Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La Carie

Du Poliorcète au Minotaure : réflexions sur les avatars d’un type iconographique

Nathalie de Chaisemartin

Texte intégral

1L’iconographie antique et à sa suite celle de la Renaissance et des temps modernes nous ont habitués aux phénomènes de reprise ou de dérivation à partir des modèles-phares de la sculpture grecque. Les thèmes et les figures mythologiques largement exploités à tous les niveaux artistiques puisent largement dans un fonds de représentations couramment identifiables pour le public, qui peuvent se fractionner et se recombiner pour s’adapter à de nouvelles demandes.

  • 1 Radt 1981, 583 sqq.
  • 2 Bar-Sharrar 1987, 78, no C. 17,8 pl. 53.
  • 3 Bar-Sharrar 1987, no C 95, pl. 31.

2Qu’en est-il toutefois lorsque c’est l’image d’un personnage historique qui en raison de son caractère et de son expressivité est réutilisée pour un personnage mythologique ? À l’inverse de l’image posthume de Socrate, que Lysippe aurait créée à partir des représentations traditionnelles du silène chauve, on connaît assez bien les dérivations mythologiques de l’image d’Alexandre, dont la légendaire beauté a pu être figurée sous les traits de Télèphe sur la petite frise du portique interne comme sur la frise de la Gigantomachie1 de l’autel de Pergame. Le modèle de tête d’Alexandre coiffé de l’anastolè a par ailleurs servi pour les représentations du dieu Hélios sur des statères de Rhodes ou des médaillons d’applique en bronze comme celui du Cabinet des Médailles2. Il a même été repris pour un modèle de jeune Pan aux cornes et oreilles caprines sur un médaillon d’applique en bronze.3

3Parmi les modèles de têtes reproduits sur les reliefs architecturaux d’Aphrodisias, on peut rapprocher un groupe de quatre têtes masculines à l’expression énergique, coiffées de courtes cornes écartées et dont l’une s’encadre d’oreilles caprines. Ces attributs les ont fait identifier comme des satyres, bien qu’elles ne présentent pas les traits heurtés, confinant à l’animalité, des physionomies de satyres issus du répertoire hellénistique : il semble de fait que leur assimilation aux membres du thiase dionysiaque soit le résultat de contaminations successives. On peut penser qu’à l’origine de cette famille iconographique, qui de dérivation en variante va aboutir sous Hadrien aux impressionnantes têtes de Minotaure figurées sur les consoles des Thermes d’Aphrodisias, se trouvent en fait des portraits de dynastes hellénistiques dont les artisans ont perdu l’identité au cours du temps et dont l’expressivité particulière a paru adaptée à la représentation de satyres.

  • 4 Musée Aph 82-1-1080 ; Erim 1986, 141, fig. en haut à dr ; de Chaisemartin 1999, 266, pl. 8

4La première tête figure à droite du bloc de frise PT W 384 du secteur sud de la colonnade occidentale de l’“Agora sud”. Une lourde guirlande aux fruits profondément cernés la relie à une tête masculine juvénile et casquée (fig. 1).

5La tête présente de puissantes proportions (fig. 2), un front bas barré d’une ride ondulante, des arcades débordantes et contractées au-dessus d’un nez fort et plongeant. Son visage est marqué par une forte dissymétrie, la moitié gauche semblant comme affaissée. L’expression agitée du personnage est soulignée par ses yeux écarquillés au regard impérieux, inclinés vers les oreilles comme sous le poids des bourrelets sourciliers en forte saillie. La paupière inférieure est pendante et relâchée. La bouche entrouverte est ourlée de lèvres épaisses et sinueuses, le menton fendu émerge de l’épaisseur des joues traversées de plis obliques. Les oreilles, très décollées à leur base, sont cachées en haut par les mèches temporales, si bien qu’on ne peut voir s’il s’agit d’oreilles caprines.

  • 5 Alexandre au toupet frontal, probablement un modèle de Lysippe : tête d’Alexandre aux cornes de bé (...)
  • 6 Par exemple l’Attale Ier de Pergame (Berlin) aux mèches rapportées (Smith HRP no 28, p. 160, pl. 2 (...)
  • 7 Poulsen 1973, 39-41, no 1 (Inv 733, Cat 597), pl. 1.
  • 8 Musée national de Naples MNN 6149 ; Smith 1988, 156, no 4, pl. 4 et 5 ; Andreae 1998, 32-37.
  • 9 Pollitt 1987, 32, y voit les cornes de Poséidon Taureos, revendiqué comme ancêtre par Démétrios.

6La coiffure se caractérise par un bouquet de mèches frontal (Haarbüschel) particulier : deux grosses mèches se recourbent vers le centre du front, tandis que des mèches en crochet dissymétriques s’écartent vers les cornes taurines plantées aux angles du front. Les tempes sont symétriquement encadrées par deux mèches en crochet imbriquées. Une mèche postérieure arquée domine ce toupet qui semble repris aux coiffures d’un modèle juvénile de portrait d’Alexandre5, et qui est plus tard décliné suivant diverses variantes par plusieurs Diadoques et Épigones6, voire par Pompée sur son portrait de la Ny Carlsberg Glyptotek7, à l’imitation du Conquérant. Le buste en marbre de la Villa des Papyri8 identifié comme Démétrios Poliorcète porte ainsi de courtes cornes9 et un toupet frontal de composition voisine.

Fig. 1. Bloc PT W 38 de la frise de la colonnade ouest du “Portique de Tibère/agora sud” d’Aphrodisias : tête casquée, tête aux cornes taurines.

Fig. 2. Tête PT W 38,2 aux cornes taurines.

  • 10 Musée National de Naples, MNN 5590 ; Smith 1988, 159, no 21, pl. 16.
  • 11 MNN 5596 ; Smith 1988, 160, no 25, pl. 20

7Il est vraisemblable que le chef d’équipe de la frise du portique ouest, développée lors de la construction de cette aile dans la seconde moitié du ier siècle, a repris ici un modèle de tête provenant de la frise tibérienne de la colonnade septentrionale, voire recomposé certaines des images de dynastes hellénistiques de la frise nord antérieure, dont plusieurs sont marquées par le caractère terrible (deinotès) du chef, censé terrifier ennemis et sujets. La tête PT N 99 A, identifiable par comparaison avec un buste de bronze de la villa des Papyri10 comme Séleucos Nicator offre la même brutalité des traits et un modelé des joues comparable. On peut trouver aussi dans la tumescence et la compacité des volumes du visage une analogie avec la tête PT N 114 a du “Portique de Tibère”, reprenant le type de l’Attale Ier de Berlin. Le curieux traitement des paupières et la forme du nez renvoient à la tête PT N 18A, probablement dérivée du même modèle que le buste de dynaste de la Villa des Papyri identifié comme Antiochos IV Épiphane ou Nicomède Ier11.

  • 12 Newell 1927 ; Davis & Kraay 1980, 221-223, fig. 117-121.
  • 13 Musée d’Antakya, inv. 14319 ; Smith 1988, 173, no 94, pl. 56, 4-5-6 ; Fleischer 1991, 91-94, pl. 5 (...)
  • 14 Smith 1988, pl. 76,2 ; Davis & Kraay, 1980, fig. 52.

8En revanche, la coiffure et les cornes sont empruntées au type plus juvénile et idéalisé du Démétrios Poliorcète de la Villa des Papyri : les profils monétaires du diadoque12 offrent un profil puissant, marqué par la solide ossature des pommettes, un nez fort à la base et légèrement relevé à l’extrémité et un menton très saillant. Le toupet frontal est plus ou moins volumineux selon les émissions. Son diadème de type macédonien, fait d’un tube de métal rigide, était visiblement serti de cornes rapportées, signe de sa puissance ou d’une assimilation avec Dionysos Tauros ou Poséidon Taureios. Une tête colossale de marbre provenant d’Esentepe (Iskenderun)13 présente aussi des cornes rapportées, comme le sommet de sa coiffure aujourd’hui disparu : il s’agissait sans doute d’un Séleucide, parfois identifié à Séleucos Nicator, qui portait aussi des cornes taurines fixées sur son diadème ou son casque sur certaines de ses images monétaires14.

  • 15 Svenson 1995, 43-46, 381, pl. 21, no 245.
  • 16 Ibid., 44, 48, no 60, pl. 22-23, no 60.
  • 17 Picard 1944, 4-37.

9Une belle tête de bronze provenant d’Istanbul et conservée au Louvre15 et une statuette de bronze en chlamyde du jeune diadoque, provenant d’Herculanum16, présentent des caractéristiques analogues et les spécialistes s’accordent pour y voir des reprises du portrait du Poliorcète produit par Teisicratès de Sicyone17. Toutefois, si la tête du Louvre porte des cornes taurines bien écartées sur les temporaux, celles de la statuette d’Herculanum sont dressées en parallèle à l’aplomb du front, suivant le schéma des cornes caprines de Pan.

  • 18 Vollenweider & Avisseau-Broustet 1995, 60, pl. 33.
  • 19 Bar Sharrar 1987, 60-61, no C 106, pl. 35,
  • 20 Tassinari 1979, pl. CXIV, 4 (no 481.4)

10La tête d’Aphrodisias semble en revanche beaucoup plus marquée par l’âge que les portraits connus du Poliorcète, et sa puissante laideur évoque le naturalisme de figures comme le Galate du Louvre ou le Faune Barberini : on sait que les types de satyres hellénistiques dérivent pour la plupart d’images de Barbares, en particulier des Galates des ex-voto attalides de Pergame et d’Athènes. Un rapprochement s’impose surtout à notre sens de la tête du portique ouest avec un buste de satyre vêtu d’une nébride et couronné de lierre sur une intaille du Cabinet des Médailles18. Le mouvement et l’alacrité de l’expression, la forme particulière du nez et l’épaisseur des paupières inférieures donnent au profil la même rusticité puissante qu’à la tête d’Aphrodisias. Ce buste est de fait identifié par les auteurs du catalogue comme une image du Poliorcète, par référence avec le portrait des Papyri dont se rapprochent la coiffure et les favoris, ce qui souligne la difficulté de dissocier ces portraits munis d’attributs mythologiques ou symboliques de véritables personnages mythologiques. Le modèle de cette tête de satyre devait être fort populaire, comme en témoignent un buste d’applique en bronze19 dont la tête aux traits rudes se tord violemment sur sa gauche tandis qu’il cherche à se libérer de l’étreinte d’un serpent, ainsi qu’un mascaron au bas d’une anse de pot de Pompéi20.

  • 21 Davis - Kraay 1980, fig. 119, 122 ; Svenson 1995, 43, pl. 24, no 63.
  • 22 Plut., Moralia, 458 sqq. ; Sen., De ira, 3.22.4 ; Laubscher 1985, 341-343.
  • 23 Smith 1988, 42, n. 99.

11Aucune des têtes de la frise nord du Portique de Tibère ne pousse à ce point quasi caricatural l’expressivité de la laideur qui donne à la tête de la frise ouest son caractère saisissant. Une exagération analogue marque le profil du personnage figurant au centre d’une série monétaire d’Antigone Gonatas, fils du Poliorcète21. Sept boucliers ovales garnis du soleil macédonien entourent une tête masculine au front bas et musculeux, doté d’un nez en pied de marmite, de larges joues aux hautes pommettes et d’un menton en galoche. Sa coiffure désordonnée est surmontée d’une seule courte corne au sommet du crâne. Sur l’exemplaire de Berlin, un étroit bandeau entourant le buste porte le nom du souverain, si bien que l’image lui a été attribuée, d’autant que les textes évoquaient justement sa laideur et son nez écrasé22. R.R.R. Smith préfère quant à lui y voir un Pan, dieu protecteur de la famille des souverains macédoniens, qui avait aidé Gonatas à vaincre lors de la bataille de Lysimacheia, alléguant que le roi ne pouvait revêtir sur un portrait officiel une image aussi caricaturale : “The head of some dies is often interpreted as Gonatas as Pan ; but the physionomy is consistently un-royal and ‘rustic’ and must be simply Pan unaffected by the king’s image (…). It was not the business of royal portraits to report such thing”.23

12Il n’en reste pas moins que la tête de la frise d’Aphrodisias semble bien rendre l’écho d’un portrait lié, par son style comme par sa tension dramatique, à la série des représentations de dynastes de la villa des Papyri, c’est-à-dire aux premiers Épigones, et plus particulièrement à Démétrios Poliorcète et à son fils. Que ses cornes évoquent Pan – solution peu vraisemblable en raison de leur position aux angles du front – ou Dionysos Tauros, voire Poséidon ou quelque dieu-fleuve, leur possesseur paraît désigné symboliquement comme porteur de la force magique des dieux primitifs et orientaux.

13Mais le glissement vers une représentation d’un membre du thiase dionysiaque semble clairement intentionnel, comme le montrent l’intaille du Cabinet des Médailles et, à notre avis, les monnaies de Gonatas au caractère macédonien et guerrier bien marqué. On ne saurait exclure que les prémices réalistes proposées par le portrait de Teisicratès pour la représentation de Démétrios n’aient pas été reprises et accentuées pour figurer son fils comme un intermédiaire entre l’humain et les divinités dionysiaques de la nature.

14Dans cette hypothèse, la tête PT W 38, 2 pourrait être identifiée comme une image d’Antigone Gonatas, et irait dans le sens de l’identification des profils monétaires comme ceux du roi macédonien plutôt que de son dieu protecteur. Le fait que la tête de la frise soit couplée sur le bloc PT W 38 avec la tête d’un jeune guerrier casqué (fig. 1), reprenant un modèle plusieurs fois reproduit sur la frise nord, pourrait être un indice supplémentaire de son appartenance à l’ensemble des portraits de dynastes hellénistiques.

15Mais il est certain que le goût du pittoresque qui caractérise les têtes de la frise ouest renforce l’ambiguïté de cette représentation, qui peut tout aussi bien être classée parmi les représentations de Satyres ou de Silènes pour lesquelles l’équipe de sculpteurs de la frise ouest semble marquer une prédilection.

Fig. 3. Tête cornue de Satyre à collerette de feuillage du bloc de la Basilique BAS 77-24.

16Une seconde tête BAS 77-97 (fig. 3), plus sommairement exécutée, constitue une variante du même type sur un bloc de frise provenant du secteur sud-ouest du portique de l’agora sud ou du secteur nord de la basilique sud-ouest : le programme de construction des deux monuments contigus dans ce secteur va, d’après les témoignages épigraphiques, du règne de Trajan, avec la dédicace d’un primipile sur une architrave du portique méridional de l’agora sud, à l’époque d’Hadrien dont daterait l’achèvement de la Basilique sud-ouest, au cours du programme évergétique de Carminius Claudianus. Toutefois le soubassement du portique méridional de l’agora sud, en continuité avec la première phase du portique occidental semble bien pouvoir être daté du troisième quart du Ier siècle.

17Le satyre cornu aux yeux dissymétriques offre un visage élargi à la manière des masques plats de la villa Hadriana. L’ovale inférieur présente la particularité d’être cerné d’une collerette de feuillage découpé qui évoque les mascarons d’anses sur les cruches en bronze des villes vésuviennes. Le visage a cette fois une expression plus calme et plus naïve, rappelant celle des Satyres juvéniles de la frise du propylon du Sébasteion aphrodisien, mais le front reste contracté et la bouche ouverte. Le toupet frontal endommagé se projetait davantage vers l’avant que sur le bloc PTW 38, mais la tête prend clairement le caractère décoratif d’un mascaron et paraît renoncer à tout autre intention représentative. Il semble évident qu’à cette époque, les sculpteurs qui s’inspirent des divers modèles de têtes de la frise nord du “Portique de Tibère” ne sont plus capables de les identifier avec précision et les choisissent en fonction de leur caractère pittoresque.

  • 24 Jacopi 1939, 83, no 134, pl. XXXV.
  • 25 Pollitt 1986-1987, 31, fig 20.

18Une troisième tête, PTWS 2,1 (fig. 4) que l’on peut rattacher à la même “famille” provient des fouilles de 1971 menées par K. Erim dans l’angle sud-ouest de l’agora méridionale : la partie gauche du bloc qui la porte se raccorde à un bloc fragmentaire découvert lors des fouilles italiennes de 193724 dans le même complexe. Partiellement inachevée, comme le montrent les traces de ciseau plat sur ses joues, elle figure un jeune homme joufflu, coiffé d’une épaisse tignasse de mèches peu différenciées retombant en avant du front et formant une succession de guiches sur les tempes. Les cornes se distinguent à peine dans l’épaisseur des mèches. Les yeux inclinés vers les tempes présentent une nette dissymétrie et s’enfoncent sous les arcades contractées, mais l’expression plus placide est peut-être due au fait que les pupilles n’ont pas été percées au trépan comme sur les têtes précédentes. Son inachèvement est peut-être l’indice de l’hésitation du sculpteur devant un modèle de satyre peu courant et il n’est pas exclu qu’il ait ici cherché à le rapprocher d’un modèle de masque comique, peut être le péquenot (agroikos) avec une chevelure en halo évoquant la speira traditionnelle des personnages comiques. Toutefois la comparaison de cette tête avec le buste de Démétrios de la série des Papyri révèle des points de ressemblance dans la dissymétrie des yeux et le traitement de la bouche petite, aux lèvres pulpeuses, avec un profond sillon la séparant du menton. La comparaison avec un tétradrachme d’argent du même dynaste25 indique que l’artisan a peut-être cherché à reprendre le schéma général du portrait, avec son épaisse frange et ses guiches temporales, mais en accentuant l’embonpoint des joues, déjà marqué sur la monnaie.

Fig. 4. Tête masculine cornue inachevée du bloc PT WS 2.

  • 26 Bloc AG 77-38 (no PTN E 131) ; Erim 1986, 141 en bas à g.

19Enfin, sur le bloc AG 77-38 (fig. 5), trouvé à l’autre extrémité du complexe lors des fouilles de l’Agora Gate, on retrouve une tête de même type que celle du portique occidental, mais de facture plus fruste26. Moins dissymétrique, le visage large et plus juvénile a la même expression contractée, avec les yeux enfoncés, la naissance du nez très large entre les rides du lion accentuées, les mêmes lèvres épaisses au-dessus du menton fendu. Cette fois les oreilles caprines, curieusement percées d’un trou de trépan, encadrent le visage, tandis que les cornes ne sont pas visibles entre les lourdes mèches de la coiffure. Celles-ci sont traitées suivant le schéma de la tête du portique ouest, mais descendant davantage sur le front et les tempes.

20Le bloc supportant cette tête fait partie d’une série de trois qui constituent visiblement un ajout à l’extrémité de la frise nord pour remplacer des blocs endommagés. Le dernier reposait sur l’architrave terminale de la colonnade nord qui venait s’appuyer sur une console à l’angle sud-ouest de la tour (pyrgos) nord de l’Agora Gate. On peut donc proposer de dater ces blocs de la première phase de construction de l’Agora Gate, qui, d’après les témoignages épigraphiques, se situerait à la fin du Ier siècle.

Fig. 5. Tête du bloc AG 77-38 de l’extrémité orientale du Portique de Tibère.

  • 27 Tassinari 1975, 190, fig. 8c et 19c, no MNN 110585.

21On peut noter par ailleurs qu’un relief à motif centré de la balustrade d’étage de la basilique sud-ouest porte aussi une tête de Satyre dérivée du même modèle, cette fois placée au centre d’une rosace tournante d’acanthe (fig. 6). Le traitement, proportionnel à la visibilité, est ici plus cursif et sans polissage. La tête a des proportions plus équilibrées, le front est nettement plus haut, mais l’expression reste colérique et les traits contractés se rapprochent davantage de ceux de la tête de la colonnade ouest. Entre les cornes, le toupet frontal endommagé semble suivre le motif de la tête du portique ouest, mais un second rang de mèches incurvées dressées entre les oreilles caprines rappellent la coiffure d’un masque de satyre sur une anse de pot pompéien27. Les rosaces tournantes d’acanthe semblent à la mode à Aphrodisias à la fin du ier siècle, comme en témoigne le décor d’un parapet d’étage de l’extrémité occidentale de la Basilique, datable probablement de sa première phase de construction. Le motif figure aussi sur un bloc de frise à côté d’une tête de jeune garçon coiffée d’un bonnet phrygien : le bloc n’a pu être attribué jusqu’ici à un monument précis, mais ses caractères techniques et stylistiques indiqueraient aussi une date analogue.

Fig. 6. Mascaron du troisième niveau des portiques du Sébasteion figurant un Satyre sur une rosace d’acanthe tournante.

22Comme le mascaron de la basilique, les têtes AG 77-38 (PTN E 131) et PT WS 2,1 dériverait du modèle si vigoureusement campé par le chef d’équipe des sculpteurs de la frise ouest du “Portique de Tibère/Agora sud” sur le bloc PT W 38. La tête de la basilique (Bas 77-97) un peu plus tardive, en donnerait un écho affadi. Il est probable que ces satyres ont subi l’influence de têtes-portraits de dynastes coiffés de cornes symbolisant leur puissance royale comme leur énergie individuelle.

23Il est vraisemblable aussi que le toupet frontal volumineux constitue également une transposition chez les humains de la toison frontale des taureaux et puisse être interprétée comme un signe de puissance et de virilité, visant à héroïser le dynaste : c’est ainsi qu’on a interprété les mèches ajoutées a posteriori sur le crâne d’un portrait d’Attale Ier provenant de Pergame et doté d’un Haarbüschel touffu au centre du front. On peut noter du reste la présence, sur un registre atténué, de cet attribut sur la tête du stéphanéphore d’Aphrodite provenant de l’atelier proche du bouleuterion et dont le visage, marqué par le pathos et traité suivant les codes du réalisme hellénistique, présente aussi des arcades sourcilières fortement contractées, tout comme les mâchoires.

  • 28 Collignon 1904, 707-710 ; 1906, 40-43 ; Mendel 1914, 189-195.

24Ces marques conventionnelles du pouvoir royal hellénistique vont être détournées de manière bien étonnante par les sculpteurs aphrodisiens chargés de la décoration des consoles supportant la charpente du portique de la cour-palestre des Thermes d’Hadrien. À la fin de la décennie 120-130 en effet, ces artisans vont figurer à grande échelle sur ces éléments saillants des bustes de divinités féminines, l’une marine, l’autre les bras chargés des fruits de la terre, mais aussi des têtes d’Héraclès, de Gorgone, de Persée, de lions et de taureaux enfin trois têtes mêlant curieusement des caractères humains et taurins28.

Fig. 7. Console à tête de Minotaure des Thermes d’Hadrien : type proche des têtes de Gorgones (cliché Musée archéologique d’Istanbul, nég. 16442, inv. 2275)..

  • 29 Collignon 1904, 708 ; 1906, 43 ; Mendel 1914, 193-194, no 500 (2275).

25La première a été découverte en 1904 devant le portique nord de la palestre lors des fouilles de P. Gaudin29 et reprend le schéma général des autres grandes têtes de Gorgones à la chevelure longue et bouclée, mais sans serpents (fig. 7). Trois rangées de mèches sinueuses descendent sur le front dont la peau est couverte de villosités jusqu’au bord des sourcils. Des cornes épaisses et des oreilles taurines peu développées émergent des côtés du crâne et rappellent les consoles à têtes de taureau soutenant la terrasse du proskenion du théâtre d’Aphrodisias, si bien que G. Mendel l’identifie comme un Minotaure.

  • 30 Collignon 1904, 708, pl. II ; 1906, 43, fig. 5.

26Deux autres consoles à plus grande échelle proviennent l’une de l’angle nord-ouest de la cour30, l’autre de la galerie du portique occidental de l’agora sud (fig. 8). Les têtes sont masculines, avec de larges yeux de part et d’autre d’un nez court, très large et plissé comme un mufle. Les bouches ouvertes sont ourlées de lèvres saillantes. La peau du front est plissée en vagues parallèles sur les tempes et recouverte au centre de bouclettes désordonnées en triangle dont la pointe en forme de feuille de fougère descend sur l’arête du nez. Il ne subsiste des cornes que l’attache, mais les oreilles obliques aux bords sinueux sont très volumineuses. Des favoris ondulés descendent jusqu’au bas des joues et la chevelure en boucles désordonnées forme à l’aplomb du front un bouquet de mèches : sur la tête la mieux travaillée, il évoque la coiffure du satyre PT W 38, tandis que sur l’autre il se divise en deux. De longues feuilles d’acanthe occupent les écoinçons des consoles, encadrant l’ovale lourd des visages.

Fig. 8. Console à tête de Minotaure des Thermes d’Hadrien : type hybride

  • 31 LIMC, VI, 1, s.v. Minotaure, 574-581, pl. p. 312-325

27La thématique générale de la série de consoles tournant autour des exploits des héros, avec Persée et la Gorgone ou Héraclès et deux animaux représentant ses travaux, le lion et le taureau, on peut supposer que ces têtes sont censées figurer des Minotaures, qui auraient pu avoir pour pendant une tête de Thésée disparue. Dans la mesure où seule la tête du personnage est figurée sur les consoles, les artisans aphrodisiens devaient figurer en même temps l’animalité et l’humanité de ce monstre hybride, généralement représenté avec un corps d’homme et une tête de taureau31.

28Pour trouver leur inspiration auprès du Satyre PT W 38,2, ils n’ont eu à faire que quelques pas de la cour des Thermes au portique ouest de l’agora sud. Ce portique est mitoyen à un niveau inférieur du portique oriental de la cour des Thermes : le mur qui les sépare porte des consoles doubles, ornées de têtes à l’ouest et moulurées à l’est, qui supportaient la charpente des deux galeries.

29L’ajout des villosités frontales et des larges oreilles bovines ainsi que la déformation du front et du nez servent à souligner la monstruosité du Minotaure et donnent un caractère inquiétant à ces têtes colossales. Ces modifications montrent clairement que le modèle de la tête PTW 38,2 n’est plus en rien perçu à l’époque hadrianique comme l’image d’un personnage historique, mais comme une créature de fantaisie, dont le pittoresque suscite la verve créative de l’atelier de construction des Thermes.

  • 32 Jones 1969, no 1, 309, pl. LXXVII.
  • 33 Ce sourire ou plutôt cette grimace agressive caractérise un des masques scéniques de Pan juvénile (...)
  • 34 Sauron 2000, 136-137.

30Un exemple parallèle de ce processus de transformation par contamination de modèles nous est fourni par une statue de Satyre trouvé à Atça entre Aphrodisias et la vallée du Méandre et conservé au Musée d’Aydın (Tralles) (fig. 9). La statue en marbre blanc très probablement des carrières d’Aphrodisias, reprend un type de satyre debout, une nébride nouée autour du cou, d’un schéma général proche du Faune rouge de la Villa Hadriana32 ; mais le visage, marqué par un sourire sardonique découvrant les dents33, est en fait combiné avec des éléments empruntés aux représentations de Pan : des cornes caprines striées et recourbées en arrière et un triangle de courtes boucles descendant jusqu’à la racine du nez. Les glandes sur les côtés du cou ont aussi une saillie très marquée, comme chez le Faune de la Villa Hadriana. La statue d’Atça, présente des caractères de parenté évidents avec les Minotaures des Thermes et se rattache à la même veine d’un imaginaire mythologique utilisant l’hybridation pour “représenter les monstres comme les protagonistes de la mythologie” selon l’expression de G. Sauron34.

31Les liens des ateliers aphrodisiens avec la tradition pergaménienne du fantastique mythologique montrent ici une certaine permanence ; il est en revanche surprenant de voir le curieux destin d’un portrait de dynaste qui a pu être, si notre hypothèse permet de remonter à la source de ses avatars successifs, celui d’un Antigonide.

Fig. 9. Satyre d’Atça, tête.

Notes

1 Radt 1981, 583 sqq.

2 Bar-Sharrar 1987, 78, no C. 17,8 pl. 53.

3 Bar-Sharrar 1987, no C 95, pl. 31.

4 Musée Aph 82-1-1080 ; Erim 1986, 141, fig. en haut à dr ; de Chaisemartin 1999, 266, pl. 8

5 Alexandre au toupet frontal, probablement un modèle de Lysippe : tête d’Alexandre aux cornes de bélier sur les tétradrachmes de Lysimaque (Davis & Kraay 1980, fig. 4-6). Voir aussi l’éphèbe d’Agde, identifié comme une variante de l’Alexandre à la lance. À Aphrodisias, tête PT N 10 C de la frise nord du “Portique de Tibère/Agora sud” et l’Alexandre héroïsé de Pergé : Musée d’Antalya, no A 3866.

6 Par exemple l’Attale Ier de Pergame (Berlin) aux mèches rapportées (Smith HRP no 28, p. 160, pl. 23) mais aussi le Séleucos Nicator (ibid. et le Young Commander (Eumène II) de la série de bustes de la Villa des Papyri.

7 Poulsen 1973, 39-41, no 1 (Inv 733, Cat 597), pl. 1.

8 Musée national de Naples MNN 6149 ; Smith 1988, 156, no 4, pl. 4 et 5 ; Andreae 1998, 32-37.

9 Pollitt 1987, 32, y voit les cornes de Poséidon Taureos, revendiqué comme ancêtre par Démétrios.

10 Musée National de Naples, MNN 5590 ; Smith 1988, 159, no 21, pl. 16.

11 MNN 5596 ; Smith 1988, 160, no 25, pl. 20

12 Newell 1927 ; Davis & Kraay 1980, 221-223, fig. 117-121.

13 Musée d’Antakya, inv. 14319 ; Smith 1988, 173, no 94, pl. 56, 4-5-6 ; Fleischer 1991, 91-94, pl. 53-55 (identification à Séleucos refusée).

14 Smith 1988, pl. 76,2 ; Davis & Kraay, 1980, fig. 52.

15 Svenson 1995, 43-46, 381, pl. 21, no 245.

16 Ibid., 44, 48, no 60, pl. 22-23, no 60.

17 Picard 1944, 4-37.

18 Vollenweider & Avisseau-Broustet 1995, 60, pl. 33.

19 Bar Sharrar 1987, 60-61, no C 106, pl. 35,

20 Tassinari 1979, pl. CXIV, 4 (no 481.4)

21 Davis - Kraay 1980, fig. 119, 122 ; Svenson 1995, 43, pl. 24, no 63.

22 Plut., Moralia, 458 sqq. ; Sen., De ira, 3.22.4 ; Laubscher 1985, 341-343.

23 Smith 1988, 42, n. 99.

24 Jacopi 1939, 83, no 134, pl. XXXV.

25 Pollitt 1986-1987, 31, fig 20.

26 Bloc AG 77-38 (no PTN E 131) ; Erim 1986, 141 en bas à g.

27 Tassinari 1975, 190, fig. 8c et 19c, no MNN 110585.

28 Collignon 1904, 707-710 ; 1906, 40-43 ; Mendel 1914, 189-195.

29 Collignon 1904, 708 ; 1906, 43 ; Mendel 1914, 193-194, no 500 (2275).

30 Collignon 1904, 708, pl. II ; 1906, 43, fig. 5.

31 LIMC, VI, 1, s.v. Minotaure, 574-581, pl. p. 312-325

32 Jones 1969, no 1, 309, pl. LXXVII.

33 Ce sourire ou plutôt cette grimace agressive caractérise un des masques scéniques de Pan juvénile du propylon du Sébasteion d’Aphrodisias : de Chaisemartin 2006, 44, fig. 5 à droite, et 64-65.

34 Sauron 2000, 136-137.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bloc PT W 38 de la frise de la colonnade ouest du “Portique de Tibère/agora sud” d’Aphrodisias : tête casquée, tête aux cornes taurines.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 2. Tête PT W 38,2 aux cornes taurines.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 3. Tête cornue de Satyre à collerette de feuillage du bloc de la Basilique BAS 77-24.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende Fig. 4. Tête masculine cornue inachevée du bloc PT WS 2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 5. Tête du bloc AG 77-38 de l’extrémité orientale du Portique de Tibère.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 6. Mascaron du troisième niveau des portiques du Sébasteion figurant un Satyre sur une rosace d’acanthe tournante.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 7. Console à tête de Minotaure des Thermes d’Hadrien : type proche des têtes de Gorgones (cliché Musée archéologique d’Istanbul, nég. 16442, inv. 2275)..
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 8. Console à tête de Minotaure des Thermes d’Hadrien : type hybride
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 9. Satyre d’Atça, tête.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search