands sites d'Asie Mineure, ceux de la côte ouest, comme Éphèse et Milet, ceux de Pamphylie comme Sidé et Pergé, ceux de Pisidie, comme Sagalassos, Antioche ou Cremna. Il faut cependant tenir compte du fait que Xanthos n'est pas une colonie romaine comme on en trouve en Pisidie et qu'elle n'a en conséquence pas été soumise aux modes de la capitale comme ont pu l'être Antioche ou Cremna, colonies d'Auguste. De même, le répertoire décoratif employé dans les cités grecques de la côte ouest n'a pas forcément été imité tel quel à Xanthos, où le goût des habitants et le savoir-faire des artisans n'étaient sûrement pas les mêmes qu'en Ionie. Il faut enfin tenir compte du fait que les modes devaient arriver à Xanthos, ville sans doute assez isolée puisqu'à l'écart des grandes voies romaines, avec un certain retard.

Chapiteaux corinthiens

35Parmi la cinquantaine de chapiteaux actuellement recensée, on dénombre vingt-huit chapiteaux corinthiens, la plupart complets, bien que très érodés par l'exposition aux intempéries. L'importante quantité de fragments de chapiteaux de ce type, découverts en divers endroits du site et, plus particulièrement, lors du dégagement des deux places à portiques du secteur central de la ville, montre bien que le corinthien était particulièrement prisé à Xanthos. Nul doute que la poursuite des fouilles commencées en 1999 dans la ville romaine permette de découvrir de nouveaux chapiteaux de ce type. Il est néanmoins difficile, pour l'instant, d'attribuer les chapiteaux connus à des édifices et de les dater avec certitude. L'observation et le classement de ces chapiteaux amènent cependant à deux constatations préalables : le matériau le plus couramment utilisé est le calcaire (seulement trois chapiteaux en marbre) et l’on trouve à Xanthos des chapiteaux de petit module dont la hauteur n'excède pas 0,60 m et des chapiteaux de grand module (hauteur totale de plus de 0,90 m).

36Il est plus difficile de différencier les chapiteaux par leur arrangement décoratif qui, comme on le verra, est très homogène, voire répétitif, et qui semble trahir une vaste opération d'urbanisme lancée à l'époque romaine, et peut-être menée à bien par un atelier local.

37Le catalogue qui suit n'a pris en compte que les chapiteaux suffisamment conservés pour qu'on puisse en faire une description, même succincte.

38Si la comparaison des dimensions, du décor, le lieu de découverte ont permis dans quelques cas d'établir des séries, certains chapiteaux restent encore isolés. C'est notamment le cas des chapiteaux DEP001 et RS003, qui sont les uniques représentants de deux séries distinctes. Cinq chapiteaux de petit module provenant du théâtre constituent sans surprise une série homogène. Le chapiteau de demi-colonne engagé CR532, découvert dans la citerne aménagée sous la nef centrale de la basilique civile appartient sans doute à cet édifice. Quant aux chapiteaux de marbre, ils sont trop peu nombreux et surtout en trop mauvais état pour pouvoir nous renseigner sur leur édifice d'origine.

39Dans la catégorie des chapiteaux de grand module, quatre chapiteaux AI007, AI008, AI014, AI035 sont attribuables à coup sûr aux portiques de l'agora inférieure ; deux chapiteaux, BO001 et BO002 sont rangés dans la même série, car ils peuvent avoir appartenu à cette même place, ou à un autre édifice contemporain et d'ampleur comparable. Les chapiteaux DEC001 et CR014 ont en commun un décor particulier qui les exclut, a priori, de la première série, mais ils diffèrent aussi entre eux par leurs proportions et se retrouvent chacun seul exemple d'une série.

40Le chapiteau de pilastre CR538 est le seul représentant de la série des chapiteaux de grand module (rez-de-chaussée) de la basilique civile.

Chapiteaux corinthiens en calcaire

Chapiteaux corinthiens en calcaire de petit module

Série 1 : chapiteaux du théâtre

Série 2 : chapiteaux de la basilique civile

Chapiteaux de calcaire de grand module

Série 1 : chapiteaux des portiques de l'agora inférieure

Série 2 : chapiteaux de la basilique civile

Série 3 : chapiteaux remployés dans la basilique ouest

41Il s’agit de deux chapiteaux dont la présence dans cet édifice pose quelques problèmes. On ne peut pas savoir de quelle façon le chapiteau BO001 avait été remployé dans la basilique ouest. Pris dans un amas de pierraille, il est encore difficile d'accès. Il semble toutefois qu'il repose sur le stylobate nord de la nef centrale de la basilique ouest, qui n'est pas étudiée pour l'instant. A quelques mètres au sud de BO001 et reposant sur le stylobate sud de la nef centrale, se trouve le chapiteau BO002 qui a été remployé comme base de colonne, un tambour de celle-ci étant encore en place.

42Ces deux chapiteaux sont très proches, par leurs dimensions et par leur décor, des chapiteaux composant la série 1 et il est tentant de les attribuer aussi aux portiques de l'agora inférieure. Il existe tout de même deux obstacles à cette attribution : l'éloignement de leur édifice d'origine, (mais celui-ci est tout de même relatif, quelques centaines de mètres) et le fait que le nombre de digitations par lobe ne soit pas le même. Mais cette différence peut sans doute être attribuée à un travail plus négligé qui consiste à ne pas figurer la digitation supérieure, et donc à une différence de main. En outre, si ces deux chapiteaux devaient appartenir à un autre édifice, il faudrait que celui-ci soit contemporain et de dimensions comparables. On ne voit actuellement pas quel aurait été ce monument.

BO001 (pl. 24, fig. 72)

H totale = 0,98 m

L maximum conservée de l'abaque = 0,96 m

H corbeille = 0,80 m

H de la couronne inférieure = 0,30 m

Trou de louve au lit d'attente.

43Le profil du corps de la corbeille est le même que celui des chapiteaux de la série 1. La lèvre (H = 0,04 m) est traitée en listel plat. Les feuilles des couronnes inférieure et supérieure sont implantées de façon habituelle.

  • 7 Cette petite particularité n’est pas déterminante pour répartir les chapiteaux dans des séries diff (...)

44En dépit de leur mauvais état de conservation, on constate que les volutes soutenaient l'abaque et jouaient donc leur rôle architectonique. Les volutes des hélices indépendantes présentent la même particularité que celles de la série 1, c'est-à-dire que le dernier enroulement, qui forme l'œil, est relié à l'intérieur de la volute7. Les caulicoles se réduisent à de simples protubérances d'où naissent des calices bipartis.

45Le motif axial, cassé sur les trois faces visibles du chapiteau, était porté par une tige sinueuse, traitée en listel plat.

46Les feuilles d'acanthe sont composées de cinq lobes qui possèdent eux-mêmes cinq digitations. Les pointes de celles-ci touchent les pointes des digitations des feuilles adjacentes, ainsi que les digitations inférieures des folioles qui les surmontent, créant ainsi deux œillets. Les nervures des feuilles sont représentées par un sillon en creux au fond duquel court un mince bourrelet.

BO002

H conservée = 0,79 m

H de la couronne inférieure = 0,30 m

47Le chapiteau a été remployé comme base de colonne dans la basilique chrétienne construite en contrebas et à l'ouest de l'agora romaine.

48Seule la corbeille du chapiteau est conservée, mais l’ornementation, exactement similaire à celle de BO001, et le fait que ces deux chapiteaux aient été apparemment remployés dans le même édifice, poussent à le ranger dans la même série que BO001.

Série 4 : chapiteau gisant près du décumanus

49La localisation actuelle de DEC001, seul représentant connu de cette série, ne permet de tirer aucune conclusion quant à sa provenance. Le chapiteau se trouve à quelques mètres au sud du décumanus, mais ses dimensions, trop importantes, l'excluent de la colonnade des portiques qui bordaient celui-ci, les colonnes retrouvées gisant sur la chaussée et qui appartenaient sans doute à la colonnade ayant un diamètre au lit d'attente trop faible. Ces mêmes dimensions pourraient, en revanche, pousser à l'attribuer aux portiques de l'agora inférieure, dont il est finalement assez peu distant, mais le décor n'est pas tout à fait similaire. Même si l'on peut admettre que des chapiteaux à décor légèrement différent cohabitent dans le même portique, je crois plus prudent pour le moment de ranger DEC001 dans une autre série.

DEC001 (pl. 24, fig. 73)

H = 0,90 m

l maximum = 1,08 m

l au plus étroit du lit d'attente = 0,87 m

H corbeille = 0,60 m

H couronne inférieure = 0,35 m

D au lit de pose = 0,60 m

50Trou de louve au lit d'attente, creusé dans une surface légèrement bombée.

51La corbeille (diamètre maximum 0,90 m) est de section horizontale circulaire. Le profil du corps de la corbeille est habituel. La lèvre de la corbeille (0,04 m) consiste en un listel légèrement incliné vers l'intérieur.

52Les deux couronnes sont composées chacune de huit feuilles d'acanthe épineuse. Les feuilles de la couronne inférieure prennent naissance au lit de pose du chapiteau et l'intervalle entre deux feuilles correspond à l'axe du côté de l'abaque. Les feuilles de la couronne supérieure naissent dans cet intervalle.

53Les hélices sont indépendantes, leur tige est traitée en listel plat. Elles se referment en spirale et l'œil prend la forme d'un cercle irrégulier.

54Le chapiteau ne possède pas de caulicole. Le départ des volutes est constitué par une tige avec sillon médian. Une demi-feuille d'acanthe est appliquée contre la partie inférieure de celle-ci, la partie supérieure est surmontée d'une succession de feuilles lancéolées.

55Le motif axial est très mal conservé et il est difficile de dire s'il s'agit d'un fleuron ou d'une palmette ; il est du reste possible que le motif diffère d'un côté de l'abaque à un autre. Il est, en tout cas, porté par une tige droite qui part de la feuille d'acanthe médiane supplémentaire.

56Les côtés de l'abaque sont concaves, les angles sont cassés. L'abaque mesure 0,17 m de haut, il comporte un bandeau (H = 0,105 m) légèrement déversé vers l'extérieur et surmonté d'un listel (H = 0,025 m) légèrement déversé vers l'intérieur. Au-dessus prend place un astragale lisse de 0,04 m de haut.

57Les feuilles d'acanthe possèdent cinq lobes à quatre digitations dont les pointes touchent celles des digitations des feuilles adjacentes. Les intervalles entre les différents lobes prennent la forme d'œillets en amande, ceux-ci étant creusés jusqu'à la surface de la corbeille. Les œillets sont en revanche inexistants entre les lobes.

58Le traitement assez linéaire des acanthes et le relief accentué des nervures axiales et latérales creusées au trépan confèrent à l'ensemble une certaine sécheresse.

Série 5 : chapiteau gisant près du cardo

59Une fois encore, la localisation actuelle de CR014 ne nous renseigne pas sur l'édifice auquel il appartenait. Le chapiteau gît actuellement au nord de l'entrée de la basilique épiscopale et donc à l'est du cardo. Il était presque complètement enterré (une toute petite partie de la couronne de feuilles était visible) et de surcroît dissimulé par des blocs provenant de la basilique. Le cardo n'a pas encore été dégagé et on ne sait pas s'il était bordé de portiques, à l'est. La présumée basilique qui longe le cardo, à l'ouest, est en cours de fouille, mais les premières observations faites sur les blocs d'architecture appartenant à l'édifice semblent en exclure CR014.

CR014

H totale conservée = 0, 83 m

H de la couronne inférieure = 0,33 m

D au lit de pose = 0,63 m

60CR014 présente le même arrangement décoratif que DEC001 (série 4), caractérisé par le fait que les volutes sont surmontées de feuilles lancéolées. Les dimensions diffèrent cependant considérablement.

61Les observations faites à propos des chapiteaux du théâtre s'appliquent en tout point aux chapiteaux corinthiens de grand module dont il vient d'être question. En dépit de quelques différences dans les détails de l'agencement du chapiteau, ou de l'exécution, les deux séries sont extrêmement homogènes et appartiennent sans doute à la même période, que l’on peut situer dans la deuxième moitié du iie siècle.

62Lors du nettoyage de surface de la basilique civile, nous avons recueilli une trentaine de fragments de chapiteaux corinthiens en calcaire. Les dimensions extrêmement réduites de ces fragments ne permettent pas d'avoir une idée précise des chapiteaux dont ils sont issus et qui ont peut-être été débités pour alimenter des fours à chaux. Deux fragments sont cependant mieux conservés que les autres et appartiennent à deux séries différentes dont ils sont pour le moment les seuls représentants connus.

Série 6 : fragment provenant de la basilique civile (pl. 25, fig. 78)

CR048

Fragment de caulicole (H totale = 0,18 m) à gaine torsadée

63La collerette est décorée d'une torsade. Les dimensions conservées du fragment et le soin de son exécution montrent qu'il appartenait à un chapiteau de grand module de belle qualité dont on n'a pas d'autre exemple à Xanthos.

  • 8 Vandeput 1997, 58.

64L'observation des chapiteaux appartenant aux séries 2 et 3 a montré que le processus de schématisation et de simplification qu'a connu le iie siècle amenait, entre autres, à la quasi-disparition des caulicoles qui se retrouvent le plus souvent réduits à de simples bosses. C'est le cas pour tous les chapiteaux de grand module. Le chapiteau du théâtre TH001 porte des caulicoles un peu plus élaborés, mais qui sont tout à fait différents de ceux du fragment CR048 qui plaident pour une datation plus haute. Il est bien entendu impossible de tirer des conclusions d'un tel fragment, mais le motif de torsade de la collerette, particulièrement en faveur au début de l'époque impériale8, rend une telle datation assez probable.

Série 7 : fragments provenant de la basilique civile

CR054

65Il s’agit d’un fragment de chapiteau corinthien en calcaire blanc assez tendre qui se réduit à une feuille d'acanthe de la couronne inférieure (H = 0,17 m) dont les extrémités sont cassées. La feuille comprend cinq lobes, le lobe médian possède trois digitations et le lobe supérieur cinq. Le contact entre les digitations crée des œillets allongés en amande. La nervure axiale de la feuille est figurée par une rainure, l'ensemble étant assez profondément recreusé. La faible hauteur de la couronne inférieure et le matériau sont inhabituels à Xanthos.

Chapiteaux corinthiens en marbre

Série 1 : chapiteaux du présumé nymphée

Chapiteaux à feuilles9

Chapiteaux à godrons concaves10

  • 10 Ginouvès 1992, 100.

66Ce type de chapiteau n'est pas rare à Xanthos. La plupart des chapiteaux à godrons complets actuellement connus proviennent de la basilique épiscopale ou de la villa protobyzantine de l'acropole lycienne et ils n'ont pas été pris en compte dans l'inventaire des blocs d'architecture. Un exemplaire complet (DEC012) a été découvert en 2001 lors du dégagement du décumanus, ainsi que quelques fragments d'un ou de plusieurs autres chapiteaux de même type (DEC013).

67Un fragment de chapiteau à godrons à lunules a été découvert lors du nettoyage de la basilique civile.

DEC012 (pl. 24, fig. 74)

H = 0,43 m

L abaque = 0,53 m

D au lit de pose = 0,37 m

  • 11 Peschlow 1975, 214-215 et Taf. 38-4. Pour des exemples d’époque sévérienne, à Lepcis Magna et Odess (...)

68Le corps du chapiteau est couvert de douze godrons à lunules (H lunules = 0,045 m). La lèvre, qui se présente sous la forme d'un listel plat (H = 0,05 m) est légèrement versée vers l'extérieur. Au-dessus prend place un bandeau lisse (H = 0,04 m). L'ensemble est surmonté d'un abaque sans mouluration (H = 0,07 m). Un autre chapiteau complet appartenant à la même série a été découvert lors des fouilles de la basilique épiscopale en même temps que d'autres chapiteaux à godrons concaves très différents par leurs dimensions et leurs proportions. Ces derniers chapiteaux semblent bien dater de l'époque de la construction de la basilique. Bien que leurs proportions ne soient pas identiques, on peut rapprocher les chapiteaux de Xanthos de ceux de la basilique de Didymes, datée du ve siècle p.C., mais des chapiteaux d’un type proche existent aussi à l’époque sévérienne11.

69Les fragments de chapiteaux à godrons découverts sur le décumanus sont trop fragmentaires pour qu'on puisse être sûr de leur attrbution. On notera cependant que la largeur de leurs godrons (0,07 / 0,08 m) correspond à celle des godrons de DEC012.

Chapiteaux à godrons et acanthes

  • 12 Börker 1965, 197.

70Cette formule a été particulièrement en faveur en Asie Mineure à l'époque impériale12. On possède actuellement six exemples de ces chapiteaux à Xanthos, tous en calcaire et de petit module. Trois d'entre eux sont munis d’un ovolo entre le sommet des feuilles et l'abaque : deux (A327 et DEP003) appartiennent à la même série ; le troisième chapiteau (DEP002) est, par prudence, attribué à une autre série bien qu'il provienne de l'agora romaine comme A237. Le chapiteau BN006 possède entre le sommet des godrons et l'abaque un gros tore décoré de fleurs et de feuillages, dans un rinceau. Enfin, le chapiteau DPY030 est d'un style tout à fait différent et entre dans une quatrième série.

Série 1 : chapiteaux provenant de l’agora ouest

Série 2 : chapiteau découvert sur le décumanus

DPY030 (pl. 24, fig. 75)

Chapiteau de colonne engagée.

H = 0,545 m

Dimensions estimées à l'abaque = 0,54 x 0,75 m

Dimensions au lit de pose = 0,42 / 0,47 m

71Le chapiteau semble inachevé. Son tiers inférieur se présente sous la forme d'une couronne lisse (H = 0,26 m) décorée de six feuilles d'acanthe trapues (l maximum = 0,19 m, H = 0,23 m), mais qui n'a pas été complètement recreusée. A 0,03 m au-dessus de cette couronne commencent les godrons.

72Les lobes inférieurs comportent trois digitations, les lobes médians quatre. Les digitations ont l'aspect de doigts boudinés. Il semblerait que les feuilles d'acanthe n'aient pas été terminées.

73L'abaque (H = 0,125 m), de plan rectangulaire, ne possède pas de mouluration de couronnement.

74L'ensemble laisse l'impression d'un travail assez grossier.

75Bien qu'il ait été découvert à proximité immédiate du dipylon, l'attribution de DPY030 à cet édifice est loin d'être assurée. En revanche, je pense pouvoir le rapprocher des portes romaines remployées dans les nefs de la grande basilique épiscopale. La plus grande d'entre elles présente en effet au linteau une file de feuilles d'acanthe assez comparables à celles de notre chapiteau. Sur celui-ci, les feuilles sont cependant moins stylisées et plus structurées. Les nervures principales des feuilles sont marquées par des sillons, des œillets apparaissent à la rencontre des digitations de deux lobes. Ces feuilles d’acanthe se situent dans la tradition des feuilles datables du iie siècle p.C., mais le chapiteau est sans doute plus tardif.

Série 3 : chapiteaux remployés dans la basilique nord

BN006 (pl. 24, fig. 76)

Remployé dans la basilique nord (acropole haute).

L maximum abaque = 0,65 m

D au lit de pose = 0,40 m

76Le corps du chapiteau, couvert de vingt-quatre godrons, est décoré d'une couronne de huit feuilles d'acanthe, qui naissent à 1 cm du lit de pose du chapiteau. Au-dessus des godrons, prend place un gros tore décoré d'un rinceau de feuillages et de fleurs. L'ensemble est surmonté d’un abaque lisse.

77La nervure axiale des feuilles d'acanthe, de section carrée, s'élargit à la base et elle est soulignée, sur toute sa hauteur, par une fine incision en forme de zig-zag. Les digitations des lobes adjacents créent en se touchant des motifs géométriques qui semblent appliqués sur la corbeille du chapiteau. Le triangle formé par la rencontre des deux digitations inférieures est décoré par une petite sphère. Les nervures axiales des digitations sont très marquées, ce qui contribue à accentuer les effets de contraste d'ombre et de lumière. Elles naissent toutes du bas du calathos. Les feuilles sont assez stylisées et ont perdu leurs qualités végétales naturelles.

78Les deux chapiteaux de la basilique nord sont, à ma connaissance, sans parallèle dans les sites publiés d'Asie Mineure. Le traitement des feuilles d'acanthe à section concave et nervure axiale fortement marquée paraît assez proche de celui des feuilles des chapiteaux des Thermes de Faustine à Milet, datés des années 160-170 p.C. (pl. 76, fig. 213). On retrouve aussi sur les chapiteaux de Xanthos la forme de la tige centrale de la feuille, qui s'évase fortement vers le bas et qui est encadrée par deux profondes nervures. Les digitations des feuilles de Xanthos sont cependant plus pointues et plus schématisées, le traitement encore plus sec.

  • 13 L'Orange & Gerkan 1939, 4.
  • 14 Kähler 1953, 31-35 et pl. 5-1 et 7-1.
  • 15 Kähler 1953, 35.

79La principale caractéristique des feuilles de BN006 est constituée par la présence d'une incision en forme de vague sur la tige principale. Cet élément décoratif est rare : on le trouve cependant très loin de Xanthos, sur un chapiteau de pilastre de Split, daté de l'époque de Dioclétien et, quelques années plus tard, sur un chapiteau de pilastre de l'arc de Constantin à Rome, daté d'entre 312 et 31513. On sait qu'on prend l'habitude, à partir du iie siècle p.C., d'importer en Occident des chapiteaux micrasiatiques, à tel point que, au ive siècle, les ateliers de l'Occident disparaissent presque complètement. Il arrive que l'on importe non seulement des chapiteaux, mais aussi de la main d'œuvre. Et c'est le cas à Split, où l'empereur Dioclétien aurait importé, pour la rue à colonnades, des chapiteaux du Proconnèse et aurait également fait venir de Nicomédie des sculpteurs afin qu'ils prennent en charge la décoration architecturale de plusieurs ensembles monumentaux. Il est à peu près sûr que la même équipe a été active à Rome, après 307, ce qui explique l'étroite parenté entre les deux chapiteaux évoqués ci-dessus14. Il est donc probable que la feuille d'acanthe du chapiteau de Xanthos constitue une formule proprement micrasiatique, plus tard exportée vers l'Occident. Le dessin très géométrique, triangles et carrés, formé par la rencontre des digitations des différents lobes des feuilles, apparaît sur le chapiteau de Split comme sur le chapiteau de Xanthos. Les œillets, créés par la rencontre de la digitation supérieure du lobe inférieur et du lobe de la feuille adjacente située au-dessus, sont cependant beaucoup moins étirés et rectangulaires sur l'exemple de Xanthos où ils forment au contraire un ovale assez délicat. Mais cette dernière particularité n'indique pas forcément une date plus haute. Les chapiteaux importés d'Asie Mineure à Split présentent en effet des œillets de ce type et ce trait est retenu comme critère pour les différencier des chapiteaux exécutés sur place15.

  • 16 Que l'on retrouve sur une feuille d'acanthe qui orne le soffite d'une console, retrouvée elle aussi (...)
  • 17 Une feuille d’acanthe portant le même motif en zig-zag à la nervure axiale est conservée au dépôt d (...)

80La similitude dans le traitement des feuilles d'acanthe et surtout la présence du même motif incisé sur la tige centrale de la feuille16 poussent à dater le chapiteau BN006 au plus tard de la même époque que les chapiteaux de Split et de Rome, c'est-à-dire du début du ive siècle. Mais si l'on peut facilement imaginer qu'il existait à Xanthos un édifice soigné, peut-être un petit temple, de l'époque de Dioclétien, il est en revanche actuellement impossible d'expliquer pourquoi l’on retrouve le même motif rare à Split et à Xanthos17.

Chapiteaux ioniques

81Les chapiteaux ioniques sont très mal représentés à Xanthos. Un peu partout sur le site nous avons pu en recueillir des fragments, tous de faibles dimensions et tous en calcaire. D'autres fragments ont été aussi remployés dans les remparts, mais, encore une fois, les dimensions conservées empêchent tout commentaire approfondi (fig. 83). Mais bien qu'ils semblent insignifiants, ces pauvres restes de chapiteaux sont les seuls témoins de l'ordre ionique à Xanthos où aucun chapiteau complet de cet ordre n'est à ce jour connu.

AS009 (pl. 25, fig. 79)

Volute et abaque de chapiteau ionique.

Découvert lors du nettoyage de surface de l'agora supérieure.

H conservée = 0,25 m

H abaque = 0,04 m

L maximum conservée = 0,20 m

82Mortaise de goujon au lit d'attente.

83La volute compte deux enroulements et demi. Son centre était probablement sur la ligne horizontale, à l'aplomb de l'extrémité de l'abaque. Un listel plat bordé d'orles constitue la volute. Le canal n'est pas conservé, mais semble inachevé.

84L'œil est plat et ne comporte aucun décor. Le motif d'écoinçon est constitué par une demi-palmette, très abîmée. Le balustre est concave et lisse.

85La mouluration de l'abaque consiste en un cavet surmonté d’un listel.

86Le caractère fragmentaire de ce chapiteau exclut une datation précise. Le lit d'attente, très régulier, aplani au ciseau grain d’orge, et la qualité du travail poussent cependant à l'attribuer à une période assez haute, peut-être à la fin de l'époque hellénistique.

BE164 (pl. 25, fig. 80)

Volute de chapiteau ionique.

Découvert dans la basilique épiscopale.

H conservée = 0,22 m

L maximum conservée = 0,20 m

87Le balustre du chapiteau en est la seule partie conservée. Il est décoré d'une grande palmette fermée dont la feuille centrale naît d'une sorte de calice, alors que les autres feuilles de la palmette devaient naître du balteus.

88D'autres fragments appartenant au même chapiteau, ou à d'autres chapiteaux de la même série, se trouvent au dépôt de Xanthos. Ils proviennent tous des fouilles de la grande basilique.

  • 18 Bingöl 1980, 106 et pl. 34. Rohmann 1988, 84 et Taf. 47-4, 5, 6.

89Un motif de palmette tout à fait semblable à celui de BE16418 décore le balustre des chapiteaux de la rue à colonnades de l'Asklépieion de Pergame, datés du iie siècle p.C.

BE411 (pl. 25, fig. 81)

Deux fragments jointifs de chapiteau ionique (volute et balustre et une partie de l'abaque).

Remployés dans la basilique épiscopale.

H = 0,25 m

L restituée de la volute = 0,22 m

D estimé = 0,55 m

90La volute possède deux enroulements trois-quarts. Son centre se trouve sur la ligne horizontale. L'œil, circulaire, est plat et ne possède pas de décor. La volute consiste en un listel plat entouré de deux orles. Le motif d'écoinçon est constitué par une demi-palmette (cassée). Le balustre, concave, est orné d'une feuille d'acanthe dont les lobes inférieurs et médians possèdent quatre digitations. Les nervures de celles-ci sont matérialisées par des sillons en creux. Les pointes des digitations des feuilles adjacentes se touchent.

91Les orles du baudrier sont décorés de torsades, la partie centrale présentant un décor de feuilles lancéolées superposées. L'abaque portait un kymation lesbique (H = 0,03 m).

92Un fragment d'un autre chapiteau de même type, au balustre orné d'une feuille d'acanthe, a été découvert à proximité de la cathédrale, lors du nettoyage de la basilique civile.

93Les fragments de chapiteaux conservés ne permettent pas une datation sûre. Si l'on en juge par la forme de la feuille d'acanthe, il semblerait qu'il s'agisse d'exemples assez tardifs. Les feuilles possèdent en effet quatre digitations, alors qu'elles en comptent trois à l'époque hellénistique. Par ailleurs, les œillets formés par les contacts entre les digitations des lobes adjacents sont de forme triangulaire et cette géométrisation des formes indique une date assez basse, peut-être à la fin du iie ou au début du iiie siècle p.C.

Chapiteaux composites

94Cette catégorie n'est actuellement représentée à Xanthos que par deux exemplaires en calcaire qui font partie de la même série : les chapiteaux RO106 et RO113. Ces chapiteaux, très usés par les intempéries pour le premier et très fragmentaire pour le second, ont été remployés dans le rempart à l'époque tardive, très loin l'un de l'autre, puisque RO106 repose sur le sommet du rempart, en contrebas et à l'ouest de l'agora romaine, et que RO113 est pris dans la maçonnerie du rempart dans sa section 31, sur l'acropole supérieure de la ville.

Série 1 : chapiteau remployé dans le rempart ouest

RO106

Remployé dans le rempart ouest.

H estimée = 0,70 m

D au lit de pose = 0,46 / 0,47 m

95L'état de conservation de ce chapiteau ne permet pas une description complète. On voit encore les traces de deux couronnes de feuilles d'acanthe. La collerette du chapiteau portait un décor végétal qui semble avoir été composé de palmettes alternativement droites et renversées, dans un rinceau.

96La partie “ionique” du chapiteau a disparu et nous ne pouvons restituer son existence que par analogie avec le chapiteau RO113 dont il sera question plus bas.

97L'abaque est également détruit et il ne reste de son décor qu'un motif peu clair, peut-être le souvenir du fleuron et une petite partie de l'ovolo qui devait constituer la moulure de couronnement.

RO113 (pl. 24, fig. 77)

Remployé dans le rempart ouest.

L conservée à l'abaque = 0,70 m

L estimée entre les yeux = 0,55 m

98Comme pour RO106, il est impossible de donner une description complète du chapiteau. Le hasard a heureusement voulu que la partie supérieure de celui-ci soit conservée et qu'une partie du décor de palmettes similaire à celui du chapiteau précédent soit visible, ce qui a permis de les rapprocher.

99Au-dessus du décor de palmettes, dans un rinceau qui décorait la collerette, prend place un listel (H = 0,03 m) couronné par un astragale de perles et pirouettes. Les deux volutes sont brisées. Le décor d'oves de l'échine est illisible. L'abaque est décoré de deux moulures superposées : un cavet orné de feuilles d'eau et un kymation ionique constitué d'oves séparés par des dards.

  • 19 Strong 1960, 127.
  • 20 Voir à ce propos, Baharan 1999.

100Le plus ancien chapiteau composite connu en Asie Mineure appartient au temple d’Auguste et de Rome, à Mylasa19. Des chapiteaux composites ont été également employés au temple de Zeus à Aizanoi et à la bibliothèque de Celsus à Éphèse et, à partir de la deuxième moitié du iie siècle p.C., dans la plupart des grands sites d’Asie Mineure20. Aucun des chapiteaux que j’ai pu voir ne possède un décor proche de ceux de Xanthos.

  • 21 Rohmann 1998, 71-79, 132-134 et Taf. 43-1, 2, 3, 44-1, 2.

101La partie supérieure du chapiteau RO113 rappelle beaucoup les chapiteaux composites du portique nord de l'Asklépieion de Pergame21. On y trouve en effet, sous l'ovolo qui couronne l'abaque, des ornements différents, rubans ondés, lignes ondulées, frise de feuilles d'eau comparable à celle du chapiteau de Xanthos.

  • 22 Le portique nord est daté de 123-128 p.C., Habicht 1969, 103 et Thür 1989, 96. Les chapiteaux compo (...)

102En revanche, le calathos des chapiteaux de Pergame possède une décoration de feuilles pointues, mais ne porte jamais de rinceau en dessous du listel comme on le voit sur RO113. La datation des chapiteaux de Pergame n'est pas sûre22, mais les chapiteaux de Xanthos semblent, de toute façon, plus tardifs, si l'on en juge par l'allongement des perles de l'astragale.

103Un autre chapiteau de Xanthos est décoré d’un rinceau : il s’agit du chapiteau BN006, retrouvé dans la basilique de l’acropole supérieure et sans doute datable du début de la fin du iiie siècle ou du début du ive siècle p.C. On trouve des fleurs à cinq pétales et des boutons floraux ou des feuilles dans les enroulements du rinceau. Mais le rinceau est sculpté sur un tore sur lequel repose l’abaque et non pas directement sur le corps du chapiteau.

Architraves (pl. 40 et 41)

104La plupart des architraves retrouvées à Xanthos appartiennent au même type. Elles sont décorées sur la face extérieure de trois fasces séparées par des astragales de perles et pirouettes et leur couronnement comprend, au-dessus d'un astragale, un rang d'oves et un anthémion.

105La face intérieure de ces architraves est composée de trois fasces. Le couronnement porte une succession de moulures lisses : astragale, ovolo, cavet.

106Les soffites prennent la forme de panneaux à extrémités concaves ne portant pas de décor, sauf dans la série des architraves provenant du théâtre.

107A l'intérieur de ce groupe, des différences importantes de dimensions et d'exécution et la présence ou non d'un décor au soffite amènent à distinguer des séries distinctes.

108Un seul bloc d'architrave ionique se distingue de ce groupe par le fait que son côté extérieur possède seulement deux fasces et son côté intérieur un bandeau lisse.

109Enfin, une série particulière est constituée par une architrave dorico-ionique.

Architraves ioniques

Série 1 : architraves du présumé nymphée

Série 2 : architraves du théâtre

Série 3 : architraves de la basilique civile

Série 4 : architrave remployée dans la basilique civile (pl. 40, fig. 117)

CR025

Remployé dans la colonnade médiane de la basilique civile.

H = 0,55 m

H fasces = 0,065 m / 0,16 m / 0,17 m

  • 23 Les fasces simples sont employées dans l'architecture grecque classique. On les trouve aussi dans l (...)

110Il s'agit d'un bloc remployé dans un mur et donc impossible à mesurer entièrement. Une seule face de l'architrave est visible, de sorte que nous ignorons si nous sommes en présence d'une architrave du type habituel (fasces séparées par un astragale, à l'intérieur, séparées par un décrochement à l'extérieur), ou s'il s'agit d'une architrave d'un autre type, dont les fasces sont séparées par de simples décrochements23. Quoi qu'il en soit, le travail du parement du bloc, extrêmement soigné, n'a pas de parallèle à Xanthos. De même, le soffite du bloc, difficile à voir en raison de la position de CR025 dans le mur, montre un travail d'une qualité inhabituelle sur le site.

Série 5 : architraves remployées dans le rempart

111Au moins quatre blocs remployés dans le rempart, dans ses tronçons nord, est et ouest appartiennent à cette série.

RN010

H complète = 0,42 m.

H fasces intérieures = 0,06 m / 0,07 m / 0,115 m.

Série 6 : architrave remployée dans la basilique civile

Un bloc, CR032, a été remployé dans la colonnade médiane de la basilique civile. Un autre (RE006) a été remployé dans le rempart est.

CR032

H complète = 0,46 m.

H fasces intérieures = 0,05 m / 0,06 m / 0,11 m.

  • 24 Ginouvès 1969, 81, no 4.
  • 25 Vandeput 1997, 118.

112On remarque la faible hauteur des deux fasces inférieures par rapport à la fasce supérieure, de hauteur pratiquement double. Cette caractéristique apparaît en général sur des monuments tardifs. C'est le cas au nymphée de Laodicée du Lycos24 et, également, au temple sud-ouest de Sagalassos, daté du milieu du iiie siècle25.

Série 7 : architraves remployées dans la cathédrale (pl. 41, fig. 118)

  • 26 BE028, BE029, BE065, BE066, BE275, SS001, SS02, SS003, CAR001.

113La série comprend une vingtaine de blocs d'architrave, dont huit sont complets26. Ces architraves ont été pour la plupart remployées dans la grande basilique épiscopale.

114Certaines architraves sont encore in situ, remployées sous forme de portes dans l'atrium. Chaque porte est composée de trois architraves, deux utilisées comme jambages, une comme linteau.

115L'architrave CAR001 gît au sud-ouest de la basilique. Elle repose sur une mosaïque polychrome dont seule une petite partie est dégagée. Cette mosaïque revêtait sans doute le sol d’un portique qui bordait le cardo, à l'est, mais cette hypothèse devra être confirmée par les fouilles.

116Une architrave, dont la moulure de couronnement a été bûchée, mais dont les dimensions correspondent, est remployée dans le mur intérieur est de la basilique.

  • 27 SS001, SS002, SS003.

117Trois autres architraves27 appartenant à la série 7 ont été aussi remployées de façon similaire. Elles forment une porte et sont encore visibles sur le foirail du village de K ń ḱ, au sud des thermes romains.

118Une architrave particulière (AI019) est peut-être attribuable à cette série : il s'agit d'un bloc retaillé pour qu'une de ses faces de joint montant, au lieu d'être verticale, soit sculptée en forme de console. Deux architraves de ce type ont été remployées dans la nef de la basilique chrétienne construite sur l'agora inférieure.

  • 28 Dans sa publication des éléments architecturaux du nymphée de Laodicée du Lycos, R. Ginouvès range (...)

119Les blocs d'architrave complets conservés ont des longueurs et des hauteurs qui peuvent considérablement varier (L = 2,25-2,57 m, H = 0,56-0,61 m). La similitude de la décoration, les dimensions au lit de pose montrent cependant qu'ils font partie de la même série28. On fera la même constatation pour d'autres séries de blocs d'entablement.

BE029 (pl. 26, fig. 82)

Sur le stylobate nord de l'atrium de la grande basilique.

L = 2,25 m

P au lit de pose = 0,48 m

P au lit d’attente = 0,78 m

H = 0,565 m

  • 29 Wegner 1978-1980, 93-94.

120Le soffite est décoré d'un panneau aux extrémités concaves, comme c'est le plus souvent le cas en Asie Mineure depuis l'époque hellénistique29.

121La face extérieure de l'architrave est composée de trois fasces lisses de hauteur croissante vers le haut (0,07 m/0,13 m/0,14 m). Les fasces sont séparées par des astragales ornés de perles et pirouettes. Le couronnement consiste en un astragale de perles et pirouettes surmonté d'un kymation ionique. Au-dessus du kymation ionique prennent place un cavet décoré d'un anthémion et un bandeau lisse. Les motifs qui composent la mouluration de couronnement concordent verticalement, les pointes des oves étant placées entre les pirouettes, les palmettes naissant dans l’axe des flèches.

122La face intérieure possède trois fasces lisses, croissantes vers le haut (0,07 m / 0,15 m / 0,19 m), sans astragale de séparation. Le couronnement est composé d'un listel surmonté d'un quart-de-rond, d'un cavet lisse et d'un bandeau.

123Les perles et pirouettes qui décorent les astragales sont assez stylisées : les perles sont longues et irrégulières, les pirouettes ont une forme proche du losange.

124Les pointes des oves correspondent à l'espace entre deux pirouettes, mais les pirouettes sont encore attachées ensemble. Des flèches séparent les oves, lourds et arrondis.

125L'anthémion est composé de larges palmettes dressées, assez plates, alternativement ouvertes et fermées, sans élément de liaison entre elles. Les palmettes sont composées de cinq feuilles qui naissent toutes de l'arête inférieure du cavet. Le bas des feuilles extérieures se retourne et forme un œillet.

  • 30 Strong 1953, 136.
  • 31 Alzinger 1974, 26.
  • 32 Vandeput 1997, 159.
  • 33 Ginouvès 1969, 82, no 3.
  • 34 Thür 1989, 101.

126L’ornementation des architraves appartenant à cette série est tout à fait banal en Asie Mineure à l'époque romaine. Le schéma décoratif du couronnement qui superpose trois moulurations : astragale, ovolo, cavet, a sans doute été créé par Hermogène pour le temple d'Artémis de Magnésie du Méandre30. Il apparaît à l’époque augustéenne à Éphèse, à la Porte de Mazeus et Mithridate, dédiée en 4/3 a.C.31 Il se retrouve, à partir du iie siècle p.C., dans tous les grands sites d’Asie Mineure, à Sagalassos32, Pergé ou Aspendos. Les architraves-frises du nymphée de Laodicée du Lycos possèdent également ce type de couronnement. La même formule est employée au Trajaneum de Pergame et encore à Sidé, dans la seconde moitié du iiie siècle p.C.33 A partir de l’époque flavienne, on utilise de plus en plus les astragales de perles et pirouettes pour séparer les fasces. C’est par exemple le cas au nymphée de Domitien à Milet34.

  • 35 Ginouvès 1969, 83, no 2.
  • 36 Vandeput 1997, 149.
  • 37 Ginouvès 1969, 84, no 4.
  • 38 Par exemple au nymphée F2 de Pergé, daté de 198 p.C., Mansel 1975a.
  • 39 Vandeput 1997, 160.

127Le style des perles et pirouettes des architraves de la série 7 pousse assurément vers une date relativement tardive35, bien qu'il faille prendre en compte le degré d'inachèvement de la décoration architecturale de ces blocs. Les petits côtés des perles ne sont pas arrondis, mais pointus, les pirouettes sont larges. Il s'agit d'un style caractéristique de l'Asie Mineure à partir de la deuxième moitié du iie siècle p.C.36, et très en faveur à l'époque sévérienne. La concordance entre les oves et les pirouettes n'est pas, selon R. Ginouvès37, un critère de datation, puisqu'on la trouve à la porte d'Hadrien à Antalya, comme dans des édifices du iiie siècle. L’exacte correspondance verticale entre les motifs décoratifs est cependant un phénomène qui s’observe particulièrement à la fin de la période antonine et à l’époque sévérienne. Les perles de l'astragale de BE028 ne sont pas exagérément allongées, comme c'est le cas à l'époque sévérienne38. Mais le fait que les palmettes de l'anthémion de Xanthos ne possèdent que cinq feuilles, alors que, par exemple, les palmettes de l'anthémion du Trajaneum en comptent sept, indique que nous avons affaire à un schéma simplifié, que l'on trouve par exemple à Milet, dans les thermes de Faustine datés du troisième quart du iie siècle. De même, le fait que les feuilles des palmettes naissent toutes du bas du cavet est un trait qui se généralise à partir de l'époque antonine, les premiers exemples apparaissant sous Hadrien39.

128Nos blocs d'architrave sont hors contexte et, de ce fait, leur datation reste problématique. La prudence veut que l'on suggère une date dans la deuxième moitié du iie siècle p.C.

Série 8 : architraves remployées dans le rempart

129Cette série est représentée par plus d'une vingtaine de blocs qui ont été remployés dans le rempart ouest, à une époque qu'il reste à déterminer. Dans la plupart des cas, on ne peut donner que la hauteur de ces blocs. Leur arrangement décoratif, leur concentration dans la même section du rempart et le fait qu'une partie d'entre eux sont inscrits amènent à la classer dans la même série. Vingt blocs sont remployés dans la section 24 du rempart, deux autres blocs de la même série proviennent de la section 31 (un bloc est encore pris dans le mur, l'autre (RO108) gît au pied du rempart, sur l'acropole lycienne. Un dernier bloc (RE019) a été remployé cette fois dans le rempart est. On peut mesurer les fasces de RE019, ce qui n'est pas possible sur les autres blocs. Les vingt blocs de la section 24 n'ont pas été numérotés séparément, RO101 représentant la série.

RO101

Remployé dans le rempart ouest.

H complète = 0,55 m

H restituées des fasces = 0,10 / 0,11 / 0,16 m

Entraxe astragale du couronnement = 0,085 / 0,09 m

La fasce supérieure porte une lettre (H = 0,11 m).

130L'état de conservation des différents blocs qui composent la série ne permet pas qu'on les décrive de façon satisfaisante. L’architrave était composée, de façon habituelle, de trois fasces séparées par des astragales décorés de perles et pirouettes. Les moulures de couronnement ont été dans tous les cas bûchées ou cassées. Les restes d'un ovolo, au-dessus d'un astragale, sont visibles sur le bloc RO108. La mouluration devait être du type décrit pour la série 5 qui, comme on l'a vu, est extrêmement fréquent en Asie Mineure.

131Sur la vingtaine de blocs remployés dans la section 24, neuf portent une lettre (cinq lettres étaient déjà signalées dans les TAM), ce qui est aussi le cas de RE019. RO108 porte, quant à lui, deux lettres espacées de 0,20 m.

132La décoration architecturale de ces blocs, bien trop abîmée, ne peut pas nous fournir d'indice quant à leur datation. L'étude de l'inscription, en cours, pourra peut-être donner une idée de la période à laquelle pouvait appartenir le monument.

Série 9 : architraves remployées dans le rempart

133Deux blocs, sans doute remployés dans le rempart et qui gisent au pied de celui-ci, composent la série.

RN005

H complète = 0,61 m

H fasces intérieures = 0,09 m / 0,11 m / 0,155 m

H fasces extérieures = 0,09 m / 0,125 m / 0,18 m

Série 10 : architraves remployées dans le rempart

134Deux blocs appartenant à cette série ont été remployés dans le rempart est (RE002 et RE026).

RE002

H complète = 0,61 m

H fasces = 0,07 m / 0,11 m / 0,17 m

135La position des blocs ne permet pas de savoir s'il s'agit d'architraves à fasces séparées par un simple décrochement, ou s'il s'agit du type habituel, les blocs reposant, dans ce cas, sur leur face intérieure.

Série 11 : architraves remployées dans le rempart

RO025

La série comprend deux blocs, remployés dans le rempart ouest.

H complète = 0,56 m

H fasces extérieures = 0,08 m / 0,10 m / 0,14 m

Série 12 : architraves remployées dans le rempart

136Les deux blocs connus de cette série sont remployés comme montant de porte sur le foirail du village.

SS009

H complète = 0,40 m

H fasces extérieures = 0,06 m / 0,07 m / 0,12 m

137Les séries suivantes ne sont constituées que par un seul bloc :

Série 19 : architrave remployée dans la basilique civile

138Il s’agit d’une architrave ionique “libre”. Provenant sans doute d’un baldaquin, elle a été remployée comme montant de porte dans le mur sud de l'atrium de la basilique épiscopale.

BE087

L = 2,53 m

P au lit de pose = 0,52 m

H = 0,49 m

139BE087 constitue le seul exemple de cette série, remarquable par le fait que le côté extérieur du bloc ne possède que deux fasces sans moulure de séparation, le côté intérieur prenant la forme d'un bandeau lisse.

140Le soffite est décoré par un panneau lisse aux extrémités concaves. La hauteur des fasces croît vers le haut. Le couronnement intérieur est cassé. Le couronnement extérieur est composé d'un filet droit surmonté d'une doucine et d'un bandeau.

Architrave dorico-ionique

  • 40 Ginouvès 1992, 114 Et no 481.

141Cette formule en général assez rare40 n'est représentée que par un seul bloc.

BE086 (pl. 26, fig. 83)

Remployée comme montant de porte dans le mur sud de l'atrium de la basilique épiscopale, avec BE087.

L = 2,70 m

P au lit de pose = 0,525 m

H = 0,49 m

142Le soffite est décoré d'un panneau central lisse aux extrémités concaves.

143Le côté extérieur de l'architrave est constitué d’un bandeau lisse couronné par une taenia lisse, de plan supérieur horizontal. Les regulae possèdent six gouttes tronconiques.

144Le côté intérieur du bloc montre deux fasces lisses, sans moulure de séparation et de hauteur croissante vers le haut. Le couronnement se compose d'un talon droit et d'un bandeau.

145Il est tentant de mettre en rapport be086 et be087 car les hauteurs et profondeurs des deux blocs sont identiques. Dans les deux cas, le côté intérieur est constitué par deux fasces. Par ailleurs, les blocs ont été remployés ensemble. En revanche, be086 ne possède pas de taenia et les moulures de couronnement des deux blocs sont différentes. Si ces deux blocs appartiennent au même monument, on peut penser qu'il ne s'agissait pas d'un édifice très soigné.

Architraves-frises (pl. 46-47)

  • 41 Coulton 1976, 145.

146Cette formule consistant à tailler dans le même bloc l'architrave et la frise, qui a peut-être pour but d'obtenir un entablement plus solide41, a été utilisée dans trois édifices de Xanthos : l'agora romaine, le théâtre, le présumé nymphée. Mais, à côté de ces trois grandes séries, on trouve plusieurs blocs d'architrave-frise, différents par leurs dimensions et leur décor et dont on ne sait pas de quels édifices ils proviennent.

Série 1 : architraves-frises de l'agora romaine

Série 2 : architraves-frises du théâtre (pl. 46, fig. 121)

Série 3 : architraves-frises du présumé nymphée

Série 4 : architrave-frise découverte sur l’agora ouest

147Un bloc d'architrave-frise, A050, représente cette série. Il se trouve à l'intérieur du portique est de l'agora romaine et l'on ne sait pas d'où il provient. Le bloc CAR003, qui gît au sud de la place dallée, hors contexte, est peut-être attribuable à la même série. Ce bloc a été très abîmé par les intempéries et n'est pas complètement dégagé, de sorte qu'on ne peut pas donner ses dimensions exactes. Le motif de la frise est cependant similaire, l'astragale très proche et les dimensions, pour autant qu'on puisse en juger, n'excluent pas cette attribution. L'éloignement géographique de ces deux blocs ne permet évidemment pas de les rapprocher d'un édifice particulier. On notera cependant que le rinceau qui orne la frise de ces deux blocs est très proche du rinceau sculpté sur le chapiteau BN006, datable de la fin du iiie siècle.

A050 : (pl. 27, fig. 84a et b)

L = 0,66 m

P = 0,55 m au lit d'attente et 0,37 m au lit de pose.

H = 0,55 m

148Le soffite est décoré d'un rinceau avec tiges adventices en volutes.

149Les décors diffèrent légèrement d'une face à l'autre.

150Face 1 : l'architrave (H = 0,28 m) possède trois fasces (H = 0,09 m / 0,085 m / 0,11 m). Les fasces inférieure et médiane sont séparées par un astragale orné de perles et pirouettes, la fasce médiane et la fasce supérieure par une torsade surmontée d'un filet. Le couronnement de l'architrave est composé d'un astragale à perles et pirouettes, dont les perles sont très allongées, d'un kymation ionique à fers de lance et d'un talon décoré d'un anthémion.

151Le corps de la frise, dont le profil est en cavet, est décoré d'un anthémion composé de fleurs à quatre pétales trilobés alternées avec des feuilles entourées par une sorte de rinceau. L'anthémion est surmonté d’un kymation ionique à fers de lance dont ne subsiste que la partie inférieure.

152Face 2 : les trois fasces (H = 0,07 m / 0,05 m / 0,07 m) sont séparées par des astragales à perles et pirouettes. Le reste de la décoration est identique à celle de la face 1.

153De façon exceptionnelle à Xanthos, les fasces ne croissent pas en hauteur et la fasce médiane est moins haute que la fasce inférieure.

  • 42 Wegner 1978-1980, 101 et fig. 16.

154La plupart des caractéristiques de la décoration de ce bloc poussent vers une datation à l'époque tardive : le soffite est décoré d'un rinceau dans lequel n'apparaissent plus les feuilles qui prennent habituellement naissance entre deux volutes. Cette simplification du motif est courante en Asie Mineure au iiie siècle42.

  • 43 TH130.

155Le caractère tardif de cette décoration est confirmé par l'allongement des perles des astragales et par l'emploi, sur une des faces, du motif de la torsade dont on a vu plus haut qu'il était fréquent à l'époque impériale, mais plus particulièrement à la fin du iie siècle et au iiie siècle. La verticalité des motifs de couronnement, le traitement des oves, très largement détachés de leurs enveloppes, vont dans le même sens. Les fleurs à quatre pétales trilobés du rinceau sont en outre très proches des fleurs qui ornent la frise des architraves-frises du théâtre43. Une datation de A050 au iiie siècle est envisageable.

Série 5 : architrave-frise remployée sur l’agora ouest

Deux blocs extrêmement fragmentaires, A092 et A079 constituent cette série.

A092

Remployé dans un mur tardif perpendiculaire au stylobate est, au nord.

L conservée = 0,60 m

H conservée = 0,45 m

156Le bloc est très abîmé. On ne peut mesurer que la fasce supérieure, étonnamment réduite (H = 0,06 m). Elle est séparée de la fasce médiane par un astragale de perles et pirouettes.

157Le couronnement consiste en un kymation ionique composé d'oves séparés par des dards, surmonté d'un bandeau décoré de palmettes assez plates.

158La frise, convexe, est décorée de feuilles d'acanthe disposées en diagonale, en alternance avec des fleurs à quatre pétales, peut-être entourées par un rinceau. Du couronnement de la frise, il ne reste qu'un kymation ionique assez abîmé, le reste est cassé. On trouve le même décor sur l'architrave-frise A079.

159Les remarques faites à propos de A050 (traitement des oves, astragales) peuvent s'appliquer à ces deux blocs.

Série 6 : architrave-frise gisant sur le foirail de K ń ḱ

Encore une fois, un seul bloc représente cette série.

SS004

Bloc partiellement enfoui sur le foirail de K ń ḱ.

L conservée = 0,50 m

P au lit de pose = 0,45 m

H = 0,60 m

160Le soffite du bloc porte un décor de feuilles de lierre.

161Sur sa face extérieure, l'architrave est composée, de manière habituelle à Xanthos, de trois fasces de hauteur croissante vers le haut (0,04 m / 0,06 m / 0,11 m), séparées par des astragales de perles et pirouettes.

162Le couronnement de l'architrave consiste en un kymation ionique surmonté d'un anthémion.

163La frise (H = 0,27 m), de profil convexe, est décorée de rinceaux et de feuillages allongés et couronnée par un bandeau plat.

164La face intérieure du bloc ne comporte qu'une seule fasce lisse (H = 0,25 m) surmontée d'une cyma reversa.

165La frise, de profil convexe, est lisse. Le couronnement est constitué par un bandeau plat.

166La décoration de ce bloc est semblable à celle que l'on rencontre habituellement à Xanthos : les motifs présentent tous des caractéristiques qui indiquent une date ne pouvant être antérieure à la deuxième moitié du iie siècle p.C.

Série 7 : architrave-frise remployée dans le rempart

Deux blocs remployés dans le rempart et assez difficiles d'accès appartiennent à cette série.

RO121

Remployé dans le rempart est.

L = 3 m

H = 0,50 m

167Le côté visible de l'architrave montre deux fasces de hauteur croissante vers le haut (0,08 / 0,12 m) et qui ne sont séparées que par un simple décrochement.

168Le couronnement est composé d'un astragale lisse surmonté d'un quart-de-rond, d'un cavet lisse et d'un bandeau plat.

169La frise, de profil convexe, est lisse. Son couronnement se réduit à un bandeau plat.

170L'absence de décoration du bloc le rend difficile à dater. On peut cependant le rapprocher des architraves-frises de la première série, dont les frises sont également lisses et convexes. La différence entre les hauteurs (0,08 m) et le fait que RO121 n'ait que deux fasces empêchent cependant de les attribuer à la même série.

Frises (pl. 48-50)

171La très grande majorité des blocs de frise retrouvés à Xanthos appartiennent à des entablements ioniques : sur plus de soixante-dix blocs répertoriés, nous ne possédons à ce jour que quatre exemples de blocs de frise dorique. Tous les blocs sont en calcaire.

  • 44 On trouve très fréquemment dans l’architecture micrasiatique les deux types de décoration associés (...)

172Comme c’est le cas à l’époque romaine dans la plupart des sites d’Asie Mineure, deux motifs ont été utilisés pour la décoration des frises : les rinceaux et les files de godrons44. Des différences importantes dans les dimensions des blocs et, une fois au moins, dans le style de la sculpture, amènent cependant à distinguer plusieurs séries à l'intérieur du même groupe de décoration. Ces blocs de frise sont tous datables de l'époque romaine.

173Deux blocs de frise se distinguent cependant de ces séries : il s'agit des blocs CR036, CR036 bis et CR036 ter qui ont été découverts pendant la campagne 2001, lors du nettoyage de surface de la basilique civile. Ces blocs se situent dans une tout autre tradition que les autres blocs de frise de Xanthos et ils témoignent de l'existence d'un édifice disparu, antérieur à l'époque impériale.

Frises ioniques

Série 1 : frises du théâtre

Série 2 : frises de la basilique civile

Série 3 : frises remployées dans le rempart

174Cette série comprend au moins vingt-cinq blocs remployés dans deux sections du rempart ouest (vingt-quatre blocs section 24, en contrebas de l'agora romaine et un bloc section 31, sur l'acropole haute) très éloignées l'une de l'autre. Beaucoup de ces blocs sont fragmentaires. Les longueurs complètes varient de 0,79 à 1 m. Deux blocs (A052, qui est un bloc biface et A242) portant la même décoration et dont les dimensions correspondent, gisent sur l'agora romaine, hors contexte.

RO001

Remployé dans le rempart ouest.

L = 0,80 m

H = 0,38 m

175La frise, de profil convexe, est décorée d'un rinceau composite de feuillages et de fleurs. Le couronnement est constitué, au-dessus d'un filet, par un astragale de perles et pirouettes surmonté d'une file d'oves et d'un bandeau plat (H = 0,05 m).

176Une surface de décharge a été ménagée au lit d'attente.

177Le style et le motif du décor correspondent à celui des architraves-frises appartenant aux séries 5 et 6. Les perles des astragales sont très allongées. La pointe des oves, très détachés de leurs enveloppes, correspond à l'espace entre deux pirouettes. Une fois encore, on se trouve en présence de blocs dont la décoration indique une date relativement tardive.

  • 45 Vandeput 1997, 179. On trouve par exemple ce motif sur les frises de cinq édifices majeurs de Sagal (...)
  • 46 Ginouvès 1989, 90, no 2.

178Ce type de décor a été particulièrement apprécié en Asie Mineure45 notamment à partir de la deuxième moitié du iie siècle46, et n'est donc pas surprenant à Xanthos.

179Les blocs appartenant aux autres séries sont souvent des exemples uniques de chacune de celles-ci. Il s'agit chaque fois de frises de profil convexe décorées de rinceaux composites, dont le couronnement est le même que celui des blocs de la série 2. Les différences de dimensions indiquent toutefois que ces blocs appartenaient à des édifices distincts, mais sans doute contemporains.

Série

No

Hauteur totale

Hauteur frise

Entraxe astragale

4

NY005 NY007
A380

0,35 m

0,24 m

0,11 m

5

RN007

0,32 m

0,21 m

0,09 m

6

RN009
RN013

0,42-0,45 m

0,30-0,32 m

0,12 m

Frises à godrons

180Ce groupe est formé par plus d'une vingtaine de blocs, dont malheureusement aucun ne peut être attibué à un édifice précis. Dans tous les cas, la frise, de profil en cyma recta, est décorée d'une file de godrons à lunules. Le couronnement, quand il est conservé, est toujours composé d'un filet droit, d'un astragale de perles et pirouettes, d'un kymation ionique et d'un bandeau plat. Comme on en a l'habitude à Xanthos, on constate que les dimensions des blocs varient souvent. En dépit de ces irrégularités et du fait que la hauteur des blocs est toujours la même, on peut considérer que les blocs de frise à godrons actuellement connus appartiennent tous à une seule série.

Série 1 : frises remployées dans la basilique civile et dans la cathédrale (pl. 27, fig. 85)

BE064 (pl. 49, fig. 130)

Bloc remployé dans la basilique épiscopale comme montant de porte.

L conservée = 0,70 m

P au lit d’attente = 0,60 m

P au lit de pose = 0,47 m

H = 0,50 m

181La cyma recta qui constitue le profil de la frise est décorée d'une file de godrons à lunules (entraxe = 0,132 m). Le couronnement est composé d'un astragale au-dessus d'un filet droit, puis d'un kymation ionique. Les perles et les pirouettes de l'astragale ne sont pas clairement séparées, leur exécution est peu soignée. L'ovolo a été traité de la même façon et montre des oves et des enveloppes très épais. Les dards qui séparent les oves montrent deux pointes de flèche imbriquées. Ce motif particulier n'apparaît pas sur tous les blocs de la série. Les dards touchent le milieu des perles, mais il n'y a pas de concordance entre le motif de couronnement et le rythme des godrons.

182A l'intérieur de cette série, on constate d'assez nombreuses différences, de dimensions, mais aussi de traitement. Les profils en cyma recta (sur BE273 [pl. 50, fig. 131] par exemple) sont parfois très marqués et prennent la forme d'une S. On notera aussi que les godrons sont moins larges sur le bloc AI012 (pl. 50, fig. 132).

  • 47 Sur la présence du motif à la corona, voir Töbelmann 1923, 45 et Abb. 42.
  • 48 Vandeput 1997, 179. Par exemple, le temple de Zeus à Aizanoi, la porte d’Hadrien à Ephèse, possèden (...)
  • 49 Ce profil est par exemple peu accentué à la Porte d’Hadrien, Thür 1989, Taf. 19, ou à la Bibliothèq (...)
  • 50 Vandeput 1997, 180.
  • 51 Thür 1989, 105.

183Le motif des godrons, pratiquement réservé à la décoration des frises47, est extrêmement populaire en Asie Mineure, à partir de l'époque hellénistique48 et l’on ne s'étonnera pas du fait qu'il soit bien représenté à Xanthos. La forme en S des cymas rectas s'accentue de plus en plus au cours du iie siècle49. Cette caractéristique va de pair avec un élargissement des bordures des godrons et des canaux qui les séparent50. La concordance des motifs n’est plus respectée. Un bon exemple de cette évolution est fourni par les frises de l’agora d’Éphèse, datées du iiie siècle p.C.51 Les blocs de Xanthos sont datables au plus tôt du iie siècle p.C. et plus probablement de la fin de celui-ci.

184On notera enfin que, à l’inverse de ce que l’on constate dans d’autres sites d’Asie Mineure, on ne trouve pas à Xanthos de files de godrons sculptées sur un profil en gorge.

Frises doriques

Série 1 : frises remployées dans le rempart

La série est constituée par deux blocs portant des triglyphes remployés dans le rempart ouest et difficiles d'accès.

RO123

L = 1,68 m

H = 0, 59 m

L triglyphe = 0,24 m

L métope = 0,30 / 0,33 m

185La hauteur des blocs est pratiquement double de la largeur des métopes, elles-mêmes très étroites. Ces dimensions curieuses incitent à considérer qu'il s'agit d'une décoration plutôt que de véritables éléments architectoniques.

Corniches-simas

  • 52 Sur le terme, voir Ginouvès 1992, 126 et no 607.
  • 53 Type ainsi défini par Ginouvès 1992, 122-123 et no 548. Les corniches ioniques possèdent trois regi (...)
  • 54 La présence de modillons caractérise les corniches corinthiennes, Ginouvès 1992, 124. Les corniches (...)

186Les quelque cent trente blocs de corniche répertoriés à Xanthos sont tous des blocs de corniche-sima52. Ces blocs, tous en calcaire, se répartissent en deux groupes : les corniches-simas ioniques53 et les corniches-simas à denticules et modillons54. L'inventaire des blocs a permis d'isoler trois séries dans le premier groupe et dix séries dans le second.

Corniches-simas ioniques (pl. 51 et 52)

Série 1 : corniches-simas de l’arc de Sextus Marcius Priscus

Série 2 : corniches-simas de l'agora romaine

Série 3 : corniche-sima de la terrasse des Néréides (pl. 54, fig. 138)

  • 55 FdX, III, 27-30.
  • 56 FdX, III, pl. 12.

187La terrasse sur laquelle s'élevait le Monument des Néréides a été succinctement décrite par P. Demargne55 qui datait les murs est et nord encadrant la terrasse du iiie ou du iie siècle a.C. Nous n'avons pas pu retrouver le bloc de “sima hellénistique” dont la photographie apparaît dans la publication56 et qui présentait une gargouille en tête de lion bien conservée. Quelques autres blocs de corniche-sima appartenant à l'entablement du mur est de la terrasse sont en revanche visibles parmi d'autres blocs provenant du Monument des Néréides.

TN001 (pl. 27, fig. 86)

L = 0,62 m

P conservée au lit d’attente = 1,14 m

H = 0,40 m

188La base de la corniche comporte un quart-de-rond au-dessus d'un listel. Le soffite du larmier est rectiligne et oblique. Le front du larmier est surmonté d’une cyma reversa et d’un filet droit. La sima possède un profil en cavet. Son couronnement est constitué par un bandeau plat.

189L'ensemble de la corniche et de la sima présente des moulurations entièrement lisses.

  • 57 Ginouvès 1992, 191.

190A un peu plus de 0,14 m en retrait par rapport à la façade du bloc, le lit d'attente de celui-ci a été recreusé pour former une sorte de canal (l = 0,17 m) destiné à recevoir un élément indépendant57 en terre cuite.

Série 4 : corniche-sima provenant de l’arc disparu de la porte nord-est

191Ces quatre séries de corniches-simas ont en commun l'absence complète de décoration et il est, de ce fait, très difficile de les dater. On verra plus loin que le groupe des corniches-simas “ioniques” est bien moins important que celui des corniches-simas corinthiennes qui semble correspondre à un vaste programme d'urbanisation qu'aurait connu Xanthos à partir de la fin du iie siècle. Les corniches-simas “ioniques” ne se retrouvent par ailleurs jamais associées aux corniches “corinthiennes” dans le même édifice. Même si ces constatations ne datent pas précisément nos blocs, elles poussent à penser que les différences structurelles entre les corniches indiquent des époques différentes.

192Nous ne possédons à Xanthos qu'un seul monument daté avec certitude, l'arc de Sextus Marcius Priscus construit sous l'empereur Vespasien. Ce petit arc possède un entablement mixte qui associe architrave et frise dorique, et corniche ionique. Le profil de celle-ci est assez comparable aux profils des corniches-simas de la série 1 : dans les deux cas, la base de la corniche comporte une mouluration en quart-de-rond, un soffite de larmier rectiligne et oblique. Cependant, les moulures qui séparent le larmier de la sima proprement dite ne sont pas identiques et les profils des simas diffèrent aussi, celui de la série 1 étant plus proche du cavet que de la doucine que l'on trouve sur les corniches de l'arc. Les hauteurs des blocs des deux séries sont pratiquement égales (0,40 m et 0,41 m) et l’on peut considérer que, en dépit des différences signalées, les deux séries appartiennent à la même tradition.

193Les corniches-simas de l'agora romaine semblent bien aussi ressortir au même type : base avec mouluration en cyma reversa, soffite du larmier rectiligne (mais horizontal), sima en doucine.

194La troisième série, qui correspond aux corniches-simas repérées à proximité de la porte nord-est de la ville, diffère de façon importante des séries 1 et 2 et des corniches-simas de l'arc de S. M. Priscus, d'abord par la présence de denticules, mais aussi par le fait que la moulure qui prend place au-dessus de celles-ci est très importante et ne laisse pas ou peu de place au soffite du larmier profond de seulement 0,015 m (contre 0,145 m à l'arc, ou 0,13 m pour TN001). Aucune mouluration ne vient séparer le front du larmier de la sima, profilée en doucine.

  • 58 Ginouvès 1992, 102 et no 3.
  • 59 Vandeput 1997, 180. Ces proportions particulières sont mises sur le compte d'un atelier pamphylien.
  • 60 Vandeput 1997, 180.

195Les denticules ont une largeur qui n'atteint même pas la moitié de leur hauteur, ce qui semble indiquer une date tardive. On trouve ce dispositif au nymphée de Laodicée du Lycos58, daté pour son premier état de l'époque de Caracalla. Les denticules des corniches du nymphée au nord de l'agora inférieure de Sagalassos montrent des proportions identiques59, mais le nymphée est daté de l’époque post-hadrianique60. Cependant, les corniches-simas de la série 3 ont aussi en commun avec les corniches de Laodicée la profondeur extrêmement réduite du soffite du larmier.

196Il me semble donc que, si les corniches des séries 1 et 2, comme celles de l'arc de S. M. Priscus, se rattachent encore à la tradition classique, il n'en est pas de même pour les corniches de la série 3 qui sont sûrement postérieures.

197Dater précisément les corniches des deux premières séries est impossible, tout au plus peut-on considérer qu'elles peuvent être contemporaines, ou à peu près, de l'arc construit sous Vespasien, ce qui nous invite à les placer vers la fin du ier siècle p.C.

Corniches à denticules et modillons ou corniches corinthiennes

198Les corniches-simas corinthiennes conservées constituent le groupe de blocs le plus important de l'inventaire. Nous en connaissons une centaine, disséminées un peu partout sur le site. Leur structure est presque toujours la même : une file de denticules est surmontée, soit par une cyma reversa, soit directement par les modillons ; au-dessus, le front du larmier, lisse, est couronné par un astragale et un kymation ionique. La sima est la plupart du temps profilée en doucine.

199Les dimensions des blocs, la présence ou non de la cyma reversa, ainsi que la décoration architecturale permettent cependant de distinguer plusieurs séries qui correspondent en théorie à autant d'édifices pour la plupart disparus.

Corniches-simas à cyma reversa

200A l'intérieur de ce premier sous-groupe, nous distinguerons les corniches munies d'une cyma reversa lisse et les corniches munies d'une cyma reversa ornée de rais-de-cœur.

Corniches-simas à cyma reversa lisse (pl. 55 et 56)

Série 1 : corniches remployées dans la basilique chrétienne de l’agora inférieure

  • 61 AI018, AI020.
  • 62 AI003.
  • 63 ThE003.

201Cette série comprend au moins cinq blocs. Quatre d'entre eux61 se trouvent sur l'agora inférieure et ont été remployés dans la basilique chrétienne qui s'élève sur la place. Parmi ces blocs, on trouve un bloc de corniche sans modillons62 qui pourrait convenir à un rampant de fronton. Un bloc a été remployé dans une construction tardive au nord-est des thermes est63. Comme on l'a déjà constaté, les dimensions peuvent varier de quelques centimètres à l'intérieur de la même série.

AI004 (pl. 27, fig. 87 et pl. 55, fig. 140)

L = 0,84 m

P conservée = 0,40 m

H = 0,53 m

  • 64 Comme c'est souvent le cas en Asie Mineure à partir de la fin de l'époque d'Hadrien, Cf. Strong 195 (...)

202Au-dessus de la file de denticules (l = 0,04 m) se trouve une mouluration en cyma reversa. Les modillons sont décorés d'une feuille d'acanthe à plat, leur face verticale ne porte pas de décor. Une file d'oves souligne les modillons et les entre-modillons64 qui sont décorés d'une rosette à quatre pétales. Les oves, assez allongés, sont séparés par de simples dards. La corona est lisse, comme toujours sur les corniches de Xanthos. Elle est surmontée d'une file de perles et pirouettes. Les perles sont ovales, les pirouettes en forme de disque. Au-dessus prend place une file d'oves bien détachés de leurs enveloppes et séparés par des fers de flèche. La sima est décorée d'un anthémion composé de palmettes à sept feuilles alternativement ouvertes et fermées. Elle est munie d'une fausse gargouille en tête de lion assez mal conservée.

  • 65 Vandeput 1997, 145.
  • 66 Il existe des exemples plus précoces de kymations ioniques associant oves et flèches, mais la forme (...)

203Les flèches à la forme très prononcée qui séparent les oves indiquent sans doute une date postérieure à la construction de la bibliothèque de Celsus à Éphèse65, soit 113-117 p.C.66 Les enveloppes n'entourent plus complètement les oves, comme c'est déjà le cas à la porte d'Hadrien à Antalya et comme ce deviendra l'usage tout au long de la période antonine.

  • 67 Vandeput 1997, 160 et Pl. 38, 39, 40, 41.

204La sima est décorée d'une file de palmettes alternativement ouvertes et fermées. Les palmettes, traitées en à-plats, ne sont réunies par aucun lien, mais sont disposées de manière à se toucher. Les motifs individuels restent cependant très clairs, à l'inverse de ce qui apparaîtra sur de nombreux exemples tardifs. Cette formule apparaît elle aussi à la bibliothèque de Celsus et elle sera abondamment reprise par la suite. Les corniches de la porte d'Hadrien offrent un bon parallèle aux corniches de Xanthos : l'arrangement des palmettes est similaire. Les pointes des feuilles des palmettes ouvertes affectent elles aussi une forme de faucille. Les palmettes fermées ne naissent pas directement de l'arête inférieure de la mouluration, ou de la feuille médiane, mais d'un genre de calice végétal, très mal conservé. C'est aussi le cas à Pergé, à la colonnade de la porte sud, datée des années 117-122 p.C. On trouve le même motif sur les moulurations de base des socles du nymphée situé au nord de l'agora inférieure de Sagalassos, daté de la fin de l'époque hadrianique67. Dans ces deux derniers exemples, il s'agit cependant d'un anthémion composé uniquement de palmettes ouvertes.

205Une corniche provenant de l'agora de Smyrne datée d'après 178 p.C., porte des palmettes très proches de celles des blocs de Xanthos : sept feuilles, même relief très plat, palmettes fermées naissant d'un culot végétal.

206Des palmettes traitées de façon similaire décorent enfin les corniches de l'étage de la Cour de Marbre de Sardes, dédiée en 211-212.

Série 2 : corniches découvertes près de l’arc de Vespasien

207Cette série ne comprend actuellement que deux blocs, SS006 et SS007, appuyés contre la courtine sud du rempart, juste à l'avant de l'arc de Vespasien. Le bloc SS007 est, du point de vue de la décoration, en tout point comparable avec SS006. Les dimensions sont en revanche différentes, SS006 étant d'un module plus petit.

SS006 (pl. 28, fig. 88 et pl. 56, fig. 141)

L conservée = 1,50 m

P au lit d’attente = 0,84 m

H = 0,51 m

Trou de louve au lit d'attente.

208Au-dessus de la file de denticules de section oblique se trouve une mouluration en talon. Les modillons sont d'une très faible épaisseur. Ils sont décorés d'une feuille d'acanthe. Les entre-modillons, encadrés comme les modillons d'un ovolo, sont décorés de rosettes à quatre pétales.

209La corona est lisse. Elle est surmontée d'un astragale orné de perles et de pirouettes, aux perles assez allongées et aux pirouettes rhomboïdales, les différents éléments étant reliés par de petits pédoncules de pierre.

210Au-dessus prend place un ovolo, la pointe des oves étant placée dans l'axe entre deux pirouettes. Les oves sont séparés par des flèches. La sima est décorée d'une file de palmettes alternativement ouvertes et fermées, sans élément de liaison entre elles.

211Ces corniches ressemblent à celles qui composent la première série. Plusieurs détails font cependant que l'on doit les distinguer. L'épaisseur des modillons d'abord : 0,035 m pour SS006 et 0,085 m pour AI004. Le traitement des flèches qui séparent les oves ensuite : l'extrémité des flèches n'est pas toujours pointue. Le traitement des oves est assez comparable. Cette différence pourrait, à la rigueur, être mise sur le compte d'une différence de main, mais le traitement de l'anthémion est lui aussi différent. Le schéma de base est le même, puisqu'il s'agit de palmettes ouvertes et fermées, à sept feuilles, traitées en faible relief. Mais cette fois les palmettes naissent directement de l'arête inférieure de la mouluration. Les palmettes sont également beaucoup plus étirées, élargies, de sorte que le motif est moins clair.

212On note également une différence dans l'exécution proprement dite, beaucoup moins soignée que sur les blocs de la première série.

213Ces corniches se situent cependant dans la même tradition, dérivée de l'arrangement décoratif des corniches de l'arc d'Hadrien à Antalya. Le fait que les motifs individuels soient moins clairement différenciés à la sima, et qu'ils s'élargissent, reflète une évolution qui atteint son apogée sur les monuments de l'époque sévérienne, mais qui n'est pas encore aboutie sur les blocs de Xanthos. Les corniches de la série 2 sont probablement contemporaines de celles de la série 1, ou légèrement postérieures.

Corniches-simas à cyma reversa ornée de rais-de-cœur

Série 1 : corniches-simas remployées dans le rempart

214Cette série comprend une dizaine de blocs, dont la plupart gisent dans un secteur géographique très limité, à une cinquantaine de mètres au nord de l'arc de S. M. Priscus, approximativement sur le tracé du rempart, disparu à cet endroit. Ils avaient probablement été remployés dans la muraille à l’époque tardive.

SS010 (pl. 28, fig. 89 et pl. 57, fig. 142)

L = 1,15 m

P conservée = 1,03 m

H = 0,58 m

215La moulure en talon qui prend place au-dessus des denticules est décorée de rais-de-cœur en étrier. Les modillons sont ornés, au soffite, de feuilles d'acanthe, alors que les entremodillons portent des rosettes à quatre pétales, ou de simples feuilles disposées en oblique, l'ensemble étant couronné d'un ovolo.

216Au-dessus du larmier lisse se trouve un astragale de perles et pirouettes surmonté d'un ovolo. Les oves sont séparés par de simples dards.

217La sima est décorée d'un anthémion qui alterne les palmettes fermées et droites avec les palmettes ouvertes et pendantes. Certaines palmettes sont lisses et traitées en faible relief, d'autres sont beaucoup plus réalistes. Elles sont reliées par un rinceau.

  • 68 Sur le motif à l'époque augustéenne, voir Ganzert 1983, 123 et 191 ; 1984, 142.

218Le kymation lesbique qui couronne les denticules est le fruit d'une évolution du motif68 qui a perdu toutes ses qualités végétales pour se transformer en décor géométrisé dans lequel le schéma originel est difficile à reconnaître. Le dessin est très sec, le modelé inexistant.

  • 69 Vandeput 1997, 152-153.

219Sur le bloc SS010, le haut du kymation est coupé par l'arête supérieure de la mouluration, comme c'est habituel au iie siècle p.C. Le dard est complètement séparé du cadre de l'étrier, ce qui deviendra la seule formule employée à partir de l'époque antonine69. Ce dard est de forme pratiquement triangulaire, la base du triangle se trouvant au contact de l'arête supérieure de la cyma ; la feuille intermédiaire a complètement perdu sa forme de cœur et s'apparente davantage à une Y.

  • 70 Vandeput 1997, Pl. 53-1 et 60-4.
  • 71 Ginouvès 1969, 94, no 2 et Pl. LVII-2.

220Les kymations lesbiques très stylisés de ce type apparaissent fréquemment au tournant du iie siècle et du iiie siècle. On en a plusieurs exemples à Sagalassos, au théâtre, daté de la fin de la période antonine, et également à la porte près des thermes, datée du premier quart du iiie siècle70. On peut trouver un autre parallèle au nymphée sévérien de Laodicée du Lycos71, où l’on voit le kymation lesbique associé à un anthémion de même type que celui de SS010.

221La sima de SS010 porte comme décor un anthémion composé de palmettes liées entre elles par un rinceau. Les palmettes, ouvertes et fermées, sont alternativement dressées et pendantes. Mais la caractéristique essentielle de cet anthémion est de montrer des palmettes travaillées en relief très plat, avec un contour lisse, en même temps que des palmettes travaillées de façon beaucoup plus réaliste, d’apparence bien plus végétale et possédant des feuilles à digitations. Le rinceau est du même type que ces dernières.

  • 72 Vandeput 1997, 102 et Pl. 46-2.
  • 73 Mitchell 1995, 92 et Pl. 31.

222La sima des corniches du nymphée de l’agora supérieure de Sagalassos est décorée d’anthémions similaires dans lesquels alternent les palmettes fermées lisses et les palmettes ouvertes aux feuilles indentées72. On trouve la même association à l’entablement des portiques de l’agora de Pergé, sur les corniches du temple d’Antonin le Pieux à Cremna73. La même formule est employée à l’entablement de la Cour de Marbre de Sardes.

223Cet ensemble d’observations pousse à proposer une date à la fin du iie siècle pour les corniches de cette série.

Série 2 : corniches-simas remployées dans le rempart

  • 74 RN004, RN005.

224Les blocs (au moins une douzaine) qui composent cette série ont été remployés pour leur majorité dans le rempart ouest, dans la section 24 (en contrebas de l'agora romaine) et dans la section 31 (sur l'acropole haute). Deux autres blocs74 ont servi à élever un petit mur tardif qui s'appuie contre le rempart nord, à une trentaine de mètres au nord-est du sarcophage de Payava. Les blocs des sections 24 et 31 sont encore pris dans le rempart et sont de ce fait difficiles à mesurer et décrire précisément. Bien que leur arrangement soit à première vue similaire à celui de la série précédente, il me semble plus prudent de les ranger dans une catégorie différente, en particulier parce que l'état de conservation de la sima, quand elle est visible, ne permet pas de comparer son décor avec celui de la première série.

RO109 (pl. 58, fig. 143)

Bloc remployé dans le rempart ouest.

P au lit de pose = 0,61 m

P au lit d’attente = 1,02 m

H = 0,57 m

225La moulure en talon qui surmonte les denticules est ornée de rais-de-cœur. Les modillons sont décorés de feuilles d'acanthe au soffite et les entre-modillons de rosettes à quatre pétales. Au-dessus du larmier lisse, on trouve un astragale de perles et pirouettes surmonté d'un ovolo. La sima porte un décor végétal, mais l'état de conservation des blocs empêche de décrire celui-ci.

226Le kymation lesbique particulièrement bien visible sur le bloc RN004 (pl. 29, fig. 190) est comparable à celui des blocs de la série précédente bien que la partie supérieure du motif ne soit pas coupée par l'arête supérieure de la moulure et que les feuilles intermédiaires soient davantage en forme de cœur. La géométrisation des motifs est cependant très visible. Par ailleurs, un des blocs porte comme décoration de soffite de modillon une tête barbue. Ce genre de motif qui fait penser aux masques de théâtre est fréquemment employé à cet endroit dans de nombreux édifices de la fin du iie ou du début du iiie siècle.

Série 3 : corniche-sima découverte sur l’agora ouest

Cette série ne comprend que deux blocs, hors contexte.

A051

Corniche à modillons biface avec retour d'angle.

Gît à l'intérieur du portique est de l’agora romaine, au nord.

L = 0,52 m

P = 1,24 m au lit d'attente et 70 au lit de pose

H = 0,45 m

227Les deux faces du bloc sont décorées de la même façon. La longueur et l'espacement des denticules varie de 0,05 m d'une face à l'autre. Les entraxes donnés représentent une valeur moyenne.

228Les denticules (L = 0,05 m, espacement = 0,05 m), sont surmontés par un filet et un kymation lesbique (entraxe = 0,16 m), puis par des modillons bombés à l'avant portant comme décor une feuille d'acanthe dont la nervure axiale remonte en façade. Les entremodillons portent des caissons décorés d'une fleur à quatre pétales, bordée d'un kymation ionique. Au-dessus du front du larmier se trouve un astragale décoré de perles et pirouettes, un kymation ionique à simples dards (entraxe = 0,115 m). La sima possède un décor végétal, très abîmé. On distingue une palmette pendante, traitée de façon florale, comme les palmettes de la série 1 du groupe. On peut restituer un décor composé de palmettes alternativement droites et pendantes, sans pouvoir être plus précis sur l’apparence des palmettes droites qui pouvaient être elles aussi traitées de façon florale, ou bien laissées lisses comme dans la série 1.

A 95

Corniche à modillons

Non mesurable

229Ce bloc, très fragmentaire, présente le même décor que A 51, à cette différence près que les caissons sont décorés d'une feuille d'acanthe disposée en diagonale. Le travail est également différent.

Série 4 : corniche-sima découverte sur l’agora ouest

A 55bis

Corniche

Gît sur l'aula de l'agora.

L = 0,60 m

P = 0,55 m

H = 0,38 m

230Les denticules (L = 0,03 m, espacement = 0,03 m) sont surmontés d’un kymation lesbique. La corniche possède un larmier dont le front est surmonté d'un astragale de perles et pirouettes, d'un filet et d'un décor floral.

Corniches-simas sans cyma reversa

Série 1 : corniches-simas du théâtre (pl. 58, fig. 144)

Série 2 : corniches-simas de la basilique civile (p. 78-80)

Série 3 : corniche-sima remployée dans le rempart

231Un seul bloc représente cette série. Il avait été remployé dans un petit mur tardif qui prenait appui sur le rempart dans le secteur situé au nord-est du sarcophage de Payava.

RN003

Bloc remployé dans un muret tardif, nécropole nord-est

L = 0,48 m

P = 0,50 m

H conservée = 0,35 m

232Les denticules étaient surmontés d’un kymation ionique dont ne subsiste qu’une toute petite section. Les modillons sont décorés d’une feuille d’acanthe au soffite. L’entremodillon conservé est décoré d’une simple feuille et encadré par un ovolo.

233La corona, lisse, est surmontée d’un astragale de perles et pirouettes et d’un kymation ionique. Les perles sont allongées et traitées à facettes. Les oves, très détachés de leurs enveloppes et dont la pointe est placée dans l’axe entre les pirouettes, sont séparés par des flèches à la forme très marquée.

234La sima a presque complètement disparu, mais on peut restituer un décor de palmettes traitées de façon naturaliste liées par un rinceau lui aussi végétal. La palmette conservée est pendante et l’on peut supposer, en extrapolant par rapport aux décors de sima connus à Xanthos, qu’il s’agissait de palmettes alternativement pendantes et droites.

235Les motifs sont, d’une façon générale, très détachés du champ de façon à obtenir de forts contrastes d’ombre et de lumière.

Série 4 : corniches-simas remployées dans le rempart

Trois blocs, RE007, RE039 et RE113 qui furent remployés dans le rempart est, mais qui gisent aujourd’hui au pied de celui-ci sont attribuables à cette série.

RE039

Gît au pied du rempart.

L conservée = 0,68 m

H = 0,47 m

236Un bandeau plat (H = 0,05 m) prend place au-dessus de la file de denticules de section oblique. Les modillons sont décorés de feuilles d’acanthe au soffite et les entremodillons, encadrés d’oves, portent des rosettes à quatre feuilles. La corona lisse est surmontée d’un astragale de perles et pirouettes surmonté d’un ovolo. Les oves sont séparés par des flèches, les motifs sont assez espacés.

237La sima est décorée de grandes palmettes, lisses, droites et qui ne sont reliées entre elles par aucun motif. Deux palmettes seulement sont conservées et encore, de façon fragmentaire.

238Le bloc RE013 qui gît au pied du rempart est dans lequel il avait probablement été remployé, montre un décor supplémentaire constitué par une tête humaine joufflue, sculptée en oblique dans l'angle du bloc.

239Le traitement en faible relief du motif et les extrémités recourbées des feuilles extérieures des palmettes rappellent les palmettes du bloc TH143 du théâtre, mais le travail de celui-ci est beaucoup plus soigné. L’état de conservation très médiocre des trois blocs composant la série ne permet pas de reconstituer l’intégralité d’une séquence décorative, mais il semblerait qu’il s’agisse d’une suite de palmettes ouvertes et fermées. Du point de vue du traitement des motifs, le meilleur parallèle xanthien à cette série est constitué par la série 1 des corniches à cyma reversa lisse, avec anthémion de palmettes ouvertes et fermées.

  • 75 Ginouvès 1969, 114, no 1 en donne plusieurs exemples, auxquels on peut rajouter le théâtre de Sagal (...)

240La présence d'une tête humaine dans la décoration de la sima ne permet pas de dater le bloc. Les représentations humaines dans la décoration architecturale sont d'une extrême rareté à Xanthos : en dehors du bloc de corniche RE013, on ne peut actuellement citer qu'un autre exemple, également sur une corniche remployée dans le rempart ouest. Sur ce dernier bloc, on trouve en effet une tête d'homme barbu représentée au soffite d'un modillon. Mais ce genre de représentation se trouve assez fréquemment ailleurs, dès l'époque d'Hadrien, sur de nombreux monuments75.

Portes d’époque romaine remployées dans la cathédrale

  • 76 Linteaux : BE405, BE406, BE409, BE209, BE211 ; jambages : BE400, BE401, BE402, BE403, BE404, BE407, (...)
  • 77 Anatolia Antiqua, 1999, 382 ; Anatolia Antiqua, 2000, 368.

241Plusieurs blocs76 ayant appartenu à des encadrements de porte (linteaux et jambages) et formant une série homogène ont été remployés dans la cathédrale, dans leur fonction d’origine. Ils sont encore in situ et constituent les entrées depuis le narthex de la nef centrale et des nefs latérales77. Ces blocs possèdent une décoration particulièrement riche et devaient probablement appartenir à un édifice prestigieux qui n’a pas encore été identifié.

BE405 (pl. 29, fig. 91)

Linteau.

Gît dans l’atrium de la basilique épiscopale, au pied de la porte centrale.

L = 1,84 m

P au lit de pose = 0,84 m

P au lit d’attente = 1,21 m

H = 0,72 m

242La partie inférieure du linteau a été traitée comme une architrave ionique. Le bloc est composé de trois fasces de hauteur croissante vers le haut, séparées par des astragales ornés de perles et pirouettes. Le couronnement est composé d’un astragale de perles et pirouettes surmonté d’un kymation ionique et d’un anthémion de palmettes lisses droites alternativement ouvertes et fermées.

243Au-dessus d’un bandeau lisse, la partie supérieure du linteau porte plusieurs moulurations décorées par un kymation ionique, un kymation lesbique, un astragale de perles et pirouettes, une file de feuilles d’acanthe.

244Le décor de la mouluration de couronnement de la partie inférieure du linteau possède l’arrangement décoratif que l’on voit sur pratiquement toutes les architraves de Xanthos. Comme on en a l’habitude, les pointes des oves sont disposées entre les pirouettes. Les palmettes de l’anthémion ne sont pas parfaitement coordonnées avec l’ovolo, mais sont légèrement décalées, leur feuille médiane ne naissant pas exactement dans l’axe des dards. Les perles, allongées, sont taillées à facettes et les pirouettes sont en forme de losange comme c’est souvent le cas à partir du milieu du iie siècle p.C.

245Les palmettes de l’anthémion ne se touchent pas. Elles naissent directement de l’arête inférieure du cavet. Les feuilles des palmettes fermées sont ordonnées symétriquement de part et d’autre de la feuille médiane, mais elles ne naissent pas d’elle et ressemblent plutôt à des “S” plaquées de part et d’autre de l’axe médian de la palmette. Les feuilles des palmettes ouvertes sont très larges et leur contour inférieur montre deux indentations. L’extrémité de chaque feuille est constituée par une volute complètement fermée qui ne possède pas d’œil. D’une manière générale, cet anthémion est traité avec une certaine mollesse.

  • 78 Hörmann 1929, 263-274 ; Kramer 1983,146-166 ; Vandeput 1997, Pl. 78-1.

246Un décor similaire, alternant palmettes lisses ouvertes et fermées, orne la Porte d’Hadrien à Antalya. Les motifs y sont beaucoup moins larges. Les feuilles des palmettes ouvertes, très élancées, sont découpées en forme de faucille aux extrémités pointues. La double indentation des feuilles se retrouve à l’entablement du nymphée d’Aspendos daté du milieu du iie siècle ou de la deuxième moitié de celui-ci78. Le traitement des palmettes du linteau de Xanthos est beaucoup plus mou.

  • 79 Bernardi Ferrero 1970, 205.

247Le kymation ionique du couronnement du linteau est de même type que celui de la partie inférieure de celui-ci. Les éléments qui composent le kymation lesbique sont très espacés. Le cadre des étriers est assez géométrisé et traité de façon relativement sèche. Le motif floral intermédiaire est séparé en deux par un sillon qui s’arrête juste au-dessus de sa base, les deux lobes ainsi déterminés étant eux aussi divisés par un sillon plus étroit. Le motif prend ainsi la forme d’une fleur à deux pétales bipartis. On trouve au théâtre de Sidé, daté du milieu du iie siècle, un kymation assez comparable, mais la partition du motif végétal intermédiaire en quatre pétales est moins aboutie. La comparaison la plus satisfaisante peut se faire avec un bloc de sima du théâtre de Myra, daté du premier quart du iiie siècle p.C. (pl. 78, fig. 220)79.

248L’astragale qui vient au-dessus du kymation lesbique est exactement le même que celui que l’on trouve dans la partie du linteau traitée en architrave ionique.

249Enfin, le cavet qui couronne l’ensemble est décoré d’une file de feuilles d’acanthe traitées de façon très particulière. Elles conservent le souvenir de la structure habituelle des feuilles : une tige centrale s’épanouissant en un lobe axial, flanquée de deux lobes de part et d’autre. La tige centrale est soulignée par deux incisions latérales. Le nombre des digitations varie d’un lobe à l’autre. Seule la nervure axiale du lobe médian est bien marquée. Les lobes inférieurs se réduisent à trois petits bourrelets simplement juxtaposés. Les feuilles ont perdu toutes leurs qualités végétales à cause de cette stylisation extrême et de la mollesse du traitement.

  • 80 Ward-Perkins 1993, 107.

250La disposition de feuilles d’acanthe en file est courante à l’époque romaine : on la trouve par exemple au soffite du larmier des corniches des thermes d’Aphrodisias, datés de l’époque hadrianique. Ce décor est utilisé au temple de Dionysos, à Pergame (pl. 82, fig. 224), édifice dont la datation n’est pas sûre, mais aussi à l’entablement de la Cour de Marbre (pl. 85, fig. 247) à Sardes, ou encore sur une porte de la frons scaenae du théâtre de Hiérapolis, deux édifices sévériens. On trouve une disposition comparable au linteau de la porte principale du forum de Lepcis Magna, sans doute terminé dans la première décennie du iiie siècle p.C.80

251Je n’ai en revanche pas trouvé de parallèle satisfaisant pour les feuilles d’acanthe de Xanthos, assez méconnaissables et plutôt traitées comme des palmettes.

252La partie traitée en architrave du linteau du temple de Patara (pl. 80, fig. 225), peut-être datable de l’époque antonine, possède le même arrangement décoratif que le linteau de Xanthos. La partie supérieure du bloc est en revanche très différente : elle est composée d’un astragale de perles et pirouettes, d’un kymation ionique et d’un kymation lesbique – superposition que l’on trouve aussi sur le linteau de Xanthos – d’un second astragale, d’un tore décoré de feuilles imbriquées et d’un troisième astragale. Au-dessus prend place une corniche à denticules, alors que la partie supérieure du linteau de Xanthos, décorée de la file de feuilles d’acanthe, semble bien avoir fait office de couronnement.

BE408 (pl. 30, fig. 92)

Jambage de porte.

Remployé dans la basilique épiscopale, porte sud.

H conservée = 0,94 m

L conservée = 0,39 m

P = 0,73 m

253Les jambages des portes sont traités comme des architraves ioniques et sont composés de trois fasces de hauteur croissante vers le haut séparées par des astragales de perles et de pirouettes. Le couronnement possède les moulures décoratives habituelles : perles et pirouettes, kymation ionique et anthémion de palmettes droites ouvertes et fermées. L’ensemble correspond donc parfaitement à la partie basse du linteau décrit ci-dessus. Les remarques stylistiques faites plus haut valent aussi pour les jambages de porte.

254Les jambages du temple de Patara sont construits de la même façon. L’astragale et le kymation ionique de Patara sont très proches de ceux de Xanthos. L’anthémion est en revanche très différent : les motifs y sont beaucoup moins espacés de sorte que les feuilles se touchent. Les feuilles des palmettes ouvertes présentent la même double indentation, mais elles sont traitées de façon beaucoup plus nerveuse. Les palmettes montrent enfin un dessin homogène et ne semblent pas, comme à Xanthos, faites d’éléments juxtaposés.

255Les observations générales que l’on peut faire sur cette série de blocs poussent à les attribuer à la fin du iie siècle, au plus tôt. La comparaison avec la porte du temple de Patara indique que les blocs de Xanthos sont probablement postérieurs à ceux de ce temple et doivent en conséquence être placés plutôt à l’époque sévérienne. Le traitement particulier des feuilles d’acanthe indique enfin la présence à Xanthos d’un atelier local.

Linteau de porte remployé dans la basilique chrétienne de l’acropole haute

256Le linteau (BN002) gît actuellement dans la nef centrale de l’église, tout près du bloc de console BN003 avec lequel il a probablement été remployé au moment où on a construit une petite chapelle à l’intérieur de la grande église.

BN002 (pl. 30, fig. 93c)

Linteau.

Gît dans la basilique chrétienne de l’acropole haute.

L = 2,24 m

P au lit de pose = 0,58 m

P au lit d’attente = 0,60 m

H = 0,40 m

257Le lit de pose du linteau est grossièrement piqueté. Des anathyroses ont été ménagées sur les joints montants.

258Les motifs qui décorent le linteau sont très abîmés. On trouve tout d’abord un kymation ionique dans lequel les oves, très espacés, sont séparés par de simples dards. Au-dessus de l’ovolo, des feuilles imbriquées convergeaient sans doute vers un motif central, aujourd’hui illisible. Elles sont surmontées d’un kymation lesbique aux motifs très espacés. Enfin, au-dessus d’un bandeau plat prenait place un astragale de perles et pirouettes que surmontait un anthémion très usé, dans lequel on reconnaît une palmette traitée de façon naturaliste et une volute qui constitue peut-être l’extrémité d’un rinceau.

259En dépit du mauvais état de conservation de l’ornement décoratif de ce linteau, on peut rapprocher certains des motifs qui le composent d’autres arrangements utilisés à Xanthos.

260Les éléments du kymation lesbique sont clairement différenciés et séparés les uns des autres par des canaux profondément creusés. Le motif floral intermédiaire est assez sec et ressemble davantage à une Y qu’à un cœur. On a déjà signalé que cette tendance à la désintégration du motif est très forte à partir de la fin du iie siècle p.C. et le kymation lesbique de ce linteau est très proche de ceux de la basilique civile datable de l’époque sévérienne. Cette première impression est confirmée par la forme de la seule palmette à peu près lisible de l’anthémion : elle trouve son parallèle le plus proche au théâtre de Xanthos, sur un bloc de couronnement de porte où a été sculpté un anthémion composé de palmettes indentées très semblables. Donc, pour autant qu’on puisse en juger, le linteau BE002 pourrait être daté de la même époque, soit le début du iiie siècle. On remarquera que le style de l’ornementation de ce bloc est tout à fait différent de celui employé pour le linteau BE405 remployé dans la basilique épiscopale.

261Cependant, si la datation du bloc à l’époque sévérienne est correcte, elle pose problème. Il semble bien en effet que le linteau BE002 et la console BE003 étaient associés. Or, la feuille d’acanthe qui orne le soffite de la console BE003 (pl. 30, fig. 93a et b) est exactement du même type que le chapiteau BN006, plutôt datable de la fin du iiie siècle.

  • 81 Ihḱ 2000, 118.
  • 82 Coupel & Demargne 1976, 103-115.

262L’édifice auquel appartenait le linteau n’a en tout cas pas été identifié. Si l’on en compare les dimensions avec celles du linteau de porte remployé dans la basilique épiscopale, on se rend compte que l’on a affaire à un édifice de moindre importance. Toujours à titre de comparaison, le linteau du temple de Patara mesure 3,95 m de long pour 0,95 m de profondeur et 0,80 m de haut81. Il est donc assez difficile d’imaginer que le linteau BE002 provient d’un temple. On peut se demander si son édifice d’origine ne serait pas plutôt une tombe ou un herôon, du type de ceux que l’on trouve par exemple à Arycanda. Toutefois, un seul herôon est à ce jour connu à Xanthos et il ne semble pas avoir reçu de décoration sculptée comparable82.

Éléments architecturaux se trouvant dans la basilique chrétienne de l’agora inférieure

263Bien que l’édifice soit très ruiné, il est très facile d’en suivre les grandes lignes, peut-être d’ailleurs parce que les murs latéraux de l’église ont complètement disparu. On voit donc tout de suite qu’il s’agit d’un édifice à trois nefs et abside. Les nefs, qui étaient délimitées par des colonnades, sont encore clairement lisibles. Les colonnes étaient portées par des piédestaux dont plusieurs sont encore in situ, sur les stylobates. Il est possible que ces piédestaux, munis d’encoches de chancel, aient été fabriqués pour l’église, mais il est également possible qu’il s’agisse de remplois retaillés car leurs moulures de couronnement sont assez proches de celles de la balustrade de la basilique civile ; il se pourrait qu’ils proviennent de la colonnade de l’agora supérieure voisine.

264L’abside est encombrée par de nombreux blocs qui proviennent probablement de l’effondrement d’un arc situé à la jonction entre l’abside et la nef. On peut en effet reconnaître parmi ces blocs un nombre important de claveaux qui gisent ensemble sur une zone de seulement quelques mètres carrés, visiblement là où ils sont tombés. On dénombre au moins seize de ces claveaux.

AI021

P au lit de pose = 0,68 m

H = 0,62 m

265Le soffite est simplement orné de deux incisions parallèles. Les claveaux, en calcaire dur, sont traités à la manière d’une architrave ionique, avec trois fasces croissantes vers le haut. Leur couronnement est composé d’un cavet surmonté d’un quart-de-rond et d’un important bandeau de 0,29 m de haut. Le travail est assez peu soigné. On ne peut pas rapprocher ces claveaux d’autres claveaux provenant du site, comme ceux qui gisent dans le portique est de l’agora, ou encore ceux du dipylon. Le profil assez inhabituel de leur mouluration de couronnement incite à penser qu’ils ont été conçus pour l’édifice, à une époque sans doute très tardive.

266Dans cette même zone, on voit, de chaque côté de l’abside, le bloc AI019, architrave sculptée de façon particulière.

AI019

L = 1,70 m

P au lit d’attente = 0,70 m

H = 0,61 m

267Le soffite est décoré d’un panneau aux extrémités concaves. L’architrave possède trois fasces de hauteur croissante vers le haut, séparées par des astragales ornés de perles et de pirouettes, et un couronnement composé, au-dessus de l’astragale, d’un kymation ionique et, probablement, d’un anthémion (le couronnement est très abîmé). Les dimensions des blocs correspondent à quelques centimètres près à celles de la série 1 des architraves, mais la différence vient de leurs faces de joints car une de celles-ci est sculptée en forme de console. A ma connaissance, un tel type d’architrave n’est pas attesté et l’on voit que le bloc a été retaillé pour affecter cette forme singulière.

268Sur le côté nord de l’abside on voit enfin un bas de colonne surmonté d’un tambour encore en place et un chapiteau corinthien à moins d’un mètre de là.

269Le bas de colonne AI028 est de type ionique-attique et fait partie de la même série que le bas de colonne AI029 retrouvé en place dans le portique ouest, ce qui montre qu’une colonne du portique a été remployée dans la construction de la basilique. Le chapiteau corinthien appartient à la série des chapiteaux de l’agora inférieure.

270A proximité de la colonne et remployé dans la maçonnerie de l’abside, on voit un bloc rectangulaire à ciselure périmétrale et parement central piqueté qui provient sans doute du mur de façade de la basilique civile (H = 0,60 m).

  • 83 Anatolia Antiqua, 2002, 304.

271A l’autre extrémité de l’édifice, d’autres blocs d’architecture ont été remployés et constituent le mur de fond ouest de la basilique. On y voit plusieurs tambours de colonne provenant des portiques, un chapiteau corinthien très fragmentaire (AI015), un cippe inscrit datable de la fin de l’époque hellénistique83 et un bloc de corniche-sima à cyma reversa lisse. Quatre autres blocs de corniches appartenant à la même série (série 1 des corniches à cyma reversa lisse), ont été remployés dans la basilique.

Notes

1 Le piédestal retenu pour représenter le groupe 1 de l’agora a pour dimensions (L x P x H) 0,70 m x 0,70 m x 0,64 m, mais le piédestal A193 attribué au même groupe mesure 0,70 m x 0,70 m x 0,57 m, dimensions pratiquement identiques à celles des piédestaux de la basilique nord.

2 Coulton 1986, 61-91.

3 “Dans le profil grec, le listel supérieur de la scotie avance jusqu’à l’aplomb du tore supérieur, celui-ci dégageant à son départ un vide en forme de triangle curviligne ; dans le profil dit romain, le listel supérieur de la scotie reste en retrait par rapport au tore et n’a, de ce fait, aucune autonomie plastique”, De l’architecture. Livre III, 5,2, note p. 14 (trad. P. Gros, 1990).

4 Nombreux exemples dans Shoe Meritt 1969, 186-204.

5 Gros 1990.

6 Conséquence logique de la dureté du matériau, Dodge 1990, 109.

7 Cette petite particularité n’est pas déterminante pour répartir les chapiteaux dans des séries différentes. Par exemple, certains chapiteaux du temple d’Euromos montrent ce trait, d’autres non, voir Pülz 1989, Taf. 44, 1 et 3.

8 Vandeput 1997, 58.

9 Sur ce sujet, Börker 1965. Voir également Ward-Perkins 1948, 66-70 et Coulton 1976.

10 Ginouvès 1992, 100.

11 Peschlow 1975, 214-215 et Taf. 38-4. Pour des exemples d’époque sévérienne, à Lepcis Magna et Odessos, voir Ward-Perkins 1980, 55-56 et Pl. XIX.

12 Börker 1965, 197.

13 L'Orange & Gerkan 1939, 4.

14 Kähler 1953, 31-35 et pl. 5-1 et 7-1.

15 Kähler 1953, 35.

16 Que l'on retrouve sur une feuille d'acanthe qui orne le soffite d'une console, retrouvée elle aussi dans la basilique nord de Xanthos, à proximité d'un linteau qui prenait sans doute place originellement sur les deux chapiteaux à feuilles et godrons évoqués plus haut.

17 Une feuille d’acanthe portant le même motif en zig-zag à la nervure axiale est conservée au dépôt du site voisin du Létôon. On n’en connaît pas la provenance, mais il est possible qu’elle soit le seul témoin identifié d’un édifice disparu, datable de la fin du iiie siècle p.C., qui aurait pris place dans le sanctuaire.

18 Bingöl 1980, 106 et pl. 34. Rohmann 1988, 84 et Taf. 47-4, 5, 6.

19 Strong 1960, 127.

20 Voir à ce propos, Baharan 1999.

21 Rohmann 1998, 71-79, 132-134 et Taf. 43-1, 2, 3, 44-1, 2.

22 Le portique nord est daté de 123-128 p.C., Habicht 1969, 103 et Thür 1989, 96. Les chapiteaux composites sont d'après Deubner 1938, 45, attribuables à une phase de restauration qu'aurait connu le portique après un tremblement de terre en 175 p.C. Heilmeyer 1970, 94, préfère les dater d'avant 156. Idil 1981-1982 propose une datation au milieu du iie siècle. J. Rohmann considère que les chapiteaux ioniques et composites sont pratiquement contemporains, Rohmann 1998, 79.

23 Les fasces simples sont employées dans l'architecture grecque classique. On les trouve aussi dans l'architecture romaine, comme à Sagalassos, au monument honorifique de l'agora supérieure, daté de l'époque augustéenne, Vandeput 1997, 176. Les exemples tardifs sont cependant nombreux en Asie Mineure, Ginouvès 1969, 96, no 1.

24 Ginouvès 1969, 81, no 4.

25 Vandeput 1997, 118.

26 BE028, BE029, BE065, BE066, BE275, SS001, SS02, SS003, CAR001.

27 SS001, SS002, SS003.

28 Dans sa publication des éléments architecturaux du nymphée de Laodicée du Lycos, R. Ginouvès range dans la même série trois blocs d'architraves-frises dont les hauteurs varient entre 0,55 m et 0,67 m.

29 Wegner 1978-1980, 93-94.

30 Strong 1953, 136.

31 Alzinger 1974, 26.

32 Vandeput 1997, 159.

33 Ginouvès 1969, 82, no 3.

34 Thür 1989, 101.

35 Ginouvès 1969, 83, no 2.

36 Vandeput 1997, 149.

37 Ginouvès 1969, 84, no 4.

38 Par exemple au nymphée F2 de Pergé, daté de 198 p.C., Mansel 1975a.

39 Vandeput 1997, 160.

40 Ginouvès 1992, 114 Et no 481.

41 Coulton 1976, 145.

42 Wegner 1978-1980, 101 et fig. 16.

43 TH130.

44 On trouve très fréquemment dans l’architecture micrasiatique les deux types de décoration associés dans le même édifice : frises à rinceaux au rez-de-chaussée, frises à godrons à l’étage. Pour des exemples, voir Thür 1989, 104.

45 Vandeput 1997, 179. On trouve par exemple ce motif sur les frises de cinq édifices majeurs de Sagalassos.

46 Ginouvès 1989, 90, no 2.

47 Sur la présence du motif à la corona, voir Töbelmann 1923, 45 et Abb. 42.

48 Vandeput 1997, 179. Par exemple, le temple de Zeus à Aizanoi, la porte d’Hadrien à Ephèse, possèdent une frise ornée de godrons. Pour d’autres exemples d'édifices portant ce type de décor, voir Ginouvès 1969, 82 et no 4.

49 Ce profil est par exemple peu accentué à la Porte d’Hadrien, Thür 1989, Taf. 19, ou à la Bibliothèque de Celsus à Éphèse.

50 Vandeput 1997, 180.

51 Thür 1989, 105.

52 Sur le terme, voir Ginouvès 1992, 126 et no 607.

53 Type ainsi défini par Ginouvès 1992, 122-123 et no 548. Les corniches ioniques possèdent trois registres superposés : base de la corniche, soffite du larmier, front du larmier. A Xanthos, le front du larmier et son couronnement sont surmontés d’une sima en doucine ou en cavet taillée dans le même bloc et munie de faux déversoirs en forme de tête de lion.

54 La présence de modillons caractérise les corniches corinthiennes, Ginouvès 1992, 124. Les corniches à modillons de Xanthos sont pratiquement toujours munies d'une file de denticules qui correspond à leur mouluration de base.

55 FdX, III, 27-30.

56 FdX, III, pl. 12.

57 Ginouvès 1992, 191.

58 Ginouvès 1992, 102 et no 3.

59 Vandeput 1997, 180. Ces proportions particulières sont mises sur le compte d'un atelier pamphylien.

60 Vandeput 1997, 180.

61 AI018, AI020.

62 AI003.

63 ThE003.

64 Comme c'est souvent le cas en Asie Mineure à partir de la fin de l'époque d'Hadrien, Cf. Strong 1953, 130-131 et 139-141.

65 Vandeput 1997, 145.

66 Il existe des exemples plus précoces de kymations ioniques associant oves et flèches, mais la forme de la flèche est beaucoup moins nette, Mitchell & Waelkens 1998, 140.

67 Vandeput 1997, 160 et Pl. 38, 39, 40, 41.

68 Sur le motif à l'époque augustéenne, voir Ganzert 1983, 123 et 191 ; 1984, 142.

69 Vandeput 1997, 152-153.

70 Vandeput 1997, Pl. 53-1 et 60-4.

71 Ginouvès 1969, 94, no 2 et Pl. LVII-2.

72 Vandeput 1997, 102 et Pl. 46-2.

73 Mitchell 1995, 92 et Pl. 31.

74 RN004, RN005.

75 Ginouvès 1969, 114, no 1 en donne plusieurs exemples, auxquels on peut rajouter le théâtre de Sagalassos et le nymphée F2 de Pergé, Vandeput 1997, 181. Le motif apparaît également sur une corniche des portiques de l'agora de Iasos datés de 135-136 ou 138-140, Vandeput 1997, Pl. 91-2.

76 Linteaux : BE405, BE406, BE409, BE209, BE211 ; jambages : BE400, BE401, BE402, BE403, BE404, BE407, BE408.

77 Anatolia Antiqua, 1999, 382 ; Anatolia Antiqua, 2000, 368.

78 Hörmann 1929, 263-274 ; Kramer 1983,146-166 ; Vandeput 1997, Pl. 78-1.

79 Bernardi Ferrero 1970, 205.

80 Ward-Perkins 1993, 107.

81 Ihḱ 2000, 118.

82 Coupel & Demargne 1976, 103-115.

83 Anatolia Antiqua, 2002, 304.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540