Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La Carie

Quelques remarques sur des inscriptions funéraires cariennes de Carie1

Olivier Henry

Texte intégral

  • 1 Nous sommes extrêmement redevables à I.-J. Adiego, qui a bien voulu relire ce texte et dont les nom (...)
  • 2 Adiego et al. 2005.

1Cet article est né de la rencontre d’une étude de l’architecture des structures funéraires de Carie aux périodes classique et hellénistique, dirigée par P. Debord, et de la publication par ce dernier d’une nouvelle inscription caro-grecque découverte à Hyllarima, publication à laquelle furent associés Ender Varinlioğlu pour la partie grecque et Ignacio-Javier Adiego pour la partie carienne2.

  • 3 Voir Caunos C2, C8, F7, F10 (Roos 1972, 93).
  • 4 Ce laconisme est, semble-t-il, propre à la Carie. Voir les nombreuses inscriptions de Lycie : Schwe (...)

2Les inscriptions associées à des structures funéraires sont beaucoup plus rares en Carie que dans la région voisine de Lycie. Elles se répartissent entre textes grecs et cariens. De nombreux textes grecs sont liés à la réutilisation de tombes à l’époque romaine3. En général, ceux des ive-iie s. a.C. sont extrêmement courts et leur analyse est, de ce fait, très limitée. Paradoxalement, les textes les plus longs sont souvent écrits en langue carienne. Si les difficultés que l’on rencontre encore pour traduire et comprendre cette langue réduisent les interprétations possibles, la confrontation de l’analyse des structures funéraires avec les textes qu’elles portent et la mise en perspective de ces derniers avec les exemples connus rédigés en langue grecque permettent d’entrevoir de nouveaux développements. On constate ainsi que l’inscription funéraire grecque se contente de mentionner le défunt et son patronyme4, alors que les formules cariennes sont apparemment beaucoup plus précises.

3Notre approche, qui vise à proposer une nouvelle lecture de certaines inscriptions funéraires cariennes, est double : il s’agit non seulement de mettre en parallèle textes funéraires grecs et cariens, mais aussi de prendre en compte le contexte direct dans lequel les inscriptions cariennes ont été gravées, c’est-à-dire la tombe elle-même.

Inscription de Krya (D15) – pl. 1

Description

4L’inscription est complète. Gravée au-dessus de l’ouverture de la chambre funéraire, sur le mur du fond du pronaos, elle a été taillée sur une surface rectangulaire particulièrement bien polie et légèrement creusée de 80 cm de large et 27 cm de haut.

Édition

TAM, I, no 151

Dernière publication

Gusmani 1990, 50-53.

Transcription du texte

qoΩomu sδisa
snś šoδubrś
sb mnoś knor
norimams

  • 5 Voir la mise au point de Adiego 2005, 640-653.

Traduction sur la base des éléments reconnus5

QoΩomu ce sδi snś de šoδubr et du fils knor norimams

Remarques

  • 6 Zgusta 1964, § 86-6.
  • 7 Zgusta 1964, § 1061.
  • 8 Inscription de Memphis (M44) par Masson 1978.
  • 9 Inscription de Thèbes (Th 48 Š) par Ševoroškin, 1965.
  • 10 Voir les commentaires de Adiego 1993, 224-227.

5La partie finale du mot šoδubr rappelle très nettement la famille des noms Αρδυβερος6 et Ξανδυβερις7, également présents dans la documentation carienne directe (ardùbùr8, kśatwbr9,...)10. Šoδubr semble donc être un nom, celui de l’un des destinataires de la tombe.

  • 11 Voir plus bas, Caunos D14.
  • 12 Inscription D2 de Tralles (nouvelle édition par Meier-Brügger 1978, 81-82 : a-n s-i-d-i a/-r-t-m-i (...)
  • 13 Infra.

6Celle-ci comprend très clairement trois sépultures. Les trois personnes qu’elles abritaient pourraient donc être QoΩomu, Šoδubr-ś et “un” fils (mno-ś). Reste à insérer ces trois éléments dans le texte, dont la structure est obscure, notamment la partie finale avec knornorimams. Si l’on admet que, dans l’inscription de Mezargediği11, la tombe est destinée à deux personnes, il est possible d’envisager que ces deux inscriptions où nous trouvons sdisas offrent une forme de pluriel (au contraire du an sidi de Tralles12 ou encore du sdia d’Eskiçine dont la tombe ne peut recevoir qu’un personnage13). La construction montrerait alors le suffixe – s comme la marque du nominatif pluriel, le -a un pronom démonstratif et un mot s(i)δi. Le sens serait alors ici, ainsi que dans l’inscription de Mezargediği (Caunos D14) : “ces sδi”.

  • 14 En connexion avec le louvite za- ou le hittite ka-, voir Adiego 2005, 652.

7Enfin, le terme snś semble isolé entre les différents propriétaires de la tombe. L’inversion de position de sδisa, qui n’apparaît qu’après le nom de Šoδubr (alors qu’elle apparaît en tête de formule dans les textes suivants), semble indiquer une récurrence dans la formule. De plus, étonnamment, la finale ne s’applique pas au premier des trois personnages, alors que les deux derniers en sont pourvus (Šodubr-ś et mno-ś). Or on connaît les termes démonstratifs san et snn. Il semble dès lors possible d’envisager le mot sn-ś comme un rappel du premier personnage, un pronom démonstratif (sn dérivé de san ou snn14) associé à un possessif singulier ().

8On peut ainsi proposer une nouvelle traduction :

QoΩomu (a fait) ces sδi pour lui, pour šoδubr et pour le fils knor norimams.

Caunos – Mezargediği (D14) – pl. 2

Description

9L’inscription est complète. Gravée en trois lignes sur un bloc retrouvé dans la démolition de la tombe, elle mesure environ 20 cm de haut et ses lettres sont hautes de 2,5 cm. Les archéologues restituent l’emplacement de ce bloc au-dessus de l’ouverture.

Édition

10Robert 1950, no 14, p. 18, pl. XXVIII. 1.

Dernière publication

11Frei & Marek 2000.

Transcription du texte

sñis : sδisa
s : psuśoλś
malś : mnoś

Traduction

Sñis : sδisas de Psuśoλ fils de Mal

Remarque

12Comme pour l’inscription D15, la répétition du ś final semble indiquer la récurrence d’un pronom démonstratif. Dans ce cas, il faudrait distinguer les deux termes malś et mnoś, par ailleurs séparés par le signe “:” qui marque une rupture. Cependant, s’il s’agissait de deux personnages, on attendrait une conjonction copulative (comme -sb). Néanmoins, celle-ci pourrait ne pas être nécessaire dès lors que la finale est répétée. De plus, la possibilité que la tombe soit pour plus d’une personne et la présence du terme “ sdisas” sont des points attractifs.

13Il semble alors possible d’offrir une nouvelle proposition de traduction :
sñis : ces sδis de Psuśoλ fils de Mal : (et) du fils.

Eskiçine (D13) pl. 3

Description

14L’inscription, dont une partie manque, est gravée sur un affleurement naturel de la roche. Elle se situe exactement sous le sommet de ce rocher, dans lequel on a creusé une cuve de sarcophage rupestre. La hauteur des lettres varie entre 8 et 10 cm.

Édition

15Robert 1950, no 13, pp. 16-17, pl. II. 1, VIII. 2 et XXI. 2.

Dernière publication

16Deroy 1955.

Transcription du texte

sδi ? a ? | ? Mob (moλ ?)…

Traduction

Ce sδi, Mob (moλ ?)…

Remarque

  • 15 Voir les remarques concernant l’inscription de Krya D15 et de Caunos D14.

17La formule sδia étonne, car elle est peu courante. Cependant, si l’on admet le-s final comme un pluriel et le -a comme la marque d’un pronom démonstratif15, la forme sδi (au singulier ?) s’accorderait parfaitement à la forme de la tombe, un sarcophage rupestre conçu pour une seule personne.

Le sens du mot s(i)δi

  • 16 Caunos Mezargediği (D14), à Eskiçine (D13) incertitude sur le i et à Krya (D15).
  • 17 Voir l’inscription de Tralles D1 (Deroy 1955, 308-309).
  • 18 Voir les remarques sur sδisas plus haut.

18Dans la majorité des textes cariens apparaît un mot dont le sens n’est toujours pas clairement identifié. Il s’agit du sδi16 ou siδi17. Systématiquement placé en tête de formule ou juste après un mot introductif, il est parfois associé au démonstratif a ou sa18. La récurrence du terme ainsi que son association au démonstratif empêchent de l’interpréter comme un nom de personnage. Il nous faut donc nous tourner vers un nom propre désignant tout ou partie du monument funéraire, ce qu’évoque également sa position dans les textes.

  • 19 Voir l’étude menée par Saïd 1998.
  • 20 Hom., Il., 23.326-333 : “tombe (σμα) d’un homme mort jadis”, on trouve le même vocabulaire chez Ap (...)
  • 21 À Athènes : Deroy 1955 ; à Euromos : Meier-Brügger 1978, 78-79.
  • 22 Schweyer 2002, 25.
  • 23 μνημεῖο semble se développer davantage à l’époque hellénistique (Schweyer 2002, 25).
  • 24 En Carie : à Caunos C2 et C8 (Roos 1972, 93), mais les inscriptions présentes en Lycie sont plus pa (...)
  • 25 Voir Schweyer 2002, 21.

19En grec, trois termes principaux permettent de désigner la tombe ou la structure funéraire en général : σμα. τάφος et le groupe μνμα - μνημεον. Le premier désigne “le signe”, “le signal”19, ce qui, dans le cadre funéraire, se traduit par le symbole formé par la tombe ou encore la stèle funéraire20. Depuis la découverte de la bilingue d’Athènes, on connaît son pendant carien, śías, ou encore śas à la suite d’une inscription d’Euromos21. Le second terme, τάφος, se traduit directement par sépulture, tombeau. Majoritairement utilisé dans l’épigraphie funéraire de Lycie22, il est, à l’instar de notre sδi, placé en tête d’inscription. Cependant, dans la quasi-totalité des cas, il n’est précédé que d’un τό, sans plus de précision. Le dernier terme, formé par le couple μν~ ημα - μνημεον 23, est compris comme désignant un monument commémoratif ou, plus directement, un tombeau. Il est régulièrement attesté dans l’épigraphie lycienne24. Comme le précédent, il est très régulièrement placé au début des inscriptions. Dans ce cas, il donne quasi systématiquement la formule suivante : “τοῦτο τò μνμα”, que l’on traduirait par “cette tombe”25. Ce dernier exemple semble être le mieux à même de nous aider à approcher le sens qu’il faudrait attribuer au sδia carien. Cette valeur générale du mot “tombe”, par opposition à l’inflation des termes spécifiques que l’on connaît par ailleurs, permettrait alors d’expliquer pourquoi un terme aussi précis se retrouve sur des tombes aussi différentes qu’un sarcophage rupestre à Eskiçine, une tombe construite à Mezargediği et une tombe à façade de temple à Krya. Le terme de tombe n’est cependant pas complètement satisfaisant si l’on accepte la possibilité d’un pluriel (voir les remarques de l’inscription de Krya D15). Il n’existe pas d’étymologie claire pour s(i)δi, mais il semble proche du lycien si-, dont la traduction la plus proche est gésir (apparenté au grec keimai). Si ce rapprochement est accepté, on doit alors comprendre le terme de s(i)δi comme désignant une sépulture propre à un individu, plutôt qu’une structure funéraire, au sens plus global.

  • 26 Cette habitude est largement répandue en Lycie : Schweyer 2002.
  • 27 L’inscription de Krya par exemple cite deux personnages et le (leur ?) fils.
  • 28 Voir Artémise et Ada, satrapes de Carie : Hornblower 1982, 40 sqq et 45-50 ; et l’association des f (...)

20On est frappé par les différences de formule entre les inscriptions cariennes et grecques. Si les secondes ne semblent s’attacher qu’à un personnage et à son patronyme, les premières sont plus précises : elles mentionnent “la tombe” ou “la sépulture” de chacun des défunts26 et semble ainsi accorder une plus grande attention au couple27. Si cette hypothèse était confirmée – le nombre d’inscriptions est actuellement trop limité pour permettre de conclure définitivement –, peut-être faudrait-il y voir une preuve supplémentaire de l’importance attribuée à la position des femmes dans la société carienne28.

Notes

1 Nous sommes extrêmement redevables à I.-J. Adiego, qui a bien voulu relire ce texte et dont les nombreuses remarques nous ont été très précieuses. On ne trouvera dans cet article aucune référence à son dernier ouvrage The Carian Language (Brill 2006), publié après la dépose du présent manuscrit.

2 Adiego et al. 2005.

3 Voir Caunos C2, C8, F7, F10 (Roos 1972, 93).

4 Ce laconisme est, semble-t-il, propre à la Carie. Voir les nombreuses inscriptions de Lycie : Schweyer 2002.

5 Voir la mise au point de Adiego 2005, 640-653.

6 Zgusta 1964, § 86-6.

7 Zgusta 1964, § 1061.

8 Inscription de Memphis (M44) par Masson 1978.

9 Inscription de Thèbes (Th 48 Š) par Ševoroškin, 1965.

10 Voir les commentaires de Adiego 1993, 224-227.

11 Voir plus bas, Caunos D14.

12 Inscription D2 de Tralles (nouvelle édition par Meier-Brügger 1978, 81-82 : a-n s-i-d-i a/-r-t-m-i p-a-u-ś/p-a-r-37-a-q).

13 Infra.

14 En connexion avec le louvite za- ou le hittite ka-, voir Adiego 2005, 652.

15 Voir les remarques concernant l’inscription de Krya D15 et de Caunos D14.

16 Caunos Mezargediği (D14), à Eskiçine (D13) incertitude sur le i et à Krya (D15).

17 Voir l’inscription de Tralles D1 (Deroy 1955, 308-309).

18 Voir les remarques sur sδisas plus haut.

19 Voir l’étude menée par Saïd 1998.

20 Hom., Il., 23.326-333 : “tombe (σμα) d’un homme mort jadis”, on trouve le même vocabulaire chez Apollonios de Rhodes, Argonautiques, 1.1062 ; 2.842, 853 ; 3. 205 ; 4. 1476.

21 À Athènes : Deroy 1955 ; à Euromos : Meier-Brügger 1978, 78-79.

22 Schweyer 2002, 25.

23 μνημεῖο semble se développer davantage à l’époque hellénistique (Schweyer 2002, 25).

24 En Carie : à Caunos C2 et C8 (Roos 1972, 93), mais les inscriptions présentes en Lycie sont plus parlantes : voir le catalogue donné par Schweyer 2002, n. 80.

25 Voir Schweyer 2002, 21.

26 Cette habitude est largement répandue en Lycie : Schweyer 2002.

27 L’inscription de Krya par exemple cite deux personnages et le (leur ?) fils.

28 Voir Artémise et Ada, satrapes de Carie : Hornblower 1982, 40 sqq et 45-50 ; et l’association des femmes à l’exercice du pouvoir : décret de Mausole et d’Artémise pour Cnossos (Crampa 1972, 40), et une exemption d’impôts à Sinuri émanant à la fois d’Idrieus et d’Ada (Hornblower 1982, M5). Voir Debord 1999, 139-140 et dernièrement Carney 2005.

Table des illustrations

Légende Planche 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Planche 2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Planche 3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search