Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

L’Asie Mineure et l’Orient

De Thémistocle à Lamartine. Remarques sur les concessions de terres et de villages en Asie mineure occidentale, de l’époque achéménide à l’époque ottomane

Pierre Briant

Texte intégral

  • 1 Asie Mineure 1999, 188-193 : “Les Grecs dotés d’un apanage”.

1Il y a une vingtaine d’années, lors d’un Colloque tenu à Bordeaux et publié dans la REA (87/1-2, 1985), j’avais traité d’un problème souvent analysé dans la littérature historique, celui des dons de terres et de villes faits par des Grands Rois, en partant de l’exemple des Grecs “chasés” en Asie Mineure occidentale. La discussion n’a jamais cessé : elle a été abordée à nouveau par plusieurs auteurs, y compris par Pierre Debord1, auquel j’ai plaisir à offrir les pages qui suivent, tout particulièrement parce que, d’une période (achéménide) à une autre (ottomane), les épisodes évoqués se situent dans des régions qu’il connaît bien pour les avoir souvent traversées et parcourues à la recherche de témoignages archéologiques et épigraphiques.

-1-

  • 2 On trouvera l’ensemble des sources commodément rassemblées dans l’entrée “Themistokles” du recueil (...)
  • 3 Sur ce point, voir mes remarques dans Briant 1985, et celles de Marr 1994 ; en dernier lieu voir l (...)

2Même si elles continuent de donner lieu à analyses et publications, les grandes phases de la vie de Thémistocle sont bien connues, y compris son exil auprès du Grand roi, la position de prestige qu’il obtint à ses côtés, et la concession de terres et de revenus qu’il reçut en Asie Mineure2. D’une source à l’autre, il existe des divergences, mais elles s’accordent sur le fait que Thémistocle reçut un certain nombre de villes en Asie Mineure occidentale ; ce don, chez les auteurs grecs, est exprimé sous forme de “pensions en nature” (blé, vin, huile etc.) allouées par le Grand roi pour permettre à Thémistocle de vivre sur un pied digne d’un ami de confiance et d’un chargé de mission. Qu’il s’agisse des mots et expressions utilisés ou de la nature de ces dons, ces concessions s’insèrent dans un dossier cohérent, où, parmi les donataires, l’on trouve des exilés grecs, mais aussi des rois ralliés au cours des conquêtes, et des Perses du plus haut rang, y compris des “reines” pourvues d’apanages pour leur liste civile : d’où la comparaison qui vient immédiatement à l’esprit entre la “table de Thémistocle” et “la ceinture de la reine”. Ni l’une ni l’autre expression n’impliquent que les villes concédées fournissaient exclusivement du blé ou du vin, encore moins des “ceintures” ou des “chaussures” (“de la reine”) : il s’agissait de la concession de revenus fixes, provenant eux-mêmes de modules fiscaux bien identifiés, relevant normalement du trésor royal3.

  • 4 Voir la discussion de Frost 1980, 219-223, à laquelle il n’y a rien à ajouter ; à la suite d’autre (...)
  • 5 Sur tous ces points voir maintenant Nollé-Wenninger 1998/1999.
  • 6 Voir la discussion de Meritt, Wade-Gery et MacGregor dans ATL III, 1950, 111-113, les remarques sc (...)
  • 7 Il s’agit de l’inscription de Telmessos publiée et admirablement commentée par Wörrle 1978 ; en an (...)

3Replacée dans un dossier qui lui donne sens, la concession de Thémistocle pose deux autres problèmes. L’un a trait à la capacité qu’avait le Grand roi de donner les revenus provenant de cités qui faisaient alors peut-être partie de la Ligue de Délos : question insoluble, qui ne me concerne pas spécifiquement ici4. L’autre, plus important, concerne la nature de l’autorité exercée par le concessionnaire sur les villes qui lui fournissaient ses revenus. À propos de Magnésie, Thucydide (1.138.5) mentionne que l’Athénien disposait du “pouvoir” (arkhè) sur le plat-pays (khôra) ; Thucydide donne cette information en parlant de l’existence d’un monument funéraire de Thémistocle sur l’agora de la ville ; l’on sait aussi que Thémistocle, puis son fils Archepolis, ont frappé monnaie dans cette même cité. Magnésie était donc probablement le lieu de résidence de celui qui était chargé de mission par le Grand roi, et qui, de ce fait, avait certainement une autorité sur la ville et sur le territoire environnant (même s’il devait la partager) ; cette autorité fut transmise à ses plus proches héritiers5. En revanche, l’existence, bien après sa mort, de fêtes en son honneur à Lampsaque, ne signifie rien de spécial sur le statut juridique et politique dont Thémistocle jouissait de son vivant dans la cité, ou, du moins, la documentation existante ne permet pas de trancher entre les différentes possibilités6. Quoi qu’il en soit, un document épigraphique publié plus récemment montre qu’à l’époque hellénistique, une ville pouvait être concédée à un membre de l’entourage royal à titre de dôrea pleine et entière, et qu’une telle pratique était, selon toute probabilité, un héritage achéménide7.

  • 8 Sur la datation, voir la démonstration de Debord 1982, 244-251 qui a entraîné la conviction de pre (...)
  • 9 Voir texte, traductions et bibliographie à www.achemenet.com/pdf/grecs/mnesimachos.pdf (juillet 20 (...)

4Pour autant, cette modalité (“villes en dons”) n’est pas la seule. Le Grand roi a aussi concédé des “grands domaines”, souvent vastes, parfois de véritables territoires sur lesquels l’on peut observer que plusieurs générations de concessionnaires se sont succédé, en fonction de statuts juridiques qui ne sont pas toujours aisés à mettre au jour. Concernant les grands domaines d’Asie Mineure, le meilleur exemple est daté des débuts de l’époque hellénistique8 : il s’agit du fameux domaine de Mnésimachos, dans les environs de Sardes, dont une inscription grecque fournit un inventaire détaillé (terres, villages, paysans, tributs), en rapport avec un emprunt contracté auprès des autorités du sanctuaire d’Artémis9. Il est intéressant de noter que, dans cet exemple, l’éventualité d’un retour au domaine royal est explicitement prévue.

  • 10 Voir Briant 1996, 429-433 (“Terre royale et terres en concession”) ; 456-460 (“Terres et domaines” (...)

5Comme j’y ai insisté à plusieurs reprises à la suite de M. A. Dandamaev, les sources littéraires classiques et les inscriptions grecques doivent être confrontées aux sources araméennes, babyloniennes et élamites, car celles-ci, – souvent des documents de la pratique –, éclairent singulièrement l’existence de “domaines” alloués à de hauts officiers de la couronne et à des membres de la famille royale dans différentes régions de l’empire achéménide (Égypte, Babylonie, Perse, Bactriane)10. Les Grecs ne sont évidemment pas les seuls à avoir été considérés comme des Bienfaiteurs du Grand roi et dûment enregistrés comme tels.

  • 11 C’est-à-dire la dynastie safavide qui a régné sur la Perse depuis 1501. C’est la Perse de cette ép (...)

6Mon propos, ici, est autre. Dans un premier temps (§ 2), il est d’introduire une réflexion de type historiographique, centrée autour de la question : comment les textes grecs étaient-ils interprétés, avant qu’une documentation proprement achéménide vînt nourrir le dossier ? On verra combien les observateurs et les historiens, depuis le xviie siècle, ont utilisé les ressources nées du dialogue entre le passé et le présent de ce qu’on désignait alors sous le terme générique “Orient”, qu’il s’agisse de la Perse des Sophis11 ou de l’empire ottoman. C’est vers l’Asie Mineure que nous ramènera l’exemple de Lamartine (§ 3) : après avoir parcouru sa vaste concession de terres et de villages située près de Tiré, le célèbre auteur et homme politique introduisit le souvenir de Thémistocle dans les réflexions mi-enthousiastes, mi-angoissées, que suscitait en lui l’éventualité de son installation définitive en Lydie ottomane (§ 4-5).

-2-

  • 12 Sur la pratique du don et du contre-don chez les Achéménides, voir mes pages dans Briant 1996, cha (...)

7Même sous une forme partielle, le premier dossier de sources classiques remonte à Barnabé Brisson et à son célébrissime ouvrage sur les institutions politiques, militaires et religieuses des Perses de l’Antiquité (1ère édition 1590). L’auteur y consacrait un long passage aux bienfaits dispensés par le roi à ceux que les textes grecs appellent des Bienfaiteurs (éd. 1599, p. 122-138). À l’intérieur de ce long développement, une section traite spécifiquement des dons de villes et de terres faits dans le but de pourvoir à la nourriture et à l’entretien des donataires (dona oppidorum in alimenta ; p. 130-136) ; l’exemple de Thémistocle y est évidemment exposé (p. 134-135). Pur antiquaire, Brisson ne cherchait point à offrir quelque interprétation historique que ce fût12. En revanche, son recueil d’exempla fut fréquemment cité, ou du moins largement utilisé, voire pillé, par les historiens postérieurs qui, eux, tentaient de comprendre la rationalité et la logique de la pratique des Grands rois achéménides.

  • 13 Sur les sources utilisées, voir les remarques de l’auteur, I, 138-147.
  • 14 Cf. 210, n. 1 ; 231, n. 1 ; 232, n. 2 ; 233, n. 1 ; 234, n. 2 ; 243, n. 1 ; 245, n. 1 ; 251, n. 1  (...)
  • 15 J’ai eu l’occasion de présenter Heeren dans plusieurs articles récents (voir par exemple Briant 20 (...)

8Parmi ces historiens “entre Lumières et historicisme”, se détachent la figure et l’œuvre d’Arnold Heeren (1760-1842). Représentant éminent de ce que l’on a appelé l’École de Göttingen (1770-1820), Heeren consacra de nombreuses années de sa vie à préparer, à publier et à réviser une œuvre majeure sur les relations entre politique et commerce dans l’Antiquité. Dans sa dernière édition (1824 ; trad. fr. 1830), le premier volume est entièrement dévolu à la Perse ancienne, pourvu d’un état statistique de l’empire, satrapie par satrapie, et de chapitres consacrés aux institutions politiques, militaires et religieuses. D’une certaine manière, il représente le premier ouvrage d’histoire achéménide, utilisant toutes les ressources documentaires à sa disposition13, non seulement les sources classiques, – le plus souvent citées à travers le livre de Brisson14 –, mais aussi les récits de voyages d’Européens en Turquie et en Perse, d’où l’intérêt puissant manifesté par l’auteur pour l’étude des documents persépolitains15.

  • 16 Voir également 458-459, avec renvoi à Montesquieu et à Locke.
  • 17 J’ai abordé la question dans un séminaire du Collège de France présenté le 21 avril 2006 à l’IFEA (...)

9Les sources ainsi mobilisées sont systématiquement éclairées par le comparatisme implicite ou explicite, et par le dialogue entre le passé et le présent. Comme beaucoup d’auteurs de cette époque, Heeren aime à projeter sur l’Antiquité ce qu’il sait de l’“Orient” contemporain, et inversement : des Achéménides à la Perse des Sophis et aux Ottomans, il existe une constante bien identifiée, c’est le “despotisme asiatique” (p. 80-81)16. L’ancienne Perse est un “empire despotique, comme l’Asie en a eu de tout temps” ; à ce titre, “il pourra servir d’introduction à la plus grande partie de l’histoire de ce continent” (p. XXIX). Cette considération permet à l’auteur d’isoler une entité dénommée par lui “empire asiatique” (p. 67). D’où des rapprochements jugés évidents entre hier et aujourd’hui : “Les gouvernements de sérails furent toujours les mêmes, excepté les cas où le caractère personnel du despote occasionnait un changement passager” (p. 79). Chez Heeren, la “décadence perse” et les défaites de Darius devant Alexandre annoncent et préfigurent même la défaite et l’éclatement jugés inéluctables de l’empire ottoman (p. 456)17.

  • 18 Politique I, 82-83 et notes : rapprochement entre Hérodote, Marco Polo et Tavernier.
  • 19 Ibid., 93, n. 1 : rapprochement entre Xénophon et Chardin.
  • 20 Ibid., 249, n. 1 : rapprochement avec Chardin.
  • 21 Ibid., 510, n. 1-2 : rapprochement entre Xénophon et Bernier (royaume du Grand Mogol).
  • 22 Ibid., 516, n. 2 : rapprochement entre Hérodote et Chardin.
  • 23 Voir par exemple ibid., 205 et n. 3 : rapprochement entre Polybe, 10.28 et la description donnée p (...)
  • 24 Là-dessus, voir mes remarques dans Briant 2006b, 41-56 : Témoignages textuels, récits de voyage et (...)

10Ces rapprochements sont également établis à travers des similitudes que l’auteur relève entre des renseignements donnés par les auteurs anciens et ceux donnés par les voyageurs modernes, à propos de la Perse en particulier : qu’il s’agisse des routes et de haltes pour voyageurs18, – de l’usage fréquent de l’or chez “les peuples asiatiques”19, – des décorations sculptées dans les palais20, – du luxe de la cour21 – ou encore de la manière de frapper monnaie22 etc. Les nombreuses similitudes sont exprimées sous des mots qui tendent à effacer l’éloignement dans le temps : “Les deux écrivains [Chardin et Xénophon] sont en si parfaite harmonie sur la description de la richesse et de la magnificence des rois de Perse, qu’on les croirait contemporains” (p. 93, n. 1), ou : “Le luxe qu’ils étalaient est tout à fait semblable à celui qui règne aujourd’hui chez les Princes mongols” (p. 510) etc. Dans ces conditions, Chardin, Tavernier, Bernier et tant d’autres sont, de fait, utilisés comme des sources d’information sur l’empire achéménide. Dans certains cas (explication d’un texte ancien par les observations autoptiques d’un voyageur), la méthode est parfaitement saine23, dans d’autres, le risque est grand de suppléer aux lacunes des auteurs anciens par des remarques de voyageurs modernes24.

11C’est évidemment la même approche qu’adopte Heeren en parlant de l’administration financière et du régime des terres. Il part d’Hérodote (9.116) traduit ainsi : “Les Perses considèrent l’Asie comme leur propriété et le domaine du roi régnant”. De cette traduction lâche et décontextualisée, l’auteur tire la règle suivante : le passage, “en peu de mots, contient l’idée principale qui doit nous servir de guide” (p. 512). Par opposition à ce que l’on observe en Europe, dans les “grandes monarchies orientales…, la personne du roi est considérée comme le propriétaire du pays et de ses sujets” (p. 457). Et, “dans les empires despotiques…, le but de l’administration [n’est autre] que de vivre aux dépens des peuples subjugués” (p. 514-515). Il n’existe pas à proprement parler de “trésor public qui eût servi à solder régulièrement les employés… La méthode européenne de salarier les employés avec des appointements ne fut jamais connue en Perse. Les tributs entraient dans la caisse particulière du roi, et étaient employés à ses propres dépenses, ou tout au plus à faire des présents, mais ils ne l’étaient pas aux dépenses publiques” (p. 513 ; 520). C’est dans cette logique que Heeren introduit la question des dons de terre :

  • 25 Comparer avec ce qu’écrit son contemporain Schlosser, Histoire universelle, III (1828), p. 2 : “Le (...)

“Les [hauts officiers] ne recevaient pas pensions et grâces en argent comptant, mais plutôt en assignations sur des bourgs et des villes dont le roi, par son droit de propriété sur le pays et sur ses habitants, pouvait disposer à son gré… Le roi tenait des listes exactes, d’après lesquelles il réglait les pensions” (p. 522)25.

  • 26 Voir la formule (qui revient souvent) de la p. 522, n. 2 : “Une foule d’exemples qui attestent cet (...)

12En exprimant sa conviction, Heeren s’appuie sur les exemples fournis par Brisson26, et il souligne la similitude entre passé et présent : “On est étonné de voir jusqu’à quel point les institutions de l’ancienne Perse se retrouvent à la cour des Sophis” (cf. sa note 1). Après avoir cité l’exemple de “la ceinture de la reine”, l’auteur ne manque pas de prendre celui de Thémistocle connu par les auteurs classiques (cités p. 523, n. 2) : “Thémistocle reçut pour son pain la ville de Magnésie, qui rapportait cinquante talents, Lampsaque pour son vin, et Myonte pour les légumes”. Puis Heeren donne quelques détails sur le statut de ces concessions :

  • 27 À ce point (p. 522, n. 3), Heeren amène à l’appui l’exemple de Tissapherne introduit par Xénophon.

“Celui qui avait obtenu une assignation touchait les revenus du lieu désigné, mais il paraît qu’il était obligé d’en céder une partie au roi27… Ceux qui avaient reçu des assignations en jouissaient toute leur vie. Après leur mort, elles revenaient au roi, qui en pouvait disposer à nouveau. S’il en eût été autrement, ce vaste empire n’aurait pas pu suffire aux besoins et à la libéralité des souverains (p. 523-524)”.

  • 28 Ici (note 2) rapprochements entre les sources classiques (connues par Brisson) et Marco Polo à pro (...)

13Citant Xénophon, il note néanmoins la tendance à la transmission héréditaire de ces assignations à l’intérieur des grandes familles perses, – étant bien entendu aussi que, “chez les Perses, celui qui possédait des terres était obligé de servir à cheval” (p. 545)28.

  • 29 Pour Montesquieu, voir mes remarques dans Briant 2006b, 18-32, et 2007b.
  • 30 “Il n’y a rien qu’il nous soit plus facile de connaître dans les descriptions d’Arrian, de Quinte- (...)

14Il n’est pas étonnant qu’en étudiant les institutions de l’empire achéménide, Heeren ait été si friand de rapprochements avec ce que dit Chardin de la Perse moderne. Depuis Montesquieu, le Voyage en Perse est, en Europe, la référence universelle, y compris sous forme de projections sur le passé lointain29. Le recours était d’autant plus aisé que Chardin lui-même aimait à expliquer telle ou telle institution moderne en introduisant les auteurs classiques à titre de comparaison, en fonction d’une méthode qu’il a définie très clairement en rendant compte de sa visite à Persépolis30. On ne doit donc pas s’étonner de voir resurgir Thémistocle dans le chapitre VI du Volume II, consacré au sujet suivant : Des fonds de terre et des rentes. Chardin y souligne le recours universel aux assignations de villages pour rétribuer “jusqu’à un simple soldat” (p. 244). Il en est ainsi sur “les Terres du domaine, – bien propre et particulier du Roi”.

“Une partie sert d’apanage à ces charges. Sur une autre sont assignés les gages de la plupart des officiers et domestiques de sa maison, et la paye des troupes que le Roi entretient… [Car] il se trouve toujours un fond revenant à la paye assignée” (p. 244 ; 253).

15Parlant de l’administration des terres et des revenus, Chardin fait plusieurs comparaisons avec des passages d’Hérodote, par exemple : « La maison du roi en est entretenue, et toute cette foule d’artisans, à qui l’on donne la nourriture en espèce. Il paraît par les auteurs anciens que cette manière de subside a été la première sorte de revenus des Rois de Perse” (p. 247). De même des assignations de terre :

“C’a été de tout temps une des manières de l’Orient que les maisons des grands Seigneurs soient pourvues de ce qu’il y a dans tous les endroits du royaume, qui leur est envoyé en chaque saison, sans qu’il s’achète presque rien pour leur table. On voit dans l’Histoire grecque, que quand Thémistocle s’engagea au service de Xerxès, ce monarque lui assigna sa subsistance sur les lieux qui rapportaient les plus excellentes choses, l’un devait entretenir sa maison de pain, l’autre de vin, l’autre de viande. C’est cela même qui se pratique encore aujourd’hui en Perse, et non seulement à l’égard de ce qui sert à la nourriture, mais aussi pour les vêtements, chaque sorte d’étoffe étant tirée de différents endroits du royaume, ou chaque pièce de vêtements, comme des turbans, des souliers, des ceintures, ce qui est encore tout à fait semblable à l’économie des anciens rois de Perse, comme on peut le voir dans l’endroit d’Hérodote, où il parle d’Anthylle ville d’Égypte. Depuis, dit-il, que l’Égypte est sous la domination des Perses, Anthylle, qui est une ville célèbre entre les autres, est particulièrement donnée à la femme de celui qui règne par sa chaussure. C’est la même chose dans tout l’Orient, ainsi, la dépense du Grand Seigneur pour sa personne, tant pour la nourriture, que pour le vêtement, se tire uniquement du revenu de ses jardins.” (p. 251 ; italiques dans le texte).

16De l’époque de Darius à la Perse du xviie siècle, la parenté paraît frappante, – à moins que la similitude ne soit due, aussi, à l’utilisation que Chardin faisait régulièrement des sources classiques. Remarquons aussi que, selon le même Chardin, les mêmes règles présidaient à l’administration des terres et des pensions dans l’empire ottoman de son temps (le “Grand Seigneur”).

-3-

  • 31 Voir ci-dessus n. 17.
  • 32 J’ai pour la première fois eu connaissance du domaine de Lamartine en lisant le livre de Brahimi 1 (...)
  • 33 L’évocation de la période ottomane et de la concession de Lamartine ne m’aurait pas été possible s (...)

17Replacées dans le contexte de recherches menées sur l’historiographie de la Perse ancienne et d’Alexandre, y compris sur l’historiographie de la “décadence” comparée de l’empire perse de Darius III et de l’empire ottoman31, les pages qui précèdent feront peut-être comprendre au lecteur pourquoi mon attention a été récemment attirée par le cas de Lamartine32. Bien connu par sa qualité de spécialiste de la Question d’Orient, Lamartine avait été gratifié par le sultan d’un grand domaine en Asie Mineure, qu’il se proposait de mettre en valeur. De proche en proche, j’ai essayé de comprendre la nature et les mécanismes de cette donation33. Même s’il n’est évidemment pas question d’établir une comparaison terme à terme, la tentation existe d’étudier le domaine de Lamartine, en ayant à l’esprit, à la fois, les règles qui présidaient aux dons de terres et de villes chez les Ottomans, et les exemples connus dans l’Antiquité, à l’époque achéménide puis hellénistique (cf. ci-dessus § 1-2).

  • 34 Il suffit pour s’en convaincre de lire les voyageurs européens en Turquie, aux xviie, xviiie et xi (...)
  • 35 Cf. sur ce point mes remarques dans Briant 2007a (§ 1).

18Nous n’avons pas, sur la mise en mémoire de la Turquie antique, l’équivalent de Chardin parlant de la Perse antique et moderne. Il existe de multiples raisons à cela. L’une est que les voyageurs n’y avaient pas de Persépolis ou de Suse à visiter et à présenter à leurs lecteurs, sous forme de descriptions et de dessins, et à l’aide de références aux auteurs anciens. Si la recherche d’antiquités (vendues ensuite dans les pays européens) a été également une constante des voyages en Turquie, ce sont, d’abord, les antiquités grecques que l’on vient y trouver et y piller. Et l’on postule, d’une manière absolument générale, que les mahométans ont détruit les villes antiques, et que, – pis encore –, en raison du despotisme du gouvernement et de la paresse avérée des habitants, ils ont été parfaitement incapables de maintenir la prospérité jugée inouïe des pays d’Asie Mineure34. Contrairement à une démarche empirique courante chez les voyageurs et les historiens et analystes politiques parlant de la Perse ou de l’Inde35, les voyageurs ne tentent jamais de mettre en évidence des continuités entre l’Asie Mineure antique et la Turquie ottomane : là plus qu’ailleurs, la coupure de l’Islam est totale et irréductible ; il n’y a de continuité visible ni dans la langue, ni dans la culture.

  • 36 Voir Inalcik 1983, 107 et n. 6 : “[The land system] was considered an ideal system best suited to (...)
  • 37 Voir les réflexions de G. Veinstein à propos de l’institution du timar (lots de terre alloués aux (...)
  • 38 Voir Inalcik 1994, 103-107 : “State-owned lands (miri)”, – que l’on peut rapprocher de la “terre r (...)
  • 39 Déjà décrit par des Européens au xviiie siècle (e.g. Ricaut, Histoire de l’état présent…, 1729, 59 (...)
  • 40 Inalcik 1994, 120-126 : “Dead lands (mevat) and the Sultan’s grants of land (temlik)”.

19En revanche, certains spécialistes d’aujourd’hui semblent considérer que, relevant de catégories telles que “Early patrimonial empire”, ou “Middle East Empire tradition”, l’empire ottoman a beaucoup emprunté aux institutions de l’époque romano-byzantine, y compris dans la gestion du domaine impérial, et qu’il avait même hérité de traditions de l’empire perse de l’Antiquité36. Une telle continuité peut sembler un peu forcée, en ce qu’elle semble rappeler les thèses de Heeren sur la catégorie “empire asiatique”, dont l’histoire ne fait que se répéter uniformément : “Des empires s’élèvent et s’écroulent, mais les nouveaux adoptent les formes anciennes” (p. 67 ; ci-dessus § 2). Néanmoins, sans chercher à assimiler un empire à un autre sur une durée de vingt-cinq siècles, on peut observer que certains traits fondamentaux restent identiques, ou du moins comparables37. Fondés sur le droit de la lance (ou “droit de l’épée” à l’époque ottomane), les droits du roi/sultan sur la terre sont en principe illimités : la terre domaniale (miri)38 permet au gouvernement central : – de tirer l’essentiel de ses revenus ; – de constituer une armée permanente en affectant à ses membres la jouissance de lots de terre (système du timar39) ; – de récompenser les membres de l’élite impériale par la concession de domaines de plus ou moins grande étendue (système du temlik) ; – de manifester la dévotion royale par le transfert de terres domaniales vers les sanctuaires et les fondations pieuses (vakf). Le contrôle des terres, leurs statuts, et leur exploitation et mise en valeur, – en particulier celle des terres en friche (mevat)40 –, ont été de tout temps l’une des contraintes et des préoccupations des maîtres d’empires territoriaux créés par la conquête et maintenus par les ressources fiscales, – celles-ci étant fonction du contrôle direct et indirect exercé sur les productions et les producteurs agricoles. Maîtres “éminents” des terres, les rois/sultans étaient en capacité de les redistribuer, y compris sous la forme de concessions à des particuliers de leur entourage, qu’ils jugeaient particulièrement dignes d’être ainsi récompensés. Il en fut ainsi de Lamartine, dans les conditions que voici.

  • 41 Le titre originel en est : Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (...)
  • 42 Voir Voyage en Orient, 1835 (éd. Moussa 2000) : “L’empire turc s’écroule… Il n’est pas nécessaire (...)
  • 43 Voir là-dessus la note de Moussa 2000, 246, n. 260, et le mémoire très précis de Lamartine lui-mêm (...)
  • 44 Le passage fait penser à un chapitre de l’Anabase, où Xénophon décrit le port et le territoire de (...)

20Démissionnaire de ses fonctions politiques, Lamartine entreprit en 1832-1833 un Voyage en Orient, dont il publia le texte en 183541. Dans le cours du récit et dans le “Résumé politique” qui le clôt, il se montre très critique sur l’empire ottoman, dont il prévoit la chute inéluctable en des termes qui ne se différencient guère d’autres récits de voyages ou de séjours en Turquie depuis le xviiie siècle42. L’empire n’est plus qu’“un obstacle à la civilisation de la moitié de l’Orient” (p. 582), et son sultan Mahmoud II “une ombre qui serait venue assister à la ruine de son empire,… le maître d’un empire chancelant” (p. 581). D’où l’idée plusieurs fois exprimée par Lamartine d’un projet de colonisation agraire, ici en Syrie43, dont il décrit le paysage et les potentialités agricoles avec l’œil du colonisateur, attentif à tous les éléments qui pourraient permettre le succès de “l’entreprise agricole et civilisatrice” (p. 246)44.

  • 45 Cf. Moussa 2000, 23, 736 et note ; sur la vision et l’image du Sultan chez Lamartine, voir les art (...)
  • 46 Sur le contexte général du voyage et de l’obtention de la concession, on verra les pages très bien (...)
  • 47 Sur deux des principaux personnages de la période des réformes, voir Dumont 1989, 462-463 ; égalem (...)

21Dans l’édition de 1849, les passages les plus polémiques sur l’empire et les plus désobligeants pour le sultan furent supprimés par l’auteur45. La raison en est qu’entretemps, une nouvelle fois malheureux en politique et en affaires, Lamartine avait obtenu une faveur insigne de la part d’Abdul-Majid [1839-1861], fils et successeur de Mahmoud II [1808-1839], – à savoir la concession d’un grand domaine46. C’est ce qui l’amena, en 1850, à entreprendre un Nouveau voyage (publié en 1855), qui commence par un éloge du sultan Mahmoud, salué comme un “réformateur d’empire”, qui “avait brisé héroïquement le vieux moule” (éd. 1863, p. 44). La raison de son nouveau séjour à Constantinople est donnée très clairement : “Je n’avais qu’une chose à faire à Constantinople, voir le sultan [Abdul-Majid] et le Grand Vizir [Reshid Pasha], et repartir pour visiter mes terres... [Il convenait de] saluer le jeune sultan et le remercier de la magnifique hospitalité qu’il donnait à mes foyers dans son empire” (p. 45, 53)47. D’où de longues analyses de la situation politique en des pages souvent enthousiastes, parfois aussi à la limite de la courtisanerie, sans parler d’un narcissisme exacerbé. Lors de l’audience que lui accorda le sultan, il affirme s’être engagé à venir “[s]’établir dans [ses] États d’Asie… et habiter définitivement la possession qu’ [il] doi[t] à la munificence d’un prince civilisateur dont toutes les nations bénissent la bonté” (p. 66).

  • 48 Voir l’article du Journal du Loiret du 6 février 1850, cité par Mattlé 1936, 418 : “Le sultan Abdu (...)
  • 49 Le plan de 1832 portait sur un domaine de 20 000 hectares en Syrie (entre Tyr et Sidon) d’une duré (...)
  • 50 Sur la procédure normale, voir Inalcik 1994, 121-122, qui distingue les étapes suivantes : 1-deman (...)
  • 51 Retrouvée dans les archives de la Porte, la correspondance entre Lamartine et les autorités ottoma (...)

22Lamartine a constamment laissé entendre que le sultan lui avait fait cette concession de sa propre initiative pour remercier un homme politique ami de la Turquie48. Il n’en est rien. La demande est venue de Lamartine lui-même, qui, quinze ans plus tôt, avait déjà échafaudé les plans approfondis d’une exploitation agricole de ce type en Syrie49, et qui, selon l’usage50, s’est adressé au Grand Vizir Reshîd Pacha, qu’il connaissait fort bien et qui lui vouait une grande admiration51.

23Lorsque, au début du mois de juillet 1850, Lamartine est reçu en audience par le Vizir puis par le sultan, et que quelques jours plus tard (le 14 juillet), il fait son entrée dans “[l] e premier des hameaux qu’on rencontre après avoir franchi [la] frontière [de la concession en venant de Tyra], et celui où l’habitation principale du possesseur de la terre est construite depuis plus d’un siècle” (p. 111), il a fallu résoudre bien des problèmes que posait l’appartenance nationale du demandeur.

  • 52 Citée par Sperco 1938, 469-470 ; voir aussi Kerman 1958, 119-120, et Croisille 2002, 592-593.
  • 53 Voir Sperco 1938, 470, qui donne une paraphrase de cette lettre “assez longue”.

24Dans sa lettre au Grand Vizir en date du 24 avril 184952, il rappelle “[sa] prédilection et [s]on affection pour les Ottomans, connues de vieille date”, et il souligne que sa longue expérience (“j’ai passé la moitié de ma vie dans les champs”) lui a permis d’acquérir la connaissance et la pratique des techniques agricoles, qui lui permettraient de développer la ferme que l’on voudrait bien lui octroyer en Asie Mineure occidentale. Pressentant les difficultés, Lamartine ajoute que la concession serait en son nom propre et qu’il ne “l’exploiterait pas en association. Si j’ai des amis qui m’accompagnent, je ne les emploierais que comme entrepreneurs”. Dans sa lettre au sultan53, il demande que l’on lui octroie, “à titre gratuit, pour un délai de trente ou quarante ans… une terre sur base d’un tiers de propriété en son nom, et [qu’on] l’autorise à s’y établir avec sa femme et ses enfants”. Il tente de démontrer que les investissements qu’il serait prêt à y faire seront extrêmement profitables au pays, tant sur le plan agricole que sur le plan commercial.

  • 54 Dans son plan de 1832, Lamartine prévoyait pour son domaine colonial au Liban une large exterritor (...)
  • 55 Texte de cette lettre : Sperco 1938, 471-472 et Croisille 2002, 640-641.

25Cette requête reçut un accueil favorable, grâce au Grand Vizir, qui, dans son intervention auprès du sultan et du conseil des ministres, reprit l’argumentaire de Lamartine, en soulevant le problème juridique et politique essentiel, à savoir qu’il convenait de prendre les mesures indispensables pour éviter à l’avenir que la France, sous couvert du régime des Capitulations, se croit autorisée à intervenir sur le sol turc54. Il propose que l’on concède à Lamartine un domaine situé du côté d’Aydın, qui, à cette fin, serait acheté ou loué à son actuel propriétaire aux frais du gouvernement ottoman, puis transmis à Lamartine. Après accord explicite du sultan, Reshid Pasha transmit la bonne nouvelle à son ami français, qui lui répondit en date du 1er août 184955. Il fait savoir que, selon les termes de l’accord préliminaire, il fait partir pour la Turquie son fondé de pouvoir, Ch. Rolland (ancien maire de Mâcon), avec la mission suivante : “Il signera pour moi et je m’engage d’avance à ratifier tout ce qu’il aura fait, me tenir à toutes les clauses du firman qui interviendra”. Dès que le firman aura été pris, il enverra “un agent agriculteur distingué et homme de haute considération, étudier le domaine et préparer tout pour l’exploitation”.

  • 56 Sur la banque Baltazzi de Galata et ses rapports avec le gouvernement ottoman à cette date (en par (...)
  • 57 On notera qu’en parcourant en tous sens sa concession, Lamartine parvint près d’une “assez belle h (...)
  • 58 Sur la nature de la transaction entre Baltazzi et l’État ottoman (vente ou location), voir les inf (...)
  • 59 Dans un premier temps, on prévoyait “trente à quarante ans” (Sperco 1938, 473), mais, en fin de co (...)
  • 60 Actuel Şehitler.
  • 61 Nouveau Voyage, 111-112 : “La famille de mon précurseur et de mon suppléant, M. de M ***, famille (...)

26Il restait donc bien des points à résoudre, avant que Lamartine pût venir lui-même prendre possession de son domaine. Non seulement, comme il l’explique, lui-même a préalablement bien des affaires à régler en France, mais aussi et surtout, il reste à choisir le domaine, à le délimiter, et à définir les règles du transfert. C’est là qu’intervint un banquier important de la place de Constantinople, Manolaki Baltazzi56, qui possédait un grand domaine près de Tiré, du nom de Borghaz Ova57. Tel fut le choix de Rashid Pasha qui intervint auprès de son ami le banquier : pour éviter un accord direct entre deux étrangers (Baltazzi était sujet autrichien), il fut convenu que Baltazzi vendrait (louerait ?) le domaine au gouvernement ottoman, qui le rétrocéderait sous forme de “don” à Lamartine58. Avant d’en décider, le chargé de mission de Lamartine, Ch. Rolland, alla visiter le domaine ; à son retour, deux mois plus tard, il donna son accord au nom de Lamartine, et il signa le contrat qui prévoyait que, sur une durée de vingt-cinq ans (1850-1875)59, Lamartine disposerait des terres et des villages, mais que, s’il disparaissait avant le terme du contrat, ses héritiers n’auraient aucun droit à poursuivre l’exploitation ; quant aux bâtisses et travaux d’amélioration, ils reviendraient au propriétaire en fin de “bail”. Dès que le contrat eut pris effet, Lamartine, conformément à sa lettre du 24 avril 1849, fit partir un agent chargé de préparer le domaine et l’exploitation. Cet agent s’installa dans la “maison de maître”, située dans le village d’Akça Meşhed60, “le premier des hameaux qu’on rencontre après avoir franchi [l]a frontière [du domaine, en venant de Tyra]” : c’est là que le retrouva un peu plus tard Lamartine61.

  • 62 Là-dessus on verra surtout les études d’Inalcik 1983 (sous l’appellation de “big farms”), 1994 (en (...)
  • 63 Actuel Arslanlar.
  • 64 Voir les tableaux détaillés dans Kolcuk 1998, 289-290 et dans Güven 2002, 162-163.

27Le terme traduit en français par “hameau” est le turc çiftlik, qui a plusieurs acceptions, – ferme qui pourvoit à l’entretien d’une famille, ou d’un cavalier (sipahi), mais aussi “grand domaine” donné par l’État à des membres de l’élite dirigeante62. Ici, la concession décidée en faveur de Lamartine est un ensemble déjà constitué aux mains des Baltazzi, comprenant plusieurs villages/hameaux (çiftlik), soit non seulement les terres et les paysans, mais aussi des moyens de production (e.g. des moulins), qui eux-mêmes étaient source d’enrichissement possible pour le concessionnaire. En l’occurrence, le domaine de Burghaz-ova comprenait six villages : 1-Gourgour63 ; 2-Akça Meşhed ; 3-Yeni çiftlik ; 4-Hayreddin çiftlik ; 5-Tulum ; 6-Rahmanlar. On dispose d’une estimation des revenus théoriques, établie à l’initiative de Manolaki Baltazzi, de manière à fixer un prix de vente à l’État ottoman, soit 50 000 kuruş. L’évaluation prend en compte non seulement les champs (tarla) et les têtes de petit bétail (moutons ; koyun), les oliveraies (zeitinlik) et les potagers (bahce), mais aussi les moulins (degirmen), les cafés (kahve), les épiceries (dukkan), et les caravansérails (han)64.

  • 65 Lettres citées par Kerman 1958, 122.
  • 66 Voir Nouveau Voyage, p. 102 : “L’homme, dans l’Orient, est inséparable de l’appareil. La suite fai (...)

28Pendant ce temps, Lamartine tentait de régler tous ses problèmes, et il lançait les premières recherches de capitaux à investir, sans grand succès, il faut bien le dire. Il était prêt, pourtant, à consentir à des sous-concessions en échange, comme il l’écrit à Ch. Rolland au début du mois d’avril 1850 : “J’ai reçu cent vingt mille francs de promesses effectives de sous-concessions pour Burghas-ova… Je n’ai plus besoin que de vingt-cinq mille francs et je pars. Je donnerai cent hectares gratuits en prime à celui qui me les prêtera pour cinq ans”. Trois concessionnaires belges lui prêtèrent de quoi tenir jusqu’au 1er janvier 185165. C’est avec des sentiments mêlés de crainte et d’espoir que Lamartine s’embarqua le 21 juin 1850. Après ses audiences à Constantinople, il s’embarqua à nouveau pour Smyrne, puis il partit en grande hâte pour son domaine, au milieu d’un faste voulu qu’il décrit avec une complaisance docte, teintée d’un certain ridicule66.

  • 67 Les références aux pages renvoient au Nouveau Voyage (éd. 1863).
  • 68 Baltazzi 2004, 298) avance le chiffre de 38 000 hectares ; il s’agirait plutôt de 38 000 dönüm (1 (...)
  • 69 Belle figure littéraire qui, depuis l’Antiquité, valorise le berger qui, parcourant le territoire (...)
  • 70 Voir la fréquence de l’adjectif possessif “mon, ma, mes”.
  • 71 Lamartine est évoqué d’un mot dans la brochure de présentation de la ville de Tiré aujourd’hui. Il (...)
  • 72 L’étymologie est rapportée par Baltazzi 2004, 298 : “Son nom provient, croit-on, d’un satrape pers (...)
  • 73 Voir Zgusta 1984, 644 (non sans hésitation ; cf. p. 346, et no 1311) ; voir déjà les discussions d (...)
  • 74 Fréquence des caravanes entre Aydin, Tyra et Smyrne (p. 104) ; présence de caravansérails de dista (...)
  • 75 Voir Lucas 1719, 220-221 ; Chandler 1806, II, 184-185, citant le voyage de Chischull en 1699 ; Ser (...)
  • 76 Voir néanmoins l’observation de Lamartine en entrant dans la ville : “L’avant-cour d’un de ces caf (...)
  • 77 “Nous étions dans la partie opulente de la ville grecque, qui s’étend au pied de la montagne. La v (...)

29“Je franchis le torrent, et je foulai du pied de mon cheval arabe, – présent d’un ami –, le sol de ma possession, – présent du sultan !” (p. 111)67. Sans perdre de temps, Lamartine parcourt son domaine, dont, du haut d’une colline, il se fait présenter l’étendue68, par “le plus âgé des bergers69” (p. 110). Il en fait le tour, il en détaille frontières et limites de tous les côtés, et, de cette façon, il se l’approprie avec une aisance déconcertante70. Il franchit un fossé et entre sur le territoire de Tyra, l’une “des villes les moins célèbres et les moins connues de l’intérieur de l’Asie Mineure” (p. 146), qu’il décrit avec un enthousiasme communicatif, et où il est accueilli par les autorités locales, dans les formes requises de l’entrée officielle, au-devant des portes de la ville (p. 149-152). Située à 80 km d’Izmir, l’actuelle Tiré a conservé le souvenir de Lamartine, même si la maison qui porte son nom est dans un état de délabrement avancé (fig. 1)71. Une étymologie fantaisiste établit un lien, – malheureusement fictif ! –, avec le satrape perse achéménide Tiribaze72. En fait, il est probable que le toponyme est antérieur à l’arrivée des Grecs en Asie Mineure ; il pourrait être en effet d’origine lydienne73. Située sur un itinéraire très fréquenté (ce que ne manque pas de noter Lamartine74), la ville fut visitée par quelques voyageurs européens75, bien qu’elle ne fût pas riche en souvenirs de l’Antiquité, comme le notait Paul Lucas (p. 221)76. Celui-ci en a néanmoins vanté la grandeur et la prospérité : “C’est une des plus grandes et des mieux peuplées de toute l’Asie”, – écrit-il (p. 220). Il en a donné une gravure (fig. 2), composée selon les conventions de l’époque, mais qui rend compte néanmoins du caractère étagé du peuplement, dont Lamartine explicita à sa manière la signification politique77.

Fig. 1. La “maison de Lamartine” à Tiré (photo Yannick Lintz, juillet 2006).

Fig. 2. Vue de la ville de Tire d’après Lucas, Troisième voyage, 1719, I, p. 220 (Bibliothèque de l’Institut de France. Photo RMN. © Gérard Blot).

30À l’issue de sa visite protocolaire à Tyra/Tiré, Lamartine franchit à nouveau la frontière de son domaine, puis il visita un à un les différents “hameaux” qui le composent, avant de revenir vers le village d’Akça Meşhed, où il avait laissé sa femme et ses enfants prendre possession de son “manoir d’une vallée d’Asie” (p. 114). Il était accompagné d’experts : M. de Chamborand, versé en “études agricoles et économiques” et “agriculteur distingué”, ainsi que M. Barrault “élève de l’école agricole de Grignon, transplanté depuis huit ans en Turquie pour y exercer sa science rurale”, qui a déjà exploité des grands domaines turcs dans les Balkans (p. 69, 129 ; cf. aussi p. 131). Ainsi équipé en expertise, Lamartine ne manque pas de souligner fréquemment les atouts potentiels de sa concession :

“Je restai confondu d’étonnement de l’étendue de cette possession [p. 110]… On sent partout que l’homme n’aurait qu’à s’arrêter, creuser un puits, amener une source, bâtir une maison, tracer un sillon, planter un arbre, pour avoir une demeure, un verger, une maison ; l’homme seul manque, la terre l’invite et l’attend [p. 127]… Quelques charrues seulement métamorphoseraient la culture [p. 142]… [Nous étions] pénétrés d’admiration pour le site, le climat, la végétation, la terre et les eaux de ma concession…” [p. 186].

31Terres et paysans dépendent du concessionnaire :

“Toutes les maisons appartiennent comme le sol au propriétaire de la concession ; les habitants ne sont que des hôtes, des colons de la terre ; on peut les congédier si on veut ; dans ce cas, ils laissent les murailles, et ils emportent seulement les meubles et le toit de la maison, pour aller bâtir ailleurs… Ils donnent pour loyer un tiers de la récolte en nature” (p. 124).

32Les prestations paysannes sont déposées, après les récoltes, dans des magasins, parfois très vastes, que le propriétaire a pour cet usage dans chaque village (p. 124 ; 142-144 ; 182). Outre la terre, Lamartine a à sa disposition “les lacs, le fleuve, les villages, les moulins, les caravansérails de la route, et les montagnes des deux côtés” (p. 110). Ainsi du caravansérail de Gourgour, lors de la visite duquel Lamartine comprend immédiatement qu’il lui faut investir, car “le long interrègne de propriétaire de la contrée lui donnait une apparence de vétusté et de ruine” (p. 129). De même du moulin au pied de la colline : “Le pauvre meunier, apprenant que j’étais le propriétaire futur de son eau et de sa roue, me demande aussi des réparations de toute nécessité pour ce moulin” (p. 131). Il apprend aussi que le lac est sous son autorité, mais que l’une des ressources lui échappe, car il existe déjà un concessionnaire :

  • 78 Sur la récolte et la commercialisation des sangsues en Asie Mineure antique, on verra quelques mot (...)

“On me dit que le lac faisait partie de mes domaines, et qu’il était peuplé d’innombrables sangsues, dont la pêche, alors affermée à une compagnie de Smyrne, avait enrichi par son monopole les pêcheurs. Je me promis, lorsque ce monopole temporaire aurait achevé son exploitation, de demander au sultan la libre pêche dans mes eaux ; elle m’a été accordée depuis” (p. 133)78.

  • 79 Sur l’intérêt de Lamartine pour la viticulture, voir Grillet 1933 (sans évoquer ses plans grandios (...)

33Lamartine entend non seulement entretenir les canaux d’irrigation existants, mais en construire de nouveaux (p. 130-131) ; il projette de développer l’élevage ovin (p. 110-111, 138) ; il songe aussi à transformer les vignobles existants et à améliorer le vin (comparé aux crus de Côte-Rôtie, p. 156 !), en faisant venir “30 ou 40 familles de [s] es terres du Mâconnais, qui en feraient en trois ans un des plus admirables vignobles du monde” (p. 145)79. Bref, son objectif est bien alors de s’installer sur ses terres, de les mettre en valeur, et de multiplier les profits qui pourraient être tirés des terres, des eaux, des hommes, des marchandises et des échanges. À cette fin, il faut lever des capitaux en Europe : Lamartine en est parfaitement conscient, mais il sait aussi que la tâche ne sera pas aisée. Dès sa première prise de contact, il exprime ses espoirs et ses angoisses :

“Je restai confondu d’étonnement de l’étendue de cette possession, mais anéanti en même temps de l’impuissance où j’étais de fertiliser de tels domaines. À vue d’œil, il m’aurait fallu cinq cent mille francs au moins pour répandre sur tout cela les troupeaux, les hommes, les habitations, la fertilité, la vie, le bien-être ; je n’avais pas la dixième partie de ce capital à y apporter. Je m’attristai de ma stérile richesse…” (p. 110-111).

34C’est de la richesse en capital que dépend le développement de l’élevage ovin auquel il songe :

“Ce serait une fortune facile, immense, certaine et immédiate, si l’on avait la somme nécessaire à l’acquisition de vingt mille ou trente mille moutons… Ce sera ma première opération rurale, dès que je posséderai les fonds nécessaires pour l’acquisition de quelques milliers de moutons en plus” (p. 138).

35Et, à l’issue du tour de propriétaire qu’il vient de faire, il confie sa certitude qu’il a “[tous les] gages de succès pour appeler les capitalistes de l’Europe à l’œuvre d’une opulente colonisation. J’étais pressé d’aller les convaincre, à Paris ou à Londres, de la fertilité du sol que la munificence du sultan leur offrait…” (p. 186-7). En écrivant ces lignes, en 1855, Lamartine savait déjà que ses espoirs avaient été cruellement déçus.

-4-

  • 80 Nouveau Voyage, p. 188-199 ; cf. Sperco 1938, 479-482.

36À son retour à Smyrne, Lamartine fut fêté avec faste et affection par les familles européennes, en particulier par la communauté française80. C’est à cette occasion qu’il fit part de son désir d’aller saluer M. Fauvel, “le célèbre consul d’Athènes, tant cité par M. de Chateaubriand” (p. 189), – personnage auquel il avait déjà rendu visite lors du premier voyage.

  • 81 Sur la vie de Fauvel, je renvoie à l’étude de Legrand 1897 ; sur son activité au service de Choise (...)
  • 82 Sa mission est ainsi définie par Choiseul-Gouffier : “Enlevez tout ce que vous pourrez, ne néglige (...)
  • 83 Sur cette maison-musée, voir récemment Beschi 2001.
  • 84 Sur l’inventaire reconstitué de son “musée” à Smyrne, voir Zambon 2006a, 60-62.
  • 85 Sur les visiteurs de Fauvel à Smyrne, voir Legrand 1897, 218-222, et Beschi 2001, 82-84 ; assez cu (...)

37Né en 1753, Fauvel était venu pour la première fois en Grèce en 1780, en qualité de peintre-dessinateur du célèbre Choiseul-Gouffier81. Lorsque celui-ci, en 1784, fut nommé ambassadeur auprès de la Porte, il envoya à nouveau Fauvel en Grèce avec mission de répertorier les antiquités, et les y rassembler82. Lorsque Choiseul-Gouffier, destitué, s’exila en Russie (1792), Fauvel resta à Athènes, où il se fit construire, sur l’agora, une maison qui acquit une grande renommée, – une sorte de “premier musée archéologique d’Athènes”, où nombre de personnages célèbres de passage (par exemple Chateaubriand) vinrent lui rendre visite, en le priant de les guider dans les ruines83. Engagé auprès des Turcs et violemment hostile aux Grecs, il dut quitter précipitamment Athènes lors du soulèvement de 1821, puis, après un séjour à Syros, se résoudre à s’exiler à Smyrne, où, jusqu’en 1831, il exerça les fonctions (plutôt théoriques, mais rémunérées) de “vice-consul d’Athènes en résidence à Smyrne”. Il s’y fit construire une petite maison, où il ne put recueillir qu’une infime partie de ses collections (confisquées à Athènes)84, mais où il accueillit à nouveau nombre de visiteurs jusqu’à sa mort en 183885.

38Dans son Voyage en Orient (1835), Lamartine rapporte qu’en mai 1833, lors de son passage à Smyrne, on l’amena “chez un vieillard qui vit seul avec deux servantes grecques, dans une petite maison sur le quai”, qu’il décrit de la manière suivante :

  • 86 Sur ce fameux plan en relief, voir Beschi 2002, 83 et fig. 19 : plusieurs visiteurs, en 1829, puis (...)

“L’escalier, le vestibule et les chambres sont pleines de débris de sculpture, de plans d’Athènes en relief86 et de fragments de marbre et de porphyre : c’est M. Fauvel, notre ancien consul à Athènes. Chassé d’Athènes qui était devenue sa patrie, et dont il avait, comme un fils, balayé toute sa vie la poussière pour rendre sa statue au monde, il vit maintenant pauvre et inconnu à Smyrne… Je le voyais vieux et exilé, et meurtri de l’ingratitude des hommes, mais ferme et gai dans le malheur, et plein de cette philosophie naturelle qui fait supporter patiemment l’infortune à ceux qui ont la fortune dans leur cœur ; je passai une heure d’oubli délicieuse à écouter ce charmant vieillard” (Voyage en Orient, éd. S. Moussa, 2000, p. 515-516).

39Près de vingt ans plus tard, Lamartine apprit que Fauvel avait disparu, et il évoqua à nouveau son souvenir :

“Quel doux écueil [que Smyrne] pour échouer sa vie ! M. Fauvel… pensait comme moi. Après avoir exhumé l’antiquité grecque des débris du Péloponnèse, il se retira dans un faubourg de Smyrne pour compter en paix ses derniers soleils. Je me souviens de l’avoir visité dans sa petite retraite, pas plus large que le sépulcre de Thémistocle, et toute poudreuse des fragments de l’antiquité qu’il s’était complu à y recueillir. Un neveu, une nièce, son jardin, ses fleurs, lui embaumaient le soir de sa vie” (Nouveau Voyage, p. 189).

  • 87 Plut., Them., 31.4-6 ; cf. Thc. 1.138 ; cf. sur ce tombeau, la mise au point archéologique de Wall (...)
  • 88 Cf. Nouveau Voyage, p. 412 : “Notre chaloupe solitaire troublait, seule, du bruit de ses quatre ra (...)

40Lamartine, qui connaissait ses classiques, avait certainement lu dans Plutarque (à défaut sans doute d’avoir consulté Thucydide) qu’à sa mort, Thémistocle avait été inhumé dans un magnifique tombeau (taphos lampros), situé sur l’agora de Magnésie, l’une des cités qui lui avaient été “concédées” par le Grand roi, et que, selon une tradition tardive mais vraisembable, un autre tombeau lui avait été également consacré près d’Athènes, sur la rive en entrant vers le port du Pirée87. C’est au second que, sous forme d’une évocation très littéraire, Lamartine fait allusion lors de son passage en Attique88, c’est peut-être au premier qu’il se réfère en évoquant le souvenir de Fauvel. De l’homme d’État athénien, banni de sa patrie après lui avoir rendu les plus éminents services, et accueilli par le Grand roi, à Fauvel, “restituteur” de l’ancienne Athènes, banni et exilé de ce qui était devenue sa patrie, et réfugié à Smyrne, la tentation était grande d’établir un lien.

41Mais la démarche de Lamartine ne se comprend totalement que si elle est réinsérée dans un contexte qui lui donne sens : sous Fauvel-Thémistocle, c’est son propre destin d’exilé que Lamartine entend introduire. S’adressant au sultan, il emploie des mots et des images qui furent celles de l’Athénien devant le Grand roi : “Il était maître d’un empire, et j’étais un étranger reconnaissant à qui il donnait une large hospitalité sur sa terre” (Nouveau Voyage, p. 65). Mais Lamartine désirait-il vraiment s’identifier à l’Athénien jusqu’à mourir sur la terre d’Asie ? C’est ce dont on peut douter.

  • 89 Voir ses belles pages dans Brahimi 1982, 215-223 ; l’auteur y montre qu’il ne s’agit pas seulement (...)

42Denise Brahimi a fort justement souligné que, parmi tous les voyageurs en Orient, Lamartine est le seul qui ait jamais eu le projet de s’y installer, “pour y passer le temps qu’il lui reste à vivre, dans un lieu où il serait bien”89. Les déclarations en ce sens de Lamartine sont légion, y compris en protestant de ses intentions auprès du sultan : “Je veux m’établir dans vos États d’Asie… Je viendrai habiter définitivement la possession que je dois à la munificence d’un prince civilisateur” (Nouveau Voyage, p. 66). Charmé par un lieu retiré dans son domaine, il affirme qu’il veut y “abriter le reste de [s] a vie” (p. 184). C’est dans la même veine que, du précédent de Fauvel (et de Thémistocle), il veut tirer la conclusion que l’installation près de Smyrne est “un doux écueil” (p. 189).

  • 90 Pour ne pas parler de sa femme, qui avait insisté auprès de lui pour que la concession qu’il deman (...)
  • 91 “Les succès agricoles des Grecs et des Européens de Sévdi-Keui nous semblaient un gage des mêmes s (...)
  • 92 Cf. Nouveau Voyage, p. 189 : “Un neveu, une nièce, son jardin, ses fleurs, lui embaumaient le soir (...)
  • 93 Voir le tableau extrêmement sombre de la situation chez Legrand 1897, 220-224, qui rappelle qu’en  (...)

43Tout au long du Nouveau Voyage, on sent en lui le combat qui se mène entre l’espoir et le découragement, entre la volonté de s’établir sur cette terre et le désir de rentrer à Milly, “terre natale”90. Charmé et séduit par les possibilités immenses de son domaine, il pressent qu’il ne réussira pas à lever les capitaux nécessaires. À son retour à Smyrne, il tente de se rassurer à nouveau, en tirant des encouragements de la visite qu’il fait d’exploitations agricoles européennes près de Smyrne91. C’est dans ce contexte que Lamartine évoque le souvenir mêlé de Fauvel et de Thémistocle : en parant d’aimables couleurs la fin de vie de Fauvel92, – qui fut en fait misérable93 –, il se persuade qu’il sera capable, lui aussi, de vivre et de mourir en Lydie ottomane.

  • 94 “J’ai eu, presque en naissant, le pressentiment de l’Orient etc.” (p. 14).
  • 95 Voir par exemple sa lettre du 17 juillet 1849 à Champvans (citée par Rattlé 1936, 416) : “Je pours (...)

44Il semble bien que, depuis le départ, Lamartine est resté très ambigu avec lui-même. S’il s’embarque, c’est certainement parce qu’il est attiré par ces pays94, et qu’il espère y faire fortune, mais c’est, d’abord, parce qu’il est couvert de dettes et que sa carrière politique est derrière lui : ce n’est donc pas sans amertume ni regret qu’il a quitté la France95. A-t-il vraiment souhaité d’être un jour inhumé en Asie Mineure, comme le furent Thémistocle et Fauvel ? On se prend à en douter, lorsque l’on suit le cours des pensées moroses, et contradictoires, qui l’envahissent sur le brick qui, le 25 juin 1850, le conduit vers l’empire de l’hospitalier sultan :

  • 96 Le terme giaour (arabe kefêr) renvoie à un “infidèle”. Il est intéressant de noter, à ce point, qu (...)

“[Le résultat des ces trois dernières années est] de me jeter de là sur une côte inhospitalière de l’Asie Mineure, parmi le peuple où je ne suis pas né, qui ne me connaît pas, dont je ne parle pas la langue, et qui lira un jour sur mon tombeau le nom d’un giaour qu’il ne pourra même pas épeler” (p. 13)96.

45Sans nier que Lamartine ait pu se convaincre de son “rêve oriental”, on doit admettre aussi que sa réalisation se heurtait à une forme de mémoire des lieux ancestraux, qui l’aurait sans doute ramené un jour ou l’autre vers le Mâconnais, après avoir projeté d’en transplanter les vignobles sur les collines lydiennes.

-5-

  • 97 Voir Rattlé 1936, 431-433 ; Sperco 1938, 483-484 ; Kerman 1958, 127-128.
  • 98 Cf. lettre de Lamartine à ses nièces du 7 août 1850, citée par Rattlé 1936, 431 ; il annonce que l (...)

46“Je m’attristai de ma stérile richesse” (p. 111) : l’oxymore voulait exprimer l’exaltation et le découragement mêlés que ressentait le nouveau concessionnaire à l’issue de l’inspection de son domaine. D’où, dès son retour en France, des efforts renouvelés pour attirer les investisseurs européens. Malgré de séduisantes obligations ornées de charmantes vignettes montrant les vignobles de Burghaz ova, ce ne furent que refus et réticences, en France comme en Angleterre, mais aussi en Turquie, car le gouvernement s’opposa à ce que Lamartine s’associât avec d’autres propriétaires de capitaux, sous forme d’une société par actions97. Situation d’autant plus paradoxale qu’entre-temps, le gouvernement impérial avait encore élargi la concession98.

  • 99 Ce qui fit dire malicieusement à un exégète (le Pr. Kazgan cité par Baltazzi 2004, 298) que “dans (...)
  • 100 Voir textes de la lettre et du traité dans Sperco 1938, 482-485.

47L’aventure de Lamartine concessionnaire s’acheva néanmoins sur une happy end. Pour ne mécontenter personne, le (nouveau) Grand Vizir, Mehmet Ali Pacha, trouva la solution suivante : faire fructifier le domaine au profit du Trésor Ottoman, à charge pour celui-ci de verser chaque année à Lamartine une somme d’argent rondelette (80 000 kuruş), supérieure à l’évaluation (50 000 kuruş) faite par le banquier Baltazzi99. Lamartine ratifia ce nouveau traité en septembre 1852, sous réserve que soient maintenues des sous-concessions (400 hectares de terres incultes) qu’il a offertes à deux créanciers, et sous réserve “de conserver dans les États de Sa Majesté une habitation personnelle”, car, – ajoute Lamartine –, il n’a pas abandonné l’idée d’aller s’installer en Asie Mineure100. En fait, il n’y retourna jamais, se contentant, jusqu’à sa mort, de toucher la pension ottomane.

  • 101 Ou du moins, avant et après sa visite, il fit des projets en ce sens.

48Les historiens de l’Antiquité et de l’époque moderne et contemporaine ont beaucoup discuté pour savoir si les “dons de terre” supposaient que les concessionnaires les mettent eux-mêmes en culture, ou s’il ne s’agissait que d’absentee landlords, – rentiers de l’administration fiscale de l’État impérial. À vingt-cinq siècles de distance, les exemples de Thémistocle et de Lamartine viennent confirmer que, sur la longue durée, les deux situations ont existé. Qui plus est, dans le second cas, la même personne a été successivement entrepreneur agricole résidant sur les terres concédées101, puis, loin de la Turquie, simple titulaire d’une pension gagée sur les revenus de ce qui, pour deux années, avait été son domaine en Lydie et son “manoir dans une vallée d’Asie”.

Notes

1 Asie Mineure 1999, 188-193 : “Les Grecs dotés d’un apanage”.

2 On trouvera l’ensemble des sources commodément rassemblées dans l’entrée “Themistokles” du recueil de Hofstetter 1978, no 305, 171-176 ; depuis lors, voir Cagnazzi 2001, 35-59, Keaveney 2003, et surtout l’étude fouillée de Nollé et Wenninger 1998/1999, qui introduisent une documentation numismatique nouvelle.

3 Sur ce point, voir mes remarques dans Briant 1985, et celles de Marr 1994 ; en dernier lieu voir les commentaires de Nollé-Wenninger 1998/1999, 52-56.

4 Voir la discussion de Frost 1980, 219-223, à laquelle il n’y a rien à ajouter ; à la suite d’autres auteurs, Debord (1999, 190) se demande aussi si telle ou telle cité n’a pas pu payer un double tribut, l’un à Athènes, l’autre au Grand roi.

5 Sur tous ces points voir maintenant Nollé-Wenninger 1998/1999.

6 Voir la discussion de Meritt, Wade-Gery et MacGregor dans ATL III, 1950, 111-113, les remarques sceptiques de Frost 1980, 222-223, et les commentaires de Doenges 1981, 391-401 ; en dernier lieu, Nollé-Wenninger 1998/1999, 50-51 (en laissant la question ouverte).

7 Il s’agit de l’inscription de Telmessos publiée et admirablement commentée par Wörrle 1978 ; en analysant la nature de la dôrea, l’auteur, justement, souligne que l’exemple vient nuancer les conclusions que j’avais présentées antérieurement (cf. ses pages 207-212, sans manquer d’évoquer le cas de Thémistocle) ; j’ai très regrettablement omis, dans mon article de 1985, d’utiliser le document publié par Wörrle. Sur Ptolémée à Telmessos, voir également les réflexions de Savalli 1987, et le rapprochement suggestif qu’elle mène entre la situation de Ptolémée et celle de Thémistocle.

8 Sur la datation, voir la démonstration de Debord 1982, 244-251 qui a entraîné la conviction de presque tous les spécialistes aujourd’hui. Il est extrêmement probable que le domaine existait déjà à l’époque achéménide (voir mes remarques dans Briant 2006a).

9 Voir texte, traductions et bibliographie à www.achemenet.com/pdf/grecs/mnesimachos.pdf (juillet 2000).

10 Voir Briant 1996, 429-433 (“Terre royale et terres en concession”) ; 456-460 (“Terres et domaines”) ; 578-580 (“Dons de terres et de villes : colonisation et contrôle territorial”) ; je suis revenu sur certains problèmes dans un article récent, où l’on trouvera une bibliographie détaillée (“L’économie royale entre privé et public”, 2006a).

11 C’est-à-dire la dynastie safavide qui a régné sur la Perse depuis 1501. C’est la Perse de cette époque qui est visitée et présentée par Chardin.

12 Sur la pratique du don et du contre-don chez les Achéménides, voir mes pages dans Briant 1996, chapitre VIII.

13 Sur les sources utilisées, voir les remarques de l’auteur, I, 138-147.

14 Cf. 210, n. 1 ; 231, n. 1 ; 232, n. 2 ; 233, n. 1 ; 234, n. 2 ; 243, n. 1 ; 245, n. 1 ; 251, n. 1 ; 273, n. 1 ; 545, n. 2.

15 J’ai eu l’occasion de présenter Heeren dans plusieurs articles récents (voir par exemple Briant 2006b, 39-41, 53-56, où l’on trouvera la bibliographie spécialisée) ; sur Persépolis, voir le long développement dans Politique et commerce, I, 208 sqq.

16 Voir également 458-459, avec renvoi à Montesquieu et à Locke.

17 J’ai abordé la question dans un séminaire du Collège de France présenté le 21 avril 2006 à l’IFEA (Istanbul) : “Décadence achéménide” et “Homme malade de l’Europe” : l’empire perse achéménide et l’empire ottoman vus dans une perspective comparatiste par des analystes et historiens européens (fin xviiie-début xixe siècles) ». Le texte en sera publié prochainement.

18 Politique I, 82-83 et notes : rapprochement entre Hérodote, Marco Polo et Tavernier.

19 Ibid., 93, n. 1 : rapprochement entre Xénophon et Chardin.

20 Ibid., 249, n. 1 : rapprochement avec Chardin.

21 Ibid., 510, n. 1-2 : rapprochement entre Xénophon et Bernier (royaume du Grand Mogol).

22 Ibid., 516, n. 2 : rapprochement entre Hérodote et Chardin.

23 Voir par exemple ibid., 205 et n. 3 : rapprochement entre Polybe, 10.28 et la description donnée par J. Morier des canaux souterrains (qanâts) en Perse (cf. Briant 2007b ; voir aussi Briant 2007a).

24 Là-dessus, voir mes remarques dans Briant 2006b, 41-56 : Témoignages textuels, récits de voyage et expertise géographique.

25 Comparer avec ce qu’écrit son contemporain Schlosser, Histoire universelle, III (1828), p. 2 : “Le roi de Perse, au lieu de payer ses serviteurs comme on payait les Macédoniens [sous Alexandre], les nourrissait ; une loi fixait ce qui devait être livré chaque jour” (ici citation et commentaire de Polyen, 4.3.32 et d’Athénée, 4.145, comme chez Heeren, 520, n. 2 ; cf. Briant 1996, 297-309, 313-214, 413-414) ; au lieu de comparer avec la Perse de son temps, Schlosser établit des rapprochements avec l’Allemagne du Moyen Âge, et l’Angleterre jusqu’au roi Richard (p. 2).

26 Voir la formule (qui revient souvent) de la p. 522, n. 2 : “Une foule d’exemples qui attestent cette coutume sont rassemblés dans Brisson, p. 209, etc.”

27 À ce point (p. 522, n. 3), Heeren amène à l’appui l’exemple de Tissapherne introduit par Xénophon.

28 Ici (note 2) rapprochements entre les sources classiques (connues par Brisson) et Marco Polo à propos des Mongols, – l’auteur ajoutant (en renvoyant à Elphinstone 1815 ; cf. 524-525) : “On voit la même institution, à quelques différences près, dans les armées de Timur (…)”.

29 Pour Montesquieu, voir mes remarques dans Briant 2006b, 18-32, et 2007b.

30 “Il n’y a rien qu’il nous soit plus facile de connaître dans les descriptions d’Arrian, de Quinte-Curce et de Diodore de Sicile, que la situation de Persépolis ; et c’est un fort grand plaisir que de parcourir ce pays, les auteurs anciens à la main” (Voyages, III, 1711, p. 99).

31 Voir ci-dessus n. 17.

32 J’ai pour la première fois eu connaissance du domaine de Lamartine en lisant le livre de Brahimi 1982, 216 (sans références). C’est à l’auteur que je dois d’avoir eu accès aux Actes du Colloque de Tiré sur Lamartine et la Turquie, édités par G. Durusoy (2004).

33 L’évocation de la période ottomane et de la concession de Lamartine ne m’aurait pas été possible si je n’avais eu la chance de recueillir avis et informations auprès de plusieurs collègues ; – en Turquie : Gertrude Durusoy (Université de l’Égée, Izmir) ; Hanife Güven (Université du 9 septembre, Izmir) ; Hasan Anamur (Université Technique Yildiz, Istanbul) ; – en France : Denise Brahimi (Paris-VII) ; François Georgeon (CNRS) ; Sarga Moussa (CNRS) ; Gilles Veinstein (Collège de France). Je remercie également Yannick Lintz (Musée du Louvre) qui, au cours d’un séjour d’études dans les musées turcs (juillet 2006), a bien voulu recueillir de la documentation à Tiré et me fournir des photos.

34 Il suffit pour s’en convaincre de lire les voyageurs européens en Turquie, aux xviie, xviiie et xixe siècles. Parmi les ouvrages qui, au xviiie siècle, furent les plus influents pour répandre la thèse du despotisme ottoman, on doit mettre en évidence celui de Ricaut ou Rycaut (1719), qui inspira fortement Montesquieu (cf. Thomson 2005) ; voir également les observations de Lucas sur l’Anatolie : “Ce pays autrefois si florissant, est aujourd’hui presque abandonné depuis que les Turcs en ont fait la conquête” (Troisième voyage, I, 1719, p. 157). Au xixe siècle, voir entre autres multiples exemples les réflexions de M. Savary (inspiré par Chateaubriand) sur les ruines de Patara en Lycie : “Les ruines de Patare nous apprennent que les arts y fleurirent. Trente-trois villes dans une petite province nous annoncent quelle fut sa population. Aujourd’hui quelle différence ! Le despotisme turc, semblable à un feu dévorant, a passé sur cette riche contrée, et les villes se sont changées en misérables bourgades, les habitants ont disparu et la terre a fermé son sein fécond” (Voyages en Grèce, 1853, 26-27).

35 Cf. sur ce point mes remarques dans Briant 2007a (§ 1).

36 Voir Inalcik 1983, 107 et n. 6 : “[The land system] was considered an ideal system best suited to the socio-cultural conditions of what we may call the Middle East Empire tradition… The tradition can be traced back to the ancient Persian Empire in which the basic features of the system appear to have their definite form and continue through the successive empires in the region” ; voir aussi Inalcik 1994, 105. Je précise que l’auteur est inspiré par le modèle du “mode de production asiatique”.

37 Voir les réflexions de G. Veinstein à propos de l’institution du timar (lots de terre alloués aux militaires en échange du service) : “Dans son principe, elle répond à un besoin général éprouvé par nombre d’États antérieurs ou contemporains : celui d’entretenir une vaste armée quand les disponibilités monétaires sont réduites et que l’administration fiscale n’est pas assez développée pour percevoir et rassembler la totalité des prélèvements sur les producteurs” (“L’empire dans sa grandeur”, 1989, 197).

38 Voir Inalcik 1994, 103-107 : “State-owned lands (miri)”, – que l’on peut rapprocher de la “terre royale” connue à l’époque achéménide et à l’époque hellénistique.

39 Déjà décrit par des Européens au xviiie siècle (e.g. Ricaut, Histoire de l’état présent…, 1729, 591-600), le système est analysé en détail par Beldiceanu 1980 ; voir également Inalcik 1994, 114-117 : “State-owned lands and the timar system” ; Inalcik 2002 ; Veinstein 1994, passim (voir l’index, p. 12), et 1989, 197-201, en insistant sur le fait que, du moins à l’époque qu’il étudie (xvie siècle), il ne s’agit pas à proprement parler d’une concession foncière mais d’une concession fiscale : “Lorsque le sultan attribue un ou plusieurs villages ou parties de village à un particulier, il ne lui concède pas un territoire et les paysans qui y sont liés, mais les dîmes et autres taxes en argent et en nature à percevoir sur ces derniers” ; les recettes fiscales peuvent aussi être d’origine urbaine (cf. les “dons de villes” à l’époque achéménide et hellénistique). Par la suite, le gouvernement devra intervenir et réformer pour obliger à nouveau les timariotes à vivre sur leur terre, et rétablir ainsi le lien originel entre concession de terre et service militaire (Inalcik 1994, 125 ; Mantran 1989, 424). Là aussi des équivalents antiques peuvent être aisément proposés : le système du hatru en Babylonie achéménide, ou le système des clérouquies (“colons militaires”) dans le monde hellénistique (voir Briant 1996, 1178, s.v. Hatru).

40 Inalcik 1994, 120-126 : “Dead lands (mevat) and the Sultan’s grants of land (temlik)”.

41 Le titre originel en est : Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient, 1832-1833, ou Note d’un voyageur.

42 Voir Voyage en Orient, 1835 (éd. Moussa 2000) : “L’empire turc s’écroule… Il n’est pas nécessaire de provoquer la ruine de l’empire ottoman, de pousser du doigt le colosse ; elle s’accomplit d’elle-même providentiellement par sa propre action… La race musulmane est réduite à rien. La stupide administration, ou plutôt la meurtrière inertie de la race conquérante des enfants d’Osman a fait partout le désert” (p. 736).

43 Voir là-dessus la note de Moussa 2000, 246, n. 260, et le mémoire très précis de Lamartine lui-même : “Documents et projets d’un établissement colonial agricole en Syrie” (1832), redonné in extenso dans Fam 1959, p. 464-473 (avec un calcul très précis de rentabilité) ; voir également la lettre de son drogman à Lamartine en date du 2 avril 1835 (Moussa 2000, 771-772), où l’intéressé exprime sa conviction que s’il disposait des capitaux nécessaires, il pourrait investir dans une entreprise agricole extrêmement rentable dans ce même Liban.

44 Le passage fait penser à un chapitre de l’Anabase, où Xénophon décrit le port et le territoire de Calpè (Pont-Euxin), en se référant explicitement à tous les atouts géographiques qui justifieraient que l’on y fondât une colonie (6.4.1-8 ; cf. 5.6.15-19).

45 Cf. Moussa 2000, 23, 736 et note ; sur la vision et l’image du Sultan chez Lamartine, voir les articles spécifiques de S. Moussa et de D. Roboly dans Durusoy 2004.

46 Sur le contexte général du voyage et de l’obtention de la concession, on verra les pages très bien informées de Kerman 1958, 118-130 ; voir également Mattlé 1936, 415-433 ; celui-ci insiste sur le fait que Lamartine dut se défendre contre les accusations d’avoir été en quelque sorte acheté par le sultan et par le gouvernement ottoman (voir p. 417-418 la citation d’un article de Lamartine dans le Journal du Loiret du 6 février 1850). L’évolution des idées de Lamartine sur la Turquie est bien visible dans son Histoire de la Turquie (I, 1854, p. 4), où il exprime le regret de ses positions antérieures, qu’il attribue à l’influence de Chateaubriand et de Byron : “… Nous fumes injustes envers les Ottomans, par admiration pour le courage des Grecs…” ; là-dessus, voir aussi Gonon 2004.

47 Sur deux des principaux personnages de la période des réformes, voir Dumont 1989, 462-463 ; également p. 452 (Mantran, 1989) : “Mustafâ Rechîd Pascha a incontestablement marqué la vie de l’État de 1834 à 1858, date de sa mort”.

48 Voir l’article du Journal du Loiret du 6 février 1850, cité par Mattlé 1936, 418 : “Le sultan Abdul-Medjid et la Porte Ottomane ont été au-devant de ses désirs… Ils lui ont accordé… la possession de la belle terre de Burghaz-ova…”.

49 Le plan de 1832 portait sur un domaine de 20 000 hectares en Syrie (entre Tyr et Sidon) d’une durée prévue de cinquante ans, avec autorisation du gouvernement égyptien, sous forme d’une société par actions sous la direction d’un “directeur-propriétaire” (Lamartine) : voir texte du mémoire cité dans Fam 1959, 464-473.

50 Sur la procédure normale, voir Inalcik 1994, 121-122, qui distingue les étapes suivantes : 1-demande exprimée auprès du sultan, directement ou par l’intermédiaire d’un haut dignitaire, comme le Grand Vizir, étant bien entendu que le domaine dont on demandait la concession devait être clairement désigné dans la requête ; 2-une délimitation très précise avait lieu, et le résultat était annexé à l’acte de concession, sous la forme d’un acte spécifique (sınırname), qui garantissait les droits du concessionnaire dans les limites des terres et villages concédés, y compris les paysans qui y travaillent, les reaya. (Là encore, les parallèles avec les procédures d’époque achéménide et hellénistique abondent).

51 Retrouvée dans les archives de la Porte, la correspondance entre Lamartine et les autorités ottomanes fut publiée en 1925 par Ahmet Refik, dont le livre fut brièvement analysé dans Les Nouvelles Littéraires du 30 mai 1925, en citant Stamboul, “l’organe des intérêts français dans le Levant”. La correspondance a été à nouveau éditée et commentée par Willy Sperco en 1938 dans une étude qui reste fondamentale (“Lamartine et son domaine en Asie Mineure”) ; voir depuis lors Kerman 1958, 118-130, qui cite la brochure d’Ahmet Refik. [J’adresse mes remerciements les plus sincères à Hasan Anamur, qui a eu l’obligeance de mettre à ma disposition une copie de l’étude de L. Kerman]. Voir en dernier lieu l’étude de Kolcu 1998, 276-310 (citation des lettres en turc) et celle de Güven 2002 ; je remercie G. Durusoy de m’avoir fait parvenir des reproductions des pages les plus importantes de chacune des deux études en question, et H. Güven de m’avoir guidé dans la traduction de ses pages. (Toutes les éventuelles erreurs d’interprétation me sont évidemment entièrement imputables). On verra aussi l’article de Timur 1985 (dont je dois la connaissance à Fr. Georgeon), et les importantes précisions apportées par Baltazzi 2004, dont le bisaïeul joua un rôle d’intermédiaire décisif entre Lamartine et le Grand Vizir (voir ci-dessous). Enfin, l’aventure de Lamartine en Asie Mineure a été récemment évoquée par Kontente dans son livre sur Smyrne (2005, 495-497), dont je dois la connaissance à l’amabilité de Gilles Veinstein ; les pages en question (“Lamartine devient propriétaire terrien à Smyrne”) constituent un simple résumé établi à partir de lectures qui ne sont nulle part mentionnées (à part le Nouveau Voyage).

52 Citée par Sperco 1938, 469-470 ; voir aussi Kerman 1958, 119-120, et Croisille 2002, 592-593.

53 Voir Sperco 1938, 470, qui donne une paraphrase de cette lettre “assez longue”.

54 Dans son plan de 1832, Lamartine prévoyait pour son domaine colonial au Liban une large exterritorialité, y compris un symbole fort, “le droit d’avoir le drapeau national” (cf. texte ap. Fam 1959, 464).

55 Texte de cette lettre : Sperco 1938, 471-472 et Croisille 2002, 640-641.

56 Sur la banque Baltazzi de Galata et ses rapports avec le gouvernement ottoman à cette date (en particulier avec Rashid Pasha), voir Sturtza 1983, 454 sqq ; sur le rôle de M. Baltazzi dans la transaction entre le gouvernement ottoman et Lamartine, voir les informations du descendant du banquier, Baltazzi 2004, 297-298.

57 On notera qu’en parcourant en tous sens sa concession, Lamartine parvint près d’une “assez belle habitation ruinée”, mais il ne put pas l’occuper pour les raisons suivantes : “Ce n’est pas l’habitation qui m’était destinée par le sultan…. Ce domaine appartenait à de riches banquiers grecs qui l’affermaient à des cultivateurs du pays” (Nouveau Voyage, p. 108). Les Baltazzi (s’il s’agit des mêmes banquiers grecs) avaient-ils conservé quelques parcelles ?

58 Sur la nature de la transaction entre Baltazzi et l’État ottoman (vente ou location), voir les informations de Baltazzi 2004, 297-298 : à la suite d’Ö. L. Barkan (sans dire de quelle publication il s’agit), Baltazzi penche pour une “location/fermage” (iltizam) ; Sperco 1938, 473 pense qu’il s’agit d’un achat par le gouvernement ottoman ; selon lui, le Grand Vizir considérait “qu’il serait avantageux d’enlever à un étranger de si vastes propriétés”, et, en conséquence, il décida de “les acheter pour le compte de l’État” ; tel était l’avis de Refik 1925, cité et suivi par Kerman 1955, 121 et n. 23 : l’auteur semble penser en outre qu’au moins partiellement, la vente fut passée entre le banquier et le Grand Vizir à titre privé, puisqu’il ajoute qu’à la fin de la concession “la propriété reviendrait à l’État, tandis que les bâtisses et les travaux entrepris appartiendraient au propriétaire, c’est-à-dire à Réchid Pacha”.

59 Dans un premier temps, on prévoyait “trente à quarante ans” (Sperco 1938, 473), mais, en fin de compte, c’est la durée de vingt-cinq ans qui fut inscrite dans le contrat (Kerman 1958, 121, n. 25).

60 Actuel Şehitler.

61 Nouveau Voyage, 111-112 : “La famille de mon précurseur et de mon suppléant, M. de M ***, famille française composée du père, de la mère, de huit enfants, jeunes garçons et jeunes filles de différents âges, et de leurs domestiques européens et asiatiques, m’avait devancé dans cette demeure pour m’y représenter, et nous attendait sur le seuil…”.

62 Là-dessus on verra surtout les études d’Inalcik 1983 (sous l’appellation de “big farms”), 1994 (en prenant surtout l’exemple des terres en friche (mawât) concédées dans le but que le concessionnaire les mette en valeur), et 2002 : “[It] is the ordinary word for farm in Turkish, but in the Ottoman times it designated, at first, a certain unit of agricultural land in the land-holding system, and then, later on, a large estate… As early as the 8th /14th and 9th /15th centuries, the Ottoman Sultans granted influential men whole villages or large tîmârs as çiftliks. In these instances we are no longer dealing with the çiftlik as a land measure, but as a personal estate, granted by the Sultan…” ; voir aussi G. Veinstein, État et société…, 1994, p. 9-10.

63 Actuel Arslanlar.

64 Voir les tableaux détaillés dans Kolcuk 1998, 289-290 et dans Güven 2002, 162-163.

65 Lettres citées par Kerman 1958, 122.

66 Voir Nouveau Voyage, p. 102 : “L’homme, dans l’Orient, est inséparable de l’appareil. La suite fait partie du costume, le cérémonial est le gardien du respect etc.”. Voir les observations malicieuses faites par un témoin oculaire, le banquier français de Smyrne, Ch. Salzani, citées par Kerman 1958, 104-105 : “Il voulait arriver dans sa résidence seigneuriale en grande pompe, éblouir ses vassaux, hélas moins nombreux qu’il ne le croyait, et leur offrir un repas pantagruélique pour le début” ; puis Salzani d’expliquer que la viande chargée sur les chameaux à cette fin se décomposa rapidement sous l’effet de l’écrasante chaleur estivale !

67 Les références aux pages renvoient au Nouveau Voyage (éd. 1863).

68 Baltazzi 2004, 298) avance le chiffre de 38 000 hectares ; il s’agirait plutôt de 38 000 dönüm (1 dönüm = 1000 m2) selon Timur (1985, 396 [38 500]), et selon Kotente (2005, 495 [38 000]) ; ce dernier commente ainsi : “[Lamartine] y exagère l’étendue de son domaine, qu’il estime de vingt-huit à trente lieues de circonférence…” (495-496).

69 Belle figure littéraire qui, depuis l’Antiquité, valorise le berger qui, parcourant le territoire en tous sens, est le guide rêvé pour qui veut s’orienter dans un pays qu’il ne connaît pas. En réalité, les collaborateurs turcs et français de Lamartine avaient certainement sous les yeux l’acte officiel de délimitation du domaine. Lui-même accompagné en permanence de ses drogmans (p. 107), Lamartine en était informé, puisqu’il écrit : “Je savais que mes terres touchaient à Tyra” (p. 86).

70 Voir la fréquence de l’adjectif possessif “mon, ma, mes”.

71 Lamartine est évoqué d’un mot dans la brochure de présentation de la ville de Tiré aujourd’hui. Il est vrai qu’il logea simplement quelques jours dans la maison d’un banquier grec de la ville (p. 153-168).

72 L’étymologie est rapportée par Baltazzi 2004, 298 : “Son nom provient, croit-on, d’un satrape perse du nom de Tirivazo” ; je ne l’ai vue mentionnée nulle part ailleurs.

73 Voir Zgusta 1984, 644 (non sans hésitation ; cf. p. 346, et no 1311) ; voir déjà les discussions de Ramsay 1890, 104, 113, et de Buresch 1898, 164-165, 214-215 (en mentionnant un çiftlik [traduit “Landgut/grand domaine”], près de Tiré) ; voir aussi Babinger 2002.

74 Fréquence des caravanes entre Aydin, Tyra et Smyrne (p. 104) ; présence de caravansérails de distance en distance (p. 105-107), dont l’un, celui de Gourgour, appartenait au domaine concédé : “Il sert d’asile aux voyageurs et aux caravanes qui vont de l’intérieur de la Lydie à Smyrne” (p. 128)

75 Voir Lucas 1719, 220-221 ; Chandler 1806, II, 184-185, citant le voyage de Chischull en 1699 ; Servois et Barbié du Bocage, les commentateurs de la traduction française de Chandler, p. 278, note 133, faisaient justement remarquer qu’il ne pouvait pas s’agir de la Tyraeion mentionnée par Xénophon dans l’Anabase, qui, elle, se situe en Phrygie et d’où provient une inscription grecque maintenant fameuse (Bulletin Épigraphique de la REG 1999, no 509).

76 Voir néanmoins l’observation de Lamartine en entrant dans la ville : “L’avant-cour d’un de ces cafés étalait de belles colonnes cannelées de marbre blanc entrelacées de plantes grimpantes” (p. 152) : pour tous ceux qui ont participé à des campagnes de prospections dans les campagnes turques, la description évoque irrésistiblement la récupération de marbres antiques ; voir également, plus explicitement cette fois, p. 183-185 (dans le village de Tulum). Il est dommage que, par ailleurs soucieux d’illustrer ses Voyages (Fam 1959, 81-84), Lamartine n’ait pas pris soin de faire des dessins à main levée !

77 “Nous étions dans la partie opulente de la ville grecque, qui s’étend au pied de la montagne. La ville turque, comme partout, domine de haut la ville inférieure et subordonnée” (p. 152) ; ce qui n’est que partiellement vrai, puisque la maison du banquier grec dont il est l’hôte se situe sur les hauteurs de la ville (p. 152-153).

78 Sur la récolte et la commercialisation des sangsues en Asie Mineure antique, on verra quelques mots dans Robert 1963a, 184-185, – en annonçant un développement plus important dans un ouvrage (De Myre à Milet) qui n’est jamais paru.

79 Sur l’intérêt de Lamartine pour la viticulture, voir Grillet 1933 (sans évoquer ses plans grandioses pour ses vignobles lydiens).

80 Nouveau Voyage, p. 188-199 ; cf. Sperco 1938, 479-482.

81 Sur la vie de Fauvel, je renvoie à l’étude de Legrand 1897 ; sur son activité au service de Choiseul-Gouffier, voir Zambon 2006a et 2006b.

82 Sa mission est ainsi définie par Choiseul-Gouffier : “Enlevez tout ce que vous pourrez, ne négligez aucune occasion de piller dans Athènes ou dans son territoire tout ce qu’il y a de pillable. […] N’épargnez ni les morts ni les vivants” (cité par Zambon 2006a, 4).

83 Sur cette maison-musée, voir récemment Beschi 2001.

84 Sur l’inventaire reconstitué de son “musée” à Smyrne, voir Zambon 2006a, 60-62.

85 Sur les visiteurs de Fauvel à Smyrne, voir Legrand 1897, 218-222, et Beschi 2001, 82-84 ; assez curieusement, ni l’un ni l’autre auteur ne mentionne la visite de Lamartine.

86 Sur ce fameux plan en relief, voir Beschi 2002, 83 et fig. 19 : plusieurs visiteurs, en 1829, puis en 1832, avaient fait part déjà de leur admiration pour Fauvel, sa maison et ce plan en relief.

87 Plut., Them., 31.4-6 ; cf. Thc. 1.138 ; cf. sur ce tombeau, la mise au point archéologique de Wallace 1972, ainsi que les pages de Lenardon 1978, 201-206, et de Frost 1980, 233-236.

88 Cf. Nouveau Voyage, p. 412 : “Notre chaloupe solitaire troublait, seule, du bruit de ses quatre rames, le silence du tombeau de Thémistocle” ; d’autres voyageurs antérieurement (dès le xviie siècle) avaient recherché et visité le tombeau en question : cf. Wallace 1972, 457-458 ; Lamartine se contente d’évoquer un lieu de mémoire mythique.

89 Voir ses belles pages dans Brahimi 1982, 215-223 ; l’auteur y montre qu’il ne s’agit pas seulement d’une tentation individuelle, mais aussi de la représentation d’une “tentation collective dont Lamartine se fait le porte-parole, - tentation d’une prise en main et d’une implantation humaine de type impérialiste”.

90 Pour ne pas parler de sa femme, qui avait insisté auprès de lui pour que la concession qu’il demandait fût proche d’une grande ville : “Je désirerais surtout que son emplacement soit du côté d’Izmit ou près de la Marmara ou encore près de Smyrne. En effet, dans ce cas, ma femme ne serait pas privée en hiver des amusements de Constantinople” (Lettre du 24 avril 1849 à Reshid Pacha).

91 “Les succès agricoles des Grecs et des Européens de Sévdi-Keui nous semblaient un gage des mêmes succès plus facilement obtenus à Thouloum ou à Rammanlèr [deux villages de sa concession]” (p. 188).

92 Cf. Nouveau Voyage, p. 189 : “Un neveu, une nièce, son jardin, ses fleurs, lui embaumaient le soir de sa vie…”.

93 Voir le tableau extrêmement sombre de la situation chez Legrand 1897, 220-224, qui rappelle qu’en 1831, le poste de “vice-consul d’Athènes en résidence à Smyrne” fut supprimé, et que Fauvel ne put obtenir de pension de retraite (il lui manquait treize mois et quinze jours d’exercice). Je ne sais pas d’où Lamartine tire que Fauvel fut entouré par un neveu et une nièce (absents du Voyage 1835, où Fauvel “vit seul avec deux servantes grecques” !) : probablement un simple procédé littéraire, susceptible de rendre plus attrayants les derniers instants d’un exilé entouré de sa famille sur une terre étrangère.

94 “J’ai eu, presque en naissant, le pressentiment de l’Orient etc.” (p. 14).

95 Voir par exemple sa lettre du 17 juillet 1849 à Champvans (citée par Rattlé 1936, 416) : “Je poursuis mon projet d’expatriation après liquidation de mes biens. J’ai obtenu ce que je pouvais espérer en Asie. J’irai y végéter et y mourir”. Rattlé commente ainsi : “Sa sérénité et son enthousiasme étaient plus apparents que réels” (419).

96 Le terme giaour (arabe kefêr) renvoie à un “infidèle”. Il est intéressant de noter, à ce point, que c’est le titre donné par Byron à l’un de ses poèmes (1813), au cours duquel le voyageur et poète anglais invoque le souvenir glorieux de Thémistocle et de sa tombe proche d’Athènes, qui “accueille en premier la bateau qui vire de bord vers sa patrie” (cité par Lenardon 1978, 206). Il est tentant de supposer que la lecture de Byron a elle aussi tourné Lamartine vers l’image héroïsée de Thémistocle, si susceptible d’identification.

97 Voir Rattlé 1936, 431-433 ; Sperco 1938, 483-484 ; Kerman 1958, 127-128.

98 Cf. lettre de Lamartine à ses nièces du 7 août 1850, citée par Rattlé 1936, 431 ; il annonce que le sultan complète son domaine “par une chaîne entière de collines et de montagnes boisées et par une forêt d’oliviers vers Baïnder” ; c’est peut-être alors aussi qu’il obtient les droits de pêche sur le lac aux sangsues (Nouveau Voyage, p. 133).

99 Ce qui fit dire malicieusement à un exégète (le Pr. Kazgan cité par Baltazzi 2004, 298) que “dans toute cette histoire, le plus lésé fut Baltazzi, car Baltazzi, de ce domaine dont il ne tirait pas grand profit, aurait été heureux de recevoir chaque année 50 000 kuruş (ou selon Kazgan 60 000)”.

100 Voir textes de la lettre et du traité dans Sperco 1938, 482-485.

101 Ou du moins, avant et après sa visite, il fit des projets en ce sens.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La “maison de Lamartine” à Tiré (photo Yannick Lintz, juillet 2006).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Légende Fig. 2. Vue de la ville de Tire d’après Lucas, Troisième voyage, 1719, I, p. 220 (Bibliothèque de l’Institut de France. Photo RMN. © Gérard Blot).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 751k

Auteur

Professeur, Collège de France

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540