Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

L’Asie Mineure et l’Orient

Séleucos, satrape d’Akkad. Réflexions sur les origines du pouvoir séleucide1

Laurent Capdetrey

Texte intégral

  • 1 L’auteur de cet article n’oublie pas que c’est à l’occasion d’un cours de licence du Professeur Pi (...)
  • 2 En dernier lieu sur ces questions : Bosworth 2002. À partir de l’exemple d’Eupolémos en Carie, R. (...)

1L’origine du pouvoir séleucide n’est pas aisée à fixer, ni même à définir. En toute rigueur nous ne pouvons parler de pouvoir séleucide qu’après la prise du titre royal par Séleucos en 305. Il semble pourtant légitime de considérer l’année 312, qui marque le retour de Séleucos en Babylonie, comme le début de l’entreprise de construction d’un espace pré-royal unifié autour du principe d’un pouvoir personnel d’abord autonome puis de plus en plus indépendant. Mais comment considérer les années 320-312 qui voient Séleucos occuper la charge de satrape de Babylonie, conformément au partage de Triparadeisos, puis se heurter à l’autorité d’Antigone pour défendre ses prérogatives sans exercer pour autant un pouvoir de nature personnelle ? En se gardant précisément d’une lecture finaliste de l’histoire, il est utile de revenir sur cette période, souvent négligée, pour observer le rôle et la place de Séleucos dans le jeu très complexe qui se joua alors entre les Diadoques2. C’est en portant notre attention sur ces années que l’on peut en effet clarifier les modalités d’émergence et d’affirmation d’un pouvoir qui, en 320, n’avait pas à sa disposition les mêmes atouts que ses concurrents.

2Cette phase embryonnaire du pouvoir de Séleucos s’inscrivit dans le cadre précis de la Babylonie, le pays d’Akkad, une satrapie qui, à plus d’un titre, occupait une place centrale dans l’empire hérité d’Alexandre. À cette place et dans une période très troublée par la montée de la concurrence entre Diadoques, Séleucos eut à adopter une attitude et une politique à l’égard du pouvoir royal et de ses représentants mais aussi envers les Babyloniens et les Gréco-Macédoniens installés en Babylonie. Si personne ne peut douter que, à l’image des autres puissants du moment, Séleucos ait été sujet à l’ambition personnelle et au désir d’aventure, ces notions apparaissent toutefois assez faibles pour rendre compte du processus complexe qui permit l’affirmation progressive de son autonomie entre 320 et 312. À partir de l’exemple de Séleucos, on essaiera en effet de montrer que la définition de nouvelles formes de pouvoir au moment du partage territorial de l’héritage d’Alexandre se fit selon des modalités qui ne répondirent pas à un modèle unique, celui de la libre expression d’une avidité conquérante affranchie de tout cadre institutionnel contraignant. L’attention à la construction de la légitimité et au processus d’autonomisation de Séleucos doit ainsi être conçue comme une forme d’archéologie du pouvoir séleucide, une archéologie nécessaire pour éclairer les fondements et les conditions de naissance d’un royaume qui fut le point d’aboutissement d’un parcours singulier.

Le satrape Séleucos et la question de la légitimité du pouvoir

  • 3 La date de la conférence de Triparadeisos a fait l’objet de discussions. En rapprochant les indica (...)
  • 4 Strabon 15.731 ; sur ce point : Schachermeyr 1970, 74-77 ; Van der Spek 1987, 58.
  • 5 Will 1979, 40-43. Mehl 1986, 25-27. Les circonstances exactes du meurtre de Perdiccas restent obsc (...)
  • 6 Sur ces points : Mehl 1986, 13-14 et 22-24.

3Parce qu’il s’agit du premier territoire sur lequel s’exerça à partir de 320 l’autorité du nouveau satrape Séleucos3, la Babylonie apparaît comme la région originelle du pouvoir “séleucide”. Les conditions de l’attribution à Séleucos de cette unité administrative, dont l’importance avait été soulignée par les projets d’Alexandre dans les derniers mois de sa vie4, ont souvent été présentées, analysées et discutées. Le nouveau satrape aurait ainsi été remercié pour son rôle dans la mort de Perdiccas. Il aurait aussi bénéficié du nécessaire appel à un personnel renouvelé après la disparition d’une partie des grands dignitaires et le début des conflits entre les Diadoques5. La lutte contre Eumène exigeait en effet le concours d’hommes expérimentés dans le domaine militaire, ayant donné des gages de fidélité à la nouvelle coalition, sans pour autant avoir manifesté de trop évidentes ambitions aux yeux des maîtres du moment. Le passé d’officier de haut rang de Séleucos dans l’armée d’Alexandre puis auprès de Perdiccas6 et sa participation au meurtre de Perdiccas constituaient autant de titres justifiant la confiance qu’Antipatros et les autres Diadoques mettaient en lui au moment de la conférence de Triparadeisos.

  • 7 À Triparadeisos, Antigone est nommé “stratège des forces royales”, il obtient le titre plus large (...)
  • 8 Beloch 1925, 91-92. Bengtson considère que ce n’est que plus tard que Peithon usurpa cette fonctio (...)
  • 9 Sur le rôle et les ambitions de Peithon au moment de la révolte des Grecs de Bactriane : Diod. 18. (...)

4Pour autant, la hiérarchie établie lors de ce partage des territoires n’offrait encore à Séleucos qu’une position de second rang. Satrape de Babylonie, Séleucos devenait responsable d’un territoire assez peu étendu à l’échelle de l’empire, même si celui-ci était en voie de dislocation. Comme à Babylone, la répartition des titres avait répondu au souci de préserver l’avenir et les positions de chacun. Triparadeisos consacrait ainsi une forme de partage négocié et équilibré des zones d’influence : Antipatros et les deux rois désormais cantonnés en Europe, Antigone, le “stratège de l’Asie”7, apparaissait comme l’homme fort en Orient et devait d’ailleurs passer les années suivantes à imposer dans les faits cette prééminence nominale. Mais en plus de la charge à vocation générale d’Antigone, il est possible qu’il ait existé dans la partie la plus orientale de l’empire un commandement militaire des Hautes satrapies qui, dès Triparadeisos, a pu être confié à Peithon8. La Babylonie n’était pas soumise à ce commandement mais il est clair que, dans cet Orient post-alexandrin, la place de Séleucos, si elle n’était pas des plus médiocres, restait plutôt modeste au regard des responsabilités et des ambitions déjà bien affirmées d’autres Successeurs, notamment d’Antigone9. Séleucos n’était en réalité qu’un satrape parmi d’autres.

  • 10 Green 1997, 17.
  • 11 L’examen de l’attribution de la plupart des satrapies conduit à constater que le partage de Babylo (...)
  • 12 Une conception de cet ordre transparaît dans la présentation d’Éd. Will (1979, 36-38).

5Bien des historiens considèrent pourtant que, loin d’avoir été l’expression d’une défiance, le passage de Séleucos d’une fonction centrale (hipparque aux côtés de Perdiccas) à une charge territoriale doit plutôt être lu comme une réelle promotion étant donné l’affaiblissement du pouvoir central au profit des provinces dès 32110. Certes, pour qui connaît l’histoire postérieure du royaume séleucide, la Babylonie devait constituer la base fondamentale pour l’affermissement et l’extension du pouvoir de Séleucos mais l’accord de Triparadeisos consistait avant tout en un partage du pouvoir au sommet qui induisait, dans un second temps, une nouvelle répartition des satrapies laissées libres11. Si avec la Babylonie Séleucos obtenait objectivement les moyens d’une puissance à venir, sa nomination comme satrape l’inscrivait donc encore dans un rapport de soumission, certes ambigu dans le contexte troublé du moment et compte tenu de l’imprécision des charges officielles, mais qui faisait de lui en 320 un représentant du pouvoir royal, et en aucun cas un dynaste autonome. En toute rigueur, le partage de Triparadeisos ne doit donc pas être décrit comme la simple mise en place, sur un pied d’égalité, des principaux protagonistes de la pièce qui devait se jouer en Asie jusqu’en 301, à savoir Antigone, Ptolémée et Séleucos12. Séleucos avait bien plus que les autres à construire sa légitimité, d’abord en prenant possession d’un nouveau territoire, ensuite en le défendant contre les convoitises extérieures et plus tard en revendiquant une autorité qui dépassât le cadre de la Babylonie.

  • 13 Cette date de prise de fonction est tirée de la Chronique des Diadoques : Grayson 1975a, no 10, l. (...)
  • 14 Diod. 19.91.1-2 ; commentaires de Schober 1981, 95-96 et de Mehl 1986, 41-42.

6Entre 320, date de sa prise de fonction13, et 315 moment de son éviction par Antigone, Séleucos fut satrape de Babylonie. Faute de documents, cette première période d’exercice du pouvoir satrapique reste mal connue. Une bonne administration et une attitude bienveillante de Séleucos sont généralement déduites de l’accueil qui lui fut réservé par la population babylonienne en 312, au moment de son retour à Babylone. L’enthousiasme des indigènes aurait été à la fois l’expression du souvenir favorable que Séleucos aurait laissé en 315 et, par symétrie, la traduction de leur soulagement de le voir remplacer Antigone14. Pour les sources grecques, la Babylonie était alors avant tout un des champs de bataille entre les troupes d’Eumène et la coalition de ses ennemis, bien plus qu’elle n’était la satrapie de Séleucos. Quoi qu’il en fût de l’action réelle et des méthodes de gouvernement du satrape Séleucos, son retour en Babylonie, dans un contexte difficile et troublé, et le soutien probable de la population babylonienne ne s’expliquent que par l’existence d’une légitimité acquise dans sa fonction de satrape avant son départ de 315.

7Cette légitimité trouvait une double expression. En revendiquant la satrapie qui lui avait été confiée à Triparadeisos et en mettant tout en œuvre pour la reconquérir, Séleucos affirmait d’abord la légitimité de son propre pouvoir du point de vue gréco-macédonien. Par ailleurs, en lui permettant de reprendre sa province contre la volonté d’Antigone, une partie des Gréco-Macédoniens et des indigènes lui reconnaissaient aussi une forme de légitimité. Au-delà d’une série d’oppositions militaires et de renversements d’alliance, la Babylonie de Séleucos vit donc entre 320 et 315 la mise en place d’un processus de légitimation à plusieurs niveaux qu’il faut tenter d’éclaircir car il devait avoir des conséquences durables sur la définition du pouvoir séleucide.

  • 15 Diod. 19.55.3.
  • 16 La sollicitation de la figure d’Alexandre était alors un topos du discours des Diadoques qui invoq (...)

8Jusqu’en 315, Séleucos resta pleinement fidèle aux principes et aux décisions de la conférence de Triparadeisos. À ses yeux l’acte de 320 était fondateur non seulement parce qu’il inaugurait son pouvoir territorial mais surtout parce qu’il établissait les bases de sa légitimité. En 315, dans le conflit qui l’opposait à Antigone, Séleucos présenta une justification de son pouvoir sur la Babylonie en affirmant qu’il le tenait des “Macédoniens”, qui avaient ainsi marqué leur reconnaissance pour son rôle auprès d’Alexandre15. Sans doute faut-il faire la part de la propagande dans l’argumentation de Séleucos16. Il reste que le satrape de Babylonie fit alors appel à des arguments de deux ordres qui méritent notre attention : d’une part la référence à l’assemblée des Macédoniens, d’autre part l’évocation de son rôle auprès d’Alexandre.

9Comme celui de Babylone, et même s’il peut apparaître avant tout comme une négociation sur le partage des zones d’influences, le partage de Triparadeisos constitua un moment de refondation de la légitimité du pouvoir macédonien sur l’empire en général. Dans un contexte d’incapacité ou de faiblesse du pouvoir royal, le meurtre de Perdiccas marquait en effet la rupture de l’ordre issu de Babylone. Il s’agissait alors, par la présence des rois et de tous les plus hauts dignitaires macédoniens à Triparadeisos de fonder à nouveau la domination macédonienne en reconstruisant l’édifice légal dont la clef de voûte réelle venait de tomber. En faisant référence aux “Macédoniens”, l’argumentation de Séleucos en 315 s’inscrivit donc dans la continuité de Triparadeisos, contre l’attitude d’Antigone qui depuis sa victoire sur Eumène semblait remettre en cause des décisions de 320. Derrière le conflit pour le pouvoir en Babylonie, et comme argument dans ce conflit, s’affrontaient donc deux conceptions – ou deux rhétoriques – de la légalité du pouvoir. Que Séleucos, menacé directement par Antigone, usât de cet argument pourrait apparaître comme une attitude de convenance. Nous allons voir que sa justification de 315 entre au contraire en cohérence avec ses choix de la période 320-315.

  • 17 Il ne s’agit pas ici de discuter dans le détail de la place et de l’évolution de l’assemblée des M (...)
  • 18 Rappelons que Diodore est le seul à apporter un témoignage sur ce point (Diod. 19.15.1-3), celui-c (...)

10Que le pouvoir satrapique sur la Babylonie ait été accordé à Séleucos par les “Macédoniens”, ou du moins par les chefs des Macédoniens, c’est là un fait indéniable17. Pourtant, aux yeux de Séleucos lui-même, l’argument n’était pas suffisant. Il le renforçait en effet en soulignant que la confiance dont il était l’objet se fondait sur son rôle du vivant d’Alexandre, trouvant ainsi une autre légitimité dans sa participation à la geste du Conquérant. Dans cette période de flottement et d’effacement du pouvoir central une légitimité de nature unique n’était donc plus suffisante. Plus exactement, la conférence de Triparadeisos fut sollicitée à cette occasion dans la mesure où elle sanctionnait et inscrivait dans les faits une valeur et une distinction déjà éprouvées du vivant d’Alexandre. En somme, selon l’argumentaire de Séleucos tel que le transmet Diodore, les décisions de Triparadeisos apparaissaient en 315 comme un point de référence et comme l’expression légale non seulement du pouvoir de Séleucos sur la Babylonie mais plus profondément comme la reconnaissance de sa capacité à exercer ce pouvoir. Les propos de Séleucos se prêtent donc à une analyse à plusieurs niveaux. Ils étaient construits sur un argumentaire de type légaliste qui lui-même se fondait sur une justification déjà marquée par l’exploitation idéologique et à but propagandiste de la figure d’Alexandre18.

11Le témoignage de Diodore sur la légitimation par Séleucos de son propre pouvoir concerne l’année 315, au moment de l’émergence de l’opposition avec Antigone, c’est-à-dire à la fin de la première période de pouvoir satrapique de Séleucos. Il reste toutefois à analyser les choix politiques et stratégiques de Séleucos dans la période 320-315 afin de juger de la place que lui-même s’attribuait dans le système de pouvoir établi en 320 et pour estimer sa sincérité en 315 face à Antigone.

  • 19 Diod. 18.63.2. La fonction officielle d’Eumène telle qu’elle lui avait été reconnue par les rois e (...)
  • 20 Diod. 18.63.3. Séleucos fit notamment briser la digue d’un canal pour inonder le camp d’Eumène.
  • 21 Diod. 19.12.1.
  • 22 Diod. 19.12.1.
  • 23 Diod. 19.12.2.

12Entre Triparadeisos et 317, Séleucos disparaît des sources grecques et les premières années de son pouvoir satrapique restent pour nous inconnues. Sa présence et son action en Babylonie redeviennent en partie visibles à partir de 317 grâce aux récits relatifs à la campagne d’Eumène en Orient. Les alliances politiques définies en Syrie en 320 ont alors évolué. La mort d’Antipatros, la place accordée à Polyperchon ont modifié l’équilibre des forces, notamment en reconnaissant à nouveau une fonction à Eumène, lui qui avait été condamné à mort par les Macédoniens à Triparadeisos. En 317, face à l’offensive d’Antigone en Cilicie et avec le soutien officiel de Polyperchon et des rois, Eumène tenta de rejoindre les Hautes Satrapies19. Diodore évoque alors l’attitude relativement ambiguë de Séleucos. Dans une première phase celui-ci attaqua Eumène sur les bords de l’Euphrate20 mais ne put l’empêcher de passer l’hiver sur le sol babylonien21. Dans la négociation qu’il engagea à ce moment-là avec Séleucos et le satrape de Médie Peithon, Eumène tente de convaincre ses interlocuteurs de rejoindre le camp des rois et de combattre Antigone22. La réponse de Séleucos ne fut pas sans ambiguité. Il se déclara ainsi prêt à suivre les ordres des rois mais refusa de combattre aux côtés d’Eumène qui avait été condamné à mort par les Macédoniens à Triparadeisos23. Séleucos affirmait ainsi une double fidélité : il reconnaissait d’abord l’autorité de la dynastie des Argéades tout en affirmant celle des décisions de Triparadeisos et, dans ces circonstances politiques, la légitimité des décisions de 320 l’emportait aux yeux de Séleucos sur des ordres royaux dictés par Polyperchon et appliqués par un Grec condamné à mort.

  • 24 Funk 1974, 507.

13On peut ne voir dans les arguments avancés à ce moment par Séleucos qu’une manœuvre dilatoire permettant au satrape de Babylonie d’adopter une attitude balancée pour affaiblir Eumène aux yeux des propres partisans du Grec, pour éviter l’affrontement direct immédiat et ainsi se laisser le temps d’organiser la défense de la Babylonie. Les ouvertures de Séleucos en direction d’Antigénès et des Argyraspides pour les convaincre d’écarter Eumène du commandement peuvent aussi être comprises dans ce sens. L’évocation par Séleucos du jugement de Triparadeisos n’aurait été alors qu’un argument formel dans un conflit fondé en réalité sur un simple rapport de forces militaire sans véritable référent légal extérieur. Telle est la thèse de B. Funk qui considère que Séleucos eut pour objectif son indépendance et la constitution de son royaume dès les mois qui suivirent la conférence de Babylone. Funk explique alors tous les épisodes de la carrière de Séleucos à partir de cette date en fonction de ces objectifs présumés24.

  • 25 Diod. 18.58.1 ; Plut., Eum. 13, 1 : Plutarque évoque les lettres de Polyperchon et de Philippe à E (...)
  • 26 Diod. 19.13.7.
  • 27 Diod. 19.15.5.
  • 28 Dans l’attitude des satrapes orientaux il est difficile de faire le partage entre le respect scrup (...)
  • 29 L’attitude légitimiste de Séleucos à cette occasion devait trouver un écho quelques années plus ta (...)
  • 30 Dans un but plus large de soumission de l’ensemble de l’Orient, Antigone devait employer des argum (...)

14Cette interprétation ne nous semble pourtant pas la plus convaincante. Au cours des mois qui précédèrent l’opposition entre Eumène et Séleucos, des lettres envoyées aux thesaurophylakes de Cilicie par Polyperchon, le représentant des rois, permirent à Eumène de bénéficier pour un temps de sommes nécessaires à la lutte contre Antigone. Des lettres furent aussi envoyées aux trois cents Argyraspides pour qu’ils soutiennent Eumène25. Quelques mois plus tard, Eumène devait transmettre aux satrapes des Hautes Satrapies les lettres des rois appelant à lui “obéir en tout”26 et enfin, arrivé à Suse, il produisit encore des lettres royales pour convaincre les gardiens des trésors de lui donner toutes les sommes qu’il pourrait demander27. À l’évidence, la référence à l’autorité royale, même diminuée, était aussi fréquente qu’efficace. Les thesaurophylakes et, dans une moindre mesure28, les satrapes orientaux appliquaient en effet les ordres que contenaient les lettres royales. C’est donc probablement avec la conviction que la légitimité royale restait un argument susceptible de les convaincre qu’Eumène sollicita le soutien de Séleucos et de Peithon en produisant les ordres royaux. À l’inverse, la reconnaissance de l’autorité des rois par Séleucos dans sa réponse à Eumène n’était pas une simple formule dilatoire. La question du respect de la légitimité royale se posait véritablement, mais cette autorité était simplement mise en concurrence par Séleucos avec les décisions de Triparadeisos29. L’épisode de la négociation avec Eumène montre en somme que Séleucos, satrape de Babylonie depuis Triparadeisos mais au nom des rois, était contraint d’établir une hiérarchie dans les principes à respecter. Les ouvertures faites à Antigénès et aux Argyraspides pour qu’ils remplacent Eumène, si elles exprimaient une solidarité proprement macédonienne, montrent aussi que le refus du commandement d’Eumène n’était pas un argument de simple circonstance mais qu’il constituait au contraire une question de principe sur laquelle Séleucos, par respect pour les décisions de 320, pouvait difficilement transiger30.

  • 31 Le ralliement d’Amphimachos n’est pas clairement signalé par Diodore, mais sa participation à la b (...)
  • 32 Schober 1981, 80.
  • 33 Diod. 19.13.5 : Juste après avoir laissé passer Eumène en Susiane, Séleucos envoya des courriers à (...)

15À l’exception de Peithon, alors associé à Séleucos et réfugié en Babylonie, aucun autre satrape oriental ne devait adopter l’attitude de Séleucos ni reprendre ses arguments. Antigénès et Amphimachos, les satrapes de Susiane et de Mésopotamie, se rallièrent à Eumène et furent suivis par les satrapes de toutes les provinces orientales31. Dans cet ensemble, entouré de satrapes ralliés à Eumène, Séleucos apparaît donc bien isolé. Si, pour L. Schober, les arguments de Séleucos n’étaient avant tout que des prétextes sans véritable fondement, invoqués pour des raisons stratégiques32, il faut bien constater que l’intérêt stratégique immédiat de Séleucos ordonnait de suivre Eumène, alors chef militaire de toute l’Asie (στρατηγὸς αὺτοκράτωρ τῆς Ὰσίας) nommé par Polyperchon et les rois et par ailleurs soutenu par les satrapes à l’ouest et à l’est de la satrapie de Séleucos. Si Séleucos fit le choix de la résistance à Eumène ce n’était pas tant pour protéger le territoire de sa satrapie que pour défendre l’origine, le principe et la nature de son pouvoir sur la Babylonie. Antigone incarnait alors, volens nolens, l’ordre de Triparadeisos et l’appel que lui lança Séleucos apparaît comme une forme de reconnaissance non seulement de sa prédominance militaire mais aussi de la légitimité des décisions de 32033.

  • 34 Nous pensons notamment à Antigone, Eumène, Ptolémée, Cassandre ou Polyperchon qui tous, d’une faço (...)

16L’attitude et les choix de Séleucos semblent donc devoir être placés sous le signe de la continuité. Dans la résistance qu’il offrit à Eumène, alors investi par les rois, Séleucos fit le choix du respect des principes de Triparadeisos. C’est que dans la période 320-315 Séleucos occupait une position intermédiaire : à la tête d’une satrapie aux atouts stratégiques et économiques non négligeables il n’était pas pour autant un des Diadoques les plus puissants34. Dans ce rapport de forces défavorable et dans un contexte de faiblesse du pouvoir royal le satrape de Babylonie ne pouvait affirmer son pouvoir qu’en se fondant sur le principal ressort de légitimité : les décisions prises par les Macédoniens ou par leurs chefs.

  • 35 Diod. 19.13.5.
  • 36 Diod. 19.17.1.
  • 37 Antigone joua cependant un rôle prédominant non seulement dans la lutte contre Eumène mais aussi d (...)
  • 38 Pour un bilan de l’action de réorganisation de l’Orient hellénisé par Antigone après la victoire s (...)
  • 39 Diod. 19.55.2-5.
  • 40 App., Syr., 53.
  • 41 Mehl 1986, 56-57.
  • 42 Diod. 19.46.6 ; 19.48.7 : Antigone utilisa alors les trésors d’Ecbatane, Persépolis et Suse.

17L’attitude de Séleucos à l’égard d’Antigone en 316/315 s’inscrivit pleinement dans ce schéma. Face au danger que constituait la présence d’Eumène en Orient, Séleucos et Peithon firent appel à Antigone, désigné stratège de l’Asie après Triparadeisos35. Pour autant, selon le récit de Diodore, son autorité dut encore être négociée et la collaboration de Séleucos et de Peithon à l’entreprise militaire contre Eumène dut faire l’objet de discussions entre les trois hommes36. Stratège de l’Asie dont les compétences étaient militaires, Antigone n’exerçait donc pas depuis 320 une autorité politique dominante et incontestée sur l’Orient. Son pouvoir restait en partie borné par une forme d’autonomie de chaque satrape37. Or à partir 315, après la mort d’Eumène, la réorganisation des satrapies orientales à Persépolis et l’élimination de Peithon38, Antigone sembla vouloir introduire de nouveaux rapports de pouvoir en cherchant à surveiller l’administration du satrape de Babylonie, tout particulièrement à travers le contrôle des finances39. Les témoignages de Diodore et d’Appien divergent sur ce point. Selon Diodore, Antigone aurait voulu contrôler les revenus de Séleucos alors que, pour Appien, Antigone aurait réclamé son argent après que Séleucos eut puni un de ses propres généraux sans le consulter40. Malgré les divergences entre les deux récits il est clair que le conflit portait alors sur deux points : d’une part la question générale de l’autorité de Séleucos dans sa satrapie et d’autre part le problème connexe et sensible de l’utilisation/administration des revenus de la satrapie de Babylonie. A. Mehl a bien montré que derrière la question des finances se trouvait sans doute la nécessité pour Antigone de payer ses troupes après la campagne contre Eumène41. Il faut noter, en effet, que les campagnes orientales d’Eumène et d’Antigone devaient se financer elles-mêmes en utilisant les trésors des régions conquises42. Le trésor de Babylone pouvait sans doute offrir des possibilités financières supplémentaires à Antigone. Entre Séleucos et Antigone la discussion dut porter sur la légitimité pour Antigone de se servir dans le trésor d’une satrapie non conquise et dirigée par un satrape “ami”. Cette question mettait ainsi à l’épreuve toute la structure et la hiérarchie de pouvoirs issus de Triparadeisos dans la mesure où elle posait très concrètement le problème du partage des pouvoirs entre un satrape et le “stratège d’Asie”, responsable de l’armée et des campagnes orientales.

  • 43 Diod. 19.56.1.
  • 44 Ce fut le cas à Babylone et à Triparadeisos notamment. Il est bien évident cependant que ces parta (...)
  • 45 Ces relations établissaient des rapports de φιλία entre ces Successeurs qui impliquaient une forme (...)
  • 46 Après le récit de la bataille de Gaza en 312, Diodore rappelle que les motifs du conflit contre An (...)
  • 47 De ce point de vue il faut associer à Séleucos d’autres satrapes orientaux comme Peithon ou Peukes (...)
  • 48 En 315 ou 314 à Tyr, Antigone sollicita les soldats et les civils dans un but de propagande pour c (...)

18Fort de son succès contre Eumène, Antigone sortit alors du rôle de chef militaire de l’Asie qui était officiellement le sien depuis Triparadeisos pour prendre les habits du maître de l’ensemble de l’Orient, dans les domaines militaires mais aussi administratifs, en s’octroyant le droit de nommer de son propre chef ses représentants dans les satrapies. Ce fut là précisément le point de rupture avec Séleucos qui, pour sa part, entendait demeurer dans le cadre des principes définis à Triparadeisos qui offraient en effet une plus grande liberté aux satrapes orientaux et les inscrivaient dans des rapports de pouvoir plus équilibrés. Selon Diodore, en se présentant devant Ptolémée après avoir fui la Babylonie, Séleucos aurait accusé Antigone de vouloir se débarrasser des personnages d’importance, notamment les anciens compagnons d’Alexandre43. Ce reproche exprimé alors par Séleucos pointe précisément la rupture d’un équilibre implicite établi après la mort d’Alexandre. Dans cet équilibre, les rapports de forces entre les Diadoques restaient en partie médiatisés par l’”assemblée des Macédoniens”44 et la participation à la Conquête aux côtés d’Alexandre gardait un certain poids symbolique45 que la prise de pouvoir d’Antigone dans la partie orientale abolit pour laisser place au principe de l’hégémonie personnelle qui s’inscrivait en rupture avec l’objectif d’équilibre des pouvoirs46. Dans cette partie de l’empire, sous l’impulsion d’Antigone et aux dépens de Séleucos47, l’année 316/315 marquait ainsi la clôture d’une phase des rapports de pouvoir entre Successeurs d’Alexandre et en ouvrait une nouvelle qui entérinait la faiblesse et la disparition des pouvoirs centraux et des instances de décisions collectives entre Diadoques48.

  • 49 Les lettres royales transmises par Eumène en Cilicie ou lorsqu’il arriva dans la partie orientale (...)

19Ce retour sur l’exercice du pouvoir de Séleucos en Babylonie dans les années 320-315 et sur la question de la légitimité de ce pouvoir permet de constater que la période ouverte par la conférence de Babylone et prolongée à Triparadeisos ne fut pas simplement le moment d’un désordre politique absolu, lié aux ambitions personnelles des Diadoques et qui soulignerait, par contraste, l’ordre alexandrin. Le comportement et les choix de Séleucos montrent au contraire que les soucis de légitimité furent au cœur des choix de certains chefs militaires ou administratifs49. Ils montrent aussi que la déliquescence du pouvoir royal et l’effacement du principe d’un pouvoir central restèrent assez progressifs. Dans ce contexte, chaque personnage d’importance dut adopter une stratégie différente en fonction de ses atouts. Certains, et en premier lieu Antigone, en raison de leur puissance précoce purent s’affranchir plus tôt du respect de l’équilibre de Triparadeisos, l’année 315 marquant de ce point de vue une étape décisive. Pour Séleucos en revanche, le maintien et la revendication de cet équilibre demeuraient encore en 315 le principal atout pour conserver la Babylonie. C’était alors deux ambitions qui s’affrontaient, axées sur des stratégies divergentes parce que fondées sur des sources de légitimité différentes et contradictoires.

Les enjeux du pouvoir satrapique de Séleucos

  • 50 Les chroniques ont été publiées par Smith 1924, Grayson 1975a, Del Monte 1997 et en traduction par (...)
  • 51 Sur tous ces points : Nicolet-Pierre 1999, notamment 302-304.

20Pour conserver son pouvoir sur la Babylonie, Séleucos avait à le revendiquer, à le justifier et à l’affirmer à l’extérieur, aux yeux de ses alliés et de ses concurrents. Mais il devait tout autant l’inscrire et l’éprouver dans le cadre satrapique. Il revenait ainsi à Séleucos, au-delà de la défense de ses intérêts, de contrôler et d’administrer la satrapie de Babylonie. La connaissance que l’on peut avoir des mesures prises par le satrape Séleucos pendant cette période reste très partielle. Elle s’appuie pour l’essentiel sur les chroniques babyloniennes et les calendriers d’observation astronomique qui, au-delà des campagnes militaires des Diadoques, évoquent à quelques reprises l’action du “satrape d’Akkad” au cours de ces années50. L’étude des frappes monétaires apporte toutefois quelques lumières complémentaires. Dans une étude sur les différentes frappes monétaires de l’atelier de Babylone entre 331 et 311, H. Nicolet-Pierre a montré en effet que, dans une période qu’il n’est pas possible de déterminer avec précision mais qui se situe peu après 323, les différentes frappes de Babylone (tétradrachmes “au lion”, dariques et doubles dariques, alexandres d’argent) semblent avoir été soumises à un contrôle commun à la suite d’une réorganisation notable du fonctionnement de l’atelier de Babylone. Il est possible que le long pouvoir satrapique de Séleucos, marqué par un affaiblissement de l’influence du “centre”, ait offert l’occasion pour une telle unification, ou intégration, de l’activité monétaire à Babylone, d’autant plus que, pour la période suivante plus troublée, H. Nicolet-Pierre constate à nouveau une divergence dans le contrôle des différentes frappes51.

  • 52 Tablettes BM 34660 et 36313 : Grayson 1975a, no 10, 25-26 et 115-119. Voir Sherwin-White 1987, 14- (...)
  • 53 Grayson 1975a, no 10, a, l. 9-12. Nous nous appuyons sur la traduction de G. Del Monte : l. 10-13  (...)
  • 54 A. Mehl émet l’hypothèse que Séleucos aurait pu tenter de rétablir le “mur mède” : Mehl 1986, 38 e (...)
  • 55 Sur l’action de résistance de Séleucos contre l’avancée d’Eumène en Babylonie : Diod. 18.6.3 et 19 (...)
  • 56 Grayson 1975a, no 10, a, l. 14-15. cf : Grayson 1975a, 115-119 et Del Monte 1997, 183-184. L’ident (...)
  • 57 Diod. 19.13.5. Diodore est d’ailleurs assez explicite sur ce point : Séleucos a voulu se débarrass (...)

21Entre 317 et 315, les décisions de Séleucos, telles qu’elles apparaissent dans la Chronique des Diadoques52, semblent liées aux campagnes militaires d’Eumène et d’Antigone. Au cours de l’année 317/316, il est question de l’emploi par Séleucos de sommes d’argent mais aussi de déploiements militaires dans certains points de la région, peut-être intervint-il également dans la fixation des prix des céréales53. Ces bribes de texte viennent confirmer que, dans cette période confuse et agitée, Séleucos dut consacrer beaucoup d’énergie au contrôle militaire et politique de sa satrapie. Selon la chronique, la sixième année du règne de Philippe (317-316) vit Séleucos déplacer et redéployer des troupes et peut-être utiliser l’argent du Trésor royal pour les payer. Ces actions visaient notamment à défendre non seulement Babylone, le centre de son pouvoir satrapique, mais peut-être aussi une partie du territoire, sans doute contre l’avancée contemporaine d’Eumène et des troupes royales en Mésopotamie puis en Babylonie54. Sur ces points, la chronique fait en partie écho au témoignage de Diodore sur la lutte en Babylonie dans l’année 317/316 a.C.55. Elle ne masque pas non plus les difficultés de Séleucos, peut-être contraint de laisser un temps les troupes royales s’emparer du palais de Babylone avant de le leur reprendre sans doute dans l’année 316/315 a.C.56. Il est en tout cas évident à partir de la Chronique des Diadoques et du précieux témoignage de Diodore que, dès 317, Séleucos eut les plus grandes difficultés pour contrôler une satrapie devenue une zone de passage des armées des principaux Diadoques. Et sans doute faut-il comprendre l’accord passé entre lui et Eumène dans l’hiver 317/316, pour que ce dernier puisse franchir le Tigre et poursuivre son chemin vers la Susiane, comme l’ultime moyen trouvé par Séleucos pour, à cette occasion, préserver son territoire57.

  • 58 L’expression accadienne récurrente dans le texte est la suivante : GAL. UKKIN KUR URIki (= muma’ (...)
  • 59 Au moins dans la première phase de la domination perse, la Babylonie était intégrée à la grande sa (...)

22Dans cette période, Séleucos ne fut pourtant pas le simple objet d’une histoire qui lui aurait été étrangère et sur laquelle il n’aurait eu de prise. Sa résistance politique et militaire à Eumène a été soulignée. Elle s’explique pour l’essentiel par sa charge de satrape de Babylonie qui lui permettait de fonder et d’exercer un pouvoir territorial. Sur ce point également les sources sont bien discrètes mais Diodore et les documents babyloniens offrent là encore des éléments permettant d’ébaucher une analyse du pouvoir du satrape Séleucos. Rappelons tout d’abord qu’en tant que “satrape d’Akkad”58 Séleucos fut reconnu par les Babyloniens eux-mêmes comme le dépositaire du pouvoir dans leur “pays”. Aux yeux des indigènes et en dehors de toute action, ce titre lui conférait de fait une autorité sur la satrapie en l’inscrivant dans une continuité, et donc aussi une légitimité administrative59. Le légalisme lexical des rédacteurs des chroniques et des calendriers est donc un indice de la reconnaissance par les Babyloniens de la domination macédonienne exercée alors par Séleucos même s’il faut convenir que cette reconnaissance était d’abord celle des élites et que, dans tous les cas, il s’agissait avant tout d’une attitude de résignation.

  • 60 Grayson 1975a, no 10, a : Del Monte 1997, 183-185, Glassner 1993, 207-209.

    l. 14 : “La 7ème année (...)
  • 61 Prophétie dynastique : publiée par Grayson 1975b, également traduite et commentée par S. Sherwin-W (...)

23Sur ce point important de la perception des Macédoniens par les populations babyloniennes, la Chronique des Diadoques établit la distinction entre “l’armée d’Akkad”, aux ordres de Séleucos, et “les Hanéens” (les Grecs) que le roi avait envoyés, sans doute sous le commandement d’Eumène60. L’autorité de Séleucos comme satrape légitime d’Akkad a donc pu induire le développement d’une perception “nationale” des événements en Babylonie. Définis comme Hanéens, les adversaires de Séleucos étaient ainsi placés sur le même plan qu’Alexandre dans le texte de la Prophétie dynastique, texte hostile aux Macédoniens où le Conquérant était décrit comme un envahisseur étranger à l’origine de grands malheurs pour la Babylonie61. Les bons rapports entre Séleucos et la population babylonienne, que l’on déduit de l’accueil favorable dont il bénéficia à son retour en 312, pourraient trouver leurs racines dans l’acceptation par les Babyloniens du satrape Séleucos comme chef légitime d’Akkad, dans le contexte plus général d’autonomisation progressive des satrapies. Il est en effet probable que Séleucos eut conscience de la relative faiblesse de sa position en regard de certains autres Diadoques. Mais le contrôle de sa satrapie lui permettait de mettre en place une collaboration avec les élites locales dans le but d’élargir et d’affermir les bases de son pouvoir. Tout indique en somme qu’entre 320 et 315 Séleucos ne resta pas “étranger” à la région dont il avait la charge.

  • 62 Diod. 19.12.1. Pour la résistance de Séleucos sur l’Euphrate : Diod. 18.63.3.
  • 63 Diod. 19.12.5.

24Selon Diodore, en 317/316 Eumène pénétra sans grande difficulté en Babylonie et passa l’hiver dans “les villages cariens” de la région, après avoir été un temps contenu sur les bords de l’Euphrate par Séleucos62. Le représentant des rois se trouvait alors sur le territoire de Séleucos mais ce n’est qu’après l’hiver que l’opposition du satrape à la présence de l’armée d’Eumène devait à nouveau s’exprimer lorsque celui-ci tenta de franchir le Tigre63. L’épisode est révélateur non seulement des moyens – limités – de Séleucos mais aussi de la perception que le satrape de Babylonie avait de son espace. Cette perception ne reposait pas sur une conception territoriale stricte, fondée sur des frontières qu’il aurait fallu défendre en permanence et à tout prix. Il est bien évident que l’intention de Séleucos était de maintenir son pouvoir sur la satrapie mais cette conservation passait par la défense des points stratégiques, des centres de pouvoir comme Babylone, et de ses prérogatives, quitte à abandonner une grande partie du territoire à une armée ennemie ou extérieure. On tirera de ces observations des enseignements qui valent très certainement aussi pour l’ensemble des satrapes en fonction dans cette période de lutte entre Diadoques.

  • 64 Diodore rappelle en effet que Séleucos reçut à Babylone, et avec tous les honneurs, Antigone et so (...)
  • 65 Sur cette question de l’autorité sur les trésors satrapiques, P. Goukowsky a émis l’hypothèse que (...)
  • 66 En Susiane, Antigone nomma en effet Séleucos satrape du pays et lui ordonna de faire le siège de l (...)

25Il faut tout d’abord noter la dissociation entre l’autorité du satrape et l’intégrité du territoire de la satrapie. Le pouvoir satrapique ne s’appuyait pas alors sur une conception patrimoniale de l’espace ; il se manifestait d’abord par l’autorité sur les troupes de la satrapie et par la maîtrise des fonds du Trésor. On sait qu’après la défaite d’Eumène, le conflit entre Antigone et Séleucos sur la question du contrôle des revenus satrapiques mit ainsi pleinement en jeu l’autorité du satrape Séleucos, alors qu’avait été acceptée sans conflit la présence massive de l’armée d’Antigone à Babylone64. L’espace satrapique n’était donc pas encore l’espace du satrape mais Séleucos n’accepta pas pour autant que son pouvoir soit contesté sur la question essentielle du contrôle du Trésor royal. Cette expression ambiguë de l’autorité de Séleucos est révélatrice du mouvement de transition entre une période d’unification de l’empire, sous l’autorité d’Alexandre, et les affirmations d’indépendance territoriale des Diadoques, prolongées ensuite par la fondation des royaumes65. Représentant du pouvoir royal, Séleucos n’était pas encore entre 320 et 315 un dynaste avant tout soucieux de préserver l’intégrité territoriale de son domaine. Reconnaissant ainsi son appartenance à un système de relations dont il n’était pas la clef de voûte, il tenta dans le même temps de conserver ses prérogatives contre la volonté d’Antigone dont l’autorité pouvait sembler supérieure sans être pour autant incontestable dans les conditions politiques du moment66.

  • 67 Diod. 19.55.5. Selon I. Savalli-Lestrade, ces hippeis auraient en fait été des “Compagnons” (hetai (...)
  • 68 Diod. 19.56.1-3.
  • 69 Diod. 19.90.1-2.

26Le conflit avec Antigone contraignit Séleucos à quitter la Babylonie. Selon Diodore, il fuit en Égypte avec cinquante “cavaliers”67. Accueilli par Ptolémée, Séleucos s’efforça de convaincre les autres Diadoques des menaces que l’attitude d’Antigone fait peser sur tous les personnages d’importance, en envoyant notamment “certains de ses Amis (φίλοι) auprès de Cassandre et de Lysimaque” après avoir lui-même évoqué ces menaces avec Ptolémée68. Tout indique donc que Séleucos quitta la Babylonie avec son entourage qu’il sut d’ailleurs entretenir puisque ses philoi lui apportèrent leur soutien en 312 au moment de recouvrer son ancienne satrapie69. Séleucos s’était ainsi constitué une sorte de “cour” satrapique de fidèles ou d’obligés qui le suivirent dans son exil égyptien. Et il faut bien que les liens entre Séleucos et ces personnages aient été solides pour que ces derniers aient choisi la fuite avec Séleucos plutôt que le ralliement à la puissance affirmée d’Antigone, d’autant que l’absence de conflit ouvert avec Séleucos et Antigone excluait a priori toute représaille.

  • 70 Diod. 19.91.3. Il est possible que Polyarchos ait été placé quelques années auparavant sous l’auto (...)
  • 71 Diod. 19.91.4. Le mot pais est ici ambigu. S’agit-il vraiment des “pages” de Séleucos ou bien de s (...)
  • 72 On ne peut toutefois négliger le fait qu’en 312, après la mort du satrape de Babylonie Peithon à G (...)

27Il n’est pas impossible que certains de ces philoi soient restés sur le sol babylonien puisque, en 312, Séleucos reçut le soutien de Polyarchos, le responsable d’un district administratif70 puis libéra à Babylone ceux de ses philoi et de ses “Pages” qui avaient été placés sous surveillance par Antigone à la suite de son départ pour l’Égypte71. Ces événements rapportés par Diodore confirment l’existence d’un réseau de fidélité mis en place par Séleucos pendant les quatre années passées à la tête de la Babylonie. Ce réseau fut de toute évidence maintenu durant l’exil en Égypte, du moins pour ceux des philoi qui l’avaient suivi. Loin d’avoir été simplement circonstancielles, ces fidélités, fondées avant tout sur la philia personnelle entre Séleucos et les membres de son entourage, doivent être comprises comme le fruit de la construction consciente, délibérée et efficace d’un réseau de relations nécessaire à la défense ou à l’affirmation d’un pouvoir territorial72.

  • 73 Savalli-Lestrade 1998, 321-333.
  • 74 Savalli-Lestrade 1998, 323.
  • 75 Diod. 19.90.1 ; 19.91.4.
  • 76 Savalli-Lestrade 1998, 324 n. 132. Sur ce point également : Briant 1996, 950 et sur la question de (...)

28La stratégie de Séleucos sur ce point s’inscrivit dans le contexte plus large du développement des dynasteiai après la mort d’Alexandre. I. Savalli-Lestrade a montré combien la constitution d’un entourage de philoi avait été un élément important dans l’affirmation des pouvoirs territoriaux des Diadoques et d’autres chefs militaires73. Antigone, Démétrios, Eumène, Cassandre ou Ptolémée s’appuyèrent ainsi sur un entourage d’Amis ou de Compagnons, mais ce phénomène est aussi vrai de personnages plus modestes comme Nikanôr, satrape de Cappadoce puis de Médie, ou encore Peukestas, le satrape de Perse nommé par Alexandre et déchu par Antigone. Pour I. Savalli-Lestrade, à l’époque des Diadoques, “les Amis témoignent [désormais] du poids des relations privées d’amitié dans l’essor d’un pouvoir personnel”74. Il reste que ces philoi ne sont pas de simples partisans hors de tout cadre institutionnel. Notons d’abord qu’ils restent dans cette période les héritiers directs du modèle des hetairoi argéades qui inspire manifestement les nouveaux “dynastes” lors de la mise de place de leur propre philia. L’exemple de Séleucos, qui s’entoure de philoi mais aussi de “Pages”75, souligne en outre la permanence d’institutions plus anciennes et non spontanées comme l’école de Pages, institution sans doute maintenue dans le cadre satrapique et sous l’autorité du satrape depuis Alexandre et en partie selon le modèle achéménide pour les régions orientales de l’empire76. Il était alors aisé pour un satrape d’exploiter ce cadre traditionnel pour forger un groupe de fidèles.

  • 77 De sa propre initiative Séleucos décida ainsi d’envoyer des ambassadeurs choisis parmi ses philoi (...)

29Dans le cas de Séleucos il est certain que le groupe des Amis et des Pages prit corps en Babylonie entre 320 et 315. Dans les années qui suivirent, la fidélité de ces compagnons fut confirmée malgré la perte par Séleucos de tout pouvoir territorial entre 315 et 312. Bien que réfugié auprès de Ptolémée, Séleucos ne fut pas simplement absorbé dans la structure de pouvoir lagide : lui et son groupe d’Amis demeurèrent comme un corps étranger et autonome et leur position fut celle d’alliés77. Formellement Séleucos était alors à Alexandrie un satrape en exil, illégalement empêché d’exercer son pouvoir légitime sur la Babylonie. Dans ce contexte le groupe des philoi lui permit de ne pas apparaître comme un homme isolé et de conserver certains attributs d’un pouvoir potentiel et en suspens. Fondé autour du satrape en Babylonie et signe extérieur de pouvoir, ce groupe joua de toute évidence un rôle dans le désir de Séleucos de recouvrer son ancienne satrapie. L’ambition personnelle de Séleucos s’inscrivait alors dans un projet collectif de retour en Babylonie qui, pour les uns et les autres et à différents niveaux, symbolisait la reconquête d’un pouvoir ou permettait d’en espérer des bénéfices.

  • 78 Diodore mais aussi la Chronique des Diadoques témoignent très clairement du rôle militaire joué pa (...)
  • 79 Diodore rapporte qu’en 314 les cités de Carie s’allièrent “à Ptolémée et à Séleucos” : Diod. 19.68 (...)

30Les années de pouvoir satrapique de Séleucos en Babylonie, entre 320 et 315, constituèrent à plus d’un titre une période fondamentale pour la mise en place et l’affirmation postérieures du pouvoir séleucide. Alors que Séleucos n’était en 320 qu’un simple satrape, la légitimité acquise dans l’administration de la Babylonie, d’une part, et la résistance à la menace d’Eumène et aux empiètements d’Antigone, d’autre part, le hissèrent progressivement jusqu’au statut de dynaste pouvant jouer un rôle dans le nouveau contexte de la fin de l’empire unitaire et dans la compétition ouverte entre les principaux Diadoques. Avec retard par rapport à Eumène, Antigone ou Ptolémée, Séleucos épousa ainsi, au cours de ces années et dans cette fonction, le parcours des autres Diadoques en passant du statut d’administrateur agissant au nom du roi à celui de prétendant à un pouvoir indépendant. Le catalyseur de cette transformation fut le pouvoir de Séleucos sur la Babylonie. Il permettait d’abord d’exercer un commandement militaire sur les troupes satrapiques78. Or, Séleucos n’avait jusqu’alors pas eu d’expérience de commandement d’une unité territoriale. Mais la fonction de satrape rendait possible aussi l’inscription du pouvoir de Séleucos dans un espace en suscitant des fidélités parmi les populations locales. Ce pouvoir territorial permettait enfin la cristallisation autour de Séleucos d’un réseau de philoi sur lequel Séleucos pouvait prendre appui pour affirmer son autorité et qui constituait de plus en plus la marque symbolique d’un pouvoir indépendant79.

  • 80 Cette date devait en tout cas marquer le début de l’ère séleucide qui, sur le plan symbolique au m (...)
  • 81 Le retour en Babylonie semble avoir été une action pensée et exécutée avant tout par Séleucos et s (...)
  • 82 muma’’eru ou mu’erru : sur ce terme Del Monte 1997, 18-20 et 188.
  • 83 Grayson 1975a, no 10, rev. l. 4 ; Del Monte 1997, 189.
  • 84 En principe Alexandre IV restait le roi, son nom apparaît dans les formules de datation des docume (...)

31Si la reconquête de la Babylonie sur Antigone en 312 marqua le début d’un pouvoir – presque80 – continu de Séleucos sur cette région, puis sur une grande partie de l’Orient hellénisé, les conditions de légitimation symbolique et de mise en place concrète de ce pouvoir sont à chercher dans les quatre années où Séleucos fut satrape de la région entre 320 et 315. Cela dit, l’effort de reconquête devait lui conférer une légitimité supplémentaire. À partir de 312, cette légitimité tirée de la conquête l’emporta en effet sur les autres considérations car c’était désormais de son propre fait et par son seul mérite que Séleucos était à nouveau le maître de la Babylonie81. Il l’était surtout redevenu sans être intégré à une structure de pouvoir plus large. Alors qu’entre 317 et 315 les chroniques babyloniennes lui avaient accordé le titre administratif de satrape82, à partir de 312-311 les mêmes documents lui reconnaissaient celui de stratège83 que désormais il partageait avec les autres Diadoques. Le vocabulaire reflète ici très nettement le changement de position de Séleucos qui, dans l’esprit si ce n’est encore dans les faits, avait désormais les mains libres pour affirmer ses revendications84.

Notes

1 L’auteur de cet article n’oublie pas que c’est à l’occasion d’un cours de licence du Professeur Pierre Debord qu’il entendit parler pour la première fois du royaume séleucide. Puisse cette contribution être à la hauteur de la dette contractée alors.

2 En dernier lieu sur ces questions : Bosworth 2002. À partir de l’exemple d’Eupolémos en Carie, R. Descat a évoqué ces questions d’enchâssement des pouvoirs pour la haute époque hellénistique : Descat 1998.

3 La date de la conférence de Triparadeisos a fait l’objet de discussions. En rapprochant les indications du marbre de Paros (FGrHist 239 B11) de celles de la chronique babylonienne “des Diadoques” (BM 34660 r 4, Grayson 1975a, 25-26), M. Errington a montré que la mort de Perdiccas devait être datée du printemps 320 et non de 321 : Errington 1970, 75-77. Sur ce point de chronologie : Mehl 1986, 29-30 et surtout la mise en point complète de Schober 1981, 46-73. Sur la nomination de Séleucos : Boiy 2004, 119. La redistribution des satrapies à Triparadeisos est connue par les témoignages parallèles d’Arrien (FGrHist 156 F 9, 34-38) et de Diodore (18.39.5-7).

4 Strabon 15.731 ; sur ce point : Schachermeyr 1970, 74-77 ; Van der Spek 1987, 58.

5 Will 1979, 40-43. Mehl 1986, 25-27. Les circonstances exactes du meurtre de Perdiccas restent obscures. Selon Nepos (Eum., 5, 1), Séleucos serait avec Antigénès un des deux meurtriers. Son nom n’apparaît cependant pas dans les autres sources : Diodore (18.36.5) évoque par exemple un complot des officiers menés par Peithon alors que Pausanias (1.6.3) implique les sσωματοφύλακες. Dans tous les cas, l’ensemble de l’entourage de Perdiccas semble concerné par le meurtre. Membre de cet entourage, Séleucos n’a pas pu faire exception. Sur le silence d’Appien quant la participation de Séleucos au meurtre de Perdiccas : Marasco 1982, 45-47. Appien reprend ici sans doute une tradition philoséleucide qui minorait la responsabilité de Séleucos dans le meurtre. Il en va de même pour Libanios (Or. 11.79).

6 Sur ces points : Mehl 1986, 13-14 et 22-24.

7 À Triparadeisos, Antigone est nommé “stratège des forces royales”, il obtient le titre plus large de “stratège de l’Asie” peu de temps après, au moment du départ d’Antipatros pour l’Europe. Cf. : Bengtson 1937, 96-106 ; Briant 1973, 229-234 ; Will 1979, 40-43.

8 Beloch 1925, 91-92. Bengtson considère que ce n’est que plus tard que Peithon usurpa cette fonction : Bengtson 1937, 179.

9 Sur le rôle et les ambitions de Peithon au moment de la révolte des Grecs de Bactriane : Diod. 18.7 ; Bengtson 1937, 117-118.

10 Green 1997, 17.

11 L’examen de l’attribution de la plupart des satrapies conduit à constater que le partage de Babylone s’inscrivait encore dans une logique d’administration globale de l’empire conquis (Diod. 18.3.1-5). Les luttes de 322-320 entre les Diadoques modifièrent notablement la perspective pour le partage de 320, qui apparaît avant tout comme une répartition des zones d’influence.

12 Une conception de cet ordre transparaît dans la présentation d’Éd. Will (1979, 36-38).

13 Cette date de prise de fonction est tirée de la Chronique des Diadoques : Grayson 1975a, no 10, l. 6. Sherwin-White 1987, 14 conclue à une prise de fonctions en 319 mais il s’agit d’une erreur de lecture modifiée dans Kuhrt/Sherwin-White 1994, 318.

14 Diod. 19.91.1-2 ; commentaires de Schober 1981, 95-96 et de Mehl 1986, 41-42.

15 Diod. 19.55.3.

16 La sollicitation de la figure d’Alexandre était alors un topos du discours des Diadoques qui invoquaient volontiers leur action aux côtés du Conquérant pour justifier leur pouvoir. À ce titre, la négociation de 316 en Susiane entre Eumène, Antigénès, le chef des Argyraspides, et Peukestas, le satrape de Perse, sur la question du commandement de l’armée fut exemplaire ; l’argument invoqué de façon récurrente par chacune des parties pour justifier ses prétentions fut précisément le rôle joué auprès d’Alexandre : Diod. 19.15.1-3. En outre, le rôle de l’assemblée des Macédoniens à Triparadeisos reste assez discuté et le partage des satrapies et des fonctions se fit entre quelques personnages de très haut rang et, avant tout, sous le contrôle d’Antipatros : Mehl 1986, 60.

17 Il ne s’agit pas ici de discuter dans le détail de la place et de l’évolution de l’assemblée des Macédoniens. Ce point a fait l’objet de nombreuses études, notamment Granier 1931, Aymard 1950, Briant 1973, Errington 1978, Anson 1991. Sur l’évolution du rôle de l’assemblée macédonienne après la mort d’Alexandre : Anson 1991, 244-247. E. M. Anson montre que Triparadeisos marqua une sorte d’apogée du pouvoir de l’assemblée de l’armée macédonienne. D’assemblée d’approbation, elle devint alors un moyen d’action dans les mains des chefs. Anson rejoint en partie les positions d’Errington qui souligne également le poids de l’assemblée des Macédoniens à Triparadeisos, en montrant que ce rôle politique ne s’inscrivait en aucune façon dans les traditions macédoniennes et qu’il apparut dans les circonstances particulières créées par la mort d’Alexandre. Devant la faiblesse du pouvoir royal, les assemblées de soldats jouèrent alors un rôle important dans les luttes entre Diadoques : Errington 1978, 115-116 et 121). Sur ce point également Mehl 1986, 60-61.

18 Rappelons que Diodore est le seul à apporter un témoignage sur ce point (Diod. 19.15.1-3), celui-ci ne peut donc être recoupé. Cela dit, la forme de l’argumentaire de Diodore et l’exploitation probable de Hiéronymos de Cardia le rendent très crédible. Sur Hiéronymos source de Diodore : Hornblower 1981, 32-39 et Klinkott 1999, 54-55. L’exploitation à but de propagande de la figure d’Alexandre par Séleucos s’exprima à nouveau, et avec beaucoup plus de force, en 312 lorsque Séleucos justifia sa reconquête de la Babylonie puis son anabase par l’exemple d’Alexandre et le rôle que lui-même avait joué auprès du Conquérant : Diod. 19.90.1-5. Sur ces aspects : Goukowsky 1978, 126-128 et 328.

19 Diod. 18.63.2. La fonction officielle d’Eumène telle qu’elle lui avait été reconnue par les rois est précisée par Diodore (18.62.2), il était “στρατγὸς τῆς ὅλἡς Ἀσίαη αὐτοκράτωρ”. Sur cette fonction, qui faisait d’Eumène le représentant du pouvoir royal : Bengtson 1937, 120-125.

20 Diod. 18.63.3. Séleucos fit notamment briser la digue d’un canal pour inonder le camp d’Eumène.

21 Diod. 19.12.1.

22 Diod. 19.12.1.

23 Diod. 19.12.2.

24 Funk 1974, 507.

25 Diod. 18.58.1 ; Plut., Eum. 13, 1 : Plutarque évoque les lettres de Polyperchon et de Philippe à Eumène et à Antigénès et Teutamos, les chefs des Argyraspides.

26 Diod. 19.13.7.

27 Diod. 19.15.5.

28 Dans l’attitude des satrapes orientaux il est difficile de faire le partage entre le respect scrupuleux des ordres royaux et l’intérêt qu’ils avaient en dehors de toute consigne royale à unir leurs forces à celles d’Eumène pour lutter contre Peithon : Diod. 19.13.7. Schober 1981, 77-80.

29 L’attitude légitimiste de Séleucos à cette occasion devait trouver un écho quelques années plus tard. Entre 311 et 305 les documents babyloniens furent datés du règne d’Alexandre IV alors que Séleucos exerçait sans conteste un pouvoir personnel sur la Babylonie et que le jeune Alexandre était mort en 310 ! Antigone au contraire avait fait dater les documents babyloniens par son nom et le nombre d’années de sa domination en Babylonie. Au-delà des raisons stratégiques qui expliquent ces choix différents, il est indéniable que Séleucos entendait tenir compte de la légitimité royale alors même qu’elle n’avait plus vraiment de sens : Joannès 1979-80, 110.

30 Dans un but plus large de soumission de l’ensemble de l’Orient, Antigone devait employer des arguments proches de ceux de Séleucos dans des lettres envoyées aux satrapes des régions orientales et aux Macédoniens les invitant à ne pas suivre Eumène : Diod. 19.25.1-7.

31 Le ralliement d’Amphimachos n’est pas clairement signalé par Diodore, mais sa participation à la bataille de Paraitakénè aux côtés d’Eumène en 316 en porte témoignage : Diod. 19.27.4.

32 Schober 1981, 80.

33 Diod. 19.13.5 : Juste après avoir laissé passer Eumène en Susiane, Séleucos envoya des courriers à Antigone, qui se trouvait alors en Mésopotamie, pour qu’il lui apporte son secours. Le conflit qui devait surgir entre Antigone et Séleucos sur l’administration de la Babylonie renforce l’idée que la résistance à Eumène et l’appel à Antigone ne procédait pas du refus d’une soumission (à Eumène) et de l’acceptation d’une autre (celle d’Antigone) mais plutôt du respect des charges attribuées à Triparadeisos. Sur ce point, nous ne suivons pas l’opinion d’A. Mehl qui explique l’attitude de Séleucos par le refus de toute autorité qui lui aurait été supérieure, Eumène dans un premier temps, Antigone en 315 : Mehl 1986, 61. En faisant appel à Antigone Séleucos reconnaissait sa position de Stratège de l’Asie, le conflit entre les deux hommes n’émergea que lorsque Séleucos juge qu’Antigone sort du cadre de ses prérogatives.

34 Nous pensons notamment à Antigone, Eumène, Ptolémée, Cassandre ou Polyperchon qui tous, d’une façon ou d’une autre, pouvaient à ce moment avoir l’ambition d’un pouvoir étendu à une partie importante de l’empire, voire à sa totalité.

35 Diod. 19.13.5.

36 Diod. 19.17.1.

37 Antigone joua cependant un rôle prédominant non seulement dans la lutte contre Eumène mais aussi dans la réorganisation administrative des régions qui passèrent sous son contrôle. De son propre fait, Antigone nomma ainsi Séleucos satrape de Susiane : Diod. 19.18.1.

38 Pour un bilan de l’action de réorganisation de l’Orient hellénisé par Antigone après la victoire sur Eumène : Schober 1981, 83-86.

39 Diod. 19.55.2-5.

40 App., Syr., 53.

41 Mehl 1986, 56-57.

42 Diod. 19.46.6 ; 19.48.7 : Antigone utilisa alors les trésors d’Ecbatane, Persépolis et Suse.

43 Diod. 19.56.1.

44 Ce fut le cas à Babylone et à Triparadeisos notamment. Il est bien évident cependant que ces partages n’étaient pas des lieux de véritable négociation et qu’ils entérinaient dans une très large mesure les rapports de forces existants. Ce fut notamment le cas lors de la condamnation d’Eumène et des partisans de Perdiccas à Triparadeisos. Cela dit, l’existence de ces lieux de médiation et la dimension normative des décisions prises permettaient d’établir un référent à opposer à la violence et au simple rapport de forces.

45 Ces relations établissaient des rapports de φιλία entre ces Successeurs qui impliquaient une forme de respect des droits de chacun. Diodore (19.85.3) rappelle ainsi qu’Antigone priva Séleucos de ses droits sur la Babylonie malgré la φιλία qui les unissait.

46 Après le récit de la bataille de Gaza en 312, Diodore rappelle que les motifs du conflit contre Antigone et Eumène étaient constitués aux yeux de Ptolémée et de Séleucos par le refus du partage des territoires conquis en commun et (précisément pour Séleucos) par la rupture des engagements d’Antigone qui contre toute justice (παρὰ πάντα τὰ δίκαια) avait enlevé à Séleucos sa satrapie : Diod. 19.85.3.

47 De ce point de vue il faut associer à Séleucos d’autres satrapes orientaux comme Peithon ou Peukestas, le satrape de Perse.

48 En 315 ou 314 à Tyr, Antigone sollicita les soldats et les civils dans un but de propagande pour condamner Cassandre. Mais il s’agissait là d’une utilisation strictement personnelle d’une assemblée pour justifier son propre pouvoir : Diod. 19.61.1. L’“assemblée” n’était plus du tout une occasion de négociation ni même de sanction d’un compromis mais au contraire le moment d’une célébration. La même remarque peut être faite à propos de la cérémonie à Antigoneia au moment de la prise du titre royal par Antigone et Démétrios : Plut., Dem., 17.4 ; 18.1. En 315, l’ultimatum envoyé à Antigonos par Lysimaque, Ptolémée et Cassandre avait pour but un rééquilibrage des pouvoirs asiatiques entre les principaux Diadoques (Diod. 19.57.1) ; il constituait sans doute la base d’une négociation qui aurait pu suivre le modèle de Triparadeisos. La brutale fin de non-recevoir d’Antigone (Diod. 19.57.2) confirme que ce mode de régulation des rapports entre Diadoques était alors largement périmé. Le témoignage de Diodore montre que cette évolution était en grande partie liée à l’attitude d’Antigone dont il faut souligner le rôle initiateur et moteur des transformations dans les rapports politiques au cours de la décennie qui suivit la mort d’Alexandre.

49 Les lettres royales transmises par Eumène en Cilicie ou lorsqu’il arriva dans la partie orientale de l’empire permirent ainsi d’obtenir le ralliement des gardiens de trésors royaux, des Argyraspides et de certains satrapes : Diod. 18.58.1 ; 19.13.7 ; 19.15.5.

50 Les chroniques ont été publiées par Smith 1924, Grayson 1975a, Del Monte 1997 et en traduction par Glassner 1993. Pour les calendriers d’observations astronomiques : Sachs & Hunger 1988 et 1989 et Del Monte 1997.

51 Sur tous ces points : Nicolet-Pierre 1999, notamment 302-304.

52 Tablettes BM 34660 et 36313 : Grayson 1975a, no 10, 25-26 et 115-119. Voir Sherwin-White 1987, 14-18.

53 Grayson 1975a, no 10, a, l. 9-12. Nous nous appuyons sur la traduction de G. Del Monte : l. 10-13 : “Année 7 de Phi(lippe). En Ulūlu le satrape d’Akkad… les plantes…, l’argent de l’argent […] et établit toute l’armée d’Akkad. De l’argent dans [… Les troupes d’]Akkad les portes de Tāb-Supūršu, les murs de Bors[ippa…]”.
On constate que sur la fixation éventuelle du prix des céréales le texte reste très obscur. Cette hypothèse est soutenue par B. Funk (1974, 508), elle a été reprise par A. Mehl (1986, 42-43). Mais cette interprétation est jugée abusive par Éd. Will (1979, 43). Elle n’est pas plus reprise dans la traduction et le commentaire que Del Monte donne de la chronique : Del Monte 1997, 184-189. L’état de conservation du document incite en tout cas à la plus grande prudence sur ce point comme d’ailleurs sur le reste du texte.

54 A. Mehl émet l’hypothèse que Séleucos aurait pu tenter de rétablir le “mur mède” : Mehl 1986, 38 et 46.

55 Sur l’action de résistance de Séleucos contre l’avancée d’Eumène en Babylonie : Diod. 18.6.3 et 19.12-13. G. Del Monte développe les rapports entre le texte de la chronique et le témoignage de Diodore en évoquant notamment les questions de chronologie et de calendrier : Del Monte 1997, 184-189.

56 Grayson 1975a, no 10, a, l. 14-15. cf : Grayson 1975a, 115-119 et Del Monte 1997, 183-184. L’identité des troupes royales est douteuse : il s’agit très probablement des troupes laissées par Eumène mais il n’est pas exclu que le texte désigne des soldats d’Antigone dont le nom apparaît dans le même passage.

57 Diod. 19.13.5. Diodore est d’ailleurs assez explicite sur ce point : Séleucos a voulu se débarrasser de la présence d’Eumène.

58 L’expression accadienne récurrente dans le texte est la suivante : GAL. UKKIN KUR URIki (= muma’’eru ou mu’erru : Satrape de (toponyme, ici Akkad)”. Nous suivons sur ce point la traduction de G. Del Monte (Del Monte 1997, 184).

59 Au moins dans la première phase de la domination perse, la Babylonie était intégrée à la grande satrapie “de Babylonie et d’Ebir Nāri (Transeuphratène)”. Au cours du ve siècle, cette unité disparut ; la Babylonie devint alors une satrapie à part entière et le resta après la conquête d’Alexandre et le partage de Babylone. Cf. Briant 1996, 500-501, 560-561 et 618.

60 Grayson 1975a, no 10, a : Del Monte 1997, 183-185, Glassner 1993, 207-209.

l. 14 : “La 7ème année (du règne) de Philippe : au mois de Tasrit l’armée du roi qui [stationnait]
à […]
l. 15 : […] leur prit dans la bataille le palais de Babylone et les tr[oupes (?)…]
l. 16 : [… de Séleucos] le satrape d’Akkad des baraquements de roseaux […]
l. 17 : […] les Hanéens que le roi [avait installés] pour renforcer les postes de garde entre
l. 18 : […] Antigone […] le satrape d’[Akkad]”

61 Prophétie dynastique : publiée par Grayson 1975b, également traduite et commentée par S. Sherwin-White : Sherwin-White 1987, 10-14. Sur Alexandre et la Babylonie en se fondant notamment sur ce texte : Briant 1996, 883.

62 Diod. 19.12.1. Pour la résistance de Séleucos sur l’Euphrate : Diod. 18.63.3.

63 Diod. 19.12.5.

64 Diodore rappelle en effet que Séleucos reçut à Babylone, et avec tous les honneurs, Antigone et son armée juste avant que n’éclate le conflit entre les deux hommes : Diod. 19.55.2-3. Il n’est pas du tout certain qu’Antigone ait voulu se débarrasser de Séleucos comme il avait supprimé Peithon. L’enjeu n’était pas véritablement le maintien de Séleucos à la tête de la satrapie, comme cela avait été le cas avec Peukestas, il s’agissait plus exactement de définir l’autorité souveraine.

65 Sur cette question de l’autorité sur les trésors satrapiques, P. Goukowsky a émis l’hypothèse que le partage de Babylone aurait marqué la fin de l’autorité royale sur les revenus satrapiques et le début de la pleine indépendance des satrapes dans ce domaine : cf : Goukowsky 1978, 202. L’idée est séduisante, mais il faut rappeler que les ordres des rois et de Polyperchon demandant que l’on fournisse de l’argent à Eumène furent appliqués par les responsables régionaux des trésors. L’autorité des rois dans ce domaine ne disparut donc pas totalement en 318/317. Il nous semble que ce fut plutôt la conférence de Triparadeisos qui introduisit plus de liberté pour les satrapes, et notamment un contrôle plus autonome des revenus satrapiques.

66 En Susiane, Antigone nomma en effet Séleucos satrape du pays et lui ordonna de faire le siège de la citadelle de Suse : Diod. 19.18, 1.

67 Diod. 19.55.5. Selon I. Savalli-Lestrade, ces hippeis auraient en fait été des “Compagnons” (hetairoi). Diodore aurait confondu les deux significations du terme hetairoi : “compagnon” et “cavalier” : cf. Savalli-Lestrade 1998, 95.

68 Diod. 19.56.1-3.

69 Diod. 19.90.1-2.

70 Diod. 19.91.3. Il est possible que Polyarchos ait été placé quelques années auparavant sous l’autorité de Séleucos. Rien n’indique que Polyarchos occupait la fonction de satrape de la région en l’absence de Peithon, comme l’affirme H. Bengtson (1964, 184).

71 Diod. 19.91.4. Le mot pais est ici ambigu. S’agit-il vraiment des “pages” de Séleucos ou bien de ses propres enfants ? Selon E. Bevan le texte de Diodore fait référence à des pages ou des cadets : Bevan 1902, 54. En revanche, en se fondant sur le témoignage de Libanios (Or., 11.82), A. Mehl est tenté de voir dans ces personnes libérées la famille même de Séleucos (Mehl 1986, 94-95). Rien ne permet de trancher définitivement entre ces différentes hypothèses, mais le récit de Diodore qui évoque les philoi avant les paides oriente plutôt vers l’acception aulique du terme.

72 On ne peut toutefois négliger le fait qu’en 312, après la mort du satrape de Babylonie Peithon à Gaza (Diod. 19.85.2-3) et en raison de l’éloignement d’Antigone, Séleucos incarnait un pouvoir disponible auquel il pouvait paraître simple et sage de se rallier comme le firent les colons de Carrhae ou Polyarchos : Diod. 19.91.1 et 3.

73 Savalli-Lestrade 1998, 321-333.

74 Savalli-Lestrade 1998, 323.

75 Diod. 19.90.1 ; 19.91.4.

76 Savalli-Lestrade 1998, 324 n. 132. Sur ce point également : Briant 1996, 950 et sur la question de la double tradition, à la fois macédonienne et perse, d’un corps de pages : Briant 1994, 298-302.

77 De sa propre initiative Séleucos décida ainsi d’envoyer des ambassadeurs choisis parmi ses philoi à Cassandre et à Lysimaque : Diod. 19.56.3. Le harcèlement par Séleucos des positions antigonides le long des côtes phéniciennes et d’Asie Mineure semble avoir été une entreprise lancée bien sûr en accord avec Ptolémée mais pleinement sous la responsabilité de Séleucos : Diod. 19.58.5 et 19.68.3. Enfin, à Gaza, Séleucos combattit à part entière aux côtés de Ptolémée, avec des troupes lagides, mais non dans l’armée de Ptolémée : Diod. 19.80-84.

78 Diodore mais aussi la Chronique des Diadoques témoignent très clairement du rôle militaire joué par le satrape d’Akkad dans cette période : Diod. 19.27.1, par exemple ; Grayson 1975a, no 10.

79 Diodore rapporte qu’en 314 les cités de Carie s’allièrent “à Ptolémée et à Séleucos” : Diod. 19.68.2. L’existence de l’entourage dut jouer un rôle dans le fait que Séleucos puisse s’allier aux cités cariennes en toute autonomie par rapport à Ptolémée.

80 Cette date devait en tout cas marquer le début de l’ère séleucide qui, sur le plan symbolique au moins, affirmait une continuité du pouvoir séleucide sur la région. Il est bien évident qu’entre 312 et 307 la réalité de la lutte entre Séleucos et les troupes antigonides pour le contrôle de la Babylonie fit que la continuité du pouvoir de Séleucos sur l’ensemble de la Babylonie fut plus que relative.

81 Le retour en Babylonie semble avoir été une action pensée et exécutée avant tout par Séleucos et son entourage même si Ptolémée devait apporter son soutien et son aide concrets à cette tentative : Diod. 18.86.5. Appien parle ainsi de 1000 fantassins et 300 cavaliers (App., Syr., 54) alloués par Ptolémée contre 800 fantassins et 200 cavaliers selon Diodore (19.90.1).

82 muma’’eru ou mu’erru : sur ce terme Del Monte 1997, 18-20 et 188.

83 Grayson 1975a, no 10, rev. l. 4 ; Del Monte 1997, 189.

84 En principe Alexandre IV restait le roi, son nom apparaît dans les formules de datation des documents babyloniens (Sachs/Hunger 1988 : no 309 droit l. 14 ; no 308 droit l. 1), mais le titre de Séleucos, stratège, lui accordait beaucoup plus de liberté que celui de satrape dans la mesure où le satrape restait politiquement et symboliquement “attaché” à sa province et fermement intégré à une structure de pouvoirs qui le dépassait.

Auteur

Maître de conférences, Université de Poitiers

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540