Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La Carie

Les monnaies hellénistiques et romaines d’Hydisos en Carie1

Fabrice Delrieux

Texte intégral

  • 1 Cette étude doit beaucoup à R. Ashton dont les précieux conseils nous ont écarté de mauvais chemins (...)
  • 2 Si, sur la plupart des monnaies de cette cité, l’ethnique est écrit avec un seul sigma (υδισ / υδισ (...)
  • 3 Pour les premières publications de monnaies d’Hydisos (attribuées alors par erreur à Iasos), cf. Se (...)

1Hydisos compte parmi les cités de Carie dont le monnayage est encore aujourd’hui plus connu que l’endroit d’où il est sorti2. En effet, alors que ses premiers exemplaires étaient publiés dès la fin du xviiie siècle par D. Sestini, ce n’est qu’en 1932 que L. Robert localisa enfin avec certitude son emplacement3.

La Carie antique. Carte de localisation générale.

  • 4 Robert 1935, 339 ; BullEp. 1973, 162.420 ; Pimouguet-Pédarros 2000, 222.
  • 5 Pour les inscriptions, cf. toujours IK, 35-Mylasa, no 951 à 960.

2Situées dans la montagne, à 400 m d’altitude, près du village de Karacahisar, les ruines d’Hydisos se trouvent à mi-chemin de Milas au nord et d’Ören au sud, les antiques Mylasa et Kéramos. Ce point d’observation de grande valeur stratégique (on voit la mer depuis l’acropole) est encore protégé par de solides murailles renforcées de tours que l’on a proposé de dater du iiie siècle a. C., puis du siècle précédent4. Dotés d’un théâtre et d’une agora bordée de portiques, les lieux n’ont jusqu’à présent jamais été fouillés, si bien que le matériel actuellement publié est peu nombreux et peu varié : une dizaine d’inscriptions le plus souvent très mutilées, une trentaine de monnaies d’argent et de bronze5. Certes, Hydisos est plusieurs fois mentionnée dans la littérature antique et dans les inscriptions d’autres cités, mais ce nouvel apport ne donne que des éclairages très fugaces sur son histoire.

  • 6 IG, I3, no 264, col. III, l. 21 ; IG, I3, no 265, col. II, l. 51.
  • 7 HTC, no 90, l. 10, et 220.
  • 8 IK, 28,1-Iasos, no 56. Sur la datation de ce texte, cf. Delrieux 2005a, 22-25, et 2005b, 173-180.
  • 9 IK, 22,1-Stratonikeia, no 508, l. 10. Sur ce texte célèbre, cf. notamment Diehl & Cousin 1885, 437- (...)
  • 10 IK, 34-Stratonikeia, no 401, l. 8.
  • 11 5.109.
  • 12 IK, 35-Mylasa, no 952. Cf. Laumonier 1958, 186, pour l’interprétation plausible du texte.
  • 13 Ptolémée, 5.2.20 ; Étienne de Byzance, s.v. Ύδισσός

3Ainsi sait-on seulement qu’Hydisos fit partie de la ligue de Délos au ve siècle a. C. et que, à ce titre, elle versa un phoros d’un talent en 448/447 et 447/4466. Un siècle plus tard, sans doute en 354/353, sous le satrape de Carie Mausole, la cité semble avoir garanti, avec d’autres, la validité d’un acte de vente engageant Mylasa et Kindya7. Au début de l’époque hellénistique, un de ses habitants, Théophilos fils d’Iatragoras, est fait proxène et citoyen d’Iasos8. En 81 a. C., elle est au nombre des cités reconnaissant l’asylie accordée par Sylla au sanctuaire d’Hécate à Lagina9. Vers la même époque (fin iie /début ier siècle), elle rend hommage, avec d’autres communautés, au Mylasien Sibilôs10. Sous Auguste, elle est placée par Pline l’Ancien dans le conventus d’Alabanda11. Sous Vespasien, un prêtre hydisien (du culte impérial ?) et sa famille font une consécration (celle d’un temple ?) à Titus César12. Enfin, nommée au iie siècle de notre ère par Ptolémée, Hydisos l’est une dernière fois par Étienne de Byzance à la fin de l’Empire13. Reste encore à déterminer la place de son monnayage dans ces quelques débris.

  • 14 1935, 340 ; 1954, 5, n. 2 ; 1978, 492, n. 10 (= 1987, 188, n. 10).
  • 15 Ce travail, largement remanié ici, a eu d’abord sa place dans une thèse de doctorat préparée dans l (...)
  • 16 Sur les monnaies, cf. Robert 1935, 340, 1949b, 238 et n. 2, 1954, 371, BullEp. 1973, 162.420, et 19 (...)

4L. Robert avait prévu de publier le catalogue de celui-ci14, mais le temps lui manqua malheureusement. Aussi, sur la proposition de P. Debord, il nous appartint de reprendre le dossier dans le cadre d’une étude plus générale sur les monnaies cariennes de la région de Mylasa15. Celle-ci étant encore inédite, les présents mélanges sont pour nous l’occasion, non seulement de la soumettre enfin à la critique, mais encore de rendre ainsi hommage à celui qui l’a inspirée. Comme de juste, nous débuterons notre propos par un catalogue qui n’a pas la prétention d’être exhaustif. En effet, s’il est le résultat de plusieurs années de recherches, il lui manque les exemplaires que L. Robert a acquis sur le terrain et qui lui ont permis, avec une inscription, de localiser avec assurance le site d’Hydisos16. Ces pièces se trouvent aujourd’hui à l’Institut de France et feront l’objet d’une publication prochaine. En attendant, grâce à la gentillesse de G. Le Rider et Fr. de Callataÿ que nous remercions vivement, nous publions ici deux exemplaires de cette collection portant des types encore inédits et qu’il nous a été permis de voir lors de l’inventaire.

  • 17 HH = Hydisos-hellénistique ; HP = Hydisos-provinciale ; HF = Hydisos-faux.
  • 18 ANS = American Numismatic Society ; BnF = Bibliothèque nationale de France ; BM = British Museum ; (...)

5Pour le reste, les monnaies que nous présentons le sont dans l’ordre chronologique des émissions (date et succession des coins de droit et de revers), puis par type, par module (du plus grand au plus petit) et par poids (du plus lourd au plus léger). Les descriptions sont réalisées de la manière suivante : (1) indicatif de la série (initiale de la cité émettrice, initiale de la période d’émission17, numéro d’ordre) ; (2) date d’émission ; (3) description du droit puis du revers ; (4) numéro d’inventaire de la monnaie (associé à une lettre placée après l’indication des coins de droit et de revers si ces derniers sont les mêmes d’un exemplaire à l’autre) ; (5) numéro d’ordre des coins de droit et de revers ; (6) poids (en grammes) ; (7) axe de positionnement des coins (en chiffres du cadran horaire) ; (8) module (en millimètres) ; (9) référence(s) à la monnaie (publications éventuelles classées dans l’ordre chronologique de parution et précédées, quand ils sont connus, du lieu de conservation, de l’institution de conservation18 et du code d’identification utilisé dans celle-ci). Si une de ces informations n’est pas connue, un point d’interrogation la remplace.

Catalogue

1a. Monnaies hellénistiques d’Hydisos en argent

HH/1 : c. 150 a. C. au plus tard ?

D. :

tête casquée de Zeus Areios, à droite, dans un grènetis.

R. :

foudre ailé, avec le mot ΥΔΙIΣΕΩΝ écrit de bas en haut, à gauche et à droite, le tout dans un grènetis.

HH/1a : ailes vers le haut

1. D1/R1

a.

2,26 g

12h 16 mm

Peus 326 (1989), 221 ; Peus 376 (2003), 434 [PH].

b.

2,21 g

12h 14 mm

Lanz 46 (1988), 286 [PH].

c.

2,16 g

12h 14 mm

NFA 25 (1990), 150 ; Elsen 235 (2006), 60 ; Elsen 238 (2006), 51 [PH].

HH/1b : ailes vers le bas

2. D1/R2

a.

2,27 g

 ? 14 mm

Boston (MFA, 04.1071) ; Regling 1906, 1173, pl. XXVI ; Schaefer 1912, 446 ; Brett 1955, 1965 ; Laumonier 1958, 187 et n. 1 ; Vacano 1986, 25 ; ISEGRIM, 2083 [PH].

b.

2,13 g

12h 15 mm

SNG Keckman, 56 (supposé ex Gorny 36 [1987], 230) ; ISEGRIM, 99781 [PH].

c.

2,03 g

12h 15 mm

CNG 63 (2003), 543 [PH].

3. D2/R2

a.

2,32 g

12h 15 mm

NAC 1 (1989), 208 (ex. pesé 2,31 g) ; Peus 382 (2005), 186 ; Peus 392 (2007), 4351 (ex. pesé 2,31 g) [PH].

b.

2,07 g

12h 16 mm

Paris (BnF, 1987-159) ; Callataÿ & Gerin 1992, 107.10 [PH].

c.

1,91 g

12h 16 mm

NFA 18 (1987), 204 ; Sotheby’s (avr. 1993), 697 [PH].

4. D3/R2

a.

2,41 g

12h 15 mm

New York (ANS, 1987-14-1 ; exemplaire trouvé dans le trésor CH VIII, 495) [PH].

b.

2,34 g

12h 14 mm

Londres (BM, 1988-4-13-1) ; Athena 1 (1987), 120 [PH].

c.

2,19 g

 ? 14 mm

MM AG 547 (1991), 23 (exemplaire pesé 2,21 g) ; Leu Numismatics 77 (2000), 316 [PH].

d.

2,17 g

12h 15 mm

Hirsch 191 (1996), 470 ; Hirsch 195 (1997), 317 ; Lanz 131 (2006), 154 (ex. pesé 2,18 g) ; CNG 75 (2007), 783324 [PH].

e.

1,99 g

12h 16 mm

Gorny 36 (1987), 230 [PH].

f.

1,71 g

12h 14 mm

MM AG 494 (1986), 48 ; MM AG 527 (1989), 85 [PH].

Les monnaies hellénistiques d’Hydisos en argent.

1b. Monnaies hellénistiques d’Hydisos en bronze

HH/2 : première moitié du iie siècle a. C. au plus tard ?

D. :

tête diadémée de femme à droite, les cheveux rangés dans un chignon, le tout dans un grènetis.

R. :

corne d’abondance ornée de rubans et de laquelle s’échappent des grappes de raisin ; avec, de part et d’autre, les mots ΜΕΝΈΣΘ(Ε)ΥΣ (à droite), ΔΡΑΚΩΝ et ΥΔΕΕ[ΩΝ] (à gauche) écrits de haut en bas, le tout dans un grènetis.

5. D1/R1

7,88 g

10h 21 mm

Paris (BnF, 727) ; Babelon 1897, 435.2428 (Aphrodite vue au droit ; ΜΕΝԐΣΘԐΥΣ et ΔΡΑΚΟΝ lus au revers) ; Babelon 1898b, 2428 (ibid.) ; Imhoof-Blumer 1901-02, 135, n. 1 (ΜΕΝΕΣΘΕΥΣ lu au revers) ; Münsterberg 1911-27, 118 (ΜΕΝΕΣΘΕΥΣ et ΔΡΑΚΟΝ lus au revers) ; Laumonier 1958, 188 (Aphrodite vue au droit) [PH].

HH/3 : première moitié du iie siècle a. C. au plus tard ?

D. :

tête laurée de Zeus, à droite.

R. :

Athéna Promachos, à droite, dans un peplos, un casque sur la tête, un bouclier sur le bras gauche et une lance brandie dans la main droite ; avec les mots ΔΡΑΚΩΝ et ΥΔΙΣΕΩΝ écrits de haut en bas, à droite et à gauche de la divinité.

6. D2/R2

5,79 g

12h 18 mm

Berlin (SMB, Imhoof-Blumer 1928 ; moulage à Winterthur) (ΔΡΑΚ[ΩΝ] et ΥΔIΕ[ΩΝ]) ; Imhoof-Blumer 1905, 250.1, pl. XX. 30 (exemplaire pesé 5,80 g) ; Imhoof-Blumer 1908, 90.1, pl. IV. 30 (ibid.) ; Schaefer 1912, 446 ; Laumonier 1958, 187 et n. 2 ; Vacano 1986, 162 ; ISEGRIM, 16332 [PH].

7. D2/R3

a.

5,27 g

10h 18 mm

Londres (BM, 1916-8-6-1) (ΔΡΑΚ[ΩΝ] et ΥΔΙΣΕΩ[Ν]) [PH].

 

b.

5,24 g

12h 19 mm

Londres (BM, 1897-7-3-7 ; moulage à Winterthur) (ΔΡΑΚΩ[Ν] et ΥΔΙΣΕΏ[Ν]) ; Wroth 1898, 114.28 (Zeus ou Arès vu au droit) ; Münsterberg 1911-27, 118 ; Schaefer 1912, 446 ; Imhoof-Blumer 1901-02, 135, n. 1 ; Laumonier 1958, 187 et n. 2 [PH].

Les monnaies hellénistiques d’Hydisos en bronze

HH/4 : première moitié du iie siècle a. C. au plus tard ?

D. :

buste casqué d’Athéna à droite, dans un cercle continu.

R. :

Zeus Areios debout de face sur une ligne de sol, la tête à droite, dans un chiton court, avec un casque et une cuirasse, une lance dans la main droite et un bouclier sur le bras gauche ; avec le mot ΥΔΙ|ΣΕΩΝ écrit de bas en haut, à gauche et à droite de la divinité.

8. D3/R4

3,96 g

12h 19 mm

Londres (BM, 1895-5-7-1) ; Wroth 1896, 95.16, pl. VII. 12 ; Head 1897, 122.1, pl. XX. 12 (ΥΔΙΣΕΏ[Ν] lu au revers) ; Imhoof-Blumer 1901-02, 134, n. 1 ; Schaefer 1912, 446 ; Cook 1925, 706, fig. 636 (revers seulement) ; Laumonier 1958, 186 et n. 7 (types inversés) ; Sear 1979, 445.4892 ; Vacano 1986, 340 ; ISEGRIM, 34879 [PH].

HH/5 : seconde moitié du iie siècle a. C. au plus tôt ?

D. :

tête casquée de Zeus Areios à droite, dans un grènetis.

R. :

aigle, les ailes éployées, sur un foudre, à dr., avec le mot ΥΔΙΣΕΩΝ ou ΥΔΙCεωΝ ouΥΔΙΟωΩΝ

HH/5a : ΥΔΙ|ΣΕΩN dans le champ, en bas à droite

9. D4/R5

a.

5,00 g

12h 19 mm

Collection privée (Scandinavie) [PH].

b.

4,84 g

12h 19 mm

Paris (BnF, 729) (ΥΔΙ|ΣΕΩ[Ν]) ; Dieudonné 1902, 77.64, pl. IV. 5 ; Schaefer 1912, 446 ; Laumonier 1958, 187 et n. 1 ; Vacano 1986, 507 ; ISEGRIM, 52503 [PH].

c.

4,76 g

2h 18 mm

Londres (BM, 1902-6-10-16) (ΥΔΙ|ΣΕΩ[Ν]) ; Wroth 1903, p. 335.26, pl. XI. 9 (ΥΔ[Ι]|ΣΕΩΝ lu au revers) ; Schaefer 1912, 446 ; Laumonier 1958, 187 et n. 1 ; Vacano 1986, 507 ; ISEGRIM, no 52456 [PH].

HH/5b : [ΥΔΙ]|ΣΕ-ΩΝ au-dessus, à g. et à dr. de l’aigle

10. D4 ?/R6

?

12h 18 mm

Paris (IdF, coll. L. Robert ; acquis à Hydisos en 1946) [PH].

HH/5c : ΥΔΙ-Cε[Ν] de gauche à droite dans le sens inverse des aiguilles d’une montre

11. D5/R7

4,87 g

 ? 19 mm

Schulten (avr. 1988), 150 (ΥΔΙ-[ΟΈΩΝ lu au revers ; ex. pesé 4,89 g) ; Künker 94 (2004), 1149 (ΥΔΙ-[ΟΕΩΝ] lu au revers) [PH].

HH/5d : ΥΔΙ-CεωN de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre

12. D6/R8

3,35 g

6h 18 mm

Paris (BnF, 730) ; Dieudonné 1902, 77.65, pl. IV. 6 ; Schaefer 1912, 446 ; Laumonier 1958, 187 et n. 1 ; Vacano 1986, 501 ; ISEGRIM, 51622 [PH].

D/ ?/R ?

?

? 18 mm

Imhoof-Blumer 1901-02, p. 134.2 (Zeus, Arès ou héros vu au droit) ; Imhoof-Blumer 1908, 91, n. 2 ; Schaefer 1912, 446 ; Laumonier 1958, 186 et n. 8 ; 187 et n. 1 ; ISEGRIM, 51621.

HH/6 : seconde moitié du iie siècle a. C. au plus tôt ?

D. :

tête casquée de Zeus Areios à droite, dans un grènetis.

R. :

Pégase bondissant à droite, sur une ligne de sol ; avec le mot ΥΔΙΣ ou ΥΔΙΣΕΩΝ  ou ΥΔΙΩΝ

HH/6a : ΥΔΙΣ entre les jambes de Pégase

13. D7/R9

2,70 g

12h 15 mm

Cambridge (FM, CM 444-1970) ; Ratto (avr. 1909), 4098 [PH].

HH/6b : ΥΔΙ|ΣΕΩ N sur et sous Pégase ; caducée sous Pégase

14. D8/R10

a.

3,27 g

12h 16 mm

Londres (BM, 1979-1-1-534) ([ΥΔΙ]|ΣΕΩΝ; acquis à Mylasa) ; SNG v. Aul., 2553 ; Sear 1979, 445.4893 (ΥΔΙ|ΣΕΩΝ) lu au revers ; Zeus Areios vu au revers avec prudence) ; Robert 1982, 316 ; ISEGRIM, 36451 [PH].

b.

3,03 g

12h 15 mm

Berlin (SMB, Imhoof-Blumer 1928) ; Imhoof-Blumer 1905, 250.2 (exemplaire pesé 3,06 g) ; Imhoof-Blumer 1908, 90.2 (ibid.) ; Schaefer 1912, 446 ; Laumonier 1958, 187 et n. 1 ; Vacano 1986, 353 ; ISEGRIM, 36450 [PH].

15. D9/R11

a.

4,07 g

12h 18 mm

Paris (BnF, 732) ; Babelon 1898a, 378.5387 (“légende fruste” ; exemplaire attribué à Tralles) ; Babelon 1898b, 5387 (ibid.) ; Robert 1935, 340, n. 1 (correction de Babelon 1898a et 1898b) ; Laumonier 1958, 188, n. 7 (ibid.) ; Robert 1978, 503, n. 9 (ibid.) ; Robert 1987, 199, n. 9 (ibid.) [PH].

b.

3,94 g

12h 16 mm

Paris (BnF, 728) ; Babelon 1897, 435.2429 (Arès vu au droit) ; Babelon 1898b, 2429 (ibid.) ; Schaefer 1912, 446 ; ISEGRIM, 36449 (Arès ? vu au droit) [PH].

HH/6c : ΥΔΙCε|Ω-N sous et sur Pégase (sic) ; caducée sous Pégase

16. D10/R12

a.

3,94 g

12h 20 mm

Tübingen (MU) ; SNG Tübingen, 3396 (Arès vu au droit ; caducée ignoré) ; ISEGRIM, 36452 [PH].

b.

3,71 g

12h 18 mm

Aufhäuser 14 (1998), 195 (ΥΔΙΟԐ|Ω-И lu au revers) ; Lanz 131 (2006), 155 [PH].

c.

3,52 g

12h 18 mm

Berlin (SMB, Imhoof-Blumer 1900) (moulage à Winterthur) ; Imhoof-Blumer 1901-02, 134.1, pl. V. 7 (exemplaire pesé 3,53 g ; Zeus, Arès ou héros vu au droit ; ΥΔΙΟԐ|Ω-И lu au revers) ; Imhoof-Blumer 1908, 91, n. 2 ; Schaefer 1912, 446 ; Cook 1925, 706, fig. 637 (droit seulement) ; Laumonier 1958, 187 et n. 1 ; ISEGRIM, 36449 [PH].

HH/6a ou HH/6b ou HH/6c

D ?/R?

?

? ?

Paris (BnF, exemplaire non retrouvé) ; Babelon 1898a, 378.5388 (exemplaire classé à Tralles) ; Babelon 1898b, 5388 (ibid.) ; Robert 1978, 503, n. 9 (correction de Babelon 1898a et 1898b) ; Robert 1987, 199, n. 9 (ibid.).

2. Monnaies provinciales romaines d’Hydisos

HP/1 : Domitien (81-96 p.C.)

D. :

tête laurée de Domitien à droite, avec la légende ΔOMԐTIANOC KAICAP CεBAC-TOC écrite de droite à gauche dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

R. :

Zeus Areios debout de face sur une ligne de sol, la tête à droite, avec un chiton court, un manteau sur les épaules, une cuirasse et un casque, une lance brandie dans la main droite et un bouclier sur le bras gauche ; à ses pieds, un aigle à droite, avec le mot ΥΔΙCεωΝécrit devant le dieu, de bas en haut.

1. D1/R1

12,34 g

12h 26 mm

Berlin (SMB, Imhoof-Blumer 1928) ; Imhoof-Blumer 1905, 250-251.3, pl. XX. 31 (revers seulement) ; Imhoof-Blumer 1908, 90-91.3, pl. IV. 31 (revers seulement) ; Schaefer 1912, 446 ; Laumonier 1958, 187 et n. 3, pl. VI. 8 (revers seulement) ; Dräger 1993, 204 ; RPC II, 1195 ; ISEGRIM, 35749 [PH].

Les monnaies d’Hydisos d’origine romaine.

HP/2 : Hadrien (117-138 p. C.)

D. :

tête laurée d’Hadrien à droite, avec la légende AΥTOKPATΩPA TPAIANON AΔPIANON - CԐBACTON écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grènetis.

R. :

Zeus Areios debout de face sur une ligne de sol, la tête à droite, avec un chiton court, un manteau sur les épaules, une cuirasse et un casque, une lance brandie dans la main droite et un bouclier sur le bras gauche ; à ses pieds, un aigle à droite, avec le mot ΥΔΙCԐωΝ écrit à l’exergue et parfois la légende ZԐΥC - APԐIOC écrite de part et d’autre du dieu, le tout dans un grènetis.

2. D2/R2

10,90 g

7h 28 mm

Munich (SM) ; tréflage au droit ; moulage à Winterthur) ; Sestini 1796, 374.3 (IACCԐωN lu au revers, d’où une attribution à Iasos) ; Sestini 1797, 88 ; Mionnet 1808, 353-354.291 (cab. Cousinery ; IACCԐωN lu au revers, d’où ibid.) ; Sestini 1820, pl. III. 11 (IACCԐωN lu au revers, d’où ibid.) ; Streber 1835, 232, pl. IV. 5 (IAICԐΩN lu au revers, d’où ibid.) ; Dieudonné 1902, 78 (attribution à Iasos) ; Imhoof-Blumer 1905, 251 et n. 1, pl. XX. 32 (revers seulement) ; Imhoof-Blumer 1908, 91 et n. 1, pl. IV. 32 (revers seulement) ; Head 1911, 620 ; Schaefer 1912, 446 ; Cook 1925, 706, fig. 635 ; Kerenyi, 1933, 25 et n. 1 (IAΣΕΩΝ lu au revers d’où une attribution à Iasos) ; Laumonier 1958, 187 et n. 4, pl. IV. 9 (revers seulement) ; Weiser 1985, 180 (IACԐΩN lu au revers d’où une attribution à Iasos) ; Tondo 1985, 164 (IACCԐωN lu au revers, d’où ibid.) [PH].

HP/3 : Hadrien (117-138 p. C.)

D. :

tête laurée d’Hadrien à droite, avec la légende AY KAI TPAIANOC AΔP [---] écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grènetis.

R. :

déesse debout à droite, dans un chiton et un himation, la main droite levée et la gauche tendue vers l’avant ; avec le mot ΥΔΙC-ԐΩΝ écrit de part et d’autre de la déesse, le tout dans un grènetis.

3. D3/R3

7,04 g

6h 25 mm

Winterthur (DKD, G 3366) (au revers, contremarque circulaire = façade de temple tétrastyle) ; Imhoof-Blumer 1905, 251.4, pl. XX. 33 (AΔP[IANOC CԐBACTOC ?] restitué au droit ; Artémis chasseresse vue au revers) ; Imhoof-Blumer 1908, 91.4, pl. IV. 33 (ibid.) ; Howgego 1985, 159.287 ; Vacano 1986, 156 (Aphrodite vue au revers) ; Bloesch 1997, 3366 (“Göttin” vue au revers) ; ISEGRIM, 15754 (AΔP[IANOC CԐBACTOC ?] restitué au droit ; Aphrodite, une pomme [ ?] dans la main, vue au revers) [PH].

HP/4 : Septime Sévère (193-211 p. C.)

D. :

tête laurée de Septime Sévère à droite ; avec la légende [---] – CԐYHPOC п écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grènetis.

R. :

Tychè debout de face, la tête coiffée d’un kalathos à g., dans un chiton et un himation, une corne d’abondance dans la main gauche et un gouvernail dans la droite ; avec la légende εпI APX ? [---] ΥΔΙCԐΩΝ écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grèn.

4. D4/R4

?

6h 24 mm

Paris (IdF, coll. L. Robert ; acquis à Hydisos en 1946) [PH.].

HP/5 : Sévère Alexandre (222-235 p.C.)

D. :

buste lauré de Sévère Alexandre à droite, portant cuirasse et paludamentum ; avec la légende AY K M AY C ԐYHPOC AΛԐΞANΔPOC écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grènetis.

R. :

Zeus Areios debout de face sur une ligne de sol, la tête à droite, avec un chiton court, un manteau sur les épaules, une cuirasse et un casque, une lance brandie dans la main droite et un bouclier sur le bras gauche ; à ses pieds, un aigle à droite, avec la légende M A ԐΠIΓONOC-APΞAC ΥΔΙCԐωΝ écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grènetis.

5. D5/R5

25,30 g

7h 32 mm

Ziegler 1981, 49.1, pl. 8, fig. A (MA lu au revers) [PH].

HP/6 : Sévère Alexandre (222-235 p. C.)

D. :

tête laurée de Sévère Alexandre à droite, avec la légende A K M - CԐΥH AΛԐΞANΔP écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grènetis.

R. :

Bellérophon chevauchant Pégase à gauche, avec la légende [M] A ԐΠIΓONOC AP ΥΔΙCԐωΝ écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grènetis.

6. D6/R6

5,66 g

6h 20 mm

Berlin (SMB, Imhoof-Blumer 1928) (moulage à Winterthur) ; Imhoof-Blumer 1901-02, 135.3, pl. V. 8 ([K]L ? lu au revers) ; Münsterberg 1911-27, 118 (ibid.) ; Ziegler 1981, 49 ([K]L corrigé en ([M]A) ; Vacano 1986, 246 ; ISEGRIM, 26464 [PH].

HP/7 : Gordien III (238-244 p. C.)

D. :

buste drapé de Gordien III à droite, portant cuirasse et paludamentum ; avec la légende AYT K MANT -ΓOPΔIANOC écrite de gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre, le tout dans un grènetis.

R. :

couronne de laurier dans un grènetis avec, à l’intérieur, la légende M AY Ԑ|PMωNA|Ξ K MHTP|OΦANHC C|TԐΦANHΦ|OPOI YΔIC|CԐωN.

7. D7/R7

6,97 g

5h 20 mm

Londres (BM, 1907-1-5-5) ; Imhoof-Blumer 1906, 120.4 (KAICA|PԐωN lu au revers, d’où une attribution à Césarée de Cappadoce) ; Imhoof-Blumer 1908, 232.4 (ibid.) ; Hill 1923, 209-210 (correction de Imhoof-Blumer 1906 et 1908) ; Kraft 1972, 158.29, pl. 53 (M AYP lu au revers) [PH].

3. Faux d’Hydisos

6Malgré et peut-être aussi à cause du faible nombre des monnaies d’Hydisos parvenues jusqu’à nous, des faux modernes ont été frappés au nom de cette cité. Le premier à avoir révélé leur existence est D. Sestini qui, en 1826, signala qu’un exemplaire de cette facture (ici HF/1, sans numéro d’inventaire) fut envoyé à Hedervar par “D. B.” (p. 32), sans doute le Docteur Burckhardt, agent de Caprara à Constantinople, selon Ph. Kinns (1984, p. 7). Un autre se trouve aujourd’hui au British Museum (ici HF/1, no 1a). Longtemps considérée comme vraie, cette pièce fut étudiée en détail par Ph. Kinns qui remarqua que “it does not look ancient, the fabric is peculiarly flat, and the correspondence with Sestini’s drawing is exact, for there is no trace of the missing omega, whereas other letters are perfectly distinct. No precise details” (1984, 43). Au cours de nos recherches pour la constitution de ce catalogue, nous pensons avoir trouvé, au cabinet des médailles de Paris et dans MM Deutschland 13 (2003), 423, deux autres faux identiques aux précédents, à une petite nuance près cependant (ici HF/1, no 1b et 1c). En effet, si les coins utilisés et le décentrage des types (en particulier de droit) sont les mêmes que ceux observés sur la pièce du British Museum, le ômega de l’ethnique ΥΔΙΣΕΩΝ, effacé sur les exemplaires examinés par D. Sestini et Ph. Kinns, est en revanche tout à fait visible sur la monnaie publiée dans MM Deutschland et sur celle conservée à Paris.

7Ceci étant, l’ensemble du matériel a pour modèle une série frappée aux mêmes types et dont le seul exemplaire aujourd’hui connu est conservé au British Museum (1895-5-7-1 ; ici HH/4). Par ailleurs, les faux présentés ici sont attribués à un faussaire du nom de Caprara, à la tête d’une “officine” basée d’abord à Smyrne (où les faux d’Hydisos auraient été frappés) puis à Syros. Moins prolifique que les célèbres contrefacteurs C. W. Becker (Hill 1924) et C. Christodoulos (Svoronos 1922, 97-107, et 1927, 141-146), il ne fut actif que durant une dizaine d’années (entre c. 1820 et c. 1830), jusqu’à ce que la cécité l’oblige à se retirer des affaires. Dans l’ouvrage qu’il consacra à l’“œuvre” de Caprara, Ph. Kinns lui attribue plus de 90 exemplaires originaires de nombreuses cités, depuis la Chersonèse taurique jusqu’à l’empire achéménide (1984, passim).

HF/1

D. :

buste d’Athéna, à dr., avec l’égide sur les épaules et un casque sur la tête, le tout dans un grèn.

R. :

Zeus Areios debout de face, sur une ligne de sol, la tête à droite, avec un chiton court, une cuirasse et un casque, une lance brandie dans la main droite et un bouclier sur le bras gauche ; avec le mot ΥΔΙ|ΣΕΩΝ écrit de part et d’autre du dieu de bas en haut.

1. D1/R1

a.

4,57 g

12h 19 mm

Londres (BM, forgeries - Caprara 60) (ΥΔΙ|ΣΕΩ[Ν]) ; Wroth 1896, 96 (monnaie supposée vraie) ; Head 1897, 122.2 (ibid.) ; Imhoof-Blumer 1901-02, 134, n. 1 (ibid.) ; Laumonier 1958, 186 et n. 7 (ibid.) ; Sear 1979, 4892 (ibid.) ; Kinns 1984, 60, pl. 6 (monnaie reconnue comme fausse) [PH].

 

b.

4,33 g

12h 19 mm

MM Deutschland 13 (2003), 423 (coll. Righetti ; monnaie supposée vraie) [PH].

 

c.

4,31 g

12h 18 mm

Paris (BnF, 731 ; moulage à Winterthur) ; Babelon 1897, 435.2430 (monnaie supposée vraie ; Arès vu au revers) ; Babelon 1898b, 2430 (ibid.) ; Imhoof-Blumer 1901-02, 134, n. 1 (monnaie supposée vraie ; Zeus, Arès ou un héros vu au revers) ; Schaefer 1912, 446 (monnaie supposée vraie) ; Laumonier 1958, 186 et n. 7 (ibid. ; types inversés) [PH].

D ?/R ?

?

? ?

Sestini 1826, 32, pl. 3.9 (.ΔY.. ΣΕ N lu au r., d’où une attribution à Cidyessos de Phrygie) ; Friedlaender 1883, 44 (ibid.).

Les faux d’Hydisos.

Métrologie et datation

  • 19 Sans compter les quatre faux modernes. Sur la rareté des monnaies d’Hydisos, J. et L. Robert notent (...)
  • 20 On associe parfois à Hydisos des monnaies d’époque classique. Celles-ci sont des petites pièces d’a (...)
  • 21 Sur ce trésor, cf. CH VIII, 495, Zabel & Meadows 2002, 246, ainsi que les informations que C. Arnol (...)

8Notre catalogue des monnaies d’Hydisos ne regroupe que 43 exemplaires en argent et en bronze19 frappés, comme nous le verrons plus loin, entre le milieu de l’époque hellénistique et la première moitié du iiie siècle p.C.20. Les monnaies antérieures à l’Empire sont de loin les plus nombreuses (36 pièces recensées) et sont aussi bien en argent qu’en bronze. Les premières portent toutes au droit une tête casquée de Zeus Areios et au revers un foudre ailé, avec l’ethnique ΥΔΙΣΕΩΝ (HH/1). La chance a voulu qu’un de ces exemplaires (le HH/1, no 4a) ait été trouvé dans un trésor enfoui quelque part en Carie au milieu du iie siècle a. C.21. Acquise par l’American Numismatic Society dans un très bon état de conservation, cette monnaie paraît ne pas avoir beaucoup circulé jusqu’à son enfouissement. Il serait donc tentant de situer sa frappe, et par conséquent celle de ses sœurs, plus près du milieu du siècle que de son commencement.

  • 22 Sans renvoi apparent au trésor CH VIII, 495, Leu Numismatics 77 (2000), 316, et NFA 25 (1990), 150, (...)
  • 23 Pour les tétroboles de poids euboïque, cf. Regling 1906, 1173. Pour les tétroboles de poids attique (...)
  • 24 Sur les formules mathématiques utilisées, cf. F. Delrieux, Les monnaies grecques des cités de la ba (...)

9Si cette datation a rarement été envisagée ailleurs22, la dénomination et l’étalon auxquels de telles monnaies correspondent ont pour leur part été la source d’hypothèses contradictoires. Ainsi y a-t-on vu des tétroboles de poids euboïque, des tétroboles de poids attique, des hémidrachmes (sans précision de l’étalon), ou bien encore des drachmes (à nouveau sans précision de l’étalon)23. Une diversité pareille tient certainement au fait qu’on s’est toujours appuyé sur un seul exemplaire à la fois, ce qui ne pouvait que faciliter la multiplication des interprétations. Or, comme indiqué ci-après, les 15 monnaies d’argent de notre catalogue permettent aujourd’hui d’établir avec une certaine assurance la fiche métrologique de la série à laquelle elles appartiennent24.

Éventail modulaire : 14 mm/16 mm ; module moyen : 15 mm ; éventail pondéral : 1,71 g/2,41 g ;
Table de fréquence des poids connus (taille des échelons de fréquence fixée à 0,29 g) :
2,31 g - 2,60 g XXX
2,01 g - 2,30 g XXXXXXXXX
1,71 g - 2,00 g XXX
Mode : 2,01 g/2,30 g ; médiane : 2,17 g ; espace interquartile : 0,22 g ; moyenne arithmétique : 2,14 g ; étendue : 0,70 g ; milieu : 2,06 g ; variance : 0,04 g ; écart-type : 0,2 g ; intervalle de confiance : 0,4 g ; coefficient de variation : 9,34 % ; indice charactéroscopique : 5.

  • 25 Sur ce monnayage, portant au droit un aigle sur la joue droite d’Hélios, et au revers une rose, cf. (...)
  • 26 Cf. Ashton 1992, 21 et 27. D’autres ajustements de ce type peuvent être observés ailleurs entre la (...)

10Chose troublante, ces données rappellent beaucoup les drachmes d’imitation rhodienne que la cité voisine de Mylasa émit entre c. 180 et c. 140 a. C., précisément à l’époque où fut enfoui le trésor CH VIII, 495, contenant la monnaie HH/1, no 4a25. Produits dans un premier temps avec un poids de ± 2,40 g, que l’on rapprochera de l’étalon rhodien réduit alors en cours, ces exemplaires de même module le furent ensuite avec un poids de ± 2,20 g, très proche donc de celui des pièces d’Hydisos26. Pour autant, ce n’est peut-être pas pour les mêmes raisons qu’Hydisiens et Mylasiens ont frappé de telles monnaies.

  • 27 Ainsi Caunos, Cos et Milet, émettrices de pseudo-rhodiennes dans la première moitié du iie siècle a (...)
  • 28 Cf. Ashton & Reger, Kroll Festschrift, à paraître (contra Ashton 1992, 34). Sur le riche dossier ép (...)

11En effet, comme l’indique surtout le nombre important des coins de droit et de revers utilisés (107 et 245), l’émission des drachmes de Mylasa eut lieu selon toute apparence sur une longue période, 30 à 40 ans semble-t-il. Avec seulement trois coins de droit et deux coins de revers pour l’instant recensés, il n’en alla certainement pas de même à Hydisos. De plus, le bon état de conservation de tous les exemplaires hydisiens auxquels nous avons eu accès paraît indiquer que ceux-ci ont peu circulé et que, par conséquent, on dut les frapper pour répondre à un besoin précis, voire urgent. Il serait alors tentant de leur attribuer par exemple une origine militaire, comme peut-être dans d’autres cités de la région touchées par le même phénomène27. En revanche, à Mylasa, R. Ashton et G. Reger lieraient plus volontiers la frappe des pseudo-rhodiennes évoquées plus haut aux nombreux baux de terre dont l’épigraphie local a gardé le souvenir et où les sommes engagées sont exprimées en “drachmes d’argent rhodien léger”28.

  • 29 2002, 113.

12Dans le cas du bronze, les exemplaires d’Hydisos à notre disposition manquent de repères chronologiques comparables à ceux des monnaies d’argent. En effet, seule la drachme HH/1, no 4a, a été trouvée dans un trésor. De plus, les noms de personnes apposées au revers des séries HH/2 et HH/3 ne se rencontrent sur aucun autre document hydisien ou faisant allusion à Hydisos précisément daté. C’est pourquoi, comme l’a fait A. R. Meadows pour les bronzes hellénistiques de Stratonicée29, nos essais de classement et de datation du matériel réuni ici reposeront sur des critères avant tout typologiques et stylistiques.

  • 30 Ashton 1992, 17-20.255-313. Sur l’usage des lettres lunaires dans les cités grecques “dès le iiie s (...)
  • 31 Meadows 2002, 80 sq. et 91 sq. (120 et 122 pour la datation).

13Ainsi, les lettres ε, C et ω (lisibles sur tous les bronzes hydisiens d’époque impériale) apparaissent dans les séries HH/5c (ΥΔΙωΝ), HH/5d (ΥΔΙωΝ ou ΥΔΙΩΝ) et HH/6c (ΥΔΙΩΝ). Absentes sous cette forme des émissions d’argent, elles pourraient indiquer que les monnaies qui les portent ne datent pas de la même période. Or, dans la région, les lettres ε et ω sont attestées notamment sur les monnaies mylasiennes d’imitation rhodiennes les plus récentes30. À Stratonicée, un peu plus au nord, le ¢ figure sur les pièces de la cité sans doute à partir des années 160 a. C., le ω au début du siècle suivant31. Par ailleurs, à Hydisos, les têtes casquées de Zeus Areios au droit des séries HH/5 et HH/6 s’inspirent à l’évidence (en particulier celles des séries HH/5a, HH/5b et HH/6) de celle de la série HH/1, tout comme peut-être le foudre de la série HH/5 sur lequel un aigle est posé et que l’on retrouve, comme type à part entière, dans la série HH/1. Selon toute apparence, les bronzes des séries HH/5 et HH/6 pourraient avoir été frappées après les monnaies d’argent, par exemple dans la seconde moitié du iie siècle a. C. au plus tôt.

14Sur les quelques monnaies, de même style, portant des noms de personnes (tous écrits au nominatif), deux dans la série HH/2 (Ménesth(e) us et Drakôn) et un dans la série HH/3 (Drakôn), les légendes n’ont pas de lettres lunaires et se lisent toutes dans le même sens : de haut en bas, à droite puis à gauche du type, le ou les noms d’abord, l’ethnique ensuite. Or, comme on l’aura remarqué, le nom Drakôn est indiqué dans les deux séries, ce qui pourrait renvoyer à la même personne vu les similitudes entre les émissions. Pour ce qui est de la datation, on notera pour commencer que le caractère guerrier du Zeus Areios de la série HH/3 est gommé par l’absence du casque, lequel coiffe systématiquement le dieu sur les monnaies frappées à partir du milieu du iie siècle a.C. Par ailleurs, l’atmosphère pacifique dégagée par cette représentation rappelle celle de la série HH/2 où, cas unique sur les pièces hellénistiques d’Hydisos, on ne fait aucune allusion au domaine militaire (tête diadémée de femme au droit/corne d’abondance au revers). Dans de telles conditions, les monnaies des séries HH/2 et HH/3 pourraient être antérieures aux drachmes de la série HH/1 et dater par conséquent au plus tard de la première moitié du iie siècle a.C.

  • 32 Selon B. V. Head (in Wroth 1896, 96), la série HH/4 “dates from the first century B. C., probably f (...)

15Dans un tel cas de figure, les pièces de la série HH/4 auraient une place toute trouvée entre HH/3 et HH/1. En effet, à l’Athéna Promachos du revers de la série HH/3 répond d’abord le buste casqué d’Athéna au droit de la série HH/4. Ensuite, la légende de revers de la série HH/4 ne consiste plus qu’en l’ethnique ΥΔΙ-ΣΕΩΝécrit et présenté exactement comme dans la série HH/1 (de bas en haut, à gauche puis à droite du type, avec des lettres non lunaires). Enfin, au revers de la série HH/4, la plus ancienne image de Zeus Areios debout, à droite, un casque sur la tête, une lance dans la main droite et un bouclier sur le bras gauche répondrait facilement à l’Athéna en armes disposée de la même manière (lance brandie toutefois) au revers de la série HH/3. Selon nous, eu égard aux dates avancées pour les autres émissions, les monnaies de la série HH/4 pourraient donc avoir été frappées après HH/3 et avant HH/1, dans la première moitié du iie siècle a. C. au plus tard32.

  • 33 Ces modules et ces poids sont presque tous des moyennes arithmétiques. Il aurait sans doute été plu (...)
  • 34 Cf. Johnston 1995, 62-64.

16En raison de la petitesse de l’échantillon conservé, la situation paraît aussi imprécise en ce qui concerne les dénominations. En attendant la publication de nouvelles monnaies qui corrigeront sans doute les données qui suivent, les bronzes des séries HH/2 à HH/6 ont des modules de ± 17 mm (HH/6), ± 18 mm (HH/3 et HH/5) et 19 mm (HH/4). Or, avec des poids faisant ± 3,52 g (HH/6), 3,96 g (HH/4), ± 4,56 g (HH/5) et ± 5,43 g (HH/3)33, les séries HH/5 et HH/6, voire HH/3 et HH/4, pourraient passer, comme à Aphrodisias34, pour l’équivalent d’hémioboles. De son côté, parce que plus grand (21 mm) et plus lourd (7,88 g), le seul exemplaire connu de la série HH/2 correspondrait plutôt à une obole.

  • 35 Sur la graphie ΔOMεTIANOC, cf. aussi, en Carie, à Mylasa (Akarca 1959, 70.53 ; RPC II, 1198).

17Sous l’Empire, les émissions d’Hydisos, uniquement des bronzes, sont très espacées dans le temps et ont sans doute été moins nombreuses qu’à l’époque hellénistique. En effet, en l’état actuel de la documentation, la cité n’a frappé monnaie que sous Domitien (HP/1)35, Hadrien (HP/2 et HP/3), Septime Sévère (HP/4), Sévère Alexandre (HP/5 et HP/6) et Gordien III (HP/7). Par ailleurs, toutes les séries impériales de notre catalogue ne sont représentées que par un seul exemplaire (7 au total), et nous ne connaissons aucune pièce hydisienne provinciale romaine sans portrait impérial, type de matériel pourtant bien connu dans le reste de la Carie. Pour autant, les exemplaires parvenus jusqu’à nous donnent une idée générale des caractéristiques métrologiques du monnayage hydisien d’époque romaine. Tel est ce que montre déjà le tableau suivant, réalisé d’après le module et le poids de chaque pièce.

18Selon toute apparence, Hydisos utilisa sous l’Empire quatre modules de ± 20, 25, 27 et 32 mm. Les premiers à circuler furent ceux de ± 27 mm, attestés du temps de Domitien (HP/1) à celui d’Hadrien (HP/2). C’est alors qu’apparut le module de ± 25 mm (HP/3) dont on garde la trace jusque sous Septime Sévère (HP/4). Par la suite, sous Sévère Alexandre, deux nouveaux modules succédèrent aux précédents, à savoir ceux de ± 20 et 32 mm (HP/5 et HP/6). Si le second ne servit plus après ce prince, le premier le fut encore une fois sous Gordien III (HP/7).

  • 36 On ne peut qu’en être convaincu en lisant le même nom de personne (M. A. Épigonos) au revers des mo (...)
  • 37 Cf. MacDonald 1992, passim (en tenant compte de Johnston 1995, 43-100).

19Comme on l’aura remarqué, deux modules sont parfois attestés sous un même principat, ainsi sous Hadrien (avec des pièces de ± 25 [HP/3] et 28 mm [HP/2]) et sous Sévère Alexandre (avec des bronzes de ± 20 [HP/6] et 32 mm ([HP/5]). À l’évidence, les Hydisiens frappèrent à plusieurs reprises des monnaies ayant été les fractions d’autres pièces36. Reste à déterminer les dénominations auxquelles elles devaient correspondre. En prenant ici appui sur les monnayages contemporains d’Aphrodisias37, il ressort que les séries HP/1 et HP/2 pourraient avoir joué le rôle du triassarion, la série HP/5 celui du tetrassarion et les séries HP/6 et HP/7 celui de l’assarion. En ce qui concerne les séries HP/3 et HP/4, l’écart de plusieurs dizaines d’années entre l’une et l’autre, de même que l’inflation à laquelle l’Empire romain était alors confronté, inviteraient à voir des diassaria dans les monnaies de HP/3 et des assaria et demi seulement dans celles de HP/4. Ainsi obtiendrait-on, provisoirement sans doute, le tableau suivant.

Remarques onomastiques et typologiques

  • 38 Cf. SNG v. Aul., 2551, et Bloesch 1997, 3360, pour Héraclée. Cf. Imhoof-Blumer 1908, 93.4, Spanu 19 (...)
  • 39 Cf. Samama 2003, no 268, l. 13-15 (à Kéramos), no 216, l. 1-6 (à Éphèse), no 249, l. 1-6, et 250, l (...)
  • 40 Sous Antonin le Pieux, l’archiatre Statilius Attalos a offert l’émission monétaire qui le nomme aux(...)

20Malgré leur faible nombre, les monnaies d’Hydisos donnent encore de précieux renseignements sur le panthéon de la cité et ses institutions. Dans ce dernier cas, les légendes de revers, tant à l’époque hellénistique qu’à l’époque romaine, ne se limitent pas en général à la seule mention de l’ethnique. En effet, sont également indiqués des noms de personnes dont la présentation varie beaucoup d’une émission à l’autre. Attestés dès avant l’Empire, on les voit alors, seuls ou à deux, écrits au nominatif sans plus de détails (MENEΘ(E)YΣ et ΛPAKΩΝ dans HH/2 ; ΛPAKΩΝ seulement dans HH/3). Absents des émissions du temps de Domitien et Hadrien, ceux-ci font leur réapparition sous les premiers Sévères à travers la légende en partie effacée εпI APX?[---] (HP/4). Si l’on a raison de reconnaître ici la lettre X après la lettre P, peut-être pourrait-on voir par exemple le début de APX[IATPOY], mot rarement lu sur les monnaies, mais attesté en Carie sur celles d’Héraclée de la Salbakè sous Antonin le Pieux, et surtout, tout près d’Hydisos, sur celles de Kéramos au temps d’Élagabale38. De plus, la mention éventuelle d’un ἀρχίατρος sur une monnaie hydisienne ne saurait surprendre à l’époque impériale car les documents témoignant de l’implication d’un tel personnage dans la vie municipale des cités ne sont pas rares alors dans le sud-ouest de l’Asie Mineure39. C’est pourquoi, comme à Héraclée de la Salbakè, peut-être l’émission HP/4 a-t-elle été financée par un αρχίατρος dont le nom est aujourd’hui perdu40.

  • 41 À l’époque où l’on ne connaissait que la monnaie d’Hydisos portant l’abréviation AR, on pensait que (...)
  • 42 Sous Néron, cf. RPC I, 2774, et Spanu 1997, 49-50.24-25. Sous Hadrien, cf. Egger 46 (1914), 1199, e (...)
  • 43 1997, 38-39.
  • 44 Rien n’interdit de penser qu’il en alla différemment à Hydisos. Aussi, nous ne nous associons pas à (...)

21Quoi qu’il en soit, quelques années plus tard, sous Sévère Alexandre, est nommé cette fois, au nominatif, un MAεпIΓONOC suivi de la forme verbale APΞAC (dans HP/5) ou AP(ΞAC) (dans HP/6)41. Ce participe aoriste actif est très rare sur les monnaies. En effet, outre Hydisos, on ne le trouve que sur des pièces de Kéramos. Dans cette ville, le mot est employé beaucoup plus souvent qu’à Hydisos mais, comme chez sa voisine, aussi bien en entier qu’en abrégé : APΞAΣ sous Néron, APΞAC sous Hadrien, APΞ ou ПPΩTON APΞ sous Antonin le Pieux, APΞ ou APΞAC sous Commode, APΞ sous Julia Domna, Caracalla, Géta et Élagabale, APΞAC enfin sur une monnaie provinciale sans portrait impérial non datée42. Selon M. Spanu43, l’utilisation du verbe ἄρκω au participe aoriste actif doit supposer “(almeno per Keramos)44 che la fase preparatoria delle emissioni (scelta e allestimento dei conii, eventuale approvazione, coniazione etc.) fosse realizzata durante il corso della magistratura, mentre le monete venivano messe in circolazione allo scadere della carica. In questo caso, quindi, il nomme del personaggio riportato sulle monete non sembra costituire una semplice indicazione eponima (sebbene a posteriori si possa usare anche in questo senso), bensì un preciso riferimento al responsabile dell’emissione”.

  • 45 Milne 1938, 257.
  • 46 S’il avait été alors stéphanéphore et que la série monétaire à son nom avait été décidée du temps d (...)
  • 47 Dmitriev 1997, 525-534 ; Weiss 2004, 63.

22Sous Gordien III (HP/7), la situation paraît différente car les hommes alors nommés exercent encore semble-t-il la fonction à laquelle ils sont associés. En effet, la légende de revers (écrite au nominatif) révèle deux noms, M AY ԐPMωNAΞ K(AI) MHTPOΦANHC CTԐΦANHΦOPOI. Moins rare que le verbe (ἄρχω, la stéphanéphorie, bien attestée sur les monnaies de Lydie et surtout de Phrygie, ne l’est en Carie, outre Hydisos, que sur celles d’Attouda45. Par ailleurs, cette magistrature n’est pas celle exercée par M. A. Épigonos dans les séries HP/5 et HP/6 à l’époque d’Élagabale46. Selon Sv. Dmitriev, repris par P. Weiss47, la présence de magistrats différents sur les monnaies d’une même cité tient sans doute au fait que ces derniers pouvaient tous être éponymes dans la mesure où chacun devait dater les événements ou les documents relevant de son domaine de compétence. Or, si tel événement (battre monnaie par exemple) ou tel document concernaient des magistrats n’ayant pas les mêmes compétences, ces derniers pouvaient être alors indifféremment impliqués dans leur datation.

  • 48 Selon A. B. Cook (1925, 705), Zeus brandit un foudre au lieu de la lance sur une pièce du temps d’H (...)
  • 49 D’après Howgego 1985, 159.287, le temple tétrastyle apposé en contremarque au revers d’une monnaie (...)
  • 50 À Mylasa, sous Hadrien et Antonin le Pieux, des cistophores et des bronzes montrent au revers un Ze (...)
  • 51 Ce type n’est pas rare en Carie avant l’Empire. On le trouve également sur des monnaies d’Eurômos ( (...)
  • 52 Sur d’autres foudres (avec ou sans ailes) sur les monnaies de Carie, cf. par exemple à Aphrodisias (...)

23D’un point de vue maintenant typologique, le type le plus souvent représenté sur les monnaies hellénistiques d’Hydisos est, au droit, le visage d’un homme barbu tourné à droite, un casque à aigrette sur la tête (HH/1 ; HH/5 ; HH/6). Parfois, le personnage apparaît aussi au revers, debout à droite dans un chiton court, avec un casque à aigrette et une cuirasse, une lance dans la main droite et un bouclier sur le bras gauche (HH/4). C’est cette image que l’on retrouve sous l’Empire, si ce n’est qu’un manteau est désormais jeté sur les épaules et que la lance est brandie (HP/1 ; HP/2 ; HP/5)48. Grâce à un bronze du temps d’Hadrien (HP/2), nous savons que ce guerrier est Zeus Areios, la légende ZԐYC APԐOC accompagnant alors la représentation de celui-ci. C’est ce qui explique pourquoi, sous Domitien, Hadrien et Sévère Alexandre (HP/1 ; HP/2 ; HP/5), le dieu, très certainement poliade49, figure avec un aigle posé à ses pieds, à droite ou à gauche50. À l’époque hellénistique, l’oiseau est déjà connu comme type monétaire à part entière, debout à droite sur un foudre, les ailes éployées (HH/5)51. Nous lui associerons le foudre ailé des monnaies d’argent (HH/1)52, ce type comme le précédant étant toujours utilisé au revers de pièces montrant au droit la tête casquée de Zeus Areios.

  • 53 1958, 187 et n. 6.
  • 54 Pyrrhos, 5 : εἰωθεισαν οἱ βασιλεῖς ἐν Πασσαρῶνι, χωρίω τῆς Μολοττίδος, Ἀρείω Διὶ θύσαντες ὁρκωμυτεῖ (...)
  • 55 5.14.6 : τοῦ δὲ Ἡφαίστου τὸν βωμόν εἰσιν Ἠλείων οἱ ὀνομάζουσιν Ἀρείου Διός' λέγουσι δὲ οἱ αὐτοὶ οὗτ (...)

24Cette épithète est assez rare dans les cultes grecs. En effet, hors d’Hydisos, A. Laumonier n’en a relevé l’existence, au masculin, qu’à Passaron d’Épire et peut-être à Olympie53. Dans les deux cas, comme en Carie, le mot est porté par Zeus dans le cadre de cultes rendus en son honneur. Tel est ce que l’on peut lire dans Plutarque quand ce dernier signale que les rois d’Épire “avaient coutume d’offrir à Passaron, ville de la Molosside, un sacrifice à Zeus Areios et de procéder à un échange de serments : les rois juraient de gouverner selon les lois, et le peuple épirote jurait de maintenir aussi suivant les lois le pouvoir royal”54. De même, Pausanias note qu’à Olympie, à côté de l’autel de l’Alphée, est celui d’Héphaistos. Or, “il est des Éléens pour nommer l’autel d’Héphaistos autel de Zeus Areios. Ces mêmes gens disent aussi qu’Oinomaos sacrifiait sur cet autel à Zeus Areios chaque fois qu’il allait se mesurer à la course au char avec l’un des prétendants d’Hippodamie”55.

  • 56 Hill 1923, 210 ; Laumonier 1958, 188.
  • 57 IK, 28,1-Iasos, no 2, l. 36, 43, 48 et 53 (Iasos) ; no 3, l. 11-12 et 22 (Iasos) ; IK, 24,1-Smyrna, (...)
  • 58 CIG, III, 4393 (Isaurie) ; Ormerod 1912, 271, no II (Pamphylie).
  • 59 SNG v. Aul., 7488 (Pergame ; buste casqué d’Athéna) ; Bloesch 1997, 2952 (Éphèse ; Athéna avec épée (...)

25L’équivalent féminin de Zeus Areios est sans doute à chercher dans les représentations monétaires d’Athéna à l’époque hellénistique. En effet, la déesse apparaît alors, soit sous la forme d’un buste casqué à droite (HH/4), soit sous les traits de la Promachos debout à droite, dans un peplos, un casque sur la tête, un bouclier sur le bras gauche et une lance brandie dans la main droite (HH/3). Selon G. F. Hill et A. Laumonier, Athéna serait à Hydisos la parèdre de Zeus et, à ce titre, pourrait avoir porté l’épithète Areia56. Il est vrai qu’Athéna est toujours figurée sur les mêmes monnaies que son père. Ainsi, dans la série HH/3, la Promachos est au revers de bronzes montrant au droit la tête de Zeus (non casqué) ; dans la série HH/4, le buste d’Athéna est au droit tandis que, au revers, se trouve un Zeus Areios armé. Par ailleurs, fréquente dans l’ouest de l’Asie Mineure, Athéna Areia est invoquée à plusieurs reprises dans des prestations de serments, par exemple à Iasos au ive siècle a. C., à Smyrne et à Pergame au siècle suivant57. En Isaurie, une dédicace est faite à (Athéna) Areia ; en Pamphylie, la déesse porte peut-être la même épithète dans un texte prophétique de la région d’Attaleia58. Enfin, Athéna Areia est représentée et nommée sur des monnaies de Pergame du iie siècle a. C. et d’Éphèse sous Sévère Alexandre59.

  • 60 Babelon 1897, 435.2428 ; Id. 1898b, 2428 ; Dieudonné 1902, 77 ; Laumonier 1958, 188. À comparer ave (...)
  • 61 Comme ailleurs, en Carie, sur les monnaies de Kidrama (Robert 1954, 340).
  • 62 IK, 35-Mylasa, no 953.
  • 63 Cf. Weinreich 1912, 1-68 ; Laumonier 1958, 188, n. 5.
  • 64 IK, 21-Stratonikeia, no 129 ; IK, 22,1-Stratonikeia, no 849. A. Laumonier se demande également si, (...)
  • 65 Vacano 1986, 156. Selon ISEGRIM 15754, la divinité tiendrait une pomme. Rien n’est moins sûr compte (...)
  • 66 Imhoof-Blumer 1905, 251.4 ; Id. 1908, 91.4 ; Hill 1923, 210.

26Du reste du panthéon hydisien véhiculé par les monnaies, nous conservons une représentation très conventionnelle de Tychè, un gouvernail et une corne d’abondance dans les mains (HP/4), et la tête d’une femme diadémée tournée à droite (HH/2), dans laquelle E. Babelon, A. Dieudonné et A. Laumonier ont reconnu Aphrodite60. Figurée au droit de monnaies montrant au revers une corne d’abondance débordant de fruits61, elle pourrait être liée, selon A. Laumonier, à une inscription d’Hydisos très mutilée évoquant les dépenses d’un prêtre en faveur d’une déesse (au nom aujourd’hui perdu) ἐπήκοος 62. En effet, non loin de là, Aphrodite, à qui cette épithète est le plus souvent associée63, était connue chez les Stratonicéens pour entendre les prières de ceux qui l’invoquaient64. Selon O. von Vacano et ISEGRIM 15754, la déesse apparaît peut-être aussi au revers d’un bronze du temps d’Hadrien sous les traits d’une femme debout à droite, dans un chiton et un himation, la main droite levée et la gauche tendue vers l’avant (HP/3)65. D’après Fr. Imhoof-Blumer et G. F. Hill, la silhouette ferait plutôt penser à une Artémis chasseresse sans ses attributs66.

  • 67 s.v. Ύδισσός : πόλις Καρίας, ἀπό Ύδισσοῦ παιδός Βελλεροφόντου καὶ Ἀστερίας θυγατρὸς Ύδέου,ὡς Ἀπολλώ (...)

27De tels problèmes d’interprétation ne se posent pas en ce qui concerne les représentations de Pégase à l’époque hellénistique (HH/6), et celle du cheval ailé monté par Bellérophon sous Sévère Alexandre (HP/6). En effet, ces types renvoient directement aux origines mythiques d’Hydisos telles que nous les connaissons grâce à Étienne de Byzance. Selon lui, la cité tiendrait son nom d’Hydissos (sic), fils de Bellérophon et d’Astéria fille d’Hydéas, “comme Apollônios (d’Aphrodisias l’écrit) dans le (livre) IV des Karika67.

  • 68 Étienne de Byzance, s.v. Βαργύλια. Sur les monnaies de Bargylia montrant Pégase, avec ou sans Bellé (...)
  • 69 Étienne de Byzance, s.v. Μύλασα et Εὐρωπός.
  • 70 Cf. Laumonier 1958, 205. Chrysaor, comme Pégase, était le fruit des amours de Poséidon et Méduse.
  • 71 Head 1897, 150.24, 25, 27-30, 152.36-38 ; SNG Cop., Caria, 491, 492 et 494.
  • 72 Cf. Étienne de Byzance, s. v. Ἀλάβανδα (en langue carienne, ἄλα signifie “cheval” et βάνδα “victoir (...)

28Si ce mythe de fondation ne nous est pas plus connu aujourd’hui, l’association de Pégase et Bellérophon à celui-ci, et plus généralement leur présence sur des monnaies cariennes, est chose courante dans la région. Ainsi Bargylia a-t-elle été fondée par Bellérophon en souvenir de son compagnon Bargylos, tué accidentellement par Pégase, souvent représenté (parfois avec son cavalier) sur les monnaies de la cité68. De leur côté, Mylasa et Idrias (où nous ne connaissons pas de pièces “pégasiennes”) tirent leurs noms de Mylasos et Idrieus, l’un et l’autre descendants, comme Bellérophon, de Glaucos, fils de Sisyphe69. À Stratonicée, peut-être en liaison avec les légendes de la ligue chrysaorienne dont la cité était le centre70, Pégase apparaît plusieurs fois sur les monnaies, soit seul, soit à côté de Bellérophon, soit avec l’abréviation BEL symbolisant son compagnon71. Ailleurs, la représentation de Pégase tient plutôt à des considérations étymologiques, comme le suggèrent notamment les noms d’Alabanda, Alinda et Euhippè72.

29À l’évidence, malgré le faible nombre de pièces inventoriées, le matériel étudié ici apporte des informations précieuses sur une petite cité dont l’Histoire a gardé peu de souvenirs et dont le site reste encore à explorer. Communauté de peu d’importance en Carie, les Hydisiens ont cependant émis un monnayage dont on peut suivre le parcours plus ou moins chaotique sur près de quatre siècles, entre le iie siècle a. C. et le milieu du iiie siècle p. C. Au cours de cette période, furent produites des monnaies d’argent et surtout des monnaies de bronze.

30Très productifs dans un premier temps, les Hydisiens paraissent s’être relâchés sous l’Empire, les nécessités auxquelles ils devaient faire face alors ne se posant probablement plus dans les mêmes termes. En tous les cas, cela ne les empêcha pas de mettre en place un système monétaire élaboré faisant appel au principe des fractions et des multiples. Ainsi, aux drachmes, oboles et hémioboles de l’époque hellénistique succédèrent semble-t-il les tetrassaria, triassaria, diassaria, assaria et demi et assaria de l’époque romaine. Pour répondre à tant de dénominations, qui d’ailleurs ne circulèrent pas toutes en même temps, Hydisos puisa ses types dans des mythes et des divinités, pour les uns aux résonances toute cariennes (ainsi Pégase et Bellérophon), pour les autres indissociablement liés à l’État qui les avait choisis (ainsi Zeus Areios). Là était le comportement classique de toute cité soumise à des forces qui la dépassaient mais qui, dans le même temps, essayait de préserver son identité.

Catalogues de vente

31Comme le montre la liste qui suit, peu de monnaies d’Hydisos se trouvent dans les catalogues de vente. Pourtant, ont été dépouillés nombre de ceux que possède notamment le Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France, ainsi que, sur internet, plusieurs sites consacrés à la vente de monnaies antiques (cf. pour commencer la liste proposée par le Cabinet des Médailles de Bruxelles : www.kbr.be/collections/medailles/liens_fr.html).

Athena (Monaco) : 1 (1987).
Aufhäuser, H. (München) : 14 (1998).
CNG, Classical Numismatic Group (Lancaster & London) : 55 (2000).
CNG, Classical Numismatic Group (Lancaster & London) : 63 (2003).
CNG, Classical Numismatic Group (Lancaster & London) : 75 (2007).
Egger, frères (Vienne) : 46 (mai 1914).
Elsen, J. et fils (Bruxelles) : 235 (2006).
Elsen, J. et fils (Bruxelles) : 238 (2006).
Gorny, D., Giessener Münzhandlung (München) : 36 (1987).
Hirsch, G. (München) : 191 (1996).
Hirsch, G. (München) : 195 (1997).
Künker, F. R. (Osnabrück) : 94 (2004).
Lanz, H.(München) : 46 (1988).
Lanz, H. (München) : 131 (2006).
Leu Numismatics (Zürich) : 77 (2000).
MM Deutschland, Münzen und Medaillen Deutschland (Weil am Rhein) : 13 (2003).
MM AG, Münzen und Medaillen AG (Basel) : 494 (1986).
MM AG, Münzen und Medaillen AG (Basel) : 527 (1989).
MM AG, Münzen und Medaillen AG (Basel) : 547 (1991).
NAC, Numismatic Ars Classica AG (Zürich) : 1 (1989).
NFA, Numismatic Fine Arts (Beverly Hills) : 18 (1987).
NFA, Numismatic Fine Arts (Los Angeles) : 25 (1990).
Peus, B. (Frankfürt) : 321 (1988).
Peus, B. (Frankfürt) : 323 (1988).
Peus, B. (Frankfürt) : 324 (1989).
Peus, B. (Frankfürt) : 326 (1989).
Peus, B. (Frankfürt) : 328 (1990).
Peus, B. (Frankfürt) : 376 (2003).
Peus, B. (Frankfürt) : 382 (2005).
Peus, B. (Frankfürt) : 392 (2007).
Ratto, R. (Lugano) : avr. 1909.
Schulten (Köln) : avr. 1988.
Sotheby’s (Zürich) : avr. 1993.

Notes

1 Cette étude doit beaucoup à R. Ashton dont les précieux conseils nous ont écarté de mauvais chemins. Qu’il en soit ici très chaleureusement remercié.

2 Si, sur la plupart des monnaies de cette cité, l’ethnique est écrit avec un seul sigma (υδισ / υδισεων / υδιοԑων / υδιοԑων / υδιοԑων / υδιοԑων), un exemplaire du temps de Gordien III propose la forme YΔΙCCԐωN (HP/7). Les deux orthographes sont également attestées dans la littérature et l’épigraphie. Ainsi peut-on lire Hydissenses dans Pline l’Ancien, 5.109, Ὑδισσός / Ὑδισσεύς dans Étienne de Byzance, s. v.δισσός, et Ὕδισσα dans Ptolémée, 5.2.20. De même, dans les inscriptions, le nom de la cité est lu Ύ[δισσες] / Ύδι[σσές] dans les listes du tribut attique des années 448/447 et 447/446 a. C. (IG, I3, no 264, col. III, l. 21 ; IG, I3, no 265, col. II, l. 51). Dans HTC, no 90, l. 10, il est restitué sous la forme [Υδισσείς] (220 pour l’explication). En revanche, Hydisos est écrit avec un seul sigma dans IK, 22,1-Stratonikeia, no 508, l. 10 (Ύδισός), IK, 28,1-Iasos, no 56, l. 7 (Ύδισεύς), et IK, 34-Mylasa, no 401, l. 8 (Ύδισέων). Dans la présente contribution, nous suivrons l’orthographe la plus communément admise dans la numismatique, c’est-à-dire avec un seul sigma.

3 Pour les premières publications de monnaies d’Hydisos (attribuées alors par erreur à Iasos), cf. Sestini 1796, 374.3, et 1797, 88. Sur la localisation d’Hydisos à Karacahisar, cf. Robert 1935, 339-340, 1949b, 238, 1950, 93, 1954, 231 (et n. 3) et 371, BullEp. 1973, 162.420, 1978, 187-188 (= 1987, 491-492). Auparavant, l’avis général plaçait Pédasa et Pidasa à Karacahisar (cf. par exemple Paton & Myres 1890, 192-195, et Guidi & Maiuri 1921-22, 425, in : Robert 1935, 339-340), ce qui est encore parfois le cas aujourd’hui (carte IGN-Europe : Turquie 2002, 1 :750 000). D’un autre côté (cf. in : Robert 1935, 340), Hydisos fut parfois située plus au nord, à Eskiçine (près d’Alabanda), voire à Mesevle (au nord de Kavaklıdere, dans le Doğu Menteşe Dağları). Contrairement à ce que l’on a pu lire, Deschamps & Doublet 1890, 627, les premiers à avoir visité le site, n’associent pas les ruines de Karacahisar à celles d’Hydisos.

4 Robert 1935, 339 ; BullEp. 1973, 162.420 ; Pimouguet-Pédarros 2000, 222.

5 Pour les inscriptions, cf. toujours IK, 35-Mylasa, no 951 à 960.

6 IG, I3, no 264, col. III, l. 21 ; IG, I3, no 265, col. II, l. 51.

7 HTC, no 90, l. 10, et 220.

8 IK, 28,1-Iasos, no 56. Sur la datation de ce texte, cf. Delrieux 2005a, 22-25, et 2005b, 173-180.

9 IK, 22,1-Stratonikeia, no 508, l. 10. Sur ce texte célèbre, cf. notamment Diehl & Cousin 1885, 437-474, Sherk 1969, 105-111, no 18, et Bertrand 1992, 252-255, no 144 (traduction en français).

10 IK, 34-Stratonikeia, no 401, l. 8.

11 5.109.

12 IK, 35-Mylasa, no 952. Cf. Laumonier 1958, 186, pour l’interprétation plausible du texte.

13 Ptolémée, 5.2.20 ; Étienne de Byzance, s.v. Ύδισσός

14 1935, 340 ; 1954, 5, n. 2 ; 1978, 492, n. 10 (= 1987, 188, n. 10).

15 Ce travail, largement remanié ici, a eu d’abord sa place dans une thèse de doctorat préparée dans les années 1990 (cf. Delrieux 1998).

16 Sur les monnaies, cf. Robert 1935, 340, 1949b, 238 et n. 2, 1954, 371, BullEp. 1973, 162.420, et 1978, 491-492 (= 1987, 187-188). Sur l’inscription, cf. Robert 1935, 340, et IK, 35-Mylasa, no 959.

17 HH = Hydisos-hellénistique ; HP = Hydisos-provinciale ; HF = Hydisos-faux.

18 ANS = American Numismatic Society ; BnF = Bibliothèque nationale de France ; BM = British Museum ; DKD = Departement Kulturelles und Dienst ; FM = Fitzwilliam Museum ; IdF = Institut de France ; MFA = Museum of Fine Arts ; MU = Münzsammlung der Universität ; SM = Staatliche Münzsammlung ; SMB = Staatliche Museen zu Berlin.

19 Sans compter les quatre faux modernes. Sur la rareté des monnaies d’Hydisos, J. et L. Robert notent que ces pièces “ne se voient pas même à Mylasa ; nous n’en avons pas vu, et des collectionneurs venus à Milâs non plus” (BullEp. 1973, 162.420). En revanche, plus de 20 exemplaires ont été trouvés à Karacahisar, site de l’antique cité (cf. notamment Robert 1935, 340 ; 1954, 371 ; BullEp. 1973, 162.420). Deux d’entre eux sont dans notre catalogue, aux numéros d’inventaire HH/5b, no 10, et HP/4, no 4.

20 On associe parfois à Hydisos des monnaies d’époque classique. Celles-ci sont des petites pièces d’argent frappées dans la seconde moitié du ve siècle a. C. et montrent le plus souvent deux protomès de bœufs affrontées au droit et une autre protomè de bœuf (ou simplement un tête) dans un espace creux au revers (Six 1890, 238-239.41 sq. ; Peus 321 [1988], 181 ; Peus 323 [1988], 832 ; Peus 324 [1989], 169 ; CNG 55 [2000], 575). Parfois, la protomè seule est au droit et le revers est occupé par une étoile dans un cercle creux (Peus 328 [1990], 202). Selon K. Konuk, les exemplaires aux trois protomès viendraient plutôt d’Hydai en Carie (2003, 69), avis que nous partageons (1998, 14-22).

21 Sur ce trésor, cf. CH VIII, 495, Zabel & Meadows 2002, 246, ainsi que les informations que C. Arnold-Biucchi a eu la gentillesse de nous communiquer à son sujet. Contenant au moins 68 autres monnaies d’argent frappées à Halicarnasse (15), Myndos (44) et Bargylia (9), cette trouvaille fut d’abord datée des années 100-75 a. C. (CH VIII, 495). Or, en publiant une partie des exemplaires myndiens et halicarnassiens (tous des drachmes) du trésor CH IX, 522 (2002, 244-252), B. Zabel et A. R. Meadows sont arrivés à la conclusion que celui-ci devait avoir été enfoui vers le milieu du iie siècle a. C. (2002, 246-247). En effet, son contenu est comparable à celui des trésors, enfouis certainement vers la même époque, CH VIII, 481 (hémidrachmes de Myndos, Halicarnasse, Iasos et Bargylia, drachme de Mylasa), CH VIII, 482 (drachmes de Myndos et Halicarnasse), CH VIII, 485 (drachmes, hémidrachmes et trihémioboles de Myndos et Halicarnasse, trihémiobole de Cnide), et CH VIII, 495 (drachmes, hémidrachmes d’Halicarnasse, Myndos et Bargylia). D’après les exemplaires cnidien et mylasien rangés dans CH VIII, 481 et 485, la frappe des pièces de tous ces dépôts dut avoir lieu dans la seconde moitié du iiie siècle a. C. et surtout dans la première moitié du siècle suivant.

22 Sans renvoi apparent au trésor CH VIII, 495, Leu Numismatics 77 (2000), 316, et NFA 25 (1990), 150, proposent respectivement la fin du iie siècle a. C. et le iie/ier siècle a. C. Dans les autres travaux où des monnaies d’Hydisos en argent ont été publiées, la date retenue est toujours le ier siècle a. C. (cf. par exemple Regling 1906, 1173, Brett 1955, 1965, et SNG Keckman, 56).

23 Pour les tétroboles de poids euboïque, cf. Regling 1906, 1173. Pour les tétroboles de poids attique, cf. Brett 1955, 1965. Les tétroboles sont également nommés, sans mention de l’étalon, dans NFA 18 (1987), 204. Pour les hémidrachmes (identification la plus fréquente), cf. MM AG 494 (1986), 48, Athena 1 (1987), Gorny 36 (1987), 230, 120, Lanz 46 (1988), 286, Peus 326 (1989), 221, MM AG 527 (1989), 85, NAC 1 (1989), 208, NFA 25 (1990), 150, MM AG 547 (1991), 23, Peus 376 (2003), 434, Peus 382 (2005), 186. Pour les drachmes, cf. SNG Keckman, 56, Leu Numismatics 77 (2000), 316, et CNG 63 (2003), 543.

24 Sur les formules mathématiques utilisées, cf. F. Delrieux, Les monnaies grecques des cités de la basse vallée de l’Harpasos en Carie (Bargasa, Harpasa, Néapolis, Orthosia), à paraître.

25 Sur ce monnayage, portant au droit un aigle sur la joue droite d’Hélios, et au revers une rose, cf. surtout Akarca 1959, 85-100, et Ashton 1992, 1-39 (32 et 34 pour la datation, à partir aussi des années 170 ou du début des années 160 ; à corriger d’après Ashton & Reger, Kroll Festschrift, à paraître).

26 Cf. Ashton 1992, 21 et 27. D’autres ajustements de ce type peuvent être observés ailleurs entre la fin du iiie siècle a. C. et le début du siècle suivant (Mørkholm, 158-159 ; Apostolou 1995, 14-15 ; Bresson 1996, 65-77).

27 Ainsi Caunos, Cos et Milet, émettrices de pseudo-rhodiennes dans la première moitié du iie siècle a. C. Pour Caunos, cf. Ashton 1988, 67-70, et Apostolou 1995, 10. Pour Cos, cf. Ashton 1988, 69, n. 8, Price 1991, 315, et Apostolou 1995, 1 (pour une datation à l’extrême fin du iiie siècle a. C.). Pour Milet, cf. Ashton 1988, 69, n. 8, Price 1991, 277-278 et n. 7, et Apostolou 1995, 10. Selon E. Apostolou (1995, 17-18), l’importance des monnaies rhodiennes dans les transactions locales, ainsi que le “vide” monétaire créé dans la région par le retrait des rois hellénistiques au début du iie siècle a.C., auraient pu conduire certaines cités (dont Caunos, Cos et Milet) à frapper monnaie avec des types rhodiens pour faciliter leurs échanges. A. Bresson ne suit pas cette idée et considère plutôt que, en Asie Mineure comme en Grèce d’Europe, “sinon toutes du moins la plupart des monnaies d’imitation ont été frappées pour payer des soldats” (1996, 72-75 ; “la monnaie aux types rhodiens était devenue comme un ‘badge‘ signifiant ‘ monnaie de mercenaire’” ; ibid., 73).

28 Cf. Ashton & Reger, Kroll Festschrift, à paraître (contra Ashton 1992, 34). Sur le riche dossier épigraphique des baux de terre de la région de Mylasa, cf. notamment Behrend 1973, 145-168, Chandezon 1998, 33-56, Dignas 2000, 117-126, et Chandezon 2003, 193-217.

29 2002, 113.

30 Ashton 1992, 17-20.255-313. Sur l’usage des lettres lunaires dans les cités grecques “dès le iiie siècle a. C., et même le ive”, cf. Robert 1960d, 588.

31 Meadows 2002, 80 sq. et 91 sq. (120 et 122 pour la datation).

32 Selon B. V. Head (in Wroth 1896, 96), la série HH/4 “dates from the first century B. C., probably from the time when, after the end of the Mithradatic War, the Romans, by a Senatus Consultum (B. C. 81), conferred freedom upon the towns of Caria which had remained faithful to them” (cf. aussi Head 1897, 122). On rapprochera cette idée de l’ancienne date donnée à CH VIII, no 495 (100-75 a.C.).

33 Ces modules et ces poids sont presque tous des moyennes arithmétiques. Il aurait sans doute été plus instructif de calculer la médiane (cf. Naster 1975, 71, et Callataÿ 2000, 231), mais le nombre trop faible des exemplaires conservés ne le permet pas.

34 Cf. Johnston 1995, 62-64.

35 Sur la graphie ΔOMεTIANOC, cf. aussi, en Carie, à Mylasa (Akarca 1959, 70.53 ; RPC II, 1198).

36 On ne peut qu’en être convaincu en lisant le même nom de personne (M. A. Épigonos) au revers des monnaies des séries HP/5 et HP/6.

37 Cf. MacDonald 1992, passim (en tenant compte de Johnston 1995, 43-100).

38 Cf. SNG v. Aul., 2551, et Bloesch 1997, 3360, pour Héraclée. Cf. Imhoof-Blumer 1908, 93.4, Spanu 1997, 53-54.37-38, pour Kéramos. En Carie, on pourrait aussi penser à APX[IEPEΩC], attesté à Aphrodisias (MacDonald 1992, 95, type 92, et 97, type 97) et à Trapézopolis (Imhoof-Blumer 1901-02, 163.3), ou encore à APX[ONTOC], utilisé à Aphrodisias (MacDonald 1992, 92-93, type 83-85).

39 Cf. Samama 2003, no 268, l. 13-15 (à Kéramos), no 216, l. 1-6 (à Éphèse), no 249, l. 1-6, et 250, l. 1-7 (à Héraclée de la Salbakè), no 263, l. 1-4 (à Labraunda), no 264, l. 17-19 (à Lagina), no 211, l. 3-4 (à Éphèse).

40 Sous Antonin le Pieux, l’archiatre Statilius Attalos a offert l’émission monétaire qui le nomme aux neoi d’Héraclée de la Salbakè (Robert 1954, 220).

41 À l’époque où l’on ne connaissait que la monnaie d’Hydisos portant l’abréviation AR, on pensait que celle-ci était le début du mot APXΩN (Head 1911, 620 ; Hill 1923, 211).

42 Sous Néron, cf. RPC I, 2774, et Spanu 1997, 49-50.24-25. Sous Hadrien, cf. Egger 46 (1914), 1199, et Spanu 1997, 50.26. Sous Antonin le Pieux, cf. Imhoof-Blumer 1908, 92.2, et Spanu 1997, 50-51.27-29. Sous Commode, cf. Head 1897, 78.8, et Spanu 1997, 51-52.31-32. Sous Julia Domna, cf. Babelon 1898b, 2298, et Spanu 1997, 52.33. Sous Caracalla, cf. Imhoof-Blumer 1901-02, 139.4, et Spanu 1997, 52.34 et 53.36. Sous Géta, cf. Kraft 1972, 49, pl. 60.17, et Spanu 1997, 52-53.35. Sous Élagabale, cf. Imhoof-Blumer 1908, 93.4, et Spanu 1997, 53-54.37-38. Pour la monnaie provinciale sans portrait impérial, cf. Spanu 1997, 54.39.

43 1997, 38-39.

44 Rien n’interdit de penser qu’il en alla différemment à Hydisos. Aussi, nous ne nous associons pas à R. Ziegler qui, d’après les théories de Kraft 1972, propose (avec prudence) de faire venir la monnaie hydisienne portant exceptionnellement le mot APΞAC du même atelier que les exemplaires de Kéramos portant plus fréquemment la même indication (1981, 50). Sur les arguments à opposer à ce genre d’hypothèse, cf. par exemple Robert 1975, 188-192, Id. 1980, 435-436, et MacDonald 1992, 5 et 7.

45 Milne 1938, 257.

46 S’il avait été alors stéphanéphore et que la série monétaire à son nom avait été décidée du temps de sa magistrature, son binôme aurait dû être nommé à ses côtés.

47 Dmitriev 1997, 525-534 ; Weiss 2004, 63.

48 Selon A. B. Cook (1925, 705), Zeus brandit un foudre au lieu de la lance sur une pièce du temps d’Hadrien (HP/2). L’état de conservation de la pièce ne permet pas de l’assurer.

49 D’après Howgego 1985, 159.287, le temple tétrastyle apposé en contremarque au revers d’une monnaie hydisienne du temps d’Hadrien (HP/3, no 3) serait celui de Zeus Areios. Dans ce cas, la contremarque serait donc hydisienne.

50 À Mylasa, sous Hadrien et Antonin le Pieux, des cistophores et des bronzes montrent au revers un Zeus debout, de face, dans un chiton court et un himation, une lance dans la main droite, un bouclier posé à terre dans la gauche, un aigle sur un monticule à sa gauche, un crabe parfois à sa droite (uniquement sur les bronzes). Cf. Akarca 1959, 59.17 et 73-74.67, et Metcalf 1980, 45.42, pour de tels exemplaires ; cf. Laumonier 1958, 44, et Debord 2001, 30-31, pour un commentaire. Comme par un curieux concours de circonstances, une de ces pièces (un bronze) a été trouvée à Hydisos (Akarca 1959, 74.68.2). De plus, “nulle part sauf (à Hydisos) et à Mylasa, (Zeus) n’est assimilé aussi complètement à Arès à la courte tunique” (Laumonier 1958, 187).

51 Ce type n’est pas rare en Carie avant l’Empire. On le trouve également sur des monnaies d’Eurômos (BnF, 560), Néapolis de l’Harpasos (SNG Tübingen, 3460) ou encore Plarasa-Aphrodisias (MacDonald 1992, 59-60, type 2). Cf. aussi, peut-être, à Mylasa (Ashton 1992, 22. G).

52 Sur d’autres foudres (avec ou sans ailes) sur les monnaies de Carie, cf. par exemple à Aphrodisias (MacDonald 1992, 70, type 34), Bargasa (Imhoof-Blumer 1912, 197.21 ; Egger 46 [1914], 1190, pl. XIX), Caunos (Ashton 1999b, 146.1-10), Kidrama (Robert 1954, 339-340, pl. LX) et Myndos (Bloesch 1997, 3489-3490 et 3494).

53 1958, 187 et n. 6.

54 Pyrrhos, 5 : εἰωθεισαν οἱ βασιλεῖς ἐν Πασσαρῶνι, χωρίω τῆς Μολοττίδος, Ἀρείω Διὶ θύσαντες ὁρκωμυτεῖν τοῖς Ήπειρώταις καὶ ὁρκίζειν, αὐτοὶ μὲν ἄρςξιν κατὰ τοὺς νόμους, ἐκείνους δὲ τὴν βασιλείαν διαφυλάξειν κατὰ τοὺς νόμους (trad. R. Flacelière et E. Chambry, Paris, CUF, 1971).

55 5.14.6 : τοῦ δὲ Ἡφαίστου τὸν βωμόν εἰσιν Ἠλείων οἱ ὀνομάζουσιν Ἀρείου Διός' λέγουσι δὲ οἱ αὐτοὶ οὗτοι καὶ ὡς Οἰνόμαος ἐπὶ τοῦ βωμοῦ τούτου θύοι τῷ Ἀρείῳ Διί, ὁπότε τῶν Ἱπποδαμείας μνηστήρων καθίστασθαι μέλλοι τινὶ ἐς ἵππων ἅμιλλαν (trad. J. Pouilloux, Paris, CUF, 1999). Pour un commentaire de ce passage, cf. Cook 1925, 706, n. 5.

56 Hill 1923, 210 ; Laumonier 1958, 188.

57 IK, 28,1-Iasos, no 2, l. 36, 43, 48 et 53 (Iasos) ; no 3, l. 11-12 et 22 (Iasos) ; IK, 24,1-Smyrna, no 573, l. 60 et 70 (Smyrne) ; I. Pergamon, no 13, l. 24 et 52 (Pergame).

58 CIG, III, 4393 (Isaurie) ; Ormerod 1912, 271, no II (Pamphylie).

59 SNG v. Aul., 7488 (Pergame ; buste casqué d’Athéna) ; Bloesch 1997, 2952 (Éphèse ; Athéna avec épée, lance et bouclier). Sur le sens des lettres APε inscrites, sur des monnaies d’Isinda de Pisidie sous Philippe II, sur le bouclier d’une divinité posant le pied sur un globe, cf. Hill 1923, 220-221.14 (pour Athéna Areia ?), et Aulock 1977, 96-97.876-884 (plutôt pour Arétè).

60 Babelon 1897, 435.2428 ; Id. 1898b, 2428 ; Dieudonné 1902, 77 ; Laumonier 1958, 188. À comparer avec Robert 1954, 126 (sur une monnaie de Tabai).

61 Comme ailleurs, en Carie, sur les monnaies de Kidrama (Robert 1954, 340).

62 IK, 35-Mylasa, no 953.

63 Cf. Weinreich 1912, 1-68 ; Laumonier 1958, 188, n. 5.

64 IK, 21-Stratonikeia, no 129 ; IK, 22,1-Stratonikeia, no 849. A. Laumonier se demande également si, à Hydisos, Aphrodite n’a pas porté l’épithète Strateia ou Areia (1958, 188). Dans le premier cas, la déesse est ainsi nommée à Mylasa (IK, 34-Mylasa, no 203, l. 5, et 204, l. 3) et à Iasos (IK, 28,2-Iasos, no 221 et 222).

65 Vacano 1986, 156. Selon ISEGRIM 15754, la divinité tiendrait une pomme. Rien n’est moins sûr compte tenu de l’état de conservation de la pièce.

66 Imhoof-Blumer 1905, 251.4 ; Id. 1908, 91.4 ; Hill 1923, 210.

67 s.v. Ύδισσός : πόλις Καρίας, ἀπό Ύδισσοῦ παιδός Βελλεροφόντου καὶ Ἀστερίας θυγατρὸς Ύδέου,ὡς Ἀπολλώνιος Καρικῶν τετάρτῳ (A. Meineke éd., Berlin, 1849). “Ces images et légende se rattachent à ce complexe caro-lycien que nous atteste si bien la région voisine de l’Idriade” (Laumonier 1958, 188).

68 Étienne de Byzance, s.v. Βαργύλια. Sur les monnaies de Bargylia montrant Pégase, avec ou sans Bellérophon, cf. par exemple Head 1897, 71-72.1-4, 7-9, 11 et 12, SNG Cop., Caria, 175, 176 et 178, SNG v. Aul., 2516, 2517 et 8076, et surtout Weiser 1985, 183.

69 Étienne de Byzance, s.v. Μύλασα et Εὐρωπός.

70 Cf. Laumonier 1958, 205. Chrysaor, comme Pégase, était le fruit des amours de Poséidon et Méduse.

71 Head 1897, 150.24, 25, 27-30, 152.36-38 ; SNG Cop., Caria, 491, 492 et 494.

72 Cf. Étienne de Byzance, s. v. Ἀλάβανδα (en langue carienne, ἄλα signifie “cheval” et βάνδα “victoire” ; pour Euhippè, de Euhippos, père d’Alabandos, vainqueur à une course à cheval, le sens étymologique du nom de la cité est ici à chercher dans la langue grecque) ; Laumonier 1958, 431, n. 7 ; Lacroix 1974, 77. Sur les représentations monétaires de Pégase à Alabanda, Alinda et Euhippè, cf. par exemple SNG v. Aul., 2379-2387 (Alabanda), Head 1897, 11.11 (Alinda), Imhoof-Blumer 1901-1902, 128.3 (Euhippè). D’autres chevaux ailés sont attestés en Carie sur les monnaies d’Aphrodisias (MacDonald 1992, 108, type 126), Astypalaia (au lieu de Astyra ; Ashton 2001, 84, n. 32) et Halicarnasse (Imhoof-Blumer 1901-1902, 281.1-2).

Table des illustrations

Légende La Carie antique. Carte de localisation générale.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Les monnaies hellénistiques d’Hydisos en argent.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Les monnaies hellénistiques d’Hydisos en bronze
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Les monnaies d’Hydisos d’origine romaine.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Les faux d’Hydisos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11300/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11300/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11300/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search