Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Julien et le judaïsme1

Texte intégral

  • 1 In : L’Empereur Julien. De L’Histoire à la légende (331-1715), Paris, Les Belles Lettres, 1978.
  • 2 Maxime d’Ephèse fut exécuté, Alypius exilé, Oribase banni chez les Goths, Séleucus condamné à une (...)
  • 3 L’un des maîtres en ce domaine fut Grégoire de Nazianze.

1La mort de Julien provoqua une explosion de joie parmi les Chrétiens. On martela les inscriptions qui chantaient la gloire de l’empereur disparu, on persécuta ses fidèles2. Les Pères de l'Église rédigèrent des pamphlets passionnés où les chants de triomphe alternaient avec l’invective3. Ainsi prit forme la légende de l’Apostat. Nul doute que l’un de ses traits les plus marquants fut l’alliance conclue avec le judaïsme pour lutter contre le christianisme.

  • 4 Allard 1901 fait allusion dans son introduction aux congrès de Bâle (1897, 1898, 1899) et de Londr (...)
  • 5 C’est là le titre d’un article de P. Allard, un des biographes de Julien : “Un précurseur du Sioni (...)
  • 6 Bidez 1930, 305.
  • 7 Ricciotti 1959, 262.
  • 8 Simon 1964, 143.
  • 9 Adler 1893, 615. Ayant passé en revue les jugements portés sur l’attitude de Julien envers les Jui (...)
  • 10 DACL, VIII, 1, 306.

2Depuis le ive s., les historiens sont unanimes pour considérer Julien comme un ami des Juifs. Au début du xxe s., peut-être dans un contexte politique nouveau4, on vit même en l’empereur “un précurseur du Sionisme”5. Sans aller jusque-là, la plupart des biographes de Julien et des historiens du christianisme décrivent, en des termes à peu identiques, l'un, sa “bienveillante indulgence” envers les Juifs6, l’autre, sa “compassion bienveillante’’7. Un troisième, plus nuancé, parle d’une “certaine sympathie’’8. On retrouve le mot ailleurs : Julien a montré envers les Juifs “a generous tolérance and intelligent sympathy”9. Enfin l’article du Dictionnaire d’Archéologie chrétienne et de Liturgie consacré à Julien officialise, en quelque sorte, la “bienveillance envers les Juifs" d’un empereur au caractère si secret et si complexe10.

  • 11 Juster 1914, 1, 38.
  • 12 Baron 1957, II, 807.
  • 13 Lovsky 1955, 73.
  • 14 EJ, Jérusalem, 1973, X, 467.

3Cette complexité a laissé penser que les choses n’étaient pas aussi limpides et tranchées. La politique de Julien envers les Juifs a été considérée comme une bonne illustration de la façon dont “un polémiste anti-chrétien pouvait attaquer les Juifs sur le terrain des idées religieuses tout en les défendant sur le terrain politique”11. On alla même plus loin. Un historien du judaïsme pense que “l’insincérité [de Julien] était incontestable ; et [que] les Juifs refusèrent de se voir transformés en instruments de ses manœuvres politiques”12. Un autre renchérit en déclarant que, “très favorable aux Juifs en politique, il [Julien] professait à leur égard le double mépris d’un César latin et d’un intellectuel grec”13. Cette vision différente de l’attitude de Julien est fort bien résumée par l’article que lui consacre l’Encyclopaedia Judaica. Cette attitude est “généralement déterminée par les besoins de sa polémique contre les chrétiens”14.

4Où est donc la vérité ? Julien a-t-il été un ardent sioniste ou un empereur cynique et méprisant ? A-t-il seulement été tolérant et indulgent envers les Juifs ? A-t-il, au contraire, poussé la bienveillance jusqu’à la sympathie ? Et celle-ci jusqu’à l’amitié ? S’est-il conduit en sympathisant éclairé d’une religion qu’il respectait ou bien en homme politique habile et opportuniste ? La réponse à toutes ces questions ne peut se trouver que dans les écrits et les actes de Julien. Pourtant le portrait serait incomplet s’il n’avait été éclairé auparavant par quelques notations sur le judaïsme au ive s. et s’il n’était ensuite complété par l’analyse des rares et fragiles témoignages des réactions juives aux avances de l’empereur.

  • 15 Le thème apparaît chez Eusèbe (Hist. Ecc., 1.1.2 ; 6.8 ; 3.6.28) et chez Origène (C. Celse, 4.22). (...)

5Après la ruine du Temple, après la fin des espoirs suscités par les révoltes de 70 et de 135, la Judée ne représente plus un royaume allié, mais plutôt une terre de désolation que le conquérant romain dévaste impitoyablement et que l’apologétique chrétienne montre comme la preuve éclatante de l’impiété du peuple juif15.

  • 16 Sur les mesures prises par Vespasien et Hadrien, voir ci-dessous.
  • 17 La reine Bérénice, Agrippa II, Flavius Josèphe sont fort bien en cour (cf. Tac., Hist., 2.2 ; D.C. (...)
  • 18 L’anecdote est rapportée dans le Midrach Berechit Rabba, 11.4. Des sources talmudiques font de l’e (...)
  • 19 Caracalla entretint d’excellentes relations avec le Patriarche juif et Élagabal s’était fait circo (...)
  • 20 Jérôme dira de Septime Sévère et de Caracalla : Iudaeos plurimum dilexerunt (in Dan. 11.34).
  • 21 SHA, Alex. Sev, 28. Ce même empereur vénérait, dans sa chapelle privée, des représentations figuré (...)
  • 22 À la fin du ive s. encore, le code Théodosien (16.8.1) rappelle que le judaïsme est une religion a (...)

6Pourtant l’autorité romaine n’a pas rendu la Diaspora responsable des événements palestiniens. Passées les mesures sévères édictées par le vainqueur16, au fil du temps les relations se sont normalisées entre les fidèles d’une religion licite aux yeux de la loi romaine, et un pouvoir impérial soumis à d’importantes fluctuations politiques. Dès la fin du ier s., l’influence des Juifs est grande à la cour des Flaviens ; elle grandira encore lorsqu’au siècle suivant le développement du christianisme va provoquer une sorte de déplacement d’agressivité17. Des relations amicales se nouent entre Juifs et païens : Rabbi Juda le Saint, réorganisateur religieux du judaïsme après 135, reçoit à dîner Antonin le Pieux18. Un siècle plus tard, les Sévères, très accessibles aux influences du judaïsme19, seront fort bienveillants à son égard20. Alexandre Sévère sera si généreux envers les Juifs qu’on le surnommera avec ironie “archisynagogue”21. À la fin du iiie s., Dioclétien, si cruel par ailleurs envers les chrétiens, dispensera même les Juifs de sacrifier à l’empereur. Cette bienveillance ne se démentira pas dans la première moitié du ive s. L’Édit de Milan (313) rappelle que, dans l’empire, toutes les religions peuvent se pratiquer librement22.

  • 23 La dette de Celse envers les écrits juifs a été mise en évidence par Lods 1941.
  • 24 De abst. ab esu. anim. conservé par Eusèbe (Praep. Eu., 2.61 ; 4.11.14) ; De philosophia ex oracul (...)
  • 25 Voir sur ce point les références données par Vogt 1930,15-18 et de Labriolle 1934,233 sq.

7Plus significatif peut-être de ces bonnes relations entre les communautés est l’intérêt que portent au judaïsme les philosophes païens. Déjà Celse avait montré, au iie s., une certaine connaissance de la religion juive23. Les disciples de Plotin iront plus loin. Porphyre rend hommage à Moïse et approuve ses prescriptions alimentaires ; il range Israël au rang des nations pieuses et sages24. Jamblique, de son côté, tentera de redonner vie au paganisme moribond en y introduisant des éléments issus des religions orientales et, en particulier, du judaïsme25.

  • 26 Quelques lettres de Libanius sont adressées au “Patriarche” sans autre dénomination (Ep., 832, 835 (...)

8Un témoignage caractéristique de ces bonnes relations peut être trouvé dans la correspondance qu’échangent le philosophe Libanius, dont Julien sera l’ami et le disciple, et le Patriarche de Palestine, à la fois chef religieux et temporel de la communauté juive, Gamaliel Ben Hillel, dans la seconde moitié du ive s. Si le fait est exact26, il donne la mesure des échanges intellectuels et religieux entre païens et Juifs. Mais aussi leur limite.

  • 27 Voir sur ce point Goldschmid 1896.
  • 28 C’est là, dès le iiie s., une expression stéréotypée. Sur l’attitude des Rabbis face Rome, voir Ba (...)
  • 29 Orac. Sib., 5,.60-161 ; 165 sq. ; 4.136.
  • 30 Sur la restauration du Temple et de son culte aux temps messianiques, voir Bonsirven 1934-1935,, I (...)

9En fait, malgré une coexistence que chacune des deux parties a intérêt à voir pacifique, le judaïsme ne pactise pas avec Rome. Des guerres sanguinaires, une exploitation fiscale toujours plus pesante27 ont fait du Romain l’ennemi héréditaire. Face à l’exaltation de l’invincibilité de l’empire, les Rabbis proclament ardemment que le judaïsme triomphera un jour du “royaume de perversité’’28. La Cinquième Sibylle poursuit Rome de son courroux. La Quatrième avait annoncé sa fin prochaine29. Et l’Oracle de se réjouir de la gloire future de Sion en annonçant que le Messie refera de Jérusalem “une ville plus étincelante que les autres ; qu’il rebâtira les Temple”30. Ces prophéties du ier s. restent vivaces, mais le temps a passé. Le judaïsme, même lorsqu’il continue à souligner la primauté insigne du Temple de Jérusalem, admet désormais que Dieu puisse être adoré partout. L’idée de la restauration du Temple et de ses rites sacrificiels tend peu à peu à s’effacer. La religion juive se veut dès lors d’inspiration universaliste et tend ses forces vives en une profession de foi spiritualiste. Qu’il y ait là une tentative, souvent couronnée de succès, pour lutter contre la religion rivale, c’est certain. Quoi qu’il en soit, ce n’est plus du côté du monde que se tournent les espoirs religieux des juifs du ive s. Même si Jérusalem demeure la Ville sainte et, surtout, le symbole douloureux d’une plaie qui saigne encore.

  • 31 Des sources rabbiniques mentionnent d’autres décrets d’Hadrien dirigés contre les Juifs. Il semble (...)
  • 32 Hier., In Soph., 1.15-16 ; In Ierem., 18.20.30 ; Greg. Naz., Orat., 6.18. En fait les sources rabb (...)

10Il est vrai que les prescriptions impériales s’étaient chargées de prouver aux Juifs de Palestine et à ceux de la Diaspora qu’on ne pouvait impunément défier la puissance romaine. Hadrien avait impitoyablement rasé Jérusalem. Les Juifs y étaient interdits de séjour : une fois l’an seulement, les restes misérables de la nation vaincue pouvaient aller se lamenter sur les ruines du Temple31. Certes les avis différent sur la durée et la vigueur de l’interdiction ; mais, au ive s. encore, des témoins décrivent, avec force détails, le pèlerinage annuel d’une foule de suppliants dignes de pitié32.

  • 33 Le seul garant de la révolte de 315 est Jean Chrysostome (Adu. Iud., 5.11). Sur celle de 352-353, (...)
  • 34 Voir sur les Juifs de Perse Baron 1957, II, 828.

11On comprend que, dans ce contexte, des insurrections sporadiques aient pu avoir lieu çà et là. Bien vite les Juifs s’étaient rebellés contre des édits d’Hadrien interdisant l’étude de la Thora, l’observation du sabbat, la pratique de la circoncision. Une insurrection avait éclaté sous Antonin le Pieux (SHA, Anton., 5.4). L’empereur, sans abroger la loi, la tourna en déclarant qu’elle ne s’appliquait pas aux Juifs. Le iiie s. semble avoir été plus calme : Rome tournant ses efforts contre les chrétiens. Mais, sous Constantin, il est possible que des troubles aient éclaté ; et, sous Constance, la Galilée se révolta en 352. La répression fut brutale : la ville de Beth She’arim fut rasée, celle de Séphoris, en partie incendiée33. Cette révolte était-elle animée par l’espoir d’une intervention perse ? Le fait n’est pas invraisemblable. Depuis l’avènement de Constantin, les Juifs étaient considérés par les Perses comme des alliés spirituels. Babylone commençait, peu à peu, à devenir le centre spirituel du judaïsme avant Rome et Alexandrie, et, bientôt, Jérusalem. Les Juifs trouvaient chez les souverains perses une bienveillance que l’empire chrétien allait cesser de leur témoigner. Sous le règne de Julien, les Juifs de Babylonie soutiendront, moralement et matériellement, les Perses contre les Romains34. On comprend dès lors que l’empereur ait voulu rallier les sujets juifs du roi Sapor, en multipliant les actes de bienveillance envers les siens.

  • 35 Voir sur ce point Simon 1964, 24-28.

12Ainsi, par-delà les relations amicales entre les individus et les communautés, le judaïsme demeure, au ive s., sourd aux avances du paganisme et résolument hostile au pouvoir romain. Certes le temps des révoltes est passé, encore qu’il renaisse parfois. Révolu celui des espoirs. Le royaume des Juifs n’est plus de ce monde : la seule Jérusalem qui régnera sur les Nations, c’est la Jérusalem des temps futurs35. Il est désormais loin le temps où un Philon et un Josèphe tentaient de trouver un compromis, l’un avec la philosophie païenne, l’autre avec le pouvoir.

13Face à un empire chrétien déjà menaçant, attirés par un empire perse dont l’étoile monte, soutenus par une indéfectible espérance dans le triomphe futur d’Israël, comment les Juifs n’auraient-ils pas montré hostilité, scepticisme, ou tout simplement indifférence, face aux paroles et aux actes de Julien ?

  • 36 Sur Ammien Marcellin, on consultera Camus 1967.
  • 37 Bidez 1930,307-308.
  • 38 Lettres, p. 153,18 sq., éd. Bidez, Paris, 1924.
  • 39 On trouve le même reproche chez Julien, Contre les chrétiens, trad. E. Talbot, Paris, 1863, p. 321 (...)

14Les sentiments de Julien vis-à-vis du judaïsme doivent, pour être clairement compris, être replacés dans le contexte religieux du ive s. On connaît l’effort d’un Plotin, et, plus tard, de ses disciples pour redonner consistance et crédibilité à des rites païens qui perdaient des fidèles face aux religions monothéistes et aux cultes orientaux. Certes il y a des nuances dans les conceptions des païens orientaux. Certes il y a des nuances dans les conceptions des païens cultivés de l’époque : Ammien Marcellin ne pense pas comme Libanios, par exemple36. Mais il y a par-dessus tout une croyance à une sorte d’hénothéisme solaire que Julien fera sienne. On a clairement montré combien la religion de Julien était empruntée à la fois à la théorie platonicienne des idées et à l’organisation de l’empire37. On a souligné aussi son conservatisme religieux. C’est là sans doute une des clés de son attitude envers le judaïsme. “Je fuis, dit-il, l’innovation en toutes choses et surtout en ce qui concerne les Dieux. Je crois qu’on doit s’en tenir aux lois que nos pères ont eues dès l’origine...”38. On sait que le respect qu'ont manifesté parfois les Romains vis-à-vis du judaïsme tenait en particulier à l’antiquité de la religion juive. Par contrecoup ils reprochaient d’abord aux chrétiens d’avoir abandonné les lois de leurs pères39. Le philosophe Celse a, sur ces points, des réflexions caractéristiques de son époque (Orig., C. Celse, 5.25). Celles d’un Julien n’ont pas toujours beaucoup plus d’originalité, ni de profondeur.

  • 40 À propos de la même légende, Philon donnait la préférence au texte hébreu (De la confusion des lan (...)
  • 41 Fragment de lettre ou discours, jadis inséré dans la Lettre à Thémistius, cité par Reinach 1895, 2 (...)

15Avec le mépris amusé d’un philosophe grec, il rejette à la fois les fables du paganisme et celles de l’Ancien Testament (2.4, p. 323 ; 3.2, p. 326). Comparant la description de la Création faite par Moïse avec celle du Timée de Platon, il n’a aucune peine à montrer la supériorité de cette dernière (2.5, p. 323). Il s’acharne tout spécialement à mettre en évidence les obscurités du récit de la Genèse : Dieu a-t-il créé aussi l’abîme, les ténèbres, l’eau (2.5, p. 323) ? Pourquoi n’est-il nulle part parlé de la nature des anges (3.5 ; p. 327 et 9.1, p. 316) ? Il n’a qu’ironie pour l’épisode du serpent tentateur (3.2, p. 326). Comment Dieu a-t-il pu défendre à l’homme de distinguer entre le Bien et le Mal ? N’est-ce pas là une absurdité (3.3, p. 326) ? Et l’histoire de la tour de Babel ? N’est-elle pas aussi absurde ? Le récit homérique où l’on voit les mortels mettre Ossa sur Pélion est supérieur (4.3, p. 330)40. Il est vrai que les Grecs ont toujours surpassé les Hébreux qui n’ont rien inventé (5.7 sq., p. 336 sq. ; 6.1 sq., p. 337 sq.) ! Lycurgue et Solon dépassent Moïse (4.6, p. 332 ; 5.5, p. 335). Samson et David le cèdent aux guerriers grecs légendaires (5.7, p. 336). Et aucun conquérant hébreu n’a atteint la renommée d’un Alexandre ou d’un César (7.1, p. 340). Dans le domaine des belles-lettres, Théogonis et Isocrate l’emportent sur Salomon (7.3, p. 341). Et ce roi si vanté pour sa sagesse a été berné par une femme (7.3, p. 341) ! Partout, en tout temps, les Juifs ont été des étrangers en terre étrangère : Abraham (6.10, p. 339), Jacob (6.10, p. 339), Moïse (6.10, p. 339). La fortune de la Palestine a aussi souvent changé que la couleur d’un caméléon (6.10, p. 339) ; Assyriens, Mèdes, Perses, Égyptiens (Ép. aux Alexandrins, 51), Romains l’ont tour à tour asservie (6.10, p. 340). Et les prophètes qui injurient les païens oublient que le Temple a été par trois fois renversé41 ! Quant aux Juifs, ils sont, à l’image de leur Dieu et de leurs lois, durs, sauvages, inhumains (6.8, p. 338).

16Pourtant pour Julien, tout n’est pas à mépriser dans la religion juive. Son antiquité la rend digne de respect. Le fondateur du culte juif, Abraham, habile dans l’art de la divination (10.9, p. 354), a instauré des rites sacrificiels fort estimables (7.6, p. 342). Tout comme le sont nombre d’observances religieuses juives. Le Décalogue, à l’exception des second et quatrième commandements, est adopté par toutes les nations (5.1, p. 333). Les lois alimentaires ont leur utilité (9.5, p. 349). La circoncision, apprise des Égyptiens, est une institution antique et respectable (10.8, p. 354). Finalement, il n’y a presque aucune différence entre les temples, les sacrifices, les rites religieux grecs et juifs (9.4, p. 348).

  • 42 Lettre à la nation juive, Reinach 1895, 207.
  • 43 8.1, p. 344 (Moïse) ; 7.4, p. 341 (Salomon).
  • 44 Fragments de lettres ou discours, Reinach 1895, 210.
  • 45 Adler 1893, 601.

17Cependant, tout en reconnaissant ces points positifs du judaïsme, Julien va violement critiquer la conception juive – et par là chrétienne – de la divinité. Il se refuse à croire à un Dieu créateur de toutes choses (3.7, p. 329) et guidant un Peuple Élu (3.6-7, p. 328-329). Certes, il respecte le Dieu des Juifs ; mais comme un Dieu national, une divinité ethnarque (4.6, p. 332). “J’adore, s’écrie-t-il, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob [...]. [Ils] honorèrent un Dieu qui me sera propice à moi et à tous ceux qui l’adorent comme Abraham, un dieu plein de grandeur et de puissance, mais qui n’a rien de commun avec vous [les Chrétiens], parce que vous n’imitez point l’exemple d’Abraham en érigeant des autels, en dressant des pierres pour les sacrifices, en le servant par des cérémonies saintes” (10.8, p. 354). Par ailleurs, il se déclare tout prêt à venir “honorer le Tout-Puissant” dans la Jérusalem restaurée42. Mais il ne peut s’empêcher de faire remarque la présence d’autres dieux dans la Bible : Moïse et Salomon les mentionnent ; on leur rendait un culte43. Quant aux Prophètes, ce sont des “radoteurs dignes de la compagnie des vieilles femmes stupides”44. Julien se demande aussi pourquoi ce Dieu si jaloux n’a pu empêcher le culte rendu par ses fidèles à d'autres divinités (6.2, P-334)-On trouve dans le Talmud un remarquable parallélisme à cette question qu'auraient posée, eux aussi, des philosophes païens aux sages de la communauté juive de Rome. La réponse des Rabbis est plein de subtilité : Dieu, disent-ils, ne peut détruire d’autres dieux sous prétexte qu’on les adore. Il devrait, s’il le faisait, détruire aussi le Soleil et la Lune, et, par-là, l’Univers, sous prétexte que des fous adorent ces astres (Aboda Zara, 54b). Nous avons là, sans doute, la preuve que l’attaque de Julien faisait partie de l’arsenal païen anti-juif, et plus spécialement platonicien45. Mais cette controverse nous emmène aussi à nous interroger sur la connaissance réelle qu’a eue Julien du judaïsme.

  • 46 Voir sur ce point Adler 1893, 611, qui donne un certain nombre d’exemples.
  • 47 Adler 1893, 611-614.
  • 48 Pour Adler 1893, 615, c’est dans la ressemblance avec une tournure hébraïque qu’il faut trouver l’ (...)
  • 49 Ainsi l’expression “Dieu très haut” employée par Julien dans sa Lettre à la nation juive (Reinach (...)
  • 50 Lettre à la nation juive, Reinach 1895, 207.
  • 51 Lettres, éd. Wright, 1913-1923, III, 71 n. 22.
  • 52 T. J. Jebam, 16. Adler 1893, 594 n. 3, est sceptique là-dessus.
  • 53 Ricciotti 1959, 264, voit là la preuve que Julien est mal renseigné sur le judaïsme contemporain. (...)
  • 54 Par ex. en 5.2, p. 334.
  • 55 Sur la création par Dieu de l’abîme, des ténèbres et de l’eau, les Rabbins s’interrogent (Midrash (...)

18Certes, lorsqu’il assure qu’il peut fonder sa démonstration "non pas sur dix, mais sur dix mille passages de Moïse” (9.6, p. 349), on est en droit de trouver l’affirmation exagérée. Mais il est certain que Julien est familier avec les Écritures : du moins avec la Bible des Septante46. Car sa connaissance du texte hébraïque est quasi nulle. Chaque fois qu’apparaît une différence d’interprétation entre les deux textes, Julien cite, et avec les mêmes erreurs, la version des Septante47. L’empereur ignorait donc l’hébreu. Parfois sa connaissance de la Bible lui fait employer une tournure hébraïque48, empruntée peut-être quelquefois à une théogonie étrangère49. Peut-on aller plus loin ? Il est indéniable que Julien a fort bien connu des Juifs. Il appelle le Patriarche Hillel II, son “frère”50. Il sait comment vont les affaires de la communauté juive, admire qu’il n’y ait point de mendiants chez elle51. Peut-être, si l’on en croit certaines sources talmudiques, établit-il même en Palestine un collège de patriciens juifs, les “Aristoi”52. Seules des erreurs d’interprétation ont pu lui faire déclarer que les Juifs de son temps sacrifiaient encore chez eux. Il a voulu sans doute dire que le rituel sacrificatoire a passé sous la forme d’un rituel alimentaire (9.4, p. 348)53. A-t-il eu connaissance des polémiques qui opposaient Juifs, chrétiens et païens ? Rien n’est moins sûr. Certes nous avons vu qu’il aborde des points de controverse54. Il pose aussi, tout comme les Rabbins le feront dans leurs commentaires, des questions sur les obscurités du texte biblique55. A-t-il connu les réponses qu’ils y apportaient ? C’est peu probable. Du moins savait-il que les points sur lesquels il critiquait le judaïsme étaient, pour les Docteurs de la Loi eux-mêmes, des points délicats.

19Pourtant, parfois, le philosophe païen a d’étranges intuitions, que confirmera la critique moderne. Sur la pratique de la circoncision (10.8, p. 354), et sur le polythéisme de Salomon (7.4, p. 341) entre autres. Ses connaissances, non négligeables, alliées à cet esprit critique acéré expliquent l’apparente contradiction à parler surtout des Juifs dans un traité dirigé contre les chrétiens. Sans oublier bien sûr qu’au moins la moitié du traité n’a pas été conservé par Cyrille d’Alexandrie. Sans doute ce dernier n’a-t-il pas voulu reproduire les passages mettant ouvertement en cause les chrétiens eux-mêmes.

  • 56 Voir sur ce point, Simon 1964, 214-238.

20On peut en tout cas déduire d’après les arguments que Julien emploie contre les chrétiens qu’un Juif ne les aurait pas désavoués. S’acharnant à montrer que le Christ n’a pas été prédit par les Prophètes (8.2, p. 345-346), ni par Moïse (8.2, p. 344), l’empereur ne fait que reprendre les arguments de la polémique juive anti-chrétienne56. De même lorsqu’il souligne le caractère immuable et permanent de la Loi (9.6, p. 349) que le Christ lui-même n’est pas venu abolir (ro.7, p. 353). Dans le combat contre le christianisme il se sert des mêmes armes que les Juifs.

21Quoi d’étonnant qu’il ait voulu concrétiser par des actes une alliance implicite ? L'ennemi des chrétiens avait besoin du soutien des Juifs, le prophète d’Hélios-Roi souhaitait trouver dans d’autres temples des rites semblables à ceux qu’il instaurait, l’adversaire des Perses était soucieux de se ménager de précieux appuis au cœur même du territoire ennemi.

  • 57 Depuis longtemps l’authenticité de cette lettre “a été contestée” : on la trouvait trop favorable (...)

22C’est dans une lettre adressée “à la nation juive” que se trouve l’essentiel des mesures politiques prises par Julien en faveur de ses sujets juifs57.

  • 58 Reinach 1895, 207.
  • 59 Sur ce point voir Goldschmid 1896.
  • 60 Reinach 1895, 207.
  • 61 Voir sur ce point Baron 1957, II, 1106 n. 21.
  • 62 Pour les uns, le recouvrement en aurait été arrêté dès 116. Pour d’autres, il n’aurait été aboli q (...)
  • 63 C’est l’hypothèse de Goldschmid 1896, 198 n. 2.
  • 64 On trouve un écho de ces mesures dans le Talmud de Jérusalem : Schebiit, 4.35 ; Sanh., 3.21.

23Ce sont d’abord des mesures financières. L’empereur déclare avoir vu de “ses propres yeux”58 les servitudes financières auxquelles étaient astreints les Juifs. Il a empêché qu’un nouvel impôt ne leur soit imposé. Bien plus, il a ordonné de détruire les registres où, semble-t-il, on consignait les noms des contribuables juifs59. Julien rejette d’ailleurs la responsabilité de ces impôts sur les conseillers de Constance60. Il est difficile d’établir clairement quel est le sens de ces mesures financières. Depuis 70, les Juifs étaient soumis à un impôt spécial institué par Vespasien, le Fiscus Iudaicus. L’empereur avait voulu ainsi châtier financièrement les rebelles. Le châtiment dut paraître encore plus douloureux si l’on songe que l’argent réuni servit à reconstruire le sanctuaire capitolin61. Quand et par qui cet impôt a-t-il été aboli ? On ne le sait guère. Peut-être est-ce Julien lui-même qui l’a supprimé62. Il est vraisemblable en tout cas qu’il était recouvré, comme toutes les autres taxes auxquelles étaient soumis les Juifs et tous les sujets de l’empire, à l’aide des listes de contribuables. Ces listes permettaient sans doute aux fonctionnaires romains de savoir qui était Juif, et, ainsi, de se livrer parfois à des exactions63. Quoi qu’il en soit, les empereurs ne se privèrent pas d’imposer lourdement leurs sujets juifs. Ainsi Constantin exigea même des contributions en nature de la part des habitants de Judée. Ceux-ci devaient fournir du pain aux troupes romaines, même pendant le sabbat et les fêtes pascales64.

  • 65 Voir sur ce point Juster 1914, I, 385-390.
  • 66 Voir entre autres exemples, le récit de Jos., Ant., 18.9,1.
  • 67 Du moins si l’on en croit Jean Chrysostome, Cont. Iud. et Gent., 16.
  • 68 Reinach 1895, 207.
  • 69 C’est ainsi, semble-t-il, qu’il faut traduire ϰωλυθῆναι. Julien n’aurait sans doute pas voulu s’al (...)
  • 70 Voir les vues de Baron 1957, II, 806, sur ce point. Grégoire de Nazianze affirme que Julien aurait (...)
  • 71 Reinach 1895,209.

24Outre les impôts dus à Rome, les Juifs, avec l’accord des autorités romaines, envoyaient annuellement une somme d’argent au Patriarche. Cette contribution que Julien nomme “Apostolè”, mais qu’on voit parfois mentionnée sous le nom d’aurum coronarium65, excitait bien des convoitises66. Elle provoquait sans doute du mécontentement aussi. Lorsque du moins le Patriarche se montrait trop exigeant67. En a-t-il été ainsi d’Hillel II qui fonctionna à Tibériade entre 320 et 370 ? Ce n’est pas impossible puisque l’empereur “conseille à son frère”68 d’alléger cette contribution69. Ainsi, délivrés de cruels soucis financiers, les Juifs pourront adresser leurs témoignages de reconnaissance à celui qui se présente vis-à-vis d’eux comme un nouveau Cyrus. Car c’est bien l’image de lui-même que veut donner Julien70. Nouveau libérateur de la nation vaincue, il annonce à la fin de la même lettre, son “intention de rebâtir la ville sainte de Jérusalem’’ après en avoir fini avec les Perses71.

  • 72 C’est l’opinion d’Allard 1901, 536. Bidez 1930, 305 la partage. Ricciotti 1959,264, ne la rejette (...)
  • 73 C’est ce que pense Simon 1964,140 sq. ; Ricciotti 1959, 264, admet aussi cette hypothèse. Lewy 196 (...)
  • 74 Amm. 22.14.3 (uictimarius [...] dicebatur) ; 22.12.3.
  • 75 L’hypothèse est formulée par Vogt 1930.
  • 76 Hypothèse de Simon 1964, 143.
  • 77 Jean Chrysostome rapporte que les Juifs, invités par Julien à reprendre leurs anciennes coutumes, (...)
  • 78 D’après une source syriaque du vie s., l’initiative serait venue de Juifs d’Édessa. Voir sur ce po (...)

25Aussi, après d'importantes mesures financières, Julien prend-t-il une décision politique grave sur les motifs de laquelle on s’interroge encore de nos jours. Pour les uns72, il s’agissait de faire pièce aux chrétiens en montrant la fausseté de la prédiction du Christ devant le temple : “En vérité des temps viendront où de ce que vous voyez ici, il ne restera pas pierre sur pierre” (Matt., 24.1-2 ; Marc, 13.1-2 ; Luc, 221,5-6). Pour d’autres73, ce serait plutôt un moyen de permettre aux Juifs de sacrifier de nouveau, puisqu’ils ne pouvaient le faire que dans le Temple de Jérusalem. Ainsi celui que, par dérision, les habitants d’Antioche avaient nommé le “victimaire”74 devant son goût manifeste pour les hécatombes, aurait trouvé dans le rite sacrificiel juif restauré un allié solide pour ses desseins religieux. Peut-être y eut-il aussi d’autres raisons. Témoignage de reconnaissance envers les Juifs d’Antioche qui avaient très vite pris le parti de l'empereur75 ? désir de se concilier la riche et puissante communauté juive perse avant de partir en guerre76 ? aucune de ces hypothèses n’est invraisemblable. Tous les arguments avancés ont dû jouer. Faut-il ajouter foi aux dires des Pères de l’Eglise qui rapportent que l’initiative serait venue des Juifs eux-mêmes77 ? Voire de Juifs persans venus en délégation prier Julien d’entreprendre les travaux de restauration du Temple78 ? outre le fait que de tels propos sont soumis à caution, il est peu vraisemblable qu’une telle décision soit née d’une simple démarche sur laquelle les sources juives demeurent muettes.

  • 79 Selon une lettre attribuée à Cyrille de Jérusalem et qu’on peut dater du début du ve s., les trava (...)
  • 80 Adler 1893, 615 sq., n’accepterait pas le témoignage de Grégoire de Nazianze. Malgré la justesse h (...)
  • 81 Sur la connaissance fragmentaire qu’a eue Ammien du christianisme, voir Camus 1967, 251.
  • 82 Voir sur ce point les remarques de Juster 1914, I, 247 n. 3. Ce dernier fait remarquer que nous av (...)

26Quoi qu’il en soit, sans doute au cours du mois de mai 363, les travaux commencèrent79. On a parfois nié que Julien soit passé aux actes, en rejetant comme suspect, parce qu’il était unique, le témoignage de Grégoire de Nazianze80. C’est là une vue trop limitative des choses. Il n’y a aucune raison de mettre en doute des faits dont l'historien Ammien Marcellin est le garant. Rien ne permet non plus d’affirmer que ce dernier ait été tributaire de Grégoire de Nazianze dont il n’a sans doute pas lu les écrits81. Quant au silence de Cyrille d’Alexandrie, il n’est pas déterminant puisqu’une grande partie de son œuvre demeure perdue82.

  • 83 Jean Chrysostome, Cont. lui. et Gent., 16 ; Grégroire de Nazianze, Orat., 5, passim.
  • 84 Grégroire de Nazianze, Orat., 5.4 ; Jean Chrysostome, Cont. Iul. et Gent., 16 ; Théodoret, Hist. E (...)
  • 85 Philostorge, Hist. Ecc., 7.9 ; Grégroire de Nazianze, Orat., 5.3-4.
  • 86 Théodoret, Hist. Ecc., 3.15 ; Philostorge, Hist. Ecc., 7.11.
  • 87 Entre autres, Grégroire de Nazianze, Orat., 5.7.
  • 88 Ambroise de Milan, Ep., 40.14-15. Sozomène, Hist. Ecc., 5.22.

27Les écrivains chrétiens se sont plus, dès le ive s., à décrire l’enthousiasme des Juifs. Ils ont dépeint dans des couplets où l’ironie le dispute à la malveillance, leur joie immense, l’effort financier qu’ils déployèrent, les appels qu’ils lancèrent à la Diaspora83. Le Patriarche aurait fait don de son trésor84, les Juives de leurs bijoux85. Le caractère sacré de l’entreprise aurait fait travailler avec des outils d’argent la terre qu’on enlevait dans des corbeilles faites du même métal86. On a complaisamment montré l’insolence des Juifs devant leur nouvelle fortune87 ; leurs propos menaçants ont été rapportés88. “Les circoncis sonnent la trompette” s’écrie Éphrem (Hymne, 1). Le silence des Juifs nous rend fort sceptiques devant de tels récits, surtout si l’on songe que, faits après coup, ils ont surtout, dans la bouche des Pères de l’Église, une valeur démonstrative. Il s’agit de montrer que plus dure aura été la chute des pécheurs, plus justifié sera le châtiment divin qui allait s’abattre sur eux.

  • 89 Amm. 23.1.2 : instaurae sumptibus cogitabat immodicis. C’est Alypius qui fut chargé de diriger les (...)
  • 90 Amm. 23.1.3 : cum itaque rei idem fortiter instaret Alypius iuuaretque prouinciae rector, metuendi (...)
  • 91 Nous savons que cette même année 363, des tremblements de terre détruisirent Gaza, Éleuthéropolis (...)

28En effet, à peine commencés, les travaux pour lesquels les frais engagés avaient été importants89, furent interrompus. Ammien Marcellin nous fait le récit des incidents qui se déroulèrent sur les lieux du travail. Des secousses telluriques se produisirent et des jets de flammes brûlèrent les ouvriers. On dut arrêter les travaux90. L’événement demeure encore mystérieux. Certes la région connut, en ces premiers mois de l’année 363, de nombreuses secousses91. Mais comment expliquer ces flammes ?

  • 92 Plus tard encore Zonaras (13.12.24 ; éd. Bonn, 3.62), Jean de Nikiou (éd. Zotenberg, p. 317), Mich (...)
  • 93 Sur cette croix miraculeuse, Loeb 1890 fait remarquer qu’en 1295 le même miracle se produisit à Av (...)

29L’imagination des écrivains chrétiens s’enflamma aussi d’ailleurs. Grégoire de Nazianze, contemporain de Julien, a le premier raconté l’événement (Orat., 5.4 sq.) : il mentionne les secousses, mais ajoute que les ouvriers durent chercher refuge dans une église voisine dont les portes, restées ouvertes, se refermèrent soudain. Alors apparut dans le ciel une croix à l’intérieur d’un cercle ; croix qui vint s’imprimer sur les vêtements des témoins “avec l’élégance de la broderie ou la netteté de la peinture” (Orat., 5.4.7) ; devant ce miracle les Juifs se convertissent en masse. Sur ce premier récit les auteurs chrétiens brodèrent à l’envi au fil des siècles. Ambroise de Milan, quelque vingt ans après, le reprend (Ep., 40.12 sq.). Un demisiècle plus tard ce sera Jean Chrysostome (De Sanc,. Babyl. Cont. Iud. et Gent., 22 ; Cont. Iud. et Gent., 16 ; Adu. Iud., 5.11 ; Homel. In Matt., 4.1 ; Laud. Paul. Apost. Hom., 4). Pour ces deux écrivains, le feu représente la colère divine contre l’impiété juive. Tout au long du ve s., le récit va s’enjoliver d’éléments nouveaux. Chez Socrate (Hist. Eccl., 3.20) les croix brillent sur les vêtements comme des astres dans la nuit. Chez Sozomène (Hist. Eccl., 5.22.4-13) des étoiles apparaissent aussi sur les habits des témoins (sont-ce là les fruits d’une lecture trop hâtive de Socrate ?). Ceux qui avaient eu l’audace de poursuivre les travaux malgré l’effondrement d’un portique sont châtiés par un feu sorti d’une église voisine. Chez Théodoret (Hist. Eccl., 3.15) ce feu détruit aussi un toit qui s’écroule sur des ouvriers. D’ailleurs ces prodiges avaient été annoncés, car la terre que l’on enlevait quotidiennement retournait chaque nuit d’elle-même à sa place primitive. Quant à la croix mystérieuse, elle devint noire chez notre auteur. Même récit chez Rufin (Hist. Eccl., 10.37), niais c’est tout un pâté de maisons qui est détruit entraînant les habitants dans la mort. Au siècle suivant, Philostorge (Hist. Eccl., 7.9-11) nous fera part de la découverte sous les fondations, d’un Évangile de Jean rédigé en hébreu et Théophane (1.80, éd. Bonn) n’hésitera pas à affirmer qu’à Antioche (située à 400 km !) et ailleurs ces croix se trouvaient imprimées sur les vêtements et les livres sacrés. Au xe s. encore Cédrène (1.537, éd. Bonn)92 donnera à la croix céleste une longueur qui va du Golgotha au Mont des Oliviers (soit 550 m environ)93.

  • 94 Reinach 1895, 209-210.

30Sans discuter ici les arguments scientifiques que l’on a essayé çà et là d’avancer pour expliquer, voire justifier ces récits : parallélie pour l’apparition de la croix, infiltration de naphte pour celle des jets de flammes, il faut s’interroger sur les raisons qui empêchèrent Julien de continuer les travaux. Les Pères de l’Église eurent beau jeu de montrer que c’était pour les Juifs et pour l’Apostat le châtiment de leur impiété. Il y a dans un fragment de lettre, à moins qu’il ne s’agisse d'un discours, une allusion de Julien lui-même à cet échec94. Ne peut-on pas penser que les soucis de la guerre qu’il était sur le point d’entreprendre et les nécessités de sa réforme religieuse lui aient fait simplement repousser un projet auquel il tenait beaucoup ? Rien, semble-t-il, ne se serait opposé, après la guerre, à la reprise d'un dessein que la mort devait interrompre prématurément.

31Pourtant devant l’abondance et la vivacité des réactions chrétiennes, le silence des Juifs ne laisse pas de nous étonner.

  • 95 C’est là l’hypothèse de Baron 1957, II, 806 et 1135 n. 41.
  • 96 Par ex. dans le De Monarch., 7.51.
  • 97 R. Aha, un contemporain de Julien, aurait, après la mort de l’empereur, exprimé sa satisfaction, d (...)

32Comment les Juifs ont-ils réagi devant les avances de Julien ? Sans doute on peut avancer qu’ils se sont montrés très réticents à l’égard de l’empereur. Psychologiquement ils n'étaient pas préparés à cet excès de prévenances venant après deux siècles de vicissitudes. Julien a sans doute manqué de temps pour nouer, sinon consolider, une union qui restait pour les Rabbis contre nature95. En outre, tout connaisseur qu’il ait été du judaïsme, il devait ignorer que les Juifs, s’ils s’attachaient à l’antiquité de leur religion, soulignaient aussi, devant les prosélytes, la nouveauté de leur message. Qu’on songe par exemple aux efforts d’un Philon face aux païens96. Il est d’ailleurs possible que le Talmud ait conservé des traces de cette distance prise vis-à-vis de Julien, voire de l’hostilité qu’il inspira97.

  • 98 E.J., s.u. “Julien”.

33Quant au projet de restructuration du Temple, il ne semble pas avoir laissé de trace chez les Juifs. Sans doute avaient-ils appris à ne pas croire aux promesses d’un empereur romain. La Mischna rapporte en effet que, déjà, Trajan avait autorisé la reconstruction du Temple. Puis, au dernier moment, il était revenu sur cette autorisation (Bereshith Rabba, 64). À peine peut-on trouver dans le Talmud quelques allusions voilées au projet de Julien. R. Aha, un contemporain de l’empereur, aurait déclaré que les objets sacrés présents dans le Premier Temple, ne figuraient pas dans le Second. Il aurait sous-entendu par-là que le Troisième Temple serait reconstruit sans eux. Ce serait là une possible allusion aux travaux de Julien, bien voilée, à la façon des écrits talmudiques (TJ.Ta’an, 65a ; T.J. Hor, 47c ; T.J. Yona, 21b). Le même Rabbi aurait déclaré que le Temple serait rebâti avant la venue du Messie (T.J. Ma’aser Sheni, 5.2.56a). Jérôme rapporte que certains Juifs interprétaient le verset de Daniel : “Ils seront soulagés, par quelque aide infime” (Dan., 11.34), comme une allusion, sinon à cet épisode, du moins aux espoirs qu’aurait fait naître en eux le règne de Julien (Comm. in Dan., 717). Une inscription en hébreu mentionnant quelques mots d’un verset d’Isaïe (Is., 66.14) a été retrouvée en 1969 sur les vestiges ouest du Mur de Jérusalem. Peut-être est-ce une allusion à cette période où, grâce à Julien, certains purent croire qu’était revenu le temps de l’espérance98.

  • 99 L’essentiel se trouve dans l’ouvrage fort ancien de Warburton : Dissertation sur tes Tremblements (...)

34Les quelques témoignages juifs qu’on s’est acharné à retrouver tout au long des siècles, sont pour la plupart très fragiles et dérivent sans doute des auteurs chrétiens plus que des sources juives99.

  • 100 Sefer Hakkabalah (écrit en 1161), voir Adler 1893, 647 n. 1.
  • 101 Emek Ha-bacha, voir Adler 1893, 647 n. 1.
  • 102 Yochasin, 5.7, voir Adler 1893, 646, qui propose la date de 1504.
  • 103 Shalsheleth Hakkabalah, voir Adler 1893, 647.
  • 104 Jamais aucun Juif n’aurait pu nommer de cette façon Julien.
  • 105 Rabbi Chanan, dont le nom est cité, a vécu à la fin du vie s. (la date indiquée par Gedalya est de (...)
  • 106 Zemach David, Voir Adler 1893, 644-646.

35Au xiie s., l’historien Abraham Ibn Daud de Pousquier mentionne simplement que Julien avait adopté la religion païenne et ne parle même pas de son amitié pour les Juifs100. En revanche au xve s., Joseph Ha-Cohen signale que Trajan avait projeté de reconstruire le Temple. Il ne parle pas de Julien101. À la même époque Abraham Zacuto dans ses Chroniques, écrites entre 1502 et 1505 note la victoire de Julien sur les Perses, mais attribue à Valentinien le projet de rebâtir le Temple102. Son contemporain Gedalya Ibn Yachya (1515-1587) auteur d’une Chaîne des Traditions, éditée à Venise en 1587, mentionne bien le tremblement de terre qui détruisit le Temple érigé par les Juifs à Jérusalem sur l’ordre de Julien l’Apostat l’empereur103. Outre le fait que la manière de désigner Julien, en accompagnant son nom du titre d’Apostat, indique, à coup sûr, une source chrétienne104, la date donnée pour l’événement correspond à 588105 ! Au début du xviie s., David Gans (1541-1613) déclare, lui aussi, que la reconstruction du Temple avait commencé lorsque Julien fut tué pendant la guerre perse. Mais il donne ses sources qui sont toutes chrétiennes106.

  • 107 La bienveillance de Julien envers les Juifs semble avoir provoqué le mouvement judaïsant d’Antioch (...)
  • 108 Le terme “peuple à la nuque raide” qui aura une telle fortune par la suite se trouve déjà dans l’E (...)

36Ainsi, il faut accepter, en attendant de nouvelles découvertes, de ne pouvoir éclairer totalement un projet qui, s’il avait été mené à bien, aurait peut-être changé le cours des siècles107. Il est vraisemblable pourtant que Julien, sa révolution religieuse achevée, aurait eu des difficultés avec des alliés toujours aussi indociles et devenus encombrants. Nul doute qu’il aurait alors, même si l’opposition chrétienne avait été totalement neutralisée, retrouvé sur son chemin ceux qu’il avait lui-même – après tant d’autres – qualifiés de peuple “au cou de pierre”108.

Bibliographie

Bibliographie

Adler, M. (1893) : “The Emperor Julian and the jews”, The Jewish Quarterly Review, 5.4, 591-651.

Allard, P. (1901) : “Un précurseur du Sionisme : Julien l’Apostat et les Juifs”, Le Correspondant, Paris, 10 août 1901, 530-543.

Bâcher, W. (1896) : “Rome dans le Talmud et le Midrasch”, REJ, 33,187-196.

Baron, S. W (1957) : Histoire d’Israël, II, trad., Paris.

Bidez, J. (1930) : La Vie de l’empereur Julien, Paris.

Bidez, J. et F. Cumont (1898) : Sur la tradition manuscrite des lettres de l’empereur Julien, Bruxelles.

Bonsirven, J. (1928) : Sur les ruines du Temple, Paris.

Bonsirven, J. (1934-1935) : Le Judaïsme palestinien au temps de Jésus-Christ, I, Paris.

Brock, S. P. (1976) : “The Rebuilding of the Temple under Julian : a New Source”, Palestine Exploration Quarterly, 108, juillet-décembre, 103-107.

Camus, P. M. (1967) : Ammien Marcellin, Paris.

Cumont, F. (1889) : Sur l'authenticité de quelques lettres de Julien, Gand.

de Labriolle, P. (1934) : La réaction païenne. Étude sur la polémique antichrétienne du premier au sixième siècle, Paris.

Den, W. (1962) : “Two Letters from the corpus Julianium”, Vigiliae Christianae, 16,179-197.

Goldschmid, L. (1896) : “Impôts et droits de douane en Judée sous les Romains”, REJ, 34, 192-217.

Hack, M. (1940) : “La déclaration de Julien est-elle une supercherie ?” (en hébreu), Yavneh, 2, 118-139.

Juster, J. (1914) : Les Juifs dans l’Empire romain, I, Paris.

Khruby, Abbé (1969) : “Le Temple et sa place dans la vie juive”, Rencontre Chrétiens et Juifs, 13, 253-273.

Lewy, J. (1960) : Olamot Nifgashim, Jérusalem.

Liebermann, S. (1939-1944) : “The Martyrs of Caesarea”, Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire Orientale et Slave, 7, 395-346.

Liebermann, S. (1946-1947) : “Palestine in the Third and Fourth Centuries”, The Jewish Quarterly Review, 37, 329-336.

Lods, M. (1941) : “Études sur les sources juives de la polémique de Celse contre les chrétiens”, Revue d’Histoire et de Philosophie religieuse, 21, 1-31.

Loeb, I. (1890) : “Note sur l’histoire des Juifs”, REJ, 20, 23-28.

Lovsky, F. (1955) : Antisémitisme et mystère d’Israël, Paris.

Marmostein, A. (1944) : “L’empereur Julien dans la Aggadah de R. Aha” (en hébreu), Melilah, 1,93-120.

Reinach, T. (1895) : Textes d'auteurs grecs et romains relatifs au Judaïsme, Paris.

Ricciotti, G. (1959) : Julien l’Apostat, trad. A. Fayard, Paris.

Simon, M. (1964) : Verus Israël, Paris2.

Sonne, I. (1945-1946) : “The Use of Rabbinic Literature as Historical Sources”, Jewish Quarterly Review, 36, 147-169.

Vogt, J. (1930) : Kaiser Julian und das Judentum, Leipzig.

Notes

1 In : L’Empereur Julien. De L’Histoire à la légende (331-1715), Paris, Les Belles Lettres, 1978.

2 Maxime d’Ephèse fut exécuté, Alypius exilé, Oribase banni chez les Goths, Séleucus condamné à une lourde amende. Mamertin fut démis de ses fonctions de préfet, Aristophane perdit ses dignités, Libanius trembla quelque temps pour sa vie. Seul Priscus réussit, en Grèce, à rester dans l’ombre.

3 L’un des maîtres en ce domaine fut Grégoire de Nazianze.

4 Allard 1901 fait allusion dans son introduction aux congrès de Bâle (1897, 1898, 1899) et de Londres (1900) où peu à peu s’est concrétisée la doctrine de T. Herzl dont l’Etat juif date de 1895.

5 C’est là le titre d’un article de P. Allard, un des biographes de Julien : “Un précurseur du Sionisme Julien l’Apostat et les Juifs” (= Allard 1901). J. Bidez, un autre biographe de Julien, s’écrie : “Il ne craignit pas de rallumer le Sionisme” (Bidez 1930, 305).

6 Bidez 1930, 305.

7 Ricciotti 1959, 262.

8 Simon 1964, 143.

9 Adler 1893, 615. Ayant passé en revue les jugements portés sur l’attitude de Julien envers les Juifs, l’auteur déclare : “Whatever be the opinion held upon Julian’s attitude towards the Christians, all are unanimous in asserting his great friendship towards his Jewish subjects” (p. 592).

10 DACL, VIII, 1, 306.

11 Juster 1914, 1, 38.

12 Baron 1957, II, 807.

13 Lovsky 1955, 73.

14 EJ, Jérusalem, 1973, X, 467.

15 Le thème apparaît chez Eusèbe (Hist. Ecc., 1.1.2 ; 6.8 ; 3.6.28) et chez Origène (C. Celse, 4.22). On le retrouve chez Justin (Dial., 16.12 ; 52.4), Tertullien (Adu. Iud., 13.4.5 ; Adu. Marc., 3.23.3 ; 6-7, etc.), Sulpice Sévère (Chron., 2.30), Jean Chrysostome (Hom. contre les Juifs, 5.5) etc.

16 Sur les mesures prises par Vespasien et Hadrien, voir ci-dessous.

17 La reine Bérénice, Agrippa II, Flavius Josèphe sont fort bien en cour (cf. Tac., Hist., 2.2 ; D.C. 60.8 ; Suet., Tit., 7).

18 L’anecdote est rapportée dans le Midrach Berechit Rabba, 11.4. Des sources talmudiques font de l’empereur un prosélyte circoncis (T.J., Megilla, 72b)

19 Caracalla entretint d’excellentes relations avec le Patriarche juif et Élagabal s’était fait circonscrire (SHA, Elag., 3.3-5 ; 7.2).

20 Jérôme dira de Septime Sévère et de Caracalla : Iudaeos plurimum dilexerunt (in Dan. 11.34).

21 SHA, Alex. Sev, 28. Ce même empereur vénérait, dans sa chapelle privée, des représentations figurées d’Abraham et de Jésus, aux côtés de celles d’Apollonius de Tyane, d’Alexandre et d’Orphée (SHA, Alex., Sev., 22 ; 29.2).

22 À la fin du ive s. encore, le code Théodosien (16.8.1) rappelle que le judaïsme est une religion autorisée.

23 La dette de Celse envers les écrits juifs a été mise en évidence par Lods 1941.

24 De abst. ab esu. anim. conservé par Eusèbe (Praep. Eu., 2.61 ; 4.11.14) ; De philosophia ex oraculis haurienda (Eus. 9.10)

25 Voir sur ce point les références données par Vogt 1930,15-18 et de Labriolle 1934,233 sq.

26 Quelques lettres de Libanius sont adressées au “Patriarche” sans autre dénomination (Ep., 832, 835, 892, 1004, 1017, 1018, 1025). Il semble que le destinataire en soit Gamaliel bien que, déjà à cette époque, le titre de “Patriarche” soit aussi un titre chrétien. Voir Juster 1914, I, 396 n. 1 et Baron 1957, II, 1148 n. 20.

27 Voir sur ce point Goldschmid 1896.

28 C’est là, dès le iiie s., une expression stéréotypée. Sur l’attitude des Rabbis face Rome, voir Baron 1957, II, 794 sq.

29 Orac. Sib., 5,.60-161 ; 165 sq. ; 4.136.

30 Sur la restauration du Temple et de son culte aux temps messianiques, voir Bonsirven 1934-1935,, I, 454 sq. ; 1928. Sur le Temple, une des études les plus récentes est celle de l’Abbé Khruby 1969.

31 Des sources rabbiniques mentionnent d’autres décrets d’Hadrien dirigés contre les Juifs. Il semble que, pendant un temps du moins, Adelia Capitolina (nouveau nom de Jérusalem) ait été uniquement une ville de garnison romaine. Pour certains auteurs chrétiens comme Tertullien, l’interdiction s’étendait aussi à Bethleem (Adu. Iud., 13.3).

32 Hier., In Soph., 1.15-16 ; In Ierem., 18.20.30 ; Greg. Naz., Orat., 6.18. En fait les sources rabbiniques mentionnent de nombreuses visites de la ville. La loi, si elle existait toujours, semble avoir été plus ou moins bien observée selon les époques. Cf. Baron 1957, II, 1107-1108 n. 23.

33 Le seul garant de la révolte de 315 est Jean Chrysostome (Adu. Iud., 5.11). Sur celle de 352-353, mentionnée par Sozomène (Hist. Ecc., 4.7), les historiens diffèrent. Les uns comme Liebermann 1946-1947 la minimisent. D’autres comme Baron 1957, II, 832 et 1145 n. 11) lui accordent beaucoup d’importance.

34 Voir sur les Juifs de Perse Baron 1957, II, 828.

35 Voir sur ce point Simon 1964, 24-28.

36 Sur Ammien Marcellin, on consultera Camus 1967.

37 Bidez 1930,307-308.

38 Lettres, p. 153,18 sq., éd. Bidez, Paris, 1924.

39 On trouve le même reproche chez Julien, Contre les chrétiens, trad. E. Talbot, Paris, 1863, p. 321-355, 7.6, p. 342. Pour la commodité du lecteur nous tirerons toutes nos citations du Contre les chrétiens dans la traduction Talbot. Les chiffres romains indiqueront le n° du livre de Cyrille où le texte nous a été conservé, les chiffres arabes, celui du paragraphe. Ainsi, 7.6, p. 342 signifie : trad. Talbot, p. 342, livre 7, paragraphe 6 des extraits de Cyrille.

40 À propos de la même légende, Philon donnait la préférence au texte hébreu (De la confusion des langues).

41 Fragment de lettre ou discours, jadis inséré dans la Lettre à Thémistius, cité par Reinach 1895, 209-210.

42 Lettre à la nation juive, Reinach 1895, 207.

43 8.1, p. 344 (Moïse) ; 7.4, p. 341 (Salomon).

44 Fragments de lettres ou discours, Reinach 1895, 210.

45 Adler 1893, 601.

46 Voir sur ce point Adler 1893, 611, qui donne un certain nombre d’exemples.

47 Adler 1893, 611-614.

48 Pour Adler 1893, 615, c’est dans la ressemblance avec une tournure hébraïque qu’il faut trouver l’explication du είς τιµἡν τoῦ ϰληθέντoς επ'αὺτῳ θεoῦ employé par Julien dans un fragment de lettres (Reinach 1895,207).

49 Ainsi l’expression “Dieu très haut” employée par Julien dans sa Lettre à la nation juive (Reinach 1895, 209) peut lui avoir été suggérée par les Rabbins. Pourtant Ricciotti 1959, 264, rappelle qu’elle était connue aussi de la théogonie phénicienne.

50 Lettre à la nation juive, Reinach 1895, 207.

51 Lettres, éd. Wright, 1913-1923, III, 71 n. 22.

52 T. J. Jebam, 16. Adler 1893, 594 n. 3, est sceptique là-dessus.

53 Ricciotti 1959, 264, voit là la preuve que Julien est mal renseigné sur le judaïsme contemporain. Adler, à l’issue d’une discussion très serrée (1893, 602 n. 1), conclut en faveur d’une expression figurée : “the people ate every thing as if it was a sacrifice” et donne des références talmudiques.

54 Par ex. en 5.2, p. 334.

55 Sur la création par Dieu de l’abîme, des ténèbres et de l’eau, les Rabbins s’interrogent (Midrash Rab. sur Gen., 1.12). Sur les anges, on trouve des réflexions semblables (Midrash Rab. sur Gen., 1.4).

56 Voir sur ce point, Simon 1964, 214-238.

57 Depuis longtemps l’authenticité de cette lettre “a été contestée” : on la trouvait trop favorable aux juifs. Les derniers commentateurs restent partagés. F. Cumont l’a crue d'abord authentique, mais rédigée par la chancellerie impériale (Cumont 1889). Il a changé d’avis ensuite (cf. Bidez & Cumont 1898,17 sq. Reinach (1895, 209 n. 1) la croit pour sa part “apocryphe ou fortement interpolée”. Juster (1914, I, 160) fait remarquer que Sozomène (H. Ecc., 5.22) cite déjà la lettre ; il se demande “quel Juif aurait bien pu commettre un faux aussi considérable à une date aussi proche de la mort de Julien”. Plus récemment, Lewy 1960,221-254, a défendu l’authenticité de la lettre, ainsi que Hack 1940. Le dernier commentateur, Den 1962, est du même avis.

58 Reinach 1895, 207.

59 Sur ce point voir Goldschmid 1896.

60 Reinach 1895, 207.

61 Voir sur ce point Baron 1957, II, 1106 n. 21.

62 Pour les uns, le recouvrement en aurait été arrêté dès 116. Pour d’autres, il n’aurait été aboli que par Julien. Voir les références chez Baron 1957, II, 1106 n. 21.

63 C’est l’hypothèse de Goldschmid 1896, 198 n. 2.

64 On trouve un écho de ces mesures dans le Talmud de Jérusalem : Schebiit, 4.35 ; Sanh., 3.21.

65 Voir sur ce point Juster 1914, I, 385-390.

66 Voir entre autres exemples, le récit de Jos., Ant., 18.9,1.

67 Du moins si l’on en croit Jean Chrysostome, Cont. Iud. et Gent., 16.

68 Reinach 1895, 207.

69 C’est ainsi, semble-t-il, qu’il faut traduire ϰωλυθῆναι. Julien n’aurait sans doute pas voulu s’aliéner le Patriarche en lui demandant de supprimer un impôt qui sera par ailleurs confisqué par Théodose II. Ce qui prouve qu’il existait encore.

70 Voir les vues de Baron 1957, II, 806, sur ce point. Grégoire de Nazianze affirme que Julien aurait fait répandre, parmi les Juifs, un recueil de prophéties qui l’annonceraient comme le Sauveur du peuple juif (Orat., 5.3).

71 Reinach 1895,209.

72 C’est l’opinion d’Allard 1901, 536. Bidez 1930, 305 la partage. Ricciotti 1959,264, ne la rejette pas.

73 C’est ce que pense Simon 1964,140 sq. ; Ricciotti 1959, 264, admet aussi cette hypothèse. Lewy 1960, partisan de cette hypothèse, l’explique en relation avec les vues platoniciennes de l’empereur.

74 Amm. 22.14.3 (uictimarius [...] dicebatur) ; 22.12.3.

75 L’hypothèse est formulée par Vogt 1930.

76 Hypothèse de Simon 1964, 143.

77 Jean Chrysostome rapporte que les Juifs, invités par Julien à reprendre leurs anciennes coutumes, auraient répondu qu’ils ne pouvaient le faire que dans le Temple de Jérusalem (De Sanc. Baby. Cont. Iud. et Gent., 22).

78 D’après une source syriaque du vie s., l’initiative serait venue de Juifs d’Édessa. Voir sur ce point les commentaires d’Adler 1893, 627.

79 Selon une lettre attribuée à Cyrille de Jérusalem et qu’on peut dater du début du ve s., les travaux auraient commencé le dimanche 18 mai 363, jour de la demi-fête de Lag ba-‘Omer. Le tremblement de terre aurait eu lieu le lendemain. Voir le récent article de Brock 1976.

80 Adler 1893, 615 sq., n’accepterait pas le témoignage de Grégoire de Nazianze. Malgré la justesse habituelle des vues de ce chercheur, il semble bien s'être trompé sur ce point.

81 Sur la connaissance fragmentaire qu’a eue Ammien du christianisme, voir Camus 1967, 251.

82 Voir sur ce point les remarques de Juster 1914, I, 247 n. 3. Ce dernier fait remarquer que nous avons conservé un écrit recueilli par Lydus qui ordonne la construction (De Mens., 4.54).

83 Jean Chrysostome, Cont. lui. et Gent., 16 ; Grégroire de Nazianze, Orat., 5, passim.

84 Grégroire de Nazianze, Orat., 5.4 ; Jean Chrysostome, Cont. Iul. et Gent., 16 ; Théodoret, Hist. Ecc., 3.15 ; Philostorge, Hist. Ecc., 7.11.

85 Philostorge, Hist. Ecc., 7.9 ; Grégroire de Nazianze, Orat., 5.3-4.

86 Théodoret, Hist. Ecc., 3.15 ; Philostorge, Hist. Ecc., 7.11.

87 Entre autres, Grégroire de Nazianze, Orat., 5.7.

88 Ambroise de Milan, Ep., 40.14-15. Sozomène, Hist. Ecc., 5.22.

89 Amm. 23.1.2 : instaurae sumptibus cogitabat immodicis. C’est Alypius qui fut chargé de diriger les travaux.

90 Amm. 23.1.3 : cum itaque rei idem fortiter instaret Alypius iuuaretque prouinciae rector, metuendi globi jlammarum propefundamenta crebris adsultibus erumpentesfecere iocum exustis aliquotiens operatibus inacessum, hocque modo elemento destinatius repellente cessauit inceptum.

91 Nous savons que cette même année 363, des tremblements de terre détruisirent Gaza, Éleuthéropolis (à l’ouest de Jérusalem), Nicopolis (à l’ouest de Jérusalem) et Néapolis (près de Samarie). Cf. Sozomène, Hist. Ecc., 5.20 et Rufin 10.37.

92 Plus tard encore Zonaras (13.12.24 ; éd. Bonn, 3.62), Jean de Nikiou (éd. Zotenberg, p. 317), Michel le Syrien (7.5-6, éd. Chabot, I, p. 283 et 289) racontent à leur façon l’événement. On trouvera toutes ces références avec d’autres chez Juster 1914, I, 247 n. 3.

93 Sur cette croix miraculeuse, Loeb 1890 fait remarquer qu’en 1295 le même miracle se produisit à Avila où des croix s’imprimèrent sur les vêtements des Juifs. Preuve du caractère fabuleux de ce genre de récit.

94 Reinach 1895, 209-210.

95 C’est là l’hypothèse de Baron 1957, II, 806 et 1135 n. 41.

96 Par ex. dans le De Monarch., 7.51.

97 R. Aha, un contemporain de Julien, aurait, après la mort de l’empereur, exprimé sa satisfaction, d'avoir vu disparaître “la honte de Lulianus” (Kohelet Rabba, 9.10). Pour Bâcher 1896 ainsi que pour S. Liebermann qui consacre au sujet différents articles (Liebermann 1939-1944 ; 1945-1946), “Lulianus” ne peut être qu’une déformation de “Julianus” et désigne Julien. Des réserves sont cependant formulées par Sonne 1945-1946,163 sq. On retrouve les mêmes réticences chez Marmostein 1944.

98 E.J., s.u. “Julien”.

99 L’essentiel se trouve dans l’ouvrage fort ancien de Warburton : Dissertation sur tes Tremblements de terre et les Erruptions de feu qui firent échouer le projet formé par l’empereur Julien de rebâtir le Temple de Jérusalem, où Ton prouve l'action immédiate de la Providence, ou un miracle proprement dit, pour maintenir la vérité des Prophéties, contre l’attaque réunie des Juifs et des Païens, 2 vol., 1764. On trouvera la question traitée chez Adler 1893, 642-647.

100 Sefer Hakkabalah (écrit en 1161), voir Adler 1893, 647 n. 1.

101 Emek Ha-bacha, voir Adler 1893, 647 n. 1.

102 Yochasin, 5.7, voir Adler 1893, 646, qui propose la date de 1504.

103 Shalsheleth Hakkabalah, voir Adler 1893, 647.

104 Jamais aucun Juif n’aurait pu nommer de cette façon Julien.

105 Rabbi Chanan, dont le nom est cité, a vécu à la fin du vie s. (la date indiquée par Gedalya est de 4349, soit 588 de l’ère chrétienne). Voir Adler 1893, 644 n. 2.

106 Zemach David, Voir Adler 1893, 644-646.

107 La bienveillance de Julien envers les Juifs semble avoir provoqué le mouvement judaïsant d’Antioche de la fin du ive S. C’est contre ces judaïsants que s’élève violemment Jean Chrysostome dans ses Homélies (1.1 ; 4.1 notamment).

108 Le terme “peuple à la nuque raide” qui aura une telle fortune par la suite se trouve déjà dans l’Exode (33-3 ! 34-9). Mais c’est Étienne qui l’emploiera le premier (Act., 7.51 ; 52). On le retrouvera chez Justin (Dial., 12.2), Tertullien (Ap., 21,6 ; Adu. Marc., 5.11,5-7) ; Augustin (Adu. Iud., 9) ; Ambroise (Ep., 74.3) ; Pseudo-Augustin (De Epiph. Serm., 132). Maxime de Turin (De Epiph. Hom., 25). Julien lui aussi n’a pu s’empêcher de reprendre l’expression (6.11, p. 340). Preuve supplémentaire s’il en était besoin, qu’entre païens et chrétiens, Israël ne voyait s’ouvrir devant lui qu’un chemin solitaire et sanglant : celui des bûchers, des pogroms et des camps nazis.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search