Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La religion

Héphaistos et les armes d’Achille : schéma artistique convenu ou reflet de cultes locaux ?

Sylvie Lalagüe-Dulac

Texte intégral

  • 1 Malten 1912.
  • 2 Brommer a contesté les arguments de Malten à plusieurs reprises (Brommer 1972, 531-534 ; Brommer 1 (...)
  • 3 Le catalogue des exemplaires au type d’Héphaistos a été constitué à l’occasion d’une thèse soutenu (...)
  • 4 Brommer 1972, 534 ; Hermary & Jacquemin 1988, 650-651. Idée déjà développée chez Toynbee 1986, 221 (...)

1La multiplication des émissions monétaires de bronze en Asie Mineure au cours des iie et iiie siècles p.C. a suscité la floraison de types très variés dont celui, inattendu, d’Héphaistos. Ce fait a amené L. Malten1 à voir dans le fils d’Héra un dieu originaire d’Asie Mineure, plus précisément de Carie et de Lycie, hypothèse minimisée soixante ans plus tard par Fr. Brommer2. De fait, ce dernier notait que deux pièces seulement provenaient de ces deux régions, les autres exemplaires se répartissant entre la Bithynie, la Mysie, la Troade, l’Ionie, la Lydie, la Phrygie, la Pamphylie, la Pisidie et la Cilicie3. Une seule région d’Asie Mineure méritait d’être mise en exergue, c’était la Pamphylie avec onze monnaies recensées en 1972. Son second argument reposait sur le caractère répétitif de la scène figurant sur ces exemplaires et illustrant le célèbre épisode des armes d’Achille, type qui serait apparu sur des médaillons contorniates avant de gagner l’Asie Mineure4. Ainsi, ces pièces ne transmettraient qu’un schéma artistique, elles ne seraient que des copies inspirées par un original pictural. L’uniformité du motif dans des lieux différents à un même moment associée au caractère tardif des frappes (l’essentiel date du iiie p.C.), s’opposerait à toute réalité cultuelle. L’argument est recevable si chaque région et chaque cité reproduisent le même type sans variantes.

1. Un même type dans une même cité ?

  • 5 Brommer 1978a, 224, 1, pl. 38, 2, 4 ; Athènes (Musée Numismatique, 4964b) ; Brommer 1978a, 224, 2, (...)
  • 6 Seules Sardes (BMC Lydia, 225, 128 ; SNG von Aulock 3149), Antandros (BMC Troas 34, 12, pl. 7, 8), (...)

2Prenons le cas de Nicomédie. Quatre monnaies au type du dieu5 ont été frappées entre les iie et iiie siècles. Elles offrent trois figurations différentes. Sur les deux premières, Héphaistos est représenté assis travaillant un casque posé sur un cippe. Le troisième exemplaire le figure debout, nu, portant un casque et un marteau. La quatrième monnaie appartient au même registre, mais la divinité est vêtue, ne porte qu’un marteau et elle est figurée sous la forme d’un xoanon antique. Ainsi, aucune continuité ne peut être constatée. Il est intéressant, par ailleurs, de relever que Nicomédie frappe une monnaie au type d’Héphaistos debout6 lorsque la plupart des cités le représentent assis.

  • 7 Nollé 1996.
  • 8 Brommer 1978a, 224, pl. 37, 1, 1 ; Paris (BNF, no 1531) ; Brommer 1972, 538, 9, pl. 28, 2 ; Paris (...)

3À Magnésie du Méandre, en Ionie, si nous adoptons les arguments de J. Nollé7 qui voit dans les monnaies émises par la cité au ve siècle a.C. Héphaistos et non Thémistocle, le monnayage au type du dieu aurait débuté à l’époque classique. Les types sont là encore variés. La tête de la divinité, coiffée, est remplacée au iiie siècle p.C. par le type d’Héphaistos assis, mais avec de nombreuses variantes8. D’abord figuré en train de travailler le bouclier, il est quelques années plus tard soit occupé à ciseler un casque seul ou en compagnie d’Athéna, soit porté en procession, toujours dans la même attitude, par quatre hommes. L’exemplaire le plus tardif le représente martelant un morceau de métal. La monnaie de Gordien III figurant Héphaistos porté en procession doit être prise au pied de la lettre : le dieu recevait bien un culte dans cette cité, ce que confirme la variété typologique, mais aussi chronologique soulignée plus haut. L’argument du schéma artistique répétitif est battu ici en brèche.

  • 9 BMC Lydia, 295, 24, pl. 29, 9 ; Brommer 1978a, 224, pl. 38, 1, 3 ; BMC Lydia, 306, 82, pl. 31, 5 ; (...)
  • 10 Planche I, 13, 15 et 16.
  • 11 Planche I, 12.

4Arrêtons-nous en Lydie, à Thyatire, où cinq monnaies de Commode et une de Septime-Sévère9 offrent trois types différents. Le divin forgeron est représenté assis martelant un casque soit seul, soit en présence d’Athéna. Sur trois pièces10, des guirlandes se distinguent nettement sur l’autel qui sert de siège au dieu. Un exemplaire bien conservé11 figure Héphaistos debout, vêtu et coiffé d’un pilos, dans la main droite une double hache, dans la main gauche un flambeau ou un sceptre. Dans le champ, à gauche, des tenailles sont posées sur une enclume. Ce type, toujours en relation par le biais des attributs avec le domaine d’intervention du dieu, s’appuie certainement sur une œuvre originale, peut-être reproduite dans son sanctuaire.

  • 12 Paris (BNF, no 209) ; Brommer 1978a, 224, 28, pl. 37, 1, 7 ; Brommer 1978a, 224, 27, pl. 37, 1, 6  (...)
  • 13 Planche II, 6.

5L’exemple d’une cité qui n’a émis que des monnaies au type d’Héphaistos assis et travaillant le bouclier d’Achille mérite notre attention. C’est le cas de Pergè en Pamphylie. Les six exemplaires12 à notre disposition semblent tous être calqués sur le même schéma : le fils d’Héra assis à droite sur des pierres tient dans la main droite baissée un marteau et maintien de la main gauche un bouclier posé sur son genou. Datés du iiie siècle, ils présentent peu de différences typologiques, si ce n’est la forme du bouclier plus ou moins réussi et parfois bordé de points. C’est dans le champ au pied du dieu que se distingue, sur la monnaie la plus récente13, un élément original : un autel cannelé enflammé. Ainsi, le graveur a pris soin d’apporter une précision qui ne peut relever du simple souci esthétique ou du sentiment religieux primaire. Cet autel enflammé, pour lequel l’artiste s’est appliqué à souligner les cannelures, doit être mis en relation avec la divinité auquel il est associé et il peut être considéré comme le témoignage du culte, certes minime, que recevait le dieu dans cette cité.

  • 14 Paris (BNF, no 638) ; Paris (BNF, no 661) ; Brommer 1978a, 224, 23, pl. 37, 1, 4 ; Brommer 1978a, (...)

6Toujours en Pamphylie, la cité de Sidè émet des monnaies obéissant au schéma type des armes d’Achille14. Deux légères variantes sont à signaler. Le bouclier du premier exemplaire figure la tête de la Gorgone que l’on peut rattacher à Athéna et, dans le champ des monnaies 7 et 11, on discerne une forme qui pourrait s’apparenter à un autel.

  • 15 Brommer 1978a, 224, 38, pl. 37, 1, 13 = planche II, 13.

7Plus à l’est, à Sagalassos en Pisidie, l’accent est volontairement porté sur le bouclier dont la figuration est surdimensionnée par rapport à l’ensemble de la scène15.

  • 16 Kraft 1972, 94-95.
  • 17 Spoerri-Butcher 2000.
  • 18 Cyzique : SNG France, 5, 843 et BMC Mysia, 45, 204 ; Nicée : BMC Pontus, 158, 42, pl. 32, 13 (= pl (...)
  • 19 Imhoof-Blumer 1901-1902, 146, 13, pl. 5, 26 = planche II, 15.

8De tous ces exemples, on ne peut cependant exclure le fait que le type d’Héphaistos travaillant le bouclier dans sa forge soit un thème récurrent du monnayage anatolien à l’époque romaine. Si, comme on peut le déduire des remarques de K. Kraft16, le type a été diffusé par les grands ateliers anatoliens aux ateliers de moindre importance, sa large diffusion dans l’ensemble de l’Asie Mineure dénoterait une volonté commune, certainement impériale. Si nous considérons la liste des ateliers proposés par K. Kraft ou M. Spoerri-Butcher17, certains ont émis des monnaies au type du dieu : Cyzique, Nicée, Sardes, Mylasa et Aphrodisias. Aussi paraîtrait-il logique de trouver, au sein de leur monnayage au type d’Héphaistos, un schéma commun traduisant la propagande impériale ; or ces cinq grands centres ont tous choisi des types différents. Cyzique figure Héphaistos assis, travaillant un objet métallique indistinct, Nicée représente le dieu debout, majestueux, Sardes choisit la scène mettant en scène Héphaistos et Dionysos, Aphrodisias, celle de l’adultère d’Aphrodite18. Quant à Mylasa, c’est la seule cité qui opte pour la scène célèbre du bouclier, orné des premières lettres d’Achille19 afin que le message soit clair. L’inscription du bouclier de Mylasa n’est-elle pas à prendre au pied de la lettre ? La volonté de la cité carienne d’identifier le destinataire du bouclier ne traduit-elle pas l’ignorance de ce destinataire dans les autres cas ? Sinon, puisque tous les Grecs connaissaient depuis leur plus tendre enfance l’origine du bouclier d’Achille, à quoi bon le préciser quand toutes les autres cités ne le font pas ? Mylasa voulait-elle particulièrement insister sur l’œuvre d’art réalisée par le dieu des forgerons ? Toutes les autres cités frappaient-elles ce type uniquement parce que ce sont les forgerons qui fabriquent les armes nécessaires à la guerre, ou les deux hypothèses sont-elles cumulables ?

  • 20 Samos : Head 1911, 606 ; Magnésie du Méandre : voir supra note 8 ; Nysa : BMC Lydia, 185, 74, pl. (...)

9M. Spoerri-Butcher a noté également des liaisons de coins entre Samos, Magnésie, Tralles et Nysa, cités correspondant à une même zone géographique et relevant certainement d’un seul atelier. Trois de ces cités ont frappé au iiie siècle des monnaies au type d’Héphaistos20. Là encore, aucune homogénéité entre les types : Samos figure le dieu en compagnie d’Athéna, Magnésie offre une grande variété de représentations ; quant à Nysa, le type est classique, mais l’objet travaillé n’est pas un bouclier.

  • 21 Harl 1987, 36 : ce serait une erreur de croire que le recours par les graveurs à des modèles stand (...)

10Dans quelle logique la présence du divin forgeron sur les impériales grecques s’inscrit-elle ? Que les graveurs soient regroupés dans de grands ateliers ou qu’ils soient itinérants et proposent à chaque cité une gamme de types, c’est aux magistrats de la cité que revient le choix. Dans tous les cas, si ce dernier peut être influencé par un schéma artistique sous-tendu par la propagande impériale ou par des stéréotypes, il n’en demeure pas moins que la décision est un acte politique et la monnaie un document officiel. Il semble peu réaliste qu’une volonté centralisatrice ait pris la peine d’inclure au cas par cas des détails évocateurs comme le fait d’asseoir la divinité sur un autel ou de placer dans le champ un autel, ou une enclume sur un autel, à moins qu’elle n’ait décidé de s’adapter aux réalités grecques. Opter pour Héphaistos comme motif de revers doit répondre à une réalité locale, concrète ou non. Ainsi K. Harl suppose que les standards iconographiques ne diminuent en rien l’intention de renforcer les croyances locales21.

11Disposons-nous pour les cités concernées de données concrètes permettant d’affirmer que la frappe d’un type même stéréotypé est à mettre en relation avec des pratiques cultuelles ? Pour quelques localités, les sources offrent des certitudes.

2. Certitudes

a. Olympos

  • 22 Lalagüe-Dulac 2002.
  • 23 Pseudo-Skylax 100. Counillon 1986-1987 : texte grec p. 58, traduction (légèrement modifiée) p. 62. (...)

12L’illustre boiteux est honoré en ces lieux au moins depuis le ive siècle a.C.22. De fait, le pseudo-Skylax23 évoque un sanctuaire dédié au dieu des forgerons sur un site exceptionnel, celui de la Chimère dans les environs d’Olympos : “En arrière de ce lieu, il y a le sanctuaire d’Héphaistos dans la montagne, avec un feu totalement autogène, qui brûle dans le sol et ne s’éteint jamais”.

  • 24 Counillon 1986-1987, 49-50.
  • 25 Fabre 1965.
  • 26 Counillon 1986-1987 manifeste toutefois une certaine réserve sur ce point, il faut nuancer selon l (...)
  • 27 Maxime de Tyr, philosophe grec du iie siècle p.C., a beaucoup voyagé : nous savons qu’il s’est ren (...)
  • 28 TAM, II 3, 956, 963, 967, 969, 972, 973, 976, 978, 979, 982, 989, 997 (référencée par erreur 998 d (...)
  • 29 Les trois inscriptions figurent sur l’épistyle de la partie sud du mausolée : elles seraient datée (...)
  • 30 De l’annexion de la Lycie comme province romaine par Claude en 43 jusqu’au règne de Gordien, les c (...)

13Au sujet du Périple de Skylax, P. Counillon24 nous rappelle que, si la date de rédaction définitive a été fixée avec vraisemblance aux années 361-357 par P. Fabre25, “...il semble, quoi qu’il en dise, qu’il s’agisse d’une compilation de matériaux plus anciens, dont certains pourraient effectivement remonter à Skylax de Caryanda...”. Le passage consacré à l’Asie Mineure est considéré comme le plus ancien, on pourrait aller jusqu’au début du ve siècle a.C., mais concernant la Lycie, il faudrait en fait descendre au plus tard aux environs de 330 a.C.26. Quoi qu’il en soit, le feu autogène d’Olympos est un topos bien connu de tous les marins, donc des Grecs27. Il n’y a pas lieu de supposer que le rédacteur du Périple ait pu déformer la vérité au sujet d’un lieu qui devait déjà attirer de nombreux visiteurs. Ainsi, alors que l’essentiel des sources tant littéraires qu’épigraphiques ou numismatiques est d’époque impériale, nous avons la certitude que le culte d’Héphaistos est pratiqué à la fin de l’époque classique en Lycie sur le site de la Chimère. Le succès du dieu ne se dément pas puisque les témoignages se multiplient à l’époque impériale. Ainsi les épitaphes de la cité le désignent comme le bénéficiaire des amendes à payer en cas de violation du tombeau dans soixante-deux cas28. De plus, des inscriptions de Rhodiapolis, cité proche d’Olympos, révèlent l’existence à Olympos d’une panégyrie dédiée à Héphaistos et à l’empereur29. Or, dans un lieu où le culte du fils d’Héra s’est implanté sur un site exceptionnel, révélateur des affinités du dieu avec le monde chthonien, c’est le type apparemment banal de la scène de la forge qui est adopté pour orner l’envers des rares émissions monétaires d’Olympos30.

  • 31 Von Aulock 1974, 171, 188-189, pl. 11, 188.
  • 32 Paris (BNF, no 241) = planche II, 14. Nous n’avons pu nous procurer les moulages des exemplaires d (...)

14Le premier revers31 représente Héphaistos, assis à droite sur des pierres entassées, vêtu d’un chiton court et coiffé du pilos ; dans sa main droite levée, il tient un marteau ; sa main gauche maintient un bouclier rond posé sur son genou gauche. Devant lui, une enclume est posée sur un fût composé de pierres entassées. Le deuxième revers32 est presque similaire, mais offre un détail intéressant : dans le champ, à droite, figure une plante.

  • 33 Quintus de Smyrne, 11.91-98.

15Selon H. von Aulock, il s’agirait d’un arbre. Sa forme, peu académique, évoque un palmier. Or, Quintus de Smyrne rappelle dans sa description du site de la Chimère33 que “des palmiers y prospèrent alentour et portent des fruits à foison, tandis que leur racine flambe avec les pierres”. Sur les deux exemplaires figurant ce symbole, on distingue un tronc court et épais ainsi que des rameaux caractéristiques de ce type d’arbre. Le dessin donne aussi l’impression d’un jaillissement que l’on pourrait peut-être relier à la flamme autogène du Mont Chimère. Dans l’un ou l’autre cas, ce symbole gravé dans le champ fait partie intégrante de la scène. Il associe la divinité à un lieu qui ne peut être que les hauteurs du mont Chimère. Ainsi, la frappe de monnaies au type récurrent d’Héphaistos travaillant dans sa forge traduit bien ici une réalité cultuelle.

b. Mylasa

  • 34 Voir supra n. 19.
  • 35 Sahin & Engelmann 1979, 216-127, no 4 ; SEG, 29, 1979, 1078 qui a opté pour la lecture de J. et L. (...)

16Mylasa, cité de Carie, offre au iiie siècle une seule monnaie appartenant au même registre34. Le type comporte toutefois quelques originalités : le dieu, le buste nu, coiffé d’un pilos, est assis à gauche sur un tabouret, mais la tête est tournée à droite. Il pose la main gauche sur un bouclier orné de la fameuse inscription : ΑΧΙ/ΛΛΕ, le bouclier est posé lui-même sur un cippe. La mise en valeur volontaire du bouclier et l’inscription sont révélatrices de l’intention du graveur qui est certainement de rattacher le dieu au célèbre épisode de l’Iliade. Ceci peut-il permettre de soutenir à la suite de Fr. Brommer que la cité a frappé cette monnaie sous l’effet d’un “phénomène de mode” sans aucun rapport avec le contexte cultuel ? La découverte en 1947 d’une inscription dont le chercheur allemand n’a pas tenu compte éclaire le débat. Il s’agit d’un décret honorifique35 daté du iiie ou iie siècle a. C. Si la datation est juste, ce serait un des plus anciens témoignages d’un culte rendu à Héphaistos en Carie.

ἐπὶ στ[ε]φανηφόρου Ξενο-
μένο[υ] τοῦ Ἀριστάρχου. ἱε-
ρέως Ἡφαίστου, μηνὸς Ξαν -
δικοῦ ὀκτωκαιδεκάτηι, ταῖς
ἀρχαιρεσίαις. ἔδοξε τῆι Ὀ-
γονδέων συγγενείαι· ἐπε[ι-]
δὴ Ιατροκλῆς Ἀριστέου
τοῦ Ιατροκλείους Μενίπ -
που καὶ Ἰάσω Ἡρώιδου ἱε-
ρεὺς Ἀπόλλωνος Πυθίου
[κ]αὶ Ἀριστέας Ἰ ατροκλείο[υς]
---ς αἱρεθ[έ]ν[τες]
---

Traduction : “Sous le stéphanéphorat de Xénoménos, fils d’Aristarchos, prêtre d’Héphaistos, au 18e jour du mois de Xandikos, aux élections des magistrats, la syngeneia des Ogondeis a décidé : attendu que Iatroklès, fils d’Aristéas, fils de Iatroklès, fils de Ménippos, ainsi que Jason, fils d’Héroidès, prêtre d’Apollon Pythien, et Aristéas, fils de Iatroklès […] ayant été élus...”

  • 36 Sur les cultes de Mylasa, Laumonier 1958, 39-140.

17Le stéphanéphore de Mylasa, Xénoménos, est prêtre d’Héphaistos. En ces lieux où les anciens s’étonnaient déjà de la multitude des sanctuaires36, les Cariens honorent le dieu des forgerons plusieurs siècles avant l’émission de la monnaie. La présence d’un prêtre ne permet pas de préjuger de l’importance du culte (simple autel ou temple, culte public ou professionnel), mais l’argument de Fr. Brommer relatif à l’absence de témoignages antérieurs aux monnaies est remis en cause. Mylasa consacre à l’époque hellénistique un temple ou un autel au dieu du feu. L’histoire de la cité, dont l’hellénisation est tardive, offre peu d’informations sur l’origine de ce culte qui a peut-être recouvert une réalité cultuelle antérieure assimilable à Héphaistos.

c. Pergè

  • 37 Sur les différents points de son histoire : Magie 1950, 262-263 ; Bean 1979, 25-38.
  • 38 Onurkan 1969-1970 ; Debord 1982, 222 ; 232-233.
  • 39 La pierre rectangulaire, trouvée dans la rue principale, avait échappé à toutes les publications. (...)
  • 40 Planche II, 1-6.
  • 41 Brixhe 1976, 149.
  • 42 Données que Brommer 1974, 145, ne conteste pas tout en les relativisant.

18Pergè, dont les monnaies sont caractérisées par la répétition du type d’Héphaistos travaillant le bouclier, est une cité de Pamphylie fortement peuplée d’indigènes37. Sa première apparition est à noter dans les listes de tributs athéniens en 425. Elle passe de la domination d’Alexandre à celle des Séleucides, puis des Attalides. Incorporée à la province de Cilicie, des familles romaines s’y installent. Une histoire somme toute comparable à celle de multiples cités anatoliennes. Sur le plan cultuel, Pergè est réputée pour le culte qu’elle voue à Artémis Pergaia38. L. Robert relève en 1951 l’existence d’une nouvelle tribu de la ville, celle d’Héphaistos grâce à la publication d’une dédicace inédite à Hadrien39. Il la rapproche des monnaies plus tardives40 et souligne l’originalité de la présence du dieu sur les monnaies : “ce n’est pas une divinité passe-partout. [...]. Le type de ces monnaies est maintenant expliqué par l’existence de la tribu”. La présence d’Héphaistos en Pamphylie est de plus confortée par l’existence de noms théophores41. Les monnaies, plus tardives, sont ainsi éclairées par la présence de cette tribu et des théonymes42.

d. Samos

  • 43 Head 1911, 606.
  • 44 Hdt. 4.152 ; 1.51.
  • 45 Hdt. 2.134 ; Michel 1900, 1148 ; Dunst 1967, 227.
  • 46 Sch. ad Hom., Il., 14.296. Sur le rite samien : Delcourt 1957, 38-39 ; sur le culte d’Héra Lygodes (...)
  • 47 Dunst 1967, 226-227, commente la liste des vainqueurs aux Heraia ; p. 230, l. 4 pour le texte de l (...)

19La monnaie43 émise par la cité samienne est peut-être le reflet lointain du culte que le dieu reçoit sur cette île riche en métaux précieux et réputée pour son activité métallurgique44. Deux noms théophores45 datant du ve siècle a. C. et les liens unissant le dieu à sa mère Héra, particulièrement vénérée en ces lieux, constituent des préalables favorables : c’est en effet à Samos que fut peut-être conçu le dieu hors des liens du mariage46. L’existence d’une lampadédromie dédiée au dieu Héphaistos au iie siècle a.C. est un témoignage supplémentaire47 en faveur du rapport logique entre un culte et des émissions monétaires plus tardives.

e. Un cas instructif : Aphrodisias

  • 48 Hom., Od., 8.300-333.
  • 49 Sur les sièges du stade d’Aphrodisias se trouvent mentionnés d’autres corps de métier : travailleu (...)
  • 50 Linants de Bellefonds 1996, 182.
  • 51 Apoll., Bibliothèque, 1.37.6.2.
  • 52 Chaniotis 2004a, 395-396.

20Le cas d’Aphrodisias est particulièrement intéressant. Une seule monnaie au type d’Héphaistos a été frappée au début du iiie siècle p.C. par la cité carienne et la scène figurée est étonnante puisque ce n’est pas le dieu au travail dans sa forge qui apparaît mais une de ses œuvres les plus redoutables, le célèbre filet qui lui a permis de prendre aux pièges sa propre épouse, Aphrodite, et son rival, le rapide Arès48. Quelques indices ont pu pendant un certain temps expliquer la présence allégorique de la divinité sur le monnayage d’Aphrodisias. En premier lieu l’importance d’une association d’orfèvres profitant de certains avantages. Ainsi, dans le stade, un groupe de χρυσοχοοί dispose de places réservées, de même, dans le théâtre, le président de l’association des orfèvres est particulièrement honoré49. Enfin, sur un relief de la cité figurant une Gigantomachie du iie siècle p.C., P. Linant de Bellefonds50 a identifié sans peine Héphaistos. Vêtu de l’exomis, le dieu tient dans la main droite un marteau et menace les Géants de projectiles incandescents ; sur sa gauche une enclume surmontée de tenailles, derrière lui un pin avec ses pommes. Les projectiles sont les fameux moudroi cités par Apollodore51. Ces témoignages bien minimes d’un éventuel culte honorant le dieu de la métallurgie viennent d’être étayés par la publication d’une inscription datée du iie siècle p.C.52 : un bâtiment, certainement un temple, est consacré au dieu Héphaistos par son propre prêtre. La preuve ténue d’un culte rendu à la divinité du feu apportée par l’unique et original exemplaire au type du dieu est ainsi largement cautionnée.

3. L’influence de la métallurgie

21Quant aux autres cités frappant des monnaies au type d’Héphaistos assis dans sa forge et pour lesquelles les sources n’offrent pas de mentions directes d’un culte dédié à la divinité, faut-il en déduire que ces monnaies ne traduisaient pas une réalité cultuelle ? Deux données remettent en cause la crédibilité de cette alternative. Premier point déjà évoqué, l’existence, au sein d’une série de même type émise par la même cité, de monnaies au type plus parlant justifie la frappe d’exemplaires à l’apparence plus anodine. Enfin, le génial forgeron ne peut être comparé aux grands dieux du Panthéon, largement connus et reconnus dans le monde grec et qui ornent inlassablement les revers des impériales grecques d’Asie Mineure. C’est un dieu marginal dont le culte est limité à quelques rares cités. Choisir cette divinité comme type du revers à une époque où l’autonomie des cités tend à s’exprimer par le canal numismatique n’est pas banal. Ce choix obéit assurément à une logique de la cité qu’il faut certainement rattacher à l’activité minière et métallurgique ainsi qu’aux associations professionnelles de forgerons.

a. L’activité métallurgique

  • 53 Sur les centres miniers de l’Antiquité, les informations fournies par les sources historiques, par (...)

22Il n’est pas possible ici de recenser tous les sites miniers ou métallurgiques de l’Anatolie afin de les mettre en relation avec les cités concernées. Il faut cependant rappeler en préalable que la Troade, la Phrygie, l’Ionie et la Lydie, Lampsaque, Abydos, Samos et Magnésie du Méandre, régions minières ou centres métallurgiques d’importance53, ont toutes frappé des monnaies figurant Héphaistos.

  • 54 Waelkens & Poblome 1995, 273-282.
  • 55 Originaire d’après J. et L. Robert, BullEp., 1982, 441, du site de l’antique Konana, moderne Gönen (...)
  • 56 Il s’agit de la fin d’une épigramme métrique inscrite sur trois faces sans un mot d’explication, W (...)

23L’exemple de Sagalassos est révélateur. Les recherches de l’équipe de M. Waelkens y ont révélé l’existence d’une technologie du fer à l’époque romaine. Le matériel mis au jour, d’importants dépôts de scories, appartient à des strates datées du tournant des iie-iiie siècles au ve siècle p.C., période durant laquelle les besoins militaires et civils des Romains créent une demande considérable en métaux ferreux et non-ferreux.54. Or, au nord de Sagalassos55, la cité d’Isbarta offre une étonnante épigramme funéraire, certainement d’époque tardo impériale, pour un forgeron anonyme56 :

------]ενοι. [----------
ἀλλὰ καλῶς ποιεῖ μνήμην στήσας πολύτειμον
ἐς ἧς τὸν γονέα, τὸν φιλότεχνον ὅλον
καὶ πυρὶ ἐργοπόνον πολυποίκιλο Ἡφαίστοιο
τεχνείτην, ἐρατὸν πᾶσα πόλις λαλέει
ἤδε κἀλεξάνδρεια, [τῆ] ἐν τέχνην πολύεργον
ἐξέμαθεν μεγάλην τήν γε σιδηρόδετον
-------------]· [---

Traduction : “...mais il a réalisé de belle manière un souvenir précieux d’après lequel toute cette ville fait à (son) père, (l’) artisan d’Héphaistos, amoureux des arts en général et travailleur très divers du feu, la réputation d’un homme aimable, comme il le fit à Alexandrie, où il apprit un métier très pénible et même le grand art d’attacher avec des liens de fer...”.

  • 57 Malten 1913, 320d ; par exemple Brommer 1978a, 224, 38, pl. 37, 1. 13 = planche II, 13. Également (...)

24Si aucune date n’est proposée, le texte lui-même recèle des faits dignes d’attention : cet homme formé à Alexandrie est dit “...l’artisan d’Héphaistos, amoureux des arts en général et travailleur du feu...”. Cette association à la divinité des forgerons complète ce que nous savions déjà du culte du dieu en Pisidie à savoir une inscription en son honneur et plusieurs monnaies le montrant au travail57. De fait, le fils d’Héra est bien connu des Pisidiens comme divinité de la métallurgie et il est plausible de penser que la cité de Sagalassos honorait l’illustre Boiteux.

b. Associations professionnelles de forgerons

25Thyatire et Magnésie du Méandre ont émis des monnaies au type d’Héphaistos travaillant dans sa forge. Chacune d’entre elles était le siège d’associations regroupant des travailleurs des métaux.

  • 58 IGR, IV, 1259 ; TAM, III, 1, 936 ; Clerc 1886, 407, no 10.
  • 59 Planche I, 12.
  • 60 TAM, V, 2, 945. Traduction proposée par Waltzing 1899, 159. Selon Robert, OMS, IV, 254, il faudrai (...)

26Dans la cité lydienne, une inscription honorifique du ier ou iie siècle58 mentionne des bronziers apparemment organisés en association : “À Marc Antonius Galata, les bronziers ont élevé cette statue à leurs frais”. Or, sur une pièce frappée par Thyatire sous Commode59 figure Héphaistos, debout, maintenant de la main gauche un flambeau dont la présence pourrait s’expliquer par la mention dans les TAM60 d’un président à la course aux flambeaux : “À la bonne fortune. Les teinturiers ont honoré d’une statue Aurélius Artémagoros, fils de Glycon, stratège, qui fut président du collège des teinturiers pour la sixième fois de sa famille, lampadarque aux grands jeux isopythiques en l’honneur des Augustes, decemprimus.

  • 61 Sartre 1995, 40 ; 50.
  • 62 Sartre 1995, 259 : associations de marchands d’esclaves, de teinturiers et de boulangers.

27Ancienne colonie militaire fondée par les Séleucides avant 27461, les besoins militaires de la cité ont dû favoriser l’activité métallurgique dont l’organisation en association n’a rien d’original en ces lieux62.

  • 63 Paris (BNF, no 1556) = planche I, 8.

28La finalité religieuse de ces regroupements est régulièrement attestée et la monnaie de Magnésie du Méandre63 figurant une procession est certainement le reflet de la vie religieuse qui anime ces associations. L’exemplaire, émis sous Gordien III, représente quatre hommes qui portent, posée sur un socle, une statue d’Héphaistos dans sa forge : assis sur un tabouret, un marteau dans la main droite, le dieu travaille un bouclier posé sur son genou. La scène fait certainement référence à un culte dédié au divin forgeron par ses fidèles, eux-mêmes métallurgistes.

  • 64 Outre celles mentionnées dans le texte, des associations professionnelles de forgerons ont été rel (...)
  • 65 Sartre 1991, 169 ; 173.

29De fait, la présence sur les impériales grecques de la divinité au travail pourrait traduire la relative importance de cette catégorie au sein de l’espace civique64. En dépit d’une idéologie toujours favorable à l’idée de loisir consacré tout entier au service de la cité, quelques inscriptions mentionnent des artisans parvenus au rang des notables dans leur cité et leur influence a pu jouer dans le domaine monétaire65.

Conclusion

  • 66 Un synedrion des argyrokopoi est régulièrement cité dans les inscriptions éphésiennes, se qualifia (...)

30Chaque cité concernée a ainsi une raison valable de choisir Héphaistos sur le revers de ses monnaies. Le poids de la métallurgie ou des associations de forgerons au sein de leur cité est une constante dans l’examen des données même si l’importance de cette catégorie professionnelle ne se traduit pas toujours en terme numismatique comme le démontre l’exemple d’Éphèse66.

  • 67 Sartre 1991, 68-75 ; Lepelley 1998, 341-344.
  • 68 Nollé 1995, 51-77.
  • 69 Le Bohec 1989.
  • 70 Duval 1952, 53.
  • 71 La question des fabricae a été régulièrement débattue et il n’est pas ici nécessaire de reprendre (...)

31Un autre facteur justifiant le succès de la divinité au iiie siècle sur les exemplaires anatoliens est peut-être à rechercher dans les menaces qui assombrissent l’horizon des cités d’Asie Mineure. L’affaiblissement des défenses romaines, sous la double pression des Perses à l’Est et des Barbares sur le Danube, ajouté à la disparition de l’État-client du Bosphore Cimmérien, permet aux Scythes et aux Boranes de ravager, au milieu du iiie siècle, les villes de la côte nord de l’Anatolie. L’Asie Mineure est prise en tenailles entre les Perses, les Scythes et les Goths. Après la défaite de Valérien et le retrait des Perses, le territoire est ravagé par les Goths de la Troade à la Cappadoce en 261-26267. Le contexte extérieur apporterait ainsi une réponse au choix soudain d’Héphaistos sur le revers des monnaies. C’est l’hypothèse que propose J. Nollé68 qui s’est intéressé à la présence d’Athéna dans la forge d’Héphaistos sur les monnaies d’Asie Mineure. Si la présence du divin forgeron s’explique en partie par un culte antérieur en liaison avec les spécificités professionnelles ou géologiques de certains sites, on ne peut nier la volonté de propagande romaine qui a su favoriser dans les ateliers monétaires la promotion d’un dieu dont les fonctions peuvent le rattacher à la sphère militaire : les forgerons sont indispensables à la fabrication des armes. Héphaistos aurait incarné au iiie siècle un dieu propice à la guerre en tant que fournisseur nécessaire du matériel à celle-ci. Un soldat a besoin d’armes et l’essentiel de son équipement est le fruit de la métallurgie. Cette évidence doit être soulignée afin de rappeler le rôle joué par les artisans des métaux autour des armées. Sous l’Empire, la production d’armement69 est soit assurée par une autorité centralisée, soit sous-traitée à de nombreux artisans. L’armée répare, parfois elle-même, les armes endommagées : ainsi, l’épitaphe d’un soldat, C. Pompeius, atteste sa fonction de forgeron de l’armée70. À partir de Dioclétien, les légions romaines de l’est sont équipées par de grands centres, les fabricae71.

  • 72 Spoerri-Butcher 2000.

32Cette hypothèse rejoint nos propres conclusions et s’insère dans la problématique développée par Fr. Brommer quant à la répétition du même type sur des monnaies émises par des cités géographiquement éloignées et dans un même laps de temps. Elle s’accorde avec les remarques de M. Spoerri-Butcher72 sur la réalisation centralisée de coins et nous ramène ainsi au problème de l’atelier monétaire. Elle met en valeur le rôle du graveur. Est-il un bricoleur avec un répertoire limité et hétéroclite qui le contraint à travailler avec les moyens du bord ? Cette question n’a toujours pas trouvé de réponse dans le domaine numismatique. On peut toutefois supposer que le schéma iconographique de base peut autant dériver d’une œuvre originale que de la simple observation de la réalité. Les graveurs n’avaient pas nécessairement à puiser dans le répertoire iconographique de leurs confrères romains, le mythe d’Achille étant suffisamment connu dans l’ensemble du monde grec et particulièrement en Asie Mineure. Les variantes que l’on peut observer sur les monnaies anatoliennes au type d’Héphaistos traduisent certainement une adaptation au contexte local, mais surtout l’importance grandissante des corporations de forgerons dont les rêves de réussite ne pouvaient qu’inclure l’œuvre par excellence d’Héphaistos. Même si la possibilité d’emprunt à un corpus iconographique ne peut être rejetée, le choix reflète au premier abord une volonté spécifique dont l’objectif est certainement la valorisation du métier de forgeron.

  • 73 Pigeaud 1987.

33Comme le souligne si bien J. Pigeaud73, l’important n’est pas tant qu’Héphaistos fût dieu ; l’essentiel est qu’il est fabricant d’art. Le monde que crée l’illustre Boiteux sur le bouclier est similaire à la réalité. Ce dépassement de l’art fait du dieu un artiste. Le bouclier d’Achille assure ainsi une publicité (même si ce mot paraît anachronique) incomparable à la corporation des forgerons.

34Le succès de la divinité dans le monnayage de certaines cités anatoliennes aux iie et iiie siècles tiendrait à la conjugaison de plusieurs facteurs. L’existence de cultes antérieurs a souvent préparé le terrain à des associations professionnelles désireuses de se valoriser. Le contexte lui-même est complexe : les solidarités se nouent à partir de groupes restreints suppléant à l’effacement de la cité sans pouvoir gommer le poids de la domination romaine omniprésente dans la vie quotidienne. La propagande impériale militariste s’accentue avec la montée des périls et favorise le groupe social des forgerons, seuls capables de produire les armes indispensables à la survie de tous face aux invasions qui menacent l’Anatolie de toutes parts.

Notes

1 Malten 1912.

2 Brommer a contesté les arguments de Malten à plusieurs reprises (Brommer 1972, 531-534 ; Brommer 1974 ; Brommer 1978a, 67-68 ; 1978b : l’article est essentiellement centré sur cette problématique.

3 Le catalogue des exemplaires au type d’Héphaistos a été constitué à l’occasion d’une thèse soutenue à Bordeaux : Lalagüe-Dulac 2003, 538-589.

4 Brommer 1972, 534 ; Hermary & Jacquemin 1988, 650-651. Idée déjà développée chez Toynbee 1986, 221. Pour un parallèle entre les œuvres grecques, les copies romaines et les impériales grecques, voir également Lalagüe-Dulac 2003, 269-319.

5 Brommer 1978a, 224, 1, pl. 38, 2, 4 ; Athènes (Musée Numismatique, 4964b) ; Brommer 1978a, 224, 2, pl. 38, 1, 1 ; SNG von Aulock 822 = planche I, 1, 2, 3, 4. Les monnaies des deux planches ne sont pas toutes à la taille 1 :1 pour des raisons iconographiques.

6 Seules Sardes (BMC Lydia, 225, 128 ; SNG von Aulock 3149), Antandros (BMC Troas 34, 12, pl. 7, 8), Nicée (BMC Pontus, 158, 42, pl. 32, 13) et Thyatire (SNG von Aulock 3219) adoptent ce mode de représentation.

7 Nollé 1996.

8 Brommer 1978a, 224, pl. 37, 1, 1 ; Paris (BNF, no 1531) ; Brommer 1972, 538, 9, pl. 28, 2 ; Paris (BNF, no 1556) ; Brommer 1978a, 224, 11, pl. 38, 2, 1 = planche I, 5, 6, 7, 8, 9.

9 BMC Lydia, 295, 24, pl. 29, 9 ; Brommer 1978a, 224, pl. 38, 1, 3 ; BMC Lydia, 306, 82, pl. 31, 5 ; SNG Lewis 1367, pl. 29, 1367 ; MUM 41, pl. 25, 439 ; Fontana 1965, 94, 9, pl. 29 = planche I, 11, 12, 13, 14, 15, 16.

10 Planche I, 13, 15 et 16.

11 Planche I, 12.

12 Paris (BNF, no 209) ; Brommer 1978a, 224, 28, pl. 37, 1, 7 ; Brommer 1978a, 224, 27, pl. 37, 1, 6 ; Brommer 1978a, 224, 29, pl. 37, 1, 8 ; SNG France, 3, 600 ; Lindgren & Kovacs 1985, 1148 = planche II, 1, 2, 3, 4, 5, 6.

13 Planche II, 6.

14 Paris (BNF, no 638) ; Paris (BNF, no 661) ; Brommer 1978a, 224, 23, pl. 37, 1, 4 ; Brommer 1978a, 224, 24, pl. 38, 2, 3 ; SNG Fiztwilliam, 5111 = planche II, 7, 8, 9, 10, 11.

15 Brommer 1978a, 224, 38, pl. 37, 1, 13 = planche II, 13.

16 Kraft 1972, 94-95.

17 Spoerri-Butcher 2000.

18 Cyzique : SNG France, 5, 843 et BMC Mysia, 45, 204 ; Nicée : BMC Pontus, 158, 42, pl. 32, 13 (= planche I, 10) ; Sardes : SNG von Aulock, 3149 (= planche II, 12) ; Aphrodisias : BMC Caria, 43, 113.

19 Imhoof-Blumer 1901-1902, 146, 13, pl. 5, 26 = planche II, 15.

20 Samos : Head 1911, 606 ; Magnésie du Méandre : voir supra note 8 ; Nysa : BMC Lydia, 185, 74, pl. 20, 14.

21 Harl 1987, 36 : ce serait une erreur de croire que le recours par les graveurs à des modèles standardisés dans le cadre d’une production en masse d’effigies divines ne provoque pas au moins le respect, si ce n’est la crainte et la piété ; aussi p. 132 n. 35. L’hypothèse de Harl (p. 32) à savoir que les prêtrises sont toujours pour les élites locales un enjeu dans la course au pouvoir et que ce fait se répercute dans le choix des types, laisse supposer que de riches entrepreneurs, en particulier dans le travail des métaux, aient pu favoriser le culte d’Héphaistos lors de leurs diverses magistratures.

22 Lalagüe-Dulac 2002.

23 Pseudo-Skylax 100. Counillon 1986-1987 : texte grec p. 58, traduction (légèrement modifiée) p. 62. Voir aussi la proposition de Allain 1987, 118 et 190.

24 Counillon 1986-1987, 49-50.

25 Fabre 1965.

26 Counillon 1986-1987 manifeste toutefois une certaine réserve sur ce point, il faut nuancer selon les parties du texte, ainsi que l’article du même auteur, supra p. 33-42. Voir également Peretti 1979. La chronologie peut varier d’un chapitre à l’autre et pourrait s’étendre sur deux siècles (Flensted & Hansen 1996, 137-138).

27 Maxime de Tyr, philosophe grec du iie siècle p.C., a beaucoup voyagé : nous savons qu’il s’est rendu à Rome sous Commode ; sa route a sûrement longé les côtes lyciennes puisqu’il évoque le feu pacifique d’Olympos en l’opposant à celui de l’Etna (Maxime de Tyr, 2. 8).

28 TAM, II 3, 956, 963, 967, 969, 972, 973, 976, 978, 979, 982, 989, 997 (référencée par erreur 998 dans l’index des TAM), 1004, 1005, 1007, 1008, 1010, 1014, 1018, 1019, 1026, 1028, 1031 (pas citée dans l’index), 1032, 1034, 1036, 1039, 1040, 1050, 1058, 1059, 1062, 1072, 1076, 1078, 1082, 1086, 1087, 1093, 1094, 1100, 1103, 1112, 1114, 1115, 1116, 1120, 1121, 1122, 1123, 1128, 1131, 1132, 1136, 1140, 1141, 1142, 1146, 1150, 1164.

29 Les trois inscriptions figurent sur l’épistyle de la partie sud du mausolée : elles seraient datées de 149 (ou juste avant) par Farrington 1995, 148, table 19, TAM, II, 3, 905, XIII D, l. 47-48, XIV F, l. 58-63 et XIX A, l. 91-93. Ce sont des décrets des Lyciens en l’honneur d’Opramoas ; ils en font part à Antonin.

30 De l’annexion de la Lycie comme province romaine par Claude en 43 jusqu’au règne de Gordien, les cités lyciennes n’émettent pas de monnaies (Robert 1977a). C’est sous Gordien III que la région connaît une importante progression de ses émissions (Leschhorn 1981, 258-260).

31 Von Aulock 1974, 171, 188-189, pl. 11, 188.

32 Paris (BNF, no 241) = planche II, 14. Nous n’avons pu nous procurer les moulages des exemplaires de Berlin (Von Aulock 1974, 171, 186-187, pl. 11, 186-187).

33 Quintus de Smyrne, 11.91-98.

34 Voir supra n. 19.

35 Sahin & Engelmann 1979, 216-127, no 4 ; SEG, 29, 1979, 1078 qui a opté pour la lecture de J. et L. Robert, BullEp., 1979, 457. Robert 1970, 537 : Cousin 1898, 383, no 24, avait en son temps republié la pierre et il avait donné la seule lecture raisonnable ; la proposition de Le Bas & Waddington 1972, no 363, qui voit le dieu sur une inscription de la cité est repoussée.

36 Sur les cultes de Mylasa, Laumonier 1958, 39-140.

37 Sur les différents points de son histoire : Magie 1950, 262-263 ; Bean 1979, 25-38.

38 Onurkan 1969-1970 ; Debord 1982, 222 ; 232-233.

39 La pierre rectangulaire, trouvée dans la rue principale, avait échappé à toutes les publications. Bean 1949, 75 ; J. et L. Robert, BullEp., 1951, 220 ; Sahin 1999, 115. Une phylè d’Hermès a été également recensée à Pergè : Lanckoronski-Brzezie 1890-1893, I, 175, no 42 : φυλὴ Ἑρμοῦ. L’inscription étant gravée sur une tour, L. Robert propose une explication simple : la garde de la tour est assurée par la tribu d’Hermès. Ce dernier signale en 1949 l’existence possible d’une tribu d’Athéna d’après l’étude d’un médaillon dont l’origine était jusque-là indéterminée : Robert 1949a, 194-196. La région d’acquisition étant Antalya, Bean 1949, 75 n. 8, se demande si l’inscription ne provient pas elle aussi de Pergè.

40 Planche II, 1-6.

41 Brixhe 1976, 149.

42 Données que Brommer 1974, 145, ne conteste pas tout en les relativisant.

43 Head 1911, 606.

44 Hdt. 4.152 ; 1.51.

45 Hdt. 2.134 ; Michel 1900, 1148 ; Dunst 1967, 227.

46 Sch. ad Hom., Il., 14.296. Sur le rite samien : Delcourt 1957, 38-39 ; sur le culte d’Héra Lygodesma, ibidem, 100-103.

47 Dunst 1967, 226-227, commente la liste des vainqueurs aux Heraia ; p. 230, l. 4 pour le texte de l’inscription.

48 Hom., Od., 8.300-333.

49 Sur les sièges du stade d’Aphrodisias se trouvent mentionnés d’autres corps de métier : travailleurs du cuir, maraîchers, travailleurs du lin et orfèvres : Reynolds 1987, 113 n. 41 et 45. Roueché 1995, 37 ; Van Nijf 1997, 222 et 232 pour le stade, 230 pour le théâtre ; même phénomène à Bostra, 228.

50 Linants de Bellefonds 1996, 182.

51 Apoll., Bibliothèque, 1.37.6.2.

52 Chaniotis 2004a, 395-396.

53 Sur les centres miniers de l’Antiquité, les informations fournies par les sources historiques, par les prospections géologiques et par les analyses de laboratoire ont été rassemblées par Healy 1993 : carte précise pp. 54-55 ; Shepherd 1993, 222-226 (avec plus de réserves) ; voir surtout l’étude exhaustive de Treister 1996.

54 Waelkens & Poblome 1995, 273-282.

55 Originaire d’après J. et L. Robert, BullEp., 1982, 441, du site de l’antique Konana, moderne Gönen ou Gönan. Le site où elle a été trouvée n’a aucun rapport avec Antioche, dont il est séparé par plusieurs cités et par le grand lac d’Egirdir ; il est dans la plaine d’Isbarta au sud des monts Borlu et Barla et au nord des monts Sagalassos.

56 Il s’agit de la fin d’une épigramme métrique inscrite sur trois faces sans un mot d’explication, Waldmann 1981, no 12 ; Stefanis 1982, 136 ; SEG, 31, 1981, 1284.

57 Malten 1913, 320d ; par exemple Brommer 1978a, 224, 38, pl. 37, 1. 13 = planche II, 13. Également Kapossy 1995, 90, 123 ; Lindgren & Kovacs 1985, 1343.

58 IGR, IV, 1259 ; TAM, III, 1, 936 ; Clerc 1886, 407, no 10.

59 Planche I, 12.

60 TAM, V, 2, 945. Traduction proposée par Waltzing 1899, 159. Selon Robert, OMS, IV, 254, il faudrait traduire l’ergon des teinturiers par leur édifice et non leur association.

61 Sartre 1995, 40 ; 50.

62 Sartre 1995, 259 : associations de marchands d’esclaves, de teinturiers et de boulangers.

63 Paris (BNF, no 1556) = planche I, 8.

64 Outre celles mentionnées dans le texte, des associations professionnelles de forgerons ont été relevées en Anatolie à Sigée (Broughton 1938, 841), à Smyrne (Broughton 1938, 841), à Éphèse (voir infra note 66), à Milet (Van Nijf 1997, 226-227), à Aphrodisias (Van Nijf 1997, 222, 230), à Hiérapolis (Ritti 1995, 65-93) et à Sidon (Waltzing, 1899, 22 no 22), ainsi qu’à Cos (LSCG, 151A l. 54).

65 Sartre 1991, 169 ; 173.

66 Un synedrion des argyrokopoi est régulièrement cité dans les inscriptions éphésiennes, se qualifiant lui-même de “sacré” (IK, 13-Ephesos, 636 : τὸ ἱερὸν συνέδριον τῶν ἀργυροκόπων) Une dédicace à Artémis, à Antonin le Pieux et aux argyrokopoi figure dans IK, 12-Ephesos, 586. Leur prospérité est vivement souhaitée : IK, 13-Ephesos, 585. Deux inscriptions précisent que l’association a la garde d’un tombeau : IK, 16-Ephesos, 2212 (mention du synedrion des orfèvres) ; 2441. La mention la plus intéressante date du début du ier siècle et, curieusement, n’a pas été exploitée : IK, 14-Ephesos, 1384. Elle révèle l’existence d’un Héphaisteion au sein du sanctuaire d’Artémis, structure gérée, semble-t-il, par des forgerons. La cité ne semble pas avoir émis de monnaies au type d’Héphaistos quel qu’il soit.

67 Sartre 1991, 68-75 ; Lepelley 1998, 341-344.

68 Nollé 1995, 51-77.

69 Le Bohec 1989.

70 Duval 1952, 53.

71 La question des fabricae a été régulièrement débattue et il n’est pas ici nécessaire de reprendre tous les éléments de la controverse. Il est assuré qu’elles n’existaient pas dans l’Orient romain avant le ive siècle (James 1988, 257-331). En Anatolie, trois fabricae ont été identifiées à Nicomédie, Sardes et Césarée : Bishop & Colston 1993, 186 et fig. 135.

72 Spoerri-Butcher 2000.

73 Pigeaud 1987.

Table des illustrations

Titre Planche I
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Planche II
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search