Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La Carie

Le voyage de William John Bankes en Carie (1817)

Annie Sartre-Fauriat et Maurice Sartre

Texte intégral

  • 1 Un récit succint de l’ensemble des voyages figure dans Lewis et al. 1996, 57-100. Pour le voyage e (...)
  • 2 Il rentre à Damas à la fin décembre 1817 ou au début de janvier 1818 après avoir exploré la Syrie (...)

1En 1815, William John Bankes, riche propriétaire anglais passionné d’antiquités, quittait ses terres du Dorset et s’embarquait vers l’Orient où il devait rester cinq ans. Après avoir séjourné en Égypte en 1815, il passa une partie de l’année 1816 à explorer la Palestine, le Liban et la Syrie1 puis, le 26 juin 1816, il embarqua à Lattaquié en direction de Chypre. De là, il fit un long voyage de plus d’une année qui le conduisit sur de multiples sites antiques en Grèce et en Asie Mineure. Le 15 octobre 1817, il était de retour à Chypre et s’apprêtait à rentrer en Syrie pour se rendre dans des régions qu’il ne connaissait pas encore ou qu’il estimait avoir insuffisamment explorées2.

  • 3 Dans le document XV E 03 p. 5, il s’adresse au frère du propriétaire d’un palais à Downing College (...)
  • 4 Les papiers de W. J. Bankes sont consultables aux archives du comté de Dorchester (Dorset) qui les (...)

2Parmi les régions que W. J. Bankes visita en Asie Mineure figure la Carie. Malheureusement, comme à chacun de ses voyages exploratoires, Bankes ne semble pas avoir tenu de véritable journal de voyage qui permettrait de suivre au jour le jour son itinéraire et de dire à quelle date il s’est rendu sur chaque site. Sur ce dernier point, tout au plus pouvons-nous soupçonner qu’il se trouvait en Carie dans l’hiver 1816-1817 ou au début du printemps 1817, car il se plaint à plusieurs reprises d’avoir souffert de la pluie et du froid et d’avoir trouvé les fleuves et les ruisseaux en crue. Lors de son passage en Carie, Bankes, en effet, écrivit à un ou plusieurs correspondants restés anonymes auxquels il donnait des informations sur ce qu’il voyait et qu’il sollicitait afin qu’ils lui apportent des informations sur des monuments ou des inscriptions qui lui posaient problème3. Ces lettres, ou plutôt ces brouillons de lettres très raturés, en partie lacunaires, ajoutés aux feuilles sur lesquelles Bankes avait fait des dessins en notant la localisation du monument ou du site, permettent de suivre tant bien que mal les étapes du voyageur, les péripéties survenues et de savoir quels sites et monuments il a vus4.

  • 5 Bankes écrivit à J. L. Burckhardt le 15 octobre 1817 de Chypre pour lui annoncer son intention de (...)

3Bien que nous ne puissions pas dire dans quel ordre précis il a cheminé, nous savons néanmoins qu’après Éphèse il s’est rendu à Didymes (Yeronda), et de là à Milet, ce qu’il indique explicitement dans une de ses lettres (XV C 01). Depuis Milet, en suivant les rives sud du lac Bafa, il atteint le village de Bafa (Baffi) puis un autre village qu’il appelle Myus (Myonte), mais qui, d’après la description qu’il en fait, ne peut être que Héraclée du Latmos (cf. ci-dessous). Il continue alors vers le Sud, passe à Euromos (Iakli), puis à Mylasa (Melasso), avant de résider plusieurs jours à Stratonicée (Eskihizar). De là, il revient à Mylasa, visite Iasos, et se rend enfin à Halicarnasse (Boudroom ou Boudroon). Il s’arrête également à Cnide, mais on ne sait s’il y est allé depuis Iasos par voie de terre, ou depuis Bodrum en bateau. Son voyage en Asie Mineure s’achève par la visite de quelques sites de Lycie (Castel Orizo, Macri = Telmessos, Antiphellos) et de Cilicie (Koorko = Corycos, Tarse) avant de revenir en Syrie où sa présence est attestée au début de l’année 18185.

  • 6 Pococke 1743-1745, cité feuille XV C 04. Nous utilisons ici l’édition française, Voyages de Richar (...)
  • 7 Chandler 1775 (paru la même année à Dublin, nouvelle édition dès 1776 à Londres, puis 3e édition e (...)
  • 8 Choiseul-Gouffier 1782 ; les sites visités par Bankes ont été décrits par Choiseul dans son tome 1 (...)
  • 9 Bankes se montre très critique envers Choiseul-Gouffier ; on en verra des exemples à propos de Str (...)

4Les sites visités par Bankes ne sont donc pas parmi les moins connus de Carie, de même qu’il n’est jamais le premier à s’y rendre. Contrairement à d’autres régions de l’Orient méditerranéen comme la Syrie du Sud, l’Asie Mineure avait été parcourue depuis longtemps par les voyageurs. Pour ne citer que ceux qui précédèrent Bankes sur les mêmes sites, on peut mentionner Richard Pococke6, Richard Chandler7 et le comte de Choiseul-Gouffier8 qui firent des récits assez précis de leurs observations dans des ouvrages largement diffusés. Bankes connaissait ces livres qu’il avait consultés et pris en note car il y fait souvent référence pour confirmer ses prédécesseurs ou pour les contredire9. De ce fait, les documents concernant l’Asie Mineure n’ont pas la nouveauté et l’intérêt de ceux que Bankes rapporta de ses voyages en Syrie, et plus particulièrement de Syrie du Sud, dont il fut l’un des tout premiers explorateurs et, surtout, le premier et parfois le seul à dessiner nombre de monuments aujourd’hui en grande partie disparus.

5En dépit des limites du travail de Bankes en Carie, il nous a paru néanmoins intéressant, dans le cadre de ces Mélanges offerts à un savant qui a travaillé de nombreuses années en Carie, de faire connaître ces documents, œuvres de l’un de ses prédécesseurs dans la région.

Didymes (Yeronda)

  • 10 Plusieurs sont des fragments non localisés : IK-Ephesos, 1136 : inscription honorifique pour Rhodo (...)
  • 11 Chandler, qui vient de Milet, nomme le site Ura ou Urada, ce dernier peut-être à rapprocher de Yer (...)
  • 12 1 = I. Did. 327 : inscription pour l’hydrophore Theogenis, fille de Iason ; 2 = I. Did. 180 : insc (...)

6Après Éphèse, à laquelle ne sont consacrées que deux feuilles (XV B 02 et XV B 03) sur lesquelles sont simplement recopiées quelques inscriptions, toutes revues par la suite10, Bankes se rendit à Didymes qu’il appelle Yeronda11. Pas plus qu’à Éphèse, il ne fit là de croquis très nombreux (feuilles XV D 01, XV D 02 et début de la feuille XV C 01). Une vague esquisse de colonnes surmontées d’un fragment d’architrave et celle d’un moulin au deuxième plan constituent ses seuls essais pour rendre compte des monuments. Bankes a aussi recopié quelques inscriptions, mais toutes connues et publiées depuis12. Son seul apport est de noter, comme à Éphèse, le lieu précis où ils les avaient vues, en général dans des bâtiments proches du temple : no 1 et 2 “dans les ruines d’une petite église sans toit”, no 3 “sur un autel près de l’église actuellement en service”, no 4 “dans le mur de la mosquée en ruine”, no 5 “à l’arrière de l’église actuellement en service”, no 6 “à la porte d’une maison” et no 7 “dans les ruines d’une autre église sans toit”. C’est certainement de ces inscriptions recopiées à Didymes – qu’il pense inédites depuis le passage de Chandler – dont il parle dans une lettre incomplète au début “… Chandler peut (les) avoir publié(es), et ce qui peut avoir été découvert depuis ce temps-là je les ai toutes transcrites” (XV C 01).

  • 13 De nombreuses lettres entre Bankes et Burckhardt sont attestées (cf. Sartre-Fauriat 1996, 10 et 28 (...)

7Il note également dans la suite de la même lettre que “les autres ruines sont sans importance” et que “[les] arcades [qu’il a vues dans l’une d’elles] pouvaient appartenir à un gymnase ou à un bain”. Il en conclut que “la population ne devait pas être considérable sur le site de ce grand temple à une heure du rivage” et il encourage son correspondant à “y faire escale et à le visiter lors de son retour en Angleterre”. On ne sait qui est ce correspondant, alors sans doute en Orient, mais il s’agit peut-être de Burckhardt qui se trouve en Égypte à cette date, et avec lequel, on le sait, Bankes entretint une correspondance régulière pour lui faire part de ce qu’il voyait lors de ses explorations13.

Milet

  • 14 Paus. 7.2.6.

8Après Didymes, Bankes se rendit à Milet car il mentionne avoir vu “plusieurs sarcophages” alors qu’il “arrivait en vue de Milet” (feuille XV C 01). Mais, après avoir écrit “qu’il doutait qu’aucun d’eux puisse être ceux dont parlait Pausanias”, il raya cette phrase se rendant compte que son chemin “n’était pas très proche de la côte”. Bankes voulait sans doute faire référence au passage de Pausanias qui signalait que le tombeau de Neileus, fondateur de Milet, se trouvait près de la porte de la ville sur la route de Didymes14. C’est seulement par cette lettre adressée à son correspondant anonyme que nous savons qu’il a été impressionné par le théâtre qui “se dresse noblement”, “l’un des plus grands [qu’il ait] jamais vus” et sur l’extérieur duquel il remarque qu’il y a “plus d’ornements architecturaux que n’importe où ailleurs”. Il n’y a cependant aucun croquis du bâtiment alors que Bankes se livre à des commentaires architecturaux, notamment sur “les avancées de part et d’autre de la scène construites en maçonnerie solide et pourvues en façade de pilastres, de chambres et de fausses arcades”, et à des hypothèses sur les restaurations et altérations ultérieures subies, selon lui, par le monument. Il en veut pour preuve les différences d’architecture et de décor ainsi que “les déviations inutiles dans la symétrie” qu’il a constatées entre les deux avancées de part et d’autre de la scène.

  • 15 Chandler 1775, I, 329-330.

9Mis à part le théâtre, Bankes signale qu’il n’y a “rien d’autre sur le site”, si ce n’est “des bains turcs et des mosquées en stuc et marbre”, ce qui lui fait dire que “la ville turque devait être d’une taille considérable”, ainsi qu’un “misérable aqueduc sur les collines”. Chandler avait eu lui aussi l’impression que la ville turque était florissante, mais à propos des mosquées, il indiqua qu’une seule subsistait15, sans aucun doute la mosquée d’Ilyas bey, bien conservée jusqu’à nos jours. Bankes est en revanche le seul à signaler l’aqueduc, dont il ne précise pas s’il est antique ou d’époque plus récente.

  • 16 Paus. 7.5.5. Chandler 1775, I, 323.
  • 17 Chandler 1775, I, 324 ; il finit par trouver un radeau triangulaire conduit par un batelier noir a (...)

10Le site était probablement désert lorsqu’il le visita, car, pour dormir, il dut se contenter “d’une des galeries du théâtre qui servait d’étable pour les chameaux”. La pluie semble l’avoir beaucoup incommodé lors de ce séjour, rendant les chemins difficiles et les ruisseaux infranchissables, tandis que le Méandre en crue formait, selon lui, une “rue d’eau continue”. Le traverser posait de tels problèmes qu’il dut “abandonner de mauvaise grâce sa visite dans l’intérieur vers Samsun” où il connaissait l’existence des ruines du temple de “Minerve Polias” sans doute d’après Pausanias, et aussi Chandler qui s’y était rendu16. Ce site, qu’il appelle Samsun, est celui de Priène que l’on atteint après avoir franchi le Samsun Daghi. Chandler, qui avait fait le voyage en sens inverse de Priène/Samsun vers Milet/Palat avait eu beaucoup de difficultés à traverser la large zone marécageuse17. Passant alors par ce qu’il nomme la montagne, c’est-à-dire les collines situées au sud-est de Milet par opposition à la plaine du Méandre, Bankes emprunta “un chemin en escalier large et praticable à cheval” qui l’amena sur les bords du lac Bafa (Baffi pour Bankes), dont les paysages sauvages constitués de bois et de rochers le séduisent malgré le temps exécrable dont il souffrit lors du voyage. Il raconte notamment la “triste nuit” qu’il passa dans une cabane isolée au bord de la route dans laquelle “la pluie s’infiltrait en grosses gouttes par le toit” et où le froid et l’humidité le contraignirent “à passer la nuit à ramasser du combustible dans les bosquets alentour et à le traîner pour activer le feu” dans une pièce où aucune porte ni ouverture ne permettaient d’évacuer la fumée !

Myus”/ Héraclée du Latmos (fig. 1 et 2)

  • 18 Cf. Choiseul-Gouffier 1782, I, 174.
  • 19 Chandler 1775, I, 365 le nomme Bafi ou Capoumoulu.

11Bankes évoque dans plusieurs feuillets de sa correspondance (feuilles XV C 01, XV C 02, XV C 03) un site qu’il visita après Milet. Après être passé d’abord dans le village de “Baffi, près de la tête du lac”18, sans doute le village actuel de Bucak19, qui lui paraît misérable, il trouve la campagne environnante “très belle et pittoresque”. À l’issue d’une pénible marche à pied, il atteignit alors, selon ses dires, “les ruines de l’ancienne Myus sur le lac” dont le “triste village” comptait une “demi-douzaine de maisons” (XV C 01). La description des ruines qui se développe sur trois feuilles différentes montre, à l’évidence, qu’il a confondu Myonte avec Héraclée du Latmos. En effet, après avoir évoqué les “tombes et les murs de Myus” qui lui semblent être ce qu’il y a de plus intéressant parmi des ruines (XV C 01), il décrit plusieurs éléments du site qui, à l’évidence, appartiennent à Héraclée. Il évoque notamment des murs “en assises régulières de double épaisseur et assemblées à joints vifs de 3 ou 4 pieds de long, parfois en opus incertum constitué de fragments de blocs de même taille, qui s’interrompent lorsqu’ils rencontrent des protubérances ou de vilaines masses de rochers” ; parfois les murs les surmontent en s’insérant “par des entailles horizontales”, soit “reposent au-dessus au moyen de pierres dressées comme des dents dans une mâchoire de requin” (XV C 02). En raison de leur “rusticité et [de] leur solidité jamais vues auparavant”, Bankes évoque l’idée que “l’on pourrait croire qu’ils appartiennent à une haute antiquité si l’histoire ne faisait autorité” (XV C 01). Il se montre néanmoins très surpris de trouver un petit arc dans ces murs, persuadé que la technique de l’arc ne pouvait remonter aussi haut, mais il l’attribue à l’époque du temple visible sur le site, qu’il juge plus tardif.

  • 20 Paus. 7.2.11 : “il n’y avait plus de mon temps à Myonte qu’un temple de Dionysos en marbre blanc”.
  • 21 Cf. CIG, 800, il s’agit des mots contenus dans la lettre de L. Cornelius Scipion et de son frère P (...)

12Les tours quadrangulaires à plusieurs étages dont Bankes signale qu’elles apparaissent çà et là sur le pourtour prouvent sans aucun doute que c’est bien à Héraclée et non à Myonte qu’il s’est rendu (XV C 02). La confusion résulte sans doute de la présence d’un petit temple (XV C 01 et C 03) – le temple d’Athéna – dont les vestiges lui laissèrent penser qu’il s’agissait de celui que Pausanias décrivait comme le temple de Dionysos à Myonte20. Situé au bord d’un abrupt, le temple ne conservait, au moment de la venue de Bankes, que les côtés avec les antes, le mur de fond ainsi que les murs de retour de la cella dans le pronaos, tandis que la façade avait disparu. Bien que Bankes soit étonné par la différence de matériaux de construction, de la pierre au lieu du marbre indiqué par Pausanias, il estime qu’il s’agit néanmoins du même temple car les fragments de blocs gisant en façade lui semblent avoir été précisément du marbre, notamment des “fragments dont un d’ordre dorique et des colonnes cannelées” (XV C 03). Le fait qu’une inscription, qu’il eut apparemment du mal à lire car il la qualifie de “puzzle” et dont il ne releva que les mots ΣΤΡΑΤΗΓΟΣ ΥΠΑΤΟΣ ΡΩΜΑΙΩΝ21, ait été gravée sur le temple semble l’embarrasser car il sait bien que Myonte a été abandonnée dès l’époque hellénistique. Aussi, formule-t-il l’hypothèse que “ce temple dut survivre à l’abandon de la cité ou qu’il fut construit longtemps après qu’elle ait été abandonnée” (XV C 03), car il observe que “sa construction nette en blocs bien ravalés” tranche avec le reste des constructions environnantes, massives et grossières (XV C 03).

  • 22 Chandler 1775, I, 369-377.
  • 23 Choiseul-Gouffier 1782, I, 176.

13Bankes n’aurait pas eu à élaborer une hypothèse aussi saugrenue, s’il avait connu une édition plus récente du voyage de Chandler et surtout s’il ne nourrissait pas une animosité constante à l’égard de Choiseul-Gouffier. En effet, Bankes suit l’identification du site qui avait été faite par Chandler22, mais sans savoir que l’erreur de ce dernier a été corrigée par Choiseul. Celui-ci en effet, second visiteur européen aux ruines qui bordent la rive nord du lac Bafa après Chandler, a aussitôt compris que Chandler avait pris Héraclée du Latmos pour Myonte, qu’il sait devoir rechercher beaucoup plus près du Méandre23. L’identification exacte de Choiseul fut d’ailleurs acceptée par les traducteurs de l’édition française de Chandler, en 1806, qui, dans une très longue note (p. 372, n. 121 dont le texte est donné p. 437-440), indiquent clairement que Chandler a confondu Myonte avec Héraclée.

  • 24 Sans doute un bloc arraché au mur de soutènement d’une terrasse, et signalé aussi par Chandler 177 (...)

14Bankes fit également la découverte près du temple d’un “torse de statue colossale vêtue d’un vêtement plissé” qu’il attribue à l’époque romaine et d’un bloc sur lequel était sculpté un bouclier rond (XV C 03)24, mais il ne fit aucun croquis de ces divers éléments ou du moins ceux-ci ne figurent-ils pas dans les archives retrouvées.

Fig. 1 et 2. Héraclée du Latmos (Recto et verso de la feuille XV C 02). Notes de Bankes concernant le site d’Héraclée du Latmos qu’il avait confondu avec Myus.

  • 25 Sur la légende d’Endymion, localisée le plus souvent dans le Latmos, les monuments et les fêtes as (...)

15La feuille XV C 02 comporte également la description d’un “bâtiment de construction aussi grossière que les murs de la ville” que Bankes situe dans la partie basse de la ville. De forme semi-circulaire, il indique qu’il “était aménagé dans le rocher sans grand travail de façonnage” et que sur sa façade se dressaient “cinq colonnes sans base”. Mais, après avoir constaté que les extrémités étaient à angle droit sur les côtés, Bankes estime que c’est “trop petit pour être un théâtre même en supposant que les sièges ont été enlevés depuis longtemps” sans qu’il propose autre chose. Sa description montre qu’il s’agissait naturellement du sanctuaire d’Endymion, situé effectivement dans la partie basse de la ville25.

  • 26 Chandler 1775, I, 371.

16Il indique qu’il existait “plus haut, un espace aplani avec une série de terrasses26 et une rangée de bâtiments dont subsistaient les planchers et les toits avec des portes et des fenêtres au-dessus, sans ornements en façade, et semblant avoir eu des galeries accrochées à l’extérieur”. L’intérieur quant à lui était “subdivisé en sept petites chambres ne communiquant pas entre elles”. Il est vraisemblable que ces descriptions se poursuivaient sur la feuille XV C 03 où Bankes suggère que “des galeries en bois pouvaient suppléer l’absence d’ornement comme dans les bâtiments turcs aujourd’hui” et signale “des colonnes faiblement cannelées au sommet”. Ne sachant quelle destination donner à tout ceci, il parle de “baraquements militaires (barrack) ou logements d’officiers”. Il s’agit en fait de l’agora avec sa rangée de boutiques à deux étages sur le côté sud. C’est sans doute la façade de ce bâtiment, bien conservée jusqu’à aujourd’hui, qui est représentée par un vague croquis à la fin de la feuille XV C 03.

17Son passage dans ce village laissa par ailleurs à Bankes un souvenir assez pénible qu’il évoque par deux fois (XV C 01 et XV C 03). Au cours de la nuit, il entendit se tramer un complot contre lui, visant à “attenter à [s] a vie alors qu[’il était] seul, sans serviteur ni compagnon de voyage”. Il ne dut son salut qu’à la fuite de nuit dans la montagne, ce qu’il appelle avec humour “son Hégyre”, pour regagner Baffi, sans qu’il omette toutefois de remarquer en chemin, à la faveur de la pleine lune, qu’il y “avait en deux endroits des éléments de très solide maçonnerie comme les murs de Myus qui pouvaient être des aqueducs”. Il ne s’est probablement pas rendu compte qu’il traversait les nécropoles situées à l’est du village, sur le chemin qui conduit vers la tête du lac où se situe Baffi. Tiré d’affaire par miracle, Bankes reprit sa route en direction du sud.

Euromos

  • 27 Le toponyme est donné par Chandler 1775, II, 38 ; le texte de Bankes pourrait faire hésiter en Iak (...)
  • 28 Chandler 1775, II, 36-44.
  • 29 Choiseul-Gouffier 1782, I, 168-170.
  • 30 Chandler 1775, II, 40.
  • 31 Choiseul-Gouffier 1782, I, 167-168.
  • 32 Strab. 14.2.23.
  • 33 SEG, 28, 1978, 835.

18D’après la feuille XV C 01, nous savons que Bankes s’est en effet rendu ensuite à “Iakli”27, à l’extrémité de la “vallée de Mondonia” qu’il contemple “depuis un col avec des pins”. Il y réalisa au crayon le dessin d’un temple (XV E 01), celui de Zeus Lepsynos, très bien conservé jusqu’à aujourd’hui. Il sait que ce temple a été vu avant lui par Chandler28 et Choiseul29 qui, l’un et l’autre, plaçaient le site un peu au sud du village de Kiselkick (auj. Kızılcakuyu). Chandler avait identifié le site avec Labraunda30, ce que Choiseul avait contesté fortement31 en s’appuyant sur le texte de Strabon, qui plaçait le sanctuaire de Zeus au nord de Mylasa en direction d’Alabanda32. Il y reconnaissait à juste titre l’ancienne Euromos (XV C 04). Sans justification précise, mais toujours animé d’une certaine hargne à l’égard de Choiseul, Bankes conteste cette identification : “je soupçonne qu’Euromos est à un autre endroit” (XV C 01), et il espère pouvoir donner un nom à cette cité à partir “d’une inscription de 50 lignes” qu’il a découverte “sur un pilier placé à l’extrémité d’une rangée de colonnes et de demi-colonnes couplées en marbre dans un fourré”. Mais l’inscription était très effacée et en petites lettres et, bien qu’on lui ait apporté une échelle et qu’on ait coupé un arbre pour en faciliter la lecture, il ne put lire que le mot ΨΗΦΙΣΜΑ qui lui fit penser qu’il s’agissait d’un décret de la cité. Bien que nous n’ayons que ce seul mot, il doit s’agir de l’inscription, de l’époque hellénistique, transcrivant le décret d’Euromos pour Amyntas fils d’Ainéas et qui mentionne le temple de Zeus Lepsynos33. En revanche, Bankes ne fait pas un mot de commentaire sur l’identification proposée par Chandler : son souhait de trouver le nom de la cité dans l’inscription précitée témoigne sans doute qu’il estimait la question non résolue.

  • 34 II, p. 41.

19De ce temple “d’ordre corinthien à seize colonnes avec une grande part de l’entablement et une portion de frise”, Bankes effectua une esquisse (XV E 01), mais il avoue que finalement le monument lui déplut car “après les ruines qu[’il avait] vues auparavant”, il lui apparut “misérable et sans intérêt”, produisant chez lui le “même dégoût que les ruines d’Antinoé d’Égypte” dont il avait beaucoup attendu et “fait 40 miles pour les voir”. Bien que le temple soit en marbre, il le juge “tardif et non fini”, sans doute en raison des colonnes non cannelées sur l’un des côtés. On est toutefois surpris de voir que Bankes ne parle pas des inscriptions qui sont gravées dans des cartouches sur les colonnes de façade et que Chandler avait vues34.

  • 35 Il est vraisemblable que cette comparaison tient à ses expériences passées en Syrie. D’une part, l (...)
  • 36 Chandler 1775, II, 39.

20Bankes dit avoir passé là “deux jours humides sous la tente des Turcomans”, dont le mode de vie lui suggère des comparaisons avec celui des Arabes qu’il avait fréquentés lors de ses deux voyages dans le Hauran et à Palmyre35. Il apprécia leur “honnêteté et leur franchise”, ainsi que le fait qu’ils travaillent pour gagner leur vie, en particulier les femmes qui faisaient des tapis pour le marché de Smyrne. Malgré ces deux jours passés sur le site, il ne mentionne rien d’autre à Euromos, ni le théâtre, ni les tombeaux alors visibles, ni les remparts signalés par Chandler36.

Mylasa (Melasso)

21Bien qu’on ne puisse en avoir la certitude, il est à peu près certain que Bankes a fait étape à Mylasa après son séjour à Euromos (feuilles XV E 02 et XV E 03), ce qui est la suite logique de l’itinéraire, mais on ne peut exclure qu’il ait gagné directement Stratonicée de Carie. Comme il nous manque le début de la lettre dans laquelle il parle du site et des monuments qu’il y a vus, on ne peut faire le lien entre les deux sites.

  • 37 Syll.3, 167 = IK-Mylasa, 1-3. Cf. Briant 1996, 688-689 et Debord 1999, 386-387.
  • 38 Diodore, XV, 90 et XVI, 36.
  • 39 Blair 1754.

22Sur la feuille XV E 02, Bankes a recopié en minuscules les trois décrets de Mylasa gravés sur la même stèle et statuant sur plusieurs événements survenus lors de la satrapie de Mausole, en 367, 361 et 35537. Les copies de Bankes sont assorties de commentaires, mais ceux-ci portent exclusivement sur la date des textes et la durée des règnes respectifs d’Artaxerxès III et de Mausole, en s’appuyant à la fois sur Diodore38 et sur le chronologiste anglais John Blair39. Pas un mot n’est dit du contenu des décrets, dont le texte devait lui paraître suffisamment explicite pour qu’il se dispense de les commenter.

  • 40 Abondamment décrit et illustré par Choiseul-Gouffier 1782, I, 144-147.

23La lettre de la feuille XV E 03, dont il manque le début, contient quelques informations sur le site et notamment sur le tombeau connu aujourd’hui sous le nom de “mausolée de Gümušken”. Dans cette lettre dont il manque le début, Bankes évoque “les quatre ouvertures dans le plafond”40 et les très “singulières colonnes”, à demi cannelées, d’un type qu’il juge propre à ces régions, bien qu’il n’en ait vu “aucun autre exemple érigé de cette manière ailleurs”, mais seulement sous forme de fragments et plus petites, en remploi dans divers sites “à Mylasa même dans l’aqueduc, à Boudroun, Iakli, Eskihizar et Stanchio”. Il s’élève à ce propos en faux contre les “ingénieuses hypothèses des voyageurs”, sans doute Pococke qui restituait une coupole à l’intérieur de la partie supérieure du tombeau, ce qui supposait que les pierres qui la constituaient avaient disparu. Bankes ne doute pas que la tombe se présente bien dans son état antique, même s’il envisage que des pierres “même deux fois plus grandes” auraient bien pu disparaître puisque “un temple entier avait été balayé de la surface de la terre depuis l’époque de Pococke”. Il fait naturellement allusion ici au temple de Rome et d’Auguste détruit de fond en comble pour construire la nouvelle mosquée, peu de temps avant le passage de Chandler. Il est d’autant plus convaincu que la tombe était bien achevée qu’il note que le plafond était “finement sculpté”.

  • 41 Cf. le plan sommaire donné par Bean 1971, 40.
  • 42 Pococke, tome V, ch. VI, 93.
  • 43 Choiseul-Gouffier 1782, Atlas, pl. 90-91.
  • 44 Bean 1971, 42.
  • 45 Chandler 1775, II, 18-19. Le propriétaire de la maison construite sur les ruines du temple n’autor (...)
  • 46 Choiseul-Gouffier 1782, I, 144 ; cf. Bean 1971, 42. Pococke, tome V, ch. VI, 95-97.

24Il regrette de ne pas avoir vu le théâtre dont il soupçonne qu’il était “caché sous les rues et les maisons, à moins qu’il ne se soit trouvé sur la pente de la colline face au palais du Bey où des rangées de marbre incurvées ont l’air d’être des sièges”. Ce théâtre a bien été localisé depuis sur le flanc est de la colline nommée Topbašı41, mais il n’en restait plus, comme l’avait déjà observé Pococke, que la forme incurvée et quelques débris de marbre42. Bankes remarqua sur place également l’existence des “deux aqueducs”, “l’un assez bas dans la direction de Begin Kalessi” (cf. ci-dessous) et l’autre “traversant la plaine depuis l’Est avec une deuxième rangée d’arcades dont le tiers supérieur avait juste le double de la hauteur de la partie basse”. Construit en maçonnerie grossière, les piles les plus proches de la ville semblent à Bankes de “construction plus moderne en raison des fragments antiques encastrés à l’intérieur”. De fait, cet aqueduc, qui passe au-dessus de la porte de la ville, nommée aujourd’hui Baltalı Kapı, date de l’époque byzantine. Est-ce cette section qu’a vue Bankes ? On ne sait, car il ne signale pas l’existence de la porte, qui pourtant se dressait encore isolée, à l’écart des constructions, lors du passage de Choiseul-Gouffier43. Il est plus étrange qu’il ne dise rien non plus de monuments aujourd’hui difficilement visibles, mais qui l’étaient parfaitement au xixe siècle, notamment la stoa qui encadrait le temple de Zeus Osogoa dont il restait encore quatorze colonnes en place en 188144. En revanche, il ne risquait pas de voir le temple de Rome et d’Auguste sur la pente de la colline, décrit dès 1675 par Wheler et ses compagnons de voyage, détruit lors du passage de Chandler45 et dont Choiseul-Gouffier donna un dessin d’après Pococke qui en avait aussi fait une description46.

Stratonicée (Eskihizar) (fig. 3 et 4)

  • 47 Cf. bibliographie dans CIL, III, 2, p. 804-811 ; Lauffer 1971, 36-37 ; Giachero 1974, 66-67.
  • 48 William Sherard, Letters, 1743, p. 199, 286 [sur le voyage de Sherard : Cormack 1955 ; Robert, Hel (...)
  • 49 Chishull 1728, 165. Copie publiée par Leake 1824, 229, 329 sqq. et 1826.
  • 50 Choiseul-Gouffier 1782, I, 138. Choiseul conteste (p. 135) l’identification d’Eski-Hissar avec Str (...)

25Stratonicée représente dans le voyage de Bankes en Asie Mineure une étape particulièrement importante (feuilles XV E 03 à E 17). Bankes se rendit sur ce site parce qu’il avait lu dans le récit de voyage de Choiseul-Gouffier qu’il y avait là un mur dont l’arrière était entièrement recouvert par une grande inscription que ce dernier n’avait pu copier lui-même faute de temps47. En fait, un fragment de ce texte avait déjà été copié par le botaniste et consul de Grande-Bretagne à Smyrne William Sherard, en 1709, qui ne l’avait pas publié, mais en avait communiqué la copie à quelques amis48. Le chapelain Edmund Chishull en fait état lui aussi quelques années plus tard, mais ne le publie pas davantage49. La première vraie copie de la version la plus longue de ce texte fondamental fut réalisée par Bankes qui y a consacré beaucoup de temps, “plus de trente heures” dit-il, et lui “remplit huit feuilles de papier”. Il éprouva le besoin de donner ces précisions pour s’étonner que Choiseul, qui n’avait pas eu le temps de recopier lui-même le texte, en ait confié le soin à un Grec de ses connaissances dont Bankes doute qu’il ait eu la capacité de faire un tel travail et dont le seul apport aurait été de dire que “l’inscription n’était pas en grec mais en latin” (XV E 03, p. 1). Bankes se montre ici clairement de mauvaise foi car Choiseul-Gouffier avait entrepris la copie, mais ne put poursuivre car il craignait d’être dévalisé par l’agha local ; aussi chargea-t-il “un Papas grec qui paraissait intelligent”50 de faire une copie pour lui, en le payant d’ailleurs fort cher. Ce dernier ne lui envoya guère plus du dixième de la copie, inutilisable, au point que Choiseul douta que ce fût du grec, quoique le texte ait été écrit en lettres grecques. Contrairement à ce qu’affirme Bankes, Choiseul ne vit donc pas même qu’il s’agissait de latin !

Fig. 3. Stratonicée (feuille XV E 04). Notes de Bankes sur le site et l’inscription du maximum.

Fig. 4. Stratonicée (feuille XV E 16). Tirage d’après la lithographie préparée pour la publication de l’inscription du maximum à Stratonicée.

26Bankes travailla à cette copie principalement la nuit, car il avait découvert que les lettres se lisaient mieux à la lumière rasante des chandelles. Recopier cette inscription occupa non seulement une grande partie de son temps, mais le texte fut l’occasion de très nombreux commentaires de Bankes qui chercha à en déterminer la date par l’écriture, et s’interrogea sur la raison de sa gravure ainsi que sur la nature du bâtiment où elle était inscrite. Copie, recherches diverses et commentaires de l’inscription n’occupent pas moins de seize feuilles différentes.

27Bankes avait très bien compris qu’il était en présence d’un décret restreignant “l’extravagance des prix des marchandises et fixant un maximum pour presque toutes les choses possibles qui puissent être achetées et vendues ou louées” (XV E 03). Mais il éprouva beaucoup de difficultés à expliquer la présence d’une inscription en latin à Stratonicée avec des lettres “différentes de toutes celles [qu’il avait] pu voir ailleurs”. Il en vint même à supposer que c’était une inscription très tardive, due aux Génois en raison de la forme “très gothique de quelques-unes de ces lettres”, avant de s’étonner que ceux-ci aient pu avoir des comptoirs aussi loin à l’intérieur et qu’une inscription datée du xive ou du xve siècle n’ait rien comporté en rapport avec la religion. Des mots comme caligae patricii, senatorum ou equestris le conduisirent toutefois à envisager qu’elle était d’époque romaine, ce qui le poussa à s’interroger pour savoir si Stratonicée était une colonie romaine. N’ayant rien à sa disposition pour le vérifier, il demandait à son correspondant de bien vouloir consulter ses livres pour lui. Il envisagea donc que ce décret émanait de Rome et “n’avait pas été émis pour un seul État ou province, mais pour l’ensemble du monde” bien que les articles où il était question, par exemple, de chameaux rendent l’hypothèse improbable à ses yeux.

  • 51 Cf. Sartre-Fauriat 2004, 152-155.

28Bankes continua à travailler sur cette inscription une fois rentré en Angleterre, car de nombreuses feuilles comportent des notes prises dans des ouvrages divers pour tenter d’expliquer l’usage du latin dans les provinces orientales de l’empire (XV E 06). Il se réfère ainsi au Dictionnaire historique et critique de Bayle, à l’article “Claude”, dans lequel il trouva des références à Cicéron, Suétone, Dion, Tite-Live, Valère Maxime ou encore Libanios (XV E 05), et il compara sa copie à quelques manuscrits de bibliothèques dans lesquels des lettres à la graphie identique avaient été relevées. Il se souvint également à cette occasion avoir vu des caractères semblables dans des inscriptions latines à Busr al-Hariri et à Hébran lors de son voyage dans le Hauran, et sur une inscription de Jérash (XV E 04)51.

  • 52 Lauffer 1971, 63, qui indique 1817 avec un point d’interrogation. cf. CIL, III, 2 (1873), p. 804-8 (...)
  • 53 Cf. Lewis et al. 1996, 60.
  • 54 Le Bas 1847-1851.

29À partir de ses transcriptions, il fit une très belle copie de l’ensemble qu’il destinait vraisemblablement à la publication car il fit préparer une lithographie qui devait être éditée par Hullmandel à Londres sous le titre : A Roman Tariff fixing a maximum in price for all manner of commodities, discovered and copied in the year 1817 at Eski-Hissar (supposed the ancient Stratonicea in Caria). It is unscribed on the external wall of a marble prostyle edifice, which was perhaps the Bouleuterion of the city. The greatest length of the inscription is 23 feet 4 inches, its greatest height 9 feet (XV E 16). Mais sa copie fut diffusée sans être réellement publiée puisque Siegfried Lauffer, dans son édition de référence, la mentionne sans être très sûr de la date52. Bankes avait en effet confié des exemplaires des quatre feuillets de sa copie définitive au British Museum et à la bibliothèque de l’université de Cambridge où W. H. Waddington put la voir lorsqu’il y fit ses études entre 1846 et 184953. Cette copie qui, de l’avis de Mommsen, restait la plus complète et la meilleure – “fere perfectum” dit-il dans le CIL –, fut celle qu’utilisa le savant allemand, tout comme W. H. Waddington, conjointement avec l’estampage réalisé une trentaine d’années plus tard par Philippe Le Bas54. Mommsen pouvait d’autant mieux juger de sa valeur qu’en contrôlant la copie de Bankes par l’estampage de Le Bas, dans plusieurs cas, il confirmait la copie de Bankes plutôt que celle de Le Bas.

  • 55 Il en fut de même pour toutes les autres inscriptions que Bankes avait recopiées en Asie Mineure, (...)
  • 56 Cardinali 1825.
  • 57 Leake 1827, 181-204, qui s’appuie à la fois sur Sherard et sur Bankes.

30Bien qu’il ait été conscient de l’importance de la découverte, Bankes ne parvint donc pas à l’éditer réellement55. Ce fut Cardinali qui la reproduisit le premier dans sa communication à l’Académie de Rome en 182556, peu avant G. M. Leake en 182757 qui datait le texte de l’époque de Théodose à partir d’un raisonnement sur l’usage et la rareté de la soie à partir de Dioclétien, ainsi qu’en raison du “style barbare, des mots non attestés dans le latin classique et de la dévaluation de la drachme ou du denier”. C’est un (le ?) tirage de cette lithographie qui figure aujourd’hui dans les archives Bankes à Dorchester (feuille XV E 16), excellemment conservée.

  • 58 Choiseul-Gouffier 1782, I, 137. La brève inscription copiée par Choiseul-Gouffier, qu’il présente (...)

31Le bâtiment sur lequel était gravé l’édit posa également des problèmes d’identification à Bankes. Il avait apparemment compris que Choiseul parlait de cette inscription, quand il écrivait dans son ouvrage : “dans la cour de l’aga, nous découvrîmes sur un édifice carré une longue inscription en haut de laquelle on lit en gros caractères ΜΝΗΜΕΙΟΝΦΙΛΗΚΟY, tombeau de Philecus. Cette inscription, la plus longue que j’ai jamais vue, couvre presqu’entièrement une des faces du monument ; elle est écrite en caractères grecs, presque tous différents des caractères usités”58. À la suite de cela, Bankes se lance dans une sévère critique de Choiseul : “je suis très en colère contre lui et il mérite d’être dénoncé pour cela”, se demandant comment l’on pouvait se tromper à ce point et dire qu’il s’agissait du tombeau de Philectos (sic) compte tenu de l’emplacement du monument : “en plein centre-ville, sur un axe direct entre le théâtre, la grande colonne et les restes d’un portique” et dont “rien n’est plus éloigné de la forme d’une tombe ancienne en général”, le bâtiment étant d’une “forme oblongue avec un portique et des portes latérales”, sauf à l’avoir regardé “avec une attention insuffisante”. Même si les coïncidences sont troublantes – une très longue inscription couvrant tout un mur, écrite dans des lettres peu classiques, voire étranges – Choiseul parlait-il de l’inscription de l’édit du maximum dans laquelle il pouvait difficilement avoir lu le mot μνημεῖον en grec ? Nous aurions tendance à penser qu’il ne parlait pas de la même inscription puisqu’elle est en grec, et l’on peut alors hésiter entre une mauvaise lecture de Choiseul par Bankes et une nouvelle occasion d’exprimer son animosité à l’égard du Français dont il suggère toutefois qu’il a pu “trouver [ces mots] sur quelques fragments gisant autour et, pensant que le monument devait être une tombe, les lui a attribués”.

  • 59 Il s’agit du décret de la boulè pour le traitement et l’entraînement des hymnodes CIG, 2715 + p. 1 (...)
  • 60 Il y a en fait deux inscriptions mentionnant Zeus Panamara et Sérapis, mais c’est sans doute IK-St (...)
  • 61 Pococke, p. 105.
  • 62 L’architecte français Pierre Trémaux (1856-1863), parle encore de temple de Sérapis à propos du bo (...)

32Pour justifier sa critique à l’égard de Choiseul, Bankes fait alors une description sommaire de l’architecture du bâtiment destinée à montrer que ce ne pouvait être un tombeau : “un bâtiment oblong à angles droits, ouvert en façade avec peut-être un portique et une porte sur chaque côté”, dont une grande partie du fond était “probablement dissimulé par d’autres bâtiments parce qu’il n’est pas ravalé avec soin”. Bankes rectifie le plan du monument tel que le décrivait Choiseul ; ce dernier avait en effet pris pour l’entrée du bâtiment ce qui était en réalité une des portes latérales et, par conséquent, il localisait l’inscription sur le mur arrière, et non sur celui d’un des côtés. Il vante la construction de cet ensemble fait de “blocs en marbre blanc appareillés avec une grande exactitude”, mais tout en constatant l’absence d’ornements autre qu’une “frise de boucliers ronds” dont “l’un a une épée suspendue derrière lui” (XV E 04), il avoue que “tout dans le style et les proportions est si bon qu’il a rarement vu un bâtiment de plus de dignité” (XV E 03). En raison de l’aménagement intérieur dont “le centre était en forme de demi-cercle avec deux rangées de sièges assez étroits et les côtés sont faits comme un carré” (XV E 04), et la présence de “plusieurs longues inscriptions en grec” gravées sur le même mur que l’édit, mais à l’intérieur59 (l’une d’elle est recopiée sur la feuille XV E 17), Bankes s’interroge sur la destination du monument. En se fondant sur ces inscriptions, une dédicace à Jupiter et Hélios Sérapis60 et un décret “à placer dans le pronaos du temple de Sérapis et dans l’exèdre du bouleutèrion”, il hésite alors à en définir la nature, temple de Sérapis ou bouleutèrion. L’idée que ce bâtiment fût un temple dédié à Sérapis venait de Pococke61 et se perpétua encore longtemps62. Mais Bankes estime néanmoins que “l’inscription en latin serait beaucoup mieux à sa place sur la maison du conseil”, de même que l’inscription votive parmi d’autres actes publics. Bankes doute donc que le monument soit un temple même si le mur sur lequel se trouvaient les inscriptions grecques lui semble être un pronaos. Il conclut donc prudemment que “la question se trouve entre les deux”. Les fouilles effectuées depuis prouvent que Bankes avait eu la bonne intuition et que le monument était bien le bouleutèrion de la cité.

33Parmi les autres monuments du site, Bankes signale un “bâtiment avec une très grande colonne corinthienne dressée qui est peut-être un gymnase ou un bain” (XV E 03 p. 4), “avec un espace semi-circulaire au centre et une arcade ou peut-être une abside de chaque côté” (XV E 04). Il est évident qu’il a bien vu les restes du gymnase du iie siècle avec ses quatre salles encadrant une cinquième salle semi-circulaire, à la décoration luxueuse et dont il reparle un peu plus loin à propos de l’angle nord-est de la ville où gisait “un grand nombre de colonnes à terre” ainsi que “de grands fragments de plafond en marbre ornés de guirlandes et de génies dans l’angle Nord-Est de la ville” (XV E 04). Il signale également un autre monument antique au “plan très singulier qui a au-dessus à l’extérieur une rangée de boucliers circulaires et quelques colonnes corinthiennes cannelées à l’intérieur” (XV E 04 p. 5). On peut se demander s’il ne fait pas allusion ici encore au gymnase où les murs intérieurs de l’une des salles sont en effet ornés de colonnes cannelées engagées, et dont il n’avait peut-être pas soupçonné le gigantisme au point de croire à des bâtiments différents. Tout près du bouleutèrion, il vit aussi “les restes d’un portique” (XV E 03 p. 4). Quant au théâtre en marbre, adossé à la colline et orienté au Nord, il avait encore ses gradins, mais la scène était tombée ; ne subsistaient que “des chapiteaux d’une variété d’ordre corinthien comme ceux dans la tombe de Melasso (Mylasa) et deux masques en marbre” (XV E 03 p. 5 et XV E 04).

34Près des murs de la ville, qui lui semblent tardifs et de peu d’extension (XV E 03 p. 5 et XV E 04), il signale “une arcade avec une architrave” qui lui semble “une porte de la ville” (XV E 04). Il s’agit certainement de la porte nord, dont l’arc est partiellement conservé.

  • 63 Sur ces stèles représentant des gladiateurs en armes avec de multiples couronnes tout autour d’eux (...)

35Bankes évoque également la présence dans un champ d’un tombeau construit en grands blocs de marbre blanc, lisses, d’une “remarquable construction, recouvert d’une voûte et divisé à l’intérieur en trois chambres avec de larges portes de communication, mais sans sarcophage” (XV E 03 p. 6 et XV E 04). Peut-être s’agit-il du tombeau situé devant la porte nord, en réalité mi-hypogée, mi-construit. Il vit également un autre tombeau à une seule chambre, couvert d’une “voûte de plus grande dimension située sur une butte à l’ouest des ruines le long de la route” qui devait être surmonté d’une construction en raison des “blocs moulurés et de la riche frise qui gisaient à côté” (XV E 03 p. 6 et XV 04). Près d’une tour turque qui occupait l’emplacement du tombeau, il découvrit aussi un “lion colossal en marbre” dont il suggère que c’était “peut-être celui de la tombe de Pausanias” (XV E 03 p. 6) et des fragments de statues dont une avec toute la partie inférieure drapée (XV E 04). “Dans un champ en contrebas”, il trouva “un relief de guerrier avec des lettres grecques” qui pourrait être l’une de ces stèles de gladiateurs en armes retrouvées sur le site63. Enfin, dans le jardin de la maison de l’Agha il vit “un petit sarcophage ou coffre en marbre”, décoré de “guirlandes et de fruits ainsi que de mains ailées” (XV E 03 p. 5 et XV E 04).

Beçin Kalesi (Begin Kalessi)

  • 64 R. Chandler 1775, II, 26 nomme le site Paitshin.

36En revenant à Mylasa depuis Stratonicée, Bankes escalada le “rocher escarpé et difficile d’accès” où se trouvait le château de Beçin Kalesi, qu’il nomme Begin Kalessi (feuille XV E 04), à 5 km au sud de la ville et qui “se dressait si haut qu’il faisait le principal objet de toute cette plaine en contrebas”64. Mais il fut déçu par la pauvreté de l’ensemble, même si quelques gradins en marbre attirèrent son attention, et il en vint à conclure que le château “datait de l’époque turque ou au mieux du bas Empire, de la plus pauvre construction”. De fait, si le site fut peut-être l’emplacement primitif de Mylasa jusqu’au début du ive siècle a. C., l’essentiel des vestiges visibles est constitué de constructions des xive et xve siècles.

Iasos (Assam Kalessi)

  • 65 Texier 1839-1849. Iasos se trouve dans le vol. III, 136-146. Sur le feu mis aux broussailles pour (...)

37Traversant à nouveau Mylasa, Bankes se rendit au bord de la mer, sur la presqu’île qu’il désigne sous le nom de Assam Kalassi (Asin Kurin jadis, Kıyıkıšlacık aujourd’hui), dont il pense qu’il s’agit de l’ancienne Iasos située “sur la côte d’un golfe étroit” (XV C 01). Il consacre un long développement à ce lieu construit sur “une butte rocheuse en forme de péninsule dans la mer” et dont le “côté ouest possède une étroite crique lui servant de port”. Les ruines lui paraissent “considérables, mais malcommodes et difficiles d’accès en raison des bosquets qui les ont recouvertes”. Cette remarque est d’autant plus intéressante qu’elle corrobore exactement celle que fit moins de vingt ans plus tard Charles Texier65, lequel n’hésita pas à faire mettre le feu aux broussailles pour dégager les édifices, quitte à leur causer d’irréparables dommages.

38Bankes est émerveillé par les “remarquables murailles dont les plus anciennes étaient en marbre blanc faites de blocs à bossage d’épaisseur variable” et par les tours qui se dressent à intervalle, tout en remarquant une époque différente de construction sur deux des côtés de la muraille en raison de “l’infériorité du style du travail et des inscriptions remployées en elle”. Il vit également “le théâtre construit sur la pente sous l’acropole qui était parfait à l’exception de la scène”, quelques sièges manquaient, mais “les portes et les galeries intérieures étaient complètes”. Il est bien dommage que Bankes n’ait fait aucun croquis de ces monuments car remparts et théâtre ont aujourd’hui presque complètement disparu. En 1887, les autorités ottomanes ordonnèrent en effet leur démolition pour construire les quais du port de Bebek, à quelques kilomètres au nord d’Istanbul, juste avant d’arriver à Rumeli Hissar.

  • 66 Cf. restitution de Baldoni et al. 2004, 77.

39À cause de la végétation et bien qu’il ait remarqué beaucoup de blocs épars, Bankes eut de la peine à identifier les monuments en dehors du théâtre, des remparts et des tombeaux. Le site étant désert (“il n’y a pas d’habitant à Assem Kalassi”), il s’installa dans un bâtiment “aux deux tiers enterré dans le sol avec une porte en marbre blanc” qui lui sembla être un “bâtiment public”. Il y avait “une longue galerie voûtée et étroite en façade sur laquelle s’embranchaient d’autres galeries à l’arrière” et une inscription grecque qu’il “aurait voulu pouvoir recopier”. Il peut s’agir du bouleutèrion, qui comportait en effet des galeries66, ou, moins probablement, d’éléments effondrés des portiques.

  • 67 Cf. les dessins qu’en a donné Ch. Texier.
  • 68 Sarcophage sans aucun décor ; Baldoni et al. 2004, 126.
  • 69 Baldoni et al. 2004, 132-135.

40Il signale également de multiples tombeaux dont deux d’entre eux avaient été construits “comme des contreforts le long du mur est (l’un des deux plus anciens côtés)” et semblent avoir disparu aujourd’hui. Ils étaient “grands avec des chambres basses, ouverts en façade et voûtés au sommet” et, dans chacun d’eux, il y avait de “prodigieux sarcophages de marbre blanc mesurant 8 à 9 pieds ou plus avec leur couvercle encore dessus”. Il considère que “la nécropole au-delà de la crique est la plus complète et la plus riche en tombes qu’il ait vue” avec des sépultures sur un modèle unique : “une petite chambre carrée couverte au sommet et une très petite porte basse” qui lui font penser “aux niches utilisées pour les chiens en Angleterre”67. Construites en blocs cimentés, certaines d’entre elles portaient des tablettes inscrites en grec au-dessus de la porte avec des formules de limitation d’usage de la tombe à certaines personnes et des amendes ou des punitions prévues en cas de transgression. Ces tombes “ne contenaient pas de sarcophages, mais plus loin dans la plaine il y en avait quelques-uns, isolés68, ainsi que quelques autels”. De ces tombeaux, répartis à l’ouest et au nord de la ville, Charles Texier a donné des dessins ; la mission italienne a repéré deux grands groupes de tombes sur les pentes du plateau occidental, de l’autre côté du golfe, vingt-cinq regardant vers l’est-sud-est, une soixantaine d’autres sur le versant nord, regardant dans toutes les directions69. Quant aux autels, il s’agit sans doute en partie des autels ronds à bucrane et guirlande comme on peut en voir dans l’Antiquarium de Iasos.

Halicarnasse (Bodrum) (fig. 5-11)

  • 70 On pourra le comparer à celui qui fut dressé par les archéologues danois en 1968 et constater que (...)

41Parmi les documents les plus intéressants qui furent réalisés par Bankes en Carie figure certainement le plan légendé en couleur de Bodrum, accompagné de mesures diverses et les croquis des sculptures provenant du mausolée et qui se trouvaient encastrées dans les murs d’un bâtiment situé sur le port (feuilles XV F 01-F 18). Le plan effectué en 1817 par Bankes montre que le rempart, large de plus de 3 m, était encore en grande partie visible, bien que réduit en hauteur (entre 4 et 8 assises selon Bankes) sauf dans la partie sud-est70. Il était construit en gros blocs à joints vifs, parfois de taille irrégulière, et utilisait par endroits le rocher laissé brut, notamment dans la partie nord-ouest, ou qui était taillé à la manière d’un mur. La porte à l’ouest, large de 12,60 m, était encore flanquée de ses deux grosses tours conservées sur une grande hauteur. Certains monuments ou parties d’entre eux étaient encore visibles et Bankes signale que ce qui est antique est distingué sur le plan en étant en rouge :

  • le théâtre au nord-ouest dont Bankes précise “qu’il n’est pas en marbre”,
  • une grande plateforme rectangulaire en solide maçonnerie avec deux fragments de colonnes en marbre” au nord, à laquelle Bankes ne donne aucune attribution71,
  • des colonnes qui passaient pour être à l’emplacement d’un “temple de Mars”72,
  • une construction oblongue au sommet d’une butte à l’extérieur des remparts.

Fig. 5. Bodrum (feuille XV F 01). Plan de la ville en 1817.

Fig. 6. Bodrum (feuille XV F 04). Dessin d’un bas-relief du mausolée d’ Halicarnasse.

Fig. 7. Bodrum (feuille XV F 06). Dessin d’un bas-relief du mausolée d’Halicarnasse.

Fig. 8. Bodrum (feuille XV F 07). Dessin d’un bas-relief du mausolée d’Halicarnasse.

Fig. 9. Bodrum (feuille XV F 12). Dessin des sculptures d’un sarcophage conservé dans la maison du gouverneur.

Fig. 10a et b. Bodrum (feuille XV F 17). Bas-reliefs sur un autel.

42Quelques tombeaux construits sous forme de “petites chambres avec des toits et de petites portes”, dont quelques-uns portaient des inscriptions, furent également repérés à l’extérieur de la porte ouest et d’autres, “creusés, laissant apparaître des trous carrés pour introduire des corps ou des sarcophages et dont les chambres avaient des renfoncements taillés dans les parois latérales”, se trouvaient à l’extérieur du mur au nord.

43Le plan mentionne également la présence de maisons au-dessus du port et de bâtiments anciens au sud, dans la partie ouest du port. Bankes évoque en outre dans la légende des “pavements de mosaïque parfaits dans la cour de la maison du Bey” située le long du rivage où se trouvaient des chantiers navals.

  • 73 Bankes fit ainsi transporter dans le jardin de son château du Dorset un obélisque de Philae qui s’ (...)

44Ce qui est beaucoup plus étonnant, c’est de ne trouver aucune trace de l’emplacement du mausolée sur le plan de Bankes alors qu’il figure sur le plan de Newton. Bankes a cependant dessiné de multiples fragments des sculptures en bas-relief représentant le combat contre les Amazones et les Centaures qui en provenaient (XV F 07 à XV F 15). Bien que Bankes ne le dise pas explicitement, ils étaient apparemment en remploi dans un bâtiment qui se trouvait au bord de la mer, près du quartier des artisans et des chantiers navals qui est certainement ce qu’il appelle le “bâtiment aux frises” que l’on voit représenté sur le plan à gauche de la rade du port. Dans un bâtiment voisin, “sorte de hangar ou de magasin”, se trouvaient d’autres bas-reliefs dont Bankes doutait qu’ils aient appartenu au mausolée car le style était différent bien que l’ensemble soit à la même échelle (XV F 02 et XV F 10). On ne manque pas d’être surpris par les commentaires concernant ces croquis qui se concluent tous par un diagnostic sur la facilité ou non à détacher ces reliefs, y compris le lion couché malgré la hauteur à laquelle il se trouvait (XV F 03). Certes, Bankes constate que ces reliefs sont à l’abandon et menacés de destruction par les artisans “qui les ébrèchent chaque jour”, mais on retrouve là une pratique habituelle en son temps qui consistait à faire prélever des parties de monuments ou même des monuments entiers afin de les expédier dans les pays d’origine de leurs inventeurs73. Les bas-reliefs sont d’ailleurs désormais au British Museum, ramenés par Newton à la suite des fouilles de 1857.

Fig. 11. Bodrum (feuille XV F 18). Inscriptions et autel sculpté.

45Quelques croquis supplémentaires viennent compléter le dossier consacré à Bodrum :

  • un devant sculpté de “sarcophage entreposé dans la maison du gouverneur” composé de guirlandes, bucranes et grappes de raisins (XV F 12),
  • une stèle représentant un personnage assis et une couronne de laurier dans l’angle supérieur droit (XV F 13),
  • une esquisse de frise avec des cavaliers au galop (XV F 14),
  • la reproduction de deux statues, l’une debout d’une femme et l’autre assise d’un homme sous la légende “autel Boudroom” (F 15),
  • un portique à six colonnes doriques surmonté d’une architrave à triglyphes et métopes (F 16),
  • des sculptures en bas-relief sur un “autel” représentant peut-être une scène de sacrifice (F 17),
  • une inscription “sur une grande pierre sur la porte du gouverneur”, en l’honneur de Tibère et Drusus dans laquelle Bankes n’a pas vu la dernière ligne avec le nom de l’exécutant (CIG, 2657) et, sur la même feuille, un dessin d’autel circulaire avec des guirlandes et des bucranes (F 18).

Cnide

46On ne sait comment Bankes est allé à Cnide : depuis Iasos par voie de terre, ou par bateau depuis Bodrum, via Cos ? Son passage dans la ville se résume à une seule feuille conservée dans ses archives, avec une dimension : “théâtre : 31 pas”, et l’esquisse au crayon de deux statues en pied d’une femme et d’un homme (feuille XV F 19).

47On le voit, Bankes ne peut passer pour l’un des explorateurs majeurs de la Carie antique. Guidé par les travaux de ses illustres devanciers, Pococke, Chandler et Choiseul-Gouffier principalement, il apporte peu de lui-même et, souvent victime de ses a priori, il lui arrive de faire fausse route. Son animosité envers Choiseul par exemple lui fait préférer la répétition des erreurs évidentes de Chandler. Sur un point cependant son apport est inestimable : sa copie de l’édit du Maximum de Stratonicée reste la plus complète et la plus fiable. Bien qu’il n’ait pas publié les résultats de ses travaux en Asie Mineure, pas davantage que ceux de Syrie pourtant plus novateurs, Bankes avait eu l’intelligence de faire réaliser une magnifique lithographie qui circula suffisamment pour que Leake et Cardinali d’abord, puis Waddington et Mommsen en aient connaissance. Ne serait-ce que pour cette seule raison, William John Bankes mérite bien de figurer au panthéon des explorateurs de la Carie.

Notes

1 Un récit succint de l’ensemble des voyages figure dans Lewis et al. 1996, 57-100. Pour le voyage en Égypte, cf. Usick 2002. Pour l’exploration de la Syrie du Sud, cf. Sartre-Fauriat 2004.

2 Il rentre à Damas à la fin décembre 1817 ou au début de janvier 1818 après avoir exploré la Syrie du Nord et l’Antiliban. Il en repart aussitôt pour le Hauran où il reste jusqu’à début mars 1818, date à laquelle il est à nouveau en Palestine avant de rejoindre l’Égypte en août.

3 Dans le document XV E 03 p. 5, il s’adresse au frère du propriétaire d’un palais à Downing College où avait œuvré l’architecte William Wilkins entre 1805 et 1820 et auquel Bankes fait référence concernant des ornements que celui-ci avait introduits dans le programme décoratif du palais. Il s’agit sans doute d’un des bâtiments qui constituent aujourd’hui le collège situé à Cambridge où Bankes avait fait ses études. Le correspondant pourrait être un membre de la famille Downing.

4 Les papiers de W. J. Bankes sont consultables aux archives du comté de Dorchester (Dorset) qui les conserve depuis leur découverte en 1992 dans le château de Kingston Lacy, propriété de Bankes à quelques kilomètres de Dorchester, où elles dormaient depuis 1820 dans des cartons. Nous donnons ici pour chaque feuille la numérotation que nous avons établie pour le compte du service des archives du comté.

5 Bankes écrivit à J. L. Burckhardt le 15 octobre 1817 de Chypre pour lui annoncer son intention de rentrer en Syrie. Il dut passer les mois de novembre et décembre en Syrie du Nord avant de rentrer à Damas d’où, le 10 janvier 1818, il part pour la Syrie du Sud où il devait rester jusqu’à la fin février de la même année. Cf. Sartre-Fauriat 2004, 15.

6 Pococke 1743-1745, cité feuille XV C 04. Nous utilisons ici l’édition française, Voyages de Richard Pococke en Orient, dans l’Égypte, l’Arabie, la Palestine, la Syrie, la Grèce, la Thrace, etc., Paris, 1772-1773, en 7 vol. (il existe une édition en 6 vol. parue la même année à Neuchâtel, avec les mêmes traducteurs, MM. Eydous et de la Flotte). Le voyage de Pococke au Proche-Orient eut lieu en 1737-1738 et les sites d’Asie Mineure visités par Bankes se trouvent décrits au t. 5.

7 Chandler 1775 (paru la même année à Dublin, nouvelle édition dès 1776 à Londres, puis 3e édition en 1817), cité feuilles XV C 01 et XV C 04 [édition consultée ici, Voyages dans l’Asie Mineure et en Grèce, trad. fr. de J.-P. Servois et Barbié du Bocage, Paris 1806, qui regroupe le volume de 1775 et Travels in Greece, Oxford 1776]. Le voyage a débuté en juin 1764 et Chandler parcourt la Carie en avril 1765.

8 Choiseul-Gouffier 1782 ; les sites visités par Bankes ont été décrits par Choiseul dans son tome 1. Les gravures, insérées dans le volume, ont été ensuite reprises dans un volume séparé formant atlas. Le voyage de Choiseul-Gouffier se situe en 1776, soit avant sa nomination comme ambassadeur à Constantinople, intervenue en 1784 (il y reste officiellement jusqu’en 1791, mais, refusant de céder la place à son successeur, il tint le siège durant un an dans son ambassade avant d’émigrer en Russie).

9 Bankes se montre très critique envers Choiseul-Gouffier ; on en verra des exemples à propos de Stratonicée où celui-ci prétend avoir vu l’inscription de l’édit du maximum sur une tombe (feuille XV, E 03). Cf. également feuille XV C 01. Mais cela le conduit parfois à adopter les erreurs de Chandler.

10 Plusieurs sont des fragments non localisés : IK-Ephesos, 1136 : inscription honorifique pour Rhodopianos par le boularque Paulus ; IK-Ephesos, 823 : inscription honorifique pour un grand prêtre d’Asie par Favorinius Flacillus ; IK-Ephesos, 1361 : prière chrétienne pour le salut d’un serviteur (du Christ) et sa famille ; IK-Ephesos, 1795 : fragment où il est question de la boulè ; IK-Ephesos, 2114 : inscription funéraire. Deux textes plus longs “sur des autels” recopiés “près du village” : le décret en l’honneur du médecin Attalos Priscus “encastré dans l’une des piles de l’aqueduc” (IK-Ephesos, 622) et un décret de la boulè déclarant sacré le mois d’Artemision (IK-Ephesos, 24B). Au verso de la feuille XV B 03, Bankes avait également copié au crayon cinq inscriptions qui toutes ont été vues et publiées depuis (CIL, III, 431 ; IK-Ephesos, 989, 640, 984 et 708).

11 Chandler, qui vient de Milet, nomme le site Ura ou Urada, ce dernier peut-être à rapprocher de Yeronda et que nous n’avons pas trouvé ailleurs : Voyages, t. 1, p. 334-335.

12 1 = I. Did. 327 : inscription pour l’hydrophore Theogenis, fille de Iason ; 2 = I. Did. 180 : inscription honorifique de la boulè et du peuple pour Aurelius Posidonios, athlète victorieux aux Megalè Didymeia ; 3 = I. Did. 200 : inscription honorifique par les agonothètes pour -----ianos Artemidoros, victorieux au Panionion ; 4 = I. Did. 279 : inscription pour le grand prêtre d’Ionie Posidonios, fils de Diodotos ; 5 = I. Did. 162 : inscription honorifique pour Marcus Aurelius Domnos, athlète, chorège et amphithalès, victorieux aux Megalai Didymeia ; 6 = I. Did. 343 : inscription pour Malia Rufina vers 100 p.C. et 7 = I. Did. 360 : inscription pour -----is, fille de Bakchias.

13 De nombreuses lettres entre Bankes et Burckhardt sont attestées (cf. Sartre-Fauriat 1996, 10 et 281-288). La dernière écrite par Bankes le 15 octobre 1817 de Chypre (cf. plus haut note 5) ne devait jamais être envoyée car Burckhardt mourut le même jour au Caire ; Bankes en fut sans doute informé avant d’envoyer sa lettre dont l’original se trouve à Dorchester (HJ 1/75).

14 Paus. 7.2.6.

15 Chandler 1775, I, 329-330.

16 Paus. 7.5.5. Chandler 1775, I, 323.

17 Chandler 1775, I, 324 ; il finit par trouver un radeau triangulaire conduit par un batelier noir auquel il trouve un air de satyre !

18 Cf. Choiseul-Gouffier 1782, I, 174.

19 Chandler 1775, I, 365 le nomme Bafi ou Capoumoulu.

20 Paus. 7.2.11 : “il n’y avait plus de mon temps à Myonte qu’un temple de Dionysos en marbre blanc”.

21 Cf. CIG, 800, il s’agit des mots contenus dans la lettre de L. Cornelius Scipion et de son frère Publius à Héraclée gravée sur un bloc d’ante du temple et datant de 189 a. C.

22 Chandler 1775, I, 369-377.

23 Choiseul-Gouffier 1782, I, 176.

24 Sans doute un bloc arraché au mur de soutènement d’une terrasse, et signalé aussi par Chandler 1775, I, 371.

25 Sur la légende d’Endymion, localisée le plus souvent dans le Latmos, les monuments et les fêtes associées (et l’absence de mystères) cf. en particulier J. et L. Robert 1978, 477-490, et Robert 1980, 351-353. Cf. Strab. 14.1.8.

26 Chandler 1775, I, 371.

27 Le toponyme est donné par Chandler 1775, II, 38 ; le texte de Bankes pourrait faire hésiter en Iakli et Sakli.

28 Chandler 1775, II, 36-44.

29 Choiseul-Gouffier 1782, I, 168-170.

30 Chandler 1775, II, 40.

31 Choiseul-Gouffier 1782, I, 167-168.

32 Strab. 14.2.23.

33 SEG, 28, 1978, 835.

34 II, p. 41.

35 Il est vraisemblable que cette comparaison tient à ses expériences passées en Syrie. D’une part, les problèmes qu’il eut avec les sheikhs du Hauran quand il voulut se rendre à Oum al-Jimal, et d’autre part la mésaventure survenue à Palmyre où il resta enfermé quatre jours et demi dans le temple de Bel faute de vouloir payer plus cher les bédouins du lieu. Pour Oum el-Jimal : Sartre-Fauriat 2004, 15-16 et 27-29. Pour Palmyre : Finati 1830, 168-177.

36 Chandler 1775, II, 39.

37 Syll.3, 167 = IK-Mylasa, 1-3. Cf. Briant 1996, 688-689 et Debord 1999, 386-387.

38 Diodore, XV, 90 et XVI, 36.

39 Blair 1754.

40 Abondamment décrit et illustré par Choiseul-Gouffier 1782, I, 144-147.

41 Cf. le plan sommaire donné par Bean 1971, 40.

42 Pococke, tome V, ch. VI, 93.

43 Choiseul-Gouffier 1782, Atlas, pl. 90-91.

44 Bean 1971, 42.

45 Chandler 1775, II, 18-19. Le propriétaire de la maison construite sur les ruines du temple n’autorisa pas Chandler à pénétrer sur le site.

46 Choiseul-Gouffier 1782, I, 144 ; cf. Bean 1971, 42. Pococke, tome V, ch. VI, 95-97.

47 Cf. bibliographie dans CIL, III, 2, p. 804-811 ; Lauffer 1971, 36-37 ; Giachero 1974, 66-67.

48 William Sherard, Letters, 1743, p. 199, 286 [sur le voyage de Sherard : Cormack 1955 ; Robert, Hellenica, 13, 112, 162 sq.].

49 Chishull 1728, 165. Copie publiée par Leake 1824, 229, 329 sqq. et 1826.

50 Choiseul-Gouffier 1782, I, 138. Choiseul conteste (p. 135) l’identification d’Eski-Hissar avec Stratonicée, suggérée par Pococke puis Chandler, mais reconnaît n’avoir rien de mieux à proposer car Hydissa, à laquelle il songe, lui semble avoir été une trop médiocre cité pour laisser des vestiges d’une telle importance.

51 Cf. Sartre-Fauriat 2004, 152-155.

52 Lauffer 1971, 63, qui indique 1817 avec un point d’interrogation. cf. CIL, III, 2 (1873), p. 804-811 – texte B de Mommsen – Le Bas-Waddington, III, 535

53 Cf. Lewis et al. 1996, 60.

54 Le Bas 1847-1851.

55 Il en fut de même pour toutes les autres inscriptions que Bankes avait recopiées en Asie Mineure, en Égypte et en Syrie. Dans ce dernier cas, des lithographies avaient été également préparées, mais rien ne fut publié. Cf. Lewis et al. 1996, 57-100 et plus particulièrement les p. 59-60 et Sartre-Fauriat 2004, 12 et 291.

56 Cardinali 1825.

57 Leake 1827, 181-204, qui s’appuie à la fois sur Sherard et sur Bankes.

58 Choiseul-Gouffier 1782, I, 137. La brève inscription copiée par Choiseul-Gouffier, qu’il présente comme partie du très long texte qui suit, n’a été reprise par personne et nous ne la trouvons nulle part dans les inscriptions de Stratonicée, même sous une forme déformée.

59 Il s’agit du décret de la boulè pour le traitement et l’entraînement des hymnodes CIG, 2715 + p. 1108 = SEG, 15, 655 = IK-Stratonikeia, 1101.

60 Il y a en fait deux inscriptions mentionnant Zeus Panamara et Sérapis, mais c’est sans doute IK-Stratonikeia, 1104, qu’a vu Bankes, dédicace à Zeus Panamara et à Hélios Zeus Sérapis. Elle avait déjà été copiée par Pococke, Sherard, Chishull et Chandler, d’où CIG, 2716.

61 Pococke, p. 105.

62 L’architecte français Pierre Trémaux (1856-1863), parle encore de temple de Sérapis à propos du bouleutèrion. Fellows 1841, 80, en publiant deux des inscriptions du bouleutèrion, localise la première sur le mur du temple et l’autre sur celui de la “maison du conseil”. Le premier à avoir établi qu’il s’agissait d’un bouleutèrion fut Ludwig Ross (1850, 88).

63 Sur ces stèles représentant des gladiateurs en armes avec de multiples couronnes tout autour d’eux, témoignages sans doute de leurs victoires lors des jeux donnés à l’occasion du culte impérial, cf. http://www.stratonikeia.com, rubrique “various sculptures” ; cf. L. Robert, Les gladiateurs dans l’Orient grec, Paris, 1940.

64 R. Chandler 1775, II, 26 nomme le site Paitshin.

65 Texier 1839-1849. Iasos se trouve dans le vol. III, 136-146. Sur le feu mis aux broussailles pour dégager les environs du castrum, p. 139. Le voyage de Texier en Asie Mineure se déroule de 1833 à 1837. On trouvera nombre de renseignements utiles dans le petit guide réalisé par la mission italienne de Iasos : Baldoni et al. 2004.

66 Cf. restitution de Baldoni et al. 2004, 77.

67 Cf. les dessins qu’en a donné Ch. Texier.

68 Sarcophage sans aucun décor ; Baldoni et al. 2004, 126.

69 Baldoni et al. 2004, 132-135.

70 On pourra le comparer à celui qui fut dressé par les archéologues danois en 1968 et constater que Bankes avait fidèlement relevé le tracé du rempart.

71 Sur son plan exécuté au milieu du xixe siècle, Newton (1862) identifie cette plateforme avec celle du temple de Mars.

72 Newton l’appelle le portique d’Apollon ; sur le temple de Mars, déjà Choiseul-Gouffier 1782, I, 161 et pl. 99.

73 Bankes fit ainsi transporter dans le jardin de son château du Dorset un obélisque de Philae qui s’y trouve encore.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 et 2. Héraclée du Latmos (Recto et verso de la feuille XV C 02). Notes de Bankes concernant le site d’Héraclée du Latmos qu’il avait confondu avec Myus.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Légende Fig. 3. Stratonicée (feuille XV E 04). Notes de Bankes sur le site et l’inscription du maximum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Légende Fig. 4. Stratonicée (feuille XV E 16). Tirage d’après la lithographie préparée pour la publication de l’inscription du maximum à Stratonicée.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 5. Bodrum (feuille XV F 01). Plan de la ville en 1817.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Légende Fig. 6. Bodrum (feuille XV F 04). Dessin d’un bas-relief du mausolée d’ Halicarnasse.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 7. Bodrum (feuille XV F 06). Dessin d’un bas-relief du mausolée d’Halicarnasse.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 8. Bodrum (feuille XV F 07). Dessin d’un bas-relief du mausolée d’Halicarnasse.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 9. Bodrum (feuille XV F 12). Dessin des sculptures d’un sarcophage conservé dans la maison du gouverneur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 10a et b. Bodrum (feuille XV F 17). Bas-reliefs sur un autel.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende Fig. 11. Bodrum (feuille XV F 18). Inscriptions et autel sculpté.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11312/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540