Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

La Carie

La Carie et les cariens vus depuis Athènes à l’époque classique

Patrice Brun

Texte intégral

  • 1 Varinlioğlu et al. 1990 et 1992 ; “Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occident (...)
  • 2 Knoepfler 2005, 43.

1Athènes et la Carie. Voyage initiatique en quelque sorte pour ce qui me concerne, avec une étape dans les Cyclades. J’ai commencé mes recherches, ponctuées en 1981 par une thèse sur les finances militaires d’Athènes, thèse dirigée par Pierre Debord dont je fus, si nos souvenirs communs ne nous trompent pas, le premier élève. Puis, à la fin des années quatre-vingts, alors que je travaillais toujours dans l’enseignement secondaire, je commençai à faire partie de l’équipe bordelaise qui, sous la responsabilité du même Pierre Debord, suivit les traces de Louis Robert en Carie. Les prospections archéologiques sous le soleil de l’été turc, agrémentées de belles moissons épigraphiques, ont donné lieu à des publications communes1, puis séparées, qui ont retenu l’attention de la communauté scientifique2. De ces premières missions, il en fut le coordonnateur ; le sujet que je lui dédie ici englobe donc deux des domaines géographiques qui, depuis un quart de siècle à présent, accaparent ma recherche. Un tel rapprochement peut dans de telles conditions être à bon droit vu comme un peu artificiel : c’est un risque que j’assume, mais j’espère, au fil de ces pages, montrer que ce n’est pas vraiment le cas.

Le pays et les hommes

2Parler des “Athéniens” pose évidemment des problèmes qu’il convient de circonscrire de suite. Le terme générique suppose qu’il y avait à Athènes une vision sinon uniforme sur la Carie, du moins cohérente. À défaut de sonder les reins et les cœurs des citoyens, c’est une position de principe à laquelle il semble nécessaire de se rallier. De même, par “Athéniens”, on comprend aussi tous ceux, qui, à l’instar d’Hérodote, justement Carien par sa mère, se font l’écho d’une pensée avant tout athénienne.

Fig. 1. La Carie aux ve et ive siècles.

  • 3 Ainsi, pour les Cyclades, dont le nombre varie selon les auteurs de sept à vingt-trois : Brun 1996, (...)
  • 4 Hérodote (1.142) place ainsi Priène, sur la rive droite du fleuve, ἐν τῇ Καρίῃ, au même titre que M (...)
  • 5 Hdt. 7.99.
  • 6 IG, I3, 71, l. 146 et 156-157.
  • 7 Rappelons que nos prospections ont permis de placer avec précision sur une carte Pladasa, Ouranion (...)
  • 8 Hornblower 1982, 3-4.
  • 9 IG, I3, 71, l. 133 ; 259, col. III, 29 ; 261, col. IV 5 ; 267, col. V, 19.
  • 10 Plut., Ages., 10.1.
  • 11 Ar.., Aves, 292-293 : ώσπερ οἱ Κᾶρες μὲν οὖν ἐπὶ λόφων οἰκοῦσιν. À souligner ici le jeu de mots sur (...)
  • 12 Pour une description rapide du site, cf. Bresson et al. 2005.

3La Carie, telle qu’elle est constituée au ive siècle en satrapie sous l’autorité de Mausole, est un monde passablement mal connu des Athéniens. Sa définition géographique, à l’instar d’autres régions grecques3 ou connues des Grecs, a d’ailleurs varié selon les auteurs et les périodes. La limite septentrionale de la Carie, traditionnellement représentée par le Méandre, n’est même pas toujours respectée4. Si l’on s’en tient à la Carie de la liste du tribut et aux communautés qu’il est possible de fixer sur une carte, il s’agit de régions avant tout maritimes. Les Cariens devaient déjà fournir à la flotte de Xerxès pas moins de soixante-dix vaisseaux5 et Thucydide précise que, au contraire de l’Ionie mentionnée dans sa totalité, seule la Carie maritime (Καρία ἐπί θαλάσση) est comptée parmi les régions tributaires. Le καρικòς φόρος regroupe d’ailleurs des communautés que nous ne pouvons aujourd’hui compter comme cariennes, comme les îles du Dodécanèse ou encore la cité d’Aspendos située en Pamphylie voire, en 425/4, celle de Kélendéris en Cilicie6. Même si l’on peut admettre qu’il était difficile pour les Athéniens de créer un autre secteur de perception pour quelques communautés extérieures, on devine que la notion de Carie devait être assez floue. S’il est difficile parfois d’être affirmatif en raison de l’impossibilité de situer avec exactitude toutes les communautés mentionnées dans les listes du tribut7, on doit constater que les régions situées dans la zone que nous avons appelée les “hautes terres de Carie”, pourtant éloignées de moins de vingt kilomètres de la côte, n’ont jamais été membres de la Ligue de Délos, à l’exception des communautés littorales. De la même manière, dans la zone orientale qui sert de frontière avec la Lycie, la vallée de l’Indos, quelle que soit sa fertilité (au moins à notre époque)8, ne paraît pas avoir été l’objet de l’intérêt direct des Athéniens, qui se sont contentés de faire de la cité maritime à son débouché, Caunos, une alliée tributaire. Certes, il y a des exceptions et des régions de l’intérieur que l’on pouvait atteindre avec quelque facilité depuis la côte ont été intégrées dans la Ligue : c’est le cas de la zone de la basse vallée du Méandre9 et d’autres, beaucoup plus difficiles d’accès comme Alinda. Mais, dans l’ensemble, on doit dire que la Carie pour laquelle les Athéniens sont susceptibles d’avoir quelque connaissance se situe à l’ouest de la rivière Marsyas, un affluent méridional du Méandre. Carie maritime ne signifie pas, bien au contraire quand on connaît la géographie de cette partie de l’Asie Mineure, Carie des plaines. Car, singulièrement dans sa partie méridionale (le cas est différent pour la zone autour d’Iasos où existent des plaines littorales), la Carie est dominée par des montagnes souvent abruptes. Le pays passait pour être peu praticable aux chevaux10. Depuis la mer et notamment depuis le golfe Céramique, une barrière montagneuse, à peine échancrée par endroits, se dresse. Certes, elle n’est pas infranchissable en tout point, mais ces falaises donnent une illustration pratique à l’image d’Aristophane, pour qui les Cariens étaient des habitants des hauteurs11. Le site du Karaman Tepe (fig. 2), juché sur un piton dominant le golfe Céramique du haut de ses 773 mètres d’altitude à six kilomètres à peine de la mer impressionne par son aspect abrupt et inhospitalier. C’est pourtant là que la communauté des Kodapeis, tributaire des Athéniens, vivait à l’époque classique12.

  • 13 Paus. 6.13.3-4, avec la correction du texte par Strasser 2004, 557 sqq. L’auteur, avec de bons argu (...)

4Le Dikmen Dag, qui abritait la communauté des Ouraniètai, situé à quelques kilomètres à l’est du Karaman, culmine à plus de six cents mètres. C’est, autour de Kéramos, cette Carie “Trachée”, escarpée, τραχεĩα, dont parle Pausanias13.

  • 14 1.175 : ὄρυς τειχίσαντες.
  • 15 Οἰκήοις ἔχοντες ἐν ὀχυροῖς χωρίοις : Cyr., 7.4.1 ; plus loin (4.7), Xénophon les voit vivre ἐν ταĩς (...)

5Non seulement les sites étaient implantés sur des lieux élevés, mais ils étaient également fortifiés et l’on devine aisément qu’une telle caractéristique, qui doublait en quelque sorte la défense naturelle, ait impressionné les Athéniens. Hérodote indique que les Cariens avaient tenté de résister à Harpage “en fortifiant une montagne”14 et Xénophon signale de son côté que les Cariens possédaient leurs demeures dans des lieux fortifiés15. L’analyse du site du Karaman Tepe montre en effet l’existence d’une très solide fortification, rendue nécessaire par le fait que si le site était en effet à peu près imprenable depuis la mer, c’était loin d’être le cas du côté de la terre.

Fig. 2. À droite, le site du Karaman Tepe, centre de l’habitat des Kodapeis.

  • 16 Hornblower 1982, 264-265. Iasos possédait également des carrières de marbre, qui ne sont attestées (...)
  • 17 Un grand incendie qui a ravagé durant l’été 2006 la région à l’est de l’ancienne Théangèla a permis (...)
  • 18 P.Zen. 59012, l. 18
  • 19 Robert 1936, no 52, l. 5. Cf. p. 78.
  • 20 Cicéron, De div., 2.84.
  • 21 La grappe de vigne apparaît sur les monnaies de la cité dès le début du ive siècle (par exemple SNG (...)
  • 22 C’est par dizaines que nous pouvons compter le nombre de sites antiques entièrement inédits que nou (...)

6Le pays était-il considéré par les Athéniens comme riche ? Nous ne possédons pas de texte susceptible d’éclairer ce point et nous n’avons guère que les listes du phoros pour éclairer une réalité objective (combien les Athéniens tiraient-ils de la Carie ?) plutôt qu’une impression subjective. Le fait que les Athéniens aient cru devoir isoler la Carie et en faire l’un des cinq secteurs fiscaux de l’Empire est déjà en soi une réponse : malgré son éloignement, la Carie était une région dont on espérait tirer des revenus importants et réguliers. Il est extrêmement difficile de livrer un jugement objectif sur la richesse de la région et sur ce que pouvaient en savoir les Athéniens. Les mines ne semblent pas avoir été ni nombreuses ni très actives dans l’Antiquité. Le marbre est fréquent en Carie : l’essentiel du matériau destiné à la construction du Mausolée fut trouvé dans une carrière de Myndos, à l’extrémité de la péninsule d’Halicarnasse16. Pour ce qui concerne l’agriculture, il est difficile d’être définitif : si les plaines littorales paraissent parfois très larges (je pense en priorité au delta de Kéramos), il n’est pas sûr du tout que la ligne de rivage était identique dans l’Antiquité. À l’inverse, les terres de l’intérieur, fortement pentues, sont aujourd’hui boisées avec méthode par les soins de l’Administration des Eaux et Forêts turques (l’Orman) et ont presque partout occulté, sauf en de rares endroits où il est possible de les voir17, les terrasses de culture. De toutes les manières, on sait bien que les zones montagneuses n’étaient pas livrées aux seules forêts mais qu’un élevage extensif existait. À l’est d’Halicarnasse, Théangèla était célèbre au début de l’époque hellénistique, pour la qualité de son miel qui était importé jusqu’en Égypte18 et la cité elle-même, au titre de ses revenus publics, avait imposé un impôt sur les ruches19. Les figues de Caunos étaient réputées20, pour ne pas parler du vin de Cnide qui, même si son heure de gloire fut la période hellénistique, était déjà un motif de fierté de la cité au ive siècle21. Les plaines intérieures, pour n’être pas très vastes, sont nombreuses et nourrissent encore une population qui n’est pas négligeable. De plus, il ne manque pas d’eau nulle part en Carie et on peut penser, à défaut de le prouver, qu’une forme d’irrigation a existé très tôt. Le nombre impressionnant de sites cariens que l’on découvre22 dès lors que l’on parcourt la région prouve que celle-ci était abondamment peuplée dans l’Antiquité : comme on le verra plus loin, le nombre d’esclaves et de mercenaires provenant de Carie est un élément essentiel à prendre en compte. D’autre part, le monnayage des cités cariennes ou de certaines d’entre elles entre la fin du vie et le début du ve siècle est fort abondant et laisse entrevoir une richesse qui n’est pas feinte. Cela ne peut s’expliquer guère que par une richesse, d’essence commerciale, qui ne saurait être négligeable.

  • 23 Sur la localisation de Kyllandos, sans doute à l’est du golfe Céramique, cf. HTC, 42 et 63.
  • 24 On rappellera le mot de Thucydide à propos de Iasos à l’aube de la guerre d’Ionie (8.28.3), une cit (...)
  • 25 Meiggs 1972, 238 sqq. a mis en évidence le retard systématique avec lequel le phoros venu de Carie (...)

7Ce n’est donc pas un hasard si l’on relève dans le “secteur carien” de l’empire athénien un certain nombre de communautés tributaires pour un phoros élevé, j’entends par là égal ou supérieur à un talent : Cnide (5 T.), Kyllandos23 (2 T), Halicarnasse (de 1 T. 2/3 à 2 T.), Kéramos (1 ½ T.), Iasos24, Kyndia, Latmos, Mylasa et Syangèla (1 T.)25.

  • 26 IG, I3, 71, l. 4-7.
  • 27 IG, I3, 71, l. 40-42.
  • 28 Thc. 8.85.2. Il est à noter que la langue carienne, dont on connaît de mieux en mieux les contours (...)

8Il est vain de s’interroger sur la connaissance réelle que les Athéniens avaient de la Carie. La perception du phoros impliquait la connaissance au moins des routes maritimes et des régions tributaires. Le décret de Thoudippos relevant le tribut en 425/4 précise “que des hérauts pris parmi […], élus par le Conseil, soient envoyés vers les cités (alliées), deux en Ionie et en Carie, deux en Thrace, deux dans les îles et deux en Hellespont. Qu’ils annoncent aux autorités locales de chacune des cités que des ambassadeurs devront être présents (à Athènes) au mois de Maimactérion”26. De plus, et de manière à ce que ces hérauts prennent connaissance des itinéraires à emprunter, le décret prévoit que “les assesseurs (taktai) signalent par écrit sous serment aux hérauts envoyés les routes à emprunter, afin que ceux-ci ne soient pas sans indication (?)”27. Il est évident, par conséquent, que des magistrats athéniens possèdent une connaissance minimale du pays et qu’ils sont parfaitement capables de s’y diriger. Il est vain de souligner qu’ils le faisaient sans doute avec des guides, de toute évidence bilingues dont Thucydide nous révèle l’existence au moins une fois28. Que je sache, et Pierre Debord ne me contredira pas, que ce soit pour la “découverte” de sites inédits ou pour les contacts si fructueux que nous avons eus avec la population locale, et quels que soient les progrès qu’avec le temps nous avons pu faire dans la connaissance de la géographie de la Carie et dans celle, plus modeste, de la langue turque, c’est toujours ainsi que nous avons fonctionné et que nous fonctionnons toujours durant nos “expéditions cariennes”, près de deux mille cinq cents ans plus tard.

  • 29 Plut., Thes., 8.6.
  • 30 Hdt. 1.146 ; Thc. 1.4 ; Isoc., Panath., 43 ; Hélène, 68 ; Strab. 12.8.5 ; 14.2.27. Les Cariens, col (...)
  • 31 Un fragment d’Eschyle (fr. 119 Mette) rattaché par Hésychius à une pièce intitulée “les Prêtresses” (...)
  • 32 Thc., 1.8.1.

9Si toutefois la Carie devait demeurer terra incognita pour la plus grande partie des Athéniens, les Cariens eux, étaient connus. Qu’ils le fussent imparfaitement est sans doute une réalité objective, mais qui n’empêche pas le fait que les Athéniens avaient une idée assez précise et arrêtée sur eux. Certes, un petit-fils de Thésée, selon un récit que nous a transmis Plutarque, aurait fondé une colonie en Carie29 ; certes encore, le mythe, accepté à Athènes, voulait que les Cariens fussent les plus anciens habitants des Cyclades, authentique terre grecque, dont ils avaient été chassés par le roi Minos30 ; la mention de communautés ou de sanctuaires cariens dans le théâtre athénien du ve siècle prouve d’autre part que certains lieux étaient reconnus par les Athéniens comme partie prenante au système religieux31. Dans son “Archéologie”, l’historien athénien note que les Cariens pratiquaient des rites funéraires particuliers dont il demeurait encore de son temps des témoignages à Délos32.

  • 33 Isocrate se moque ainsi de la “sottise”(άμαθία)des Thébains (Paix, 60). On sait d’autre part ce que (...)
  • 34 Cartledge 2002, 51-77 pour l’opposition Grecs/Barbares.
  • 35 IG, I3, 1344.

10Il n’empêche : les Cariens étaient à Athènes méprisés comme peu d’autres peuples le furent. Entendons-nous d’entrée de jeu : c’est une banalité de dire que les Athéniens méprisaient tout ce qui n’était pas athénien et à un moment ou un autre de l’histoire de la cité, nous avons de multiples témoignages du dédain des Athéniens pour Égine et la plupart des Cyclades et de multiples autres communautés grecques de préférence voisines, comme les Mégariens ou les Thébains33. Le mépris pour les Cariens s’inscrit donc dans un schéma binaire “eux/nous”, qui n’est pas spécifique aux Athéniens s’agissant de leurs relations avec les peuples non-grecs ni ne se limite à la seule opposition Grecs/Barbares34, dont on sait qu’elle fut tout particulièrement creusée par les guerres médiques. On rappellera ainsi une base funéraire des années 525-520 découverte sur l’acropole évoquant un Carien, dont la statue avait été réalisée par un artiste athénien35.

  • 36 Xen., Hell., 2.1.9.
  • 37 Eur., Ph., 138.
  • 38 Plat., Men., 245 d.

11Les Barbares au sens générique du terme, ne bénéficiaient guère au ve siècle à Athènes – et dans l’ensemble du monde grec, m’empressé-je d’ajouter – d’un a priori favorable et, pour bien comprendre la façon dont étaient vus les Cariens, il convient de ne pas oublier ces vérités premières. Néanmoins, il semble que les Cariens étaient l’un des peuples les plus rejetés par les Athéniens. Et cela, bien que tous ne fussent pas des “Barbares à part entière”. Une phrase de Xénophon a souvent été commentée : lors de ses opérations de nettoyage en mer Égée après la défaite athénienne d’Aigos Potamoi, Lysandre parvint dans le golfe Céramique et attaqua la dernière cité demeurée fidèle aux Athéniens, Kedreai. Il réduisit la ville en esclavage et Xénophon a cette formule : “elle était habitée par des mixobarbaroi36. Il est très difficile de savoir avec précision ce que recouvre une telle expression. Chez Euripide, le mot est accolé en référence aux Étoliens37. Si l’on prend comme point de comparaison le Ménexène de Platon qui est supposé reproduire les clichés en vigueur à Athènes dans la première partie du quatrième siècle, et contrairement à certaines cités grecques qui puisent leur origine mythique dans un fondateur étranger (Danaos, Égyptos, Cadmos), l’autochtonie athénienne fait d’eux des gens qui ne sont pas des mixobarbaroi38. Le point commun de ces deux exemples est leur référence commune à des peuples qui parlent le grec, et qui d’ailleurs sont grecs dès lors que l’on efface la gangue de propagande sensible en priorité dans le pastiche d’oraison funèbre composé par Platon. Faut-il dans ces conditions imaginer les gens de Kedreai comme des hellénophones ? Des bilingues ? La question n’est pas simple à trancher.

  • 39 Dem., C. Midias, 175 (Καρός τίνος).
  • 40 HTC, no 90-91, 216-222.
  • 41 Plut., Them., 1.2. Il est vrai que Plutarque indique d’une variante faisait de sa mère une Thrace, (...)
  • 42 Plat., La., 187 b.
  • 43 Soph., frag. 485 ; Eur., Cycl., 660.
  • 44 Rhozokoki 2006, frag. 59.
  • 45 Plut., Alex., 10.3.

12En tout état de cause, lorsque l’on veut, à Athènes, déprécier quelqu’un, il suffit de lui accoler l’étiquette de “Carien”. Ainsi, dans son procès contre Midias, Démosthène évoque une affaire ou l’accusateur, un certain Ménippos, probablement un négociant, est qualifié de Carien39. L’expression, sinon l’accusation, surprend. En ce milieu du ive siècle, les “listes de Sekköy” le montrent40, les Cariens, les “vrais” si je puis m’exprimer ainsi, ceux dont on peut penser qu’ils parlent encore la langue locale, ne portent guère de noms si banalement grecs que Ménippos. Comme la mauvaise foi de Démosthène fait partie de son personnage du barreau, il fait penser que ce Ménippos est sans doute originaire d’une cité grecque du littoral carien, Cnide ou Myndos. Mais l’intérêt de cette remarque réside surtout dans le fait que, pour dévaloriser l’accusateur devant son auditoire, Démosthène l’affuble de l’épithète de “Carien”. Plutarque se fait l’écho d’une tradition, hostile à Thémistocle41, qui voulait que sa mère fût d’origine carienne. Nous possédons surtout plusieurs témoignages directs indiquant le peu de cas que l’on faisait des Cariens. Platon affirme ainsi : “Si vous deviez tenter votre premier essai d’éducation, réfléchissez que ce n’est pas sur un Carien que vous faites une expérience dangereuse, mais sur vos enfants”42. L’adjectif καρικός était employé au sens de “digne d’un Carien”, c’est-à-dire “méprisable” et un proverbe, cité par Euripide, ἐν πῷ Καρì κινδυνεύειν, “exposer le Carien au danger”, s’entendait au sens de “exposer à sa place un être sans valeur”43. Il semble que les Athéniens aient repris et systématisé un jugement qui courait déjà à la fin de l’époque archaïque : en effet, un fragment d’Anacréon parle d’un travail καρικοεργής, fait par un Carien, de toute évidence sans goût aucun44. Et, dans toute la littérature fortement imprégnée de culture athénienne, un tel jugement devait perdurer : dans l’esprit d’un Plutarque, même élevé à la dignité de satrape, un Carien n’était pas quelqu’un de véritablement fréquentable45.

  • 46 IG, I3, 421.
  • 47 Ar., Ach., 271-275. C’est encore le nom de la jeune servante de Nééra ([Dem.], C. Nééra, 35, 120, 1 (...)
  • 48 IG, I3, 421 A, l. 45-46 : Κὰρ παῖς (...) Καρικòν παιδίον.
  • 49 IG, I3, 422, l. 77-78. Andreau & Descat 2006, 111-112.

13Si l’on s’interroge à présent sur l’origine du peu de cas que l’on faisait des Cariens à Athènes, l’explication première est qu’ils étaient des Barbares et que, dès après les guerres médiques, cette région, plus que d’autres sans aucun doute des marges occidentales de l’Empire perse, servit de réservoir à esclaves. Un document, “la stèle des Hermocopides” est souvent mise à contribution pour illustrer l’origine variée des esclaves. Sur les vingt-sept esclaves dont l’origine non grecque est clairement précisée, les Cariens forment le peuple le plus représenté après les Thraces46. Si, à partir de cet échantillon fort réduit, il peut être légitime de tirer quelques remarques, on pourrait dire que la Carie est une région peuplée, sentiment partagé par tous ceux qui ont prospecté dans le pays et ont noté, comme je l’ai signalé plus haut, l’étonnante densité de sites fortifiés et habités avant le milieu du ive siècle. On constate également, dans cette inscription, que les Thraces sont majoritairement des esclaves de sexe féminin, tant et si bien, le fait est connu, que “Thratta” est devenu, dès la seconde moitié du ve siècle, le nom courant, et comme l’archétype de l’esclave de sexe féminin47. Pour ce qui concerne les esclaves d’origine carienne, la situation est sensiblement différente : les femmes y sont fort peu représentées dans l’inscription en question. Si le fait devait être avéré, faut-il imaginer que les Athéniens étaient avant tout intéressés par les hommes et point par les femmes ? Une telle hypothèse est fragilisée par la mention d’enfants cariens48 et l’on ne saurait par conséquent, pour expliquer cette forte proportion masculine, évoquer de simples réductions en esclavage après une bataille : la stèle des Hermocopides parle également d’un orfèvre carien49. On retire pourtant l’impression, des mentions de Cariens dans la littérature, que ceux-ci sont vus par les Athéniens avant tout comme des hommes.

  • 50 En une époque (le iiie siècle), où les Cariens en tant que tels paraissent se fondre dans la masse (...)
  • 51 Hdt. 1.175.
  • 52 Hdt. 5.103, 116-122.
  • 53 Hdt. 1.171 ; cf. aussi Alcée, frag. 57 CUF (= Strab. 14.2.27) ; Plut., Art., 10.3. Cette tradition (...)
  • 54 Thc. 1.8.1.
  • 55 Hdt. 2.152-154, 163 ; 3.11.
  • 56 Ils furent établis, avec des Ioniens, non loin de Péluse par Psammétique, puis à Memphis par Amasis (...)
  • 57 Lachès, 187 b : Κάρες γάρ δυκoῦσι πρώτοι μχσθοφορñσαι Cf. aussi Élien, Nat. Anim., 12.30. Sur les C (...)
  • 58 Pol. 10.32.11.

14On peut expliquer cela par la tradition belliqueuse que traînaient derrière eux les Cariens, et qui se poursuivit bien après l’époque classique50. On sait que la conquête du pays par les Perses ne fut pas des plus faciles51 et qu’ils n’hésitèrent pas à se révolter contre les nouveaux maîtres en se joignant aux Ioniens52. Le récit d’Hérodote montre d’ailleurs que la reprise en main perse ne fut pas à proprement parler une partie de plaisir. D’ailleurs, les Cariens, selon la vision qu’en avaient les Grecs, passaient pour avoir inventé les armes hoplitiques53 et pour être inhumés avec leurs armes54, ce qui frappait les imaginations de Grecs qui avaient tout oublié des traditions en vigueur dans leur contrée quelques siècles auparavant. Volontiers pillards, ils commettaient des razzias un peu partout en Méditerranée55. Mais les Cariens étaient célèbres encore pour fournir de nombreux mercenaires qui servirent en Égypte les pharaons Psammétique et Amasis56. Si l’on en croit le scholiaste d’un passage de Platon déjà cité, il existait une tradition faisant des Cariens les premiers mercenaires connus57. Nul doute que cette tradition du mercenaire carien ait joué sur la vision que les Athéniens de l’époque classique pouvaient avoir de ce peuple. En un temps où les mercenaires étaient vilipendés, en un siècle (le ve) où l’on ne faisait pour ainsi dire jamais appel à eux, en un autre (le ive) où l’opinio communis en faisait des êtres peu fréquentables, on comprend la force du proverbe déjà cité, έν τῷ Καρί κινδυνεύειν, “exposer le Carien au danger”, qui possédait le double sens du mépris que l’on accordait à ces hommes venus des terres barbares et de celui avec lequel on considérait les mercenaires. Au iie siècle, c’est évidemment dans ce sens que Polybe emploie la formule : “Il convient, selon le dicton, que le risque soit pour le Carien et non pour le général”58.

Les expéditions athéniennes en Carie

  • 59 Ainsi, le décret de Thoudippos de 425/4 regroupe sous une même rubrique d’un talent toutes les comm (...)

15La Carie, pour être une région intéressante aux yeux des Athéniens, n’était pas aussi primordiale que la zone des Détroits. On s’explique ainsi sans doute le fait que, après 450 et surtout après 446, un certain nombre de communautés cariennes aient tôt disparu des listes de l’aparkhè du tribut exposées à Athènes (c’est ainsi le cas des Pedaseis, des Hydaeis, des Hymisseis dans la péninsule d’Halicarnasse, des gens d’Alinda dans l’intérieur). D’autres, pour des raisons de commodité de récupération du tribut, ont été regroupées en syntélies, parfois confiées à un dynaste local59. Les difficultés auxquelles pouvaient être confrontés les stratèges athéniens chargés de collecter le tribut dans une région où les récalcitrants avaient tout loisir de se réfugier sur des hauteurs fortifiées pratiquement imprenables expliquent tout à la fois ces regroupements et ces renoncements.

  • 60 Thc. 1.116.1. Il est fait mention de seize navires, mais une partie d’entre eux seulement fut envoy (...)
  • 61 Thc. 1.116.3.

16Nous avons peu de témoignages d’expéditions militaires athéniennes en Carie. Non qu’elles n’aient existé. On se doute que, lorsque les tributaires eux-mêmes ne venaient pas à Athènes porter leur propre phoros, des navires se mettaient en route pour faire payer les retardataires. Ces expéditions sont fréquemment évoquées pendant la guerre du Péloponnèse, mais la Carie ne paraît pas être la destination la plus courue, sans doute, je l’ai dit plus haut, parce que la Carie était, par rapport à ce qu’était l’Empire athénien, une zone certes importante mais moins stratégique et vitale que l’Hellespont par exemple. Jusqu’aux débuts de la guerre d’Ionie, seules trois expéditions sont rappelées par Thucydide. En 441, au moment où ils ont connaissance de la défection de Samos, les Athéniens envoyèrent quelques navires guetter en Carie l’éventuelle arrivée d’une flotte phénicienne, preuve assez manifeste que, malgré la paix de Callias (dans la mesure où elle a existé dans les termes que nous connaissons !), les Athéniens n’avaient pas une confiance aveugle en la non-intervention perse60. D’ailleurs, ce furent peu après 60 navires, menés par Périclès en personne, qui se dirigèrent vers Caunos pour aller au devant d’une flotte phénicienne annoncée, mais dont rien ne dit qu’elle y parvint61. Ce ne fut donc pas à proprement parler une expédition en Carie puisque c’est simplement le verrou formé du détroit entre Caunos et Rhodes qui était l’objet de cette croisière.

  • 62 Thc. 2.69.1 : ὅπως ταῦτά τε ργυρολογῶσι. L’expression ne désigne pas strictement une levée du phor (...)
  • 63 Thc. 2.69.2 : “de Phoinikè”, cité lycienne proche de Limyra et au sud de Phasélis, et non pas “de P (...)
  • 64 L’obituaire mentionnant les noms des soldats tombés dans cette expédition a été vu par Pausanias, 1 (...)

17Les sources littéraires nous informent en fait sur trois expéditions spécifiquement “cariennes” – en réalité “caro-lyciennes” durant la guerre du Péloponnèse et elles sont toutes trois à mettre en rapport avec la recherche d’argent à collecter ou à piller, auxquelles il faut ajouter un engagement naval. Durant l’hiver 430/429, six navires furent dépêchés en Carie et en Lycie, sous le commandement du stratège Mélésandros afin de récupérer de l’argent62 mais aussi, et c’est un aspect plus intéressant parce qu’il montre l’aspect stratégique des côtes cariennes et l’importance relative du trafic maritime qui y transitait, “afin d’empêcher que la piraterie des Péloponnésiens n’utilise cette région pour attenter au trafic des cargos venant de Phasélis, de Phoinikè et des côtes voisines”63. Thucydide précise que Mélésandros débarqua en Lycie mais qu’il fut tué dans l’affaire, lui et une partie de son armée composée d’Athéniens et d’alliés64.

  • 65 Thc. 3.19.1-2. La situation du mont Sandios a été l’objet d’une discussion aujourd’hui terminée : L (...)
  • 66 Le fait que Mélésandros ait été tué en Lycie et non en Carie change peu : les Athéniens, comme on l (...)
  • 67 IG, I3, 71, l. 5. Cf. supra, note 14.

18Le deuxième épisode se déroula durant l’été 428, toujours à l’occasion d’une expédition navale destinée à lever sur place des fonds. Après avoir décidé la levée de la première eisphora connue, les Athéniens envoyèrent douze “navires de perception” (ἀργυρολόγοι νῆες) en mer Égée avec pas moins de cinq stratèges. L’un d’eux, Lysiclès, se dirigea vers la Carie. Thucydide nous donne son itinéraire : il débarqua à Myonte, remonta la plaine du Méandre jusqu’au mont Sandios, où il fut attaqué par les exilés samiens d’Anaia et des Cariens. Comme Mélésandros, le stratège Lysiclès et la plupart de sa troupe furent tués dans cette opération65. Ces deux expéditions furent apparemment les dernières avant celle d’Alcibiade sur laquelle nous allons revenir ensuite. Il est certain que leur issue dramatique devait alimenter la certitude des Athéniens dans le caractère belliqueux des Cariens66 et ce n’est certes pas un hasard si de nombreuses communautés cariennes disparaissent alors des listes du tribut. Le décret de Thoudippos en 425/4 augmentant de façon sensible le montant du tribut prévoit bien que des hérauts seront envoyés dans tous les secteurs de l’Empire, dont deux en Ionie et en Carie67 ; il donne une liste très exhaustive des communautés soumises au phoros, y compris certaines qui n’avaient plus été enregistrées dans les listes de perception depuis 446 – voire d’autres qui n’y avaient jamais été inscrites. Même si on a pu remarquer que le “district carien” est celui qui connaît l’augmentation la plus élevée, rien ne dit bien entendu que de gros efforts aient été fournis pour aller chercher sur place le produit du tribut, et ce d’autant plus que le souvenir encore frais dans les esprits des expéditions manquées de Mélésandros et de Lysiclès devait être dissuasif. D’ailleurs, si l’on en croit un fragment de Ctésias (F. 14-45), la cité de Caunos s’était séparée de la Ligue avant 425 : il faut lire cette défection comme l’une des conséquences de l’expédition de Mélésandros et comme la preuve subséquente de l’incapacité des Athéniens à assurer une présence militaire régulière dans cette zone excentrée de leur empire, accaparés qu’ils étaient par des soucis plus égéens.

  • 68 Thc. 8.39.3-4. C’est à cette occasion que Tissapherne et les Spartiates concluent leur troisième ac (...)
  • 69 Thc. 8.35. Des troupes spartiates y sont installées, avant que des soldats de Tissapherne ne les re (...)
  • 70 Après la prise de la cité, où était installé Amorgès, qui s’était soulevé contre le Roi, avec le so (...)
  • 71 Thc. 8.44.3 ; 108.2.
  • 72 Thc. 8.40-43. Le décret athénien IG, I3, 103 (410/409) est voté pour louer la fidélité d’Halicarnas (...)
  • 73 Debord 1999, 210.

19La présence athénienne ne fut en réalité que limitée à quelques points d’appui, solides et fidèles (Halicarnasse, Iasos), mais peu nombreux. L’intervention des Perses dans la guerre du Péloponnèse et l’arrivée des renforts maritimes par la Pamphylie et la Lycie expliquent la disparition de l’influence athénienne. Ainsi, en 412, si les Spartiates ont quelque appréhension en traversant la mer Égée, ce qu’ils font par la Crète, ils se sentent parfaitement en sécurité à Caunos68. L’engagement naval au large de Symè qui met aux prises les flottes péloponnésienne et athénienne permet d’ailleurs de pointer sur une carte les positions respectives des belligérants. Cnide69, bientôt Rhodes et Iasos70 sont aux mains des Spartiates, les Athéniens conservant leurs positions à Cos, Chalkè71, Symè, Halicarnasse, Kedreai et même Lôryma, dans la future pérée rhodienne72. Mais, dans les faits, il apparaît bien que la Carie est alors sur le point de tomber aux mains de Tissapherne73.

  • 74 Xen., Hell., 1.4.8 : ἐκεῖθεν δὲ συλλέξας ἑκατὸν τάλαντα.
  • 75 Pour la localisation de ces sites, cf. Bresson et al. 2005, 80.
  • 76 L’anse d’Akbük, qui formait le débouché maritime de la cité de Pladasa mais permettait aussi un acc (...)
  • 77 Robertson 1980, 286-289.

20Il faut en fait attendre vingt ans après la déroute de Lysiclès pour avoir connaissance d’une expédition athénienne de quelque envergure. La manière dont Xénophon la relate est d’ailleurs assez déroutante à bien des égards : le continuateur de Thucydide affirme que “depuis Samos, avec vingt navires de la flotte, [Alcibiade] partit pour la Carie en direction du golfe Céramique, d’où (ἐκεĩθεν) il préleva cent talents”74. L’emploi par l’historien du verbe συλλάμβανω signifie clairement que nous ne sommes pas dans une situation de prélèvement normal du phoros. Nous savons d’ailleurs que, depuis 413, les Athéniens avaient remplacé le tribut, que la sécurité perdue de la mer Égée ne leur permettait plus de lever avec régularité, par une dîme sur les transactions. L’opération d’Alcibiade s’apparente par conséquent à du pillage en règle, ce qui explique l’énormité de la somme récupérée. Il serait évidemment très intéressant de connaître le trajet suivi par la flotte athénienne car, si nous excluons les cités d’Halicarnasse, de Cnide et de Cos qui ferment l’accès au golfe Céramique beaucoup plus qu’elles n’en font partie, il n’y a pas énormément de sites maritimes capables d’attirer la cupidité d’une armée à la recherche de fonds : on pense en priorité à Kéramos, située à peu près à mi-chemin entre Halicarnasse et le fond du golfe, mais aussi aux communautés installées sur la côte septentrionale du golfe, Syangèla, Amynanda, Kodapa, Ouranion, Pladasa, Idyma, Kyllandos, ainsi que l’île de Kedreai75. C’est que, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer en regardant une carte du golfe Céramique à petite échelle, le littoral septentrional dudit golfe ne manque pas de points d’appui ni d’anses capables d’accueillir une flotte de vingt trières : d’Halicarnasse à Pladasa, de Bodrum à Akbük pour emprunter une toponymie moderne, la côte est en effet assez découpée en caps et en baies larges et profondes76. Il est par conséquent assez probable, même si Xénophon ne paraît évoquer qu’une expédition rapide, que la troupe menée par Alcibiade ne s’est pas contentée d’une simple croisière sur la côte, mais s’est avancée vers l’intérieur à partir de mouillages sûrs, et a dû consacrer à cette opération de renflouement des caisses athéniennes une partie importante de la saison de navigation77. Ce fut la dernière fois de la guerre qu’une flotte athénienne parcourut les eaux littorales de la Carie.

  • 78 R&O no 18.
  • 79 Xen., Hell., 4.8.30.
  • 80 Lysias, C. Ergoclès, 12 ; 17.
  • 81 IG, II2, 3 + 165 et surtout Culasso Gastaldi 2004, 67-87, n. 83-87 pour l’étude du contexte histori (...)

21De fait, la “présence athénienne” – si l’on peut utiliser cette expression – postérieure fut plus sporadique encore. Durant son expédition de l’été 394, Conon n’est que l’amiral de la flotte perse et l’on ne saurait par conséquent parler de flotte athénienne ni de succès athénien à la bataille de Cnide. Plus tard, Thrasybule de Steiria ne fit que des incursions dans la région. On sait qu’il imposa à Clazomènes la taxe du vingtième et qu’une garnison y fut momentanément installée78. Xénophon évoque sa croisière vers le sud, jusqu’en Pamphylie à Aspendos – où il trouva la mort – “gagnant à sa cause plusieurs cités, pillant celles qui lui résistaient”79. L’historien précise qu’il s’arrêta à Rhodes ; il ne parle pas de la Carie mais l’on apprend, par le discours de Lysias contre Ergoclès, l’un des lieutenants de Thrasybule, qu’il leva de lourdes contributions à Halicarnasse, provoquant la fureur des habitants qui s’en plaignirent jusqu’à Athènes80. C’est donc dans ce contexte historique d’un rapide passage de Thrasybule en Carie qu’il est judicieux de comprendre le décret athénien faisant de deux Iasiens les proxènes de la cité81. Rien ne dit néanmoins qu’il pénétra dans le golfe Céramique ; sa progression rapide vers la Pamphylie incite au contraire à penser qu’il ne s’y aventura pas.

  • 82 Isoc., Philippe, 103.

22En réalité, depuis 412, Athènes ne pouvait plus contrôler la Carie, trop excentrée, et située désormais dans la dépendance restaurée des Perses. Au ive siècle, à la fois par crainte de ces derniers et par le souci de se recentrer sur ses intérêts directs, les Athéniens ne s’y intéressent plus guère sinon, comme on le voit avec Thrasybule, comme d’un terrain de pillage quand ils en ont la possibilité. “Le Carien” comme Démosthène appelle Mausole, n’est rappelé qu’autant qu’il menace les intérêts athéniens en Égée, en aidant les révoltés égéens contre la domination de Rhodes ; qu’autant – c’est le cas avec Isocrate mentionnant Idrieus – qu’il peut affaiblir le Roi de Perse82.

  • 83 IG, II2, 496+507 (Osborne 1981, D 61).

23Au total, et avec quelques nuances selon les auteurs (on a vu Isocrate plus modéré dans sa vision des Cariens et de ses dirigeants que Démosthène, par exemple), il demeure une constante aux ve et ive siècles : les Athéniens ont vu dans les Cariens, peuple malgré tout mal connu car les relations commerciales avec la région furent relativement modestes et les expéditions militaires en général décevantes, comme une sorte de condensé des peuples barbares : belliqueux, habitant des zones hostiles, incapables de s’unir. Avec les Thraces, ils représentaient le paradigme de la barbarie sans doute parce que, d’un point de vue démographique, c’était le peuple qui fournissait le plus d’esclaves. Bien sûr, tout cela changea avec l’expédition d’Alexandre et l’installation de Grecs en Asie. Lorsque, à l’extrême fin du ive siècle, les Athéniens honorent un citoyen de Bargylia, ils rendent hommage à un Grec, reconnu comme tel, répondant qui plus est au nom de Solon. Et ils en font un Athénien83.

Notes

1 Varinlioğlu et al. 1990 et 1992 ; “Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale”, Istanbul, mai 1993, REA 96, 1994 ; Bresson & Descat 2001 ; Debord & Varinlioğlu 2001.

2 Knoepfler 2005, 43.

3 Ainsi, pour les Cyclades, dont le nombre varie selon les auteurs de sept à vingt-trois : Brun 1996, 16.

4 Hérodote (1.142) place ainsi Priène, sur la rive droite du fleuve, ἐν τῇ Καρίῃ, au même titre que Milet et Myonte. Sur la réduction progressive de la Carie face aux coups de boutoir des populations ioniennes à l’époque archaïque, cf. Debord 2005, 359-360.

5 Hdt. 7.99.

6 IG, I3, 71, l. 146 et 156-157.

7 Rappelons que nos prospections ont permis de placer avec précision sur une carte Pladasa, Ouranion et, tout récemment, Kodapa (Bresson et al. 2005). La publication des travaux en cours menés par l’équipe constituée d’Alain Bresson, Raymond Descat, Koray Konuk et moi-même permettra de lever l’énigme sur une nouvelle communauté de la Carie maritime du golfe Céramique connue des listes du tribut athénien.

8 Hornblower 1982, 3-4.

9 IG, I3, 71, l. 133 ; 259, col. III, 29 ; 261, col. IV 5 ; 267, col. V, 19.

10 Plut., Ages., 10.1.

11 Ar.., Aves, 292-293 : ώσπερ οἱ Κᾶρες μὲν οὖν ἐπὶ λόφων οἰκοῦσιν. À souligner ici le jeu de mots sur λόφος, qui désigne une colline (ex. Thc. 4.124.3) mais aussi la crête qui surmontait les casques portés par les Cariens (Plut., Art., 10.3).

12 Pour une description rapide du site, cf. Bresson et al. 2005.

13 Paus. 6.13.3-4, avec la correction du texte par Strasser 2004, 557 sqq. L’auteur, avec de bons arguments, conclut que cette épithète de τραχεῖα qu’il restitue au texte original n’est pas de Pausanias lui-même, mais qu’il l’a lue sur la base du coureur vainqueur à Olympie.

14 1.175 : ὄρυς τειχίσαντες.

15 Οἰκήοις ἔχοντες ἐν ὀχυροῖς χωρίοις : Cyr., 7.4.1 ; plus loin (4.7), Xénophon les voit vivre ἐν ταĩς κραις.Il convient de refuser le commentaire d’E. Delebecque pour qui il ne s’agissait pas, dans ce passage de Xénophon, de fortifications, les lieux étant naturellement fortifiés.

16 Hornblower 1982, 264-265. Iasos possédait également des carrières de marbre, qui ne sont attestées néanmoins que tardivement (ibidem, 6).

17 Un grand incendie qui a ravagé durant l’été 2006 la région à l’est de l’ancienne Théangèla a permis de voir apparaître, en certains endroits, des terrasses de culture que l’on ne peut bien évidemment sur de seuls critères visuels attribuer à l’Antiquité, mais qui supposent une occupation dense du sol – ce qui semble être le cas durant l’Antiquité dans cette partie de la Carie.

18 P.Zen. 59012, l. 18

19 Robert 1936, no 52, l. 5. Cf. p. 78.

20 Cicéron, De div., 2.84.

21 La grappe de vigne apparaît sur les monnaies de la cité dès le début du ive siècle (par exemple SNG Copenhagen (Caria), no 529).

22 C’est par dizaines que nous pouvons compter le nombre de sites antiques entièrement inédits que nous avons découverts au cours de nos prospections.

23 Sur la localisation de Kyllandos, sans doute à l’est du golfe Céramique, cf. HTC, 42 et 63.

24 On rappellera le mot de Thucydide à propos de Iasos à l’aube de la guerre d’Ionie (8.28.3), une cité “riche depuis longtemps” (παλαιόπλυυτος).

25 Meiggs 1972, 238 sqq. a mis en évidence le retard systématique avec lequel le phoros venu de Carie a été apporté à Athènes. Des cités cariennes situées non loin d’Halicarnasse – alliée fidèle – comme Ouranion à l’ouest ou Pédasa au voisinage immédiat, n’ont rien versé avant 425/4.

26 IG, I3, 71, l. 4-7.

27 IG, I3, 71, l. 40-42.

28 Thc. 8.85.2. Il est à noter que la langue carienne, dont on connaît de mieux en mieux les contours en raison de la découverte de textes, n’est pas identifiée comme telle par les sources hellénophones. On doit penser que les Grecs, à l’instar d’Homère (Iliade, 2.867) voyaient en eux de simples “barbarophones”.

29 Plut., Thes., 8.6.

30 Hdt. 1.146 ; Thc. 1.4 ; Isoc., Panath., 43 ; Hélène, 68 ; Strab. 12.8.5 ; 14.2.27. Les Cariens, collectivement, sont chez Isocrate mis sur le même plan que d’autres “barbares”, tels Cadmos, qui vint de Sidon pour régner sur Thèbes ou Pélops, le fils du roi de Lydie Tantale, qui exerça son autorité sur le Péloponnèse. Cela explique que, au moins sur ce plan, et quels que fussent les caractères barbares des Cariens, la tonalité d’Isocrate à l’égard des Cariens n’est pas d’une grande hostilité. D’ailleurs, si l’on en croit un passage de la Vie des Dix Orateurs, il aurait composé, au moment de la mort de Mausole, un éloge (enkômion) dans un concours institué par Artémise ([Plut.], Vit. X Orat. 838 a). On peut penser qu’Isocrate avait vis-à-vis de Mausole une vision assez proche de celle de Philippe. Il n’est pas très risqué de penser que, lorsque, sans explicitement nommer Mausole dans ce passage, Démosthène (Paix, 25) indique que “le Carien occupe les îles”, il fait une référence implicite au temps mythique où, tout au contraire et comme preuve du déclin de sa cité et de la Grèce en général, les Cariens en avaient été chassés.

31 Un fragment d’Eschyle (fr. 119 Mette) rattaché par Hésychius à une pièce intitulée “les Prêtresses” parle de la cité de Kasôlaba, située en Carie méridionale, non loin d’Halicarnasse, tributaire des Athéniens dès 454 (IG, I3, 259 IV, l. 27). Une pièce disparue d’Aristophane s’intitulait “les Telmessiens”. Telmessos de Carie, dont la localisation exacte reste encore hypothétique – mais pour laquelle Raymond Descat et Koray Konuk vont proposer sous peu un site, possédait un sanctuaire spécialisé dans la divination, au moins depuis Crésus : Hdt. 1.78 ; cf. encore 1.84.

32 Thc., 1.8.1.

33 Isocrate se moque ainsi de la “sottise”(άμαθία)des Thébains (Paix, 60). On sait d’autre part ce que les Athéniens pensaient, entre autres des Mégariens (Ar., Ach., 738), des Éginètes (Dem., C. Aristocratès, 211) et plus généralement des insulaires (Brun 1996, 196-209). La “plaisanterie ethnique” fait partie de l’arsenal mental des Grecs en général, des Athéniens en particulier.

34 Cartledge 2002, 51-77 pour l’opposition Grecs/Barbares.

35 IG, I3, 1344.

36 Xen., Hell., 2.1.9.

37 Eur., Ph., 138.

38 Plat., Men., 245 d.

39 Dem., C. Midias, 175 (Καρός τίνος).

40 HTC, no 90-91, 216-222.

41 Plut., Them., 1.2. Il est vrai que Plutarque indique d’une variante faisait de sa mère une Thrace, peuple qui n’était pas beaucoup plus apprécié des Athéniens que les Cariens.

42 Plat., La., 187 b.

43 Soph., frag. 485 ; Eur., Cycl., 660.

44 Rhozokoki 2006, frag. 59.

45 Plut., Alex., 10.3.

46 IG, I3, 421.

47 Ar., Ach., 271-275. C’est encore le nom de la jeune servante de Nééra ([Dem.], C. Nééra, 35, 120, 124) ou d’une nourrice (Theoc., Idylles, 2.70).

48 IG, I3, 421 A, l. 45-46 : Κὰρ παῖς (...) Καρικòν παιδίον.

49 IG, I3, 422, l. 77-78. Andreau & Descat 2006, 111-112.

50 En une époque (le iiie siècle), où les Cariens en tant que tels paraissent se fondre dans la masse de l’hellénisation, Théocrite fait toujours allusion “aux Cariens amoureux des combats” (φιλοπτολέμοισί τε Καρσί) : Idylles, 17.89.

51 Hdt. 1.175.

52 Hdt. 5.103, 116-122.

53 Hdt. 1.171 ; cf. aussi Alcée, frag. 57 CUF (= Strab. 14.2.27) ; Plut., Art., 10.3. Cette tradition a été réfutée par Snodgrass 1964.

54 Thc. 1.8.1.

55 Hdt. 2.152-154, 163 ; 3.11.

56 Ils furent établis, avec des Ioniens, non loin de Péluse par Psammétique, puis à Memphis par Amasis (Hérodote, 2.154). Dans cette ville existait un quartier appelé Karikon.

57 Lachès, 187 b : Κάρες γάρ δυκoῦσι πρώτοι μχσθοφορñσαι Cf. aussi Élien, Nat. Anim., 12.30. Sur les Cariens mercenaires, cf. Bettali 1995, 54-56, 66-73 et 109-111, qui rassemble l’ensemble des témoignages littéraires et épigraphiques relatifs au mercenariat carien.

58 Pol. 10.32.11.

59 Ainsi, le décret de Thoudippos de 425/4 regroupe sous une même rubrique d’un talent toutes les communautés cariennes installées entre Halicarnasse et Kéramos, de Syangèla à Ouranion : IG, I3, 71, l. 117-119.

60 Thc. 1.116.1. Il est fait mention de seize navires, mais une partie d’entre eux seulement fut envoyée en Carie, les autres prenant le chemin de Chios et de Lesbos pour s’assurer des renforts. Cf. Briant 1996, 598.

61 Thc. 1.116.3.

62 Thc. 2.69.1 : ὅπως ταῦτά τε ργυρολογῶσι. L’expression ne désigne pas strictement une levée du phoros (Debord 1999, 311, n. 59) même si c’est par elle que Thucydide la désigne souvent. Bien des cités et des communautés de la région ne payaient plus le phoros depuis au moins dix ans. Kyllandos apparaît pour la dernière fois en 442, Mylasa, Kyndia, Syangèla, par exemple, en 439.

63 Thc. 2.69.2 : “de Phoinikè”, cité lycienne proche de Limyra et au sud de Phasélis, et non pas “de Phénicie” (J. de Romilly in CUF), qui n’aurait guère de sens ici : cf. Buschmann 1988 ; Hornblower 1991, 247-248 ; Keen 1993, 155. Quant à la présence de pirates “péloponnésiens” dans les eaux carolyciennes à cette date, elle est hautement improbable : sans doute ces pirates sont-ils parfaitement autonomes mais, dans leur guerre de course contre les navires athéniens, ils défendent indirectement les intérêts péloponnésiens. Voir dans ce volume la contribution de Chr. Pébarthe.

64 L’obituaire mentionnant les noms des soldats tombés dans cette expédition a été vu par Pausanias, 1.29.7. Mais comme il précise que Mélésandros “remonta le Méandre avec une flotte jusqu’à la haute Carie”, il est probable qu’il confond cette expédition avec celle de Lysiclès deux années plus tard (cf. infra). Ces “alliés”, si on suit à la lettre le texte de Thucydide, sont plutôt à chercher dans les communautés locales plutôt que dans les alliés égéens traditionnels. Cette idée peut s’appuyer sur la version lycienne de la défaite athénienne, rapportée par le “pilier inscrit” de Xanthos (TL 44 a, 34 sqq. ; Briant 1996, 600 ; Keen 1998, 125-135). Il y est précisé que Mélésandros avait le soutien de la cité de Tlôs et il est plus économique d’admettre que le Mélésandros indiqué par le pilier est bien le stratège athénien de Thucydide. Pour un bilan historiographique, voir Debord 1999, 311, n. 59 et Domingo Gygax & Tietz 2005, qui reprennent la question de la chronologie relative de l’épigramme grecque et des textes lyciens. Sur la question des alliés lyciens d’Athènes, le nom même porté par le dynaste de Limyra au début du IVe siècle, Périklès, connu de Théopompe (FGrHist. 115 F 103) et sur lequel on peut consulter Borchhardt 1990 et Briant 1996, 688-692, suppose une tradition ancienne ; Debord 1999, 352-356 préfère envisager un nom d’emprunt postérieur. Pourtant, un tel maintien d’anthroponymes issus de relations pro-athéniennes n’est pas rare et n’est d’ailleurs pas limité à la seule Asie Mineure : l’Acarnanien Phormion, qui reçoit la citoyenneté athénienne en 337, porte un nom rappelant le passage, un siècle plus tôt, du stratège athénien du début de la guerre du Péloponnèse (R&O no 77)

65 Thc. 3.19.1-2. La situation du mont Sandios a été l’objet d’une discussion aujourd’hui terminée : Louis Robert (OMS, III, 1441-1444) a montré que le texte de Thucydide imposait une certaine distance entre le lieu du débarquement de la flotte (Myonte) et le lieu de l’attaque. Compte tenu de la présence explicite d’exilés samiens d’Anaia, L. Robert a pensé que l’affrontement dut se produire sur la bordure septentrionale de la vallée du Méandre, assez à l’intérieur des terres. Il propose les hauteurs au-dessus de la ville actuelle de Söke (localisation acceptée par Keen 1993, 155 n. 30 et Hornblower 1982, 404-405, cf. carte). L’expédition n’était rien moins qu’une opération de pillage destinée à renflouer les caisses de la cité, ce qui prouve qu’aux yeux des Athéniens, la région passait pour riche.

66 Le fait que Mélésandros ait été tué en Lycie et non en Carie change peu : les Athéniens, comme on le devine par les listes du phoros, avaient intégré la Lycie dans la Carie.

67 IG, I3, 71, l. 5. Cf. supra, note 14.

68 Thc. 8.39.3-4. C’est à cette occasion que Tissapherne et les Spartiates concluent leur troisième accord : Debord 1999, 213.

69 Thc. 8.35. Des troupes spartiates y sont installées, avant que des soldats de Tissapherne ne les remplacent (8.109).

70 Après la prise de la cité, où était installé Amorgès, qui s’était soulevé contre le Roi, avec le soutien des Athéniens : And. 3.29 ; Thc. 8.28.2-3. Cf. Briant 1996, 609-610. Mais Iasos retourna assez vite dans le giron athénien (Xen., Hell., 1.1.32 ; Diod. 13.104.7) : Culasso Gastaldi 2004, 83.

71 Thc. 8.44.3 ; 108.2.

72 Thc. 8.40-43. Le décret athénien IG, I3, 103 (410/409) est voté pour louer la fidélité d’Halicarnasse.

73 Debord 1999, 210.

74 Xen., Hell., 1.4.8 : ἐκεῖθεν δὲ συλλέξας ἑκατὸν τάλαντα.

75 Pour la localisation de ces sites, cf. Bresson et al. 2005, 80.

76 L’anse d’Akbük, qui formait le débouché maritime de la cité de Pladasa mais permettait aussi un accès relativement commode à l’arrière-pays, est sans nul doute la plus remarquable de ces baies. Pour sa description géographique, ses vestiges archéologiques et son importance stratégique, cf. HTC, 53-57.

77 Robertson 1980, 286-289.

78 R&O no 18.

79 Xen., Hell., 4.8.30.

80 Lysias, C. Ergoclès, 12 ; 17.

81 IG, II2, 3 + 165 et surtout Culasso Gastaldi 2004, 67-87, n. 83-87 pour l’étude du contexte historique.

82 Isoc., Philippe, 103.

83 IG, II2, 496+507 (Osborne 1981, D 61).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La Carie aux ve et ive siècles.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 2. À droite, le site du Karaman Tepe, centre de l’habitat des Kodapeis.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/11291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search