Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

L’Asie Mineure et l’Orient

Les médecins dans les inscriptions de la province romaine de Lycie-Pamphylie1

Bernard Rémy et Fabrice Delrieux

Texte intégral

  • 1 Merci à F. Delrieux d’avoir (aussi) dessiné la carte et à Fr. Kayser de ses remarques constructive (...)

1Il est toujours agréable d’honorer “un ami de trente ans” au moment où il va partir en retraite, même si cette contribution a été rédigée beaucoup trop hâtivement, car le cursus publicus n’étant plus ce qu’il était, la lettre de Patrice Brun me demandant si je voulais participer aux Mélanges Pierre Debord ne m’est jamais parvenue. C’est seulement à la mi-février 2007 que j’ai appris la nouvelle, au détour d’une conversation avec Marie-Claire Ferriès. Après l’accord de l’éditeur, le temps m’était compté, puisqu’il me restait moins de deux mois pour me replonger dans l’univers anatolien, choisir un sujet et écrire l’article, mais je tenais à participer à l’hommage. J’ai fait de mon mieux…

  • 2 REA, 106, 2004, p. 339-340, où j’ai été beaucoup trop “gentil”. La recension d’É. Samama semble co (...)

2En réfléchissant à un sujet, je me suis rappelé que l’ami Pierre, qui était encore directeur de la Revue des Études Anciennes, m’avait demandé de faire le compte rendu du livre d’Évelyne Samama, Les médecins dans le monde grec. Sources épigraphiques sur la naissance d’un corps médical, Genève, Droz, 2003 (abrégé en Samama 2003). En conclusion de ma recension2, je reprochais à l’auteure de ne pas avoir suffisamment exploité les matériaux rassemblés, tout en la remerciant de “fournir aux chercheurs, notamment aux historiens, beaucoup de blé à moudre”. Je ne croyais pas si bien dire. Tirant profit de la “philanthropie” d’É. Samama, j’ai donc eu l’idée de partir de son corpus pour étudier les médecins dans une province de l’Anatolie romaine. Renonçant à la Carie, si chère au récipiendaire, que je connais trop peu, j’ai fait le choix de la Lycie-Pamphylie en souvenir d’une belle journée du printemps 1989, passée à visiter des sites lyciens en compagnie de Pierre Debord, à la fin du toplantı d’Antalya ; il y a déjà près de vingt ans ! Le sujet choisi, j’ai sollicité la collaboration de F. Delrieux, un élève de P. Debord. Il m’a fait l’amitié d’accepter ; fin connaisseur de l’Anatolie, il m’a beaucoup aidé sur de nombreux points.

Les inscriptions de médecins dans la province de Lycie-Pamphylie

  • 3 Strab. 12.6.35.
  • 4 DC 60.17.6 ; Suet., Cl., 25. Voir Rémy 1986, 34-37.
  • 5 Les références sont celles de l’ouvrage d’É. Samama. Elle a fautivement rangé Pogla parmi les cité (...)

3Primitivement rattachée à la Galatie3, la Pamphylie fut associée à la Lycie en 43 de notre ère, lorsque Claude annexa la confédération lycienne4 dans le cadre de sa politique d’accroissement de l’empire romain. Pour cette riche province double qui a livré un nombre important de documents épigraphiques, É. Samama a réuni un petit corpus de seize inscriptions de médecins (quinze en Lycie ; une en Pamphylie)5. Voici leur liste (p. 264-266), classée géographiquement, car les dates proposées par l’auteure sont trop larges pour permettre une véritable étude chronologique. Sauf exception (no 281-284), il ne nous a pas été possible d’en proposer de nouvelles, faute de pouvoir examiner tous les monuments, au moins en photo.

1. Les documents

4Les seize inscriptions de Lycie-Pamphylie concernant des médecins sont toutes rédigées en grec.

1.1. Répartition géographique

  • 6 Plin. 5.101, mentionne l’existence de trente-six cités pour la seule Lycie.

5La province de Lycie-Pamphylie était fortement urbanisée6. Sous le Haut-Empire, cinq cités de Lycie étaient plus particulièrement importantes, puisqu’elles portaient le titre officiel de “métropole de la nation lycienne” : Myra (IGR III 704 II A, 714), Patara (TAM, II 408, 421…), Tlos (TAM, II 557…), Telmessos (TAM, II 22…) et Xanthos (TAM, II 277, 285…). En Pamphylie, les cités étaient moins nombreuses : Attaleia, Pergè et Sidè semblent avoir été les plus notables.

  • 7 La pierre a été trouvée dans le mur d’une maison d’Antalya, à dix-huit kilomètres de Pergè, l’actu (...)

6Des médecins (privés et publics ?) devaient être installés dans toutes les cités de Lycie-Pamphylie, mais, par le hasard de la conservation des documents, ils sont seulement attestés dans dix villes, dont deux des cinq métropoles : Oinoanda, Cadyanda, Lydai, Tlos (deux occurrences), Sidyma (quatre occurrences), Xanthos (deux occurrences), (près d’)Aperlai, Chôma, Rhodiapolis (deux occurrences) en Lycie ; Pergè7 en Pamphylie. Certaines, comme Chôma, semblent avoir été de petites cités.

1.2. Répartition chronologique

  • 8 Samama 2003, 391, n. 17, a tort de dater ces deux textes de 47-54 parce que “Claude est Germanicus (...)
  • 9 L’abréviation du gentilice (en Aur.) renforce cette datation.
  • 10 Le statut des deux hommes n’est pas tout à fait certain, car, comme les deux enfants du défunt méd (...)
  • 11 Les épouses des deux hommes portent un prénom, ce qui semble indiquer que les médecins ne maîtrisa (...)

7En l’absence quasi totale de critères formels de datation, il est fort difficile de dater ces inscriptions qui semblent avoir toutes été gravées à l’époque impériale. Découverts à Sidyma, les deux textes qui paraissent les plus anciens (no 281, 282) sont datés des années 41-54 par la mention de l’empereur Claude8. Deux autres documents de la même ville sont du iiie siècle. L’épitaphe de M. Aurelius Ptolémaios (no 283) est probablement postérieure à 212, date de la concession du droit de cité à quasiment tous les hommes libres de l’empire, car ce citoyen romain porte le prénom et le gentilice abrégé9 de Caracalla, alors que son père et son grand-père – probablement défunts et désignés par un nom unique – semblent avoir été des pérégrins10. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que son épouse se nommait M. Aur(elia) Lalla. Si M. Aurelius Ptolémaios (no 284) est bien son fils homonyme (mentionné dans le texte no 283), son épitaphe pourrait dater au moins des années 23511 et être l’inscription la plus récente.

  • 12 E. Samama date des iie-iiie siècles le no 285, mais, au vu de la paléographie, il semble possible (...)

8La datation des autres documents est plus délicate. Quatre pourraient être du ier siècle, dix du iie12, deux du iiie. La plage chronologique du dernier (no 286) est encore plus large : ier-iie siècles. Nous constatons sans surprise que les médecins sont attestés en Lycie-Pamphylie pendant tout le Haut-Empire, mais il est plus étonnant que nous n’ayons aucune trace épigraphique de médecin avant le ier siècle de notre ère, puisque la confédération lycienne était prospère. On trouve d’ailleurs des inscriptions de médecins hellénistiques en Carie (no 270, à Halicarnasse ; 274, à Kibyra), Ionie (no 192, à Smyrne, 226, à Priène, 227, à Milet, 233, à Gordos, 239, à Sardes), Lycaonie (no 349, à Göbesköy)…

1.3. Les types de documents

9Comme le montre le tableau suivant, les inscriptions mentionnant des médecins sont assez peu variées :

Provenance

Inscriptions ou décrets honorifiques

Épitaphes

Donations

Total

Oinoanda

-

-

1

1

Cadyanda

1

-

-

1

Lydai

1 (posthume)

-

-

1

Tlos

1 (posthume) 1

-

-

2

Sidyma

-

2

2

4

Xanthos

-

1 (métrique) 1

-

2

Aperlai

-

1

-

1

Chôma

1

-

-

1

Rhodiapolis

1

-

1

2

Pergè

1

-

-

1

Total

7

5

4

16

  • 13 J’ai rangé le no 278 parmi les inscriptions honorifiques, puisque ce texte a été trouvé sur l’agor (...)
  • 14 À Xanthos (no 286), le père d’Asiaticos, qui a enterré ses deux fils de deux et dix-huit ans, n’hé (...)

10Les médecins sont surtout mentionnés dans les décrets et inscriptions honorifiques (sept occurrences)13 et les épitaphes (cinq occurrences), mais la part des donations évergétiques (quatre occurrences) n’est pas négligeable, alors que, dans les documents qui nous sont parvenus, les dieux sont bien délaissés par les médecins14.

Les épitaphes

  • 15 Cette coutume est très fréquente en Lycie (360 occurrences sur 400 épitaphes). Voir Frézouls & Mor (...)

11Comme il est courant dans tout le monde romain, trois épitaphes (no 283-285) ont été rédigées par les médecins de leur vivant. Ils les ont fait graver par anticipation pour eux et leurs proches. Ils ont précisé que le tombeau était réservé aux membres nommément désignés de leur famille, c’est-à-dire le médecin, son épouse, leurs enfants et leurs petits-enfants “s’ils le désirent” (no 283, 284). Si “toute autre personne y dépose quelqu’un”, elle sera poursuivie “pour vol de tombeau” (no 284), acte “sacrilège et profanateur” (no 283) et se verra infliger une amende dissuasive [1500 deniers (no 284), 2500 deniers (no 285), une somme indéterminée (no 283)] à verser au fisc impérial (no 283, 285) ou au peuple de Sidyma (no 284)15. Mort à dix-huit ans, Asiaticos (no 286) a été honoré par son “malheureux père” d’une belle épitaphe métrique en trimètres iambiques. À Aperlai, Erpidasè, grande-prêtresse, très probablement du culte impérial, “dans l’ethnos, par tradition familiale” s’est chargée de l’épitaphe de son bisaïeul Lysandros (no 287).

  • 16 Ce type de monument funéraire en forme de temple est courant en Asie Mineure. Pour la seule Lycie- (...)

12Trois épitaphes (no 283-285) ont été gravées sur des sarcophages, une autre (no 286) sur une base cylindrique moulurée. La dernière (no 287) était inscrite “sur le soubassement d’un temple ou héroüm” (CIG), élevé par Erpidasè en l’honneur de son bisaïeul16, où reposait la dépouille du défunt.

Les décrets et inscriptions honorifiques17

  • 17 J’ai regroupé ces deux catégories de documents, car il m’a paru trop arbitraire de les séparer.
  • 18 La base cylindrique porte encore les empreintes de deux pieds.
  • 19 Il faut comprendre qu’elle a financé sa statue à la place de la cité qui lui avait voté cet honneu (...)
  • 20 Les femmes-médecins semblent avoir été très appréciées (voir no 188, 324…). À Gandama en Lycaonie (...)

13Deux textes sont des hommages posthumes. Sur l’agora de Lydai (no 278), ses parents et ses deux frères ont honoré d’une inscription et d’une statue Ameinias, “médecin accompli”, mort à dix-neuf ( ?) ans et six mois. C’est le seul texte honorifique d’initiative privée. À Tlos (no 279), le peuple a consacré une statue18 au défunt Moschos Bellérophonteios, médecin public. Sur l’agora de la même ville, Antiochis (no 280) “a fait dresser sa propre statue”19 après avoir reçu du conseil et du peuple un témoignage “pour son expérience dans l’art médical”, ce qui montre que cette femmemédecin était fort appréciée20. À Chôma (no 288), c’est aussi le conseil et le peuple qui honorent… Calestrius…, un “jeune homme de bien”.

  • 21 Ils devaient être (re)proclamés chaque année par les autorités.
  • 22 Il faut comprendre le collège des artistes dionysiaques. Sur cette association, voir Le Guen 2001.
  • 23 Elle lui a peut-être accordé d’autres honneurs, dont nous avons perdu la trace.

14À Cadyanda (no 277), le conseil et le peuple ont accordé à Ménophilos une couronne d’or et une statue de bronze “en raison de sa bienfaisance”. À Rhodiapolis (no 290), les mêmes autorités et la gerousia ont dédié à Asclépios et Hygie une inscription où ils indiquent qu’ils ont honoré Héracleitos “par des honneurs perpétuels21 … (à savoir) un portrait doré et la statue de la Paideia ; que les Alexandrins, les Rhodiens, les Athéniens et le très sacré conseil de l’Aréopage, les philosophes épicuriens athéniens, ainsi que le synode sacré de la scène22 ont honoré de la même manière”. Enfin, la cité de Pergè (no 341) a décidé de publier les décrets pris par plusieurs cités (Pergè, Séleucie et d’autres dont le nom a disparu) en l’honneur d’Asclépiadès, de le louer “pour ces choses [voir p. 278] et pour sa bonne bienveillance” et de lui remettre “la copie de ce décret scellée du sceau public”23.

15Comme toujours dans le monde grec, ces hommages publics sont dithyrambiques et louent à l’envi les qualités humaines et professionnelles des médecins.

Les donations

16À Oinoanda (no 276), Capaneus “a fait construire… pour le peuple” un Asclépieion. À Sidyma (no 281/282), Tib. Claudius Épagathos, affranchi de Claude, a largement témoigné sa reconnaissance à son impérial patron. D’une part, avec son fils Tib. Claudius Livianus, il a fait graver une inscription en l’honneur du Prince et lui a élevé une statue, probablement sur l’agora de la ville ; d’autre part, les deux hommes lui ont consacré, ainsi qu’à Artémis, un portique. À Rhodiapolis (no 289/290), Héracleitos a dédié à Asclépios, à Hygie, aux empereurs et à la Patrie une inscription commémorant la consécration d’un temple des deux divinités “guérisseuses”, la donation de leurs statues et l’institution d’un concours des Asclepieia.

2. Les médecins

17Les seize inscriptions nous font connaître quatorze médecins : treize hommes et une seule femme (no 280), puisque Tib. Claudius Épagathos et Héracleitos apparaissent dans deux inscriptions.

2.1. Le statut juridique

  • 24 Le gentilice de Claude est assez courant en Lycie-Pamphylie.

18L’analyse du Corpus montre que tous les médecins recensés étaient libres. Tib. Claudius Épagathos (no 281/282) était un affranchi de Claude ; Claudius Épictetos (no 285) avait le même gentilice que son épouse Claudia Aphéleia ; faut-il en déduire qu’ils étaient des co-affranchis ? C’est une hypothèse plausible, d’autant qu’ils n’indiquent aucune filiation, mais Aphéleia pourrait avoir été affranchie par son mari ou les deux conjoints être des homonymes24. Tous les autres praticiens étaient des ingénus.

  • 25 Ils devaient considérer que l’indication de la filiation était seulement un moyen de s’inscrire da (...)
  • 26 Voir Rémy 1988, 170 ; 1989, no 247.

19On recense neuf pérégrins (no 276-280, 286, 287, 289, 341), dont une femme (no 280), et cinq citoyens romains (no 281, 283-285, 288). Sauf Asiaticos (no 286), pour des raisons de prosodie, tous les pérégrins ont indiqué leur filiation. Deux (no 277, 287) ont mentionné la tribu locale. Comme en Occident, la filiation (no 283) et la marque d’affranchissement (no 281) sont peu courantes chez les citoyens romains25, mais, soucieux d’affirmer son ingénuité, le fils d’Épagathos (no 281) donne sa dénomination complète : Tib. Claudius Livianus, fils de Tiberius, de la tribu Quirina. On constate qu’avant Caracalla, les médecins de Lycie-Pamphylie, qui appartenaient pour la plupart à des familles de notables (voir p. 276), étaient très rarement citoyens romains. J’ai recensé un seul cas très probable, celui de… Calestrius…, car il faut envisager que sa famille avait reçu la citoyenneté romaine de Ti. Calestrius Tiro Iulius Maternus, légat impérial de la province ca 135-13826.

2.2. Le statut professionnel

  • 27 La plus ancienne inscription datée est de 192 (IG, IV 782, Troïzen, en Achaïe) ! Voir les hésitati (...)
  • 28 C’est ce que fait Below 1953, 22-40.

20En Anatolie, comme dans tout le monde grec, exerçaient des médecins privés et des médecins publics qu’il importe de distinguer. Il semble possible de le faire en s’appuyant sur leur titre professionnel : ordinairement, iatros désigne un médecin privé ; dèmosios iatros ou archiatros un médecin public. En l’absence formelle de critères de datation des inscriptions, il est très difficile de dater l’apparition en Anatolie du titre d’archiatros27 ; peut-être vaut-il mieux se contenter d’une plage chronologique assez large : fin du ier siècle - milieu du iie. En tout cas, en l’état actuel de la documentation, il ne semble pas opportun de lier l’institution de l’archiatrie à la concession par les empereurs (Vespasien, Hadrien, Antonin le Pieux) de privilèges financiers aux médecins28, puisque les édits impériaux ne précisent pas que leurs décisions concernent les seuls médecins publics. Deux “simples” iatroi (no 288, 289) ont d’ailleurs reçu l’immunité. Les documents ne nous fournissent aucune information sur les conditions de la formation de tous ces praticiens.

La désignation de la profession

21Sur les quatorze médecins, huit portent le titre de iatros avec ou sans épithète laudative, trois d’archiatros. La profession de deux autres (no 277, 280) est indiquée par une périphrase élogieuse ; celle de Moschos Bellérophonteios (no 279) par la formule ἰατρεύσαντι δημοσσία.

Les médecins privés

  • 29 Cohn-Haft 1956, a rangé parmi les médecins publics Ménophilos (no 277), Moschos Bellérophonteios ( (...)
  • 30 Voir Boulvert 1970, 46-48.
  • 31 On pourrait penser qu’il avait été un esclave médecin de la familia impériale, avant d’être affran (...)

22Huit médecins (no 276, 278, 281/282, 286-289/290, 341) portent le titre de iatros qui semble indiquer qu’ils exerçaient à titre privé29, y compris Tib. Claudius Épagathos (no 281/282) ; il avait sans doute commencé à exercer ses talents médicaux en tant qu’esclave dans l’entourage de Claude, encore que ses fonctions d’accensus (appariteur du Prince30) – qu’il mentionne fièrement – n’aient guère à voir avec la médecine31, mais depuis son installation à Sidyma, où, à en juger par ses évergésies, il avait fort bien réussi, il n’avait plus aucun rapport professionnel avec Claude. Ménophilos (no 277) et Antiochis (no 280) étaient eux aussi des médecins privés, même si leur titre de iatros est remplacé par une périphrase plus ou moins longue.

  • 32 Samama 2003, 39, le range parmi les médecins publics, mais p. 441, n. 42, sa position est moins cl (...)
  • 33 L. 10 du décret, on lit : “il s’est occupé des malades d’une manière digne de lui et de ses ancêtr (...)
  • 34 Il fut notamment le médecin de M. Licinius Crassus (Cic., Orat., 1.62).

23J’ai rangé dans cette catégorie trois médecins [Calestrius… (no 288), Héracléitos (no 289/290), Asclépiadès (no 341)] qui ont reçu des décrets honorifiques de Chôma (no 288), Rhodiapolis (no 289), Pergè et Séleucie (no 341), car ils sont qualifiés du seul titre de iatros. S’ils avaient été médecins publics, ils auraient sans doute été appelés archiatros ou dèmosios iatros avant la généralisation du terme archiatros, puisque ces titres semblent avoir été plutôt prestigieux. Certes, à Séleucie, Asclépiadès a “reçu mille drachmes”, mais il faut peut-être penser à la prime exceptionnelle d’un médecin privé qui “a fait la démonstration de son attention pendant de nombreuses années, mettant à disposition son expérience sans équivalent par le biais de son métier, (qui) a sauvé de nombreux citoyens et résidents dans la cité qui se trouvaient dans un état incertain” plutôt qu’au salaire [médiocre] d’un médecin public32. Rien ne permet de lui attribuer le statut de médecin public, au moins dans sa patrie, mais on pourrait éventuellement penser qu’il fut un temps médecin contractuel à Séleucie et peut-être dans d’autres cités, où il aurait été recruté à l’occasion de circonstances particulièrement graves. À en juger pas son nom, ce praticien, membre d’une lignée de médecins33, pourrait avoir été un adepte des théories d’Asclépiadès de Pruse, médecin qui exerçait à Rome dans la première moitié du ier siècle a. C. (Plin. 7.37) ; tenant de la doctrine méthodique qui s’appuyait sur la physique atomiste d’Épicure, il accordait une grande place à toutes les formes de gymnastique34. C’est peut-être cette spécialité qui valut à Asclépiadès de donner “des lectures publiques dans le gymnase” de Pergè, où “il a abordé de nombreuses choses utiles relatives à la santé des citoyens” et de voyager pour exercer ses talents de médecin. Hors de sa patrie, “il a commis… de nombreuses choses honorables et réputées et a fourni (les noms des) cités s’étant manifesté en sa faveur par le biais de décrets et de lettres publiques au sujet des honneurs qu’elles lui ont accordés”. Ainsi, à Séleucie, il fit avec un grand succès des lectures publiques sur “nombre de choses relatives à la santé” et “en matière de chirurgie, ayant assumé des soins fréquents et adopté des traitements exceptionnels, il démontra visiblement ses succès”. Il était donc aussi un chirurgien réputé. Qu’il ait été ou non un Asclépiadien, car il pourrait avoir pris ce nom par référence à la famille des Asclépiadès, célèbres médecins grecs, qui prétendaient remonter à Asclépios, il était en tout cas un médecin fort apprécié.

24Pour sa part, Héracleitos se piquait d’être aussi enseignant ou au moins vulgarisateur, puisqu’il fut “le premier depuis une éternité (!) a avoir été… auteur par la prose et par le vers d’ouvrages de médecine et de philosophie”. Pour ce que nous en savons, seuls Héracleitos (citoyen de Rhodes et honoré par les Alexandrins et les Athéniens) et Asclépiadès (citoyen de Séleucie et honoré par d’autres cités) ont également exercé la médecine en dehors de leur patrie.

25À Oinoanda (no 276), Capaneus pourrait avoir travaillé dans l’Asclépieion qu’il a financé ou (plutôt) avoir été à la tête du centre de soins. Les autres iatroi exerçaient dans leur officine, qui était tout à la fois un cabinet de consultation et une “clinique”. Tous recevaient des honoraires de leurs patients, mais Héracleitos (no 290) a dispensé des soins gratuits aux habitants de Rhodiapolis, peut-être à l’occasion d’une épidémie. Cette conduite devait être assez inhabituelle, puisque les autorités ont mentionné cette évergésie dans leur décret.

  • 35 La prudence s’impose, puisque les médecins allaient s’installer dans d’autres cités.

26Au moins sept (no 276-278, 280, 287, 289/290, 341) de ces dix médecins étaient des autochtones. Les documents le disent explicitement. C’est aussi très probablement le cas d’Asiaticos ; mort à dix-huit ans et enterré à Xanthos par son père avec son frère décédé à deux ans, il devait être originaire de la “métropole de la nation lycienne”. L’origine des deux autres reste indéterminée35.

Les médecins publics

  • 36 Cohn-Haft 1956, 69-72.
  • 37 En Lycie-Pamphylie, aucun texte ne mentionne les conditions de recrutement des médecins publics. D (...)

27Moschos Bellérophonteios (no 279) est dit médecin public. Trois médecins (no 283-285) portent le titre d’archiatros. De la création de ce nouveau titre [fin du ier siècle-milieu du iie siècle ?] faut-il conclure, avec L. Cohn-Haft36, qu’il s’agit de deux institutions différentes ? Rien ne permet de le dire formellement, à moins d’envisager que les archiatres n’étaient plus des médecins recrutés par un contrat annuel renouvelable, mais étaient devenus des “fonctionnaires municipaux”37, ce qui reste à démontrer. Il ne semble donc pas trop hasardeux de considérer que les quatre hommes avaient le même statut. Au service de la communauté, ils étaient rétribués par la cité, mais percevaient aussi des honoraires de leurs patients. Ils ont travaillé à Tlos (no 279), Sidyma (no 283, 284) et Xanthos (no 285), où ils sont morts en charge. M. Aurelius Ptolémaios (no 283) et son fils homonyme (no 284) précisent qu’ils étaient de Sidyma et avaient donc été recrutés par leur patrie. L’origine de Moschos Bellérophonteios et de Claudius Épictétos n’est pas mentionnée, mais, au vu de son nom, il est certain que le premier était lycien.

  • 38 En tout cas, ils n’auraient pas dépensé leur argent pour les faire graver !

28À en croire les textes, tous ces praticiens privés et publics auraient été excellents et auraient soigné leurs patients “de belle manière, avec succès et de façon irréprochable” (no 277). Comme les inscriptions sont souvent des documents officiels, il n’y a pas de raison de les remettre en cause, car dans le cas contraire les autorités auraient gardé un silence pudique et n’auraient pas pris de décret38. Tout au plus, faut-il admettre une certaine exagération toute orientale.

2.3. Dénomination

  • 39 Samama 2003, 387, no 276, traduit “troisième du nom”, ce qui n’est pas certain. À Iasos, en Carie, (...)

29Comme il est courant en Asie Mineure, trois médecins [Ameinias, dit Aristoboulos ; M. Aurelius Ptolémaios, dit Aristodémos ; M. Aurelius Ptolémaios, dit Aristotélès] étaient désignés dans la vie quotidienne par des pseudonymes, dont deux (Aristoboulos, Aristodémos) étaient le nom de leur père. M. Aurelius Ptolémaios avait donné ses propres tria nomina à son fils, qui avait donc dû être pourvu d’un pseudonyme pour le distinguer de son père. Dans la famille de Capaneus “Γ”, pendant au moins trois générations, un des fils a reçu le nom de son père39. Dans celle d’Ameinias, comme le montre le stemma de trois générations, on donnait aux enfants des noms “familiaux”, en sautant (le plus souvent) une génération :

30Dans un texte de Sidyma (no 284), la dénomination des deux époux (oncle et nièce) est indiquée de manière assez curieuse : prénom et gentilice au pluriel – en facteur commun – surnom, pseudonyme, origine, titre du mari, surnom, filiation, origine de la femme. Deux pérégrins [Moschos Bellérophonteios et Héracleitos Oréios, père du médecin Héracleitos] portent deux noms, ce qui n’en fait pas pour autant des citoyens romains.

31Certains noms sont purement lyciens ; ainsi Bellérophonteios, comme le montre l’omniprésence de Bellérophon et de Pégase en Lycie, notamment sur les monnaies des cités de la région (BMC, Lycia, p. 28, no 126, atelier lycien indéterminé ; SNG Cappadocia, Lycia-Pamphylia, no 115, à Patara). Il faut peut-être mettre en relation Oréios avec le culte de la Meter Oreia qui est attesté en Pisidie (Robert 1963a, 84).

2.4. Les catégories sociales

32Les inscriptions attestent que les médecins de Lycie-Pamphylie étaient des notables. Au moins six appartenaient à des familles importantes de leur cité. Seul l’affranchi impérial Tib. Claudius Épagathos est formellement un “homme nouveau”, mais il disposait de la dignitas reconnue aux affranchis du Prince. Ce n’est sans doute pas pour rien qu’Ameinias et M. Aurelius Ptolémaios ont droit à une filiation longue. Ménophilos était “distingué par beaucoup de valeur héritée de ses ancêtres” ; Ameinias était “issu de parents et d’ancêtres renommés” ; M. Aurelius Ptolémaios Aristotélès était le fils d’un archiatros ; Lysandros était “issu d’ancêtres ayant exercé des magistratures dans l’ethnos des Lyciens”. Asclépiadès “s’est occupé des malades d’une manière digne de lui et de ses ancêtres”. Au moins deux (Aristotélès et Asclépiadès) étaient donc membres de véritables dynasties de médecins. En Lycie-Pamphylie, les notables n’hésitaient pas à exercer la médecine, sans doute parce que la profession était particulièrement rentable et honorifique.

2.5. Participation à la vie publique

33Comme tous les notables, les médecins ont participé à la vie publique de leur cité en tant qu’acteurs et en tant qu’objets de la sollicitude de leurs concitoyens.

Les magistratures et les liturgies

  • 40 Dans les provinces occidentales, les médecins attestés dans les inscriptions n’ont exercé aucune m (...)
  • 41 Dig., 50.4.18.26.
  • 42 Ce texte montre clairement qu’il faut bien distinguer magistratures et liturgies.

34Trois médecins ont exercé des magistratures et des liturgies : à Cadyanda, Ménophilos se porta volontaire pour la prytanie, ce qui devait être rare, puisque le décret honorifique a pris soin de le mentionner, et il exerça “de très nombreuses fonctions à ses frais”40. À Aperlai, Lysandros a exercé “pour la patrie toutes les magistratures et a été décaprote”, peut-être membre d’un collège de dix liturges41. À Lydai, ce n’est pas Ameinias, mort prématurément, mais ses “parents et ancêtres… (qui) ont exercé avec zèle toute magistrature et liturgie pour la cité, (ont assumé) gratuitement des ambassades jusqu’à Rome au nom de l’ethnos”42. À Rhodiapolis, Héracleitos était prêtre à vie d’Asclépios et Hygie.

35Enfin, l’affranchi Tib. Claudius Épagathos, qui ne pouvait prétendre aux charges municipales, a tenu à mentionner sa fonction “impériale” d’accensus, jadis exercée au service de Claude et à être évergète.

L’évergétisme

  • 43 Il devait être d’assez belles dimensions, puisque l’inscription dédicatoire (no 282) avait une lon (...)
  • 44 Faut-il envisager qu’il ait suivi ou donné des cours de médecine dans ces trois villes ?

36Notables, les médecins ne pouvaient se contenter d’assumer des magistratures et des liturgies ; ils se devaient d’être évergètes et ils n’ont pas failli à leur devoir. À Oinoanda, Capaneus a offert un Asclepieion “pour le peuple” de cette modeste cité ; à Tlos, Antiochis a financé la statue dont l’honoraient le conseil et le peuple ; à Lydai, la famille d’Ameinias “a fait faire également des travaux à ses frais pour la cité”. À Sidyma, Tib. Claudius Épagathos a érigé une statue de Claude et dédié à l’empereur et à Artémis un portique43. Faut-il penser à un embellissement du temple de la déesse ou à un portique “indépendant” ? En l’état de la documentation, il n’est guère possible de trancher. En plus de ses évergésies religieuses et de ses consultations gratuites, Héracleitos a donné à Rhodiapolis quinze mille deniers pour des distributions (de vivres ?) et pour les Asclepieia et a fait hommage de “ses œuvres en prose et [de] ses poèmes à sa patrie, à Alexandrie44, à Rhodes, à Athènes”. Avec E. Samama, il faut penser qu’il a remis aux quatre cités “une copie de l’ensemble de son œuvre, exécutée sous sa surveillance et corrigée par ses soins” (p. 399, n. 53). C’était un excellent moyen pour “l’Homère des poèmes médicaux” d’assurer une diffusion de ses textes dans trois grandes villes du monde grec.

Les distinctions

  • 45 Voir les discours de Dion de Pruse (38.40.41)… La femme de M. Aurelius Ptolémaios était citoyenne (...)

37Sous l’Empire, par souci de prestige45, les notables anatoliens cherchaient à obtenir des citoyennetés multiples. Appréciés des autorités municipales où ils avaient exercé temporairement, deux médecins ont reçu la citoyenneté d’une autre cité que la leur : Héracleitos (de Rhodiapolis) était aussi citoyen de Rhodes et Asclépiadès (de Pergè), citoyen de Séleucie, ainsi que son épouse et ses enfants. Sur la proposition des prytanes, il a plu également au conseil et au peuple de Séleucie “de l’honorer des honneurs qui conviennent… et de le couronner d’une couronne d’or lors du concours gymnique des Seleukeia et (de lui accorder) une statue de bronze”.

38En raison de leurs bienfaits, les médecins ont obtenu des distinctions multiples dans leur propre cité : à Tlos, Antiochis a reçu “témoignage du conseil et du peuple pour son expérience dans l’art médical” et une statue, Moschos Bellérophonteios a eu l’honneur d’une statue ; à Cadyanda, Ménophilos a bénéficié d’une couronne d’or et d’une statue de bronze ; à Pergè, Asclépiadès a été “loué… pour sa bonne bienveillance” ; à Aperlai, Lysandros a été “souvent honoré pour ce qu’il a fait de bien” ; à Chôma, Calestrius… a obtenu des honneurs inconnus ; à Rhodiapolis, Héracleitos a reçu “des honneurs perpétuels… un portrait doré et la statue de la Paideia”, qui était soit une représentation du médecin avec les insignes de la paideia (rouleau de papyrus et nécessaire d’écriture), soit une allégorie de la Paideia. À Lydai, c’est la famille d’Ameinias qui a été “honorée par la cité et par les Vingt”.

Les exemptions

  • 46 Dig., 27.1.6.2 ; 27.1.6.7 ; 27.1.6.8. Voir Oliver 1989, 588-591, Appendices 8 et 9.
  • 47 Voir Rémy 2005, 190-191.
  • 48 Même s’il va de soi que les cités “de base” n’étaient pas obligées d’accorder l’immunité à cinq mé (...)

39Le poids financier des magistratures et des liturgies municipales était lourd, mais, pour honorer leurs notables, les cités n’hésitaient pas à les en exempter, ce qu’ils appréciaient grandement. C’était notamment le cas des médecins qui avaient reçu ce privilège d’immunité de Vespasien (FIRA I, 73) et d’Hadrien (Dig., 27.1.6.8). Toutefois, cette prodigalité avait le double inconvénient de mettre en danger les finances municipales et d’accroître la charge de ceux qui ne bénéficiaient pas d’immunités. Aussi, Antonin le Pieux dut-il prendre des mesures draconiennes. Dans un rescrit adressé au conseil de la province d’Asie46, il précisait que les cités étaient réparties en trois groupes hiérarchiques selon leur importance : les métropoles, les cités, où l’on rend la justice, les autres. En fonction de leur classement, elles avaient le droit d’accorder l’immunité à un nombre donné de médecins, de rhéteurs et de professeurs47. Une telle décision paraît clairement indiquer que tous les médecins qui bénéficiaient de privilèges fiscaux n’étaient pas des médecins publics, car il est impossible d’envisager que les cités “de base” aient eu cinq médecins, trois rhéteurs et trois grammairiens comme “fonctionnaires municipaux”48. Quatre médecins de Lycie-Pamphylie obtinrent cet honneur avantageux : M. Aurelius Ptolémaios “honoré par les empereurs et par la patrie de l’exemption des liturgies”, son fils homonyme (à Sidyma), deux archiatres,… Calestrius… (à Chôma) et Héracleitos (à Rhodiapolis).

2.6. Les croyances et les cultes

  • 49 Le nom de la déesse vient après celui du Prince.
  • 50 À Iasos (IK, 28, no 251), sous Commode, le portique dédié à l’empereur et à Artémis Astias se trou (...)

40Nous sommes seulement renseignés sur deux médecins. Lorsqu’il a consacré un portique en hommage à Claude49, Tib. Claudius Épagathos y a associé Artémis50. Héracleitos était le dévot et le prêtre à vie d’Asclépios et Hygie, deux divinités auxquelles il a consacré un temple et leurs statues cultuelles. Dans sa dédicace, il associe les empereurs (vivants et morts ?) et la Patrie.

2.7. Vie privée

41Nous savons peu de choses de la vie privée et de la famille des médecins lyciens, d’autant qu’il est très difficile de se fonder sur les inscriptions (notamment funéraires) pour tenter de connaître la composition des familles antiques, puisque nous ignorons tout des coutumes des Anciens en matière de rédaction des épitaphes. À en croire nos documents, ces notables auraient eu peu d’enfants qui auraient vécu assez longtemps pour figurer dans les inscriptions.

42Tib. Claudius Épagathos avait un fils, mais nous ignorons tout de son épouse ; Claudius Épictétos et Claudia Aphéleia une fille, Laina. Trois autres couples avaient eu au moins deux enfants. Marié à une citoyenne romaine, M. Aurelia Lalla, M. Aurelius Ptolémaios mentionne deux fils, dont un futur médecin, M. Aurelius Ptolémaios. Époux d’une citoyenne, (M. Aurelia) Demetria, qui était aussi sa nièce, ce dernier avait eu lui aussi deux fils, dont un Hippocratès qui, au vu de son nom, avait sans doute vocation à devenir médecin ; à moins que ce nom soit à mettre en relation avec le métier de son père. “Un père malheureux” anonyme (et peut-être veuf) a perdu prématurément ses deux fils, Asiaticos, un médecin, et Acatamachétos.

43Aristoboulos et Cléargasis, les parents d’Ameinias, avaient au moins deux autres fils : Aristoboulos et Thérôn qui figurent dans l’épitaphe de leur frère. Enfin, nous ne savons rien de l’épouse et des enfants d’Asclépiadès, dont le nom n’est pas indiqué. Rien ne permet de dire que les autres médecins étaient restés célibataires.

44Deux de ces médecins exemplaires (Ameinias, Héracleitos) étaient en plus cultivés. Le premier était un “philologue”. Fréquentant “les philosophes épicuriens athéniens”, Héracleitos était auteur d’ouvrages philosophiques (et médicaux) en prose et en vers.

45Au total, les inscriptions de Lycie-Pamphylie nous fournissent des renseignements non négligeables sur les quatorze médecins attestés. Comme toujours, elles sont beaucoup plus loquaces que les textes épigraphiques d’Occident – même les épitaphes – et montrent clairement que ces médecins privés et publics étaient des notables – parfois très cultivés – qui ont souvent exercé dans leur patrie, où ils ont été largement honorés pour leurs bienfaits et où ils ont fait œuvre d’évergètes. Certains ont même géré des fonctions et/ou des liturgies municipales. Ceux qui ont exercé dans d’autres cités ont aussi été comblés d’honneurs publics.

Notes

1 Merci à F. Delrieux d’avoir (aussi) dessiné la carte et à Fr. Kayser de ses remarques constructives.

2 REA, 106, 2004, p. 339-340, où j’ai été beaucoup trop “gentil”. La recension d’É. Samama semble complète. J’ai pris soin de retourner aux publications originales et au Bulletin Épigraphique. F. Delrieux a vérifié et bien souvent corrigé les traductions d’É. Samama. Il a cherché à rester le plus près possible du texte grec.

3 Strab. 12.6.35.

4 DC 60.17.6 ; Suet., Cl., 25. Voir Rémy 1986, 34-37.

5 Les références sont celles de l’ouvrage d’É. Samama. Elle a fautivement rangé Pogla parmi les cités de Pamphylie, alors qu’elle relève de la Pisidie. Je n’ai donc pas retenu l’inscription no 340.

6 Plin. 5.101, mentionne l’existence de trente-six cités pour la seule Lycie.

7 La pierre a été trouvée dans le mur d’une maison d’Antalya, à dix-huit kilomètres de Pergè, l’actuelle Murtana.

8 Samama 2003, 391, n. 17, a tort de dater ces deux textes de 47-54 parce que “Claude est Germanicus depuis ses campagnes de 47-50”, car Germanicus n’est pas un surnom de victoire, mais un supernomen lié au souvenir de Germanicus, le frère de Claude. Il fait partie de la dénomination du Prince depuis 9.

9 L’abréviation du gentilice (en Aur.) renforce cette datation.

10 Le statut des deux hommes n’est pas tout à fait certain, car, comme les deux enfants du défunt médecin, ils pourraient avoir été désignés par leur seul surnom. C’est toutefois assez peu probable, puisque le sobriquet du père est aussi indiqué.

11 Les épouses des deux hommes portent un prénom, ce qui semble indiquer que les médecins ne maîtrisaient pas encore bien la dénomination des citoyennes romaines.

12 E. Samama date des iie-iiie siècles le no 285, mais, au vu de la paléographie, il semble possible de proposer le iie.

13 J’ai rangé le no 278 parmi les inscriptions honorifiques, puisque ce texte a été trouvé sur l’agora de Lydai, ce qui n’est pas la place d’une épitaphe privée.

14 À Xanthos (no 286), le père d’Asiaticos, qui a enterré ses deux fils de deux et dix-huit ans, n’hésite pas à les prendre ouvertement à partie à la fin de l’épitaphe : “la piété des parents ne leur a servi à rien”.

15 Cette coutume est très fréquente en Lycie (360 occurrences sur 400 épitaphes). Voir Frézouls & Morant 1985, 237.

16 Ce type de monument funéraire en forme de temple est courant en Asie Mineure. Pour la seule Lycie-Pamphylie, on peut citer Arycanda, Balboura, Lydai, Myra, Oinoanda, Patara, Pergè, Phasélis, Rhodiapolis, Sidè, Sidyma, Xanthos… Voir Cormack 2004, passim.

17 J’ai regroupé ces deux catégories de documents, car il m’a paru trop arbitraire de les séparer.

18 La base cylindrique porte encore les empreintes de deux pieds.

19 Il faut comprendre qu’elle a financé sa statue à la place de la cité qui lui avait voté cet honneur.

20 Les femmes-médecins semblent avoir été très appréciées (voir no 188, 324…). À Gandama en Lycaonie (no 342), Augusta, épouse d’un archiatre, qui avait “apporté la guérison à bien des corps malades”, avait même été recrutée comme médecin public et reçu le titre d’archiatrinè, qui semble être un hapax.

21 Ils devaient être (re)proclamés chaque année par les autorités.

22 Il faut comprendre le collège des artistes dionysiaques. Sur cette association, voir Le Guen 2001.

23 Elle lui a peut-être accordé d’autres honneurs, dont nous avons perdu la trace.

24 Le gentilice de Claude est assez courant en Lycie-Pamphylie.

25 Ils devaient considérer que l’indication de la filiation était seulement un moyen de s’inscrire dans une descendance familiale et n’apportait pas de précision sur leur ingénuité. Les inscriptions étaient gravées à l’intention des contemporains qui n’avaient aucun doute sur l’identité et le statut juridique des défunts et des dédicants.

26 Voir Rémy 1988, 170 ; 1989, no 247.

27 La plus ancienne inscription datée est de 192 (IG, IV 782, Troïzen, en Achaïe) ! Voir les hésitations de Nutton 1970, 198-207.

28 C’est ce que fait Below 1953, 22-40.

29 Cohn-Haft 1956, a rangé parmi les médecins publics Ménophilos (no 277), Moschos Bellérophonteios (no 279), Héracleitos (no 290), Asclépiadès (no 341), car ils ont été l’objet de décrets honorifiques. Nous ne le suivrons pas, d’autant qu’il ne retient pas Antiochis (no 280).

30 Voir Boulvert 1970, 46-48.

31 On pourrait penser qu’il avait été un esclave médecin de la familia impériale, avant d’être affranchi et de devenir accensus personnel de Claude, puisque nous avons la séquence médecin-accensus dans les deux textes. Il pourrait même avoir été le médecin du Prince, mais τοῦ ἰδίου πάτρωνος semble plutôt porter sur le seul mot accensus. Quoi qu’il en soit, après son installation en Anatolie, il avait repris ses activités médicales. Il est intéressant de noter que l’entourage impérial avait fait apprendre la médecine à cet esclave hellénophone.

32 Samama 2003, 39, le range parmi les médecins publics, mais p. 441, n. 42, sa position est moins claire. Mille drachmes étaient peut-être le salaire annuel d’un médecin à Délos au début du iie siècle (no 109). En ce cas, Asclépiadès aurait reçu un bien faible salaire, puisque le texte, qui n’est pas clair, ne mentionne qu’un seul versement “pour les choses honorables et réputées, dans le passé”. Les honneurs auraient remplacé les drachmes !

33 L. 10 du décret, on lit : “il s’est occupé des malades d’une manière digne de lui et de ses ancêtres”.

34 Il fut notamment le médecin de M. Licinius Crassus (Cic., Orat., 1.62).

35 La prudence s’impose, puisque les médecins allaient s’installer dans d’autres cités.

36 Cohn-Haft 1956, 69-72.

37 En Lycie-Pamphylie, aucun texte ne mentionne les conditions de recrutement des médecins publics. D’autres inscriptions sont plus explicites (no 130, 137, 140…).

38 En tout cas, ils n’auraient pas dépensé leur argent pour les faire graver !

39 Samama 2003, 387, no 276, traduit “troisième du nom”, ce qui n’est pas certain. À Iasos, en Carie, il existe des noms comme Στρατόνικος αʹ (IK, 28, 270, l. 6) ou Ἀπολλώνιος αʹ (IK, 28, 271, l. 34)… qu’il faut traduire par Stratonikos, fils de Stratonikos. On pourrait donc envisager de traduire Capaneus, “quatrième du nom”, c’est-à-dire “Capaneus, fils de Capaneus (αʹ), fils de Capaneus (βʹ), fils de Capaneus (γʹ)”.

40 Dans les provinces occidentales, les médecins attestés dans les inscriptions n’ont exercé aucune magistrature et fort peu de sacerdoces (voir Rémy à paraître).

41 Dig., 50.4.18.26.

42 Ce texte montre clairement qu’il faut bien distinguer magistratures et liturgies.

43 Il devait être d’assez belles dimensions, puisque l’inscription dédicatoire (no 282) avait une longueur d’environ vingt mètres.

44 Faut-il envisager qu’il ait suivi ou donné des cours de médecine dans ces trois villes ?

45 Voir les discours de Dion de Pruse (38.40.41)… La femme de M. Aurelius Ptolémaios était citoyenne de Sidyma et de Pinara (no 284).

46 Dig., 27.1.6.2 ; 27.1.6.7 ; 27.1.6.8. Voir Oliver 1989, 588-591, Appendices 8 et 9.

47 Voir Rémy 2005, 190-191.

48 Même s’il va de soi que les cités “de base” n’étaient pas obligées d’accorder l’immunité à cinq médecins, comme la loi les y autorisait.

49 Le nom de la déesse vient après celui du Prince.

50 À Iasos (IK, 28, no 251), sous Commode, le portique dédié à l’empereur et à Artémis Astias se trouve sur l’agora.

Table des illustrations

Légende Les inscriptions de médecins dans la province de Lycie-Pamphylie
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540