Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Quelques aspects de la communauté juive de Carthage au iie s. d’après Tertullien1

Texte intégral

  • 1 Revue des Études Juives, 137 [3-4], juillet-décembre 1978, 491-494, conférence faite à la Société (...)
  • 2 Pour tout ce qui est présence juive en Afrique on ne peut que renvoyer à P. Monceaux, “Les colonie (...)
  • 3 Pour tout ce qui concerne les rapports de Tertullien et du judaïsme, nous nous permettons de renvo (...)

1La présence juive en Afrique reste encore, à bien des égards, enveloppée de mystère. S’il ne faut peut-être pas accorder un grand crédit aux récits qui mentionnent l’arrivée à Carthage d’un descendant d’Esaü, la fuite en Afrique de Cananéens devant Josué vainqueur ou bien l’exode des vaincus cherchant à échapper aux griffes babyloniennes, en revanche on peut tenir pour vraisemblables des rapports étroits entre la Carthage punique et la Palestine. Ce n’est pourtant que sous la domination romaine qu’on retrouve des traces archéologiques, épigraphiques, historiques et littéraires de colonies juives dont le nombre étonne quelque peu au premier abord devant la rareté des allusions juives à l’Afrique. Mais l'abondance des témoignages épigraphiques (plus d’une trentaine d’inscriptions) et des textes littéraires permet de brosser un tableau assez coloré et précis de la vie de ces communautés juives2. L’un des témoins les plus importants, tant par la richesse de son œuvre que par sa personnalité, reste Tertullien. Le tableau qu’il nous donne, dans les dernières années du iie s., de la communauté juive de Carthage, n’a rien à envier à ceux que nous connaissons des communautés de Rome ou d’Alexandrie3.

La vie quotidienne des Juifs de Carthage

  • 4 Nos références sont toutes extraites de l’édition des œuvres complètes de Tertullien : 2 vol. Turn (...)

2Tertullien nous donne quelques détails sur l’habillement des Juives de Carthage : elles vont la tête couverte, c’est même leur signe caractéristique (Cor., 4.2 ; Orat., 22.8)4. Quant à la nourriture, il semble qu’elle ait été kasher (Apol., g.13 ; Mon., 5.3), et peut-être, à base d’ingrédients méditerranéens : ail et oignons (Marc., 2.20.1 ; Iei., 5.4). Il est certain qu’elle respecte les prescriptions pascales : on mange du pain azyme dans les foyers juifs (Nat., 1.13.4).

3La communauté semble très religieuse. Elle respecte scrupuleusement les traditions (Iei., 13.6). Elle célèbre, avec éclat, le sabbat (An., 37.4 ; Iud., 4 ; Apol., 16.11 ; 18.9 ; Iei., 13.6 ; Marc., 4.12.1 ; Pud., 5.1 ; Nat., 1.13.4 ; Val., 20.2) : lecture publique de la Bible à la synagogue (Apol., 18.9), repas de fête préparé le vendredi soir (Marc., 5.4.6 ; Nat., 1.13.4), allumage de la lampe (Nat., 1.13.4). Elle fête la Pâque (Nat., 1.13.4) et, le jour du Grand Pardon, attend, en plein air, le moment de la fin du jeûne (Iei., 16.6 ; Marc., 5.4.6 ; Nat., 1.13.4). On sait que les prières en plein air et les synagogues au bord de l’eau (ainsi celle de Naro, localité sur la plage de Hammam-Lif) avaient des attraits pour les Juifs de la Diaspora (Jos., AJ, 14.10.23). Elle n’oublie pas non plus de se livrer à des ablutions répétées (Bapt., 15.3 ; Orat., 14). Il s’agit donc d’une communauté très pieuse.

L’organisation de la communauté

  • 5 On trouve ce titre à Naro et à Cherchell.

4Pour les Romains, le culte juif est une réalité légale ; souvent les chrétiens s’y abritent (Apol., 21.1). Seul un impôt, dont les fluctuations restent obscures, est là pour appeler que désormais le Romain est le maître dans toute la Judée (Apol., 18.9). Il semble qu’une certaine autonomie judicaire, pour les affaires courantes sans doute, ait été laissée à la communauté. À côté de l’Archisynagogue, le chef spirituel5, se trouvent l’Archon (Cor., 9.1 ; Iud., 9.14 ; Marc., 3.13.9 ; 22.2) dont la fonction n’est pas toujours clairement définie et sans doute, à l’instar des communautés chrétiennes (Apol., 39.5), un conseil des anciens. Les caisses de la communauté sont sans doute, là encore comme chez les chrétiens, alimentées par les contributions des fidèles (Apol., 39.5).

La langue de la communauté

  • 6 Sur 33 inscriptions relevées par P. Monceaux [n. 2], trois seulement sont en hébreu, dont deux se (...)
  • 7 Notamment Apol., 21.1 ; Marc., 5.4.6.

5L’absence quasi totale6 de l’hébreu sur les inscriptions africaines, le souci d’une propagande efficace auprès des populations locales laissent supposer que l’hébreu n’était pas employé, sinon dans quelques formules de salut (Marc., 5.5.1). Il est vraisemblable que si les vagues successives d’arrivants de Judée (après 70) ou de Cyrénaïque (après 117) avaient conservé l’usage de l’araméen ou grec, il nous en resterait quelques traces. Sans doute pour des raisons à la fois politiques (les Juifs sont romains) et prosélytiques, le latin était-il le plus répandu. Les inscriptions, en majorité dans cette langue et quelques allusions de Tertullien7 confirment cette hypothèse.

Les relations avec païens et chrétiens

6Nous savons que le judaïsme exerce, à Carthage comme ailleurs, une grande influence sur les populations locales : la foule se presse au sermon du samedi (Apol., 18.9), païens et chrétiens parfois observent le sabbat et les autres fêtes (Apol., 16.11 ; Nat., 1.13.4). Les uns se convertissent avec tant d’ardeur que la communauté se fait représenter par un prosélyte dans une joute théologique avec les chrétiens (Iud., 1.1). Les autres fixent leurs jeûnes en fonction du sabbat (Iei., 14.2) et lui accordent le même statut que le jour du Seigneur (Iei., 15.2 ; Orat., 23.1).

  • 8 C’est ce que semble prouver la présence, sur les tombes d’enfants, du terme innocents, commun d’ai (...)

7S’il existe quelques tiraillements entre juifs et Chrétiens : controverses (Marc., 5.8 ; Iud., 1.1), rivalités (Apol., 7.3), moqueries de part et d’autre (Apol., 16.2 ; Iud., 13.26 ; Marc., 3.23.3 ; Nat., 1.14), les choses ne vont jamais jusqu’aux voies de fait. Il semble même que des chrétiens (ou des judéo-chrétiens) aient été accueillis dans le cimetière juif de Gamart8. Il se peut, en effet, que des Judéo-chrétiens aient encore subsisté à Carthage à cette époque ; des Ébionites peut-être (Marc., 4.8 ; Praes., 33.6).

  • 9 Voir Monceaux [n. 2], 5.
  • 10 Voir sur ce point notre article “Recherches sur l’Onokoitès, des écrits apologétiques de Tertullie (...)

8Quoi qu’il en soit, il y a, sans nul doute, un syncrétisme religieux qui se manifeste par la décoration des nécropoles et par des tablettes magiques où se mêlent adjurations païennes et formules sacrées juives9. La communauté a d’ailleurs ses renégats, un à tout le moins, qui semble exercer la profession peu reluisante de bestiaire (Apol., 16.2 ; Nat., 1.14) et qui, peut-être, sert d’agent de contre-propagande païenne contre les Juifs et les chrétiens10.

  • 11 Quelques rabbins sont cités avec la mention “de Carthage”.
  • 12 Ibn Kaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, trad. (...)

9Ainsi les nombreuses allusions dispersées dans les œuvres de Tertullien nous permettent-t-elles d’avoir un tableau vivant et coloré d’une communauté sur laquelle les écrits rabbiniques restent muets, ou presque11. Quelques touches, esquissées par saint Augustin, compléteront l’image d’une population appelée à disparaître peu à peu, sous les coups des empereurs chrétiens puis byzantins, et à se réfugier dans les montagnes. C’est de là que les tribus berbères, fortement judaïsées, tenteront, vainement, de s’opposer à la conquête arabe. Mais c’est là le témoignage d’Ibn Khaldoun qu’il nous faudrait solliciter12 et non plus celui de Tertullien.

Notes

1 Revue des Études Juives, 137 [3-4], juillet-décembre 1978, 491-494, conférence faite à la Société des études juives (8 mai 1978).

2 Pour tout ce qui est présence juive en Afrique on ne peut que renvoyer à P. Monceaux, “Les colonies juives dans l’Afrique romaine”, REJ, 44, 1902, 1-28 ([réimprimé sans changement dans la Revue des Sciences humaines. Les cahiers de Tunisie, 18, no 71-72,159-184, G.N.].

3 Pour tout ce qui concerne les rapports de Tertullien et du judaïsme, nous nous permettons de renvoyer à notre Tertullien et le Judaïsme, Nice, Les Belles lettres, 1977.

4 Nos références sont toutes extraites de l’édition des œuvres complètes de Tertullien : 2 vol. Turnhout, 1954.

5 On trouve ce titre à Naro et à Cherchell.

6 Sur 33 inscriptions relevées par P. Monceaux [n. 2], trois seulement sont en hébreu, dont deux se limitent au Chalom traditionnel.

7 Notamment Apol., 21.1 ; Marc., 5.4.6.

8 C’est ce que semble prouver la présence, sur les tombes d’enfants, du terme innocents, commun d’ailleurs aux deux communautés.

9 Voir Monceaux [n. 2], 5.

10 Voir sur ce point notre article “Recherches sur l’Onokoitès, des écrits apologétiques de Tertullien”, Annales de la faculté des Lettres et Sciences humaines de Nice, 21, mars 1974, 283-290 (repris dans ce volume).

11 Quelques rabbins sont cités avec la mention “de Carthage”.

12 Ibn Kaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, trad. de Slane, Alger, 1852,1, notamment p. 208-209.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search