Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La Carie

Pseudo-Skylax et la Carie

Patrick Counillon

Texte intégral

1Le Périple du Ps.-Skylax n’est une source ni très détaillée, ni très fiable qui pose plus de problèmes qu’elle n’aide à en résoudre : son sort est celui de beaucoup de textes géographiques, tout à la fois indispensables dans une première approche, mais inutilisables par la suite, à cause de leur imprécision et de leurs erreurs : il serait vain d’attendre du § 99, consacré à la Carie, des informations nouvelles sur la géographie de cette région, tant il est rapide et contradictoire.

  • 1 Cf. Marcotte 2000, xxvi-xxvii.

2L’une des causes de l’imprécision du Périple réside dans la difficulté à dater exactement le moment de sa rédaction. Le Périple était déjà daté sur des critères internes par celui qui l’a attribué à Skylax de Caryanda, vraisemblablement Marcien d’Héraclée, et nous ne disposons pas d’autre méthode, même si l’attribution à Skylax, on le sait, est fautive1. La datation s’est toujours appuyée sur l’absence de noms de cités hellénistiques dans le Périple, à commencer par Alexandrie, et la fourchette chronologique la plus communément retenue est 356-338.

  • 2 Strab. 9.4.7. Cf. Peretti 1961, 8 et 23-25. Naturellement, Peretti pense que c’est une interpolatio (...)

3Une fois admis, en effet, que le Périple mentionne comme existantes un certain nombre de cités disparues à l’époque où il écrit, la question de la datation s’est focalisée autour de quelques points critiques entre Locride et Phocide. La localisation en Phocide par le Périple de cités qui n’y sont rattachées qu’en 354 donne un terminus post quem, mais le plus significatif est le rattachement de Naupacte à l’Étolie : cette cité se situe à l’ouest du Daphnos, en Locride à l’époque classique, mais est concédée à l’Étolie en 338 par Philippe2. À la lumière des recherches récentes des historiens de Carie, la description de cette région devrait amener à descendre encore cette date et par conséquent à s’interroger plus généralement sur la description de la côte égéenne.

99- Καϱία. Μετὰ δέ Λυδίαν, Καϱία ἐστὶν έθνος, ϰαὶ πόλεις ἐν αὐτῇ Ἑλληνίδες αἵδε · Ἡϱάϰλεια, εἶτα Μίλητος, εἶτα Μύνδος ϰαὶ λιμὴν, Ἁλικαϱνασσὸς ϰαὶ λιμὴν ϰλειστὸς ϰαὶ ἄλλος λιμὴν πεϱὶ τὴν νῆσον ϰαὶ ποταμός, Κάλυμνα νῆσος, Καϱυάνδα νῆσος ϰαὶ πόλις ϰαὶ λιμήν· οὗτοι Κάϱες· νῆσος Κῶς ϰαὶ πόλις ϰαὶ λιμὴν κλειστός. Κατὰ ταῦτα Κεϱαμιακὸς ϰόλπος τῆς Καϱίας, νῆσος Νίσυϱος ϰαὶ λιμήν. Ἐπάνειμι πάλιν ἐπὶ τὴν ἤπειϱον. Ἀϰϱωτήϱιον ἱεϱὸν Τϱιόπιον, Κνίδος πόλις Ἑλληνὶς ϰαὶ χώϱα ἡ ῾Ρωδίων ἡ ἐν τῇ ἠπείϱῳ, Καῦνος Καϱιϰὴ πόλις ϰαὶ λιμήν κλειστός, Κϱάγος ἀϰϱωτήϱιον. ῞Ροδος. Κατὰ τοῦτο νῆσος τϱίπολις ἀϱχαία πόλις ϰαὶ ἐν αὐτῇ πόλεις αἵδε· Ἰαλυσός, Λίνδος, Καμάϱος. Κατὰ δὲ τὴν Ῥόδον αἵδε νῆσοί εἰσιν οἰϰούμεναι· Χάλϰεια, Τῆλος, Κάσος, Κάϱπαθος, αὑτὴ τϱίπολις. Καὶ ὁ παϱάπλοὺς Καϱίας ἀπὸ Μαιάνδϱου ποταμοῦ ἐπὶ τὸν Κϱάγον ὅ ἐστι Καϱίας ἀϰϱωτήϱιον, δύο ἡμεϱῶν. Ἐπάνειμι πάλιν ἐπὶ τὴν ἤπειϱον ὅθεν ἐξετϱαπόμην. 100- Λυϰία. Ἀπὸ δὲ Καϱίας Λυϰία ἐστὶν ἔθνος, ϰαὶ πόλεις Λυϰίοις αἵδε· Τελμησσός ϰαὶ λιμήν, ϰαὶ ποταμὸς Ξάνθος δι´ οὗ ἀνάπλους εἰς Πάταϱα πόλιν· ϰαὶ λιμένα ἔχει…

  • 3 Voir ci-après, 1.3.

4Le texte que je présente ici est celui du manuscrit expurgé de fautes et de coquilles évidentes. Pour les toponymes, Μήνδος doit être corrigé en Μύνδος ; Κϱύανδα en Καϱυάνδα ; Συνησός δὲ εὔϱος en νῆσος Νίσυϱος ; Τϱιπίον en Τϱιόπιον ; χώϱα ἡ ῾Ρωδίων ϰαὶ ἐν τῇ ἠπείϱῳ en χώϱα ἡ ῾Ρωδίων ἡ ἐν τῇ ἠπείϱῳ, Κϱάσος (l’île) en Κάσος. Pour cette dernière correction, Κϱάσον avait été corrigé par Müller en Κϱυασσός (un toponyme rare de la Carie orientale) mais il faut rétablir Κϱάγος, comme l’ont fait les autres éditeurs3.

5Traduction

99- Carie. Après la Lydie, il y a le peuple de Carie, et en Carie les cités grecques suivantes : Héraclée, puis Milet, puis Myndos et son port, Halicarnasse, son port clos, et un autre port de l’autre côté de l’île et un fleuve, l’île de Kalymna, l’île de Karyanda avec une cité et un port – ces gens-là sont des Cariens –, l’île de Cos, avec une cité et un port clos. En face, c’est le Céramique, golfe de Carie, l’île de Nisyros avec un port. Je reviens au continent. Promontoire consacré du Triopion, cité grecque de Cnide et territoire des Rhodiens sur le continent, cité carienne de Kaunos, avec un port clos, promontoire du Kragos. Rhodes. En face, il y a l’ancienne triple cité de Rhodes avec dans l’île les cités suivantes : Ialysos, Lindos, Kamaros. Face à Rhodes, voici les îles habitées : Chalkeia, Tèlos, Kasos, Karpathos – avec une triple cité pour cette dernière. Et le paraplous de la Carie, depuis le fleuve Méandre jusqu’au Kragos, qui est le promontoire de Carie, est de deux jours. Je reviens au continent dont je m’étais écarté. 100- Lycie. Après la Carie, il y a le peuple de Lycie, et les Lyciens ont les cités suivantes : Telmessos avec un port, et le fleuve Xanthos, que l’on peut remonter jusqu’à la cité de Patara, avec un port…

1. Paraplous et frontière de Lycie

1.1. Le Paraplous et Rhodes

  • 4 Cette démarche l’amène à séparer la Pérée rhodienne (localisée entre Cnide et Kaunos) de la descrip (...)
  • 5 Cf. Counillon 2001a et 2001b.
  • 6 Sur Nisyros, cf. Reger 2004, 763-764 (no 508).
  • 7 Cette maladresse se traduit sans doute aussi dans le καὶ initial qui le relie à la phrase précédent (...)

6Nonobstant les corrections de détail, le paraplous qui clôt le chapitre carien s’intègre mal dans la progression normale d’une description périplographique. La première partie du chapitre parcourt la côte d’un seul trait jusqu’à Kaunos puis au Kragos et à la frontière de Lycie, avant de revenir en arrière pour un excursus sur Rhodes et ses îles satellites4. On admettra que ce retour est justifié par l’importance du groupe d’îles qu’il faut signaler, et il existe des exemples parallèles5. On comprendrait que cet excursus, comme pour Nisyros6, se termine par la formule habituelle : Ἐπάνειμι πάλιν ἐπὶ τὴν ἤπειϱον ὅθεν ἐξετϱαπόμην ; mais il est surprenant de voir le paraplous de Carie, qui nous ramène une nouvelle fois au Kragos, venir s’y intercaler. Ce désordre s’accompagne d’autres contradictions plus graves7.

1.2. Telmessos

  • 8 Sur Tel(e)messos, aujourd’hui Fethiye, cf. Princeton Encyclopedia, 892 ; Keen & Hansen 2004, 1138 m (...)

7Le début du § 100 consacré à la Lycie, qui vient ensuite, est lui aussi en mauvais état : Τελμησσός (ou Τελεμησσός) est devenue dans le manuscrit Θεανισσὸς (et non Θεανισσαί comme l’écrit Müller) par faute sur les onciales. Ensuite, le copiste a sauté (saut du même au même) Ξάνθος πόλις ϰαὶ λιμήν8.

  • 9 Voir Polyen, 5.35, et l’analyse de l’épisode par Keen 1998, 176-177.
  • 10 Arrien, Hist. Alex., 3.3.6, Νέαϱχον δὲ σατϱαπεύειν Λυϰίας ϰαὶ τῆς ἐχομένης Λυϰίας χώϱας ἔστε ἐπὶ τὸ (...)
  • 11 Polyen, 5.35.

8L’attribution de la cité de Telmessos à la Lycie permet de déterminer quelques fourchettes chronologiques. Telmessos est en effet lycienne jusqu’au moment où, après la défaite de Périclès de Limyra elle revient sous contrôle perse, puis carien, après 362, avant d’être annexée par Mausole avant 352. Elle ne redevient lycienne que par la suite, à l’époque hellénistique9. Le fait qu’elle soit lycienne pour l’auteur du Périple, implique que l’on se situe soit avant son annexion par Mausole, soit donc avant 352, ou après la conquête de la Lycie par Alexandre, en 332. Arrien nous apprend en effet qu’à cette époque, Alexandre confie à Néarque le gouvernement de “la Lycie et de la région attenante jusqu’au Taurus”10 : c’est probablement le moment où il s’empare par ruse de Telmessos11.

1.3. Le Kragos

  • 12 Sur cette question, cf. Keen 1998, 13-14 ; 17-18 : le Baba Dağı est à la fois le Kragos et l’Antikr (...)
  • 13 Cf. p. ex. Ptol. 5.3.4.

9L’attribution du Kragos à la Carie pose un problème connexe : Telmessos, d’après Strabon (et Pline, et Mela) se trouve à l’ouest de l’Antikragos (14.3.5), tandis que le Kragos se trouve à l’est de la baie de Fethiye, et la sépare de la vallée du Xanthos12. Comment dans ce cas Telmessos pourrait-elle être en Lycie, et le Kragos à la frontière de la Carie ? C’est ce qui avait amené Müller à restituer non Κϱάγος, mais Κϱυασσός. Mais ce toponyme est mal assuré et correspondrait à une simple bourgade à l’est de Telmessos, ce qui s’accorde mal avec la logique du Périple, où les toponymes sont énumérés dans une progression qui suit les côtes de Carie à partir du Méandre : pour le Périple, le Kragos est le promontoire qui sépare la Carie de la Lycie (ὅ ἐστι Καϱίας ἀϰϱωτήϱιον) comme pour les autres géographes13 : il est mentionné deux fois, une première dans l’énumération des toponymes de Carie, et une seconde fois, après Rhodes et les îles dans le paraplous qui clôture le paragraphe ; et il est absent de la description de la Lycie. On imaginera sans peine que l’un des copistes, entraîné par le premier Κϱάγος, a écrit Κϱάσος au lieu de Κάσος, puis corrigé le second Κϱάγον en Κϱάσον. Même en admettant une évolution de la toponymie, le Kragos désignant peut-être au ive siècle l’ensemble du massif qui s’est différencié par la suite en Kragos et Antikragos, Telmessos est à l’ouest du massif et les frontières entre Carie et Lycie sont donc définies de façon contradictoire.

1.4. Le Paraplous

  • 14 Cf. Counillon 2004, 33-34.
  • 15 “Navigation le long de la Phrygie depuis la Mysie jusqu’à Antandros”.
  • 16 “La navigation le long des côtes de Mysie et de Lydie depuis Astyra jusqu’au fleuve Méandre est de (...)
  • 17 Le passage est perturbé, avec un ἀπό sans régime ; au paragraphe suivant, le paraplous pamphylien p (...)

10Un paraplous ponctue ordinairement la fin de chaque paragraphe depuis le début du Périple. Tantôt en stades (en particulier en Grèce), et tantôt comme ici en jours de navigation, les paraplous disparaissent au Tanaïs pour revenir, partiellement, avec le § 92 (Bithynie). Ils reprennent alors, le long de la côte égéenne, la forme qu’ils avaient dans la première partie du texte (côtes occidentales de la Méditerrannée européenne) : découpage ethnographique, journées de navigation14. Le paraplous égéen est particulièrement sommaire et instable : ainsi, à la fin du § 96, la phrase est incomplète, paraît rester “en l’air”15 et se trouve en contradiction avec le paraplous qui termine la description de la Lydie au § 9816. Dans le paraplous lycien, au § 100, le contenu du paragraphe amène le lecteur, par voie terrestre d’ailleurs, à Phasélis ; le paraplous repart de Phasélis (Ἔντευθεν) vers l’ouest, à rebours de la progression suivie depuis le début17.

11Ce changement d’orientation trahit sans doute l’utilisation maladroite d’une source qui suivait un ordre inverse à l’ordre d’énumération du Périple. C’est une preuve supplémentaire de la multiplicité des sources utilisées par l’auteur parallèlement au paraplous, en particulier des listes de cités indépendantes du canevas géographique donné par celui-ci, et dont l’analyse doit être découplée des frontières définies par le paraplous.

12Celui qui clôt le § 99 met donc la frontière de la Carie au Kragos ce qui correspond moins à une réalité politique qu’à des repères géographiques comme les embouchures de fleuve (Méandre) ou les massifs montagneux (Kragos).

2. La frontière nord de la Carie

  • 18 Strab. 14.2.1.
  • 19 Strab. 14.1.2 ; 14.1.11.
  • 20 Strab. 14.1.11

13La frontière nord de la Carie est au Méandre et au Latmos : Priène est située en Lydie, tandis qu’Héraclée du Latmos se trouve en Carie. Cette frontière, à quelques différences près (en particulier selon qu’on en isole ou non le territoire de Milet18), est la frontière habituelle de la Carie au nord, et Strabon la justifie par l’homogénéité de la population19. De toute façon, la basse vallée du Méandre, très marécageuse, sans doute insalubre, est difficile à délimiter20.

2.1. Héraclée du Latmos et la datation du Périple

  • 21 Ἡϱάκλεια : cf. p. ex, Strab. 14.1.8 ; 14.2.22 ; Ptol. 5.2. Plin., Nat., 5.31. Étienne de Byzance, s (...)

14La première cité mentionnée en Carie est Héraclée : dans ce contexte, il ne peut guère s’agir que d’Héraclée du Latmos21.

  • 22 Hécatée, FGrHist., 1F239.
  • 23 Cf. Polyen. 7.23.2 : Μαύσωλος βουλόμενος λαβεῖν Λάτμον πόλιν ὀχυϱὰν πϱοσεποιεῖτο φιλιῶς ἔχειν πϱὸς (...)
  • 24 Dossier rassemblé par Debord 1999, 391-392. Sekköy : IK, 34, 12 (SEG, 40, 1990, 991) = HTC, 91 ; My (...)
  • 25 La Carie est tenue par Asandros pour le compte d’Eumène de Cardia. L’hiver 314-313, il essaie de re (...)

15Le nom ancien de la cité est Latmos22, et dans les sources littéraires elle le porte au moins jusqu’à sa prise par Mausole, auquel on attribuait encore récemment la métonomasie23. Mais Latmos a conservé son nom bien après le règne de Mausole, comme l’attestent deux inscriptions récemment publiées, l’une de Sekköy, l’autre du musée de Mylasa24. L’inscription d’abord publiée par Blümel, et abondamment commentée depuis, montre que sous le gouvernement d’Asandros, donc entre 323 et 313, un synoecisme a rassemblé la cité de Latmos et celle de Pidasa. Le passage de Latmos à Héraclée a donc pu être le fait d’Asandros lui-même (avant 313, donc), ou même postérieure au successeur d’Asandros, Pleistarchos, qui avait rebaptisé la cité Pleistarcheia avant qu’elle ne prenne définitivement le nom d’Héraclée (après la destitution de ce dernier, donc après 297)25. Le témoignage d’Étienne de Byzance plaide plutôt pour Asandros. En tout cas, l’existence d’Héraclée du Latmos n’est pas attestée épigraphiquement avant le début du iie siècle a.C.

16Doit-on postdater la rédaction du Périple de près de 30 ans, surtout si l’on admet qu’il fallait que le rédacteur du Périple ait pu oublier qu’Héraclée avait été Latmos. Existe-t-il d’autres solutions ?

  • 26 Sur Naulochos et Priène, cf. Cohen 1983, 187 ; Shipporeit 1998 ; Debord 1999, 388-391 ; Hoepfner 20 (...)
  • 27 Peschlow-Bindokat 2005, 5-6 pense que la métonomasie est le fait d’Asandros, et le transfert de l’a (...)

17Une correction de copiste, dans un contexte aussi sommaire paraît peu probable, mais on ne peut exclure que le Périple soit le premier témoin de l’existence d’Héraclée, soit comme cité indépendante, soit comme cité dépendante de Latmos : Héraclée aurait pu être le port de Latmos comme Naulochos est à la même époque le port de Priène, et le Périple aurait privilégié le port, et non la ville des hauteurs, avant qu’Héraclée ne prenne le pas sur Latmos dans les conditions où Naulochos a failli le faire sur Priène26 : seules l’épigraphie et la numismatique permettront de trancher de cette hypothèse27.

18Dans l’état actuel du dossier, elle ne me paraît pas la plus vraisemblable : les listes de cités mentionnées dans cette partie du Périple sont indépendantes du paraplous et n’ont pas de raison particulières d’être des ports. Conjuguée au rattachement de Telmessos à la Lycie, la mention d’Héraclée nous reporte après les conquêtes d’Alexandre et au satrapat d’Asandros, tandis que le décret de synoecisme de Pidasa et Latmos, nous amènerait plutôt à déplacer la fondation d’Héraclée vers la fin de son gouvernement, plutôt vers 313 que vers 323 ! Si l’on ajoute à cela les quelques années nécessaires pour oublier l’existence de Latmos, nous sommes reportés à la toute fin du siècle, et l’auteur du Périple se serait ici trahi : au lieu d’un contemporain des faits qu’il décrit, il serait un historien au travail à l’époque des diadoques.

3. La côte et les îles

  • 28 Cf. Flensted-Jensen 2004, 1117-1119 (no 891). Aucune raison historique à l’absence de Iasos selon F (...)
  • 29 Sur Myndos, cf. Flensted-Jensen 2004, 1129 (no 914) et 1115-1116 (no 886) sur Halicarnasse.

19En dehors des questions que nous venons de voir, la description de la Carie n’apporte rien de neuf. Elle est, on l’a vu, extrêmement rapide. On peut n’être pas surpris de l’absence de villes de l’intérieur, comme Mylasa, mais celle d’Iasos, et surtout de tout site du golfe Céramique, montre que l’auteur du Périple ne s’intéresse qu’à la façade maritime extérieure de la côte28 : il saute le golfe Céramique en passant de Cos à Cnide, comme il saute directement de Myndos à Halicarnasse29.

  • 30 Cf. Counillon 2004, 61-62. Sur le site d’Halicarnasse, cf. Müller 1997, 255-262.
  • 31 Cf. Müller 1997, 255-262.

20Même pour les sites les plus importants de cette côte, les seuls qu’il mentionne, il est peu disert. À Halicarnasse, la mention des deux ports, l’un de chaque côté de la presqu’île, correspond à la topographie ; les commentateurs ont été plus surpris de la mention d’un fleuve, mais un fleuve n’a pas à être important pour être intéressant, s’il offre un mouillage supplémentaire30. Müller signale sur la carte deux cours d’eau dont l’embouchure se situe dans l’anse de Kumbahçe, à l’est de la citadelle de Bodrum ; il est naturellement difficile de savoir quelle était la configuration de cette côte dans l’Antiquité, mais on peut admettre que l’anse et le fleuve (même tout petit) fournissait un havre complémentaire pour les navires qui faisaient escale à Halicarnasse31.

  • 32 Sinon que la syntaxe du Périple, avec son ambiguïté caractéristique, ne permet pas de savoir combie (...)
  • 33 Diod. 15.76.2 ; Strab. 14.2.19. La nouvelle cité, au nord-est de l’île, succède aux deux cités impl (...)

21Il n’y a sans doute rien attendre de la mention de Kalymna et Karyanda32. Le synoecisme de Cos est de 366-365, et le λιμὴν ϰλειστός mentionné par le Périple pourrait être le limen axiologos mentionné par Diodore dans le récit qu’il fait de l’établissement des habitants sur le site de la Cos hellénistique33.

  • 34 Sur Cnide, cf. Flensted-Jensen 2004, 1115-1116 (no 886) et surtout Bresson 1999.

22Sur Cnide, comme l’a remarqué A. Bresson, la formulation du Périple,ϰϱωτήϱιον ἱεϱὸν Τϱιόπιον, Κνίδος πόλις Ἑλληνὶς, laisse penser que pour l’auteur, les deux sites sont distincts34. Il est impossible, malheureusement, d’aller plus loin, soit qu’effectivement, à l’époque de la rédaction du Périple les deux sites soient encore séparés (mais ceci nous reporte désormais au dernier quart du iiie siècle), soit qu’il soit simplement mal informé, ou reproduise une source plus ancienne : on continuera à dépendre des progrès de l’épigraphie.

  • 35 Counillon 1986-1987.
  • 36 Cf. Bresson 1979, 30-31 (sur Rhodes dans l’Iliade) et 156-157 (sur le synoecisme de 407 et Pindare.(...)
  • 37 Bresson 2000, 39-40 et n. 106 souligne dans Pindare les deux expressions que nous trouvons ici : Ol (...)

23Quant à Rhodes, comme je l’avais remarqué jadis, il ne me paraît pas utile de retoucher le texte du manuscrit, νῆσος τϱίπολις ἀϱχαία πόλις ϰαὶ ἐν αὐτῇ πόλεις αἵδε· Ἰαλυσός, Λίνδος, Καμάϱος35. La syntaxe, pour rugueuse qu’elle soit, permet de décrire la situation effective de Rhodes. Rhodes est bien en effet une cité τϱίπολις, mais de longtemps considérée comme un état unique, comme l’a abondamment démontré A. Bresson36. Il est possible que le mot ἀϱχαῖα, un hapax dans le Périple, soit une de ces connotations littéraires pour lesquelles l’auteur du Périple semble avoir un faible dans la partie égéenne37.

  • 38 Sur Kaunos, cf. Flensted-Jensen 2004, 1120-1121 (no 898). Sur la Pérée rhodienne, cf. Gabrielsen 20 (...)
  • 39 Chalkeia est rattachée Rhodes à la fin du ive s. selon Reger 2004, 738 (no 477), mais Tèlos l’est a (...)

24Sur ce que nous dit le Périple des rapports de Rhodes avec son environnement géographique, il y a apparemment peu à exploiter. Le flou chronologique ne permet pas de savoir quel sens il faut donner à la mention du “territoire des Rhodiens sur le continent”, même si, désignant la portion de côte qui sépare Cnide de Kaunos, il paraît désigner ce que l’on nomme ensuite “Pérée sujette”38. Quant aux îles qu’il énumère à la suite de Rhodes, si Chalkeia est déjà rhodienne et les autres appelées à tomber sous la coupe de Rhodes dans le courant du iie et iiie s., l’ordre sinistrogyre qui les parcourt est bien géographique, et non politique39.

Conclusion

  • 40 Debord 1999, 74 pour une solution à une datation haute § 96. Cook 1973, 183 sur la fondation d’Anti (...)
  • 41 Cf. Debord 1999, 264-272, pour le problème historique.

25Quelles sont les principales leçons à retirer de cette analyse ? Les contradictions entre le paraplous et le reste du texte confirment que le Périple est une compilation de sources diverses, dont certaines sont assurément marines, mais dont rien n’impose que les autres le soient. Cette diversité, selon les zones géographiques mais aussi à l’intérieur même des paragraphes, explique une partie des discordances du texte, en particulier chronologiques. Le décalage que je propose pour la rédaction du texte n’est pour l’instant qu’hypothétique et sa confirmation dépendra de la suite des découvertes archéologiques, en particulier à Héraclée : comme je l’ai souligné, cette dépendance est inhérente aux textes géographiques anciens, et elle l’est encore davantage d’un texte aussi rapide que le Périple. Si, comme je le crois toujours, il est le travail préparatoire d’un historien athénien qui aurait voulu écrire, par exemple, une histoire du monde grec au moment des conquêtes macédoniennes, cet historien, qui me reste inconnu, pourrait être plus tardif que je ne l’avais présumé. Dans l’état actuel du dossier, le tournant du iiie siècle, entre Triparadisos et Ipsos, au moment où certains en Grèce espèrent peut-être un retour de l’indépendance des cités, s’accorderait assez avec ce que je comprends du Périple. Quelques problèmes pourraient y trouver une explication (comme le rattachement de Naupacte à l’Étolie) ou une explication différente : la création du Koinon des Nèsiotes par Antigone s’accorderait par exemple avec l’autonomie de la description des îles de la mer Égée dans le Périple ; les perturbations du § 96 pourraient avoir leur origine dans le synoecisme d’Antigoneia40 ; la question du rattachement des pérées aux îles de la côte asiatique de la mer Égée, dans un tel contexte, deviendrait obsolète pour le Périple41. Certes, la datation que je propose devra être confirmée, mais, quelle qu’elle soit, sa fragilité même devrait interdire de s’appuyer sur le Périple ! Malheureusement…

Notes

1 Cf. Marcotte 2000, xxvi-xxvii.

2 Strab. 9.4.7. Cf. Peretti 1961, 8 et 23-25. Naturellement, Peretti pense que c’est une interpolation, mais Marcotte 1990, 119, remarque à juste titre qu’Oianthea, voisine pourtant de Naupacte, est attribuée à la Locride par le Périple, ce qui plaide pour l’originalité du texte.

3 Voir ci-après, 1.3.

4 Cette démarche l’amène à séparer la Pérée rhodienne (localisée entre Cnide et Kaunos) de la description de Rhodes même.

5 Cf. Counillon 2001a et 2001b.

6 Sur Nisyros, cf. Reger 2004, 763-764 (no 508).

7 Cette maladresse se traduit sans doute aussi dans le καὶ initial qui le relie à la phrase précédente. Pourtant le Périple gère ordinairement assez bien ce genre de contrainte, par exemple dans la description de l’Acarnanie, § 34, avec un aller-retour entre la côte et les îles, et un paraplous en jours de navigation.

8 Sur Tel(e)messos, aujourd’hui Fethiye, cf. Princeton Encyclopedia, 892 ; Keen & Hansen 2004, 1138 mentionnent le toponyme, mais paraissent la confondre avec Telmessos de Carie, Flensted-Jensen 2004, 1134 (no 936).

9 Voir Polyen, 5.35, et l’analyse de l’épisode par Keen 1998, 176-177.

10 Arrien, Hist. Alex., 3.3.6, Νέαϱχον δὲ σατϱαπεύειν Λυϰίας ϰαὶ τῆς ἐχομένης Λυϰίας χώϱας ἔστε ἐπὶ τὸν Ταῦϱον τὸν ὄϱος. L’étendue de ce gouvernement pourrait expliquer que la Lycie du Périple s’étende jusqu’à Pergè, la plus grande extension qui lui soit historiquement donnée, Keen 1998, 18. Phasélis et Pergè accueillent Alexandre, qui ne rencontre de résistance qu’à Aspendos : sur cette période dans la région, cf. Debord 1999, 445-451. Sur la carrière de Néarque, cf. Badian 1975 : sa satrapie est jointe à la Phrygie d’Antigone, et Néarque rejoint Alexandre avec Asandros à Zaraspa avec une force de mercenaires (Arrien, Hist. Alex., 4.7.2) puis commande la flotte de l’Indus (FGrHist. 133T13). Après la mort d’Alexandre et une tentative pour imposer l’enfant de Barsine, il se range du côté d’Antigone, et participe en 315 à ses campagnes contre Eumène de Cardia (Diod. 19.19), et reste en Syrie avec Démétrios au moment où, toujours en 315, Antigone repasse en Asie pour aller s’opposer à Cassandre (Diod. 19.69).

11 Polyen, 5.35.

12 Sur cette question, cf. Keen 1998, 13-14 ; 17-18 : le Baba Dağı est à la fois le Kragos et l’Antikragos.

13 Cf. p. ex. Ptol. 5.3.4.

14 Cf. Counillon 2004, 33-34.

15 “Navigation le long de la Phrygie depuis la Mysie jusqu’à Antandros”.

16 “La navigation le long des côtes de Mysie et de Lydie depuis Astyra jusqu’au fleuve Méandre est de deux jours et une nuit”. Le manuscrit porte Assyrioi, ce qui est absurde, et Astyra est bien la première cité mentionnée en Lydie par le Périple, qui ne mentionne alors ni la Phrygie, ni la Troade, ni l’Éolide.

17 Le passage est perturbé, avec un ἀπό sans régime ; au paragraphe suivant, le paraplous pamphylien prend pour point de départ Pergè et non Phasélis. Pour un autre exemple d’une source inversement orientée, voir la description de la côte des Nestoi, § 23 et Counillon 2007, 24.

18 Strab. 14.2.1.

19 Strab. 14.1.2 ; 14.1.11.

20 Strab. 14.1.11

21 Ἡϱάκλεια : cf. p. ex, Strab. 14.1.8 ; 14.2.22 ; Ptol. 5.2. Plin., Nat., 5.31. Étienne de Byzance, s. v. mentionne aussi une Héraclée intérieure en Carie, τὴν λεγομένην Ἀλβάϰιον qui ne peut être la nôtre. Hécatée appelle la ville Latmos, et la montagne Φτειϱῶν ὄϱος (Hom., Il., 2.868).

22 Hécatée, FGrHist., 1F239.

23 Cf. Polyen. 7.23.2 : Μαύσωλος βουλόμενος λαβεῖν Λάτμον πόλιν ὀχυϱὰν πϱοσεποιεῖτο φιλιῶς ἔχειν πϱὸς τοὺς Λατμίους... ὁ Μαύσωλος ἐπιστϱέψας εἰσῆλθε μετὰ τῆς δυνάμεως ἁπάσης ϰαὶ Λάτμου ϰύϱιος ϰατέστη. Cf. Hornblower 1984 et Flensted-Jensen 2004, 1126-1127 (no 910) : “Latmos was abandoned [au ive s. a. C.] and refounded under the name Herakleia… Ps. Skylax mentions Herakleia (99) but not Latmos, and since no chapter of the Periplous is likely to be dated later than c. 330 […], it must be presumed that Herakleia existed already by then… The presumption is that, for a relatively short period of time, the two places existed simultaneously… and that both city-ethnics could be used to designate a citizen of that community.

24 Dossier rassemblé par Debord 1999, 391-392. Sekköy : IK, 34, 12 (SEG, 40, 1990, 991) = HTC, 91 ; Mylasa : Blümel 1997. Voir aussi Jones 1999 ; Wörrle 2003.

25 La Carie est tenue par Asandros pour le compte d’Eumène de Cardia. L’hiver 314-313, il essaie de repousser Ptolémaios, un stratège d’Antigone, mais celui-ci (Diod. 19.5-7) réussit à vaincre les troupes envoyées contre lui. Du coup, en 313-312, Asandros tente de conclure un accord avec Antigone (Diod. 19.75.1) mais se dédit, ce qui amène l’intervention d’Antigone qui envoie une armée, rétablit l’autonomie de Milet, prend Tralles, Kaunos et Iasos. Sur Pleistarchos, cf. Gregory 1995. Eupolémos lui succède après la mort de Cassandre, en 297, avant d’être à son tour déposé par Lysimaque en 287 ; sur Eupolémos, cf. Billows 1989.

26 Sur Naulochos et Priène, cf. Cohen 1983, 187 ; Shipporeit 1998 ; Debord 1999, 388-391 ; Hoepfner 2005.

27 Peschlow-Bindokat 2005, 5-6 pense que la métonomasie est le fait d’Asandros, et le transfert de l’ancienne Latmos au nouveau site d’Héraclée le fait de Pleistarchos : on est toujours vers 313. Il faudrait alors revoir la datation ou l’identification du fragment d’amphore panathénaïque de Labraunda qui mentionne un Ἡϱαϰλεώτης ; que Hellström 1965, 8-10 rapprochait (sur critères stylistiques) de séries des années 367 à 347 ; et qui est l’argument principal de Flensted-Jensen 2004 pour une datation plus haute.

28 Cf. Flensted-Jensen 2004, 1117-1119 (no 891). Aucune raison historique à l’absence de Iasos selon F. Delrieux (communication orale).

29 Sur Myndos, cf. Flensted-Jensen 2004, 1129 (no 914) et 1115-1116 (no 886) sur Halicarnasse.

30 Cf. Counillon 2004, 61-62. Sur le site d’Halicarnasse, cf. Müller 1997, 255-262.

31 Cf. Müller 1997, 255-262.

32 Sinon que la syntaxe du Périple, avec son ambiguïté caractéristique, ne permet pas de savoir combien de noms sont concernés par la mention οὗτοι Κάϱες : cf. Counillon 2004, 34-35. Sur Karyanda, cf. Flensted-Jensen 2004, 1119-1120 et Reger 2004, 743-745 (no 485) sur Kalymna.

33 Diod. 15.76.2 ; Strab. 14.2.19. La nouvelle cité, au nord-est de l’île, succède aux deux cités implantées sur les sites d’Astypalaia et Cos Méropis : Sherwin-White 1978, 40-78 et Reger 2004, 752-755 (no 497-499).

34 Sur Cnide, cf. Flensted-Jensen 2004, 1115-1116 (no 886) et surtout Bresson 1999.

35 Counillon 1986-1987.

36 Cf. Bresson 1979, 30-31 (sur Rhodes dans l’Iliade) et 156-157 (sur le synoecisme de 407 et Pindare. Ol. 7.75-77).

37 Bresson 2000, 39-40 et n. 106 souligne dans Pindare les deux expressions que nous trouvons ici : Ol. 7.18, τϱίπολιν νῆσον et 94, πόλις pour désigner Rhodes. Si le Ps. -Skylax se souvient d’Homère et Pindare, rien de surprenant à ce que Rhodes soit dénommée ἀϱχαῖα πόλις ; ce n’est peut-être pas même une glose.

38 Sur Kaunos, cf. Flensted-Jensen 2004, 1120-1121 (no 898). Sur la Pérée rhodienne, cf. Gabrielsen 2000.

39 Chalkeia est rattachée Rhodes à la fin du ive s. selon Reger 2004, 738 (no 477), mais Tèlos l’est au iiie, Reger 2004, 776, et Kasos après 274, Reger 2004, 745-747 (no 486-489). Karpathos est bien tripolis selon Reger 2004, 745-747 (no 486-489), et l’erreur du côté de Strabon 10.5.17, qui en fait une tétrapole.

40 Debord 1999, 74 pour une solution à une datation haute § 96. Cook 1973, 183 sur la fondation d’Antigoneia par synoecisme de différentes cités d’Éolide dont Kebren, Skepsis et Néandreia. Cf. Mitchell 2004,1010 (no 780) sur Skepsis ; 1010 (no 780) sur Néandreia.

41 Cf. Debord 1999, 264-272, pour le problème historique.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search