Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

L’Asie Mineure et l’Orient

Hellénisme et primauté : remarques sur les koina d’Asie et de Bithynie sous l’Empire

Anna Heller

Texte intégral

  • 1 Ferrary 2001, 26-31.
  • 2 Ferrary 2001, 31.

1Le point de départ de cet article est une observation de J.-L. Ferrary, faite en passant dans son étude sur les termes “Hellènes” et “Panhellènes” dans les inscriptions d’époque romaine1. Constatant que les koina d’Asie et de Bithynie incluent tous deux, dans leur dénomination officielle, le terme “Hellènes”, J.-L. Ferrary fait l’hypothèse que cet usage remonte à l’époque des guerres mithridatiques (quand de nombreuses cités grecques perdirent leur liberté et entrèrent pour la première fois dans l’empire) et est tenté de le mettre sur le compte d’une décision de Lucullus, philhellène notoire. Celui-ci aurait d’abord, lors des remaniements consécutifs à la première guerre mithridatique, entériné (sans doute en réponse à une demande des provinciaux) une nouvelle appellation pour l’ancien koinon asiatique, déjà attesté au début des années 90, mais sans la mention des Hellènes. Puis, après avoir reconquis la Bithynie en 72, Lucullus aurait permis au koinon qui se mettait en place dans la nouvelle province de se définir par une formule similaire. Dans ce cas, son initiative aurait été une des rares à ne pas être annulée par Pompée une dizaine d’années plus tard. Une autre possibilité est d’attribuer à Pompée lui-même la décision de permettre au koinon de Bithynie de revendiquer son identité grecque, au moment où il se trouvait associé à l’ancien royaume du Pont, beaucoup moins profondément hellénisé, pour former une double province. Mais J.-L. Ferrary préfère la première hypothèse, tout en reconnaissant sa fragilité, car elle lui semble pouvoir rendre compte “de l’incontestable ressemblance entre les deux κοινὰ τῶν Ἑλλήνων d’Asie et de Bithynie. On les retrouve associés en 29, lorsqu’Octave permet aux deux koina de lui élever des temples, respectivement à Pergame et à Nicomédie. Et sous l’Empire, l’un et l’autre koina décernent le titre de πρῶτος Ἑλλήνων"2.

  • 3 Heller 2006.

2C’est cette remarque qui a retenu mon attention, car elle faisait écho aux résultats de mon travail de thèse, qui s’est attaché à éclairer la nature des rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie sous l’Empire3. En effet, il m’est apparu au cours de cette recherche que l’usage d’arborer des titres honorifiques entrant en concurrence les uns avec les autres, symptomatique des nouvelles formes de conflit entre cités, trouvait son origine précisément au sein des koina d’Asie et de Bithynie, avant de se diffuser progressivement dans l’ensemble des provinces d’Asie Mineure, voire de l’Orient hellénophone. En particulier, le titre de “première de la province” est attesté pour la première fois en Bithynie dès le règne de Claude, puis régulièrement en Asie à partir du règne d’Antonin, alors qu’il n’apparaît dans les autres provinces que de manière beaucoup plus isolée ou/et tardive. Comme ce titre, sur le contenu duquel je reviendrai, a très certainement à voir avec l’organisation des fêtes provinciales du culte impérial, j’ajouterais volontiers ce point aux ressemblances relevées par J.-L. Ferrary entre les koina d’Asie et de Bithynie, qui sont autant de spécificités les différenciant des autres koina d’Asie Mineure : se faire appeler Grecs, inaugurer le culte impérial dans les provinces, décerner à un individu le titre “premier des Grecs” et à une cité le titre “première de la province” – les manifestations d’hellénisme et de loyauté envers l’empereur semblent ici se conjuguer pour fonder une identité complexe, mais nullement contradictoire. C’est cette hypothèse d’une identité spécifique aux koina d’Asie et de Bithynie que je voudrais creuser, en reprenant chaque point séparément pour en éprouver la validité. S’agit-il vraiment, dans chaque cas, d’un usage inconnu ailleurs ? Je reviendrai d’abord sur la désignation officielle des deux koina et leur usage du terme Hellènes. Puis je proposerai une étude du titre “premier des Grecs”, qui est en fait très peu attesté et qui demande à être mis en parallèle avec d’autres titres, tels que “premier de la province”, “hellènarque” et “helladarque”. Enfin, je conclurai par quelques remarques sur le sens mais surtout les connotations possibles du titre “première (cité) d’Asie/de Bithynie”.

Les grecs d’asie et de Bithynie

  • 4 OGI, 438. Le koinon agit, dans ce texte, de concert avec “ceux qui ont été individuellement inscrit (...)
  • 5 Reynolds 1982, no 5.
  • 6 Pour une liste des occurrences, voir Magie 1950, 1294-1295, n. 54 ; Deininger 1965, 14-16 ; Lewarto (...)

3Le plus ancien koinon provincial attesté en Asie Mineure est, logiquement, celui de la province d’Asie. On le reconnaît, sous une forme peut-être encore embryonnaire et avec des fonctions limitées, dans une inscription sans doute de peu postérieure au proconsulat de Q. Mucius Scaevola, daté de 99 ou 98 a. C. ; il est alors désigné par la formule “les peuples et les nations d’Asie”, οί έν τ Ασίᾳ δμοι κα τὰ ἔθνη4. C’est une inscription d’Aphrodisias datée des années 70 qui livre la première occurrence certaine d’un “koinon des Grecs d’Asie” (κοινὸν τῶν ἐπὶ τῆς Ἀσίας Ἑλλήνων), constitué de peuples et de nations (les dèmoi désignant ici les cités de la province, tandis que les ethnè sont certainement les communautés moins hellénisées, structurées selon d’autres formes d’organisation politique) et agissant pour défendre des intérêts communs face aux autorités romaines5. On a souligné ce que l’usage du terme “Hellènes” avait de remarquable dans ce contexte, en ce qu’il attribuait une même identité grecque à des populations disparates, dont certaines étaient récemment et incomplètement hellénisées. Le fait est d’autant plus marquant que cet usage s’est stabilisé et perpétué jusque sous l’Empire. La formule “le koinon des Grecs d’Asie”, souvent abrégée en “les Grecs d’Asie”, voire “les Grecs” tout court, apparaît de manière récurrente dans les inscriptions relatives au koinon provincial, assez rares à l’époque républicaine, beaucoup plus nombreuses à l’époque impériale6. Le koinon d’Asie est indéniablement celui qui fait l’usage le plus fréquent et le plus systématique de l’appellation “Hellènes” dans son intitulé officiel.

  • 7 IK, 27-Prusias, 3, 9, 10, 51 ; Dig., 49.1.25.
  • 8 Deininger 1965, 64.
  • 9 TAM, II, 495. La restitution [Λυκίων τ]ο κοινο est assurée par de nombreux parallèles.

4Un usage similaire est attesté pour le koinon de Bithynie, de manière moins abondante mais suffisamment probante : le témoignage de quelques inscriptions de Prusias de l’Hypios, datant de l’époque sévérienne, qui livrent le nom de “ koinon des Grecs de Bithynie” (κοινν τῶν ἐν τ Βιθυνίᾳ Έλλήνων), est confirmé par celui d’un texte du Digeste, lequel atteste, par sa nature même, du caractère officiel de cette appellation7. Inversement, il faut souligner que le koinon voisin du Pont, formant avec la Bithynie une double province, ne recourt pas au terme “Hellènes” pour se définir, mais apparaît dans deux inscriptions comme “le koinon des cités du Pont” (κοινν τῶν ν Πόντπόλεων)8. On sait que cette région, peu hellénisée, fut divisée par Pompée en onze cités, dont certaines furent alors créées de toutes pièces pour faciliter la gestion de cet immense territoire par Rome. Avec le temps, la poliadisation forcée du Pont a pu apparaître comme un signe d’intégration à l’empire et être revendiquée avec fierté par le koinon qui fédérait ces onze cités. D’une certaine manière, intégrer le mot poleis à sa dénomination officielle – au lieu de se contenter, comme c’est le cas dans les provinces de Galatie ou de Cappadoce, de faire suivre le mot koinon du nom de la région ou de l’ethnique régional au génitif – constituait également une déclaration d’hellénisme, mais qui se situait à une autre échelle ou un autre degré. La vie en cité, qui allait de soi pour des populations imprégnées de culture grecque depuis des siècles, comme l’étaient celles de la partie littorale de la province d’Asie et, dans une moindre mesure, celles de Bithynie, était encore ressentie ailleurs comme une innovation récente, à la fois moteur et aboutissement du processus d’hellénisation, et méritait à ce titre d’être soulignée. On retrouve la même démarche dans une autre région tardivement urbanisée et hellénisée, la Pamphylie, qui s’est organisée en un “ koinon des cités de Pamphylie”. À cet égard, une inscription de Xanthos est particulièrement éclairante : elle rappelle la carrière de Ti. Claudius Agrippinus, “honoré par le koinon des Lyciens, le koinon des Grecs d’Asie et les cités de Pamphylie” (τετειμη[μέ]νον καὶ ὑπὸ [Λυκίων τ]οῦ κοινοῦ ... καὶ ὑπὸ τοῦ κο[ινο]ῦ τῶν ἐπὶ τῆς Ἀσίας Ἑλλήνων καὶ ὑπὸ τῶν ἐ[ν Π]αμφυλίᾳ πόλεων)9. Les trois formules évoquent des koina provinciaux ou régionaux, mais en mettant l’accent sur des aspects différents de leur identité : la confédération lycienne, riche d’une longue histoire et d’une forte identité ethnique, ne ressent pas le besoin de se désigner autrement que par le nom du peuple qui la compose ; la Pamphylie, dont les régions montagneuses limitrophes de l’Isaurie ont longtemps connu le brigandage avant d’être pacifiées par les Romains, insiste, elle, sur son organisation en cités, tandis que les communautés d’Asie tiennent à affirmer leur qualité d’Hellènes.

  • 10 Voir Deininger 1965.
  • 11 IGR, I, 732 et 1485 ; IGBulg III, 1, 912.

5Les autres sources qui nous font connaître les différents koina d’Asie Mineure confirment que seuls ceux d’Asie et de Bithynie utilisent le terme “Hellènes” pour se définir10. Qui plus est, les koina des provinces de Grèce continentale ne font pas non plus usage de ce terme dans leur dénomination officielle – sans doute parce que leur identité grecque ne fait pas de doute et n’a pas besoin d’être ainsi proclamée. Un seul contre-exemple, relevé mais non commenté par E. Lewartowski dans sa thèse sur les koina, pourrait conduire à nuancer l’idée d’une spécificité de l’Asie et de la Bithynie en ce domaine. Il s’agit d’une inscription de Philippopolis qui livrerait la formule “le koinon des Grecs de Thrace”11. En réalité, cette formule a été largement restituée par le premier éditeur, sur des bases qui n’ont rien de solide et ont été remises en cause dans les éditions ultérieures. Le texte se lit comme suit : “Sous l’épimélète Maximus Sousiôn, sous le secrétaire Aulus Alcius Frontinus, le koinon des […] a érigé (cette stèle) à ses frais ; étaient réunis :…” ; suit une liste de noms grecs et romains ([Ἐπι]μελητεύοντος Μαξίμου Σουσίωνος, γραμμα[τεύ]οντος Αὔλου Αλκίου Φροντίνου, τὸ κοινὸν τῶν Ε[. . . ω]ν ἐκ τῶν ἰδίων κατεσκεύασεν. Συναγόμενοι•). Ce texte est gravé sur une stèle dont la partie supérieure est brisée, mais qui porte encore, sculpté en relief au-dessus de l’inscription, le bas du corps de trois personnages que l’on reconnaît sans hésitation comme Asclépios, Hygie et Télesphore. Le premier éditeur, A. Dumont, a proposé la restitution τὸ κοινὸν τῶν ἐ[πὶ Θραίκης Ἑλλήνω]ν, corrigée en τὸ κοινὸν τῶν Ἑλ[λήνω]ν par E. Kalinka, qui déchiffrait donc un L avant la lacune mais considérait qu’elle était trop courte pour contenir la mention de la Thrace. G. Mihailov (auteur du corpus des inscriptions de Bulgarie), quant à lui, s’il confirme, mais avec prudence, la lecture du L (qu’il donne comme lettre pointée), préfère laisser la lacune en blanc, car l’état de la pierre ne permet pas, selon lui, de proposer une identification valable de ce koinon. La stèle est en effet très abîmée à l’endroit qui nous intéresse, et même si les noms grecs portés par les membres du koinon autorisent peut-être à restituer le terme Hellènes, il me paraît hautement improbable, au vu du caractère modeste et quasi-privé de la stèle, que cet hypothétique koinon des Grecs soit un koinon provincial ou régional. Plus certainement, il faut y voir une association locale de Grecs expatriés ou de Thraces hellénisés, unis ici dans la dévotion aux divinités grecques de la santé.

  • 12 Le point qui m’intéresse est en général ignoré (ainsi, ce passage de Dion Cassius n’est pas exploit (...)
  • 13 DC, 51.20.7.
  • 14 Deininger 1965, 17-18.

6Ainsi, il apparaît que la revendication de leur identité grecque par le biais de leur dénomination officielle est bien une spécificité des koina d’Asie et de Bithynie, sans parallèle dans l’Orient romain. Cette constatation me semble justifier une lecture nouvelle d’un passage célèbre de Dion Cassius, qui à ma connaissance n’a pas été commenté en ce sens12. Il s’agit du passage qui évoque l’acte de fondation du culte impérial dans les provinces : en 29 a. C., Octave “autorisa les étrangers qu’il appelait Grecs à lui consacrer un sanctuaire à lui-même, pour les Asiatiques à Pergame, pour les Bithyniens à Nicomédie” (τοῖς δὲ δὴ ξένοις, Ἕλληνάς σφας ἐπικαλέσας, ἑαυτῷ τινα, τοῖς μὲν Ἀσιανοῖς ἐν Περγάμῳ, τοῖς δὲ Βιθυνοῖς ἐν Νικομηδείᾳ, τεμενίσαι ἐπέτρεψε)13. Cette traduction, reprise de la CUF, ne me paraît rendre compte ni de la syntaxe de la phrase ni de la portée du renseignement fourni par Dion. En particulier, le choix d’une relative à l’imparfait pour traduire le participe aoriste ἐπικαλέσας est très contestable. Ce temps du participe indique normalement soit une antériorité de l’action par rapport à celle du verbe principal soit une valeur perfective de l’action. On devrait donc traduire, selon moi, “après les avoir appelés Grecs” ou, mieux, “en leur donnant le nom de Grecs”. Surtout, à la lumière des documents qui attestent de l’importance accordée au vocable “Hellènes” par les koina d’Asie et de Bithynie, cette précision me semble impliquer un acte officiel de la part d’Octave, reconnaissant la légitimité de cette appellation et accordant le droit d’en faire usage dans les documents émis par les deux koina. J. Deininger tire argument du fait que le koinon asiatique se définissait déjà comme celui des Grecs d’Asie bien avant l’époque d’Octave pour dénier toute valeur historique à l’information livrée par Dion14. Mais celui-ci ne dit pas qu’Octave autorisa pour la première fois les membres du koinon d’Asie à se définir comme Grecs ; il dit simplement qu’il leur accorda publiquement cette appellation. Il faut comprendre, à mon avis, que lors de l’échange diplomatique qui aboutit à la fondation d’un culte d’Octave et de Rome, les koina d’Asie et de Bithynie recherchèrent et obtinrent du vainqueur d’Actium la confirmation de leur droit à user du terme “Hellènes”, droit qui leur avait été accordé au lendemain des guerres mithridatiques et leur apparaissait comme un privilège à défendre et à préserver en cette époque de bouleversements. Certes, on pourrait m’objecter que la précision donnée par Dion s’explique avant tout par le fait qu’il vient d’évoquer, quelques lignes plus haut, le culte fondé en l’honneur de Jules César, réservé aux Romains présents en Asie et en Bithynie. Les Grecs s’opposent ici aux Romains par des pratiques cultuelles différentes. Mais la tournure de la phrase, étrangement alambiquée si l’on pense que Dion entend simplement distinguer les provinciaux des résidents romains, ne prend pleinement sens, à mes yeux, que si l’on accepte l’interprétation que je viens de proposer.

“Premier des Grecs”, “hellènarque”, “helladarque”

  • 15 Robert 1943, 186 et 1966, 421.

7Les sources convergent donc bien pour attester une insistance particulière des koina d’Asie et de Bithynie à affirmer leur qualité d’Hellènes et la faire reconnaître par les Romains. Dès lors, il paraît logique de suivre L. Robert lorsque, commentant dans deux études différentes une inscription honorifique de Thyatire et une épitaphe de Nicomédie, il interprète le titre “premier des Grecs” (πρῶτος τῶν Ἑλλήνων) comme une distinction accordée par les assemblées provinciales d’Asie et de Bithynie15. Toutefois, une enquête plus poussée brouille quelque peu cette vision satisfaisante de koina des Grecs élisant ou acclamant un premier des Grecs. En effet, il s’avère, d’une part, que ce titre est très peu attesté et, d’autre part, qu’il ne l’est pas uniquement en Asie et en Bithynie.

  • 16 Heller 2006, 256-267, 297-301, 338-341.
  • 17 Voir par exemple la longue inscription de Rhodiapolis en l’honneur d’Opramoas (TAM, II, 3, 905), où (...)
  • 18 En Lycie : SEG, 41, 1991, 1391 (le même personnage est connu par IGR, III, 500, col. II, l. 63-64, (...)
  • 19 IK, 36.1-Tralleis, 141 ; Corinth, VIII, 2, 68 (l’inscription est en latin et le titre, visiblement (...)
  • 20 Veyne 1966, 150, n. 2.

8Il convient d’abord d’isoler ce titre de ceux qui, tout en lui ressemblant et entretenant peut-être des liens avec lui, n’en sont cependant pas l’équivalent. J’ai pu souligner, dans ma thèse, la diffusion de l’usage de l’adjectif prôtos dans les titulatures de cités, pour mettre en valeur telle ou telle qualité censée donner un avantage dans la compétition pour une meilleure place au sein de la province ou de l’empire : Pergame se définit, pendant toute la période antonine, comme “la première cité deux fois néocore” (c’est-à-dire la première, chronologiquement, à avoir accueilli deux temples du culte impérial provincial) ; Milet se targue, à la même époque, d’être “la première à avoir été fondée en Ionie”, etc16. Toutes ces variations sur le thème de la primauté ne doivent pas être confondues avec le titre de “première de la province”, qui a une valeur bien précise et apparaît tel quel dans les sources. De la même manière, la notion de primauté est constamment mobilisée dans les inscriptions pour dire la position sociale dominante d’un individu et de sa famille : on dira qu’un tel “tient le premier rang” (πρωτεύει) ou provient d’une “famille de premier rang” (γένους πρώτου) dans sa patrie ou/et dans sa province17. Cette formule, diversement déclinée, est extrêmement fréquente et ne renvoie pas à l’obtention d’un titre officiel, mais à une influence et un prestige unanimement reconnus, fondés en général sur une intense activité publique et un héritage familial de notabilité. Autre chose est le titre “premier de la province” (πρῶτος τῆς ἐπαρχείας ou τοῦ ἔθνους), attesté par un petit corpus d’inscriptions provenant d’Asie Mineure, mais également de Macédoine18. Il est frappant que dans presque tous les cas, les personnages portant ce titre ont occupé la plus haute charge au sein du koinon de leur région ou province : ils ont été lyciarque, bithyniarque, galatarque, macédoniarque… À la même catégorie appartiennent les titres tels que “premier d’Asie” (attesté pour un asiarque) ou “premier des Achéens” (attesté pour un grand-prêtre à vie du koinon des Achéens)19 : ils donnent le nom particulier de la province (sous la forme d’un nom de région ou d’un ethnique) au lieu du terme générique, mais doivent être compris, à mon avis, comme des synonymes. Même si le sens à donner à ces titres ne peut être établi avec certitude faute de documents explicites, je souscrirais volontiers à l’interprétation proposée par P. Veyne dans un article déjà ancien : il s’agit de titres honorifiques qui ne sont pas réservés aux grands-prêtres ou dirigeants des koina provinciaux, mais peuvent être décernés par une assemblée provinciale à certains de ces grands-prêtres ou dirigeants, dont les services ont été particulièrement éclatants, voire à d’autres personnalités jugées dignes de cette marque d’honneur officielle20. Cela posé, qu’en est-il du titre “premier des Grecs”, qui se comprend sans trop de difficultés, si l’on a suivi mon raisonnement, comme un équivalent du titre “premier de la province”, utilisé par les koina des Grecs d’Asie et de Bithynie ?

  • 21 IGR, IV, 1276.
  • 22 TAM, IV, 1, 332 ; IK, 31-Klaudiupolis, 16.
  • 23 L’équivalence entre “premier dans sa patrie” et “premier archonte” est suggérée par l’éditeur des I (...)
  • 24 Pour ce personnage, voir PIR2, I 573 ; Halfmann 1979, 451-452, no 62 ; Rémy 1989, 50-52, no 34.
  • 25 OGI, 543-545.
  • 26 OGI, 652.

9En réalité, et sauf lacunes dans mon dépouillement, les occurrences de ce titre se réduisent à six, dont une seule en Asie, deux en Bithynie, deux en Galatie (mais pour le même personnage) et une en Arménie Mineure. En Asie, une inscription de Thyatire, datant du début de l’Empire, honore C. Iulius Xénon, qui a été grand-prêtre d’Auguste et de Rome, a rendu de grands services à la province d’Asie et est qualifié d’un chapelet de titres honorifiques tels que “sauveur, bienfaiteur, fondateur, père de la patrie, premier des Grecs” (σωτῆρι καὶ εὐεργέτηι καὶ κτ[ίστηι] καὶ πατρὶ γεγονότι τῆς πα[τρί]δος, πρώτω Ἑλλήν[ων]); on se situe après sa mort, puisqu’il est également appelé “héros” et qu’un sanctuaire lui est consacré, le Xénoneion21. En Bithynie, il faut s’appuyer sur deux témoignages difficiles à exploiter, le premier du fait de son caractère très fragmentaire (un morceau de sarcophage retrouvé à Nicomédie où l’on déchiffre, au datif, les mots θεολόγῳ et πρώτω Ἑλλήνων), le second parce qu’il emploie un langage poétique qui s’approprie et déforme les dénominations officielles : dans une épigramme funéraire de Claudiopolis, un certain Chrysogonos est célébré comme “premier dans sa patrie et dans la province du gouvernement de Bithynie, premier parmi les Grecs” ([π]ρῶτον ἐν πάτρη καὶ ἔθνει Βιθυνίδος ἀρχῆς, πρῶτον ἐν Ἕλλησιν)22. Si la première expression peut renvoyer à une primauté diffuse tout autant qu’à une fonction précise comme celle de premier archonte23, la deuxième se comprend assez aisément comme un équivalent poétique de la charge de bithyniarque, et la troisième comme une variation sur le titre “premier des Grecs”. En Galatie, ce titre est attesté pour un personnage bien connu, C. Iulius Severus, qui a fait carrière dans l’administration romaine à l’époque d’Hadrien24. Parmi les inscriptions retrouvées à Ancyre et gravées en son honneur, l’une détaille sa carrière romaine et ne fait pas figurer le titre qui nous intéresse, tandis que l’autre, qui met l’accent sur ses nobles origines et son dévouement à sa patrie, insère ce titre juste après le rappel de ses liens de parenté avec d’influents personnages et juste avant la mention d’une charge de grand-prêtre, qui n’est pas autrement précisée (ἀρχιερασάμενο[ν]). Une troisième inscription, qui honore la femme de Severus, présente ce dernier comme “le premier des Grecs”, sans rappeler aucun de ses autres titres et fonctions (pourtant fort nombreux), ce qui suggère que cette primauté honorifique avait une grande valeur et pouvait résumer à elle seule une brillante carrière25. Enfin, une inscription fragmentaire retrouvée à Nicopolis en Arménie Mineure honore Iulius Patroeinos, “premier des Grecs et premier arméniarque”26. Dans la deuxième expression, l’adjectif prôtos a une valeur chronologique plutôt que hiérarchique, et il faut certainement comprendre que l’on se situe peu après l’intégration de l’Arménie Mineure à l’empire, en 72 p.C., et la création d’un koinon d’Arménie dirigé par un arméniarque – charge nouvelle que Patroeinos (transcription grecque du cognomen latin Patruinus) occupa pour la première fois.

  • 27 Ce point reste controversé, mais les débats qui ont porté sur les relations entre archiereus d’Asie (...)
  • 28 La grande-prêtrise évoquée de manière si elliptique ne peut en aucun cas, à mon avis, avoir été exe (...)
  • 29 Le dédicant, nommé M. Iulius Euschèmon, appelle Severus “(son) bienfaiteur”.

10Au vu de ce modeste corpus, une première remarque s’impose : le lien quasi-systématique entre le titre “premier des Grecs” et l’exercice d’une charge de grand-prêtre du culte impérial provincial ou de chef du koinon (ces deux charges ayant en réalité toutes les chances de constituer les deux aspects d’une seule et même fonction27). Cela confirme que “premier des Grecs” est un équivalent de “premier de la province”, dont nous avons souligné qu’il n’était attesté que pour des dirigeants de koina. Mais cette variante a d’importantes conséquences, puisqu’en mettant en avant l’identité grecque des communautés qui forment le koinon, elle fait sortir du cadre clairement délimité de la province, unité administrative, pour évoquer le champ autrement plus large de l’hellénisme. En jouant sur deux usages différenciés du même terme “Hellènes” – l’usage technique et restreint issu de la dénomination officielle du koinon n’occultant pas l’usage courant de l’ethnique Hellènes vs. Barbares –, le titre “premier des Grecs” confère un prestige bien plus grand que celui de “premier de la province”. Il est donc assez étonnant de le voir si peu attesté. Surtout, on est surpris de trouver la moitié des occurrences dans deux régions qui figurent parmi les moins hellénisées d’Asie Mineure – en particulier l’Arménie – et dont les koina ne font pas figurer le terme Hellènes dans leur intitulé. À moins de mettre cette contradiction sur le compte des lacunes de notre documentation et de supposer que les koina de Galatie et d’Arménie Mineure pouvaient aussi, dans un mouvement volontariste d’identification à la culture dominante, se définir occasionnellement comme les koina des Grecs de Galatie et d’Arménie, il y a là une vraie difficulté. Une solution serait peut-être de considérer que dans les inscriptions d’Ancyre et de Nicopolis, le titre “premier des Grecs” renvoie à une distinction obtenue non pas au sein du koinon régional, mais au sein d’un des deux koina d’Asie et de Bithynie ; l’honneur accordé par ces koina aurait alors un tel prestige qu’il pourrait être revendiqué dans les provinces voisines. Un argument en ce sens pourrait être, dans le cas de l’Arménie, le fait que le koinon venait probablement d’être créé et a pu élire à sa tête un personnage à la carrière déjà bien remplie, qui avait séjourné dans d’autres provinces et avait eu l’occasion d’observer le fonctionnement de plus anciens koina. Comme Iulius Patroeinos n’est pas autrement connu, les éléments de réflexion manquent. En revanche, nous savons que Severus, au cours de sa carrière, a occupé les charges de légat en Asie, puis de gouverneur en Pont-Bithynie. Il est dès lors possible d’émettre l’hypothèse que c’est au cours de l’une ou l’autre de ces missions, remplies à la satisfaction générale, qu’il a été honoré du titre “premier des Grecs”, un titre dont il était fier et qu’il a tenu à faire figurer dans le rappel de sa carrière, une fois revenu dans sa patrie. Toutefois, cette hypothèse implique de renoncer, dans ce cas précis, au lien entre l’obtention du titre “premier des Grecs” et l’exercice d’une grande-prêtrise du culte impérial, alors même que ce lien est suggéré par l’enchaînement des mots dans l’inscription (πρῶτον Ἑλλήνων, ἀρχιερασάμενο[ν])28. De plus, cette inscription, gravée par une tribu de la cité d’Ancyre, insiste sur le dévouement de Severus envers sa patrie et énumère des charges et des bienfaits à portée locale. Il serait plus logique, si le titre “premier des Grecs” a été accordé par le koinon d’Asie ou de Bithynie, qu’il apparaisse dans l’autre inscription, gravée par un ami ou un client de Severus29, qui mentionne, elle, les missions effectuées dans ces provinces. En tout état de cause et en l’absence d’autres éléments, il me semble impossible de trancher cette question.

  • 30 IK, 36.1-Tralleis, 141 ; IK, 27-Prusias, 47.

11Un autre point qui soulève des interrogations est le fait qu’en Asie et en Bithynie, deux régions dont les koina font pourtant un usage fréquent et appuyé du terme Hellènes dans leurs documents, le titre “premier des Grecs” soit si rare et, surtout, ne soit pas systématiquement utilisé pour évoquer cette forme de primauté particulière : en effet, on trouve également en Asie la formule “premier d’Asie” et en Bithynie celle de “premier de la province”30. Comment expliquer ces variations, si la revendication d’une identité grecque était si importante aux yeux des populations de ces provinces ? Un élément que je relève sans trop savoir s’il convient de lui donner un sens est le caractère post-mortem des trois inscriptions où figure le titre “premier des Grecs” (à Thyatire, à Nicomédie et à Claudiopolis). L’emphase de ce titre, comparée à la formule plus fonctionnelle mentionnant explicitement la province, convenait-elle mieux à des honneurs posthumes ? Tirer des conclusions à partir de si peu d’exemples est un exercice hasardeux. On peut cependant se tourner vers d’autres sources pour tenter d’épaissir le dossier, de toute façon assez frustrant, de l’usage du titre “premier des Grecs”.

  • 31 Boulanger 1923, 173, n. 2.
  • 32 Aristide, 32.1 ; 50.87 ; 33.24 et 32.

12Un parallèle intéressant aux témoignages épigraphiques, établi depuis longtemps par A. Boulanger31, est offert par plusieurs passages de l’œuvre d’Aelius Aristide. Dans une lettre aux autorités de Cotiaion qui est en fait un éloge funèbre de son maître Alexandre, Aristide évoque ainsi la notoriété du défunt : “Il était naturel que l’on vînt chez vous de la Grèce entière (ἀπὸ πάσης τῆς Ἑλλάδος) pour compatir à un si grand malheur et célébrer un homme qui était si pleinement le premier des Grecs (ἄνδρα τῶν Ἑλλήνων τοσοῦτον πρῶτον)”. Dans deux autres discours, c’est à lui-même qu’Aristide, avec sa modestie habituelle, applique cette formule très laudative. Il la met, une première fois, dans la bouche du proconsul Severus, chargé d’examiner l’affaire qui oppose l’orateur aux autorités de Smyrne (Aristide cherche à faire reconnaître son immunité, tandis que ses concitoyens s’obstinent à le désigner à diverses charges publiques) : Severus met en doute le droit d’Aristide à jouir de l’immunité, dans la mesure où il n’enseigne pas la rhétorique de manière professionnelle, mais reconnaît qu’il est “le premier des Grecs et au sommet de l’art oratoire” (πρῶτον Ἑλλήνων καὶ ἄκρον ἐν λόγοις). Puis, dans un discours très polémique où Aristide se défend d’être resté trop longtemps absent de Smyrne, il reproche à ceux qui le critiquent de ne pas savoir profiter de sa présence : alors qu’ils sont “convaincus qu’(il est) le meilleur des Grecs et (vont) jusqu’à le clamer dans les gymnases et sur l’agora” (τῶν Ἑλλήνων ἄκρον εἶναι πεπιστεύκατε καὶ ταῦτα κἀν τοῖς γυμνασίοις καὶ κατὰ τὴν ἀγορὰν βοᾶτε), ils n’en préfèrent pas moins se prélasser dans des piscines plutôt que d’aller écouter ses conférences. À la fin du même discours, Aristide se désigne enfin directement comme “le premier des Grecs” (ἀνδρὶ δὲ τῷ πρώτῳ τῶν Ἑλλήνων)32. Dans tous ces passages, l’expression “premier des Grecs” est visiblement utilisée avec une forte valeur rhétorique, en un sens général et non pas technique, afin d’exprimer l’idée de l’excellence oratoire. Ces passages ne peuvent en aucun cas être tenus pour des occurrences du titre décerné par le koinon d’Asie, comme le prouve, outre le contexte immédiat, le fait qu’Aristide donne à la variante τῶν Ἑλλήνων ἄκρος le même sens qu’à τῶν Ἑλλήνων πρῶτος. Malgré cela, il me semble que l’existence du titre officiel et son prestige ont pu inspirer Aristide quand il a cherché une formule susceptible de rendre justice à ses qualités (ou celles de son maître).

  • 33 Sur la pratique de l’ἐπιβόησις, voir Colin 1965, en particulier p. 112-125, et Rouéché 1984, 181-19 (...)
  • 34 Dion, 48, 10, commenté par Robert 1960c.
  • 35 C’est l’interprétation de Robert 1943, 186.
  • 36 De même, plutôt que le terme technique ἐπιβοᾶνil emploie le verbe courant βοᾶν. L’allusion fonction (...)

13Pour étayer cette interprétation, j’invoquerais l’image ironique des détracteurs d’Aristide “clamant” son excellence “dans les gymnases et sur l’agora”. Cette phrase ne se comprend bien, à mon avis, qu’en référence à l’usage des acclamations populaires par lesquelles les assemblées décernaient aux bienfaiteurs du peuple des titres honorifiques consacrant leur position de supériorité33. Dion de Pruse évoque ces acclamations dans un de ses discours, quand il tente de défendre, devant une assemblée du peuple visiblement agitée, certains notables accusés de détenir illégalement des fonds publics. Voulant rappeler la générosité habituelle de ces notables, qui ont souvent fait acte d’évergétisme par le passé et méritent de ce fait l’indulgence de leurs concitoyens, il interpelle ainsi l’assemblée : “n’est-ce pas à vous qu’il arrive fréquemment de nous louer une journée entière en nous donnant les noms de ‘meilleurs’ ou d’‘olympiens’ou de ‘sauveurs’ ou de ‘nourriciers’ ?” (οἱ πολλάκις ἐπαινοῦντες ἡμᾶς δι’ ὅλης τῆς ἡμέρας, τοὺς μὲν ἀριστεῖς λέγοντες, τοὺς δὲ Ὀλυμπίους, τοὺς δὲ σωτῆρας, τοὺς δὲ τροφέας ;)34. Tous ces titres sont attestés par l’épigraphie, et l’on voit ici qu’ils font l’objet d’une procédure officielle particulière, un éloge public longuement et bruyamment exprimé à l’oral avant, sans doute, d’être consigné par écrit dans un décret honorifique. Ces acclamations ayant pour contexte des assemblées civiques ont certainement leur équivalent à l’échelle provinciale, et il est très probable que le titre “premier des Grecs” soit accordé au terme d’une procédure de ce type au sein du koinon35. Dès lors, on peut penser qu’Aristide, quand il évoque les habitants de Smyrne clamant qu’il est “le meilleur des Grecs” dans les gymnases et sur l’agora (deux lieux publics susceptibles, en tout cas pour le second, d’accueillir les assemblées du peuple), il joue à déformer des réalités institutionnelles : il se flatte d’être reconnu comme le meilleur orateur de la même manière qu’un notable dévoué reçoit par acclamation un titre honorifique prestigieux ; il fait allusion à une distinction provinciale fort recherchée, tout en s’éloignant de la formulation exacte pour en changer le sens et l’adapter à son propos36. Autrement dit, les passages d’Aristide que j’ai cités me semblent pouvoir être considérés comme des témoignages indirects de la diffusion du titre “premier des Grecs” dans la province d’Asie dans la deuxième moitié du iie s. p.C., alors même que les attestations directes du même titre sont très rares. Mais il faut reconnaître que cette interprétation reste fragile.

  • 37 Ainsi, dans son commentaire à l’épigramme de Claudiopolis citée plus haut (IK, 31-Klaudiupolis, 16) (...)
  • 38 IK, 27-Prusias, 46. Le titre est également restitué au no 5, qui honore le même personnage.
  • 39 Voir BullEp. 1952, 117 et 1960, 277.
  • 40 IK, 27-Prusias, 7 et 47 (= OGI, 528).

14Pour clore l’examen du titre “premier des Grecs”, il convient enfin de le rapprocher de deux autres titres attestés en Bithynie, qui tout comme lui semblent être décernés dans le cadre du koinon et expriment clairement une revendication d’hellénisme. Il s’agit des titres “hellènarque” et “helladarque”, parfois compris comme un équivalent de “premier des Grecs”37 et connus par quelques inscriptions de Prusias de l’Hypios. L’une de ces inscriptions honore un certain T. Flavius Domitianus Nestor, défini entre autres comme “hellènarque incomparable par sa famille, descendant de prêtres, de bithyniarques, de sébastophantes et de prytanes” (τὸν ἀπὸ γένους ἀσύνκριτον ἑλληνάρχην καὶ ἐκ προγόνων ἱερέων τε [κ]αὶ βειθυνιαρχῶν καὶ σε[β]αστοφάντων καὶ πρυτάνεων)38. Cette occurrence du mot “hellènarque” est jusqu’à présent sans parallèle dans toute l’Asie Mineure. En revanche, on trouve ce titre dans quelques inscriptions de Tanaïs, dans le royaume du Bosphore, où il désigne visiblement une charge civique : l’hellènarque y partage les plus hautes fonctions avec l’archonte des Tanaïtes, chacun de ces magistrats exerçant son autorité sur une partie différente de la population – grecque pour le premier, indigène pour le second39. Toutefois, il est peu probable qu’il faille reconnaître une fonction similaire dans l’hellènarque de Bithynie : deux autres inscriptions de Prusias, datant de l’époque sévérienne, invitent plutôt, dans ce cas précis, à considérer ce titre comme une variante d’“helladarque”, qui apparaît à chaque fois associé à “bithyniarque” et suggère donc une charge ou un honneur provincial(e)40. Cette impression est confortée par le fait que le personnage qualifié d’hellènarque provient d’une famille comptant parmi ses membres des dirigeants du koinon.

  • 41 Pour une liste des occurrences, voir RE, VIII, 1, 97-98, s.v. Helladarchai et le commentaire de IK,(...)

15Le titre “helladarque” est beaucoup plus répandu, dans le monde grec d’époque impériale, que celui d’“hellènarque”41. Il est notamment attesté en Grèce continentale, où il est porté par des dirigeants de l’amphictionie pyléo-delphique ainsi que, plus fréquemment, par des grands-prêtres du koinon des Achéens. Ce “chef des Grecs” intervient donc au sein de structures fédérales marquées par une tradition de panhellénisme et se consacrant désormais en grande partie à la célébration du culte impérial. L’usage de ce même titre par le koinon de Bithynie peut être interprété comme le signe d’une forte identification avec les valeurs du vieux monde grec. La question de savoir à quoi renvoie exactement ce titre, tel qu’il apparaît à Prusias à la fin du iie et au début du iiie s., paraît difficile à résoudre. On peut simplement remarquer que l’une des inscriptions définit successivement le personnage honoré (Tib. Claudius Piso) comme “premier de la province par décret du conseil commun” ([πρῶτο]ν ἐπαρχείας δόγματι [κοιν]οβουλίου), “dirigeant de sa patrie et de la province” (ἄρχοντα τ[ῆς] πατρίδος και τῆς ἐπαρχεί[ας]), “bithyniarque et helladarque” (βειθυν[ι]άρχην καὶ ἑλλαδάρ[χην]). On peine à comprendre ce qui distingue tous ces titres. Quelle différence faut-il en effet établir entre “dirigeant de la province” et “bithyniarque” ? L’impression qui se dégage de ce texte est que le rédacteur (un ami de l’honorandus) a voulu multiplier les titres de gloire de celui qu’il honorait, quitte à introduire des répétitions, masquées par le recours à des périphrases ou des synonymes. Dès lors, il est au moins possible d’émettre l’hypothèse que le titre “helladarque” reprend et explicite le titre “premier de la province”, tout comme “dirigeant de la province” serait une manière de gloser “bithyniarque”. Autrement dit, “helladarque” pourrait être un équivalent (tardif ?) de “premier des Grecs”, lui-même variante de “premier de la province”. Mais il faut bien reconnaître que les liens précis existant entre tous ces titres, ainsi que leur contenu exact, restent très hypothétiques.

  • 42 IGR, III, 202, 209 et 211. Le no 209 est incomplet dans les IGR, et il faut se reporter à l’édition (...)
  • 43 Voir RE, VIII, 1, 98.

16Un dernier parallèle n’est guère plus simple à interpréter. Trois inscriptions d’Ancyre de l’époque d’Hadrien honorent un certain Ulpius Aelius Pompeianus42. Deux d’entre elles émanent d’une association de technites dionysiaques, qui a érigé une statue de Pompeianus. Sur la base, dans la formule qui résume l’honneur accordé, Pompeianus est qualifié d’helladarque et de grand-prêtre (ἑλλαδάρχην καὶ ἀρχι[ερ]ἑα), sans autre précision, tandis que le décret honorifique proprement dit, gravé en petits caractères sur un côté de la même base, est daté de la manière suivante : “sous l’helladarque Ulpius Aelius Pompeianus et le grand-prêtre Memmius […] fils de Dionysios, helladarque” (ἐπὶ ἑλλάδαρχου Οὐλπί[ου Αἰλίου Πομπε]ιανοῦ καὶ ἀρχιερέως Μεμμίου [....]ου Διονσίσυ τοῦ ἑλλαδάρχου). Enfin, une dernière inscription, émanant d’une tribu civique, honore Pompeianus pour avoir “exercé la charge d’helladarque” avec zèle (ἑλλαδαρχ [ή] σαντα). Quel sens donner à ce titre dans ce contexte ? Il est clair qu’il ne s’agit pas ici d’un titre purement honorifique, normalement porté à vie une fois qu’il a été décerné, mais d’une magistrature annuelle et éponyme. Certains ont voulu y voir une magistrature civique équivalente à l’hellènarque de Tanaïs, dans une région où le hiatus entre populations indigène d’une part, grecque ou hellénisée d’autre part, serait encore important43. On peut avancer en faveur de cette hypothèse l’identité des institutions ayant voté l’honneur : la tribu indique un contexte local, l’association de technites dionysiaques une diffusion de la culture grecque. Mais il ne me semble pas totalement exclu que la charge d’helladarque soit ici une fonction provinciale. Il est en effet troublant de constater que deux des inscriptions honorant Pompeianus font se suivre les mentions du titre “helladarque” et d’une grande-prêtrise (dans un cas, les deux mentions concernent Pompeianus, dans l’autre, il est mentionné comme helladarque aux côtés du grand-prêtre Memmius, lui-même fils d’un helladarque), tout comme l’inscription en l’honneur de C. Iulius Severus, provenant elle aussi d’Ancyre et datant de la même époque, faisait figurer à la suite le titre “premier des Grecs” et une charge de grand-prêtre. Même si l’on peut penser, ainsi que je l’ai fait remarquer plus haut, que ces grandes-prêtrises sont ici des magistratures locales et non provinciales, la coïncidence doit au moins être relevée, et envisagée la possibilité que le koinon de Galatie décernait à l’occasion des titres (ou désignait à des fonctions) évoquant l’appartenance au monde grec.

17On le voit, les résultats de l’enquête sur le titre “premier des Grecs” sont moins probants que l’étude des dénominations officielles des koina. S’il n’est pas sûr que ce titre et ses variantes intégrant le terme “hellène” soient un apanage des koina d’Asie et de Bithynie, les témoignages réunis ci-dessus montrent malgré tout que ces koina pouvaient en faire usage, peut-être plus souvent que ne le suggère la rareté des attestations, et affirmer par là, une fois de plus, leur attachement à l’hellénisme.

“Première de la province”, propompeia et souvenir des guerres médiques

  • 44 Heller 2006, 305-341.

18Dans ma thèse, j’ai donné une étude détaillée des titres “première d’Asie” et “première de Bithynie”44, dont je ne reprends ici qu’un aspect précis, parce qu’il me semble établir des liens intéressants avec les remarques qui précèdent. Je voudrais montrer que l’usage de nommer une cité première de la province, comme celui de nommer un individu premier de la province, sont l’occasion, dans le cas de l’Asie et de la Bithynie, d’affirmer une identité grecque. Celle-ci peut se traduire de manière très explicite par l’affichage du vocable “Hellènes” (comme dans l’intitulé des koina, les titres “premier des Grecs”, “hellènarque” et “helladarque”), mais peut aussi emprunter des voies détournées, par un jeu de connotations et d’associations d’idées.

  • 45 Robert 1937, 245-247.
  • 46 Sur le titre de métropole sous l’Empire, voir Puech 2004.
  • 47 Il n’y a pas de description de la pierre, qui est perdue.
  • 48 TAM, II, 3, 905, col. IX F, à rapprocher de Strabon, 14.3.3, avec le commentaire de Balland 1981, 1 (...)
  • 49 SEG, 45, 1995, 1761.
  • 50 Voir Nollé 1993, 310-313 ; IK, 44-Side, 111 et 112 (cf. BullEp. 1951, 419a) ; IK, 61-Perge II, 313, (...)
  • 51 IK, 61-Perge II, 331. La cité est quatre fois néocore, première des cités avec assises, capitale de (...)
  • 52 Ainsi, quand Tarse se dit “la première, très grande et très belle métropole présidant aux trois pro (...)

19Avant d’analyser le sens et les connotations possibles du titre “première d’Asie/de Bithynie”, il faut souligner que la désignation officielle, par un vote du koinon, d’une première cité de la province, qui peut dès lors se définir comme telle dans ses documents, semble être une spécificité de l’Asie et de la Bithynie. On rencontre ailleurs des revendications de primauté, mais, outre qu’elles sont en général beaucoup plus tardives (se concentrant pour la plupart dans la deuxième moitié du iiie s.), elles se présentent soit comme des occurrences isolées ou incertaines, soit comme des variations autour de la notion de primauté, à distinguer du titre précis “première de la province”. Ainsi, dans une dédicace à Antonin retrouvée à Héraclée du Pont, L. Robert a restitué la titulature suivante : “la mère (ou la métropole) des cités fondées par elle et la première du Pont” ([ἁ μάτηρ ou ματρόπολις τᾶν κτ]ισθειᾶν ὑπὸ αὐτᾶς πολίων καὶ πράτα το[ῦ Πόντου]). La première formule se comprend comme une variation sur le titre de métropole, qui apparaît au iiie s. sur le monnayage de la cité, en alternance avec celui de “mère de cités coloniales” (ματρὸς ἀποίκων πολίων)45. Héraclée redonne au mot métropole son sens littéral, alors qu’il en était venu à désigner, sous l’Empire, les cités centres du culte impérial provincial46. Cet usage s’apparente à un détournement du titre officiel, qu’Héraclée ne possédait sans doute pas, mais qu’elle trouve ainsi le moyen de s’approprier indirectement. Dès lors, on ne peut exclure qu’un jeu similaire ait porté sur le titre de “première”, qui se trouvait peut-être intégré à une formule qui en changeait le sens. Si la restitution το[ῦ Πόντου] est tout à fait défendable, elle ne saurait être assurée, d’autant que le texte prend fin à cet endroit et que l’on ne peut déterminer avec précision la longueur de la lacune47. Surtout, cette occurrence du titre “première du Pont” n’aurait pas de parallèle. La revendication d’un premier rang officiel par Héraclée reste possible – et dans ce cas, on peut penser qu’elle a été inspirée par l’exemple de la Bithynie voisine –, mais son caractère très ponctuel suggère que le titre n’a pas été détenu longtemps. Au iie s., je n’ai pas trouvé d’autre occurrence du titre “première de la province” en-dehors de l’Asie et de la Bithynie. En Lycie, il n’y a pas une première cité, mais des cités “qui tiennent le premier rang” (αἱ πρωτεύουσαι πόλεις), catégorie recouvrant peut-être celle des μέγισται πόλεις évoquées par Strabon pour l’époque hellénistique, qui détenaient chacune trois voix dans les réunions du conseil fédéral48. Au iiie s., on rencontre à Sagalassos, sous Caracalla, une occurrence du titre “première de Pisidie”, assurée mais également isolée49. En Pamphylie, une forte rivalité oppose Sidè et Pergè, qui se traduit notamment, à l’époque de Valérien et Gallien, par l’affichage concurrent de la lettre A (abréviation pour πρῶτος ou πρώτη) sur les monnaies et dans les inscriptions de ces deux cités50. Mais il n’est pas sûr que cette abréviation renvoie au titre officiel de “première de la province” (ou, si elle y renvoie, que cette revendication soit légale), dans la mesure où Pergè ne porte pas ce titre dans la longue inscription célébrant sa promotion au rang de métropole, sous Tacite51. Enfin, en Cilicie, Tarse et Anazarbe développent de longues titulatures très emphatiques, qui, tout en revendiquant clairement une forme de primauté, ne contiennent pas à proprement parler le titre “première de la province”52.

20Par contraste, les témoignages littéraires, épigraphiques et numismatiques convergent pour attester l’existence précoce et continue d’une première cité en Asie et en Bithynie – une position qui était régulièrement remise en jeu et suscitait de vives rivalités. La lutte pour le premier rang, si elle s’est peu à peu diffusée dans toutes les provinces d’Asie Mineure, trouve bien son origine dans celles d’Asie et de Bithynie.

  • 53 Dion Chr., 38.38.
  • 54 Sur le dialogos, voir Robertson 1986 ; sur le koinon des Hellènes à Platées, voir Étienne & Piérart (...)
  • 55 Hermogène, Περὶ ἰδεῶν, 2, p. 373-374 Walz = p. 388 Spengel ; Lucien, 49 [Amores], 18.
  • 56 Voir surtout Merkelbach 1978, 290-292 et Price 1984, 129.

21Afin d’éclairer le sens et la valeur donnés par les provinciaux à ce premier rang, je partirai d’un passage maintes fois cité mais peu commenté de Dion de Pruse, dans son discours “Aux Nicomédiens, sur la concorde avec Nicée”. Cherchant à apaiser la rivalité entre les deux cités voisines de Bithynie, qui se disputent avec acharnement le titre “première de la province”, Dion a recours à un topos rhétorique très fréquent dans les discours de concorde : celui de l’opposition entre la lutte pour l’hégémonie à l’époque classique et les vaines querelles de l’époque impériale. Il commence par rappeler que l’objet de ces querelles – les titulatures honorifiques – suscite les moqueries des Romains, qui les qualifient de “bêtises grecques” (Ἑλληνικὰ ἁμαρτήματα). Puis il commente ainsi cette appellation méprisante : “Et en effet ce sont des bêtises, Nicomédiens, de vraies bêtises, mais grecques, non. Sauf à dire qu’elles sont grecques dans la mesure où, autrefois, Athéniens et Lacédémoniens ont lutté pour la gloire (ει μὴ κατ’ αὐτό τοῦτο λληνικὰ φήσει τις αὐτὰ εἶναι, καθ' ὅσον ἐκεῖνοι δόξης ἀντεποιήσαντό ποτε καὶ Ἀθηναῖοι καὶ Λακεδαιμόνιοι). Mais j’ai déjà dit tout à l’heure qu’il ne s’agissait pas d’une vaine gloire, mais d’un combat pour une véritable domination (τὰ δὲ έκείνων εἶπον ἤδη που καὶ πρότερον ὅτι μὴ κενόδοξα ἦν, άλλ' ὑπὲρ αρχῆς ἀληθοῦς ἀγών) ; à moins que vous ne pensiez maintenant qu’ils combattaient bravement pour le droit de conduire une procession, comme ceux qui, dans un mystère, jouent à se battre pour quelque chose qui ne leur appartient pas (εἰ μή τι νῦν δοκεῖτε αὐτοὺς ὑπὲρ τῆς προπομπείας καλῶς ἀγωνίζεσθαι, καθάπερ ἐν μυστηρίῳ τινὶ παίζοντας ὑπὲρ ἀλλοτρίου πράγματος)”53. L’allusion à la propompeia disputée entre Athènes et Sparte sous l’Empire a été depuis longtemps déchiffrée : elle renvoie à une compétition appelée le dialogos, qui avait lieu tous les 4 ans et prenait la forme d’une joute oratoire opposant les représentants des deux cités devant le conseil commun des Grecs – l’organe de décision de la ligue des Hellènes, réunie à Platées ; cette ligue organisait la fête pentétérique des Eleutheria, en souvenir de la victoire sur les Perses, et l’enjeu du dialogos était de déterminer qui, d’Athènes ou de Sparte, ouvrirait la procession lors de la prochaine célébration54. La lutte pour la propompeia à Platées jouissait visiblement d’une renommée proverbiale dans tout l’empire : elle est évoquée de manière topique par quelques autres auteurs, dont Hermogène, dans un traité sur l’art oratoire, et le Pseudo-Lucien, dans un dialogue sur l’amour55. Dion, lui, a recours à ce lieu commun pour souligner la distance qui sépare le temps de l’indépendance de celui de la soumission à Rome. Il feint de croire que ses auditeurs sont tellement imprégnés des réalités contemporaines qu’ils ont oublié les enjeux des conflits du ve s. et s’imaginent que le prix de la guerre entre Athènes et Sparte n’était, déjà alors, qu’une question d’étiquette. La plupart des commentateurs ont compris que l’erreur ainsi ironiquement anticipée par Dion devait s’expliquer par le fait que les Nicomédiens, en cherchant à faire reconnaître à leur cité le titre de première de la province, luttaient eux aussi pour une propompeia, qui devait s’exercer lors des fêtes organisées par le koinon et bien attestées dans les sources épigraphiques sous le nom de koina Bithynias. De là vient la définition proposée par les Modernes pour rendre compte du sens du titre “première de la province” : ce titre donnerait le droit d’occuper le premier rang dans la procession qui ouvre les fêtes communes du culte impérial56. L’interprétation est séduisante, même si elle est moins assurée qu’on ne le considère en général, puisqu’elle repose sur une allusion très indirecte (la lutte pour la propompeia en Bithynie se déduisant de la référence à la lutte pour la propompeia à Platées). Ce qui m’intéresse ici, c’est le lien que cette interprétation établit entre l’organisation des Eleutheria de Platées et celle des fêtes communes du culte impérial en Bithynie (et, partant, en Asie, où le titre “première de la province” doit avoir le même sens et le même contexte). Plusieurs témoignages me semblent en effet confirmer ce lien et indiquer que la célébration du culte impérial dans les provinces d’Asie et de Bithynie n’était nullement incompatible avec la revendication de l’héritage du passé grec.

  • 57 Robert 1929.
  • 58 Robert 1969, 189.
  • 59 Le Roy & Balland 1984, 338-346.

22Tout d’abord, on peut relever la similitude de forme et de sens (d’un point de vue littéral) entre les titres πρῶτος Ἑλλήνων et ἄριστος Ελλήνων. Ce dernier a été étudié par L. Robert, qui a montré qu’il s’agissait d’un titre agonistique, accordé au vainqueur à l’épreuve de la course armée aux Eleutheria de Platées57. Cette course, dont le point de départ était le trophée élevé par les Grecs à quelque quinze stades de la ville, et le point d’arrivée probable, l’autel de Zeus Eleutherios, était réputée très difficile et valait à celui qui la remportait d’être proclamé “le meilleur des Grecs” par le koinon organisateur du concours, dont le nom complet – “le koinon (ou le conseil commun) des Grecs se réunissant à Platées” (τὸ κοινὸν (συνέδριον) τῶν Ἑλλήνων τῶν εἰς Πλατηὰς συνιόντων) – pouvait être abrégé en “le koinon des Grecs”, voire “les Grecs”. Le concours des Eleutheria lui-même a connu une grande vogue au début de l’Empire, et on pouvait alors lui reconnaître un prestige équivalent à celui des plus anciens concours panhelléniques, célébrés à Olympie et à Delphes58. Par la suite, il semble connaître une certaine éclipse, mais il apparaît encore, ainsi que le titre ἄριστος Ἑλλήνων, dans quelques palmarès de la fin du ier et du iie s., à Sparte mais aussi à Xanthos, en Lycie59. On peut admettre sans difficulté, me semble-t-il, que pendant toute l’époque impériale le concours et l’honneur accordé au vainqueur de son épreuve maîtresse étaient connus en Asie Mineure.

23Dès lors, je risquerais volontiers l’hypothèse que les koina d’Asie et de Bithynie, lorsqu’ils organisèrent les premières fêtes du culte impérial, s’inspirèrent des Eleutheria de Platées (qui jouissaient alors d’une très forte popularité) pour introduire de nouveaux honneurs en lien avec les nouvelles célébrations : tout comme le koinon des Grecs à Platées départageait régulièrement Athènes et Sparte pour le droit de conduire la procession, le koinon des Grecs d’Asie ou de Bithynie choisissait la cité qui aurait le privilège de la propompeia et pourrait en conséquence se targuer d’être “la première de la province” ; tout comme à Platées on acclamait le “meilleur des Grecs”, en Asie et en Bithynie on désignait désormais un “premier des Grecs”. Certes, le contexte et les mérites justifiant l’octroi de ce titre sont bien différents dans chaque cas (une victoire athlétique à Platées, vraisemblablement un dévouement particulier dans l’exercice de la grande-prêtrise en Asie et en Bithynie), et il serait imprudent de postuler que le titre ἄριστος Ἑλλήνων a servi de modèle à celui de πρῶτος Ἑλλήνων. Mais un même esprit agonistique préside à l’invention et à la diffusion de ces deux titres, et il me semble que le deuxième pouvait au moins évoquer le premier à ceux qui en faisaient usage – et cela d’autant plus qu’ils ne devaient pas ignorer la similitude existant entre la dénomination officielle de leur koinon provincial et celle du koinon se réunissant à Platées (l’un et l’autre des κοινὰ τῶν Ἑλλήνων). De même, il n’est pas nécessaire de soutenir que le titre “première d’Asie / de Bithynie” était pensé comme une référence directe aux cérémonies de Platées, ni même que la lutte pour la propompeia entre Athènes et Sparte était le modèle conscient et assumé des rivalités pour le premier rang en Asie et en Bithynie. Le passage de Dion cité plus haut suggère toutefois que les réalités contemporaines de Grèce continentale, perpétuant le souvenir du glorieux passé classique, formaient, pour les Grecs de l’autre côté de la mer Égée, une sorte d’arrière-plan culturel extrêmement familier. On peut même aller plus loin, et affirmer qu’au moment précis où il rappelle l’irrémédiable changement des temps par rapport à l’époque classique, Dion révèle à quel point ce passé révolu était présent aux yeux de ses contemporains et constituait pour eux une référence constante, légitimant leurs propres actions. En effet, l’opposition entre la gloire authentique qu’apportait jadis “un combat pour une véritable domination” et la “vaine gloire” des rivalités de l’époque impériale se présente comme une objection faite par Dion à un interlocuteur anonyme, qui pourrait bien représenter l’opinion commune (“sauf à dire qu’elles sont grecques dans la mesure où, autrefois, Athéniens et Lacédémoniens ont lutté pour la gloire”). Il me semble que cette opinion commune contre laquelle s’élève Dion consistait à considérer la lutte pour le titre de première de la province comme une sorte de transposition, dans des conditions et sous des formes nouvelles, des prestigieuses guerres du passé. On a l’impression que les Nicomédiens et les Nicéens, en se disputant pour se faire reconnaître un premier rang officiel aux dépens de la cité rivale, avaient le sentiment de s’inscrire dans une forme de continuité avec le passé grec, voire d’en revendiquer l’héritage. Cette impression est confirmée par un passage de Plutarque, qui fait écho, comme souvent, aux discours de Dion.

  • 60 Plut., Moralia, 814 a-c (Préceptes politiques, 17).

24Dans le traité intitulé Préceptes politiques, adressé à Ménémachos de Sardes, Plutarque donne aux dirigeants des cités grecques une leçon de prudence et les incite à toujours garder à l’esprit qu’ils sont soumis à Rome, sans pour autant tomber dans la servilité. Tout en exploitant la marge d’autonomie que leur laisse le pouvoir central, ils ne doivent pas avoir d’ambitions excessives et être conscients que l’activité politique a en partie changé de nature depuis l’époque de l’indépendance. Plutarque compare leur rôle à celui des acteurs, qui mettent toute leur passion au service de la pièce qu’ils jouent, mais prêtent attention au souffleur et respectent le texte écrit par l’auteur. Il critique enfin ceux qui contreviennent à ces principes, encourant le soupçon de fomenter une rébellion et le risque d’être sévèrement punis : “Lorsque nous voyons les petits enfants essayer par jeu de chausser les souliers de leurs pères et de se coiffer de leurs couronnes, nous rions ; mais les gouvernants qui, dans les cités, contre tout bon sens, poussent à imiter les exploits, les sentiments et les actions des ancêtres, malgré leur disproportion avec les circonstances et la situation actuelles, excitent les masses (οἱ δ' ἄρχοντες ἐν ταῖς πόλεσιν ἀνοήτως τὰ τῶν προγόνων ἔργα καὶ φρονήματα καὶ πράξεις, ἀσυμμέτρους τοῖς παροῦσι καιροῖς καὶ πράγμασιν οὔσας, μιμεῖσθαι κελεύοντες ἐξαίρουσι τὰ πλήθη), et si leurs actes prêtent à rire, leur sort n’a plus rien de risible, à moins qu’ils ne soient traités par le plus profond mépris”. Il poursuit en évoquant des actions du passé susceptibles de servir avantageusement de modèle aux Grecs de son époque – des exemples de piété, de générosité et de concorde (comme le décret d’amnistie voté à Athènes après la chute des Trente). “C’est en rivalisant avec de tels gestes qu’encore aujourd’hui nous pouvons ressembler à nos ancêtres. Mais Marathon, l’Eurymédon, Platées, et tous les autres exemples qui font s’enfler et trépigner de vaine fierté le peuple (τὸν δὲ Μαραθῶνα καὶ Εὐρυμέδοντα καὶ τὰς Πλαταιάς, καὶ ὅσα τῶν παραδειγμάτῶν οίδεῖν ποιεῖ καὶ φρυάττεσθαι διακενής τοὺς πολλούς), laissons-les aux écoles des sophistes”60. Ces exhortations de Plutarque indiquent que le souvenir des guerres médiques, et notamment de la victoire de Platées, pouvait être utilisé comme argument politique devant des assemblées. Dans quel contexte et dans quel but ?

  • 61 DC, 38.21, 29, 37-40.

25La similitude des thèmes, des images et du vocabulaire employés ici par Plutarque avec ceux qui baignent le discours de Dion aux Nicomédiens est frappante. Tout comme Plutarque, Dion dénonce un désir insensé (ἐπιθυμεῖν ἀνοήτου πράγματος), une vaine gloire (τὸ κενοδοζεῖν) ; tout comme lui, il compare ceux qui se laissent ainsi abuser à des enfants se chamaillant pour des broutilles, à des acteurs jouant le rôle de rois et qui, une fois sortis de scène, ne sont plus rien61. Chez Dion, tous ces thèmes visent à démontrer l’inanité de la lutte pour le titre de première de la province, qui n’apporte aucun pouvoir réel, aucun avantage concret à la cité qui le possède. Dès lors, on peut penser que chez Plutarque, ils servent également à condamner, entre autres, les rivalités portant sur ce titre, qui font partie des sujets excitant inutilement les masses. Cette interprétation me semble d’autant plus justifiée que l’origine du destinataire, réel ou fictif, du traité – le jeune Ménémachos de Sardes – pourrait indiquer que les conseils donnés par Plutarque s’adressent en priorité aux habitants des provinces d’Asie Mineure, et en particulier de celle d’Asie. Ainsi, selon moi, on peut déduire du passage que j’ai cité que la référence aux guerres médiques et, plus largement, au glorieux passé classique, était fréquemment mobilisée par certains notables locaux pour justifier et encourager la quête du titre de première de la province. Le texte de Plutarque forme ainsi un parfait parallèle à celui de Dion, pour prouver que les Grecs d’Asie et de Bithynie comparaient volontiers les rivalités pour un premier rang honorifique accordé par le koinon aux luttes pour la liberté et l’hégémonie à l’époque classique. Malgré les différences évidentes qui les séparaient, ces deux formes de primauté leur semblaient entretenir des liens de parenté.

26Pour finir, j’aboutis à un paradoxe qui n’en est un que parce que la tradition historiographique a eu tendance à proposer une lecture au premier degré des sources littéraires, et en particulier des discours sur la concorde. Les querelles de préséance au sein de la province, souvent analysées comme un signe de décadence et de soumission à Rome (les cités luttant pour obtenir des privilèges liés à la célébration du culte impérial), doivent bien plutôt être comprises, à la lumière des documents que j’ai commentés, comme des manifestations d’hellénisme, au même titre que l’usage de se nommer collectivement “les Grecs d’Asie” ou “de Bithynie” et de désigner parmi les dirigeants du koinon un “premier des Grecs”, un “hellènarque” ou un “helladarque”. Ce que Dion et Plutarque fustigent comme un désir insensé, un caprice enfantin ou une vaine gloire, était plus certainement vécu par la majorité des provinciaux concernés comme une noble ambition pleinement héritière de la tradition classique. Par la vivacité des luttes pour le premier rang, comme par le souci de se définir explicitement comme “Hellènes”, les koina d’Asie et de Bithynie semblent bien avoir eu, plus que les autres koina d’Asie Mineure, à cœur de revendiquer leur identité grecque.

Notes

1 Ferrary 2001, 26-31.

2 Ferrary 2001, 31.

3 Heller 2006.

4 OGI, 438. Le koinon agit, dans ce texte, de concert avec “ceux qui ont été individuellement inscrits dans la liste des amis du peuple romain et ceux parmi les autres (Hellènes ?) qui ont choisi de s’associer à la célébration des Sôtéria kai Moukieia” (τῶν λλων ο ερημένοι μετέχειν τῶν Σωτερίων κα Μουκιείων). Cette dernière expression désigne certainement les cités libres, considérées comme extérieures à la province, mais participant aux fêtes en l’honneur de l’ancien proconsul d’Asie. À noter que le terme Hellènes n’apparaît pas dans le texte grec, l’usage d’ἄλλος permettant de laisser sous-entendue la catégorie générale dont les cités libres se distinguent.

5 Reynolds 1982, no 5.

6 Pour une liste des occurrences, voir Magie 1950, 1294-1295, n. 54 ; Deininger 1965, 14-16 ; Lewartowski 2001, 14.

7 IK, 27-Prusias, 3, 9, 10, 51 ; Dig., 49.1.25.

8 Deininger 1965, 64.

9 TAM, II, 495. La restitution [Λυκίων τ]ο κοινο est assurée par de nombreux parallèles.

10 Voir Deininger 1965.

11 IGR, I, 732 et 1485 ; IGBulg III, 1, 912.

12 Le point qui m’intéresse est en général ignoré (ainsi, ce passage de Dion Cassius n’est pas exploité dans deux articles qui abordent l’usage du terme Hellènes dans les inscriptions : Frézouls 1991, et Bowie 1981, 184) ou simplement paraphrasé (voir par exemple Bowersock 1965, 116 : when the natives of Asia and Bithynia, whom Octavian liked to call Hellenes, asked…).

13 DC, 51.20.7.

14 Deininger 1965, 17-18.

15 Robert 1943, 186 et 1966, 421.

16 Heller 2006, 256-267, 297-301, 338-341.

17 Voir par exemple la longue inscription de Rhodiapolis en l’honneur d’Opramoas (TAM, II, 3, 905), où ce dernier est sans cesse défini comme “l’un de ceux qui tiennent le premier rang dans la province” (ἀνὴρ ἐκ τῶν πρωτευόντων ἐν τη επαρχείᾳ) et autres formules du même genre.

18 En Lycie : SEG, 41, 1991, 1391 (le même personnage est connu par IGR, III, 500, col. II, l. 63-64, où il apparaît comme lyciarque). En Bithynie : IK, 27-Prusias, 47. En Galatie : OGI, 549. En Macédoine : BullEp., 1946-1947, 140 ; SEG, 27, 1977, 262 ; SEG, 34, 1984, 678.

19 IK, 36.1-Tralleis, 141 ; Corinth, VIII, 2, 68 (l’inscription est en latin et le titre, visiblement inspiré du grec, se lit primo Achaeon).

20 Veyne 1966, 150, n. 2.

21 IGR, IV, 1276.

22 TAM, IV, 1, 332 ; IK, 31-Klaudiupolis, 16.

23 L’équivalence entre “premier dans sa patrie” et “premier archonte” est suggérée par l’éditeur des IK.

24 Pour ce personnage, voir PIR2, I 573 ; Halfmann 1979, 451-452, no 62 ; Rémy 1989, 50-52, no 34.

25 OGI, 543-545.

26 OGI, 652.

27 Ce point reste controversé, mais les débats qui ont porté sur les relations entre archiereus d’Asie et asiarque tendent à conclure à l’identité de ces deux charges. Parmi l’abondante bibliographie suscitée par cette question, on peut citer les articles de Kearsley 1986 ; 1988 ; 1990 ; une note de Campanile 1997 ; un article controversé de Friesen 1999 et la réponse de Engelmann 2000.

28 La grande-prêtrise évoquée de manière si elliptique ne peut en aucun cas, à mon avis, avoir été exercée ailleurs qu’en Galatie. Mais on peut hésiter quant à savoir s’il s’agit d’une grande-prêtrise provinciale ou locale. Dans le deuxième cas, le lien avec le titre “premier des Grecs” tombe.

29 Le dédicant, nommé M. Iulius Euschèmon, appelle Severus “(son) bienfaiteur”.

30 IK, 36.1-Tralleis, 141 ; IK, 27-Prusias, 47.

31 Boulanger 1923, 173, n. 2.

32 Aristide, 32.1 ; 50.87 ; 33.24 et 32.

33 Sur la pratique de l’ἐπιβόησις, voir Colin 1965, en particulier p. 112-125, et Rouéché 1984, 181-199.

34 Dion, 48, 10, commenté par Robert 1960c.

35 C’est l’interprétation de Robert 1943, 186.

36 De même, plutôt que le terme technique ἐπιβοᾶνil emploie le verbe courant βοᾶν. L’allusion fonctionne précisément à travers ces variations.

37 Ainsi, dans son commentaire à l’épigramme de Claudiopolis citée plus haut (IK, 31-Klaudiupolis, 16), F. Becker-Bertau considère que l’expression “premier parmi les Grecs” est une périphrase pour hellènarque ou helladarque, tout comme “premier dans la province du gouvernement de Bithynie” est une périphrase pour bithyniarque.

38 IK, 27-Prusias, 46. Le titre est également restitué au no 5, qui honore le même personnage.

39 Voir BullEp. 1952, 117 et 1960, 277.

40 IK, 27-Prusias, 7 et 47 (= OGI, 528).

41 Pour une liste des occurrences, voir RE, VIII, 1, 97-98, s.v. Helladarchai et le commentaire de IK, 27-Prusias, 7.

42 IGR, III, 202, 209 et 211. Le no 209 est incomplet dans les IGR, et il faut se reporter à l’édition de Bosch 1967, no 127-129, qui reprend les trois inscriptions et donne en outre un commentaire.

43 Voir RE, VIII, 1, 98.

44 Heller 2006, 305-341.

45 Robert 1937, 245-247.

46 Sur le titre de métropole sous l’Empire, voir Puech 2004.

47 Il n’y a pas de description de la pierre, qui est perdue.

48 TAM, II, 3, 905, col. IX F, à rapprocher de Strabon, 14.3.3, avec le commentaire de Balland 1981, 176-177.

49 SEG, 45, 1995, 1761.

50 Voir Nollé 1993, 310-313 ; IK, 44-Side, 111 et 112 (cf. BullEp. 1951, 419a) ; IK, 61-Perge II, 313, 334, 336. Dans ces dernières inscriptions, la lecture de l’A ne me paraît pas tout à fait assurée. Au no 313, il est gravé à côté de la lettre E, qui doit se développer en ἔνδοζος, un titre fréquemment attesté à Pergè en association avec celui de λαμπρά. Dès lors, je me demande s’il ne faut pas lire ici un L plutôt qu’un A. La photographie de la pierre ne permet pas de juger.

51 IK, 61-Perge II, 331. La cité est quatre fois néocore, première des cités avec assises, capitale de Pamphylie, mais non pas première de Pamphylie. Une inscription de Palestine, gravée par un pèlerin originaire de Pergè, lui donne ce titre, mais elle date des ve-vie s. p.C. : BullÉp. 1998, 516.

52 Ainsi, quand Tarse se dit “la première, très grande et très belle métropole présidant aux trois provinces de Cilicie, d’Isaurie et de Lycaonie” (ἡ πρώτη καὶ μεγίστη καὶ καλλίστη μητρόπολις τῶν τριῶν ἐπαρχειῶν Κιλικίας Ἰσαυρίας Λυκαονίας προκαθεζομένη), elle propose une variation sur le thème du premier rang dans la province, en rehaussant son titre de métropole de l’adjectif prôtos et en faisant un usage inédit du verbe προκαθέζομαι. Sur cette titulature, voir Weiss 1979.

53 Dion Chr., 38.38.

54 Sur le dialogos, voir Robertson 1986 ; sur le koinon des Hellènes à Platées, voir Étienne & Piérart, 1975.

55 Hermogène, Περὶ ἰδεῶν, 2, p. 373-374 Walz = p. 388 Spengel ; Lucien, 49 [Amores], 18.

56 Voir surtout Merkelbach 1978, 290-292 et Price 1984, 129.

57 Robert 1929.

58 Robert 1969, 189.

59 Le Roy & Balland 1984, 338-346.

60 Plut., Moralia, 814 a-c (Préceptes politiques, 17).

61 DC, 38.21, 29, 37-40.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search