Version classiqueVersion mobile

Scripta anatolica

 | 
Patrice Brun

Avant-propos

Patrice Brun

Texte intégral

1Un volume d’hommages à la fin d’une carrière d’enseignant dans une Université... Voilà qui n’a rien d’original a priori, depuis que ce type de volume collectif s’est multiplié sinon banalisé dans notre petit monde. Malgré cette banalisation, il nous a paru tout à fait normal d’offrir à Pierre Debord ces témoignages d’amitié qui, par l’aspect homogène qu’ils offrent volontairement, n’auront pas la destinée de simples remerciements mais permettront d’approfondir les voies de recherche que Pierre Debord a tracées en Asie Mineure.

2C’est que l’Asie Mineure est son domaine : de sa thèse d’État soutenue en 1978 et publiée quatre ans plus tard sous le titre Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse en Anatolie gréco-romaine (Leyde 1982) à L’Asie Mineure au ive siècle (Bordeaux 1999), ses deux opera magna auxquels il faudrait ajouter des dizaines d’articles sur le sujet, Pierre Debord s’est imposé comme l’un des grands spécialistes de la région. Mais, au-delà de ses travaux écrits, il est à l’origine de l’épopée bordelaise en Turquie. Dès le milieu des années 80, il mit sur place une petite équipe avec Alain Bresson et Raymond Descat – à laquelle je devais me joindre un peu plus tard – aux fins de reprendre le flambeau français en Anatolie que la mort de Louis Robert avait laissé aux mains d’équipes étrangères. Aidé sur place d’Ender Varinlioğlu, il put mettre sur pied un premier voyage de repérage en 1988 avant d’obtenir l’année suivante une permission de prospection pour une région derechef baptisée “les hautes terres de Carie”. La plupart des lecteurs de ces lignes connaissent ce volume collectif, paru en 2001 et dont il assura la direction de la publication avec notre collègue turc. Depuis 1989, d’autres prospections ont eu lieu ; des zones ont fait l’objet de sondages fructueux, que ce soit en Carie centrale ou sur la côte nord du golfe Céramique. Plusieurs autres publications collectives ont scandé ces travaux sur le terrain ; et pour les unes comme pour les autres, le nom de Pierre Debord est au premier rang.

3Mais si l’Asie Mineure fut et reste au centre de ses préoccupations scientifiques, Pierre Debord n’est pas demeuré la tête dans les étoiles. La Revue des Études Anciennes, qu’il administra pendant trente ans et qu’il redressa d’une situation périlleuse, fut la principale de ses tâches administratives – et dévoreuse de temps, je ne le sais que trop à présent. Il fut également durant cinq ans le directeur de l’UFR d’Histoire en une époque de vive tension. Et comment passer sous silence les quarante-deux ans d’enseignement qu’il donna à l’Université de Bordeaux 3 ? Des milliers d’étudiants ont passé par ses cours et ses travaux dirigés ; des centaines de professeurs du secondaire ont suivi ses approches méthodologiques ; des dizaines de “thésards” lui ont fait confiance et plusieurs d’entre eux sont aujourd’hui dans l’Université française. C’est cela aussi, une carrière…

4Un dernier mot, plus personnel. J’ai pris la responsabilité de réunir travaux et collègues pour ce volume d’hommages, sans doute parce que, de ses élèves thésards auxquels je faisais allusion plus haut, je suis le plus avancé en âge. Mais c’est aussi pour rembourser une dette que j’ai contractée il y a trente ans de cela maintenant. Triple dette, à dire vrai. La première, assez anecdotique, renvoie au piétinement rancunier par ses soins d’un adversaire géographe avec lequel je venais d’échanger quelques minutes auparavant des horions musclés au cours de l’un de ces matches de rugby entre “historiens et géographes” qui faisaient les délices des universités bordelaises dans les années 70. La seconde, plus sérieuse, rappelle les matches de tennis que nous avons faits ensemble durant l’été 77 lorsque je passais les oraux de l’agrégation et au cours desquels il me distillait des conseils qui s’avérèrent plus efficaces que nos passing shots respectifs. Et enfin, pour finir tout de même sur une note plus académique, dette envers celui qui n’a jamais fait preuve de malthusianisme en encourageant la création de postes de professeurs d’histoire grecque à Bordeaux jusqu’à atteindre quatre – record de France, à coup sûr, et mondial, peut-être.

5Pour tout cela, merci, Pierre.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search