Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La Carie

Fragment d’un bail inédit D’Olymos

Raymond Descat

Texte intégral

  • 1 À Pierre Debord, en souvenir d’une longue collaboration en Carie.
  • 2 Je remercie Isabelle Pernin d’avoir discuté avec moi de certains points du texte et de m’avoir perm (...)

1Lors d’un séjour effectué avec Patrice Brun à la Kleinasiatische Kommission de Vienne à l’occasion de la préparation des inscriptions du volume des Hautes Terres de Carie1, j’avais noté le texte suivant dont personne n’avait encore signalé l’existence2 (fig. 1, p. 88).

2Il avait été recueilli en l’état par W. Kubitschek lors de son voyage de 1893 avec W. Reichel auprès d’un marchand turc rencontré à Aydın. Il est probable que ce marchand l’avait acheté à Muğla, d’où l’indication portée en haut à gauche qui avait attiré notre attention puisque la région de Muğla, où était située la communauté antique des Tarmianoi (c’est pourquoi le nom antique de Tarmia avait été ajouté sur la fiche), était dans notre zone d’étude. Mais une lecture rapide du texte montre deux choses : c’est certes une transcription très approximative du grec mais, malgré cela, la lecture évidente de ΤΑΡΚΟΝΔΑΡΕ aux lignes 9-10 et un peu plus loin à la l. 12 de OΛYMI ne laisse pas de doute sur la provenance mylasienne du texte qui paraît appartenir aux séries des baux d’Olymos.

3Le transcripteur maniait très mal le grec, confondait beaucoup de lettres et a donné un texte indigeste en ajoutant même des lettres non grecques comme le W de la dernière ligne. Il est cependant indéniable qu’il a bien vu un original grec qui, resté inédit, vaut donc la peine d’être déchiffré et publié. L’appartenance de l’inscription au groupe des baux d’Olymos permet, comme on le verra, par recoupement de proposer une lecture satisfaisante.

4Dans un premier temps, il importe de pouvoir restituer le texte grec sous une forme vraisemblable. L’auteur de la transcription fait en effet beaucoup de confusions d’écriture avec des lettres qui lui paraissent certainement interchangeables. On peut donc lire :

l. 1

ΝΤΟΣΤΙΑΤΡΟ

ΟΥΔΗΜΗΤΡΙΟΣΕ

ΡΜ.. ΣΙΚΛΗΣΜΕΝ

ΕΚΡΑΤΟ.ΣΕΡΜ

l. 5

ΙΟΥΤΟΥΑΝΤΙΠΑ

ΚΛΕΙΟΥΣΜΑΙΣΝΙ

ΤΗ.ΓΟΝΔΕ ΥΣΠΡ

ΟΤΕΑΣΛΕΜΕ

ΜΕΝΟΙΤΟΥΤΑΡΚ

l. 10

ΟΝΔΑΡΕ

ΗΜΟΥΓΗΝΕΝΤΗ

ΟΛΥΜΙ

ΟΠΕΔΟΙΚΑΙΤΟΙ

ΠΡΟΣ..ΡΑΧΜ

l. 15

ΑΣΠΕΝΣΑΚΟΣΙ

Ι..ΧΡΟΝΟΝΚΑ ?

ΣΤΑΥΤΟΣ

L. 1 : La première lettre est certainement un nu. On reconnaît à la fin de la ligne le début d’un nom comme Ìατρο[κλῆς].
L. 2 : On reconnaît le nom de Δημήτριος avec un mu mal lu.
L. 3 : Encore des morceaux de noms avec un epsilon à la place du sigma et l’on peut lire-ικλῆς Μεν[εκράτο].
L. 5 : On reconnaît sous les erreurs de transcription (T à la place du Y) encore un nom et un patronyme -ιου τοῦ Αντιπά-.
L. 7 : Une tribu de Mylasa apparaît avec un delta à la place de l’alpha : []γονδεύς.
L. 8 : Probablement sous la forme ΟΤΕΑΣ le nom Πρ]ωτέας.
L. 9 : Au lieu d’un pi, il faut lire la forme Μενο<ίτ>ου, anthroponyme courant.
L. 11 : On reconnaît γῆν ἐν τῆ avec un epsilon à la place de l’iota.
L. 13 : Avec un pi à la place d’un gamma, on devine aisément la fin de [οίκ]οπέδωι.
L. 17 : Le W du texte peut être l’expression de AY et être le mot αύτός.

5Le texte apparaît bien comme un fragment de bail avec des noms propres, la mention du bien donné en bail et la somme du loyer en drachmes. On peut proposer en minuscule le texte suivant en respectant dans un premier temps la forme de la transcription :

]ντος τ<ού> Ἰατρο
]ου Δημήτριος Ἑ
ρμ.. σικλῆς Μεν
εκράτο.. ς Ἑρμ
ιου τοῦ Ἀνππά
κλείους Μα<ι>υν
τη. Ὀ]γονδεύς, Πρ
Πρ]ωτέας
Μενο<ίτ>ου Ταρκ
ονδαρε[ύς
δ]ήμου γῆν ἐν τή
Ὀ λυμι[δι
οἰκ]οπέδωι καὶ τῶι
προσ.. δ]ραχμ

ὰς πεν<τ>ακοσί
] χρόνον καὶ
ΣΤ αὐτός

6Jusque-là, j’ai suivi comme il paraît logique la présentation des lignes de la transcription. Mais la lecture du texte grec montre qu’on ne peut continuer ainsi car s’il est clair que nous n’avons qu’un fragment du texte originel, on voit très bien que très souvent le mot se continue de ligne à ligne. C’est très clairement le cas pour les lignes 2-3, , Ἑ-ρμ qui est certainement Ερμ[ίου, 3-4 Μεν - εκράτο, 4-5 Ερμ-ίου de nouveau, 6-7 Μα<ι>υν-τη[ς, 7-8 Πρ-ωτέας, 9-10 Ταρκ-ονδαρε[ύς, 11-12 g) γῆν έν τῆ - Ὀλυμι[δι,, 13-14 οἰκ]οπέδωι καὶ τῶι προσ..,14-15 δ]ραχμ-ὰς πεν<τ>ακοσι[ας. Toutefois le système ne s’applique pas à toutes les lignes. Il y a une discontinuité manifeste entre les lignes 1 et 2, 5 et 6, 10 et 11, 12 et 13, 15 et 16. Dans certains cas, le transcripteur a donc séparé en deux lignes différentes le texte qui se suit et dans d’autres il a introduit une discontinuité à l’intérieur même des lignes (l. 3, l. 4, l. 7, l. 14). Ce système très curieux et illogique en apparence s’explique quand on regarde de très près la transcription : on voit que l’auteur a fait en réalité la bonne séparation des lignes du texte, non par ses propres lignes mais en introduisant des sortes de signes diacritiques très variés constitués de barres plus ou moins nombreuses et plus ou moins droites qui apparaissent régulièrement (l. 1, 3, 4, 5, 7, 8, 10, 12, 14, 16, 17) et précisément dans les discontinuités à l’intérieur des lignes. La clé de la transcription est ainsi donnée sans que l’on sache pourquoi l’auteur a ainsi procédé au risque de rendre illisible son texte (mais il est peu probable qu’il était réellement lisible pour lui). Peut-être le format de son papier lui a-t-il dicté ce choix.

7Je propose donc la lecture suivante que je donne ici directement dans sa version restituée, dont je vais m’expliquer :)

[Ἐπὶ στεφανηφόρου Λέο]ντος τ<οῦ> Ἰατρο [κλείους, μηνòς… ..ἐμίσθωσαν οἱ εἱρημένοι μισθω-]
[ταί πò το Ὀλυμέων δήμ]ου Δημήτριος Ἐρμ[ίου το Ἀντιπάτρου καθ' υἱοθεσίαν δὲ Αἰνέου]
[Παρεμβωρδεύς. Διονυ]σικλῆς Μενεκράτο[υ κατά δὲ υἱοθεσίαν ' Αρτεμιδώρου το Διονυσικλέους]
[Μαυννίτης. Ἀντιπάτρο]ς Ἐρμιου το Ἀντιπά[τρου Κορμοσκωνεύς,
...….]
[ ] κλείους Μα<ι>υννίτη[ς ]
[ Μέλανος ? 0]γονδεύς. Πρωτέας Ἀστέ [ου ? ]
[ ]
Μενο<ίτ>ου Ταρκονδαρε[ύς………. γῆς ἱεράς Ἀπόλλωνος καὶ Ἀρτέ-]
[
μιδος θεν τοῦ αὐτοῦ δ]ήμου γῆν ἐν τῆ[ι] Ὀλυμίδι]
[
οἰκ]οπέδωι καὶ τι προσ[όντι ]
[
δ]ραχμὰς πεν<τ>ακοσί[ας ]
[
εἰς τòν ἀεì] χρόνον καì ἑζεì ατòς [εἰς πατρικά ]

8Traduction : Léôn fils de Iatroklès étant stéphanèphore, mois de… les bailleurs désignés par le peuple d’Olymos, Démétrios fils d’Hermias, petit-fils d’Antipatros, fils adoptif d’Ainéas, membre des Parembordeis, Dionysiklès fils de Ménékratès, fils adoptif d’Artémidôros fils de Dionysiklès, des Maunnitai, Antipatros fils d’Hermias, petit-fils d’Antipatros, des Kormoskôneis, … fils de...klès, des Maunnitai,... fils de Mélas ? des Ogondeis, Prôteas fils d’Astéas ?…,… fils de Ménoitès, des Tarkondareis, <ont donné à bail> à Untel…, une terre sacrée appartenant à Apollon et Artémis, dieux du même peuple, une terre située dans l’Olymide… avec un bâtiment... cinq cents drachmes… à perpétuité et il en jouira lui-même comme s’il s’agissait de biens patrimoniaux…

  • 3 Voir les Indices de W. Blümel, IK, 35, p. 150, 153 et 154.

9L. 1-4 : Les restitutions des quatre premières lignes s’appuient sur des parallèles solides. Dans les noms qui apparaissent au début, Démétrios fils d’Hermias, Dionysiklès fils de Ménékratès et Antipatros fils d’Hermias se rencontrent ailleurs dans de nombreux textes de baux. Ce sont même pour les deux premiers les personnages les plus souvent présents dans ces textes3. Le plus cité dans tous les textes de baux est Démétrios fils d’Hermias. Or il est à noter qu’il apparaît toujours en début de liste quand il est membre des commissions d’acheteurs ou de bailleurs du sanctuaire (ex. IK, 35, 801, 802, 803 etc.). Donc il est vraisemblable qu’il l’est ici aussi, précédant également comme souvent Dionysiklès (IK, 35, 801, 803, 804, 805, 806). C’est confirmé par les deux lettres devant son nom - ou - qui sont la fin de δήμ]ου où nous retrouvons la formule habituelle à Olymos qui introduit la liste des bailleurs. En ce cas, le nom de la première ligne n’appartient pas à ce groupe et ne peut être donc que le stéphanèphore. Léôn fils de Iatroklès est déjà mentionné comme stéphanèphore en IK, 35, 878, 1 et il s’agit donc ici de la deuxième mention de sa magistrature. Nous avons en même temps la longueur très probable des lignes de l’inscription.

10L. 5-7 : Les autres noms ne peuvent être précisés. On peut présumer que la commission a au moins huit membres en tout, comme cela est parfois le cas. En reprenant les noms qui sont cités souvent dans cette période avec Démétrios fils d’Hermias, les seuls membres de la tribu Ogonda qui apparaissent sont Aristéas fils de Mélas (IK, 35, 806, 6) ou son fils Mélas fils d’Aristéas, petit-fils de Mélas (IK, 35, 815, 2). Il y a donc une certaine vraisemblance pour que l’un des deux soit présent. La restitution Astéas au lieu du mystérieux ΛEME n’est pas du tout certaine.

11L. 7-8 : le nom du locataire n’est pas connu, il est dans la lacune d’une vingtaine de lettres avant la formule habituelle à Olymos avec la mention de la terre sacrée que l’on peut restituer ici.

  • 4 On a ainsi présentés des exemples de rucher (IK, 35, 814, 15), de roselière (IK, 35, 803, 10) et de (...)
  • 5 Robert 1945, 89, n ° 55, 4.

12L. 9 : le bail porte sur une terre avec au moins un bâtiment et un autre bien qui l’accompagne4. L’idée est courante dans les baux, mais la formule est inédite : le seul emploi d’oikopedon au singulier se rencontre peut-être à Sinuri5.

  • 6 Sont supérieurs les loyers de 760 drachmes à Mylasa (IK, 34, 221, 7) et de 700 drachmes au moins à (...)

13L. 10-11 : le loyer est de 500 drachmes au moins, ce qui est parmi les montants les plus importants connus6 et il est très probablement à perpétuité selon les habitudes des autres baux.

  • 7 Ashton & Reger 2006, 125-150.

14En soi le nouveau document est trop fragmentaire pour apporter beaucoup de nouveau par rapport à ce qu’on sait des baux de Mylasa, sinon qu’il apporte sa contribution à la compréhension de l’ensemble. Or cet ensemble pose de nombreux problèmes, en particulier de datation, sur lesquels travaille en particulier Gary Reger. En association avec Richard Ashton, il vient de publier un article qui propose une nouvelle interprétation chronologique7, en remontant les dates des baux à la fin du iiie et à la première moitié du iie siècle a.C. Je suis effectivement d’accord avec une date plus haute que celle adoptée jusque-là (ce qui me fera proposer pour ce texte le deuxième quart du iie s.) mais en désaccord avec d’autres affirmations qui méritent une étude globale. Je me propose donc, en collaboration avec Isabelle Pernin, de revenir prochainement sur cette question, que le texte publié ici a permis d’évoquer, en soulignant toujours l’utilité de relire les notes laissées par nos prédécesseurs.

Notes

1 À Pierre Debord, en souvenir d’une longue collaboration en Carie.

2 Je remercie Isabelle Pernin d’avoir discuté avec moi de certains points du texte et de m’avoir permis d’utiliser son cliché de l’inscription. La lecture proposée n’engage bien sûr que moi.

3 Voir les Indices de W. Blümel, IK, 35, p. 150, 153 et 154.

4 On a ainsi présentés des exemples de rucher (IK, 35, 814, 15), de roselière (IK, 35, 803, 10) et de briqueterie (IK, 35, 803, 9).

5 Robert 1945, 89, n ° 55, 4.

6 Sont supérieurs les loyers de 760 drachmes à Mylasa (IK, 34, 221, 7) et de 700 drachmes au moins à Olymos (IK, 35, 831, 5).

7 Ashton & Reger 2006, 125-150.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search