Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

L’Asie Mineure et l’Orient

Rhodes, Rome et les Pirates tyrrhéniens

Alain Bresson

Texte intégral

  • 1 Hom., Od., 14.245-290.
  • 2 Meiggs-Lewis, GHI, no 7a-g. Deux d’entre ces mercenaires, no c et g, sont des Ialysiens. Cf. bibli (...)
  • 3 Sur la colonie de Lipara, Thc. 3.88.1-4, Diod. 5.9.1-5, Paus. 10.11.3. La colonie fut fondée entre (...)
  • 4 Sur la piraterie en général, on devra encore consulter les ouvrages de Ormerod 1924 et Ziebarth 19 (...)
  • 5 Lex Rhodia, 15.
  • 6 Gabrielsen 2001 pour une mise en cause justifiée d’une vision purement idéalisée de l’attitude des (...)

1Il se peut que les Rhodiens se soient eux-mêmes livrés à la piraterie à l’époque archaïque. On sait qu’en Égypte, au viie siècle et au début du vie siècle, des Grecs, venus en particulier de Crète et de la côte occidentale de l’Asie Mineure, pouvaient successivement exercer la piraterie puis s’engager au service d’un prince local, à l’image du Crétois du chant XIV de l’Odyssée1. On sait aussi que des Rhodiens s’embauchèrent comme mercenaires au profit des pharaons de la 26e dynastie2. En revanche, nous n’avons aucun témoignage explicite montrant des Rhodiens exerçant la piraterie en Égypte ou au Levant. Du côté de l’Occident, les quelques Cnidiens et Rhodiens qui colonisèrent les îles Lipari au début du vie siècle et qui s’en prirent aux “pirates étrusques” furent en réalité eux-mêmes aussi de redoutables coureurs des mers. Selon Tite Live (5.8.23), la piraterie étant chez eux une industrie nationale : mos erat ciuitatis uelut publico latrocinio3. Mais, dans toute la littérature grecque de l’époque hellénistique en tout cas, Rhodes eut au contraire l’image d’une cité protectrice du commerce et, comme telle, se chargeant de la police des mers4. Non évidemment qu’elle y soit toujours parvenue, puisqu’un chapitre de la lex Rhodia byzantine – même si l’on accordera volontiers qu’il est impossible de déterminer ce qui était spécifiquement rhodien dans ce texte – légitime l’abandon des passagers par un capitaine de navire s’il est surpris à l’embarquement par un coup de main des pirates5. Même si V. Gabrielsen a eu raison de souligner que, pour les Rhodiens, la lutte contre la piraterie était tout sauf désintéressée, l’image (et la réalité) de Rhodes luttant contre les pirates demeure néanmoins un fait incontournable6.

  • 7 Strab. 14.2.5. Le mot λῃσήρια pourrait s’entendre aussi comme de “nids de pirates”.
  • 8 Diod. 20.81.3. Voir infra en détail l’ensemble du passage (texte, trad. et comm.).

2Dans une formule très générale, Strabon souligne le rôle de Rhodes dans la répression de la piraterie. Il montre en effet le souci de Rhodes περì τà ναυτικά, ἀφ’ ἧς ἐθαλαττοκράτησε πολὺν χρόνον καì τà λῃστήρια καθεῖλε, le soin “pour les questions navales, ce qui fit qu’elle domina la mer pendant une longue période et détruisit les bandes de pirates”7. Dans nos sources, la première mention du rôle de Rhodes dans la répression de la piraterie date de la fin du ive siècle. Avant de narrer les événements qui conduisirent à la rupture avec Antigone et Démétrios puis au siège de Rhodes, Diodore commence par dresser un portrait très flatteur de cette cité. Puissance de sa flotte de guerre, excellence de son gouvernement, politique extérieure habile à distance des rivalités entre rois et dynastes, tels sont selon Diodore les traits caractéristiques de la position de la cité à cette époque. Il est vrai qu’on peut se poser la question de savoir s’il ne s’agit pas là d’un tableau conventionnel, correspondant en fait à la communis opinio que l’on pouvait avoir de Rhodes aux iiie, iie et ier siècles a.C. En outre, dans le fil du texte de Diodore, ce tableau précède immédiatement une référence au testament d’Alexandre, dont le caractère apocryphe n’est plus à établir. Cette image flatteuse de Rhodes peut-elle donc avoir eu une réalité dès la fin du ive siècle, à une époque où Rhodes n’était encore en quelque sorte qu’une “puissance émergente” ? La question est d’autant plus sensible que Diodore fait référence au rôle de Rhodes dans la répression de la piraterie sur mer8 έπì τοσοῦτον γàρ προεληλύθει δυνάμεως ὥσθ’ ὑπὲρ μὲν τῶν Ἑλλήνων ἰδίᾳ τòν πρòς τοὺς πειρατὰς πόλεμον ἐπαναιρεῖσθαι καì καθαρὰν παρέχεσθαι τῶν κακούργων τὴν θάλατταν. Rhodes “parvint à un tel point de puissance que, au bénéfice des Grecs, elle entreprit elle-même une guerre contre les pirates et purgea la mer de ces malfaiteurs”. Stricto sensu, si l’on suit Diodore, on voit qu’il faudrait admettre que la flotte rhodienne se serait lancée dans des opérations d’envergure contre les pirates dès avant 305.

  • 9 Segre 1932, particulièrement, 460, n. 6.
  • 10 Diod. 20.93.2-5 : trois divisions navales, dont une de phylakides et une de trihémiolies.
  • 11 Diod. 20.97.4-6.
  • 12 Sur l’importance de ces petites unités dans la répression de la piraterie, voir Gabrielsen 1997, 1 (...)
  • 13 Cf. Hiller von Gärtringen 1895 (publication de l’inscription infra no 2, datée dans la deuxième mo (...)

3Faut-il donc voir là un anachronisme ? C’est le point de vue de M. Segre, pour qui l’allusion de Diodore à une lutte contre les pirates avant 306 est une “erreur voulue des sources”, comme le montrerait aussi l’allusion au testament d’Alexandre9. Mais est-ce si sûr ? À l’occasion du siège de Rhodes de 305-304, on voit des unités rapides de phylakides et de trihémiolies rhodiennes harceler et menacer les voies de communications navales de Démétrios10 ; de même, le navarque Amyntas attaque des pirates au service de Démétrios, s’empare de trois navires non pontés (aphractes) avec leurs équipages et leur chef Timoklès11. Ces témoignages sont importants parce qu’ils montrent que, dès la fin du ive s., la cité disposait d’unités navales adaptées à la surveillance des côtes et aux interventions rapides contre les pirates12. Cependant, une source au moins mentionne que les Rhodiens ont eu à affronter les “Tyrrhéniens”, ces pirates actifs en mer Égée dans la seconde moitié du ive siècle et la première moitié du iiie siècle a.C. Il est vrai que le problème de savoir qui sont ces “Tyrrhéniens” a fait couler beaucoup d’encre. Quoi qu’il en soit, on s’est jusqu’ici accordé à situer le dossier épigraphique soit dans la deuxième moitié du iiie s., soit au plus tôt vers 260-250 ou 27513.

  • 14 Cf. Ormerod 1924, 108-118, et de Souza 1999 sur la répression de la piraterie tyrrhénienne par Ath (...)
  • 15 On notera cependant que, en 315/314 encore, Thymocharès est envoyé réduire le corsaire Glaukétès, (...)
  • 16 Strab. 5.2.5. Sur l’identité de cet Alexandre, voir la discussion de Ientile 1983, 92-94 : il s’ag (...)
  • 17 IG, XI. 2, 148, l. 73. Malgré P. Brulé (1978, 30, n. 6), cette inscription ne fait pas mention d’u (...)

4Examinons donc la documentation disponible. Dans la deuxième moitié du ive s., toute une série de témoignages montre qu’Athènes, pour protéger les routes commerciales qui menaient vers son emporion, s’était livrée à une répression active de la piraterie tyrrhénienne14. La zone dans laquelle opéraient les patrouilles athéniennes se trouvait être en particulier les parages de l’Adriatique, qui furent manifestement l’objet d’une vigilance toute spéciale, l’adversaire désigné étant explicitement le “Tyrrhénien”. La force militaire d’Athènes – considérable – avait donc dû être mobilisée pour lutter contre cet adversaire occidental. L’effondrement de la puissance navale de la cité à la bataille d’Amorgos en 322 représenta sans aucun doute un encouragement pour tous ceux qui étaient en quête de rapine15. On sait que ce ne sont pas les seuls Athéniens qui eurent à se plaindre des pirates tyrrhéniens. Strabon dit explicitement que des gens d’Antium, à la fin du ive s., se livraient à la piraterie, alors qu’ils étaient déjà passés sous le contrôle de Rome, et il mentionne des interventions d’Alexandre et de Démétrios auprès des Romains à ce sujet16. En 299, le sanctuaire d’Apollon fait à la cité de Délos un prêt de cinq mille drachmes pour lui permettre d’organiser sa défense contre les Tyrrhéniens17.

  • 18 Cf. infra appendice épigraphique no 2.
  • 19 Pour toute une série d’exemples de frères combattant dans la même unité navale, cf. Chr. Blinkenbe (...)

5Pour ce qui est des Rhodiens eux-mêmes, une inscription fait explicitement mention de la répression de la piraterie étrusque. Il s’agit d’un texte qui rapporte la mort au combat de trois frères, fils de Timakratès, du dème péréen des Kasareis18. Le nom personnel des trois frères a malheureusement disparu, ou est gravement mutilé. Des trois frères, le premier est désigné comme ayant été officier de proue sur les trihémiolies (πρωιρατεύων [τριημιο]λιᾶν, si l’on accepte cette restitution), le second comme membre de l’équipage de rameurs peut-être sur le navire amiral (πλέων ἐν τãι [?ναυαρχίδ]ι ἐν τοῖς παρακαθημένοις, ici encore si l’on adopte cette restitution), le troisième enfin comme chef de corps (συνταγματάρ[χας]). Le second de ces trois personnages, -ης Τιμακράτευς (le patronyme est mutilé) est mort en combattant pot ποτὶ Τυρράνους, contre les Tyrrhéniens, tandis que le troisième est mort en combattant pot ποτὶ τοὺς λαιστάς, “contre les pirates” ; le premier pourrait bien lui aussi avoir péri ποτὶ [?λιαστάς]: il s’agit là en tout cas d’une restitution très vraisemblable, malgré l’absence de l’article, mentionné quelques lignes plus loin en référence à la mort du troisième frère. Ainsi, il paraît presque certain que les trois frères sont morts dans la même période, en combattant les mêmes ennemis, c’est-à-dire des pirates tyrrhéniens19.

  • 20 Infra appendice épigraphique no 1.

6Une autre inscription rhodienne, un décret de la cité cette fois, trouvé à Rhodes, fait référence à une expédition ἐς Αἴγιλα, contre l’île d’Aigila, c’est-à-dire Anticythère, entre le Péloponnèse et la Crète20. Il s’agit manifestement d’un décret honorifique pour une série de combattants qui se sont distingués dans ces combats. Les quatre premiers personnages mentionnés sont des citoyens rhodiens. Le premier était chef du corps des mercenaires (συνταγματάρχας ἐπὶ τῶγ ξένων) ; le second, servant de catapulte (καταπαλταφέτας) ; le troisième, soldat embarqué, en l’occurrence sur la tétrère, le gros navire qui devait constituer la principale unité de l’expédition navale (ἐπιβάτας ἐπὶ τᾶς τετρήρεος) ; le quatrième soldat embarqué sur les phylakides, les navires légers spécialisés dans la guerre de course (ἐπιβάτας ἐπὶ τᾶν φυλακίδων). Suivait ensuite une liste de chefs d’unités des troupes mercenaires (τῶγ ξένων τῶμ μισθοφ[ό]ρων λοχαγοί). La mutilation de la partie inférieure de la stèle nous prive des motifs pour lesquels les divers personnages ont été honorés. On a vu que leur rang était variable, et pouvait avoir été modeste. Ainsi, il ne fait absolument aucun doute que ces soldats se sont distingués au combat. Furent-ils été honorés de leur vivant ou après leur mort ? On ne saurait le dire clairement, mais on ne peut exclure cette possibilité.

7Un Πολέμαρχος Τιμακράτευς Κασαρεὺς apparaît comme servant de catapulte (καταπελταφέτας) dans le décret relatif à l’expédition d’Aigila. M. Segre a proposé de restituer le nom de [Πολέμαρχο]ς Τιμακράτεος Κασαρεὺς à la ligne 9 de l’inscription des trois frères morts contre les pirates. Naturellement, comme toujours dans ces circonstances, la restitution ne peut être tenue pour absolument certaine. Cependant, l’identité du patronyme et du démotique, ainsi que le contexte militaire identique font qu’il est plus que probable que l’un des trois fils de Timakratès de la dédicace soit le Polémarchos du décret. La différence tient au grade qui est accordée dans les deux textes : servant de catapulte pour le Polémarchos du décret, mais chef de corps (συνταγματάρ[χας]) pour le troisième frère, celui pour laquelle, en fonction de la longueur de la lacune et des parties restituables, la restitution du nom Polémarchos paraît la plus indiquée. Paradoxalement, c’était le premier combattant honoré dans le décret qui était συνταγματάρχας ἐπὶ τῶγ ξένων. Il n’y a donc pas identité de grade et c’est ce qui empêche de pouvoir être absolument certain que Polémarchos (puisqu’il est probable qu’il s’agit du même personnage) mourut au cours de l’expédition d’Aigila. Pour ce qui est de sa composition, la petite flotte comprenait apparemment une tétrère, c’est-à-dire une unité de premier rang, et des φυλακίδες, c’est-à-dire de petites unités rapides, bien adaptées à la lutte contre les pirates. De même, -ης Τιμακράτευς, le second frère de la première inscription était πρωιρατεύων [τριημιο]λιᾶν (selon la restitution la plus vraisemblable), donc officier de trihémiolies, ces petites unités rapides qui étaient parfaitement adaptées à la lutte contre les pirates.

  • 21 Wiemer 2002, 132-133.

8Le lien entre les deux textes est admis par tous. Or, la dédicace pour les trois Kasareis nous donne un renseignement précieux : les trois frères (en tout cas deux d’entre eux et très probablement aussi le troisième) sont morts en combattant les pirates, et explicitement l’un d’entre eux contre les Tyrrhéniens. Dès lors, n’est-il pas logique de considérer avec M. Segre que l’expédition d’Aigila était destinée à lutter contre les pirates tyrrhéniens ? Pourtant, H.-U. Wiemer a récemment remis en cause ce lien, en considérant que la position stratégique d’Aigila suffisait pour que les Rhodiens aient voulu s’emparer de ce point de contrôle des routes de navigation et il mentionne divers textes qui montrent que, à plusieurs époques, l’île avait intéressé les puissances soucieuses de contrôler les mers21. Cette analyse oblige à réexaminer les données relatives à cette expédition et à la piraterie tyrrhénienne dans cette période.

  • 22 Torelli 1975. L’étude de Gras 1977 traite uniquement de la situation de l’époque archaïque.
  • 23 Ientile 1983, 99-100.
  • 24 Ientile 1983, 102 : “Un ultimo dubbio resta per il iii secolo ed è quello della collocazione geogr (...)

9Qui sont donc les Tyrrhéniens dont il est question dans l’inscription des trois frères du dème des Kasareis ? Selon son premier éditeur, Fr. Hiller von Gärtringen, le texte daterait de la deuxième moitié du iiie s. Cette question de datation a paru capitale à M. R. Torelli pour refuser l’idée que les Tyrrhéniens puissent être des Étrusques : le contrôle exercé par Rome sur les cités étrusques lui a paru être un obstacle majeur à cette interprétation. Elle a préféré voir dans ces pirates des descendants des Tyrrhéniens qui avaient hanté Lemnos et le nord de l’Égée à l’époque archaïque ou au début de l’époque classique et dont nous parlent Hérodote et Thucydide22. Cette hypothèse est totalement à écarter, comme l’a bien vu M. G. Ientile : on n’a pas la moindre trace d’une piraterie de Tyrrhéniens égéens depuis le début du ve s.23. Mais en outre, surtout, ce que cette fois n’a pas vu M. G. Ientile, l’expédition contre Aigila oriente directement du côté de la piraterie tyrrhénienne occidentale et nous indique le champ d’opérations des Rhodiens24.

  • 25 Cf. C. Foss (1975a ; cf. 1975b pour une présentation générale des balles de fronde et de l’utilisa (...)
  • 26 Pol. 4.6.
  • 27 Pol. 5.95.
  • 28 Pol. 13.81 ; Liv. 34.32-36 ; Van Effenterre 1948, 257-260.
  • 29 Sur les Strophades, cf. nos références Bresson 1993, 175 (avant tout Robert 1960b, 272-274), ainsi (...)
  • 30 Ainsi par G. Iacopi et M. G. Ientile.
  • 31 Segre 1932, 459.
  • 32 Cf. Rhodes-Osborne, GHI, 100, avec nos commentaires supra n. 14. On notera que, en sens inverse, P (...)
  • 32 Cf. supra n. 25.

10En réalité, le sens de l’expédition contre Aigila est tout à fait clair. Qui tenait cette île tenait la porte ouest de la mer Égée. Il nous paraît hautement vraisemblable que, du moins à cette époque, c’étaient les Tyrrhéniens qui s’en étaient emparés pour en faire une base de départ pour leurs expéditions. Comme l’ont souligné J. et L. Robert, les nombreuses traces de combat relevées à Aigila supposent que l’île fut à toutes les périodes le lieu de combats acharnés25. Les parages de Cythère et du cap Malée sont toujours le lieu de prédilection des actes de piraterie, celle des Étoliens en 221-22026, comme celle de Skerdilaïdas en 217/21627, celle de Nabis au tournant du iiie et du iie s.28. D’autres positions, les îles Strophades, au large du Péloponnèse par exemple, servirent de bases de pirates (pour les Strophades, la chose est certaine précisément au iiie s.)29. Mais, de manière curieuse, ce lien entre Aigila, manifestement base de pirates, et les Tyrrhéniens a été ignoré30 ou refusé, comme par M. Segre selon lequel “sarebbe assai strano trovare dei Teirreni ad Aigila”31. Mais ces Tyrrhéniens qui pratiquaient la guerre de course jusqu’en Égée, comme le montre l’inscription de Délos, pouvaient au contraire s’être emparés d’Aigila pour razzier les parages du Malée, en la faisant aussi servir comme base arrière pour leurs expéditions plus à l’est. Saisir une base terrestre proche des territoires ennemis a de tout temps été de règle dans ce genre d’expéditions lointaines : les Athéniens le savaient si bien que, à l’inverse, pour lutter contre la piraterie tyrrhénienne dans l’Adriatique, ils avaient voulu y installer un naustathmon, une base navale de relais, comme le montre sans ambiguïté le décret de Kèphisophôn de 32432. Plutôt qu’à une piraterie crétoise et malgré les liens historiques entre Aigila et la Crète32, on doit penser ici que l’expédition rhodienne visait directement à chasser les Tyrrhéniens d’Aigila.

  • 33 Ientile 1983, 100. Même point de vue chez Berthold 1984, 98.
  • 34 Pour Cabanes 1988, 260-265, la piraterie illyrienne ne débute guère avant 231-230. Pour Scholten 2 (...)
  • 35 Pour ces traités, cf. Polybe 3.22-26. On se contentera ici de renvoyer à l’excellente ouvrage de S (...)
  • 36 Coarelli 2001, 323-324.
  • 37 Pol. 3.25.
  • 38 Sur le pirate “tyrrhénien” Postumius (d’Antium ou de Pyrgi ?) capturé par Timoléon, voir la biblio (...)

11Mais qui étaient donc ces Tyrrhéniens dont nous parlent les sources grecques ? S’agit-il d’une façon de désigner tout pirate occidental, comme le pense M. G. Ientile33 ? C’est là certes sans doute une vision du problème plus rationnelle que celle qui consiste à essayer de ressusciter les Tyrrhéniens de l’Égée du début du ve s. Précisément, ces “Tyrrhéniens” pourraient-ils déjà être en fait des Illyriens, si agressifs à partir des environs de 23034 ? Il faudrait alors croire que les Rhodiens n’avaient su identifier leurs adversaires, ce qui paraît plus qu’improbable. Si on reprend le dossier à l’origine, on voit que l’idée que le contrôle romain empêchât tout raid de corsaires tyrrhéniens à la fin du ive s est peut-être non seulement excessive, mais même franchement inexacte : comme on l’a vu, Strabon dit explicitement le contraire pour Antium à la fin du ive s. Il est frappant de voir combien les traités entre Rome et Carthage, dont le texte nous est fourni grâce à Polybe, font apparaître la piraterie comme un souci majeur des deux partenaires, y compris la piraterie exercée par les deux partenaires eux-mêmes35. Or, alors que dans le premier traité, celui de 508/507 selon la chronologie de Polybe, c’est Carthage qui paraît menacer le Latium, dans le second traité, celui de 348, ce sont les Romains et les Latins qui, manifestement, étaient susceptibles de venir menacer les possessions de Carthage, jusqu’en péninsule Ibérique, comme l’a bien vu F. Coarelli36. On n’aura garde enfin d’oublier que le troisième traité, celui de l’époque de la guerre de Pyrrhos, reproduisait les clauses des précédentes conventions, donc que la question des pirates restait à l’ordre du jour des deux partenaires37. Quant au terme Tyrrhénien, il est clair que, pour les Grecs, le terme désignait en fait à cette époque tout Italien non-grec, étrusque ou italique38. En revanche, rien n’indique qu’une piraterie explicitement désignée comme tyrrhénienne ait sévi en Égée jusque dans la deuxième moitié du iiie s. Mais, précisément, c’est sur la chronologie des inscriptions rhodiennes mentionnant les combats contre les pirates et l’expédition d’Aigila qu’il convient maintenant de revenir.

  • 39 Segre 1932. Cf. IG, XI. 4, 596 (Durrbach, Choix d’inscriptions de Délos, 39), dédicace des Déliens (...)
  • 40 Cf. le tableau d’Étienne 1990, II, 92 : bataille de Cos en 262 ( ?) selon Will 1979, 224-225, et 2 (...)
  • 41 Segre 1932 part. 459-460.
  • 42 Voir en détail Wiemer 2002, 134.

12Or, pour ce qui est au moins de l’inscription relatant l’expédition d’Aigila (infra appendice épigraphique, no 1), sa date est manifestement plus haute que celle qu’on lui a attribuée jusqu’ici. Son premier éditeur, G. Iacopi (NESM, no 1), proposait de la situer dans le courant du iiie s. M. Segre, dans une construction ingénieuse, proposait une date au milieu du iiie s., entre 260 et 250, en rapprochant cette inscription d’une dédicace délienne pour des officiers rhodiens, dédicace qui remercie ces derniers de s’être battus pour le salut des Hellènes39. En tout cas, selon lui, par sa graphie l’inscription ne pouvait pas être postérieure au milieu du iiie siècle et elle était en revanche postérieure à la bataille de Cos (dont aujourd’hui encore la date est si discutée40), “poichè prima la polizia del mare era esercitata dai principi egiziani, signor dell’Egeo”41. On verra ce qu’il faut penser de ce dernier argument. Chr. Blinkenberg quant à lui pensait pouvoir restituer la mention des Tyrrhéniens dans une dédicace de Lindos en l’honneur d’officiers rhodiens du milieu du iiie siècle environ (Lindos, 88). De manière convaincante, H.-U. Wiemer montre que la restitution [ποτὶ Τυρρανούς] de Blinkenberg n’a pas de véritable fondement. Une datation de la dédicace dans les années 265-260, datation fondée en particulier sur des rapprochements prosopographiques, inciterait au contraire à y voir une allusion à la victoire sur les forces ptolémaïques à la bataille d’Éphèse42.

  • 43 Voir en détail les indications sur la graphie dans l’annexe épigraphique.
  • 44 Sacerdoti, II, l. 2, 332/331 ou 326/325 ; l. 4, 330/329 ou 324/323 ; l. 7, 327/326 ou 321/320. Lin (...)

13En tout état de cause, il n’y a donc aucun lien établi entre le décret relatif à l’expédition d’Aigila et des événements survenus en Égée au milieu ou dans le deuxième quart du iiie siècle a.C. Pour dater ce décret, on doit se fonder sur des critères paléographiques et linguistiques, qui au reste autorisent déjà eux-mêmes une date plus haute que le milieu du iiie s.43. La graphie, tout d’abord, présente beaucoup de traits anciens, avec en particulier des sigma encore ouverts, comme on les trouve dans toutes les inscriptions de la fin du ive et du début du iiie siècle. Mais il est vrai que ces critères restent trop vagues pour proposer une datation plus précise. En revanche, un trait apporte un critère de datation plus pertinent : la présence dans cette inscription de signes de séparation. Il s’agit là d’un indicateur qui va dans le sens d’une chronologie haute dans la période définie. On en trouve encore à trois reprises, de manière aléatoire, dans la deuxième partie de la liste des prêtres d’Halios de la fin du ive s., et à Lindos vers 325, mais pas au-delà44. Un critère non moins pertinent pour une datation haute est l’usage systématique de la forme /εο/ et non /ευ/ du génitif 3e déclinaison dans les noms comme Ἐπικράτης (Ἐπικράτεος, et non Ἐπικράτευς), qui n’autorise en aucun cas une datation au milieu du iiie s. :

  • À Lindos, si l’on suit les datations de Chr. Blinkenberg (en attendant la nouvelle chronologie de Nathan Badoud), les génitifs en -εος et en -ευς sont employés en concurrence entre c. 329 et 28445.
  • À Camiros, la grande liste des prêtres d’Athana montre un usage systématique de la forme /ευ/ jusqu’à 308 ; l’année suivante, 307, est la première attestation de la forme /εν/, qui apparaît systématiquement ensuite46. Ainsi naturellement la liste des damiurges qui commence en 279 ne présente aucune forme en /εο/47.
  • À Rhodes enfin, la première partie de la liste des prêtres d’Halios, qui se termine en 369/368, ne présente bien entendu que la forme /εο/. Dans la deuxième partie, qui commence soit en 333/332 soit en 327/326, on a un usage systématique de la forme /εο/ jusqu’à la ligne 12 (322/323 ou 316/315), /ευ/ à la ligne 21 (313/312 ou 307/306), /εο/ à la ligne 25 (309/308 ou 303/302), /ευ/ à la ligne 27 (307/306 ou 305/304), la liste étant mutilée ensuite48.
  • 49 Segre 1932 p. 457, avait aussi noté l’usage de la forme /εο/. Mais s’appuyant sur l’étude de Hille (...)
  • 50 Björkegren 1902, 41 (qui ne notait pas les iota souscrits) : λαστήρια, l. 52 ; λαστάς, l. 53 ; λασ (...)
  • 51 Cf. supra p. 148, n. 17.

14L’usage systématique de la forme /εο/ dans l’inscription relatant l’expédition d’Aigila n’autorise donc pas une datation au milieu du iiie s. et elle ne pourrait guère être postérieure à c. 284 au plus tard49. Au contraire, une datation au ive s. devient possible, et, conjointement à l’usage de signes séparatifs, elle est même la plus indiquée. On ne peut cependant la faire remonter trop haut dans le ive s. En effet, la deuxième inscription, qui relate les combats contre les Tyrrhéniens et qui est nécessairement liée à la première, fait apparaître systématiquement la forme /ευ/. En tout état de cause, les deux inscriptions se situent donc au moment du passage de la forme /εo/ à la forme /ευ/, à la fin du ive s. ou, au plus tard pour la seconde, au tout début du iiie s. Notons au passage que la forme λαιστάς que l’on trouve, l. 10, dans l’inscription des Tyrrhéniens n’aurait pas dû inciter Hiller à situer cette inscription à une date trop tardive. Dans le traité entre Rhodes et Hiérapytna à l’extrême fin du iiie s., comme l’avait bien vu R. Björkegren, c’est toujours la forme ΛΑΣΤΑΣ(=λᾳστάς) qui est présente sur la pierre50. Globalement, pour la graphie, l’inscription d’Aigila trouve un excellent parallèle dans la deuxième partie de la liste des prêtres d’Halios de la fin du ive s. Quant à l’inscription qui fait apparaître les Tyrrhéniens, elle n’est manifestement que de peu postérieure à la précédente. Tournant du ive s. et du iiie s., entre 320 et c. 285 au plus tard : telle est donc la période dans laquelle les parallèles phonétiques obligent à situer ces deux inscriptions. Notons que c’est précisément le moment où se situe nécessairement l’intervention de Démétrios auprès des Romains et celle où les précautions prises par les Déliens sont rapportées dans une inscription de 299/29851.

15Peut-on préciser davantage ? Ainsi, faut-il situer la lutte contre les Tyrrhéniens avant ou après le grand siège de 305/304 ? En fait, le problème ne se pose pas exactement en ces termes. Comme les Rhodiens ne pouvaient guère détruire directement les nids de pirates, ces opérations contre les Tyrrhéniens purent être longues et répétées, comme l’avaient été les efforts des Athéniens un peu plus tôt. En sorte que, a priori, c’est aussi bien après qu’avant le grand siège que les Rhodiens peuvent avoir eu à intervenir, d’autant que leur effacement passager du fait même du siège put éventuellement redonner de l’espoir à des adversaires qui peut-être venaient de subir un échec sérieux. Pour ce qui est précisément de l’expédition contre Aigila, en revanche, graphie, signes de séparation et phonétique du texte constituent trois critères convergents qui invitent à dater la pierre d’avant le siège de 305/304.

  • 52 Aristide, 24.53 Behr ; 25.4 Behr.
  • 53 Brulé 1978, 431, qui suivait M. Segre pour la datation des textes, songeait fortement aux Crétois (...)

16Il est temps maintenant de revenir au point de départ et au texte de Diodore (20.81.3) qui, s’appuyant certainement sur une source rhodienne, signalait qu’avant 306 la cité était parvenue “à un tel point de puissance que, au bénéfice des Grecs, elle entreprit elle-même une guerre contre les pirates”. L’expédition contre Aigila, fut sans aucun doute réussie puisque, même si la fin du texte est mutilée et surtout même si peut-être nombre d’entre eux étaient morts au combat, les officiers et soldats rhodiens et les mercenaires avaient été récompensés par la cité. L’expédition d’Aigila, qui n’était sans doute que l’une des opérations menées à cette époque contre les pirates, paraît précisément avoir eu toutes les caractéristiques d’une expédition ὑπὲρ τῶν Ἑλλήνων. Quant à la deuxième inscription, elle peut se situer soit immédiatement avant, soit peu après le siège, sans qu’on puisse se prononcer : en tout cas, une telle reconstitution a pour elle toutes les apparences de la vraisemblance. Le propos de Diodore n’était donc pas de simple rhétorique : au contraire, confronté avec les inscriptions, il prend un poids et une valeur indiscutables. Les témoignages d’Aelius Aristide soulignent que jusqu’à l’époque impériale Rhodes avait conservé les proues de navires prises sur les Tyrrhéniens et en était toujours particulièrement fière52. Les expéditions contre les Tyrrhéniens avaient donc été marquées par un ou des combats navals et par un débarquement de fantassins embarqués à Aigila. Les Rhodiens mirent les succès remportés dans la lutte contre les Tyrrhéniens au rang de leurs plus hauts faits d’armes et en tirèrent orgueil pendant des siècles53. C’est donc dès la fin du ive s. que Rhodes prit la succession d’Athènes dans la répression de la piraterie. En libérant la route du cap Malée, elle avait effectivement rendu un grand service à tous les Grecs, comme l’indiquait Diodore.

  • 54 Holleaux 1921, 38-44.
  • 55 Kontorini 1983, part. 31, avec la bibliographie de la question ; Wiemer 2002, 51 songe à une exagé (...)
  • 56 Schmitt 1957, 1-49

17Cette nouvelle chronologie invite du même coup à rouvrir un débat fameux, celui du début des relations entre Rome et Rhodes. La crux est le texte de Polybe, 30.5.6-8. Dans le passage, Polybe rappelle l’habileté de Rhodes, dont la politique avait consisté à se tenir toujours à égale distance des grandes puissances. Ainsi, Rhodes avait pu collaborer avec Rome depuis cent quarante ans, sans pour autant conclure un traité avec cette cité. Il est usage d’ordinaire de penser à une corruption du texte de Polybe : les premiers rapports de Rome et de Rhodes seraient intervenus en 206 et non en 306. Dans son ouvrage fameux de 1921, Rome, la Grèce et les monarchies hellénistiques au iiie s. avant J.-C. (273-205), M. Holleaux avait ainsi argumenté en faveur de la date basse54. Il a été suivi par la plupart des chercheurs, ainsi plus récemment par V. Kontorini et par H.-U. Wiemer55. Parmi les rares voix qui se sont élevées en faveur du respect du texte de Polybe, on relèvera surtout celle de H. H. Schmitt, qui considérait au contraire qu’une collaboration entre Rome et Rhodes dans la lutte contre la piraterie avait pu s’établir dès 30656.

18Or, comme on l’a vu, c’est certainement dès la fin du ive siècle, avant le grand siège, que Rhodes eut à s’affronter aux Tyrrhéniens. Dès lors, vu le rôle désormais déterminant de Rome dans le Latium et jusqu’en Campanie, une intervention des Rhodiens auprès du Sénat pour les aider à faire cesser ce fléau endémique devient parfaitement vraisemblable : concrètement, il s’agissait d’inciter Rome à cesser de fermer les yeux sur les activités des pirates, si ce n’était de les favoriser plus ou moins ouvertement. Des cités comme Antium, par exemple, devaient être au premier rang des préoccupations des Rhodiens dans leurs interventions diplomatiques. Un troisième document épigraphique pourrait entrer dans le cadre des rapports entre Rhodes et les cités de la côte tyrrhénienne.

  • 57 Schmitt 1957, 36-37, n. 2.

19La dédicace bilingue (latino-grecque) à Athana Lindia Lindos, 92 est datée des environs de 250 par Chr. Blinkenberg. Elle est rapportée à la première moitié du iiie s. (mais sans commentaire particulier) par H. H. Schmitt57. En réalité, la datation de Chr. Blinkenberg est curieuse. Les inscriptions lindiennes du milieu du iiie s. ont des sigma réguliers, aux barres extérieures presque parallèles et des lettres rondes de diamètre équivalent à la ligne. Or, dans Lindos, 92, on trouve dans le texte grec des lettres rondes sensiblement plus petites que la ligne, un sigma un peu écrasé et dont les barres extérieures ne sont pas parallèles, dans le texte latin un r dont la partie ronde est petite. Surtout, l’inscription porte des traces de lignes de guidage tracées à la pointe, comme dans la deuxième partie de la lise des prêtres d’Halios, Sacerdoti, II (inscription de la fin du ive siècle), ou comme dans l’inscription évoquant la campagne contre Aigila. Par toutes ses caractéristiques, on comparera aisément ce texte à la fin de la liste des prêtres d’Halios ou à Lindos, 63 (même si ce texte est beaucoup plus soigné), datée par Chr. Blinkenberg des environs de 300. Remarquons avec Chr. Blinkenberg que la forme du o latin convenait selon R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine (1914), p. 3, aux ive-iiie s. Il nous paraît donc hautement probable que la bilingue date en réalité de la fin du ive s. ou du début du iiie s.

  • 58 Cassola 1960.
  • 59 Schmitt 1957, loc. cit.
  • 60 Plutarque, Aratos, 12.2 (pour le problème de l’identification de l’île, voir les notes de l’éditio (...)
  • 61 IC, III iv, 18 ; cf. Guarducci 1969, 159-160 : dédicace de Λεύκιος Γαΐου Ῥωμαῖος. Cf. aussi le déc (...)

20C’est à G. Cassola qu’on doit le commentaire le plus pénétrant de l’aspect italique de ce texte58. La dédicace est en latin et utilise des caractères latins, mais ce n’est pas là un critère suffisant pour penser que la dédicace a été faite par un citoyen romain. Pour ce savant, l’onomastique est typiquement italique, et pas seulement latino-romaine au sens étroit du terme. La formule onomastique, en revanche, n’est ni latine, ni ombrienne, ni osque. Parmi les peuples d’Italie centrale, les Osques mis à part, les Volsques sont le peuple dont la vocation maritime est la mieux attestée. Depuis la fin du ive s., les Volsques s’étaient vus imposer le statut de ciues sine suffragio : d’où entre autres l’adoption du latin et des caractères latins dans l’usage extérieur à la communauté. De ce fait, G. Cassola considère que l’origine la plus probable de ce personnage était le pays volsque, au sud de Rome, sans doute un centre côtier comme Formies, Circei, Antium ou Terracine. Si le dédicant n’était pas citoyen romain, il ne peut donc avoir été en mission à Rhodes au service de Rome et G. Cassola considère qu’il devait être un negotiator de passage dans l’île. Pour H. H. Schmitt, le personnage aurait été un commerçant plutôt qu’un ambassadeur romain comme le pensait Hiller59. De même, en rapprochant cette dédicace d’une anecdote relative à Aratos de Sicyone qui vers 250, forcé de toucher terre à Andros (ou Hydra), put s’embarquer sur un navire romain en partance pour la Syrie, A. Donati suggère elle aussi que le dédicant de Lindos pourrait avoir été un commerçant60. L’anecdote relative à Aratos montre que des commerçants romains pouvaient être actifs dans l’Orient méditerranéen – et donc nécessairement passer par les eaux rhodiennes – dès le milieu du iiie s. On rappellera en outre qu’à Itanos, entre 217 et 209 sans doute, un phrourarque romain qui était manifestement un mercenaire au service des Ptolémées fit une dédicace en l’honneur de Ptolémée IV Philopator et Arsinoé61.

  • 62 Cf. Chronique du Temple de Lindos, Lindos, no 2, § no 37 : dédicace de Ptolémée II ; 38 : Alexandr (...)

21Toutefois, dans un contexte rhodien, une telle dédicace a peu de chance de correspondre à des motivations de cette nature. Pour ce qui est de la raison de la présence à Rhodes de L. Mr. Foli[os] (si cette lecture est la bonne), une autre solution doit au moins être envisagée. On a vu que l’expédition rhodienne à Aigila a toute chance de dater de la fin du ive s., et non de la première moitié du iiie s. En ce cas, il est possible que la dédicace certainement contemporaine de L. Mr. Foli[os] doive d’une façon ou d’une autre être reliée aux opérations menées par Rhodes contre les pirates tyrrhéniens à la fin du ive (de préférence) ou au tout début du iiie s. (au plus tard). Le voyage à Rhodes d’un émissaire d’une cité volsque sous le contrôle de Rome pourrait par exemple être relié au règlement (provisoire) de quelque opération menée par des aventuriers de cités voisines sur laquelle cette dernière pouvait avoir eu quelque influence. La dédicace de L. Mr. Foli[os] a donc bien plus de chances de correspondre à une dédicace d’un envoyé d’une cité volsque (ou autre cité italique) qu’à une dédicace à caractère privé. Elle entrerait en tout cas parfaitement dans la série des grandes dédicaces à caractère politique faites encore à cette période à l’Athéna de Lindos62.

22Si notre hypothèse est juste, on voit que Rhodes joua donc dès la fin du ive siècle un rôle de premier plan dans la répression de la piraterie. En l’occurrence, pour Rhodes et dans la période entre la fin des années 320 et le siège de 305-304, il s’agissait de la piraterie tyrrhénienne, qui dura il est vrai encore jusque dans les premières années du iiie siècle. Il est hors de doute que la période d’affaiblissement de la puissance rhodienne liée à la période du grand siège de 305-304 offrit en effet à tous les pirates une occasion idéale pour augmenter leurs activités. On comprend donc pourquoi les cités de l’Égée durent de nouveau se garder des Tyrrhéniens au début du iiie siècle. C’est dans ces combats que les Rhodiens commencèrent à forger leur réputation de puissance qui assurait la sécurité des mers contre les pirates “au bénéfice des Grecs”, comme l’indique justement Diodore. C’est à cette occasion aussi qu’ils purent entrer en contact officiel avec les cités du monde italique. Or, Rome exerçait désormais son contrôle sur toute l’Italie centrale. On conçoit donc très bien comment et à quel sujet Rhodes et Rome purent nouer directement des relations. Comme le montrent les traités qu’elles avaient conclus entre elles, Rome et Carthage avaient mis la piraterie au premier rang de leurs préoccupations, ne lui accordant pas moins d’attention qu’aux questions commerciales. De même, en tant que nouvelle responsable de la sécurité sur mer au nom des Grecs, Rhodes avait à cette époque toutes les raisons d’entrer en contact avec Rome. L’affirmation de Polybe selon laquelle les premiers rapports entre Rhodes et Rome dataient de 306 a. C. doit donc être tenue pour parfaitement véridique.

Annexes

Appendice épigraphique

Abréviations épigraphiques particulières

Lindos

Chr. Blinkenberg, Lindos, Fouilles de l’Acropole (1902-1914), II. 1-2, Inscriptions, Berlin-Copenhague, 1941 (= Lindos).

NESM

G. Jacopi, “Nuove epigrafi dalle Sporadi meridionali”, Clara Rhodos, 2, 1932, 167-255.

Sacerdoti

L. Morricone, L. (1949-1951) : “I sacerdoti di Halios, Frammento di catalogo rinvenuto a Rodi”, ASAA, n. s. 11-13, 321-380.

TC

M. Segre et G. Pugliese Carratelli, “Tituli Camirenses”, ASAA, n. s. 11-13, 1949-1950, 139-318.

1. Rhodes. Décret honorifique en faveur d’officiers rhodiens ayant participé à l’expédition d’Aigila.

Support : stèle. Matériau : marbre. État du monument : Stèle à corniche à la partie supérieure. Lieu de découverte : Rhodes. Conditions de découverte : Provient de Cova, dans le secteur sud-est de la ville de Rhodes. Lieu de conservation : Rhodes. Institution de conservation : Musée de Rhodes. Dimensions : 48/33,5.

Datation du texte : sans doute c. 320-306 a.C. (et plutôt à la fin de cet intervalle). Justification de la datation : Datation par la graphie, les formes dialectales et le contexte historique. Écriture : Lignes de guidage tracées à la pointe, apices, signes de séparation. Style de l’écriture : Graphie très soignée, avec lignes de guidage tracées à la pointe encore visibles, signes de séparation à trois reprises. Révision, cf. figure infra.

Éd. : G. Jacopi, NESM, 1 ; Segre 1932, 452-461.

Comm. : Wiemer 2002, 131-133.

Musée de Rhodes. Cliché de l’auteur, avec l’aimable autorisation de M. l’Éphore I. Papachristodoulou.


χθέντες δαμοσίαι ποτὶ
τὰν στρατείαν τὰν ἐς Αἴ-
4 γιλα : Σκύλλινος Ἐπικρά-
τεος Φύσκιος συνταγμα-
τάρχας ἐπι τῶγ ξένων
Πολέμαρχος Τιμακράτεος
8 Κασαρεὺς καταπαλταφέ-
τας Δαμόκριτος Ἐργοτέλε-
ος Ἰστάνιος ἐπιβάτας ἐπι
τᾶς τετρήρεος Φιλτατίδας
12 Σωπάτρου Ἀργεῖος ἐπιβά-
τας ἐπὶ τᾶν φυλακίδων
καὶ τῶγ ξένων τῶμ μισθοφ[ό]-
ρων λοχαγοὶ Ἀμώμητο[ς Καλύ]-
16 μνιος : Χαρικλῆς Κώι[ος ---?]
Ἁρμόδιος Ἁλεῖο[ς --- Κα]-
ρύστιος : Θεαρ[--- --------]
διμοιρῖτ[αι -----------------]
20 απο[--- ---------------------]
------------------------------

Apparat crit. : Notre révision de la pierre a montré que la pierre n’avait pas souffert depuis qu’elle avait été étudiée par Iacopi. Après la l. 13, une ligne vide (qui sépare donc la liste des officiers rhodiens de celles des mercenaires étrangers). I. n’a pas noté les signes de séparation.

L. 18 : “Θεαρί[δας]” S., mais le rho est déjà à peine visible et en tout état de cause des noms comme Θέαρις ou Θεαρίων, attestés en Égée au iiie siècle ou autres noms commençant par Year-(cf. LGPN, I, s. v.) pourraient tout aussi bien prendre place dans la lacune.

L. 17-18 : [Κα]ρύτιος par lapsus I., [Κα]ρύστιος S.

Traduction : Il a plu au peuple. Étant donné que ceux qui ont été enrôlés par le peuple pour l’expédition contre Aigila, Skyllinos fils d’Épikratès, Physkios, chef du corps des mercenaires, Polémarchos fils de Timakratès, Kasareus, servant de catapulte, Damokritos fils d’Ergotélès, Istanios, soldat embarqué sur la tétrère, Philtatidas fils de Sôpatros, Argeios, soldat embarqué sur les phylakides,

ainsi que les lochages (= chefs d’unités) des troupes mercenaires Amômètos de Calymna, Chariklès de Cos, Harmodios d’Élis, [———] de Karystos, Théar[——— de ———] ; les soldats recevant double paie [———]...

2. Rhodes. Inscription funéraire pour trois frères morts au combat contre les Tyrrhéniens et les pirates.

Support : bloc. Matériau : pierre commune. État du monument : Le support n’était pas une stèle mais un bloc faisant partie d’un monument plus important. Partie postérieure du bloc laissée brut. Partie gauche mutilée.

Lieu de découverte : ville de Rhodes. Contexte local : Monte Smith. Conditions de découverte : Inscription trouvée sur le “Monte Smith” dans une zone de tombes en avant du mur de l’acropole (informations communiquées par S. Saridakis, MDAI(A), 19, 1894, p. 299). L’inscription avait été entreposée dans la maison de Dimitrios Tzyvalas, entrepreneur en bâtiment. Dimensions : 33/35,5/11,5.

Datation du texte : c. 310-281 a.C. Écriture : apices. Style écr. : Écriture irrégulière, parfois fine, parfois grasse.

Éd. : Hiller von Gärtringen 1895, 222-229 et 395, 1, fac-similé (SGDI, 3835 ; Syll.3 1225 ; Segre 1932, 457-461 ; Schmitt 1957, 43-45 ; Torelli 1975).

Comm. : Blinkenberg 1938, 14, 29, et p. 45 n. 2 ; Wiemer 2002, 130-133.

[ἄνδρας τ]ούσδ' αγαθούς κεύθει
[τόδε σãμ]α θανόντες•
[-------Τ]ιμακράτευς πρωιρατεύων
4 [τριημιο]λιãν ἀγωνιζόμενος ποτὶ
[?λαιστὰς ἐ]τελεύτασε.
[-----------]ης Τιμακράτευς πλέων ἐν τãι
[?ναυαρχίδ]ι ἐν τοῖς παρακαθημένοις ἀγω-
8 [νιζόμενος] ποτὶ Τυρρανοὺς ἐτελεύτασε.
[?Πολέμαρχο]ς Τιμακράτευς συνταγματάρ-
[χας ταχθεὶ]ς? ποτὶ τοὺς λαιστὰς ἀγωνιζό-
[μενος ἐτελε]ύτασε.
12 [Κα]σαρεῖς.

Apparat crit. :

L. 1-2, hexamètre : [ἄνδρας τ]ούσδ’ ἀγαθοἀς κεύθει /[ τόδε σãμ]α θανόντες.

L. 1 : Restitutions Wilamowitz. H. considérait que x χῶμα était aussi possible.

L. 4 : ἐς τὰν Ἰτα]λίαν ou Σικε]λίαν ex. gr. Syll.3 ; [ἐς Αἰγι]λίαν S. ; [τριημιο]λιᾶν Blinkenberg, avec le parallèle de ClRh, 8, p. 228, l. 7 : πρωιρατεύσαντα τριημιολιᾶν καὶ τετρήρευς. La restitution a été ignorée par H. H. Schmitt et M. R. Torelli, ainsi que par Ientile (1983,99-102), mais pas par J. & L. Robert (cf. Bull. ép., 1976, 45).

L. 5 : [Τυρρανούς] Syll.3, [λαιστάς] S., Bl., W., [λαιστάς] ? Schm.

L. 7 : [ναυαρχίδ]ι Syll.3 (et al., sauf M., rien, et Bl., ci-après), d’après Polybe, 16.5.1, la nauarx¤ w étant en l’occurrence le navire amiral de Théophiliskos (la restitution est attrayante, mais pas certaine) ; φυλακίδ]ι Bl. (mais pourquoi ἐν τᾶι? N’y avait-il qu’une seule phylakis ?).

L. 9 : [Πολέμαρχο]ς S. d’après no 1, l. 7 (même patronyme et même démotique), pas suivi par M. et W.

L. 10 : [πεμφθεί]ς H., [ταχθεί]ς S. et W.

L. 12 : [oἱ Κα]σαρεῖς H., puis [Κα]σαρεῖς Syll.3

Traduction : Ce tombeau cache ces hommes de valeur qui sont morts :
[---] fils de Timakratès, commandant de proue des trihémiolies, qui est mort en combattant contre les (pirates ?) ; [---] ès fils de Timakratès, qui naviguait sur (le navire amiral ?) au nombre des soldats embarqués qui est mort en combattant contre les Tyrrhéniens ; (Polémarchos ?), fils de Timakratès, chef de corps, qui est mort en combattant contre les pirates ; (tous étaient des) Kasareis.

3. Lindos. Dédicace bilingue à Athana Lindia.

Support : Petite base quadrangulaire. Matériau : pierre de Lartos. État du monument : brisé à gauche et à droite. Écriture : lignes de guidage tracées à la pointe. Lieu de découverte : Trouvée sur l’acropole. Contexte local : Lieu exact de découverte non noté par inadvertance lors de la fouille. Dimensions : 8,3/15,7/9,5.

Datation du texte : fin ive - début iiie siècle a.C. Écriture : apices. Style de l’écriture : Texte en deux écritures, le latin en lettres des ive et iiie siècles, le grec avec un sigma à la barre supérieure encore oblique et des lettres rondes plus petites que la ligne. Dans les deux langues, les lettres sont assez grasses.

Éd. : CIL, I2, 404 (avec comm. sur la datation de F. Hiller von Gärtringen) ; Chr. Blinkenberg, Lindos 92 ; ILLRP, 245 (SEG, 19, 542 ; ILGR, 19, d’où la lecture reprise ici).

Comm. : G. Pugliese Carratelli, 1946, 399 ; Morelli 1955, 166 ; Cassola 1960, 385-393, avec lemme complet à la date de publication ; Donati 1965, 39-40.

L. M(a)r(ae). Foli[os]?
Menerva[i Lindiai]
Λεύκιος M[------]
Ἀθανᾶ[ι Λινδίαι].

(M(a)r(ci) Torelli, Mr. comme abréviation de M(a)r(ae), prénom du père Cassola et Šašel Kos (ILGR) ; L. Mr. f. Oli[os] Blinkenberg, Pugliese Carratelli et Torelli, alii Foli[os] (voir discussion in Cassola, loc. cit.).

Notes

1 Hom., Od., 14.245-290.

2 Meiggs-Lewis, GHI, no 7a-g. Deux d’entre ces mercenaires, no c et g, sont des Ialysiens. Cf. bibliographie in Bresson 2000, 34 et n. 87.

3 Sur la colonie de Lipara, Thc. 3.88.1-4, Diod. 5.9.1-5, Paus. 10.11.3. La colonie fut fondée entre 580 et 576.

4 Sur la piraterie en général, on devra encore consulter les ouvrages de Ormerod 1924 et Ziebarth 1929. On verra aussi la mise au point de Brulé 1978 sur la piraterie crétoise hellénistique, les réflexions de Garlan 1978, qui défend un lien direct entre piraterie et esclavage (thèse discutée par Ducrey 1983), ainsi que les études de de Souza 1999 sur la piraterie en général et de Scholten 2000 sur la piraterie étolienne hellénistique.

5 Lex Rhodia, 15.

6 Gabrielsen 2001 pour une mise en cause justifiée d’une vision purement idéalisée de l’attitude des Rhodiens.

7 Strab. 14.2.5. Le mot λῃσήρια pourrait s’entendre aussi comme de “nids de pirates”.

8 Diod. 20.81.3. Voir infra en détail l’ensemble du passage (texte, trad. et comm.).

9 Segre 1932, particulièrement, 460, n. 6.

10 Diod. 20.93.2-5 : trois divisions navales, dont une de phylakides et une de trihémiolies.

11 Diod. 20.97.4-6.

12 Sur l’importance de ces petites unités dans la répression de la piraterie, voir Gabrielsen 1997, 108-109, et 2001, 230.

13 Cf. Hiller von Gärtringen 1895 (publication de l’inscription infra no 2, datée dans la deuxième moitié du iiie s ; mais dans Syll.3, 1225, Hiller, tout en rappelant sa datation première signalait, n. 6, p. 371 : Quare si per litterarum indolem licet, titulum saeculi III primis annis tribuamus) ; Segre 1932 (commentaire de l’inscription infra no 1), datation du dossier épigraphique vers 260-250 ; Schmitt 1957, 43-46 (datation du dossier, sans justification particulière, dans la première moitié du iiie s.) ; Torelli 1975, 417-433 (datation dans la deuxième moitié du iiie s.) ; Ientile 1983, 99-102 (même datation dans la deuxième moitié du iiie s. p. 99, par lapsus seulement “seconda metà del iv secolo” p. 101 mais tout le raisonnement et le renvoi à la p. 99 montrent qu’il faut lire “iii secolo”) ; Berthold 1984, 98 et n. 51 (datation dans la première moitié du iiie s., et qui ne connaît pas l’inscription relative à Aigila). Chr. Blinkenberg (1938, 14 et 45, n. 2) n’approuvait pas le point de vue de M. Segre, mais sa datation du dossier épigraphique vers 275 était donnée sans justification (manifestement, il fallait seulement qu’il soit situé quelques années avant les opérations rapportées dans Lindos, 88, du milieu du iiie s., où Chr. Blinkenberg restituait le mot [Τυρρηνούς], cf. infra sur ce point). Mais, quoi qu’en dît Blinkenberg, dater l’inscription rapportant l’expédition d’Aigila de c. 275 allait bien au contraire dans le sens de Segre. Du coup, la mise en garde de Blinkenberg n’a eu aucune suite.

14 Cf. Ormerod 1924, 108-118, et de Souza 1999 sur la répression de la piraterie tyrrhénienne par Athènes (40-41) et Rhodes (48-53). Pour l’inscription de 324 prévoyant une expédition en Adriatique, voir Cargill 1995, 31-34, et réédition Rhodes-Osborne, GHI, no 100 ; cf. cependant aussi nos analyses Bresson 1993, 171-177, avec la nouvelle restitution des l. 229-230 : [ἀσφαλῶς ε]ἰσπλέωσιν εἰI[ς τò ἐμπόρι]ον τò Ἀθηναίων, et renvoi aux sources antiques et à la bibliographie moderne sur la question. Notre restitution est restée ignorée de Cargill 1995, 32, n. 4, et elle est mentionnée seulement dans l’apparat critique de Rhodes-Osborne, GHI, no 100, p. 118, qui conservent dans le texte la vieille restitution [καì αὐτοì ε]ἰσπλέωσιν εἰΙ[ς τò ναύσταθμ]ον τò 'Αθηναίω. Cependant, il ne s’agit évidemment pas d’assurer la navigation vers le “poste naval athénien”, mais bien vers l’emporion d’Athènes : c’est cela qui intéresse les Athéniens, comme le confirment les parallèles donnés in Bresson 1993.

15 On notera cependant que, en 315/314 encore, Thymocharès est envoyé réduire le corsaire Glaukétès, qui s’est emparé de Kythnos, afin de libérer la mer pour les navigateurs (IG, II2, 682 = Syll.3, 409, cf. Robert 1977a, 23-24, et Chr. Habicht 2000, 80-81, et n. 74, p. 420).

16 Strab. 5.2.5. Sur l’identité de cet Alexandre, voir la discussion de Ientile 1983, 92-94 : il s’agirait selon elle d’Alexandre le Molosse, mort en 331, précisément l’année où Antium passe sous contrôle romain. L’Alexandre en question a en réalité tout chance d’être Alexandre le Grand : que l’intervention du roi ait ou non un fondement historique est une autre affaire.

17 IG, XI. 2, 148, l. 73. Malgré P. Brulé (1978, 30, n. 6), cette inscription ne fait pas mention d’un rôle des Rhodiens dans la défense de Délos. Sur cet emprunt, voir brièvement Vial 1984, 140.

18 Cf. infra appendice épigraphique no 2.

19 Pour toute une série d’exemples de frères combattant dans la même unité navale, cf. Chr. Blinkenberg, Lindos, 88, comm. p. 312 (5 cas). L’île d’Aigila est célèbre au moins par l’épave où l’on a trouvé le fameux “éphèbe d’Anticythère”. Sur les dangers (naturels) de la navigation près du cap Malée, cf. Baladié 1980, 262-264. Piraterie au large du cap Malée à l’époque moderne : Ormerod 1924, 20-22. Aigila, comme son nom l’indique, est une “île à chèvres”, occupée de manière temporaire pour la pâture des chèvres sauvages, comme il en existe tant en Égée : sur Aigila et autres “îles à chèvres”, cf. Robert 1960a, 173-175. Pour Aigila comme base de pirates, cf. infra.

20 Infra appendice épigraphique no 1.

21 Wiemer 2002, 132-133.

22 Torelli 1975. L’étude de Gras 1977 traite uniquement de la situation de l’époque archaïque.

23 Ientile 1983, 99-100.

24 Ientile 1983, 102 : “Un ultimo dubbio resta per il iii secolo ed è quello della collocazione geografica degli scontri rodio-tirreni, collocazione che non può essere ulteriomente precisata a causa dellà vastità della rete commerciale delle navi rodie”.

25 Cf. C. Foss (1975a ; cf. 1975b pour une présentation générale des balles de fronde et de l’utilisation militaire de frondeurs) a publié deux balles de fronde d’Aigila de l’Ashmolean Museum. De nouvelles balles ont été trouvées lors de fouilles menées dans l’île, dont une au nom des gens de Phalasarna, en Crète (cf. Tsaravopoulos 2004-, à paraître). J. et L. Robert, Bull. ép., 1976, no 45, p. 170-171, signalent que la publication de R. Leonhard, Die Insel Kythera, Petermanns Mitteilungen, 128, 1899, p. 43-47, mentionnait (p. 45) au site de Paleokastro la découverte de nombreuses pointes de lance et balles de fronde, preuve que “l’île avait une importance stratégique pour la navigation et la piraterie, à toute époque”. Ils rapprochent ces balles de fronde de l’inscription rhodienne et soulignent la présence d’un καταπελταφέης, d’un responsable de l’artillerie. Voir aussi de Souza 1999, 51, ainsi que Stefanakis 2006, part. 53 n. 101, qui montre le lien entre Aigila et la cité crétoise de Phalasarna (contrôle exercé par Phalasarna sur Aigila ; trouvailles de monnaies) et fait une brève présentation des bases de pirates en Méditerranée et de leurs caractéristiques.

26 Pol. 4.6.

27 Pol. 5.95.

28 Pol. 13.81 ; Liv. 34.32-36 ; Van Effenterre 1948, 257-260.

29 Sur les Strophades, cf. nos références Bresson 1993, 175 (avant tout Robert 1960b, 272-274), ainsi que Baladié 1980, 5-6, et Cabanes 1988, 263.

30 Ainsi par G. Iacopi et M. G. Ientile.

31 Segre 1932, 459.

32 Cf. Rhodes-Osborne, GHI, 100, avec nos commentaires supra n. 14. On notera que, en sens inverse, Plutarque, Pompée, 24, évoque les ναύσταθμα πολλαχόθι πειρατικὰ καὶ φρυκτωρια τετειχισμένα des pirates du début du ier s. a.C.

32 Cf. supra n. 25.

33 Ientile 1983, 100. Même point de vue chez Berthold 1984, 98.

34 Pour Cabanes 1988, 260-265, la piraterie illyrienne ne débute guère avant 231-230. Pour Scholten 2000, 150 sq., sa grande expansion en Égée date du milieu du iiie siècle.

35 Pour ces traités, cf. Polybe 3.22-26. On se contentera ici de renvoyer à l’excellente ouvrage de Scardigli 1991 et à notre étude Bresson 2004 pour les mises au point les plus récentes et pour les procédures d’échange entre les deux partenaires.

36 Coarelli 2001, 323-324.

37 Pol. 3.25.

38 Sur le pirate “tyrrhénien” Postumius (d’Antium ou de Pyrgi ?) capturé par Timoléon, voir la bibliographie de Torelli 1975, 419.

39 Segre 1932. Cf. IG, XI. 4, 596 (Durrbach, Choix d’inscriptions de Délos, 39), dédicace des Déliens pour le navarque rhodien Antigénès, fils de Théôros et ses trois triérarques, qui ont entre autres assuré la “sauvegarde” et le “salut des Hellènes”.

40 Cf. le tableau d’Étienne 1990, II, 92 : bataille de Cos en 262 ( ?) selon Will 1979, 224-225, et 231-233 ; en 255/254 selon Buraselis 1982, 146-151.

41 Segre 1932 part. 459-460.

42 Voir en détail Wiemer 2002, 134.

43 Voir en détail les indications sur la graphie dans l’annexe épigraphique.

44 Sacerdoti, II, l. 2, 332/331 ou 326/325 ; l. 4, 330/329 ou 324/323 ; l. 7, 327/326 ou 321/320. Lindos, 46. Pour Segre 1932, 453, n. 1, qui avait relevé la présence de points séparatifs, non signalée par Iacopi, on en trouvait fréquemment à Rhodes et Cos entre le ive et iie s. a.C. Pour Rhodes, nous ne voyons pas ce qui peut justifier cette affirmation : sauf erreur de notre part, il n’y a plus de signes séparatifs à partir du iiie s.

45 Première apparition de la forme /εν/ en 329, Lindos, 1B, prêtre de 329 ; dernière apparition de la forme /εο/ c. 284, dédicace Lindos, 73.

46 TC, 5. Ibid., II, l. 19, pour le nom du prêtre de l’année 255, [Σ]ωφάνης Σωφάνεο[ς], la finale /εο/ nous paraît ici plus que douteuse : cela faisait plus de cinquante ans que la forme n’était plus en usage à Camiros. On doit certainement rétablir Σωφάνευ[ς],

47 TC, 3.

48 Sacerdoti.

49 Segre 1932 p. 457, avait aussi noté l’usage de la forme /εο/. Mais s’appuyant sur l’étude de Hiller, BCH, 36, 1912, p. 235, il considérait que la forme /εν/ ne devint d’usage général que dans la deuxième moitié du iiie s. Cette chronologie doit maintenant totalement révisée.

50 Björkegren 1902, 41 (qui ne notait pas les iota souscrits) : λαστήρια, l. 52 ; λαστάς, l. 53 ; λασταί, l. 56 ; λαστάς, l. 79 ; λαστηρίου l. 80. À la décharge de Fr. Hiller von Gärtringen et de M. Segre, on doit fortement souligner qu’ils ne disposaient d’aucune des trois séries chronologiques que nous avons utilisées. On a vu cependant que Hiller, s’appuyant il est vrai seulement sur des arguments de vraisemblance historique, admettait aussi que l’inscription pouvait dater du début du iiie s.

51 Cf. supra p. 148, n. 17.

52 Aristide, 24.53 Behr ; 25.4 Behr.

53 Brulé 1978, 431, qui suivait M. Segre pour la datation des textes, songeait fortement aux Crétois pour l’attaque contre Aigila. Ce point de vue ne peut plus être accepté.

54 Holleaux 1921, 38-44.

55 Kontorini 1983, part. 31, avec la bibliographie de la question ; Wiemer 2002, 51 songe à une exagération rhétorique de la part de Polybe, non à la réalité d’une coopération effective entre les deux cités.

56 Schmitt 1957, 1-49

57 Schmitt 1957, 36-37, n. 2.

58 Cassola 1960.

59 Schmitt 1957, loc. cit.

60 Plutarque, Aratos, 12.2 (pour le problème de l’identification de l’île, voir les notes de l’édition de la CUF, 1979, p. 83 et p. 228) ; Donati 1965, 5-8.

61 IC, III iv, 18 ; cf. Guarducci 1969, 159-160 : dédicace de Λεύκιος Γαΐου Ῥωμαῖος. Cf. aussi le décret de proxénie étolien pour le Romain Lucius L. f. Ulcius ou Volceius, IG, IX. 12 1, 17a, l. 51 (années 260).

62 Cf. Chronique du Temple de Lindos, Lindos, no 2, § no 37 : dédicace de Ptolémée II ; 38 : Alexandre le Grand ; 39 : Ptolémée Ier (sans doute) ; 40 : Pyrrhus ; 41 : Hiéron de Syracuse. Dédicace de Marcellus à Athana Lindia et dédicace de sa statue après sa mort, Plutarque, Marcellus 30, 6-9. Sur le sens à donner à la Chronique de Lindos, voir Bresson 2006.

Table des illustrations

Légende Musée de Rhodes. Cliché de l’auteur, avec l’aimable autorisation de M. l’Éphore I. Papachristodoulou.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search