Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La religion

La corde et le couteau : une relecture de la mise à mort sacrificielle sur les stèles votives d’Asie Mineure

Véronique Mehl

Texte intégral

  • 1 Georgoudi 2005, 115-147, en particulier 117 sqq. autour de la violence “dissimulée”.
  • 2 Detienne & Vernant 1979.

1Le sacrifice sanglant, dans le monde grec, ne se comprend que comme la mise à mort d’un animal offert à une ou plusieurs divinités. Pourtant contrainte et violence ont souvent été éludées par les publications modernes. Lors d’une table ronde tenue en 2001 à l’École Pratique et publiée en 2005, Stella Georgoudi1, presque 30 ans après la parution de la Cuisine du sacrifice en pays grec2, propose un bilan historiographique autour du livre auquel elle-même avait activement collaboré. Elle réinterroge la place que les auteurs de cet ouvrage de référence, avaient accordé à l’époque, à la violence au sein du système sacrificiel. Démontrant qu’ils avaient minoré la présence dans les sources littéraires et iconographiques des instants entourant la mise à mort des animaux, S. Georgoudi utilise en particulier un corpus de reliefs d’Asie Mineure pour mettre en avant la nette présence de ces gestes. Jusque là en effet, ce corpus a essentiellement servi de point de comparaison pour montrer d’éventuelles mises à mort, par opposition à la majorité des sources qui auraient été silencieuses.

  • 3 Voir le catalogue dans Mehl 2000 sous la direction de P. Debord. Le classement proposé est en part (...)
  • 4 Van Straten 1995, 83-84 mais surtout 1993, 248-264.

2En effet, dans un corpus de plus de 220 stèles votives portant une iconographie sacrificielle, un groupe se détache nettement par sa chronologie, sa provenance géographique et sa typologie. Une vingtaine de reliefs et d’autels d’Asie Mineure mettent en image l’abattage de l’animal sacrificiel3. Alors que le corpus provient d’Attique pour l’essentiel et de Grèce continentale et date surtout du ive et du début du iiie s., les stèles portant les instants autour de la mort sont toutes issues d’Asie Mineure4 et datées entre le iie s. a.C. et le iiie s. p.C. Ces reliefs micrasiatiques sont-ils pour autant un isolat dans un corpus général ? Comment lire ces stèles en dépassant la réflexion sur la violence éventuellement dissimulée ou au contraire montrée dans le sacrifice ? Comment comprendre la présence des objets de la contrainte et de la mort (anneaux et cordes, haches et couteaux), la gestuelle animale et la présence active des serviteurs ? L’étude de la communication non verbale envisagée dans ces scènes, accompagnées parfois de dédicaces, rend possible une nouvelle lecture de ces reliefs. Gestes et postures humaines et animales disent alors, au-delà de la violence induite, une communication établie avec les divinités au moyen du sang qui a coulé lors du sacrifice accompagnant l’érection de la stèle.

Caractéristiques générales des stèles d’Asie Mineure

  • 5 Dentzer 1982.
  • 6 Pour une typologie des gestes entre serviteur et animal, voir Mehl 2006a, 354-357 pour la concentr (...)
  • 7 Sur les reliefs attiques, le geste apparaît essentiellement par le biais du kanoun tenu sur l’avan (...)

3Alors que les reliefs de l’époque classique ont une forme allongée permettant à la procession vers la divinité de se développer sur toute la largeur, ceux d’Asie Mineure comportent parfois plusieurs registres (R 4, 5, 10, 11, 17, 22). Ainsi sur les reliefs R 5, 11, 17 et 22, le registre supérieur est occupé par la ou les divinités. La forme oblongue de la stèle permet le développement d’inscriptions parfois assez longues. La forme des registres étant variable, la construction iconique des scènes présente plusieurs schémas. À l’époque classique, deux schémas principaux ressortent : le motif dit des Totenmahlrelief5 (avec un héros banqueteur et des fidèles s’avançant vers lui) et celui où une procession de fidèles plus ou moins étoffée, avec généralement une servante avec une ciste sur la tête, avance vers un autel derrière lequel se tiennent les divinités, assises ou debout. Le couple serviteur – animal6 est alors à côté ou juste devant l’autel. Dans le corpus d’Asie Mineure, la servante porteuse de ciste est parfois remplacée par une porteuse de plateau aux offrandes nettement visibles indiquant le geste rituel du dépôt7 (R 2, 6, 11, 15). Sur six reliefs, la composition est identique à celle de l’époque classique (R 1, 2, 7, 9, 10, 11). Le couple serviteur et animal, simplement attaché ou prêt à être mis à mort, se tient devant l’autel, souvent nettement plus petits. Ainsi, sur le relief R 11 dédié à Zeus Olbios par son prêtre Euodiôn, daté du tournant de l’ère, un serviteur brandit à deux mains une hache au-dessus d’un taureau attaché solidement par une corde à un anneau à côté de l’autel. Tous deux sont nettement plus petits que Zeus ou les autres fidèles, hommes ou femmes.

  • 8 Zeus Olbios (R 11 et 17), Zeus Chalazos Sôzôn (R 7), Zeus Aithrios (R 4), Zeus Megistos associé à (...)

4Les stèles sont majoritairement dédiées à Zeus8 avec plusieurs épiclèses connues grâce aux dédicaces ou reconnaissable dans le personnage de haute taille, tenant un sceptre et fréquemment accompagné d’un aigle, parfois posé dans un arbre et surplombant l’autel. Les bovins sont des animaux fréquemment sacrifiés à Zeus, mais aussi à Déméter, Dionysos ou Men également cités sur les stèles. Pour les reliefs attiques seuls les lieux de découverte et la représentation de la divinité permettent l’identification.

R3 : Istanbul 1423, Tralles, fin IIe -Ier s.

R3 : Istanbul 1423, Tralles, fin IIe -Ier s.

dessin tiré de Mendel

R5 : Istanbul 4407, Cyzique ( ?), Ier s. a.C.

R5 : Istanbul 4407, Cyzique ( ?), Ier s. a.C.

dessin tiré de Van Straten 1993, 254, fig. 14, note 25

R6 : Istanbul 189, Mysie, Ier s. a.C.

R6 : Istanbul 189, Mysie, Ier s. a.C.

dessin tiré de Mendel 1912-1914, no854

R11 : Istanbul 1909, Kavak (Mysie), fin Ier s. a.C. -début Ier s. p.C.

R11 : Istanbul 1909, Kavak (Mysie), fin Ier s. a.C. -début Ier s. p.C.

dessin tiré de Van Straten 1981, 85, fig. 17a-b

R16 : Istanbul 312, Cyzique, fin IIe s. ou IIIe s. p.C. Petit autel

R16 : Istanbul 312, Cyzique, fin IIe s. ou IIIe s. p.C. Petit autel

dessin tiré de Mendel 1912-1914, no1144

R21 : Istanbul 2649, Pisidie (?)

R21 : Istanbul 2649, Pisidie (?)

dessin tiré de Lane 1971, 112, no177

Stèle de Lamia AE 1041. Dessin tiré de Y. Morizot 2004, 159-170

Stèle de Lamia AE 1041. Dessin tiré de Y. Morizot 2004, 159-170

dessin tiré de Morizot 2004, 159-170

Stamnos du Louvre Cp 10.754

Stamnos du Louvre Cp 10.754

dessin tiré de la Cuisine du sacrifice

  • 9 La façon de tenir le couteau au-dessus de la tête est peu appropriée à une mise à mort par saignée (...)
  • 10 Voir par exemple un relief du Louvre Ma 2850 découvert à Cyzique et daté de 46. ThesCRA s.v. “Sacr (...)

5Une attention particulière est portée à l’animal, accompagné ou non d’un victimaire pour reprendre une terminologie plus spécifiquement romaine. Ses gestes le rapprochent en effet plus de l’activité des victimarii latins ; il tire sur la corde, tient le couteau9 ou la double hache au-dessus de l’animal annonçant la mort imminente. L’animal est toujours un bovidé, le plus souvent un taureau lorsque l’état du relief permet l’identification. Animal vigoureux, il est tenu à l’attache par une corde à un anneau. La scène peut d’ailleurs se résumer au seul animal (R 13, 19, 21). Un relief fragmentaire trouvé à Tralles et daté de la fin du iie ou du ier s., R 3, montre un jeune homme accroupi dont la tête est aujourd’hui perdue tenant une corde dans la main droite, l’attachant à un anneau situé au pied d’un arbre. La partie gauche du relief correspondant vraisemblablement à l’emplacement de l’autel n’est pas conservée. Sur un relief mal daté découvert en Pisidie (R 21), seul l’animal, un taureau, est représenté. Attaché au niveau des cornes, il est immobilisé par une corde à un anneau qui semble fixé derrière l’autel ardent. Lorsque l’animal n’est pas un bovin, mais un ovi-capridé, les scènes se rapprochent beaucoup plus nettement de la typologie de l’époque classique10, l’animal est statique.

6Sur un même relief, les deux iconographies du sacrifice peuvent coexister comme sur un relief découvert à Cyzique dédié à Zeus Aithrios par un certain Artémidore et daté du iie s. a.C. (R 4). Le registre supérieur est proche dans sa composition iconique des stèles de l’époque classique. Zeus, à droite de l’autel, tient un sceptre et une phiale. Un aigle est posé dans l’arbre derrière l’autel. Trois fidèles arrivent par la droite. Un jeune garçon de petite taille accompagne un mouton, bras gauche passé autour de l’animal, comme le porteur de kanoun de la plupart des reliefs attiques. Sur le registre inférieur, le motif sacrificiel est résumé au seul animal, un vigoureux taureau tourné vers la gauche attaché à un anneau. Tête baissée de face, corne droite touchant le sol, ses pattes antérieures sont fléchies, tandis que les postérieures encore raides, imprimant un mouvement au corps animal. La corde qui le retient à l’anneau n’est pas visible, mais seule son utilisation explique cette posture. Même résumé à sa plus simple expression, l’animal seul peut dire le sacrifice sanglant.

Des caractères présents aux époques archaïque et classique

  • 11 Van Straten 1995, 170-175 pour une comparaison du choix des animaux selon les sources (calendriers (...)
  • 12 Brauron 1151, sanctuaire d’Artémis. Van Straten 1995, R 73, fig. 57. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 72. (...)
  • 13 Artémis : Musée de Brauron 1152 (Van Straten 1995, R 74) ; Héraclès : Athènes EpM 3942 (Van Strate (...)
  • 14 Voir la démonstration dans Mehl 2006a, 355-356. Les cordes pouvaient, comme d’autres objets, appar (...)

7La comparaison avec les stèles attiques n’est pas toujours aisée car les animaux y sont majoritairement des ovi-capridés ou des suidés11, ne nécessitant pas le même contrôle. Cependant lorsque des bovidés y apparaissent, la contrainte ou la prise de possession sont évoqués. Ainsi, sur un relief de Brauron12 des années 330, un serviteur portant un kanoun saisit par une corne le bovin destiné à Artémis qui se tient à droite de l’autel. La main vers l’animal se rapproche des reliefs d’Asie Mineure, mais le serviteur tient aussi le kanoun, concentrant en une seule image une succession de gestes. Deux reliefs attiques13 du ive s., l’un pour Artémis, l’autre pour Héraclès, sous-entendent l’usage d’une corde pour immobiliser l’animal à proximité de l’autel. Certes elle n’est plus visible aujourd’hui, mais les gestes du serviteur, poings serrés et bras tendus, ne peuvent se comprendre qu’en liaison avec elle14.

  • 15 Paus. 2.35.5.
  • 16 LSCG 50, 32-33. Le règlement concerne les droits et les devoirs conférés aux Molpes de Milet, plus (...)
  • 17 Voir le catalogue dans Mehl 2000.
  • 18 Oslo 6909 No. 5. CVA Oslo 1, pl. 4, 1-3. Van Straten 1995, V 117. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 446a. (...)
  • 19 Mehl 2007.

8La contrainte est mentionnée dans d’autres sources, par exemple lors de la fête des Chthonia à Hermionè15 ou dans une liste de fournitures dans un règlement cultuel milésien16. Les cordes apparaissent assez fréquemment sur la centaine de vases portant des scènes de pompè17, dans quasiment tous les types de céramique, à toutes les époques. Dans 39 % des cas, l’animal est entravé par une ou des cordes, au niveau des cornes ou des pattes antérieures et/ou postérieures. Tous les animaux ne sont pas retenus de la même façon et dans les mêmes proportions. Les bovins sont les plus souvent représentés entravés (87,8 %). Ils sont également les plus présents mais dans une moindre proportion (47,5 %). Des chèvres ou des boucs, un mouton et même un faon sont attachés. Les premières mentions apparaissent sur les vases corinthiens dits des Frauenfest, datés de 600-575. Sur un amphoriskos d’Oslo18, un taureau est amené au sacrifice attaché par une corde, tête déjà baissée comme plus tard sur les reliefs d’époque hellénistique. Le geste n’est pas à interpréter comme un signe d’acquiescement de l’animal à son sort, mais comme une indication de la mise à mort très prochaine19.

  • 20 Une exception notable est portée sur une amphore attique à figures noires du milieu du vie s. (Vit (...)
  • 21 Paris Louvre Cp 10.754, du Peintre d’Eucharides (500-475). ARV2 228/32. Van Straten 1995, V 135, f (...)

9À la différence des reliefs d’Asie Mineure, les cordes ne sont montrées qu’à distance de l’autel lorsque le cortège est encore en mouvement, jamais à proximité immédiate lors des lustrations. À quelques instants de la mort, la victime paraît paisible et statique20. L’idée doit être nuancée par le fait qu’à côté de l’autel ce sont en majorité des moutons ou des chèvres que les peintres ont choisi de montrer, comme sur les reliefs d’époque classique. L’usage de corde n’est pas nécessaire pour dire la prise de possession et le changement de statut. La main posée sur l’animal, l’association du kanoun et de la khernips, éventuellement la circumambulation, annoncent la deuxième phase, celle de la mort. L’animal passe du statut de bête choisie dans un troupeau à celui de hiéreion digne de la divinité à laquelle le sacrifice est destiné. L’appropriation peut passer par des gestes qui semblent paisibles comme sur un stamnos du Louvre21. Un large bassin est au centre de l’image. À droite, un grand bovin et un homme barbu tenant un bâton. Un jeune homme, en vêtement court, à gauche, tient fermement une corne de l’animal de sa main gauche, tandis que son autre main est posée sur la tête de l’animal. Derrière lui, un homme tient dans sa main gauche un aulos. La phorbeia n’est plus sur ses joues, il a donc fini de jouer, le moment de la mort est arrivé. La contrainte est absente, mais les hommes ont pris possession de l’animal, la main agrippée à la corne et celle posée paisiblement sur la tête en témoignent.

  • 22 Apoll., Bibliothèque, 2.11.6-7 mentionne le lien (desmos). Hdt, 2.45. Pour les liens entre Héraclè (...)
  • 23 Athènes MN 9683, vers 475-470. ARV2 554/82. Durand - Lissarrague 1983, 153-167, fig. 26. Van Strat (...)

10Lors de l’épisode d’Héraclès chez le pharaon Busiris, des cordes sont utilisées pour le conduire vers l’autel selon l’oracle du devin Phrasios. Traité comme un animal de grande taille, vraisemblablement comme un bovin22, il est conduit entravé vers l’autel, avant qu’il ne se débatte et interrompe le rite. Sur une péliké23 attique du Peintre de Pan, un Égyptien menace avec un maillet Héraclès qui s’est libéré. Cette utilisation, certes dévoyée, dit bien la façon dont Busiris prévoyait de le faire immoler. Il devait être assommé avant d’être égorgé, un couteau est d’ailleurs à côté du kanoun renversé. Il ne faut pas voir l’épisode égyptien comme un sacrifice hors normes. Bien au contraire, tous les éléments nécessaires à un sacrifice accompli dans de bonnes conditions sont réunis ; tous les objets de la mise à mort, de la découpe et de la cuisson sont réunis par les serviteurs de Busiris. Rien ne manque. La présence d’entraves au niveau des chevilles est nécessaire pour conduire Héraclès, comme n’importe quel animal de grande taille. Seul le statut du hiéreion est ici hors norme et annonce déjà la fin de l’épisode, avec le déchaînement de la violence héracléenne.

  • 24 Copenhague NM 13567, vers 520-510. Van Straten 1995, V 120, fig. 14. Thescra s.v. “Sacrifices” 454 (...)
  • 25 Berlin inv. 3419. Van Straten 1995, V 148, fig. 113. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 484. Mehl 2000, V 1 (...)
  • 26 La hache apparaît dans une procession décrite par Héliodore, Les Ethiopiques, 3.1.1-5. Elle est l’ (...)
  • 27 Le couteau peut être dans les mains d’un serviteur, d’un mageiros ou d’un prêtre. Il remplace parf (...)
  • 28 Voir Mehl 2000, 147-245 ; Van Straten 1995, 103-114.
  • 29 Lamia AE 1041. Dakoronia & Gounaropoulou 1992, 217-227 ; Van Straten 1995, R 75bis ; Mehl 2000, R (...)
  • 30 Van Straten 1995, 84.

11La hache peut remplacer le maillet pour l’étourdissement, comme sur une hydrie de Caéré24 ou sur un alabastre corinthien25 des années 625-600. Dans les deux cas, la tête de l’animal est baissée, offrant au coup l’avant du crâne. La hache peut même être transportée lors de la procession, comme les couteaux26. L’arme meurtrière n’est en aucun cas dissimulée pour éventuellement masquer la violence. Cependant, le couteau27 est l’objet mortifère le plus fréquemment représenté (sphagia avant une bataille sur des vases ou des reliefs, au-dessus d’un autel sur des vases, Niké égorgeant un taureau sur des supports variés (vases, monnaies, miroirs, bijoux, temple d’Athéna Niké à Athènes…), sacrifices mythiques sur des reliefs et des vases28… Sur un relief votif du musée de Lamia29 découvert à Échinos en Thessalie et daté des années 300, Artémis est à droite de l’autel, appuyée contre un pilier, avec une torche dans la main droite. Des chaussures et des vêtements sont pendus dans le champ, ex-voto offerts à la déesse. De l’autre côté de l’autel, un petit serviteur conduit un bovin par une corne, tenant dans la main droite un couteau. Une femme tend un petit enfant vers la déesse, suivie par une servante avec sur la tête un panier plat et tenant un askos dans la main droite. La mère venue présenter son enfant à la déesse, ferme la marche tenant une pyxide dans la main droite, levant l’autre main en signe de prière. Sans doute de condition aisée, elle a pérennisé dans le sanctuaire la mise à mort coûteuse d’un animal et des offrandes végétales agréables à Artémis. Pour reprendre l’expression de F. Van Straten30, le relief d’Échinos est le missing link, le “chaînon manquant” entre nos deux groupes de stèles. La construction iconique de la scène, avec la divinité derrière l’autel, tandis qu’une procession arrive par la gauche est traditionnelle. La gestuelle avec le couteau tendu vers l’animal annonce déjà les stèles d’Asie Mineure. La représentation des fidèles, une femme seule dédicante, accompagnée d’une servante portant askos et plateau à offrandes, sont aussi précurseurs de l’iconographie hellénistique et impériale. Le sculpteur a mis l’accent, au travers de l’animal et des autres offrandes, sur l’occasion de la dédicace et sur la dédicante, cependant la posture de l’animal, assez statique, reste traditionnelle, encore éloignée de celle des reliefs d’Asie Mineure.

“ Fabriquer” un hiereion de prix

12Sur les stèles d’Asie Mineure, la posture des animaux est imposée par l’usage de la contrainte au moyen de cordes solidement attachées à des anneaux ou tenues par les serviteurs : tête baissée, parfois même représentée de face, bosse pouvant apparaître sur le dos, pattes fléchies avec quelquefois genoux à terre, pattes cabrées nettement détachées du sol. Ces postures animales font du taureau un hiereion, bon à sacrifier, mais surtout un animal magnifié, une offrande de grand prix qui permet aux hommes de rappeler leurs liens et la hiérarchie établie avec les divinités.

13Sur plusieurs reliefs, l’animal est simplement attaché à proximité d’un autel ardent, le feu annonçant un rituel qui a débuté (R 13, 14, 18, 20, 21, 22). Fréquemment, la corde a un double usage. Elle sert à immobiliser l’animal par un anneau à proximité de l’autel, mais elle permet également de lui faire baisser la tête. Le taureau peut même être contraint à fléchir les pattes antérieures, étant en quelque sort agenouillé, le dos bossu par la déformation de la contrainte. La tête baissée et les genoux fléchis, dans une sorte de soumission, disent la consécration de l’animal, il est devenu un hiereion, un animal bon à sacrifier. La tête est tellement baissée qu’elle est même parfois de face alors que le corps est de profil, disant par une convention iconographique connue par ailleurs le changement de statut. Par cette position de la tête nécessaire à la mise à mort, le sculpteur note que le taureau est bien l’animal sacrificiel, même en l’absence de tout fidèle (R 21, cf. plus haut). L’animal seul, attaché au pied de l’autel, résume ainsi un rite éminemment complexe. Sur un autel découvert à Éphèse (R 13), un taureau, tête baissée, est attaché par une corde à un anneau à droite de l’autel. La guirlande végétale avec un bucrane, pendue au-dessus de la scène, renforce l’identification. La mort peut survenir à tout moment.

  • 31 Voir Huet 2005, 91-119, en particulier 63 note 63 pour les techniques d’abattage. Les études ostéo (...)
  • 32 Le registre supérieur est occupé par Zeus Megistos, Apollon Bathylimenitès représenté sous deux fo (...)
  • 33 La prise à la corne dit nettement la prise de possession dans des contextes autres que sacrificiel (...)

14La tête et les genoux fléchis disent ainsi les préparatifs de la mort en permettant au victimaire d’assommer la victime31. Sur plusieurs reliefs, l’animal a en effet la même posture que précédemment, mais à ses côtés un serviteur tient une hache ou un couteau (R 2, 5, 9, 10, 15, 16). Sur un relief de Cyzique32 (R 5), le sculpteur a même ignoré les objets de la contrainte. À gauche plusieurs fidèles mains droites levées font un geste de prière. À droite, dans un espace nettement délimité, un serviteur de petite taille se tient aux côtés d’un taureau arqué sur ses pattes, tête baissée et de face. Le garçon brandit un couteau à la lame bien visible au-dessus de sa tête. Sur un petit autel de Cyzique, R 16, un homme fait face à un bœuf agenouillé. Il tient à la fois une corde massive et un couteau brandi au-dessus de sa tête dans une gestuelle assez improbable, voire dangereuse. La position de l’animal sur un autre relief (R 6) très nettement agenouillé, tête baissée et de face, annonce déjà la mort. La contrainte n’est pas visible, le serviteur semble le tenir seulement par une corne33. Il a la main droite brandie, tenant sans aucun doute un couteau, aujourd’hui disparu. Sur un relief de Mysie dédiée à Zeus Olbios par un certain Atilius (R 17), la hache n’est pas brandie au-dessus de la tête, mais encore portée sur l’épaule par un serviteur, tandis qu’un autre serviteur fait déjà baisser la tête en tirant sur une corde passée dans l’anneau. La mort semble imminente même si l’objet mortifère n’est pas encore menaçant. La construction d’un relief de Mysie dédié à Zeus (R 2) surimpose le dépôt d’offrandes à la mise à mort. À droite, Zeus tient son sceptre et une phiale. Un fidèle arrive par la gauche. Un autel et un arbre sont au centre. Une femme est debout derrière l’autel portant sur la tête un plateau rempli de formes rondes. Un taureau, agenouillé devant l’autel, a la tête baissée. Un serviteur de taille plus petite brandit un couteau au-dessus de sa tête. Un autre serviteur est à l’arrière de la victime participant à la contrainte.

  • 34 Oppien, Sur la chasse, 250.
  • 35 Carbon 2007.
  • 36 Durand 1984, 35-39 et 1987, 227-241. Voir aussi Mehl 2006b, 21-42.

15Les postures disent aussi la force, la vigueur, parfois la colère qui émanent de ces taureaux. Sur un relief de Dercos (R 22), un homme se tient entre deux taureaux attachés au niveau des cornes. Celui de gauche vers lequel il tend la main est statique, tandis que celui de droite, tire sur la corde, se cabrant, queue relevée et tête baissée comme s’il allait charger. Sur le relief dédié à Zeus Aithrios (R 4), l’animal occupe tout un registre, son corps cabré épousant même le cadre. Oppien34 compare ainsi Penthée à un taureau sacrificiel : “Il fait paraître Penthée en taureau, l’œil sanglant, la nuque gonflée, des cornes au front”. L’animal qui se cabre ou se raidit sur ses pattes est fort et vigoureux. Il est sans doute le meilleur du troupeau35, en tout cas une offrande onéreuse. Cette façon de magnifier les animaux est connue à la fin du ve s. sur des céramiques attiques de la série des victoires aux lampadédromies36 où le rapport bridant/bridé ne dit pas seulement l’appropriation. Les cordes disent tout à la fois la force de l’animal et celle des hommes. Des jeunes hommes nus y maîtrisent avec difficulté un taureau, à côté d’une femme personnifiant la tribu victorieuse à la course de torches. La difficulté de l’exercice renvoie tout autant à la lampadédromie qu’ils viennent de remporter qu’à la force nécessaire à l’immobilisation d’un animal cabré donc robuste, forcément de grand prix. L’animal et les jeunes gens qui en viennent à bout par la force sont magnifiés.

  • 37 Van Straten 1981, 87, fig. 26.
  • 38 Lane 1971, no 50.

16Sur une stèle37 (R 19) d’Ayazviran en Lydie, datée de 235/6, le dieu Men est représenté à gauche, encadré par deux lions. À droite, un taureau bossu, tête de face, semble s’appuyer de toutes ses forces sur ses pattes. L’inscription indique cependant qu’il s’agit simplement d’une offrande de substitution. La dédicante, Tatiane fille d’Erpos, avait promis le sacrifice d’un bovin, elle n’en a pas eu les moyens, mais elle a pu dédier cette stèle à Men Axiottenos. Elle a tenu à y faire sculpter l’animal vigoureux qu’elle aurait sans doute aimé offrir au dieu (μὴ δυνασθεῖσα δὲ ἀποδοῦναι ταῦρον ἠρώτη σε τὸν θεὸν καὶ συνεχώρησε ἀπολαβεῖν στήλην)38.

  • 39 Plusieurs sites ont livré des systèmes d’époques variées, plus ou moins élaborés : à Athènes sur l (...)
  • 40 Kasper 1972, 84 et 91, fig. 19, 21 et 26.

17Si les têtes baissées et les armes brandies annoncent déjà la mort, il est difficile d’indiquer clairement cet instant. Cependant l’absence de parure sacrificielle (guirlandes ou stemmata) dit bien que le moment est imminent, l’animal en a été débarrassé pour faciliter la mise à mort. Jamais ici l’arme meurtrière ne pénètre le corps de l’animal comme on peut le voir à l’époque classique ou à l’époque hellénistique et romaine en particulier pour des sacrifices mithriaques. Pourtant l’espace qui est mis en avant indique clairement le téménos mais surtout l’espace sacrificiel en plein air, celui où la mort animale est donnée : présence de l’autel bien sûr, fréquemment d’un arbre, mais aussi de l’anneau devant ou à côté de l’autel. Les anneaux absents des vases et des reliefs attiques ou atticisants, et dans la littérature sont bien connus par l’archéologie39. Les découvertes confirment la disposition présentée sur les reliefs micrasiatiques. Ainsi la stèle R 20 découverte dans le sanctuaire de Déméter à Pergame montre un taureau attaché à un anneau. La déesse debout entre l’autel et l’animal tient une torche et une phiale. La position statique de l’animal et les bases qu’il a sous les pattes identifient sans doute une statue. Lors des fouilles du sanctuaire, un bloc portant une trace d’anneau en creux a été découvert en avant de l’autel40.

  • 41 Certaines remarques faites par Scheid 1998, 519-529 s’appliquent à nos stèles. Voir aussi Huet 200 (...)
  • 42 Georgoudi 2005, 217.
  • 43 Ekroth 2005, 9-29.

18La mort mise ainsi en avant par des postures animales, par les gestes des serviteurs ou du dédicant, par un espace défini comme sacrificiel, sert aussi à déterminer une hiérarchie, elle est une “auto-définition”41. L’abattage d’un animal, indiqué ici comme étant de prix, permet aux fidèles de s’assurer la communication avec la ou les divinités et d’obtenir leur protection. Elle réactualise nettement la hiérarchie entre les hommes et les animaux (les uns maîtrisant et pouvant tuer les autres) et celle entre les hommes et les dieux (les uns faisant une offrande de prix aux autres qui en retour leur apporteront leur secours). Les dédicaces soulignent nettement les demandes et les souhaits accomplis. Par des constructions iconographiques pas toujours novatrices, les fidèles et ceux qui leur ont sculpté ces stèles et ces autels définissent la place de chacun dans l’économie générale du sacrifice. La violence n’y est en aucun cas “dissimulée”42 ; tout au contraire, induite et idéalisée, elle est utile pour dire que faire couler le sang peut être nécessaire pour communiquer avec les dieux. À l’époque classique, les fidèles souhaitent pérenniser leur passage dans le sanctuaire en montrant un groupe d’hommes et éventuellement de femmes et d’enfants, accompagnés de leurs serviteurs, venus à la rencontre de la divinité, le plus souvent de profil, tournée vers eux. Des regards ou des gestes unissent hommes et dieux. L’animal, comme les serviteurs, est de petite taille, sa mort n’est ni montrée ni idéalisée. Les gestes techniques du sacrifice ne servent pas à pérenniser le rite réellement accompli. Le groupe seul, dans sa relation avec le divin, est mis en avant. Avec le relief d’Échinos, l’attention se déplace peu à peu. La dédicante est représentée seule, mais l’accent est désormais mis sur l’animal, même s’il est encore de petite taille. Le couteau dans la main du petit serviteur dit clairement le sacrifice sanglant qui va suivre. Animal de prix, il est aussi un symbole de fertilité convenant bien à Artémis qui a protégé la dédicante pendant sa grossesse et lors de son accouchement. L’animal a alors toute sa place dans la communication de cette femme avec la divinité. À l’époque hellénistique et romaine, en Asie Mineure, la mort n’est plus éludée ou niée, elle est au contraire mise en avant, elle est décrite comme le passage obligatoire (et normal) qui permet de se situer dans une hiérarchie symbolique et d’honorer les divinités. Il n’est pas anodin que certaines de ces scènes soient portées directement sur la face d’un autel (R 13, 15, 16). Elles réactivent les rites qui y sont pratiqués, dépôt, libation, mais surtout mises à mort. Elles les perpétuent en faisant de l’autel le lieu privilégié par lequel passe la rencontre avec le monde divin. L’autel reste le lieu de la communication, les animaux sont à ses côtés ou devant lui, leur sang, même s’il n’est pas visible, doit bientôt couler43. Sur les reliefs plus tardifs, ce n’est plus seulement le fidèle qui est mis en avant mais le geste effectué ; par la violence induite, l’offrande est ainsi magnifiée. Sur un relief (R 8), deux scènes sont emboîtées l’une dans l’autre. Un fidèle est à gauche de l’autel, Zeus et son aigle à droite. Aucun animal sacrificiel n’est présent. Mais l’autel porte une représentation sculptée sur sa face : un petit serviteur maîtrise un taureau cabré. Le sacrifice devient en quelque sorte perpétuel. La communication entre les hommes et les dieux n’est plus mise en image par des regards et des gestes, les dieux sont les plus souvent de face et les fidèles de profil. Parfois même ils occupent seulement le registre supérieur et sont représentés de face. La mort d’un animal contraint, donc beau et fort, trouve toute sa place dans ces représentations d’Asie Mineure. Une belle victime ne peut fournir qu’un sacrifice agréé par les dieux, le bénéfice en rejaillit alors sur son auteur.

Notes

1 Georgoudi 2005, 115-147, en particulier 117 sqq. autour de la violence “dissimulée”.

2 Detienne & Vernant 1979.

3 Voir le catalogue dans Mehl 2000 sous la direction de P. Debord. Le classement proposé est en partie arbitraire étant données les incertitudes pesant sur la chronologie et les provenances.
R 1 : Bursa 2618, Mysie, iie -ier s. a.C. IK, 18, 5-6, no 3, fig. 6. Mehl 2000, R 186.
R 2 : Bursa 2584, Mysie, iie -ier s. a.C., IK, 18, 24-26, no 20, fig. 19. Mehl 2000, R 185.
R 3 : Istanbul 1423, Tralles, fin iie -ier s. Mendel 1912-1914, no 547. Laubscher 1966, 125, pl. 22,1. Mehl 2000, R 183.
R 4 : Cyzique, iie s. a.C. Robert 1983b, 545-548, fig. 1.
R 5 : Istanbul 4407, Cyzique ( ?), ier s. a.C. Robert 1955a, 125-133, no 25, pl. 19,3 et 38,2. Van Straten 1993, 254, fig. 14. Mehl 2000, R 180.
R 6 : Istanbul 189, Mysie, ier s. a.C. Mendel 1912-1914, no 854. Robert 1955a, 126. Mehl 2000 R 187.
R 7 : = Istanbul 1503, Mysie (Mahmur Köy), fin de l’époque hellénistique. LIMC VIII Zeus 145. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 249.
R 8 : Mysie, époque hellénistique ? LIMC VIII Zeus 144 ; ThesCRA s.v. “Sacrifices” 249b.
R 9 : Lieu inconnu, Mysie, époque hellénistique. Hasluck 1904, 22, fig. 2. Robert 1955a, 126. Mehl 2000, R 189.
R 10 : Bursa 3160, Mysie, époque hellénistique. IK, 18, 27-29, no 23, fig. 21. Mehl 2000, R 188.
R 11 : Istanbul 1909, Kavak (Mysie, sanctuaire de Zeus Olbios), fin ier s. a.C. - début ier p.C. Edhem Bey 1908, 521-528, pl. V-VI. Van Straten, 1981, 85, fig. 17 a-b. Mehl 2000, R 181.
R 12 : Istanbul 5287, Istanbul, ier s. a.C. ier s. p.C. Mehl 2000, R 198.
R 13 : Éphèse, ier s. p.C. (autel de Domitien). Wipling & Wlach 1996, 56-57, fig. 75. Mehl 2000, R 197.
R 14 : Konya, Pisidie ( ?), iie s. p.C. ( ?). Lane 1971, 165-6, AD 1, pl. 105. Mehl 2000, R 192.
R 15 : Copenhague NCG, fin iie s. p.C. (autel). Poulsen 1951, 62, no 53, pl. 4. Mehl 2000, R 196.
R 16 : Istanbul 312, Cyzique, iie ou iiie s. p.C. (autel). Mendel 1912-1914, no 1144. Mehl 2000, R 190.
R 17 : Berlin 1686, Mysie, iie ou iiie s. p.C. OMS II, 1343-4, pl. 28. ThesCRA s. v. “Kultinstrumente” 39 (de Gallipoli). Mehl 2000, R 184.
R 18 : Konya, Pisidie, iiie s. p.C. Lane 1971, 152-3, no 288, pl. 96. Mehl 2000, R 191.
R 19 : Stèle d’Ayazviran, Lydie, datée de 235/6. Lane 1971, 50.
R 20 : Pergame, Musée du sanctuaire de Déméter, sanctuaire de Déméter, époque impériale. Kasper 1972, 69-73, fig. 20. Radt 1988, 212, fig. 86. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 138. Mehl 2000, R 194.
R 21 : Istanbul 2649, Pisidie, ( ?). Mendel 1912-1914, no 1382. Lane 1971, 112, no 177. Mehl 2000, R 193.
R 22 : Istanbul 4725, Dercos, ( ?). Mehl 2000, R 195.
R 23 : LIMC VIII Zeus 146. Voir, pour des exemples hors d’Asie Mineure, Parisi Presicce 1999.

4 Van Straten 1995, 83-84 mais surtout 1993, 248-264.

5 Dentzer 1982.

6 Pour une typologie des gestes entre serviteur et animal, voir Mehl 2006a, 354-357 pour la concentration de gestes en une seule image.

7 Sur les reliefs attiques, le geste apparaît essentiellement par le biais du kanoun tenu sur l’avant-bras gauche du serviteur aux côtés de l’animal.

8 Zeus Olbios (R 11 et 17), Zeus Chalazos Sôzôn (R 7), Zeus Aithrios (R 4), Zeus Megistos associé à Apollon Bathylimenitès et Artémis (R 5), Déméter (R 20), Dionysos (R 12), Men Axiottenos (R 19).

9 La façon de tenir le couteau au-dessus de la tête est peu appropriée à une mise à mort par saignée. Les animaux de grande taille, même attachés, nécessitent le plus souvent d’être assommés avant d’être égorgés. L’artère peut difficilement être atteinte sans relever la tête de l’animal. Les sculpteurs ont peut-être tenu à mettre en avant ici la mort rituelle, celle obtenue par l’égorgement.

10 Voir par exemple un relief du Louvre Ma 2850 découvert à Cyzique et daté de 46. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 210. Roccos 1998, 261-270.

11 Van Straten 1995, 170-175 pour une comparaison du choix des animaux selon les sources (calendriers de cultes, vases, reliefs). Pour les reliefs attiques : porcins 44 %, ovins 42 %, bovins 10 %.

12 Brauron 1151, sanctuaire d’Artémis. Van Straten 1995, R 73, fig. 57. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 72. Mehl 2000, R 53.

13 Artémis : Musée de Brauron 1152 (Van Straten 1995, R 74) ; Héraclès : Athènes EpM 3942 (Van Straten 1995, R 90).

14 Voir la démonstration dans Mehl 2006a, 355-356. Les cordes pouvaient, comme d’autres objets, apparaître par l’utilisation de rehauts de couleur aujourd’hui perdus.

15 Paus. 2.35.5.

16 LSCG 50, 32-33. Le règlement concerne les droits et les devoirs conférés aux Molpes de Milet, plus particulièrement le groupe des Onitades, les chantres. Les lignes 32 à 42 concernent entre autre la fourniture de liens pour les victimes.

17 Voir le catalogue dans Mehl 2000.

18 Oslo 6909 No. 5. CVA Oslo 1, pl. 4, 1-3. Van Straten 1995, V 117. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 446a. Mehl 2000, V 119.

19 Mehl 2007.

20 Une exception notable est portée sur une amphore attique à figures noires du milieu du vie s. (Viterbo). Van Straten 1995, V 141, fig. 115. ThesCRA s. v. “Sacrifices” 485a. Mehl 2000, V 180. Comme si les sept hommes réunis ne suffisaient pas à maintenir tranquille l’animal, un huitième le tient par la queue et un neuvième tient une corde attachée autour du museau de l’animal. Un homme barbu plonge un couteau dans la gorge de l’animal, tandis qu’un jeune homme nu tient un sphageion sous le cou de l’animal. Contrainte et mise à mort sont alors ici nettement mêlées.

21 Paris Louvre Cp 10.754, du Peintre d’Eucharides (500-475). ARV2 228/32. Van Straten 1995, V 135, fig. 47. ThesCRA s. v. “Sacrifices” 463.

22 Apoll., Bibliothèque, 2.11.6-7 mentionne le lien (desmos). Hdt, 2.45. Pour les liens entre Héraclès et les bovidés, voir Jourdain-Annequin 1998, 285-300.

23 Athènes MN 9683, vers 475-470. ARV2 554/82. Durand - Lissarrague 1983, 153-167, fig. 26. Van Straten 1995, V 341. ThesCRA s. v. “Sacrifices” 604. Mehl 2000, V 361.

24 Copenhague NM 13567, vers 520-510. Van Straten 1995, V 120, fig. 14. Thescra s.v. “Sacrifices” 454. Mehl 2000, V 149. La procession arrive par la droite vers un autel et une colonne. Un homme tient une hache au-dessus de la tête du bovin. Un homme porte un vase pouvant servir de sphageion. Il semble tenir un manche dans la main gauche, sans doute un couteau. Une canéphore marche, un peu en arrière, enfin une aulète.

25 Berlin inv. 3419. Van Straten 1995, V 148, fig. 113. ThesCRA s.v. “Sacrifices” 484. Mehl 2000, V 155. Un homme barbu tient une double hache au-dessus de la tête d’un grand taureau.

26 La hache apparaît dans une procession décrite par Héliodore, Les Ethiopiques, 3.1.1-5. Elle est l’assommoir typique chez Homère (Il., 17.520 ; Od., 3.435-450) ou chez Apollonios de Rhodes (Argonautiques, 1.425), avant que les animaux ne soient égorgés. Le maillet, comme la hache peut être transporté vers le lieu du sacrifice, comme sur une oenochoé attique à figures rouges de Santa Agata dei Goti, datée de 350-330 (voir Van Straten 1995, V 125). Les haches apparaissent dans les inventaires des sanctuaires. Égine : IG, IV, 39, 16 ; 1588, 25. Thespies : Taillardat & Roesch 1966, 70-87, l. 14, huit haches et une double hache (axinos). Dans les deux cas, elles sont inventoriées à côté d’une makhaira, disant bien l’usage qui peut être fait de ces objets. Voir aussi Mehl 2000, 153-167.

27 Le couteau peut être dans les mains d’un serviteur, d’un mageiros ou d’un prêtre. Il remplace parfois la clé comme attribut pour des prêtres sur des stèles ou des lécythes funéraires. Voir De Clairmont 1993, 14-15, 278-279.

28 Voir Mehl 2000, 147-245 ; Van Straten 1995, 103-114.

29 Lamia AE 1041. Dakoronia & Gounaropoulou 1992, 217-227 ; Van Straten 1995, R 75bis ; Mehl 2000, R 56 ; Morizot 2004, 159-170. Pour le statut des femmes en Thessalie : Gofas & Hatzopoulos 1999, 1-14. Voir aussi Mehl 2007.

30 Van Straten 1995, 84.

31 Voir Huet 2005, 91-119, en particulier 63 note 63 pour les techniques d’abattage. Les études ostéologiques et archéozoologiques n’ont apporté jusqu’ici que peu d’indications sur l’étourdissement des victimes qui peut laisser des traces sur le crâne contrairement à la saignée qui touche peu le système osseux : Reese 1994, 191-221 ; Payne 1995, 211-44). Dans quelques rares cas, des traces de hache sont visibles sur le crâne en particulier sur des bovins, elles sont cependant moins nombreuses que les traces de découpe laissées par les couteaux ou les feuilles. Elles correspondent à la position de la tête dans nos représentations. Elles sont également connues pour Érétrie à l’arrière des crânes d’ovi-capridés, avec cette fois des haches plus petites.

32 Le registre supérieur est occupé par Zeus Megistos, Apollon Bathylimenitès représenté sous deux formes et Artémis.

33 La prise à la corne dit nettement la prise de possession dans des contextes autres que sacrificiels, voir par exemple Héraclès et la biche kérinyte. Schnapp 1987, 121-122. Voir Mehl 2006a, 352, 359. Voir aussi le stamnos du Louvre cité plus haut.

34 Oppien, Sur la chasse, 250.

35 Carbon 2007.

36 Durand 1984, 35-39 et 1987, 227-241. Voir aussi Mehl 2006b, 21-42.

37 Van Straten 1981, 87, fig. 26.

38 Lane 1971, no 50.

39 Plusieurs sites ont livré des systèmes d’époques variées, plus ou moins élaborés : à Athènes sur l’agora au nord de l’autel d’Arès, à Cyrène en avant de l’autel monumental d’Apollon, Magnésie du Méandre à l’autel d’Artémis Leucophryenè, plusieurs blocs à Amphipolis dans la palestre, à l’Héraion d’Olympie sur les marches du stylobate, à Dion dans le sanctuaire de Zeus Olympios, à Caunos près du théâtre, à l’Héraion de Samos devant le grand autel, à Assos, à Épidaure, à Stratos d’Acarnanie sur l’agora, à Thasos à coté du monument de Théagénès et dans le sanctuaire de Zeus Agoraios Thasios. Les sites avec les systèmes les plus riches sont Dion, Amathonte de Chypre et Claros. Pour la bibliographie, voir ThesCRA s. v. “Sacrifices” no 364 et s. ; pour des compléments bibliographiques, Mehl 2000, 74-86.

40 Kasper 1972, 84 et 91, fig. 19, 21 et 26.

41 Certaines remarques faites par Scheid 1998, 519-529 s’appliquent à nos stèles. Voir aussi Huet 2005, 104-106.

42 Georgoudi 2005, 217.

43 Ekroth 2005, 9-29.

Table des illustrations

Titre R3 : Istanbul 1423, Tralles, fin IIe -Ier s.
Légende dessin tiré de Mendel
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre R5 : Istanbul 4407, Cyzique ( ?), Ier s. a.C.
Légende dessin tiré de Van Straten 1993, 254, fig. 14, note 25
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre R6 : Istanbul 189, Mysie, Ier s. a.C.
Légende dessin tiré de Mendel 1912-1914, no 854
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11345/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre R11 : Istanbul 1909, Kavak (Mysie), fin Ier s. a.C. -début Ier s. p.C.
Légende dessin tiré de Van Straten 1981, 85, fig. 17a-b
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11345/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre R16 : Istanbul 312, Cyzique, fin IIe s. ou IIIe s. p.C. Petit autel
Légende dessin tiré de Mendel 1912-1914, no 1144
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11345/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre R21 : Istanbul 2649, Pisidie (?)
Légende dessin tiré de Lane 1971, 112, no 177
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11345/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Stèle de Lamia AE 1041. Dessin tiré de Y. Morizot 2004, 159-170
Légende dessin tiré de Morizot 2004, 159-170
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11345/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Stamnos du Louvre Cp 10.754
Légende dessin tiré de la Cuisine du sacrifice
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11345/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search